Version classiqueVersion mobile

Figures du marginal dans la littérature française et francophone

 | 
Arlette Bouloumié

L’intertextualité comme indice de la marginalité dans Le Bel Immonde de V.Y. Mudimbé

Marie-Françoise Chitour

Texte intégral

  • 1 Paris, Présence Africaine, 1976, préface de Jacques Howlett.
  • 2 Valentin-Yves, devenu par souci d’authenticité, Vumbi Yoka Mudimbé.
  • 3 Bernard Mouralis, article "Le Bel Immonde", Dictionnaire des œuvres littéraires négro-africaines de (...)
  • 4 André Ntonfo, "Le Bel Immonde de V.Y.Mudimbé ou le renouveau du roman en Afrique Centrale", Nouvell (...)
  • 5 Pius Ngandu Ngashama, Littératures africaines, Paris, Silex éditions, 1984, p. 638.
  • 6 Certains membres de l’ethnie à laquelle appartient Ya sont en rébellion contre le pouvoir central.

1Parmi les romans africains parus après les Indépendances et s’inscrivant dans la tendance de dénonciation et de contestation des régimes en place, Le Bel Immonde1 de l’écrivain zaïrois V.Y. Mudimbé2 occupe une place à part, ne serait-ce que par l’alliance des sphères publique et privée qui y est centrale. En effet, le roman retrace la liaison qui se noue entre un ministre et une prostituée rencontrée dans un bar. "Ce qui ne devait être qu’une rencontre occasionnelle et banale (…) se transforme en un amour durable, donnant naissance à un couple insolite qui tente d’échapper aux contraintes et aux préjugés de la société"3. Les deux personnages, Ya (ou Belle pour les habitués des lieux) et le Ministre – nous n’aurons de lui que cette appellation – ont leur place dans un Cahier consacré aux figures de la marginalité. Ils sont déjà, par eux-mêmes, en dehors de la "norme", de l’attendu, Ya, moins par son statut d’entraîneuse que par la liberté physique et intellectuelle qui est la sienne, l’homme politique parce que le romancier en présente ici "la face cachée"4,, celle d’un "héros binaire"5, un homme tout puissant qui sera finalement broyé par le système social. Nous les voyons aussi tous les deux en "marge" d’une société et de ses lois, marginalisation qu’ils tenteront d’assumer, en vivant pleinement leur aventure, en voulant approfondir leur amour, malgré les pressions de leur entourage, gouvernemental pour lui, tribal pour la jeune femme6.

2C’est donc un "couple marginal" que nous allons placer au centre de cet article. Divers axes d’étude pourraient être retenus, mais nous en avons choisi un qui nous permettra en même temps de souligner la richesse et la complexité de l’écriture de Mudimbé. C’est en cernant les chansons que l’un ou l’autre entend, mais aussi les poèmes qui leur viennent à l’esprit, que nous entendons voir comment ils prennent en charge ou même revendiquent leur marginalité.

Roman et chansons : une "fugue" dans la marginalité

  • 7 B. Mouralis, art. cit., p. 68.
  • 8 Il présente très vite des connotations différentes de l’appartement que le Ministre offrira à sa ma (...)
  • 9 Danse tant que tu peux, danse autour de la terre, libre comme un poisson, comme un oiseau dans l’ai (...)

