Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La dignité de roi

 | 
Hélène Becquet
, 
Bettina Frederking

Les Français et l’empereur

Natalie Petiteau

Texte intégral

  • 1 Natalie Petiteau, Les Français et l’Empire, Paris et Avignon, Boutique de l’Histoire-Presses de l’ (...)

1Dans l’historiographie comme dans la mémoire nationale, une idée prédomine : la royauté serait morte avec Louis XVI, achèvement d’un processus inéluctable de désacralisation de la royauté. Le XIXe siècle connaît cependant un renouveau de formes monarchiques diverses qui commence avec le sacre de Napoléon et sa tentative de créer sa propre dynastie. Le terme de dignité renvoie tout d’abord à une notion juridique, et demande que l’on s’attarde sur la fonction du souverain, sur le rôle qui lui est dévolu par les lois et constitutions françaises. Il incite également à envisager le nouveau rapport au monarque sous l’angle d’une persistante sacralité. Or, le Premier Empire invente un nouveau type de lien entre les Français et le chef de l’État1 : si ce régime fait rupture avec la Révolution, il ne rétablit pas à l’identique le rapport au souverain tel qu’il existait sous l’Ancien Régime. Ce nouveau rapport est en réalité théorisé à demi-mot dès les justifications du retour au principe dynastique, dans les discours tenus au Sénat et au Corps législatif, qui, de ce fait, méritent relecture. Mais il s’exprime également dans les réactions des Français à l’établissement de la nouvelle dynastie. Il se précise enfin au travers des attitudes manifestées à l’égard du souverain victorieux.

Les justifications du retour au principe dynastique

  • 2 Les discours mentionnés dans ce texte sont publiés dans La proclamation du Premier Empire ou Recue (...)
  • 3 Adresse du Sénat, 27 mars 1804.

2Les conjurations menées en vue d’attenter à la vie de Napoléon – les arrestations de Moreau, Pichegru et Cadoudal se font en mars 1804, le duc d’Enghien est exécuté le 21 mars – ont fourni des arguments pour le passage à un régime héréditaire, car les craintes de la disparition du chef de l’État ont nourri des débats sur la façon de préserver la stabilité à laquelle la France est parvenue. Les discours des sénateurs et des tribuns visent à rendre légitime le passage à l’Empire en rappelant préalablement les dangers qui viennent de menacer la vie du Premier Consul2 : « quand on médite votre perte, c’est à la France que l’on en veut. […] votre destinée est celle du peuple3 ». On fait alors sentir à Napoléon que sa vie ne lui appartient plus, qu’il se doit aux Français et les sénateurs comme les tribuns parlent alors au nom de l’opinion et la montrent agitée par l’inquiétude, soulignant que les Français attendent que leurs fils bénéficient de la stabilité dont eux-mêmes ont pu jouir. Tout se passe comme si les tribuns ne faisaient que traduire ce que les Français désirent depuis des mois : alors qu’ils sont en train d’inventer un nouveau régime, ils affirment qu’ils ne font que dire officiellement ce que tous les Français appelleraient secrètement de leurs vœux depuis longtemps. Pourtant, ils s’emploient également à développer nombre d’autres arguments.

  • 4 Discours des tribuns Carrion-Nisas, Siméon et Duvidal.
  • 5 Adresse du Sénat conservateur au Premier Consul, 27 mars 1804.
  • 6 Discours des tribuns Curée puis Lahary, 30 avril 1804.
  • 7 Discours du tribun Jaubert, 30 avril 1804.
  • 8 Discours du tribun Lahary, 30 avril 1804. La référence aux propriétaires de biens nationaux est ex (...)

3Les tribuns prétendent notamment traduire les vœux de l’opinion qui souhaite voir la Révolution entrer au port. Cette métaphore est présente dans les discours des tribuns Carrion-Nisas, Siméon et Duvidal4 : on songe, disent par ailleurs les sénateurs, « avec anxiété à ce que deviendrait le vaisseau de la République s’il avait le malheur de perdre son pilote avant d’avoir été fixé sur des ancres inébranlables5 ». L’image noire du Directoire est donc également de nouveau développée : la France en Révolution a marché de convulsions en convulsions, tandis que Bonaparte est venu lui apporter la paix et le Code civil6, « le Peuple français veut tarir la source des troubles politiques, mais il veut aussi conserver le fruit de ses longs et pénibles travaux7 ». Tous les tribuns soulignent que proposer l’hérédité, c’est garantir la stabilité politique, la paix intérieure, et en même temps la propriété, la liberté civile et l’égalité politique, conquêtes de la Révolution auxquelles chaque citoyen tient tout particulièrement8.

  • 9 Discours du tribun Curée, 30 avril 1804.
  • 10 Discours des tribuns Costa, Carrion-Nisas, Perin, 30 avril 1804.
  • 11 Rapport du tribun Jard-Panvilliers, 3 mai 1804.
  • 12 Discours du tribun Curée, 30 avril 1804.
  • 13 Discours du tribun Jaubert, 30 avril 1804.
  • 14 Discours du tribun Fréville, 30 avril 1804.

4Ils observent par ailleurs que l’une des erreurs de la Constituante a été de ne pas établir l’hérédité en faveur d’une nouvelle dynastie, puisque Louis XVI a été incapable d’être un bon homme d’État, ce qui est d’ailleurs en totale contradiction avec le reste de leur démonstration, puisque c’est reconnaître que le principe héréditaire aboutit à placer sur le trône des hommes incapables de gouverner9. Ils soutiennent pourtant que l’hérédité doit permettre d’échapper aux dérives dont la Révolution a été victime. Confier les destinées de la République à une dynastie est une garantie de stabilité et évitera des élections qui génèrent les intrigues politiques et stimulent les ambitions, ce qui entrave la liberté10 : recourir à l’hérédité, c’est empêcher le retour des déchirements générés par le système électif11. Ce n’est pas porter atteinte à la souveraineté du peuple quand cela revient à confier la magistrature suprême à un homme qui s’est distingué par ses qualités et qui a déjà reçu l’onction populaire12. C’est selon les vœux de la nation que, le 18 Brumaire, le pouvoir a été confié à un seul13. Le passage à l’Empire est décidément présenté comme une mesure voulue par l’opinion : « Ce n’est donc pas une discussion qui vient de s’ouvrir parmi vous ; c’est l’expression même de la volonté nationale qui s’est fait entendre14. » Les tribuns s’emploient bien ainsi à souligner le lien direct qui existe désormais entre le chef de l’État et les citoyens.

