Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758)

 | 
Stéphane Perréon
, 
Yann Lagadec
, 
David Hopkin

Deuxième partie. « Ces furieux Insulaires qui mettent tout à feu et à sang… »

Chapitre IV. Le débarquement à Saint-Lunaire, ultime raid d’une vaste campagne

Texte intégral

Making feints, or really landing in different ports, oblige the enemy to keep a great force upon that long extent of coast, which may in some degree prevent their carrying on the operations they are at present engaged in.

Ligonier, Marlborough et Sackville, mai 1758, cités par Middleton, Richard, The Bells of Victory. The Pitt-Newcastle Ministry and the Conduct of the Seven Years’War 1757-1762, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 83.

1En foulant du pied, le 4 septembre 1758 en début d’après-midi, le sable des côtes bretonnes, entre Saint-Briac et Saint-Lunaire, les troupes du général Bligh n’en sont pas à leur coup d’essai. C’est la troisième fois en quelques semaines, la quatrième en moins d’un an, que les Britanniques tentent une opération de ce genre : à Rochefort, en septembre 1757, des dissensions au sein du commandement ont conduit à un échec ; en revanche, les descentes à Cancale en juin 1758 et Cherbourg en août constituent d’indéniables succès, bien que d’inégale ampleur.

2Le fait n’est pas anodin. Il dit tout d’abord l’« expertise » acquise ainsi par la Navy comme par les troupes de l’Army dans ces opérations de débarquement particulièrement délicates, conduites en général sous le feu d’un ennemi solidement retranché. Il dit aussi l’importance qu’accordent les plus hautes instances politiques et militaires britanniques à ces raids sur les côtes de France – et pas seulement de Bretagne – en cette année 1758. Il suggère, enfin, combien il est nécessaire de replacer ce débarquement sur les côtes de Bretagne dans les dimensions à la fois tactique – voire technique –, opérative et stratégique qui sont les siennes.

Débarquer à Saint-Lunaire : contenter la Prusse sans exposer l’Amérique

  • 1 Le maintien à bord des équipages et des troupes entre deux opérations s’explique pour une part par (...)
  • 2 Journal of the Campaign on the Coast of France, 1758, Londres, J. Townsend, 1758, p. 92.

3Lorsqu’elles arrivent en vue du cap Fréhel le 3 septembre 1758 vers midi, cela fait près de trois semaines que les troupes britanniques sont entassées à bord de leurs transports, depuis leur rembarquement à Cherbourg en fait, le 15 ou le 16 août. Ayant atteint les côtes sud de l’Angleterre dès le 19, la flotte du commodore Howe a cependant dû depuis, en raison des conditions météorologiques, changer plusieurs fois de mouillage sans pouvoir mettre à terre les soldats restés donc confinés sur leurs navires1. C’est face à Portland, dans le Dorset, que, pendant plus d’une semaine, les Britanniques attendent que la météo permette de retraverser la Manche en direction du sud. Et lorsque, une fois la mer redevenue calme, la décision est enfin prise de lancer l’opération, au dernier jour d’août, le départ est encore retardé de quelques heures, « de nombreux officiers étant à terre » selon l’un des combattants2.

  • 3 Todd, Corporal William, The Journal of Corporal Todd, 1745-1762, Stroud, Sutton, 2001, p. 38-42.
  • 4 A Soldier’s Journal containing a particular Description of the several Descents on the Coast of Fr (...)
  • 5 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction of Consequence of the Guards as well as of (...)
  • 6 A soldier’s Journal…, op. cit., p. 3-13.

