Desktop versionMobile version

Figures du marginal dans la littérature française et francophone

 | 
Arlette Bouloumié

L’expérience de la disgrâce : illusions d’un page

Isabelle Trivisani-Moreau

The HTML, PDF, ePub formats of this book are available to the users of libraries and institutions subscribing to the OpenEdition Freemium program for Books. The book can also be purchased on the sites of partner bookstores, in PDF and ePub formats, if the publisher has opted for commercial distribution. If a print edition of the book is available, links to bookstores will be displayed on this page.

Excerpt

Après la mort de Théophile de Viau et la fin du libertinage flamboyant, ce n’est plus que dans le cryptage de l’écriture ou dans un resserrement autour du moi que se décèle encore ce libertinage désormais dangereux. Les prémices de cette peinture du moi remontent aux Essais de Montaigne et se retrouvent aussi dans l’ébauche de roman rédigée par Théophile de Viau, sa Première Journée. Soumis aux nombreuses évolutions qui viennent remettre en question les savoirs du temps, le moi baroque se construit sur le chaos qu’il répète. Le jeu social voit également sa donne modifiée. La noblesse perd son pouvoir au profit d’une bourgeoisie montante, sous l’impulsion d’un monarque bien décidé à faire régner sa loi : le moi noble est, bien plus que les autres, mis en péril. C’est à cet âge qu’appartient le roman de Tristan L’Hermite, Le Page disgracié, publié pour la première fois en 1643. Comme l’indique le titre, c’est sous le signe de la disgrâce que s’engage le texte : cette disgrâce, c’est c...

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search