Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758)

 | 
Stéphane Perréon
, 
Yann Lagadec
, 
David Hopkin

Troisième partie. « The Battle of St. Cast […], a poor-bodied third-class affair » ?

Chapitre VIII. Saint-Cast, une victoire sans lendemain ?

Texte intégral

Il est difficile […] d’exprimer la joye de cette province.
M. d’Aiguillon a des droits bien acquis sur sa confiance et son amitié.
SHD/DAT, A1 3496, no 156, lettre du chevalier de Redmont
au maréchal de Belle-Isle, 13 septembre 1758.

  • 1 Quelques semaines après Crefeld, cependant, Soubise remporte une victoire à Sonderhausen, ce qui l (...)

1La victoire de Saint-Cast, si modeste soit-elle, luit d’un éclat singulier à une époque fort sombre pour les armes françaises. Elle tombe à point nommé pour redorer un peu le blason de l’armée et remonter le moral de l’opinion publique, même si personne ne considère sérieusement Saint-Cast comme la revanche des défaites de Rossbach et de Crefeld1. En Bretagne, et plus généralement sur les côtes de l’Atlantique et de la Manche, la bataille marque bien la fin des descentes massives. En revanche, Belle-Île est envahie par les Britanniques trois ans plus tard puis occupée deux années durant. En partie détruite et immobilisée à la suite de la bataille des Cardinaux, en 1759, la flotte du Ponant ne peut plus en effet s’opposer aux menées de la Royal Navy. Trois ans après Saint-Cast, la Bretagne se retrouve ainsi coupée de son accès au large et en partie asphyxiée. Quant au principal artisan du succès français, le duc d’Aiguillon, son étoile pâlit notablement dès cette époque puis il connaît les affres de l’affaire dite de Bretagne.

2Faut-il en déduire que la victoire de Saint-Cast n’est qu’une parenthèse, un épiphénomène sans conséquence sur la suite des événements ? Constatons quand même que, mis à part la conquête de Belle-Île, le littoral breton n’est plus guère inquiété jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Il importe, par conséquent, de comprendre pourquoi, en s’interrogeant sur l’impact réel de Saint-Cast sur les stratégies française et britannique.

L’« expédition particulière » et la bataille des Cardinaux : la marine française annihilée

3La bataille dite des Cardinaux – ou de la baie de Quiberon, pour les Britanniques –, qui réduit à l’impuissance la flotte du Ponant, trouve son origine dans un projet de débarquement français en Grande-Bretagne désigné sous l’appellation d’« expédition particulière ». Pour utopique qu’il soit, ce projet n’est guère original.

  • 2 Sur ces questions, voir, à défaut d’études récentes, les travaux de Levot, Prosper, « Projets de d (...)

4De Louis XIV à Napoléon, les dirigeants français élaborent plusieurs plans d’invasion de l’Angleterre ou de diversion en Écosse ou en Irlande2. Lors de la guerre précédente, en 1745, Louis XV avait fourni un appui logistique au prétendant Stuart, Charles Édouard, avant que la défaite de Culloden mette fin aux espérances des Jacobites et à la relative autonomie des clans highlanders. L’idée d’une action sur le sol britannique ressurgit pourtant fin 1758 lors d’un conseil du roi. Bien qu’aucun document n’y fasse allusion, la victoire de Saint-Cast a sans doute contribué à relancer ce type de projet. Une douce euphorie gagne peut-être les dirigeants français après le 11 septembre, les poussant à l’optimisme et à sous-estimer les obstacles, dont le principal reste la suprématie navale de la Grande-Bretagne. Louis XV comptant sur l’effet de surprise, un comité secret élabore un ensemble de trois opérations combinées. La principale consiste à rassembler à Ostende une importante armée, à la débarquer sur la côte d’Essex puis à marcher sur Londres, la capitale anglaise devant tomber sans coup férir compte tenu du nombre réduit de troupes réglées présentes dans le pays. Auparavant, toutefois, deux actions doivent servir de diversion. Avec une petite escadre de frégates, le corsaire dunkerquois Thurot harcèlerait les navires ennemis à proximité de leurs côtes et particulièrement en mer d’Irlande, une descente dans ce dernier territoire étant ensuite souhaitable. Cependant, la diversion majeure consisterait à débarquer en Écosse un corps expéditionnaire de 8000 hommes, auparavant rassemblés à Bordeaux. Le roi et le maréchal de Belle-Isle décident d’en confier le commandement au duc d’Aiguillon, alors à l’apogée de la gloire. Le roi, dans sa lettre, ne manque d’ailleurs pas de justifier son choix par

  • 3 Cité par Le Moing, Guy, La bataille navale des « Cardinaux » (20 novembre 1759), Paris, Economica, (...)

« les marques que [le duc d’Aiguillon] nous a données de sa capacité et de son expérience au fait de la guerre, ainsi que de son zèle et de sa fidélité dans les différents emplois que nous lui avons confiés et notamment dans l’affaire de Saint-Cast où il a entièrement défait l’année dernière une partie de ces troupes que les Anglais avaient mises à terre sur les côtes septentrionales de la Bretagne3 ».

5Malgré ces solides soutiens à la cour, le duc réagit de manière inattendue. Il critique vertement le plan qu’on lui propose :

  • 4 Cité par La Condamine, Pierre de, Le combat des Cardinaux. 20 novembre 1759. Baie de Quiberon et r (...)

« Je ne vois aucune apparence de succès, de quelque genre que ce soit, dans cette expédition, et par conséquent aucune gloire à acquérir. […] Qu[e] feront [en Écosse] huit mille hommes sans point d’appui, sans places de guerre, sans magasins, sans parti ? N’étant pas assez forts pour tenir la campagne dans le plat pays, ils seront obligés de s’enfermer dans les montagnes du nord où ils ne feront pas grande diversion4. »

  • 5 Sur cette épidémie, Goubert, Jean-Pierre, Malades et médecins en Bretagne 1770-1790, Rennes, Klinc (...)

6Une contre-proposition suit néanmoins ce jugement sans appel : intervenir avec 16 000 hommes et partir de Brest, pour tromper plus facilement la vigilance britannique. Versailles arrête le plan final en mai 1759. Le duc d’Aiguillon obtient 20 000 soldats qui seront rassemblés à proximité du Golfe du Morbihan. L’abandon de Brest s’explique par la difficulté d’y acheminer vivres et matériel, ainsi que par le souvenir prégnant de la terrible épidémie de typhus, le « mal de Brest », qui y sévit en 1757-1758, y causant le décès de milliers d’individus5.

7Les préparatifs, qui ont déjà débuté depuis plusieurs mois, battent leur plein lors de l’été 1759, à Brest, Rochefort, Bordeaux, Le Havre mais aussi Saint-Malo. Dans ses lettres, notamment à son fils alors à Cadix, le négociant malouin Magon de La Blinaye en fait régulièrement état :

  • 6 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 1907, lettre du 29 janvier 1759.

« Il paraît que l’on presse l’armement de Brest et les ordres vinrent avanthier icy pour arrêter les vaisseaux. En conséquence, on va équiper et armer en toute hâte à peu près ceux qui se trouvent dans les ports. Le nombre n’en est pas grand, on en a aussi arrêté à Granville et on a donné ordre ici de faire 12 bateaux plats et deux chaloupes. Il semblerait qu’on méditerait quelque chose, quand tout cela ne serait qu’une feinte, cela ferait un bon effet6. »

8Dans un courrier du 4 juin, le Malouin s’enthousiasme devant l’ampleur des préparatifs :

  • 7 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 1907, lettre du 4 juin 1759.

« On bâtit aussi 50 bateaux à Dunkerque, il y aura en tout 222 bateaux, tant pour l’infanterie que pour la cavalerie. Chaque bateau aura un canon de 24 en avant, un coursier de 18 à la poupe. On continue de charger ici des barques d’étoupes, ancres, cordages… Il est arrivé depuis peu nombres de charettes avec 9 400 outils et ustenciles de guerre de toute espèce, outre les 4 000 fusils que l’on attend encore. Ce ne peut être pour envoyer au Havre, puisqu’ils viennent de Rouen7. »

  • 8 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 1907, lettre du 5 février 1759.
  • 9 Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne du chevalier de Mirabeau, 1758-1760, Mayenne, J. Floch, (...)

9Mais si Magon se félicite qu’à Saint-Malo, l’on arme « 8 navires » et qu’« on travaille aussi au bateaux plats au nombre de 12 », ou qu’« à Granville, au Havre, on fait les mêmes mouvements », il déplore cependant « que le travail va lentement [à Brest, Rochefort et Lorient] et qu’il manque beaucoup de choses8 ». Ces problèmes logistiques, déjà mis en lumière l’été précédent par le chevalier de Mirabeau, ne sont pas les seuls, loin s’en faut9.

  • 10 À titre d’exemple, dans son édition du 10 juillet 1759, le London-Chronicle s’inquiète de la prése (...)
  • 11 Sur ce bombardement, Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie au XVIIe et au XVIIIe siècle (...)
  • 12 Dans une lettre du 4 juillet adressée à Feydeau de Brou, l’intendant, il note entre autres qu’au c (...)

10Les Britanniques sont parfaitement au courant de ces préparatifs10. Aussi, les 4 et 5 juillet, comme on le craignait depuis plusieurs semaines, bombardent-ils le port du Havre : par cette action, la Navy cherche à détruire les bateaux à fond plat que l’on y concentre peu à peu11. Si le spectacle semble un temps ravir les Havrais à en croire le subdélégué de la ville12, les dégâts se révèlent vite importants, de l’ordre de 400 000 ou 532 000 livres selon les échevins ou l’intendant qui débattent de la question. La flottille des barges destinées à l’« expédition particulière » est cependant largement épargnée.

  • 13 Pour une courte biographie du personnage, voir Taillemitte, Étienne, Dictionnaire des marins franç (...)
  • 14 Les autres sont inaptes, malades ou trop âgés. E. Taillemite n’hésite pas à parler, pour le haut c (...)
  • 15 Charles de Courbon, comte de Blénac, conteste, en 1758, l’autorité du duc d’Aiguillon sur les batt (...)
  • 16 Cité par La Condamine, Pierre de, Le combat des Cardinaux…, op. cit., p. 53.
  • 17 Arch. nat., B4 86, p. 333. Nous remercions Maurice Legault pour la communication de la photographi (...)

11À ce contretemps s’ajoute bientôt la délicate question des relations entre armée de terre et marine. L’escadre devant protéger et transporter l’armée d’Aiguillon, est confiée à Hubert de Brienne, comte et maréchal de Conflans13. Âgé de 69 ans, il est caractéristique de ces marins très expérimentés et promus tardivement, puisqu’il devient lieutenant-général à 62 ans et maréchal de France six ans plus tard. Avec ce commandement, il reçoit là la plus lourde responsabilité de sa longue carrière. Conflans est d’ailleurs l’un des trois seuls amiraux, parmi vingt-deux nommés entre 1715 et 1789, à avoir commandé à la mer14. Très vite, les relations s’enveniment entre ce vieil officier imbu de lui-même, volontiers acariâtre, et le jeune duc d’Aiguillon, souvent arrogant sans toujours en avoir conscience. Dès son arrivée en Bretagne, le maréchal, prétextant son grade supérieur et son âge, néglige de rendre visite au commandant en chef. La nécessité d’embarquer des gardes-côtes – désormais dépendants du ministre de la Guerre, depuis le mois de janvier – et des fantassins à titre d’équipage, tend les relations entre officiers de terre et marins. Le commandant de la marine à Brest, M. de Blénac, qui a déjà eu maille à partir avec d’Aiguillon15, souffle volontiers sur les braises. Chacun dénigre l’autre auprès de Versailles. Le vainqueur de Saint-Cast se plaint des « mauvaises dispositions du maréchal de Conflans » et insiste sur « la nécessité de fixer son irrésolution par des instructions claires et précises qu’il exécutera très bien lorsqu’il sera sur son vaisseau parce qu’il a un capitaine de pavillon et un major très intelligents et incapables de mauvaise manœuvre16 ». En somme, le chef de l’expédition doute ouvertement des compétences du vieux marin. Ce dernier, quant à lui, ne supporte pas l’immixtion d’un terrien dans le domaine maritime et entend garder la haute main sur la conduite de la flotte. Après bien des discussions, le duc finit toutefois par imposer sa stratégie. Six navires accompagnés de quelques frégates et corvettes sortiraient de Brest, joindraient la flotte de débarquement en baie de Quiberon et l’accompagneraient en Écosse. Avec le reste de ses vaisseaux et frégates, Conflans attirerait les navires britanniques, les empêchant de donner la chasse à la flotte véhiculant le corps expéditionnaire, avant de se diriger vers les Antilles17.

  • 18 Sur ce point, nous renvoyons aux travaux de Chaline, Olivier, « Les Cardinaux (1759) : défaite fra (...)
  • 19 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 1907, lettre du 2 septembre 1759.
  • 20 Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie…, op. cit., p. 340-348.

12L’armement de la flotte à Brest et la concentration des troupes dans les environs de Vannes se poursuivent au cours du mois de septembre18. Dans une lettre en date du 2, Magon de La Blinaye note par exemple que « Monsieur le duc d’Aiguillon qui commande les troupes de l’embarquement a passé deux jours [à Saint-Malo]. Il a annoncé que des quatre bataillons que nous avons à Cancale, Paramé et Saint-Servan, trois partiraient du 6 au 8 pour les lieux de l’embarquement19 ». Ce départ en septembre, prévu par l’instruction royale consécutive au conseil du 14 juillet, s’avère pourtant finalement impossible, d’autant que des vaisseaux et des bomb-vessels de la Navy viennent établir un solide blocus devant le port du Havre fin août20. Mais est-il dès lors bien raisonnable d’affronter les dangers de la mer d’Irlande en octobre voire en novembre ? Les officiers généraux commencent à en douter. En privé, l’amiral de Conflans avoue la faible capacité manœuvrière de ses équipages, pratiquement dépourvus d’entraînement. En outre, les véritables marins constituent à peine plus de la moitié des hommes embarqués. Les autres sont soldats de marine et de l’armée de terre ainsi que miliciens garde-côtes. Conflans craint même qu’ils ne puissent franchir le goulet de Brest. Un conseil d’officiers de marine tenu à Paris suggère de renoncer mais Berryer, le ministre, n’ose proposer cette solution extrême à Louis XV. Tout en prodiguant ses encouragements, Choiseul lui-même avoue implicitement ses craintes au duc d’Aiguillon :

  • 21 Cité par La Condamine, Pierre de Le combat des Cardinaux…, op. cit., p. 69.

« Si j’avais su l’état de notre marine, peut-être que je n’aurais pas eu le courage de présenter le projet d’expédition […mais] la situation et la réflexion, les dépenses que nous avons faites me raniment pour soutenir mon projet ; il faut que vous soyez le salut de la monarchie. Quelque cruels que soient les obstacles, vous les surmonterez ou du moins les atténuerez. Je vous demande en grâce de ne pas considérer cette expédition comme douteuse, elle ne peut plus l’être21. »

  • 22 Compte tenu du faible nombre de soldats réglés dans l’île, la milice est même mobilisée. Sur ces a (...)

13Il est vrai que l’omniprésence de la marine britannique rend toute sortie de Brest fort aléatoire. L’amiral Hawke reste posté dans les parages d’Ouessant, prêt à intercepter tout navire ayant franchi le goulet. Les Britanniques, en effet, connaissent l’existence d’un projet de débarquement, même s’ils en ignorent les détails, ce qui contribue d’ailleurs à alarmer l’opinion publique outre-Manche22. Mais ils comptent bien l’annihiler grâce à leur marine. Cette stratégie navale explique les consignes de Lord Anson à Hawke :

  • 23 Cité par Le Moing, Guy, La bataille navale…, op. cit., p. 29-30.

