Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758)

 | 
Stéphane Perréon
, 
Yann Lagadec
, 
David Hopkin

Deuxième partie. « Ces furieux Insulaires qui mettent tout à feu et à sang… »

Chapitre V. Tergiversations britanniques et efficacité française

Texte intégral

But first to give a certain Proof, their landing was not Vain
They Burnt a Fleet of Fishing Boats, in Number just Thirteen
They clear’d the Country all around of Pigs, Geese, Cocks and Hen,
For these Exploits who can deny these were able Men.
Expedition. An Ode, to the Tune of The British Grenadiers,
Londres, Taylor, 1759

1Il s’écoule plus d’une semaine entre le débarquement du corps expéditionnaire britannique et son rembarquement sur la plage de Saint-Cast. L’armée du général Bligh passe ce temps à camper et à marcher dans la campagne bretonne, prenant incontestablement son temps. Chez l’adversaire français, au contraire, s’élabore, sous la houlette du duc d’Aiguillon, une mobilisation remarquable compte tenu des insuffisances du réseau de communications. Encore convient-il de se demander si le duc d’Aiguillon entend affronter à tout prix les Britanniques. Envisage-t-il une victoire décisive ? Toutefois, les objectifs de Bligh paraissent beaucoup plus nébuleux que les intentions françaises et méritent assurément une analyse approfondie.

  • 1 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd 1745-1762, Stroud, Sutton, 2001, p. 86-100, i (...)
  • 2 Ibid., p. 91, 95. Une autre relation britannique évoque quant à elle une « pluie battante » le 8 s (...)

2Deux jours après le débarquement, les conditions atmosphériques se dégradent encore. Le 6 septembre, le vent de nord-est forcit et le commodore Howe juge le mouillage de Saint-Lunaire dangereux car trop peu abrité. Il fait alors voile vers l’ouest puisque se mettre à la cape ne suffit pas. Il choisit finalement l’anse de Saint-Cast pour s’abriter sans risque. La journée suivante se passe dans l’expectative. L’armée britannique reste dans son camp de La Garde Guérin, scrutant l’évolution du temps. Même s’il se fourvoie quelque peu dans ses souvenirs, accordant à l’expédition une durée qu’elle n’a pas atteinte1, le caporal Todd évoque les conditions météorologiques en de courtes annotations. « Un temps très humide, une nuit froide, etc. » (6 septembre), « un temps très humide et froid » (8 septembre), « des vents froids et tempétueux toute la nuit, etc. » (9 septembre) : aucun doute, un temps frais, venteux et perturbé s’installe pour plusieurs jours2.

3Aussi le 7, un détachement part-il reconnaître le chemin de Saint-Cast. Il semble en effet désormais évident que l’armée devra se rembarquer sur le littoral de ce village. En outre, la question des vivres commence à se poser avec acuité, les soldats n’ayant débarqué qu’avec les habituelles réserves pour trois jours. Le vendredi 8 septembre donc, les Britanniques démontent leurs tentes et se mettent en marche pour rejoindre leur flotte.

Redcoats, civils et miliciens : les populations bretonnes face à l’ennemi

4Si les descentes ne débouchent pas forcément sur une confrontation entre les soldats des deux armées, les envahisseurs rencontrent inévitablement des « civils », aux statuts fort divers d’ailleurs. Quelles sont les réactions des uns et des autres ? La plupart des témoignages insistent sur la fuite des populations rurales lorsque l’ennemi débarque. En septembre 1758, certains se réfugient à Saint-Malo mais la plupart des fuyards s’enfoncent dans l’intérieur des terres. Cette fuite prend la forme d’un véritable exode qui frappe les contemporains, comme ce moine séjournant dans sa famille à Matignon :

  • 3 Témoignage de dom Le Mercier, moine du Mont Saint-Michel, cité par Barré, Joseph, « Relation du pa (...)

« On ne voiait plus qu’étrangers et fuyards depuis que les Anglais étaient à terre, hommes, femmes, enfants, jeunes et vieux, tous s’en allaient avec ce qu’ils avaient eu le temps de sauver […]. On voiait nombre de pauvres femmes de campagne chargées d’un et quelquefois de deux enfants qu’elles emportaient entre leurs bras avec un ballot de linge ou un pain sur la tête et conduire une troupe de bestiaux en cet équipage […]. Les viels gens caducs et décrépites se faisaient conduire par de plus jeunes des leurs qui les soutenaient d’une main et emportaient quelque marchandise de l’autre[…]. Ceux qui avaient des chevaux et autres montures en profitaient et les autres se faisaient transporter sur des charrettes et autres voitures semblables ; les chemins étaient remplis de toute sorte de monde qui emmenaient leurs bestiaux ou qui emportaient leurs effets dans le fond des terres3. »

  • 4 A Genuine and Particular Account of the Late Entreprise on the Coast of France, 1758. By an Officer (...)
  • 5 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 89.

5La vision de villages inhabités et silencieux impressionne aussi les Britanniques : « Nous trouvions les villages que nous traversions entièrement désertés. Au cours de toute notre marche, je ne me rappelle pratiquement pas avoir vu homme, femme ou enfant. Vous devez vous douter qu’ils n’avaient laissé dans leurs maisons rien qui ne put être emporté », écrit un témoin anonyme4. Plus nuancé, le caporal Todd remarque que, certes, « les habitants sont dans une situation déplorable ; beaucoup se sont enfuis » mais que « certains sont restés5 ».

  • 6 Grimmelshausen, Hans Jakob Christoffel von, Les aventures de Simplicius Simplicissimus, Paris, Aub (...)
  • 7 Sur cet épisode, voir Chagniot, Jean, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, Presses univers (...)

6La panique de ces Bretons est-elle justifiée ? Au « siècle de fer », plus particulièrement pendant la guerre de Trente Ans (1618-1648), les troupes vivent entièrement sur le pays occupé et commettent de nombreuses exactions dont Grimmelshausen livre une version picaresque à peine édulcorée6. Les sacs de Magdebourg (1631) et de Tirlemont (1635) sont d’affreux carnages. Au siècle des Lumières, on n’accepterait plus de tels comportements. Un certain adoucissement des mœurs – surtout parmi les élites – et une meilleure discipline contribuent notablement à un comportement plus humain. En 1747, le sac de Berg-op-Zoom par les troupes françaises scandalise d’ailleurs l’opinion publique européenne, alimentant une violente propagande anti-française, signe du caractère désormais dépassé de telles pratiques, du moins en Europe occidentale7. Les ruraux bretons cèdent-ils donc à des craintes injustifiées et à un atavique réflexe de fuite remontant aux incursions pirates du Moyen Âge ? Pas seulement. Autant sinon plus que leur personne, ils cherchent à sauvegarder leurs biens car, inévitablement, l’armée débarquée est vite amenée à vivre sur le pays.

  • 8 Cité par Hackmann, William K., British Military Expeditions to the Coast of France, 1757-1761, PhD (...)
  • 9 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 88.
  • 10 An Impartial Narrative of the Last Expedition to the Coast of France, Londres, J. Wilkie, 1758, p. (...)
  • 11 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 51.
  • 12 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 6.

7La question du ravitaillement s’avère, en effet, primordiale pour le corps expéditionnaire. Certes, les navires de transport recèlent des vivres en abondance, un rapport du 23 juillet 1758 précisant que les troupes disposent à bord de dix semaines de ravitaillement et les chevaux pour six semaines de fourrage8. Néanmoins, les déplorables conditions météorologiques du début de septembre 1758 rompent le lien entre la flotte et l’armée, empêchant quasiment tout débarquement de cet indispensable approvisionnement. Après que les soldats ont consommé leurs maigres provisions, permettant au mieux de subsister deux ou trois jours, la pénurie menace. Certains en viennent à faire cuire des pommes à cidre encore vertes, « n’ayant pas grand-chose d’autre pour subsister » témoigne Todd9. Un autre Britannique, sans doute officier, affirme que, le 10 septembre, « il n’y avait pas […] une livre de pain ou de biscuit pour l’ensemble du régiment », lui-même n’ayant mangé « rien d’autre depuis 12 heures qu’une pomme10 ». L’armée du duc de Marlborough avait connu des difficultés identiques en juin, le caporal Todd n’ayant avalé, le 8, qu’« un morceau de pain et du fromage », d’ailleurs donnés, bon gré mal gré, par des habitants de Saint-Servan11. Si quelques vivres sont débarqués le 6 septembre, les officiers intiment l’ordre à leurs hommes de les consommer « avec modération12 ». L’état-major de Bligh donne d’ailleurs des consignes explicites :

  • 13 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 89.

« Face à la présente pénurie de provisions fraîches, il est demandé aux officiers de se conformer avec exactitude aux ordres donnés précédemment et répétés : d’envoyer toutes les provisions au prévôt pour qu’elles soient partagées équitablement. Toutes les vaches sont incluses dans cet ordre13. »

  • 14 Saxe, Maurice de, Mes rêveries, Paris, Economica, 2002, p. 97-101.
  • 15 Sur ces aspects, nous renvoyons à Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « “A pleasant (...)
  • 16 Après avoir décrit les pillages perpétrés par les Britanniques, le recteur de Saint-Denoual remarq (...)
  • 17 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 91.
  • 18 Ibid., p. 95.

8Cette pénurie récurrente – fréquente parmi les armées en campagne, au point qu’un grand tacticien comme Maurice de Saxe ne dédaigne pas écrire sur le ravitaillement14 – conduit l’armée britannique à exploiter les ressources locales. Plus qu’un pillage aveugle, on peut y voir une forme de réquisition, encadrée – lorsqu’il s’agit, sur ordre, de fourrager – ou non – lorsqu’à leur initiative, les soldats pratiquent le maraudage15. Dans certaines circonstances pressantes, l’armée française agit d’ailleurs quelquefois de même sur son propre territoire16. À une différence près : même si elles prennent leur temps, les autorités françaises finissent par régler la dépense, parfois plus d’un an plus tard. En revanche, les Britanniques paient rarement, d’autant qu’ils ne comptent pas s’éterniser et n’ont donc pas à ménager une population avec laquelle il faudrait cohabiter de longs mois. Ils font ainsi contribuer les habitants en victuailles ou se servent dans les maisons désertées. Le 7 septembre, écrit Todd, « on ordonna à 50 hommes par régiment de se rendre dans les villes proches pour fourrager, et ils revinrent bientôt avec une abondance de provisions et de liqueurs17 ». Trois jours plus tard, les Britanniques, traversant un village, « obligèrent les pauvres habitants à apporter les victuailles et les boissons qu’ils avaient à notre armée18 ». Le recteur de Saint-Cast n’y échappe pas et conte son aventure dans le registre paroissial :

  • 19 Recueil de 1858, p. 156-157.

« C’était […] une escouade de vingt-cinq maraudeurs, qui, les armes à la main et comme autant de loups affamés, me demandèrent brusquement du pain, du vin, du cidre, du beurre, de la viande, des hardes, des souliers, etc ; ils avaient besoin de tout, et tout leur était bon. Je leur répondis sans paraître nullement déconcerté […] que j’allais satisfaire à une partie de leurs demandes, à condition qu’ils n’entreraient point chez moi, ou que j’en allais porter mes plaintes à M. leur Général […]. Ils obéirent, et mon curé plus mort que vif, que j’appelai, leur fit servir à boire et à manger à discrétion ; après s’être bien rassasiés, ils me remercièrent et prirent congé19. »

  • 20 Dictionnaire universel français et latin, contenant la signification et la définition tant des mot (...)

9Les lois de la guerre offrent néanmoins une possibilité d’échapper aux réquisitions et aux pillages, la sauvegarde. Selon le Dictionnaire de Trévoux, « on donne le nom de sauvegarde au soldat ou cavalier que le Général envoie dans un château ou dans une terre ennemie, pour la préserver des insultes des soldats, dans le passage ou voisinage des troupes20 ». Par extension, le terme désigne la protection ainsi accordée moyennant, évidemment, le versement d’une contribution pécuniaire. Des soldats britanniques vont ainsi solliciter châtelains et villageois qui ont le choix entre la taxe et le pillage comme le raconte Todd :

  • 21 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 89.

« Un fort détachement fut envoyé en avant du front vers plusieurs villages et manoirs de gentilshommes demander une certaine contribution en argent, sachant que notre général leur accordait rarement plus de deux ou trois heures pour la collecter. Et ceux qui l’acquittaient avaient des sauvegardes placés pour la protection à la fois de leur personne et de leurs biens contre toute forme de pillage de la part de notre armée, mais les villages qui ne pouvaient ou ne voulaient pas payer étaient totalement pillés et détruits21. »

  • 22 « Ceux qui sont envoyés en sauve-gardes ont 5 livres par jour, outre leur subsistence, sans qu’ils (...)
  • 23 Recueil de 1858, p. 170.
  • 24 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 91.
  • 25 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 43. Sur ces questions, Hopki (...)

10La personne « protégée » contribue également à la subsistance du soldat qui défend ses biens contre les maraudeurs22. Du moins le système de la sauvegarde est-il relativement efficace. Bien sûr, comme le souligne le recteur de Saint-Denoual, le sauve-garde ne peut pas toujours stopper un parti de maraudeurs, lorsqu’il ne s’entend avec certains de ses camarades pour les laisser piller23. Cependant, ne pas respecter une sauvegarde, pour un soldat, relève de la cour martiale et le contrevenant risque la peine capitale. Todd et ses compagnons ont bien compris les risques et passent leur chemin : à la date du 6 septembre, il dit ainsi avoir « marché à travers un grand bois de vieux chênes, qui est le manoir d’un gentilhomme avec jardins, etc., un peu à gauche de nous, où un sauvegarde stationne, en sorte que nous ne devons pas essayer d’y aller24 ». D’ailleurs, le 8 septembre, quatre hommes du 1er Régiment des Guards qui ont forcé une sauvegarde sont traduits en cour martiale25.

  • 26 A Letter to his E –-y L – t G – l B – h, Londres, A. Henderson, [1758], p. 8.
  • 27 Recueil de 1887, p. 212.

11Il faut cependant bien reconnaître que les déprédations britanniques ne se limitent pas à la nourriture, aux boissons et à certains objets de valeur. Nombre d’atteintes aux biens et aux personnes ont un caractère gratuit. Certains soldats laissent libre cours à leur instinct de destruction et de violence. Un pamphlet hostile à Bligh, rédigé au retour de l’expédition, évoque ainsi des manières « de tartares et de cosaques », c’est-à-dire de sauvages26. Ils endommagent les habitations, y mettent souvent le feu. Le bourg de Saint-Briac est ainsi dévasté. Si le chevalier Mazin attribue cette action à la frustration ressentie en découvrant la petitesse du port27, l’exaspération face au harcèlement des francs-tireurs, parmi lesquels des miliciens garde-côtes, peut aussi en partie expliquer cette violence. Toutefois, certains soudards cèdent tout simplement à leurs bas instincts, convaincus – parfois à tort – d’une totale impunité. Comment expliquer autrement l’acharnement mis parfois à détruire ou encore l’assassinat de vieillards sans défense ? Le 9 septembre, des maraudeurs dévastent non seulement l’habitation du notaire René Robinot mais également son étude :

  • 28 La Vieuxville, Gaston de, « Descente des Anglais en Bretagne en 1758 : procès-verbaux constatant c (...)

« Nous avons vu la porte ouverte, également que la fenêtre dont le vitrage a été cassé ; le lit jeté dans la place parmi un tas de papiers, les rideaux du même lit cassés, le dedans du lit vidé, dont la plume est en quantité parmi lesdits papiers remplis de boue et arrosés d’une bouteille d’encre […], laquelle encre nous avons vu sur lesdits papiers […]28 »,

  • 29 Recueil de 1858, p. 126.
  • 30 SHD/DAT, A4 26, no 55, procès-verbal.