  • 15 Discours du tribun Duvidal, 30 avril 1804.
  • 16 Discours du tribun Gillet, 30 avril 1804.
  • 17 Discours du tribun Lahary, 30 avril 1804.
  • 18 Opinion du tribun Chabaud-Latour, 1er mai 1804. On retrouve le même argument chez le tribun Koch : (...)

5Établir l’hérédité, c’est aussi garantir la position de la France dans le monde en la faisant diriger par un chef dont les autres puissances savent que l’élection ne va pas le démettre quelques mois plus tard. L’hérédité doit donc permettre à la France de reprendre sa place parmi les nations : « l’hérédité est un port où le vaisseau de l’Empire trouve un asile pendant la durée des siècles15 ». Elle est donc un gage de stabilité des traités16. D’autant mieux qu’un titre prestigieux forcera « le respect et la considération17 » des autres puissances. Les autres peuples européens n’auront plus à « craindre la propagation de principes subversifs de tout ordre, [ils] verront dans l’établissement d’une institution qui assure le repos et la félicité des Français, le gage le plus certain de leur tranquillité18 ». Se faire guider par un grand homme en imposera aux autres nations.

  • 19 L’expression apparaît dans l’adresse des sénateurs, dans le discours du tribun Curée.
  • 20 Discours du tribun Curée, 30 avril 1804.
  • 21 Discours du tribun Jaubert, 30 avril 1804.
  • 22 Opinion du tribun Delaistre, 1er mai 1804.
  • 23 Discours du tribun Gillet, 30 avril 1804.

6La construction de l’image de Napoléon en Grand Homme19 – le terme est transcrit avec ces majuscules dans la publication de l’adresse des sénateurs – se poursuit en effet au fil de ces discours, l’expression apparaît dans 17 des 32 discours de tribuns : Grand Homme il l’est pour avoir tiré la France « des chaos du passé », pour permettre aux Français de « bénir les bienfaits du présent », il doit donc achever de l’être en garantissant l’avenir20. Au 18 Brumaire – on ne parle pas du 19 – il s’est posé en « sauveur de la France » pour avoir fixé la Révolution aux principes qui l’ont commencée, il a établi les bases de l’administration, remis de l’ordre dans les finances, organisé l’armée, rendu l’activité au commerce, relevé les autels, recréé l’instruction publique, éteint tout esprit de parti et donné à la France un code uniforme de lois21. Il s’est distingué par des services de la plus haute importance, par de grandes actions et une réputation sans tâche, « et par l’exemple des mœurs sévères22 ». Il est donc un héros – le terme figure dans 20 des 32 discours – qui en impose « à toutes les passions par l’élévation de son âme23 ». L’argumentaire en faveur de l’hérédité conduit ainsi les tribuns à établir un parallèle entre Napoléon d’une part, les fondateurs de dynasties – tel Charlemagne ou même Hugues Capet – et les grands souverains – tels Henri IV ou Louis XIV – de l’autre.

  • 24 Ce thème qui est au cœur de l’argumentaire des membres du Tribunat a également été souligné par Je (...)
  • 25 Discours du tribun Lahary, 30 avril 1804.
  • 26 Discours du tribun Grenier, 30 avril 1804.
  • 27 L’expression fort moderne de « pacte social » figure dans plusieurs discours de tribuns (Curée, Fr (...)
  • 28 Discours du tribun Duveyrier, 30 avril 1804.
  • 29 Discours du tribun Lahary, 30 avril 1804.

7L’établissement de l’Empire, mesure présentée tout à la fois comme conservatoire et novatrice, est finalement la suite logique de la Révolution24. Parce que vigoureuses, les institutions de l’Empire seront « vraiment républicaines25 », « la France sera toujours une République26 ». L’Empire n’est pas du tout conçu comme un despotisme puisqu’il doit être fondé sur la souveraineté populaire par le recours au plébiscite, ce qui le place dans la continuité de la légitimité républicaine et en fait la base d’un nouveau « pacte social » – l’expression est employée dans six des 32 discours de tribuns – garantissant les droits réciproques de la nation et de son chef27. La dynastie nouvelle doit être garante des héritages de la Révolution en se plaçant à la tête de ce que les tribuns envisagent toutefois comme une véritable monarchie constitutionnelle. Le chef appelé à l’hérédité vient soutenir « des institutions garantes de la liberté publique28 », si Napoléon est prêt à accepter le pouvoir absolu, c’est « pour le salut de la France » et « pour le maintien de la liberté29 ». Il y aurait ainsi, selon Jean-Luc Chappey, « mise en place d’un régime dont la nature proprement exceptionnelle et ambiguë permet à Napoléon Bonaparte de reprendre l’initiative politique et de détruire, temporairement au moins, les différentes oppositions ».

  • 30 Discours du tribun Carnot, 30 avril 1804.

8Seul Carnot s’emploie à nier que l’Empire puisse ne pas être une rupture avec la République30. S’il affirme habilement que Bonaparte mérite de passer à la postérité pour avoir donné le Code civil à la France, s’il reconnaît qu’il est le plus qualifié pour exercer une dictature temporaire, il souligne aussi que par l’établissement de la paix, la France avait atteint un moment d’équilibre que Bonaparte aurait dû mettre à profit pour établir durablement une république démocratique. Puisque Bonaparte a restauré la liberté publique, faire de lui un souverain héréditaire, c’est le conduire à supprimer ce qu’il a sauvé. D’autant qu’un régime monarchique est, par essence, selon Carnot, non pas source de stabilité mais fauteur de guerre, puisqu’il est par définition appelé à défendre des intérêts dynastiques. Carnot de plus remet en cause les modalités des plébiscites, où chacun vient signer individuellement son vote : il récuse donc d’emblée l’argument de l’assentiment populaire.

  • 31 Jean Tulard, Le sacre de l’empereur Napoléon. Histoire et légende, Paris, Fayard-RMN, 2004, p. 12.

9Mais Carnot est le seul opposant : le senatus-consulte du 18 mai 1804 annonce que le gouvernement de la République est confié à un empereur qui prend le titre d’empereur des Français. Pourtant, en dépit de cette propagande, en dépit de ce que les tribuns prêtent à l’opinion, le passage à l’Empire n’a pas fait l’unanimité. Certes, le plébiscite donne 3572329 oui contre 2569 non, mais nombre de résultats ont été arrondis à la hausse, et dans certaines communes, on se contente de transmettre un vote unanime en faveur du oui31. Cela n’empêche pas Napoléon de se prévaloir une fois de plus d’être le seul représentant de la nation. Il n’y fait pas pour autant l’unanimité. Même dans l’armée, de fortes réticences subsistent, d’autant que sa volonté d’ajouter une onction divine à l’onction populaire fait grincer bien des dents :

  • 32 Général Teste dans François-Antoine Teste, Louis-Léger Boyeldieu, Souvenirs de deux généraux du Pr (...)

