Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758)

 | 
Stéphane Perréon
, 
Yann Lagadec
, 
David Hopkin

Deuxième partie. « Ces furieux Insulaires qui mettent tout à feu et à sang… »

Chapitre VI. « Une sorte de bataille amphibie de terre et de mer1 » : le combat du 11 septembre 1758

Texte intégral

  • 1 L’expression est celle du chevalier de Mirabeau, dans une lettre envoyée de Lamballe à son frère l (...)

Scoomp et tu ma mignonet
Lazomp ar sausonet
Frappons donc, mes amis
Tuons les Anglais

Version inédite de Emgann Saint-Kast, archives de La Villemarqué.

  • 2 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd, 1745-1762, Stroud, Sutton, 2001, p. 96. Son r (...)
  • 3 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction of Consequence of the Guards as well as of (...)
  • 4 Nous rejoignons sur ce point Drévillon, Hervé, Batailles. Scènes de guerre de la Table Ronde aux T (...)

1C’est au son des tambours battant la générale que s’ouvre la journée du 11 septembre 1758. Tambours français disent certains, tel le caporal William Todd, du 30th Regiment of Foot, précisant que « vers deux heures du matin », les soldats de Bligh auraient « entendu l’ennemi battre la générale, très distinctement, à une distance qui nous a semblé proche2 ». Tambours britanniques assurent d’autres, à l’instar de Walter Thomas, volontaire au 3e régiment des Guards, suivi en cela par d’autres officiers : « À trois heures nous avons battu la générale à travers toute la ligne, et peu après l’ennemi a fait de même3. » Il ne s’agit bien évidemment là que d’un détail, un détail cependant très révélateur de la double difficulté qu’il y a pour l’historien de rendre compte de ce que fut cette journée. La première tient à la nature même de toute bataille, figure du récit tout autant – parfois plus… – qu’événement tactique4. À cela, il convient d’ajouter les lacunes, exagérations, contradictions des témoignages laissés de part et d’autre, biaisés par les prises de position implicites des détracteurs de Bligh d’une côté, du duc d’Aiguillon de l’autre.

2Alors : défaite britannique ou victoire française ? C’est l’un des points sur lesquels doit s’interroger l’historien de ce « combat de rencontre » que fut la bataille de Saint-Cast.

Le rembarquement, une opération parfaitement maîtrisée par les Britanniques

3Pour être évidente, la chose n’en mérite pas moins d’être rappelée : au contraire des opérations de vaste envergure visant à se saisir durablement d’une position ennemie, comme à Louisbourg en 1758 – mais aussi à Québec en 1759, à Belle-Île en 1761, ou à La Havane en 1762 –, la particularité des « descentes » sur les côtes de France est leur faible durée – quelques jours – et donc la nécessité de prévoir le rembarquement des troupes une fois la mission réalisée. Au matin du 11 septembre, cette opération, les troupes britanniques cantonnées dans les campagnes entre Matignon et Saint-Cast s’apprêtent à la mener pour la troisième fois en quelques semaines. C’est dire si, en ce domaine comme en d’autres, Navy et Army ont, a priori, dépassé le stade de l’improvisation.

  • 5 Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions or Expeditions that have been carried on jointly by th (...)
  • 6 Journal of the Campaign…, p. 25.
  • 7 Ibid., p. 26.

4La coordination des deux entités joue ici un rôle essentiel : le rembarquement est, au même titre que le débarquement, une opération menée conjointement. Avant cela, il a dû être planifié, conjointement là encore. Avouons-le d’emblée cependant : il s’agit là d’un point sur lequel les informations manquent en ce qui concerne le mois de septembre 1758, au-delà des échanges – verbaux pour une part semble-t-il – entre Howe et Bligh le 7 prescrivant au second de conduire ses troupes à Saint-Cast en vue de ce rembarquement. Les précédents de juin à Cancale et août à Cherbourg permettent cependant de se faire une idée de ce qu’implique ce type d’opération, sorte de négatif en terme de planification de ce qu’a été le débarquement quelques jours plus tôt. En temps normal en effet, les unités sont pré-alertées après, on l’imagine, échanges d’informations entre officiers de la Marine et de l’Armée de terre. Seul Thomas Molyneux, historien des opérations conjointes mais aussi et surtout officier des Guards, qui a semble-t-il participé aux descentes de 1758, évoque un conseil de guerre le 10 septembre au soir ayant abouti à l’envoi d’instructions à la flotte demandant à ce qu’elle « se tienne prête à rembarquer les troupes5 ». Les choses avaient été moins précipitées à Cancale : là, dès le 10 juin par exemple, des ordres avaient prescrit à la 4e Brigade « de se tenir prête à embarquer [le lendemain] à 8 heures » et « les light-horse à 10 heures », des ordres répétés et précisés au matin du 11 juin, à 5 h, en vue d’une prompte exécution, enjoignant alors à la dite brigade « d’embarquer immédiatement6 ». Logiquement, les autres brigades et les grenadiers avaient reçu ce même jour l’ordre de se tenir prêts, à leur tour, en vue d’un rembarquement le 12 : ainsi, l’opération pourrait se faire dans un calme relatif, de manière échelonnée, tout en conservant à terre jusqu’au dernier moment les troupes d’élite qui avaient débarqué les premières7.

  • 8 Lettre de Howe à Pitt, 12 septembre 1758, citée par Beatson, Robert, Naval and Military Memoirs of (...)

5Cette soigneuse planification est d’autant plus importante que les difficultés de communication prévalant au moment du débarquement sont encore accrues ici : aux difficultés de transmission des ordres du navire amiral vers les autres navires de la flotte, s’ajoute le problème de coordination entre l’escadre de Howe et les forces de Bligh, plus encore à Saint-Cast alors que le corps expéditionnaire à terre et sa flotte en mer sont séparés depuis quatre jours et n’ont guère pu se coordonner. La présence sur le rivage d’officiers expérimentés de la Navy en charge de faciliter ces opérations de rembarquement, d’orienter les troupes vers les flat-bottomed boats, de presser le mouvement aussi est d’autant plus importante. Quatre d’entre eux au moins sont au matin du 11 septembre sur la plage de Saint-Cast où ils seront capturés par les troupes françaises quelques heures plus tard : les capitaines Maplesden et Paston du Portland et du Jason, des vaisseaux de 50 canons, le capitaine Rowley, du Montagu, enfin le capitaine Elphinstone, du Salamander, autrement dit des officiers de tout premier plan8. Sans doute est-ce à eux que revient alors la pleine responsabilité de l’opération : l’on peut imaginer en effet qu’à l’inverse de ce qui s’est passé pour le débarquement, avec le transfert de responsabilité entre Army et Navy une fois les soldats sortis des flat-bottomed boats, les marins aient retrouvé leurs prérogatives au moment même où les troupes à terre regagnaient leurs barges.

  • 9 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings on the French Coast, 1758 », inRodger, N.A.M. (...)

6Le dernier aspect de cette phase de planification concerne l’appui que les navires pourraient être amenés à fournir aux unités de l’Army pendant cette phase particulièrement délicate que constitue le rembarquement, au cas notamment où l’ennemi viendrait à s’approcher de la plage choisie à cet effet. À l’instar de ce qui a été prévu pour le débarquement, le commandant de l’escadre donne des ordres précis en la matière. Point de place, là non plus, pour l’improvisation, en tout cas d’après ce que laissent entendre les instructions données par Howe à Cherbourg en août. Celles-ci indiquent notamment avec minutie la position des sloops, des bomb-ketches et de certaines frégates de manière à tenir sous un feu croisé les points par lesquels l’ennemi pourrait arriver et menacer le corps expéditionnaire de Bligh9. Sans doute un tel plan de feux a-t-il été conçu à Saint-Cast – et auparavant à Cancale ; rien n’est dit sur ce point cependant dans nos sources qui se focalisent ici sur le déroulement concret des opérations, notamment celles des troupes à terre.

  • 10 C’est ce qui se passe à Cancale et à Cherbourg. C’est aussi ce que sous-entend un défenseur du gén (...)
  • 11 A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh, to the Rt. Hon. W – M P – T, Esq ; Se – Y of S – (...)
  • 12 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 96. Nous suivons sur ce point Chenu, Joseph, « Autour de la (...)
  • 13 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 45 et Journal of the Campaig (...)
  • 14 D’ailleurs, selon Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions…, op. cit., p. 241 ou Thomas, Walter (...)
  • 15 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 16.

7C’est à elles que revient en effet, pour une large part, la préparation de la manœuvre. Cela passe, tout d’abord, par la reconnaissance des plages de rembarquement, tout particulièrement – et c’est le cas à Saint-Cast le 11 septembre – si la plage choisie n’est pas celle sur laquelle le débarquement a eu lieu : la norme est en effet de rembarquer où l’on a mis pied à terre, ce qu’empêche la détérioration des conditions météorologiques en septembre 175810. Or, il semble que le site de rembarquement n’ait pas été reconnu avec toute l’attention nécessaire par les officiers de Bligh. Seul un pamphlet complaisant envers le général – et donc pour une part suspect – évoque une reconnaissance par le colonel Cunningham, Chief Engineer du corps expéditionnaire, qui aurait pris des dispositions ; sans dire lesquelles cependant11. Certes, le 10 dans la journée, une avant-garde composée notamment des Coldstream Guards, le 2e Régiment de la Garde, avait pris position autour du village de Saint-Cast, sans doute de l’ordre de 1500 hommes dont les officiers sont d’ailleurs hébergés par le recteur de la paroisse12. Certes, cette troupe a mis à profit les quelques heures passées là pour prendre deux petites batteries garde-côtes installées sur la Pointe de l’Isle et jeter à la mer leurs canons13. Rien de plus semble-t-il14. Visiblement, Bligh ne se préoccupe guère en personne du rembarquement, ne donne pas non plus d’ordres précis à ses subalternes sur ce point. « Pourquoi cette plage n’avait pas été l’objet d’une reconnaissance, ou les mesures adéquates pour notre retraite prises afin de prévenir de futures erreurs » s’interroge après coup un officier, rappelant que cette tâche incombait au chef d’état-major de Bligh, le lieutenant-colonel Clerk, officier du génie, qui aurait préférer lire « une gazette le soir précédent » plutôt que d’accomplir la mission qui lui était confiée15.

  • 16 C’est ce qu’avance Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 41, mais aussi, dès 1 (...)
  • 17 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 98. Il parle d’une « sorte de (...)
  • 18 C’est notamment ce que laisse entendre l’un des plans de la bataille de Saint-Cast, imprimé en sep (...)
  • 19 Voir supra, chapitre i.
  • 20 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 96. On peut noter ici que l’officier auteur de l’opuscule t (...)

8Très révélatrice est de ce fait la présence de « retranchements » sur la plage, une présence signalée par toutes les sources, françaises comme britanniques. Certains y voient les vestiges de modestes fortifications élevées par les Français dans le cadre de la défense littorale, peut-être d’ailleurs dès la guerre de Succession d’Autriche, entre 1740 et 1748, afin de se prémunir contre une tentative de descente britannique16. D’autres, tel le caporal Todd, du 30th Foot, semblent penser que ce talus serait naturel17. Pour quelques-uns enfin, ce seraient les soldats de Bligh qui auraient ainsi élevé de modestes fortifications de campagne afin de protéger leur rembarquement18. Or toutes les sources britanniques contredisent cette idée, comme pour mieux mettre en évidence le décalage entre l’opération de septembre 1758 et celle de juin à Cancale. Rappelons en effet que là, dès le lendemain du débarquement, l’une des quatre brigades mises à terre – celle composée par les régiments les plus récemment constitués et en cela les moins aguerris – s’était attaché à édifier un véritable camp retranché au lieudit La Ville-Garnier19. L’on ne trouve point de redoutes à Saint-Cast, faute d’anticipation sans doute. Pire : les retranchements creusés sur la plage pour se prémunir d’un débarquement gênent en fait l’opération inverse, tout en n’offrant qu’un abri précaire pour les troupes attendant l’embarquement car dans le mauvais sens, ne protégeant guère contre une menace venant de la terre. Des hommes des Coldstream Guards, présents à Saint-Cast dès le 10, auraient bien tenté de les modifier mais se seraient bientôt arrêté faute d’outils, faute de temps sans doute aussi20.

  • 21 Recueil de 1858, p. 134-135.
  • 22 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 46. Voir aussi la traduction (...)

9On le voit : ce n’est donc que sur la plage, au matin du 11 septembre, que l’on semble tenter d’éviter le pire en faisant procéder, dans un ordre au moins relatif, à l’évacuation des troupes, sous la protection de l’arrière-garde. C’est un ennemi « dans le plus bel ordre de bataille » qu’auraient découvert, face à eux, selon M. de Couessin, les combattants français en débouchant sur les hauteurs de Saint-Cast, entre 9 h et 10 h probablement21. Car le repli britannique s’était, malgré tout, fait en bon ordre depuis le matin : retraversant le bourg de Matignon, le gros des forces de Bligh avait pris la direction de Saint-Cast, couvert par l’arrière-garde composée des grenadiers, flanqué de deux partis des mêmes troupes marchant à droite et à gauche de la principale colonne. Harcelés par les pointes des forces du marquis de Broc, dépêchées par le duc d’Aiguillon, les soldats d’élite britanniques avaient dû batailler à plusieurs reprises : une simple escarmouche tout d’abord en fin de nuit à en croire Walter Thomas, volontaire au 3e régiment des Guards, puis à nouveau vers 7 h, lorsqu’un « important détachement ennemi a tenté de couper la route aux grenadiers en les soumettant pendant une demi-heure au feu roulant de leur mousqueterie22 ». Aguerries, les troupes britanniques l’avaient enduré « avec beaucoup de sang-froid » selon le même auteur, ripostant après s’être déployées, infligeant quelques pertes dans les rangs de l’ennemi. Après une dernière halte dans le village de Saint-Cast, la colonne avait enfin atteint la plage, peut-être un peu avant 8 h.

  • 23 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 96. Il n’est guère plus possible non plus, à ce moment-là, (...)
  • 24 Annuaire des marées du Service hydrographique et océanographique de la marine, www.shom.fr.

10Sans doute est-ce dès cette heure que le rembarquement commence réellement, sous la maigre protection des retranchements déjà évoqués, dans des circonstances bien peu favorables. Rappelons que les lieux sont ici plus subis que véritablement choisis : le rembarquement s’effectue là où la flotte est ancrée depuis quatre jours, sans qu’aucune réelle concertation n’ait eu lieu entre Bligh et Howe pour éventuellement trouver un site un peu moins exposé, notamment la plage de Pen Guen, un peu plus à l’est, comme semble l’avoir suggéré un officier le 10 septembre, sans trouver d’échos auprès de ses supérieurs23. Il est vrai que, désormais, la proximité de l’armée française commandée par le duc d’Aiguillon ne laisse guère d’autre alternative que la plage de Saint-Cast, en contrebas de collines les surplombant d’un cinquantaine de mètres – 60 même pour le moulin d’Anne d’où le duc dirigera les opérations –, offrant des positions de tir presque idéales à l’artillerie française. Or la marée joue elle aussi contre les forces de Bligh. La basse mer a en effet été atteinte à 5 h 3024 ; si le coefficient est très faible en ce 11 septembre – 39 seulement –, la configuration des lieux, et notamment l’estran particulièrement plat et donc étendu, impose aux troupes de marcher plusieurs centaines de mètres dans le sable avant d’atteindre les flat-bottomed boats, et à ceux-ci d’aussi longs parcours pour gagner le bord des navires de transports, ancrés plus au large, là où les fonds le permettent.

  • 25 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 46.
  • 26 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 98. C’est sur ce navire qu’ava (...)
  • 27 Ibid., p. 98. En outre, selon plusieurs sources, certains officiers, lors de la seconde rotation, (...)
  • 28 A Soldier’s Journal…, op. cit., p. 39.