3Le récit s’ouvre sur la description d’une boîte de nuit et on va effectivement trouver "un certain nombre de développements obligés"7 dans l’évocation du bar : les éléments attendus, comme "la musique envahissante", la débauche de fumée et d’alcool (p. 17), les lumières qui faiblissent (p. 27), figurent bien dans le premier et le deuxième chapitres. Cependant, le lieu se pose assez vite "en marge" par rapport au décor convenu8 et le décalage se met en place dès que l’orchestre se met à jouer, dans le deuxième chapitre. Un couplet et un refrain d’une chanson de Georges Moustaki, qui a tout lieu effectivement d’être interprétée dans un tel cadre, interrompent par deux fois le monologue intérieur de la jeune femme. Leur insertion dans le texte répond à une double fonction. C’est une chanson venue d’ailleurs, dans ce monde du Kinshasa nocturne, ouvert à quelques-uns seulement. C’est une chanson d’amour, légère et aérienne, qui flotte sur les lèvres, qui donne envie de danser. C’est un slow comme un autre, comme celui qui va lui succéder : "Outta Season envahit la salle. I’ve been loving you too long". Mais la chanson agit aussi "par contraste". Son choix par l’auteur n’est certainement pas gratuit ; car les paroles disent la liberté et l’insouciance dans un vaste espace9, et s’inscrivent à contrario du choix de vie de Ya. Elle revendique tout de même ces possibilités, et c'est cette attitude qui séduira le Ministre. Ce faisant, elle se situe tout à fait en marge de son milieu.

  • 10 André Ntonfo, art. cit., p. 56.
  • 11 Ibidem, p. 58.

4Par contre, à la fin du roman, où on retrouve la même spatio-temporalité (le bar et la nuit), apparaît une différence avec la première évocation qui ouvrait le roman. Les musiciens jouent seulement des "slows", plus adaptés à cet endroit, parlant de nuit, de cœur à prendre… "Plus d’orage, plus d’accident" (p. 167) dans la vie de cette femme. Plus de "couple insolite" non plus : l’expression de André Ntonfo, concernant le Ministre et la Prostituée, ces "deux. êtres dont l’association, même dans la fiction romanesque, relève de l’insolite"10, souligne l’appartenance des deux personnages aux figures de la marginalité. La jeune femme, qui entre temps a été contrainte par les rebelles à travailler pour eux, a repris la vie qu’elle menait naguère, après avoir été arrêtée, puis libérée par les forces de sécurité. "L’action s’ouvre dans une boîte de nuit et se referme dans la même boîte de nuit, autour de la même prostituée et peut-être du même Américain, d’où l’impression ressentie par le lecteur que l’on ne sort jamais de cette “boîte”, ni de cette nuit, tout au long du récit."11 Certes, tout est pareil, la boucle est bouclée, pourrait-on dire, ce que souligne l’accompagnement musical : on entend à nouveau la chanson d’Outta Season, dont certains passages sont cités (en anglais) et la chanson de Moustaki qui lui paraît correspondre à son état d’âme. Le chant sur lequel elle danse lui permet de s’évader hors des réalités, de redevenir complètement ce qu’elle a été, avant sa fugue dans la marginalité. Il la "réconciliait avec (son) image". "Le voyage est terminé" est-il écrit (p. 167). Mais on ne peut s’empêcher de remarquer que la chanson parle d’un matin de souvenirs et d’un autre jour : peut-être pourra-elle oublier et commencer une vie nouvelle ?

Des "trouées" poétiques

Le poème de Stephen George

  • 12 Jacques Howlett, préface, p. 8.

5La "marginalité intertextuelle" s’affirme avec force avec les extraits du poème de Stephen George, poète allemand, "appartenant au recueil Der Stern des Bundes"12 qui s’inscrivent également dans les deux premiers chapitres. À qui appartiennent ces strophes ? : à l’air joué par l’orchestre, aux pensées du personnage ? :

6Elle aurait aimé danser ; s’accrocher à Stephen George, se convaincre du mystère de son propre cœur de manière à pouvoir s’inscrire avec bonheur dans la mort des mots bien entretenus par la vie d’un air :

“Ne les prends point au glaive, au trône

De tout grade, les dignitaires ont tous l’air vulgaire et charnel.

Le même œil de bête à l’affût…”

  • 13 Ibidem.
  • 14 Bernard Mouralis, art. cit., p. 69.