12peut-on lire dans le procès-verbal. Les pépinières font également l’objet de dévastations, à l’instar de celle de Rioust des Villes-Audrains29. De même, en juin, des Britanniques saccagent la maison de Pierre Lévêque à Cancale. Non seulement vitres et portes sont brisées mais tous les livres de la bibliothèque de cet ancien soldat sont déchirés en menus morceaux30. Ces opérations s’apparentent à une politique de la terre brûlée, malgré l’absence d’instructions des officiers à ce sujet. Après tout, répétons-le, les descentes visent aussi à perturber sinon ruiner l’économie locale.

  • 31 La Vieuxville, Gaston de, « Descente des Anglais… », art. cit., p. 225-228.
  • 32 Il en va différemment en 1746 lors du saccage de l’église paroissiale de Quiberon. Les soldats cou (...)
  • 33 Recueil de 1858, p. 169 et 156. Comment interpréter l’allusion suivante du recteur de Saint-Cast, (...)

13Quant aux atteintes aux églises, faut-il y voir une sorte d’iconoclasme protestant ? Dans l’église de Trégon, tous les crucifix, toutes les croix sont brisés, le Saint Chrême emporté, le tabernacle cassé, les fonts baptismaux endommagés. Un procès-verbal dressé ici mi-septembre précise que « l’image de la Vierge, qui était en grande statue de terre sur le même autel, a été jetée par terre et la tête cassée, même celle du petit enfant Jésus qu’elle avait dans les bras31 ». L’église de Créhen subit un sort comparable. Le caractère systématique des dégradations contre les symboles religieux implique sans conteste une haine de la religion. Néanmoins, le mobilier souffre également et les sources ne mentionnent pas la destruction systématique des statues de saints32. Plutôt que d’actions anti-catholiques, il s’agit donc d’actes de vandalisme de soldats mécréants, comme on en trouve dans la plupart des armées européennes. D’autant que la dérision envers les membres du clergé – certes exceptionnelle – n’est pas absente : selon le recteur de Saint-Denoual, le curé de Saint-Briac aurait été « dépouillé nud et obligé de se couvrir avec une juppe de femme, ensuite habillé à la dragonne par l’ennemi et très maltraité », tandis que celui de Saint-Cast est à peine reconnu par son supérieur, sortant « des griffes anglaises […] en bonnet de nuit, en veste, sans autre rabat que le collet de sa chemise33 ».

  • 34 Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe (...)
  • 35 Registre des sépultures de la paroisse de Matignon, cité in Recueil de 1858, p. 177-178.
  • 36 Paris-Jallobert, Paul abbé, « Nouveaux documents contemporains et inédits sur la descente des Angl (...)

14Quant aux rares civils qui n’ont voulu ou pu s’enfuir, plusieurs connaissent un sort funeste. Quelques-uns subissent des violences parce qu’ils veulent protéger leurs biens ou simplement parce qu’ils sont dans l’impossibilité de fournir les soldats ennemis. D’autres ont seulement le tort de croiser des maraudeurs sans scrupules, sans que l’on puisse cependant déterminer s’il convient de parler ici de cruauté, cette « violence devenue son propre objet, destinée à faire souffrir la victime tout en provoquant le plaisir du bourreau » selon les termes de S. Audoin-Rouzeau34. Viols peut-être, meurtres sans doute, coups bien évidemment : tout le répertoire de la violence de la soldatesque est ici présent. Ainsi à Saint-Germain, en Matignon, Marc Lucas et François Rouiller, âgés respectivement de 70 et 55 ans, sont « occis par la main meurtrière des Anglais » le 10 septembre35. Au Guildo, un vieillard et un infirme avaient subi le même sort. Les victimes des violences britanniques sont en effet, de facto, souvent ceux qui n’ont pu s’enfuir, personnes âgées et impotentes en grande majorité. En juin également, d’autres avaient perdu la vie au cours de ces funestes rencontres, tels Étienne Trigori Quesmière, fait prisonnier et décédé à 72 ans à la suite des « maltraitements des Anglois » ou « honorable feme Guillemette Paillace », âgée de 88 ans36. Après coup, certains soldats, tel William Todd, disent avoir désapprouvé ces violences. À l’inverse de ces comportements, le brave caporal aurait, selon son Journal, sauvé la vie d’une vieille femme prisonnière d’une maison en feu :

  • 37 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 94-95.

« Je la pris rapidement et l’entraînai vers l’extérieur alors qu’elle criait. Et quand elle vit le chaume et le toit en feu et prêt à s’effondrer, elle pleura amèrement, ce qui me fit de la peine. Elle prit ma main plusieurs fois pour signifier, je suppose, que je lui avais sauvé la vie et j’étais heureux de penser que j’avais le pouvoir d’accomplir une si généreuse action37. »

  • 38 L’idée d’une « totalisation » des formes du conflit en Amérique du Nord au cours de la guerre de S (...)

15Ainsi, même si certains protagonistes se donnent inévitablement le beau rôle dans leurs mémoires, quitte à enjoliver la réalité, les soldats de l’armée d’occupation n’ont pas un comportement unique dans une guerre finalement « limitée », bien éloignée en cela des formes de « totalisation » qui se développeraient alors en Amérique du Nord38. Générosité et inhumanité, violence et compassion se côtoient voire s’opposent.

  • 39 Recueil de 1858, p. 129.
  • 40 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 21.
  • 41 Ibid., p. 47.
  • 42 Ibid., p. 77.
  • 43 Frey, Sylvia R., « Courts and Cats: British Military Justice in the Eighteenth Century », Military (...)
  • 44 Steppler, G.A., « British Military Law, Discipline, and the Conduct of Regimental Courts Martial i (...)
  • 45 SHD/DAT, A4 26, no 66, 30 juin 1758.
  • 46 Notons d’ailleurs qu’une étude de S. Conway nuance largement cette vision, au moins pour la périod (...)

16Il est vrai que les officiers britanniques ne donnent pas carte blanche à leurs troupes, loin de là. Ils punissent sans état d’âme les maraudeurs pris en flagrant délit. Ainsi, en septembre, un soldat ayant volontairement cassé une belle faïence chez un particulier aisé aurait été pendu sans aucun jugement39. L’anecdote n’est peut-être pas véridique ; elle n’en traduit pas moins une réalité, reconnue côté français : la volonté du commandement britannique de limiter les pillages. En juin déjà en effet, Marlborough avait nommé un prévôt – ou provost – chargé de mettre en œuvre une justice militaire expéditive. Ses instructions stipulaient qu’il « aura ordre de prendre les contrevenants et de les pendre sans autre forme de procès40 ». Ainsi, un grenadier soupçonné – à tort – d’avoir brutalisé une femme est pendu par un capitaine sans aucun procès41. Le même crime vaut la même punition à un jeune soldat à Cherbourg42. Assurément, la fermeté des officiers, et particulièrement de l’état-major, influe sur l’intensité des violences. La question de la dureté de la justice de l’armée britannique et de son évolution a fait l’objet d’un débat fourni dans le monde anglo-saxon. Il apparaît presque certain que se généralisent les châtiments corporels dans la seconde moitié du siècle43. Un certain flou réglementaire laisse une importante latitude aux officiers44, si bien que leur attitude peut osciller entre un laxisme indéniable et une sévérité sans faille. La descente de juin n’épargne pas les biens matériels mais semble moins porter atteinte aux personnes que celle de septembre. Dans une lettre au duc d’Aiguillon, le maréchal de Belle-Isle loue même la discipline britannique dans une comparaison peu flatteuse pour l’armée française : « Tout ce que vous me mandez de la bonne discipline qu’ils ont observée pendant qu’ils ont été dans le voisinage de Saint-Malo est admirable, il seroit effectivement à désirer qu’il y en eut autant dans nos troupes45. » Bligh se montre-t-il alors plus laxiste que Marlborough ? Peut-être. Notons cependant que les sources britanniques insistent davantage sur les violences et exactions de septembre 1758 que sur celles de juin ou de Cherbourg, bien présentes pourtant : plus qu’une relation objective de la réalité, elles cherchent en fait à noircir le tableau pour mieux discréditer le général en chef et son expédition. D’ailleurs, ces comportements ne sont pas propres aux troupes de Bligh en cette année 1758 : l’armée britannique a alors, plus que ses homologues européennes, la réputation d’être constituée pour une large part de mauvais sujets46.

  • 47 Conway, Stephen, « “The great mischief Complain’d of”: Reflexions on the Misconduct of British Sol (...)
  • 48 Ces excès concernent aussi bien le Tyrol en 1703 que Gênes et l’Écosse en 1746 ; Black, Jeremy, A (...)
  • 49 Cité par Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo et à Matignon dans la semaine d (...)

17Sans doute les circonstances de la descente expliquent-elles certaines violences, qui s’apparentent, du reste, à celles subies par les colons d’Amérique lors de la guerre d’Indépendance : aussi les réflexions de l’historien S. Conway offrent-elles d’intéressants points de comparaison47. D’un côté comme de l’autre de l’Atlantique, les opérations de petite guerre favoriseraient ainsi les représailles contre les civils, d’autant plus que les adversaires sont des irréguliers. Irrités sinon vexés par une résistance inattendue, les soldats britanniques se vengeraient sur les biens et les rares civils rencontrés, fussent-ils des vieillards inoffensifs. La pratique d’une guerre atypique conduirait alors à violer les règles convenues de la guerre « classique48 ». En septembre 1758, un officier britannique justifie d’ailleurs ainsi certaines exactions au moine dom Le Mercier, étant « contre toutes les règles de la guerre et de la bienséance que des paysans sans ordre ni commandement insultent une armée49 ».

  • 50 L’alcoolisme était relativement répandu dans l’armée britannique, comme, sans doute dans ses homol (...)
  • 51 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 31 et Journal of the Campaig (...)

18D’autres facteurs ont dû jouer ici. Comme souvent en pareil cas, la consommation excessive d’alcool facilite indéniablement les transgressions. Or, les Britanniques de septembre 1758 ne manquent jamais de visiter et de vider les caves50. Lors de la descente contre Cherbourg déjà, l’état-major avait peiné à éloigner les soldats des entrepôts « de vin, brandy, rhum et cidre d’excellente qualité », si bien que les travaux de démolition des installations portuaires avaient pris du retard à cause de l’ivrognerie des hommes51. Par ailleurs, la dispersion des soldats dans le bocage, notamment lors des opérations de ravitaillement, rend vaine toute surveillance étroite. Enfin, l’indiscipline dépend largement des officiers. Peut-être ceux qui servent Bligh, conscients des rudes conditions éprouvées par leurs hommes depuis leur embarquement en Angleterre, ont-ils décidé de fermer au moins partiellement les yeux sur certains de leurs excès.

  • 52 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 87 et 91.

19Subir mais aussi réagir : l’attitude des populations civiles ne se limite pas en effet à l’acceptation passive d’un sort douloureux. Des formes spontanées – il convient d’y insister – de résistance de certains habitants du littoral breton se développent en effet rapidement, se traduisant notamment par la pratique d’une véritable « petite guerre littorale », menée par des miliciens garde-côtes entre autres, mais pas seulement. Si, confrontés à des troupes professionnelles appuyées par l’artillerie navale, ces paysans abandonnent le terrain voire se débandent, ils ne renoncent pas toujours à combattre l’ennemi. La plupart des témoins d’outre-Manche mentionnent des escarmouches et des tirs provenant d’irréguliers. Ils n’en écrivent guère plus, d’autant qu’ils se targuent de faire peu de cas de cette opposition désordonnée. Pour le caporal Todd, ces hommes qui tirent de loin puis s’enfuient sont forcément des miliciens, qu’il feint de ne pas craindre, répétant comme un leitmotiv : « Nous ne leur avons prêté qu’une faible attention52. » Selon d’autres, il s’agit de simples paysans faisant le coup de feu. Les témoignages français, quant à eux, ignorent le plus souvent ces actions isolées, s’intéressant uniquement aux troupes réglées voire aux compagnies détachées de gardes-côtes.

  • 53 Carron, Jules, « Attaque des Anglais contre la ville de Lorient. Relation anglaise composée par Da (...)

20En 1746, pourtant, l’action d’irréguliers cause de réels soucis aux envahisseurs. Une fois débarqués près du Pouldu, les Britanniques s’organisent en deux colonnes. Celle conduite par le général Sinclair, chef de l’expédition, rejoint Lorient par Ploemeur. La seconde, commandée par le brigadier O’Farell, gagne Guidel. « Passant par des défilés étroits, entre des haies très hautes, souvent revêtues de pierres et couronnées de bois et de broussailles », les soldats de cette dernière colonne essuient des coups de feu de la part de paysans embusqués53. La panique gagne alors une partie de ces hommes :

« Malgré tous les efforts du brigadier, beaucoup jetèrent leurs armes et s’enfuirent, d’autres tirèrent au hasard et se blessèrent les uns les autres, et s’il y avait eut là quelques troupes régulières pour tirer parti de cette confusion, les conséquences auraient pu en être fatales. Et quoiqu’ils se fussent ensuite ralliés et fussent venus rejoindre le général sous Lorient, la panique continua dans ces deux bataillons et se communiqua aux autres. »

  • 54 Harding, Richard, « The Expedition to Lorient, 1746 », The Age of Sail. The International Annual o (...)
  • 55 « Relation du siège de Lorient par les Anglais en 1746 par l’abbé Pontvallon-Hervouët, recteur de (...)
  • 56 Carron, Jules, « Attaque des Anglais… », art. cit., p. 165.
  • 57 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 48.
  • 58 La description faite de ces troupes est assez largement unanime en Europe : pendant la guerre de S (...)
  • 59 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 48.

21Au final, les pertes sont limitées, mais le lieutenant-colonel Erskin est blessé et plusieurs soldats tués54. Le 5 octobre, les 500 Britanniques stationnant à Guidel sont à nouveau attaqués subitement par des garde-côtes faisant « quelques décharges en se retirant de fossés en fossés » : « Sur les 5 heures, les gardes-côtes attaquèrent le presbytère où il y avoit nombre d’officiers, et les forcèrent à se retirer dans l’église où ils avoient eu la précaution de se retrancher55. » Peu spectaculaires, ces actions font peu de victimes et n’influent guère sur le cours des opérations, faute d’une réelle coordination. Pourtant, selon le témoignage du philosophe David Hume, ce harcèlement mine le moral de l’armée d’invasion : « Les alarmes étaient fréquentes, d’autant plus fréquentes que les hommes étaient restés sous l’empire de la panique des premiers jours56. » En somme, embuscades et coups de mains répandent l’inquiétude chez l’adversaire et peuvent lui faire perdre confiance. La densité du bocage, l’épaisseur de ses haies, la hauteur de ses talus et l’étroitesse de ses chemins impressionnent les Britanniques, en 1746 comme 12 ans plus tard. Même l’expérimenté caporal Todd s’en inquiète : « Nous avions des routes très étroites avec des bois de chaque côté. La milice ennemie, les pandours, etc. tiraient constamment sur nous à partir des bois, ce qui nous obligea à garder de forts détachements pour couvrir nos flancs57. » Certes, plusieurs années après les faits, au moment de la rédaction de ses souvenirs, le caporal du 30th Foot confond abusivement les miliciens bretons et les troupes légères originaires de Hongrie qu’il n’a pu connaître avant de servir en Allemagne à compter de 1760, à un moment d’ailleurs où ces troupes se généralisent dans les armées européennes. En cela justement, il reconnaît implicitement l’importance tactique des miliciens en les associant à des combattants considérés à l’époque comme les plus habiles des troupes irrégulières, pour cela les plus craintes aussi58. Une importance tactique qui avait d’ailleurs obligé les Britanniques, en juin à Cancale, à « maintenir d’importants détachements pour couvrir [leurs] flancs59 ». Et à le faire à nouveau en septembre.

  • 60 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 25-26.
  • 61 Grandmaison, Thomas Auguste Le Roy de, La petite guerre, ou traité du service des troupes légères (...)
  • 62 Peschot, Bernard, « La guérilla à l’époque moderne », Revue historique des Armées, 1998, no 1, p.  (...)
  • 63 SHD/DAT, 1 M 1086, no 4, p. 31.