11Le rembarquement n’en est pas pour autant désordonné. À l’instar du débarquement, il se fait par vagues successives, suivant un ordre précis. En l’occurrence, l’ordre inverse : les troupes d’élites, débarquées les premières, doivent être les dernières à rembarquer. Dès 8 h nous dit Walter Thomas, « les régiments de ligne et nos quelques éléments de cavalerie légère ont commencé à se rembarquer25 », suivis de la maigre artillerie, tandis que les différentes unités se massent sur la plage, prêtes à les suivre. Si l’opération est rondement menée, elle ne semble pas se faire dans la précipitation, en tout cas dans un premier temps. Ainsi que l’écrit le caporal Todd, « nous sommes montés dans les barges et elles nous ont emmenés à bord de nos propres navires » : il retrouve en effet le Ann and Mary, celui-là même à partir duquel il avait débarqué une semaine plus tôt26. Sans réelle pression des troupes françaises, les flat-bottomed boats peuvent ainsi conduire chacune des unités britanniques au transport qui lui était assigné plutôt qu’au premier navire venu. En revanche, ceci ne correspond guère à l’urgence de la situation et contribue sans doute à accroître les délais de cette opération sensible qu’est le rembarquement, rendant ainsi plus probable une attaque contre l’arrière-garde, même si, poursuit le caporal du 30th Foot, les barges « sont reparties aussi vite qu’elles le pouvaient en chercher d’autres27 ». La confusion semble d’ailleurs gagner peu à peu, au fur et à mesure que croît la pression des colonnes du duc d’Aiguillon. Le soldat anonyme du Lambton’s Regiment écrit notamment qu’au moment où son unité rembarque, plusieurs dizaines de minutes sans doute après le régiment de Todd qui n’appartient pas à la même brigade, les flat-bottomed boats rejoignent désormais « le premier navire qu’elles peuvent atteindre28 » : « la barge dans laquelle j’étais accosta un des bomb-ketchs » précise-t-il, juste au moment où celui-ci fait feu avec un mortier de 13 pouces, alors que la bataille est donc engagée sur la plage.

  • 29 Ce nombre de 1 500 hommes environ est celui mis en avant par Todd, corporal William, The Journal o (...)
  • 30 Ces chiffres sont importants dans la mesure où le calcul des pertes britanniques en dépend très la (...)

12Ce rembarquement n’en constitue pas moins une véritable prouesse. En quelques heures – trois tout au plus, entre 8 h et 11 h sans doute –, l’essentiel du corps expéditionnaire de Bligh a pu regagner les vaisseaux de l’escadre de Howe : à Cancale en juin, en d’autres circonstances il est vrai, l’opération avait été planifiée et menée sur deux jours. Ainsi, au moment du déclenchement de l’attaque, comme le rappelle le caporal Todd, « toutes nos troupes [avaient] été embarquées, exceptés les grenadiers et une partie des gardes, estimés en tout à 1 500, qui étaient restés sur le rivage29 ». Ce sont ces 1 500 hommes environ – neuf compagnies de grenadiers des régiments de ligne, fortes de 100 hommes chacune, quatre compagnies des Grenadiers-Guards et trois ou quatre autres du 1er Régiment des Guards aux effectifs théoriques de 73 hommes – sur les 7 000 à 8 000 débarqués les 4 et 5 septembre qui vont devoir affronter les soldats du duc d’Aiguillon30.

« Le choc fut sanglant31 » : dans la confusion d’un combat « atypique »

  • 31 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 47.

13Il est 9 h environ lorsque le commandant en chef de la province de Bretagne et son petit état-major, encadré de 200 dragons de Marbœuf, atteignent au galop le moulin d’Anne, surplombant la plage de Saint-Cast, quelques centaines de mètres au sud-est du bourg. Ses troupes vont suivre, peu à peu, en ordre dispersé malgré les efforts des uns et des autres.

  • 32 Recueil de 1887, p. 216. Le marquis Le Sénéchal de Carcado, placé à la tête de la brigade de Bourb (...)
  • 33 Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 72.

14Il a fallu en effet modifier les ordres en fin de nuit, lorsque le marquis de Broc, chargé de serrer de près les forces britanniques, a envoyé une estafette prévenant le duc d’Aiguillon de la retraite de Bligh en direction de Saint-Cast : l’attaque prévue contre Matignon n’avait plus lieu d’être. D’Aubigny, qui avait passé le gué du Guildo la veille au matin mais qui avait dû se replier vers Plancoët après être tombé sur l’arrière-garde britannique, arrivait de Saint-Pôtan où ses troupes avaient passé la nuit, dans la boue, sans vivres, y retrouvant les hommes de Saint-Pern : c’est là en effet que d’Aiguillon avait souhaité rassembler la plus grande partie de ses forces, là aussi que l’artillerie venue de Brest, aux ordres de M. de Villepatour, était enfin arrivée pendant la nuit. Venant de Lamballe, Balleroy, après avoir été repoussé de Matignon dans la journée du 10, s’était replié dans les bois au nord d’Hénanbihen où il avait bivouaqué sous les armes. Quant à de Broc, colonel du régiment de Bourbon, chargé de maintenir le contact, nous l’avons dit, il avait depuis la veille multiplié les patrouilles en direction de Matignon, retenant ainsi l’attention des Britanniques, percevant aussi leurs premiers mouvements au cours de la nuit, permettant ainsi aux colonnes françaises de se mettre en marche dès 6 h vers Saint-Cast32. Nombre de sources – notamment celles émanant des militaires français – insistent sur la rapidité avec laquelle s’effectue cette concentration des troupes du duc d’Aiguillon aux abords de Saint-Cast (carte 26). « L’ardeur des troupes étoit si grande que presque toute l’infanterie arriva sur Saint-Cast aussi tôt que les dragons, qu’on y avoit mené au galop » indique Mazin, ce que confirme le marquis de Carcado : « J’arrivai à la teste de la Brigade de Bourbon au grand trot de mon cheval, les soldats courrant derrière moi » écrit-il notamment, faisant « ouvrir des champs pour faire un chemin à l’infanterie » par des pionniers du génie33. Elles auraient ainsi parcouru plus d’une dizaine de kilomètres en deux ou trois heures sans doute, un rythme soutenu pour des colonnes de cette importance, déjà épuisées par plusieurs jours de marche.

  • 34 Recueil de 1887, p. 217.

15Après un rapide coup d’œil sur la situation du corps expéditionnaire britannique qui se rembarque en contrebas et une fois avoir fait mettre pied à terre aux dragons – qui, comme souvent, combattront donc démontés –, le duc d’Aiguillon réarticule son dispositif au fur et à mesure qu’arrivent les différentes colonnes d’infanterie, les fractionnant « en quatre corps » nous dit Mazin, afin qu’elles empruntent chacune l’un des chemins descendant à la plage34 : à gauche, précédé par les trois compagnies de grenadiers de ses bataillons de ligne, d’Aubigny, au-dessus du village de Lesrot, avec les régiments de Boulonnais, de Brie, le 1er bataillon des Volontaires-Étrangers, enfin ceux de la milice royale de Fontenay-le-Comte et de Marmande ; au centre, de Broc débouchant de Saint-Cast à la tête d’une colonne composée de six compagnies de grenadiers issus de divers régiments, de 400 dragons de Marbœuf qui manœuvrent donc à pied, de 12 piquets d’infanterie aussi ; à droite enfin, Balleroy, par le château de Vieuxville avec deux bataillons de Bourbon, Brissac et Royal Vaisseaux, ainsi qu’un de Bresse et un autre de Quercy. En arrière, au sud du village de La Garde, le commandant en chef se ménage une réserve, le 2e bataillon de Penthièvre, le 3e de Volontaires Étrangers et différentes unités de miliciens garde-côtes, aux ordres de Saint-Pern. L’intention du duc d’Aiguillon est, une fois son artillerie en batterie sur les hauteurs, d’attaquer l’ennemi avec ses trois colonnes à la fois, celles des ailes se refermant vers le centre : ensuite, une fois ses troupes lancées, il sait qu’il ne pourra plus guère influer sur le déroulement de la bataille. D’où l’importance de cette réarticulation.

Carte 26. – La bataille du 11 septembre 1758.

  • 35 Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 68 et 72 ; Recueil de 1887, p. 218 ; Lema (...)
  • 36 La faiblesse de l’artillerie britannique disponible mérite d’être notée : le décalage est grand en (...)
  • 37 A Letter to his E – y Lt. Gen. B – H…, op. cit., p. 15.
  • 38 A Soldier’s Journal…, op. cit., p. 39.
  • 39 A Letter to his E – y Lt. Gen. B – H…, op. cit., p. 14-15.

16Durant ces préparatifs, les Britanniques ne restent pas inactifs cependant. Le rembarquement se poursuit, notamment celui de la brigade à laquelle appartient la jeune recrue du 68th Regiment of Foot déjà évoqué, bientôt suivi par les premiers éléments de la Garde. Surtout, l’arrivée de troupes de d’Aiguillon et leur déploiement conduit Howe à déclencher le feu de ses navires en direction de la côte, peut-être vers 10 h. C’est alors « un feu d’artillerie considérable », « un grand feu d’artillerie » selon le colonel de Carcado qu’un riche passé militaire dote sans doute d’un jugement plus sûr que d’autres en ce domaine, « un feu […] épouvantable » nous dit l’ingénieur Mazin, « un feu d’enfer » surenchérissent dom Jamin et un officier du régiment de Quercy35. La densité du bombardement britannique : tel est bien ce qui marque avant tout les combattants et les témoins de cette bataille dès ses premiers instants. L’on ne doit pas y voir seulement un topos permettant aux soldats français de mieux mettre en valeur leurs exploits : les sources britanniques ne disent pas autre chose. Ce feu n’est pas celui des quelques pièces d’artillerie de campagne – deux sans doute, nous l’avons vu36 – débarquées quelques jours plus tôt à Saint-Lunaire et déjà rembarquées, au grand dam de certains combattants du corps expéditionnaire de Bligh qui auraient souhaité que le général, plus que de la retraite, se préoccupe de la confrontation : « au lieu d’ordonner aux troupes de se jeter dans les navires, vous auriez dû les encourager à tenir leur position et les soutenir par la perspective de l’arrivée de puissants renforts » reproche par exemple un officier dans sa lettre ouverte à Bligh37. Pour cela, des appuis d’artillerie auraient été indispensables car, sous le feu des canons français qui ont pris position en surplomb, les Britanniques ne peuvent leur répondre, « n’ayant guère d’artillerie sur la grève38 ». De ce fait, « il aurait été aussi prudent pour vous qu’avantageux à l’expédition de demander au commodore quelque artillerie », « vingt pièces de canon et quatre mortiers, avec des sapeurs et des servants en proportion39 » poursuit le même officier qui suggère : « Au lieu de procéder au rembarquement des troupes sur les bateaux à fond plat, vous auriez dû agir de manière à réduire au silence avec deux ou trois batteries de canons celles de l’ennemi. »

  • 40 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 59 et Entick, John, The General History (...)
  • 41 Sur le témoignage de cet officier, voir Boissière, Cédric, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon (...)
  • 42 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 46-47.

17Frégates, sloops et bomb-ketches y suppléent cependant. Difficile d’en dire le nombre et, partant, le volume de feu que ces navires peuvent délivrer : seuls semblent avoir participé au bombardement contre les Français, selon une lettre du duc d’Aiguillon au maréchal de Belle-Isle en date du 13 septembre 1758, un vaisseau, cinq frégates et quatre galiotes à bombes – en réalité des ketches –, ou, selon des sources britanniques, six frégates, quatre ketches et deux sloops40. Qu’importe à vrai dire : dans un cas comme dans l’autre, ce sont sans doute quelque 250 pièces d’artillerie de tous types qui peuvent couvrir de leurs feux le rembarquement, une puissance considérable au regard des standards du temps pour une bataille terrestre, même si Howe ne fait ici donner qu’une petite partie des 1 500 à 2 000 pièces que compte son escadre ; et même si, étant donné que les navires s’embossent parallèlement à la côte, seule la moitié de ces 250 bouches à feu peut être utilisée, ces chiffres restent cependant sans commune mesure avec les 6 à 20 canons que le duc d’Aiguillon parvient à aligner. « Dès leur apparition » écrit quelques jours plus tard un officier du Granado, l’un des bomb-ketches britanniques, embossé à quelques dizaines de mètres du rivage, « nous criblâmes [les troupes ennemies] d’un feu serré et pas seulement de nos bombes, mais aussi de mitraille dont nous tirâmes nous-mêmes […] plus de trois milles de ces petits boulets d’une livre41 ». « Les obus [ shells], les boulets de canon, les boulets ramés et la mitraille » : l’on trouve en effet ici toute la gamme – ou presque – des munitions utilisées par l’artillerie embarquée ainsi que le rappelle le volontaire Walter Thomas, engagé aux côtés des Guards42. Contrairement aux simples boulets, les « obus » – ou plus probablement les bombes ou « carcasses » des mortiers portés par les ketches – explosent, projetant des éclats à plusieurs mètres autour du point d’impact. Les boulets ont un rayon d’action plus réduit à l’impact mais peuvent emporter plusieurs rangs de soldats pour peu que les lignes soient compactes, d’autant que ces masses métalliques, de 18 à 24 livres en général sur les navires, peuvent ricocher, gardant leur pouvoir de destruction jusqu’à ce qu’ils finissent leur course, souvent après avoir roulé plusieurs dizaines de mètres. À cela s’ajoute ce que l’on appelle le « vent du boulet », la dépression causée par son passage, qui peut d’ailleurs avoir des effets tout aussi mortels que l’impact proprement dit. Les boulets ramés, deux boulets reliés par une chaîne, sont quant à eux en général utilisés pour s’attaquer aux gréements des navires ennemis : l’on imagine sans peine les dégâts qu’ils peuvent causer ici dans les lignes d’infanterie. Quant à la mitraille, elle a pour fonction de décimer les équipages des vaisseaux ennemis, comme, dans le cas présent, les colonnes lancées par d’Aiguillon, en dispersant des volées de balles ou de petits boulets aux effets dévastateurs à courte portée, en général moins de 400 pas, 300 m environ.

  • 43 Recueil de 1858, p. 121.
  • 44 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 67. Le roulis des navires ne permet cepe (...)
  • 45 Recueil de 1887, p. 218-219. Le colonel de Carcado parle lui aussi d’un « grand feu d’artillerie q (...)
  • 46 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 239.
  • 47 Hughes, B.-P. major-general, Firepower. Weapons Effectiveness on the Battefield, 1630-1850, Londre (...)
  • 48 Binet, Henri, « Deux relations inédites des descentes anglaises de Cancale et de Saint-Cast (1758) (...)
  • 49 Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 72-73. Le recteur de Saint-Cast affirme, (...)

18Or, comme le note Rioust des Villes-Audrains dans son journal, les navires britanniques en charge de l’appui-feu se sont embossés « si près de la grève qu’une balle de mousquet aurait pu aller à bord43 ». Dom Jamin confirme : « les vaisseaux anglais faisoient un feu d’enfer. Quelques-uns, moins éloignez, tiroient à mitraille sur leurs flancs », joignant d’ailleurs « à ce feu celui de leurs huniers », autrement dit de marins armés de fusils à qui une position en hauteur, dans les mats, confère un certain avantage44. Pourtant, l’efficacité de cet intense bombardement se révèle décevante. Mazin parle d’« un feu beaucoup plus épouvantable que meurtrier », estimant à une trentaine le nombre de Français tués par les projectiles ou leur souffle45. Sans doute l’ingénieur sous-estime-t-il ces pertes, qui ne doivent pourtant pas dépasser la centaine, autant qu’on puisse en juger. Comment expliquer cette inefficacité relative ? Plusieurs raisons le permettent sans doute. La première est liée à la distance depuis laquelle l’artillerie navale doit faire feu et, de ce fait, à son manque de précision, la faible pente de l’estran empêchant de s’approcher aussi près que nécessaire. C’est à « une distance d’environ 2 miles » – autour de 3 km probablement, portée maximale des mortiers de Howe – que le commander James Mackenzie, qui tient le log-book de l’Infernal, l’un des ketches britanniques, voit apparaître l’armée française vers 9 h « au sommet d’une colline », sans doute au niveau du moulin d’Anne46. À cette distance, même avec des pièces de 24 livres, toute visée est des plus aléatoires : vers 1800 encore, malgré les progrès réalisés en un demi-siècle, à 1 200 m seulement, certes avec une pièce de 12, moins puissante, seuls 15 % des tirs atteignent la cible visée, une ligne d’infanterie47. Encore ne s’agit-il que de données théoriques, issues d’essais pratiqués à l’exercice, sur la terre ferme, à la demande des autorités militaires britanniques. Dans le feu de l’action, sous les coups de l’ennemi, à bord de navires ballottés par les vagues, nul doute que ce ratio diminue largement. Le fait que les troupes françaises se soient peu à peu rapprochées, que la marée montante, jusque vers 11 h 30, ait aussi permis aux navires de diminuer un peu la distance les séparant de leurs cibles mouvantes a pu cependant, un temps, faciliter la tâche des artilleurs de la Navy… comme celle de leurs homologues français qui leur font face. L’auteur français d’une relation restée anonyme note d’ailleurs non sans raison que le feu des Britanniques « redoubloit de vivacité à mesure que les Anglois voyoient approcher un plus grand nombre de troupes48 ». Mais, note le colonel de Carcado, le « grand feu » de l’artillerie britannique ne fait « pas d’effet parce qu’il portoit trop haut et bien au-delà derrière49 ».

