Version classiqueVersion mobile

Figures du marginal dans la littérature française et francophone

 | 
Arlette Bouloumié

Marginal, le traducteur ?

Joseph Garreau

Texte intégral

Ils errent en marge des oeuvres, déprimés ou excités, ce qui revient au même, condamnés à ne pas être cités, à passer aux oubliettes de la création. Ils en ont assez de cet anonymat. Les traducteurs existent ! Encore faut-il définir cette existence paradoxale dans la mesure où, plus une traduction est accomplie, moins on pense au truchement et plus elle est ratée, plus on le fustige.

Thilde Barboni, “Le blues du chevalier inexistant”, Le Monde, 12 novembre 1999.

  • 1 Il convient cependant de corriger ce cliché rabâché par la remarque suivante d’Antoine Berman : “La (...)
  • 2 On trouvera dans La médiation de l’étranger : une sociolinguistique de la traduction, Artois Presse (...)

1Sans doute faut-il être possédé d’une forte dose de naïveté, pour ne pas dire d’outrecuidance, pour se risquer, dans ce numéro spécial consacré à figure du marginal dans la littérature, à vouloir gloser sur le péripatétique métier de traducteur, quasi aussi vieux que l’autre1. Tant il est vrai, comme le souligne d’emblée Jean Peeters, qu’à chaque fois qu’est publié un nouvel ouvrage ou un nouvel article sur la traduction, se pose la question de son utilité2.

  • 3 Cité par Genette, in Mimologiques, Paris, Le Seuil, 1976, p. 259.
  • 4 Selon Robert Cladbourne, auteur de Life and Times of the English Language, l’anglais excéderait de (...)

2Mais voilà : à l’instar de Mallarmé, maître d’anglais de son métier, mutatis mutandis il s’entend car ma tâche n’a jamais consisté comme la sienne à “traduire des poètes qu’on ne peut traduire”, je suis de même fasciné par ma langue d’adoption, cette langue double où se mêlent et se composent, sans pourtant se confondre, les héritages de la langue d’oïl et de l’anglo-saxon, et dans laquelle, écrivait le “Maître”, “nos mots (sont) gênés par le devoir étrange de parler une autre langue que la leur3”. Une langue immensément riche, avec 50 000 mots d’usage courant alors que le français et l’allemand n’en ont chacun qu’environ 20 0004.

  • 5 Mimologiques, op. cit., p. 273.
  • 6 Je citerai notamment Language and Learning : The Debate between Jean Piaget and Noam Chomsky, Edite (...)
  • 7 Cité par Gilles Farcet, “De la traduction comme nomadisme intellectuel: entretien avec Kenneth Whit (...)

3Oui, c’est bien la fascination de cette “langue autre”, pour reprendre l’expression de Genette5, mienne depuis bientôt quatre décennies, qui m’a amené, en plus de mon travail d’enseignant de langue et de littérature françaises à aimer et à faire quelques traductions6. Et puis, comme le remarque Kenneth White, il est si vrai que “le fait de se mouvoir entre deux langues (vous) conduit à leur prêter plus d’attention7.”

  • 8 Le Débat, nº 22, 1982, p. 898. Cité par Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger. Culture et traduct (...)

4Reste qu’en France, existe encore chez d’aucuns un certain degré de superbe qui leur fait croire que l’oeuvre de leurs “monstres sacrés” serait, semble-t-il, comme émasculé en traduction. Ainsi, dans un article intitulé “L’édition française face à Babel”, consacré à la nécessité de la diffusion de la langue et de la littérature françaises, Bernard Catry évoquait la possibilité de stimuler “la traduction en langue étrangère des ouvrages français”, ce qui pourrait inciter les lecteurs étrangers à lire ces mêmes oeuvres dans l’original, et donc à apprendre le français. Il ajoute en passant : “Bien entendu, Sartre en anglais n’est plus Sartre8”. Voilà une incise qui en dit long déjà sur la dévalorisation de la traduction et du “tant louable labeur de traduire” vanté par Du Bellay. Que nous sommes loin de Renan qui écrivait qu’une oeuvre non traduite n’est publiée qu’à demi !

  • 9 Marilyn Gaddis Rose, "What's the English for approche floue?", Meta, XL, 1995, p. 385. Le mot "grap (...)
  • 10 Bernard Vidal, “Communication, traduction et transparence : de l’altérité du traducteur”. Meta, XL, (...)
  • 11 Sur Mallarmé traducteur, voir Pierre Gobin, “Mallarmé traducteur, ou le contresens heuristique”, TT (...)

5Et pourtant si, aux Etats-Unis par exemple, Sartre a joui comme philosophe d’une première période de notoriété – rappelons que la traduction de L’être et le néant (1943) date de 1956 - c’est avant tout grâce à la traduction de L’idiot de la famille (1972-1975), par Carol Cosman (1985-1994), que notre “graphomane” a connu comme romancier sa seconde réputation9. Ajoutons cette note ironique : Sartre n’avait-il pas élaboré toute une vision de Faulkner à partir d’un fragment de traduction et, qui plus est, sur un contresens du traducteur10 ? Quant à Faulkner lui-même, ne doit-il pas son retour en grâce aux Etats-Unis qu’après avoir été traduit et critiquement acclamé en France ? De son côté, T. S. Eliot prétend que l’importance concédée à Poe à la fin du xixe siècle serait due à une connaissance imparfaite de l’anglais de la part de Baudelaire et de Mallarmé11.

  • 12 Lire en particulier “Passer d’une culture à l’autre”, Entretien avec Noël Dutrait, professeur à l’U (...)

6Et ce dernier exemple proche de nous : le 12 octobre 2000, l’écrivain français de langue chinoise, Gao Xingjian, poète, romancier, dramaturge, et lui-même traducteur de Prévert, Ionesco, Ponge et Michaux, recevait le prix Nobel de littérature pour son roman La Montagne de l’âme. Pour une large part, ce sont, soulignons-le, ses traducteurs, qui lui ont permis de recevoir ce prix12.

  • 13 Jenaro Talens, “L’écriture qu’on appelle traduction”, Meta, XXXVIII, nº 4, 1993, p. 630.
  • 14 On attribue à Gilles Ménage (1613-1692) l’expression de “belle infidèle”. Commentant une traduction (...)
  • 15 “reads a little too well”, a-t-on reproché à la traduction anglaise (1946) de L’étranger (1942) par (...)
  • 16 “L’écrivain et son traducteur”, Le Monde, 19 février 1999.