7Bien que mis en relation avec les privilégiés du régime, les strophes apparaissent, de prime abord, comme en décalage par rapport au texte de l’écrivain zaïrois ; son préfacier parle à juste titre des "éclats insolites"13 par lesquels ils "trouent" la description de la boîte de nuit qui ouvre le récit, accentuant une "marginalisation" du décor. Leur insertion dans l’évocation d’un lieu voué à des plaisirs plus légers est en effet surprenante : avant les chansons évoquées précédemment, "un air monte, englobant", et sa tonalité est vraiment sombre : "Quand on descellera la dalle de ma tombe afin d’y mettre un second locataire, la tombe ayant appris la façon qu’ont les femmes de servir de lit à plus d’un…"(p. 19). Ces passages, par leur tonalité poétique, tranchent nettement sur le ton général du récit, sur "la sécheresse du style, l’ascèse qui se manifeste au niveau de l’écriture"14. Nous voyons se dégager un mouvement qui est double. Certes, les comparaisons présentes dans les vers empruntent un de leurs termes à l’atmosphère ambiante, rappelant la prostitution, par les thèmes du lit et des femmes ; l’évocation des corps enlacés entraîne l’image de "ce lumineux bracelet de cheveux". Mais il s’agit en fait de tombes et d’os et de fossoyeurs, toutes choses étrangères à la danse et à la boisson.

  • 15 Jacques Howlett, préface, p. 8.
  • 16 Gérard Clavreuil, Alain Rouch, Littératures nationales d’écriture française, Histoire littéraire et (...)
  • 17 Bernard Mouralis, art. cit., p. 68.

8Il est vrai que "ce texte rare (le poème) ne chante pas par hasard dans la conscience rêveuse de cette jeune femme" : avec des accents "nietzschéens", il évoque "l’homme supérieur, le voyant, l’initié, le nouveau seigneur, seul de son rang"15, image qui correspond au Ministre, mettant l'accent sur sa solitude. Le poème se glisse donc tout naturellement dans l’esprit de Ya, en quête d’expériences nouvelles ; elle est séduite par la puissance et la richesse du haut fonctionnaire, certes, mais la lecture peut aller plus loin, nous permettant de parler pour les deux de volonté de se dépasser : "Qu’est-ce qui peut les rapprocher, l’argent, le sexe, l’amour ? l’amour, oui bien sûr, mais peut-être davantage la recherche d’un absolu qui les transcende."16 Ce poème annonce donc en quelque sorte sa rencontre avec le Ministre et l’aventure marginale qu’elle vivra. C'est ici que l'adjectif "immonde" prend tout son sens. Il peut certes s'appliquer au Ministre qui va accepter que soit sacrifiée l'amie de Ya, comme l'a exigé le Maître d'une société secrète d'initiation, mais aussi à Ya qui, arrêtée et interrogée, laissera entendre par lâcheté que son amant trahissait. Mais "immonde(s)", ils le sont surtout aux yeux de la société, qui n'admet pas qu'on ne se plie pas à ses lois. Ils sont ainsi marginalisés, en tant qu'"êtres impurs et avec lesquels il faut se garder de tout contact"17.

Un "érotisme de l’écart" : Les Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs

  • 18 F. Court-Perez, article "Pierre Louÿs", Dictionnaire des littératures de langue française, Paris, B (...)
  • 19 Jacques Howlett, dans la préface au roman, questionne justement : "Qui est immonde ? Le fort et la (...)

9C’est aussi dans la boîte de nuit, où, cette fois, le Ministre prend un verre avec un ami avocat (chapitre 2) qu’ils récitent des vers des Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs. Francine Court-Perez écrit à propos de l’œuvre de Pierre Louÿs : "(elle) ne fut jamais destinée à un large public, comme si elle était vouée à une pénombre dont elle ne serait jamais sortie"18. Cette remarque prend tout son sens dans le contexte de la scène, quand on sait que ce sont deux privilégiés du régime qui récitent ces vers, dans la "pénombre" d’une boîte de nuit. Ces textes dont l’érotisme ici est en teintes légères et a des accents dramatiques surprennent dans ce lieu - et d’ailleurs, "La serveuse les regardait ahurie", p. 72 - et viennent ponctuer également l’ambiguïté majeure de tout le roman, à laquelle le Ministre donne alors un élément de réponse, de son point de vue : "Tu comprends, l’immonde, ce serait de vivre prisonnier avec les pourceaux. "(p. 71)19.

