Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du marginal dans la littérature française et francophone

 | 
Arlette Bouloumié

Les enfants perdus (Testament, 1660-1661) : François Villon et la marginalité

Fleur Vigneron

Texte intégral

  • 1 À part K. D. Uitti, « Villon’s Le Grand Testament and the poetics of marginality », Modern Philolog (...)

1Dans sa vie, François Villon apparaît comme un marginal. Les critiques signalent souvent ce fait. À ce jour, il manque encore un travail qui prenne pour objet la notion même de marginalité1. Nous voudrions proposer une synthèse des quelques parenthèses que l’on trouve sur le sujet dans les études sur le poète et une position de la problématique générale qui conduit à toutes sortes d’interrogations fondamentales sur la poétique de l’auteur.

  • 2 Aspects de la marginalité au Moyen Age, sous la dir. de Guy-H. Allard, Montréal, L’Aurore, 1975, pp (...)

2Étudier la marginalité dans l’œuvre de François Villon implique de travailler à des niveaux différents. On constate d’abord que les textes présentent des figures de marginaux. Quelle attitude le poète adopte-t-il face à ces personnages ? Avant même de pouvoir répondre, se pose le problème de la définition de la marginalité. Il faut distinguer marginalité et exclusion. Guy-H. Allard envisage une tripartition intéressante2 :

Pourrait-on admettre qu’il [le marginal] représente socialement plus de danger que le simple dévalué, quoiqu’il se situe en deçà de l’exclusion ? (…) Peut-être est-il le dévalué qui devient de plus en plus une menace et qu’on tarde à exclure, ou en revanche celui qui est passé de la mise au ban à la mise en marge parce que la société a réussi à intégrer et à neutraliser cet exclu d’hier ?

3À partir de cette idée, on considérera comme marginaux les contestataires, les mendiants, les prostituées et les malfaiteurs, tant qu’ils ne sont pas pris, bien sûr, car alors on bascule dans l’exclusion par la prison, le bannissement ou l’exécution. Du côté des exclus, on trouverait les Juifs, les hérétiques. Les dévalués correspondraient à des métiers mal vus tels que boucher, teinturier.

4Parallèlement aux figures de marginaux qu’on croise dans l’œuvre, François Villon brosse son autoportrait en marginal. Deux niveaux de réflexion sont à prendre en considération : la marginalité de François Villon en tant qu’homme et en tant que poète. Le point crucial sera de déterminer si François Villon subit ou assume cette marginalité.

5Un poète qui refuse les courants littéraires en vogue comme celui de la poésie bucolique risque d’être tenté par une poésie qui serait marginale. On s’interroge alors sur ce paradoxe d’un auteur qui, pratiquant une littérature marginale, pourrait ne plus être lu, alors qu’il semble se soucier de son intégration dans le monde littéraire. Se dessine déjà l’intérêt de lire l’œuvre de François Villon par le biais de la notion de marginalité : surgissent immédiatement toutes les ambiguïtés du poète.

  • 3 F. Villon, Poésies complètes, éd. C. Thiry, Paris, Le Livre de Poche, 1991, Le Lais, v. 235-239. Le (...)

6On rencontre dans l’œuvre de François Villon plusieurs figures de marginaux. Le trentième huitain du Lais évoque des clochards pour lesquels le poète n’a aucune pitié puisqu’il leur consent le legs suivant3 :

Et aux gisans soubz les estaulx

Chacun sur l’eul une grongnée,

Trambler à chiere renfrongnée,

Megres, velus et morfondus,

Chausses courtes, robe rongnée.

  • 4 Ibid., v. 1-10.
  • 5 B. Geremek, La Potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Age à nos jours, Paris, Gallim (...)

7La périphrase des « gisans soubz les estaulx » apporte une image concrète de ces pauvres couchés sous les étaux des marchands. Le Lais est sous le signe de l’hiver, étant donné sa situation aux alentours de Noël 14564. Le choix de cette saison n’est pas anodin pour l’évocation de ces marginaux. Cela permet de mettre en relief le problème majeur qu’est le froid hivernal, lorsqu’on n’a pas de logis, d’où des dons de vêtements. Le mépris visible du poète, qui ne donne qu’un coup de poing à chacun de ces vagabonds et des vêtements qui ne leur tiendront pas chaud, n’a rien d’original. Les travaux de Bronislaw Geremek ont montré l’animosité que suscitent les indigents à la fin du Moyen Âge, notamment à cause du soupçon d’avoir affaire à de faux mendiants simulant des infirmités5. Ce passage du Lais nous indique donc que François Villon réagit comme ces contemporains face aux pauvres.

  • 6 F. Villon, Poésies complètes, op. cit., Le Testament, v. 1720-1721.

8Autre type de marginaux : les malfaiteurs en tous genres et les gens du spectacle évoqués dans la première et la deuxième strophe de la « Ballade de bonne doctrine ». Le poète s’associe à tous ces individus, puisqu’il enchaîne ainsi, après la ballade6 :

« A vous parle, compains de galle,

Qui estes de tous bons accors. »

  • 7 Ibid., v. 1708. On a ce substantif avec le même effet v. 1625.

9Le nom compains traduit le sentiment qu’a François Villon d’appartenir à cette frange marginale de la population qui, par ses actes illicites, risque le gibet. Dans la ballade, le terme ordure correspond à la voix de la société bien pensante qui méprise les infamies de ces marginaux7 :

« De telz ordures te reculles ? »

  • 8 Ibid., v. 1660-1661.