7Dans le prologue de sa version de Tacite, d’Alembert recommande que l’on ne soit pas trop exigeant envers le traducteur. Si ce dernier, dit-il, est capable d’offrir à son lecteur un texte fidèle et proche de l’original, il a accompli sa mission13. Fidèle évidemment, car dès qu’une traduction se veut libre, trop lisse ou trop leste, “belle infidèle” selon le bon mot à succès de Ménage14, bref “se lit trop bien”, elle sera taxée de trahison15. “Il est d’ailleurs symptomatique, note à ce propos Pierre Deshusses, que la plupart des termes servant d’appréciation à la traduction ressortissent au vocabulaire amoureux : fusion, exaltation, fidélité, trahison”16.

  • 17 Oeuvres françoises, Paris, Morel, 1569, cité par Littré, Dictionnaire de la langue française, tome (...)
  • 18 Traduction et traducteurs au Moyen Âge. Introduction. Existe-t-il une science de la traduction ? Pa (...)

8Voilà qui nous amène au fameux traduttore traditore, déjà connu de Du Bellay, dont la langue permet encore de reproduire en français le jeu de mots de l’italien : “Que diray-je d’aucuns, vrayement mieux dignes d’estre appellez traditeurs que traducteurs ? veu qu’ils trahissent ceux qu’ilz entreprennent d’exposer17”. Remarquons avec Maurice Pergnier18 que le célèbre adage, d’ailleurs habituellement mal traduit en français par “traduction trahison”, s’applique non point à la traduction mais aux traducteurs eux-mêmes.

9Répétons-le : les critiques s’aventurent rarement à parler de près du travail des traducteurs et, quand ils le font, comme le signale Thilde Barboni, citée en exergue, c’est souvent pour les fustiger, ou bien lorsque telle traduction provoque une polémique. Ainsi, lors de la Résolution nº 242 que les Nations-Unies adoptèrent en 1967 après la guerre des six jours demandant à Israël “le retrait [des forces armées israéliennes] des territoires occupés [pendant le récent conflit] – la traduction française souleva des controverses qui durent toujours. L’absence d’article défini en anglais (“withdrawal from occupied territories”) autorisait des interprétations abusives ; la grammaire française exigeait une précision qui fit accuser le traducteur de partialité.

  • 19 Voir à ce sujet Michael Cronin : “Shoring up the Fragments of the Translators’Discourse : Complexit (...)
  • 20 Voir plus particulièrement : "Women Writers and Translation in Eighteenth-Century France", The Fren (...)

10Marginal, le traducteur ? Changeons de genre et posons la question au féminin. Il y aurait là matière à tout un livre. Il importerait, en particulier, de souligner que c’est sous l’impulsion des théories féministes de la traduction et du post-structuralisme que plus d’attention a été portée à la signature du traducteur19. Déjà, au dix-huitième siècle, ainsi que nous le montre Marie-Pascale Pieretti, les Anne Dacier, Emilie du Châtelet, Marie-Jeanne Riccoboni et Madame Thiroux d’Arconville, par exemple, considéraient la traduction comme une forme de stratégie qui aiderait à modeler la culture du siècle des Lumières20. Il n’est qu’à lire à ce sujet les préfaces, notes et textes critiques ajoutés à leurs traductions de travaux littéraires et scientifiques.

  • 21 Les traducteurs dans l’histoire, op. cit., p. 154.
  • 22 Cité par Margaret Patters Hannay, Silent but for the Word. Tudor Women as Patrons, Translators and (...)

11Comme nous le rapportent, de leur côté, Jean Delisle et Judith Woodsworth, en Occident, durant le Moyen Âge et la Renaissance, la traduction était pour les femmes l’une des seules pratiques d’écriture socialement acceptable21. La société anglaise, pour sa part, autorise les femmes à traduire uniquement des textes religieux, et leurs traductions étaient généralement publiées sous le couvert de l’anonymat. Si l’on apprenait qu’une traduction était l’oeuvre d’une femme, le manuscrit ne sortait guère du cercle des intimes. Est-il besoin de rappeler ce qu’écrivait John Florio (v. 1553-1625), traducteur de Montaigne en langue anglaise : “Les traductions étant toujours fautives, elles sont forcément féminines22” ?

  • 23 “In the history and theory of literature translation has not been a subject of first importance. It (...)
  • 24 La Bible est l'ouvrage le plus traduit dans le monde, puisqu'un livre au moins de l’Ancien ou du No (...)
  • 25 En réalité, c’est à tort que l’on a attribué à Longin ce petit chef-d’oeuvre de critique littéraire (...)

12Et pourtant, comme le note George Steiner, Florio lui-même aurait-il aujourd’hui sa modeste place dans la littérature anglaise sans l’utilisation que Shakespeare a fait de Montaigne et de Plutarque ? Dans l’histoire de la littérature, ajoute-t-il, peu d’importance est accordée à la traduction. Si tant est qu’elle y figure, ce n’est que de façon marginale23, l’exception étant l’étude de la transmission et de l’interprétation de la Bible24. Ne nous a été laissé, par exemple, aucun traité comparable à la Poétique d’Aristote ou au traité de Longin sur le sublime25.

  • 26 “La traduction littéraire : une profession à part entière ?” in La traduction, une profession. Acte (...)

13La Fédération Internationale des Traducteurs (FIT), grâce à laquelle les traducteurs ont pu finalement affirmer leur identité professionnelle ne date que de 1953. Que j’y ajoute ce souvenir personnel : c’était à Montréal en 1977, au VIIIe congrès mondial de la FIT, dont le thème était précisément : La traduction, une profession. Claude Noël, la présidente fondatrice (1973) de l’Association des traducteurs littéraires de France (lesquels tiennent en Arles depuis 1983 leurs Assises annuelles), y faisait ce constat : “Le traducteur littéraire est un éternel exploité. Sa condition est encore une survivance des siècles passés, du temps où l’on traduisait par pur dilettantisme26”.

14Est-il besoin de rappeler également ce qu’écrivait le voyageur cultivé, critique et traducteur que fut Valery Larbaud, aux premières pages de Sous l’invocation de saint Jérôme ?

  • 27 Paris, Gallimard, 1946, réédité 1957. A propos de l’influence de nos “grands auteurs”, citons par e (...)

L’idée d’un essai qui aurait pour titre : ‘De l’éminente dignité des traducteurs dans la République des Lettres’ semble à première vue séduisante. On perçoit le parallèle avec le sermon de Bossuet sur l’Éminente dignité des Pauvres dans l’Église, et on en devine le développement : le traducteur est méconnu ; il est assis à la dernière place ; il ne vit, ainsi dire que d’aumônes ; il accepte de remplir les plus infimes fonctions, les rôles les plus effacés ; “servir” est sa devise, et il ne demande rien pour lui-même, mettant toute sa gloire à être fidèle aux maîtres qu’il s’est choisis, fidèles jusqu’à l’anéantissement de sa propre personnalité intellectuelle27”.