Les solennités de Notre-Dame sont assez connues. Malgré l’entraînement de l’esprit français vers les nouveautés et changements, il y eut certainement à Paris, ce jour-là, plus d’étonnement, plus de surprise que d’enthousiasme. De la tribune où l’on nous avait placés dès six heures du matin, nous jouîmes parfaitement de toutes les pompes de cette imposante cérémonie ; mais nous l’aurions trouvée par trop longue si le sous-officier n’avait eu la précaution de nous pourvoir d’un ample déjeuner32.

  • 33 Jean Tulard, op. cit., p. 23-25 et p. 40.
  • 34 Ibid., p. 64.

10Pourtant les comptes-rendus officiels de la cérémonie du couronnement font état à plusieurs reprises des vivats clamés sur le chemin du cortège et de l’enthousiasme manifesté par la foule parisienne33. Parallèlement, la police mentionne bien sûr dans ses rapports l’enthousiasme populaire des fêtes qui se déroulent après le 2 décembre, mais elle ne peut pas taire que, le 5 décembre, un jeune chirurgien de l’hôpital Saint-Louis a tenté d’assassiner l’empereur, « espérant entraîner l’armée au nom de la liberté34 ».

Les réactions à l’existence d’un nouveau souverain

  • 35 Voir Le Moniteur universel, du 27 mars au 20 mai 1804.

11En dépit de ces résistances, la docilité officielle des notables domine, elle est illustrée notamment par les adresses rédigées à la suite du complot imputé à Moreau, Cadoudal et Pichegru. Elles émanent non seulement des conseils généraux et des grandes villes, mais aussi des régiments, des tribunaux, des corps enseignants, des mairies de modestes communes. Elles mêlent indignation face au geste qui visait à attenter à la vie de Bonaparte et approbation de l’établissement de l’Empire afin de décourager de tels agissements. Elles paraissent régulièrement dans le Moniteur, qui, à partir du 1er mai 1804, publie également les discours prononcés au Tribunat en vue de justifier la proclamation d’un régime héréditaire35. Ainsi, les chefs de la garde nationale sédentaire de La Rochelle louent la providence d’avoir préservé la vie de Bonaparte et :

  • 36 Le Moniteur universel, 28 mars 1804.

font les vœux les plus ardents pour que le dieu qui dans les combats a veillé sur Bonaparte et qui dans ce moment vient de le soustraire au poignard des assassins protège encore la grande entreprise qui doit assurer la vengeance nationale et anéantir nos éternels ennemis36.

12Si les adresses sont discrètement sollicitées, leur teneur n’est pas dictée dans le détail par les autorités et l’emphase des louanges qui envahissent ainsi la presse donne le ton avec lequel le régime impérial semble reçu. Les membres des autorités civiles et judiciaires, du tribunal de commerce et de la gendarmerie de Romans, dans la Drôme, cèdent comme tous leurs homologues à la nécessité de chanter les louanges du héros du jour, présenté ici comme le plus apte à défendre l’héritage de la Révolution :

  • 37 Jean-Pierre Bernard, Claude Magnan, Jean Sauvageon et alii, Les Drômois sous Napoléon, 1800-1815, (...)

C’est au plus grand des hommes qu’appartient le premier des titres : c’est à celui qui n’a usé du pouvoir suprême que pour le bonheur du peuple que ce pouvoir doit être confié ; et s’il faut qu’il soit héréditaire, c’est sans doute dans la famille des héros. Que Napoléon Bonaparte soit donc empereur des Français, qu’il commence une nouvelle ère et une nouvelle dynastie. Français, ne craignez rien pour vos droits les plus chers, ces droits acquis au prix de tant de sang, la liberté, l’égalité ; Bonaparte qui vous a aidé à les conquérir a promis de les conserver et de les garantir par une loi constitutionnelle37.

  • 38 AN, AF IV 1951.
  • 39 AN, AF IV 1953.
  • 40 AN, AF IV 1953.
  • 41 Ibid.

13D’emblée l’empereur nouvellement proclamé est en même temps promu au rang de héros et de grand homme, ou bien encore de « grand héros du siècle38 », par l’adjoint à la mairie de Cadenet (Vaucluse). On accepte par ailleurs qu’un tel héros fonde une dynastie, car cela est conçu comme l’avènement d’une ère nouvelle et nullement comme un retour aux principes de l’Ancien Régime : bien au contraire l’hérédité est vue comme moyen de garantir à jamais les acquis de la Révolution. Tel est l’argumentaire qui se trouve par exemple, également, dans l’adresse rédigée par les membres de la Cour d’appel de Poitiers : ils considèrent même que Napoléon est apparu à la nation, au milieu des périls « comme un nouveau messie » ; il est devenu le « père de la patrie » qu’il faut protéger en lui attribuant un pouvoir héréditaire, seule bonne réponse à faire aux tentatives d’attentat récemment déjouées39. Avec moins d’emphase et plus de références à la rhétorique révolutionnaire, un membre du Corps législatif, le colonel Jean-Aimé Lautour, invite le Premier Consul, qui a « sauvé la France » par ses victoires, à accepter le titre qu’on lui propose afin que le pays ne soit plus plongé « dans de nouveaux troubles40 ». Mais il rappelle que le passage à l’hérédité devra s’accompagner « d’une charte constitutionnelle conservatrice des principes de la Raison41 ». On est bien là dans les mêmes arguments que ceux qui sont alors développés au Tribunat et au Sénat : le passage à l’Empire est garant de la stabilité post-révolutionnaire, sous réserve de préserver l’héritage de 1789.

14Or, les adresses envoyées à l’occasion de la proclamation de l’Empire émanent aussi de personnes privées qui développent les mêmes thèmes. Ce qui prouve qu’elles agissent dans le cadre d’un univers culturel spécifique, pour partie créé par l’efficacité du gouvernement des esprits, mais aussi en écho à cette recherche du sentiment dans le rapport au politique qui émerge durant la Révolution. Parmi ces particuliers figurent d’obscurs hommes de lettres en quête de reconnaissance et donc de gratification, mais aussi des veuves ou autres particuliers espérant obtenir des secours. Mais il est des adresses plus désintéressées et plus politiques, telle celle de François Louis Marguet, de Besançon, qui, au long de deux pages d’une écriture bien enlevée, s’indigne du complot mené par l’Angleterre contre celui qui a donné à la France la victoire et la paix. Plus précisément encore, certaines adresses sont lancées comme pour inviter le nouveau souverain à respecter l’équilibre atteint en 1802. Un nommé Landry, de Rennes, qui écrit le 11 mai 1804, dénonce tout d’abord l’ambition de l’Angleterre, tandis que la France doit à Bonaparte non seulement la paix extérieure mais aussi l’ordre intérieur, par le Code civil et le Code criminel. Il invite donc le futur empereur à consolider davantage encore la paix intérieure, en garantissant la vente des biens nationaux, en abolissant la peine de mort, et en s’engageant à ne jamais rétablir une noblesse héréditaire.