10On retrouve l’évocation des malandrins et des bateleurs dans la deuxième strophe de la « Ballade de merci ». Le poète ne les méprise donc pas comme les clochards ; voleurs et histrions font au contraire partie des gens à qui il demande pardon. D’autres formules encore marquent la sympathie de François Villon pour les criminels, comme le verbe consoler au huitain CLV du Testament8 :

Item, riens aux Enffans Trouvés,

Mais les perdu[s] fault que consolle.

  • 9 Ibid., v. 1668-1670.

11Dans la « Belle leçon aux Enfants perdus », l’adjectif beaulx et le déterminant possessif mes traduisent aussi une affectivité de la part de l’auteur9 :

« Beaulx enfans, vous perdez la plus

Belle roze de vo chappeau ;

Mes clercs, près prenans comme glus,

(…) ».

12L’attitude du poète n’est donc pas la même envers tous les marginaux.

  • 10 Ibid., Poésies diverses, « Quatrain », p. 309.
  • 11 B. Geremek, Les Marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, Flammarion, 1976, p. 140.

13François Villon, enfant de Paris, comme il se définit lui-même10, met toute son œuvre sous le signe de l’hiver : quand il envisage une saison, c’est l’hiver qui intervient. Peut-être, du point de vue des mentalités, cela correspond-il au mode de vie des truands, à propos desquels Bronislaw Geremek écrit11 :

Pour les bandes criminelles, Paris était moins un champ d’opération qu’un lieu de plaisir, (…) un séjour pour l’hiver. La ville (…) les attirait par la perspective d’une vie joyeuse, par (…) les rencontres de tavernes (…). Par contre, c’est hors les murs, sur un terrain propre au brigandage, qu’ils apparaissent en groupes cohérents.

  • 12 Op. cit., Ballades en jargon, ballade 11, v. 1-3, 10, 11-12.

14Cette réflexion enrichit la perception que l’on peut avoir de la mention de l’hiver dans cette ballade en jargon12 :

De devers quay, par un temps d’ivernois,

Veiz abrouer à la vergne cygault

Marques de plant, dames et andinas

(...)

Pour maintenir la joyeuse folye.

Pour mieux abbatre et oster le broullart

Adraguerent de Grenoble maint crupault.

15Le refrain est révélateur, il s’agit de s’amuser. Le cadre hivernal est posé dès le premier vers et à nouveau au début de la deuxième strophe, grâce à la mention du brouillard. L’hiver ne fait que mieux ressortir l’amusement par contraste, car la saison est immédiatement pensée comme pénible à vivre au Moyen Âge. On apprécie d’autant plus les plaisirs de la taverne qu’on est en hiver.

  • 13 Ibid., Le Testament, p. 126, à propos du v. 445.
  • 14 Ibid., v. 417, 437-438, 445-446. Nous mettons en gras l’adverbe intéressant pour la structure du te (...)

16Les proxénètes et les prostituées interviennent également dans l’œuvre du poète. Le regard sur ces dernières ne comprend pas le mépris évident vis-à-vis des clochards. Dans le Testament, le poète regrettant sa jeunesse se voit un point commun avec les prostituées devenues vieilles ; l’emploi de l’adverbe aussi le montre, car il « assure la liaison entre le pauvre vieillard et ses homologues féminines », comme l’écrit l’éditeur Claude Thiry13. On passe ainsi d’un huitain concernant le poète, qui s’est déjà présenté comme vieilli, à un autre évoquant le « povre viellart » en général, dont l’état lamentable est semblable à celui des prostituées14 :

Moy, povre marcerot de regnes,

(…)

Or lui convient il [au pauvre vieillard] mendïer,

Car ad ce force le contrainct.

(…)

Aussi ces povres famelettes

Qui vielles sont, et n’ont de quoy.

  • 15 Ibid., v. 424.
  • 16 Ibid., v. 515.

17La structure du texte associe le sort de François Villon et celui des prostituées, alors que dans le cas des mendiants, nous avions un face-à-face, l’auteur ne se voyait rien de commun avec ces derniers et les méprisait. Le poète se sent donc proche de ces prostituées et manifeste, dans l’emploi de l’adjectif povre, une réaction affective pleine de sympathie. On remarque d’ailleurs que l’attendrissement vaut pour lui-même, car l’adjectif apparaît aussi pour le poète au premier vers cité ci-dessus, avant de s’appliquer au vieillard en général15. Le terme fait le lien entre tous ces personnages. Le huitain XLVI, d’où sont tirés les deux derniers vers cités, est suivi des « Regrets de la belle Heaulmiere » qui, devenue vieille, se présente ainsi16 :

Le visz paly, mort et destains.

  • 17 Ibid., v. 179. Le poète et la prostituée ont aussi l’adj. sec en commun dans leur portrait : Lais, (...)

18Le lecteur rapproche d’emblée ce portrait de celui de François Villon, car on y retrouve le même adjectif paly17 :

Triste, pally, plus noir que meure.

  • 18 Ibid., v. 469-476 et 557-560.
  • 19 Ibid., v. 447-448.