  • 28 Lire à ce sujet Outi Paloposki, “Originality and the Defence of Translation”, The Translator, vol. (...)
  • 29 Pour une critique des traductions : John Donne, op. cit., p. 246, note 24.
  • 30 Paris, Gallimard, 1963, p. 7. Réédition en livre de poche : collection Tel, nº 5. En ce qui concern (...)
  • 31 Mémoires d’un traducteur. Entretiens avec Christian Giudicelli, Paris, Gallimard, 1964, p. 131. Coi (...)

15Nous le savons aussi : les préfaces des traducteurs sont notoirement apologétiques par nature28. Et Antoine Berman de s’en prendre à “l’humilité excessive, pour ne pas dire d’une pénible servilité29” de la préface de Dominique Aury aux Problèmes théoriques de la traduction de Mounin dans laquelle elle écrivait : “Dans l’armée des écrivains, nous autres traducteurs, nous sommes la piétaille30”. Maurice-Edgar Coindreau abonde dans le même sens : “Un traducteur n’a aucun droit, il n’a que des devoirs31”.

  • 32 “Translation Against Misunderstanding”, in La traduction, une profession, op. cit., p. 279 (ma trad (...)
  • 33 “L’une des premières choses que je voudrais faire, c’est exprimer mes condoléances à la veuve de mo (...)

16De son côté, élaborant sur ce qu’écrivait Steiner, György Radó, le rédacteur en chef de Babel, organe de la FIT, faisait au même congrès de Montréal cette constatation : “Nous connaissons tous le nom d’Aristote, mais qui connaît les noms de ceux qui ont préservé certaines de ses idées avec leurs traductions ? Qui connaît les noms des interprètes présents aux pourparlers de paix, tandis que sont glorifiés ceux des généraux-assassins32 ? En référence à ce dernier mot d’assassins, ne pouvons-nous pas ajouter que si la presse a retenu le nom de Hitoshu Igarashi, le traducteur japonais des Satanic Verses de Salman Rushdie, n’est-ce pas parce qu’il fut poignardé à mort le 12 juillet 1991 pour ce “sacrilège”33 ?

  • 34 Voir à ce sujet “Les traducteurs, acteurs sur la scène du pouvoir” in Les traducteurs dans l’histoi (...)

17L’image que projette la télévision des interprètes est, à cet égard, l’image même de ceux qui agissent en marge. Regardons les chefs d’Etat qui, pour la plupart, ont recours au service d’un interprète. L’homme au pouvoir souhaite la bienvenue à son hôte, mais ce n’est qu’après ce geste d’accueil initial qu’intervient en retrait son “porte-parole”, à qui il ne convient même pas de saluer son ou ses homologues de l’autre délégation avant le début de la rencontre officielle34.

  • 35 Sur Philippe Jaccottet on pourra lire en particulier, sous la plume de Jérôme Garcin, “L’ignorant m (...)
  • 36 D’Umberto Eco on lira avec intérêt Experiences in Translation, (publication d’une série de conféren (...)
  • 37 Cité par Peter Newmark, Paragraphs on Translation, op. cit., p. 4. Lire aussi à ce sujet Jacqueline (...)
  • 38 “A Speech For the Defense of the Visible and Audible Translator”, Translation Review, nº 38-39, 199 (...)

18“L’effacement soit ma facon de resplendir”, a écrit le poète-traducteur Philippe Jaccottet35. Et William Weaver, le traducteur célébré d’Umberto Eco36 aux Etats-Unis, considère même comme une marque de “reconnaissance” le fait que l’on se taise à son égard. Quand un critique, écrit-il en substance – et sans doute avec un brin d’humour - néglige de mentionner le traducteur, celui-ci devrait considérer cette omission comme un compliment envers son anonymité, un réel succès37. Ceci, l’on s’en doute, n’est point l’opinion de tous. L’éditeur allemand Bärbel Flad, auteur de sa propre ‘défense et illustration’ pour la visibilité du traducteur38, se plaint de n’avoir rencontré, sur un total de plus de soixante-dix élogieux comptes rendus de la traduction allemande du roman de García Márquez, El Amor en los tiempos del cólera, que quatre références à son traducteur, Dagmar Ploetz, avec des mots tels que “élégant” ou même parfois “incorrect”, sans que jamais ne soit mentionné que c’était grâce à l’art et à l’habileté du traducteur qu’étaient transposées les images ou les métaphores hardies du style de l’auteur ou qu’étaient soigneusement conservées certaines analogies.

19Permettez que j’y ajoute cet exemple tout récent : lu, dans le Boston Globe du dimanche 25 novembre 2001, un compte rendu du dernier livre de Mario Vargas Llosa, La Fiesta del chivo, dans lequel l’auteur péruvien fait revivre les derniers jours du dictateur Rafael Trujillo, au surnom bien connu de chivo, i.e. de bouc. Si le nom d’Edith Grossman, bien connue aux Etats-Unis pour ses traductions de García Márquez et de Vargas Llosa, apparaît sur la page même du titre, absolument rien n’est dit de sa traduction dans ce compte rendu, à moins qu’il ne faille extrapoler du “immensely readable” (‘immensément’ lisible) une louange adressée à la traductrice.

20Que le statut social du traducteur soit aujourd’hui encore on ne peut plus flou, Sherry Simon l’a explicité mieux que quiconque.

  • 39 “Conflits de juridiction, la double signature du texte traduit”, Meta, XXXIV, nº 2, 1989, p. 189. S (...)

Le nom du traducteur est historiquement le lieu d’une insignifiance radicale. Rattaché au texte traduit d’une manière analogue mais non pas identique à celle qui lie le nom de l’auteur à son texte, le nom de traducteur n’a ni contenu ni fonction précis. Si depuis la fin de la Renaissance le nom de l’auteur remplit des fonctions nécessaires à la mise en circulation et la réception du livre (sa fonction classificatoire, sa fonction explicative, sa fonction légale), le nom du traducteur est un supplément dont la fonction semble largement honorifique. Les doutes sur la signification du traducteur se réflètent jusque dans l’imprécision quant à la place physique accordée à ce nom dans l’espace d’un livre et de l’imprimé en général39.

  • 40 Voir, par exemple, à ce propos Antoine Berman, La traduction et la lettre, où il cite des exemples (...)
  • 41 Les traducteurs dans l’histoire, op. cit., “Au cours des âges, les traducteurs ont inventé des alph (...)
  • 42 Contrairement à ce que l’on a tendance à croire, l’alphabet dit “cyrillique” n’est pas une inventio (...)
  • 43 L’une des illustrations les plus manifestes est sans contredit “la Bible luthérienne, [qui] est en (...)