4Encore ces problèmes de regroupement et d’embarquement du corps expéditionnaire ne sont-ils que fort limités à cette date du fait même du maintien des soldats à bord des navires. L’opération avait été bien plus complexe fin mai-début juin, au moment de la première descente, celle contre Cancale. Il avait alors fallu, dans un premier temps, procéder au rassemblement des forces navales et terrestres sur les côtes sud de l’Angleterre. Rassemblement à terre tout d’abord : en effet, les troupes qui embarquent dans les derniers jours de mai 1758 et qui participeront ensuite à toutes les opérations de l’été sont encore largement dispersées à l’échelle de l’Angleterre au début du même mois (carte 17). Le caporal Todd, du 30th Regiment of Foot, décrit par exemple dans ses mémoires la marche de son régiment de Reading (Berkshire), où il tient garnison depuis février, à Sea Common près de Portsmouth à compter du 14 mai, dans l’attente d’un embarquement qui n’intervient que deux semaines plus tard3. Un soldat anonyme, tout juste recruté par le 68th Regiment of Foot, dit dans l’opuscule qu’il publie en 1770 être parti de Kingston le 11 mai pour rejoindre en bateau, avec le reste de son unité, Cowes, sur l’île de Wight, avant de s’installer dans un camp dressé près de King’s Forest quelques jours plus tard4. Quant au 3rd Regiment of Guards, selon Thomas Walter, qui s’y est porté volontaire, la prestigieuse unité, après une dernière parade à Hyde Park le 9 mai, rejoint Portsmouth le 13 en passant par Kingston, Ripley, Godalmin et Petersfield, couvrant ainsi 74 miles en 5 jours5, la traversée vers Newport n’étant plus ensuite qu’une formalité. Bien évidemment, l’afflux de toutes ces troupes se traduit par la mise sur pied de vastes camps de toile à proximité des ports d’embarquement, notamment sur l’île de Wight6.

Carte 17. – La concentration des troupes de Marlborough dans le sud de l’Angleterre (mai 1758).

  • 7 Ibid., p. 13.
  • 8 Il s’agit ici de navires de commerce d’une taille respectable, la plupart de ces navires jaugeant (...)

5L’embarquement proprement dit n’avait pas été une mince affaire non plus : la flotte comptait, en juin comme en août, une centaine de bâtiments sur lesquels il fallut répartir les 8 à 13 000 hommes des corps expéditionnaires de Marlborough puis de Bligh. L’on avait d’abord réuni des équipages qui, profitant d’une longue escale en ce mois de mai, avaient déserté leurs navires : « les officiers des vaisseaux de guerre couraient, juraient, pestaient et conduisaient les marins hors des pubs » décrit un jeune soldat, visiblement impressionné ; « tout n’était que bruit et confusion » selon lui7. Pourtant, poursuit-il, « il est étonnant de voir avec quelle rapidité plusieurs régiments et leurs bagages furent embarqués ». Reste qu’il fait nuit lorsque son régiment, celui de Lambton, l’un des derniers à embarquer, monte à bord du transport qui lui a été assigné, le Constant Jean, « d’environ 300 tonneaux8 ». L’embarquement avait aussi duré plusieurs jours pourtant, entre celui de la brigade de la Garde dès le 23 mai, et celui des dragons et de leurs chevaux pour finir le 27.

  • 9 A soldier’s Journal…, op. cit., p. 18. Sur les problèmes posés par la navigation en escadre ou en (...)
  • 10 A Genuine and Particular Account of the Late Enterprise on the Coast of France, 1758, by an Office (...)
  • 11 Porter, John (Sergeant), « An Account by an Eyewitness of the Expedition against St.-Malo in May a (...)

6Une fois ces opérations terminées, le rassemblement de la flotte à Spithead et Saint-Helens n’avait pas été une opération simple, au regard de son ampleur, d’autant que dans le même temps, l’amiral Anson réunissait une escadre devant tenir en respect la flotte française du Ponant au large de Brest. Les collisions ne furent pas rares à cette occasion : notre recrue du 68th Regiment of Foot raconte ainsi qu’un autre navire vint heurter son transport par le tribord, non sans dommages, précisant cependant, qu’« après un petit moment, nous commençâmes à gagner chacun un peu de liberté de mouvement9 ». Il est vrai que rassemblement et mise en route de la flotte sont encore compliqués par l’organisation très précise qui les sous-tend : un order of sailing mentionnait quelle devait être la place de chaque unité navale, vaisseau de l’escorte ou transport de troupes10. Un tel ordre a dû exister aussi en septembre, reprenant sans doute les grandes dispositions adoptées en juin. En tête du dispositif, sur les ailes et à l’arrière-garde, se trouvaient les frégates et vaisseaux de 1er rang, chargés de protéger le convoi ainsi constitué. Les transports avaient été partagés en deux divisions : la première regroupait huit régiments d’infanterie, répartis chacun sur deux ou trois navires, parmi lesquels figuraient, en première ligne, les unités de la Garde ; la seconde division en comptait six, auxquels il convient d’ajouter la cavalerie légère et, sans doute, l’artillerie. Deux navires avaient été prévus « to repeat signals », autrement dit afin de faciliter la transmission des ordres entre le vaisseau amiral et les bâtiments de chacune des deux divisions de transports11. Enfin, au cœur du dispositif, entre ces deux divisions, Howe avait regroupé les ketches à bombes et les autres navires « spécialisés ».