19Par le choix du vocabulaire, l’auteur associe son sort à celui de la prostituée vieillie. Dans le Testament, le poète donne la parole à la belle Heaulmiere, nous avons donc le point de vue de celle-ci. Mis à part les regrets sur le vieillissement, qui peuvent concerner tout être humain, deux réflexions relèvent de la perception propre à la prostituée : le regret de s’être laissé aller à aimer un homme qui ne s’intéressait qu’à son argent et l’amertume de ne plus pouvoir exercer son activité une fois la vieillesse venue18. On pourrait poser qu’il y a, dans cette dernière remarque de la belle Heaulmiere, la trace d’une marginalisation au sein de la marginalité. En effet, en tant que prostituée, la belle Heaulmiere est une marginale, mais intégrée au groupe de ses comparses. Devenue vieille, la belle Heaulmiere est alors mise en marge de ce groupe. Cela se traduit dans le texte, dès le huitain XLVI, par la périphrase verbale actancielle voir + infinitif qui fait du sujet, ici les prostituées âgées, un spectateur passif du procès19 :

Quant ilz (les vieilles prostituées) voiënt ces pucellettes

Empruncter elles à requoy,

(…).

  • 20 Ibid., v. 539-540.

20Le choix de la tournure syntaxique pose les vieilles prostituées en marge du groupe des jeunes qu’elles voient en spectatrices. Elles regardent, elles ne participent pas pleinement à l’action et sont donc en marge. La comparaison des vieilles avec une monnaie retirée de la circulation dans la « Ballade de la belle Heaulmiere aux filles de joie » est emblématique de cette marginalisation20 :

Car vielles n’ont ne cours në estre

Ne que monnoye qu’on descrye.

  • 21 Ibid., v. 558.
  • 22 Ibid., v. 1971 et 1976-1977.

21Cette marginalisation est présentée comme subie par la belle Heaulmiere, en témoignent ses pleurs et ses lamentations21. Les prostituées font partie des gens auxquels le poète demande pardon, autre signe de sympathie22.

  • 23 Ibid., p. 216.
  • 24 Ibid., v. 1621-1626.

22L’auteur donne de lui-même une image en proxénète dans la « Ballade de la Grosse Margot » ; que cela corresponde à une réalité ou non ne nous importe pas ici, ce qui nous intéresse est la pause que François Villon s’est choisie. Il se range parmi les marginaux et assume cette posture, puisqu’il adopte, pour cette pièce lyrique, le genre de la sotte chanson, dont la caractéristique, comme l’explique l’éditeur, est que « phraséologie, idéologie et situations courtoises y sont systématiquement inversées et tournées en dérision »23. Autrement dit, l’auteur s’amuse du discours dominant et reconnu : attitude typique du marginal contestataire. On voit bien dans la dernière strophe que la marginalisation est parfaitement assumée, puisque le poète pose une identité par l’intermédiaire du verbe être au deuxième vers que nous citons ci-dessous et affirme une attitude moralement réprouvée24 :

Vente, gresle, gesle, j’ay mon pain cuyt.

Ie suis paillart, la paillarde me suyt.

Lequel vault mieulx ? Chacun bien s’entressuyt.

L’un vault l’autre : c’est à mau rat mau chat.

Ordure aimons, ordure nous affuyt ;

Nous deffuyons honneur, il nous deffuyt.

  • 25 Ibid., p. 220.
  • 26 F. Villon, Le Testament Villon, éd. J. Rychner et A. Henry, vol. 2, Commentaire, Genève, Droz, 1974 (...)

23Bien sûr, Claude Thiry souligne la symétrie de ces vers et les commente avec justesse en écrivant que François Villon « met une certaine complaisance [provocation ?] à s’attarder sur une déchéance activement recherchée »25. Jean Rychner et Albert Henry signalent également qu’il s’agit d’« une sotte chanson, fondée sur le parti pris de la grossièreté et de l’anticourtoisie »26. La posture, mais aussi l’écriture qui choisit le langage grossier mettent le poète en marge. L’acrostiche pourrait, selon nous, être compris comme une revendication de cette identité marginale de souteneur. Cette pause de l’auteur en souteneur est une image particulière ; d’une manière plus générale, on peut approfondir encore l’étude de l’autoportrait du poète en marginal.

  • 27 Op. cit., v. 14-56.

24On a vu que François Villon se rangeait du côté des truands en exprimant à leur égard de la sympathie. Le poète évoque même sa propre vie de marginal. Il semble de prime abord que cette marginalité soit assumée et revendiquée plutôt que subie, ce qui était déjà perceptible dans la pause provocatrice du souteneur que nous venons d’évoquer. De façon plus générale, à la fois en tant qu’homme et en tant que poète, François Villon revendique cette marginalité dans l’utilisation qu’il fait des saisons. En effet, le Lais et le Testament se situent en hiver. Ce choix est la marque d’un refus du printemps : rejet de la vie pastorale à la mode et signe d’une écriture qui veut sortir des codes courtois dominants dans la littérature. Ainsi l’auteur se délecte-t-il de la parodie de la courtoisie. Au début du Lais, par exemple, on le voit prendre la pause de l’amant martyr27. La résistance à la poésie bucolique et l’affirmation du goût du confort domestique en opposition à la valorisation de la vie pastorale sont exprimées notamment dans les « Contredits de Franc Gontier ». De lui-même, en tant qu’homme et en tant que poète, François Villon se met en marge.

  • 28 Op. cit., Poésies diverses, p. 317.