  • 50 Recueil de 1887, p. 218.
  • 51 Scharnhorst, Gerhard von, Über die Wirkung des Feuergewehrs für die Königlichen Preußischen Kriegs (...)

19La distance n’est pas tout en effet, car, au fur et à mesure que combattants français et britanniques se rapprochent, s’accroît le risque pour les artilleurs de frapper leurs propres troupes de ces friendly fires caractéristiques de tous les conflits. Rappelons tout d’abord que les sloops et frégates de Howe doivent tirer par-dessus les grenadiers et les guards, placés entre eux et les colonnes françaises, légèrement plus haut qui plus est, « ce qui fit qu’ils furent obligés de tirer par-dessus nos têtes, sur la hauteur » écrit Mazin, fin connaisseur50. Rappelons aussi que ces tirs doivent se faire – dans la première heure de l’affrontement au moins, sans doute plus – alors que les flat-bottomed boats poursuivent leurs navettes avec la plage pour évacuer les troupes qui s’y trouvent encore, comme le laisse entendre la jeune recrue du 68th Regiment of Foot, nous l’avons vu. Les frégates ne peuvent donc tirer au ras des flots, de peur de toucher l’une des barges, ne peuvent de ce fait non plus jouer des effets dévastateurs de ricochets. La chose ne gêne guère cependant les ketches : les bombes de leurs mortiers, au tir indirect, ont une trajectoire parabolique. Ces armes présentent d’autres problèmes cependant : des expérimentations conduites par le fameux général prussien Scharnhorst au début du XIXe siècle ont montré qu’une bombe de 7 ou 10 livres délivrait en moyenne 24 éclats, pouvant certes toucher tout objet d’environ 1,80 m – 6 pieds – de haut dans un rayon d’une quinzaine de mètres, sans compter les effets de blast, liés au souffle de l’explosion. Mais si ceci en fait des armes très efficaces contre les constructions ou la cavalerie – en effrayant les chevaux notamment, sans même les atteindre directement –, elles le sont beaucoup moins contre l’infanterie51. À ceci s’ajoute encore le caractère imprécis de la visée dès lors que l’on recourt à un tir courbe, comme c’est le cas pour ces mortiers.

  • 52 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais à Saint-Briac et de leur défaite (...)
  • 53 Recueil de 1858, p. 151.
  • 54 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 67.
  • 55 Chagniot, Jean, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, Presses universitaires de France, 200 (...)

20Cette imprécision est-elle alors compensée par la densité des feux, la masse des projectiles tirés ? Partiellement sans doute, d’autant que l’on sait que ces tirs furent particulièrement importants. D’après un récit anonyme, ketches et frégates tirent « plus de quatre cents coups de canon et plus de cent bombes, depuis 11 heures jusqu’à midi trois quarts qu’ils cessèrent de faire feu52 ». Si l’estimation du nombre de « bombes » tirées par les huit mortiers des quatre ketches est plausible, celle du nombre de coups des canons est sans doute en deçà de la réalité, la tendance du frère capucin malouin étant plutôt de la surévaluer avec, selon lui, 8 000 coups de canon, 6 000 bombes et 4 000 pots-à-feu53. La réalité se trouve sans doute entre ces deux chiffres : « on a calculé qu’ils ont pu tirer quatre à cinq mille coups de canon » écrit par exemple dom Jamin que l’on peut suivre globalement, en tenant compte d’un rythme de 15 coups par heure environ par 130 pièces pendant trois heures54. Quatre à cinq mille boulets pour ce « maigre » résultat serait-on tenté d’écrire ? Oui, sans doute, d’autant que l’on se situe là dans une fourchette qui est celle avancée par le chevalier de Folard : il estime, pour la première moitié du XVIIIe siècle, que 4 000 coups de canon font tout au plus 300 tués et blessés. Même si ses effets destructeurs augmentent justement à partir de la guerre de Sept Ans55, l’artillerie reste longtemps inégalement meurtrière dans les batailles terrestres, à Saint-Cast comme ailleurs. La chose est plus nette encore lorsque la densité de la fumée des premiers tirs vient compliquer la tâche des pointeurs, mais aussi lorsque les troupes visées peuvent trouver un abri même partiel, comme c’est le cas dans les chemins descendant vers les Mielles, ces étendues de dunes herbues séparant le pied des falaises de la plage proprement dite.

  • 56 C’est notamment ce que laisse entendre M. de Couessin : « la terre étant fort grasse sur la montag (...)
  • 57 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 47. L’ingénieur Mazin semble (...)
  • 58 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 239.
  • 59 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 98.
  • 60 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 97.

21Le tir des canons de la Navy n’est cependant pas sans conséquences sur les colonnes françaises, même si le terrain lourd, boueux après plusieurs jours de pluie, sablonneux plus près de la plage, joue en faveur des soldats visés en limitant les effets des boulets qui tendent à se ficher en terre en tombant56. Walter Thomas considère par exemple que c’est l’action des navires qui empêche l’« aile droite [française] de descendre sur la grève, grâce à quoi un grand nombre de soldats ont été abattus dans tous les secteurs par le feu incessant de nos vaisseaux57 ». Aux premières loges, le commander James Mackenzie, commandant de l’Infernal, note dans le log book du navire avoir tiré « une bombe de 13 pouces sur l’ennemi qui sembla tomber avec grand effet, disloqua leur rangs et causa une grande confusion58 ». Et le caporal Todd de confirmer : « Moi-même et plusieurs autres avons vu une bombe tirée par un de nos ketchs à bombes atterrir au milieu de la première colonne ennemie et y ouvrir une brèche de plusieurs yards, et les navires dirigeaient sur eux un feu tellement nourri qu’il a semé la confusion dans toute leur avant-garde59. » Car en effet, cet appui de l’artillerie ne semble avoir été efficace que de manière ponctuelle, au moment du débouché de la première colonne, celle de gauche, conduite par d’Aubigny. Les régiments la composant ont pourtant eu le chemin le plus long à parcourir depuis le bourg de Saint-Cast et la réorganisation de son dispositif par d’Aiguillon. Mais ils ont pu atteindre le village de Lesrot en se masquant aux vues de l’ennemi et prendre position vers 10 h au sommet de la falaise. C’est une heure plus tard, vers 11 h, peut-être las d’attendre en assistant au rembarquement des Britanniques en contrebas, que d’Aubigny avait donné l’ordre de marcher en avant, en un dispositif qui ne convainc pas certains observateurs avisés : « leur ligne descendait de la colline de manière très échelonnée » écrit un officier britannique par exemple, leur interdisant de déboucher en force60. Il est vrai que le terrain n’est guère propice à la manœuvre. Dévalant la pente par un sentier cependant suffisamment encaissé pour la protéger assez largement des tirs de la flotte ennemie, la colonne se trouve plus exposée en revanche dès lors que le régiment de Boulonnais, en tête, se déploie sur les Mielles, face à l’ennemi, suivi par les autres troupes la composant.

  • 61 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 98. L’on peut noter ici d’aill (...)
  • 62 Sur ce point, l’anecdote – bien que plus tardive d’un demi-siècle – rapportée par le capitaine Jea (...)
  • 63 Dans ses mémoires par exemple, Montbarey reproche au lieutenant général marquis de Saint-Pern d’av (...)
  • 64 L’historien note, non sans raisons, que « c’est un lieu commun de n’attribuer la tactique linéaire (...)
  • 65 Sur cette arme, voir notamment Hughes, B.-P. major-general, Firepower…, op. cit., p. 10-11.
  • 66 Il ne semble guère exister d’étude spécifique sur les performances de cette arme, le Long Land Pat (...)
  • 67 Selon certains témoignages, un boulet pouvait toucher jusqu’à une quarantaine de soldats dans une (...)

22Guards et grenadiers britanniques sont alors semble-t-il « couchés derrière le talus de sable [à] attendre que [l’ennemi] fût plus près » ainsi que le suggère Todd, se protégeant ainsi du feu de l’artillerie et de la mousqueterie française61. La chose ne va pas de soi a priori en des armées au sein desquelles l’honneur consiste justement à faire face, sans broncher, au feu de l’ennemi, à combattre debout, et non couché62. Une telle position d’attente n’est cependant pas exceptionnelle, même au feu, au cours du XVIIIe siècle, parmi les troupes légères placées de plus en plus souvent en avant des premières lignes, mais pas seulement63. Les 16 ou 17 compagnies dont dispose le général Dury sont alors sans doute ainsi échelonnées derrière les dunes, sur un front de plus de 1 000 m peut-être, beaucoup plus large donc que celui en général attribué à deux petits bataillons, ce que représentent de fait les unités de grenadiers et de guards formant l’arrièregarde du corps expéditionnaire de Bligh ; d’autant que les effectifs de ces compagnies ont sans doute été entamés par la succession des opérations depuis juin. Chacune d’entre elles, disposée sur trois rangs de fantassins en ligne, épaule contre épaule, n’occupe alors pas plus de 20 à 25 m. Cette formation est en effet l’une de celles – pas la seule à en croire l’historien J. Lynn64 – qui permettent de tirer le meilleur parti de l’arme individuelle des redcoats, adoptée une dizaine d’année plus tôt, en 1747. En effet, leur fusil à silex de quelque 4 kg pour une longueur d’un peu plus de 1,50 m est une arme efficace et performante selon les standards du temps65 ; mais sa portée utile n’en reste pas moins limitée à 200 m tout au plus, tandis que chaque tireur ne peut espérer tirer plus de 2 à 3 coups par minute en situation de combat66. Cela implique en général le recours à des formations étirées sur trois rangs, chaque rang pouvant alors en théorie faire feu successivement – toutes les 20 à 30 secondes donc – pendant que les deux autres rechargent : les formations en ligne sont donc, pour une part, l’une des conditions à une optimisation des capacités limitée du fusil à silex, de son imprécision et de son trop long temps de rechargement, tout en limitant d’ailleurs partiellement les effets des boulets de l’artillerie ennemie67. Mais cette ligne sur trois rangs n’offre pas que des avantages, accroissant la distance entre les officiers et sous-officiers d’une part, leurs hommes d’autre part, diminuant d’autant leur capacités de contrôle sur les actions de ces derniers ; surtout, tout mouvement est grandement compliqué, dès lors notamment que l’alignement doit être maintenu à l’échelle d’un bataillon – l’unité tactique de base dans l’armée britannique – voire d’une brigade ou d’une aile d’armée passant à l’offensive.

  • 68 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 98.
  • 69 Sur ces instructions, Houlding, J.A., Fit for service. The Training of the British Army, 1715-1795(...)
  • 70 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 98.
  • 71 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 98. Par défilé, il faut ici entendre l’un des trois chemins (...)
  • 72 Ibid., p. 98. Selon Beatson, Robert, Naval and Military Memoirs…, op. cit., p. 271, qui écrit une (...)
  • 73 Bibliothèque nationale de France, Q B1 (1758). L’on peut cependant se demander si ces « colonnes » (...)
  • 74 Recueil de 1858, p. 161.

23Passer à l’offensive sans attendre, c’est justement ce que décide le général Dury, qui ordonne à certaines des compagnies – celles du seul 1er Régiment des Guards peut-être, sans doute pas cependant l’ensemble de ces unités de circonstances que constituent de facto le « bataillon » de grenadiers et le demi-bataillon de guards, issues de plusieurs régiments – de se former « en grande divisions », autrement dit par groupes de deux68. Cette formation est, en règle générale, celle utilisée pour manœuvrer dans l’armée britannique : c’est celle décrite notamment par le Treatise of Military Discipline publié par Humphrey Bland en 1727, à l’origine des règlements de l’Army de 1728, revus et simplifiés en 1748 et tout récemment en 175669. L’intention du général commandant la brigade de la Garde semble claire : reprendre l’initiative au moment où débouchent sur les Mielles les premières troupes françaises venant du village de Lesrot. Selon Todd, Dury aurait alors « ordonné à nos hommes de quitter l’abri du talus et d’attaquer l’ennemi, ce qui a obligé celui-ci à reculer à plusieurs reprises70 ». Un officier confirme : guards et grenadiers auraient reçu l’ordre de marcher « depuis derrière le talus qui les protégeait à la rencontre des Français alors qu’ils se ruaient depuis le défilé71 ». Audacieuse, la manœuvre semble surtout trop tardive aux yeux de quelques observateurs : « si ce mouvement avait été opéré un peu plus tôt » note par exemple le même officier « et si nos troupes avaient attaqué à la baïonnette avant qu’un nombre considérable d’ennemis ne soit sorti du chemin encaissé, peut-être aurait-il pu réussir, au moins à les déconcerter et semer la confusion chez eux ; mais l’avis d’un gentilhomme qui suggéra cette solution fut négligé, et cette occasion perdue72 ». Point d’attaque britannique « à la baïonnette » donc : les troupes de Dury, alors disposées en colonnes, trois peut-être à en croire l’un des plans imprimés dans les jours qui suivirent73, auraient bien avancé de quelques centaines de mètres en direction des combattants de Morel d’Aubigny, avant cependant de stopper et d’exécuter un premier feu de salve, « une première décharge » pour rependre les termes du recteur de Saint-Cast74. Celui-ci rapporte alors que « nos piquets, à cette acclamation et à ce premier feu, parurent timides, chancelans et presque déconcertés ». Combiné au tir plus précis car plus proche des navires, cette première salve est en effet sans doute un choc pour les fantassins, même pour les plus aguerris, ceux des compagnies de grenadiers de Boulonnais, de Brie et de Volontaires Étrangers qui mènent la colonne.

  • 75 Arch. nat., B4 78, f° 242, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprim (...)
  • 76 Binet, Henri, « Deux relations inédites… », art. cit., p. 33.
  • 77 Recueil de 1887, p. 218. Il convient cependant de noter que le commander James Mackenzie de l’Infe (...)
  • 78 Selon un officier du régiment de Quercy, ce seraient « 17 ou 18 pièces de canon de campagne » (Che (...)
  • 79 Corvisier, André (dir.), Histoire militaire de la France, tome 2, Paris, Presses universitaires de (...)
  • 80 Hughes, B.-P. major-general, Firepower…, op. cit., p. 37.