15Parallèlement, s’expriment des hommes et des femmes inscrits dans un univers culturel qui n’est pas toujours celui de l’absolue maîtrise de l’écriture.

  • 42 AN, F1c I 25.

16Nombre de leurs adresses sont ostensiblement datées de l’an I du règne de Napoléon, et toutes placent l’empereur au delà même du rang de héros. D’emblée, un certain Daury, résidant à Paris rue Saint-Jacques, le qualifie de grand homme en ouvrant les quatre pages de vers fort maladroits qu’il lui adresse : il le loue pour être le garant de la liberté et le protecteur du peuple français, ainsi que pour avoir rendu la paix intérieure à la France42. Avec le nommé Carrié, d’Avignon, qui écrit le 18 juin 1804, Napoléon n’est plus simplement un grand homme mais un personnage divin :

  • 43 AN, AF IV 1953.

L’être suprême a exaucé ma prière, Dieu qui pouvez tout accordez-nous que la bonne et parfaite santé de notre Empereur qui est plutôt une divinité qu’un homme, soit éternelle. Les redoutables craintes que nous n’avons jamais cessé d’avoir pour le monarque le plus intéressant qui ait jamais été créé sont toutes éteintes43.

  • 44 AN, AF IV 1953, tournures et orthographe initiales sont respectées.

17Carrié ne formule d’ailleurs aucune requête et constitue l’archétype de ces anonymes osant prendre une plume fort maladroite pour dire un enthousiasme qui relève bien peu de réflexes politiques des temps révolutionnaires, mais bien davantage des cadres de pensée forgés du temps de la royauté. Même des femmes ont exprimé leurs sentiments dans la veine d’un fanatisme encore plus aveugle, telle la femme Garnier, qui écrit le 14 juin d’Oberingelheim, en Alsace, dans le département du Mont-Tonnerre44 :

Sentiments de respect et damour
Envers Sa Majesté Napoléon Empereur
Si mes sentiments que j’éprouve envers Votre Majesté va jusqu’à l’ydolatrie, mon excuse est bien belle.
Car n’êtes-vous pas l’image d’un Dieu bienfaisant sur la terre o ! sauveur de la France depuis cet heureux époque Votre Majesté fut à mes yeux et aux ceux de tout les cœurs sensible un Dieu tutélaire, actuellement votre Empire par la grâce de Dieu, Votre Majesté partagate toujours avec la divinité, la clémence, la miséricorde, la bonté infini, ce qui réjouit sincèrement mon ame, qu’actuellement Votre majesté plane sur l’univers entier. Et le dieu du ciel qui est au dessus de Votre Majesté veille sur vos jours et prend plaisir à diriger votre belle ame.
Devant Votre Majesté je fléchis le genoux et mon désir brûlant serait de pouvoir faire partagé l’amour et le respect que vous savez si bien inspiré, Votre Majesté sait très bien qu’il se trouve par mis son peuple des êtres injustes et ingrats.
Mais que Sa Majesté ne craigne pas. Vous est un enfant chéri de la Divinité et du Ciel. Jusqu’astems elle a veillé sur vos jours sacré, et elle vous protégera toujours.
Que Votre Majesté pardonne à un sexe faible et timide d’avoir ozé elever ces pensés jusqu’à vous mon cœur est trop plein je doit entrainé.
Ci Dieu m’accordait des fils, leurs sangs et à vous, je vous les consacre d’avance. Pour lors je pourait dire heureuse mere.
Votre Majesté
je suis votre très soumise et obaisante
femme Garnier née C.

  • 45 AN, AF IV 1951, adresse datée du 2 décembre 1804.
  • 46 Ibid., adresse expédiée de Saint-Martin-de-Castillon (Vaucluse), le 31 décembre 1804.
  • 47 Ibid., adresse de Jean Joseph Antoine Béraud, adjoint à la mairie de Cadenet, 23 décembre 1804.
  • 48 Ibid., adresse de François Collin, « consultant », 1er janvier 1805.

18La maladresse même de ces lignes, si mal tournées, encore plus mal orthographiées, laisse deviner la spontanéité de cette dévotion. C’est par de telles attitudes que s’est en partie forgée précocement la légende napoléonienne, c’est au travers de tels comportements que s’exprime une partie de la France des humbles, prompts à vénérer un souverain en qui l’on voit encore un don de Dieu. Bernadou, de Toulouse, par exemple, après avoir qualifié Napoléon « d’Empereur des Empereurs », surenchère inédite, le salue comme « l’unique médecin de la religion » puis comme « l’image parfaite de la troisième personne de la très sainte trinité, par la grâce de Dieu45 ». Paul Brice Cavallier, ancien officier de marine, « glorifie le Dieu du ciel » d’avoir sacré Napoléon empereur des Français46. Béraud, l’adjoint à la mairie de Cadenet, déjà mentionné, voit dans le 2 décembre un jour d’allégresse puisque l’empereur a été sacré par le souverain pontife. Il voit dans ce règne qui a le grand mérite d’apporter enfin la stabilité à la France, en même temps que la paix et le rétablissement de la religion catholique, « l’ouvrage de Dieu47 ». Pour Auguste Collin, d’Issoudun, « le ciel […] a fait naître [Napoléon] pour sécher les pleurs des malheureux », si bien qu’il voit en lui « la Divinité vivante et bienfaisante des mortels48 ».

  • 49 AN, AF IV 1953. On a là aussi respecté scrupuleusement l’orthographe du document.

19Certaines adresses viennent d’univers culturels où l’écrit est si imparfaitement maîtrisé qu’elles en demeurent pour partie incompréhensibles, même si elles traduisent clairement une aveugle dévotion. Il est en effet difficile de saisir la totalité des propos suivants, écrits le 5 juin, à Marseille49 :

Sire ampereur
recevais je vous en seuplie mon compliment le plus sincere a la couronne que le ciel vous a vais reservée, du jour que le seigneur vous a donner laitré [l’être], et a vos succeseur. prince de lampiere [l’empire], la France n plus en paieri [péril ?], gouvernée part le meigllieur des pere aqui la providence luy a donner toute les verteu dun dieu sur terre. Cet aveu ces sentiment que jes lhonner detre
Sire enpereur
avec respec
Darnieux veuve Sampieri
a marseille ce 15 prereal
an 12 de la republique
du reigne premier

  • 50 AN, AF IV 1951, adresse d’une nommée Courchamps, sans lieu ni date.

