Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758)

 | 
Stéphane Perréon
, 
Yann Lagadec
, 
David Hopkin

Troisième partie. « The Battle of St. Cast […], a poor-bodied third-class affair » ?

Chapitre VII. L’après-11 septembre : célébrer, dénoncer, réparer

Texte intégral

Je doute fort qu’on ait tué trois mille hommes aux Anglais auprès de Saint-Malo mais j’avoue que je le souhaite. Ce n’est pas humain, mais peut-on avoir pitié des pirates ?
Voltaire, lettre à la comtesse de Lutzelbourg, 20 septembre 1758.

1Si la guerre de Sept Ans ne prend bien évidemment pas fin en ce 11 septembre 1758, il n’en reste pas moins que, pour les populations des environs de Saint-Malo, le rembarquement des troupes de Bligh et la défaite britannique marquent indéniablement un tournant, pensé comme tel : au-delà du simple terme d’un épisode particulièrement violent – et en cela traumatisant –, domine sans doute le sentiment que l’on ne reprendra plus l’ennemi de sitôt sur les côtes du nord de la Bretagne, d’autant que la saison ne s’y prête plus guère.

  • 1 Il convient de noter l’importance donnée ces dernières années à cette notion de « sortie de guerre (...)
  • 2 Nous devons dire ici notre dette aux réflexions des participants au colloque Lendemains de guerre… (...)
  • 3 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais à Saint-Briac et leur défaite à Saint-Cast l’an 1758, S (...)

2Certes, ce n’est pas là une « sortie de guerre » à proprement parler1. La menace, même diffuse, persiste alors que la flotte britannique mouille plusieurs jours encore au large de Saint-Malo. L’on ne retrouve pas moins en Bretagne, dès la mi-septembre 1758, un certain nombre des caractéristiques de ces « lendemains de guerre » décrits moins comme un moment particulier – celui qui suivrait la suspension des hostilités – que comme un état d’esprit2. L’on peut sans doute parler d’un certain soulagement : dom Jamin, prieur du monastère de Saint-Benoît de Saint-Malo, note d’ailleurs que pendant le séjour de la flotte britannique jusqu’au 14 septembre « à la vue de la ville, mais mouillée plus au large […], les boutiques de la ville demeurèrent ouvertes, chacun vaqua à ses affaires. On s’accoutumoit à les voir avec moins de crainte3 ». Soulagement donc, indéniablement, mais pas seulement : il est en effet possible de suivre les étapes qui marquent non pas la lente déprise du conflit à proprement parler, mais, indéniablement, la relative « démobilisation » des semaines qui suivent Saint-Cast, des semaines vouées à la célébration, à la dénonciation, aux réparations, semaines d’une reconstruction qui ne se limite pas aux seuls aspects matériels.

Côté français, dire la victoire pour créer l’événement

  • 4 Voltaire, Lettres inédites de Voltaire adressées à Madame la comtesse de Lutzelbourg, Paris, de Gi (...)
  • 5 Arch. nat., B4 78, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprimé), fos (...)

3« C’est du baume sur la blessure que la perte de Louisbourg nous a faite » écrit Voltaire quelques jours après Saint-Cast dans une lettre à la comtesse de Lutzelbourg datée du 20 septembre 17584. « Tout bon François ne peut trop célébrer cette victoire : l’on peut dire que c’est l’action la plus vigoureuse qui se soit donnée de mémoire d’homme » surenchérit, non sans exagération, un officier du régiment de Boulonnais qui aurait participé à la bataille5. Les deux documents résument bien pourtant l’état d’esprit qui va présider à la construction rapide de la victoire du 11 septembre comme un objet « médiatique » de premier plan, pour la monarchie française dont les armées sont en situation difficile, mais pas seulement.

  • 6 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais à Saint-Briac et de leur défaite (...)

4Car, fort logiquement, la célébration de la victoire est avant tout malouine, dans un premier temps en tout cas. Ici en effet, dès le 11 septembre au soir, l’événement est fêté avec d’autant plus d’enthousiasme que l’attente avait été longue et l’issue du combat incertaine. « On fut toute l’après-midi sans en entendre une nouvelle » écrit par exemple un témoin qui dit avoir suivi l’action depuis les murs de Saint-Malo6 ; « ne pouvant juger de l’issue d’un combat qu’on prévoyait avoir été vif et meurtrier, on en étoit en quelque sorte consterné ». Dom Jamin confirme :

  • 7 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 72.

« Nous fûmes, à Saint-Malo, spectateurs de la moitié du combat. Nous voyions de nos remparts et nous entendions le feu et le bruit des canons […] mais nous ne pouvions voir les combattants. Une pointe de rochers les desroboit à nos yeux. Nous aperçumes un pavillon français arboré sur une frégate anglaise vers la fin de l’action, mais nous ne scavions pour lors, pourquoi étoit ce signal7. »

  • 8 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 287.
  • 9 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 73.
  • 10 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 287.
  • 11 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 73.

5« Les plus sensés, vers les trois heures, ne voyant point l’escadre étaler ses pavois, ses banderoles et arborer ses pavillons au haut de ses mâts, non plus que marquer sa joie par la décharge de ses canons, commencèrent à se rassurer » se rappelle le premier témoin, même si l’attente de la confirmation de la victoire dure encore plusieurs heures8. « Toute l’aprez-dîner se passa sans qu’on crut rien de positif à la ville, de ce combat. On augura cependant favorablement du succès par la modeste contenance de la flotte qui étoit sous nos yeux » écrit pour sa part dom Jamin9. « À cause de la difficulté du passage du Guildo, on ne sut positivement cette victoire que vers les 8 heures du soir » affirme le témoin anonyme10. « Sur les sept heures du soir » corrige le bénédictin malouin, qui précise que « cette première nouvelle mêloit beaucoup de cyprès parmy nos lauriers, car on dit dans la ville que nous avions perdu quatre mille hommes, entre lesquels on plaçoit M. le duc d’Aiguillon11 ». La rumeur – qui joue un rôle essentiel en ces jours de guerre, nous y reviendrons – se dissipe cependant rapidement : « le retour de nos soldats dissipa le lendemain nos inquiétudes, en nous apportant la vérité des choses » précise le prieur du monastère de Saint-Benoît.

  • 12 Nous faisons nôtre l’expression de Cabanes, Bruno et Picketty, Guillaume, « Sortir de la guerre : (...)

6Ce retour initie une vague de célébrations et cérémonies en tous genres, contrôlées ou spontanées, constituant autant d’éléments de ce que l’on pourrait qualifier de vaste « économie morale de la reconnaissance12 ». Cette reconnaissance est d’abord celle aux soldats vainqueurs, et notamment au premier d’entre eux, le duc d’Aiguillon. Ainsi, selon un officier du régiment du Boulonnais, qui écrirait « sur le champ de bataille » au soir du combat :

  • 13 Arch. nat., B4 78, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprimé), f° 2 (...)

« Nous entendons d’ici les canons de la Ville qui nous annoncent le Te Deum, que M. le Duc d’Aiguillon fera chanter en action de grâce de la victoire remportée sur les Anglois. Le Corps de Ville a envoyé ses Députés complimenter M. le Duc d’Aiguillon. Les Malouins s’empressent à l’envi de faire des préparatifs pour la fête qu’ils veulent donner à leur brave Gouverneur, les façades des maisons et l’Hôtel de Ville seront illuminés, et des fontaines de vin couleront dans tous les quartiers de la Ville13. »

  • 14 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais à Saint-Cast en 1758, Vannes, Lafolye, 1903, p. 92-93.
  • 15 Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne du chevalier de Mirabeau, 1758-1760, Mayenne, Floch, 198 (...)
  • 16 Ibid., p. 150.
  • 17 Recueil de 1858, p. 128.

7Et les avis semblent unanimes en cette mi-septembre 1758, dans l’euphorie de la victoire, pour célébrer l’action du commandant en chef. Unanimité au sein de son entourage, celui des officiers ayant participé à la bataille : « notre heureuse et brillante journée […] fait autant d’honneur à M. le duc d’Aiguillon par son activité que par ses dispositions » écrit par exemple le chevalier de Redmond, dans une lettre rédigée dès le 11 depuis Matignon14. Le chevalier de Mirabeau ne dit pas autre chose : « la manouvre a été belle de la part de M. le duc d’Aiguillon, à ce que dit tout ce qui y entend quelque chose, et il me semble que cela se voit » précise-t-il dans un courrier rédigé à Lamballe le 1215 ; et trois jours plus tard, rentré à Brest, il réaffirme la place tenue par le commandant en chef : « Je ne puis trop répéter que cette affaire, toute petite qu’elle est, doit faire un honneur infini à M. d’Aiguillon qui avoit fait des dispositions telles que quand les ennemis eussent été cent mille hommes ils auroient été étrillés16. » Une unanimité largement partagée à en croire d’autres témoins : M. de la Ville-Théart note le 12 que « de l’aveu de tout le monde M. d’Aiguillon s’est comporté avec une habileté et une bravoure non commune et on l’a autant admiré dans la disposition de l’action et dans le combat qu’on le remercie actuellement de la victoire qu’il a procurée17 ».

  • 18 Ibid., p. 162.
  • 19 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 74.
  • 20 Ibid., p. 77.

8Si le commandant en chef est le premier célébré, les troupes ne sont pas oubliées. « J’eus table ouverte pendant plus de huit jours » se rappelle par exemple le recteur de Saint-Cast dont le presbytère accueille les officiers français à compter du 11 septembre au soir après avoir abrité Bligh et son état-major la nuit précédente : certes, une part de contrainte est ici possible, mais rien ne transparaît sous la plume de l’ecclésiastique18. À Saint-Malo, où l’on a craint des jours durant une attaque britannique, c’est le 12 que « Boulonnois et Fontenay rentrèrent […] par pelotons, le laurier au chapeau », accueillis par la population19. Le 13, ce sont « MM. de la Châtre, de Polignac, de la Tour-d’Auvergne, de Cucé et de Montaigu [qui] rentrèrent la nuit dans la ville au milieu des acclamations publiques, pour se faire traiter de leurs blessures20 ». L’on retrouve alors l’euphorie – passagère – qui avait été celle du mois de juin, au moment où le rembarquement des troupes britanniques à Cancale avait été connu.

  • 21 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 51-52.
  • 22 Ibid., p. 95.
  • 23 Ibid., p. 106.
  • 24 La chose ne surprendra guère en ce XVIIIe siècle ; elle ne semble cependant pas avoir été étudiée (...)

9Aux honneurs de la population, s’ajoutent rapidement pour les troupes ceux décernés par les chefs militaires. La plupart insistent sur « les prodiges de bravoure » des combattants, témoignant de cette « culture de l’endurance » que nous avons déjà évoquée21. Tels régiments, « écrasés », sont spécialement mentionnés par le duc d’Aiguillon pour avoir « soutenu le feu de la flotte […] avec une constance admirable », tel officier – en l’occurrence d’Aubigny – pour s’être quant à lui « conduit avec tant de fermeté et de sang-froid ». C’est pour ces officiers certes glorieux, mais aussi et surtout victorieux, que l’on multiplie les demandes de médailles. « Les prodiges de valeur qu’a faits le régiment de Boulonnois hyer, qui se sont passés sous mes yeux, me font espérer que vous voudrez bien lui accorder quelque grâce » écrit par exemple le marquis de La Châtre au maréchal de Belle-Isle, ministre de la Guerre, dès le 12 septembre, à peine rentré à Saint-Malo22. Demandant la croix de Saint-Louis pour « M. de Fontaine, ancien aidemajor du régiment de Cambrésis […], [qui] a fait des prodiges de valeur comme volontaire aux grenadiers » durant la bataille, le commandant de Saint-Malo profite d’ailleurs de l’occasion pour vanter ses propres mérites. Le 23 septembre, le duc d’Aiguillon transmet au ministre des demandes du même type, précisant « que la plus grande partie des officiers que je vous propose pour des croix de Saint-Louis sont dans le cas de l’obtenir, et l’auraient eue au travail des inspecteurs23 ». Mais le duc va plus loin, dévoilant une sorte de système de gouvernement par les médailles et les promotions, de « management honorifique » venant compléter, au sein de la culture militaire, l’importance accordée au regard de ses pairs sur son comportement au combat24. D’Aiguillon précise en effet que ces officiers

« seront plus flattés d’avoir [la croix de Saint-Louis] à la suite de cette affaire, et l’émulation en sera plus grande. Il en est de même de la plupart des pensions et des gratifications, à l’exception de celle des blessés, auxquels j’ay toujours vu qu’on leur en accordoit proportionnellement à leur grade et à leurs blessures.
Je sens que les commissions de lieutenant-colonel que j’ay l’honneur de vous demander sont dans une classe différente, et ne doivent pas être prodiguées ; mais aussi quelle récompense donner à des capitaines de grenadiers qui ont estés écrasés et ont combattu de la meilleure grâce du monde ?
Les colonels pour lesquels je vous demande le grade de brigadier sont dans le cas de l’obtenir, ayant eu de leurs cadets qui l’ont esté il y a quatre mois. J’y ai ajouté MM. de Sainte-Croix, lieutenant-colonel du régiment de Bourbon, et de Fontette, aide-maréchal-des-logis, qui a commission de lieutenant-colonel depuis longtemps, parce que ce sont, chacun dans leur genre, des officiers de la plus grande distinction ».

  • 25 En cela, d’Aiguillon se montre pleinement de son temps, ainsi que le montre par exemple la lettre (...)
  • 26 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 52. Le duc mentionne aussi dans sa lettr (...)

10Et de conclure : « Il faut donner de l’émulation à nos officiers subalternes, parmy lesquels il y en a bien peu aujourd’huy, et on ne peut y parvenir qu’en élevant par des grades ceux qui ont des talens reconnus, du zèle, et qui se distinguent dans les actions25. » Sans doute la chose valait-elle aussi, selon d’Aiguillon, pour le marquis de Broc, son messager à Versailles : « je vous demande vos bontés pour luy » avait-il écrit au maréchal de Belle-Isle, dès le 12 septembre26. Car, sans perdre de temps, le duc a fait informer le roi de l’issue de la bataille.

  • 27 Sur la diffusion des nouvelles suite aux batailles, Duffy, Christopher, The Military Experience in (...)
  • 28 Sur le marquis du Broc, promu brigadier à cette occasion, voir Laulanne, Daniel, « Cinquante ans a (...)
  • 29 Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne…, op. cit., p. 153.
  • 30 Nous l’avons vu, Voltaire doute lui aussi de ces chiffres ; Voltaire, Lettres inédites de Voltaire (...)

11Et c’est le monarque qui, logiquement, donne aux célébrations de nouvelles dimensions, nationales et non plus locales. Comme souvent en de telles circonstances, la nouvelle de la victoire, à défaut de pouvoir être annoncée par le commandant en chef lui-même, l’a été verbalement par l’un de ses plus proches adjoints, porteur éventuellement d’une brève relation écrite rédigée dans l’urgence27. C’est donc le marquis de Broc, commandant de la colonne du centre le 11 septembre, que d’Aiguillon a dépêché auprès du roi le jour même28. Il arrive à Versailles « à minuit du 13 au 14 » ainsi que l’écrit le marquis de Mirabeau, le maréchal de Belle-Isle le conduisant « tout de suite à Choisy29 ». Invité à la table du ministre le 14 au soir, le nouveau brigadier s’étend en confidences de toutes sortes : « M. Dubrocq enfloit un peu l’affaire » note cependant Mirabeau, « car il assuroit la perte des ennemis de 4 000 hommes30 ». Pour ne pas être dupe, le marquis n’en est pas moins persuadé de l’importance de l’événement : « L’affaire a été fort jolie et a fait grand plaisir, 1° pour la rareté du fait, 2° pour la nécessité de la chose, 3° parce que ce sont des Anglois. »

  • 31 La chose n’est pas propre à la France. Un pamphlet hostile à Pitt publié en juillet 1758, Things A (...)
  • 32 Recueil de 1858, p. 66.

12La finesse de l’analyse mérite d’être relevée. Outre l’anglophobie ambiante qu’elle révèle, elle dit bien la place accordée à « la rareté du fait » en cette année 1758. Quelques semaines après l’annonce de la chute de Louisbourg, Louis XV entend en tirer parti31. Quatre jours plus tard, dans une lettre du 18 septembre aux vicaires généraux de l’archevêché de Paris, évoquant les « revers » des armes de la France dans certaines « provinces de l’Empire », taisant la perte du port de l’Île royale pour insister sur la victoire de Montcalm « auprès du lac Champlain », au Fort Carillon, en juillet 1758 aussi, le roi s’en prend au « despotisme absolu et exclusif » que les Britanniques souhaiteraient exercer « sur toutes les mers32 » :

« Des irruptions soudaines, dont jusqu’à présent l’ennemi avoit eu soin de mesurer la durée sur le temps dont mes troupes avoient besoin pour le joindre, infestoient les côtes de ce royaume et exposoient mes sujets à des maux auxquels je suis infiniment plus sensible qu’à tout ce qui peut n’intéresser que ma propre gloire. La précipitation avec laquelle les ennemis se sont rembarqués dans ces différentes occasions n’a pas permis alors de leur faire éprouver la juste vengeance que méritent des entreprises aussi injustes. Il n’a pas tenu à eux qu’en usant de la même précaution, ils n’ayent impunément commis de nouveaux excès dans la dernière descente qu’ils ont faite auprès de Saint-Malo ; mais l’activité de mon cousin le duc d’Aiguillon à rassembler une partie des troupes qui sont sous son commandement, n’a pas laissé le temps à mes ennemis d’éviter par la fuite le combat qu’il leur a livré le 11 de ce mois, lorsqu’ils commençoient à regagner leur vaisseaux rangés en ligne à l’anse de Saint-Cast. »

13Et de poursuivre en vantant l’action de ses troupes, « fort inférieures en nombre », en surévaluant les pertes britanniques – « quatre ou cinq mille hommes qui ont péri ou dans l’action ou dans la mer, […] plus de 800 prisonniers » – pour mieux faire apparaître la victoire comme une « marque signalée de la faveur de la Providence, qui daigne récompenser […] le zèle avec lequel mes peuples supportent les travaux, les dangers et les charges de la présente guerre ». « C’est donc », conclut Louis XV,

« pour rendre grâces à Dieu de ces faveurs si marquées, que je vous fais cette Lettre, pour vous dire que mon intention est que vous fassiez, pour cette fin, chanter le Te Deum dans l’Église métropolitaine et autres de votre diocèse, avec les solennités requises, et que vous invitiez à cette cérémonie ceux qui ont coutume d’y assister ».

  • 33 Sur ces questions, voir Fogel, Michèle, Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au (...)
  • 34 Notons cependant que tout, dans la célébration de ce Te Deum suivant Saint-Cast, correspond parfai (...)

14Un Te Deum à Notre-Dame en l’honneur d’une victoire des armées du roi : le fait aurait paru bien banal sous Louis XIV ou ne serait-ce que dix ans plus tôt, au cours du conflit précédent33. Rien que pendant la guerre de Succession d’Autriche en effet, de 1744 à 1748, Louis XV avait demandé la célébration de 28 d’entre eux – dont 12 pour la seule année 1745. Mais, depuis 1756, le temps n’est plus à ces « cérémonies de l’information » participant de la propagande royale : seules sept messes de ce type seront célébrées avant 1763. Le roi fait ainsi doublement de Saint-Cast un événement : tout d’abord parce qu’il choisit de célébrer la victoire par un Te Deum ; ensuite et surtout parce qu’il le fait alors que cette pratique est en train de perdre de sa banalité34.

  • 35 Voltaire écrit à Charles-Étienne Darget le 4 octobre 1758 s’« uni[r] à votre Te Deum pour la décon (...)
  • 36 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 288. Les faits (...)
  • 37 Arch. municipales d’Auray, BB 15, délibération de la communauté de ville, octobre 1758 et Arch. mu (...)
  • 38 Condan, « Bataille de Saint-Cast », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, janvier, 1900, p. 43- (...)
  • 39 Legrand, Paul, abbé, « Guerre de Sept Ans. Le Livre des routes du baron de Plas, capitaine au régi (...)

15C’est le 1er octobre que le Te Deum est célébré à Paris, une cérémonie que termine un feu d’artifices tiré devant l’Hôtel-de-Ville. A cette occasion, les maisons sont illuminées, de la nourriture distribuée gratuitement, musique et danses animant la nuit parisienne jusqu’au petit matin35. Mais, à l’instar des autres Te Deum, la célébration prend une dimension nationale, et pas seulement parisienne. Le 8 octobre par exemple, à Saint-Malo, ainsi que le rapporte un témoin anonyme, « on lut au prône la lettre du Roi pour chanter le Te Deum en action de grâces, et entre six et sept heures du soir, il y eut trois décharges de canon des forts extérieurs36 ». Le 15 octobre, c’est à Nantes qu’a lieu une semblable cérémonie, quelques jours plus tard à Auray, le 20 octobre à Quimper où l’on allume un « feu de joye pour la victoire de Saint-Cast37 ». Et la Bretagne n’est bien évidemment pas la seule concernée puisque, par exemple, un mandement de l’évêque de Valence en date du 4 octobre 1758 prescrit des festivités du même type dans son diocèse38. L’on ne saurait d’ailleurs les limiter à ces seules dimensions religieuses. Des réjouissances plus profanes sont aussi organisées, ce dont rend compte le Livre des routes du baron de Plas, alors capitaine au régiment d’infanterie du Roi. L’officier signale à la date du 18 septembre 1758, que l’« on fit une réjouissance d’un combat gagné à Saint-Cast en Bretagne » dans les camps de l’armée du prince de Clermont, alors en campagne en Allemagne39.

  • 40 Pocquet, Barthélemy, « La Chalotais et le parlement de Bretagne », Mémoires de la Société d’émulat (...)
  • 41 Boës, Anne, « Les militaires dans le théâtre français, 1746-1789 », in Viallaneix, Paul et Ehrard,(...)
  • 42 Pocquet, Barthélemy, Histoire de Bretagne, Rennes, Plihon et Hommay, 1914, t. VI, p. 273.
  • 43 Tanevot, Alexandre, Sur la victoire de M. le duc d’Aiguillon, slnd [1758], 3 p. ; Recueil de 1858, (...)

16De manière plus générale, ce sont l’ampleur de la publicité donnée à la victoire et la diversité des procédés conduisant à faire de la bataille un événement qui méritent d’être ici notées. Sans qu’il n’y ait, l’on s’en doute, de véritable action concertée, tout semble cependant participer à la diffusion dans le plus large public de la nouvelle. Les élites sociales et culturelles sont sans doute les plus faciles à atteindre. Ce sont elles qui sont plus particulièrement concernées par la contredanse dite de Saint-Cast qui voit alors le jour, une contredanse « dont la première figure représente un exercice militaire40 ». Ce sont elles qui peuvent assister à la représentation du Nouveau ballet de Saint-Malo ou Combat de Saint-Cast, donné « à la salle de spectacle de Montpellier pour Madame la duchesse d’Aiguillon et Madame la comtesse d’Egmont », dès le 22 septembre 1758, opposant le caractère des deux nations, française et « angloise41 ». C’est à elles que s’adressent ces « robes et éventails à la Saint-Cast » qui donnent le ton à la mode, dont parle l’historien B. Pocquet42. Elles sont aussi les premières à lire les poèmes en français d’Alexandre Tanevot, écrivaillon parisien alors très couru, de De Saulx, chanoine à Reims, qui publie Une ode sur la défaite des Anglais à Saint-Cast dans le Mercure de France en novembre 1758, celle imprimée chez la veuve Joseph Vatar par le Croisicais Desforges-Maillard, reprise dans le Journal de Verdun, ou la pièce en latin due au chanoine Guiot, du chapitre de Saint-Victor à Paris43.

  • 44 Relation de la nouvelle descente des Anglois à Saint-Malo, Rennes, J. Vatar, 1758 ; Relation du co (...)
  • 45 Arch. nat., B4 78, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprimé), f° 2 (...)
  • 46 Coll., La Bretagne sous Louis XV…, op. cit., p. 2.

17Dans une France dont l’alphabétisation progresse rapidement, notamment en ville, la publication de récits du combat victorieux participe sans doute de la diffusion de l’information auprès d’un plus large public, socialement plus divers. Pas moins de quatre de ces relations nous sont parvenues : celle publiée chez J. Vatar à Rennes par autorisation du 12 septembre 1758, dont le récit s’arrête à cette même date, celle imprimée chez Guillaume Vatar, à Rennes encore, par autorisation du 14 septembre, plus précise, notamment en ce qui concerne le détail des pertes, celle, malouine, due à Jean-Baptiste Leconte et Louis Hovius, celle enfin publiée à Paris dès le 15 septembre 175844. Il conviendrait d’ailleurs d’y ajouter d’autres imprimés, tout aussi modestes, plus difficiles à identifier cependant, telle cette Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis, publiée au même moment sans doute45. Le coût très modique de ces libelles de 4 à 16 pages, le fait qu’ils soient, pour certains, distribués gratuitement par des colporteurs, notamment dans la capitale – « ce qui ne s’étoit point encore vu à Paris » écrit un témoin46 – contribuent indéniablement à la publicité donnée à l’événement. D’autant qu’aux textes, l’on associe rapidement des images.

  • 47 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 303.
  • 48 Bibl. nationale de France, QB1 (1758). Notons ici que La Motte-rouge, Daniel de, Châtellenie de La (...)
  • 49 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 303 et Bibl. nationale de France, QB1 (1758). Lors de la séance (...)
  • 50 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 303.
  • 51 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 303 et Recueil de 1858, p. 66.
  • 52 Bibl. nationale de France, QB5 (1758).