22Pourtant, un officier britannique s’indigne presque de la faiblesse de la résistance des Français, tant le terrain lui paraît propice à la petite guerre. Ainsi qu’il le note, « les hommes étaient fréquemment obligés de passer en file indienne ; et les champs de chaque côté de la route étaient tellement remplis de bois que nous pouvions rarement voir au-delà de 40 yards [environ 35 mètres] sur nos flancs60 », autant de situations favorables à la mise en œuvre d’une « guerre irrégulière » de plus grande ampleur. Il est vrai cependant que, côté français, malgré l’expérience ancienne des milices de Nouvelle-France, cette petite guerre commence tout juste alors à faire l’objet de l’attention de quelques théoriciens. Le premier traité notable est ainsi publié par le capitaine de Grandmaison en 175661. Toutefois, les ouvrages sur la question ne considèrent que la petite guerre menée par des troupes légères de l’armée réglée, telle qu’elle est pratiquée depuis longtemps en Europe centrale et orientale, et non « les formes spontanées d’opposition populaire que peut rencontrer une armée régulière ». Dans ce dernier cas, « des combattants improvisés s’acharnent sur leur sol, dans un réflexe de défense spontané et selon des formes de combat irrégulières, contre des troupes réglées rompues à la guerre classique62 ». La petite guerre littorale menée en septembre 1758 ressortit bien à cette seconde forme, quand bien même certains de ses acteurs ont reçu une formation militaire minimale en tant que miliciens garde-côtes. En revanche, malgré l’expérience de 1746, elle reste fondamentalement empirique, même si certains observateurs militaires comprennent son intérêt potentiel. Ainsi l’inspecteur anonyme de 1755 déplore-t-il l’absence d’exploitation de l’avantage initial des gardes-côtes de 1746 : « La moindre embuscade la nuit les eut fait décamper et pendant le jour chaque pas eut été pour eux une bataille par l’espèce des chemins encaissés, fourrés et bordés d’épaulemens, mais on ne les arrête point63 » note-t-il notamment. La critique est sévère. Qu’auraient pu faire quelques dizaines de paysans livrés à eux-mêmes, sans instructions de l’état-major voire de leurs officiers ? En outre, chacun ne disposait probablement que de peu de cartouches. Reste que les autorités militaires s’inspirent au moins partiellement de ce précédent et le chevalier de Saint-Pern, chargé de la défense de Lorient en 1756-1757, reçoit comme consigne de défendre l’arrière-pays « pied à pied », en harcelant les colonnes ennemies :

  • 64 SHD/DAT, A4 22, no 1, « Instruction pour M. le chevalier de Saint-Pern », 25 avril 1756.

« Il se retirera sur Guidel et ensuitte sur Lorient en retardant la marche de l’ennemy le plus qu’il pourra par de petits détachemens de troupes réglées et de milices garde-côtes avec lesquels il le fera harceler sur les flancs continuellement, ce qu’il peut exécuter d’autant plus aisément que le pays est extrêmement propre à ces sortes d’escarmouches surtout quand on en connoit touttes les routes et issues64. »

  • 65 Sur ce point, Russell, Peter E., « Recoats in the Wilderness: British Officers and Irregular Warfa (...)
  • 66 Nous rejoignons ici les analyses, pour un autre théâtre et un autre conflit, de Kwasny, Mark V., W (...)

23Certes, chacun reste bien conscient que cette petite guerre ne peut vaincre un corps expéditionnaire britannique. Du moins témoigne-t-elle d’une ferme volonté de résister à l’ennemi venu de la mer. Cette forme de résistance était-elle apte à perturber une armée britannique qui l’avait déjà expérimentée pendant la guerre de Succession d’Autriche, notamment en Ecosse, lors de la rébellion jacobite de 1745-46, mais aussi menée par les « habits rouges » eux-mêmes depuis 1755-1756 en Amérique du Nord65 ? Perturber peut-être, en contribuant, pour une part certes difficile à apprécier, mais sans doute non négligeable, à limiter l’étendue de l’activité militaire des troupes britanniques, à fournir aussi une sorte d’écran aux mouvements du corps de bataille réuni par le duc d’Aiguillon, tout en prenant soin d’éviter une confrontation dont l’issue ne pouvait que leur être fatale66. Mais arrêter, bien évidemment pas.

  • 67 Corvisier, André, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, (...)
  • 68 Binet, Henri, « La trahison du Guildo », Annales de Bretagne, nov. 1908, p. 16.

24L’étude des diverses formes de résistances se heurte il est vrai à l’imprécision des sources. Difficile, ainsi, d’identifier ces Bretons et, plus encore, de cerner leurs motivations. Incontestablement, toute descente britannique constitue une intolérable intrusion pour ces populations rurales. Si la plupart subissent, nous l’avons vu, quelques-uns entendent bien faire payer à l’ennemi son invasion et ses déprédations, selon des formes de réactions spontanées qui ne sont pas nouvelles : les exemples ne manquent pas de paysans qui, tels ceux des environs de Toulon en août 1707, tendent des embuscades aux soldats ennemis en retraite67. Des intérêts matériels interviennent également en certaines circonstances. Ainsi, le mercredi 6 septembre 1758, Louis Morel passe sa soirée dans une auberge de Lancieux avec deux compagnons « et comme ils étaient à boire, arriva un particulier qui parut au déposant être pris de boisson, et qui dit qu’il venait de voir passer une vingtaine de chevaux anglais qui n’étaient conduits que par un seul homme68 ». Aussitôt, les trois hommes « formèrent le projet d’aller s’embusquer pour tâcher de surprendre quelques-uns desdits chevaux, ils s’armèrent chacun d’un fusil et allèrent de compagnie jusqu’au bourg de Saint-Briac ». Finalement, personne ne passe et ils rentrent chez eux. En somme, voici un projet échafaudé dans les vapeurs d’alcool d’un cabaret, les protagonistes espérant se procurer des chevaux gratis et sans trop de risque. On est loin, ici, a priori, de motivations patriotiques.

25Ces mobilisations n’en posent pas moins pourtant la question du patriotisme et de sa diffusion dans le monde rural d’Ancien Régime. Certaines sources font en effet de l’Anglais l’ennemi héréditaire sinon « naturel » des Bretons. Une célèbre gwerz ne dit-elle pas que

  • 69 « Breiz ha bro-zaoz enebousien/Evit-ho bout amezeien/A zo bet paket er bed-men/D’en emfibla da vir (...)

« Les Bretons et les Anglais sont voisins
Mais n’en sont pas moins ennemis ;
Ils ont été mis au monde
Pour se combattre à tout jamais69 ? »

  • 70 « Bréis a breau sose améseÿen/adversourien a dréist pen ». Sur cette question, voir Guillorel, Éva (...)
  • 71 Sur ce point, nous renvoyons à Moal, Laurence, « La construction d’une ennemi héréditaire : l’Angl (...)
  • 72 SHD/DAT, 1 M 1091, no 24, « Compte-rendu par M. le comte d’Hérouville de sa tournée faite sur les (...)
  • 73 Sur ces questions, voir Quéniart, Jean, La Bretagne au XVIIIe siècle 1675-1789, Rennes, Ouest-Fran (...)
  • 74 À ce sujet, voir Arch. nat., D2 22, f° 259, « État des familles angloises, irlandoises et écossois (...)

26Certes, il s’agit d’un passage retravaillé par La Villemarqué au XIXe siècle mais la chanson d’origine évoque bien une forte adversité entre Bretons et Anglais : « La Bretagne et l’Angleterre sont voisines/Et non pas moins adversaires70. » Les racines de cette rivalité plongent dans le Moyen Âge et doivent au moins autant à la propagande des ducs qu’aux raids dévastateurs des habitants d’outre-Manche71. Dans le rapport de sa tournée de 1771, le comte d’Hérouville, directeur général des camps et armées, écrit, à propos des Bretons du littoral : « Ils sont encore excités contre l’ennemi par l’intérêt qu’ils ont à défendre leurs biens et par une antipathie naturelle contre les Anglois qui se transmet chez eux de père en fils72. » Ne généralisons pas, toutefois, cette haine atavique. Seul adversaire, seule menace tangible, l’Anglais – le Britannique – est volontiers craint voire haï. Il n’en demeure pas moins, en période de paix, un partenaire commercial. Quant à la contrebande avec l’Angleterre, particulièrement les îles anglo-normandes, elle connaît un important succès sur la côte nord de la Bretagne tout au long du dernier siècle de l’Ancien Régime73. En outre, de nombreux Jacobites, principalement Irlandais, quelquefois Écossais, séjournent en Bretagne, depuis plusieurs générations dans certains cas. Les Anglais euxmêmes ne sont pas absents, surtout sur le littoral nord74. Enfin, la diversité des comportements des civils lors des descentes invite à nuancer la vision du Britannique.

  • 75 Corvisier, André, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 102-107 et Corvisier, André, La France de (...)
  • 76 Lynn, John, Giant of the Grand Siècle. The French Army, 1610-1715, Cambridge, Cambridge University (...)
  • 77 Pour la Grande-Bretagne, les travaux de Colley, Linda, Britons : Forging the Nation, 1707-1837, Lo (...)
  • 78 Dziembowski, Edmond, Un nouveau patriotisme français, 1750-1770. La France face à la puissance ang (...)
  • 79 Bell, David A., « Jumonville’s Death : War Propaganda and National Identity in Eightenn-Century Fr (...)
  • 80 Bell, David A., The Cult of the Nation in France. Inventing Nationalism, 1680-1800, Cambridge (Mas (...)
  • 81 Englund, Steve, « “N’est national qui veut” : du bon usage de la “nation” par les historiens », Re (...)
  • 82 SHD/DAT, A3188, plusieurs lettres d’octobre 1746, no 82 et 170 notamment.
  • 83 Marmontel, Jean-François, Bélisaire, Paris, 1767, p. 222-224.

27Certains historiens, comme A. Corvisier, insistent pourtant sur la force du sentiment national voire du patriotisme sous Louis XIV, notamment lors des épreuves de la guerre de Succession d’Espagne75. Cette thèse est cependant controversée. J. Lynn, par exemple, pense qu’officiers et soldats continuent alors de se battre davantage pour le roi que pour une patrie encore largement abstraite76. Il concède néanmoins que le patriotisme a sans doute émergé plus tôt au sein des troupes que parmi la société civile. Nonobstant ces divergences, un certain consensus semble se faire à propos de la guerre de Sept Ans77. En passant au crible de nombreuses publications reflétant sans doute cependant plus le sentiment d’élites cultivées parisiennes que de masses populaires provinciales, E. Dziembowski a clairement montré l’affirmation d’un « nouveau patriotisme », spontané parce que dégagé du contrôle de la monarchie et de son système d’information ritualisée et de propagande78. Indissociables d’une anglophobie bien vivace, de nombreux écrits louent alors l’idéal de la patrie, d’autant plus que celle-ci subit des revers cinglants. D. Bell fait une constatation identique et remarque que les propagandistes forgent alors l’idée d’une guerre des nations, plus de trente ans avant les conflits révolutionnaires79. Il défend également l’idée que la nation française ne s’est pas bâtie prioritairement sur l’altérité et que, dans ce long processus, le XVIIIe siècle, du Grand Siècle à la Révolution, constitue une étape fondamentale80. Reste à mesurer la diffusion de cette idéologie et ses traductions concrètes. Ce qui s’affirme au cours de la guerre de Sept Ans est d’abord un discours patriotique, ce que S. Englund appelle le nation-talk81. Il touche certainement une élite sociale, peut-être même, à travers certaines pièces de théâtre ou chansons, une partie du peuple. Les Bretons en butte aux incursions britanniques puisent quelquefois dans le lexique patriotique pour justifier leurs réactions mais il serait aventureux d’affirmer qu’ils y trouvent matière pour l’action. D’ailleurs, que défendent-ils ? Leur paroisse, la Bretagne, la France, le roi ? Lorsque, en 1746, d’anciens officiers demandent à reprendre du service pour défendre leur « patrie », le terme reste ambigu82. Le mot possède encore l’ancienne acception de lieu de naissance. En 1767, dans son roman Bélisaire, Marmontel, dressant un parallèle entre la France de Louis XV et l’Empire byzantin, déplore la faiblesse d’une conscience nationale encore en gestation : « Le Midi ne prend aucune part aux dangers qui menacent le Nord » écrit-il83. Il se prononce de ce fait en faveur de la constitution de milices locales, seules motivées pour défendre un territoire d’étendue limitée.

  • 84 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais à Saint-Briac et leur défaite à Saint-Cast l’an 1758, S (...)

28Quant aux acteurs bretons des événements de 1758, ils restent cois sur leurs motivations profondes. Dans les quelques écrits de leur plume conservés, seul un, Quétier de Saint-Éloy, « évoque le service du Roi et la défense de la patrie », sans développer d’avantage son propos84. En cela, cerner précisément les ressorts de ces résistances demeure illusoire, faute de sources suffisamment loquaces. Constatons néanmoins la spontanéité de ces mobilisations mais aussi qu’une véritable action de résistance intervient au Guildo. L’importance donnée a posteriori à cette affaire impliquait que l’on s’y attarde.

L’anecdotique escarmouche du Guildo

29Après deux jours passés dans l’expectative à attendre un éventuel retour de la flotte et à parcourir les environs pour trouver des vivres, le corps expéditionnaire britannique se met en marche le vendredi 8 septembre en direction de Saint-Cast, des éclaireurs ayant repéré la route la veille. Après plusieurs heures d’une marche difficile dans des chemins étroits et fangeux, il rencontre un obstacle naturel à la hauteur du village du Guildo, écart de la paroisse de Saint-Pôtan (carte 20).

Carte 20. – Les mouvements du corps expéditionnaire de Bligh du 4 au 8 septembre 1758.

  • 85 SHD/DAT, 1 M 1088, no 63, Saint-Malo, « Mémoire et description de la coste du Nord de la Bretagne (...)
  • 86 Recueil de 1858, p. 111.
  • 87 Sur le franchissement des cours d’eau, voir Riccioli, Jean-Louis, Les franchissements (1672-1960). (...)

30Un petit fleuve, l’Arguenon, coule au fond d’une vallée relativement escarpée. Nul pont, bien entendu. À marée haute, le passage s’effectue en barque, grâce à quelques passeurs. Lorsque le jusant réduit l’Arguenon à un médiocre ruisseau, on peut emprunter des gués. Cette option nécessite néanmoins une bonne connaissance des lieux et une élémentaire prudence. L’imprudent traversant à l’aventure risque fort de s’envaser voire de se noyer dans un des profonds trous d’eau qui subsistent, véritables fosses modelées et déplacées par chaque marée. Dans un rapport officiel rédigé deux ans avant les événements, le chevalier Mazin, ingénieur de la place de Saint-Malo, décrit « ce lieu [comme] un passage pour la Basse Bretagne très dangereux » : « Il est nécessaire de prendre des guides pour passer à marée basse, sans quoi l’on courroit risque de se perdre dans les sables mouvants qui changent presque toutes les marées85. » L’auteur du principal témoignage sur l’événement – sinon son principal acteur – précise dans son Journal que « le gué du Guildo […] est très dangereux, parce qu’il change presque tous les jours86 ». Les Britanniques se voient cependant contraints de passer à pied, ne trouvant plus d’embarcation sur la rive droite, tandis que la largeur du fleuve et l’absence de spécialistes interdisent par ailleurs toute construction de ponton87.

  • 88 La Condamine, Pierre, Un jour d’été à Saint-Cast, Guérande, Le bateau qui vire, 1977, p. 59-66.
  • 89 Chenu, Joseph, « Le passage des Anglais au Guildo en 1758 », Mémoires de la Société d’émulation de (...)
  • 90 Recueil de 1858, p. 167.
  • 91 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 34.
  • 92 Sur ce point, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « La bataille de Saint-Cast (1758 (...)

