Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

1. La trahision des images

Chapitre IV. Révéler discrètement l’invisible

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Cette évocation du cinéma kitanien permet précisément d’en venir à une autre caractéristique du cinéma japonais actuel : la recherche présentationnelle sur le strict plan du langage cinématographique.

Tout le cinéma de Takeshi Kitano est basé, au niveau esthétique, sur un principe fondateur : laisser affleurer à la conscience du spectateur, fût-ce de façon diffuse, qu’il est bel et bien devant un film. Susciter une « attitude de contemplation dans l’extériorité1 », toute présentationnelle, et qui est pour ainsi dire inconcevable selon les critères dominants d’un cinéma éveillant son spectateur à « une conscience magique ou fictionnelle2 ». Peut-être moins radical que le cinéma de réalisateurs plus jeunes, comme Kurosawa, Miike ou Anno, le cinéma de Kitano n’en est pas moins sous-tendu par une approche de nature similaire qui s’exprime précisément par la volonté de faire « des signes qui aient l’air de signes ».

L’immobilité, figure de style essentielle du cinéma kitanien, même s’il l’...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540