18Les premiers plans et cartes de la bataille, souvent très sommaires, semblent avoir été gravés avec les premières relations des combats auxquelles certains sont d’ailleurs associés : ainsi du Plan figuratif du combat de Saint-Cast, imprimé à Rennes par Julien-Charles Vatar par autorisation du 14 septembre 175847. Ce premier plan en inspire un autre attribué à « un gentilhomme breton », publié à Paris, Chez Le Rouge, dont les traits sont bien plus fins48. Au fil des semaines, ce sont des dessins plus fouillés que l’on propose au public. Le plan manuscrit représentant le Combat de Saint-Cast du 11e 7bre 1758 et le Plan du combat de Saint-Cast suivi de la victoire remportée sur les Anglais par les troupes françaises et la noblesse de Bretagne, levé et dessiné par M. de Courville, major de la capitainerie garde-côte de Dinan, dédié à « Nosseigneurs des Etats de Bretagne », adoptent des points de vue similaires, représentant la flotte britannique au premier plan, les lignes de tir de l’artillerie mais aussi le bocage castin avec une grande précision : sans doute faut-il y voir les préoccupations propres à un militaire, moins soucieux d’esthétique que d’un certain réalisme – un réalisme à nuancer d’ailleurs en ce qui concerne la seconde de ces gravures49. Il en va de même pour les trois dernières œuvres que nous avons pu identifier, à la vocation toute différente : la gravure du Combat de Saint-Cast, gagné par les troupes françaises et la noblesse de Bretagne, coloriée – telle qu’on peut la voir au musée de Dinan – ou pas, est en effet due au célèbre peintre et graveur Nicolas Ozanne qui, selon les procédés de l’époque, représente sur un seul et même plan les phases successives de la bataille, du débouché de la colonne commandée par d’Aubigny à la fuite à la nage des derniers combattants britanniques50. La densité des volutes de fumée représentées par l’artiste rend bien compte cependant de l’ambiance probable du combat. Il en va de même du Plan du combat de Saint-Cast gagné sur les Anglois […] dédié à la duchesse d’Aiguillon par l’abbé de Lespinasse de Villiers, dessiné et gravé par Defert, à Paris, dont les objectifs sont pour une part différents : célébrer non plus « les troupes françaises et la noblesse de Bretagne », mais le duc d’Aiguillon, « Pair de France, lieutenant général des armées du Roy, commandant en chef de la province de Bretagne » comme le mentionne le cartouche, « mon cousin le duc d’Aiguillon » ainsi que le rappelle régulièrement Louis XV51. L’objet de la gravure de la fin de l’année 1758 titrée Descente des Anglais à l’anse de Saint-Cast, publiée dans un Almanach pour l’année MDCCLIX, et représentant au premier plan, de trois-quarts arrière sur son cheval, le duc d’Aiguillon conduisant ses troupes relève de la même logique52.

  • 53 Recueil de 1858, p. 44.
  • 54 Ibid., p. 183-186.
  • 55 Nous nous appuyons ici très largement sur les travaux très suggestifs de Guillorel, Éva, « Chanson (...)
  • 56 Recueil de 1858, p. 253.
  • 57 La Borderie, Arthur de, « Chansons populaires relatives aux descentes des Anglais en Bretagne en 1 (...)
  • 58 Ainsi que le rappelle Guillorel, Éva, « Chanson politique et histoire… », art. cit., p. 178, l’on (...)

19Quelle fut la réception de ces images ? Difficile de le dire avec précision. Retenons cependant que l’idée est bien de rendre accessible au plus grand nombre l’événement, d’autant que, dans le cas de la gravure d’Ozanne par exemple, il est prévu par les états de Bretagne qu’elle soit distribuée « à tous les membres qui composent la présente assemblée, de plus une gravure pour chacun des députés des chapitres et des communautés pour être déposée aux archives des chapitres et aux greffes des communautés53 ». Ce souci se retrouve à d’autres échelles, sous différentes formes. À Nantes par exemple, un récit spécifique, sans grand rapport avec les relations malouine, rennaise ou parisienne, est rédigé et distribué à la population54. Un média, surtout, va jouer un rôle important : la chanson55. L’on en connaît en effet plus de 25 se rapportant aux seules descentes de 1758 contre Saint-Malo, un nombre en deçà sans doute de ce que fut la production du temps : dans son Epitre à M. le duc d’Aiguillon, René Chevaye, auditeur à la Chambre des comptes de Bretagne à Nantes, n’insiste-t-il pas sur « la prodigieuse quantité de complimens, vers, chansons, etc., que cet événement glorieux a produits en cette province et surtout à Nantes56 » ? Si certaines sont imprimées sur feuille volante – c’est le cas, entre autres, de la Chanson sur la victoire remportée sur les Anglois par les troupes françoise commandées par Mgr le duc d’Aiguillon, à Saint-Cast, publiée à Saint-Brieuc chez Mahé à l’automne 1758 –, d’autres ne sont connues que par des copies manuscrites contemporaines qui nous sont parvenues : dom Jamin, le prieur des Bénédictins de Saint-Malo, en a par exemple recueillies 16 à lui seul57. Leurs auteurs – un maître savetier nantais, Robineau, un grenadier anonyme du régiment de Brie qui combattit sans doute à Saint-Cast –, leur style surtout en font des œuvres éminemment populaires : dom Jamin notait les « traits satyriques et indécens » de certaines, 14 au moins, raillant d’ailleurs aussi bien les Normands – qui ne surent se défendre en août à Cherbourg – que les « Anglois58 ».

« Vit-on jamais
Les troupes les plus inhumaines
Vit-on jamais
Pousser la guerre à cet excès ?
On a vus ravager les plaines ;
Mais empoisonner les fontaines
Vit-on jamais ? »

20dit par exemple la Chanson de la pelle, qui poursuit :

  • 59 La Borderie, Arthur de, « Chansons populaires… », art. cit., août 1883, p. 88-89.

« La pelle au c…
Partez Anglois, pour l’Angleterre
La pelle au c…
Pour le coup, vous voilà vaincus,
A vous la honte, à nous la gloire
De vous chasser de notre terre
La pelle au c…59. »

  • 60 « Chansons », in Recueil de 1858, p. 258.

21L’on joue ainsi à la fois sur le comique des paroles, le choix des airs – en général légers –, le décalage aussi entre air et paroles, comme dans le cas de La chanson des enfants qui se chante sur l’air du Te Deum laudamus. La grivoiserie n’est pas absente, bien évidemment : lorsque l’on ne rejette pas les Anglois « la pelle au c… », ce sont « des coups d’Aiguillon dans le c… » qui attendent ceux qui « dans leurs frénétiques transports/[…] ravageoient nos ports60 ».

  • 61 Coll. Penguern, BnF, ms. 111, f° 123 r °-130 r °, publiée par Loth, Joseph, « Une chanson inédite (...)
  • 62 Nous l’avons dit plus haut : si, entre autres, les capitaineries garde-côtes du Trégor ont été mob (...)

22À ces chansons en français il convient d’en ajouter quelques-unes en breton, notamment l’une conservée dans la collection de Penguern, sur une feuille volante partiellement déchirée, très vraisemblablement imprimée dès 1758. Intitulée Chanson neve Var sujet an disquen o deus groet ar Sozon en Saint-Cast en 11 a mis Guengolo 1758 – Chanson nouvelle Sur la descente qu’ont faite les Anglais à Saint-Cast le 11 Septembre 1758 –, elle y est voisine notamment d’un chant du même type, la Chanson neve’Car [sic] sujet an disquen en deus gret ar Sozon en Cancale, en quchen Sant Malo Chanson nouvelle au sujet de la descente qu’ont faite les Anglais à Cancale, près de Saint-Malo – qui relate la descente de juin 175861. Point de ton satirique ici, mais des formes rappelant les complaintes ou gwerziou propres à la Basse-Bretagne. Plus important pour nous est le fait que ces chants confirment que l’événement ne fut pas strictement malouin ou haut-breton, mais bien plus largement breton, malgré la faible participation directe de la partie occidentale de la province aux événements de juin et septembre62.

  • 63 Délibération du bureau de ville de Rennes, 15 octobre 1758, citée in Recueil de 1858, p. 76.
  • 64 Délibération du bureau de ville de Rennes, 16 novembre 1758, citée in Recueil de 1858, p. 77-78.

23Car, dans un troisième et dernier temps au cours de l’automne 1758, après les célébrations malouines de la mi-septembre, parisiennes et françaises de la fin septembre et du mois d’octobre, l’événement reprend une dimension bretonne. Deux éléments y contribuent de concert : d’une part la célébration des vainqueurs de la bataille et notamment du duc d’Aiguillon, plus particulièrement à compter du mois d’octobre, parallèlement avec les cérémonies demandées par Louis XV tout d’abord, mais de manière bien plus durable ; d’autre part l’entretien de cette flamme festive concomitamment à la réunion des états de la province, à compter du 18 décembre 1758. Dès la mi-octobre en fait, plusieurs villes manifestent leur volonté, à l’instar de Rennes, de « seconder la joye publique d’un événement aussy heureux » que la victoire de Saint-Cast « par des fêtes et autres marques de réjouissance63 ». Par une délibération du 15 octobre, le bureau de la communauté de ville de la capitale provinciale propose ainsi tout d’abord d’offrir au commandant en chef, un repas « suivy d’un bal public avec illumination » puis en décembre, après le refus poli du duc, « sa santé ne luy permet[tant] pas d’accepter le repas », de ne « rien […] épargn [er] pour rendre solennelle l’entrée de M [ada] me la duchesse d’Aiguillon dans cette ville, pour faire éclater la joye publique d’un événement qui couvre de gloire M. le duc64 » :

« À la porte de ville par où entrera M[ada]me la duchesse il sera construit en charpente un arc de triomphe accompagné de tous les ornemens dont il pourra être susceptible ; […] les différentes compagnies de milice bourgeoise prendront les armes et feront deux hayes à prendre depuis ladite porte jusqu’à celle de l’hôtel de M [ada] me la duchesse ; […] aussitôt que M [ada] me la duchesse sera arrivée dans son hôtel, le Bureau de la communauté de Rennes, revêtu de ses habits de cérémonie, s’y transportera ; […] M [ada] me la duchesse sera complimentée par M. le Maire, après quoy les honneurs de la ville lui seront présentés ; […] pendant tout ce temps l’horloge publique sera décochée et le canon sera tiré ; […] les façades de l’hôtel de M [ada] me la duchesse d’Aiguillon et de l’hôtel de ville seront illuminés, et […] il sera tiré un feu d’artifice à vis l’hôtel de M [ada] me la duchesse. »

  • 65 Le régiment de Brie, qui regagne la ville en même temps que le duc, reçoit un accueil triomphal de (...)
  • 66 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 48 J 5, Le siège de Saint-Malo et la Bataille de Saint-Cast près de (...)

24En un mot, des cérémonies correspondant à une véritable « entrée ducale », comme Rennes n’en connut qu’assez peu au cours du XVIIIe siècle, plus encore pour l’épouse d’un commandant en chef, celle-ci fût-elle bretonne d’origine. Certes, ces festivités n’ont finalement pas lieu, officiellement parce que la duchesse d’Aiguillon est dans l’impossibilité de s’arrêter à Rennes sur la route séparant Versailles – où le service de la reine lui aurait imposé de rester jusqu’au 11 décembre – et Saint-Brieuc – où elle doit être le 17, dans la perspective de l’ouverture des états le lendemain. Mais elles disent bien l’importance donnée à l’événement par certaines villes, Rennes, on l’a vu, mais aussi Nantes qui, dans la perspective du passage du duc dans la dernière semaine d’octobre, avait envisagé de semblables festivités65. De la célébration, l’on passe d’ailleurs parfois à l’auto-célébration : la cantatille « à voix seule avec symphonie dédiée à Mgr le duc d’Aiguillon » composée par Jacques Barthélémi sur des paroles de Macé de La Villéon semble ainsi être une œuvre de commande du duc lui-même, dont on connaît le goût – la passion – pour la musique et l’opéra66.

  • 67 Pocquet, Barthélemy, « La Chalotais et le parlement… », art. cit., p. 26. Les trois Britanniques a (...)
  • 68 Recueil de 1858, p. 41-43. Il est alors prévu que cette médaille soit frappée à 1 200 exemplaires.
  • 69 Dans une lettre du 27 septembre 1758 à la commission intermédiaire des états de Bretagne, le duc d (...)

25Mais l’on ne saurait pourtant limiter à cela ces festivités. Ainsi, les états de Bretagne qui se réunissent à Saint-Brieuc mi-décembre 1758 ne tarissent pas d’éloges, eux non plus, à l’égard d’un commandant en chef avec lequel les relations furent parfois tendues les années précédentes, notamment sur les questions fiscales ou au sujet du développement d’un réseau routier dont les opérations venaient de montrer toute l’importance stratégique à l’échelle de la province. Le 4 février 1759, une fête est ainsi donnée en l’honneur de la duchesse d’Aiguillon « au bal de la Comédie », à Saint-Brieuc, une fête à l’occasion de laquelle on joue un ballet allégorique dont les principaux personnages ne sont autres que le duc d’Aiguillon, la France, la Bretagne, la Victoire, la Renommée… et trois Anglais, afin de faire bonne figure, une pièce marquant la proximité du duc, de la province mais aussi de sa noblesse, les principaux acteurs de la pièce n’étant autres que les du Sel des Monts, de Beauvallon, de Vaucouleurs, etc.67. La médaille frappée en l’honneur du commandant en chef à l’initiative des états ne dit pas autre chose : certes, l’on décide qu’elle ne le sera qu’en « bronze seulement, sans qu’il y en ait aucune en or ni argent, attendu les misères de la province et le peu de fonds qu’elle a », mais elle ne l’est qu’après l’accord du duc lui-même68. Celui-ci, habilement, prend d’ailleurs soin de préciser ne « consentir à l’exécution de ladite délibération [des états sur cette médaille] qu’autant que le monument projeté transmettroit à la postérité la part que la noblesse de Bretagne avoit eue à une action aussi glorieuse69 ».

  • 70 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 288. Les faits (...)
  • 71 Recueil de 1858, p. 43-44.

26À dire vrai, d’Aiguillon, encensé, n’est pas le seul à être célébré au cours de l’automne et de l’hiver 1758-1759. Le 9 octobre déjà, à Saint-Malo, ainsi que le rapporte un témoin anonyme, on avait célébré « dans le chœur de la cathédrale un service solennel pour ceux qui étaient morts dans le combat70 ». Cet hommage est amplifié par les états courant janvier 1759, étendu surtout aux combattants bretons ou, plus exactement, « aux Bretons qui, en qualité de volontaires, ont donné des preuves de leur zèle pour leur patrie71 ». Louis XV lui-même n’avait-il pas souligné dans les lettres patentes qu’il avait adressées à l’assemblée provinciale en décembre 1758 le rôle des Bretons :

  • 72 Ibid., p. 40.

« Ceux mêmes de nos sujets qui ont été les plus exposés à souffrir [les attaques de l’ennemi] n’ont été occupés que de la gloire de la nation et de la défense commune. Ceux de notre province de Bretagne se sont particulièrement distingués par ces sentiments : on les a vus se joindre à nos troupes et partager comme elles l’ardeur de leur chef pour repousser l’ennemy et le faire repentir de la témérité qu’il avoit eue de venir insulter leurs côtes72. »

  • 73 Ibid., p. 45.
  • 74 Ibid., p. 49.
  • 75 Les raisons de ce choix ne sont guère évidentes. La modestie d’un La Planche n’est en rien compara (...)
  • 76 Le cas de ce dernier reste trouble. Les éditeurs du Recueil de 1858, p. 50, notent que Sohier refu (...)
  • 77 Recueil de 1858, p. 50-51.
  • 78 Ibid., p. 55.

27Les états vont plus loin, bien évidemment. Lors de la séance du 2 février, l’assemblée provinciale décide de créer « six pensions nouvelles de deux cents livres par an chacune, pour être données en concours à six Bretons, choisis parmi ceux qui, en qualité de volontaires, se sont trouvés à la journée de Saint-Cast », à titre viager cependant73. Une liste « officielle » de ces volontaires est donc dressée, portant 68 noms ; parmi eux, 40, issus de la meilleure noblesse – y figurent du Bois de La Motte, Robien, des Tullais, les Bédée père et fils, Saint-Pern ou encore Calan – déclarent sans tarder « ne vouloir concourir » ; d’autres, tel du Hallay ou Pomphily-Péan, déclinent tout « dédommagement pécuniaire », préférant pour l’un « l’agrément d’un régiment ou d’un guidon de gendarmerie », pour l’autre « la croix de Saint-Louis74 ». Les six pensions en jeu sont finalement accordées à messieurs de La Planche, Scott de Martainville, du Rocher-Nodé, de La Vigne, de La Cornillère-Narbonne et de Caud75. S’y ajoutent des demandes de faveurs diverses pour M. du Hallay ou les frères de La Bélinaye – promus au sein de l’armée royale –, pour M. Sohier de Vaucouleurs76, pour la veuve et les enfants de M. du Vaution, pour M. de Sceaulx – une place pour son fils à l’École militaire – ou encore pour M. du Nantois de la Goublaye – une bourse77. Qu’importe à vrai dire : la chose serait presque anecdotique en effet si elle ne disait pas avant tout la volonté de célébrer une victoire tout autant bretonne que française sur l’ennemi « anglois ». La médaille frappée par les états va dans le même sens d’ailleurs : certes, le nom du duc d’Aiguillon y est cité ; celui du roi Louis XV aussi ; mais c’est « la Bretagne, avec l’écusson de ses armes à ses pieds, tenant une épée de la main droite, et, de la gauche, attachant à un palmier un bouclier » qui est représentée78. Une victoire de la province, lors du « glorieux événement de la journée de Saint-Cast » selon les termes mêmes du procès-verbal des états : tel est bien ce que cherche à mettre en exergue l’institution dans les mois qui suivent la bataille.

  • 79 Arch. municipales de Landerneau, BB 7, délibération du 17 septembre 1758, f° 154.
  • 80 Arch. municipales d’Auray, BB 15, délibérations d’octobre 1758.
  • 81 De manière très significative, l’on retrouve dans Luynes, duc de, Mémoires du duc de Luynes sur la (...)

28Créer, construire l’événement : la monarchie, le duc d’Aiguillon, les états de Bretagne – entre autres – se retrouvent derrière cet objectif commun fin 1758-début 1759. La chose n’allait pas forcément de soi pourtant au lendemain de la bataille. Notons ainsi qu’il avait fallu un certain temps pour que le nom même de Saint-Cast soit connu du plus grand nombre, pour faire de l’épisode du 11 septembre 1758 un événement fondamentalement castin. Ainsi, à Landerneau, le 17 septembre 1758, le corps de ville délibère sur les dispositions à prendre pour accueillir le duc d’Aiguillon, « vainqueur à Matignon » est-il écrit79. Et un mois plus tard, les membres de la communauté de ville d’Auray organisent le Te Deum en l’honneur de « la victoire remportée sur les Anglois près de Saint-Malo » et non à Saint-Cast dont le nom n’est pas mentionné80. Reste qu’en quelques semaines, l’objectif a été atteint : la pérennité de la mémoire des chansons, la présence de références au combat de Saint-Cast dans les souvenirs du duc de Luynes, dans le journal de l’avocat parisien Edmond Jean Barbier ou encore dans certains des écrits de Voltaire, notamment le Précis du siècle de Louis XV, mais aussi sous la plume du modeste curé de la paroisse du Vaurouy, dans le diocèse de Rouen, disent finalement bien la portée, l’impact de cet événement « Saint-Cast81 ».

29Un impact d’une toute autre réalité, des plus brutales, pour certains.

Compter, enquêter, évaluer

  • 82 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 74.
  • 83 Nous suivons ici les analyses de Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique (...)

30L’affirmation de la victoire passe entre autres par le dénigrement de l’ennemi, plus encore après les pillages des jours précédents. En ridiculisant cet Autre aux comportements indignes, l’on renforce encore l’ampleur de sa défaite. C’est ce que cherchent à faire sans doute les troupes qui, depuis la plage de Saint-Cast, conduisent les prisonniers britanniques vers les hauteurs : « Nos soldats les [ont] pour la plupart dépouillés et mis in naturalibus, c’est-à-dire ne leur ayant pas seulement laissé la chemise » écrit ainsi le chevalier Mazin, qui précise qu’on « les rhabilla le mieux qu’il fut possible, en leur cherchant parmi les dépouilles de quoi couvrir leur nudité », tandis que le lendemain 12 septembre, « Boulonnois et Fontenay rentrèrent à Saint-Malo par pelotons, le laurier au chapeau, la pluspart emportant avec eux des dépouilles de l’ennemi, comme sabres, espées, fusils qu’ils vendoient à grand marchez82 ». Des officiers ennemis dénudés, accoutrés d’une « toilette […] risible », leurs effets vendus « à grand marchez » : au-delà des aspects matériels – les modestes soldes poussant les combattants à tirer profit des dépouilles –, les uniformes, les armes, les objets, comme métaphores ou prolongements du corps de l’adversaire, sont aussi autant de symboles de la défaite subie et, pour les combattants français, autant de signes de leur victoire83. Le macabre décompte des morts de l’ennemi, l’estimation des dégâts que cet ennemi a causés, la recherche des traîtres supposés qui l’auraient aidé relèvent pour une part de la même logique.

  • 84 Relation du combat de S[ain]t-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 175 (...)
  • 85 Recueil de 1858, p. 151.

31Quelles purent être les pertes subies de part et d’autre lors de la bataille ? Difficile de le dire, d’autant que, de part et d’autre, l’on s’évertue à minimiser les siennes pour mieux surévaluer celles de l’ennemi. Les témoignages insistent sur leur ampleur, conséquence de la violence de l’affrontement : « la grève étoit couverte de corps morts des ennemis ; il y en avoit aussi grande quantité qui flottoient sur l’eau » précise par exemple une relation imprimée du combat84. Le frère Bruno, capucin, qui se rendit sur le champ de bataille le 13 septembre écrit dans une lettre du 20 du même mois qu’on « y voit que bombes éclatées, grenades, boulets, pots-à-feu, sang, cervelles, bras, jambes, et des corps coupés par la moitié : cela fait horreur85 ».

  • 86 Recueil de 1887, p. 218-219.
  • 87 Recueil de 1887, p. 220 et Hopkin, David, Lagadec, Yann, Perréon, Stéphane et Rannou, André, « Wil (...)
  • 88 Lettre de Bligh à Pitt, publiée dans le London Magazine, septembre 1758, p. 435-436 et Courson, Au (...)
  • 89 Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne…, op. cit., p. 149 et 151.

32À vrai dire, seule l’évaluation du nombre de prisonniers britanniques semble, au premier abord, ne guère faire problème : il suffisait en effet, du moins pourrait-on le croire, de les compter une fois sous bonne garde… La chose n’est pas si simple à vrai dire, malgré les chiffres avancés par certains témoins français, tel Mazin qui rapporte que « la paix étant faite, nos troupes remontèrent sur la hauteur avec des prisonniers au nombre de sept cent trente-deux comptés un à un par le soussigné et en présence de M. le Duc, parmi lesquels il y avait trente officiers86 ». 732 prisonniers, parmi lesquels 30 officiers : une telle précision ne saurait en fait faire illusion. Tout d’abord parce que l’ingénieur, source assez sûre en général, se contredit lui-même pour une part lorsqu’à la date du 12 septembre, il se lance dans une estimation des pertes globales ramenant à quelque 640 le nombre des prisonniers et que l’on sait par ailleurs, grâce à des documents plus fiables, que seuls 28 officiers – 24 de l’Army, 4 de la Navy – furent cap87. Ensuite parce qu’il ne s’agirait là que des combattants capturés sur la plage de Saint-Cast, sans tenir compte des simples maraudeurs ou de ceux tombés entre les mains des troupes françaises dans les jours précédents, lors des opérations de petite guerre menées les 9 et 10 septembre. Il convient encore de se départir des données tendant à distinguer « prisonniers » – sous-entendu indemnes – et « blessés ». Il faut enfin et surtout tenir compte de la confusion qui suit la bataille aux abords de la plage de Saint-Cast. Dans une lettre à Pitt en date du 13 septembre 1758, le général Bligh évoque ainsi un courrier qu’il vient de recevoir du duc d’Aiguillon lui annonçant « qu’il y a environ trois ou quatre cents prisonniers », des chiffres corroborés d’ailleurs par le commandant en chef lui-même qui écrit au maréchal de Belle-Isle le 11 avoir « jusqu’à présent 4 à 500 prisonniers88 ». Mais le duc de préciser qu’« on m’en amène à chaque instant ». Aussi, le chevalier de Mirabeau qui avait évoqué 400 captifs dans une lettre du 12 septembre, se ravise-t-il le 13 : « On m’a dit qu’on en avoit 8 à 900 prisonniers, je n’avois estimé cela que de 5 à 600, sur quoi beaucoup d’officiers de marque89. »

  • 90 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 57, 96 et 108 ; Laurent, Charles, Les vo (...)
  • 91 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 57 et Recueil de 1887, p. 219. Selon Rio (...)

33D’ailleurs, plus que sur le nombre de ces prisonniers – sans doute de 5 à 800 donc –, c’est rapidement sur leur qualité que la plupart des sources insistent. « Plusieurs [officiers] de la plus grande distinction » ont en effet été pris, ainsi que le note le duc d’Aiguillon dès le 12 septembre. Et parmi les 28 officiers restés sur le sol de France, Lord Frederick Cavendish tient indéniablement une place à part. Né en 1729, ce troisième fils du duc de Devonshire, lieutenant-colonel au 2nd Foot Guards – les fameux Coldstream Guards – depuis 1756, appartient donc à la meilleure noblesse. Après avoir servi comme aide-de-camp de Marlborough lors des opérations de juin 1758 à Cancale, il est légèrement blessé lors de la traversée du gué du Guildo le 9 septembre au matin en conduisant ses troupes et combat avec l’arrière-garde sur la plage de Saint-Cast avant d’être capturé. La prise est de taille, justifiant les mentions répétées du duc d’Aiguillon, de Mirabeau, du chevalier de Redmond ou d’autres témoins, mais aussi l’attention portée à cet « hôte » de marque90. La demande formulée sans doute le 13 septembre par Bligh, Howe et le prince Edward pour obtenir, selon les pratiques du temps, sa libération sur parole laisse d’ailleurs entendre que les Français sont en position de force. Dès le 12 septembre semble-t-il, le vainqueur de Saint-Cast avait reçu Lord Cavendish à sa table lors d’un repas donné à Lamballe. Dans les jours qui suivent, selon Mazin, « Milord Cavendish [est] conduit à Rennes, où l’on eut toutes sortes d’égards pour lui et sa compagnie », ce que confirme une lettre du duc d’Aiguillon en date du 13 septembre : il « logera chez moi » y écrit-il notamment « et les autres dans des maisons particulières que j’ay fait arrester à cet effet91 ».

  • 92 Recueil de 1858, p. 150.
  • 93 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 287.
  • 94 Ibid., p. 288.
  • 95 Ibid., p. 290.