« Vous continuerez de croiser avec votre escadre à proximité d’Ouessant et de Brest (en évitant autant que possible de vous laisser déporter vers l’ouest) ; vous mettrez tout en œuvre pour déjouer tout projet ennemi d’invasion du Royaume, pour protéger le commerce des sujets du Roi, et pour ennuyer et contrarier l’ennemi par tous les moyens dont vous disposez23. »

  • 24 Sur les dimensions à la fois stratégiques, techniques et sanitaires du blocus de Brest par le West (...)
  • 25 Pour davantage de précisions, voir Marcus, Geoffrey J., Quiberon Bay…, op. cit., p. 58-69.

14Le blocus de Brest pendant plusieurs mois représente un authentique exploit pour le Western Squadron de l’amiral que seules les plus violentes tempêtes obligent à se replier vers Plymouth24. En revanche, le ravitaillement parvient aux navires avec une régularité remarquable qui permet ainsi de limiter les maladies, en particulier le redoutable scorbut25. Des frégates sont régulièrement détachées de l’escadre pour espionner les préparatifs du port de Brest alors que d’autres naviguent plus au sud pour intercepter les convois de vivres et de matériels. Ainsi, la division du commodore Duff croise au sud de Belle-Île et dans la baie de Quiberon. Le plan français repose donc tout d’abord sur les aléas météorologiques : attendre qu’un coup de vent disperse l’escadre de Hawke pour s’échapper à son insu. Encore faut-il que le vent souffle de l’est ou du nord pour pouvoir sortir du goulet ! Ces conditions favorables se présentent finalement le 14 novembre.

15Entre temps, cependant, la stratégie française a subi des modifications. L’instruction du 14 octobre intime l’ordre à Conflans de sortir avec toute son escadre. Voici ce qu’écrit Louis XV :

  • 26 Cité par Le Moing, Guy, La bataille navale…, op. cit., p. 22-23.

« Je laisse à votre expérience et à votre courage de profiter de toutes les circonstances que vous croirez être favorables pour attaquer les escadres et vaisseaux qui tiennent les croisières d’Ouessant et de Belle-Île. Et ensuite, soit que vous jugiez à propos de rentrer à Brest pour en ressortir peu après, ou que vous continuiez de tenir la mer, je vous laisse également le maître d’aller vous-même prendre l’escorte de la flotte du Morbihan lorsqu’elle sera en état de mettre la voile26. »

16Même si la finalité et la priorité restent l’escorte du convoi destiné à l’Écosse, l’amiral a ainsi carte blanche pour livrer combat. Finalement, son point de vue triomphe alors que les doutes l’assaillent. Conscient des faiblesses de son escadre, il entend éviter le combat autant que possible.

  • 27 Ibid., p. 25. Lettre du 4 novembre 1759.

« Je crois que mes forces pourraient être égales, mais il ne convient pas de risquer un combat qui m’ôterait les moyens de suivre les projets de la cour. Cependant, ce que je me propose sera difficile à exécuter d’autant qu’ils peuvent être rendus quasi aussitôt que moi au Morbihan et pourraient s’y trouver en forces supérieures ; mais n’importe, je tenterai tout ce qu’il sera possible pour aider à la sortie de notre flotte27 »,

  • 28 La Condamine, Pierre de, Le combat des Cardinaux…, op. cit., p. 72. Ce grand nombre d’hospitalisat (...)

17écrit-il au duc d’Aiguillon. De son côté, ce dernier installe son quartier général à Vannes. Plus de 17 000 hommes cantonnent dans les environs. Certes, Vannes, comme les petites villes d’Auray, Josselin et Locminé, accueille habituellement des troupes mais jamais en pareil nombre. Ceci explique que beaucoup de soldats campent. L’entrée dans l’automne conduit à en abriter un nombre croissant dans tous les bâtiments disponibles, y compris certaines chapelles. Au 1er novembre, plus d’un millier d’hommes se trouvent d’ailleurs dans les hôpitaux28. Malgré ces difficultés, le moral semble bon, du moins si l’on s’en tient à la correspondance officielle du duc.

  • 29 Marcus, Geoffrey J., Quiberon Bay…, op. cit., p. 143-145.

18Le 14 novembre, rassuré par l’absence de la flotte britannique, réfugiée à Torbay, sur la côte du Devon, Conflans dirige son escadre, scindée en trois divisions, vers le sud. Il perd du temps dans le raz de Sein, certains navires, comptant beaucoup de marins improvisés, ayant du mal à se diriger correctement. La situation empire à partir du 16 puisque se lève une véritable tempête. La flotte se laisse entraîner vers l’ouest, jusqu’à se trouver à 180 milles de Belle-Île. Le 19, une certaine accalmie lui permet de mettre le cap à l’est vers sa destination. De son côté, Hawke, qui appareille le 14, est averti deux jours plus tard de la sortie de la flotte française par un des navires laissés en observation au débouché du goulet29. Il se lance donc à la poursuite des navires de Conflans avec deux journées de retard. Cependant, grâce à l’expérience et à la technicité de ses marins, il tient beaucoup mieux son cap, ne s’éloigne pas trop des côtes et comble progressivement la distance le séparant de l’amiral français (carte 28).

19Le matin du 20 novembre, la flotte de Conflans se trouve au sud-est de Belle-Île. Elle aperçoit bientôt devant elle la division du commodore Duff. La disproportion des forces laisse mal augurer de la résistance de cette dernière. Toutefois, pour Conflans, la surprise vient de derrière. Plus d’une vingtaine de vaisseaux se rapprochent. Incrédule, abasourdi, le vieil amiral doit se résoudre à l’évidence : l’escadre de Hawke fond sur lui. Quel est alors le rapport de forces ? Côté français, 21 vaisseaux, de 64 à 80 canons chacun, et 5 frégates, dont l’Hébé, endommagée auparavant dans un abordage involontaire. Côté britannique, 23 vaisseaux de 60 à 100 canons et 6 frégates. 1 574 canons d’un côté, 2 050 de l’autre. Certes, les Britanniques bénéficient de quelques navires de plus et d’une puissance de feu supérieure. Rien d’inéluctable toutefois s’il n’y avait d’autres atouts, comme des équipages rompus à toutes les manœuvres même par gros temps, et un indéniable effet de surprise qui déconcerte les officiers français.

  • 30 Du nord au sud, on rencontre le passage de la Teignouse (du breton tagnous : « teigneux »), le pas (...)

20Le commodore Duff profite de ce flottement pour prendre le large. Sa division ne jouera pratiquement aucun rôle dans le combat. Le maréchal de Conflans, fidèle à sa stratégie, n’entend pas livrer une bataille à l’issue très incertaine. Plutôt que de s’enfuir plein sud et risquer une prompte interception, il décide, après quelques atermoiements, de se réfugier dans la baie de Quiberon. Les abords en sont dangereux, délicats à négocier, surtout dans une mer d’automne très agitée. De la pointe du Conguel au nord jusqu’au sud de l’île d’Hoëdic, les îlots et rochers ne laissent que des passages étroits30. En outre, l’amiral britannique ne bénéficie pas du recours d’un pilote local. Risquera-t-il ses navires ? Conflans pense que non. Tant bien que mal, il fait aligner ses vaisseaux sur une ligne avec le Soleil Royal, vaisseau amiral, à l’avant, pour tracer la voie, alors que la coutume voudrait qu’il soit au centre. Au début de l’après-midi, il double les Cardinaux, deux rochers plantés à quelques kilomètres au sud-est d’Hoëdic. Un vent capricieux a permis à l’escadre britannique de se rapprocher. Elle attaque alors l’arrière-garde française.

Carte 28. – La bataille des Cardinaux en 1759, d’après Le Moing, Guy, La bataille des Cardinaux, op. cit., p. 42.

  • 31 Sur ces aspects de la tactique navale, voir Willis, Sam, Fighting at Sea in the Eighteenth Century (...)
  • 32 Cité par La Condamine, Pierre de, Le combat des Cardinaux…, op. cit., p. 85.
  • 33 Seul le Soleil Royal est brûlé sur ordre de Conflans, les Britanniques incendiant le Héros.

21Certains vaisseaux doivent combattre à bâbord et à tribord, pris en tenaille par plusieurs adversaires. Le Juste est ainsi canonné par quatre vaisseaux et ne doit son salut qu’à l’intervention du Soleil Royal, qui a viré de bord. Cette même manœuvre entraîne la perte du Thésée. Alors que les sabords de sa batterie basse sont restés ouverts, un grain violent l’incline et des paquets de mer s’engouffrent dans la cale. Il coule corps et biens avec ses 650 hommes. L’affrontement ne ressemble en rien à une bataille navale classique où deux lignes de vaisseaux se canonnent31. Ici, les deux flottes sont entremêlées, dispersées et combattent dans des conditions inhabituelles. Dans une mer démontée, la capacité manœuvrière des officiers et marins britanniques fait une fois encore la différence. Selon un témoin, « les ennemis, attentifs à observer nos différentes manœuvres, surent en profiter avec avantage. En effet, nos vaisseaux se mêlèrent de façon qu’ils devinrent plus préjudiciables à ceux des nôtres engagés dans le combat qu’aux Anglais mêmes32. » Se produisent ainsi plusieurs abordages entre vaisseaux français, comme entre le Soleil Royal et le Tonnant. Malgré une résistance souvent héroïque, les navires français ont le dessous. Le Formidable, dévasté et couvert de cadavres, rend les armes. Le Superbe, très endommagé, sombre dans des circonstances analogues au Thésée. Après moins de trois heures de combat, la tombée de la nuit met fin aux hostilités. Elle permet aux bâtiments français de s’enfuir, en ordre dispersé cependant. Huit vaisseaux trouvent refuge à Rochefort alors que sept autres et quatre frégates se réfugient dans la Vilaine. Trop endommagé pour les imiter, le Juste coule à l’embouchure de la Loire. Ne restent sur les lieux du combat, le lendemain matin, que le Héros et le Soleil Royal. L’amiral de Conflans saborde finalement les deux vaisseaux sur des rochers auprès du Croisic et y fait mettre le feu33.

  • 34 A. de La Borderie et son continuateur B. Pocquet se montrent particulièrement vindicatifs en évoqu (...)

22Il va sans dire que ce que l’opinion appellera par dérision « la journée de M. de Conflans » marque la fin de sa carrière militaire. Si le vieil amiral a incontestablement sa part de responsabilité, on ne saurait lui imputer, comme l’ont fait certains historiens du XIXe voire du XXe siècle, la totalité du désastre34. Certains subordonnés critiquent le choix d’une fuite vers les Cardinaux au lieu de virer de bord pour affronter un ennemi lui aussi gêné par le gros temps. Louis de Parscau du Plessix, lieutenant de vaisseau sur le Brillant, refait même la bataille :

  • 35 Cité par La Condamine, Pierre de, Le combat des Cardinaux…, op. cit., p. 98.

« Nous aurions pu développer notre ligne de bataille : tous nos vaisseaux auraient pu combattre en se tenant sous le vent des Anglais qui, étant en bloc entre nous et les Cardinaux, se seraient trouvés dans un embarras dont il leur aurait été difficile de se tirer : leurs batteries basses n’auraient pas pu leur servir, l’accident arrivé aux vaisseaux le Thésée et le Superbe ne se serait pas produit ; et si, contre mon opinion, le succès de la bataille ne nous avait pas été favorable, la nuit qui aurait toujours fait cesser le combat, nous donnait le temps de faire notre retraite en bon ordre sous l’île d’Aix35. »

  • 36 Arch. nat., B4 86, p. 336.
  • 37 Acerra, Martine et Meyer, Jean, Histoire de la marine française des origines à nos jours, Rennes, (...)
  • 38 Cité par Marcus, Geoffrey J., Quiberon Bay…, op. cit., p. 162.

23Reste à savoir si ces équipages inexpérimentés et peu entraînés auraient pu effectuer une telle manœuvre… L’autre grief fait au maréchal est le sabordage du Soleil Royal. Un rapport officiel rédigé peu après fustige son manque de combativité : « Il eut eu toujours le temps de prendre ce parti de désespoir, et il aurait fait bien du mal auparavant aux ennemis, vû la bonté de son vaisseau, et la supériorité de son artillerie, ayant du 24 à sa seconde batterie » écrit son auteur36. Visiblement, Conflans a paniqué, son abattement annihilant chez lui toute velléité de résistance. Pourtant, il a choisi là le meilleur moyen pour soustraire à coup sûr son vaisseau à l’ennemi. La flotte française s’est certes affaiblie en perdant des unités, mais celles-ci n’ont cependant pas renforcé numériquement les Britanniques. Ce type d’option tactique n’est d’ailleurs pas isolé : la guerre de Sept Ans est ainsi marquée par une recrudescence des incendies et sabordages, illustrant la volonté de résistance des marins français37. Le combat laisse d’ailleurs quelques regrets à l’amiral Hawke, selon lequel « si le jour avait duré deux heures de plus, [l’escadre française] aurait été entièrement détruite ou capturée ; car nous étions presque arrivés à leur avant-garde quand la nuit nous gagna38 ».

  • 39 Barbier, Edmond J.-F., Chronique de la Régence et du règne de Louis XV (1718-1763) ou Journal de B (...)
  • 40 Notons d’ailleurs, comme le sous-entend le chevalier de Mirabeau dès l’année précédente, que la qu (...)

24Au total donc, cette bataille navale ne détruit pas la flotte française mais la disperse et la réduit à l’impuissance. Sur 21 vaisseaux, cinq sont détruits et un capturé. Les autres demeurent bloqués dans leurs refuges. Les 11 navires de la Vilaine n’en sortent ensuite qu’au compte-gouttes, en 1761 pour la plupart. Quant au grand dessein de porter la guerre dans les îles britanniques, il est bien évidemment abandonné. Le Journal de l’avocat parisien Barbier témoigne du désarroi de l’opinion à la suite de la défaite : « Cette nouvelle a jeté la consternation à la Cour et à la ville, d’autant que cette flotte était notre dernière ressource et que nous n’avons plus de marine39. » L’exagération est manifeste40 ; mais l’avis est largement partagé. La victoire britannique de la baie de Quiberon est par conséquent aussi morale. La Navy règne désormais sans partage sur les océans. Ses navires croisent, plus nombreux que jamais, le long des côtes bretonnes.

25C’est cette omniprésence qui, 18 mois plus tard, va permettre la conquête de Belle-Île.

Belle-Île, base britannique

  • 41 Sur ce point, voir la synthèse de McGlynn, Frank, 1759: The Year Britain Became Master of the Worl (...)

26Entre la défaite de Saint-Cast et le succès des Cardinaux, l’année 1759 marque un tournant pour la stratégie britannique41. Certes, Pitt reste plus que jamais fidèle à sa blue water policy tempérée par l’envoi de troupes en Allemagne ; mais il accorde désormais la priorité à l’outre-mer. Plutôt que de tenter d’incertaines descentes sur les côtes françaises, mieux vaut, penset-on, s’emparer des possessions coloniales d’un adversaire pratiquement incapable d’y acheminer des renforts, compte tenu de la suprématie de la Royal Navy.

  • 42 Nous renvoyons sur cet épisode au stimulant ouvrage de Ward, Matthew C., The Battle for Quebec, 17 (...)
  • 43 Sur ces questions, l’ouvrage de Smelser, Marshall, The Campaign for the Sugar Islands, 1759. A Stu (...)
  • 44 Nous renvoyons à Syrett, David (dir.), The Siege and Capture of Havana, 1762, Londres, Naval Recor (...)