31Toutefois, outre l’obstacle naturel, se dressent, sur la rive opposée, des volontaires armés. Alors que les Britanniques arrivent le 8 au Guildo, ils ne franchissent le gué que dans l’après-midi du 9. Traditionnellement, l’historiographie attribue ce retardement à l’action efficace des francs-tireurs bretons. En bloquant l’ennemi pendant une bonne journée, ils auraient même rendu possible la bataille de Saint-Cast. En somme, sans la fusillade du Guildo, pas de bataille à Saint-Cast deux jours plus tard ! Dès 1977, P. de La Condamine critique cette vision, par trop simpliste88. J. Chenu surenchérit quelques années plus tard en apportant plusieurs éléments nouveaux89. Remarquons tout de même que cette version s’impose à certains contemporains. Selon le recteur de Créhen, en raison de la présence de volontaires armés – dont plusieurs de sa paroisse –, « les Anglais furent obligés de lever un camp aux environs du Guildo et ne purent passer que le lendemain après midi, ce qui donna le temps aux troupes françaises, commandées par M. le duc d’Aiguillon, d’arriver et de vaincre les Anglais à Saint-Cast le onze septembre90 ». Encore plus explicite, dom Nicolas Jamin, prieur du monastère Saint-Benoît à Saint-Malo, remarque que les volontaires « retardèrent par leur belle manouvre la marche des ennemis de près de 26 heures, ce qui donna le temps à M. le duc d’Aiguillon de les joindre dans leur retraite. L’action de Saint-Cast, si glorieuse à la province, fut ainsi une suite de la généreuse résistance de ces braves volontaires91 ». Les historiens du XIXe siècle voire du XXe appuient cette version et accordent à l’événement une importance souvent disproportionnée. Il ne s’agit pas, dans ce chapitre, d’étudier une historiographie qui transforme volontiers, au cours du XXe siècle, cet épisode de petite guerre en de véritables « Thermopyles bretonnes », mais de savoir si la « résistance » du Guildo joue un rôle notable voire décisif dans les opérations militaires92. Cela nécessite de revenir aux sources, françaises comme britanniques.

  • 93 Les rôles de capitation des paroisses concernées ayant disparu, il n’est pas possible de préciser (...)

32Il n’y a pas lieu de mettre en doute l’existence même de l’escarmouche. Certes, le principal témoignage provient d’un des protagonistes mais d’autres sources françaises, et surtout britanniques, en attestent la véracité, au moins partiellement. Ainsi, le 8 septembre, quelques dizaines de défenseurs se massent sur la rive gauche de l’Arguenon pour contrarier la marche de l’ennemi. Qui sont-ils ? On connaît les noms d’une quinzaine d’entre eux93. Il y a là trois nobles des paroisses voisines : Jean-François de La Planche de Kersula, seigneur en Hénanbihen, Joseph-Marie de Langlais, chevalier de Prémorvan, possessionné en Saint-Pôtan, et enfin Joseph-Amaury de La Motte, seigneur de la Ville-ès-Comte en Trégon. Une seconde catégorie comprend des notables locaux, comme Jacques Pierre Rioust des Villes-Audrains, avocat au parlement de Rennes, Jean-François Rébillard, sieur de Leffort, alloué – c’est-à-dire officier de justice adjoint du sénéchal – de Matignon et également capitaine de cette paroisse, Gabriel Le Masson, sieur de La Chauvière, riche constructeur de navires du Guildo. Un certain Ruellan, homme d’affaire de M. Scott, seigneur de Créhen, est aussi présent, tout comme Jean Chevalier, employé des fermes du Roi. Les autres sont principalement des artisans et des paysans, qu’il s’agisse du boucher Longchams Le Goff, du tisserand Blivet, tous deux de Matignon, ou du menuisier Joseph Gautier, de Créhen. Quelques aristocrates et notables du cru encadrent ainsi une petite troupe à composante populaire. Les ressorts de la mobilisation s’accordent, du moins en partie, avec cette société rurale très hiérarchisée. Six hommes, dont Gautier et Ruellan, accompagnent M. de La Ville-ès-Comte. Nul doute que ce seigneur, grâce à son statut social et son autorité locale, les a mobilisés sans difficulté. Le rôle du chevalier de Prémorvan et de M. de La Planche est moins connu mais il paraît probable que quelques-uns de leurs « vassaux » les accompagnent.

33Dans la paroisse de Matignon, un rôle éminent semble revenir à Rioust des Villes-Audrains. Le problème est que les seuls témoignages dont on dispose sur ce point ont été écrits par Rioust lui-même. Deux lettres rédigées en 1778, l’une à l’intendant de Bretagne Caze de La Bove, l’autre à l’ingénieur Perroud, apportent force détails. Elles s’inscrivent cependant dans une véritable campagne de propagande orchestrée par Rioust lui-même afin d’être anobli. On ne saurait donc leur accorder un crédit total. Ni les récuser par principe. Voici la version de Rioust :

  • 94 Lettre à Perroud, 17 juillet 1778, citée par Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne au X (...)

« On s’assemble devant ma maison, je propose et engage d’aller au Guildo empêcher les ennemis de passer, on acquiesce à ma prière ; nous partons. En allant, je détachai de mes braves Matignonais pour aller dans les métairies avertir leurs camarades ; tellement que notre troupe augmentoit en approchant, et rendu au Guildo elle pouvoit compter de 60 à 80 hommes94. »

  • 95 Cité par Barre, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo… », art. cit., p. 114.
  • 96 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignages de J.-F. Rébillard et Louis Lemasson, octobre (...)
  • 97 Recueil de 1858, p. 111.
  • 98 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignages de F. de Kergu, T. Cordon et François Lucas, o (...)

34Rioust s’accorde un rôle de meneur qu’il n’a peut-être pas tenu, dans de telles proportions en tout cas. Au même moment, Jean-François Rébillard s’attribue lui aussi les mérites de la mobilisation. En tant que capitaine de paroisse – c’est-à-dire responsable d’une compagnie du guet littoral –, il possède en effet l’autorité nécessaire. Il est d’ailleurs le seul protagoniste évoqué par le moine dom Le Mercier : « Monsieur Rébillard, alloué de Matignon, fut de ceux qui s’y distinguèrent le mieux et qui donnèrent plus de marques de bravoure et de zèle pour la défense de leur patrie95. » Il semble bien, en effet, qu’il ait fait battre la caisse pour assembler la population96. En outre, dans son Journal, Rioust écrit sobrement : « Quelques bourgeois de Matignon et moi, nous rassemblâmes le plus que nous pûmes des habitants de Matignon et des environs97. » En fin de compte, quelques notables respectés entraînent des hommes armés vers Le Guildo. Plusieurs groupes y parviennent séparément. Se rangent-ils sous une autorité commune ? Rioust a sans conteste une autorité sur ses voisins et métayers mais probablement pas sur Rébillard ni Le Masson et encore moins sur les trois gentilshommes, ces derniers pouvant se prévaloir de la mission ancestrale de la noblesse. Toutefois, pratiquement aucun des défenseurs du Guildo n’a une quelconque expérience militaire. Quelques-uns appartiennent aux compagnies du guet, dont le service est peu militaire. Pourtant, des sources judiciaires attestent la présence de miliciens de la capitainerie de Matignon, sous le commandement du capitaine François de Kergu et du lieutenant Toussaint Cordon, par ailleurs armurier98. Un brigadier de maréchaussée de Lamballe, Galliot, rejoint également la petite troupe. À quel titre Rioust, simple civil et roturier, commanderait-il tous ces hommes ? Imaginons plutôt quelques leaders improvisés prenant parfois l’initiative et entraînant chacun un petit groupe de combattants. Dans cette optique, Rioust peut s’être montré le plus actif voire le plus téméraire. Rien n’est certain cependant.

  • 99 Recueil de 1858, p. 110. Il parvient ensuite à s’enfuir et à donner l’alerte. Il ne participe cepe (...)

35Ces défenseurs improvisés constituent-ils une véritable menace pour les Britanniques ? Ils détiennent tous une arme à feu. Les plus aisés n’hésitent pas à en prêter une à ceux n’en possédant pas. Ainsi, Rioust fournit-il un fusil à Desfontaines, beau-frère de Rébillard. Chacun a pris soin de se munir de toute la poudre et de toutes les munitions dont il dispose. Fait prisonnier par un parti britannique, M. de La Choue de La Mettrie est alors armé d’un fusil à deux coups, d’un pistolet, d’une épée et de vingt cartouches99. Si chaque défenseur dispose d’autant de munitions, tous ces hommes peuvent tirer plus d’un millier de coups de feu, ce qui n’est pas négligeable.

  • 100 Lettre de Rioust à Caze de La Bove, citée par Henri Binet, « La défense des côtes de Bretagne… », (...)

36Ont-ils une tactique particulière ? La petite guerre qu’ils mènent est largement empirique voire instinctive. Ils utilisent la configuration du terrain, qu’ils connaissent à la perfection. L’on trouve, sur la rive gauche du Guildo, un petit groupe de maisons entre lesquelles s’intercalent de petits jardins clos. Les défenseurs s’abritent derrière les murets de pierre – véritables « parapets » écrit Rioust –, quelques rochers voire, en cas de nécessité, derrière des barques. Au-delà des habitations, d’autres profitent du couvert de la végétation. Ces hommes retrouvent vite leurs habitudes de chasseurs. Ils savent se camoufler et manier les armes à feu. Plus que de simples voisins, les premiers compagnons de Rioust sont d’ailleurs ceux qui l’accompagnent habituellement à la chasse : « Je lui dis [à Le Goff] d’aller avertir ses camarades que j’avois coutume de mener dans les guets que je faisois aux loups100. » Et, selon la même lettre, le chevalier de Prémorvan est à la chasse lorsqu’il entend la fusillade et décide de rejoindre Le Guildo.

  • 101 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 94.
  • 102 Dans sa lettre à Perroud, il affirme que l’ennemi paraît vers les 8-9 heures du matin. Dans son jo (...)
  • 103 La mer est basse vers 16 heures (à Saint-Servan), avec un coefficient moyen de 67 ; Annuaire des m (...)
  • 104 La basse mer a lieu vers 5 h. Le coefficient de 57 aurait peut-être autorisé le passage après 6 h (...)

37Reste à évaluer l’efficacité de cette opération de petite guerre. Les Britanniques demeurent un certain nombre d’heures sur la rive droite. Combien de temps ? Le corps expéditionnaire britannique lève le camp dans la matinée du 8. Il n’a alors guère plus d’une quinzaine de kilomètres à parcourir entre la Garde Guérin et Le Guildo. Toutefois, la mauvaise qualité des chemins, la pluie, la nécessaire prudence retardent la progression. L’après-midi est bien entamé lorsque ces hommes parviennent à l’Arguenon : « nous arrivâmes à notre camp à Saint-Guildo [sic] assez tard » écrit un acteur anonyme101. En aucun cas, la fusillade n’a donc pu commencer le matin, comme l’affirme Rioust qui, d’ailleurs, se contredit102. Tout au plus, les défenseurs font-ils feu plus tôt sur quelques éclaireurs à cheval. En milieu d’après-midi, la basse mer autorise une traversée à gué mais les Britanniques ne connaissent pas le lieu de passage103. Ceux d’entre eux qui partent reconnaître le gué subissent des tirs nourris. Bligh et son état-major, ignorant la force de leurs adversaires, décident de ne pas prendre de risques et renoncent à passer le jour même, d’autant que la nuit tombe vers 19 heures. Le camp britannique s’établit donc sur la rive droite, notamment autour et dans l’enceinte du Vieux Château, forteresse médiévale déjà en ruines à l’époque. La plupart des officiers vont s’abriter de la pluie et de la fraîcheur dans le couvent des Carmes. Aucune inquiétude, par conséquent, dans le camp britannique. Le lendemain matin, l’ordre de marche est donné à 6 h, c’est-à-dire un peu après l’aube. Or, il est déjà trop tard, la mer commençant à remonter104. Dès lors, il ne reste plus qu’à patienter jusqu’à l’après-midi, tout en tirant au canon sur les mystérieux adversaires de la rive gauche.

  • 105 Témoignage de dom Le Mercier, cité par Barré, Jules, « Relation du passage… », art. cit., p. 111.
  • 106 Sur ce point, voir Middleton, Richard, « The British Coastal Expeditions to France, 1757-1758 », J (...)
  • 107 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 10. Ce commentateur semble négliger le fait qu’à quatre heur (...)

38Les Britanniques restent ainsi bloqués sur la rive droite de l’Arguenon un peu moins de 24 heures, davantage par une mauvaise appréciation de la marée que par une résistance héroïque de quelques dizaines de francs-tireurs. En outre, Bligh paraît flâner, comme si aucune menace ne planait sur son armée. Le matin du 9 septembre, il rend ainsi une visite de courtoisie aux bénédictins de Saint-Jacut et s’attarde dans les jardins de l’abbaye105. Faut-il s’en étonner ? Il croit – ou veut croire – au rôle de diversion de sa descente et entend rester quelque temps sur le territoire français. Dans un message à Pitt daté du 8 septembre, il se justifie d’ailleurs par anticipation de cette lenteur relative, espérant bien contraindre Versailles à envoyer des renforts en Bretagne106. Il se convainc aussi, probablement, que son expédition rembarquera sans problème, comme lors des précédentes descentes. A posteriori, un de ses contempteurs fustige ce comportement : « Il faut ici observer qu’un jour entier fut perdu, sans aucun résultat apparent ; en passant la rivière à quatre heures du matin quand la marée était propice (mais cela aurait privé le quartier maître général [Clerk] de deux heures de sommeil, qu’il aime beaucoup, dit-on), nous aurions pu aisément atteindre Saint-Cast le jour même107. »

Carte 21. – Le passage de l’Arguenon le 9 septembre 1758.

  • 108 Recueil de 1858, p. 115-116.
  • 109 Ibid., p. 154.
  • 110 Il est alors relativement fréquent d’envoyer de faux déserteurs chez l’ennemi pour répandre des in (...)

39Lorsque, dans l’après-midi du samedi 9 septembre, vers 16 h 30, la marée basse permet le franchissement, il s’effectue rapidement et sans coup férir. L’essentiel du corps expéditionnaire passe largement en aval du village, par la grève de Quatrevaux. Une autre colonne franchit le gué du Guildo proprement dit (carte 21). Se pose alors la question d’éventuelles complicités. Selon Rioust, un informateur prévient Bligh du petit nombre des défenseurs et, peut-être, lui indique le meilleur point de passage108. Le recteur de Saint-Cast se fait beaucoup plus précis : « Le samedi, les Anglais corrompirent par argent un nommé Grumellon de la paroisse de Saint-Lormel, qui, après avoir examiné et rapporté aux ennemis la petite poignée de monde qui s’opposait à leur passage, les conduisit vis-à-vis de Sainte-Brigitte109. » Par la suite, le procès de Grumelon ne parvient pas à mettre en évidence le rôle du prétendu traître. D’autre part, les prisonniers de l’époque livrent volontiers des informations, quitte à induire en erreur, sciemment ou non, les ennemis. Il en va de même des dizaines de déserteurs français qui rejoignent, de gré ou de force, l’armée de Bligh110. N’oublions pas, non plus, la tentative faite par les Britanniques pour s’assurer une forme de collaboration de la part des carmes du monastère, envoyés sur le gué pour parlementer avec les francs-tireurs mais, peut-être aussi, pour indiquer le passage à emprunter. Même si les modalités restent obscures, on peut donc affirmer que les Britanniques savent, dans l’après-midi du 9, que la force qui s’oppose à eux ne constitue pas un obstacle redoutable. Dès lors, les volontaires ont beau tirer, ils n’entravent en rien la marche de l’ennemi et doivent bientôt s’enfuir. Ainsi que l’écrit, par exemple, un officier britannique,

  • 111 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 9.

« les Gardes traversèrent la grève à l’opposé de leur propre campement, et le reste de l’armée, dont les grenadiers, au gué près du couvent où, comme on s’y attendait, les paysans d’un petit village de l’autre rive de la rivière tirèrent sur les grenadiers qui conduisaient cette colonne mais, quelques-uns d’entre eux ayant été tués, les autres s’enfuirent bientôt111 ».