34De telles attentions ne sauraient surprendre en ce siècle des Lumières. Ainsi, selon un frère capucin alors présent à Saint-Malo, dès le 12 septembre, au lendemain de la bataille donc, le marquis de La Châtre, commandant de Saint-Malo, aurait fait passer « cinq panerées de pêches à l’amiral92 ». À en croire un autre témoin, anonyme quant à lui, Howe aurait alors fait « demander les sauvegardes qui étaient restés en différents lieux » pour protéger certains biens du pillage ; et, sans tarder, « M. le Duc les renvoya par un officier du château de La Latte93 ». Cet officier gagne le bord du navire amiral britannique le lendemain matin pour accompagner ces soldats mais y reste finalement jusqu’en fin d’après-midi : « ce qui me retarda », explique-t-il dans sa relation, « ce fut la prière que [les Britanniques] me firent d’attendre les malles et les domestiques qu’ils voulaient envoyer aux officiers prisonniers94 ». Les six ou sept heures passées parmi l’état-major britannique sont d’ailleurs l’occasion de multiples discussions sur les opérations des jours précédents. Un officier des Guards ou des grenadiers en profite ainsi pour demander à son homologue de Fort La Latte « de faire ses compliments à M. de la Tour d’Auvergne qu’il avait blessé » lors des combats du 11 en une sorte de duel au sein de la bataille, ce dont il « était bien fâché95 ». Ce type de relations entre officiers, mais aussi entre officiers et civils d’un certain rang, se poursuit évidemment bien au-delà de ces lendemains de bataille. Il est ainsi de coutume de loger les officiers capturés chez l’habitant, lorsqu’ils ne sont pas, tout bonnement, renvoyés dans leur pays où ils se constituent prisonniers sur parole : ils n’ont alors plus la possibilité de se battre pendant une période donnée. Dom Jamin, prieur du monastère bénédictin de Saint-Malo, décrit bien comment les autorités municipales vinrent le

  • 96 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 82.

« trouver […] de la part de M. de La Châtre, pour lui proposer des prisonniers anglais à loger dans les hostelleries de la maison. Le supérieur, pour obliger la ville, les accepta aux conditions qu’ils seroient nourris de chez les traiteurs, sans répondre de leur garde, ce qui fut convenu96 ».

  • 97 Ibid., p. 82. Selon dom Jamin, « les deux plus distinguez étoient Caswale et Kouley, ce dernier ét (...)

35Dès le lendemain, un tapissier « vint en conséquence meubler les appartements. Les Anglais demeurèrent en cette maison au nombre de cinq maîtres, qui avoient chacun leurs domestiques ; plusieurs d’entre eux étoient blessez et se firent traiter » précise-t-il97. La vie de ces officiers ne semble pas être des plus pénibles d’ailleurs :

  • 98 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 82.

« Il fut question d’abord de les garder à vue comme prisonniers, mais on ne tarda pas à leur accorder toute liberté, excepté celle de découcher. La Communauté n’en fut point gênée ni le jour, ni la nuit. Ils auroient souhaité que les femmes eussent la liberté de venir à leur appartement, mais le supérieur ne voulu point y consentir98 »,

36note-t-il cependant. Il en va autrement des simples soldats, dont le nombre et, plus encore sans doute, l’absence supposée chez eux de cet honneur propre aux officiers – notamment aux officiers nobles – rendent la proximité dangereuse, ainsi que le précise le 13 septembre une missive du duc d’Aiguillon au maréchal de Belle-Isle :

  • 99 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 56.

« J’ay fait conduire à Dinan les soldats prisonniers qui ne sont pas blessés ; je voudrais que vous eussiez la bonté de m’en débarrasser et de les faire passer à Saumur, à Angers ou à Tours. Cette compagnie est aussi dangereuse qu’incommode sur les costes et j’en ay bien assez de ceux de la marine99. »

  • 100 Sur cette question, Henwood, Philippe, « Les prisonniers de guerre anglais en Bretagne au XVIIIe s (...)
  • 101 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 74. Quelques semaines plus tard, ils son (...)

37Car Dinan est, depuis la fin du XVIIe siècle au moins, l’un des principaux lieux de détention des prisonniers de guerre en Bretagne100. Son château y a acquis une triste réputation, y compris auprès des autorités militaires françaises. Sa capacité ne suffit d’ailleurs pas en septembre 1758 : bien qu’en juin, au moment de la première descente contre Saint-Malo, l’on en ait évacué les pensionnaires vers Josselin, de peur d’une évasion massive, c’est « chez les pères Cordeliers » qu’on les loge avant de les transférer à Blois, comme demandé, au début du mois d’octobre, blessés mis à part101.

  • 102 Le premier chiffre est avancé par la Relation du combat de S [ain] t-Cast en Bretagne, le 11 septe (...)
  • 103 Recueil de 1858, p. 169. Selon l’ecclésiastique, le résultat en fut « que la côte fut fort poisson (...)
  • 104 Sur ce point, voir Chagniot, Jean, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, Presses universita (...)

38Ces blessés sont nombreux, dans les deux camps, 180 au moins du côté des vainqueurs d’après les premiers bilans, de l’ordre de 340 d’ailleurs plus probablement102. Une fois le combat terminé, la plupart d’entre eux, amis comme ennemis, semblent avoir été pris en charge par les Français. La plupart en effet, car, selon le recteur de Saint-Denoual, « plusieurs soldats [britanniques] furent submergés » sur la plage, abandonnés à la marée montante, « ou moururent de leurs blessures sur la mer, et […] nourrirent les poissons103 ». L’on est loin, sous la plume de ce prêtre, de la moindre compassion, d’une quelconque miséricorde ; mais l’on est tout aussi éloigné du discours sur l’aide apportée aux blessés de l’ennemi véhiculé, au XVIIIe siècle, par toute une littérature à vocation pédagogique : si, à Dettingen le 27 juin 1743 par exemple, le duc de Noailles avait « recueilli comme des compatriotes » les blessés britanniques laissés sur le terrain par les généraux ennemis, si, à Crefeld, le 23 juin 1758, le comte de Gisors, mortellement atteint, avait trouvé un ultime réconfort auprès du duc de Brunswick, commandant l’armée anglo-hanovrienne, il n’y a point de « guerre en dentelles » aseptisée sur la plage de Saint-Cast, non plus qu’une quelconque humanisation des combats parfois associée aux Lumières104 ; au contraire, rien que la triste réalité de la haine, au moins passagère, vouée à l’ennemi.

  • 105 Recueil de 1858, p. 138.
  • 106 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 56.
  • 107 Ibid., p. 90-91. Dans une lettre du 12 septembre au maréchal de Belle-Isle, l’intendant Le Bret dé (...)
  • 108 Sur ce point, nous renvoyons à la courte synthèse proposée par Kennett, Lee, The French Armies in (...)
  • 109 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1085, état des fournitures que le Sieur de Lantillais a fait faire (...)
  • 110 Sur ce point, Hardouin, P., « L’organisation des secours aux blessés de la bataille de Saint-Cast (...)

39Il est vrai que cet écart entre les discours et la culture des élites militaires d’une part, les pratiques d’autre part, s’explique en partie peut-être par le manque de moyens sur les lieux mêmes du combat. « Point de chirurgiens commandés sur les lieux pour recevoir les blessés. Point de chariots pour les enlever » se souvient notamment, quelques années après les faits, le militaire anonyme, sans doute M. de Couessin, qui force sans doute le trait pour appuyer un peu plus encore la critique à l’encontre du duc d’Aiguillon105. La réalité est probablement assez largement différente, plus proche en tout cas des standards du temps en matière de médecine militaire. Comme le souligne en effet le commandant en chef lui-même, dans une lettre adressée le 13 septembre au maréchal de Belle-Isle, il fut, depuis la fin du combat, « si occupé à mettre les troupes en mouvement pour leur faire reprendre leur première position, à assurer leur subsistance » mais aussi « à établir des hôpitaux pour nos blessés et ceux des Anglais » qu’il n’a jusqu’alors guère eu le temps de rédiger pour le ministre la moindre relation de la bataille106. Car hôpitaux il y eut. Dès le 8 septembre d’ailleurs, Védier, le subdélégué général de l’intendance de Bretagne, signalait à M. de Crémille, adjoint au ministère de la guerre, que « des chirurgiens et aides-chirurgiens sont prêts à partir avec du charpi, du linge à pansemens, des remèdes et des caisses de chirurgie107 ». Dans la perspective d’« une affaire » avec les Britanniques, alors annoncée pour le 10, l’on recourt d’ailleurs à des praticiens civils – rennais, dinannais, malouins notamment – pour venir épauler ceux, trop peu nombreux, intégrés aux corps de troupes : en théorie, un chirurgien-major dans chaque régiment, aidé par un frater ou barbier-chirurgien dans chaque compagnie108. Leur rôle n’est pas d’intervenir sous le feu, sur le champ de bataille lui-même, mais après la fin des combats, dans le cadre notamment de l’un des hôpitaux ambulants caractérisant le service de santé des armées de Louis XV dont un, en dépôt à Dinan, a été déplacé à Matignon : l’alloué de Plancoët, Bameulle de Lantillais, demande d’ailleurs, quelques jours plus tard, à être dédommagé pour les 49 bottes de foin qu’il fournit à cette occasion « aux chevaux de l’hôpital ambulant109 ». Dirigée par Martial Boistizon, assisté d’un chirurgien-major, Depretz, la petite structure médicale est opérationnelle dès le 11, ayant emporté avec elle matelas, paillasses, « linges propres aux bandages, compresses, bandes et ligatures » fournies la veille par un apothicaire de Dinan, la « charpy […] ayant été faite par des personnes charitables », gratuitement110.

  • 111 Recueil de 1858, p. 128.
  • 112 Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo et à Matignon dans la semaine du 4 au 11 (...)
  • 113 Le religieux écrit notamment que le 12 septembre, « Boulonnnois et Fontenay rentrèrent à Saint-Mal (...)
  • 114 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1085, mémoire des dépenses et soins particuliers du Sieur de Lanti (...)
  • 115 Voir notamment les documents reproduits dans le Recueil de 1887, p. 247-259. Au 24 novembre 1758, (...)

40Très vite cependant, il semble que le modeste hôpital ait été dépassé par l’afflux des blessés, plus ou moins graves, français ou britanniques. Le 12, M. de la Ville-Théart note que 90 de ces derniers sont alors « au château de St-Cas, où Dupont de Rennes et tous les autres chirurgiens sont occupés à les panser après avoir pansé les François111 ». À Matignon, certains se mobilisent aussi : selon dom Le Mercier, Rébillard, l’alloué qui avait fait le coup de feu au Guildo les 8 et 9 septembre, n’hésite pas alors à « aller au-devant des blessés et des malheureux estropieds pour leur offrir sa maison, sa table et son lit avec sa personne et tout ce qui dépendait de lui112 ». Surtout, l’on procède sans tarder à l’évacuation de certains blessés, sans doute les moins atteints, en direction de Saint-Malo pour une part – c’est ce que note dom Jamin au sujet des blessés du bataillon de Fontenay et du régiment de Boulonnais113 –, en direction de Dinan surtout. Ce sont eux que, dès le 11 et pendant plusieurs jours, le Sieur de Lantillais voit transiter par sa paroisse : « Appellé à donner des rafraichissemens aux blessés, tant François qu’Anglois, que l’on transportoit à Dinan et qui passèrent par Plancoët par trois divisions », il leur fournit « luy même du pain et du vin », ce dont il ne manque pas de demander dédommagement aux états quelques semaines plus tard114. C’est finalement à l’Hôtel-Dieu de Dinan que la plupart de ces blessés sont soignés, des semaines durant parfois, comme l’attestent les états de service de la vingtaine de médecins et chirurgiens employés pour certains jusqu’à fin janvier 1759, mais aussi les témoignages de quelques-uns de leurs patients eux-mêmes115.

  • 116 Recueil de 1858, p. 140.
  • 117 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 98.
  • 118 Recueil de 1858, p. 125.
  • 119 Corvisier, André, L’armée française…, op. cit., p. 673-681.

41À quels types de blessures les praticiens durent-ils faire face ? Difficile de le dire, d’autant que la description de ces blessures est souvent des plus sommaires : si l’on sait par M. de Couessin que « de Caud, garde du corps du Roi », reçut trois blessures, à l’instar de « Tullais, mousquetaire de la 2e compag[nie]116 », si l’on nous apprend que M. de Polignac est « dangereusement blessé » et que « le marquis de Cressay va avoir la jambe coupée aujourd’hui » comme l’écrit par exemple M. d’Heu depuis Saint-Malo le 12 septembre au soir117, que « M. de Redmon eut une foulure à la main » ainsi que le note Rioust118, l’origine de ces atteintes est difficile à cerner, au-delà de quelques exemples précis – ceux d’officiers ou de volontaires. Impossible donc de se livrer à la moindre comparaison avec les données, plus sérielles, offertes par les registres des hôpitaux de plus grande importance étudiées par A. Corvisier : l’historien a ainsi pu déterminer qu’en 1762, les admis aux Invalides – ceux donc qui ont survécu à leurs blessures… – présentent pour 68,8 % des blessures dues aux balles des armes à feu portatives, à 13,4 % à l’artillerie, à 14,7 % à des épées et à 2,4 % seulement à des baïonnettes119.

  • 120 Ces contusions ne sont guère prises au sérieux d’ailleurs : ainsi que le note le marquis de La Châ (...)
  • 121 Relation du combat de S[ain]t-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 175 (...)
  • 122 « Ces masses cylindriques de bronze arrivent à une assez faible vitesse, mais suffisent à éprouver (...)
  • 123 Relation du combat de S[aint]-Cast, Rennes, G. Vatar, 1758, p. 6.
  • 124 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 72.
  • 125 Recueil de 1858, p. 140 et Relation du combat de S[aint]-Cast, Rennes, G. Vatar, 1758, p. 4.
  • 126 Relation du combat de S[ain]t-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 175 (...)

42Les rares descriptions des blessures reçues lors du combat de Saint-Cast n’en sont pas moins très révélatrices : l’on retrouve en effet ici tout le panel des atteintes aux corps propres aux batailles du temps. Les causes des « contusions », les blessures les plus communes semble-t-il, sont les plus difficiles à cerner : elles ne sont que rarement mentionnées, et peuvent donc aussi bien résulter d’une chute ou d’un choc quelconque pendant la mêlée que de l’ultime ricochet d’un boulet ou d’un éclat de bombe120. L’artillerie britannique pourrait en effet être à l’origine de bon nombre de ces contusions. C’est le cas notamment du marquis de La Châtre que la Relation du combat de S[aint]-Cast présente comme souffrant d’« une contusion à la jambe », et qui dit lui-même, dans une lettre au ministre en date du 12 septembre, être gêné par une « blessure d’éclat de bombe à la jambe121 ». Car les pièces de la Navy offrent l’efficacité de leur diversité : aux blessures des boulets, « souvent mortelles » ainsi que le note O. Chaline122, s’ajoutent donc les bombes ou encore les biscayens, ces boîtes à mitrailles dont M. de Burga, major au régiment de Brie, eut « la cuisse cassée de deux coups123 ». Les effets de ces projectiles sont désastreux, d’autant qu’à en croire dom Jamin, « on observa à l’hôpital de Dinan, dans le pensement des playes, du verre et du cuivre mêlés parmy la mitraille, et des balles mâchées124 ». Ces dernières, modifiées pour être plus efficaces, sont tirées par les fusils des Britanniques. Les unités qui, à la tête de la colonne de d’Aubigny, débouchèrent les premières sur la plage semblent, logiquement, être celles qui ont le plus souffert des feux d’infanterie. Si d’Arcy, « capitaine des invalides et chevalier de Saint-Louis », volontaire au sein de la colonne de gauche, s’en sort avec « plusieurs balles dans les habits », « M. le chevalier de la Tour d’Auvergne, colonel du régiment de Boulonnois » est lui « blessé de deux coups de fusil dans les reins et dans la jambe125 ». Au sein du seul régiment de Brie, qui compte de l’ordre de 70 blessés au total, son commandant, le chevalier de Polignac, est atteint « d’un coup de feu à l’épaule, et l’autre au bras », le capitaine des grenadiers, Balguery, d’une balle « au bras », de La Ville-Hulin, lui aussi capitaine, « à la tête », Moncroc et le chevalier du Bottier, tous deux lieutenants, respectivement d’« un coup de feu à la cuisse » et « à la poitrine126 ». Les effets des projectiles sont décrits avec précision par le père du marquis de Cucé, grièvement blessé sur la plage de Saint-Cast, dans une lettre à l’un de ses parents qui, au même moment, sert en Allemagne :

  • 127 Recueil de 1858, p. 140.

« Il a reçu trois cous de feu, le premier au menton, mais seulement dans les chairs, l’os n’a pas été touché ; le second dans la cuisse gauche, la balle est entrée d’un côté et est sortie de l’autre, heureusement les os, les fibres, les veines et artères principales n’ont pas été touchées, la balle a seulement traversé les chairs, cette plaie est douloureuse, la guérison sera longue, mais il n’y a aucun danger ; le troisième est au haut de l’épaule, la balle a entré d’un côté et est sortie de l’autre, l’os a été touché et on en a retiré deux esquilles, cette blessure est la plus sérieuse. Les chirurgiens m’assurent qu’il n’y a pas de danger ny pour la vie, ny pour le bras, mais je ne serai tranquille que quand les jours critiques seront passés127. »

  • 128 Sur ce point, voir les analyses de Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre…, op. cit., p. 288.

43Au-delà de son caractère particulièrement émouvant, le courrier de ce père au chevet de son fils est doublement intéressant. Il dit bien ce qu’est la gravité différentielle perçue des blessures, « moins en fonction de pronostics médicaux objectifs qu’en termes subjectifs de schéma corporel128 » : ici, tout autant que la mort, c’est l’éventuelle perte d’un bras, indispensable au statut militaire du jeune officier, qui semble pour une part redoutée. Il dit surtout les risques encourus, y compris lorsque aucun organe vital n’est touché, dès lors que des fragments d’os ou, plus souvent, de tissus de l’uniforme viennent à souiller la blessure. La gangrène, le tétanos, les infections emportent alors le blessé en quelques semaines tout au plus, à l’instar du marquis de Cucé, qui meurt finalement le 12 octobre suivant.

  • 129 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 84-87 signale cependant, en plus de deux (...)
  • 130 Registres de sépultures de Plancoët, cités in Recueil de 1858, p. 175. Au sujet de la bataille de (...)
  • 131 SHD/DAT, 1 Yc 167, régiment de Boulonnais, contrôle du 26 juillet 1749 et 1 Yc 218, régiment de Br (...)
  • 132 Relation du combat de S[aint]-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 175 (...)

44« Peu de soldats blessés périront » écrit le marquis de La Châtre le 19 septembre 1758129. Il est vrai, qu’à cette date, la plupart de ceux qui étaient le plus gravement atteints sont déjà morts, tel le chevalier de Polignac ou encore cet Edme Vallée, « de Bussianot en Bourgogne, du régiment des Volontaires-Étrangers, compagnie de Carrière », décédé le 14 septembre à Plancoët « après avoir reçu les sacrements de pénitence et d’extrême130 ». L’officier général se montre sans doute optimiste : les registres de contrôle des troupes des régiments de Boulonnais et de Brie révèlent ainsi la mort de 11 et 15 soldats dans les deux mois qui suivent la bataille, alors que ces unités n’avaient respectivement perdu que 22 et 24 hommes le 11 septembre131. Et le cas n’est pas isolé sans doute : à l’hôpital de Plancoët, entre le 15 septembre et le 12 octobre, les compétences limitées des médecins et chirurgiens – et les conditions d’hygiène – n’ont pu éviter la mort d’au moins six soldats blessés à Saint-Cast ; d’autres, plus nombreux encore, décèdent à Saint-Malo. Aussi les chiffres de quelque 340 blessés annoncés au lendemain de la bataille ne doivent-ils être pris que pour ce qu’ils sont : un ordre de grandeur avant que la mort ne vienne frapper à nouveau, à retardement132.

  • 133 Recueil de 1858, p. 161.
  • 134 Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo… », art. cit., p. 153.
  • 135 La Relation du combat de S[ain]t-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, (...)
  • 136 Recueil de 1858, p. 178.

45Dans ces conditions, au soin des corps meurtris, l’on préfère parfois celui des âmes de ceux qui vont mourir. Dès la cessation des tirs le 11 septembre, « mon curé et moi, nous nous transportâmes dans les mielles et nous rendîmes tous les services que notre ministère exigeait aux moribonds et aux plus dangereusement blessés » note le recteur de Saint-Cast133. « Le bruit et la fumée du canon me menèrent pour secourir les blessés et les mourans à Saint-Cast » écrit pour sa part dom Le Mercier, bloqué cependant par l’intensité du combat, « ce qui [l]’obligea à [s]’en tenir à aider quelquuns des blessés à se rendre à Matignon », au moins dans un premier temps134. Ce n’est que plus tard qu’il alla « voir les fruits de cette grande journée étendus sur les sables et les grèves de S [aint]-Cast ». L’estimation des pertes en ce domaine est aussi hasardeux qu’en ce qui concerne les prisonniers et les blessés. Côté français, les chiffres avancés, fort variables, sont finalement assez sûrs : de l’ordre de 160, quelques dizaines de plus si l’on y inclut les blessés morts dans les jours et les semaines qui suivirent la bataille135. Le décompte est en effet ici plus facile, même s’il ne fut pas fait de manière très précise, suivant en cela les pratiques du temps : officiers mis à part, l’habitude n’est pas encore à l’identification des cadavres – et, en cela, à l’individualisation des morts. Aussi ne trouve-t-on guère de trace, dans les registres paroissiaux de Saint-Cast, des soldats enterrés sur son sol, à l’exception de Claude Roy « dit Dauphin, âgé de vingt-deux ans ou environ, originaire de la ville et paroisse de Raon, Franche-Comté, soldat dans la compagnie des grenadiers, régiment de Brie, blessé dans la bataille sanglante qui se donna hier dans notre baye entre nos troupes et les Anglais, mort après s’être confessé », le 12 cependant, et non le 11136. Bien évidemment, l’ampleur des pertes est fort variable d’une unité à l’autre. Ces différences disent bien l’hétérogénéité de la durée du combat selon la position des régiments, leur exposition à des dangers inégaux : les pertes de Boulonnais ou de Brie sont ainsi cinq fois plus importantes que celles des régiments de tête de l’aile droite, Quercy, Royal des Vaisseaux ou Bourbon (graphique 3).

Graphique 3. – Les pertes subies à Saint-Cast, révélatrices du dispositif français.

  • 137 La tâche est d’autant plus compliquée que, selon Corbett, Julian Stafford Sir, England in the Seve (...)
  • 138 Arch. nat., B4 78, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprimé), f° 2 (...)
  • 139 Recueil de 1858, p. 124.
  • 140 Sur ce point, Hopkin, David, Lagadec, Yann, Perréon, Stéphane et Rannou, André, « William Todd et (...)
  • 141 La lettre de Sir Andrew Mitchell au roi de Prusse est mentionnée par Todd, corporal William, The J (...)
  • 142 Sur ce point, voir par exemple la lettre adressée par Walpole à Sir Horace Mann, 22 septembre 1758 (...)

46C’est finalement le nombre de morts britanniques qui pose le plus de problèmes à l’historien137. Les sources françaises ont bien évidemment tendance à gonfler les chiffres en la matière, à en rajouter dans les descriptions les plus sanguinolentes : « l’intrépide François en a fait une horrible boucherie » écrit ainsi un officier du régiment de Boulonnais qui ajoute que l’on « voyoit leur sang former de larges ruisseaux, et aller rougir les eaux de la Mer138 ». Selon Rioust, « le rivage était plein de sang et […] les flots de la mer étaient rouges139 ». Selon Walter Thomas, volontaire au sein des guards, peu enclin à minimiser des pertes dont l’ampleur tendrait à valoriser le courage et le sacrifice des membres de son unité de rattachement, le total des morts et des prisonniers serait de l’ordre de 700 hommes140. William Todd avance des chiffres comparables : 300 tués, 300 prisonniers, 600 hommes au total, reprenant ainsi les données avancées par Bligh dans un compte-rendu à Pitt en date du 13 septembre, mais aussi par Sir Andrew Mitchell dans un courrier à Frédéric II de Prusse, ou encore dans son analyse des opérations conjointes contre les côtes de France par Thomas Molyneux en 1759141. Il convient d’ailleurs de noter ici que pas un seul des pamphlets hostiles à Bligh et à la politique de Pitt, qui auraient pourtant eu tout intérêt à contester ces chiffres s’ils avaient été par trop éloignés de la vérité, ne les remit en cause, pas plus que ne le fit d’ailleurs dans sa correspondance Horace Walpole, fidèle opposant à la politique de Lord Chatham142.

  • 143 L’officier du régiment de Quercy cité par Chenu, Joseph, « Autour de la bataille de Saint-Cast en (...)
  • 144 Ce sont leurs corps que la mer rejette pendant plusieurs jours sur le rivage, « plus de 400 cadavr (...)
  • 145 À titre de comparaison, les pertes – morts, blessés et disparus – sont, côté français, de l’ordre (...)

47Ce bilan « officiel » britannique est, nous l’avons vu, en partie contredit par le nombre de prisonniers dénombrés par les Français, de l’ordre de 500 à 800 captifs. En tenant compte des forces encore présentes sur la plage au déclenchement de la bataille – sans doute pas plus de 1 500 hommes, comme nous l’avons dit –, mais aussi de la capacité qu’eurent certains combattants à s’embarquer sur les flat-bottomed boats et à rejoindre la flotte de Howe tout au long du combat, sans même parler de ceux qui, tel sir William Boothby, parvinrent à gagner un navire à la nage, l’on peut estimer le nombre de morts britanniques à moins de 700 probablement143. Y figurent ceux qui périrent sur la plage, mais aussi ceux qui, blessés ou incapables de nager, se noyèrent en tentant de fuir, à l’image du général Dury lui-même, ou encore les quelques marins tués lors du combat, notamment, très probablement, les équipages des deux ou trois flat-bottomed boats qui sombrèrent avec leurs passagers144. Au total, les morts représenteraient ainsi, côté britannique, de l’ordre de 10 % des effectifs engagés initialement, mais peut-être 50 % des troupes restées sur la plage : c’est au regard de ce dernier chiffre surtout que la défaite est psychologiquement sévère, d’autant qu’il s’agit de troupes d’élites, guards et grenadiers145.