24Des combattants français « timides, chancelans et presque déconcertés », mais pas totalement. Car, si « les Anglois ont soutenu avec assez de fierté notre premier choc » selon un officier de Boulonnais présent sur cette partie de la plage, « enfin ils ont cédé », assez rapidement semble-t-il75. Comment expliquer cette rupture de la ligne britannique ? Certains y voient le résultat de l’action de l’artillerie française, tel l’auteur anonyme d’une relation rédigée plusieurs mois après les faits : « M. de La Villepatour dirige quelques pièces de canon de sa batterie contre la tête de cette colonne, qui s’arrête sur-le-champ et se borne à faire un feu de mousqueterie très vif76. » La chose n’est guère probable au vu de la faiblesse de l’artillerie dont dispose le duc d’Aiguillon. Mazin, homme de l’art, note d’ailleurs que « notre artillerie étoit de trop petit calibre pour nuire, et trop éloignée pour opérer sur le lieu » : « Nos pièces n’étoient que de quatre [livres], et l’on en avoit mis que cinq en batterie en barbette, dans un lieu peu propre à servir77. » Sans doute ne saura-t-on jamais vraiment quel fut ici le nombre de pièces mises en œuvre par les Français : de 6 à 20 pièces seulement selon les témoignages, sans doute 6 à 8 canons « à la suédoise » venant de Brest et quelques autres provenant de Saint-Malo78. Ces pièces de campagne « à la suédoise » sont en fait celles qui, en temps ordinaire, appuient les unités d’infanterie au sein desquelles elles sont en dotation, une par bataillon d’après une instruction du 20 janvier 175779. Leur faible puissance – et en cela leur faible efficience – est cependant avérée : des pièces de 4 ou de 6 livres ne peuvent guère tirer au-delà de 1 000 m, et perdent largement de leur efficacité dès 500 m environ, un peu au-delà peut-être à Saint-Cast en raison de leur position en hauteur, pas suffisamment cependant sans doute pour disloquer les troupes aguerries de Dury80.

  • 81 Toutes proportions gardées, l’on retrouve ici une configuration comparable à celle de Fontenoy où (...)
  • 82 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 98.

25L’explication est-elle alors à chercher dans les feux de mousqueterie des troupes françaises conduites par d’Aubigny ? Ce n’est guère probable : ces troupes se présentent en colonne au débouché du chemin venant de Lesrot, non pas cette colonne d’attaque promue par Folard en 1724, commune une soixantaine d’années plus tard au sein des armées de la Révolution et de l’Empire ; mais, à Saint-Cast, une formation imposée par le terrain, totalement inadaptée à l’application de feux nourris et précis, qui est d’ailleurs abandonnée dès qu’un déploiement en ligne est possible, sur les Mielles81. Il semble en fait plus vraisemblable que la déstabilisation des troupes britanniques ait été due à l’arrivée massive de renforts français. Les bataillons de Brie, Boulonnais et Volontaires Étrangers viennent tout d’abord peu à peu faire masse derrière les trois compagnies de grenadiers de ces régiments qui constituent l’avant-garde de Morel d’Aubigny, suivis sur leur droite par une seconde colonne, sans doute celle conduite au centre par de Broc, menaçant en débouchant le flanc gauche des troupes de Dury. C’est ce que laissent entendre les récits britanniques insistant sur l’afflux continuel de renforts : la thin red line ne peut alors que succomber sous le nombre, « l’ennemi [ayant] des troupes fraîches en abondance pour renouveler la charge » précise par exemple le caporal Todd82. C’est ce que semble affirmer aussi un officier du régiment de Quercy, alors aux premières loges, que nous suivrons sur ce point :

  • 83 Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 68.

« Les ennemis furent d’abord vigoureusement repoussés par nos grenadiers et cette p [remiè] re colonne de la gauche ou de d’Aubigny, qui les contraignirent de se retirer sur la droite de l’ance. Arrivées là toujours dans un bon ordre de bataille, ils s’avisèrent indiscrètement de faire une décharge générale de mousqueterie qui fut le signal de leur perte. Notre p[remiè]re colonne et une partie de la seconde les aiant sur le champs chargés avant de leur laisser le temps de recharger leurs armes83. »

26Un point pourra ici surprendre quant au comportement des soldats d’élite britanniques : le fait qu’ils « s’avisèrent indiscrètement de faire une décharge générale de mousqueterie », les désarmant de fait face aux troupes françaises, baïonnettes mises à part. L’on sait cependant que les feux de salves disciplinés – ceux du groupe – des premiers instants des batailles se muaient souvent, au cours du combat, en feux désordonnés, à l’initiative des tireurs – ceux d’une masse d’individus donc –, fragilisant d’autant le bataillon ou la compagnie : sans doute ici la menace ennemie, celle des bataillons de d’Aubigny puis de de Broc, était-elle trop pressante. Les Français en profitent, se précipitent, le repli des guards et grenadiers, peut-être en ordre serré dans un premier temps, se muant rapidement en véritable sauve-qui-peut. Malgré les tirs britanniques – ceux de l’artillerie navale, mais aussi sans doute ceux d’une partie des redcoats restés derrière les dunes –, les troupes de la colonne de gauche atteignent assez rapidement les retranchements. C’est ce que laisse à penser un des volontaires bretons, peut-être M. de Couessin, dans un témoignage malheureusement tardif :

  • 84 Recueil de 1858, p. 136-137.

« En courant à toutes jambes sous le feu continuel de l’artillerie et de la mousqueterie des vaisseaux, en essuyant cinq décharges roulantes de mousqueterie de terre, on arriva à vingt pas des retranchements ; mais les premiers arrivés voyant que la queue était encore loin, firent une halte d’un moment en se couvrant de leur mieux de l’inégalité du terrain84. »

  • 85 « Avancer en ligne doit être une affaire menée de manière extraordinairement lente, si le but est (...)
  • 86 Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 68.
  • 87 Villars, Charles Louis Hector de, Mémoires du maréchal de Villars, Paris, Renouard, 1884-1904, t.  (...)
  • 88 Recueil de 1858, p. 137.

27Là encore, le fin connaisseur des pratiques militaires du siècle des Lumières ne manquera pas d’être surpris. Si la « charge » à la baïonnette de fantassins contre la ligne adverse est habituelle à défaut d’être courante, notamment dès lors que l’artillerie ou les feux de mousqueterie ont suffisamment entamé le dispositif ennemi et disloqué une partie de cette ligne, elle s’effectue en général au pas, afin notamment de maintenir l’alignement, tant au sein du bataillon qu’entre bataillons85. Ce n’est pas le cas sur la plage de Saint-Cast, où l’on semble donc assister à une manœuvre pour le moins inhabituelle, dictée peut-être par la faute britannique ayant consisté à « faire une décharge générale de mousqueterie », nous l’avons vu86 : certains auraient alors cherché à profiter de cette grossière erreur tactique en courrant à l’ennemi. On pourra y voir, selon, la traduction de certains des stéréotypes du temps sur « l’air d’audace si naturel aux Français » ou l’application des principes tactiques d’un Maurice de Saxe dénonçant « l’abus de la tirerie87 ». Retenons surtout que la ruée – plus que la charge – des hommes de Morel d’Aubigny n’est pas sans risque : « nous n’étions pas trois cents hommes rassemblés », « nous arrivions par deux, par trois, sans ordre et dans la plus grande confusion » avoue notre volontaire, reconnaissant l’impossibilité dans laquelle se trouve donc les combattants français, dans un premier temps, pendant quelques cruciales dizaines de secondes, d’agir efficacement face à l’ennemi, d’autant que, rappelons-le, ces hommes viennent de courir pendant plusieurs centaines de mètres sans doute, en terrain sablonneux88.

  • 89 C’est le cas notamment des troupes légères, en charge du harcèlement de l’ennemi pendant ses mouve (...)

28Ce sont donc des soldats essoufflés qui atteignent les retranchements derrière lesquels se tiennent encore des Britanniques. Difficile, alors, de viser avec précision l’ennemi au moment de faire feu, de bloquer sa respiration suffisamment longtemps pour mettre en joue une cible particulière. Qu’importe : nous l’avons vu, l’on ne vise guère lorsque l’on tire au combat au siècle des Lumières, à de rares exceptions près89. Seule compte la puissance de feu collective de la ligne d’infanterie, d’où la nécessité, ici d’attendre ceux qui sont restés en arrière pendant cette charge désordonnée :

  • 90 Recueil de 1858, p. 137.

« Les trois compagnies de grenadiers qui se trouvèrent rendues quoique déjà considérablement entamées et qui avaient conservé leur feu jusque-là, tirèrent et crièrent de toutes leurs forces Victoire, vive le Roi ! en courant aux retranchements avec les baïonnettes90. »

  • 91 Dans ses Rêveries, le vainqueur de Fontenoy écrit notamment que « de deux bataillons s’attaquant » (...)
  • 92 Lynn, John, De la guerre…, op. cit., p. 193-195.
  • 93 Notons, en passant, que c’est pour une part une erreur tactique tout à fait semblable commise par (...)

29Précision intéressante que celle de M. de Couessin ici : parfaitement maîtres d’eux-mêmes, en vieilles troupes aguerries faisant preuve du sang-froid attendu sous le feu de l’ennemi, les grenadiers conduits par d’Aubigny « avaient conservé leur feu jusque-là », suivant en cela les préceptes du maréchal de Catinat, de Vauban ou encore de Maurice de Saxe notamment91. Cette tactique et la « culture de l’endurance » la sous-tendant – nous reprenons ici les termes de J. Lynn – impliquaient souvent de lourdes pertes dans les rangs des assaillants ; l’ascendant moral pris cependant par le dernier à tirer n’en était que plus important92. Sur la plage de Saint-Cast, Messieurs les Anglais ont tiré les premiers pourrait-on dire pour paraphraser une célèbre – mais sans doute apocryphe – formule ; ils laissent ainsi aux Français ayant survécu à cette décharge la possibilité de prendre ensuite le dessus93.

  • 94 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 2688 et C 2827, Liste des volontaires de Saint-Cast. Voir aussi le (...)
  • 95 Voir infra, le chapitre ix et Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « La bataille de (...)
  • 96 Retenons, par exemple, le récit anonyme imprimé dès le 12 septembre dû à un Malouin ; Relation de (...)

30Ces rescapés, ce sont les grenadiers décrits par M. de Couessin, bien évidemment, mais pas seulement semble-t-il. Parmi eux, se trouvent des volontaires bretons, nobles ou bourgeois des environs ayant, comme en juin, rejoint Saint-Malo les 3 ou 4 septembre lorsque l’escadre de Howe fut aperçue ou ayant proposé leurs services au duc d’Aiguillon alors que celui-ci concentrait ses troupes autour de Matignon, les 9 et 10 septembre. Quelle place est celle de ces volontaires dans la bataille et notamment dans cette phase cruciale qui précède l’assaut contre les retranchements ? Notons tout d’abord que leur présence est incontestable, notamment – mais pas seulement – aux avant-postes de la colonne de gauche conduite par d’Aubigny : nombre de témoignages y insistent. Notons, ensuite, que leur nombre est cependant limité : les listes constituées par les états de Bretagne n’en comptabilisent qu’une grosse soixantaine tout au plus, celles des érudits du tournant des XIXe et XXe siècles montant à 75 environ – moins de 1 % des effectifs engagés dans la bataille par d’Aiguillon94. Pas de quoi remporter une bataille dans les conditions du siècle des Lumières, sans doute pas non plus de quoi en changer le cours. Pourtant, nous y reviendrons, toute une historiographie, encore vivace, a fait de ces volontaires les vainqueurs de Saint-Cast, en s’appuyant cependant sur des témoignages souvent tardifs95. En effet, rien, dans la très grande majorité des récits ou relations des années 1758-1759, non plus que dans les lettres des quelques semaines qui suivent le combat encore conservées, ne signale un éventuel rôle particulier joué par ces hommes, plusieurs sources – y compris bretonnes – négligeant d’ailleurs totalement de signaler leur seule présence parmi les troupes du duc d’Aiguillon96.

  • 97 Bibliothèque nationale de France, Q B1 (1758). René-Claude-Marie de Montbourcher (1695-1776), prés (...)
  • 98 Recueil de 1858, p. 140.
  • 99 Ibid., p. 136.
  • 100 Ibid., p. 121.

31En fait, seuls de rares documents semblent leur assigner un rôle de premier plan, la plupart dus… à des volontaires bretons ou des personnes qui leur sont liées ! Le premier est un Plan du combat de Saint-Cast dessiné sur les lieux par un gentilhomme breton, imprimé à Paris chez Le Rouge en 1758, œuvre du président de Montbourcher : s’il indique un « retranchement des Anglois bordé d’infanterie qui a d’abord été franchi par la noblesse bretonne », le texte qui l’accompagne n’en dit rien97. Le second est une lettre du marquis de Cucé, en date du 13 septembre 1758, laquelle décrit – sommairement – l’action de son fils, blessé, de son beau-frère et de son gendre « comme volontaires à la tête des grenadiers du régiment de Bolonois » ; sans plus98. Le troisième témoignage est celui du « militaire », sans doute M. de Couessin avons-nous dit : fiable sur bien des points, il se veut avant tout une attaque contre les choix tactiques du duc d’Aiguillon, rédigé sans doute plusieurs années après les faits, dans la seconde moitié des années 1760, alors que le commandant en chef est la cible de la plus grande partie de la noblesse bretonne dans le cadre de l’Affaire de Bretagne. En cela, les affirmations du « militaire » selon lesquelles les volontaires bretons auraient été les premiers à lancer la « course » aux retranchements sous la pression de d’Aubigny méritent sans doute d’être nuancées, du moins relativisées : il indique implicitement que la « noblesse bretonne » resta elle aussi un temps figée sous le feu de l’ennemi. Il contredit surtout le témoignage précédent, en affirmant que « les grenadiers de Boulonnois suivirent de très près [les volontaires] et se mêlèrent même avec eux99 » : le retranchement n’a donc pas « d’abord été franchi par la noblesse bretonne ». Le quatrième et dernier témoignage est celui de Rioust des Villes-Audrains : rédigé lui aussi dans le contexte politique postérieur au déclenchement de l’Affaire de Bretagne, il vise notamment à rappeler à l’intendance de Bretagne les promesses – non tenues donc… – qui auraient été celles du duc d’Aiguillon au bourgeois de Matignon, son anoblissement en raison de son action au Guildo. Nous en avons dit les faiblesses sur ce point comme sur d’autres, par exemple la météo du 4 septembre 1758. Surtout, à l’instar de Couessin, Rioust qui, lui, combat au sein de la colonne du centre, conduite par de Broc, nie implicitement les propos du plan de 1758 en insistant sur le fait que « plusieurs volontaires, mêlés avec les grenadiers de Boulonnois, étaient à la tête » des troupes de d’Aubigny100 ; « mêlés avec les grenadiers de Boulonnois » : il convient d’y insister…

  • 101 Rappelons qu’un officier britannique volontaire en juin à Cancale notait dans son témoignage au su (...)

32Hors de ces plaidoyers pro domo, point de traces donc, jusqu’à plus ample informé, d’un rôle spécifique des volontaires bretons, ni dans les sources françaises, ni dans celles émanant des témoins britanniques d’ailleurs101. Pourtant, ces volontaires, qui ne sont pas tous d’anciens militaires, combattent probablement pour certains d’entre eux avec leurs vêtements « civils », tel le chevalier de Prémorvan qui fait le coup de feu au Guildo de retour de la chasse et que l’on n’imagine guère rentrer chez lui pour se changer avant de poursuivre la lutte à Saint-Cast : sans doute sont-ils de ce fait plus faciles à reconnaître parmi les lignes blanchâtres des troupes réglées qui s’avancent sur la plage.

  • 102 Dans une lettre au maréchal de Belle-Isle en date du 27 septembre 1758, il évoque « l’ardeur avec (...)

33Point de rôle spécifique ou extraordinaire des volontaires, donc. Mais, indéniablement, une participation active au combat, comme le note d’ailleurs le duc d’Aiguillon lui-même, leur principal soutien en la matière102 : la bataille, même atypique, en laquelle s’est désormais mué l’affrontement à distance, ne le permettait guère.

« Ce n’étoit plus qu’une boucherie103… »

  • 103 L’expression est celle employée par dom Jamin ; Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. c (...)
  • 104 Côté français, hormis les acteurs un peu particuliers que sont le duc d’Aiguillon, le chevalier de (...)

34Plus de lignes opposées, mais un vaste corps à corps où domine sans doute la confusion et une violence à son paroxysme : tel fut sans doute le cœur des affrontements sur la plage de Saint-Cast. Pourtant, ce que fut « l’expérience du combat » à l’échelle de cette modeste bataille est difficile à saisir dans les sources à notre disposition : des témoignages britanniques émanant de combattants ayant quitté la plage avant l’assaut fatidique, des relations françaises de témoins très indirects souvent, exceptionnellement de ceux qui combattirent directement sur la plage104. Quelques éléments ressortent cependant de la lecture, entre les lignes, des récits évoquant la dernière phase de la bataille, sans doute la plus violente.