  • 112 La Condamine, Pierre de, Un jour d’été à Saint-Cast…, op. cit., p. 213.
  • 113 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 9-10 et Thomas, Walter, A Journal containing every Transacti (...)

40Les tirs auraient pu impressionner des soldats peu expérimentés mais pas les guards, troupes d’élite de la couronne. Trois volontaires bretons perdent la vie dans cette action, dont un certain Jean Chauvel112. Les Britanniques déplorent, selon une relation, quelques blessés, dont Lord Cavendish, officier des Grenadiers, très légèrement atteint, et peut-être, selon un autre témoignage, quelques tués113.

  • 114 A Letter from the Honourable L – t G – l B – Gh, to the Rt. Hon. W – M P – T, Esq ; SE – Y of S – (...)
  • 115 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 14.
  • 116 De ce point de vue, le fait que, quatre ans plus tard, le sergent garde-côtes Michel Cabieu ait ré (...)
  • 117 Recueil de 1858, p. 132.

41Au final, cette escarmouche ne constitue qu’un épisode de petite guerre, plus notable par la mobilisation dont il résulte que par son importance tactique. L’armée britannique, en effet, accumule d’autres retards, avant et après. D’ailleurs, après le franchissement du fleuve, un camp est installé sur la rive gauche, Bligh ne souhaitant pas poursuivre plus avant, affirmant plus tard qu’il « était incorrect de poursuivre de nuit dans une contrée que nous n’avions pas reconnue114 ». Et le 10 encore, c’est bien vers Matignon que le corps expéditionnaire britannique fait mouvement, non sur Saint-Cast, tandis que, selon un officier britannique, la question « d’un autre jour de marche en direction de Lamballe fut évoqué[e] » le même jour dans l’après-midi, autant de destinations incompatibles avec une volonté de rembarquer au plus vite115. Il serait donc abusif de parler d’une action décisive au Guildo. Pressés par une armée ennemie – en provenance de Saint-Malo, par exemple –, les Britanniques auraient forcé le passage du Guildo, même au prix de quelques tués et noyés116. La narration britannique citée précédemment n’insiste sur cet épisode que pour fustiger l’impéritie du général Bligh. Pour sa part, le caporal Todd ne s’en souvient pas, pas plus que le soldat anonyme du 68th Regiment of Foot. Ils évoquent l’un et l’autre le tir quasi quotidien d’irréguliers, le harcèlement des miliciens, mais pas le passage à gué, signe que cela ne les a pas marqué. De leur côté, les sources françaises ignorent ces opérations de petite guerre, qu’elles tiennent pour absolument négligeables sinon ignobles, dans le sens premier du terme. Seule une relation anonyme en donne un récit erroné, évoquant « cinq ou six cents gardes-côtes, établis sur la rive gauche117 ». Quant au recteur de Saint-Cast, il n’est pas témoin de la confrontation. Son récit se conforme donc à ce qu’il a recueilli de la bouche de participants fermement convaincus d’avoir tenu en échec l’armée d’invasion.

  • 118 Voir, par exemple, Delumeau, Jean (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1969, p. 311  (...)

42Il restera à comprendre, dans un prochain chapitre, comment cette escarmouche presque anecdotique devient, dans toutes les histoires de Bretagne jusqu’à nos jours, un épisode militaire notable118.

Une mobilisation française efficace

43Alors que les Britanniques tergiversent puis ne se hâtent guère pour rejoindre leur flotte ancrée en baie de Saint-Cast, la mobilisation française s’organise efficacement. Le grand artisan de la concentration des forces françaises est le duc d’Aiguillon.

  • 119 Il n’existe pas de biographie récente du duc d’Aiguillon. On peut toutefois se reporter à quelques (...)
  • 120 Duma, Jean, Les Bourbon Penthièvre (1678-1793), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

44Emmanuel Armand de Vignerot du Plessis de Richelieu naît en 1720119. Arrière-petit-neveu du célèbre cardinal, duc d’Agenois, il suit une carrière militaire entamée aux Mousquetaires du Roi. La guerre de Succession d’Autriche offre l’occasion au jeune homme de montrer sa bravoure. À 22 ans, colonel de Brie infanterie, il opère d’abord en Bohème, au sein des armées commandées par Belle-Isle puis Broglie et Maillebois. C’est toutefois en Piémont qu’il s’illustre en 1743, à Château-Dauphin. Il y reçoit une sérieuse blessure à la tête. Il participe ensuite aux principales batailles menées par le maréchal de Maillebois contre les Sardes et les Autrichiens. Enfermé dans Asti avec le général Montal, le duc d’Agenois se retrouve prisonnier au printemps 1746. Libéré sur parole, il reprend le combat un an plus tard dans les environs de Gênes. Emmanuel Armand est désormais maréchal de camp. Au décès de son père, en 1750, il devient duc d’Aiguillon. Trois ans plus tard, il succède au duc de Chaulnes comme commandant en chef en Bretagne. La promotion est exceptionnelle. Non seulement le duc n’a que 33 ans mais son grade – maréchal de camp – est inférieur à celui de tous ses prédécesseurs, tous au moins lieutenants généraux sinon maréchaux de France. Le sincère attachement de Louis XV pour le duc pèse incontestablement mais le roi entend aussi nommer un représentant pugnace et motivé dans une province dont il connaît les spécificités. Il impose d’ailleurs à son protégé de résider la moitié de l’année en Bretagne alors que les précédents commandants en chef y séjournaient surtout lors des sessions des états mais très peu le reste du temps. En outre, le nouveau commissaire du roi dispose, indirectement, d’une implantation régionale puisque son épouse, Louise Félicité de Bréhan, est la fille du comte de Plélo, gentilhomme breton tué devant Dantzig en 1734. Insistons bien sur un point : le duc d’Aiguillon n’est pas gouverneur, contrairement à une croyance fort répandue. Le gouverneur en titre, Louis Jean Marie de Bourbon, duc de Penthièvre, ne vient que deux fois en Bretagne : en 1746, lors de la descente britannique de Lorient, et en 1774, pour présider les états. Ce prince du sang, petit-fils de Louis XIV, se tient pourtant régulièrement informé des affaires de la province et joue un rôle de protecteur pour une nombreuse clientèle120. En revanche, les affaires militaires ressortissent uniquement au commandant en chef, même si le gouverneur demeure – au moins en théorie – la plus haute autorité militaire de la province.

  • 121 Perréon, Stéphane, L’armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile a (...)
  • 122 SHD/DAT, A4 77, 2e carton, 26 septembre 1756. Sur la collaboration entre l’intendant, son subdélég (...)
  • 123 Arch. nat., G 153, « Observations faites pendant les tournées de Monseigneur le duc d’Aiguillon en (...)
  • 124 Si les principales décisions concernant le développement du réseau routier de la province datent d (...)

45Premier commissaire du roi en Bretagne, car placé devant l’intendant en terme de dignité, le duc d’Aiguillon a la haute main sur tout ce qui touche à la défense de cette province. À ce titre, il choisit l’emplacement des troupes et contrôle leurs déplacements121. Le déclenchement de la guerre de Sept Ans renforce de fait ses prérogatives, au point d’empiéter sur le domaine réservé de l’intendant, comme lorsqu’il supervise la subsistance des troupes. Profitant de la santé précaire de l’intendant Le Bret – avec qui, au demeurant, il s’entend à merveille –, il tend à accroître son pouvoir et ne craint pas d’écrire au ministre de la Guerre : « Je réunis l’autorité civile et politique avec la militaire122. » Aucune forfanterie dans son comportement, cependant, car l’homme est efficace, actif et zélé. En témoignent les tournées annuelles d’inspection, qu’il mène dès 1753. Il sillonne le littoral, se rend dans la plupart des îles et consigne ses observations123. Il s’en suit un renforcement des défenses côtières ainsi qu’une amélioration substantielle du réseau routier ou, plus exactement à cette date encore précoce, des moyens permettant de diffuser rapidement informations et renseignements (carte 22)124. D’Aiguillon est assurément un commandant en chef d’exception, qui marque la province dont il a la charge beaucoup plus que la plupart de ses homologues.

Carte 22. – L’amélioration des communications au milieu du XVIIIe siècle : les effets des réformes du duc d’Aiguillon.

  • 125 Pendant plusieurs jours d’ailleurs, l’on craint que l’opération contre Saint-Malo ne soit qu’une d (...)

46Lorsque débarquent les troupes britanniques à Saint-Lunaire, le duc se trouve à la pointe Saint-Mathieu, à l’extrémité occidentale de la Bretagne. Il supervise en effet la défense du littoral du Léon et, plus particulièrement, des abords de Brest, que l’on pense menacé125. Cet éloignement explique que le duc n’est averti de la descente ennemie que le 5 septembre au soir. Le débarquement ne le prend cependant pas au dépourvu puisque, après l’alerte de juin, il a élaboré un plan de défense à l’échelle de la province, délimitant cinq circonscriptions militaires, chacune confiée à un officier supérieur. En cas de descente ennemie, le commandant concerné doit avertir tous ses collègues pour qu’ils se mettent en marche. La plupart des troupes se concentrent à l’ouest de la province ? Qu’importe : elles rejoindront les environs de Saint-Malo à marches forcées. À peine plus d’un mois auparavant, il expliquait à Crémilles, adjoint du secrétaire d’État à la Guerre, son plan en cas de nouvelle descente près de Saint-Malo :

  • 126 SHD/DAT, A4 26, no 122, lettre du 24 juillet 1758.

« S’ils veulent prendre leur revanche sur Saint-Malo, je m’y porterai également en cinq marches avec le même nombre de troupes [que pour Lorient : 6 000 hommes], et comme il y a deux bataillons à portée de se jeter dans la ville d’un instant à l’autre qui suffisent pour la mettre à l’abri de l’escalade, j’y arriveray certainement avant que le siège soit commencé, et suivant les circonstances j’entreray dans la ville par Dinard, dont la communication sera toujours libre, ou je tiendray la campagne126. »

  • 127 « Affaire de Saint-Cast en Bretagne du 11 septembre 1758 », cité par Binet, Henri, « Deux relation (...)
  • 128 Recueil de 1858, p. 18. Une incertitude subsiste quant au régiment de Talaru. Il ne figure pas dan (...)

47Le duc donne lui-même l’exemple en se mettant en selle au cours de la nuit. Ainsi, les régiments de Bourbon, Bresse, Brissac, Quercy et Royaldes-Vaisseaux quittent promptement la région de Brest. Plus proche du lieu de l’action, le premier bataillon de Volontaires-Étrangers part de Tréguier sous les ordres de M. Morel d’Aubigny, accompagné de gardes-côtes trégorrois (carte 23). Deux bataillons des régiments de Penthièvre et des Volontaires-Etrangers quittent les environs de Lorient, menés par le comte de Saint-Pern. Enfin, encore plus éloignés car cantonnés dans la presqu’île de Guérande, le régiment de Brie et le bataillon de milice de Marmande se mettent en route, conduits par le chevalier de Grossoles127. Quant au régiment de dragons de Marbœuf, constitué de quatre escadrons répartis entre Brest, Lorient et le comté nantais, il chevauche également vers Lamballe. Inévitablement, l’envoi de tant de corps de troupes vers le Penthièvre dégarnit le littoral de Basse-Bretagne. La défense de Brest ne s’appuie plus que sur le régiment d’infanterie de Talaru, un bataillon des troupes de marine – compagnies franches – et cinq de garde-côtes128. Le commandant en chef, toutefois, prend un risque calculé, comptant redéployer les troupes après le rembarquement des ennemis, de façon à pouvoir, le cas échéant, faire face à une nouvelle descente dans les environs de Brest ou de Lorient.

  • 129 Sur le système de l’étape tel qu’il se développe en Bretagne au XVIIIe siècle, Perréon, Stéphane, (...)

48Le duc d’Aiguillon fixe d’abord le lieu de concentration des troupes à Lamballe. Chevauchant à bride abattue, il y arrive en moins de vingt-quatre heures et organise aussitôt, de concert avec les responsables locaux, le rassemblement des indispensables vivres. Bataillons et régiments se déplacent évidemment moins vite mais n’en accomplissent pas moins une véritable prouesse. Ceux partis des bords de la mer d’Iroise le 6 septembre au matin parviennent à Lamballe dans la journée du 9. Au total, moins de quatre journées de marche pour parcourir plus de 180 kilomètres. Habituellement, ce trajet s’effectue en sept jours, avec un arrêt d’une nuit dans six villes-étapes : Landerneau, Landivisiau, Morlaix, Belle-Isle-en-Terre, Guingamp et Saint-Brieuc129. Au lieu des quatre à six lieues quotidiennes, les soldats en parcourent plus d’une dizaine – environ 45 kilomètres.

Carte 23. – La concentration du duc d’Aiguillon autour de Matignon.

  • 130 À titre de comparaison, l’on estime que les armées d’Ancien Régime en campagne parcourent de 10 à (...)
  • 131 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1085, mémoire de Deniau, septembre 1758.
  • 132 Cité par Chenu, Joseph, « Autour de la bataille de Saint-Cast en 1758 », Mémoires de la Société d’ (...)

49À ce rythme, les organismes sont soumis à rude épreuve et les dispositions psychologiques jouent un rôle déterminant130. Affirmer que les soldats se dirigeant vers Lamballe marchent avec enthousiasme serait probablement exagéré mais, l’alcool aidant, ils font preuve d’une indéniable bonne volonté comme le constate, à Jugon, l’avocat Deniau qui ne récupère pas les pots de cidre qu’il leur fournit, les hommes les emportant pour boire en marchant ou les cassant dans leur hâte131. Sans doute sont-ils aiguillonnés par leurs officiers, désireux, quant à eux, de se mesurer avec l’ennemi, si l’on en juge par la lettre d’un officier du régiment de Quercy qui se morfondait dans les environs de Brest et s’exclame, au soir de la bataille : « De tristes garde-côtes que nous étions nous devenons cependant un objet de considération pour tous [sic] le royaume132. »

  • 133 SHD/DAT, A4 26, no 81, « Mémoire des dispositions du munitionnaire pour assurer la subsistance des (...)
  • 134 « Affaire de Saint-Cast en Bretagne du 11 septembre 1758 », cité par Binet, Henri, « Deux relation (...)

50Avec ces marches forcées, le cadre réglementaire de l’étape vole en éclats, ce qui pose d’inévitables problèmes d’approvisionnement. Certes, en relation étroite avec l’intendance, le munitionnaire a anticipé les mouvements des troupes en cas de seconde descente contre Saint-Malo133. Cependant, si Lamballe s’avère bien le point de jonction, aucune troupe ne se rend ni à Hédé ni à Antrain, déjouant les prévisions. L’achat préventif de centaines de sacs de grain permet toutefois d’envisager un ravitaillement suffisant pour plusieurs milliers de soldats. En revanche, aucune disposition spéciale n’est prise pour approvisionner les différents régiments au cours de leur marche vers les côtes du Penthièvre. De même, dix boulangers, réquisitionnés à Hennebont, ont été dirigés sur Lamballe et Hédé alors qu’un premier projet prévoyait de les implanter à Corlay, lieu de passage vers Saint-Malo. De ce fait, on ne peut guère compter sur des étapiers forcément défaillants car, prévenus au dernier moment, ils ne peuvent réunir les vivres nécessaires. Les soldats ne reçoivent ainsi qu’un ravitaillement aléatoire et insuffisant, malgré l’envoi, nous dit une relation rédigée courant 1759, de « courriers porteurs d’ordres à remettre aux maires et syndics des villes et villages pour la subsistance des troupes, les chariots pour les havresacs des soldats et des chevaux pour l’artillerie et les munitions134 ». En revanche, ils bénéficient de « rafraîchissements » réguliers : les aubergistes placés sur la route ouvrent largement leur cave.

51Conscient des efforts fournis, le duc d’Aiguillon fait l’éloge de ses troupes au ministre :

  • 135 SHD/DAT, A3496, no 80, 7 septembre 1758. La lieue de Bretagne varie, selon les auteurs, de moins (...)