  • 146 Thomas, Walter, A Journal…, op. cit., p. 52-53.
  • 147 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 99. Notons en passant qu’au moment de son engag (...)
  • 148 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 71.
  • 149 Le soldat du 68th Regiment of the Foot qui a laissé ses souvenirs des descentes de 1758 a décrit a (...)
  • 150 De manière significative, les instructions précédant le débarquement sur l’Île Royale insistent su (...)
  • 151 Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo… », art. cit., p. 150. Sur le rôle des f (...)

48Qui sont ces morts ? A l’instar de ce qui se passe côté français, l’on n’est véritablement renseigné que sur les plus prestigieux d’entre eux : Walter Thomas signale ainsi le major-général Dury, commandant de l’arrière-garde, porté disparu, Wilkinson, lieutenant-colonel du régiment de Manners, trois capitaines, Walker, Rolt et Edmonstone, des guards et du régiment de Hay, cinq lieutenants et un enseigne, Cox, neveu de lady Hardwicke, à peine remis d’une blessure reçue à Cherbourg en août, mais aussi quelques volontaires, dont la mort frappe d’autant plus l’opinion britannique qu’ils sont issus de certaines des familles les plus en vue146. C’est notamment le cas de Sir John Armitage, baronet, volontaire et député au parlement pour la cité d’York qui, nous dit le caporal William Todd, « a perdu la vie à la tête de notre compagnie de grenadiers », celle du 30th Foot147. Parmi les morts, selon dom Jamin, l’on a aussi « trouvé plusieurs femmes comme l’ont attesté des personnes qui se trouvèrent sur les lieux quand on enterra les corps148 ». Quelques-unes avaient en effet débarqué à Saint-Lunaire, suivant dans cette opération amphibie le corps expéditionnaire britannique149. D’autres l’avaient fait en juin à Louisbourg150 : dom Le Mercier évoque d’ailleurs « une jeune demoiselle anglaise » croisée dans le camp britannique quelques jours plus tôt, à proximité de Saint-Jacut, occupée « à faire bouillir le pot derrier une tente151 ».

  • 152 Recueil de 1858, p. 138.
  • 153 Ibid., p. 125.
  • 154 Il faut en fait attendre plusieurs semaines et la publication d’un « mandement de Mgr de Saint-Mal (...)
  • 155 Registres de sépultures de Saint-Cast, cités in Recueil de 1858, p. 178.
  • 156 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1085, mémoire d’Aubry de Vildé, maire de Dinan, 20 septembre 1758. (...)
  • 157 Recueil de 1858, p. 151.
  • 158 Nous renvoyons aux pages concernant l’« esthétique de la gloire » dans Bertaud, Jean-Paul, Quand l (...)
  • 159 Il n’en va pas de même, dans les jours ou les semaines qui suivent, pour les officiers qui meurent (...)
  • 160 Recueil de 1858, p. 151. Ainsi que le signale Duffy, Christopher, The Military Experience…, op. ci (...)

49Au soir de la bataille, la mise en terre des centaines de corps n’est pas une mince affaire. Selon M. de Couessin, une fois le combat terminé, « les troupes se formèrent sur la montagne et M. le duc les renvoya sur-le-champ dans leurs quartiers, laissant seulement six cents hommes pour enterrer les morts et observer la flotte152 ». Rioust précise que « M. le duc, maître du champ de bataille, laissa M. de Béon, lieutenant-colonel du régiment de Boulonnois, avec une partie de ce bataillon, pour enterrer les morts153 ». Les honneurs qui leur sont réservés sont alors des plus limités154. Ponctuellement, comme dans le cas déjà mentionné du grenadier Claude Roy, mort « après s’être confessé » le 12 à Saint-Cast des suites de ses blessures, l’inhumation se fait « en présence d’un grand nombre de soldats » ; il est cependant le seul dont le nom ait été retenu : « plusieurs autres soldats inconnus » sont en effet enterrés le même jour « dans le cimetière neuf de cette paroisse », sans laisser plus de trace155. Si la mort du combattant est en effet assez largement anonyme, la sépulture l’est plus encore en ces temps qui précèdent de près d’un siècle un respect nouveau pour le cadavre du soldat tué au combat allant dans le sens d’une individualisation : l’on en reste ici à de vastes fosses communes et à l’emploi de quantités de chaux, ainsi que l’atteste, entre autres, un mémoire des avances faites par le maire de Dinan auprès de marchands de la ville le 12 septembre156. En effet, « ce jour fut employé, de notre côté, à dépouiller et à enterrer nos morts dans un champ béni à cet effet » écrit par exemple le frère capucin Bruno, renvoyant à la création de ce que l’on appellera au siècle suivant le Champ des Braves, le « cimetière neuf » évoqué par les registres paroissiaux de Saint-Cast157. Dans le cadre de cette gestion a minima de la mort héroïque, bien éloignée de ce que seront certaines des pratiques de l’Empire napoléonien un demi-siècle plus tard158, il n’y a point d’égards particuliers, semble-t-il, pour les officiers ou les volontaires morts sur le champ de bataille : rien n’indique dans nos sources que leurs corps aient fait l’objet d’un traitement spécifique ; sans doute furent-ils eux aussi « dépouillés » avant d’être enterrés159. Et encore : ces bien menus égards consistant à leur offrir une sépulture en terre consacrée ne semblent avoir concerné que les soldats français, catholiques ou supposés tels donc. Aussi se contente-t-on, selon le frère Bruno, d’« ensabler […] sur la grève » les morts britanniques – et donc protestants –, marquant un peu plus ainsi la distance séparant les victimes des deux camps160.

  • 161 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 71.
  • 162 Ibid., p. 72.

50Le facteur religieux n’est cependant jamais explicitement avancé pour justifier cette différence de traitement : dom Jamin évoque d’ailleurs en termes très durs les traîtres français – et donc implicitement catholiques – « qui se précipitèrent dans la mer pour éviter les peines ignominieuses dues à leur perfidie161 ». Le fait d’être ennemi se suffirait en quelque sorte à lui-même en ce domaine. Nul doute cependant que le comportement des soldats britanniques lors de leur séjour n’ait guère contribué à infléchir l’attitude des Français à l’encontre de leurs morts : la victoire de Saint-Cast serait, selon le même dom Jamin, « une punition des profanations qu’ils avoient fait en plusieurs églises de la côte162 ». Car, très rapidement, pour la plus grande partie de la population, ce sont ces destructions et les pertes matérielles bien plus que les pertes humaines qui deviennent la question essentielle.

  • 163 Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo et à Matignon dans la semaine du 4 au 11 (...)

51De ce point de vue, le départ des Britanniques est vécu comme une véritable « libération » – physique, mais aussi mentale –, un profond soulagement. Dom Le Mercier rend parfaitement compte de l’atmosphère qui prévaut dans les heures et les jours qui suivent le rembarquement du corps expéditionnaire de Bligh : « Dès mon retour à ma petite maison du camp, je trouvai quantité de monde qui revenaient de leur exil et qui rendaient les plus grandes actions de grâce à Dieu de leur délivrance » écrit notamment l’ecclésiastique, qui poursuit : « personne ne pleurait plus : on n’entendait plus ni cris, ni plaintes : le tems des pleurs et des soupirs était passé : tout le monde revenait tout autre et avait l’air contens163 ». Sans doute y a-t-il une part d’exagération sous sa plume, d’autant qu’il a décrit sans complaisance dans les pages précédant ce passage les effets de l’action des pillards et des maraudeurs.

  • 164 Recueil de 1858, p. 177-178.
  • 165 Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais… », art. cit., p. 150.
  • 166 Paris-Jallobert, Paul, « Nouveaux documents contemporains et inédits sur la descente des Anglais à (...)

52Passons rapidement sur la mort de civils non-combattants : si, dans les récits, ces décès tiennent une place particulière pour mieux dénoncer la barbarie des « Anglois », ils restent peu nombreux. Seuls les registres de sépultures de la paroisse de Saint-Germain mentionnent la mort de Marc Lucas et François Rouiller, « occis par la main meurtrière des Anglais le dixième jour de septembre164 ». Dom Le Mercier signale pour sa part le cas d’un « jeune homme de 22 ans qui passait avec son cheval » dans le bourg de Pléboulle, tué le même jour par des maraudeurs britanniques à qui il avait refusé de transporter leur butin au camp qu’ils occupaient165. Mais il semble que les pertes civiles ne furent pas beaucoup plus importantes, et en cela fort comparables à celles de juin166.

  • 167 Sur ce point, nous renvoyons aux travaux anciens mais non renouvelés de Binet, Henri, « Tentative (...)
  • 168 Sur ces questions, nous renvoyons aux travaux de Levrel, Marguerite, Les activités commerciales et (...)

53Passons tout aussi rapidement sur les conséquences de cette nouvelle descente sur les activités du « système portuaire » malouin. Pour les petits ports situés entre Saint-Lunaire et Saint-Cast, le passage des Britanniques pèse particulièrement lourd, la destruction des embarcations mais aussi des filets hypothéquant un retour rapide à la normale. Reste que le bilan des ravages opérés en ce mois de septembre n’atteint pas le niveau des dégâts enregistrés en juin : Saint-Briac, Trégon ou Matignon n’offraient guère, en ce domaine, de cibles comparables à celles des ports de Saint-Malo ou de Saint-Servan. Aussi, bien plus que la descente de septembre, c’est celle de juin dont les effets semblent avoir été lourds. Ceci justifie d’ailleurs que, dès juillet, les autorités œuvrent pour obtenir un « port franc167 ». Mais les problèmes du port de Saint-Malo/Saint-Servan sont en fait plus profonds, liés tout autant à l’effondrement des activités commerciales dès 1754-1755 sans doute, avant même le déclenchement officiel des hostilités donc, qu’à la succession de crises et de conflits compliquant le retour à l’apogée de la fin des années 1680, ou enfin au repli de l’activité corsaire, désormais très secondaire ici au regard de ce que pratiquent nombre d’autres ports (graphique 4)168.

Graphique 4. – Une tumultueuse stagnation : l’évolution du trafic du port de Saint-Malo de 1680 à 1767 (en tonneaux)

54L’on n’en chiffre pas moins par centaines de milliers de livres les dégâts occasionnés dans les paroisses traversées par les troupes de Bligh. La répartition de ces pertes – de l’ordre de 550000 livres, contre plus de 3363000 en juin – est fort inégale (carte 27), laissant apparaître à la fois les lourdes conséquences liées à la destruction des navires de Saint-Briac, au séjour prolongé à Saint-Lunaire ou encore aux combats et aux représailles qui suivirent au Guildo les 8 et 9 septembre. En cela, la carte révèle pour une part le décalage entre la perception des pillages et leur réalité : alors que les témoignages insistent d’une part sur les profanations d’églises, d’autre part sur le maraudage – visant ici un porc, ailleurs une barrique de cidre, plus loin des meubles souvent transformés en bois de chauffage –, les conséquences de tels actes semblent plus limitées d’un strict point de vue financier dégâts.

Carte 27. – Les dégâts des troupes britanniques autour de Saint-Malo en juin et septembre 1758.

  • 169 Ces précieuses listes sont conservées aux Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 4 353 et C 4 709. Citons (...)

55Bien évidemment, à l’échelle des individus, ces pertes n’en sont pas pour autant moins sensibles, bien que difficiles à mesurer avec quelque précision. Rares sont en effet les procès-verbaux les détaillant, l’historien devant se contenter d’estimations à l’échelle paroissiale ou, au mieux, à l’échelle de chaque foyer, sans que le détail en soit connu169. L’ampleur des pertes subies par chacun apparaît ainsi – pour une part au moins – comme le révélateur tout autant de l’avidité des pilleurs que de la richesse initiale du pillé : si le baron de Pontual, de Saint-Lunaire, fait partie de ceux qui perdent le plus – quelque 39000 L –, il n’est pas sûr que sa situation soit pour autant proportionnellement aussi cruellement obérée que celle de Jean Dupays, tisserand à Saint-Cast, qui n’a, quant à lui, perdu « que » 110 L, auxquelles il convient de rajouter les 72 L déclarées par son fils.

  • 170 Arch. nat., H569, cité par La Condamine, Pierre de, L’épopée de la Bretagne…, op. cit., p. 111.

56Reste que la situation désastreuse dans laquelle se trouve la zone traversée par les troupes britanniques n’échappe à personne. « Tous les habitants, depuis les gentilshommes jusqu’au dernier paysan, ont été ruinés » écrit l’intendant Le Bret170. « Toute cette partie de la province a été ravagée » poursuit-il. Dès le 21 septembre, M. de Pontual écrivait pour demander son intervention à la Commission intermédiaire des états de Bretagne :

  • 171 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 4 709, lettre à la Commission intermédiaire, 21 septembre 1758.

« Messieurs, vous n’ignorez pas sans doute les malheurs du païs que j’habite. Mes pertes particulièrement sont les plus considérables ; elles le sont plus que je ne le croyois. Tous mes fermiers et vassaux sont ruinés et par conséquent hors d’estat de me payer. Dans le nombre des maisons brûlées j’ay deux grandes métairies et un moulin.
Je puis cependant vous assurer avec vérité que je suis bien plus touché du malheur des habitants de ce malheureux canton que de la perte de mes biens. Je ne puis vous peindre leur misère : les huit premiers jours après le départ des Anglois, ils n’ont vécu que de pommes, faute de pain et de moyen d’en avoir. M. l’Intendant leur a fait distribuer un peu de pain ; je leur donne le plus que je puis de secours ; mais avec tout cela je ne puis ny les loger ny les mettre en estat d’ensemencer leurs terres ny d’acheter des bestiaux. Je crois cependant qu’il est naturel qu’il y soit pourvu par le roy ou par la province, et qu’il est de son interest d’empêcher que chaque partie de la province qu’il plaira aux Anglois de ravager devienne un désert.
Je crois qu’il conviendroit que vous y pourvussiez. Comme je puis estre suspect dans une cause qui est en partie la mienne, je vous prie d’envoyer chez moy un d’entre vous pour faire la vérification des dégâts des Anglois. La chose presse, car le temps des semailles approche, et les malheureux ne peuvent estre trop tost secourus.
Les paroisses de Saint-Briac et Saint-Lunaire sont entièrement ruinées171. »

  • 172 Recueil de 1858, p. 52.
  • 173 Ibid., p. 53.
  • 174 Ibid., p. 59-61.

57Cette tragique situation est – au moins en apparence – rapidement prise en considération. Dès le 26 septembre, les commissaires demandent à M. de Gennes, receveur des fouages extraordinaires à Dinan, de suspendre la perception de la capitation et du vingtième dans les paroisses de Saint-Briac et de Saint-Lunaire. Le 4 octobre, après une entrevue avec le duc d’Aiguillon, il est demandé à M. de Pontual de fournir un état, pour chaque paroisse, du nombre des habitants touchés par les ravages britanniques, du nombre de boisseaux de céréales nécessaires à l’ensemencement de leurs terres, des bestiaux dont ils auraient besoin, etc. À l’intérêt de la Commission intermédiaire, vient bientôt s’ajouter celui des états eux-mêmes qui se retournent à leur tour vers le roi. Par lettre du 2 février 1759, le contrôleur général des finances peut annoncer « à ceux des habitants des paroisses qui ont souffert des pertes considérables, des soulagements sur leurs impositions », des soulagements qu’il souhaite cependant « proportionnés aux facultés de chacun des contribuables […] en sorte qu’un habitant aisé qui n’a fait qu’une perte médiocre ne soit pas déchargé de la totalité de son impôt, comme l’habitant moins aisé qui aura perdu ce qu’il possédait172 ». Cinq années de décharges – variables selon les paroisses – sont ainsi programmées ; elles apparaissent fort modestes d’ailleurs au regard de l’ampleur des pertes : 680 L environ par an pour Saint-Cast où les pertes étaient évaluées à plus de 12 700 L, un peu plus de 450 L à Pléboulle au regard de 9 783, etc. Aussi la principale mesure est-elle autre, celle qui pousse Louis XV à accorder une somme de 100 000 L à employer comme les états l’avaient demandé, « partie en achat de grains qui seront distribués en nature, pour ce qui regarde la subsistance des habitants et l’ensemencement des terres, […] le surplus en argent pour ce qui regarde le remplacement des bestiaux, ustensiles et meubles de campagne173 ». Le souverain y ajoute une autre somme, de 20 000 L quant à elle, que les états peuvent utiliser à d’autres fins pour ceux qui, d’une manière ou d’une autre, ont eu à souffrir des descentes. Lors de sa séance du 18 février, l’assemblée provinciale décide d’ailleurs d’une partie de l’emploi de ces fonds : 7800 L sont allouées aux recteurs des environs, les premiers à avoir pris en compte la misère de leurs ouailles, 10 000 autres « en argent pour l’employer au soulagement de ceux qui ont le plus souffert », 50 000 enfin « pour la subsistance des plus nécessiteux » et « pour la semence de leur terre174 ». Bref, à faire ce que M. de Pontual demandait dès le 21 septembre 1758, cinq mois plus tôt. Celui-ci reprend d’ailleurs sa plume le 29 mars 1759 pour se plaindre de la lenteur de la mise en application des mesures annoncées :

  • 175 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 4 709, lettre à la Commission intermédiaire, 29 mars 1759.

« La dernière descente, s’estant faite dans le temps de la récolte, a réduit les païsans à mourir de faim. Ils n’ont ny bestiaux, ny meubles, ny habits, ny instruments d’agriculture ; enfin ils sont dans une misère d’autant plus difficile à supporter que la plupart estoient à leur aise avant ce triste événement. Aucun des secours qu’on leur avoit annoncés n’est parvenu encore jusques à eux, non plus que les diminutions sur les différentes impositions. Au contraire, M. de Gennes vient de faire signifier tous ceux qui doivent des deniers royaux à les luy payer175. »

  • 176 Nous reprenons pour une part ici Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « Lendemains d (...)
  • 177 L’on en voit d’ailleurs partout, à l’instar du recteur de Saint-Cast qui écrit avoir aperçu le 10 (...)
  • 178 Sur ce point, voir infra, chapitre ix.

58Dire les désordres comme ici, même modestement et pour regretter l’inaction des autorités, les évaluer, en dresser la liste, c’est déjà, pour une part peut-être, les conjurer. Sans doute en va-t-il de même de la dénonciation de ceux que l’on pense en être à l’origine ou, pour le moins, de ceux que l’on estime les avoir favorisés : les « traîtres » et autres « espions » à la solde des Britanniques176. Car, face à l’ampleur des violences subies, des pertes enregistrées, une seule explication semble tenir : seuls ces traîtres ont pu permettre de telles actions177. L’historiographie a surtout retenu le cas de Julien Grumelon : nous y reviendrons178. Mais il n’est pas le seul concerné par cette chasse aux espions lancée dans les jours qui suivent le débarquement à Saint-Lunaire. Cette « épuration » – osons le terme – est avant tout judiciaire : c’est elle qui nous a laissé les traces archivistiques nous permettant d’étudier ces différentes affaires. Les procédures sont d’ailleurs enclenchées très rapidement : en septembre comme après la descente de juin 1758, les premières arrestations précèdent même le rembarquement ennemi.

  • 179 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, interrogatoire de Julien Grumelon, 2 et 3 octobre 1758.
  • 180 Elle est plus certaine dans le cas de Jean Geslin, arrêté en juin 1758 après avoir commis l’imprud (...)

59Mais la population n’a pas attendu ces actions judiciaires, légales, pour réagir à la présence de traîtres potentiels en son sein. Plus que de réactions extra-judiciaires, l’on se situe sans doute ici au niveau de l’infra-judiciaire. La mobilisation des communautés locales se fait dans le cadre d’une « violence » pour le moins contenue, qui tend d’ailleurs vers la judiciarisation de ces affaires. L’on peut en effet noter ici une sorte de gradation des réactions. La première est celle de l’insulte, celle que subit par exemple Julien Grumelon, à qui, « des particuliers et particulières » de Plancoët qui, « le voyant passer […], s’écrièrent […] sur luy en ces termes : Ah le juif, Ah le vilain traître179 ». Il est vrai cependant que la situation s’y prête pour une part, puisqu’il vient d’être arrêté par la maréchaussée, preuve en quelque sorte de sa culpabilité. Car à l’insulte est associée souvent la dénonciation : bien qu’on n’en trouve trace dans les archives, elle est probable dans cette dernière affaire, justifiant que l’exempt de la maréchaussée se déplace depuis Dinan pour procéder à l’arrestation du traître potentiel180.

  • 181 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, interrogatoire d’Yves Pargas, 7 octobre 1758.
  • 182 Sur cet épisode, voir supra, chapitre v.

60Insulter, dénoncer, mais aussi agir contre les traîtres ou supposés tels : toute la palette des réactions est ici à l’œuvre. Ce sont tout d’abord des mobilisations semble-t-il spontanées de certains habitants pour se défendre face aux espions au service de l’ennemi. Ainsi Yves Pargas est-il arrêté le jeudi 7 septembre, trois jours après le débarquement britannique à Saint-Lunaire, alors qu’il fait route sur le grand chemin de Saint-Lunaire à Dinan, « par des particuliers qui étoient armés de fusils au nombre d’environ quarente sous faux prétexte qu’il étoit espion181 » ; une arrestation qui lui vaut de passer 15 mois en prison avant d’être relâché sans avoir été condamné. Car, dans le climat d’« espionnite » que nous avons déjà évoqué, les traîtres potentiels sont tout particulièrement visés. Le témoignage de maître Louis Lemasson, procureur et notaire de la juridiction de Matignon, est de ce point de vue très révélateur. Il raconte notamment comment, en position avec une centaine d’autres gardes-côtes au Guildo le 8 ou le 9 septembre pour tenter d’empêcher le passage de l’Arguenon aux Britanniques182, il

  • 183 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de maître Louis Lemasson, 18 octobre 1758.

« avoit vu sur une hauteur qui est vers Saint-Jacut quatre cavaliers anglois à la teste desquels estoit un particulier qui estoit aussy monté sur un cheval ou jument […], qui descendirent de la dite hauteur et parurent vouloir se rendre au passage de Quatre Vaux pour surprendre le déposant et autres de sa compagnie ; pour lors le déposant et autres de sa compagnie crurent que ledit particulier […] estoit le nommé Jullien Grumellon de la paroisse de Saint-Lormel, de sorte qu’ils firent une décharge sur le dit particulier comme sur un traître à sa patrie sans cependant pouvoir le déposant assurer que ce fut réellement ledit Jullien Grumellon183 ».

61Ce ne sont pas alors, selon ses dires, les dragons britanniques qui sont visés mais celui que l’on suppose être « un traître à sa patrie », et lui seul ; d’ailleurs, plusieurs témoignages semblent laisser entendre que le seul cheval blessé lors de cette action fut celui monté par le « particulier » décrit.

62Presque logiquement, ce sont de petits nobles locaux, officiers de la milice garde-côtes, qui, quelques semaines plus tard, se chargent de l’arrestation de Grumelon, conduits par François Lenormand, écuyer, sieur de Lormel : celui-ci rapporte qu’

  • 184 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de François Lenormand de Lormel, 12 octobre 175 (...)

« ayant eu avis que ledit Grumellon estoit suspect, il arresta avec Monsr le vicomte qui demeure en son château de la Villegouriaux paroisse de Morieux […] le dit Grumellon qu’ils remirent incontinent à l’exempt de la maréchaussée de Dinan qui les suivoit à vue, et estoit chargé d’ordres pour arrester ledit Grumellon184 ».

63C’est dans le « canton » – l’expression revient plusieurs fois sous la plume du greffier –, dans les « voisinages » que se trouvaient les principales victimes des violences britanniques et de leurs complices traîtres à la patrie – une patrie d’ailleurs aux limites mal définies : grande ou petite, grande et petite. Il convenait donc à ces « voisinages » de participer à – et, plus encore peut-être, de conduire – l’action contre ces traîtres afin de faciliter le retour à un certain ordre, troublé par les descentes ennemies. Reste à savoir de quel ordre il s’agit ici.

  • 185 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1087, lettre de M. de La Glestière à l’intendant Le Bret, 8 octobr (...)

64S’agit-il en effet, par ces procédures, de pourchasser les traîtres, ceux qui aidèrent l’ennemi d’une manière ou d’une autre ? Ou bien, plus prosaïquement, de profiter de l’occasion pour régler toute une série de micro-affaires sans grande importance qui remontent alors à la surface, de mettre ainsi à l’écart ceux qui, pense-t-on, troublent un ordre sans grand rapport avec la situation de guerre ? La question mérite d’être posée. Notons tout d’abord que dans la quinzaine qui suit la descente de septembre 1758, 11 personnes au moins – dont deux femmes – sont arrêtées. L’on ne sait que peu de choses sur ces 11 individus, si ce n’est que 5 requièrent le recours à un interprète : c’est le cas d’un Bas-Breton ne s’exprimant qu’en « langue bretonne » ; c’est aussi le cas d’un certain François Lastaret parlant l’« idiome du Rouergue » ; c’est enfin le cas de trois Espagnols, Barthelemy Alvarez, Jean Floret et Jean Campane185. Ces « étrangers » à la communauté, locale pour une part, nationale aussi plus largement, apparaissent alors comme autant de coupables idéaux. Un Bas-Breton, un Rouergat sans doute de passage, trois Espagnols, qui pourtant sont rapidement relâchés. Seuls deux suspects sont maintenus en détention pour avoir aidé les Britanniques en septembre 1758 – Yves Pargas et Julien Grumelon –, rejoignant deux autres « traîtres » arrêtés en juin : Jean Geslin et Ange-Servan Delamarre.

  • 186 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de Christophe de Pracomtal, 11 octobre 1758.