25L’auteur brosse de lui un autoportrait en marginal en insistant sur la notion de pauvreté. L’adjectif pauvre revient souvent pour le qualifier avec des connotations diverses, mais ce qui nous intéresse ici est plutôt la dénotation indiquant l’indigence. En effet, le fait de ne posséder aucun bien désigne déjà le marginal dans l’imaginaire médiéval. Au dénuement s’ajoute l’importance du thème du départ, car pour le Moyen Âge, les marginaux sont ceux qui errent. À ce titre, le début du Lais n’est pas indifférent ; nous avons vu qu’il parodiait la poésie courtoise, mais le fait de s’en aller est aussi à interpréter comme le signe d’une vie marginale. On retrouve ce motif du départ dans la « Louenge et requeste à la court »28 :

Prince, trois jours ne vueillez m’escondire

Pour moy pourvoir et aux miens à Dieu dire.

  • 29 Sur ces deux notions, voir B. Geremek, « Le marginal », L’Homme médiéval, Paris, Seuil, 1994, pp. 3 (...)
  • 30 J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, Paris, Champion, 1992, p. 122.

26Cette fois-ci nous sommes dans le départ de l’exclu et non plus du marginal qui s’en va de lui-même : la condamnation à mort de François Villon est commuée en dix ans de bannissement et l’auteur demande trois jours pour trouver un peu d’argent et dire adieu à ses proches. À partir de ces deux notions de pauvreté et d’errance29, l’autoportrait du poète se trouve un animal symbolique : le loup. Jean Dufournet a déjà travaillé sur le rapport entre le poète, le loup et la décision d’écrire, mais nous voudrions mettre l’accent sur l’image de marginal que le loup permet de véhiculer. De ce qu’écrit Jean Dufournet, nous pouvons donc retenir ceci pour notre propos30 :

Dans le Lais, il (le loup) est associé au froid, à l’hiver, au dénuement, et dans le Testament, il apparaît comme « mangeur de chair ». Villon utilise le loup, parce qu’il signifie pour ses contemporains le danger que représente le monde extérieur pendant la saison d’hiver, et d’autre part parce que le poète peut s’identifier à la bête.

  • 31 Op. cit., Le Lais, v. 11 ; ibid., Le Testament, v. 168.
  • 32 B. Geremek, « Le marginal », op. cit., p. 385.

27Le loup apparaît dans le Lais et dans le Testament31. Comme le marginal, le loup erre. Le rapport entre le loup et le marginal semble profondément ancré dans l’imaginaire médiéval si l’on se réfère aux travaux de Bronislaw Geremek32 :

(D’après la loi salique, le banni] doit être traité comme un loup et tenu à l’écart (…). (Le droit coutumier nous apprend que) l’homme qui vit en dehors de tous les liens sociaux (…) et qui doit organiser son existence (…) en se soumettant aux règles du milieu sauvage, devient vraiment un loup, un homme-loup : il existe des analogies entre l’image du loup-garou (…) et celle de l’homme asocial qui a été chassé de sa communauté (…).

28L’historien évoque ici les bannis, mais on comprend bien que le raisonnement puisse contaminer le marginal en général dans l’imaginaire médiéval.

  • 33 Op. cit., v. 201-204.

29Cependant, cette posture ne va pas sans ambiguïtés. En effet, si François Villon assumait vraiment sa marginalité, on ne trouverait pas de regrets sur le temps mal employé durant sa jeunesse. On lit dans le Testament33 :

Bien sçay, se j’eusse estudïé

Ou temps de ma jeunesse folle

Et à bonnes meurs dedïé,

J’eusse maison et couche molle.

  • 34 F. Villon, Poésies, éd. J. Dufournet, Paris, Imprimerie nationale, 1984, p. 30.

30On voit ici François Villon regretter d’avoir manqué sa réussite sociale. La mention de la maison n’est pas seulement le signe de l’homme parfaitement intégré dans la société. Si l’on suit Jean Dufournet, cela correspond à un besoin plus profond : le poète « aspire à retrouver la protection d’un milieu clos pour le défendre contre les agressions de l’extérieur, comme le manifeste la récurrence des images du château, de la maison et même de la maison close, de la chambre bien fermée »34. Non seulement l’auteur regrette de ne pas avoir réussi, mais bien plus, il n’assume pas si bien sa condition de marginal, car il ressent le monde comme agressif parce qu’il n’est pas accepté. À ce moment-là, être en marge n’est pas juste être ignoré des hommes intégrés à la vie sociale, c’est avoir une existence difficile, être victime de toutes sortes d’agressions, jusqu’à l’ultime menace : le gibet. Voilà comment François Villon vit sa marginalité : un véritable inconfort dans tous les sens du terme, matériel et moral.

  • 35 Op. cit., Poésies diverses, commentaire p. 300, citation v. 4-5. Les phrases attribuées au cœur son (...)

31Le « Débat de Villon et de son cœur » reflète un autre type d’ambiguïté entre un Villon qui assume sa marginalité et le cœur de Villon qui l’invite à se réinsérer dans la société. Le cœur fournit une image intéressante de l’exclu, si ce poème correspond bien au moment où l’auteur est emprisonné35 :

Quant je te voy retrait ainsi seulet

Com povre chien tapi en reculet.

  • 36 Ibid., Poésies diverses, « Débat de Villon et de son cœur », v. 10.

32La rime est signifiante, car elle met l’accent sur la solitude : le marginal a basculé dans l’exclusion et se retrouve en prison. L’utilisation du préfixe re- dans les deux vers insiste sur le mouvement de retrait qui isole l’exclu et l’adjectif tapi renforce cet effet par son sens. Mais François Villon conserve la posture de celui qui assume sa marginalité et le cœur capitule, comme le montre le refrain de cette ballade36 :

Plus ne t’en dis. – Et je m’en passeray.