« L’ardeur avec laquelle elles marchent est incroyable : il n’y a pas un seul traîneur quoiqu’elles fassent des journées de 12 et 13 lieues de Bretagne et que la plus grande partie en ait 46 à faire pour arriver au rendez-vous. Je leur fais donner l’étape en gratification par la Province, et des rafraîchissements en vin et eau de vie sur la route. J’espère que vous ne désapprouverez pas cette petite augmentation de dépense dans une circonstance aussi intéressante135. »

52Certaines troupes passent même par des localités inusitées qui ne reçoivent habituellement pas de soldats. Ainsi, l’arrivée du bataillon de milice de Marmande met en émoi la bourgade de Derval, dans le comté nantais. Le subdélégué doit faire face presque seul, les marguilliers étant de « pauvres paysans qui demeurent sur la campagne ». Il en résulte improvisation et conditions spartiates pour les miliciens :

  • 136 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1087, Jousselin de La Haye, 29 octobre 1758.

« Les soldats furent obligés de coucher dans les écuries sur de la paille et […] je ne receu la lettre de M. le chevalier de Grossoles [commandant du bataillon] qu’à une heure après midy le même jour que le bataillon arrivoit à quatre heures, en somme que je fus obligé de me donner seul touts les soins de la fourniture, d’envoyer un postillon à Nozay pour avoir deux cavaliers afin de distribuer eux mesmes le pain, la viande et le vin136. »

53Pendant une semaine, les autorités sollicitent de nombreux particuliers qui livrent des victuailles en petites quantités. À Plancoët, l’alloué Bameulle de Lantillais, par ailleurs correspondant de la commission intermédiaire des états de Bretagne, s’active pour assurer une subsistance aux nombreuses troupes. En témoigne un mémoire qu’il adresse à la commission intermédiaire :

  • 137 Recueil de 1887, p. 239 (1er mémoire). Sur ce personnage, voir Chenu, Joseph, Plancoët au temps de (...)

« Près de quatre mille hommes de troupes ont abordé Plancoët, où il n’y avoit pas de quoy en sustanter un cent : les premiers jours, sans pain, sans viande, sans fourrage, le sieur de Lantillais, sous les ordres de Monseigneur le duc d’Aiguillon, a trouvé de tout par son activité et son zèle, et les troupes ont été aussi bien secourues qu’il étoit possible de le faire relativement aux lieux et aux circonstances137. »

  • 138 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1085, mémoire.

54Ainsi, dans cette localité, l’aubergiste Pierre Thomas livre du pain et du cidre, le boulanger Claude Trévily s’active à son four, Julien Lemoine et Gilles Le Breton fournissent respectivement quatre et deux barriques et demie de cidre. Treize vaches sont aussi abattues dans les environs138. Ces fournitures relèvent alors de la réquisition, à charge pour les personnes concernées de se faire rembourser plus tard sur présentation des quittances ad hoc.

55Si le duc d’Aiguillon règle la marche des troupes, leur ravitaillement relève de la compétence de l’intendant Le Bret. Ce dernier arrive à Lamballe le 8 septembre. Il supervise alors l’approvisionnement des soldats et pallie ainsi les carences de l’étapier :

« Je leur fis donner le pain et la viande pour deux jours, ce que je crus d’autant plus nécessaire qu’elles avoient fait des marches forcées et qu’elles marchoient sur un païs qui pouvoit d’autant moins leur fournir de ressource que la descente des Anglois et les ravages qu’ils y avoient fait avoit jeté l’allarme dans tous les environs »,

  • 139 SHD/DAT, A3505, no 308, lettre au maréchal de Belle-Isle, 12 septembre 1758.
  • 140 SHD/DAT, A3505, no 326, lettre au maréchal de Belle-Isle, 18 septembre 1758.
  • 141 SHD/DAT, A3505, no 308, lettre au maréchal de Belle-Isle, 12 septembre 1758.

56raconte-t-il au ministre139. Toutefois, l’intendant lui-même peine parfois à se coordonner avec le commandant en chef et à anticiper certains mouvements tactiques. De ce fait, « la plupart des troupes n’ont pas eu le tems de prendre le pain le jour de l’action le 11 de ce mois » écrit-il une semaine plus tard, déplorant le gaspillage de nourriture en résultant140. On mesure mieux, à l’aune de ces témoignages, les difficultés de ravitaillement des armées européennes évoluant alors en territoire étranger, principalement en Allemagne. Le Bret s’active aussi pour équiper décemment les hôpitaux de Dinan, afin qu’ils puissent accueillir 250 blessés, et il charge le commissaire des guerres Capet de la mise sur pied d’un hôpital ambulant destiné à dispenser des soins à proximité immédiate du champ de bataille141. L’anticipation semble donc le maître mot du côté des responsables français.

57L’annonce de la présence de détachements britanniques à Pleurtuit et Ploubalay fait craindre pour Dinan, étape essentielle sur la route de Saint-Malo, même pour celui arrivant de Rennes ou de Dol. En outre, le subdélégué Macé et le commissaire des guerres Houvet y ont accumulé des vivres en grande quantité. Afin de sécuriser la place, les troupes commandées par d’Aubigny s’y rendent le 7, suivies par le commandant en chef dès le lendemain. Apprenant la marche des ennemis vers Matignon, ce dernier resserre son dispositif le 9 (cartes 24). Il entend accompagner leur déplacement en les empêchant de gagner l’intérieur des terres et en les harcelant. Dès le début, il envisage l’éventualité d’une bataille, ainsi qu’il s’en ouvre au maréchal de Belle-Isle :

  • 142 SHD, A1 3496, no 80, 7 septembre 1758.

« Si on n’entreprenoit à la guerre que des expéditions dont le succès fut phisiquement démontré, on la feroit très mal, et […] la meilleure méthode, à ce que j’ai ouï dire, est de marcher droit et vite aux ennemis, lorsqu’on les sçait quelque part, de faire de bonnes dispositions, et de se fier un peu à la Providence142.

Carte 24. Les mouvements des troupes françaises et britanniques le 9 septembre 1758.

58Toutefois, en ce 9 septembre, il n’est pas encore en mesure d’affronter le corps expéditionnaire britannique. Le gros des troupes françaises arrive seulement à Lamballe, dans un grand état de fatigue, et l’ennemi est encore à plus de 25 kilomètres. En outre, se fiant aux indications du marquis de La Châtre, le duc d’Aiguillon surestime largement le nombre des Britanniques, pensant avoir affaire à plus de 13 000 hommes. On se contente, par conséquent, le 9, d’une manœuvre d’enveloppement. D’abord par l’arrière. L’armée de Morel d’Aubigny s’avance ainsi jusqu’à Plouer alors que deux escadrons de dragons, conduits par M. de Polignac, poussent jusqu’à Pleurtuit. Le même jour, le marquis de La Châtre sort de Saint-Malo, désormais hors de danger. Avec le régiment de Boulonnois, le bataillon de milice royale de Fontenay-le-Comte et deux de milice garde-côtes, il franchit la Rance et s’installe à Ploubalay, opérant la jonction avec les dragons de Polignac. Toute retraite est désormais coupée vers la Rance comme vers Saint-Briac pour les Britanniques.

  • 143 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 11.
  • 144 Un piquet est un groupe de fantassins ou de cavaliers prêts à marcher immédiatement pour une expéd (...)

59Après leur passage du Guildo, ces derniers campent pour la nuit sur la rive gauche de l’Arguenon, entre Saint-Jagüel et le bois du Val. Le même soir, 600 Français, sous la conduite de M. de Saint-Pern, s’établissent à Saint-Pôtan. Le 10, l’armée d’invasion ne parcourt que quatre à cinq kilomètres pour établir deux campements à Matignon, au nord et au sud du bourg (carte 25). Une relation britannique affirme que Bligh se serait détourné de Saint-Cast et porté sur Matignon à seule fin de mettre à contribution la paroisse143. Quoi qu’il en soit, les troupes françaises se rapprochent. À l’ouest, celles basées à Lamballe, sous la conduite de Balleroy, marchent jusqu’à Hénanbihen, à huit kilomètres environ de Matignon. À l’est, Morel d’Aubigny franchit l’Arguenon et s’approche du corps expéditionnaire. Le duc d’Aiguillon s’établit à Saint-Pôtan, au sud, avec huit compagnies de grenadiers, 12 piquets144 et 200 dragons. L’armée d’Aubigny arrive même en vue du camp britannique qui ne s’attend aucunement à être attaqué et néglige de prendre d’élémentaires mesures défensives. Selon M. de Couessin, l’un des volontaires bretons,

  • 145 Recueil de 1858, p. 133.

« ils n’avaient aucune patrouille ni aucun corps-de-garde avancé. On voyait à cent pas une grande partie des hommes couchés, l’autre partie faisant cuire de la viande et allumant du feu sous des marmites ; les chevaux étaient dessellés et au piquet dans le bas de la prairie145 ».

60Une relation britannique confirme la désinvolture de l’état-major :

  • 146 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 95.

« [Nous] campâmes avec autant de sécurité et aussi peu de précaution que si l’ennemi avait été à une distance de vingt lieues, bien que les déserteurs nous eussent assuré qu’une armée commandée par le Duc d’Aiquillon [sic], en provenance de Brest, s’était avancée jusqu’à Lamballe, à environ six miles de notre campement146. »

  • 147 Sur tous ces aspects, voir Duffy, Chistopher, The Military Experience…, op. cit., p. 176-181.

61Ces errements britanniques tiennent peut-être à la jeunesse et à l’inexpérience des officiers chargés des reconnaissances et du choix des campements. En effet, en l’absence de carte, leur coup d’œil s’avère déterminant. Ceux qui doivent leur place au favoritisme et n’ont pas connu de véritable campagne auparavant ne sont pas forcément à la hauteur, quand ils ne se montrent pas désinvoltes147.

Carte 25. – Les mouvements des troupes françaises et britanniques le 10 septembre 1758.

  • 148 C’est l’opinion de Loyer, F., « La défense des côtes de Bretagne pendant la guerre de Sept Ans : l (...)

62L’idée d’une attaque surprise pouvant conduire à la débandade de l’ennemi germe dans l’esprit du général Morel d’Aubigny. Il se ravise cependant. D’une part, il n’a reçu aucune instruction en ce sens. D’autre part, sa troupe comprend de nombreux miliciens à la valeur militaire douteuse puisque, à côté du régiment de Boulonnois, du premier bataillon des Volontaires-Étrangers, de deux escadrons de Marbœuf dragons, figurent cinq bataillons de garde-côtes et deux de milice royale (Marmande et Fontenay-le-Comte). Le duc d’Aiguillon, de son côté, n’entend pas risquer un affrontement au crépuscule alors qu’il ne dispose pas de la totalité de ses forces, qu’il regroupe à Saint-Pôtan, bientôt rejoint par Balleroy et ses soldats. Les troupes d’Aubigny, qui ont traversé l’Arguenon dans l’après-midi, ne parviennent au camp général qu’à dix heures du soir. Le régiment Royal-des-Vaisseaux n’arrive à Hénanbihen qu’à la nuit tombée, l’artillerie de campagne également. Peut-être une occasion de bataille décisive est-elle perdue en ce 10 septembre dans l’après-midi148. Les dragons de Polignac, avant-garde du corps d’Aubigny, sont alors au contact de l’arrière-garde de Bligh. À Saint-Pôtan, le gros des troupes françaises n’est guère qu’à une heure de marche. Le corps expéditionnaire pourrait être pris en tenaille mais le duc d’Aiguillon, sans artillerie et se croyant en infériorité numérique, renonce prudemment à une éventuelle offensive.

  • 149 Recueil de 1887, p 216.
  • 150 C’est ce qu’avance notamment le « Journal de M. Rioust des Villes-Audrains », in Recueil de 1858, (...)

63Pendant la nuit, le marquis de Broc, avec quelques centaines d’hommes, harcèle les Britanniques par de modestes opérations de petite guerre. Le chevalier Mazin évoque « de petites troupes de trente hommes, qui s’approchoient de leur camp le plus qu’il étoit possible, y faisoient leur décharge et se retiroient à petit bruit. De deux heures en deux heures, ces détachements étoient relevés par d’autres149 ». Cette tactique de harcèlement sème sans doute le trouble dans un camp très mal organisé. Il est toutefois difficile de lui attribuer le départ tardif de l’ennemi. Du côté français, l’obscurité et les nerfs à vif de certains miliciens conduisent à de fâcheuses méprises. Confondant peut-être l’anglais et le français, les garde-côtes bas-bretons font feu sur leurs homologues de la capitainerie de Dol et sur quelques dragons de Marbœuf, causant plusieurs victimes150.

  • 151 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 14.

64La nuit du 10 au 11 septembre ne ressemble probablement pas à une veillée d’armes telle que certains officiers et soldats en ont déjà connues. D’ailleurs, quelques-uns des officiers britanniques refusent encore de croire à la présence proche d’une importante armée française. Un colonel déclare même à la cantonade qu’il s’agit « simplement de quelques régiments d’une milice de vauriens » : « nous sommes aussi en sûreté que si nous étions sur la route de Londres » aurait-il déclaré pour conclure151. Finalement convaincu par les témoignages concordants de déserteurs, l’état-major britannique décide de ne pas livrer combat. Déjà, il avait envoyé des hommes à Saint-Cast préparer le rembarquement pour le lendemain.

65La semaine écoulée depuis le débarquement britannique a permis aux forces françaises de se rassembler. Au matin du 11 septembre, elles sont prêtes à la confrontation. Pour les Britanniques, la descente est d’ores et déjà un demi-échec. Saint-Malo n’a subi aucun dommage. Quant à la diversion espérée, elle n’a pas lieu. Versailles n’a absolument pas dégarni le moindre front majeur, ni même la Normandie toute proche. Le duc d’Aiguillon doit donc faire avec les troupes présentes en Bretagne, et seulement celles-là.

66Hormis le pillage de quelques malheureuses paroisses rurales, l’incursion de Bligh n’a ainsi pas d’effets tangibles, contrairement à l’expédition de juin et à celle de Cherbourg. Cependant, les Britanniques comptent bien se rembarquer sans obstacle, comme lors de pratiquement toutes les descentes précédentes. De mauvais choix et la volonté de l’état-major français vont en décider autrement et conduire à un sanglant combat.

Notes

1 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd 1745-1762, Stroud, Sutton, 2001, p. 86-100, il situe, à tort, le débarquement le 2 septembre, après un séjour de plusieurs jours devant Saint-Lunaire.

2 Ibid., p. 91, 95. Une autre relation britannique évoque quant à elle une « pluie battante » le 8 septembre ; Jefferys, Thomas, A Description of the Maritime Ports of France containing a particular account of all the Fortified Towns, Forts, Harbours, Bays, Rivers…, Londres, Th. Jefferys, 1774 [2e éd.], p. 269.

3 Témoignage de dom Le Mercier, moine du Mont Saint-Michel, cité par Barré, Joseph, « Relation du passage des Anglais au Guildo et à Matignon dans la semaine du 4 au 11 septembre 1758 », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, t. 49, 1911, p. 118.

4 A Genuine and Particular Account of the Late Entreprise on the Coast of France, 1758. By an Officer. In a Letter to a Friend, Londres, R. Griffiths, 1758, p. 26.

5 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 89.

6 Grimmelshausen, Hans Jakob Christoffel von, Les aventures de Simplicius Simplicissimus, Paris, Aubier, 1988.

7 Sur cet épisode, voir Chagniot, Jean, Guerre et société à l’époque moderne, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 176 et Bois, Jean-Pierre, Les guerres en Europe, 1494-1792, Paris, Belin, 1993, p. 216. Parmi les publications contemporaines de l’événement, voir Faure, Jean, Histoire abrégée de la ville de Bergen-op-Zoom, depuis son origine jusqu’à ce jour, avec une idée du fameux siège de 1747 et de ses suites funestes…, s.l., P. Van Os, 1761. Certains Français, tels l’avocat Barbier et le comte d’Argenson, réprouvent eux aussi ces violences.