20Du Nord au Sud de la France existent donc des anonymes parmi les anonymes, des femmes, toujours exclues de toute pratique politique officielle et pourtant soucieuses de prendre part à ce qui se joue alors au plus haut sommet de l’État. L’une d’elle le qualifie d’« Auguste souverain50 » et exprime elle aussi le sentiment de voir en Napoléon une émanation du divin :

  • 51 Ibid.

L’esprit du seigneur souffle où il veut, c’est par lui que vous avez toute l’intelligence et les capacités qui vous rendent capable et digne de régner51.

21Ces adresses spontanées et maladroites viennent en complément de toutes celles qui sont publiées dans la presse et de tous les discours prononcés dans les Chambres. Par leur spontanéité, elles élargissent l’espace politique jusqu’à des marges impensées par les gouvernants d’alors. L’historiographie a toujours oublié que l’Empire a aussi puisé sa légitimité à cette source. Les enthousiasmes de 1815 et le bonapartisme populaire du premier XIXe siècle trouvent leurs racines dans cette ferveur qui affleure dès 1804.

  • 52 AN, AF IV 1953.
  • 53 AN, AF IV 1951, adresse de Montresse, ancien juge résidant à Valence, expédiée au lendemain du cou (...)
  • 54 Daniel Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 229 ; Hervé Drevillon, dans Joël Cor (...)

22D’autres plumes sont toutefois plus alertes, et trempées dans une encre plus teintée de réflexes révolutionnaires : il en va ainsi d’un certain Pradier, « ancien professeur », résidant à Castres, qui écrit le 15 juin combien il « révère » l’empereur parce qu’il a brisé « les fers du despotisme », mais aussi rétabli la justice et triomphé des « ennemis de la patrie ». Il le compare alors à Auguste qui savait ne distribuer « ses bienfaits qu’aux citoyens les plus utiles, les plus vertueux, les plus distingués par leurs mérites ». Il termine en espérant que le souverain sera sensible aux marques de vénération qu’il lui adresse ainsi, sans préciser là non plus ce qu’il attend exactement52. Au total, dans leur naïveté même, ces adresses émanant de particuliers indiquent comment l’établissement de l’Empire a pu trouver des soutiens tant du côté des Français encore attachés à la Révolution que de ceux restés sensibles aux structures politiques anciennes. Aux yeux de beaucoup, l’empereur fait figure de père et de protecteur de la nation53. Ces hommes et ces femmes sont enclins décidément à une réinvention du rapport au monarque, alors que la seconde moitié du XVIIIe siècle a été marquée par un affaiblissement du charisme politique et de la religion absolutiste et par une désunion entre la nation et le roi54 : avec l’Empire, il y a restauration de l’union entre le souverain et la nation et retour à une sacralisation, relevant du sentimental plus que du politique.

Les soutiens à un souverain victorieux et à la dynastie nouvelle

  • 55 AN, F3832, 12 pluviôse an 12 (2 février 1804).

23Si les Français éprouvent alors de la reconnaissance pour le chef du nouveau régime, c’est parce qu’ils voient en lui le seul homme capable d’établir en Europe un ordre pacifié, mais dans lequel la France aurait une place digne de sa gloire militaire ; c’est parce qu’il paraît être le seul apte à vaincre un ennemi après tout ancestral, l’Angleterre, qui a de surcroît attisé la guerre civile en France. Ainsi, en février 1804, les ouvriers des faubourgs parisiens parleraient « avec indignation des chouans et des Anglais55 » et manifesteraient beaucoup de craintes sur les complots qu’ils trament. La nation se souderait donc autour de son chef parce que celui-ci apparaît comme le porteur des espoirs d’une pacification durable, car fondée sur des victoires éclatantes. Il y a là une dimension spécifique du rapport au souverain réinventé sous l’Empire, et c’est bien en cela que ce rapport tient notamment du charisme.

  • 56 AN, F3834, 20 frimaire an XIV (11 décembre 1805).
  • 57 AN, F3834, 24 frimaire an XIV (15 décembre 1805).
  • 58 AN, F3834, 25 frimaire an XIV (16 décembre 1805).
  • 59 Bulletin de police du 3 décembre 1805.
  • 60 AN, F3834, 29 frimaire an XIV (20 décembre 1805).

24Ainsi, l’annonce de la victoire d’Austerlitz semble « électriser » les cœurs des Parisiens : « l’esprit public est porté au plus haut degré d’amour et d’admiration pour Sa Majesté l’empereur et Roi56 ». L’enthousiasme et la joie sont à leur comble, indique le préfet de police, et les cris de « Vive l’empereur » retentissent de nouveau de toutes parts57. Le lendemain, alors que vient d’être publié l’article relatif aux préliminaires de la paix, il ajoute qu’il est véritablement impossible de peindre l’allégresse publique58. Des acclamations unanimes ont suspendu pendant longtemps la représentation59. On acclame décidément un régime qui semble donner toutes les garanties de l’établissement d’une paix solide et avantageuse. Au 20 décembre, après la confirmation des avancées vers la paix, l’enthousiasme général semble avoir encore augmenté : « C’est partout un concert de louanges et de bénédictions. Le nom de Sa Majesté est répété partout avec les expressions du plus doux attendrissement et du plus vif amour60. » En faisant apparaître l’immédiat rapport de cause à effet entre victoire et paix, la presse et les annonces dans les salles de spectacle contribuent grandement à faire vivre les populations dans l’exaltation de la gloire militaire.

  • 61 AN, F3834, 20 frimaire an XIV (11 décembre 1805).

25Or, la préfecture de police reçoit alors des pétitions qui « demandent que les honneurs du triomphe soient décernés à Sa Majesté, non pas pour sa personne qui n’en a pas besoin, mais pour la grande nation qu’il gouverne et qu’il couvre de gloire ; que de grands monuments soient construits pour conserver de si grands souvenirs61 ». Dans cette célébration des victoires, l’opinion trouve l’occasion de glorifier la nation et pas seulement son souverain : on demeure ici dans la logique des temps révolutionnaires, où les chefs militaires étaient certes honorés en héros, mais où leur gloire appartenait bien à la nation toute entière, devenue par là même « grande nation ». L’adulation pour Napoléon trouve décidément ses racines dans une culture politique héritée de la décennie révolutionnaire.