  • 20 Bernard Mouralis, art. cit. p. 68.

10À nouveau, par l'insertion d'un poème, est soulignée la volonté de vivre différemment, fût-ce au prix d'une mise à l'écart. L'affirmation fortement imagée du Ministre montre le caractère ambivalent de ce couple, défini ainsi par Bernard Mouralis : "Ce que la société considère comme une impureté foncière correspond, en fait, chez l'un comme chez l'autre, à une exigence de dépassement de soi et même à une soif de pureté (…)"20.

  • 21 F. Court-Perez, art.cit., p. 1339.

11Le désir s’exprime pleinement dans ces textes poétiques. Leur récitation permet au Ministre d’exprimer tout un aspect de lui, associé à un besoin de liberté, qui en fait un personnage différent de ceux qui l’entourent dans la sphère du pouvoir : "Autant essayer d’oublier vraiment. Dans une jouissance gratuite. Ici et ailleurs, librement", dit-il (p. 71). Et c’est pour cela que l’aventure du Ministre n’est pas sans rappeler certaines quêtes des Chansons de Bilitis : "L’Eros se plaît à la métamorphose (…), oublie l’âge ou la différence sociale et se joue des tabous", dit encore F. Court-Perez qui parle d’un "érotisme de l’écart"21. Ces termes peuvent aussi qualifier pleinement la relation des deux personnages du roman, placée sous le signe du décalage et de la marginalité.

12On voit que le choix des emprunts intertextuels est loin d’être gratuit, d’autant plus que la séparation et la mort, thèmes qui se profilent dans les textes du poète français, vont se retrouver bien vite dans le roman de Mudimbé.

  • 22 Jacques Howlett, préface, p. 8.
  • 23 André Ntonfo, art. cit., p. 56. Il parle aussi d'"association (…) insolite" des deux personnages.
  • 24 Trois, si l'on se rappelle que B. Mouralis parlait également de "couple insolite", art. cit. p. 67.

13De nombreuses autres insertions d'"écrits dans l'écrit" peuvent être relevées dans le roman de l'écrivain zaïrois, comme les lettres écrites à Ya par le Ministre, pendant un Conseil, ou encore des extraits de journaux. Mais ce sont surtout les poèmes mis en abyme dans l'écriture romanesque qui apparaissent comme autant d'"éclats insolites"22 pour "un couple insolite"23 sur lequel se focalise le récit. Ces expressions citées dans notre étude sont de deux critiques différents24. Pourtant, c'est le même qualificatif qui revient sous leur plume, montrant ainsi que l'intertextualité et l'interaction des langages artistiques, présentes dans le récit, sont bien à même d'en souligner les significations majeures.

  • 25 Pius Ngandu Nkasma, op. cit., p. 637.

14Mais de même que "la normalisation" revient à la fin du texte, où seuls sont joués des slows dans la boîte de nuit où règne l'obscurité, où on ne trouve plus trace d'extraits de poèmes, de même la métamorphose, que laissaient espérer les textes étrangers à l'univers de la prostitution et du pouvoir, ne se produira plus. Ya retourne à son ancienne vie et le Ministre mourra brûlé vif dans sa voiture (accident ou attentat ?), "brisé par un système social qu'il n'avait pu ni assumer, ni consumer"25. La marginalité a été ici un véritable "éclat insolite", mais vite terni par les préjugés et les règles de la société.

