Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

1. La trahision des images

Chapitre VII. (In) vraisemblance et linéarités

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Puisque le cinéma n’est pas que monstration pure, mais monstration qui raconte, il pourrait être utile de s’intéresser non plus, comme on vient de le faire, aux partis pris esthétiques, mais à la tonalité du récit. On verra ainsi que cet élément participe lui aussi parfois, et au même titre que les histoires et sous-textes des films, à la réflexion cinématographique sur l’identité et la modernité japonaises.

On a déjà évoqué l’exagération qui caractérise le cinéma de Takashi Miike. Dans Ley Lines, l’outrance et la provocation sont autant de constats implicites du caractère problématique des sujets du film (immigration, reconnaissance des minorités et des Japonais d’origine étrangère). On peut en dire de même pour les trois volets que comporte la série des Dead or Alive (1999, 2000, 2002) ou encore de City of Lost Souls (2000). Visitor Q (2001), film qui pousse très loin la provocation et le mauvais goût outrancier, donne quant à lui l’impression que sa tonalité très particulière est ...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540