26L’on pourrait citer bien des preuves de cette adhésion au principe dynastique. Nombre de rapports de police, par exemple, font mention de l’inquiétude manifestée dans tel ou tel cercle pour la vie du souverain. Ainsi, lorsque se noue le conflit espagnol et alors qu’il est prévu que l’empereur se rende dans la péninsule, la police note que l’

  • 62 Bulletin de police du 27 avril 1808.

on redoute beaucoup ici [Paris] ce voyage dans un pays couvert de moines fanatiques, et, à cet égard, on a entendu un grand nombre d’individus se plaindre hautement que l’empereur ne prenait pas assez de précautions pour la conservation de sa personne ; qu’il ne paraissait pas assez mettre d’importance à la vie ; que Sa Majesté y attacherait un plus grand prix si elle avait des enfants62.

27La vie politique d’alors n’est plus – si tant est qu’elle l’ait jamais été… – faite de références à des partis ni même à des idéologies. Prendre position sur le destin souhaité pour la Cité passe donc bien souvent par l’expression de son avis sur la personne en qui s’incarne désormais la vie de la nation. Il en va ainsi, on l’a vu, des opposants, mais aussi de ceux qui acceptent le régime. Et il en est de même pour ceux qui expriment leur soutien. Saisir le rapport des Français à l’Empire renvoie donc inévitablement à la perception de Napoléon.

  • 63 Bulletin de police du 16 février 1808.
  • 64 Natalie Petiteau, Les Français et l’Empire, op. cit.

28Or, il est très vite accepté comme fondateur d’une dynastie : les réactions évoquées ci-dessus indiquent combien les craintes pour sa vie seraient atténuées s’il avait un descendant. Il semble en fait qu’il soit d’autant mieux apprécié qu’il s’est inscrit dans des cadres de pensée familiers pour les Français d’alors. On sait que le respect pour la personne du roi était encore largement répandu en 1789 ; le fait même que l’homme qui s’est montré apte à achever la Révolution se soit fait monarque a comme soulagé une partie de l’opinion qui peut de nouveau lire la vie politique au travers d’une grille d’interprétation familière et faisant facilement sens. C’est pourquoi les cris de « Vive l’empereur » qui apparaissent dans les comptes-rendus de nombre de cérémonies publiques ne sont pas forcément des cris de commande. Il faut bien sûr faire la part de l’effet d’entraînement, répondant peut-être même, dans certains cas, à l’initiative d’un fonctionnaire zélé. Mais aucune source ne porte trace de quelque orchestration d’une quelconque « claque » officielle. Et il semble bien qu’il en soit ainsi y compris lorsque les « Vive l’empereur » fusent dans la salle où une foule nombreuse se presse pour voir le tableau que David a consacré au sacre63. L’opinion apparaît ainsi séduite par l’ostentation des rites dynastiques auxquels le régime a recours. Cette acceptation de la dynastie apparaît d’ailleurs également dans les manifestations de ferveur lors de la naissance du roi de Rome64.

***

  • 65 AN, BB149.

29Une forme d’enracinement de l’Empire transparaît durant la Première Restauration. En témoignent les attitudes lors du 15 août 1814, date habituelle de la fête officielle de l’Empire65. À Jumeaux, dans le Puy-de-Dôme, un nommé Tourtet, qui s’est fait instituteur, a parcouru les rues de la commune accompagné de plusieurs enfants qui ont à plusieurs reprises crié « Vive l’empereur » ou « Vive Napoléon », assurant que celui-ci ne tarderait pas à remonter sur le trône de France et insultant les personnes portant cocarde blanche. Dans les Vosges, à Lerrain, deux rassemblements ont eu lieu le soir du 15 août, des enfants, des jeunes gens et d’autres habitants paraissent avoir voulu célébrer ainsi la Saint-Napoléon en allumant des feux de joie et en dansant autour de ces feux en criant « Vive Napoléon ». Dans l’Yonne, à Brienon-sur-Armançon, une mère de trois enfants a orchestré avec éclat la célébration du 15 août. Cette femme de meunier a en effet illuminé de 60 lampions la façade du moulin familial : il s’agissait plus précisément de « coquilles de colimaçons dans lesquelles on avait mis de l’huile et des mèches, un canon de pistolet d’arçon était monté sur une espèce d’affût, et l’aîné des trois enfants le tirait de temps à autres ». Le procureur précise que les trois enfants portaient des aigles à leurs chapeaux, ils en avaient par ailleurs « fixé trois sur un mouchoir à carreaux rouge qu’ils avaient arboré en guise de drapeau sur un des bâtiments les plus élevé du moulin ». À chaque coup de pistolet, les enfants auraient crié « Vive Napoléon, à bas Louis XVIII », mais sur ce point, la plupart des témoins se rétractent au moment du procès. Quant à l’époux, il plaide pour la relaxe de sa femme en expliquant que les enfants ont tout simplement voulu continuer de célébrer une fête qu’ils avaient toujours vu célébrer par les autorités civiles et religieuses. C’est donc spontanément qu’ils ont découpé des aigles en papier blanc pour en faire des cocardes. Cette fête avait un caractère absolument privé, ces jeux étaient sans arrière-pensée, cette scène s’est produite alors que la mère était surtout occupée à surveiller le moulin en l’absence de son époux. Elle a suscité un procès parce que deux individus sont passés à proximité du moulin et ont voulu transformer ce banal divertissement en manifestation séditieuse. On devine ainsi comment les tensions qui traversent alors la société française jusque dans des villages isolés viennent politiser des actes qui ne le sont pas forcément mais qui en revanche en disent tout de même long sur l’enracinement qui caractérisait déjà le régime impérial : pour ces enfants attachés à célébrer le 15 août parce que cela a toujours été à l’horizon de leurs réjouissances, faire la fête et chanter les louanges de Napoléon, c’était tout un, ce que ni leur mère, ni leur père n’ont trouvé condamnable. La Restauration n’avait pas encore eu lieu dans tous les foyers.

  • 66 Natalie Petiteau, « Les Français face à l’ordre impérial », Michel Biard (dir.), Actes du IVe coll (...)
  • 67 Natalie Petiteau, « Maux de guerre et mots de paix dans les campagnes napoléoniennes », Sylvie Cau (...)