27Ainsi, en Amérique du Nord, la suite logique de la prise de Louisbourg consiste en la conquête du Canada. Faute des renforts espérés, Montcalm ne dispose que de quelques milliers de soldats professionnels et de miliciens plus aptes à la petite guerre qu’à une bataille rangée. Celle-ci a pourtant lieu le 8 septembre 1759, à la suite du débarquement du corps expéditionnaire de Wolfe dans la région du Saint-Laurent. Les deux généraux succombent mais la victoire revient aux Britanniques42. Un an plus tard, la chute de Montréal consacre la mainmise totale de la Grande-Bretagne sur le Canada. Aux Indes, l’isolement des Français conduit aux mêmes conséquences, d’autant qu’ils s’aliènent le soutien de nombre de souverains locaux par une attitude maladroite. Après la chute de Karikal en 1759, Lally-Tollendal capitule à Pondichéry en 1761. Quant aux îles à sucre, si seule la Guadeloupe est conquise en 1759, c’est simplement parce que les Britanniques accordent la priorité, l’année suivante, à d’autres théâtres d’opérations43. En 1760, ils concentrent leurs forces sur le continent, où leurs troupes se montent à 23 000 hommes. Toutefois, l’absence de bataille décisive les pousse bientôt à accorder leur préférence aux actions combinées nécessitant l’appui de la marine. En 1761 et 1762, ils privilégient les Antilles, où les possessions françaises et espagnoles tombent les unes après les autres, de la prise de la Dominique en 1761 à celle de La Havane en août 1762, en passant par la Martinique, Sainte-Lucie, Tobago, etc., au cours d’opérations conjointes qui ne sont pas sans rappeler celles contre les côtes de France44. Seule Saint-Domingue échappe à la convoitise britannique.

  • 45 Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie…, op. cit., p. 423-437.
  • 46 Corvisier, André, « La défense des côtes françaises contre les descentes anglaises pendant la guer (...)

28Pitt n’abandonne cependant pas totalement toute idée de descente sur le littoral français. Les côtes normandes sont plus particulièrement visées dans un premier temps. Nous l’avons dit : en juillet 1759, un raid contre Le Havre se limite au bombardement visant la destruction des bateaux plats construits dans l’arsenal et destinés au projet d’invasion de l’Angleterre mené par d’Aiguillon. L’année suivante, quelques troupes britanniques mettent pied à terre les 15 et 16 juillet à Port-en-Bessin où une dizaine de « bateaux plats » ralliant Le Havre à Brest se sont réfugiés pour échapper à une modeste escadre de la Navy : les tentatives conduites pour brûler les embarcations restent sans résultat45. En 1762 enfin, une véritable descente – d’ampleur limitée cependant – a lieu à l’embouchure de l’Orne, avec pour objectif d’en détruire les défenses. Si trois détachements sont mis à terre dans la nuit du 12 au 13 juillet, seul l’un d’entre eux parvient à remplir sa mission46. Depuis près d’une année cependant, l’état-major britannique a tourné ses regards vers Belle-Île.

  • 47 Faucherre, Nicolas, Prost, Philippe et Chazette, Alain, Les fortifications du littoral. La Bretagn (...)
  • 48 Pour une vision synthétique des enjeux stratégiques en Bretagne Sud, voir Cérino, Christophe, « En (...)

29En effet, malgré l’opposition du duc de Newcastle, qui préférerait une action contre Boulogne, Pitt parvient à imposer l’idée d’une attaque d’envergure contre l’île bretonne. Plusieurs arguments plaident en faveur d’un tel projet. Vaste – 84 km² –, Belle-Île dispose en outre de sources précieuses, notamment pour l’avitaillement des navires. En témoigne la magnifique aiguade dite de Vauban, d’une capacité de 10 000 m3 environ47. Surtout, sa situation stratégique est remarquable. Véritable plate-forme maritime, à une douzaine de kilomètres des terres les plus proches, elle contrôle la navigation en Bretagne Sud48. Tout navire sortant ou entrant aux ports de Lorient et même Nantes croise obligatoirement à proximité. Une flotte britannique basée à Belle-Île étoufferait ainsi non seulement la Compagnie des Indes mais aussi, plus généralement, tout le commerce breton tout en compliquant singulièrement les liaisons si essentielles à la Royale entre ses deux arsenaux du Ponant, Rochefort et Brest. Ce serait donc un rude coup porté à l’économie française, aux finances aux abois au bout de quatre ans de conflit. L’auteur anonyme d’une relation de l’expédition constate ainsi que Belle-Île

  • 49 An Account of the Expedition to Bellisle. Composed from authentic Materials; and containing many c (...)

« est la place où les flottes françaises se donnent rendez-vous, avant qu’elles aillent vers [les Indes orientales ou occidentales], ou vers la Méditerranée, ce qui n’est pas étonnant parce que la rade du Palais peut contenir la plus grande flotte du monde ; et la possession de cette place donnerait à la Grande-Bretagne un frein sur le commerce français dans le Golfe de Gascogne, comme la possession de Gibraltar permet de contrôler celui de l’Espagne en Méditerranée49 ».

  • 50 Hackmann, William K., English Military Expeditions to the Coast of France, 1757-1761, PhD Thesis, (...)

30Par ailleurs, Belle-Île constituerait une monnaie d’échange de première importance. En effet, si la Couronne britannique n’a aucune visée expansionniste en Bretagne, elle souhaite cependant récupérer Minorque, perdue dès 1756. Enfin, certains officiers escomptent un rôle de diversion ou, du moins, de fixation des troupes françaises. Louis XV pourrait tenter une expédition contre l’île et concentrer ainsi des troupes sur le continent face à un ennemi désormais si proche50.

  • 51 Ibid., p. 166. L’on peut noter que, sur neuf régiments, seuls deux ont déjà participé aux descente (...)

31Initialement prévue à l’automne 1760, l’expédition n’a pas lieu, essentiellement à cause de l’avancement de la saison et du mauvais temps. Finalement, le corps expéditionnaire quitte Portsmouth fin mars 1761. L’amiral Keppel dirige une flotte de onze vaisseaux et plusieurs frégates, sans compter de nombreux navires de transport. Les troupes terrestres destinées à être débarquées sont sous le commandement du général Hodgson. Elles consistent en neuf régiments d’infanterie, une petite troupe d’artilleurs et de cavaliers, ainsi que 1 000 hommes des troupes de marine51. Au total, un peu plus de 8 000 soldats, tous les régiments n’étant pas au complet. La flotte britannique arrive à Belle-Île le 7 avril. Après une reconnaissance des côtes, Keppel et Hodgson jettent leur dévolu sur Port-Andro, au sud-est, pour effectuer leur descente : la côte ouest, rocheuse et escarpée, ne s’y prête guère en effet. Quant aux plages des Grands Sables et de Bordardoué, au sud du Palais, elles sont bordées par de forts retranchements et des redoutes. Trois batteries protégées d’une bonne maçonnerie et réunies par des terrasses défendent la première, plusieurs centaines de défenseurs se tenant aux aguets derrières ces solides fortifications. En revanche, près de la pointe sud-est de l’île, la petite plage de Port-Andro constitue un objectif a priori raisonnable.

  • 52 Des tentatives de débarquement ont toutefois lieu en 1696. Une sérieuse alerte se produit égalemen (...)
  • 53 Cette situation contraste avec celle connue pendant la guerre de Succession d’Autriche, où les moy (...)
  • 54 Les effectifs militaires plafonnent à 300 hommes en période de paix mais dépassent les 2 000 lors (...)
  • 55 Cité par Le Corre, Jérôme, La défense des côtes bretonnes et les principes tactiques de la guerre (...)
  • 56 Laugier, Lucien, Le duc d’Aiguillon, Paris, Albatros, 1984, p. 90.
  • 57 Le Gallen, Léandre, Belle-Île. Histoire politique, religieuse et militaire. Mœurs, usages, marine,(...)

32L’île n’en est pas à sa première alerte, même si on l’attaqua rarement par le passé. Les Hollandais la ravagèrent en 1674, les Britanniques se contentant ensuite de la menacer de leurs canons52. En 1761, d’ailleurs, Belle-Île n’a jamais été aussi bien défendue53. Travaux de fortification et divers retranchements y ont été effectués sous l’impulsion du duc d’Aiguillon. La population civile, forte d’à peine 5 000 habitants, est d’ailleurs largement mise à contribution dans une île alors fortement militarisée54. En effet, le régiment de Bigorre, celui de Nice et le bataillon de milice royale de Dinan y cantonnent, soit près de 2 300 soldats. Avec les miliciens garde-côtes, ce sont plus de 4 000 hommes qui défendent l’île. D’autre part, les Britanniques ne bénéficient d’aucun effet de surprise, les défenseurs s’attendant depuis plusieurs mois à une descente. Dès décembre 1760, le commissaire des guerres avoue l’inquiétude qui taraude la garnison : « Nous sommes bloqués et nous attendons de jours à autres l’ennemi55. » Les armes et munitions disponibles sont relativement nombreuses. Un inventaire du 1er janvier 1761 recense 42 144 boulets, plus de 22 000 grenades, des tonnes de poudre et de plomb, ainsi que de nombreux fusils de rempart56. La citadelle dispose de 27 canons de fonte et de 6 mortiers alors que 75 autres pièces gardent la côte orientale57.

  • 58 Lettre du général Hodgson au ministre, 12 avril 1761, citée par Binet, Henri, « La défense des côt (...)
  • 59 Lettre d’un officier du vaisseau l’Expédition, 12 avril 1761 ; Ibid., p. 138.
  • 60 Le bilan varie quelque peu en fonction des différentes sources mais on évalue généralement les per (...)

33Le 8 avril, une première tentative de débarquement se heurte à la farouche résistance du régiment de Bigorre et échoue finalement. Le général Hodgson perçoit vite la difficulté de la tâche : « À notre entrée dans la baie, nous trouvâmes l’ennemi en forces et retranché de chaque côté de la colline dont l’escarpement est tel qu’il fut impossible de monter jusqu’à leurs tranchées58. » Dès qu’ils mettent pied à terre, les Britanniques sont pris sous un feu nourri : « Les Français se placèrent dans leurs retranchements et firent feu par trois fois, mettant notre troupe dans la plus grande confusion » écrit un officier59. La topographie et la puissance de feu avantagent en effet indéniablement les défenseurs, poussant les assaillants à se retirer en abandonnant plus d’une centaine de tués et près de 250 prisonniers60.

34Malgré ce revers, qui n’est pas sans rappeler celui de Camaret en 1694, il n’est pas question pour Keppel et Hodgson de renoncer, d’autant que les instructions officielles n’envisagent qu’un succès et ne suggèrent aucune solution de repli. Le mauvais temps retarde une nouvelle tentative mais permet à l’état-major d’affiner sa tactique. Le second débarquement s’effectue le 22 avril dans la presqu’île de Kerdonis, non loin de là où la première tentative avait eu lieu, alors que, pendant ce temps, quelques navires font diversion vers Sauzon, au nord-ouest de l’île (carte 29). Le brouillard favorise les desseins britanniques. La falaise est mal défendue, les officiers français la jugeant inaccessible. Des grenadiers britanniques munis d’échelles parviennent pourtant à s’en emparer et à consolider cette tête de pont. Le feu de la flotte de Keppel fait le reste. Les défenseurs doivent décrocher et retraiter en bon ordre vers la citadelle.

Carte 29. – La prise de Belle-Île en 1761.

  • 61 Sur les différentes phases du siège, la meilleure source d’information reste le journal du lieuten (...)
  • 62 Souvent appelé « du Bouchet » dans les relations du siège. Sur ce personnage, voir Blanchard, Anne (...)
  • 63 Faucherre, Alain, Prost, Philippe et Chazette, Alain, Les fortifications du littoral…, op. cit., p (...)
  • 64 SHD/DAT, 1 M 247, « Mémoire sur le siège de Belle-Isle-en-mer en 1761, accompagné d’une carte de l (...)
  • 65 An Account of the expedition to Bellisle…, op. cit., p. 21-22. La faible épaisseur du sol rend éga (...)
  • 66 « The Siege and Capture of Belle-Isle… », art. cit., p. 172.

35Pourtant inéluctable, le siège de la citadelle du Palais ne commence véritablement que le 2 mai61. Des conditions météorologiques défavorables empêchent cependant, plusieurs jours durant, le débarquement de l’artillerie, alors que Hodgson s’inquiète de l’inexpérience de ses troupes en matière de poliorcétique. Le chevalier de Sainte-Croix, commandant de l’île, met ce délai à profit. Dès le lendemain du débarquement, on commence à construire six redoutes de terre sur les hauteurs du bourg et de la citadelle, sous la conduite de l’ingénieur Benoît-Louis Bouchet62. Trois d’entre elles se situent au sud, deux à Port-Hallan et une à Bordilia. Deux autres couvrent l’ouest, à La Vigne et Loctudy, alors qu’une dernière, sise à Roserière, protège le nord63. Elles sont fermées sur tout leur pourtour par un parapet de dix-huit pieds d’épaisseur avec un large fossé. Une palissade inclinée se trouve en avant, elle-même entourée d’un abattis d’arbres64. Toutes se situent à plus d’un kilomètre de la citadelle. Ces redoutes pentagonales constituent ainsi un obstacle supplémentaire pour l’ennemi, qui ne peut tirer directement contre les murailles. Lorsque les Britanniques commencent à creuser les traditionnelles tranchées de circonvallation, les assiégés effectuent plusieurs sorties audacieuses, qui ne peuvent que retarder les travaux mais traduisent bien leur volonté de résistance65. Le 3 mai d’ailleurs, la vigoureuse sortie de plusieurs centaines d’hommes sème la panique dans les rangs des assiégeants et permet la capture du général Crawford en personne66.

  • 67 Hackmann, William K., English Military Expeditions…, op. cit., p. 176-178.
  • 68 Hebbert, F. J., « Belle-Ile and the siege of 1761 », Fort. The international journal of fortificat (...)

36Le siège entre dans une phase décisive le 13 mai. Les marines prennent d’assaut une des redoutes du front sud. Après quelques velléités de résistance, les autres sont bientôt abandonnées par leurs défenseurs, qui se replient dans la citadelle. La situation des assiégés devient alors critique car les Britanniques peuvent désormais approcher leur artillerie et s’en prendre directement à la muraille de la citadelle. Dix canons de 32, placés en batterie sur le front du port, tirent bientôt sur le rempart distant de moins de 500 m. S’y ajoutent, postés à d’autres endroits, 20 pièces de 24 et 40 mortiers. Sainte-Croix s’attache à retarder l’échéance mais il sait que son unique salut réside dans d’hypothétiques renforts venus du continent. Conscient de la fatigue de ses hommes et de l’usure de certaines pièces d’artillerie, Hodgson réclame lui aussi des renforts67. Il a pourtant la supériorité, l’expérience des sièges montrant qu’une place dont le rempart est battu en brèche finit presque toujours par capituler. Le bombardement provoque l’incendie de plusieurs bâtiments et réduit peu à peu au silence l’artillerie française. Entre temps, une brèche est faite, que les assiégés, malgré tous leurs efforts, ne parviennent pas à boucher. Le front sud, du côté du port, souffre particulièrement. En effet, si, sur le front terrestre, glacis, demi-lunes et contrescarpe protègent les bastions en éloignant le feu ennemi, il n’en va pas de même au sud. L’enveloppe et le bastion du Gouverneur sont durement touchés et finissent par s’ébouler. M. de Sainte-Croix résiste encore quelques jours puis, le 7 juin, se résigne à la capitulation. La garnison reçoit les honneurs de la guerre avant d’être convoyée vers le continent. Alors qu’une centaine de Français environ manquent à l’appel, les assaillants comptent 300 morts et près de 500 blessés, ce qui témoigne de leur détermination68.

  • 69 Voir ce qu’en dit Dull, Jonathan R., The French Navy and the Seven Years’ War, Lincoln, University (...)

37Belle-Île, devenue britannique, le reste ensuite pendant presque deux années, entravant une partie du commerce français. L’intérêt strictement militaire de l’opération reste toutefois peu évident, l’occupation de l’île mobilisant des troupes de qualité qui font parfois défaut sur d’autres théâtres69. En outre, l’intransigeance de Pitt pousse Louis XV à refuser tout arrangement en 1761, au point qu’il déclare se désintéresser de l’île bretonne qui, selon lui, est loin d’équivaloir Minorque :

  • 70 « Ultimatum de la cour de France, qui servira de réplique à l’ultimatum de la cour d’Angleterre », (...)