Bibliographie

Clavreuil, Gérard, Rouch, Alain, Littératures nationales d'écriture française, Histoire Littéraire et Anthologie, Paris, Bordas, 1987.

Court-Perez, Francine, article "Pierre Louÿs", Dictionnaire des littératures de langue française, J. P. de Beaumarchais, D. Couty, A. Rey, 3 tomes, Paris, Bordas, Tome II, pp. 1339 – 1340.

Mouralis, Bernard, article "Le Bel Immonde", Dictionnaire des œuvres littéraires négro-africaines de langue française, sous la direction de Ambroise Kom, Québec/Canada, Éditions Naaman, Paris, A. C. C. T., 1983, pp. 66 – 69.

Mudimbé, Valentin-Yves, Le Bel Immonde, Paris, Présence Africaine, 1976, préface de Jacques Howlett.

Ntonfo, André, "Le Bel Immonde", de V. Y. Mudimbé ou le renouveau du roman en Afrique Centrale", Nouvelles du Sud, n° 8 spécial, Littératures africaines, juin-juillet-août 1987, Ed. Silex, pp. 56 – 59.

Pius Ngandu Ngashama, Littératures africaines, Paris, Silex éditions, 1984.

Notes

1 Paris, Présence Africaine, 1976, préface de Jacques Howlett.

2 Valentin-Yves, devenu par souci d’authenticité, Vumbi Yoka Mudimbé.

3 Bernard Mouralis, article "Le Bel Immonde", Dictionnaire des œuvres littéraires négro-africaines de langue française, sous la direction de Ambroise Kom, Québec/Canada, Éditions Naaman, Paris, A.C.C.T., 1983, p. 67.

4 André Ntonfo, "Le Bel Immonde de V.Y.Mudimbé ou le renouveau du roman en Afrique Centrale", Nouvelles du Sud, n° 8 spécial, Littératures africaines, juin-juillet-août 1987, Éd.Silex, p. 56. Il précise : "Ce faisant, (le romancier) se démarque nettement de ses pairs surtout préoccupés par l’analyse des structures en place dans leur pays."

5 Pius Ngandu Ngashama, Littératures africaines, Paris, Silex éditions, 1984, p. 638.

6 Certains membres de l’ethnie à laquelle appartient Ya sont en rébellion contre le pouvoir central.

7 B. Mouralis, art. cit., p. 68.

8 Il présente très vite des connotations différentes de l’appartement que le Ministre offrira à sa maîtresse, où elle a l’impression d’être mise en scène, où elle se sent prisonnière.

9 Danse tant que tu peux, danse autour de la terre, libre comme un poisson, comme un oiseau dans l’air (…), etc.

10 André Ntonfo, art. cit., p. 56.

11 Ibidem, p. 58.

12 Jacques Howlett, préface, p. 8.

13 Ibidem.

14 Bernard Mouralis, art. cit., p. 69.

15 Jacques Howlett, préface, p. 8.

16 Gérard Clavreuil, Alain Rouch, Littératures nationales d’écriture française, Histoire littéraire et Anthologie, Paris, Bordas, 1987, p. 488.

17 Bernard Mouralis, art. cit., p. 68.

18 F. Court-Perez, article "Pierre Louÿs", Dictionnaire des littératures de langue française, Paris, Bordas, 1984, tome II, p. 1339.

19 Jacques Howlett, dans la préface au roman, questionne justement : "Qui est immonde ? Le fort et la fille ou l’ordre aveugle ? " (p. 9).

20 Bernard Mouralis, art. cit. p. 68.

21 F. Court-Perez, art.cit., p. 1339.

22 Jacques Howlett, préface, p. 8.

23 André Ntonfo, art. cit., p. 56. Il parle aussi d'"association (…) insolite" des deux personnages.

24 Trois, si l'on se rappelle que B. Mouralis parlait également de "couple insolite", art. cit. p. 67.

25 Pius Ngandu Nkasma, op. cit., p. 637.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search