21Sans rien changer à ce qui est, était et sera de la marginalité sui generis du traducteur illustrée par toutes les métaphores négatives sur la traduction40, il y aurait cependant un autre volet à ouvrir sur une vision infiniment plus lumineuse de ces “artisans de l’ombre”. C’est ce que nous montrent déjà avec bonheur Jean Delisle et Judith Woodworth41, évoquant les traducteurs inventeurs d’alphabets – nous pensons, en particulier, à l’alphabet “glagolitique” (de glagol, “parole”, en vieux slave) de saint Cyrille42- les traducteurs bâtisseurs de langues nationales43, rédacteurs de dictionnaires ou encore importateurs de valeurs culturelles.

  • 44 “Les traducteurs, bâtisseurs de langues nationales” in Les traducteurs dans l’histoire, op. cit., p (...)

22En voulons-nous quelques exemples ? Nous pourrions, enjambant les siècles, et pour ne parler que de la création néologique, citer d’abord celui de Nicolas Oresme (v. 1320 - 1382), grand maître du collège de Navarre, théologien, savant et traducteur, qui fut précepteur du futur Charles V et joua un rôle important sous le règne de ce monarque. Fort de l’appui soutenu du roi, grand protecteur des arts et des lettres, il traduisit les grands traités de Ptolémée et d’Aristote et rédigea lui-même un traité de géométrie et de cosmographie. On le crédite de 450 néologismes subsistant dans le français contemporain : aristocratie, démagogue, législation, politique, sédition… et langue maternelle44.

  • 45 “Les traducteurs, bâtisseurs de langues nationales”, ibidem, p. 50. Lire aussi Henri Bergmann, “Tra (...)

23Dans leur entrerprise de création néologique, les traducteurs font aussi oeuvre de vulgarisateurs, soit en précisant sous forme de gloses le sens des mots nouveaux soit en ayant parfois recours à des binômes synonymiques, tels “le prix et la somme de rachat”, “selon la maniere et coustume du pays”. “Ce procédé va devenir un véritable tic chez les traducteurs et même les écrivains jusqu’à la fin du xvie siècle ; on en trouve encore des traces dans la langue : sain et sauf, sûr et certain45”.

24Et que dire alors de la langue anglaise, qui affectionne tout particulièrement ces redoublements, non seulement dans des expressions comme “safe and sound” parallèle au binôme français, mais aussi en combinant souvent un terme d’origine latine et l’autre d’origine anglo-saxonne, tels les doublets “deep and profound”, “hope and expect” ou encore celui de “liberty and freedom” du Book of Prayers ?

  • 46 A traduire simplement peut-être par “inter-échange”. Edgar Morin se plaît à faire remarquer à propo (...)

25La traduction (1603) que fit John Florio des Essais de Montaigne incluait dans sa préface un poème de Samuel Daniel à la louange de la traduction, dans lequel il chante “th’intertraffique of the minde46” que permet cette dernière. De son côté, Montaigne “donne la palme sur tous les écrivains français” à ce “prince des traducteurs” que fut Jacques Amyot, et que le Larousse nomme “l’un des créateurs de la prose classique”. En traduisant Plutarque, Amyot n’hésitait pas à créer par centaines des termes tels que atome, enthousiasme, gangrène, horizon, rythme, désormais courants dans notre langue.

  • 47 Marilyn Gaddis Rose, “What’s the English for approche floue ?” op. cit., p. 383 (ma traduction).

26Et nous tournant encore vers l’anglais et cette fois vers le vingtième siècle, nous pourrions tout aussi bien citer les exemples, moins connus sans doute, de Hazel Barnes, traductrice de Sartre (Being and Nothingness, 1956), une traduction critiquée à l’époque pour ses néologismes et pour la complexité de sa syntaxe, ou bien de Gayatri Spivack, traducteur de Derrida (Grammatalogy, 1976), critiqué de même pour son orthographe et son style idiosyncratique. Aujourd’hui les experts reconnaissent que “les traducteurs de ces bréviaires des mouvements postmodernistes de l’existentialisme et de la déconstruction prenaient des risques au nom de l’authenticité du texte47”.

  • 48 La médiation de l’étranger : une sociolinguistique de la traduction, op. cit., p. 322.

27Il est également indéniable que les traductions des oeuvres de Noam Chomsky ont modifié le service rendu dans l’étude du langage. Depuis celle de Syntactic Structures en 1969, suivie deux ans plus tard de la version française de Aspects of the Theory of Syntax, on n’a plus fait, note Jean Peeters, de linguistique comme avant48. C’est devenu un lieu commun de dire que les traducteurs de Chomsky ont importé en français de nouveaux concepts, tels celui de “structure profonde”, de “récursivité” ou de générativité”.

  • 49 “Regards sur la traduction non littéraire de langue française”, Meta, XXVII, nº 3, p. 173. Dans cet (...)

28Il faudrait également ajouter avec Henri Van Hoof, qui souligne avec raison que “le métier même de terminologue est issu de celui de traducteur”, que “la traduction scientifique [a] des lettres de noblesse aussi ancienne que la traduction littéraire49”.

  • 50 “Les traducteurs, importateurs de valeurs culturelles” in Les traducteurs dans l’histoire, op. cit. (...)

29Et pour finir, citons la science-fiction, synthèse du scientifique et du littéraire, même si la plupart de ses traducteurs ont été, ici encore, des travailleurs de l’ombre. Que serait-elle sans la traduction ? Soulignons en particulier le rôle de Boris Vian et de Raymond Queneau lorsque parurent aux début des années 1950 les premières traductions-adaptations. “En introduisant cette littérature en France, Vian et Queneau se font les agents d’importation de la vision du monde américanocentrique, même s’ils sont loin d’être dupes du pragmatisme et de l’hyperspécialisation qu’impose cette vision50”.

  • 51 La légende des anges, Flammarion, Paris, 1993, p. 296 et p. 102 respectivement.

30Echangeurs entre les langues, les traducteurs ont bien le droit pour Michel Serres de figurer “avec nos télégraphistes, facteurs, dans la compagnie des Anges”. Il ajoute ce commentaire énigmatique : “les pires Anges se voient ; les meilleurs disparaissent51”. N’en serait-il pas de même du traducteur, tant il est vrai, comme il a déjà été dit, que plus une traduction est accomplie, plus le truchement se fait invisible ?

  • 52 Et souvent, pourrait-on ajouter, des professeurs d’université. Ainsi, aux Etats-Unis, une bonne par (...)