« Il paraît que l’Angleterre, dans ses propositions, veut compenser l’île de Minorque avec celle de Belle-Île, comme la France n’admet pas l’importance de la conquête de Belle-Île, les deux cours resteront dans leur sentiment ; l’Angleterre gardera sa conquête et la France Minorque70. »

  • 71 Sur les principaux articles du traité de Paris, voir Bois, Jean-Pierre, Les guerres en Europe…, op (...)

38Fort heureusement pour la France, Belle-Île ne deviendra ni Jersey ni Gibraltar : elle recouvre finalement l’île, échangée contre Minorque, au traité de Paris en 176371.

39Le revers stratégique subi par la couronne de France explique les polémiques qui surviennent dans les semaines suivantes. Le chevalier de Sainte-Croix ne reçoit aucun blâme mais au contraire, contre toute attente, une promotion, devenant maréchal de camp avec une pension de 6 000 livres. Loué pour son héroïque défense de l’île, il connaît un accueil triomphal lors d’une promenade aux Tuileries :

« On l’a aperçu, on a claqué des mains, ce qui a continué bien vite dans toute la grande allée. Le monde s’est amassé, on l’a suivi et entouré de façon que, prudemment, il s’est échappé du mieux qu’il a pu pour s’en aller et sortir des Tuileries ; […] cela est bien glorieux pour un homme qui a été obligé de capituler et de rendre une place et en même temps bien humiliant pour ceux qui ne lui ont point envoyé à temps des secours nécessaires pour la conserver malgré les Anglais »,

  • 72 Barbier, Edmond J.-F., Chronique de la Régence…, op. cit., t. 7, p. 381.

40note l’avocat Barbier dans son Journal72.

  • 73 Extrait d’un mémoire de Vauban cité par Binet, Henri, « La défense des côtes… », art. cit., mars 1 (...)

41Au premier rang des « accusés », figure le duc d’Aiguillon. Le commandant en chef ne manque pas de répliquer et rejette la faute sur Sainte-Croix, sans doute avec une vigueur excessive. La seule question à se poser est celle des possibilités de résistance une fois le débarquement britannique mené à bien. À la fin du XVIIe siècle, Vauban croit en cette possibilité et donne quelques recettes, ignorées par ses successeurs73. Il préconise de harceler l’ennemi, notamment avec de la cavalerie, et juge que, même quatre fois plus nombreux, il devrait finir par renoncer au bout de quinze jours de siège. Toutefois, le commissaire général des fortifications réclame, pour plus de sûreté, la construction d’une enceinte englobant le bourg du Palais. Expert en défense des places, Vauban eût peut-être été plus efficace que Sainte-Croix mais ce dernier a peu de reproches à essuyer. Son courage ne souffre d’aucune contestation. Le 22 avril, il se place trois fois à la tête de ses troupes, l’épée à la main, pour refouler les Britanniques mais doit à chaque fois refluer. Le principal grief à lui adresser est sans doute de s’être précipité vers la citadelle au lieu de harceler un ennemi tout juste débarqué et encore dépourvu d’artillerie. Une note ajoutée au rapport de Sainte-Croix déplore d’ailleurs cette retraite hâtive :

  • 74 Cité par Le Gallen, Léandre, Belle-Île…, op. cit., p. 161-162.

« Nous avons abandonné la pointe de Kerdonis trop précipitamment. Nous pouvions occuper ce village, celui de Magoric et y rassembler nos troupes en moins d’une heure, avec quelques pièces de campagne. Au pis aller, nous eussions pu, à la nuit, nous replier sous le feu de la citadelle74. »

  • 75 Lors de la guerre de Succession d’Autriche, les troupes réglées sont très peu nombreuses dans l’îl (...)
  • 76 Journal du recteur Le Sergent, cité par Le Gallen, Léandre, Belle-Île…, op. cit., p. 162.
  • 77 Dans son Traité de la défense des places, Vauban évalue à 48 jours la durée moyenne d’un siège ; L (...)
  • 78 Il écrit dans un rapport du 6 août 1756 : « l’ennemy débarqué dans l’isle se rendroit maître aisém (...)

42La tempête qui sévit les jours suivants coupe les hommes débarqués du soutien de leur flotte et, assurément, les rend vulnérables. Cependant, l’absence de dragons et de cavalerie ne permet guère de suivre cette tacti75. Spectateur attentif des événements, le recteur de Bangor déplore, quant à lui, la démobilisation précipitée de plus de 1 000 miliciens garde76. Ensuite, dans la logique d’un siège classique, le commandant de l’île peut seulement retarder l’échéance. Il résiste plus d’un mois, ce qui est honorable mais pas exceptionnel77. Sur le continent, le duc d’Aiguillon est parfaitement informé du déroulement des opérations grâce à des signaux et à quelques messagers qui, à bord de barques, parviennent à se glisser entre les navires ennemis. Informé mais impuissant. L’armée rassemblée sur les côtes du Morbihan reste spectatrice. Même s’il critique, a posteriori, le manque d’initiative du chevalier de Sainte-Croix, le commandant en chef avait en effet prévu, quelques années auparavant, l’impossibilité de garder l’île une fois l’ennemi débarqué78.

43Le siège de Belle-Île illustre ainsi crûment l’insigne faiblesse de la marine française. Les dirigeants français ont choisi de défendre les îles sans en avoir – ou s’en donner – les moyens. Cet échec ternit aussi l’aura du duc d’Aiguillon. Toutefois, pour l’illustre personnage, le pire est à venir.

L’affaire de Bretagne ou la chute du héros de Saint-Cast

  • 79 Chaline, Olivier, « Les Gens du Roi, “hommes du roi” ? Les Parlements de Bretagne et de Normandie (...)
  • 80 SHD/DAT, A3496, no 156, lettre au maréchal de Belle-Isle, 13 septembre 1758.

44Comme le souligne O. Chaline, l’affaire de Bretagne est aussi l’affaire du duc d’Aiguillon79. Le héros de Saint-Cast se trouve bientôt critiqué puis dénigré, notamment par des allégations mensongères sur son attitude pendant la bataille. Hydre aux nombreuses ramifications, l’affaire de Bretagne apparaît, à bien des égards, complexe et ténébreuse. Notre objectif n’est pas ici de renouveler son étude mais bien d’examiner comment elle contribue à discréditer en Bretagne, voire au-delà, le vainqueur de Saint-Cast, dont le chevalier de Redmont écrit pourtant peu après l’événement : « Il est difficile […] d’exprimer la joye de cette province. M. d’Aiguillon a des droits bien acquis sur sa confiance et son amitié80. »

  • 81 Sur cette affaire de Bretagne, voir Aubert, Gauthier, « Le duc d’Aiguillon, La Chalotais et l’Affa (...)
  • 82 C’est le point de départ de l’affaire de Pontcallec. À ce sujet, voir Cornette, Joël, Le Marquis e (...)

45Il importe tout d’abord de cerner le contexte politique des années 1760. Bien qu’aggravée par les spécificités de la province, l’affaire dite de Bretagne s’inscrit dans le cadre plus général des résistances à l’absolutisme centralisateur81. Les commissaires du roi en Bretagne, commandant en chef et intendant, se sont déjà heurtés à la mauvaise volonté des états provinciaux. Une précédente crise avait d’ailleurs conduit, en 1753, à la démission du duc de Chaulnes et à la nomination du duc d’Aiguillon. Les fréquentes contestations usent les représentants du pouvoir central qui restent, en moyenne, moins de huit ans à leur poste, temps assez court comparé à la plupart des autres provinces. Symboles de l’autonomie bretonne consacrée par l’édit d’union de 1532, les états provinciaux se réunissent tous les deux ans pour voter le don gratuit, impôt que la Bretagne acquitte au souverain. Dès le règne de Louis XIV, d’autres impositions s’y ajoutent. Les tenues des états sont parfois l’occasion de vives discussions et d’oppositions résolues au pouvoir central, comme en 171782. Au nom de la défense des « libertés bretonnes », une partie de l’assemblée peut refuser les prétentions fiscales de la monarchie. En réalité, l’opposition vient surtout de la noblesse, comme le remarque vite le duc d’Aiguillon :

  • 83 Cité par Minois, Georges, Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris, Fayard, 1996, p. 434-435.

« Les états se composent en Bretagne de trois éléments dont un peut être considéré comme en opposition permanente aux ordres de la cour. On peut bien gagner quelques gentilshommes par l’attente des faveurs dont le pouvoir dispose, mais la masse de cette noblesse, sans ambition et sans besoin, accepte aveuglément l’influence des cinq ou six tuteurs qu’elle s’est donnée et qui flattent ses sentiments d’économie et de bien public […]. Cette masse est travaillée par les idées républicaines, tout en demeurant sincèrement dévouée à la personne du roi. Elle s’imagine que le souverain n’a pas les mêmes droits que dans le reste de la France83. »

  • 84 Port-Louis envoie des députés à partir de 1766, 42 villes députant alors aux états ; Nières, Claud (...)

46La fraction la plus résolue constitue le « bastion », mené par quelques gentilshommes charismatiques et d’ancienne extraction. Au contraire, le tiers état se range presque toujours du côté du roi. Seulement, face à plusieurs centaines de nobles donnant volontiers de la voix, les députés des 41 villes bretonnes peinent à se faire entendre84. Quant au clergé, il se montre généralement, lui aussi, fidèle à la monarchie.

  • 85 Leguay, Marie-Laure, Les États provinciaux dans la construction de l’État moderne aux XVIIe et XVI (...)
  • 86 Sur les compétences militaires de la commission intermédiaire des états, voir Perréon, Stéphane, L (...)
  • 87 De nombreux notables cumulent les postes de subdélégué de l’intendant et de correspondant de la co (...)

47Pourtant – et ce n’est pas le moindre des paradoxes –, les états participent largement à l’administration de la province. Il en va de même dans les autres pays d’états, avec de nombreux particularismes toutefois85. Comme les sessions ne se tiennent que tous les deux ans, une commission intermédiaire, destinée à assurer la continuité administrative, est créée en 1734. Sa compétence est d’abord fiscale : elle gère la perception du casernement, du dixième, de la capitation et de l’impôt pour la milice, en fait tous les impôts abonnés. Elle s’occupe également des étapes militaires et du casernement des troupes86. Les haras et les grands chemins relèvent aussi de ses compétences. On n’a longtemps voulu voir dans cette évolution qu’un affaiblissement du pouvoir central. En réalité, en endossant des responsabilités croissantes, les états participent au développement de l’administration, quand bien même cette dernière apparaît en quelque sorte « décentralisée ». D’ailleurs, dans le domaine militaire, la coopération entre les commissaires du roi et la commission intermédiaire est de mise. À l’échelle locale, les mêmes personnages représentent fréquemment pouvoir central et Province87. Cette réalité échappe pourtant largement à de nombreux députés de la noblesse qui s’arc-boutent sur les privilèges fiscaux de la province, des privilèges qui coïncident largement avec les leurs.

  • 88 Sur ces aspects, voir Aubert, Gauthier, « Le duc d’Aiguillon… », art. cit.
  • 89 Roche, Daniel, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 422-424.
  • 90 Égret, Jean, Louis XV et l’opposition parlementaire, Paris, Armand Colin, 1970, p. 148-155.

48La première escarmouche sérieuse entre le commandant en chef et les états survient lors de la session de 1762. à cette occasion, la noblesse refuse de nouveaux impôts, justifiés par la guerre, et s’accroche au principe de l’unanimité des trois ordres, contesté par le duc d’Aiguillon. Fort du soutien du clergé et du tiers, ce dernier passe d’ailleurs en force. La nouveauté, toutefois, est la collusion du parlement de Rennes avec les états. Longtemps, la riche noblesse de robe du parlement et la petite noblesse d’épée des états éprouvèrent peu de sympathie mutuelle. La pression fiscale de l’État central les rapproche sensiblement au cours de la guerre de Sept Ans. Au-delà de la conjoncture, jouent également la force relative des solidarités familiales ainsi qu’un substrat idéologique plongeant ses racines dans une même vision de l’histoire bretonne88. En outre, le parlement de Rennes se proclame solidaire de celui de Paris, à l’instar de toutes les hautes cours de justice provinciales. Tous les parlements français prétendent désormais ne former qu’un seul corps : c’est la théorie de « l’union des classes ». Surtout, ils ambitionnent de borner le pouvoir royal, ne se limitant plus à l’enregistrement des actes mais, à travers leurs remontrances, en contestant le fond même. Plaçant la loi au-dessus du roi, ils se considèrent comme les dépositaires de cette loi, quitte à s’opposer à une monarchie qu’ils jugent mal conseillée89. Le domaine fiscal offre alors un pratique objet de contestation, la guerre conduisant à une augmentation des impôts existant et à de nouvelles créations. Des incidents éclatent ainsi à Toulouse, Grenoble et Rouen, mettant aux prises parlement et commandant en chef90. En effet, dans ces circonstances tendues, l’intendant s’efface alors au profit du premier commissaire du roi, détenteur de la force armée.

  • 91 Cité par Cornette, Joël, Histoire de la Bretagne…, op. cit., t. 2, p. 32.

49Le parlement de Rennes lance quant à lui l’offensive le 1er février 1764. Ses remontrances dénoncent « le despotisme personnel des commandants dans les provinces », jugé « plus cruel mille fois que la guerre91 ». Encore le nom du duc d’Aiguillon et son action ne sont-ils pas explicitement évoqués. Il en va différemment le 5 juin. Les parlementaires fustigent alors toute l’œuvre du commandant en chef :

  • 92 Le Moy, A., Remontrances du parlement de Bretagne au XVIIIe siècle, Paris, H. Champion, 1909, p. 8 (...)

« Les corvées ruinent et écrasent les laboureurs, ce genre de travail, toujours onéreux, est devenu insupportable en Bretagne par la multitude des routes ouvertes en même temps, par la précipitation avec laquelle on veut les perfectionner, par les ordres violents qui arrachent le laboureur à la culture et à la récolte ; la province paie, en temps de paix, des frais de milices ordinaires et garde-côtes ; la levée pour les milices garde-côtes se fait sans le consentement des états et sans enregistrement au parlement ; les dépenses dans lesquelles on constitue les villes, sous prétexte de travailler à leur embellissement, ruinent sans ressources les communautés, sans suffisamment dédommager le particulier d’un bien dont il se voit dépouillé presque toujours malgré lui92. »

50Moins de six ans après Saint-Cast, les dépenses en faveur des milices garde-côtes et les travaux routiers qui ont rendu possible la victoire sont ainsi vivement critiqués. Cependant, il s’agit surtout de s’en prendre à l’initiateur de cette politique.

  • 93 Sur ces trois ministres, voir Maurepas, Arnaud de et Boulant, Antoine, Les ministres et les minist (...)
  • 94 Félix, Joël, Finances et politique au siècle des Lumières. Le ministère L’Averdy, 1763-1768, Paris (...)

51Une députation du parlement, convoquée à la Cour, est tancée par le roi en personne. Attribuant cette intransigeance à une manœuvre du duc d’Aiguillon, le parlement rompt toute relation avec le commandant en chef. Une nouvelle députation reçoit des réprimandes nettement plus modérées de la part de Louis XV. Les tergiversations du pouvoir central illustrent ses hésitations et l’absence d’une ligne de conduite bien définie. Alors que des ministres comme Maupeou et Saint-Florentin prônent une attitude ferme, d’autres, comme le nouveau contrôleur général L’Averdy, ancien parlementaire, cherchent l’apaisement, quitte à faire des concessions93. Il en résulte que le duc d’Aiguillon se retrouve bien seul et peu soutenu par Versailles, même si son attitude, notamment envers L’Averdy, apparaît en plusieurs occasions pour le moins ambiguë94. En avril 1764, la mort du subdélégué général Védier, vieux renard de l’administration provinciale, en poste depuis plus de 30 ans, le prive d’une aide précieuse. Quant à l’intendant Le Bret, la tuberculose qui le ronge l’éloigne des affaires. Il décède d’ailleurs en 1765.