65Or tous les quatre sont des hommes du cru : Pargas est « marchand beurier et autres menues denrées » à Saint-Lunaire, Grumelon, qualifié de laboureur, exploitant des terres à Saint-Lormel, non loin de là, tandis que Geslin est couvreur à Saint-Méloir, de l’autre côté de la Rance, et que Delamarre, marin, vit chez sa mère à Saint-Malo. Tous quatre ont d’ailleurs, d’une manière ou d’une autre, participé à l’effort de défense du pays : Grumelon avait déjà été mobilisé, comme milicien garde-côte, lors de la descente de juin 1758, et Christophe de Pracomtal, écuyer employé des fermes du Roi, présent lors de l’affaire du Guildo, lui prête à la fois des propos très clairement hostiles aux Britanniques – « pendant le souper ledit Grumellon dist que s’il eust eû cinquante camarades de son humeur ils auroient pu inquietter les Anglois186 » – et une participation active à l’évacuation de ses biens, menacés de pillage lors du passage des troupes de Bligh à Lancieux. Il accorde d’ailleurs un crédit total aux paroles du traître supposé qu’il croisa à nouveau « le dimanche ou le lundy suivant, le déposant estant dans le susdit cabaret » du Sabre, dans cette même paroisse : « Il y vid entrer ledit Grumellon qui estoit tout défiguré et en mauvais état, et qui portant la parole au déposant, luy dist que les Anglois l’avoient mis en l’état où il estoit lors, l’avoient fait mourir de faim, et que heureusement il s’estoit échappé de leurs mains. »

  • 187 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, interrogatoire de Julien Grumelon, 3 octobre 1758.
  • 188 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, interrogatoire d’Ange-Servan Delamarre, 26 juin 1758. Noto (...)

66Ce n’en est pas moins parce que ces « traîtres » supposés sont considérés comme des « déviants », comme des fauteurs de troubles par leurs voisinages, comme des sortes d’« étrangers du dedans » au sein même de la communauté qu’ils semblent avoir été plus particulièrement poursuivis. Face à Julien Grumelon, l’on ressort par exemple une histoire de procès successifs qui l’opposèrent à son oncle et tuteur en 1745, un oncle justement « tué par les Anglois au Guildo en Saint-Pôtan lors de leur passage187 ». Implicitement, pour la justice et sans doute pour la population, la mort du vieil homme, ancien officier de la milice garde-côtes, ne peut être due qu’à la vengeance du neveu, dont la collusion avec les Britanniques ne fait alors plus de doute, signe de sa double trahison à sa famille et à sa patrie. Le procédé n’a rien d’exceptionnel cependant : en juin déjà, ceux qui avaient mené l’enquête à charge contre Ange-Servan Delamarre lui rappelaient à chaque occasion qu’il était un « repris de justice » pour une sombre affaire l’ayant opposé à un marchand de cidre malouin trois ou quatre années plus tôt, une affaire qui lui avait valu de passer quelques semaines en prison à Saint-Malo puis Rennes avant d’être libéré. Certes, il avait bien été condamné à cinq ans de galères par le tribunal de Saint-Malo, mais sa peine avait été cassée et réduite à 3 L d’amende seulement par le Parlement à Rennes quelques mois plus tard188. Reste que c’est parce qu’il est un « repris de justice » qu’il semble avoir été initialement arrêté à l’une des portes de la ville.

  • 189 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de François Pinson, 10 octobre 1758.
  • 190 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de Claudine Gilbert, 10 octobre 1758.
  • 191 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de Maître Jan Le Chat, 23 juillet 1759.
  • 192 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage d’Yves Menot, 18 octobre 1758.
  • 193 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, interrogatoire de Julien Grumelon, 2 et 3 octobre 1758. Il (...)

67Sanctionner des dérèglements moraux ou sociaux : tel semble ainsi la fonction première – mais inavouée – de ces procédures qui trouvent dans la rumeur une source tout à fait essentielle. Le « bruit commun », le « bruit public » suffisent alors. Ainsi, selon François Pinson, marchand boulanger à Saint-Lunaire, c’est « par le bruit commun [que] ledit Parga passe pour un fripon dans le canton et que suivant le dit bruit il a deu avoir volé des brebis, du linges, des effets (sans le déposant savoir ny quand ny à qui il a deu avoir volé)189 ». Ce que confirme Claudine Gilbert, cabaretière dans le même village, qui déclare n’avoir « aucune connoissance que le dit Yves Parga ait eu aucune relation, commerce, ny correspondance avec les Anglois, ny avant ny depuis leur débarquement à Saint-Briac » mais « que ledit Parga passe par bruit comme un fripon dans le canton190 ». Maître Jean Le Chat, procureur fiscal de la châtellenie de Pontual, déclare « qu’il n’a aucunnes connoissances si ce n’est qu’il a ouï dire par bruit public que le nommé Pargas estoit de très mauvaises conduitte et qu’il passoit pour un voleur sans en avoir aucune certitude191 ». La procédure contre Yves Pargas en vient finalement d’ailleurs à délaisser très largement la question de l’aide apportée aux Britanniques pour se focaliser d’une part sur deux vols de ruches survenus une nuit d’avril et à Noël 1757, d’autre part sur des vols de linge mis à sécher sur une haie à l’automne 1757 et à la Saint-Jean-Baptiste 1758. Tout devient alors élément à charge contre les traîtres supposés : le fait que, selon Yves Menot, aubergiste à Ploubalay, « ledit Grumellon avoit son chapeau rabattu » n’est-il pas ainsi un signe de sa traîtrise, même s’il est vrai qu’il pleut ce jour-là et que l’on peut avoir besoin de se protéger des intempéries192 ? Le fait qu’il porte une veste rouge, de la même couleur que celles des redcoats britanniques ne va-t-il pas dans le même sens, même si l’on sait que la dite veste est « de raz fleuri à fond rouge et petites fleurs » et n’a donc rien de commun avec celles de l’ennemi193 ? Qu’importe : la rumeur s’autoalimente, venant « prouver » la pertinence de la procédure en cours. En une mécanique implacable, elle entraîne des dénonciations qui provoquent des arrestations qui, à leur tour, légitiment la rumeur et les dénonciations.

  • 194 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de Claude Antoine Bernard de Courville, 14 octo (...)
  • 195 Voir sur ce point la relation du recteur de Saint-Cast, Recueil de 1858, p. 156-157. Le recteur de (...)
  • 196 Sur ce point, nous renvoyons à Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « The Experience (...)

68Tout ceci en dit long, finalement, sur les représentations des sociétés littorales ici concernées sur ce qu’est la « trahison » au profit des Britanniques, sur ce que signifie « collaborer » – osons le terme – avec cet ennemi. D’autant que certains témoins à charge contre les traîtres n’hésitent pas à dire être allés à la rencontre des officiers britanniques pour quérir un sauvegarde pour leurs biens194 ; que d’autres – y compris parmi ceux les plus virulents dans leurs attaques contre les « traîtres à leur patrie » – racontent, sans sourciller, avoir dîné avec des officiers britanniques, avoir conversé avec eux en hommes du monde, y avoir même trouvé un certain plaisir, tel le recteur de Saint-Cast195. Ainsi, l’ennemi, ce ne serait pas ces officiers, mais leurs hommes qu’ils ne parvinrent que difficilement à contrôler. En forçant le trait, l’ennemi – le vrai – se distinguerait à la fois – plus ? – par ses origines nationales et par ses origines sociales, un ennemi « d’ordre » pour ne pas dire « de classe », caractérisé notamment par son incapacité à s’exprimer en français et par sa violence196. La trahison se limiterait donc au soutien à cette seule action violente et destructrice. Pourtant, ni Grumelon, ni Pargas, ni Delamarre ne sont condamnés : tous sont libérés après plusieurs mois de prison, lavés de toute accusation, seul Jean Geslin étant condamné aux galères à perpétuité.

  • 197 Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 70.

69Le modeste couvreur avait, il est vrai, été trouvé en possession de plusieurs de ces guinées que, désormais, Henry Fox reprochait à Pitt d’avoir utilisé en vain pour « briser des fenêtres [françaises] »197.

Côté britannique, minimiser la défaite

  • 198 Lettre du 9 septembre à Horace Mann; Cunningham, Peter (éd.), The Letters of Horace Walpole…, op. (...)

70Célébrer, dénoncer, réparer… La chose vaut aussi, partiellement au moins, pour la Grande-Bretagne, selon une économie globale bien évidemment différente de celle observée en France en général, et en Bretagne en particulier. La célébration ne pourrait en effet que difficilement être celle de Saint-Cast et de la dernière descente sur les côtes de France. Mais le mois de septembre 1758 n’en est pas moins celui qui voit l’arrivée à Londres non seulement des drapeaux pris à Louisbourg mais aussi de 21 canons saisis à Cherbourg, tirés par quelque 229 chevaux. Les premiers sont déposés à la cathédrale Saint-Paul ; les seconds, d’abord exposés à Hyde Park, rejoignent la Tour de Londres en une parade à laquelle assistent le roi et les ministres le 16 septembre. Ces festivités attirent les moqueries d’Horace Walpole pour qui il s’agit avant tout de « divertir un homme duquel, dans le passé, M. Pitt avait ri parce qu’il aimait trop le bruit des tambours et trompettes198 ». En quelques jours cependant, l’on passe de l’euphorie relative liée à l’accumulation des succès – Crefeld, Louisbourg, Cherbourg, mais aussi la victoire de l’allié prussien sur les Russes à Zorndorff, connue début septembre – à une crise dont il convient cependant de ne pas exagérer l’importance.

  • 199 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 101. Ces lettres sont publiées dans le London M (...)
  • 200 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 53-54.
  • 201 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 100.
  • 202 Ibid., p. 101.

71La nouvelle de la défaite n’est pas connue tout de suite ici. Les 12 et 13, Bligh et Howe avaient bien écrit à Pitt pour rendre compte du déroulement des opérations, un cutter étant détaché de la flotte le jour même pour porter ces missives en Angleterre à en croire le caporal Todd199. Mais il faut attendre le retour de la flotte pour que les détails de l’opération soient connus. La chose ne se fait pas immédiatement. Se sachant hors d’atteinte des coups potentiels de la Marine française, étroitement surveillée au large de Brest par l’escadre d’Anson, Howe a maintenu sa flotte à l’ancre dans l’anse de Saint-Cast le temps de régler d’ultimes détails avec l’adversaire. Dès le 11 après-midi peut-être, le 12 et le 13 de manière plus certaine, des émissaires sont échangés afin de régler le sort des prisonniers et notamment des principaux d’entre eux : nous l’avons dit. Malgré quelques incidents – le volontaire Walter Thomas signale par exemple quelques tirs des batteries françaises contre les navires le 12 septembre200 –, le rembarquement des sauvegardes peut se faire sans trop de difficultés. À bord des vaisseaux, l’heure était d’ailleurs aux bilans : selon Todd, au lendemain de la bataille, l’ordre avait été transmis « à chaque régiment de rendre compte de tous les officiers et les hommes manquant », les officiers commandant devant ensuite rejoindre le navire amiral afin de tenir un conseil de guerre201. Le temps était aussi à la remise en condition des matériels : « nous avons eu des ordres pour retirer nos fusils et les nettoyer » écrit encore le caporal du 30th Foot à la date du 13 septembre202.

  • 203 Ibid., p. 101.
  • 204 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 54-55 et A soldier’s Journal (...)

72Ce n’est que le lendemain 14 que la flotte lève l’ancre. Jersey et Guernesey sont dépassées durant la nuit, le Plymouth Sound étant atteint dès le 15 au soir, grâce à des vents favorables. C’est d’ailleurs là que les vaisseaux de Howe retrouvent des navires revenant d’Amérique avec à leur bord les prisonniers de la garnison française de Louisbourg, de quoi réconforter pour une part les vaincus de Saint-Cast qui doivent encore attendre plusieurs jours avant de gagner la terre ferme. Si les malades et les blessés ont pu être débarqués à Plymouth dès le 16, la flotte de Howe fait voile vers l’ouest le 17, croisant l’escadre d’Anson de retour de Brest, prévenue de la fin des opérations devant Saint-Malo par un cutter détaché dès le 14. Le 18 enfin, l’ancre est jetée entre Spithead et Saint-Helens, d’où le corps expéditionnaire était parti quatre mois plus tôt, fin mai. La présence d’une telle flotte à quelques encablures de la côte suscite d’ailleurs la convoitise de nombreux marchands venant, à bord de petites embarcations, proposer « victuailles et boissons » aux soldats cantonnés à bord des vaisseaux ; comme l’indique cependant le caporal Todd, « l’argent était rare parmi les troupes, car nous n’avons reçu la moindre solde jusqu’à notre débarquement203 ». Celui-ci n’intervient que deux jours plus tard, le 20, à Portsmouth pour le 30th Regiment of Foot du caporal, à Cowes, dans l’île de Wight pour la plupart des unités, le 68th Foot du soldat anonyme auteur d’un récit des descentes de 1758 ou les guards du volontaire Walter Thomas entre autres204. Et si William Todd dit avoir pu rejoindre, avec son régiment, ses quartiers d’hiver dès le 29 septembre à Canterbury dans le Kent, après neuf jours de marche, ce n’est que le 2 octobre que les 36th, 68th et 24th Foot quittent la boue du camp de King’s Forest pour le continent, le 4 octobre pour les 5th et 72th, les 11 et 12 pour le reliquat des régiments des Guards, laissant derrière eux les 33th et 67th Foot affronter pour quelque temps encore les intempéries automnales sous la tente.

  • 205 Cette lettre a été publiée, entre autres, dans le London Magazine, septembre 1758, p. 435-436.
  • 206 Sur ce point, Corbett, Julian S. Sir, England in the Seven Years’War…, op. cit., p. 300-301.
  • 207 Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 141-142. Les quelques citations (...)
  • 208 Smith, William James (éd.), The Grenville Papers…, op. cit., p. 272.
  • 209 Middleton, Richard, The Bells of Victory. The Pitt-Newcastle Ministry and the Conduct of the Seven (...)
  • 210 Cunningham, Peter (éd.), The Letters of Horace Walpole…, op. cit., p. 172-176.

73Ayant débarqué dès le 19 septembre avec le prince Edward et Howe à Portsmouth, le général Bligh doit, quant à lui, faire face depuis plusieurs jours déjà à un autre type de tempête : celle déclenchée par ses détracteurs, particulièrement nombreux, peu convaincus par les arguments développés dans sa lettre du 13 septembre à Pitt205. Certes, il avait pris soin pour une part d’anticiper les critiques, en limitant notamment la diffusion des informations concernant la descente aux seuls rapports officiels rédigés par lui ou par Howe, en empêchant les autres officiers du corps expéditionnaire d’envoyer le moindre courrier à caractère privé206. Cette « censure » fut sans véritable effet, on l’imagine, les récriminations venant de tous côtés. Si Pitt avait officiellement relayé les éloges du roi concernant « la bravoure et la résolution » de l’arrière-garde du corps expéditionnaire dans deux courriers adressés à Bligh et Howe le 18 septembre, dans une lettre à Newcastle du 17, il regrettait que le niveau des pertes enregistrées ait constitué « un bilan très désagréable207 ». « Une très triste conclusion » à la descente contre Saint-Malo : ainsi le duc de Newcastle juge-t-il la bataille de Saint-Cast, rejoignant ainsi Lord Chatham dans ses critiques. « À présent, les choses ne se présentent pas bien » écrit-il encore dans un courrier à Yorke du 19 septembre. Le roi refuse d’ailleurs de recevoir Bligh alors qu’il rencontre Howe, ce qui ne manque pas « de donner un grand poids à la clameur » note Charles Jenkinson, un observateur averti208. Furieux, Sir John Ligonier, Field Marshal, commandant en chef des armées britanniques, mais aussi et surtout colonel du 1st Foot Guards, reproche pour sa part au général d’avoir refusé un véritable affrontement avec les troupes du duc d’Aiguillon, le 9 ou le 10 à proximité de Matignon par exemple209. Certes, à Leicester House – la cour du prince de Galles –, le futur George III et Lord Bute se montraient plus gênés que critiques, ayant soutenu le principe des descentes, ayant surtout multiplié les interventions pour faire de Clerk le chef d’état-major de Bligh. Reste que, globalement, les propos d’Horace Walpole, dans une lettre du 19 septembre à Conway, au sujet du caractère irréfléchi et des imprudences de Bligh, résument assez bien l’ambiance prévalant dans les cercles du pouvoir210.

  • 211 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 61. Rappelons qu’un tel procès avait eu (...)
  • 212 Peters, Marie, Pitt and Popularity. The Patriot Minister and London Opinion During the Seven Years (...)
  • 213 Smith, William James (éd.), The Grenville Papers…, op. cit., p. 272.
  • 214 Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 142.

74Ces reproches ne sont d’ailleurs pas seulement ceux du roi, de la cour, du gouvernement ou du microcosme politique londonien. Les officiers prisonniers font part sans tarder à leurs « hôtes » français de la piètre estime dans laquelle ils tiennent leur commandant. Dans une lettre du 14 septembre au maréchal de Belle-Isle, le marquis de La Châtre rapporte par exemple que « les officiers prisonniers crient fort haut contre luy et ne doutent pas que son procès ne luy soit fait à son retour d’Angleterre211 ». Malgré les demandes répétées de certains, notamment les rédacteurs du Monitor, il n’y eut pourtant guère de cour martiale en bonne et due forme212. Aussi est-ce devant le tribunal de l’opinion publique que les militaires de retour de Saint-Cast s’ouvrent de leurs états d’âmes, instruisant un procès à charge par publications interposées. « Nous avons à présent de grands débats en ville au sujet de la conduite du général Bligh » note par exemple le 30 septembre Charles Jenkinson dans une lettre à Lord Grenville ; « les militaires lui tombent dessus de manière infecte » précise-t-il encore213. L’automne 1758 est en effet marqué par ce que W. Hackmann nomme « une petite guerre des pamphlets214 », un terme d’ailleurs partiellement impropre, dans la mesure notamment où elle ne se limite pas à ce seul type de publications.

  • 215 Black, Jeremy, The English Press, 1621-1861, Stroud, Sutton, 2001, p. 110-111. En 1757, nombreux f (...)
  • 216 Black, Jeremy, The English Press…, op. cit., p. 73.
  • 217 Sur ces questions, nous renvoyons aux ouvrages désormais classiques de Peters, Marie, Pitt and Pop (...)
  • 218 Langford, Paul, « William Pitt and Public Opinion… », art. cit., et Peters, Marie, « The Monitor i (...)
  • 219 Une lettre d’un officier des troupes de ligne resté anonyme – sans doute un lieutenant ou un capit (...)
  • 220 L’on s’accorde en général pour dénombrer au moins trois pamphlets hostiles à Bligh, An Appeal to C (...)

75De manière fort logique, la presse fut en fait la première à entrer en action : la place que celle-ci occupe en Grande-Bretagne, sans rapport avec ce que l’on peut observer en France à la même époque, l’explique largement. Les journaux britanniques sont en effet beaucoup plus nombreux, y compris à l’échelle de ce que l’on pourrait qualifier de presse « provinciale » : l’on comptait 24 de ces journaux de province dès 1723, 32 en 1753, certaines villes comptant d’ailleurs plusieurs organes dès cette période215. Rien qu’à Londres, ce sont, vers 1760, quatre quotidiens et cinq ou six trihebdomadaires que l’on peut lire. Plus nombreux, les journaux britanniques offrent aussi des tirages sans commune mesure en un pays où l’alphabétisation est plus poussée216. Enfin et surtout, ces journaux sont beaucoup plus libres, participant à l’orientation de l’opinion publique dans un sens ou dans un autre, tant en ce qui concerne la politique intérieure – côté whigs pour certains, tels l’Observator ou le Post Man, tories pour d’autres, l’Examiner ou le Post Boy entre autres – que pour ce qui relève de la stratégie à adopter dans le conflit en cours217. En 1756 d’ailleurs, au lendemain des échecs de Minorque et de Fort Oswego, Pitt avait dû pour une part son entrée au gouvernement à une campagne de presse soutenue par le London Evening Post et, plus encore peut-être, par le Monitor, l’un des principaux organes « patriotes », ce qui n’empêcha guère ce même journal de reprocher à Lord Chatham, 18 mois plus tard, d’avoir cédé aux pressions de Frédéric II et du roi et d’avoir envoyé des troupes en Allemagne, en contredisant ainsi ce qui avait été ses promesses de leader de l’opposition218. Aux foudres des uns contre sa politique continentale, il convient désormais d’ajouter les attaques des autres contre les descentes, des attaques d’autant plus précises qu’elles s’appuient pour une part sur la publication de lettres et de récits en général anonymes, émanant d’officiers de l’Army, de la Navy voire de volontaires, souvent accusateurs. Une partie de ces témoignages fait d’ailleurs l’objet de multiples publications, dans la presse donc, mais aussi sous forme de livrets ou libelles de quelques dizaines de pages219. On les retrouve, abondamment cités pour certains, dans les véritables pamphlets que l’affaire suscite, une demi-douzaine sans doute, rédigés cette fois semble-t-il par des auteurs sans rapport direct avec la conduite des opérations220. À ces publications à vocation politico-militaire affichée, il convient enfin d’ajouter, à l’instar de ce que l’on a pu observer en France, de nombreux poèmes et chansons, pour certains bien peu déférents à l’égard des autorités civiles ou militaires.

  • 221 A Letter to His E – y L – T G – L B – Gh…, op. cit., p. 8. Sur l’aversion durable des cercles mili (...)
  • 222 Sur ce point, nous renvoyons à l’analyse menée dans Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perreon, Stéph (...)
  • 223 Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 130.
  • 224 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 14.
  • 225 Ibid., p. 16.
  • 226 Le poème D[ur]y’s Ghost to Lt. Gen. B[lig]h, 1758 est de ce point de vue très révélateur.
  • 227 Entick, John, The General History of the Late War, Londres, E. Dilly et J. Millan, 1763, vol. III, (...)

76Qui vise-t-on par ces attaques, quelles que soient leurs formes ? Au premier chef Bligh donc, à qui l’on reproche tout à la fois le choix d’une nouvelle descente contre Saint-Malo, le débarquement à Saint-Lunaire, sur la rive gauche de la Rance – alors même que l’idée semble en revenir à Howe, épargné par les critiques –, mais aussi son incapacité à maintenir une certaine discipline parmi des troupes « aux manières de Tartares et de Cosaques n’épargnant rien », en cela indignes du Peuple britannique221. À ces griefs s’en ajoutent d’autres, de nature tactique, tels son indécision le 9 septembre après le passage de l’Arguenon, son refus de livrer bataille le 10 autour de Matignon, de mauvais choix tactiques enfin dans les heures précédant le combat, notamment l’absence d’artillerie à terre. Tous les témoins, repris par les pamphlétaires, s’accordent sur un point en effet : l’échec s’explique moins par l’action des troupes françaises, par leur comportement au feu ou par les compétences du duc d’Aiguillon, qu’en raison de l’incompétence du commandement britannique222. Du commandement, et non de Bligh seul. Ainsi, son chef d’état-major, Clerk, même s’il se défend de diverses accusations à son encontre – « tout dans cette affaire a été fait de manière diamétralement opposée à ma façon de penser » écrit-il à Lord Bute dès le 13 septembre 1758 par exemple223 –, est particulièrement ciblé. L’auteur anonyme de l’Impartial Narrative… lui reproche entre autres d’avoir, le 10 au soir, « ri à tous les comptes-rendus concernant l’ennemi », alors à proximité directe du camp britannique, « disant qu’“il n’y avait que quelques régiments de ces vauriens de miliciens”224 ». C’est à lui aussi que l’on reproche de ne pas avoir mené les reconnaissances qui s’imposaient ce même soir sur la plage de Saint-Cast, de manière à préparer le rembarquement du lendemain : cette tâche lui incombait note le même auteur, mais il aurait préféré lire « une gazette le soir précédant » la bataille225. D’autres témoins le chargent d’ailleurs, tels Irwin, commandant du 5th Foot, dans une lettre à Lord Sackville du 21 septembre, ou encore le major Napier, membre de l’état-major de Bligh, dans un courrier à Hotham du 1er novembre, de façon plus discrète cependant. Le général Dury, porté disparu après avoir conduit la résistance sur la plage de Saint-Cast le 11 septembre, célébré à ce titre dans un premier temps, instrumentalisé même dans les attaques contre Bligh226, finit par essuyer lui-même les critiques de certains. La chose est implicite dans nombre de récits évoquant la contre-attaque menée par les Guards au-delà des retranchements ; elle est plus explicite dans l’ouvrage, certes un peu postérieur, de John Entick227.

  • 228 A priori seulement. Certes, le général Bligh démissionne de l’ensemble de ses fonctions dans les s (...)
  • 229 Cité par Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 84. En juillet, dans Things As th (...)

77Mais, on l’aura compris, au-delà du cas de ces quelques officiers généraux ou supérieurs dont la carrière se trouve a priori désormais compromise228, c’est au principe même des descentes que, souvent, l’on cherche à s’en prendre. Dès juillet 1758, après le semi-succès de la descente de Cancale, le London Chronicle insistait sur « la véritable objection à mener de telles expéditions » contre les côtes de France que constituait, selon l’auteur de l’article, « leur totale insignifiance229 ». Qu’importaient, de fait, les erreurs tactiques de Bligh ou de Clerk ; c’est dans la conception même de ces opérations que résidait leur faiblesse, et donc, au premier chef, dans les choix stratégiques des gouvernants. Les adversaires de Pitt le chantent d’ailleurs sur tous les tons. Dans une ode à entonner sur l’air de The British Grenadiers, un auteur anonyme raillait par exemple l’inefficacité des raids de l’Army et de la Navy contre les côtes de Bretagne :

  • 230 « Mais d’abord, donnons une preuve certaine que leur expédition ne fut pas vaine :/Ils brûlèrent t (...)

« But first to give a certain Proof, their landing was not Vain
They Burnt a Fleet of Fishing Boats, in Number just Thirteen
They clear’d the Country all around of Pigs, Geese, Cocks and Hen,
For these Exploits who can deny these were able Men230. »

78La destruction de 13 malheureux bateaux de pêche – ceux brûlés à Saint-Briac –, la maraude débarrassant la contrée de tout ce qu’elle comptait de « porcs, oies, coqs et poules », tels seraient les seuls « exploits » des opérations de septembre 1758. Mais de la moquerie, le poème passe aux reproches dans sa dernière strophe :

  • 231 « Que se passa-t-il d’autre, je ne saurais dire, laissons les larmes proclamer le reste,/Et le Cie (...)

« What happen’d more I cannot say, let Tears proclaim the rest,
And Heaven receive those Grenadiers that perished at St Cass
Like Soldiers brave, they fought, they dy’d, and proved their Antient Race,
May those be d [am] n’d that brought them there, I’ll say it to their Face,
To England what Disgrace, Disgrace, to England what Disgrace231. »

  • 232 Sur ce point, Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 83.
  • 233 Cunningham, Peter (éd.), The letters of Horace Walpole…, op. cit., p. 175.