  • 37 Ibid., Poésies diverses, « Débat de Villon et de son cœur », v. 31-32.
  • 38 Ibid., commentaire du v. 10, p. 300.

33François Villon a le dernier mot et aussi le plus long (six syllabes contre quatre pour le cœur). De plus, le poète ne se reconnaît aucune responsabilité, car il se dit sous l’influence de Saturne, il lui est donc impossible de changer de vie37. Le cœur tente de contrer cet argument en rappelant que chacun est maître de sa destinée. Malgré les fanfaronnades de l’auteur, le texte donne à comprendre qu’en François Villon existe un tiraillement entre son être global et son cœur. D’ailleurs, à la fin du poème, le poète résiste déjà moins bien, car au cœur, qui lui conseille de lire, il demande quoi lire, c’est un premier pas par rapport aux plaisanteries qu’il se contentait de lancer ; le refrain peut alors être compris de manière moins impertinente. Claude Thiry recense en effet les divers sens possibles de la réponse de François Villon38 :

Soit : « je m’en tiendrai là, je n’en dirai pas davantage » ; ou « je m’en contenterai (de ton silence) ; ou « je m’en passerai bien, je n’ai pas besoin (que tu me dises plus) ».

34Du sens le plus neutre au plus désinvolte, il nous paraît intéressant que le refrain soit lui-même ambigu dans son ton, à l’image du débat intérieur que met en scène le texte.

  • 39 J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, op. cit., p. 31.
  • 40 Ibid., p. 31.

35L’ambiguïté ne fait que croître lorsque l’on réalise, avec Jean Dufournet, que, dans le Testament, « Villon a voulu d’abord se justifier et se présenter sous le meilleur jour possible »39. Jean Dufournet montre en effet que François Villon se présente comme pécheur et se repent de ses crimes. Le critique précise encore40 :

Il plaide les circonstances atténuantes. Est-il seul responsable de ses méfaits ? Tour à tour il invoque la malchance (…) ; la pauvreté (huitains XXXIV et XXXV) ; la jeunesse et l’adolescence qui ne sont qu’abus et ignorance (…) ; l’amour qui l’a acculé à la misère et à la mort.

  • 41 Op. cit., Le Testament, v. 3. Commentaire dans J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, op. ci (...)

36Au total, le poète ne revendique pas son attitude passée, mais cherche au contraire à diminuer sa responsabilité et donne à penser qu’il a changé au moment de la rédaction du Testament. Il tente d’annuler ainsi sa marginalité. On observe cependant qu’il reste prudent, car il ne prétend pas être devenu un homme exemplaire. Jean Dufournet a bien relevé en ce sens l’ambiguïté du vers 3 où le poète se dit41 :

Ne du tout fol, ne du tout saige.

37Le rythme de l’octosyllabe en quatre et quatre syllabes rend parfaitement l’oscillation entre la marginalité que le poète n’a pas tout à fait quittée et la sagesse qu’il n’a pas vraiment atteinte. L’autoportrait se construit donc en demi-teintes.

  • 42 Op. cit., v. 155-158.

38Bien plus, l’auteur envisage qu’il aurait pu mener une vie sans tâche s’il avait eu un protecteur compatissant. Ce raisonnement nous éloigne considérablement d’une marginalité revendiquée, puisque François Villon s’imagine sans problème une autre existence. Le poète utilise alors l’histoire de Diomède, pirate qui a trouvé un protecteur auprès d’Alexandre. On lit dans le Testament42 :

« Ta fortune je te mu(e)ray

Mauvaise en bonne », ce lui dist [Alexandre à Diomède].

Si fist il. Onc(ques) puis ne mesdit

A personne, mais fut vray homme.

39Claude Thiry montre que les deux derniers vers que nous citons peuvent recevoir diverses interprétations dont une nous intéresse particulièrement pour notre propos : Diomède a parlé de manière agressive à Alexandre, dans les vers précédents, mais à partir du moment où Alexandre décide de lui venir en aide, il ne s’exprime plus sur ce ton. François Villon s’identifie à Diomède dans ce passage du Testament et cela laisse penser que la satire est par excellence le mode d’expression du marginal. La verve satirique ne se tarit que lorsque le marginal a trouvé un protecteur, ce qui n’a pas été le cas de l’auteur. Ainsi son écriture, dominée par la satire, peut-elle être appréhendée comme une littérature de la marginalité. On quitte ici l’autoportrait du poète pour interroger la notion de littérature marginale.

  • 43 Ibid., v. 1126-1141.

40La position qu’adopte François Villon, même s’il n’assume pas vraiment nettement sa marginalité, conduit à la tentation d’une littérature marginale. Le goût de la satire est une façon d’écrire face aux autres, ou en marge de ces gens intégrés à la société, mais objet de moquerie. L’ironie qui s’exerce contre toutes sortes de personnes apparaît dans le Lais et le Testament. Il s’agit bien là d’un ton propre à François Villon. Nous ne sommes pas dans une satire émise par l’homme de bien, posture possible pour un poète ; c’est au contraire le regard moqueur d’un individu qui s’avoue marginal et attaque tous ceux qui lui ont fait du tort et qui ont, eux, leur place dans la société, comme le capitaine des archers de Paris, Jehan Riou, par exemple43. La satire est alors l’expression d’une marginalité.

  • 44 J. Cerquiglini, « Clément Marot et la critique littéraire et textuelle : du bien renommé au mal imp (...)