  • 95 Sur les références intellectuelles de La Chalotais et leur substrat idéologique, voir Lemaître, Al (...)
  • 96 Voltaire, Correspondance, Paris, NRF/La Pléiade, 1981, t. VIII, p. 856. Voir aussi les lettres du (...)
  • 97 Pocquet, Barthélemy, Le duc d’Aiguillon et La Chalotais, Paris, 1900-1901.

52L’affrontement idéologique se double d’une vive animosité entre d’Aiguillon et le procureur général du parlement. Né en 1701, Louis François René de Caradeuc de La Chalotais connaît depuis peu une indéniable célébrité au sein de la République des Lettres95. Il prend une part importante à l’expulsion des jésuites du royaume en 1762 et son pamphlet intitulé Comptes rendus sur les constitutions des jésuites attire l’attention de Voltaire. Le solitaire de Ferney apprécie encore davantage l’Essai d’éducation nationale ou Plan d’études pour la jeunesse. Il ne tarit pas d’éloges sur le procureur général : « Encore quelques hommes comme vous, Monsieur, et le genre humain en vaudra mieux » lui écrit le philosophe le 26 septembre 176496. Ainsi adoubé, La Chalotais connaît un succès certain dans les salons parisiens et bénéficie bientôt de certains soutiens à la Cour. Sans doute espère-t-il obtenir un poste ministériel. Ces prétentions intellectuelles et cette probable ambition ministérielle irritent au plus haut point le duc d’Aiguillon qui considère le procureur général comme « le plus petit et le plus mauvais esprit [qu’il] conn[ût] ». Enfin, quelques mois auparavant, le commandant s’est opposé, en vain, à la désignation du fils de La Chalotais pour succéder à son père. Certes, on ne saurait réduire l’affaire de Bretagne à l’opposition de ces deux personnages, comme l’ont fait certains historiens du XIXe siècle97. Cependant, cette forte antipathie interdit tout dialogue et rend la crise plus aiguë.

  • 98 Cité par Quéniart, Jean, La Bretagne au XVIIIe siècle…, op. cit., p. 94.

53À l’automne 1764, les états s’ouvrent à Nantes dans une atmosphère très tendue. Conscients des enjeux, plus de 700 nobles ont fait le déplacement. Parfois houleuse, la session durera six mois, ce qui constitue un record. Malgré certaines concessions financières de la part de Versailles, les états se crispent sur l’impôt des deux sols additionnels aux droits du roi et des villes, qu’ils persistent à refuser. En outre, les représentants de la province portent l’affaire devant le parlement, qui devient ainsi l’arbitre entre le roi et la Bretagne. Mis en demeure de cesser leur procédure, les parlementaires rennais en appellent, au contraire, à tous leurs collègues du royaume, au nom de l’union des classes. Face à ce qu’il considère comme une véritable fronde, Louis XV se doit de réagir : il convoque la totalité du parlement de Rennes à Versailles le 15 mars 1765. Il y enjoint ses membres à reprendre le travail, restant sourd aux remontrances. Aussi, le 6 avril, une majorité se dessine-t-elle parmi les parlementaires rennais en faveur d’une démission collective, considérant « que des magistrats que Sa Majesté a traités, aux yeux de toute la France, comme coupables de désobéissance […] ne peuvent plus porter avec décence le nom de magistrats98 ». Le parlement de Pau se déclare d’ailleurs solidaire de celui de Rennes et démissionne également. La crise n’est donc pas seulement bretonne, même si elle connaît dans cette province son paroxysme.

54Sur 97 parlementaires rennais, 12 refusent de démissionner. Il y a parmi eux La Briffe d’Amilly, premier président, et Le Prestre de Châteaugiron, rival de La Chalotais. Ils sont bientôt mis au ban de la société rennaise et véritablement ostracisés. On les affuble même du surnom injurieux d’Ifs, initiales de « Jean (Iean) Foutres ». De retour en Bretagne après plus de six mois d’absence, le duc d’Aiguillon s’appuie sur eux, en janvier 1766, pour constituer un nouveau parlement. Cette cour, réduite à seulement 19 magistrats, est bientôt surnommée sarcastiquement le « bailliage d’Aiguillon ». Néanmoins, après de fortes pressions il est vrai, procureurs et avocats reprennent leurs fonctions, permettant à nouveau à la justice de fonctionner dans la capitale provinciale.

  • 99 Sur cet autre aspect de l’affaire de Bretagne, voir Meyer, Jean, La Chalotais. Affaires de femmes (...)
  • 100 Antoine, Michel, Le dur métier de roi, Paris, Presses universitaires de France, 1986, chapitre vii(...)

55Entre temps, cependant, une nouvelle affaire s’est greffée sur la crise parlementaire. Saint-Florentin, ministre de la Maison du Roi et oncle par alliance d’Aiguillon, reçoit deux billets injurieux en rapport avec la crise bretonne. Les enquêteurs croient reconnaître l’écriture de La Chalotais. Cette « découverte » précipite sans doute l’arrestation du procureur général, de son fils et de quelques conseillers du parlement, dans la nuit du 10 au 11 novembre 1765. La perquisition qui s’en suit ne révèle rien quant à la culpabilité de La Chalotais dans cette affaire mais plutôt son implication dans d’autres intrigues. Il semble ainsi qu’il ait été en relation avec un certain Dereine99. Or, cet intrigant avait intercepté une correspondance entre Louis XV et une mystérieuse maîtresse, la favorite étant alors Madame de Pompadour. Épaulé par son ami physiocrate Quesnay, La Chalotais entendait peut-être utiliser une forme de chantage pour servir ses intérêts, quitte à s’en prendre à l’image même du roi. L’historien M. Antoine croit en l’existence d’une véritable cabale dont Choiseul aurait pu faire les frais100. Ces intrigues, touchant au plus près la personne du roi, conjuguées à l’intransigeance parlementaire, expliquent l’emprisonnement de La Chalotais au château du Taureau, en baie de Morlaix, puis son exil en résidence surveillée à Saintes.

  • 101 Bluche, François, Louis XV, Paris, Perrin, 2003, p. 169-170.
  • 102 Arch. nat., H1 362, 4e dossier, lettre du duc, 11 février 1767.

56La situation s’apaise certes un peu au cours de l’année 1766 mais il ne s’agit pas d’un retour à la normale. Lors du célèbre lit de justice du 3 mars 1766 – séance dite de la flagellation –, Louis XV réaffirme son pouvoir absolu face aux prétentions de parlementaires parisiens solidaires de leurs collègues de Rennes et de Pau101. Il se montre néanmoins plus souple concernant l’affaire de Bretagne. Plutôt que de s’engager dans une longue procédure, qui interférerait en outre avec la tenue des états, le roi clôt toutes les procédures en cours et ordonne un « silence absolu ». Le duc d’Aiguillon, bien que confronté à une sourde hostilité, peut présider plus sereinement les états de 1767. Toutefois, il échoue dans sa tentative de leur imposer un nouveau règlement alors que les relations avec la noblesse demeurent tendues. Ainsi, le passage inopiné d’une trentaine de dragons provoque l’émoi de l’assemblée, qui accuse le commandant en chef de vouloir par ce moyen « forcer les états à achever leur travail et à consentir aux demandes du Roy102 ».

  • 103 « Essai sur la situation de la Bretagne », in Recueil de 1887, p. 275-283.
  • 104 Ibid., p. 279. Les témoignages rédigés « à chaud », en septembre 1758, infirment tous ces allusion (...)
  • 105 « Essai sur la situation de la Bretagne », in Recueil de 1887, p. 280.

57C’est dans ce contexte que le duc d’Aiguillon, symbole du despotisme aux yeux de nombreux nobles bretons, va faire l’objet d’attaques personnelles visant à le discréditer définitivement dans l’opinion publique. Certaines s’en prennent à ses mérites militaires, peignant le vainqueur de Saint-Cast sous les traits d’un lâche. Ainsi un pamphlet anonyme et resté manuscrit circule-t-il à partir de 1766103. Il reproche au duc son inaction au mois de juin 1758 mais, surtout, insiste sur sa prétendue incompétence le 11 septembre, quitte à multiplier contrevérités et inexactitudes – l’auteur situe ainsi la descente britannique à Saint-Jacut le 30 août. Il met par exemple en scène un commandant en chef apathique : « Il demeura immobile au pied de son moulin sans donner aucun ordre ; peut-être étoit-il comme pétrifié, et il y a bien de l’apparence, car il ne fit alors aucune réponse à tout ce que les officiers généraux lui firent demander104. » Selon le pamphlétaire, la victoire serait uniquement redevable à d’Aubigny et aux volontaires bretons. Pire, le duc se serait réfugié dans le moulin, se jetant à terre au son d’une bombe. Enfin, comble de la calomnie, d’Aiguillon se serait empressé auprès de la meunière, « femme sans jeunesse et sans figure, avec l’appareil de la misère et de la malpropreté », tentant même de la violer105 !

  • 106 La Motte-Rouge, Daniel de, Saint-Cast, son histoire, Saint-Cast, 1964, p. 10. Toutefois, un cherch (...)
  • 107 À en croire pourtant le baron de Bésenval, témoin des événements, c’est bien La Chalotais qui répo (...)

58Faisons tout de suite un sort à ces médisances : le moulin d’Anne, malgré son nom, appartient en 1758 à un meunier célibataire, Louis Renault106. C’est probablement pendant ces années que se répand le bon mot selon lequel le « petit duc » ne se serait pas couvert de gloire mais de farine, trait d’esprit attribué – bien évidemment à tort – à La Chalotais107. L’opinion croit-elle à ces fables ? Peu, sans doute, du moins au début mais le doute s’instille dans certains esprits. En tout cas, cette campagne de dénigrement systématique contribue à forger la légende noire du duc d’Aiguillon. Les chansonniers s’en mêlent bientôt et l’on peut entendre le couplet suivant dès octobre 1764 :

  • 108 Petit de Bachaumont, Louis, Mémoires secrets de Bachaumont de 1762 à 1787, tome I : 1762-1765, Par (...)

« Couvert de farine et de gloire
De Saint-Cast héros trop fameux
Sois plus modeste en ta victoire
On peut d’un souffle dangereux,
Te les enlever toutes deux108. »

  • 109 Cité par Laugier, Lucien, Le duc d’Aiguillon…, op. cit., p. 69. Il est cependant intéressant de no (...)

59L’opinion, autant parisienne que bretonne, connaît bien ces médisances, à tel point qu’une note au sujet d’une comédie donnée en 1770 explicite l’allusion à une cave où se terre un personnage : « Il faut, à l’égard de M. d’Aiguillon, lire le moulin ; tout le monde sait cette anecdote, il n’est pas nécessaire de s’y arrêter109. »

60Usé par cette opposition perpétuelle, aigri et conscient qu’il ne pourra plus agir en Bretagne comme lors des premières années de son commandement, d’Aiguillon donne finalement sa démission au roi, qui l’accepte en août 1768. Il ne remettra jamais les pieds en Bretagne. Les partisans les plus intransigeants de la cause royale, comme le subdélégué général Raudin et l’évêque de Rennes Desnos, quittent aussi la province. Les nouveaux représentants de Versailles s’accommodent avec les états et, le 15 juillet 1769, les parlementaires démissionnaires de 1765 retrouvent leur fonction et leur rang. La réconciliation n’est cependant pas totale. Le parlement poursuit le duc d’Aiguillon de sa vindicte. De son côté, l’ancien commandant en chef souhaite un procès pour laver son honneur. Celui-ci s’ouvre le 4 avril 1770. Un témoignage obscur sur les causes de l’emprisonnement de La Chalotais alarme Louis XV qui se résout, en juin, à éteindre la procédure lors d’un lit de justice. Ainsi que le déclare le chancelier Maupeou,

  • 110 Cité par Minois, Georges, Nouvelle Histoire de Bretagne…, op. cit., p. 447.

« sa Majesté […] a senti, plus que jamais, la nécessité d’étouffer une fermentation qui fait depuis longtemps le malheur de sa province de Bretagne et de ne pas lui fournir de nouveaux aliments dans une procédure qui ranimerait des divisions dont elle veut éteindre jusqu’au souvenir110 ».

  • 111 Figeac, Michel, Châteaux et vie quotidienne de la noblesse. De la Renaissance à la douceur des Lum (...)

61L’affaire de Bretagne est cette fois terminée mais la fronde des parlements du royaume, elle, repart de plus belle. Plusieurs cours dénoncent un déni de justice alors que le parlement de Paris exclut le duc d’Aiguillon de la pairie. La disgrâce de Choiseul laisse une grande latitude d’action au chancelier Maupeou. Fort du soutien d’un Louis XV excédé, il décide, en janvier 1771, une réforme radicale : tous les parlements sont dissous et remplacés par de nouvelles cours dont les membres sont nommés et rétribués par le pouvoir royal. Cette véritable révolution instaure en outre la gratuité de la justice et la suppression de la vénalité des charges. Abasourdis, les parlementaires voient simultanément le duc d’Aiguillon accéder au secrétariat d’État aux Affaires étrangères. Avec Terray aux Finances, Maupeou et d’Aiguillon forment le « triumvirat ». Le duc mène une politique prudente, soucieux d’éviter tout engagement militaire. Début 1774, il cumule même son ministère avec celui de la Guerre. La mort de Louis XV, cependant, sonne le glas de sa carrière politique. Écarté de la Cour, il se retranche dans une sorte d’exil intérieur, se consacrant à son domaine d’Aiguillon, à la confluence de la Garonne et du Lot. Entouré d’une véritable cour, il y transpose un mode de vie parisien et opulent111. Il décède, oublié du public, en 1788.

62En somme, après l’acmé de 1758-1759, le duc d’Aiguillon connaît une longue descente au purgatoire jusqu’à sa consécration ministérielle de 1771, la bataille de Saint-Cast marquant ainsi à la fois l’apogée et la fin de sa carrière militaire.

Une Bretagne littorale désormais à l’abri ?

  • 112 Bély, Lucien, Les relations internationales en Europe, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Presses univer (...)
  • 113 Un de ces boulets est encore conservé au presbytère de Cancale, serti d’une plaque de cuivre (Le p (...)

63Après 15 années de paix, les hostilités entre la France et la Grande-Bretagne reprennent officiellement en 1778, 20 ans après Saint-Cast. Contrairement aux guerres précédentes, il s’agit d’un conflit relativement limité en nombre de belligérants. En effet, une coalition anti-britannique naît bien en 1781, associant Russie, Danemark, Suède, Provinces-Unies, Autriche et Portugal, mais, en réalité, ces pays, soucieux de protéger leurs flottes, s’en tiennent à une neutralité bienveillante envers la France112. Seule l’Espagne, par solidarité dynastique et pour récupérer Gibraltar, se range derrière Louis XVI en 1779. La Grande-Bretagne est donc isolée. Par ailleurs, les opérations militaires ignorent largement le continent européen, se déroulant essentiellement sur mer et outre-mer. De telles caractéristiques accroissent encore l’importance stratégique de la Bretagne : base de départ pour d’éventuelles opérations de débarquement dans les Îles britanniques, elle constitue a priori une cible prioritaire pour la Navy. Pourtant, elle ne subit aucune injure. Pas la moindre descente, non plus que le moindre bombardement notable. Seuls quelques boulets s’abattent sur Cancale le 13 mai 1779113. Comment expliquer une telle sécurité ?