79« Qu’ils soient maudits ceux qui les amenèrent là » : l’attaque est explicite, mettant directement en cause les ministres, les concepteurs de ces opérations. Persuadé que seul un commandant de la trempe d’un Ferdinand de Brunswick aurait pu se montrer à la hauteur, Lord Shelburne, qui participa à l’opération comme adjudant-général dans l’état-major de Bligh, reproche surtout à Pitt de s’être désintéressé du choix des officiers devant mener à bien ces descentes et d’en avoir laissé la responsabilité à Ligonier – ce qui n’avait d’ailleurs pas été le cas232. À Leicester House, l’échec de Saint-Cast, les faiblesses de Bligh et Clerk – que le Prince de Galles et Lord Bute avaient soutenus, mais qui avaient été lâchés par Pitt à leur retour –, enfin les décisions de ce dernier en faveur de l’envoi de troupes britanniques en Allemagne sans les consulter conduisent à la rupture de leur alliance de circonstance. Horace Walpole se montre lui aussi particulièrement sévère dénonçant pour sa part, dans une lettre du 22 septembre 1758 à Sir Horace Mann, que des soldats aient été « sacrifiés à la vaine fantaisie de gloire d’un homme de mots233 ».

  • 234 An Appeal to Common Sense…, op. cit., p. 4.
  • 235 La même analyse est développée dans un « mémoire qui contient les réflexions et l’opinion d’un étr (...)
  • 236 An Examination of a Letter…, op. cit. C’est à Dodington, proche de Fox puis de Lord Bute, que l’on (...)
  • 237 London Magazine, novembre 1758, p. 547-549.

80Aux attaques ad hominen, s’ajoutent cependant des démonstrations critiques mieux étayées. Dans An Appeal to Common Sense… par exemple, un « vieil officier expérimenté » – mais anonyme – détaille les uns après les autres les objectifs assignés aux descentes sur les côtes de France pour, ensuite, tenter d’en mesurer l’impact réel, sans la moindre complaisance. « Les Français ont plutôt renforcé que diminué leurs forces en Allemagne » écrit entre autres cet auteur, marquant d’emblée que le but essentiel de ces opérations n’a pu être atteint234. Il n’aurait d’ailleurs pu l’être pense-t-il : pour cela, il n’aurait pas fallu « se contenter d’un peu plus que de [les] effrayer » ; seule une force suffisamment nombreuse, capable « de conquérir, de porter la terreur et la désolation au cœur de leur pays », aurait pu y parvenir. Bref : les descentes ne pouvaient conduire, au mieux, qu’à un semi-succès235. Le même argumentaire est développé dans la plus violente des publications de l’automne 1758, An Examination of a Letter Published under the Name of L – T G – L B – Gh and Addressed to the Hon. W – M P – T Esq., parue courant novembre et en général attribuée à George Bubb Dodington. Derrière l’apparent commentaire du document prétendument publié par Bligh quelques semaines plus tôt, se cache en fait une critique acerbe contre les revirements de Pitt, ses appels répétés au peuple, mais aussi les effets désastreux de l’alliance prussienne236. La place réservée par la presse à la présentation des grandes lignes de ce pamphlet – notamment le London Magazine, qui, en novembre, publie les passages les plus critiques – contribue encore à en accroître l’audience et la portée237.

  • 238 Cunningham, Peter (éd.), The letters of Horace Walpole…, op. cit., p. 172.
  • 239 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 57. Le marquis de Mirabeau, dans une let (...)

81Ces libelles ne constituent d’ailleurs que la partie émergée des prises de position des opposants à Pitt. Nombreux sont en effet ceux dont l’opinion est depuis longtemps arrêtée, ceux pour qui il convient de tirer des événements de l’été 1758 les conséquences stratégiques… et politiques qui s’imposent. Dans une lettre à Conway du 19 septembre 1758, Horace Walpole espère que Pitt s’aperçoive « qu’un soupçon de prudence n’est pas un mauvais ingrédient dans une masse de courage238 ». Et dès le 13, deux jours à peine après la bataille, le duc d’Aiguillon notait que les officiers britanniques prisonniers en Bretagne « prétendent que M. Pitt […] sera perdu de cet événement, et me paraissent le désirer beaucoup, estant tous bons royalistes239 ».

82Royalistes, favorables à l’option continentale, contre pittistes, défenseurs d’une blue water policy certes de plus en plus teintée de continentalisme, politique de défense des intérêts hanovriens contre stratégie britannique et donc impériale : c’est à cette traditionnelle opposition que revient une fois encore le débat, la question des descentes n’apparaissant très vite que comme un élément parmi d’autres dans les échanges entre partisans des deux camps. L’envoi de troupes en Allemagne – des troupes qui plus est placées sous le commandement d’un prince germanique, le duc Ferdinand de Brunswick –, l’avenir de Louisbourg dans le cadre de futures négociations de paix inquiètent bien plus les détracteurs du secrétaire d’État aux affaires du Sud.

  • 240 L’un des sommets de la propagande pittiste à cette occasion est sans doute l’opuscule A Genuine Na (...)
  • 241 An Apology for W – P –, Esq., in which the Conduct of L – G – B – h is vindicated from all the Cav (...)
  • 242 A Letter from a Member of Parliament…, op. cit., p. 13. La même critique est formulée par la Month (...)
  • 243 Sur ce dernier point, l’on peut noter la pérennité d’un discours que les sources françaises contre (...)

83Ses partisans se doivent donc, dans le cadre de la « guerre des pamphlets » alors en cours, de surenchérir. Certes, dans les semaines qui suivent l’échec de Saint-Cast, l’on ne semble guère avoir trouvé d’éloges comparables à ceux publiés en juillet suite au premier raid contre Saint-Malo240. Même l’Apology for W – P –…, au titre prometteur, se révèle au final essentiellement ironique241. Face aux « cours martiales se tenant dans les cafés » que dénonce l’un des opuscules alors publiés242, la contre-attaque « médiatique » est cependant rondement menée. Trop peut-être d’ailleurs, entraînant quelques ratés. Ainsi, la longue Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh, to the Rt. Hon. W – M P – T…, publiée à Dublin puis à Londres dès la fin du mois de septembre ou, au plus tard, en octobre 1758, sensée être une défense de Bligh dédouanant Pitt du même coup, suscita une réponse du général contestant la paternité de cette première lettre. Surtout, plus qu’à une véritable justification des choix tactiques ou stratégiques des uns et des autres, tous ces pamphlets œuvrent à faire ressortir les aspects positifs des descentes : les succès de Cherbourg sont mis en exergue, les pertes françaises lors de la bataille de Saint-Cast gonflées et présentées comme supérieures à celles des troupes de Bligh, prisonniers inclus, la mission de diversion apparaissant comme une totale réussite243.

  • 244 Sur ce point, nous renvoyons à Boissière, Cédric, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphan (...)
  • 245 Ce texte est repris, en français puis en anglais, par An Appeal to Common Sense…, op. cit., p. 31- (...)

84L’opinion publique britannique n’est d’ailleurs pas la seule visée par cette offensive : la publication aux Provinces-Unies, dans la Gazette de La Haye notamment, de textes vantant le courage des guards et la déloyauté des combattants français participe de la même logique, à l’échelle internationale cette fois244. Il semble cependant que l’objectif n’est pas totalement atteint. Un autre journal néerlandais, la Gazette d’Amsterdam, publie au même moment un billet daté du 26 septembre à Londres, dénonçant l’attitude du ministère qui « voit bien le vuide des autres expéditions de cette campagne, et n’a pas moins d’attention que d’habileté à le cacher aux yeux du vulgaire245 ». Et de poursuivre :

« Il sait que le peuple est une grande machine tournante sur le pivot de l’illusion, et que les mains de la politique doivent la diriger adroitement vers une perspective toujours agréable. Ainsi, pour effacer l’impression qu’a pu faire sur l’esprit de la multitude le mauvais succès de notre dernière descente près de S[ain]t-Malo, on a soin de lui présenter l’objet d’une autre entreprise qui terminera, dit-on, la campagne par un coup d’éclat auquel nos ennemis ne s’attendent pas ; et pour exciter davantage la curiosité populaire, on enveloppe le projet d’un voile mystérieux. »

  • 246 Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., ne fait aucune allusion à cette hypothèse, non (...)
  • 247 Sur ce point, Ware, Chris, The Bomb Vessel. Shore Bombardment Ships of the Age of Sail, Londres, C (...)
  • 248 Cité par An Appeal to Common Sense…, op. cit., p. 32. Cette mise en chantier est datée du 25 septe (...)

85La rumeur d’une nouvelle descente sur les côtes de France, à l’automne 1758, comme instrument de communication d’un ministère fragilisé ? Si l’hypothèse n’est guère évoquée par les historiens spécialistes de W. Pitt246, la question mérite cependant d’être posée. Notons tout d’abord les longues semaines – deux au moins, plus pour certaines unités – passées sur l’île de Wight par la plupart des régiments débarqués à Cowes plutôt que sur le continent, là où ils auraient pu gagner sans tarder leurs quartiers d’hiver. Notons surtout la rapidité relative avec laquelle certaines décisions semblent avoir été prises au retour de l’escadre du commodore Howe : le 21 septembre 1758 par exemple, l’Amirauté britannique lançait la construction de six nouveaux bomb-ketches du type de l’Infernal, le plus récent de ces navires puisque conçu en 1756, doublant ainsi d’un seul coup les capacités de bombardement des côtes ennemies247. Certes, les missions d’appui aux opérations de débarquement et de rembarquement qui leur avaient été confiées de juin à septembre ne sont pas les seules envisageables ; elles n’en constituent pas moins l’un des usages possibles, accréditant l’hypothèse d’une nouvelle descente. D’autant que, dans le même temps, la Navy cherche à remplacer les flat-bottomed boats détruits lors des opérations de l’été en demandant à des chantiers de Portsmouth d’en construire 14 nouveaux « qui doivent être achevez dans l’espace de 12 jours » signale un article de La Gazette d’Amsterdam248.

  • 249 Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie…, op. cit.,, p. 243-244.
  • 250 Ibid., p. 245.

86Si l’opinion britannique est sans doute la première cible de ces rumeurs, l’inquiétude n’en est pas moins réelle côté français. Le 4 octobre encore, le duc d’Harcourt, commandant en chef de la province de Normandie, s’en ouvre au marquis de La Châtre qui lui répond dès le 9 ne point craindre de nouvelle descente, « malgré les espions de M. le Maréchal » de Belle-Isle et les nouvelles que ceux-ci avaient dû recueillir outre-Manche : « je crois bien qu’ils pourront le dire, mais je doute qu’ils l’effectuent » insiste-t-il notamment, tout en se tenant près à soutenir de « quatre ou cinq bataillons » une éventuelle réaction contre un débarquement au-delà du Couesnon249. Le même jour, le duc d’Aiguillon fait une réponse du même type à son homologue normand, arguant des nouvelles glanées auprès des prisonniers ayant reçu « cent lettres d’officiers particuliers » mais aussi dans « les gazettes anglaises » : « je les y ai lues » affirme-t-il notamment, évoquant les missives de Bligh et Howe demandant à surseoir à tout projet de ce type250.

  • 251 Cité par Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 84.
  • 252 Voltaire lui-même, dans sa correspondance de la seconde moitié de l’année 1758, évoque bien plus l (...)
  • 253 Il convient en effet de noter que les publications concernant la défaite de Saint-Cast se poursuiv (...)

87Il semble en fait que, très vite, Pitt ait tranché en faveur de l’arrêt de ces opérations sur les côtes de France. Dans une lettre à Hardwicke du 18 septembre, Newcastle écrivait que Lord Chatham lui « avait parlé très raisonnablement à ce sujet251 ». Les priorités sont autres désormais : la porte de la Nouvelle France est entrouverte depuis la prise de Louisbourg, malgré l’échec de Ticonderoga ; la situation a été rétablie en Allemagne, suite à Crefeld. La prise de possession de Saint-Louis avait quant à elle ouvert de nouvelles perspectives au Sénégal, tandis que les regards se portent désormais vers l’autre extrémité de la route des esclaves, les Antilles. La faible place accordée finalement aux « affaires de Bretagne » dans nombre de correspondances de responsables politiques, au même titre que le discours du trône de George II en cette fin d’année attestent, indirectement, que l’essentiel, pour les Britanniques, ne s’est pas joué sur la plage de Saint-Cast en 1758, mais plutôt dans les forêts du Canada et sur les plaines de l’Empire germanique252. L’affront n’en est pas pour autant totalement oublié253.

  • 254 Ce tourisme des champs de bataille, s’il est bien connu dans ses développements les plus récents – (...)
  • 255 Recueil de 1858, p. 162.

88Célébrer, dénoncer, réparer : sous des abords a priori similaires, les lendemains d’opération n’ont pas grand-chose de commun de part et d’autre de la Manche. Alors que d’un côté – au nord –, l’événement « Saint-Cast » se définit presque négativement, notamment par le biais des pamphlets dénonçant la conduite des opérations ou le choix d’une stratégie coûteuse et inefficace, en en minimisant – non sans raisons sans doute – la portée, de l’autre côté – au sud donc –, l’affaire est célébrée, l’événement patiemment construit à coup de relations imprimées, de gravures, de médailles, de Te Deum, avec un certain succès d’ailleurs. De manière très révélatrice, dans les jours qui suivent le combat, l’on semble assister au développement d’une sorte de « tourisme » du champ de bataille254. Le recteur de la petite paroisse de Saint-Cast est aussi rapidement – et durablement, des semaines durant – submergé de visiteurs souhaitant voir de leurs yeux le lieu de tous les exploits255.

89Rapidement cependant, la poursuite du conflit, en des lendemains de bataille faits de re-mobilisations, militaires, politiques et culturelles, contribue à estomper le souvenir de ce succès bien isolé.

Notes

1 Il convient de noter l’importance donnée ces dernières années à cette notion de « sortie de guerre », plus englobante, plus dynamique aussi que celle d’« après-guerre » privilégiée par une histoire essentiellement diplomatique. En ce domaine, les travaux ont surtout porté sur les conflits contemporains. Parmi les publications les plus emblématiques, signalons Frémeaux, Jacques et Battesti, Michèle (dir.), Sorties de guerre, Cahiers du CEHD, 2005, no 24 et 2007, no 31 ; Cabanes, Bruno, La victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français (1918-1920), Paris, Seuil, 2004 ; Audoin- Rouzeau, Stéphane et Prochasson, Christophe (dir.), Sortir de la Grande Guerre. Le monde et l’après-1918, Paris, Tallandier, 2008.

2 Nous devons dire ici notre dette aux réflexions des participants au colloque Lendemains de guerre… Réflexions sur « l’après » de l’Antiquité au monde contemporain, organisé par François Pernot et Valérie Toureille à l’université de Cergy-Pontoise les 9/11 octobre 2008. Certains éléments de notre propre contribution à ce colloque, « Lendemains de guerre sur les côtes bretonnes : descentes britanniques et “épuration” en 1758 », sont repris dans ce chapitre.

3 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais à Saint-Briac et leur défaite à Saint-Cast l’an 1758, Saint-Brieuc, Guyon, 1923, p. 78.

4 Voltaire, Lettres inédites de Voltaire adressées à Madame la comtesse de Lutzelbourg, Paris, de Gilé, 1812, p. 77.

5 Arch. nat., B4 78, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprimé), fos 242-245.

6 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais à Saint-Briac et de leur défaite à Saint-Cast en 1758, suivie d’une lettre inédite d’un officier du Fort La Latte », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 71, 1940, p. 287.

7 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 72.

8 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 287.

9 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 73.

10 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 287.

11 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 73.

12 Nous faisons nôtre l’expression de Cabanes, Bruno et Picketty, Guillaume, « Sortir de la guerre : jalons pour une histoire en chantier », Histoire@Politique. Politique, culture, société, no 3, novembredécembre 2007, p. 4.

13 Arch. nat., B4 78, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprimé), f° 244-245.

14 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais à Saint-Cast en 1758, Vannes, Lafolye, 1903, p. 92-93.

15 Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne du chevalier de Mirabeau, 1758-1760, Mayenne, Floch, 1983, p. 149.

16 Ibid., p. 150.

17 Recueil de 1858, p. 128.

18 Ibid., p. 162.

19 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 74.

20 Ibid., p. 77.

21 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 51-52.

22 Ibid., p. 95.

23 Ibid., p. 106.

24 La chose ne surprendra guère en ce XVIIIe siècle ; elle ne semble cependant pas avoir été étudiée pour elle-même, la question de la promotion des officiers en restant en général aux débats autour de l’ancienneté, du mérite, de la fortune enfin (voir par exemple Drévillon, Hervé, L’impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris Tallandier, 2006). Sans doute la réflexion mériteraitelle d’être poussée plus avant sur ce point précis des honneurs pour les militaires, dans le cadre d’une comparaison avec le siècle suivant, qu’il s’agisse des pratiques des armées de la Révolution et de l’Empire ou de celles touchant de plus larges parties de la population. Nous renvoyons aux travaux de Lynn, John, « Toward an Army of Honor : The Moral Evolution of the French Army, 1789-1815 », French Historical Studies, 1989, 16-1, p. 152-173, de Bertaud, Jean-Paul, Quand les enfants parlaient de gloire. L’armée au cœur de la France de Napoléon, Paris, Aubier, 2006, p. 165-202, ou encore de Ihl, Olivier, « Gouverner par les honneurs. Distinctions honorifiques et économie politique dans l’Europe du début du XIXe siècle », Genèses, 55, 2004, p. 4-26. En ce qui concerne les soldats, les remarques de Corvisier, André, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au Ministère Choiseul. Le soldat, Paris, Publications de la faculté des Lettres et sciences humaines de Paris, 1964, p. 772-791, sur cette question restent inégalées.

25 En cela, d’Aiguillon se montre pleinement de son temps, ainsi que le montre par exemple la lettre adressée au comte de Clermont par le prince de Beauvau suite à l’affaire de Hoya qui avait coûté de fortes pertes au régiment des Gardes lorraines en mars 1758 (V., Général, « L’infanterie lorraine sous Louis XV », Carnet de la Sabretache, 1894, p. 583). Rappelons que ces années du milieu du XVIIIe siècle voient la création, en Europe, de toute une série de décorations comparables à l’ordre de Saint-Louis, datant lui de 1693 : l’Ordre de l’Épée en Suède en 1748, celui de Marie-Thérèse en Autriche en 1757, puis l’Ordre de Saint-Georges en Russie en 1769 ou encore la médaille Pour le Mérite créée en Prusse en 1740. La nouveauté de la seconde moitié du siècle tient sans doute à la plus grande place accordée aux simples soldats et sous-officiers dans ce management honorifique, comme l’illustre notamment la possibilité pour eux d’obtenir l’Ordre de Saint-Louis, la création d’un système de vétérance, ou encore les réflexions autour d’un « ordre du mérite » dans l’armée britannique. Sur ces décorations et récompenses, nous renvoyons à Anderson, Matthew S., War and Society in Europe of the Old Regime, 1618-1789, Leicester, Leicester University Press, 1988, p. 175, Bois, Jean-Pierre, Les anciens soldats dans la société française au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1990, p. 76-97 ou encore Brumwell, Steve, Redcoats. The British Soldier and War in the Americas, 1755-1763, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, p. 115-116.

26 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 52. Le duc mentionne aussi dans sa lettre « M. le marquis de Polignac et M. le comte de la Tour d’Auvergne, qui sont tous les deux blessés grièvement et qui ont fait des merveilles à la tête de leurs régiments ».

27 Sur la diffusion des nouvelles suite aux batailles, Duffy, Christopher, The Military Experience in the Age of Reason, Londres, Routledge, 1987, p. 261.

28 Sur le marquis du Broc, promu brigadier à cette occasion, voir Laulanne, Daniel, « Cinquante ans au service du Roi : la carrière de Michel Armand, marquis de Broc », La Province du Maine, 66, 2003, p. 99-138.

29 Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne…, op. cit., p. 153.

30 Nous l’avons vu, Voltaire doute lui aussi de ces chiffres ; Voltaire, Lettres inédites de Voltaire…, op. cit., p. 79.

31 La chose n’est pas propre à la France. Un pamphlet hostile à Pitt publié en juillet 1758, Things As they Are, Londres, Hooper and Morley, 1758, p. 82, lui reproche d’avoir exagéré l’importance de la victoire de Crefeld en juin de la même année, notamment par la célébration d’une messe d’action de grâce.

32 Recueil de 1858, p. 66.

33 Sur ces questions, voir Fogel, Michèle, Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989 pour la période de la guerre de Succession d’Autriche ; pour une période plus large englobant la guerre de Sept Ans, Fogel, Michèle, « Célébrations de la monarchie et de la guerre. Les Te Deum de victoire en France de 1744-1783 », in Viallaneix, Paul et Ehrard, Jean (dir.), La bataille, l’armée, la gloire (1745-1871). Actes du colloque international (1983), Clermont-Ferrand, Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université de Clermont-Ferrand II, 1985, p. 35-44.

34 Notons cependant que tout, dans la célébration de ce Te Deum suivant Saint-Cast, correspond parfaitement au schéma mis en évidence par Fogel, Michèle, « Célébrations de la monarchie… », art. cit. : le délai de trois à quatre jours séparant en général la nouvelle de la victoire de la publication des lettres du monarque demandant la cérémonie, le souci de se concilier l’opinion du peuple appelé à participer à cette grande communion monarchique tout en permettant de mieux asseoir l’autorité du roi, etc.

35 Voltaire écrit à Charles-Étienne Darget le 4 octobre 1758 s’« uni[r] à votre Te Deum pour la déconfiture des pirates anglais près de Saint-Malo ; c’est toujours une consolation » ; Voltaire, Correspondance, Paris, NRF/La Pléiade, 1980, t. V, p. 234-235.

36 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 288. Les faits sont confirmés par le récit qu’en a laissé dom Jamin (Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 83-84).

37 Arch. municipales d’Auray, BB 15, délibération de la communauté de ville, octobre 1758 et Arch. municipales de Quimper, BB 19, délibération de la communauté de ville, 20 octobre 1758, f° 81.

38 Condan, « Bataille de Saint-Cast », Revue de Bretagne, de Vendée et d’Anjou, janvier, 1900, p. 43-46.

39 Legrand, Paul, abbé, « Guerre de Sept Ans. Le Livre des routes du baron de Plas, capitaine au régiment d’infanterie du Roi (1757-1759) », Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 1905, p. 196.

40 Pocquet, Barthélemy, « La Chalotais et le parlement de Bretagne », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 1895, p. 26.

41 Boës, Anne, « Les militaires dans le théâtre français, 1746-1789 », in Viallaneix, Paul et Ehrard, Jean (dir.), La bataille, l’armée…, op. cit., p. 45-58. De manière plus générale, voir Boës, Anne, La lanterne magique de l’histoire : essai sur le théâtre historique en France de 1750 à 1789, Oxford/Paris, Voltaire Foundation, 1982.

42 Pocquet, Barthélemy, Histoire de Bretagne, Rennes, Plihon et Hommay, 1914, t. VI, p. 273.

43 Tanevot, Alexandre, Sur la victoire de M. le duc d’Aiguillon, slnd [1758], 3 p. ; Recueil de 1858, p. 243-245 et 248-253 ; Guiot, J.-A., Gallicas ad oras debellatus Anglus, 1758, cité in Guilbert, Philippe Jacques Étienne Vincent, Mémoires biographiques et littéraires par ordre alphabétique sur les hommes qui se sont fait remarquer dans le département de la Seine-Inférieure, Rouen, Fr. Mari, 1812, p. 538-539.

44 Relation de la nouvelle descente des Anglois à Saint-Malo, Rennes, J. Vatar, 1758 ; Relation du combat de S [ain] t-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 1758, reprise dans le Recueil de 1858, p. 17-26 ; Relation de la victoire remportée sur les Anglois, le 11 septembre 1758, près Saint-Cast, Saint-Malo, Le Conte-Hovius, 1758, reprise dans le Recueil de 1858, p. 27-34 ; Relation de la défaite des Anglois par le duc d’Aiguillon à l’anse de Saint-Cast, Paris, 1758 et Coll., La Bretagne sous Louis XV. Exposition commémorative du combat de Saint-Cast (11 septembre 1758), Saint-Brieuc, Archives départementales des Côtes-du-Nord, 1958, p. 2.

45 Arch. nat., B4 78, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprimé), f° 242-245.

46 Coll., La Bretagne sous Louis XV…, op. cit., p. 2.

47 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 303.

48 Bibl. nationale de France, QB1 (1758). Notons ici que La Motte-rouge, Daniel de, Châtellenie de Lamballe, Vieilles demeures et vieilles gens, [Hénansal], La Motte Rouge, 1977, p. 263, propose la reproduction d’une gravure imprimée au même moment à Paris, chez Basset, avec « permis de graver et de distribuer ce 16 septembre 1758 », dont nous n’avons pu retrouver la trace à la Bibliothèque nationale. Elle met en scène, au premier plan, le duc d’Aiguillon dirigeant la charge de ses troupes contre les soldats britanniques en train de rembarquer avec, sur sa gauche, des fortifications sans grand rapport avec la réalité du terrain.

49 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 303 et Bibl. nationale de France, QB1 (1758). Lors de la séance des états du 27 janvier 1759 à Saint-Brieuc, Courville propose « d’en remettre et déposer dès à présent au greffe des Etats cinquante estampes si les Etats l’agréoient et y consentoient, avec soumission qu’il faisoit d’en remettre encore 350, jeudy prochain [1er février], à l’arrivée du courrier, pour être distribués aux trois ordres qui composent la présente assemblée » ; Recueil de 1858, p. 45.

50 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 303.

51 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 F 303 et Recueil de 1858, p. 66.

52 Bibl. nationale de France, QB5 (1758).

53 Recueil de 1858, p. 44.

54 Ibid., p. 183-186.

55 Nous nous appuyons ici très largement sur les travaux très suggestifs de Guillorel, Éva, « Chanson politique et histoire : le combat de Saint-Cast et les Anglais sur les côtes de Bretagne au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 167-184.

56 Recueil de 1858, p. 253.

57 La Borderie, Arthur de, « Chansons populaires relatives aux descentes des Anglais en Bretagne en 1758 », Revue de Bretagne et de Vendée, juillet 1883, p. 5-17 et août 1883, p. 81-97 ; Recueil de 1858, p. 241-266. 17 de ces chansons concernent le combat de Saint-Cast proprement dit.

58 Ainsi que le rappelle Guillorel, Éva, « Chanson politique et histoire… », art. cit., p. 178, l’on se situe ici dans la veine des vaudevilles qui suscitent un intérêt croissant dans la première moitié du XVIIIe siècle.