  • 105 Relation de la nouvelle descente des Anglois à Saint-Malo, Rennes, J. Vatar, 1758, p. 3. D’autres (...)
  • 106 Recueil de 1858, p. 160.

35Le combat, plus encore dans ses derniers moments, à compter de midi sans doute, c’est avant tout une « ambiance » particulière, sonore, visuelle aussi. Celle née d’un bruit que l’on imagine assourdissant en cet espace finalement assez restreint que constitue l’anse de Saint-Cast, vaste amphithéâtre coincé entre les deux pointes de l’Isle et de la Garde. Plus qu’à la douzaine de pièces françaises, c’est bien évidemment aux dizaines de canons et de mortiers de la Navy que l’on doit ce « tonnerre continuel » que l’on perçoit très nettement à Saint-Malo selon l’auteur malouin anonyme d’une relation – rédigée cependant au jour le jour semble-t-il, à la première personne – imprimée dans la semaine qui suit la bataille105. « Les coups de canon, les bombes, la mousqueterie de part et d’autre ne laissent pas d’interruption » précise-t-il un peu plus loin. Ce « paysage » sonore de la bataille frappe aussi le recteur de Saint-Cast, sans doute aussi peu habitué que notre Malouin à ce type de spectacle : « Au bruit de dix mille coups de canon et d’une infinité de bombes, je me figurais que tous nos pauvres bataillon allaient être écrasés106. » L’artillerie n’est pas tout pourtant. S’y ajoutent les feux de mousqueterie, nous l’avons dit : ceux des Britanniques, fantassins à terre, marins dans les huniers des navires les plus proches du rivage, en charge de l’appui-feu au rembarquement ; ceux des Français aussi, bien évidemment, enfin le sifflement des balles lorsqu’elles passent suffisamment près… mais pas trop. Plus que leur intensité – bien réelle pourtant, lorsque les dizaines de fusils d’une compagnie ou d’une « grande division » tirent de concert, mais sans doute pas comparable à celle des canons –, sans doute est-ce le rythme particulier de ces « bruits d’infanterie » qu’il convient de retenir : point de roulement permanent ou presque caractéristique des feux d’artillerie ici, mais le rythme saccadé des salves, au moins dans les premiers temps du combat. Rapidement cependant, les feux individuels et désordonnés des fantassins viennent se mêler à ceux des canons, dont ils ne se distinguent plus guère dans l’assourdissant tumulte.

  • 107 Rioust des Villes-Audrains mentionne par exemple des Britanniques qui « faisaient signe du chapeau (...)
  • 108 Chaline, Olivier, La bataille de la Montagne Blanche. Un mystique chez les guerriers, Paris, Noesi (...)
  • 109 Témoignages de Rioust et du militaire, Recueil de 1858, p. 121 et 137.
  • 110 Là encore, nous ne pouvons que souligner, avec Chaline, Olivier, La bataille de la Montagne Blanch (...)

36Sans doute est-ce d’ailleurs le moment où d’autres formes de sons – celles des divers cris – se font plus présentes. Aux ordres hurlés par les officiers et bas-officiers alors que l’on manœuvre encore, relayés et amplifiés par les tambours, succèdent les vociférations des combattants des deux camps. Cris moqueurs ou provocateurs de certains des grenadiers britanniques raillant depuis leurs retranchements les soldats de d’Aubigny alors que ceux-ci restent bloqués sur leurs positions au débouché du chemin de Lesrot107. Cris de guerre des grenadiers français de Brie, Boulonnais et Volontaires-Étrangers pour, une fois encaissée la décharge générale de l’ennemi, se donner la force collective de lancer une charge périlleuse, en sortant « chacun de l’isolement auquel le condamne sa propre peur, de rassembler les forces pour faire du régiment », de la colonne ou même de la compagnie uniquement, « la somme de tous les courages plutôt qu’une foule désordonnée et terrifiée », ainsi que le suggère, avec justesse, O. Chaline108. « Tue, tue ! » auraient ainsi lancé les fantassins de d’Aubigny, avant de se ruer vers les positions britanniques, à moins que ce ne soit des « Victoire ! Vive le Roi ! », des cris auxquels répondent les « Hourra » des guards109. Sans doute est-ce à cet instant que l’on atteint une sorte de paroxysme sonore, alors que se poursuivent les tirs de l’artillerie, redoublant même d’intensité selon certains témoins, alors que ceux de l’infanterie ne s’atténuent que partiellement110 : le déchaînement de violence des derniers instants de la bataille est celui des éructations des combattants des deux camps venant au contact, dans un ultime corps à corps, soutenant les efforts physiques de ceux qui portent les coups, les souffrances de ceux qui les reçoivent aussi.

  • 111 De ce point de vue, le témoignage d’Henri Beyle – Stendhal – au sujet de la bataille de Bautzen, à (...)
  • 112 Sur ces aspects techniques, nous renvoyons, pour le XVIIe siècle, aux développements qu’y consacre(...)
  • 113 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 239.

37Sonore, le paysage de la bataille est aussi affaire de vue, disions-nous, bien évidemment. Un paysage aux contours exigus pour le simple combattant, perdu dans la masse que constituent sa ligne et son rang au sein de sa compagnie ou de sa colonne, dont l’horizon se limite parfois au dos du camarade qui le précède, jusqu’à ce qu’un boulet ou une balle de l’ennemi l’abatte ; plus vastes pour le duc d’Aiguillon et son état-major, en raison de leur position, sur les hauteurs dominant la plage, au sud du village de Saint-Cast. Encore ne doit-on pas en exagérer la portée111 : rapidement, la fumée du combat limite les vues en effet. L’imparfaite combustion de la poudre noire des canons et des fusils produit des nuages blancs particulièrement compacts et persistants, dont rend bien compte notamment l’une des gravures imprimées pour célébrer la bataille, celle due à Ozanne. Il faut plusieurs dizaines de secondes pour que se dissipe la fumée due au tir d’une salve d’infanterie, rendant aléatoire toute nouvelle décharge, une fumée qui complique plus encore la tâche de l’artillerie dont les cibles, plus lointaines, n’en sont alors que plus difficiles à percevoir112. D’autant qu’à la fumée produite par les tirs, s’ajoute celle des explosions, notamment des bombes de mortier à leur point d’impact. Les conditions atmosphériques jouent alors un rôle essentiel, parfois en dissipant les volutes, ici en les orientant vers l’un ou l’autre des adversaires. Le 11 septembre 1758, le vent, soufflant du nord-est à ce que nous disent les log books des navires de la Navy embossés au large de la plage de Saint-Cast, ramène les nuages de fumée de l’artillerie britannique vers le rivage113. Quétier de Saint-Éloy, présent aux premiers rangs de la colonne de gauche, le confirme, avouant son incapacité à raconter ce qui s’est passé au cours de la bataille un peu plus loin :

  • 114 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 122-123.

« Pour lors du combat même, comme le vent souffloit vers nous, tant la fumée du feu des ennemis que celle de notre propre feu, nous n’y voyions pas bien clair. Nous étions noirs de poudre comme des forgerons et l’action étant d’une vivacité incroyable et chacun ne s’occupant qu’à charger et tirer, il n’étoit pas possible de s’entre-examiner et de s’entre-remarquer114. »

  • 115 Chaline, Olivier, La bataille de la Montagne Blanche…, op. cit., p. 181.
  • 116 Ibid.
  • 117 Sur ce point comme sur d’autres, notons que seules les – trop rares – correspondances privées nous (...)

38Car la fumée n’explique pas tout. Au cœur du combat, le soldat n’a guère le loisir, Quétier nous le dit bien, de s’inquiéter de ce qui se passe à côté de lui, hors d’un rayon de quelques mètres, de quelques dizaines de mètres tout au plus. On a pu, non sans raison, parler de saturation des sens au cours de cet événement paroxystique que constitue la bataille : « l’expérience du combat est celle d’agressions inouïes contre le corps, sa capacité sensorielle comme son intégrité » écrit O. Chaline115. L’ouïe et la vue tiennent alors une place particulièrement importante, notamment parce qu’elles constituent « les deux sens par lesquels la peur pénètre en l’homme116 ». Or la peur est, à Saint-Cast comme dans toute bataille, omniprésente. Certes, les témoignages en sont rares, mais néanmoins révélateurs117.

  • 118 Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne…, op. cit., p. 159.

39Inutile de revenir sur les hésitations, le flottement au sein de la colonne française conduite par d’Aubigny au moment de déboucher sur les Mielles : nous les avons déjà évoqués. Plus révélateur est l’aveu du chevalier de Mirabeau, qui, bien qu’ayant déjà connu l’épreuve du feu, en découvre ici de nouveaux aspects en raison de la présence de la Navy : « j’en étois quitte pour avoir eu beaucoup de peur d’une bombe » écrit-il à son frère le marquis dans une lettre datée de Brest, 11 jours après les faits, cette peur que subit le combattant confronté au risque de sa propre mort118. Et de préciser qu’il s’agit là d’un

  • 119 Ibid.

« genre de divertissement que je n’avois pas enduré, et qui vint à tomber à six pas de moi, huit de de Brocq, neuf de d’Aiguillon et dix d’un marquis de Saint-Pern venu là comme curieux. Jusqu’à ce qu’elle eût éclaté, je n’étois pas à mon plaisir. À l’égard du reste, j’étois accoutumé à la musique, ainsi je prenois patience119 ».

  • 120 Sur ce point, voir les suggestions de Corvisier, André, « La mort du soldat depuis la fin du Moyen (...)
  • 121 Sur cette dimension de la « culture militaire », nous renvoyons à Lynn, John, De la guerre…, op. c (...)
  • 122 Recueil de 1858, p. 135.
  • 123 Nous suivons sur ce point Lynn, John, De la guerre…, op. cit., p. 209.
  • 124 Notons l’opinion assez semblable de son frère le marquis, qui lui avait écrit le 16 septembre de P (...)

40Car cette peur individuelle est en général contenue, maîtrisée120. L’honneur, à la base de la culture militaire, l’impose, notamment à la noblesse et aux officiers : ainsi que le note l’historien J. Lynn, la guerre devient alors « un théâtre où afficher [ces] valeurs d’honneur et de bravoure, voire de chevalerie121 ». M. de Couessin ne suggère rien d’autre en expliquant que c’est sans doute parce qu’« il lui tard[ait] d’acquérir de la gloire » que d’Aubigny aurait lancé ses soldats à l’assaut des troupes britanniques, sans attendre les deux autres colonnes122. Tout autre comportement ne serait d’ailleurs pas acceptable : car il ne suffit pas d’être brave ; encore faut-il que la chose soit vue et connue de tous, et notamment de ses pairs123. Dans ces conditions, tout autant que l’honneur, l’expérience passée du combat facilite indéniablement l’acceptation du danger : aussi Mirabeau, « accoutumé à la musique » du feu des canons et de la mousqueterie, « pren[d-il] patience » face aux tirs de l’ennemi124.

  • 125 Arch. nat., B4 78, f ° 242, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Impri (...)
  • 126 Pour ces quelques exemples, se reporter à Corvisier, André, La Bataille de Malplaquet, 1709, Paris (...)
  • 127 Keegan, John, Anatomie de la bataille. Azincourt 1415, Waterloo 1815, La Somme 1916, Paris, R. Laf (...)
  • 128 En cela, l’on rejoint ici ce que les travaux du colonel Ardant du Picq avaient pu mettre en éviden (...)

41Il n’en va pas ainsi de tous les combattants, au risque que cette peur individuelle, mal contenue, ne se mue en un sentiment collectif, celui selon lequel l’on ne peut plus guère agir, selon lequel l’action en cours restera sans effet sur l’issue de la bataille. « La frayeur s’est emparée d’eux ; leurs rangs ont été enfoncés, et l’Anglois culbuté n’a plus trouvé de salut que dans la fuite » écrit un officier du régiment de Boulonnais, aux premières loges au moment de l’assaut125. « La terreur a été si grande parmi les Troupes Angloises, que quinze cens des leurs, pour mieux fuir, ont jeté leurs armes, et se sont sauvés à toutes jambes dans les campagnes », précise-t-il plus loin, non sans approximation. Les grenadiers ou guards britanniques ne sont pas les premières troupes d’élite concernées par une telle réaction : à Malplaquet en 1709, à Dettingen en 1743, à Fontenoy même en 1745, les Gardes françaises, appartenant à la prestigieuse Maison du Roi, avaient elles aussi cédé126. La panique d’unités entières est en effet un grand classique des batailles au siècle des Lumières, et pas seulement127. Un cri – « Save yourself » –, un murmure, une hésitation en tête de colonne face à un événement imprévu, le feu de l’ennemi plus simplement pouvait provoquer la fuite de quelques hommes, depuis l’arrière notamment, et désorganiser une compagnie ou un bataillon entiers, les rendant impropres à combattre, entraînant parfois dans sa fuite les unités les plus proches. Des ennemis plus nombreux, de plus en plus nombreux, des ennemis menaçant de couper des chances de retraite déjà bien maigres, combiné à l’échec de la décharge générale faite contre les lignes françaises et à la surprise provoquée sans doute par la charge qui suivit : voici, en toute vraisemblance, ce qui provoque à Saint-Cast la panique des troupes britanniques, avant même sans doute le « choc » avec les combattants de la colonne de Morel d’Aubigny128.

  • 129 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 239.
  • 130 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 18 ou encore le récit qu’en fait le chevalier Mazin (Recueil (...)
  • 131 Arch. nat., B4 78, f ° 244, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Impri (...)
  • 132 Recueil de 1858, p. 138. Pour l’ingénieur Mazin, « ce n’est sûrement pas notre canon, comme il est (...)
  • 133 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 239.

42Si, faute d’éléments plus précis, l’on en est réduit aux hypothèses quant aux origines de cette fuite, son déroulement semble plus aisé à saisir. Les retranchements et les dunes où, peut-être, une partie des troupes de Dury étaient restées constituent une première – mais courte – étape. Les flatbottomed boats qui, depuis le début de la bataille, n’avaient cessé leurs va-et-vient sous le feu français sont ensuite pris d’assaut. « Certains sont allés vers les bateaux » écrit par exemple le capitaine de l’Infernal dans son log book129, des bateaux vite surchargés, certainement bien au-delà de leurs capacités. Des soldats se jettent à l’eau, nagent en leur direction, parviennent à s’y agripper. Une relation britannique décrit alors une terrible scène : « Les quelques bateaux qui étaient à la côte furent bientôt remplis, certains tellement, avec des soldats accrochés sur leurs bords, que les marins, craignant de couler, furent obligés de couper des mains », ce que confirment certaines des relations françaises130. Trois barges coulent d’ailleurs, résultat de la précision des feux de l’artillerie de Villepatour selon quelques témoins, rarement militaires, en raison de leur poids selon plusieurs combattants français. Pour un officier du régiment de Boulonnais par exemple, « plusieurs, croyant éviter la mort qui se présentoit à eux, ont été ensevelis dans les eaux ; les barques surchargées de fuyards, s’enfonçoient et disparaissoient pour jamais131 ». M. de Couessin ne dit pas autre chose, précisant que « de trois barques chargées qui essayaient de regagner la flotte, deux furent coulées par leur charge et la troisième fut obligée de revenir à terre132 ». Quelques-uns tentent alors de gagner les vaisseaux de Howe à la nage. « Plusieurs se jetèrent à l’eau où ils nagèrent pour sauver leur vie » écrit par exemple le Commander James Mackenzie de l’Infernal. « L’ennemi tirant de manière continue sur eux, certains se noyèrent, certains furent faits prisonniers, et plusieurs récupérés par les bateaux envoyés dans ce but133. » Selon Todd, c’est notamment le cas de

  • 134 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 99. Entré dans l’armée britannique comme enseig (...)