64L’immunité de la Bretagne tient, tout d’abord, aux caractéristiques intrinsèques du conflit. Pour les Britanniques, le front principal se situe dans les Treize Colonies, où ils entendent bien annihiler les velléités d’indépendance des Insurgents. Une part importante de leur flotte se trouve ainsi outre-mer et non, comme à l’accoutumée, dans la Manche ou le proche Atlantique. La présence d’escadres françaises aux Antilles et en Inde renforce ce phénomène. Toutefois, le principal obstacle, pour les Britanniques, vient d’une marine française désormais efficace et sans complexe.

  • 114 Acerra, Martine et Meyer, Jean, Histoire de la marine française…, op. cit., p. 113-115.
  • 115 Taillemite, Étienne, Louis XVI ou le navigateur immobile, Paris, Payot, 2002.
  • 116 Selon J. Dull, le ministre de la Marine joue, en effet, un rôle fondamental, se battant pour obten (...)
  • 117 Villiers, Patrick, Marine royale, corsaires et trafic dans l’Atlantique de Louis XIV à Louis XVI, (...)
  • 118 Acerra, Martine et Meyer, Jean, Histoire de la marine française…, op. cit., p. 119-120.

65Pour la première fois sans doute, la défense littorale de la France commence véritablement en mer. Le renouveau de la marine française a en effet été initié dès les dernières années de la guerre de Sept Ans. Il coïncide avec l’arrivée, en 1761, d’Étienne-François, duc de Choiseul-Stainville, au secrétariat d’État de la Marine. Ambitieux et passionné par les questions militaires, il cumule son ministère avec celui de la Guerre. Ce cumul ne le conduit pas à négliger la Marine, bien au contraire, même s’il doit céder son poste, en 1766, à son cousin Choiseul-Praslin. Le relèvement de la Royale repose d’abord sur un important programme de construction114. Vingt-deux vaisseaux, pour la plupart de 74, 80 et 110 canons, sont lancés entre 1762 et 1768. On construit aussi de nombreuses frégates et on en achète même deux aux Britanniques. À partir de 1774, Sartine poursuit cette politique, malgré son inexpérience des choses de la mer. En effet, l’accession au trône de Louis XVI renforce encore l’attention portée à la Marine. Véritable « navigateur immobile », selon l’heureuse expression de E. Taillemite, le roi se passionne pour les mers et les océans115. La réapparition des tensions avec la Grande-Bretagne, en 1776, ainsi que l’insistance de Sartine pour obtenir davantage de fonds provoque une forte augmentation du budget de la Marine, qui double l’année suivante, sextuple en 1780 – par rapport à 1776 – puis s’accroît encore en 1782116. Comme le souligne P. Villiers, « pour la première fois depuis Louis XIV, la Marine (Colonies incluses) disposa d’un budget lui permettant d’accomplir ses mis117 ». Les arsenaux connaissent une activité sans précédent. Comme ils ne peuvent suivre les cadences imposées, l’on n’hésite pas à faire construire des frégates dans des ports de commerce, principalement à Saint-Malo118. L’activité culmine en 1778, avec le lancement de 13 de ces bâtiments, mais aussi de sept vaisseaux. Au total, 80 navires sont construits en sept ans. La France bénéficie ainsi d’une marine qui n’a plus grand-chose à envier à sa rivale britannique, que ce soit quantitativement ou qualitativement, presque tous ses bateaux étant récents.

  • 119 Taillemite, Étienne, Histoire ignorée de la marine française…, op. cit., p. 172-175.
  • 120 Bois, Jean-Pierre, Les guerres en Europe…, op. cit., p. 233.
  • 121 Vergé-Franceschi, Michel, La marine française au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1996, p. 370-380.
  • 122 Sur ce point, Acerra, Martine et Meyer, Jean, Histoire de la marine française…, op. cit., p. 117-1 (...)

66Cependant, la valeur d’un navire tient largement à celle de son équipage. C’est pourquoi Choiseul procède à une sélection draconienne des officiers, les plus âgés et incompétents étant mis à la retraite. Bien qu’incomplet, le rajeunissement se poursuit sous Louis XVI119. Par ailleurs, une école d’artillerie de marine et un corps de fusiliers sont créés120. En revanche, les réformes pour optimiser le recrutement des officiers n’aboutissent pas, l’École royale de marine du Havre n’ayant qu’une existence éphémère alors que les compagnies de gardes constituent un véritable « pôle de résistance à toute innovation » selon M. Vergé-Franceschi121. Cela n’empêche pas les réflexions sur la formation et l’entraînement. La faiblesse manœuvrière des équipages français résulte-t-elle d’un manque de pratique ? Ce constat décide le ministre Bourgeois de Boynes à créer, en 1772, une escadre d’évolution basée à Brest. Ce principe, reconduit les années suivantes, améliore notablement les capacités des équipages concernés. Enfin, le service d’espionnage mis en place par Sartine, ancien lieutenant général de police de Paris, permet aux autorités de mieux connaître la flotte britannique122.

  • 123 Pour de plus amples détails sur les opérations militaires de la guerre d’Indépendance américaine, (...)
  • 124 Sur ce projet, nous renvoyons aux travaux anciens de Del Perugia, Paul, La tentative d’invasion de (...)
  • 125 Notons que l’épidémie de dysenterie que véhiculent le long des grands axes de circulation les trou (...)
  • 126 La chose est bien décrite par Conway, Stephen, The British Isles and the War of American Independe (...)
  • 127 Sur cette épopée, voir des Presles, Claude, Suffren dans l’Océan indien (1781-1783), Paris, Econom (...)
  • 128 Dull, Jonathan R., The French Navy and American Independence…, op. cit., p. 118-119 et 122. Le jeu (...)
  • 129 Les pertes sont importantes et du Couëdic décède des suites de ses blessures trois mois plus tard  (...)

67Pour la première fois depuis les années 1690, la marine française dispose ainsi des moyens de ses ambitions. En avril 1778, une flotte commandée par le vice-amiral d’Estaing appareille de Brest pour l’Amérique123. Il a surtout une mission de diversion, Versailles entendant porter la guerre en Angleterre grâce à un nouveau projet de débarquement aux environs de Portsmouth. Alors que d’Estaing, renforcé par plusieurs petites escadres, remporte des succès aux Antilles, une imposante flotte franco-espagnole se prépare à envahir l’Angleterre à l’été 1779124. Une mauvaise coordination et un ravitaillement quasi inexistant font avorter l’opération alors que, pour une fois, la Royal Navy est numériquement bien inférieure en Manche125. La menace apparaît cependant comme bien réelle en Grande-Bretagne, justifiant d’ailleurs, comme 30 ans plus tôt, l’adoption de mesures d’ex126. L’année suivante, la flotte convoie le corps expéditionnaire de Rochambeau en Amérique. La manœuvre coordonnée des troupes terrestres franco-américaines et de l’escadre de Grasse conduit finalement à la capitulation de l’armée britannique à Yorktown le 19 octobre 1781. Alors que la Grande-Bretagne se résigne à la perte des Treize Colonies, les combats navals se poursuivent aux Antilles, sans résultat tangible. De son côté, Suffren harcèle l’ennemi pendant près de deux ans dans l’Océan indien127. Durant tout le conflit, grâce à une tactique particulièrement offensive, la Royale a tenu la dragée haute à la Navy, rendant utopique toute descente sur les côtes bretonnes. Aucun blocus de Brest ni des autres ports. Les navires britanniques s’approchant des côtes rencontrent une vive réaction sur mer. En juillet 1778, les hostilités s’ouvrent par un violent accrochage entre une frégate française, la Belle-Poule, et une britannique, l’Arethusa, au large de la Bretagne. Peu après, la bataille d’Ouessant met aux prises la flotte d’Orvilliers et celle de Keppel128. Il n’y a ni vainqueur ni vaincu. Enfin, le 6 octobre 1779, la Surveillante, commandée par le vaillant du Couëdic, résiste héroïquement à son adversaire britannique au large du goulet de Brest129.

68Les progrès de la marine française se doublent d’une attention jamais démentie pour les fortifications littorales. Les inspections côtières débouchent sur la rédaction de nombreux mémoires d’une précision remarquable. Les rédacteurs y relèvent les mêmes défauts que leurs prédécesseurs, en particulier l’abandon de la plupart des ouvrages défensifs et des canons après 1763. En revanche, ils ne se bercent plus d’illusions sur la possibilité d’empêcher un débarquement ennemi. La tactique de la défense en profondeur, qui a si brillamment réussi à Saint-Cast, l’emporte désormais. Ainsi, le chevalier Carlet de La Rozière constate qu’

  • 130 SHD/DAT, 1 M 1091, no 13, « Mémoire sur la défense de la Bretagne », 1772, p. 1.

« il y a en Bretagne, comme dans toutes les provinces maritimes du royaume, tant d’endroits susceptibles de débarquement qu’il faudrait border presque partout la côte de retranchements, et avoir infiniment de troupes pour les pouvoir défendre. Malgré ces précautions qu’on a, autant qu’on a pu, observées pendant la dernière guerre, les Anglois sont parvenus toutes les fois qu’ils l’ont entrepris, à faire des descentes sur nos côtes […]. Ce qu’on peut donc faire de mieux dans chaque province maritime est donc de disposer les troupes de manière à les rassembler dans le moins de temps qu’il sera possible vers le lieu du débarquement130 ».

  • 131 Perréon, Stéphane, L’armée en Bretagne…, op. cit., p. 217-218.
  • 132 Sur ces « soldats travailleurs », notamment ceux qui œuvrent sur la Vilaine, voir Perréon, Stéphan (...)

69À défaut de pouvoir entreprendre de grands travaux routiers, compte tenu de l’hostilité des états, du parlement et de l’impopularité de la corvée, les autorités provinciales restent attentives au bon entretien des voies stratégiques. Enfin, last but not least, la Bretagne accueille désormais des troupes réglées en plus grand nombre131. On y compte rarement moins de 10 000 hommes pendant la guerre d’Indépendance américaine. Les travaux hydrauliques des années 1780 mobilisent plusieurs régiments de soldats devenus provisoirement de simples travailleurs132. Quant aux troubles pré-révolutionaires, ils expliquent la présence de 8 000 soldats en 1789.

  • 133 Lécuillier, Guillaume, « Quand l’ennemi venait de la mer. Les fortifications littorales en Bretagn (...)
  • 134 Besselièvre, Jean-Yves, « Les ouvrages extérieurs de Brest (1776-1784) : les prémices de la fortif (...)
  • 135 Dallemagne, François et Mouly, Jean, Patrimoine militaire, Paris, Scala, 2002, p. 258-260.
  • 136 SHD/DAT, 1 M 1093, no 5, « Mémoire sur les positions à prendre en avant de Brest pour la défense d (...)

70De leur côté, les fortifications connaissent d’indéniables améliorations qui concernent, pour l’essentiel, Brest et Saint-Malo. Dans le grand port de la flotte du Ponant, les travaux visent d’abord à couvrir les collines dominant la ville133. De la fin de la guerre de Sept Ans à 1775, plusieurs ouvrages sont ainsi édifiés, de celui de Quéliverzan, du côté de Recouvrance, à ceux des hauteurs du Bouguen et du Ménès. La réapparition des tensions avec l’Angleterre conduit à l’élaboration de nouveaux projets dès 1777. Il ne s’agit pas tant de rendre Brest inexpugnable qu’inaccessible à l’ennemi et, plus encore, à ses bombes. D’où la construction de plusieurs forts avancés qui constituent véritablement les prémices de la fortification détachée, qui s’imposera au siècle suivant134. Ainsi, le fort de Montbarey, carré protégé par des demi-lunes, abrite en son centre un cavalier casematé avec casernes, magasins et canons en terrasse135. Ces forts extérieurs, construits en quelques années grâce à la main-d’œuvre militaire, se flanquent mutuellement. En outre, des camps retranchés s’échelonnent du Conquet au nord de la ville, pour tenir davantage encore à distance un éventuel assaillant136.

  • 137 Cité par Vermet, Éric, La défense de la région malouine au XVIIIe siècle, Mémoire de maîtrise, Uni (...)
  • 138 Cité par Peter, Jean, Vauban et Saint-Malo, Paris, ISC-Economica, 1999, p. 287-288.
  • 139 Sur la construction de ce fort et les difficultés rencontrées, voir Vermet, Éric, La défense de la (...)

71À Saint-Malo, les premiers travaux interviennent quelques mois après les événements de 1758. Faute de disposer des moyens financiers et matériels pour englober Saint-Servan dans une vaste enceinte, le duc d’Aiguillon décide l’édification d’un fort à la Cité, promontoire qui fait face à Saint-Malo. Protéger Saint-Servan et empêcher l’ennemi de bombarder la cité malouine, voici les objectifs de cette nouvelle construction qui, selon un mémoire contemporain, « défend l’entrée de la rivière de Rance, le mouillage de la rade et assure la communication de Dinard à Saint-Malo pour tirer des secours de l’intérieur des terres lorsque l’ennemi, descendu dans la presqu’île du Clos Poulet, se trouve maître de la rive droite de la Rance137 ». La guerre passée, les ingénieurs réclament cependant de nouvelles constructions. En 1770, par exemple, Frémond de La Merveillère déplore le manque de défenses du côté terrestre et demande « de nouvelles fortifications qui empêchent les établissements des ennemis dans les pointes où ils sont à craindre138 ». Deux ouvrages, achevés dans les années 1780, complètent le dispositif malouin. Au croisement de la route de Saint-Malo à Rennes et de celle menant de la Basse-Normandie à Brest, en passant par Dinan, le fort de Châteauneuf, édifié de 1777 à 1785, permet de contrôler le Clos Poulet. Ce vaste quadrilatère bastionné protège ainsi Saint-Malo d’une attaque terrestre tout en contrôlant la Rance, placée sous le feu de ses batteries139. Reste à protéger un dernier point vulnérable : la baie de Cancale, théâtre, nous l’avons dit, d’une des rares attaques britanniques de la guerre d’Indépendance, le 13 mai 1779. On ressort alors des cartons un vieux projet du début du XVIIIe siècle signé Garangeau. Il consiste à édifier un fort sur la petite île des Rimains, à moins d’un kilomètre de la pointe de la Chaîne, au nord-est du bourg. Doté de casernes aptes à loger près de 200 hommes, il combine une batterie rasante avec une tour casematée. Ses 20 pièces de 36 et ses six mortiers lui confèrent une puissance de feu redoutable pour tout navire.

72Ainsi les sites apparus comme les plus vulnérables en 1758 sont-ils considérablement renforcés à la fin de l’Ancien Régime.

73Simple péripétie secondaire de la guerre de Sept Ans, la bataille de Saint-Cast n’en a pas moins certaines conséquences à moyen terme. Elle convainc d’abord les Britanniques que les descentes de diversion ne jouent pas vraiment leur rôle et comportent des risques indéniables. Régner sur les mers et contrarier le commerce adverse, en occupant Belle-Île par exemple, s’avère d’un meilleur rapport. Côté français, on renforce les points les plus vulnérables, notamment autour de Saint-Malo. Dans le cas d’une descente britannique, toutefois, on compte essentiellement sur une défense en profondeur, avec regroupement des troupes disponibles et marches forcées. Voici l’héritage stratégique de Saint-Cast et du duc d’Aiguillon, pour lequel la bataille n’est qu’un avatar dans une carrière militaire et politique mouvementée. Cependant, le meilleur garant de la sécurité de la Bretagne devient, à partir de la guerre d’Indépendance américaine, une marine renouvelée et renforcée.

74La bataille de Saint-Cast n’y est pour rien, au contraire des déboires navals de la guerre de Sept Ans, au premier rang desquels la défaite des Cardinaux.

Notes

1 Quelques semaines après Crefeld, cependant, Soubise remporte une victoire à Sonderhausen, ce qui lui permet d’occuper la Hesse. Dans les mois qui suivent, les combats, centrés autour de Cassel, restent indécis ; Bois, Jean-Pierre, Les guerres en Europe, 1494-1792, Paris, Belin, 1993, p. 223-226.