31Faisant une recherche par Internet dans les archives du Monde, c’est le plus souvent dans les notices nécrologiques que j’ai découvert le nom de cette profession, et presque toujours en seconde place, tel celui de Gérard Granel, “enseignant, traducteur, penseur et écrivain” (Le Monde, 16 novembre 2000) ou encore celui de Pierre Klossowski, “écrivain, traducteur et dessinateur” (14 août 2001), ce qui s’explique quand on sait que la majorité des traducteurs sont des occasionnels52.

  • 53 “Traduire, interpréter : les mots pour le dire”. Terminologie et traduction, Luxembourg, Office des (...)
  • 54 The Norton Anthology of World Masterpieces : The Western Tradition, by Sarah N. Lawall (Editor), Ma (...)
  • 55 Biblique des derniers gestes, Paris, Gallimard, 2002.

32J’aurais aimé découvrir cet autre binôme à la racine synonymique : éducateur et traducteur. Car, ainsi que le note Alain Rey53, éducation et traduction procèdent du même radical ducere, dont le transducere a donné traduire et, accompagné du préfixe ex- “hors de”, educare, a donné éduquer, qui signifie à l’origine “faire sortir”. Si, comme il le dit si bien, “le traducteur est le passeur et le pasteur des mots qui les conduit jusqu’aux lecteurs”, il en va de même pour ceux d’entre nous qui ont choisi la profession d’enseignant, laquelle se double nécessairement de celle d’éducateur. Or – et je terminerai sur cette question, qui est en même temps tout un programme : le sens du mot liberal, dans ce que nous appelons ici Liberal Education, n’est-il pas de libérer l’esprit – the mind - de ceux qui sont confiés à notre charge des liens qui pourraient les enchaîner à leurs habitudes et à leurs préjugés ? Et sur ce truisme : au coeur de celle-là, i.e. de notre core curriculum, il y a en particulier ces World Masterpieces, ces chefs-d’oeuvre de la littérature mondiale, de l’Ancien Testament à Calderón de la Barca dans un premier volume et de Molière à Chinua Achebe dans un second54. “Pas de littérature sans la parole qui va !”, écrit Patrick Chamoiseau55. Pas de littérature en traduction sans le passeur de mots qu’est Richard Wilbur pour comprendre Tartuffe ou sans Justin O’Brien pour lire L’Hôte de Camus dans la langue de Shakespeare.

Bibliographie

Balboni, Thilde. “Le blues du chevalier inexistant, “The blues du chevalier inexistant”, Le Monde, 10 novembre 2000.

Barnstone, Willis. The Poetics of Translation. Yale University Press, 1993.

Bassnett, Susan & Lefevere, André. Translation, History and Culture. London & New York, Pinter, 1990.

Belamich, André. “Saint Lorca, écrivain et martyr”, Nouvel Observateur, n° 1759, 1998.

Bergmann Henri. “Traducteur. co-auteur, terminologue ? Terminologie et Traduction. Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, 1993.

Berman, Antoine. L’épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris, Gallimard, 1984.

Berman, Antoine. Pour une critique des traductions : John Donne. Paris, Gallimard, 1995.

Chamoiseau, Patrick. Biblique des derniers gestes, Paris, Gallimard, 2002.

Coindreau, Maurice-Edgar. Mémoires d’un traducteur. Entretiens avec Christian Giudicelli, Paris, Gallimard, 1964.

Cronin, Michael. “Shoring up the Fragments of the Translators’Discourse”, Meta, XL, nº 3, 1995.

Delisle, Jean & Woodsworth, Judith. Les traducteurs dans l’histoire, Presses de l’Université d’Ottawa, 1995.

Deshusses, Pierre. “L’écrivain et son traducteur”, Le Monde, 19 février 1999.

Dutrait, Noël. “Passer d’une culture à l’autre”, Le français dans le monde, nº 314, mars-avril 2001.

Ecco, Umberto. Experiences in Translation, University of Toronto Press, 2001.

Farcet, Gilles. “De la traduction comme nomadisme intellectuel : entretien avec Kenneth White”, Meta, XXXI, n° 3, 1986.

Flad, Bärbel. “A Speech for the Defense of the Visible and Audible Translator”, Translation Review, n° 38-39, 1992.

Gaddis Rose, Marilyn. “What’s the English for approche floue?”, Meta, XL, 1995.

Garcin, Jérôme. “Et c’est ainsi que Kafka est grand !”, Nouvel Observateur, n° 1752, 1998.

Gouanvic, Jean-Marc. Sociologie de la traduction : la science-fiction américaine dans l’espace culturel français des années 1950, Artois Presses Université, 1999.

Henry, Hélène. “Nabokov par lui-même”, Le Monde, 13 novembre, 1998.

Henry, Jacqueline. “La fidélité, cet éternel questionnement”, Meta, XL, n° 3, 1995.

Gobin, Pierre. “Mallarmé traducteur, ou le contresens heuristique”, TTR, vol 2, n° 2, 1989.

Ladmiral, Jean-René. Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Payot, 1979.

Larbaud, Valery. Sous l’invocation de saint Jérôme, Paris, Gallimard, 1946.

Lederer, Marianne. “Enjeux théoriques et pratiques de la traduction”, Le français dans le monde, n° 314, mars-avril 2001.

Loffler-Laurian, Anne-Marie. La traduction automatique, Presses Universitaires du Septentrion, 1996.

Morin, Edgar. “Entretien sur la traduction avec Edgar Morin”, Meta, XL, n° 3, 1995.

Mounin, Georges. Problèmes théoriques de la traduction, Paris, Gallimard, 1963.

Newmark, Pete. Paragraphs on Translation, Clevedon, Philadelphia, Adelaide, 1993.

Talens, Jenaro. “L’écriture qu’on appelle traduction”, Meta, XXXVIII, n° 4, 1993.

Nida, Eugene A. “Translation : Possible and Impossible”, Translation Perspectives, IX, 1996.

Noël, Claude. “La traduction littéraire : une profession à part entière.” La traduction, une profession. Ottawa, Conseil des traducteurs et interprètes du Canada, 1978.

Nouss, Alexis. “La traduction comme OVNI”, Meta, XL, n° 3, 1995.

Palopski, Outi. “Originality and the Defence of Translation”, The Translator, vol 7, n° 1, 2001.

Patters Hannay, Margaret. Silent but for the Word. Tudor Women as Patrons, Translators and Writers of Religious Works, Kent State University Press, 1985.

Peeters, Jean. La médiation de l’étranger. Une sociolinguistique de la traduction, Artois Presses Université, 1999.

Pergnier, Maurice. Traduction et traducteurs au Moyen Age, Paris, CNRS, 1989.