« notre lieutenant-colonel, Sir William Boothby, baronet, qui commandait à terre les grenadiers, s’étant déshabillé, a nagé jusqu’au moment où il a été repêché, au bord de l’épuisement, et est monté à bord de notre navire, sans autre vêtement qu’une vieille capote que lui avaient prêtée les marins. Et plusieurs autres, officiers et hommes du rang sachant nager, ont été préservés, par miracle, compte tenu de la confusion qui régnait sur le rivage, une confusion telle qu’on aurait pensé qu’il était impossible à quiconque d’en réchapper134 ».

  • 135 Recueil de 1858, p. 160.

43Il est vrai que sur la plage, dans les dunes, dans les rochers de la pointe de la Garde vers laquelle fuient les autres soldats britanniques, la violence des combattants français semble s’être déchaînée. Avant même la bataille, selon le recteur de Saint-Cast, les soldats qui traversaient le bourg au matin du 11 en direction des Mielles « ne respiraient que l’envie et le seul plaisir d’éteindre leur soif dans le sang de l’ennemi135 ». Exagération sans doute, figure de style indéniablement. Reste cependant l’irruption d’une violence débridée, une fois emportés les retranchements, alors que le combat, très probablement, se fractionne : ce ne sont plus des lignes, des colonnes qui s’affrontent désormais, mais de petits groupes sans doute, lorsque l’affrontement n’est pas l’affaire d’individus isolés. Le combat singulier devient « une tuerie face à face » pour reprendre ici les termes d’O. Chaline, comme en témoigne l’anecdote rapportée une fois encore par dom Jamin :

  • 136 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 72. Il est cependant peu vraisemblable q (...)

« Un officier anglais qui se noyoit, réclama le secours d’un officier français, qui, par un sentiment de commisération naturelle, luy tendit aussitost la crosse de son fusil. Ce malheureux, à peine tiré du danger, par une ingratitude monstrueuse, ou par un effet de férocité qu’on ne peut concevoir, voulut porter un coup de bayonnette à son bienfaiteur, qui heureusement n’atteignit que les jambes. L’officier français, outré d’un pareil procédé, ôta la vie aussitôt à ce monstre qui n’en étoit pas digne136. »

  • 137 Notons, ici, les similitudes avec ce que dit Lynn, John, De la guerre…, op. cit., p. 127-171, du d (...)

44Réel ou non, le fait dit bien l’image de violence sans bornes qui est celle du combat à ce stade, le décalage aussi entre l’idéal véhiculé par le discours sur la guerre en ce siècle des Lumières, notamment au sein de la culture nobiliaire dominante, et la réalité de la bataille : nous sommes bien loin ici de la guerre en dentelles137.

  • 138 Recueil de 1858, p. 122.

45« Nos soldats […] fondirent » sur les Britanniques, « les tirant à portée de pistolet » écrit Rioust qui combat avec la colonne du centre, commandée par de Broc, précisant qu’ils les suivent ensuite « dans l’eau à coups de baïonnette138 ». Dans cet ultime corps à corps en effet, nul doute que toutes les armes furent bonnes : le fusil prolongé de sa baïonnette ou dont la crosse permet de fracasser le crâne d’un ennemi qui n’a d’autre protection qu’un bonnet ou qu’un tricorne de feutre, l’épée, les poings et les pieds, exigeant des combattants de considérables efforts physiques alors que nombre d’entre eux, à jeun en ce 11 septembre, ont marché des jours durant, dormi dans la boue, sous la pluie. Cette violence est cependant justifiée par certains, M. de Couessin notamment :

  • 139 Ibid., p. 137.

« Les ennemis qui n’avaient pu sortir des retranchements y étaient à genoux et nous criaient miséricorde ; mais comme le feu continuait des vaisseaux, qui tiraient dans ce moment à mitraille et nous tuaient beaucoup de monde, les soldats furieux ne firent guère de quartier dans le commencement139. »

  • 140 Recueil de 1887, p. 218.
  • 141 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 68.

46L’ingénieur Mazin acquiesce, notant d’ailleurs que « de rage », les marins de Howe « tirèrent aussi bien sur leurs gens que sur nous : ce que voyant, nos soldats sans s’émouvoir égorgèrent quelques-uns des leurs à leur vue140 ». Lorsque ce n’est pas le feu de l’artillerie navale britannique, c’est le spectacle des destructions dans les campagnes traversées les jours précédents en convergeant de Saint-Cast qui, selon les témoins, tel dom Jamin, aurait « rendus furieux » les soldats141. Aussi, précise-t-il, les « officiers eurent beaucoup de peine à arrêter le carnage », ce que confirme le volontaire de Couessin pour qui tous les guards auraient été massacrés

  • 142 Recueil de 1858, p. 137-138.

« si M. d’Aubigni qui conserva toujours, sur la gauche, la hauteur de la première ligne, ne se fût porté partout avec autant de valeur que d’humanité pour arrêter la rage du soldat, faire cesser le feu et ordonner qu’on fit des prisonniers142 ».

  • 143 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 48.
  • 144 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 99.
  • 145 Thomas, Walter, A Journal…, op. cit., p. 47.
  • 146 Notons que plusieurs de ces miliciens figurent parmi les morts du 11 septembre 1758. Mais rien ne (...)
  • 147 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 99.
  • 148 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 99.
  • 149 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 99.
  • 150 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 99. Sur cette question de la « cruauté » de cer (...)

47Quelques témoignages britanniques confirment cette violence. Selon Walter Thomas, bien que les derniers grenadiers, acculés à la mer, aient offert de se rendre, les combattants français « ne montrèrent aucune pitié et bien que mes courageux compatriotes les supplièrent, ils ne firent aucun quartier143 ». Le caporal Todd évoque pour sa part « un ennemi en furie, assoiffé de sang et de destruction144 ». La violence la plus extrême est alors, selon nos deux témoins, celle des miliciens gardes-côtes. Si le caporal du 30th Regiment of Foot n’est guère explicite, pour Thomas, en revanche, nombre de ses compagnons d’armes ont été tués par les « cruel Gardes d’Cotes » – en français dans le texte –, également qualifiés de « paysans145 ». Or, ces miliciens ne semblent guère avoir directement combattu le 11 septembre 1758 : ils avaient été rattachés, avant même le début de la bataille, à la réserve commandée par M. de Saint-Pern, en raison notamment de la piètre réputation militaire qui est la leur146. Faut-il voir dans les assertions de Walter Thomas une réminiscence de ce qu’avait été l’affaire de Camaret le 18 juin 1694 ? Peut-être : cela témoignerait du fait, en l’occurrence, que notre volontaire ait lu les récits de certaines descentes antérieures, ce qui n’aurait rien de surprenant au vu de sa position sociale. Une autre hypothèse peut être avancée : les combattants sans uniforme repérés par Thomas ne seraient-ils pas plus probablement les volontaires marchant aux côtés de l’avant-garde de d’Aubigny ? Difficile de le certifier. D’ailleurs, la plupart des témoins britanniques insistent a contrario sur l’humanité dont font preuve officiers et soldats français une fois que les frégates de la Navy font cesser le feu. Ils « montrèrent un noble exemple d’humanité et de modération, faisant immédiatement quartier et offrant leur protection aux vaincus » écrit l’officier auteur du Journal of the Campaign147. Todd confirme ces faits, mentionnant un général français – probablement d’Aubigny – traversant la plage à cheval, hélant « nos hommes en anglais et leur [disant] qu’on leur ferait quartier148 ». La chose surprend les Britanniques : « nous ne pouvions attendre une telle humanité en retour du maraudage, des pillages, des incendies et autres excès que nos soldats avaient commis » écrit un officier149. Le caporal Todd reconnaît lui aussi, implicitement le caractère « normal » de la violence, même débridée, en certaines circonstances : « Il était exclu que nos hommes reçoivent le moindre quartier, étant donné que nous venions de brûler leur contrée et de la détruire de si abominable façon150. »

48Après le chaos assourdissant de la bataille, les cris, les tirs, le silence – relatif – qui suit l’arrêt des combats vers 14 h sans doute le 11 septembre ne doit en être que plus impressionnant pour les témoins. « Le feu cessé, le pavillon amené, nous entendîmes de toutes parts crier vive le roi ! » écrit plus tard l’un d’entre eux : pourtant, ces cris des combattants français ne peuvent avoir la même force que le fracas qui a précédé. Ne reste que l’écho lointain des manœuvres sur les navires britanniques, le déplacement de quelques troupes sur la plage, quelques ordres donnés ici ou là, le ressac bien évidemment, mais rien de plus, si ce n’est peut-être le râle des mourants.

49Ce combat atypique qu’a été trois ou quatre heures durant celui de Saint-Cast, entre terre et mer, est désormais fini. L’heure est aux bilans.

Notes

1 L’expression est celle du chevalier de Mirabeau, dans une lettre envoyée de Lamballe à son frère le marquis le 12 septembre 1758 ; Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne du chevalier de Mirabeau, 1758-1760, Mayenne, J. Floch, 1983, p. 148.

2 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd, 1745-1762, Stroud, Sutton, 2001, p. 96. Son récit est confirmé par celui d’un autre soldat, A Soldier’s Journal containing a particular Description of the several Descents on the Coast of France last War…, Londres, Dilly, 1770, p. 39.

3 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction of Consequence of the Guards as well as of the Rest of His Majesty’s Troops in the Late Expeditions on the Coast of France…, [Londres], George Downing, 1758, p. 46. D’autres témoins, notamment les rédacteurs du Journal of the Campaign on the Coast of France, 1758, Londres, J. Townsend, 1758, p. 96 et An Impartial Narrative of the Last Expedition to the Coast of France, Londres, J. Wilkie, 1758, p. 15, défendent la version avancée par Walter Thomas, celle d’une générale battue initialement par les Britanniques, donnant involontairement ainsi l’alerte chez les Français.

4 Nous rejoignons sur ce point Drévillon, Hervé, Batailles. Scènes de guerre de la Table Ronde aux Tranchées, Paris, Seuil, 2007, p. 14, qui suggère à juste titre que « la contrainte du déroulement diachronique induit nécessairement une cohérence et gomme les éventuelles actions digressives, les effets de la synchronie et, surtout, suppose une logique, un enchaînement de cause à effet » qui ne correspondent que rarement à une réalité objective.

5 Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions or Expeditions that have been carried on jointly by the Fleet and Army with a Commentary on a Littoral War, Londres, Dodsley, 1759, p. 242.

6 Journal of the Campaign…, p. 25.

7 Ibid., p. 26.

8 Lettre de Howe à Pitt, 12 septembre 1758, citée par Beatson, Robert, Naval and Military Memoirs of Great Britain, from 1727 to 1783, Londres, J. Strachan, 1790, p. 273-274. Il convient par ailleurs de rappeler la présence de marins à terre, tout au long des opérations de septembre – et de juin – 1758. Selon certains témoignages, ils tiennent d’ailleurs une place particulière dans les pillages perpétrés par les troupes britanniques, sans doute notamment parce qu’ils échappent à la justice militaire mise en œuvre par l’Army. Sur cette question, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « “A pleasant country” : visions britanniques des descentes de 1758, de Cancale à Saint-Cast », Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, 2008, p. 61-69.

9 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings on the French Coast, 1758 », inRodger, N.A.M., The Naval Miscellany, Londres, Publications of the Navy Records Society, 1984, p. 236-237.

10 C’est ce qui se passe à Cancale et à Cherbourg. C’est aussi ce que sous-entend un défenseur du général Bligh qui, dans un pamphlet, rejette l’argument selon lequel on « a objecté qu’une descente n’aurait pas dû avoir lieu là où on ne pouvait pas rembarquer facilement » ; A Letter from a Member of Parliament in Town, to a Noble Lord in the Country, in Regard to the Last Expedition to the Coast of France, Londres, R. Griffith, 1758, p. 12.

11 A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh, to the Rt. Hon. W – M P – T, Esq ; Se – Y of S – Te. Together with His M – Y’s Instructions for the Late Expeditions on the Coast of France. Dublin, G. Faulkner, 1758, p. 16.

12 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 96. Nous suivons sur ce point Chenu, Joseph, « Autour de la bataille de Saint-Cast en 1758 », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 109, 1981, p. 66-67, qui revoit à la baisse le nombre des troupes britanniques présentes à Saint-Cast et non à Matignon à la veille de la bataille. Le recteur de la paroisse a, dans son récit, sans doute cherché à gonfler ces effectifs pour mieux insister sur sa propre action, évoquant, tout comme Quétier de Saint-Éloy, la présence de 4 000 soldats ; Recueil de 1858, p. 157 et Lemasson, Auguste, La descente des Anglais à Saint-Briac et leur défaite à Saint-Cast l’an 1758, Saint-Brieuc, Guyon, 1923, p. 115.

13 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 45 et Journal of the Campaign…, op. cit., p. 96. Le fait est confirmé par Quétier de Saint-Éloy qui écrit que le 10, « sur les quatre heures, on aperçut quatre compagnies des ennemis sur la pointe de la presqu’île de Saint-Cast faire des signaux à leur escadre et jeter dans la mer les canons des deux forts qui étoient en ce lieu » ; Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 115.

14 D’ailleurs, selon Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions…, op. cit., p. 241 ou Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 45, ces Guards auraient surtout reçu l’ordre de se diriger vers Saint-Cast afin d’établir un contact formel avec la flotte pour obtenir du ravitaillement.

15 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 16.

16 C’est ce qu’avance Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 41, mais aussi, dès 1758, Quétier de Saint-Éloy ou certaines sources britanniques (Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 118 et Journal of the Campaign…, op. cit., p. 96).

17 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 98. Il parle d’une « sorte de talus fait par la mer, profond d’environ quatre pieds », suivi en cela par Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions…, op. cit., p. 245, évoquant « some sand-hills », de simples dunes donc.

18 C’est notamment ce que laisse entendre l’un des plans de la bataille de Saint-Cast, imprimé en septembre 1758, ou encore la Relation de la victoire remportée sur les Anglois le 11 septembre 1758 près Saint-Cast…, publiée par Hovius à Saint-Malo à la même date.

19 Voir supra, chapitre i.

20 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 96. On peut noter ici que l’officier auteur de l’opuscule titré An Impartial Narrative…, op. cit., p. 17, évoque lui la question de la destruction de ces retranchements, et non leur aménagement.

21 Recueil de 1858, p. 134-135.

22 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 46. Voir aussi la traduction et l’analyse de ce récit proposée par Hopkin, David, Lagadec, Yann Perréon, Stéphane, et Rannou, André, « William Todd et Walter Thomas : deux regards britanniques sur la bataille de Saint-Cast (11 septembre 1758) », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor, 2008, p. 3-31.

23 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 96. Il n’est guère plus possible non plus, à ce moment-là, d’envisager de rembarquer à Saint-Jacut, une position sans doute plus facile à défendre, plus encore depuis la prise des Ébihens le 8 : il faudrait rebrousser chemin et se heurter à l’adversaire.

24 Annuaire des marées du Service hydrographique et océanographique de la marine, www.shom.fr.

25 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 46.

26 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 98. C’est sur ce navire qu’avaient embarqué quatre compagnies du Loudoun’s Regiment le 27 mai. Le caporal retrouve notamment à bord le steward, originaire de la même région que lui, qui, au soir de la bataille, lui offre « un peu de bœuf, quelques biscuits » et « un quart de flip » – une sorte de grog fait de bière, d’eau-de-vie et de sucre.

27 Ibid., p. 98. En outre, selon plusieurs sources, certains officiers, lors de la seconde rotation, préfèrent embarquer chevaux, vaches et moutons plutôt que des soldats ; voir par exemple Journal of the Campaign…, op. cit., p. 97 et A Soldier’s Journal…, op. cit., p. 40.

28 A Soldier’s Journal…, op. cit., p. 39.

29 Ce nombre de 1 500 hommes environ est celui mis en avant par Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 98 comme par Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 47. Il est – assez logiquement… – inférieur à ceux évoqués par les sources françaises, qui estiment, de manière peu réaliste, à 3 voire 4 000 environ le nombre de soldats britanniques encore présents sur la plage.