30Napoléon n’a cependant jamais réussi à faire disparaître toutes les oppositions, lesquelles se sont aisément ravivées au fur et à mesure que le poids de la guerre s’est fait plus oppressant. Il y a eu persistance des refus66 : l’ordre impérial a aussi suscité des oppositions résolues, mais si vite et si fermement réprimées qu’elles échappent bien souvent à l’historien. Reste que celles dont les échos lui parviennent prouvent qu’une minorité plus ou moins agissante a ponctué, dans chaque département, l’histoire du régime d’une opposition sourde. Par ailleurs, la guerre de masse qui, par définition, ne peut fonctionner qu’avec non plus des volontaires mais des conscrits sans cesse plus nombreux, a peu à peu terni l’image du chef charismatique parce que victorieux. Elle laisse peu à peu place à celle du souverain enfermé dans une logique de guerre de moins en moins compréhensible et apportant, avec la mort du soldat, la rupture des équilibres familiaux et communautaires67. Parce que toute la société est traversée par cela, une gigantesque déception se superpose à la réinvention du rapport au souverain repérée précédemment, si bien que le régime, dont l’enracinement se révèle ainsi fragile, ne résiste pas à la défaite.

31Tout despotique qu’ait été le régime, il n’a pas fait totalement disparaître ce qui est né durant la Révolution, il n’a pas empêché les oppositions de perdurer, soit dans des cadres de pensée définis après 1789, soit dans des pratiques anonymes plus ou moins voyantes ou bruyantes. Si les Français ont expérimenté un nouveau type de rapport au souverain, ils ont aussi prouvé que même le plus charismatique des chefs ne pouvait pas effacer totalement les héritages de la Révolution en matière de rapport au politique.

  • 68 Pour rebondir sur la définition que propose Roger Dupuy dans La politique du peuple. Racines, perm (...)

32Cette monarchie d’un type nouveau n’a tenu lieu qu’aux yeux d’une minorité fluctuante de « politique du peuple ». En dépit du mélange de conservatisme et d’égalitarisme qu’elle propose68, en dépit de la fascination de beaucoup pour la gloire militaire qu’elle construit, elle n’a que trop mal résolu les difficultés à vivre dans la crise et dans la guerre qu’elle impose.

  • 69 La plume et le rabot. Journal écrit de 1773 à 1828 par Claude-Antoine Bellod, menuisier et maître (...)

33Le menuisier Claude-Antoine Bellod est un archétype en matière de réaction à l’égard de l’Empire. À la fin de 1799, il a accueilli avec joie l’arrivée de Bonaparte au pouvoir, parce qu’il voit en lui celui qui restaure la liberté de culte et réorganise l’Église de France. Mais il déchante peu à peu, et assiste sans regret à la chute du régime en 1815, car il ne voit plus en Napoléon qu’un « tirand d’empereur69 » qui a supprimé les confréries, emprisonné le pape, engagé le pays dans de longues guerres qui ont entraîné une augmentation des impôts, de lourdes réquisitions et d’importantes levées d’hommes. Avec la persistance de la guerre et l’apparition de la crise économique, l’histoire du rapport des Français à l’Empire n’est-elle finalement pas celle d’une gigantesque déception ? Ne serait-ce que parce que l’on découvre que celui que l’on avait érigé en héros n’est pas omnipotent, et finalement, même, est faillible jusque sur le champ de bataille.

  • 70 Daniel Fabre, « L’atelier des héros », Pierre Centlivres, Daniel Fabre, Françoise Zonabend (dir.),(...)

34Mais l’essentiel pour l’historien n’est-il pas de relever que l’Empire lègue des références qui vont compter pour longtemps dans la vie politique française ? L’ultime épisode des Cent-Jours a laissé s’affirmer un bonapartisme qui pense l’avenir de la France autrement qu’en terme de république ou de monarchie bourbonienne, plaçant au premier rang de ses préceptes politiques la nécessité de confier la conduite du pays à un homme charismatique en qui puissent s’incarner tous les espoirs de rénovation sociale. Les pratiques du régime impérial ont facilité non pas seulement la construction de la légende ou du mythe – laquelle tient aussi à l’impact de Sainte-Hélène et au rôle des mémoires individuelles – mais aussi une politique d’héroïsation d’un chef présenté comme le moteur de l’histoire70. Moyennant quoi il a encouragé la ferveur des anonymes pour une personnalité phare, ferveur d’autant plus vive que l’homme ainsi adulé pouvait paraître issu lui aussi des rangs mêmes de cet anonymat. La question du rapport des Français à l’Empire mérite donc de ne plus être bannie des problématiques des historiens du contemporain, parce que les expériences que les sujets de l’Empire ont retirées de ces quinze années ont bien été déterminantes pour comprendre avec quels bagages ils abordent ensuite monarchies constitutionnelles et République, pour comprendre aussi dans quels cadres politiques le vote du 10 décembre 1848 a pu s’enraciner. La force de la légende ne suffit pas à expliquer la si forte majorité qui s’est affirmée, lors des premières élections présidentielles au suffrage universel masculin, en faveur de l’héritier napoléonien. La préférence pour des cadres politiques où la défense de la cause de la nation est assimilée à l’action d’un seul homme perçu comme un sauveur a sans doute compté tout autant.

Notes

1 Natalie Petiteau, Les Français et l’Empire, Paris et Avignon, Boutique de l’Histoire-Presses de l’Université d’Avignon, 2008.

2 Les discours mentionnés dans ce texte sont publiés dans La proclamation du Premier Empire ou Recueil des pièces et actes relatifs à l’établissement du gouvernement impérial héréditaire, imprimé par ordre du Sénat conservateur, introduction par Thierry Lentz, Paris, Nouveau Monde éditions/Fondation Napoléon, 2001 (1re réédition depuis 1804). Les notes suivantes y renvoient.

3 Adresse du Sénat, 27 mars 1804.

4 Discours des tribuns Carrion-Nisas, Siméon et Duvidal.

5 Adresse du Sénat conservateur au Premier Consul, 27 mars 1804.

6 Discours des tribuns Curée puis Lahary, 30 avril 1804.

7 Discours du tribun Jaubert, 30 avril 1804.

8 Discours du tribun Lahary, 30 avril 1804. La référence aux propriétaires de biens nationaux est explicite également chez le tribun Delaistre.

9 Discours du tribun Curée, 30 avril 1804.

10 Discours des tribuns Costa, Carrion-Nisas, Perin, 30 avril 1804.

11 Rapport du tribun Jard-Panvilliers, 3 mai 1804.

12 Discours du tribun Curée, 30 avril 1804.

13 Discours du tribun Jaubert, 30 avril 1804.

14 Discours du tribun Fréville, 30 avril 1804.

15 Discours du tribun Duvidal, 30 avril 1804.

16 Discours du tribun Gillet, 30 avril 1804.

17 Discours du tribun Lahary, 30 avril 1804.

18 Opinion du tribun Chabaud-Latour, 1er mai 1804. On retrouve le même argument chez le tribun Koch : « les puissances étrangères verront dans la stabilité du gouvernement français, dans l’hérédité du titre impérial, la garantie de leur tranquillité, la fin de toutes les tourmentes révolutionnaires ».