  • 12 Les lignes qui suivent doivent beaucoup aux publications de Middleton, Richard, The Bells of Victo (...)
  • 13 Discours du 13 novembre 1755, cité par Walpole, Horace, Memoirs of the Reign of King George the Se (...)
  • 14 Le 26 juin 1757, trois jours avant que la nouvelle de la défaite de Kolin arrive à Londres, le duc (...)
  • 15 Rappelons qu’à l’été 1757, les forces terrestres britanniques comptent théoriquement 76 000 hommes (...)

7L’ampleur de ces opérations, leur complexité disent bien qu’il ne s’agissait pas là d’actions de second plan, planifiées à la va-vite. De fait, d’un point de vue stratégique, leur conception remontait à l’été 175712. Avec le soutien d’une majorité tory « patriote », William Pitt, lord Chatham, venait d’accéder aux fonctions de Secrétaire d’État aux affaires du Sud, en charge donc des questions diplomatiques avec des puissances telles que l’Espagne et la France, mais aussi des colonies des Antilles et d’Amérique. Homme fort du nouveau cabinet dont il assurait de facto la direction avec Newcastle, celui qui, des années durant, en tant que membre de l’opposition, avait dénoncé les « mesures incohérentes, non-britanniques » présidant à la politique étrangère de son pays13, se trouvait confronté à une situation pour le moins délicate. En Amérique, après Oswego, Montcalm s’était emparé de l’éminemment stratégique Fort William Henry, menaçant de remonter la vallée de l’Hudson et de couper ainsi en deux les colonies de la Couronne. En Allemagne, l’armée d’observation du duc de Cumberland entretenue par les Britanniques au Hanovre, aux effectifs restreints, était battue à Hastenbeck le 26 juillet et la petite principauté occupée par les troupes françaises du maréchal d’Estrées. Celles commandées par Soubise avançaient quant à elles dans l’Empire pour soutenir l’Autriche face aux armées du roi de Prusse, par ailleurs pressées par les Russes et les Suédois : les troupes de l’impératrice Marie-Thérèse venaient de remporter une importante victoire à Kolin le 18 juin tandis que la flotte de la tsarine Élisabeth mettait le blocus devant Memel. Face à cette situation, Frédéric II demandait l’aide de son allié. Ne pas y répondre revenait, pour la couronne britannique, à laisser tomber un indispensable appui dans l’espace germanique et, à plus ou moins long terme, à perdre le Hanovre14. Mais apporter un soutien plus poussé à Frédéric II n’allait pas sans problèmes : de manière globale, c’était, pour la Grande-Bretagne, prendre le risque de disperser ses maigres forces militaires terrestres15, de fragiliser un peu plus encore une situation déjà compromise en Amérique du Nord ; d’un point de vue plus personnel, pour Pitt, c’était, quelques semaines à peine après son arrivée aux affaires, trahir ses partisans, défenseurs de la blue water policy, convaincus que c’est en concentrant ses efforts sur des objectifs maritimes et coloniaux et en utilisant sa suprématie navale que leur pays parviendrait à influencer la politique européenne.

  • 16 Lettre à Holderness en date du 2 juillet 1757, citée par Sherrard, Owen Aubrey, Lord Chatham…, op. (...)