59 La Borderie, Arthur de, « Chansons populaires… », art. cit., août 1883, p. 88-89.

60 « Chansons », in Recueil de 1858, p. 258.

61 Coll. Penguern, BnF, ms. 111, f° 123 r °-130 r °, publiée par Loth, Joseph, « Une chanson inédite sur le combat de Saint-Cast », Annales de Bretagne, 12-4, 1897, p. 607-621.

62 Nous l’avons dit plus haut : si, entre autres, les capitaineries garde-côtes du Trégor ont été mobilisées et leurs troupes concentrées autour de Matignon, elles ne semblent pas avoir participé directement aux combats. Sur cette participation des Bas-Bretons, nous rejoignons très largement les analyses de Chenu, Joseph, « La bataille de Saint-Cast et l’implication bretonne », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor, 2009, p. 23-54.

63 Délibération du bureau de ville de Rennes, 15 octobre 1758, citée in Recueil de 1858, p. 76.

64 Délibération du bureau de ville de Rennes, 16 novembre 1758, citée in Recueil de 1858, p. 77-78.

65 Le régiment de Brie, qui regagne la ville en même temps que le duc, reçoit un accueil triomphal de la population au cours d’une quinzaine de jours de festivités, entre le 15 et le 29 octobre (Mellinet, Camille, La commune et milice de Nantes, Nantes, Mellinet, 1839, t. V, p. 175-179 et délibération du bureau de ville de Nantes, 21 octobre 1758, citée in Recueil de 1858, p. 83). La possibilité d’une sorte de rivalité entre les deux principales villes de la province en ce domaine n’est d’ailleurs pas à exclure.

66 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 48 J 5, Le siège de Saint-Malo et la Bataille de Saint-Cast près de Saint-Malo. Cantatilles à voix seule avec symphonie dédiées à Monseigneur le duc d’Aiguillon, Paris, 1758. Le duc d’Aiguillon organise régulièrement des concerts privés. Il entretient surtout une troupe de musiciens au nombre desquels figure Barthélémi, le compositeur de cette pièce La première page de cette œuvre est reproduite en couverture de Résonances, no 49, janvier-mars 1999. Sur la place du duc d’Aiguillon en matière de création et de diffusion d’œuvres musicales, voir Garnier-Butel, Michèle, « La bibliothèque musicale du duc d’Aiguillon », Bretagne. Art, création, société, Mélanges en l’honneur de Denise Delouche, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 189-198 et Le Moigne-Mussat, Marie-Claire, Musique et société à Rennes aux XVIIIe et XIXe siècles, Genève, Minkoff, 1988, p. 83-84. Nous remercions E. Guillorel d’avoir attiré notre attention sur cet aspect de la vie du commandant en chef de la province de Bretagne.

67 Pocquet, Barthélemy, « La Chalotais et le parlement… », art. cit., p. 26. Les trois Britanniques apparaissent enchaînés, tandis que la Victoire couronne le duc et la Bretagne en chantant : « D’Aiguillon à la tête/De nos fiers combattants/Assure la défaite/De ces cruels forbans ».

68 Recueil de 1858, p. 41-43. Il est alors prévu que cette médaille soit frappée à 1 200 exemplaires.

69 Dans une lettre du 27 septembre 1758 à la commission intermédiaire des états de Bretagne, le duc d’Aiguillon soulignait : « Nos ennemis craindront à l’avenir d’attaquer une province dont les membres les plus distingués deviennent grenadiers dès qu’elle est menacée et donnent à leurs nouveaux compagnons l’exemple de la valeur et de l’intrépidité » ; cité par Gury, Jacques, « La bataille de Saint-Cast, de 1758 à 1858 : l’histoire réécrite… », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor, 2009, à paraître.

70 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 288. Les faits sont confirmés par le récit qu’en a laissé dom Jamin (Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 83-84).

71 Recueil de 1858, p. 43-44.

72 Ibid., p. 40.

73 Ibid., p. 45.

74 Ibid., p. 49.

75 Les raisons de ce choix ne sont guère évidentes. La modestie d’un La Planche n’est en rien comparable avec l’aisance – au moins relative – d’un de Caud. Si certains sont militaires – en congé ou en retraite – tels de Caud, de La Cornillère-Narbonne ou de la Vigne, d’autres n’ont aucun rapport avec les armées. Si plusieurs furent blessés – Scott, de Caud –, ce n’est pas le cas de tous, loin s’en faut. L’ancienneté de la noblesse ne semble guère avoir été un critère : alors que l’appartenance de la famille de La Vigne au second ordre remonterait au XIIIe siècle, celle de René de Caud, descendant d’une famille de la bazoche rennaise, n’est guère assurée. Sur ce dernier qui obtint du roi un commission de capitaine et l’ordre de Saint-Louis, nous renvoyons au pratique article de Saulnier, Frédéric, « Lucile de Châteaubriand et M. de Caud d’après des documents inédits », Revue historique de l’Ouest, 1885, p. 11-28.

76 Le cas de ce dernier reste trouble. Les éditeurs du Recueil de 1858, p. 50, notent que Sohier refuse les lettres de noblesse demandées pour lui par les états de 1758, notamment en raison de titres de noblesse anciens de deux siècles déjà. Dans les pages qu’il consacre à l’anoblissement en Bretagne, Meyer, Jean, La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1966, p. 400-401 situe pour sa part cette demande de l’assemblée provinciale en 1760 et n’évoque pas le moindre refus éventuel de la part de Sohier. Il est vrai que la Chambre des Comptes de Bretagne enregistra des lettres de noblesse à son nom en 1763 (Arch. dép. de Loire-Atlantique, B 500).

77 Recueil de 1858, p. 50-51.

78 Ibid., p. 55.

79 Arch. municipales de Landerneau, BB 7, délibération du 17 septembre 1758, f° 154.

80 Arch. municipales d’Auray, BB 15, délibérations d’octobre 1758.

81 De manière très significative, l’on retrouve dans Luynes, duc de, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1758), Paris, Firmin-Didot, 1865, t. XVII, p. 66-73 le texte à peine modifié de l’une des relations de la bataille imprimée courant septembre 1758. Voir aussi Barbier, Edmond Jean François, Chronique de la régence et du règne de Louis XV (1718-1763) ou journal de Barbier, Paris, Charpentier, 1857, t. VII, p. 93 ; Voltaire, Précis du siècle de Louis XV par M. de Voltaire, servant de suite au Siècle de Louis XIV, Lausanne, s.n., 1769, p. 160-161 ; Baudry, Paul, « Journal du curé du Vaurouy depuis l’an 1696 jusqu’à l’a 1767 », Revue de la Normandie, 1867, p. 48.

82 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 74.

83 Nous suivons ici les analyses de Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle), Paris, Seuil, 2008, p. 252-262.

84 Relation du combat de S[ain]t-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 1758, p. 3.

85 Recueil de 1858, p. 151.

86 Recueil de 1887, p. 218-219.

87 Recueil de 1887, p. 220 et Hopkin, David, Lagadec, Yann, Perréon, Stéphane et Rannou, André, « William Todd et Walter Thomas : deux regards britanniques sur la bataille de Saint-Cast (11 septembre 1758) », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor, 2008, p. 12-13, 20-21 et 29-30.

88 Lettre de Bligh à Pitt, publiée dans le London Magazine, septembre 1758, p. 435-436 et Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 52. Cet ordre de grandeur est implicitement confirmé par d’autres sources. A titre d’exemple, les grenadiers du 30th Foot, le régiment du caporal Todd, laissent 32 prisonniers sur la plage de Saint-Cast : le lieutenant Thomas Price, l’enseigne John Round, qui meurt en France des suites de ses blessures, un sergent, deux caporaux et 27 soldats. Ces 32 hommes représentent donc le tiers de l’effectif théorique de cette compagnie, plus probablement entre 40 et 50 % des effectifs réels au cours de cette troisième descente de l’été (Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 293). Par ailleurs, dans une lettre du 18 septembre 1758, l’intendant Le Bret mentionne la présence de 345 prisonniers à Dinan (SHD/DAT, A1 3505, no 330). Certes, ce décompte ne prend sans doute pas en compte les blessés ; certes, tous les prisonniers ne sont pas à Dinan, même si la plupart d’entre eux s’y trouvent. Ce chiffre laisse cependant penser que le nombre des prisonniers est peut-être plus proche de 500 que de 800.

89 Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne…, op. cit., p. 149 et 151.

90 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 57, 96 et 108 ; Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne…, op. cit., p. 151.

91 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 57 et Recueil de 1887, p. 219. Selon Rioust des Villes-Audrains, « M. le duc d’Aiguillon accorda aux mylords prisonniers tout ce qu’ils demandèrent ; il leur permit d’écrire à bord, de faire venir leurs suites et de choisir pour séjour la ville qui leur plairait le plus : ils ont choisi la capitale de la province » ; Recueil de 1858, p. 125. Lord Cavendish fait partie des premiers prisonniers libérés, mi-octobre 1758, en charge de la négociation d’un nouveau cartel d’échange de prisonniers de guerre, celui de l’Écluse, signé le 6 février 1759. À cette date, une bonne partie des prisonniers de Saint-Cast avaient déjà rejoint leur pays cependant, comme le laisse entendre le London Magazine de décembre 1758. A titre d’exemple, sur les 32 prisonniers du 30th Foot, le régiment du caporal Todd, 30 ont regagné la Grande-Bretagne dès le mois de décembre 1758 : outre l’enseigne Round, mort en captivité des suites de ses blessures, seul un prisonnier du régiment demeure alors en France, et ce jusqu’en avril 1759 au moins (Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 293). Sur ces questions, voir la mise au point de Savory, Reginald, « The Convention of Écluse, 1759-62 : the Treatment of Sick and Wounded, Prisoners of War, and Deserters of the British and French Armies During the Seven Years’War », Journal of the Society for Army Historical Research, 1964, 42, p. 68-77, qui demanderait une confrontation avec les données de Gaussen, G., Saint-Malo et la mer en 1759, DES, Histoire, Rennes 2, 1967, p. 196-197 et Le Berre, Michelle, Les activités du port de Saint-Malo en 1758, DES d’histoire, Rennes 2, 1967.

92 Recueil de 1858, p. 150.

93 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 287.

94 Ibid., p. 288.

95 Ibid., p. 290.

96 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 82.

97 Ibid., p. 82. Selon dom Jamin, « les deux plus distinguez étoient Caswale et Kouley, ce dernier étoit le fils d’un amiral d’Angleterre ». Il s’agit en fait du capitaine Caswell, des grenadiers des Guards, blessé sur la plage de Saint-Cast selon Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction of Consequence of the Guards…, [Londres], George Downing, 1758, p. 51 ainsi que du capitaine Rowley, du Montagu, effectivement blessé en coordonnant le rembarquement sur la plage (lettre de Howe à Pitt, 12 septembre 1758, citée par Beatson, Robert, Naval and Military Memoirs of Great Britain, from 1727 to 1783, Londres, J. Strachan, 1790, p. 273-274).

98 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 82.

99 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 56.

100 Sur cette question, Henwood, Philippe, « Les prisonniers de guerre anglais en Bretagne au XVIIIe siècle », in Guerres et paix (1660-1815), Journées franco-anglaises d’histoire de la marine, Vincennes, Service historique de la Marine, 1987, p. 73-91 et Perréon, Stéphane, L’Armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des États, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 145 et 150.

101 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 74. Quelques semaines plus tard, ils sont rejoints par « les soldats anglais qui ont déserté ou ont été faits prisonniers à la descente de Cherbourg », à l’exception de ceux qui acceptent de s’engager dans le régiment de Clare, composé d’Irlandais (Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie au XVIIe et au XVIIIe siècle d’après la correspondance des marquis de Beuvron et des duc d’Harcourt, lieutenants généraux et gouverneurs de la province, Caen, Impr. Goussiaume de Laporte, 1863, vol. I, p. 246).

102 Le premier chiffre est avancé par la Relation du combat de S [ain] t-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 1758, p. 7, le second par une seconde version de ce même document, publiée dans Recueil de 1858, p. 26. Un état dressé courant septembre ne mentionne que 250 blessés français (SHD/DAT, A1 3505, no 332, État des blessés français à Saint-Cast). Ainsi Boulonnais aurait-il 85 blessés et non 109, Brie 67 au lieu de 70, etc.

103 Recueil de 1858, p. 169. Selon l’ecclésiastique, le résultat en fut « que la côte fut fort poissonneuse pendant quelques années ».

104 Sur ce point, voir Chagniot, Jean, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, Presses universitaires de France, 2001 p. 168.

105 Recueil de 1858, p. 138.

106 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 56.

107 Ibid., p. 90-91. Dans une lettre du 12 septembre au maréchal de Belle-Isle, l’intendant Le Bret décrit les préparatifs : « je vins le 10 m’établir à Dinan pour faire mettre les hôpitaux de cette ville en état de recevoir les blessés. Je me suis occupé le 10 et le 11 à faire pourvoir ces hôpitaux de tous les ustensiles et de toutes les fournitures nécessaires pour la réception et le traitement des blessés, et pour rassembler ce qui pouvoit être nécessaire pour l’établissement d’un hôpital ambulant » (SHD/DAT, A1 3505, no 308). Selon lui, les hôpitaux de la ville peuvent accueillir 250 blessés.

108 Sur ce point, nous renvoyons à la courte synthèse proposée par Kennett, Lee, The French Armies in the Seven Years’War, Durham, Duke University Press, 1986, p. 130-137. Notons d’ailleurs que le taux d’encadrement médical des armées françaises est l’un des plus élevés à cette époque, loin devant ceux des armées britanniques ou prussiennes. Frédéric II ne se souciera guère de ces questions avant les années 1770 semble-t-il. Quant à l’armée britannique – à l’instar d’ailleurs des autres armées européennes –, son principal souci est celui des épidémies bien plus que celui des blessures dues aux combats comme l’illustre les contributions au récent ouvrage de Hudson, Geoffrey L. (dir.), British Military and Naval Medicine, 1600-1830, Amsterdam/New York, Rodopi, 2007.

109 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1085, état des fournitures que le Sieur de Lantillais a fait faire à Plancoët, 26 septembre 1758.

110 Sur ce point, Hardouin, P., « L’organisation des secours aux blessés de la bataille de Saint-Cast (11 septembre 1758) », Nouvelle Revue de Bretagne, 4, 1947, p. 450-451 et Chenu, Joseph, « La bataille de Saint-Cast et l’implication bretonne… », art. cit.

111 Recueil de 1858, p. 128.

112 Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo et à Matignon dans la semaine du 4 au 11 septembre », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, tome 49, 1911, p. 154.

113 Le religieux écrit notamment que le 12 septembre, « Boulonnnois et Fontenay rentrèrent à Saint-Malo […]. Leurs blessez furent mis à l’Hostel-Dieu » ; Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 74.

114 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1085, mémoire des dépenses et soins particuliers du Sieur de Lantillais, 19 septembre 1758.

115 Voir notamment les documents reproduits dans le Recueil de 1887, p. 247-259. Au 24 novembre 1758, deux mois et demi après la bataille, l’on compte par exemple encore 48 blessés français et 34 britanniques à l’hôpital général de Dinan.

116 Recueil de 1858, p. 140.

117 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 98.

118 Recueil de 1858, p. 125.

119 Corvisier, André, L’armée française…, op. cit., p. 673-681.

120 Ces contusions ne sont guère prises au sérieux d’ailleurs : ainsi que le note le marquis de La Châtre dans une lettre du 12 septembre 1758 au sujet du régiment de Boulonnais, « ils ont onze officiers blessés et un de tué, sans compter les contusionnés » ; Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 95.

121 Relation du combat de S[ain]t-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 1758, p. 4 et Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 95.

122 « Ces masses cylindriques de bronze arrivent à une assez faible vitesse, mais suffisent à éprouver rudement les fantassins. Touchant un sol dégagé, un boulet soulèvera de la terre, fera gicler de la boue. Mais il peut aussi bien ricocher depuis son point d’impact et menacer le voisinage, tout comme il peut rouler sur la pente si un obstacle, fossé, morceau de bois ou corps ne vient arrêter sa course. Son passage crée le “vent du boulet”, une surpression dangereuse pour celui qui est frôlé, susceptible d’entraîner la perte de connaissance, l’éclatement de vaisseaux et des hémorragies. S’il heurte, le boulet décapite, éventre, défonce la cage thoracique ou arrache des membres » ; Chaline, Olivier La bataille de la Montagne Blanche…, op. cit., p. 185.

123 Relation du combat de S[aint]-Cast, Rennes, G. Vatar, 1758, p. 6.

124 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 72.

125 Recueil de 1858, p. 140 et Relation du combat de S[aint]-Cast, Rennes, G. Vatar, 1758, p. 4.

126 Relation du combat de S[ain]t-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 1758, p. 6-7.

127 Recueil de 1858, p. 140.

128 Sur ce point, voir les analyses de Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre…, op. cit., p. 288.

129 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 84-87 signale cependant, en plus de deux officiers et un volontaire mentionnés par dom Jamin, une quinzaine d’autres noms de combattants relevés dans les registres de sépultures de Saint-Malo, dont 11 du régiment de Brie morts entre le 21 septembre et le 25 octobre, soit de l’ordre de 15 à 20 % des 59 à 70 soldats blessés signalés dans la Relation du combat de S[aint]-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 1758.

130 Registres de sépultures de Plancoët, cités in Recueil de 1858, p. 175. Au sujet de la bataille de la Montagne Blanche, O. Chaline rappelle que « les jours qui suivirent […] furent sans doute aussi meurtriers que la bataille proprement dite [2 000 morts en 2 heures…]. Ce que n’avaient pas fait le boulet, la balle ou la lame, les blessures et les infections le firent […]. Les amputations débouchaient sur la gangrène en peu de jours comme y menait aussi une fracture ouverte, avec les saignements et les infections. Le tétanos menaçait aussi. Les péritonites emportaient leur tribut de victimes. Pour nombre de blessés abandonnés sur le champ de bataille ou même transportés dans une infirmerie de fortune, la soif fut une torture. La montée [des pentes] puis le combat représentèrent un rude effort qui ne pouvait que donner soif, mais les hémorragies étaient plus encore des pertes d’eau. Les blessés à l’abdomen pour lesquels on ne pouvait rien et à qui il ne fallait pas donner à boire étaient aussi condamnés à une déshydratation qui rendait leur fin encore plus atroce. La soif fut l’une des principales causes de décès des blessés sur cette crête aride de la Montagne Blanche dépourvue de sources et de puits » ; Chaline, Olivier, La bataille de la Montagne Blanche…, op. cit., p. 212.

131 SHD/DAT, 1 Yc 167, régiment de Boulonnais, contrôle du 26 juillet 1749 et 1 Yc 218, régiment de Brie, contrôle du 1er juillet 1756. L’on notera ici le décalage avec les données fournies par les diverses Relations. Voir infra, graphique 3.

132 Relation du combat de S[aint]-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 1758.

133 Recueil de 1858, p. 161.

134 Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo… », art. cit., p. 153.

135 La Relation du combat de S[ain]t-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758, Rennes, Guillaume Vatar, 1758, p. 7, ne mentionne que 76 morts. Ce chiffre est largement revu à la hausse par une seconde version de ce même document, publiée dans le Recueil de 1858, p. 26. Il y est question de 155 morts. On a vu par ailleurs que, pour les régiments de Brie et Boulonnais, le nombre des tués le jour de la bataille doit être augmenté de 50 à 65 % si l’on y inclut les blessés qui meurent dans les deux mois qui suivent. L’on atteindrait alors, en généralisant de manière certes hasardeuse, de l’ordre de 200 à 250 morts français.

136 Recueil de 1858, p. 178.

137 La tâche est d’autant plus compliquée que, selon Corbett, Julian Stafford Sir, England in the Seven Years War : A Study in Combined Strategy, [s.l.], Longmans, 1907, p. 300-301, une partie des sources britanniques concernant cette question a été perdue.

138 Arch. nat., B4 78, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprimé), f° 245.

139 Recueil de 1858, p. 124.

140 Sur ce point, Hopkin, David, Lagadec, Yann, Perréon, Stéphane et Rannou, André, « William Todd et Walter Thomas… », art. cit.

141 La lettre de Sir Andrew Mitchell au roi de Prusse est mentionnée par Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 291; Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions or Expeditions that have been carried on jointly by the Fleet and Army with a Commentary on a Littoral War, Londres, Dodsley, 1759, p. 248.

142 Sur ce point, voir par exemple la lettre adressée par Walpole à Sir Horace Mann, 22 septembre 1758 (Cunningham, Peter (éd.), The Letters of Horace Walpole, earl of Orford, Londres, Henry G. Bohn, 1861, vol. III p. 175). Horace Walpole, écrivain à l’origine du gothic tale, est le plus jeune fils de Robert Walpole, principal ministre de George II de 1721 à sa démission en 1742. Lui-même membre du Parlement, Horace se montre particulièrement dévoué au roi, s’opposant à la politique de Pitt mais aussi aux prises de position du futur George III.

143 L’officier du régiment de Quercy cité par Chenu, Joseph, « Autour de la bataille de Saint-Cast en 1758 », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 109, 1981, p. 69 parle de 7 à 800 morts ; la Relation du combat de S[aint]-Cast en Bretagne, le 11 septembre 1758 publiée à Rennes, chez Guillaume Vatar, par autorisation du 14 septembre 1758, avance le chiffre de 900 morts. Pour les seules quatre compagnies des grenadiers des Guards restées sur la plage au moment du combat, les pertes seraient de 121 hommes sur 267, de l’ordre de 45 % donc ; Hackmann, William K., British Military Expeditions to the Coast of France, 1757-1761, PhD thesis, University of Michigan, 1969, p. 140. Nos analyses divergent sur ce point de celles de Ménès, Jean-Claude, « Pertes britanniques à la bataille de Saint-Cast », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor, 2009, p. 55-77.

144 Ce sont leurs corps que la mer rejette pendant plusieurs jours sur le rivage, « plus de 400 cadavres des Anglais » trouvés entre Saint-Lunaire et Saint-Cast selon une lettre en date du 3 octobre du chevalier de Redmond qui exagère sans doute : « il en est venu jusqu’au pont de Dinan » précise-t-il plus loin ; Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 77-78.

145 À titre de comparaison, les pertes – morts, blessés et disparus – sont, côté français, de l’ordre de 10 000 hommes dont 5 000 prisonniers à Rossbach en 1757 (près de 25 % des effectifs engagés), 10 à 11 000 hommes à nouveau lors de la bataille de Minden en 1759 (20 % des effectifs), plus de 3 000 à Kloster-Camp en 1760 (12 à 15 %). Lors de leur défaites de Bergen en avril 1759 ou de Corbach en juillet 1760, les Anglo-Hanovriens ne perdent que 2 400 et 1 000 hommes, 2 et 6 à 7 % de leurs effectifs (Savory, Reginald Arthur Sir, His Britannic Majesty’s Army in Germany During the Seven Years War, Oxford, Clarendon Press, 1966, p. 514 et Castex, Jean-Claude, Dictionnaire des batailles terrestres franco-anglaises de la guerre de Sept Ans, Québec, Presses universitaires de Laval, 2006). Ces données sont à mettre en relation avec les pertes moyennes de 10 % calculées par Griffith, Paddy, The Art of War of Revolutionnary France, 1789-1802, Londres, Greenhill Books, 1998, p. 233 pour les batailles de la Révolution, d’un peu plus de 20 % pendant les guerres de l’Empire selon Chandler, David G., The Campaigns of Napoleon, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1967, p. 118-121.

146 Thomas, Walter, A Journal…, op. cit., p. 52-53.

147 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 99. Notons en passant qu’au moment de son engagement, Sir John Armitage préparait son mariage avec la sœur de Richard Howe, ce qui explique peut-être pour une part sa présence à Saint-Cast.

148 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit, p. 71.

149 Le soldat du 68th Regiment of the Foot qui a laissé ses souvenirs des descentes de 1758 a décrit au sujet de l’opération de juin la promiscuité à bord des navires de transport, mentionnant la présence sur le Contant Jean de « quatre cents soldats, sans compter les officiers, sergents, tambours et femmes » ; A Soldier’s Journal containing a Particular Description of the Several Descents on the Coast of France last War…, Londres, Dilly, 1770, p. 13-14.

150 De manière significative, les instructions précédant le débarquement sur l’Île Royale insistent sur les précautions prises par le commandement britannique pour assurer la protection de ces femmes contre la barbarie des « Indiens, Canadiens et autres sauvages peints », réputés pour « exercer leur cruautés contre le sexe et pour scalper et mutiler les pauvres soldats malades et les femmes sans défense » (Hitsman, J. Mackay, « Order before landing at Louisbourg, 1758 », Military Affairs, 22, 1958, p. 147). Il a surtout été prévu qu’il soit interdit aux femmes de débarquer « jusqu’à ce que l’armée ait entièrement débarqué » (Gordon, W. A. lieutenant, « Journal of the Siege of Louisburg by Lieut. W. A. Gordon, 40th Regt », Journal of the Royal United Service Institution, 1915, vol. 60, p. 121).

151 Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo… », art. cit., p. 150. Sur le rôle des femmes dans l’armée britannique, Brumwell, Steve, Redcoats…, op. cit., p. 122-127.

152 Recueil de 1858, p. 138.

153 Ibid., p. 125.

154 Il faut en fait attendre plusieurs semaines et la publication d’un « mandement de Mgr de Saint-Malo, daté du 16 [octobre], qui ordonnait en action de grâces une procession générale après vêpres et ensuite le salut à la cathédrale et le lendemain une messe pour les morts » écrit frère Bruno ; Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 288.

155 Registres de sépultures de Saint-Cast, cités in Recueil de 1858, p. 178.

156 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1085, mémoire d’Aubry de Vildé, maire de Dinan, 20 septembre 1758. La guerre de Crimée, en 1854-1855, marque une rupture importante en matière de prise en compte individuelle du corps des morts, même si les premiers signes d’une évolution étaient sans doute ponctuellement perceptibles depuis la fin du XVIIIe siècle et, plus encore, les guerres de l’Empire. Sur ces questions, voir Bodinier, Gilbert, « Les officiers et les soldats face à la mort dans les armées du Premier Empire », in Le soldat, la stratégie, la mort. Mélanges André Corvisier, Paris, Economica, 1989, p. 419-429 et Capdevila, Luc et Voldman, Danièle, Nos morts. Les sociétés occidentales face aux tués de la guerre, Paris, Payot, 2003.