19 L’expression apparaît dans l’adresse des sénateurs, dans le discours du tribun Curée.

20 Discours du tribun Curée, 30 avril 1804.

21 Discours du tribun Jaubert, 30 avril 1804.

22 Opinion du tribun Delaistre, 1er mai 1804.

23 Discours du tribun Gillet, 30 avril 1804.

24 Ce thème qui est au cœur de l’argumentaire des membres du Tribunat a également été souligné par Jean-Luc Chappey, « La notion d’Empire et la question de la légitimité politique », L’Empire avant l’Empire. État d’une notion au XVIIIe siècle. Siècles. Cahiers du Centre d’histoire « Espaces et cultures », Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand II, no 17, 2003, p. 111-128.

25 Discours du tribun Lahary, 30 avril 1804.

26 Discours du tribun Grenier, 30 avril 1804.

27 L’expression fort moderne de « pacte social » figure dans plusieurs discours de tribuns (Curée, Fréville, Lahary). Voir également Annie Jourdan, « Le Premier Empire : un nouveau pacte social », Cités, no 20, 2004, p. 51-64.

28 Discours du tribun Duveyrier, 30 avril 1804.

29 Discours du tribun Lahary, 30 avril 1804.

30 Discours du tribun Carnot, 30 avril 1804.

31 Jean Tulard, Le sacre de l’empereur Napoléon. Histoire et légende, Paris, Fayard-RMN, 2004, p. 12.

32 Général Teste dans François-Antoine Teste, Louis-Léger Boyeldieu, Souvenirs de deux généraux du Premier Empire, Paris, Teissedre, 1999, p. 103.

33 Jean Tulard, op. cit., p. 23-25 et p. 40.

34 Ibid., p. 64.

35 Voir Le Moniteur universel, du 27 mars au 20 mai 1804.

36 Le Moniteur universel, 28 mars 1804.

37 Jean-Pierre Bernard, Claude Magnan, Jean Sauvageon et alii, Les Drômois sous Napoléon, 1800-1815, éditions Notre Temps, 1999, p. 20 ; Archives communales de Romans, 1 D 1 6 délibérations municipales, 20 floréal an 12 (10 mai 1804).

38 AN, AF IV 1951.

39 AN, AF IV 1953.

40 AN, AF IV 1953.

41 Ibid.

42 AN, F1c I 25.

43 AN, AF IV 1953.

44 AN, AF IV 1953, tournures et orthographe initiales sont respectées.

45 AN, AF IV 1951, adresse datée du 2 décembre 1804.

46 Ibid., adresse expédiée de Saint-Martin-de-Castillon (Vaucluse), le 31 décembre 1804.

47 Ibid., adresse de Jean Joseph Antoine Béraud, adjoint à la mairie de Cadenet, 23 décembre 1804.

48 Ibid., adresse de François Collin, « consultant », 1er janvier 1805.

49 AN, AF IV 1953. On a là aussi respecté scrupuleusement l’orthographe du document.

50 AN, AF IV 1951, adresse d’une nommée Courchamps, sans lieu ni date.

51 Ibid.

52 AN, AF IV 1953.

53 AN, AF IV 1951, adresse de Montresse, ancien juge résidant à Valence, expédiée au lendemain du couronnement.

54 Daniel Roche, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 229 ; Hervé Drevillon, dans Joël Cornette (dir.), Histoire de la France politique, t. 2, La Monarchie, entre Renaissance et Révolution, 1515-1792, Paris, Le Seuil, 2000, p. 352-353.

55 AN, F3832, 12 pluviôse an 12 (2 février 1804).

56 AN, F3834, 20 frimaire an XIV (11 décembre 1805).

57 AN, F3834, 24 frimaire an XIV (15 décembre 1805).

58 AN, F3834, 25 frimaire an XIV (16 décembre 1805).

59 Bulletin de police du 3 décembre 1805.

60 AN, F3834, 29 frimaire an XIV (20 décembre 1805).

61 AN, F3834, 20 frimaire an XIV (11 décembre 1805).

62 Bulletin de police du 27 avril 1808.

63 Bulletin de police du 16 février 1808.

64 Natalie Petiteau, Les Français et l’Empire, op. cit.

65 AN, BB149.

66 Natalie Petiteau, « Les Français face à l’ordre impérial », Michel Biard (dir.), Actes du IVe colloque européen de Calais, « Terminée, la Révolution… », 26-27 janvier 2001, Bulletin des Amis du Vieux Calais, no hors série, p. 101-112 ; Natalie Petiteau, « Dysfonctionnements et contestations de l’ordre établi en Vaucluse », Jean-Jacques Clère et Jean-Louis Halpérin (dir.), Ordre et désordre dans le système napoléonien. Colloque de Dijon, 21-23 juin 2000, Paris, éditions La mémoire du droit, 2003, p. 241-253 ; Natalie Petiteau, « Insultes et hostilités politiques sous le Consulat et l’Empire », Thomas Bouchet, Matthew Legget, Jean Vigreux et Geneviève Verdo (dir.), L’Insulte (en) politique. Europe et Amérique latine, du XIXe siècle à nos jours, Dijon, éditions universitaires de Dijon, 2005, p. 209-216 ; Natalie Petiteau, « Violence verbale et délit politique, 1800-1830 », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 36, 2008, « L’enquête judiciaire et ses récits-Mots, violence et politique-Varia ».

67 Natalie Petiteau, « Maux de guerre et mots de paix dans les campagnes napoléoniennes », Sylvie Caucanas, Rémy Cazals, Nicolas Offenstadt (dir.), Paroles de paix en temps de guerre. Actes du colloque de Carcassonne, 21-22 avril 2006, Toulouse, Privat, 2006, p. 107-120.

68 Pour rebondir sur la définition que propose Roger Dupuy dans La politique du peuple. Racines, permanences et ambiguïtés du populisme, Paris, Albin Michel, 2002.

69 La plume et le rabot. Journal écrit de 1773 à 1828 par Claude-Antoine Bellod, menuisier et maître d’école à Grand-Abergement (Ain), édition critique intégrale par André Abbiateci, avec la collaboration d’André Laffay et Paul Cattin, « Les Amis des Archives de l’Ain », Bourg-en-Bresse, 1996, p. 63.

70 Daniel Fabre, « L’atelier des héros », Pierre Centlivres, Daniel Fabre, Françoise Zonabend (dir.), La fabrique des héros, Paris, éditions de la MSH, 1998, p. 250.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540