Pieretti, Marie-Pascale. “Women Writers and Translation in Eighteenth-Century France”, The French Review, vol. 75, n° 3, mars 2002.

Rabassa, Gregory. “No Two snowflakes are alike: Translation as metaphor”, The Craft of Translation, The University of Chicago Press, 1989.

Rey, Alain. “Traduire, interpréter : les mots pour le dire”, Terminologie et Traduction. Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, 1993.

Serres, Michel. La légende des anges, Paris, Flammarion, 1993.

Simon, Sherry. “Délivrer la bible : la théorie d’Eugène Nida”, Meta, XXXII, n° 4, 1978.

Simon, Sherry. Le trafic des langues, Montréal, Boréal, 1994.

Steiner, George. After Babel. Aspects of language & translation, Oxford University Press, (3ème éd.) 1998.

Talens, Jenaro. “L’écriture qu’on appelle traduction”, Meta, XXXVIII, n° 4, 1993.

Venuti, Lawrence. The Translator’s Invisibility: A History of Translation, London & New York, Routledge, 1995.

Vidal, Bernard. “Communication, traduction et transparence : de l’altérité du traducteur”, Meta, XL, n° 3, 1995.

Zuber, Roger. Les “Belles Infidèles” et la formation du goût classique, Paris, Armand Colin, 1968. Nouvelle édition, Paris, Albin Michel, 1995.

Notes

1 Il convient cependant de corriger ce cliché rabâché par la remarque suivante d’Antoine Berman : “La traduction, en tant que forme, n’est point du tout, comme on ne cesse de le répéter sottement, ‘le plus vieux métier du monde’. Pour nous, Occidentaux, elle a une origine, un lieu et un temps de naissance. Hors Rome, il n’y a que balbutiements, traductions pragmatiques, actes translatifs fermés, bref, tout ce qui a lieu avant le Commencement”. Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, Bibliothèque des idées, 1995, p. 21.

2 On trouvera dans La médiation de l’étranger : une sociolinguistique de la traduction, Artois Presses Université, Collection Traductologie, 1999, une dizaine de pages de bibliographie (pp. 345-357) que l’on pourrait ajouter à celles contenues dans l’ouvrage de Lawrence Venuti, dont le titre est lui-même tout un programme, The Translator’s Invisibility : A History of Translation, Routledge, Translation Studies, 1995, reprinted 1997 (pp. 324-344), ainsi qu’à la longue liste citée dans Les traducteurs dans l’histoire, sous la direction de Jean Delisle et Judith Woodsworth, Presses de l’université d’Ottawa, Editions Unesco, 1995 (pp. 291-329). Citons enfin la bibiographie choisie de George Steiner dans After Babel. Aspects of language & translation, third edition, Oxford University Press, 1998, (pp. 499-516), texte traduit en français sous le titre Après Babel. Une poétique du dire et de la traduction, trad. L. Lotinger, Paris, Albin Michel, 1978.

3 Cité par Genette, in Mimologiques, Paris, Le Seuil, 1976, p. 259.

4 Selon Robert Cladbourne, auteur de Life and Times of the English Language, l’anglais excéderait de plus de trois fois le nombre de mots existant dans les autres langues. Alors que les grands dictionnaires anglais renferment de 400 à 600.000 mots, les dictionnaires français n’en contiennent que 130.000. L’anglais dispose d’environ 50.000 mots d’usage courant, le français et l’allemand chacun de quelque 20.000. Cité par Peter Newmark, Paragraphs on Translation, Clevedon, Philadelphia, Adelaide, Multilingual Matters Ltd, 1993, p. 63. Citons également ce commentaire d’Emerson : “L’anglais est une mer qui reçoit des affluents de tous les coins du monde.”

5 Mimologiques, op. cit., p. 273.

6 Je citerai notamment Language and Learning : The Debate between Jean Piaget and Noam Chomsky, Edited by Massimo Piatelli-Palmarini, Harvard University Press, 1980, traduction de Théories du langage, théories de l’apprentissage, Paris, Le Seuil, 1979.

7 Cité par Gilles Farcet, “De la traduction comme nomadisme intellectuel: entretien avec Kenneth White, avec la participation de Marie-Claude White, Meta, XXXI, nº 3, 1986, p. 323.

8 Le Débat, nº 22, 1982, p. 898. Cité par Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris, Gallimard, Les Essais CCXXVI, 1984, p. 299.

9 Marilyn Gaddis Rose, "What's the English for approche floue?", Meta, XL, 1995, p. 385. Le mot "graphomane" se trouve sous la plume de Marc Lebiez dans son compte rendu de l'article d'Alain Renaut, "Sartre, le dernier philosophe" in La quinzaine littéraire, 30 novembre 1993.

10 Bernard Vidal, “Communication, traduction et transparence : de l’altérité du traducteur”. Meta, XL, nº 3, 1995, p. 374.

11 Sur Mallarmé traducteur, voir Pierre Gobin, “Mallarmé traducteur, ou le contresens heuristique”, TTR, vol 2, nº 2, 1989, pp. 141-151.

12 Lire en particulier “Passer d’une culture à l’autre”, Entretien avec Noël Dutrait, professeur à l’Université de Provence et traducteur du Prix Nobel de littérature 2000, Le français dans le monde, nº 314, mars-avril 2001, p. 44. Soulignons, entre autres, l’importance d’un André Vialatte, qui a introduit Kafka en France et qui, pendant trente ans, écrit Jérôme Garcin, “se dévoue corps et âme au “dieu” dont il s'est fait “le prophète étonné” (“Et c’est ainsi que Kafka est grand !”, Nouvel Observateur, nº 1752, 1998) ou encore celle d’un André Belamich, qui, pendant “des années, et des années, et des années”, s’est occupé à traduire Federico García Lorca, dont les oeuvres complètes ont paru dans la Bibliothèque de la Pléiade grâce à son traducteur. Certaines d’ailleurs, commente amèrement Belamich lui-même, ont “paru en français en 1981, dans la Pléiade, avant même que ça ne paraisse en Espagne. Les Espagnols n’ont, du reste, jamais mentionné mon travail” (“Saint Lorca, écrivain et martyr”, Nouvel Observateur, nº 1759, 1998).

13 Jenaro Talens, “L’écriture qu’on appelle traduction”, Meta, XXXVIII, nº 4, 1993, p. 630.

14 On attribue à Gilles Ménage (1613-1692) l’expression de “belle infidèle”. Commentant une traduction de Nicolas Perrot d’Ablancourt, il aurait eu ce mot d’esprit : “Je l’appellai [sic] la belle infidèle, qui était le nom que j’avais donné étant jeune à une de mes maîtresses.” Voir à ce propos : Roger Zuber, Les “Belles Infidèles” et la formation du goût classique, Paris, Armand Colin, 1968, nouvelle édition, Paris, Albin Michel, 1995.