30 Ces chiffres sont importants dans la mesure où le calcul des pertes britanniques en dépend très largement. Ils sont confirmés par exemple par un officier du bomb-ketch Granado, selon lequel « ceux qui restaient sur la plage à attendre les navires étaient à peu près quatorze cents, soit douze compagnies de grenadiers et quatre de gardes » (Boissière, Cédric, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « La bataille de Saint-Cast, un événement “médiatique” européen [11 septembre 1758] », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor, 2009, p. 93-120). Une seule source les contredit, l’interrogatoire de sept officiers britanniques capturés, rapporté par dom Jamin, évoquant 2 400 hommes restés sur la plage (Lemasson, Auguste, La descente des Anglais à Saint-Briac et leur défaite à Saint-Cast l’an 1758, Saint-Brieuc, Guyon, 1923, p. 78-79). Or leurs données se révèlent partiellement erronées sur de nombreux points, notamment sur les effectifs des unités de guards : ils évaluent par exemple à 500 « la moitié du régiment des Gardes » alors que chaque régiment plafonnait à 600/620 combattants fin mai 1758, au moment de l’embarquement, avant de perdre quelques dizaines d’hommes dans les semaines précédant la bataille de Saint-Cast, au cours des opérations de juin, d’août et de septembre, tant en raison de la mort de quelques-uns que des blessures subies par d’autres ou encore – et surtout – en raison des maladies contractées ; c’est sans doute par dizaines que l’on compte les soldats restés en Grande-Bretagne depuis début juillet ou mi-août. Cette moitié n’est donc que de 300 tout au plus, 280/290 comme le suggère Walter Thomas qui raisonne sur des effectifs théoriques, autour de 250 plus probablement. Dans ces conditions, les données avancées par dom Jamin ne semblent pas totalement fiables.

31 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 47.

32 Recueil de 1887, p. 216. Le marquis Le Sénéchal de Carcado, placé à la tête de la brigade de Bourbon, écrit même avoir devancé les ordres du duc d’Aiguillon et avoir mis sa colonne en marche dès 5 h ; Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 72.

33 Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 72.

34 Recueil de 1887, p. 217.

35 Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 68 et 72 ; Recueil de 1887, p. 218 ; Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 67.

36 La faiblesse de l’artillerie britannique disponible mérite d’être notée : le décalage est grand entre les deux canons ici mentionnés et les 60 pièces d’artillerie – dont 15 de 24 livres – et 50 mortiers servis par plus de 300 hommes réunis en mai 1758 sur les côtes sud de l’Angleterre en prévision des descentes en France. En septembre, seules quelques pièces furent débarquées, en raison notamment des mauvaises conditions météorologiques. En juin déjà, lors de l’opération de Cancale, les troupes britanniques avaient éprouvé de sérieuses difficultés à faire se déplacer les quelques pièces débarquées dans les chemins creux bretons et avaient dû abandonner l’idée d’un bombardement de Saint-Malo depuis la terre. Sur ces questions, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « “A pleasant country”… », art. cit. et Laws, Lt.-Col. M.E.S., « The Royal Artillery at St-Malo and Cherbourg, 1758 », Royal Artillery Journal, july 1952, p. 218-235.

37 A Letter to his E – y Lt. Gen. B – H…, op. cit., p. 15.

38 A Soldier’s Journal…, op. cit., p. 39.

39 A Letter to his E – y Lt. Gen. B – H…, op. cit., p. 14-15.

40 Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 59 et Entick, John, The General History of the Late War, Londres, E. Dilly et J. Millan, 1763, vol. III, p. 206. Rioust et Quétier de Saint-Éloy parlent tous deux de six frégates et quatre galiotes (Recueil de 1858, p. 121 et Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 118).

41 Sur le témoignage de cet officier, voir Boissière, Cédric, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « La bataille de Saint-Cast, un événement “médiatique”… », art. cit., p. 116-120 et, de manière plus générale, sur les capacités de ce navire, Goodwin, Peter, The Bomb Vessel Granado, 1742, Londres, Conway Maritime Press, 1989.

42 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 46-47.

43 Recueil de 1858, p. 121.

44 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 67. Le roulis des navires ne permet cependant pas à ces tireurs, on l’imagine, une visée des plus précises. L’avantage est sans doute ici avant tout psychologique.

45 Recueil de 1887, p. 218-219. Le colonel de Carcado parle lui aussi d’un « grand feu d’artillerie qui ne fit pas d’effet », en tout cas en direction de l’aile droite qu’il conduit (Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 72).

46 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 239.

47 Hughes, B.-P. major-general, Firepower. Weapons Effectiveness on the Battefield, 1630-1850, Londres, Arms and Armour Press, 1974, p. 37. Ce n’est, d’après les expériences de William Müller dans les années 1800-1810, qu’autour de 550 m que les pièces de 12 touchent à chaque coup ou presque, le pourcentage n’étant que de 26 % encore à 875 m environ. Quant aux pièces de 24, selon Naulet, Frédéric, L’artillerie française (1665-1765). Naissance d’une arme, Paris, Economica/CFHM/ISC, 2002, p. 39, si la portée de leurs boulets peut atteindre 4 000 à 4 400 m, « il ne fallait guère espérer toucher son but au-delà de 700 m ».

48 Binet, Henri, « Deux relations inédites des descentes anglaises de Cancale et de Saint-Cast (1758) », Bulletin de la Section de géographie, 1939, p. 33.

49 Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 72-73. Le recteur de Saint-Cast affirme, peut-être avec une certaine exagération, que 500 boulets lui sont passés au-dessus de la tête, endommageant d’ailleurs l’église de la paroisse, mais ne provoquant guère de pertes ; Recueil de 1858, p. 160.

50 Recueil de 1887, p. 218.

51 Scharnhorst, Gerhard von, Über die Wirkung des Feuergewehrs für die Königlichen Preußischen Kriegs-Schulen, Berlin, 1813, cité par Duffy, Christopher, The Military Experience in the Age of Reason, Londres, Routledge, 1987, p. 217-218. Selon, Entick, John, The General History…, op. cit., vol. III, p. 206, c’est une bombe du ketch Granado qui aurait ainsi contraint les dragons de Marbœuf à descendre de leurs montures, « leurs chevaux devenant incontrôlables ». Les ketches et autres galiotes à bombes, mises au point par Renau d’Elissagaray à la fin du XVIIe siècle, furent surtout utilisés par les Français comme par les Britanniques à compter de cette date essentiellement contre des villes : Alger en 1682 et 1683 ou contre Gênes en 1684, Saint-Malo en 1693 et 1695, Dunkerque en 1694 et 1695, Calais, Le Havre, Dieppe, etc., nous l’avons vu. Quant aux mortiers, ils étaient utilisés à terre lors des opérations de siège bien plus que sur les champs de bataille.

52 Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation de la descente des Anglais à Saint-Briac et de leur défaite à Saint-Cast en 1758, suivie d’une lettre inédite d’un officier du Fort La Latte », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 71, 1940, p. 286.

53 Recueil de 1858, p. 151.

54 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 67.

55 Chagniot, Jean, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 283.

56 C’est notamment ce que laisse entendre M. de Couessin : « la terre étant fort grasse sur la montagne, les bombes s’enterraient auparavant d’éclater » ; Recueil de 1858, p. 135.

57 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 47. L’ingénieur Mazin semble plutôt attribuer le fait à l’incompétence de Balleroy qui commande cette colonne de droite ; sur ce point, Recueil de 1887, p. 217.

58 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 239.

59 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 98.

60 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 97.

61 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 98. L’on peut noter ici d’ailleurs que selon deux légendes recueillies localement dans les années 1890, ce seraient les soldats français qui se seraient allongés afin de « laisser passer les boulets » de l’ennemi (Sébillot, Paul, « Petites légendes locales (CCCLCXXVI). La bataille de Saint-Cast », Revue des Traditions Populaires, XIV, 1899, p. 561-562 et Marquer, François, « Petites légendes locales (CCCCLCXXXII). La bataille de Saint-Cast », Revue des Traditions Populaires, XVI, 1901, p. 337-338) ; sur ces légendes, voir, infra, chapitre ix.

62 Sur ce point, l’anecdote – bien que plus tardive d’un demi-siècle – rapportée par le capitaine Jean-Roch Coignet est des plus révélatrices : lors de son baptême du feu à la bataille de Montebello, en juin 1800, la jeune recrue qu’il est encore baisse instinctivement la tête pour se protéger « d’une pièce de canon qui fit feu à mitraille sur nous » ; « On ne baisse pas la tête » lui aurait alors dit le sergent-major de son unité, non sans lui avoir asséné un violent coup de plat de sabre sur le sac (Coignet, capitaine Jean-Roch, Souvenirs du capitaine Coignet, Paris, Hachette, 1968, p. 61). Sur cette question de la position des corps au combat, le tropisme du « corps couché » sous le feu de l’armement moderne et la contrainte du « corps redressé », nous renvoyons à Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle), Paris, Seuil, 2008, p. 275-276.

63 Dans ses mémoires par exemple, Montbarey reproche au lieutenant général marquis de Saint-Pern d’avoir laissé ses grenadiers exposés au feu de l’artillerie britannique lors de la bataille de Minden, en 1759, au lieu de leur ordonner de s’aplatir au sol ou de se retirer de quelques pas en arrière afin de se protéger derrière une crête. Cette obstination – cet honneur déplacé, ce « courage irréfléchi », « un radotage très brave mais aussi absurde qu’inutile » pense Montbarey – aurait inutilement coûté de nombreuses vies humaines, aggravant encore l’ampleur de la défaite française (Montbarey, Alexandre Marie Léonor, prince de, Mémoires autographes de M. le Prince de Montbarey, Paris, Eymery et Rousseau, 1826, tome I, p. 175). Le marquis Judes-Vincent de Saint-Pern dont il est question ici est, notons-le en passant, l’oncle de Louis-Bonaventure de Saint-Pern, colonel du régiment de Penthièvre, commandant de la réserve du duc d’Aiguillon à Saint-Cast.

64 L’historien note, non sans raisons, que « c’est un lieu commun de n’attribuer la tactique linéaire de l’époque qu’[aux] limites [de l’armement]. Il faut aller plus loin car les armes de l’époque auraient pu être employées différemment, d’ailleurs elles le furent. La technologie ne dictait pas une seule meilleure tactique ; elle offrait des alternatives et les choix opérés par les soldats reflétaient leurs valeurs culturelles » (Lynn, John, De la guerre. Une histoire du combat des origines à nos jours, Paris, Tallandier, 2006, p. 185). Le déterminisme technologique dominant une large part de l’histoire militaire est aussi dénoncé par Black, Jeremy, Rethinking Military History, Londres, Routledge, 2004, p. 104-127.

65 Sur cette arme, voir notamment Hughes, B.-P. major-general, Firepower…, op. cit., p. 10-11.

66 Il ne semble guère exister d’étude spécifique sur les performances de cette arme, le Long Land Pattern musket de 1747. En revanche, celles menées par les Britanniques au cours des guerres de l’Empire, sur des armes un peu plus performantes, indiquent qu’un bon tireur n’a que peu de chances de toucher une cible isolée au-delà de 100 m, qu’à 175 m l’on peut encore atteindre par un feu de salve une ligne d’infanterie ennemie, qu’au-delà de 250 m environ cependant, moins de 10 % des coups atteignent une cible aussi volumineuse. Sur ce point, Hughes, B.-P. major-general, Firepower…, op. cit., p. 26-29.

67 Selon certains témoignages, un boulet pouvait toucher jusqu’à une quarantaine de soldats dans une formation profonde resserrée, colonne ou carré, à 5 ou 700 m. La ligne et ses trois rangs constituent une parade à ce type de danger ; Hughes, B.-P. major-general, Firepower…, op. cit., p. 29.

68 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 98.

69 Sur ces instructions, Houlding, J.A., Fit for service. The Training of the British Army, 1715-1795, Oxford, Clarendon Press, 1981, p. 318-321.

70 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 98.

71 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 98. Par défilé, il faut ici entendre l’un des trois chemins encaissés descendant du bourg de Saint-Cast à la plage.

72 Ibid., p. 98. Selon Beatson, Robert, Naval and Military Memoirs…, op. cit., p. 271, qui écrit une trentaine d’années après les événements, cette sortie aurait été ordonnée en raison de l’inefficacité des tirs de l’artillerie navale britannique.

73 Bibliothèque nationale de France, Q B1 (1758). L’on peut cependant se demander si ces « colonnes » ne correspondent pas plus certainement à plusieurs « divisions » de deux compagnies placées les unes derrières les autres, un dispositif peu habituel dans les armées françaises qui aurait ainsi trompé certains des témoins.

74 Recueil de 1858, p. 161.

75 Arch. nat., B4 78, f° 242, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprimé), p. 2.

76 Binet, Henri, « Deux relations inédites… », art. cit., p. 33.

77 Recueil de 1887, p. 218. Il convient cependant de noter que le commander James Mackenzie de l’Infernal, signale dans son log book qu’après la bataille, il emploie une partie de ses hommes à « fixer notre gréement qui a été abattu par l’artillerie pendant l’action » (Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 239).

78 Selon un officier du régiment de Quercy, ce seraient « 17 ou 18 pièces de canon de campagne » (Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 68) ; une relation anonyme, sans doute malouine, avance que « 8 pièces de canon, 2 mortiers, des bombes et plusieurs chariots de cartouches et de munitions » seraient sorties de Saint-Malo le 9 septembre en direction de Matignon (Lemasson, Auguste, « Nouvelle relation… », art. cit., p. 284). L’on sait par ailleurs qu’une partie de l’artillerie au moins transite par Plancoët, où Bameulle de Lantillais doit fournir 72 rations d’avoines et 48 bottes de foin. Les 48 chevaux concernés peuvent tracter 12 pièces d’artillerie, sans leurs munitions cependant. Guibert estime en effet que chaque pièce d’artillerie nécessite l’utilisation de 6 véhicules et 24 chevaux pour le transport de la poudre et des boulets (Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1085, État des fournitures que le sieur de Lantillais fils a fait faire à Plancoët, 26 septembre 1758 et Guibert, Jacques de, Essai général de tactique, Liège, C. Plomteux, 1773, vol. I, p. 466). Quant aux sources britanniques les plus précises, notamment le Journal of the Campaign…, op. cit., p. 97, elles parlent de « 10 canons et huit mortiers », 18 pièces d’artillerie au total.

79 Corvisier, André (dir.), Histoire militaire de la France, tome 2, Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 63.

80 Hughes, B.-P. major-general, Firepower…, op. cit., p. 37.

81 Toutes proportions gardées, l’on retrouve ici une configuration comparable à celle de Fontenoy où la colonne d’attaque mise en œuvre par le duc de Cumberland et brisée par la contre-attaque de Maurice de Saxe doit plus à la topographie et au sol boueux qu’à la pensée tactique du général britannique. Sur ce point, Bois, Jean-Pierre, Fontenoy 1745. Louis XV, arbitre de l’Europe, Paris, Economica, 1996, p. 88-93.

82 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 98.

83 Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 68.

84 Recueil de 1858, p. 136-137.

85 « Avancer en ligne doit être une affaire menée de manière extraordinairement lente, si le but est de procéder avec un semblant d’ordre » écrit par exemple le Brunswickois Jakob Mauvillon dans son Geschichte Ferdinands, Herzogs von Braunschweig-Lüenburg, Oberster Befehlshaber der Armee Sr. Maj. des Königs von Großbritannien in Deutschland während des siebenjährigen Krieges, Leipzig, Dyk, 1794, Tome 2, p. 281. Guibert affirmait, un demi-siècle plus tôt, qu’une troupe chargeant tout en tirant avançait « à pas de tortue ». S’il souhaitait un rythme plus rapide, il n’est jamais question de courir (Guibert, Jacques de, Stratégiques, Paris, L’Herne, 1977, p. 229-230). Malgré des évolutions tactiques, les problèmes restent d’ailleurs identiques pendant les guerres de l’Empire : accélérer le rythme de la marche, du pas ordinaire (90 pas par minute) au pas rapide (105) voire au double pas (120), conduit presque inexorablement, sous le feu de l’ennemi, à une véritable course qui se traduit pas une désorganisation des lignes ou de la colonne d’attaque ; sur ce point, Muir, Rory, Tactics and Experience of Battle in the Age of Napoleon, New Haven, Yale University Press, 1998, p. 75.

86 Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 68.