8 Cité par Hackmann, William K., British Military Expeditions to the Coast of France, 1757-1761, PhD thesis, University of Michigan, 1969, p. 121.

9 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 88.

10 An Impartial Narrative of the Last Expedition to the Coast of France, Londres, J. Wilkie, 1758, p. 13.

11 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 51.

12 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 6.

13 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 89.

14 Saxe, Maurice de, Mes rêveries, Paris, Economica, 2002, p. 97-101.

15 Sur ces aspects, nous renvoyons à Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « “A pleasant country” : visions britanniques sur les descentes de 1758, de Cancale à Saint-Cast », Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, 2008, p. 59-63. Cette pratique du maraudage perdure d’ailleurs bien après la guerre de Sept Ans et le XVIIIe siècle, y compris dans les armées françaises où elle acquiert un rôle essentiel pendant les guerres de la Révolution et de l’Empire ; voir notamment sur les représentations du maraudage dans la France du premier XIXe siècle, Hopkin, David, « Military Marauders in Nineteenth-Century French Popular Culture », War in History, 2002-3, p. 251-278.

16 Après avoir décrit les pillages perpétrés par les Britanniques, le recteur de Saint-Denoual remarque laconiquement : « cependant les Anglois ne faisoient pas encore autant de mal que les François » ; Recueil de 1858, p. 170.

17 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 91.

18 Ibid., p. 95.

19 Recueil de 1858, p. 156-157.

20 Dictionnaire universel français et latin, contenant la signification et la définition tant des mots de l’une et de l’autre langue que des termes propres à chaque état et de chaque profession avec des remarques d’érudition et de critique dit Dictionnaire de Trévoux, 1771, t. 7, p. 568.

21 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 89.

22 « Ceux qui sont envoyés en sauve-gardes ont 5 livres par jour, outre leur subsistence, sans qu’ils puissent exiger un plus haut payement, sous peine de concussion et de punition exemplaire » ; Aubert de La Chesnaye des Bois, François Alexandre, Dictionnaire militaire ou recueil alphabétique de tous les termes propres à la guerre, Dresde, 1751, t. 2, article « sauve-garde », p. 899.

23 Recueil de 1858, p. 170.

24 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 91.

25 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 43. Sur ces questions, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « “A pleasant country”… », art. cit., p. 65-69.

26 A Letter to his E –-y L – t G – l B – h, Londres, A. Henderson, [1758], p. 8.

27 Recueil de 1887, p. 212.

28 La Vieuxville, Gaston de, « Descente des Anglais en Bretagne en 1758 : procès-verbaux constatant ce qui s’est passé, tant à l’étude de Me René Robinot, demeurant à la Pichardais, qu’à l’église de Trégon », Revue de Bretagne et de Vendée, sept. 1891, p. 224-225.

29 Recueil de 1858, p. 126.

30 SHD/DAT, A4 26, no 55, procès-verbal.

31 La Vieuxville, Gaston de, « Descente des Anglais… », art. cit., p. 225-228.

32 Il en va différemment en 1746 lors du saccage de l’église paroissiale de Quiberon. Les soldats coupent les têtes des statues des saints et des saintes et les remplacent par des têtes d’animaux (bovins et ovins) ; SHD/DAT, A1 3188, no 317, imprimé Le courrier fidèle.

33 Recueil de 1858, p. 169 et 156. Comment interpréter l’allusion suivante du recteur de Saint-Cast, craignant que ce soient les Anglais qui aient ainsi « poupiné » – comprendre transformé en poupée – son curé, celui-ci le rassurant sur le fait qu’on avait « laissé sa dépouille en sûreté » ? Il semble que la méfiance ait été de mise à l’égard des prêtres qui, sous couvert de leurs fonctions, font figure d’espions en puissance dans l’Europe du XVIIIe siècle (Picaud, Sandrine, « Religion, religieux et lieux de culte dans la pensée militaire et la petite guerre au XVIIIe siècle : modérateurs ou auxiliaires de la violence ? », in Joly, Bertrand et Weber, Jacques (dir.), Églises de l’Ouest, églises d’ailleurs. Mélanges offerts à Michel Launay, Paris, Les Indes savantes, 2009, p. 87-91). Notons cependant que si dom Le Mercier est retenu pendant quelques heures, il est, à l’instar du recteur de Saint-Cast, parfaitement traité par les Britanniques. Ils obtiennent d’ailleurs l’un et l’autre des sauvegardes.

34 Audoin-Rouzeau, Stéphane, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècle), Paris, Le Seuil, 2008, p. 221.

35 Registre des sépultures de la paroisse de Matignon, cité in Recueil de 1858, p. 177-178.

36 Paris-Jallobert, Paul abbé, « Nouveaux documents contemporains et inédits sur la descente des Anglais à Cancale en 1758 », Bulletin et mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 18, 1888, p. 145-149. Un officier britannique évoque, quant à lui, des civils « tués par la brutalité des troupes et des marins » (Journal of the Campaign…, op. cit., p. 49).

37 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 94-95.

38 L’idée d’une « totalisation » des formes du conflit en Amérique du Nord au cours de la guerre de Sept Ans notamment est défendue par un certain nombre d’historiens. Voir, par exemple, la récente synthèse de Ward, Matthew C., The Battle for Quebec, 1759, Stroud, Tempus, 2005.

39 Recueil de 1858, p. 129.

40 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 21.

41 Ibid., p. 47.

42 Ibid., p. 77.

43 Frey, Sylvia R., « Courts and Cats: British Military Justice in the Eighteenth Century », Military Affairs, 43-1, février 1979, p. 5-9; Gilbert, Arthur N., « The Changing Face of British Military Justice, 1757-1783 », Military Affairs, 49-2, avril 1985, p. 80-84.

44 Steppler, G.A., « British Military Law, Discipline, and the Conduct of Regimental Courts Martial in the Later Eighteenth Century », The English Historical Review, vol. 102, no 405, octobre 1987, p. 863.

45 SHD/DAT, A4 26, no 66, 30 juin 1758.

46 Notons d’ailleurs qu’une étude de S. Conway nuance largement cette vision, au moins pour la période de la guerre d’Indépendance américaine ; Conway, Stephen, « The Recruitment of Criminals into the British Army, 1775-1781 », Historical Research, 1985, 57, p. 46-58.

47 Conway, Stephen, « “The great mischief Complain’d of”: Reflexions on the Misconduct of British Soldiers in the Revolutionary War », The William and Mary Quarterly, 3e Ser., vol. 47, no. 3, juillet 1990, p. 370-390.

48 Ces excès concernent aussi bien le Tyrol en 1703 que Gênes et l’Écosse en 1746 ; Black, Jeremy, A Military Revolution ? Military Change and European Society, 1550-1800, Londres, Mac Millan, 1991, p. 44-46.

49 Cité par Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo et à Matignon dans la semaine du 4 au 11 septembre », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, tome 49, 1911, p. 139.

50 L’alcoolisme était relativement répandu dans l’armée britannique, comme, sans doute dans ses homologues européennes. Pour une mise en perspective, voir Kopperman, Paul E., « “The Cheapest Pay”: Alcohol Abuse in the Eighteen-Century British Army », Journal of Military History, 1996-3, p. 445-470.

51 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 31 et Journal of the Campaign…, op. cit., p. 81. Des faits assez semblables sont d’ailleurs observés à Belle-Isle en 1761 : dans son journal du siege de la forteresse, le lieutenant Holbrooke, du 97th Regiment of Foot, dénonce les « grandes irrégularités commises au Palais en raison de l’ivresse des soldats », ce qui conduit le général Hodgson à ordonner que le premier homme pris ivre pendant le service serait pendu sans autre forme de procès (« The Siege and Capture of Belle-Isle, 1761 ; from the Diary of an Officer present at the Siege », Journal of the Royal United Service Institution, 1899, 43, p. 522).

52 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 87 et 91.

53 Carron, Jules, « Attaque des Anglais contre la ville de Lorient. Relation anglaise composée par David Hume », Association bretonne, 1886, p. 162.

54 Harding, Richard, « The Expedition to Lorient, 1746 », The Age of Sail. The International Annual of the Historic Sailing Ship, vol. 1, 2002-2003, p. 45-46.

55 « Relation du siège de Lorient par les Anglais en 1746 par l’abbé Pontvallon-Hervouët, recteur de Pleucadeuc », Bulletins de la Société polymathique du Morbihan, 1860, t. 1, p. 6 et 8.

56 Carron, Jules, « Attaque des Anglais… », art. cit., p. 165.

57 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 48.

58 La description faite de ces troupes est assez largement unanime en Europe : pendant la guerre de Succession d’Autriche, le Piémontais Ludovico Antonio Muratori évoque des champs de batailles désormais pleins de « Hongrois, Uhlans, Valaques, Croates, et autres noms étranges, gens à l’aspect farouche, vêtus comme des barbares […], peu disciplinés et tous prompts à la bagarre et affectionnant particulièrement la rapine » (cité par Loriga, Sabrina, Soldats. Un laboratoire disciplinaire : l’armée piémontaise au XVIIIe siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1991, p. 41). En anglais, pandours finit d’ailleurs par être utilisé comme un terme générique pour désigner des maraudeurs et/ou des troupes irrégulières.

59 Todd, corporal William, The Journal of Corporal Todd…, op. cit., p. 48.

60 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 25-26.

61 Grandmaison, Thomas Auguste Le Roy de, La petite guerre, ou traité du service des troupes légères en campagne, slnd, 1756.

62 Peschot, Bernard, « La guérilla à l’époque moderne », Revue historique des Armées, 1998, no 1, p. 3-11. Voir aussi Peschot, Bernard, La guerre buissonnière : partis et partisans dans la petite guerre (XVIe-XVIIIe siècle), mémoire d’habilitation, dact., université de Montpellier III, 1999 et Picaud, Sandrine, La petite guerre au XVIIIe siècle. L’exemple des campagnes de Flandre de la guerre de Succession d’Autriche, mises en perspective dans la pensée française et européenne (1701-1789), thèse, dact., université de Nantes, 2003.

63 SHD/DAT, 1 M 1086, no 4, p. 31.

64 SHD/DAT, A4 22, no 1, « Instruction pour M. le chevalier de Saint-Pern », 25 avril 1756.

65 Sur ce point, Russell, Peter E., « Recoats in the Wilderness: British Officers and Irregular Warfare in Europa and America, 1740 to 1760 », The William and Mary Quarterly, 3rd Ser., vol. 35, no 4, oct. 1978, p. 629-652 et, plus récemment, Grenier, John, The First Way of War. American War Making on the Frontier, Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 102-114. Ces auteurs insistent sur le manque de perméabilité entre les théâtres d’opérations européens et nord-américains en ce domaine. La même remarque vaudrait sans doute côté français.

66 Nous rejoignons ici les analyses, pour un autre théâtre et un autre conflit, de Kwasny, Mark V., Washington’s Partisan War, 1775-1783, Kent, Kent State University Press, 1996.

67 Corvisier, André, L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Paris, Presses universitaires de France, 1964, t. 1, p. 106. Quelques années plus tôt, le curé Dubois se félicitait dans son journal de voir ses paroissiens de Rumegies attaquer ainsi, en 1694, une quinzaine de soldats espagnols : sept sont capturés, un autre « tué roide » (Platelle, Henri [éd.], Journal d’un curé de campagne au XVIIe siècle, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 1997, p. 102). En d’autres lieux, en d’autres circonstances aussi, les clubmen, présents à partir de 1645 dans une quinzaine de comtés du sud et de l’ouest de l’Angleterre, constituaient des groupes armés dont l’objectif était de se prémunir des exactions des soldats des deux camps ; paysans et artisans parfois conduits par la gentry locale, ils n’hésitaient pas, à l’occasion, à conclure des alliances tactiques avec l’un ou l’autre des partis ; Underdown, David, « The Chalk and the Cheese. Contrasts Among the English Clubmen », Past and Present, no 85, 1979, p. 25-48.

68 Binet, Henri, « La trahison du Guildo », Annales de Bretagne, nov. 1908, p. 16.

69 « Breiz ha bro-zaoz enebousien/Evit-ho bout amezeien/A zo bet paket er bed-men/D’en emfibla da virviken » ; Hersart de La Villemarqué, Théodore, Barzaz-Breiz. Chants populaires de la Bretagne, Paris, Delloye, 1867, p. 336. Sur l’anglophobie en Bretagne et son évolution, voir Guiffan, Jean, « Les Bretons et la “Perfide Albion” », Ar Men, no 147, juillet-août 2005, p. 28-37 et, de manière plus générale, Hopkin, David, Lagadec, Yann, Perréon, Stéphane et Cérino, Christophe, « Des descentes britanniques sur les côtes de l’Ouest aux rapports trans-Manche (XIVe-XIXe siècles). Nouvelles approches », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 109-118.

70 « Bréis a breau sose améseÿen/adversourien a dréist pen ». Sur cette question, voir Guillorel, Éva, « Chanson politique et histoire : le combat de Saint-Cast et les Anglais sur les côtes de Bretagne au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 167-184.

71 Sur ce point, nous renvoyons à Moal, Laurence, « La construction d’une ennemi héréditaire : l’Anglo-Saxon dans les chroniques bretonnes de la fin du Moyen Âge », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2001-3, p. 35-56.

72 SHD/DAT, 1 M 1091, no 24, « Compte-rendu par M. le comte d’Hérouville de sa tournée faite sur les côtes de l’Océan… », p. 15.

73 Sur ces questions, voir Quéniart, Jean, La Bretagne au XVIIIe siècle 1675-1789, Rennes, Ouest-France, 2004, p. 341 et, par exemple, Fournier, Rachel, La contrebande maritime du Cap Fréhel à la baie du Mont-Saint-Michel (1763-1790), mémoire de maîtrise, dact., université de Rennes 2, 1997.

74 À ce sujet, voir Arch. nat., D2 22, f° 259, « État des familles angloises, irlandoises et écossoises qui sont en Bretagne », 1762.

75 Corvisier, André, L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 102-107 et Corvisier, André, La France de Louis XIV, ordre intérieur et place en Europe, Paris, Presses universitaires de France, 1979, p. 50-57.

76 Lynn, John, Giant of the Grand Siècle. The French Army, 1610-1715, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, p. 445-450.

77 Pour la Grande-Bretagne, les travaux de Colley, Linda, Britons : Forging the Nation, 1707-1837, Londres, Pimlico, 2003 (2e éd.) insistent eux aussi sur l’importance des guerres du milieu du XVIIIe siècle, et notamment de la guerre de Sept Ans, dans la constitution de la nation britannique, d’une identité British, celle des Britons, et non des appartenances English, Irish, Welsh ou Scottish.

78 Dziembowski, Edmond, Un nouveau patriotisme français, 1750-1770. La France face à la puissance anglaise à l’époque de la guerre de Sept Ans, Oxford, Voltaire Foundation, 1998. Voir, en particulier, le chapitre 8 (« L’affirmation d’un patriotisme spontané »).

79 Bell, David A., « Jumonville’s Death : War Propaganda and National Identity in Eightenn-Century France », The Age of Cultural Revolutions. Britain and France, 1750-1820, Colin Jones et Dror Wahrman (éd.), Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, 2002, p. 33-61.

80 Bell, David A., The Cult of the Nation in France. Inventing Nationalism, 1680-1800, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, rééd. 2003.

81 Englund, Steve, « “N’est national qui veut” : du bon usage de la “nation” par les historiens », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53-2, avril-juin 2006, p. 165-181.

82 SHD/DAT, A3188, plusieurs lettres d’octobre 1746, no 82 et 170 notamment.

83 Marmontel, Jean-François, Bélisaire, Paris, 1767, p. 222-224.

84 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais à Saint-Briac et leur défaite à Saint-Cast l’an 1758, Saint-Brieuc, Guyon, 1923, p. 102.