15 “reads a little too well”, a-t-on reproché à la traduction anglaise (1946) de L’étranger (1942) par Stuart Smith, ce qui nous a valu en 1988 la re-traduction de Matthew Ward. Voir Marilyn Gaddis Rose, op. cit., p. 386. De même, à la traduction d’A la recherche du temps perdu, connue sous le titre Remembrance of Things Past (1932) par allusion à Shakespeare, a été substituée en 1981 une mouture plus serrée, titrée In Search of Lost Time.

16 “L’écrivain et son traducteur”, Le Monde, 19 février 1999.

17 Oeuvres françoises, Paris, Morel, 1569, cité par Littré, Dictionnaire de la langue française, tome 7. Voir aussi : Jean-René Ladmiral, Traduire : théorèmes pour la traduction, Paris, Petite Bibliothèque Payot, 1979, p. 91.

18 Traduction et traducteurs au Moyen Âge. Introduction. Existe-t-il une science de la traduction ? Paris, Editions du CNRS, 1989, p. XVI.

19 Voir à ce sujet Michael Cronin : “Shoring up the Fragments of the Translators’Discourse : Complexity, Incompleteness and Integration”, Meta, XL, nº 3, 1995, pp. 359-366. A lire également, dans ce même numéro de Meta, l’article d’Alexis Nouss, “La traduction comme Ovni”, pp. 335-342. Ce dernier nous rappelle combien l’oeuvre de Derrida, en raison de la place qu’occupe dans sa pensée la traduction, “offre d’éléments fertiles susceptibles de renouveler l’analyse du processus traductif : la differance, le supplément, le “double bind”, l’absence d’origine, etc.”, p. 337.

20 Voir plus particulièrement : "Women Writers and Translation in Eighteenth-Century France", The French Review, Vol. 75, nº 3, February, 2002, pp. 474-488.

21 Les traducteurs dans l’histoire, op. cit., p. 154.

22 Cité par Margaret Patters Hannay, Silent but for the Word. Tudor Women as Patrons, Translators and Writers of Religious Works, Kent State University Press, 1985, p. 9.

23 “In the history and theory of literature translation has not been a subject of first importance. It has figured marginally, if at all.” After Babel, op. cit., p. 284.

24 La Bible est l'ouvrage le plus traduit dans le monde, puisqu'un livre au moins de l’Ancien ou du Nouveau Testament est disponible dans 2261 langues et dialectes, représentant, affirme Nida, toutes les familles de langues de la terre, et qu’elle est traduite dans son entièreté en 383 langues. Le Nouveau Testament seul est disponible dans 987 langues. Lire à ce sujet : Eugene A. Nida, “Translation : Possible and Impossible” in Translation Perspectives, IX, sous la direction de Marlyn Gaddis Rose, 1996, pp. 7-24. Nida, l’éminent théorien de la traduction, connu surtout pour son principe de l’équivalence dynamique concernant la traduction de la Bible (1946), “a été le premier, nous rappelle Sherry Simon, qui a fermement installé les études de la traduction dans le domaine de la sociolinguistique et qui a fait de la traduction une activité socialement déterminée”. Voir aussi : Sherry Simon, “Délivrer la Bible : la théorie d’Eugène Nida”, Meta, XXXII, nº 4, 1987. En ce qui concerne l’interprétation de la Bible, l’on pourrait aussi citer, comme exemple de l’importance du rôle du traducteur, celui qu’avance André Lefevere : “L’araméen que Jésus est censé avoir parlé ne contient, par exemple, pas de copule. Par conséquent, il ne peut pas avoir dit à la dernière cène tout en désignant le pain : “ceci est mon corps”. La copule a été ajoutée par les traducteurs pour des raisons à la fois linguistiques et idéologiques.” “Translation : Its Genealogy in the West” in Translation, History and Culture, Edited by Susan Bassnett and André Lefevere, London & New York, Pinter Publishers, 1990, p. 25 (ma traduction). De son côté, Willis Barnstone accuse d’antisémitisme les premiers traducteurs du Nouveau Testament pour avoir traduit rabbi par maître, Jacob par Jean, Jeshua par Jésus ou encore Jehua par Judas. Voir The Poetics of Translation, Yale University Press, 1993, p. 55.

25 En réalité, c’est à tort que l’on a attribué à Longin ce petit chef-d’oeuvre de critique littéraire qu’est le Traité du sublime, traduit par Boileau, lequel daterait seulement de la première moitié du Ier siècle.

26 “La traduction littéraire : une profession à part entière ?” in La traduction, une profession. Actes du VIIIe Congrès mondial de la Fédération Internationale des Traducteurs, Publiés sous la direction de Paul A. Horguelin, Ottawa, 1978, p. 217.

27 Paris, Gallimard, 1946, réédité 1957. A propos de l’influence de nos “grands auteurs”, citons par exemple le titre de l’admirable essai d’Ortega y Gasset, “Misería y esplendor de la traducción” (1937), traduit en français – clin d’oeil à Balzac ? - sous le titre de “Splendeurs et misères de la traduction”.

28 Lire à ce sujet Outi Paloposki, “Originality and the Defence of Translation”, The Translator, vol. 7, nº 1, 2001, pp. 71-89.

29 Pour une critique des traductions : John Donne, op. cit., p. 246, note 24.

30 Paris, Gallimard, 1963, p. 7. Réédition en livre de poche : collection Tel, nº 5. En ce qui concerne les évolutions de la théorie de la traduction durant les cinquante dernières annnées, on pourra se reporter à la succincte mise au point de Marianne Lederer dans Le français dans le monde, nº 314, op. cit., pp. 44-45.

31 Mémoires d’un traducteur. Entretiens avec Christian Giudicelli, Paris, Gallimard, 1964, p. 131. Coindreau, déjà cité. est, on le sait, le traducteur de Faulkner. Un jour qu’il peinait sur un paragraphe, Faukner alla jusqu’à lui suggérer : “Tu n’as qu’à le sauter !”. Rapporté par Kenneth White, “De la traduction comme nomadisme intellectuel”, op. cit., p. 326.

32 “Translation Against Misunderstanding”, in La traduction, une profession, op. cit., p. 279 (ma traduction).

33 “L’une des premières choses que je voudrais faire, c’est exprimer mes condoléances à la veuve de mon traducteur japonais qui a été assassiné, déclare sur CNN Salman Rushdie le 24 septembre 1998.” Cf. “Le crime, c’était la fatwa”, Le Monde, 5 décembre 1998.