2 Sur ces questions, voir, à défaut d’études récentes, les travaux de Levot, Prosper, « Projets de descentes en Angleterre sous Louis XV et Louis XVI », Bulletin de la Société académique de Brest, 1876-1877, p. 401-464 ; Colin, Jean, Louis XV et les Jacobites. Le projet de débarquement en Angleterre, 1743-1745, Paris, Chapelot, 1901 ; Del Perugia, Paul, La tentative d’invasion de l’Angleterre de 1779, Paris, Alcan/Presses universitaires de France, 1939 ; Desbrières, Édouard, 1793-1805. Projets et tentatives de débarquements aux îles britanniques, Paris, Chapelot, 4 vol. , 1900-1902 ; Coquelle, Paul, « Les projets de descentes en Angleterre d’après les archives des affaires étrangères », Revue d’histoire diplomatique, 1901, p. 433-452 et 591-624, 1902, p. 134-157. Quelques études britanniques sur ces questions sont un peu moins anciennes. Citons les ouvrages de Patterson, A. Temple, The Other Armada. The Franco-Spanish Attempt to Invade Britain in 1779, Manchester, Manchester University Press, 1960 et Jones, Edwyn Henry Stuart, The Last Invasion of Britain [1797], Cardiff, University of Wales Press, 1950.

3 Cité par Le Moing, Guy, La bataille navale des « Cardinaux » (20 novembre 1759), Paris, Economica, 2003, p. 5-6.

4 Cité par La Condamine, Pierre de, Le combat des Cardinaux. 20 novembre 1759. Baie de Quiberon et rade du Croisic, La Turballe, Alizés-L’esprit large, 2000 (rééd.), p. 33.

5 Sur cette épidémie, Goubert, Jean-Pierre, Malades et médecins en Bretagne 1770-1790, Rennes, Klincksieck, 1974, p. 329-337.

6 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 1907, lettre du 29 janvier 1759.

7 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 1907, lettre du 4 juin 1759.

8 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 1907, lettre du 5 février 1759.

9 Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne du chevalier de Mirabeau, 1758-1760, Mayenne, J. Floch, 1983, p. 155-157.

10 À titre d’exemple, dans son édition du 10 juillet 1759, le London-Chronicle s’inquiète de la présence sur les côtes du sud de l’Angleterre de centaines de prisonniers français dont on ne « peut douter qu’ils n’aient été avisés des préparatifs qui se font dans les ports de France ».

11 Sur ce bombardement, Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie au XVIIe et au XVIIIe siècle d’après la correspondance des marquis de Beuvron et des duc d’Harcourt, lieutenants généraux et gouverneurs de la province, Caen, Impr. Goussiaume de Laporte, 1863, vol. I, p. 297-423, Dupont, Amiral Maurice, Les flottilles côtières de Pierre le Grand à Napoléon. De la Baltique à la Manche, Paris, Economica, 2000, p. 84-85 et Marcus, Geoffrey J., Quiberon Bay. The Campaign in Home Waters, 1759, Londres, Hollis and Carter, 1960, p. 76-77.

12 Dans une lettre du 4 juillet adressée à Feydeau de Brou, l’intendant, il note entre autres qu’au contraire de l’année précédente, « toutes nos dames n’ont point paru alarmées. Personne n’a déménagé ; on se fait à tout. Toute la ville était dès quatre heures du matin sur la côte pour voir le bombardement qui a commencé à trois heures et demie » ; Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie…, op. cit., p. 317.

13 Pour une courte biographie du personnage, voir Taillemitte, Étienne, Dictionnaire des marins français, Paris, Tallandier, 2002, p. 107-108.

14 Les autres sont inaptes, malades ou trop âgés. E. Taillemite n’hésite pas à parler, pour le haut commandement de la marine, de « gérontocratie triomphante » ; Taillemite, Étienne, Histoire ignorée de la Marine française, Paris, Perrin, 2003, p. 163-169.

15 Charles de Courbon, comte de Blénac, conteste, en 1758, l’autorité du duc d’Aiguillon sur les batteries côtières défendant Brest. Le duc s’en plaint au ministre ; SHD/DAT, A4 26, no 91, 103 et 113, juillet-août 1758.

16 Cité par La Condamine, Pierre de, Le combat des Cardinaux…, op. cit., p. 53.

17 Arch. nat., B4 86, p. 333. Nous remercions Maurice Legault pour la communication de la photographie de ce document.

18 Sur ce point, nous renvoyons aux travaux de Chaline, Olivier, « Les Cardinaux (1759) : défaite française, défaite bretonne », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2009, p. 185-196.

19 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 1907, lettre du 2 septembre 1759.

20 Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie…, op. cit., p. 340-348.

21 Cité par La Condamine, Pierre de Le combat des Cardinaux…, op. cit., p. 69.

22 Compte tenu du faible nombre de soldats réglés dans l’île, la milice est même mobilisée. Sur ces aspects, voir Marcus, Geoffrey J., Quiberon Bay…, op. cit., p. 25-27 et 72-73. Nous renvoyons aussi, de manière plus générale, aux travaux de Conway, Stephen, War, State and Society in Mid-Eighteenth-Century Britain and Ireland, Oxford, Oxford University Press, 2006 et Middleton, Richard, The Bells of Victory. The Pitt-Newcastle Ministry and the Conduct of the Seven Years’War 1757-1762, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 97-129.

23 Cité par Le Moing, Guy, La bataille navale…, op. cit., p. 29-30.

24 Sur les dimensions à la fois stratégiques, techniques et sanitaires du blocus de Brest par le Western Squadron, se reporter à la synthèse de Ryan, A.N., « The Royal Navy and the Blockade of Brest, 1689-1805. Theory and Practice », inAcerra, Martine, Merino, José et Meyer, Jean (dir.), Les marines de guerre européennes, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 1985, p. 175-194 mais aussi aux travaux de Saxby, Richard C., « The Western Squadron and the Blockade of Brest », History Today, 1973, janvier, p. 20-29 et, pour l’année 1759, de Marcus, Geoffrey, « Hawke’s Blockade of Brest », Journal of the Royal United Service Institution, 104, 1959, p. 475-488 et de Steer, D. M., « The Blockade of Brest and the Victualling of the Western Squadron », Mariner’s Mirror, 1990, p. 307-316.

25 Pour davantage de précisions, voir Marcus, Geoffrey J., Quiberon Bay…, op. cit., p. 58-69.

26 Cité par Le Moing, Guy, La bataille navale…, op. cit., p. 22-23.

27 Ibid., p. 25. Lettre du 4 novembre 1759.

28 La Condamine, Pierre de, Le combat des Cardinaux…, op. cit., p. 72. Ce grand nombre d’hospitalisations est inhérent aux armées d’Ancien Régime au sein desquelles la mortalité par maladie l’emporte largement sur celle due aux combats. Quelques descriptions saisissantes des hôpitaux militaires figurent dans Farge, Arlette, Les fatigues de la guerre, Paris, Le Promeneur, 1996, p. 109-113. Voir aussi Lucenet, Monique, « La mortalité dans l’infanterie française de 1716 à 1748 selon les contrôles de troupes », in Le soldat, la stratégie, la mort. Mélanges André Corvisier, Paris, Economica, 1989, p. 397-407.

29 Marcus, Geoffrey J., Quiberon Bay…, op. cit., p. 143-145.

30 Du nord au sud, on rencontre le passage de la Teignouse (du breton tagnous : « teigneux »), le passage du Béniguet (« béni »), celui des Sœurs et enfin celui des Cardinaux.

31 Sur ces aspects de la tactique navale, voir Willis, Sam, Fighting at Sea in the Eighteenth Century. The Art of Sailing Warfare, Woodbridge, The Boydell Press, 2008, p. 129-151.

32 Cité par La Condamine, Pierre de, Le combat des Cardinaux…, op. cit., p. 85.

33 Seul le Soleil Royal est brûlé sur ordre de Conflans, les Britanniques incendiant le Héros.

34 A. de La Borderie et son continuateur B. Pocquet se montrent particulièrement vindicatifs en évoquant ce « vieil officier, fatigué, incapable et présomptueux », attribuant la défaite à « son impéritie et à sa nullité » ; Pocquet du Haut-Jussé, Barthélemy, Histoire de Bretagne, Rennes, Plihon et Hommay, 1915, t. VI, p. 275-276.

35 Cité par La Condamine, Pierre de, Le combat des Cardinaux…, op. cit., p. 98.

36 Arch. nat., B4 86, p. 336.

37 Acerra, Martine et Meyer, Jean, Histoire de la marine française des origines à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1994, p. 110.

38 Cité par Marcus, Geoffrey J., Quiberon Bay…, op. cit., p. 162.

39 Barbier, Edmond J.-F., Chronique de la Régence et du règne de Louis XV (1718-1763) ou Journal de Barbier, avocat au parlement de Paris, Paris, Charpentier, 1857, t. 7, p. 204-205.

40 Notons d’ailleurs, comme le sous-entend le chevalier de Mirabeau dès l’année précédente, que la question est bien plus financière que militaire. Sur ce point, Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne…, op. cit., et Bosher, J.-F., « Financing the French Navy in the Seven Years’War. Beaujon, Goossens et Compagnie in 1759 », Business History, 1983, p. 115-133.

41 Sur ce point, voir la synthèse de McGlynn, Frank, 1759: The Year Britain Became Master of the World, Atlantic Monthly Press, 2005 et Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 130-146. Comme le suggère le titre du premier ouvrage, l’année 1759 marque aussi un tournant dans le déroulement de la guerre : les victoires britanniques, sur terre ou sur mer, de Minden, de Lagos, de Québec et des Cardinaux, la perte de la Guadeloupe marquent la fin des espoirs français de victoire.

42 Nous renvoyons sur cet épisode au stimulant ouvrage de Ward, Matthew C., The Battle for Quebec, 1759, Stroud, Tempus, 2005.

43 Sur ces questions, l’ouvrage de Smelser, Marshall, The Campaign for the Sugar Islands, 1759. A Study in Amphibious Warfare, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1955 est désormais daté. Les références françaises sur ces opérations sont rares cependant.

44 Nous renvoyons à Syrett, David (dir.), The Siege and Capture of Havana, 1762, Londres, Naval Record Society, 1970 et à Syrett, David, « The British Landing at Havana: an Example of an Eighteenth-Century Combined Operation », Mariner’s Mirror, 55, 1969, p. 325-331. Les articles de Syrett, David, « The Methodology of British Amphibious Operations during the Seven Years’and American Wars », Mariner’s Mirror, 58, 1972, p. 269-280 et Harding, Richard, « Sailors and Gentlemen of Parade: Some Professional and Technical Problems Concerning the Conduct of Combined Operations in the Eighteenth Century », Historical Journal, 32, 1989, p. 35-55 évoquent très largement les dimensions tactiques et techniques de ces opérations. En français, le travail de Buchet, Christian, « Royal Navy et projection de puissance au XVIIIe siècle : vers la maîtrise des facteurs tactiques et techniques du succès », Cahiers du CEHD, no 23, 2004, p. 171-180 constitue une bonne introduction.

45 Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie…, op. cit., p. 423-437.

46 Corvisier, André, « La défense des côtes françaises contre les descentes anglaises pendant la guerre de Sept Ans », in Les hommes, la guerre et la mort, Paris Economica, 1985, p. 261 et Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie…, op. cit., p. 437-438.

47 Faucherre, Nicolas, Prost, Philippe et Chazette, Alain, Les fortifications du littoral. La Bretagne Sud, Niort, Éd. Patrimoine et Médias, 1998, p. 115-116.

48 Pour une vision synthétique des enjeux stratégiques en Bretagne Sud, voir Cérino, Christophe, « Enjeux et opérations navales en Bretagne-Sud », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 133-148.

49 An Account of the Expedition to Bellisle. Composed from authentic Materials; and containing many curious Particulars hitherto not know, Londres, A. Henderson, 1761, p. 10.

50 Hackmann, William K., English Military Expeditions to the Coast of France, 1757-1761, PhD Thesis, University of Michigan, 1969, p. 154-156.

51 Ibid., p. 166. L’on peut noter que, sur neuf régiments, seuls deux ont déjà participé aux descentes de 1758 : les 67th et 30th Regiment of Foot. Si ce dernier régiment est l’unité de rattachement du caporal William Todd, l’un de nos témoins privilégiés sur les opérations contre Saint-Malo et Cherbourg, notre homme combat en Allemagne en 1761. Nous ne pouvons donc compter sur son récit.

52 Des tentatives de débarquement ont toutefois lieu en 1696. Une sérieuse alerte se produit également en 1703. Faucherre, Alain, Prost, Philippe et Chazette, Alain, Les fortifications du littoral…, op. cit., p. 109. Voir aussi, supra, chapitre ii.

53 Cette situation contraste avec celle connue pendant la guerre de Succession d’Autriche, où les moyens, en hommes notamment, sont dérisoires ; Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne au XVIIIe siècle. Études et documents », Revue de Bretagne, mai-juin 1910, p. 225-247.

54 Les effectifs militaires plafonnent à 300 hommes en période de paix mais dépassent les 2 000 lors des conflits. Cérino, Christophe, Sociétés insulaires, guerres maritimes et garnisons. Belle-Île-en-Mer au siècle de Louis XV, thèse, dact., Rennes 2, 2001, t. 1, p. 88-94.

55 Cité par Le Corre, Jérôme, La défense des côtes bretonnes et les principes tactiques de la guerre littorale de 1689 à 1789, Mémoire de DEA, dact., Université de Nantes, 1998, p. 33 et Arch. dép. du Morbihan, 21C 651, f° 164.

56 Laugier, Lucien, Le duc d’Aiguillon, Paris, Albatros, 1984, p. 90.

57 Le Gallen, Léandre, Belle-Île. Histoire politique, religieuse et militaire. Mœurs, usages, marine, pêche, agriculture. Biographies belliloises, Vannes, Lafolye, 1906, p. 156.

58 Lettre du général Hodgson au ministre, 12 avril 1761, citée par Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne… », art. cit., mars 1913, p. 137.

59 Lettre d’un officier du vaisseau l’Expédition, 12 avril 1761 ; Ibid., p. 138.

60 Le bilan varie quelque peu en fonction des différentes sources mais on évalue généralement les pertes britanniques à 400-500 hommes ; Hackmann, William K., English Military Expeditions…, op. cit., p. 169.

61 Sur les différentes phases du siège, la meilleure source d’information reste le journal du lieutenant Holbrooke, du 97th Regiment of Foot ; « The Siege and Capture of Belle-Isle, 1761 ; from the Diary of an Officer present at the Siege », Journal of the Royal United Service Institution, 1899, 43, p. 161-183 et 520-533.

62 Souvent appelé « du Bouchet » dans les relations du siège. Sur ce personnage, voir Blanchard, Anne, Dictionnaire des ingénieurs militaires 1691-1791, Montpellier, A. Blanchard, 1981, p. 94-95.

63 Faucherre, Alain, Prost, Philippe et Chazette, Alain, Les fortifications du littoral…, op. cit., p. 102.

64 SHD/DAT, 1 M 247, « Mémoire sur le siège de Belle-Isle-en-mer en 1761, accompagné d’une carte de l’île et d’un plan des attaques dirigées contre la citadelle, par H. Le Cauchois Féraud, lieutenant de grenadiers au 7e de ligne, aujourd’hui (1864) intendant militaire. Rédigé en 1841 », p. 12.

65 An Account of the expedition to Bellisle…, op. cit., p. 21-22. La faible épaisseur du sol rend également difficile le creusement de la tranchée et la constitution de parapets.

66 « The Siege and Capture of Belle-Isle… », art. cit., p. 172.

67 Hackmann, William K., English Military Expeditions…, op. cit., p. 176-178.

68 Hebbert, F. J., « Belle-Ile and the siege of 1761 », Fort. The international journal of fortification and military architecture, vol. 18, 1990, p. 77. C’est probablement une coquille qui conduit l’auteur à affirmer que les Français ont perdu 900 hommes au lieu de 90.