41Bien plus, la satire a pour conséquence de produire une littérature qui risque d’être marginale, au sens où les lecteurs la laissent de côté par opposition à d’autres œuvres. Le problème se pose en effet dans le Lais et le Testament, car les textes sont difficiles à comprendre sans un commentaire érudit. Il faut savoir qui sont les personnes évoquées et décoder les allusions. Dès lors, l’œuvre de François Villon risque d’être reléguée en marge de la littérature, comme lecture réservée à quelques spécialistes. Déjà au xvie siècle, on sait que Clément Marot regrettait que l’œuvre de François Villon soit si dépendante d’une connaissance du Paris du xve siècle44.

  • 45 J. Dufournet relève quelques expressions argotiques du Testament dans Villon : ambiguïté et carnava (...)
  • 46 Op. cit., Le Testament, v. 1671-1672.

42Le poète va encore plus loin en utilisant une langue qui d’elle-même pourrait mettre son œuvre à l’écart du reste de la littérature. On pense bien sûr à l’argot qu’on trouve dans les Ballades en jargon et parfois dans le reste de l’œuvre45. On peut prendre comme exemple ce passage du Testament dans la « Belle leçon aux Enfants perdus »46 :

Se vous allez à Montpipeau

Ou à Rüel, gardez la peau.

  • 47 Ibid., p. 224.

43L’éditeur Claude Thiry explique ces vers47 :

Expressions argotiques : aller à Montpipeau, piper, tricher au jeu, tromper ; aller à Rueil, ruer, attaquer à main armée.

  • 48 J. Cerquiglini, « Clément Marot et la critique littéraire et textuelle : du bien renommé au mal imp (...)
  • 49 J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, op. cit., pp. 24-25.

44Le lecteur est alors confronté à un langage propre aux marginaux qui crée une littérature marginale dans la mesure où la compréhension du texte est difficile. Clément Marot, éditeur de François Villon, avait déjà renoncé à comprendre cette langue marginale48. Jean Dufournet note que, dans les Ballades en jargon, François Villon suit moins les règles de versification49 :

(Dans le jargon) les rimes varient d’une strophe à l’autre, et paraissent moins soignées ; le nombre des syllabes diffère d’un vers à l’autre. (…)

Cette poétique, différente de celle du Testament, ne permet pas de conclure à un autre auteur ; tout au plus peut-on dire que Villon est moins exigeant quand il s’adresse aux Coquillards, ou qu’il ne maîtrise pas le jargon autant que le français.

45La dernière explication donnée sur le relâchement technique des ballades en jargon est plausible. Mais la première idée de Jean Dufournet nous semble particulièrement intéressante : une exigence moindre de la part du poète. Autrement dit, l’emploi d’une langue marginale autorise à se mettre également en marge des règles de versification. Le choix du jargon implique toute une attitude poétique, jusque dans la technique du vers.

  • 50 Op. cit., Le Testament, v. 429-435.

46Par la satire et l’emploi du jargon, François Villon n’hésite donc pas à se mettre en marge du reste des poètes de son temps. En effet, les difficultés de compréhension surgissent dès le xve siècle du moment que le lecteur ignore l’argot et ne connaît pas les personnes auxquelles il est fait allusion. Une ambiguïté surgit alors : François Villon semblait se soucier d’être lu, malgré ses choix poétiques le mettant à l’écart. Dans le Testament, l’image du vieux singe traduit la peur d’être un poète délaissé ; l’auteur écrit à propos du vieillard en général50 :

Car s’en jeunesse il (le vieillard) fut plaisant,

Ores plus riens ne dit qui(l) plaise.

Tousjours viel singe est desplaisant :

Moue ne fait qui(l) ne desplaise.

S’il se taist, affin qu’il complaise,

Il est tenu pour fol recreu ;

S’il parle, on luy dist qu’il se taise.

47Nous sommes dans ce passage du Testament précédemment évoqué où le poète commence par se dire vieux pour en venir ensuite au sort de tout vieillard, avant d’enchaîner sur les prostituées devenues vieilles. Le vieillard peut donc être associé au poète.

  • 51 J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, op. cit., pp. 89-93 et p. 122.
  • 52 Ibid., p. 90.
  • 53 Ibid., p. 91.

48Jean Dufournet a analysé toutes les connotations apportées par le singe51. Ce que nous retiendrons pour notre propos est l’inquiétude du poète vieillissant qui craint que son génie ait disparu, qui a peur d’être rejeté. Nous avions déjà vu le symbolisme du loup du point de vue de l’expression d’une marginalité. En choisissant le singe, on constate encore le choix d’un animal qui se signale comme marginal parce qu’il est proche de l’homme sans en être un : le singe est en marge de l’humanité, il ne fait que ressembler à l’homme, l’imiter. Jean Dufournet écrit que le singe « se moque, bafoue, salit »52 et nous suivons le rapprochement avec l’écriture de François Villon « toute en trucages et en pièges, en moqueries, souvent méchantes, et en pantomimes »53. Nous venons justement de poser que cette verve satirique est par excellence le mode d’expression du marginal. Nous souhaitons donc souligner ici la cohérence du choix de l’image du singe.