34 Voir à ce sujet “Les traducteurs, acteurs sur la scène du pouvoir” in Les traducteurs dans l’histoire, op. cit., p. 138.

35 Sur Philippe Jaccottet on pourra lire en particulier, sous la plume de Jérôme Garcin, “L’ignorant magnifique”, Nouvel Observateur, nº 1907, mai 2001. Source: http://archives.nouvelobs.com

36 D’Umberto Eco on lira avec intérêt Experiences in Translation, (publication d’une série de conférences faites à l’université de Toronto au cours de l’année 1998), traduit de l’italien par Alastair McEwen, University of Toronto Press, 2001.

37 Cité par Peter Newmark, Paragraphs on Translation, op. cit., p. 4. Lire aussi à ce sujet Jacqueline Henry, “La fidélité, cet éternel questionnement. Critique de la morale de la traduction”, Meta, XL, nº 3, 1995, pp. 367-371.

38 “A Speech For the Defense of the Visible and Audible Translator”, Translation Review, nº 38-39, 1992, pp. 40-41.

39 “Conflits de juridiction, la double signature du texte traduit”, Meta, XXXIV, nº 2, 1989, p. 189. Sherry Simon est également l’auteur du Trafic des langues, Montréal, Editions du Boréal, 1994.

40 Voir, par exemple, à ce propos Antoine Berman, La traduction et la lettre, où il cite des exemples de “définitions métaphoriques [...] qui ont toutes en commun leur négativité”, notamment celles données par Cervantes, Boileau, Montesquieu, Goethe, Madame de Staël, Gide, Nabokov, dont nous citerons les quelques vers suivants : “La traduction ? Sur un plat/ la tête pâle et grimaçante d’un poète/ cri de perroquet, jacassement de singe, profanation des morts”, op. cit., p. 43-44. “Toute sa vie, écrit Hélène Henry, Nabokov, trilingue depuis l’enfance, a traduit : de la prose, de la poésie ; ses oeuvres et celles des autres ; il a traduit du français vers le russe, de l’anglais vers le russe ; du russe vers l’anglais et même du russe vers le français.” Cf. “Nabokov par lui-même”, Le Monde, 13 novembre 1998.

41 Les traducteurs dans l’histoire, op. cit., “Au cours des âges, les traducteurs ont inventé des alphabets, contribué à bâtir des langues et façonné des littératures nationales. Ils ont aussi participé à la diffusion des connaissances et à la propagation des religions, importé et exporté des valeurs culturelles, rédigé des dictionnaires.” (page de couverture).

42 Contrairement à ce que l’on a tendance à croire, l’alphabet dit “cyrillique” n’est pas une invention de Cyrille mais une adaptation du glagolitique. En fait, c’est à saint Clément d’Okhrid qu’on attribue l’élaboration d’un alphabet de quarante-trois caractères, plus simple que le glagolitique original et qu’on qualifia de “cyrillique”. “Les traducteurs, inventeurs d’alphabets” in Les traducteurs dans l’histoire, op. cit., p. 31.

43 L’une des illustrations les plus manifestes est sans contredit “la Bible luthérienne, [qui] est en elle-même l’auto-affirmation de la langue allemande face au latin de “Rome”, comme Luther l’a souligné dans son Épître sur l’art de traduire et sur l’intercession des Saints”. Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, op. cit., p. 27.

44 “Les traducteurs, bâtisseurs de langues nationales” in Les traducteurs dans l’histoire, op. cit., p. 50. Source dans R. Taylor, “Les néologismes chez Nicole Oresme, traducteur du xive siècle” in Actes du Xe Congrès international de linguistique et philologie romanes, Paris, Klincksieck, 1965, t.2.

45 “Les traducteurs, bâtisseurs de langues nationales”, ibidem, p. 50. Lire aussi Henri Bergmann, “Traducteur, co-auteur, terminologue ?”, Terminologie et Traduction, Luxembourg, Office des Publications officielles des Communautés européennes, nº 2-3, 1992, pp. 57-61.

46 A traduire simplement peut-être par “inter-échange”. Edgar Morin se plaît à faire remarquer à propos du mot mind, mente, que “le français n’a pas de mot pour dire le mental”, un terme qu’il nous faut donc traduire selon le contexte par esprit, intelligence, raison, souvenir, mémoire, avis, idée, intention. “Entretien sur la traduction avec Edgar Morin”, Meta, XL, nº 3, 1995, p. 345.

47 Marilyn Gaddis Rose, “What’s the English for approche floue ?” op. cit., p. 383 (ma traduction).

48 La médiation de l’étranger : une sociolinguistique de la traduction, op. cit., p. 322.

49 “Regards sur la traduction non littéraire de langue française”, Meta, XXVII, nº 3, p. 173. Dans cet article axé sur la traduction littéraire, je n’aurai rien dit de “l’avènement de la fée informatique” et de la traduction automatique, laquelle, note Anne-Marie Loffler-Laurian, “fournit à la fois [au traducteur, dont la profession tend à rejoindre celle d’ingénieur linguiste] un crible d’analyse textuelle homogène et un outil de réflexion épistémologique”. Voir La traduction automatique, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 1996, p. 144.

50 “Les traducteurs, importateurs de valeurs culturelles” in Les traducteurs dans l’histoire, op. cit., p. 219. Voir aussi Jean-Marc Gouanvic, Sociologie de la traduction : la science-fiction américaine dans l'espace culturel français des années 1950, Artois Presses Université,Collection Traductologie, 1999.

51 La légende des anges, Flammarion, Paris, 1993, p. 296 et p. 102 respectivement.

52 Et souvent, pourrait-on ajouter, des professeurs d’université. Ainsi, aux Etats-Unis, une bonne part de la littérature sud-américaine publiée en anglais doit son existence au seul Gregory Rabassa, professeur de langues romanes, mais aussi traducteur entre autres des romans de García Márquez, Julio Cortázar, Mario Vargas Llosa, José Lezama Lima, et de Miguel Ángel Asturias. De Gregory Rabassa, on pourra lire : “No Two Snowflakes are alike : Translation as metaphor” in The Craft of Translation, Edited by John Biguenet and Rainer Schulte, The University of Chicago Press, 1989.

53 “Traduire, interpréter : les mots pour le dire”. Terminologie et traduction, Luxembourg, Office des publications officielles des Communautés européennes, nº 1, 1992, p. 22.

54 The Norton Anthology of World Masterpieces : The Western Tradition, by Sarah N. Lawall (Editor), Maynard MacK (Editor), W.W. Norton & Company, Inc., New York, London, 1999.

55 Biblique des derniers gestes, Paris, Gallimard, 2002.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search