69 Voir ce qu’en dit Dull, Jonathan R., The French Navy and the Seven Years’ War, Lincoln, University of Nebraska Press, 2005, p. 212.

70 « Ultimatum de la cour de France, qui servira de réplique à l’ultimatum de la cour d’Angleterre », du 24 juillet 1761, in Mémoire Historique sur la négociation de la France et de l’Angleterre, Paris, Imprimerie royale, 1761, cité par Guillemet, Dominique, Les îles de l’Ouest, de Bréhat à Oléron du Moyen Âge à la Révolution, Chauray, Geste éditions, 2000, p. 170.

71 Sur les principaux articles du traité de Paris, voir Bois, Jean-Pierre, Les guerres en Europe…, op. cit., p. 229.

72 Barbier, Edmond J.-F., Chronique de la Régence…, op. cit., t. 7, p. 381.

73 Extrait d’un mémoire de Vauban cité par Binet, Henri, « La défense des côtes… », art. cit., mars 1913, p. 128-132.

74 Cité par Le Gallen, Léandre, Belle-Île…, op. cit., p. 161-162.

75 Lors de la guerre de Succession d’Autriche, les troupes réglées sont très peu nombreuses dans l’île mais il y a parmi elles des dragons.

76 Journal du recteur Le Sergent, cité par Le Gallen, Léandre, Belle-Île…, op. cit., p. 162.

77 Dans son Traité de la défense des places, Vauban évalue à 48 jours la durée moyenne d’un siège ; Le Prestre de Vauban, Sébastien, Les oisivetés de Monsieur de Vauban, Seyssel, Champ Vallon, 2007, p. 1361-1362.

78 Il écrit dans un rapport du 6 août 1756 : « l’ennemy débarqué dans l’isle se rendroit maître aisément de la citadelle sans l’attaquer en la bloquant, ce qu’on ne pourroit empêcher, n’ayant pas la supériorité sur mer » ; SHD/DAT, A4 23, no 5.

79 Chaline, Olivier, « Les Gens du Roi, “hommes du roi” ? Les Parlements de Bretagne et de Normandie au XVIIIe siècle », in Lemaître, Alain J. et Kammerer, Odile (dir.), Le pouvoir réglementaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 223-240.

80 SHD/DAT, A3496, no 156, lettre au maréchal de Belle-Isle, 13 septembre 1758.

81 Sur cette affaire de Bretagne, voir Aubert, Gauthier, « Le duc d’Aiguillon, La Chalotais et l’Affaire de Bretagne », in Le Page, Dominique (dir.), Onze questions qui ont fait la Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2009, p. 209-234. Nous renvoyons aussi aux ouvrages plus anciens et pour une part datés de Marion, Marcel, La Bretagne et le duc d’Aiguillon, Paris, Fontemoing, 1898 et, en anglais, de Rothney, John (éd.), The Brittany Affair and the Crisis of the Ancien Régime, Oxford, Oxford University Press, 1969.

82 C’est le point de départ de l’affaire de Pontcallec. À ce sujet, voir Cornette, Joël, Le Marquis et le Régent. Une conspiration bretonne à l’aube des Lumières, Paris, Tallandier, 2008.

83 Cité par Minois, Georges, Nouvelle histoire de la Bretagne, Paris, Fayard, 1996, p. 434-435.

84 Port-Louis envoie des députés à partir de 1766, 42 villes députant alors aux états ; Nières, Claude, Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 14-16.

85 Leguay, Marie-Laure, Les États provinciaux dans la construction de l’État moderne aux XVIIe et XVIIIe siècles, Genève, Droz, 2001. L’auteur s’appuie, pour l’essentiel, sur l’exemple des états du Nord de la France. Pour une utile mise au point sur la Bretagne, voir Cornette, Joël, Histoire de la Bretagne et des Bretons, Paris, Le Seuil, 2005, t. 2, p. 39-43 et Quéniart, Jean, La Bretagne au XVIIIe siècle (1675-1789), Rennes, Ouest-France, 2004, p. 67-81.

86 Sur les compétences militaires de la commission intermédiaire des états, voir Perréon, Stéphane, L’armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des États, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 57-61.

87 De nombreux notables cumulent les postes de subdélégué de l’intendant et de correspondant de la commission intermédiaire ; Perréon, Stéphane, L’armée en Bretagne…, op. cit., p. 40-42 et 59-61.

88 Sur ces aspects, voir Aubert, Gauthier, « Le duc d’Aiguillon… », art. cit.

89 Roche, Daniel, La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 422-424.

90 Égret, Jean, Louis XV et l’opposition parlementaire, Paris, Armand Colin, 1970, p. 148-155.

91 Cité par Cornette, Joël, Histoire de la Bretagne…, op. cit., t. 2, p. 32.

92 Le Moy, A., Remontrances du parlement de Bretagne au XVIIIe siècle, Paris, H. Champion, 1909, p. 84.

93 Sur ces trois ministres, voir Maurepas, Arnaud de et Boulant, Antoine, Les ministres et les ministères du siècle des Lumières 1715-1789. Étude et dictionnaire, Paris, Christian/JAS, 1996, p. 96-100, 261-266, 333-336.

94 Félix, Joël, Finances et politique au siècle des Lumières. Le ministère L’Averdy, 1763-1768, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 1999, p. 311-314. L’auteur dépeint un commandant en chef très individualiste et adepte de la duplicité.

95 Sur les références intellectuelles de La Chalotais et leur substrat idéologique, voir Lemaître, Alain J., « La Chalotais, procureur général du roi, une biographie intellectuelle », in Lemaître, Alain J., Kammerer, Odile (dir.), Le pouvoir réglementaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2004, p. 241-255.

96 Voltaire, Correspondance, Paris, NRF/La Pléiade, 1981, t. VIII, p. 856. Voir aussi les lettres du 9 juin 1763 (p. 274-275) et du 22 juin 1763 (p. 284-285).

97 Pocquet, Barthélemy, Le duc d’Aiguillon et La Chalotais, Paris, 1900-1901.

98 Cité par Quéniart, Jean, La Bretagne au XVIIIe siècle…, op. cit., p. 94.

99 Sur cet autre aspect de l’affaire de Bretagne, voir Meyer, Jean, La Chalotais. Affaires de femmes et affaires d’État sous l’Ancien Régime, Paris, Perrin, 1995.

100 Antoine, Michel, Le dur métier de roi, Paris, Presses universitaires de France, 1986, chapitre vii (« En marge ou au cœur de l’“Affaire de Bretagne” » ? Intrigues et cabales de Monsieur de La Chalotais), p. 239-275.

101 Bluche, François, Louis XV, Paris, Perrin, 2003, p. 169-170.

102 Arch. nat., H1 362, 4e dossier, lettre du duc, 11 février 1767.

103 « Essai sur la situation de la Bretagne », in Recueil de 1887, p. 275-283.

104 Ibid., p. 279. Les témoignages rédigés « à chaud », en septembre 1758, infirment tous ces allusions. La chose est nette notamment chez le chevalier de Mirabeau qui accompagne le duc d’Aiguillon tout au long de la bataille ; Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne…, op. cit., p. 148-152.

105 « Essai sur la situation de la Bretagne », in Recueil de 1887, p. 280.

106 La Motte-Rouge, Daniel de, Saint-Cast, son histoire, Saint-Cast, 1964, p. 10. Toutefois, un chercheur britannique affirme qu’une meunière prénommée Jeanne possédait alors un autre moulin dans la paroisse (Gibbings, Chris, « L’administration des moulins à la seigneurie de Matignon de 1700 à 1791 », International Molinology. Journal of the International Molinology Society, no 72, juillet 2006, p. 1-12). De grossières erreurs chronologiques jettent cependant une ombre sur ces assertions.

107 À en croire pourtant le baron de Bésenval, témoin des événements, c’est bien La Chalotais qui répondit à quelqu’un vantant la bravoure du commandant en chef : « Notre commandant a vu l’action, d’un moulin, où il s’est couvert de farine, en guise de lauriers » ; Bésenval, baron de, Mémoires de M. le baron de Bésenval… écrits par lui-même, imprimés sur son manuscrit original et publiés par son exécuteur testamentaire, Paris, 1805, vol. 2, p. 172.

108 Petit de Bachaumont, Louis, Mémoires secrets de Bachaumont de 1762 à 1787, tome I : 1762-1765, Paris, Brissot-Thivars, 1830, p. 328.

109 Cité par Laugier, Lucien, Le duc d’Aiguillon…, op. cit., p. 69. Il est cependant intéressant de noter ici qu’en 1895, le folkloriste Paul Sébillot recueillit à Saint-Cast auprès d’une certaine Marie Baudouard une légende selon laquelle « pendant tout le temps de la bataille, le général La Chalotais et le duc d’Aiguillon restèrent au moulin de Saine-Anne à courtiser la meunière et l’on a dit depuis qu’ils s’étaient couverts de farine plutôt que de gloire » (Sébillot, Paul, « Petites légendes locales [CCCLCXXVI]. La bataille de Saint-Cast », Revue des Traditions Populaires, XIV, 1899, p. 561-562). Moins d’un siècle et demi après les événements, « l’arroseur » et « l’arrosé » se trouvaient ainsi associés dans la mémoire populaire de l’événement.

110 Cité par Minois, Georges, Nouvelle Histoire de Bretagne…, op. cit., p. 447.

111 Figeac, Michel, Châteaux et vie quotidienne de la noblesse. De la Renaissance à la douceur des Lumières, Paris, A. Colin, 2006, p. 60-61.

112 Bély, Lucien, Les relations internationales en Europe, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Presses universitaires de France, 4e édition, 2007, p. 628-629. Pour davantage de détails, voir Dull, Jonathan R., The French Navy and American Independance. A Study of Arms and Diplomacy, 1774-1787, Princeton, Princeton University Press, 1975, p. 185-186 et 206-210.

113 Un de ces boulets est encore conservé au presbytère de Cancale, serti d’une plaque de cuivre (Le patrimoine des communes d’Ille-et-Vilaine, Paris, Flohic, 2000, t. 1, p. 262). La mémoire de ce bombardement est suffisamment vive 10 ans plus tard pour qu’il soit rappelé dans les cahiers de doléances de la paroisse littorale (Sée, Henri, et Lesort, André, Cahiers de doléances de la Sénéchaussée de Rennes pour les États Généraux de 1789, Rennes, Leroux, 1911, tome III, p. 109-110).

114 Acerra, Martine et Meyer, Jean, Histoire de la marine française…, op. cit., p. 113-115.

115 Taillemite, Étienne, Louis XVI ou le navigateur immobile, Paris, Payot, 2002.

116 Selon J. Dull, le ministre de la Marine joue, en effet, un rôle fondamental, se battant pour obtenir des financements, réorganisant l’administration des ports et mettant en place une véritable standardisation de la flotte ; Dull, Jonathan R., The French Navy and American Independence, op. cit., p. 20 et 49-56.

117 Villiers, Patrick, Marine royale, corsaires et trafic dans l’Atlantique de Louis XIV à Louis XVI, Dunkerque, Société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, 1991, t. 2, p. 497.

118 Acerra, Martine et Meyer, Jean, Histoire de la marine française…, op. cit., p. 119-120.

119 Taillemite, Étienne, Histoire ignorée de la marine française…, op. cit., p. 172-175.

120 Bois, Jean-Pierre, Les guerres en Europe…, op. cit., p. 233.

121 Vergé-Franceschi, Michel, La marine française au XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1996, p. 370-380.

122 Sur ce point, Acerra, Martine et Meyer, Jean, Histoire de la marine française…, op. cit., p. 117-118.

123 Pour de plus amples détails sur les opérations militaires de la guerre d’Indépendance américaine, voir Acerra, Martine et Meyer, Jean, Histoire de la marine française…, op. cit., p. 120-129.

124 Sur ce projet, nous renvoyons aux travaux anciens de Del Perugia, Paul, La tentative d’invasion de l’Angleterre…, op. cit., et de Patterson, A. Temple, The Other Armada…, op. cit., 1960.

125 Notons que l’épidémie de dysenterie que véhiculent le long des grands axes de circulation les troupes convergeant vers Brest pour embarquer, provoquant de l’ordre de 200 000 morts à l’échelle de l’Ouest français, participe bien évidemment à l’affaiblissement des armées d’invasion. Sur cette épidémie, Lebrun, François, « Une grande épidémie en France au XVIIIe siècle : la dysenterie de 1779 », in Coll., Sur la population française au XVIIIe et au XIXe siècles. Hommage à Marcel Reinhard, Paris, Société de démographie historique, 1973, p. 403-415, Lebrun, François, « Les épidémies en Haute-Bretagne à la fin de l’Ancien Régime (1770-1789). Présentation d’une enquête collective », Annales de démographie historique, 1977, p. 193-205 et Goubert, Jean-Pierre, Malades et médecins…, op. cit., p. 356-380.

126 La chose est bien décrite par Conway, Stephen, The British Isles and the War of American Independence, Oxford, Oxford University Press, 2002, p. 16-25, 175-176 et 200 entre autres.

127 Sur cette épopée, voir des Presles, Claude, Suffren dans l’Océan indien (1781-1783), Paris, Economica, 1999.

128 Dull, Jonathan R., The French Navy and American Independence…, op. cit., p. 118-119 et 122. Le jeune officier breton La Monneraye, qui y participe, l’évoque dans ses souvenirs ; La Monneraye, Pierre-Bruno-Jean de, Souvenirs de 1760 à 1791, Paris, H. Champion, 1998, p. 121-123.

129 Les pertes sont importantes et du Couëdic décède des suites de ses blessures trois mois plus tard ; Delumeau, Jean (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, rééd. 2000, p. 313-314.

130 SHD/DAT, 1 M 1091, no 13, « Mémoire sur la défense de la Bretagne », 1772, p. 1.

131 Perréon, Stéphane, L’armée en Bretagne…, op. cit., p. 217-218.

132 Sur ces « soldats travailleurs », notamment ceux qui œuvrent sur la Vilaine, voir Perréon, Stéphane, « La pelle et le fusil : la contribution militaire aux travaux publics en Bretagne à la fin de l’Ancien Régime », Revue historique des Armées, no 249, 2007, p. 114-123.

133 Lécuillier, Guillaume, « Quand l’ennemi venait de la mer. Les fortifications littorales en Bretagne de 1683 à 1783 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 114, décembre 2007, no 4, p. 162.

134 Besselièvre, Jean-Yves, « Les ouvrages extérieurs de Brest (1776-1784) : les prémices de la fortification détachée », Cahier du CEHD, 1999, no 10, p. 153-163 et Besselièvre, Jean-Yves, Les travaux de fortification de Brest à la fin du XVIIIe siècle, 1776-1784, Mémoire de maîtrise, université de Bretagne occidentale (Brest), 1996.

135 Dallemagne, François et Mouly, Jean, Patrimoine militaire, Paris, Scala, 2002, p. 258-260.

136 SHD/DAT, 1 M 1093, no 5, « Mémoire sur les positions à prendre en avant de Brest pour la défense de ce port », juin 1778.

137 Cité par Vermet, Éric, La défense de la région malouine au XVIIIe siècle, Mémoire de maîtrise, Université de Rennes 2, dact., 1991, p. 161.

138 Cité par Peter, Jean, Vauban et Saint-Malo, Paris, ISC-Economica, 1999, p. 287-288.

139 Sur la construction de ce fort et les difficultés rencontrées, voir Vermet, Éric, La défense de la région malouine…, op. cit., p. 172-185.

Table des illustrations

Légende Carte 28. – La bataille des Cardinaux en 1759, d’après Le Moing, Guy, La bataille des Cardinaux, op. cit., p. 42.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Carte 29. – La prise de Belle-Île en 1761.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540