8La solution était en fait soufflée depuis plusieurs mois par le roi de Prusse lui-même : c’était, selon les termes de l’ambassadeur Andrew Mitchell, en poste à Berlin, en jetant « l’alarme sur les côtes de France au moyen de notre flotte » que la Grande-Bretagne pouvait agir16. Cette option avait tout pour séduire Pitt : sur la scène internationale, en contribuant à faire diversion et à pousser Louis XV à rappeler des troupes d’Allemagne pour défendre son littoral, elle permettait au Secrétaire d’État aux affaires du Sud de faire montre de sa bonne volonté à l’égard de l’allié prussien sans pour autant accepter l’envoi d’une escadre de la Navy en Baltique, face aux Russes et aux Suédois, demandé une fois encore par Frédéric II ; sur la scène nationale, elle lui offrait la possibilité de ne pas se dédire auprès de ses soutiens politiques « patriotes » en évitant d’envoyer des troupes britanniques en Allemagne. Une fois obtenu l’accord du roi George II, pourtant favorable à l’option allemande, il fallut cependant encore plusieurs réunions au plus haut niveau, entre mi-juillet et début août, notamment afin de déterminer quels seraient la cible et les objectifs de cette descente sur les côtes de France. L’on s’accorda sur la nécessité de frapper vite, afin de soulager au plus tôt les troupes de Cumberland d’une part, de Frédéric d’autre part, mais aussi de frapper fort, condition sine qua non à un retrait de troupes françaises d’Allemagne. Plusieurs options s’offraient alors aux Britanniques, des Flandres au Golfe de Gascogne. Ce fut finalement celle défendue par Robert Clerk, capitaine du Génie bientôt promu lieutenant-colonel, futur chef d’état-major du général Bligh lors des opérations de septembre 1758, que l’on retint : une attaque contre Rochefort dont il avait pu mesurer la faiblesse des défenses lors d’une visite trois ans auparavant.

  • 17 Sur ce raid de la fin de l’été 1757, nous renvoyons au travail de Hackmann, William K., « The Brit (...)
  • 18 Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 22. Nous ne rentrerons pas ici dans les dé (...)

9Il ne nous incombe pas de présenter ici en ses moindres détails cette expédition17. Elle n’en est pas moins particulièrement intéressante en ce qu’elle révèle des difficultés auxquelles il fallut alors faire face. Les principales étaient sans doute celles liées aux conceptions divergentes quant à la politique à suivre au sein même du gouvernement de coalition que constituait le cabinet Pitt-Newcastle : le duc, à l’instar du roi lui-même qui changea plusieurs fois d’opinion courant juillet 1757, était d’ailleurs le principal opposant à la « stratégie » des descentes sur les côtes françaises. Il fallut ainsi près d’un mois – un précieux mois dans la situation militaire de la Grande-Bretagne et de son allié prussien – entre le choix de ce mode d’action contre la France et la décision finale du cabinet, suivie par l’envoi de leurs instructions à l’amiral Hawke et au général Mordaunt, les deux principaux chefs militaires de l’opération. Là ne se limitaient pas les difficultés cependant. La « départementalisation » du gouvernement constituait un autre obstacle : c’est ainsi à Holderness, Secrétaire d’État aux affaires du Nord, en charge des relations avec la Prusse donc, que revenait dans un premier temps la définition de la stratégie globale : soutien financier à Frédéric II, descente sur les côtes de France, mais point de flotte en Baltique, non plus que de nouvelles troupes au Hanovre. Il revenait ensuite à William Pitt, Secrétaire d’État aux affaires du Sud, du département duquel dépendait la France, de concevoir le raid contre Rochefort. Mais il ne pouvait agir sans l’aide de l’Amirauté, département au rôle essentiel ici, qui ne pouvait cependant se passer elle-même de l’accord d’un secrétaire d’État pour tout ce qui relevait de l’Ordnance Board, en charge de l’approvisionnement et de l’équipement des troupes et des vaisseaux… Ainsi, aussi important soit-il dans l’orientation de la stratégie britannique au cours de cet été 1757, le rôle de Pitt ne doit-il sans doute pas être surévalué dans la mise en œuvre des choix finalement opérés, d’autant que, comme y insiste R. Middleton, Lord Chatham est arrivé aux affaires sans véritable plan d’action cohérent18.

  • 19 Sur ce point, nous renvoyons aux analyses de Conway, Stephen, War, State and Society in Mid-Eighte (...)
  • 20 En ce domaine, on lira avec profit les travaux de Willis, Sam, Fighting at Sea in the Eighteenth C (...)