49Dans ce huitain, l’adverbe tousjours, mis en relief en début de vers, accentue le sentiment d’une fatalité, ainsi que le présent de vérité générale donnant à ce vers l’aspect d’un proverbe. La structure binaire de la fin de la strophe répétant deux fois la conjonction si montre qu’il n’y a pas d’issue à cette situation tragique. Ce huitain pourrait donc traduire la peur du poète de ne plus retrouver la considération de son public. François Villon manifeste alors un besoin d’être reconnu en tant que poète, ce qui équivaut à souhaiter d’être intégré à la société.

  • 54 F. Villon, Le Lais Villon et les poèmes variés, éd. J. Rychner et A. Henry, Genève, Droz, 1977, p.  (...)

50Ce souhait semble se confirmer si l’on prend en compte que l’auteur est entré dans des structures littéraires comme le concours de Blois. Participer à de telles joutes poétiques, c’est s’inscrire dans un système. Comme les autres, François Villon doit écrire à partir du vers imposé « Je meurs de soif auprès de la fontaine ». L’initiateur de ce concours n’est autre que Charles d’Orléans, poète et prince à l’opposé du François Villon marginal. Ce dernier s’est donc prêté au jeu, recopiant sans doute lui-même sa ballade dans le manuscrit des poèmes de Charles d’Orléans. En suivant les éditeurs Jean Rychner et Albert Henry, on peut considérer que la « Ballade des proverbes », la « Ballade des menus propos » et la « Ballade des contre-vérités » correspondent aussi à un type de divertissements en société54. Voilà un poète soi-disant marginal qui participe malgré tout à l’activité littéraire officielle.

51Bien plus encore, la poésie même de François Villon peut adopter un style relevant de la littérature de circonstance et donc totalement intégré dans la société. C’est le cas par exemple de l’« Épître à Marie d’Orléans » composée à l’occasion de la naissance de cette dernière et suivant une rhétorique de l’éloge. On voit alors le poète pratiquer l’hyperbole grâce au champ lexical du divin qui, dès la citation liminaire, associe la naissance de Marie d’Orléans à celle du Christ ; l’auteur utilise également l’amplification par énumérations, tous procédés marqués du sceau du genre démonstratif. François Villon ne tient donc pas toujours le rôle du poète marginal.

  • 55 Op. cit., Poésies diverses, « Épître à Marie d’Orléans », v. 132.
  • 56 G. Pinkernell, « La Ballade du concours de Blois de François Villon, ou les affres d’un courtisan m (...)
  • 57 Ibid., pp. 53-54.

52Cela dit, même dans ces textes intégrés dans un cadre social, on relève des traces d’un autoportrait en marginal. Ainsi l’« Épître à Marie d’Orléans » est-elle signée « Vostre povre escolier Françoys »55 ; on retrouve l’adjectif povre dont on a vu l’importance dans la mise en place d’un autoportrait en marginal. D’autre part, Gert Pinkernell a analysé de façon intéressante la « Ballade du concours de Blois », forgée sur des antithèses et oxymores, comme un texte qui « reflète les affres de Villon en tant que pauvre hère imposé à une cour qui le boude »56. Plus précisément, l’hypothèse de lecture avancée par Gert Pinkernell est la suivante57 :

(L)e texte exprime le désir d’une meilleure intégration, formulée à l’adresse du chef d’un groupe élitaire par un membre récent et peu prestigieux qui est imposé à ce groupe par un acte du chef, mais reste marginalisé par les autres membres qui, contestant en secret le bien-fondé de cet acte, refusent au nouveau-venu toute place, hormis peut-être la plus basse, dans leur hiérarchie.

  • 58 Ibid., pp. 62-63.

53Gert Pinkernell en vient à commenter ainsi l’envoi de la ballade où le poète s’adresse au duc d’Orléans58 :

Et « or vous plaise sçavoir », l’implore-t-il, comme on implore une personne qui, justement, ne sait pas. Car évidemment le prince en tant que personnage central de son cercle ne se doute guère des problèmes d’homme marginal dont souffre Villon.

54L’analyse de Gert Pinkernell nous paraît convaincante et illustre pour notre propos cette ambiguïté fondamentale de François Villon, auteur qui prend la pause d’un marginal, mais qui en même temps exprime aussi le besoin d’être intégré à la société. Une ballade officielle créée dans le cadre d’un concours poétique se révèle, grâce à l’étude de Gert Pinkernell, porter la trace du malaise d’un poète marginalisé. La pièce qui, de prime abord ne semble que jouer sur des contradictions formelles apparaît en fait comme le tableau des difficultés que le poète marginal rencontre dans sa vie à Blois. Ainsi tout reste essentiellement ambigu : chez François Villon, même un style convenu peut exprimer une marginalité qui, dans le cas de la « Ballade du concours de Blois », paraît bien plutôt subie que revendiquée.

  • 59 J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, op. cit.
  • 60 Op. cit., v. 1660-1661.

55On espère que ces quelques réflexions permettront de lancer des pistes pour une recherche plus approfondie sur la marginalité. François Villon nous apporte une ouverture sur de multiples notions comme les métiers marginaux, le problème de l’identité de l’écrivain marginal ou encore la question de l’argot comme langue marginale. Tous les aspects évoqués ici convergent vers un terme clé que nous reprenons à Jean Dufournet : ambiguïté59. On observe en effet toutes sortes de tensions qui rendent l’attitude du poète opaque. Mis à part les clochards, l’auteur semble plein de compassion vis-à-vis des marginaux. Il brosse de lui-même un autoportrait en marginal en se donnant l’air de revendiquer ce statut, mais à y regarder de plus près, ce n’est pas si net. François Villon ne revendiquerait-il pas sa marginalité de temps à autre dans l’œuvre pour ne pas faire que la subir ? Parfois, on assume pour ne pas dire que l’on subit. Face à ses camarades d’études qui, eux, ont fait une carrière, l’auteur se range du côté des enfants perdus, selon son expression pour désigner les marginaux dans le Testament60. Perdu, François Villon l’est en effet pour la société, mais aussi, eu égard à lui-même, le poète se perdant dans ses contradictions, son ambiguïté.