85 SHD/DAT, 1 M 1088, no 63, Saint-Malo, « Mémoire et description de la coste du Nord de la Bretagne depuis Pontorson jusqu’à la rivière de Morlaix, où il est fait mention des ports et havres, bayes et ances, grèves fermes et vaseuses, et ruisseaux portant leurs eaux à la mer. Des corps de garde, batteries et magazins à poudre établis sur la coste, du nombre de canons qui sont à chacune, leurs calibres, ainsi que l’emplacement des mats de pavillons placés pour les signaux, le tout relatif à la carte qui a été levée à cette occasion », 1756.

86 Recueil de 1858, p. 111.

87 Sur le franchissement des cours d’eau, voir Riccioli, Jean-Louis, Les franchissements (1672-1960). Une histoire de la tactique et de la technique du passage des cours d’eau par les armées françaises en opération et sous menace ennemie, thèse, dact., université de Montpellier III, 1999, 2 vol.

88 La Condamine, Pierre, Un jour d’été à Saint-Cast, Guérande, Le bateau qui vire, 1977, p. 59-66.

89 Chenu, Joseph, « Le passage des Anglais au Guildo en 1758 », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 108, 1980, p. 62-89.

90 Recueil de 1858, p. 167.

91 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 34.

92 Sur ce point, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « La bataille de Saint-Cast (1758) et sa mémoire : une mythologie bretonne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 208-213 et, infra, chapitre ix.

93 Les rôles de capitation des paroisses concernées ayant disparu, il n’est pas possible de préciser le niveau de richesse de ces personnes.

94 Lettre à Perroud, 17 juillet 1778, citée par Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne au XVIIIe siècle. Études et documents », Revue de Bretagne, juillet 1912, p. 19.

95 Cité par Barre, Jules, « Relation du passage des Anglais au Guildo… », art. cit., p. 114.

96 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignages de J.-F. Rébillard et Louis Lemasson, octobre 1758.

97 Recueil de 1858, p. 111.

98 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 2 B 1225, témoignages de F. de Kergu, T. Cordon et François Lucas, octobre 1758.

99 Recueil de 1858, p. 110. Il parvient ensuite à s’enfuir et à donner l’alerte. Il ne participe cependant pas à l’embuscade du Guildo.

100 Lettre de Rioust à Caze de La Bove, citée par Henri Binet, « La défense des côtes de Bretagne… », art. cit., p. 16.

101 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 94.

102 Dans sa lettre à Perroud, il affirme que l’ennemi paraît vers les 8-9 heures du matin. Dans son journal, il situe l’arrivée de l’armée britannique et le début de la confrontation vers midi.

103 La mer est basse vers 16 heures (à Saint-Servan), avec un coefficient moyen de 67 ; Annuaire des marées du Service hydrographique et océanographique de la marine, www.shom.fr. Le franchissement ne peut s’effectuer qu’à marée basse car une hauteur d’eau dépassant les soixante-dix centimètres s’avère dangereuse, surtout dans le cas du Guildo. Sur ces questions de franchissement, voir Duffy, Christopher, The Military Experience in the Age of Reason, Londres, Routledge and Kegan, 1987, p. 185.

104 La basse mer a lieu vers 5 h. Le coefficient de 57 aurait peut-être autorisé le passage après 6 h mais le risque augmente avec l’écoulement du temps ; www.shom.fr.

105 Témoignage de dom Le Mercier, cité par Barré, Jules, « Relation du passage… », art. cit., p. 111.

106 Sur ce point, voir Middleton, Richard, « The British Coastal Expeditions to France, 1757-1758 », Journal of the Society for Army Historical Research, 71, 1993, p. 89.

107 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 10. Ce commentateur semble négliger le fait qu’à quatre heures du matin, l’obscurité aurait rendu le franchissement délicat.

108 Recueil de 1858, p. 115-116.

109 Ibid., p. 154.

110 Il est alors relativement fréquent d’envoyer de faux déserteurs chez l’ennemi pour répandre des informations erronées ; Duffy, Christopher, The Military Experience…, op. cit., p. 173.

111 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 9.

112 La Condamine, Pierre de, Un jour d’été à Saint-Cast…, op. cit., p. 213.

113 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 9-10 et Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 44.

114 A Letter from the Honourable L – t G – l B – Gh, to the Rt. Hon. W – M P – T, Esq ; SE – Y of S – TE. Together with His M-Y’s Instructions for the late Expeditions on the Coast of France, Londres, T. Payne, 1758, p. 15.

115 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 14.

116 De ce point de vue, le fait que, quatre ans plus tard, le sergent garde-côtes Michel Cabieu ait réussi à lui seul à mettre en fuite une compagnie ennemie près de Ouistreham est vraiment exceptionnel. Mais les circonstances, en particulier l’obscurité, expliquent largement cet exploit, peu comparable avec ce qui se passe au Guildo. Sur cet épisode, voir Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie au XVIIe et au XVIIIe siècle, Caen, Impr. Goussiaume de Laporte, 1863, vol. I, p. 437-438.

117 Recueil de 1858, p. 132.

118 Voir, par exemple, Delumeau, Jean (dir.), Histoire de la Bretagne, Toulouse, Privat, 1969, p. 311 ; Cornette, Joël, Histoire de la Bretagne et des Bretons, Paris, Le Seuil, 2005, t. II, p. 57 ; Quéniart, Jean, La Bretagne au XVIIIe siècle…, op. cit, p. 78. À la décharge de ces auteurs, on invoquera l’absence d’études récentes sur la question. Chacun se fie donc aux études du XIXe siècle et du début du XXe siècle.

119 Il n’existe pas de biographie récente du duc d’Aiguillon. On peut toutefois se reporter à quelques ouvrages bien documentés et deux notices récentes : Marion, Marcel, La Bretagne et le duc d’Aiguillon, Paris, Fontemoing, 1898 ; Pocquet, Barthélemy, Le duc d’Aiguillon et La Chalotais, Paris, Perrin, 1900-1901, 3 vol. ; Laugier, Lucien, Le duc d’Aiguillon, Paris, Albatros, 1984 ; Dehaudt, Christophe, « Duc d’Aiguillon », inBély, Lucien, Theis, Laurent, Soutou, Georges-Henri, Vaisse, Maurice (dir.), Dictionnaire des ministres des affaires étrangères, Paris, Fayard, 2005, p. 182-187 ; Mercier, Benjamin, « Duc d’Aiguillon », inSarmant, Thierry (dir.), Les ministres de la Guerre 1570-1792, Paris, Belin, 2007, p. 444-450.

120 Duma, Jean, Les Bourbon Penthièvre (1678-1793), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995.

121 Perréon, Stéphane, L’armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des États, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 54-55. Les archives recèlent encore quelques projets pour placer les troupes, minutes de la main même du duc. Voir, par exemple, SHD/DAT, A4 22, no 9 et 30, 1756.

122 SHD/DAT, A4 77, 2e carton, 26 septembre 1756. Sur la collaboration entre l’intendant, son subdélégué général et le commandant en chef, voir Fréville, Henri, L’intendance de Bretagne, Rennes, Plihon, t. II, p. 25 et 32-33. Dans une lettre du 13 septembre 1758 au maréchal de Belle-Isle, le duc d’Aiguillon écrit cependant : « j’aurais plus de temps à moy si j’avais un intendant, mais je ne sçais qu’il en existe un en Bretagne que par une lettre de compliment qu’il vient de m’écrire, ne l’ayant pas aperçu depuis trois mois » (Courson, Aurélien de, Descente des Anglais à Saint-Cast en 1758, Vannes, Lafolye, 1903, p. 56). L’interprétation de cette missive n’est pas chose facile. Sans doute faut-il y voir à la fois l’expression de l’effacement relatif de l’intendant pour raisons de santé – un intendant cependant solidement épaulé par Védier, son subdélégué général – et le fait que les rapports entre Le Bret et d’Aiguillon ne sont pas encore aussi étroits qu’au cours des années difficiles qui courent de 1760 à 1765.

123 Arch. nat., G 153, « Observations faites pendant les tournées de Monseigneur le duc d’Aiguillon en Bretagne, sur les villes, bourgs, villages de cette province et les isles qui en dépendent », 1753, 1754 et années suivantes. Plus de 300 pages au total.

124 Si les principales décisions concernant le développement du réseau routier de la province datent de 1755 et 1757, si les travaux réalisés dès 1756 sont importants, les efforts consentis n’ont pas permis, en septembre 1758, de modifier profondément les structures héritées de la première moitié du XVIIIe siècle : les objectifs fixés par d’Aiguillon ne seront atteints que vers 1770. En revanche, la réorganisation du service de la poste aux chevaux qui ajoute au réseau convergeant vers Rennes des liaisons directes entre les principales villes bretonnes, notamment de Brest à Lorient et de Lorient à Saint-Malo, permet une diffusion particulièrement rapide des nouvelles d’un bout à l’autre de la province et une mobilisation rapide des troupes. Sur ce sujet, nous renvoyons à Binet, Henri, « La guerre de côtes en Bretagne au XVIIIe siècle : le commandement du duc d’Aiguillon en Bretagne », Annales de Bretagne, 26, 2, 1911, p. 344-348, Fréville, Henri, L’intendance de Bretagne…, op. cit., t. II, p. 136-156 ou encore Marion, Marcel, La Bretagne et le duc d’Aiguillon…, op. cit., p. 67-81.

125 Pendant plusieurs jours d’ailleurs, l’on craint que l’opération contre Saint-Malo ne soit qu’une diversion destinée à attirer en Haute-Bretagne les troupes concentrées autour de Brest, qui serait la véritable cible de l’opération. Une fois rembarquées en effet, les troupes britanniques pourraient, par la mer, gagner les côtes du Léon bien plus rapidement que les forces françaises contraintes à emprunter les voies de terre.

126 SHD/DAT, A4 26, no 122, lettre du 24 juillet 1758.

127 « Affaire de Saint-Cast en Bretagne du 11 septembre 1758 », cité par Binet, Henri, « Deux relations inédites des descentes anglaises de Cancale et de Saint-Cast, 1758 », Bulletin de la Section de Géographie, 1937, p. 14.

128 Recueil de 1858, p. 18. Une incertitude subsiste quant au régiment de Talaru. Il ne figure pas dans l’état officiel des troupes marchant vers Lamballe. Toutefois, dom Le Mercier affirme avoir rencontré des officiers de ce régiment, témoignage corroboré par le fait qu’un état des blessés français évoque deux soldats de cette troupe. On peut donc penser qu’un détachement ait été prélevé alors que le gros du régiment demeurait à Brest (Liste des troupes marchant sur Saint-Malo, citée par Courson, Aurélien de, Descente des Anglais…, op. cit., p. 14-15 ; Barré, Jules, « Relation du passage des Anglais… » art. cit., p. 123-125 ; SHD/DAT, A3505, no 332, état des blessés français de Saint-Cast, septembre 1758).

129 Sur le système de l’étape tel qu’il se développe en Bretagne au XVIIIe siècle, Perréon, Stéphane, L’armée en Bretagne…, op. cit., p. 102-111 et 221-225. Sur ces questions souvent méconnues mais essentielles des liens entre logistique et tactique, les travaux de Lynn, John A., « Food, Funds and Fortresses : Resource Mobilization and Positional Warfare in the Campaigns of Louis XIV », in Lynn, John A. (dir.), Feeding Mars. Logistics in Western Warfare from the Middle Ages to the Present, Oxford, Westview Press, 1993, p. 137-159 et Van Creveld, Martin, Supplying War. Logistics from Wallenstein to Patton, Cambridge, Cambridge University Press, 1997 restent incontournables.

130 À titre de comparaison, l’on estime que les armées d’Ancien Régime en campagne parcourent de 10 à 15 km par jour en temps normal, une vingtaine lorsque les circonstances tactiques l’imposent. Exceptionnellement, certaines unités de taille plus réduite peuvent marcher sur des distances plus importantes en une seule journée, tel le 10th Regiment of Foot qui avale près de 110 km en 24 heures en Irlande en 1760 : mais il ne doit pas reprendre sa progression le lendemain… Quant aux armées napoléoniennes, réputées pour la rapidité de leurs déplacements, elles parcourent 30 à 35 km par jour pendant la campagne de 1806, contre une douzaine seulement pour les armées autrichiennes. Les 45 km des troupes du duc d’Aiguillon sont donc hors des normes de l’époque, sans pour autant être rarissimes. Sur ces questions, Duffy, Christopher, The Military Experience…, op. cit., p. 160 et Béraud, Stéphane, La révolution militaire napoléonienne. 1. Les manœuvres, Paris, B. Giovanengeli, 2007, p. 16.

131 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1085, mémoire de Deniau, septembre 1758.

132 Cité par Chenu, Joseph, « Autour de la bataille de Saint-Cast en 1758 », Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, 109, 1981, p. 67.

133 SHD/DAT, A4 26, no 81, « Mémoire des dispositions du munitionnaire pour assurer la subsistance des troupes qui doivent se porter des cantonnemens de Brest et de la partie méridionale de la Bretagne sur Saint-Malo, au cas d’une nouvelle descente de la part des Anglois. » Voir aussi supra, chapitre iv.

134 « Affaire de Saint-Cast en Bretagne du 11 septembre 1758 », cité par Binet, Henri, « Deux relations inédites… », art. cit., 1937, p. 15.

135 SHD/DAT, A3496, no 80, 7 septembre 1758. La lieue de Bretagne varie, selon les auteurs, de moins de 4 000 mètres à 4 600 mètres voire davantage, contre 4 180 mètres pour la lieue de France. Il semble bien que, pour le duc d’Aiguillon, elle vaille moins de quatre kilomètres. Sur cette délicate question, voir Croix, Alain (dir.), La Bretagne d’après l’itinéraire de monsieur Dubuisson-Aubenay, Rennes, Presses universitaires de Rennes/Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2006, p. 1030.

136 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1087, Jousselin de La Haye, 29 octobre 1758.

137 Recueil de 1887, p. 239 (1er mémoire). Sur ce personnage, voir Chenu, Joseph, Plancoët au temps de Châteaubriand, Plancoët, J. Chenu, 1995, p. 176-188.

138 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1085, mémoire.

139 SHD/DAT, A3505, no 308, lettre au maréchal de Belle-Isle, 12 septembre 1758.

140 SHD/DAT, A3505, no 326, lettre au maréchal de Belle-Isle, 18 septembre 1758.

141 SHD/DAT, A3505, no 308, lettre au maréchal de Belle-Isle, 12 septembre 1758.

142 SHD, A1 3496, no 80, 7 septembre 1758.

143 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 11.

144 Un piquet est un groupe de fantassins ou de cavaliers prêts à marcher immédiatement pour une expédition ; Dictionnaire dit de Trévoux…, op. cit., t. VI, p. 794.

145 Recueil de 1858, p. 133.

146 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 95.

147 Sur tous ces aspects, voir Duffy, Chistopher, The Military Experience…, op. cit., p. 176-181.

148 C’est l’opinion de Loyer, F., « La défense des côtes de Bretagne pendant la guerre de Sept Ans : la bataille de Saint-Cast », Revue maritime, décembre 1932, no 156, p. 88-89.

149 Recueil de 1887, p 216.

150 C’est ce qu’avance notamment le « Journal de M. Rioust des Villes-Audrains », in Recueil de 1858, p. 119. Selon l’auteur, les miliciens de Tréguier auraient confondu « Marbœuf », donné en réponse à leur « Qui va là ? » avec « Marlborough ». Les habits rouges des dragons auraient aussi pu semer la confusion mais l’événement a lieu de nuit…

151 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 14.

Table des illustrations

Légende Carte 20. – Les mouvements du corps expéditionnaire de Bligh du 4 au 8 septembre 1758.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Carte 21. – Le passage de l’Arguenon le 9 septembre 1758.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Carte 22. – L’amélioration des communications au milieu du XVIIIe siècle : les effets des réformes du duc d’Aiguillon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Carte 23. – La concentration du duc d’Aiguillon autour de Matignon.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103257/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende Carte 24. Les mouvements des troupes françaises et britanniques le 9 septembre 1758.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103257/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Carte 25. – Les mouvements des troupes françaises et britanniques le 10 septembre 1758.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103257/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540