87 Villars, Charles Louis Hector de, Mémoires du maréchal de Villars, Paris, Renouard, 1884-1904, t. III, p. 82 et Saxe, Maurice de, Mes rêveries, Amsterdam/Leipzig, Artskée et Merkus, 1757, tome I, p. 37-38. S’il considère que « c’est le propre de la nation française que d’attaquer », ses réflexions vont plus loin encore et concerne la nécessité d’en revenir à des tactiques plus offensives : selon lui, « si la dernière guerre avoit duré encore quelque tems, l’on se seroit battu indubitablement de part et d’autre à l’arme blanche ; parce que l’on commençoit à connoître l’abus de la tirerie, qui fait plus de bruit que de mal, et qui fait toujours battre ceux qui s’en fervent ». Le chevalier de Folard, l’un des principaux penseurs militaires du siècle, ne pense pas autrement (Chagniot, Jean, « Le mépris du feu, ou le facteur national dans la pensée de Folard et de ses disciples », in Coll., Le soldat, la stratégie et la mort. Mélanges André Corvisier, Paris, Economica, 1989, p. 118-127).

88 Recueil de 1858, p. 137.

89 C’est le cas notamment des troupes légères, en charge du harcèlement de l’ennemi pendant ses mouvements ou avant la bataille, mais aussi des rangers et autres coureurs des bois qui combattent d’un côté ou de l’autre en Amérique du Nord. Sur ces aspects, voir notamment Brumwell, Steve, Redcoats. The British Soldier and War in the Americas, 1755-1763, Cambridge, Cambridge University Press, 2002 et Russell, Peter E., « Redcoats in the Wilderness: British Officers and the Irregular Warfare in Europe and America, 1740 to 1760 », The William and Mary Quarterly, 35, 1978-4, p. 629-652.

90 Recueil de 1858, p. 137.

91 Dans ses Rêveries, le vainqueur de Fontenoy écrit notamment que « de deux bataillons s’attaquant », celui qui l’emportera « c’est celui qui a conservé son feu […] : car outre que celui qui a tiré est décontenancé s’il voit marcher à lui à travers la fumée, il faut qu’il s’arrête [pour tirer] ; or celui qui s’arrête lorsque l’autre marche à lui est perdu » (Saxe, Maurice de, Mes rêveries…, op. cit., p. 37-38). Vauban considérait déjà qu’en général, au corps à corps, l’avantage appartenait à celui qui tirait en dernier (Lynn, John, De la guerre…, op. cit., p. 194).

92 Lynn, John, De la guerre…, op. cit., p. 193-195.

93 Notons, en passant, que c’est pour une part une erreur tactique tout à fait semblable commise par les troupes françaises sur les Plaines d’Abraham un an plus tard, le 13 septembre 1759, face à des redcoats ayant retenu leur feu jusqu’à ce que les troupes de Montcalm soient à moins de 40 m seulement qui coûtera à la France la ville de Québec puis la Nouvelle France…

94 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 2688 et C 2827, Liste des volontaires de Saint-Cast. Voir aussi les listes proposées par Recueil de 1858, p. 46-47 et Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 163-174 qui avance 73 noms. Notons qu’il s’agit pour 40 % au moins de militaires en semestre ou d’anciens militaires, très âgés d’ailleurs parfois, tels M. de Pontual, « très vieux », ou M. de Virmont, qui a 78 ans et « peut à peine marcher » ; sur ce point, Perréon, Stéphane, L’Armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des États, Rennes, PUR, 2005, p. 135-136 et 377.

95 Voir infra, le chapitre ix et Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « La bataille de Saint-Cast (1758) et sa mémoire : une mythologie bretonne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, 195-215.

96 Retenons, par exemple, le récit anonyme imprimé dès le 12 septembre dû à un Malouin ; Relation de la nouvelle descente des Anglois à Saint-Malo, Rennes, Vatar, 1758 ou la relation écrite en 1758 reproduite par Mellinet, Camille, La commune et milice de Nantes, Nantes, Mellinet, 1839, t. V, p. xxx, au grand dam d’ailleurs des rédacteurs du recueil de documents publié par la Société archéologique des Côtes-du-Nord en 1858 (Recueil de 1858, p. 186). Quétier de Saint-Éloy lui-même, bien que volontaire, note que « les Volontaires Étrangers à la gauche débouchèrent les premiers » ; pas les volontaires (Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 119).

97 Bibliothèque nationale de France, Q B1 (1758). René-Claude-Marie de Montbourcher (1695-1776), président à Mortier du parlement de Bretagne depuis 1738, arriva à Saint-Cast deux jours après les combats ; Saulnier, Frédéric, Le parlement de Bretagne, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, 1991 (2e éd.), t. 2, p. 653-655.

98 Recueil de 1858, p. 140.

99 Ibid., p. 136.

100 Ibid., p. 121.

101 Rappelons qu’un officier britannique volontaire en juin à Cancale notait dans son témoignage au sujet de cette même noblesse bretonne que « les gentilshommes si couards qui ont souffert que nous avancions à travers leur patrie méritent d’être stigmatisés du sceau d’une éternelle infamie » ; A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 26.

102 Dans une lettre au maréchal de Belle-Isle en date du 27 septembre 1758, il évoque « l’ardeur avec laquelle la noblesse estoit accourue la veille et le jour du combat de Saint-Cast […]. Une partie s’estoit portée comme volontaires à la tête des premières compagnies de grenadiers qui débouchèrent avec une valeur et une intrépidité peu communes » ; Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 109.

103 L’expression est celle employée par dom Jamin ; Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 67.

104 Côté français, hormis les acteurs un peu particuliers que sont le duc d’Aiguillon, le chevalier de Mirabeau ou l’ingénieur Mazin par exemple, seuls combattent sur la plage un officier du régiment de Boulonnois (Arch. nat., B4 78 f ° 242 à 245), un autre du régiment de Quercy (Chenu, Joseph, « Autour de la bataille… », art. cit., p. 67-69), ou encore les volontaires que sont Quétier de Saint-Éloy (Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 101-123), Rioust des Villes-Audrains et M. de Couessin (Recueil de 1858, p. 100-126 et 130-142). Côté britannique, l’on ne dispose à notre connaissance d’aucun récit d’un combattant ayant appartenu à l’arrièregarde restée sur la plage pour livrer bataille.

105 Relation de la nouvelle descente des Anglois à Saint-Malo, Rennes, J. Vatar, 1758, p. 3. D’autres combattants, pour d’autres conflits, ont insisté sur l’importance de ce bruit de la bataille. L’historien M. Bloch, qui combattit pendant les deux guerres mondiales, décrit des bruits « odieux, sauvages, énervants à l’extrême » (Bloch, Marc, L’étrange défaite, Paris, Gallimard, 1994, p. 87). « L’artillerie vous assourdi[t], vous terrifie, vous traumatise » écrivait plus récemment le général britannique Gardiner au sujet de la guerre des Malouines (cité par Goya, Michel, « Sous le feu. Réflexion sur le comportement au combat », Cahier de la réflexion doctrinale, sd, p. 56).

106 Recueil de 1858, p. 160.

107 Rioust des Villes-Audrains mentionne par exemple des Britanniques qui « faisaient signe du chapeau et défiaient nos soldats d’avancer » ; Recueil de 1858, p. 121.

108 Chaline, Olivier, La bataille de la Montagne Blanche. Un mystique chez les guerriers, Paris, Noesis, 1996, p. 172. Voir aussi, pour une intéressante mise en perspective, ce que dit du Paian des hoplites grecs Hanson, Victor D., Le modèle occidental de la guerre. La bataille d’infanterie dans la Grèce classique, Paris, Les Belles Lettres, 1990, p. 139-140 et 195-196.

109 Témoignages de Rioust et du militaire, Recueil de 1858, p. 121 et 137.

110 Là encore, nous ne pouvons que souligner, avec Chaline, Olivier, La bataille de la Montagne Blanche…, op. cit., p. 181, que, pour assourdissante qu’elle soit, la bataille « n’en est pas moins faite de strates sonores très variées et ses bruits évoluent en fonction du combat ».

111 De ce point de vue, le témoignage d’Henri Beyle – Stendhal – au sujet de la bataille de Bautzen, à laquelle il assiste en 1813, est des plus révélateurs : « Nous voyons fort bien, de midi à 3 heures, tout ce qu’on peut voir d’une bataille, c’est-à-dire rien… » Sur ce point, voir l’introduction de Jacques Hantraye à Le récit d’un civil dans la campagne de France de 1814. Les « lettres historiques » de Pierre Dardenne (1768-1857), Paris, CTHS, 2008, p. xxxv.

112 Sur ces aspects techniques, nous renvoyons, pour le XVIIe siècle, aux développements qu’y consacre Chaline, Olivier, La bataille de la Montagne Blanche…, op. cit., p. 160 ou 167 et, pour la période suivante, celle qui nous intéresse plus particulièrement ici, à Hughes, B.-P. major-general, Firepower…, op. cit., p. 64.

113 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 239.

114 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 122-123.

115 Chaline, Olivier, La bataille de la Montagne Blanche…, op. cit., p. 181.

116 Ibid.

117 Sur ce point comme sur d’autres, notons que seules les – trop rares – correspondances privées nous permettent d’accéder à un certain nombre d’informations et de détails tus par les relations plus ou moins officielles, marquées par toute une série de poncifs liés aux règles implicites du genre littéraire qu’elles constituent.

118 Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne…, op. cit., p. 159.

119 Ibid.

120 Sur ce point, voir les suggestions de Corvisier, André, « La mort du soldat depuis la fin du Moyen Âge », Revue historique, 1975-3, p. 3-30 et Malfoy-Noël, Dorothée, L’épreuve de la bataille, 1700-1714, Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2007, p. 128-132. Cette peur explique sans doute le recours à la confession de certains, ce que décrit notamment dom Le Mercier (Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo et à Matignon dans la semaine du 4 au 11 septembre », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, tome 49, 1911, p. 126). Si les armées du XVIIIe siècle sont réputées pour la défiance de leurs soldats à l’égard de la religion, le soutien moral d’un prêtre au moment du combat reste un besoin largement diffusé.

121 Sur cette dimension de la « culture militaire », nous renvoyons à Lynn, John, De la guerre…, op. cit., p. 177. Pour la période légèrement antérieure de la fin du siècle de Louis XIV, voir Drévillon, Hervé, L’impôt du sang. Le métier des armes sous Louis XIV, Paris, Tallandier, 2005, p. 391-436 et Drévillon, Hervé, « Courtilz de Sandras et les valeurs militaires de la noblesse à la fin du règne de Louis XIV », in Coll., Combattre, gouverner, écrire. Études réunies en l’honneur de Jean Chagniot, Paris, Economica, 2003, p. 351-368.

122 Recueil de 1858, p. 135.

123 Nous suivons sur ce point Lynn, John, De la guerre…, op. cit., p. 209.

124 Notons l’opinion assez semblable de son frère le marquis, qui lui avait écrit le 16 septembre de Paris : « tu dois trouver que cela n’est pas si chaud que sur un vaisseau ? J’ai toujours trouvé qu’auprès du canon, la mousqueterie avoit l’air d’un feu d’artifice de dessert » ; Laurent, Charles, Les voyages en Bretagne…, op. cit., p. 153.

125 Arch. nat., B4 78, f ° 242, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprimé). Jefferys, Thomas. A Description of the Maritime Parts of France, Containing a Particular Account of All the Fortified Towns, Forts, Harbours, Bays, and Rivers. 2 vols. London : Thomas Jefferys, 1774 [1re éd. 1761], p. 275, évoque lui aussi cette fuite : « il furent saisis de panique » écrit-il, y voyant la cause de la dislocation des rangs et de la fuite des redcoats « dans la plus grande confusion ».

126 Pour ces quelques exemples, se reporter à Corvisier, André, La Bataille de Malplaquet, 1709, Paris, Economica, 1997 ; Chagniot, Jean, « Une panique : les gardes-françaises à Dettingen (23 juin 1743) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1977-1, p. 78-95 ; Bois, Jean-Pierre, Fontenoy 1745…, op. cit.

127 Keegan, John, Anatomie de la bataille. Azincourt 1415, Waterloo 1815, La Somme 1916, Paris, R. Laffont, 1993, p. 43-47 et 169-172 pour chacune des deux premières batailles qu’il étudie, et Hanson, Victor D., Le modèle occidental…, op. cit., p. 135-144 pour la Grèce ancienne, y consacrent des pages très suggestives.

128 En cela, l’on rejoint ici ce que les travaux du colonel Ardant du Picq avaient pu mettre en évidence dans les années 1870 : « le choc est un mot », rien de plus pense-t-il. « La poussée a lieu, mais pour le fuyard » : « si le 1er bataillon a résolument marché, s’il est en ordre, il y a dix à parier contre un que l’ennemi s’est retiré déjà sans attendre » ; Ardant du Picq, Charles, Études sur le combat. Combat antique et combat moderne, Paris, Economica, 2004, p. 118-119. Sur les apports de ces travaux, nous renvoyons à Audoin-Rouzeau, Stéphane, « Vers une anthropologie historique de la violence au combat au XIXe siècle : relire Ardant du Picq ? », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2005, no 30, p. 85-97.

129 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 239.

130 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 18 ou encore le récit qu’en fait le chevalier Mazin (Recueil de 1887, p. 218).

131 Arch. nat., B4 78, f ° 244, Lettre d’un officier du Régiment de Boulonnois à un de ses amis (Imprimé).

132 Recueil de 1858, p. 138. Pour l’ingénieur Mazin, « ce n’est sûrement pas notre canon, comme il est dit dans la Relation imprimée, qui occasionna cette perte », notamment du fait de la faiblesse des calibres engagés ; Recueil de 1887, p. 218.

133 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 239.

134 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 99. Entré dans l’armée britannique comme enseigne en 1738, Sir William Boothby, baronet, était alors lieutenant-colonel au 30th Regiment of Foot depuis 1750. Lors des opérations de juin et de septembre 1758, il ne semble avoir commandé qu’une partie des grenadiers, ceux du second bataillon formé par ces hommes d’élite issus des compagnies de grenadiers des 23rd, 24th, 30th, 34th et 68th regiments of Foot.

135 Recueil de 1858, p. 160.

136 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 72. Il est cependant peu vraisemblable qu’un officier ait combattu avec un fusil. Notons par ailleurs que l’anecdote est rapportée par un ecclésiastique qui n’assista pas au combat. Il en va de même de frère Bruno, à qui l’on doit la seule allusion au fait que le marquis de La Tour-d’Auvergne, commandant le régiment de Boulonnais, aurait crié « Feu ! et peu de prisonniers ! » (Recueil de 1858, p. 149). Quel crédit accorder alors à ces propos ? Retenons au moins que les représentations que l’on se fait du combat insistent sur sa violence.

137 Notons, ici, les similitudes avec ce que dit Lynn, John, De la guerre…, op. cit., p. 127-171, du décalage entre « l’idéal, le réel et le parfait dans la guerre européenne au Moyen Âge », entre le discours porté par les tournois et la littérature chevaleresque d’une part, et « la brutalité de la chevauchée » d’autre part.

138 Recueil de 1858, p. 122.

139 Ibid., p. 137.

140 Recueil de 1887, p. 218.

141 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 68.

142 Recueil de 1858, p. 137-138.

143 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 48.

144 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 99.

145 Thomas, Walter, A Journal…, op. cit., p. 47.

146 Notons que plusieurs de ces miliciens figurent parmi les morts du 11 septembre 1758. Mais rien ne permet de certifier qu’ils tombèrent sur la plage. Rappelons que les tirs de la Navy furent pour une part dirigés vers les hauteurs de Saint-Cast, là où justement se tenait la réserve. Rappelons aussi que miliciens et dragons de Marbœuf s’étaient par erreur entretués au cours de la nuit du 10 au 11.

147 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 99.

148 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 99.

149 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 99.

150 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 99. Sur cette question de la « cruauté » de certains comportements au combat, nous renvoyons aux belles pages qu’y consacre Keegan, John, Anatomie de la bataille…, op. cit., p. 178-180.

Table des illustrations

Légende Carte 26. – La bataille du 11 septembre 1758.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103263/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 178k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540