Notes

1 À part K. D. Uitti, « Villon’s Le Grand Testament and the poetics of marginality », Modern Philology, XCIII, 1995/96, pp. 139-160, uniquement sur le Testament, étude laissant des zones d’ombre.

2 Aspects de la marginalité au Moyen Age, sous la dir. de Guy-H. Allard, Montréal, L’Aurore, 1975, pp. 17-18.

3 F. Villon, Poésies complètes, éd. C. Thiry, Paris, Le Livre de Poche, 1991, Le Lais, v. 235-239. Les citations de F. Villon seront faites d’après cette édition.

4 Ibid., v. 1-10.

5 B. Geremek, La Potence ou la pitié. L’Europe et les pauvres du Moyen Age à nos jours, Paris, Gallimard, 1987, pp. 23-96.

6 F. Villon, Poésies complètes, op. cit., Le Testament, v. 1720-1721.

7 Ibid., v. 1708. On a ce substantif avec le même effet v. 1625.

8 Ibid., v. 1660-1661.

9 Ibid., v. 1668-1670.

10 Ibid., Poésies diverses, « Quatrain », p. 309.

11 B. Geremek, Les Marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, Flammarion, 1976, p. 140.

12 Op. cit., Ballades en jargon, ballade 11, v. 1-3, 10, 11-12.

13 Ibid., Le Testament, p. 126, à propos du v. 445.

14 Ibid., v. 417, 437-438, 445-446. Nous mettons en gras l’adverbe intéressant pour la structure du texte.

15 Ibid., v. 424.

16 Ibid., v. 515.

17 Ibid., v. 179. Le poète et la prostituée ont aussi l’adj. sec en commun dans leur portrait : Lais, v. 316 et Testament, v. 491.

18 Ibid., v. 469-476 et 557-560.

19 Ibid., v. 447-448.

20 Ibid., v. 539-540.

21 Ibid., v. 558.

22 Ibid., v. 1971 et 1976-1977.

23 Ibid., p. 216.

24 Ibid., v. 1621-1626.

25 Ibid., p. 220.

26 F. Villon, Le Testament Villon, éd. J. Rychner et A. Henry, vol. 2, Commentaire, Genève, Droz, 1974, p. 227.

27 Op. cit., v. 14-56.

28 Op. cit., Poésies diverses, p. 317.

29 Sur ces deux notions, voir B. Geremek, « Le marginal », L’Homme médiéval, Paris, Seuil, 1994, pp. 386-387.

30 J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, Paris, Champion, 1992, p. 122.

31 Op. cit., Le Lais, v. 11 ; ibid., Le Testament, v. 168.

32 B. Geremek, « Le marginal », op. cit., p. 385.

33 Op. cit., v. 201-204.

34 F. Villon, Poésies, éd. J. Dufournet, Paris, Imprimerie nationale, 1984, p. 30.

35 Op. cit., Poésies diverses, commentaire p. 300, citation v. 4-5. Les phrases attribuées au cœur sont en italiques dans l’édition

36 Ibid., Poésies diverses, « Débat de Villon et de son cœur », v. 10.

37 Ibid., Poésies diverses, « Débat de Villon et de son cœur », v. 31-32.

38 Ibid., commentaire du v. 10, p. 300.

39 J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, op. cit., p. 31.

40 Ibid., p. 31.

41 Op. cit., Le Testament, v. 3. Commentaire dans J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, op. cit., pp. 32-33.

42 Op. cit., v. 155-158.

43 Ibid., v. 1126-1141.

44 J. Cerquiglini, « Clément Marot et la critique littéraire et textuelle : du bien renommé au mal imprimé Villon », Clément Marot, « Prince des poëtes françois », 1496-1996 […], Paris, Champion, 1997, p. 162.

45 J. Dufournet relève quelques expressions argotiques du Testament dans Villon : ambiguïté et carnaval, op. cit., pp. 25 et 166-167.

46 Op. cit., Le Testament, v. 1671-1672.

47 Ibid., p. 224.

48 J. Cerquiglini, « Clément Marot et la critique littéraire et textuelle : du bien renommé au mal imprimé Villon », op. cit., p. 162.

49 J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, op. cit., pp. 24-25.

50 Op. cit., Le Testament, v. 429-435.

51 J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, op. cit., pp. 89-93 et p. 122.

52 Ibid., p. 90.

53 Ibid., p. 91.

54 F. Villon, Le Lais Villon et les poèmes variés, éd. J. Rychner et A. Henry, Genève, Droz, 1977, p. 51.

55 Op. cit., Poésies diverses, « Épître à Marie d’Orléans », v. 132.

56 G. Pinkernell, « La Ballade du concours de Blois de François Villon, ou les affres d’un courtisan marginal », Le Moyen Français, n° 17, 1985, p. 56.

57 Ibid., pp. 53-54.

58 Ibid., pp. 62-63.

59 J. Dufournet, Villon : ambiguïté et carnaval, op. cit.

60 Op. cit., v. 1660-1661.

Auteur

Université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540