157 Recueil de 1858, p. 151.

158 Nous renvoyons aux pages concernant l’« esthétique de la gloire » dans Bertaud, Jean-Paul, Quand les enfants…, op. cit., p. 301-345.

159 Il n’en va pas de même, dans les jours ou les semaines qui suivent, pour les officiers qui meurent de leurs blessures. Ainsi, selon dom Jamin, « M. de Burgat, major du régiment de Brie, étoit mort le 5 [octobre] de ses blessures. Une compagnie de Boulonnois et de la milice bourgeoise furent commandées pour ses funérailles ». Quelques jours plus tard, suite au décès du marquis de Cucé, maistre de camp et enseigne aux mousquetaires du roi, « deux cents Boulonnois et deux compagnies de milice bourgeoise furent commandés pour accompagner le convoi ». L’ecclésiastique note d’ailleurs que « le public auroit souhaité que la sépulture de ces héros eût été honorée de ces marques de distinction que la reconnoissance doit aux libérateurs de la patrie » (Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, p. 84-86). Parmi les volontaires tués au combat, seul Jean-Joseph de Saint-Pair de Carlac, originaire de Saint-Broladre, semble avoir eu droit à une cérémonie religieuse, en l’occurrence en l’église de Saint-Pôtan le 12 septembre. Il est vrai cependant qu’il avait été tué par méprise par des miliciens bas-bretons dans la nuit du 9 au 10 septembre et, qu’en cela, il put échapper au sort réservé à la masse des corps des morts du 11 septembre.

160 Recueil de 1858, p. 151. Ainsi que le signale Duffy, Christopher, The Military Experience…, op. cit., p. 261, les morts des deux camps sont en général enterrés ensemble, et non séparément comme cela semble avoir été le cas à Saint-Cast.

161 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 71.

162 Ibid., p. 72.

163 Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo et à Matignon dans la semaine du 4 au 11 septembre », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, tome 49, 1911, p. 155.

164 Recueil de 1858, p. 177-178.

165 Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais… », art. cit., p. 150.

166 Paris-Jallobert, Paul, « Nouveaux documents contemporains et inédits sur la descente des Anglais à Cancale en 1758 », Bulletin et mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 18, 1888, p. 144-152 retranscrit les actes de sépulture d’une dizaine de civils tout au plus dont la mort est imputable aux actions des soldats ennemis. Il n’y eut donc, ni à Cancale, ni à Cherbourg, non plus qu’en septembre 1758, le moindre « massacre » de populations.

167 Sur ce point, nous renvoyons aux travaux anciens mais non renouvelés de Binet, Henri, « Tentative d’affranchissement du port de Saint-Malo (1758-1759) », Bulletin des sciences économiques et sociales du CTHS, 1912, p. 56-83 et Rodenfuser, M., « Saint-Malo demande le “port franc”, 1758 », Annales de la Société historique et archéologique de l’arrondissement de Saint-Malo, 1958, p. 38-43.

168 Sur ces questions, nous renvoyons aux travaux de Levrel, Marguerite, Les activités commerciales et la vie maritime à Saint-Malo (1754-1755), DES d’histoire, Rennes 2, 1967, Le Goff, Jacqueline, Les activités du port de Saint-Malo en 1757, DES d’histoire, Rennes 2, 1968, Le Berre, Michelle, Les activités du port de Saint-Malo en 1758…, op. cit. et Gaussen, G., Saint-Malo et la mer en 1759, op. cit. en ce qui concerne le trafic du port de Saint-Malo et, sur les activités corsaires, à la synthèse de Martin-Deidier, Annick, La guerre de course à Saint-Malo de 1681 à 1814, Thèse d’histoire, dact., Université de Paris I, 1976.

169 Ces précieuses listes sont conservées aux Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 4 353 et C 4 709. Citons cependant les procès-verbaux publiés par La Vieuxville, Gaston de, « Descente des Anglais en Bretagne en 1758 : procès-verbaux constatant ce qui s’est passé, tant à l’étude de Me René Robinot, demeurant à la Pichardais, qu’à l’église de Trégon », Revue de Bretagne et de Vendée, sept. 1891, p. 224-231 et Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais… », art. cit., p. 291-292.

170 Arch. nat., H569, cité par La Condamine, Pierre de, L’épopée de la Bretagne…, op. cit., p. 111.

171 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 4 709, lettre à la Commission intermédiaire, 21 septembre 1758.

172 Recueil de 1858, p. 52.

173 Ibid., p. 53.

174 Ibid., p. 59-61.

175 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 4 709, lettre à la Commission intermédiaire, 29 mars 1759.

176 Nous reprenons pour une part ici Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « Lendemains de guerre sur les côtes bretonnes… », art. cit. Le sujet avait déjà donné lieu à des analyses de Binet, Henri, « Un épisode de la guerre des côtes en Bretagne au XVIIIe siècle : la trahison du Guildo », Annales de Bretagne, 24, 1, 1908, p. 1-40 et Chenu, Joseph, « Le passage des Anglais au Guildo en 1758 », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 108, 1980, p. 62-89, dont les perspectives étaient cependant différentes. Les travaux en cours de Ph. Rivet devraient permettre de renouveler ce dossier ; voir, notamment, Rivet, Philippe, « Yves Pargas, un “traître fripon” pendant la descente britannique à Saint-Lunaire en 1758 », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor, 2009, p. 79-92.

177 L’on en voit d’ailleurs partout, à l’instar du recteur de Saint-Cast qui écrit avoir aperçu le 10 septembre « de loin un espion (croyais-je) qui venait à moi », un espion qui s’avère finalement être son propre curé (Recueil de 1858, p. 156). Le recteur de Saint-Denoual abonde dans ce sens : « des espions ou coureurs ennemis se répandirent jusqu’aux portes de Lamballe », à une trentaine de kilomètres du théâtre des opérations, note-t-il de manière guère plausible (Recueil de 1858, p. 170). De telles allégations ne sauraient totalement surprendre en un contexte favorable à la propagation de toutes les rumeurs, y compris celles confinant à l’irrationnel : la situation décrite par Jones, Edwyn Henry Stuart, The Last Invasion of Britain, Cardiff, University of Wales Press, 1950, p. 205-246 pour le Pembrokeshire de 1797 est en tous points identique. Pour une autre période, voir les analyses de Fussell, Paul, À la guerre. Psychologie et comportements pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Seuil, 1992, p. 49-71 sur les « rumeurs de guerres ». Ainsi que le rappelle l’historien, ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale, au sujet de la diffusion de ces nouvelles dans les camps militaires de Grande-Bretagne, « chercher la cause des défaites et désastres dans l’intelligence traîtreusement entretenue avec l’ennemi plutôt que dans son propre amateurisme et ses gaffes a toujours été une idée populaire ».

178 Sur ce point, voir infra, chapitre ix.

179 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, interrogatoire de Julien Grumelon, 2 et 3 octobre 1758.

180 Elle est plus certaine dans le cas de Jean Geslin, arrêté en juin 1758 après avoir commis l’imprudence de payer « une pinte de cidre » bue chez « Thomas Davy, habitant cabaretier du bourg de Saint-Méloir » avec une guinée que lui avait remis un officier britannique. Le cabaretier semble alors avoir fait « sçavoir au Sieur du Chesné Poulain capitaine garde-costes qui demeure au bourg de Saint-Méloir que le répondant luy avoit laissé la dite guinée ; ledit Sieur Poulain vint dans ledit cabaret insulter au répondant et dut donner avis à des cavaliers de la maréchaussée qui vinrent le mercredy suivant arrester le répondant en sa demeure » ; Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, interrogatoire de Jean Geslin, 25 juin 1758.

181 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, interrogatoire d’Yves Pargas, 7 octobre 1758.

182 Sur cet épisode, voir supra, chapitre v.

183 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de maître Louis Lemasson, 18 octobre 1758.

184 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de François Lenormand de Lormel, 12 octobre 1758.

185 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1087, lettre de M. de La Glestière à l’intendant Le Bret, 8 octobre 1758.

186 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de Christophe de Pracomtal, 11 octobre 1758.

187 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, interrogatoire de Julien Grumelon, 3 octobre 1758.

188 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, interrogatoire d’Ange-Servan Delamarre, 26 juin 1758. Notons que, de la même manière, l’on finit par moins reprocher à Jean Geslin d’avoir éventuellement guidé un bataillon britannique dans ses opérations militaires que de s’être approprié, dans le camp dressé par les Britanniques afin de protéger leur rembarquement à Cancale, toute une série d’objets, de médiocre valeur d’ailleurs : « deux sacs de toilles, trois couverture et deux de laine et un balin, une casserolle, un morceau de leinceul, avec une serviette marquée d’un L. à un des coins, deux grands morceaux de couëttil, deux seillots avec leurs anses et cercles de fer, deux livres, l’un intitulé Traité de la suppuration et l’autre Cantique de l’âme dévotte »… dont il ne fait sans doute qu’un usage limité, ne sachant ni lire ni écrire (Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, déposition du 21 juin 1758).

189 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de François Pinson, 10 octobre 1758.

190 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de Claudine Gilbert, 10 octobre 1758.

191 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de Maître Jan Le Chat, 23 juillet 1759.

192 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage d’Yves Menot, 18 octobre 1758.

193 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, interrogatoire de Julien Grumelon, 2 et 3 octobre 1758. Il précise d’ailleurs avoir acheté l’étoffe à un marchand du bourg de Plancoët 4 ou 5 mois auparavant et avoir demandé à un tailleur de lui en faire une veste et une culotte.

194 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignage de Claude Antoine Bernard de Courville, 14 octobre 1758.

195 Voir sur ce point la relation du recteur de Saint-Cast, Recueil de 1858, p. 156-157. Le recteur de Saint-Denoual note que le capitaine de la première troupe britannique qui passa par son presbytère « fut fort doux et fort poli » ; « nous bûmes une bouteille de vin ensemble et trinquâmes comme bons amis » précise-t-il à son sujet ; Ibid., p. 165-166.

196 Sur ce point, nous renvoyons à Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « The Experience and Culture of War in the Eighteenth-Century: The British Raids on the Breton Coast, 1758 », French Historical Studies, 2008, p. 207-215.

197 Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 70.

198 Lettre du 9 septembre à Horace Mann; Cunningham, Peter (éd.), The Letters of Horace Walpole…, op. cit., p. 168. Voir l’opinion tout aussi mesurée de Charles Jenkinson dans la lettre qu’il adresse le 2 septembre à Lord Grenville; Smith, William James (éd.), The Grenville Papers, being the Correspondence of Richard Grenville, Earl Temple, K. G., and the Right Hon. George Grenville, their Friends and Contemporaries, Londres, J. Murray, 1852, vol. I., p. 264.

199 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 101. Ces lettres sont publiées dans le London Magazine de septembre 1758.

200 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 53-54.

201 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 100.

202 Ibid., p. 101.

203 Ibid., p. 101.

204 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 54-55 et A soldier’s Journal…, op. cit., p. 40-41.

205 Cette lettre a été publiée, entre autres, dans le London Magazine, septembre 1758, p. 435-436.

206 Sur ce point, Corbett, Julian S. Sir, England in the Seven Years’War…, op. cit., p. 300-301.

207 Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 141-142. Les quelques citations qui suivent sont issues de la même source.

208 Smith, William James (éd.), The Grenville Papers…, op. cit., p. 272.

209 Middleton, Richard, The Bells of Victory. The Pitt-Newcastle Ministry and the Conduct of the Seven Years’War, 1757-1762, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 82-84. Sans doute lui reproche-t-il entre autres d’avoir sacrifié en vain son régiment.

210 Cunningham, Peter (éd.), The Letters of Horace Walpole…, op. cit., p. 172-176.

211 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 61. Rappelons qu’un tel procès avait eu lieu fin 1757, après l’échec du raid contre Rochefort. Sur ce point, voir supra, chapitre iv.

212 Peters, Marie, Pitt and Popularity. The Patriot Minister and London Opinion During the Seven Years War, Oxford, Clarendon, 1980, p. 129.

213 Smith, William James (éd.), The Grenville Papers…, op. cit., p. 272.

214 Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 142.

215 Black, Jeremy, The English Press, 1621-1861, Stroud, Sutton, 2001, p. 110-111. En 1757, nombreux furent d’ailleurs ces journaux de province qui amplifièrent la campagne de presse londonienne en faveur d’un retour de Pitt aux affaires. Langford, Paul, « William Pitt and Public Opinion, 1757 », English Historical Review, lxxxviii, 1973, p. 59, cite entre autres le Bath Advertiser, le Cambridge Journal, le Gloucester ou l’Ipswich Journal, le Newcastle Courant, le Norwich Mercury, etc.

216 Black, Jeremy, The English Press…, op. cit., p. 73.

217 Sur ces questions, nous renvoyons aux ouvrages désormais classiques de Peters, Marie, Pitt and Popularity…, op. cit. et Spector, Robert Donald, English Literary Periodicals and the Climate of Opinion During the Seven Years’War, Studies in English Literature, vol. 34, La Haye, Mouton, 1966.

218 Langford, Paul, « William Pitt and Public Opinion… », art. cit., et Peters, Marie, « The Monitor in the Constitution, 1755-1765: New Light on the Ideological Origins of English Radicalism », English Historical Review, lxxxvi, 1971, p. 706-727.

219 Une lettre d’un officier des troupes de ligne resté anonyme – sans doute un lieutenant ou un capitaine – est ainsi publiée à trois reprises au moins, dans la Gazette de La Haye, au Provinces-Unies, le 29 septembre 1758, dans le London Magazine du mois d’octobre, enfin, quelques semaines plus tard, dans l’ouvrage intitulé An Appeal to Common Sense, or Striking Remarks on the Conduct of L – T G – L Bl – gh, and C – re Lord H – e, in the Late Expedition on the Coast of France […] by an Old Experienced Officer, Londres, J. Coote, [1758]. Sur le destin de ce document, nous renvoyons à Boissière, Cédric, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « La bataille de Saint-Cast, un événement médiatique européen (11 septembre 1758) », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor, 2009, p. 93-120.

220 L’on s’accorde en général pour dénombrer au moins trois pamphlets hostiles à Bligh, An Appeal to Common Sense…, op. cit.,; A Letter to His E – y L – T G – L B – Gh, Londres, A. Henderson, [1758]; Reflections on the Conduct of General Bligh and Commodore Lord How on the French Coast, Londres, Pridden, 1758. Deux lui sont plutôt favorables: The Nature and the Utility of Expeditions to the Coast of France […] with Observations upon our Late Enterprises. By an Officer in the Last Expeditions, Londres, G. Burnet, 1758; A Letter from a Member of Parliament in Town, to a Noble Lord in the Country, in Regard to the Last Expedition to the Coast of France, Londres, R. Griffith, 1758. Un dernier, faussement signé de Bligh lui-même, suscita une réponse outrée du général : A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh, to the Rt. Hon. W – M P – T, Esq ; Se – Y of S – Te. Together with His M-Y’s Instructions for the Late Expeditions on the Coast of France, Londres, T. Payne, 1758, dont une première édition était parue à Dublin, chez G. Faulkner, un peu plus tôt. Enfin, prenant appui sur cette dernière publication, An Examination of a Letter Published under the Name of L – T G – L B – Gh. and Addressed to the Hon. W – M P – T Esq. Londres, S. Hooper, 1758, est moins une défense de Bligh qu’une attaque contre Pitt.

221 A Letter to His E – y L – T G – L B – Gh…, op. cit., p. 8. Sur l’aversion durable des cercles militaires – mais pas seulement – britanniques pour la petite guerre, voir Grenier, John, The First Way of War. American War Making on the Frontier, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 102-114.

222 Sur ce point, nous renvoyons à l’analyse menée dans Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perreon, Stéphane, « “A pleasant country” : visions britanniques sur les descentes de 1758, de Cancale à Saint-Cast », Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, 2008, p. 52-56.

223 Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 130.

224 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 14.

225 Ibid., p. 16.

226 Le poème D[ur]y’s Ghost to Lt. Gen. B[lig]h, 1758 est de ce point de vue très révélateur.

227 Entick, John, The General History of the Late War, Londres, E. Dilly et J. Millan, 1763, vol. III, p. 208-209.

228 A priori seulement. Certes, le général Bligh démissionne de l’ensemble de ses fonctions dans les semaines qui suivent son retour en Grande-Bretagne et se retire sur ses terres en Irlande ; il y meurt, sans héritier, en 1775. La carrière du colonel Clerk, dont la promotion avait été particulièrement rapide au cours des 18 mois précédents grâce à l’appui conjoint de Pitt, Ligonier et de Leicester House, ne prend pas fin en 1758. Il est successivement promu brigadier-général puis major-général avant la fin du conflit, notamment en raison de ses états de service au Portugal. Enfin, l’échec de la descente de 1758 ne semble avoir eu aucun impact sur celle de Howe, que l’on retrouve à bord du Magnanime lors de la bataille des Cardinaux en 1759 (voir infra, chapitre viii), trésorier de la Navy de 1765 à 1770, amiral en 1770, premier Lord de l’Amirauté de 1783 à 1788, commandant de la Channel Fleet pendant les guerres de la Révolution.

229 Cité par Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 84. En juillet, dans Things As they Are…, op. cit., p. 112, des opposants à la politique de Pitt dénonçaient déjà les descentes sur les côtes de France comme une « activité absurde et insignifiante ».

230 « Mais d’abord, donnons une preuve certaine que leur expédition ne fut pas vaine :/Ils brûlèrent toute une flotte de bateaux de pêche, dont le nombre se montait à treize/Ils nettoyèrent tout le pays alentour de ses porcs, oies, coqs et poules,/Face à ces exploits, qui peut nier qu’ils n’étaient pas des hommes capables » ; Expedition. An Ode to the Tune of The British Grenadiers, Londres, Taylor, 1759, cité par Cardwell, M. John, Arts and Arms…, op. cit., p. 225. D’autres œuvres de ce type sont beaucoup moins critiques, notamment lorsque le sort des armes est plus favorable à la Grande-Bretagne. Ainsi en va-t-il de A Poem on the Taking of Cape Breton and Cherbourg Also the Destroying Their Fleet at St. Maloe’s, by… the Late Duke of Marlborough, de William Catton, publié fin 1758.

231 « Que se passa-t-il d’autre, je ne saurais dire, laissons les larmes proclamer le reste,/Et le Ciel recevoir ces grenadiers qui périrent à St Cass/Tels de braves soldats, ils combattirent, moururent et prouvèrent l’ancienneté de leur race,/Que soient maudits ceux qui les amenèrent là, je leur dirai en face,/Pour l’Angleterre quelle Disgrâce, Disgrâce, pour l’Angleterre quelle Disgrâce. »

232 Sur ce point, Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 83.

233 Cunningham, Peter (éd.), The letters of Horace Walpole…, op. cit., p. 175.

234 An Appeal to Common Sense…, op. cit., p. 4.

235 La même analyse est développée dans un « mémoire qui contient les réflexions et l’opinion d’un étranger concernant les opérations des Anglais contre le côtes de France », en français, daté de 1759, conservé dans les archives de Pitt ; Holland Rose, J., « A French Memoir on Pitt’s Naval Operations of 1757-1758 », English Historical Review, xxviii, 1913, p. 748-751. Quant à Lady Anson, l’épouse de l’amiral, elle lui écrit peu de temps après la descente de juin 1758 pour lui dire combien elle peine à croire que la Grande-Bretagne pourra « convaincre le Monde » que, « débarquer un lundi, en rembarquant le lundi suivant, sans avoir vu le moindre soldat français, pourra constituer une diversion face aux forces de la France » ; cité par Conway, Stephen, War, State and Society in Mid-Eighteenth-Century Britain and Ireland, Oxford, Oxford University Press, 2006, p. 116.

236 An Examination of a Letter…, op. cit. C’est à Dodington, proche de Fox puis de Lord Bute, que l’on doit le slogan selon lequel « Pitt, sous couvert d’être Prussien, est Hanovrien ». Sur ce personnage, nous renvoyons à Carswell, John et Dralle, Lewis A., The Political Journal of George Bubb Dodington, Oxford, Clarendon Press, 1965 et à Penruddocke Wyndham, Henry (éd.), The Diary of the Late George Bubb Dodington, Baron of Melcombe Regis, From March 8, 1748-9, to February 6, 1761, Whittaker Treacher et Arnot, 1829.

237 London Magazine, novembre 1758, p. 547-549.

238 Cunningham, Peter (éd.), The letters of Horace Walpole…, op. cit., p. 172.

239 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 57. Le marquis de Mirabeau, dans une lettre à son frère en date du 16 septembre, prédit pour sa part que « Fox qui étoit fort contraire aux projets de descente en France va triompher et empêcher des récidives ». Son analyse est partiellement erronée, Pitt conservant son fauteuil pendant deux années encore ; Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne…, op. cit., p. 154.

240 L’un des sommets de la propagande pittiste à cette occasion est sans doute l’opuscule A Genuine Narrative of the Enterprize Against the Store and Shipping at St Maloes, Dublin, William Sleater, 1758. L’auteur, qui dédicace son ouvrage à William Pitt, « le plus grand et le meilleur des ministres », y célèbre notamment la modération du duc de Marlborough qui aurait pu, alors qu’il était en France, « répéter les scènes dues à l’ennemi [i.e., les Français] une fois au Palatinat, et plus tard encore au Hanovre », ce que n’aurait pu supporter « l’esprit britannique » : aussi, selon lui, les Bretons du commun peuple « se rappelleront tout au long de leur vie » du comportement admirable des soldats de Marlborough, « et diront à leurs enfants que les Anglais sont les plus généreux des ennemis »… La Monthly Review, juin 1758, p. 648-649, parle d’ailleurs au sujet de ce libelle d’un « panégyrique écœurant ».

241 An Apology for W – P –, Esq., in which the Conduct of L – G – B – h is vindicated from all the Cavils thrown out against him, Londres, G. Faulkner, 1759.

242 A Letter from a Member of Parliament…, op. cit., p. 13. La même critique est formulée par la Monthly Review, novembre 1758, p. 499, au sujet d’An Appeal to Common Sense…, op. cit., évoquant des « propos de café ». Rappelons que les cafés du XVIIIe siècle – coffee houses en anglais – ne sont fréquentés que par les couches sociales les plus élevées, le peuple se contentant de tavernes.

243 Sur ce dernier point, l’on peut noter la pérennité d’un discours que les sources françaises contredisent. Ainsi, en 1792, John Almon écrit que « ces descentes maintinrent les côtes de France en perpétuelle alarme, empêchant le ministère français d’envoyer la moindre troupe pour renforcer leur armée en Allemagne » (Almon, John, Anecdotes of the Life of the Right Hon. William Pitt, Earl of Chatham, Dublin, W. Porter, 1792, p. 194). La réalité est bien différente.

244 Sur ce point, nous renvoyons à Boissière, Cédric, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « La bataille de Saint-Cast, un événement médiatique européen… », art. cit.

245 Ce texte est repris, en français puis en anglais, par An Appeal to Common Sense…, op. cit., p. 31-34.

246 Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., ne fait aucune allusion à cette hypothèse, non plus que la synthèse en français de Dziembowski, Edmond, Les Pitt. L’Angleterre face à la France 1708-1806, Paris, Perrin, 2006, ou les ouvrages de Sherrard, Owen Aubrey, Lord Chatham : Pitt and the Seven Years’War, Londres, Bodely Head, 1955, de Black, Jeremy, Pitt the Elder, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, ou de Peters, Marie, Pitt and Popularity…, op. cit.. Les quelques pages que consacrent à l’année 1758 Simms, Brendan, Three Victories and a Defeat. The Rise and Fall of the First British Empire, 1714-1783, Londres, Allen Lane, 2007 et Anderson, Fred, Crucible of War: The Seven Years’War and the Fate of Empire in British North America, 1754-1766, London, Faber, 2000 n’en disent guère plus.

247 Sur ce point, Ware, Chris, The Bomb Vessel. Shore Bombardment Ships of the Age of Sail, Londres, Conway Maritime Press, 1994, p. 42.

248 Cité par An Appeal to Common Sense…, op. cit., p. 32. Cette mise en chantier est datée du 25 septembre par Tindal, N., Paul, The Continuation of Mr. Rapin’s History of England From the Revolution to the Present Times, Londres, Knapton, 1759, vol. XXI, p. 570-571.

249 Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie…, op. cit.,, p. 243-244.

250 Ibid., p. 245.

251 Cité par Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 84.

252 Voltaire lui-même, dans sa correspondance de la seconde moitié de l’année 1758, évoque bien plus les combats entre Russes et Prussiens que les descentes sur les côtes de France ; Voltaire, Correspondance…, op. cit., t. V.

253 Il convient en effet de noter que les publications concernant la défaite de Saint-Cast se poursuivent après 1758, indiquant que le traumatisme fut réel et profond. Notons, dans deux genres différents, une Satire on Saint-Cast, 1766, suite de poèmes hostiles à Pitt, ou les analyses de Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions…, op. cit. Au-delà du récit des événements, cet ouvrage, dû à un officier ayant participé au moins à l’opération contre Rochefort, constitue sans doute le premier travail de réflexion théorique sur les « opérations conjointes ».

254 Ce tourisme des champs de bataille, s’il est bien connu dans ses développements les plus récents – voir par exemple l’ouvrage dirigé par Ryan, Chris (dir.), Battlefield Tourism. History, Place and Interpretation, Amsterdam, Elsevier, 2007 –, n’a guère été étudié pour des périodes plus anciennes. Il semble s’être plus particulièrement développé au cours du XIXe siècle, suite notamment aux guerres napoléoniennes, de manière assez tardive d’ailleurs à en juger par le cas de Waterloo, le mieux connu sans doute (voir notamment Largeaud, Jean-Marc, Napoléon et Waterloo : la défaite glorieuse de 1815 à nos jours, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2006, p. 313-318). L’exemple castin n’en est que plus intéressant.

255 Recueil de 1858, p. 162.

Table des illustrations

Légende Graphique 3. – Les pertes subies à Saint-Cast, révélatrices du dispositif français.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103272/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Graphique 4. – Une tumultueuse stagnation : l’évolution du trafic du port de Saint-Malo de 1680 à 1767 (en tonneaux)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103272/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Carte 27. – Les dégâts des troupes britanniques autour de Saint-Malo en juin et septembre 1758.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103272/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540