10La chose explique pour une part sans doute les difficultés liées à la préparation strictement militaire de l’opération contre Rochefort. Si le rassemblement des troupes put se faire sans trop de problèmes, quand bien même la plupart des régiments mobilisés n’atteignaient sans doute pas leurs effectifs théoriques de quelque 800 hommes, les délais nécessaires à l’embarquement semblent avoir été mal évalués, de la part de Pitt lui-même notamment. Surtout, plusieurs centaines d’hommes manquaient pour compléter les équipages des 49 transports initialement prévus, sans compter les 16 vaisseaux et 15 frégates mobilisés pour assurer leur protection durant la traversée – de l’ordre de 20 % des capacités de la Navy, avec 11 600 marins et 1 500 canons environ ! Encore convenait-il d’ajouter à ces aléas liés aux limites intrinsèques de l’appareil d’État britannique, notamment en cette phase de progressive transition entre période de paix et situation de guerre19, ceux découlant des conditions météorologiques de la fin de l’été 1757, aux implications particulièrement importantes pour une marine à voile : ce qui peut paraître une évidence mérite en effet d’être rappelé ici20. Des vents contraires dans l’estuaire de la Tamise imposèrent ainsi, courant août, des délais bien plus importants que prévus lors de la réunion des navires de transports à Cowes, au sud de l’île de Wight. La traversée vers la France fut ensuite plus longue qu’espérée : ayant appareillé le 7 septembre, la flotte de l’amiral Hawke n’arriva en vue des côtes françaises que le 20, après avoir subi plusieurs jours sans vent, puis deux de brouillard, rendant la navigation en escadre particulièrement risquée.

  • 21 Ordres à Mordaunt et à Hawke signés par George II, 5 août 1757, cités par Middleton, Richard, The (...)

11Le 23 septembre finalement, les quelque 80 navires mobilisés se présentaient face à l’embouchure de la Charente avec une mission claire apparemment : « si la chose est réalisable », prendre Rochefort afin d’« impressionner l’ennemi » pour ainsi « secou[er] et malmen[er] son crédit, affaibl[ir] ses forces navales, pertub[er] son plan d’opération dangereux » en Allemagne et, de manière plus générale, « faire diversion » pour contraindre les Français « à employer pour leur propre défense une part considérable de leurs forces destinées à envahir et oppresser » les différentes puissances européennes21. Ces ordres précisaient d’ailleurs que la prise de Rochefort par un coup de main ne saurait marquer la fin de l’opération : Hawke et Mordaunt disposaient d’une entière latitude pour se retourner contre tout objectif qu’ils jugeraient convenable une fois cette première mission remplie. Si le cadre général de l’action était apparemment clair, la marge d’initiative finalement laissée aux deux commandants, tant en mer que sur terre, finit par les paralyser. Il est vrai que, dès le milieu du mois d’août, la conviction de Mordaunt et de ses subordonnés quant aux chances de réussite de cette descente apparaissait pour le moins entamée. Plus problématique peut-être était la question des limites du champ de compétence des responsables de la Navy et de l’Army dans cette opération. Au cours de la traversée déjà, devant l’apathie de son homologue de l’armée de terre dont les ordres, vagues, lui semblaient sans réelle portée, Hawke avait pris l’initiative non seulement de demander aux capitaines de ses navires de se tenir prêts à mener des opérations de débarquement, mais aussi de faire pourvoir les soldats de six jours de vivres ou encore de s’équiper en vue des actions à venir.

  • 22 Cette action marque profondément les esprits. Voir, par exemple, ce qu’en dit le capitaine de drag (...)
  • 23 Lettre du 29 septembre 1757, citée par Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. ci (...)

12Si apparaissait sans doute ici l’un des points faibles des instructions données aux deux chefs militaires par le cabinet, trop générales et laissant ainsi de nombreux détails concrets trop flous, émergeait aussi et surtout un conflit bien plus profond entre amiraux et généraux, marins et « terriens », un conflit qui finit par paralyser l’ensemble de l’opération. Certes, dès le 23 septembre, une canonnade de quelques dizaines de minutes menée par le Magnanime, du capitaine Howe, permettait d’obtenir la reddition du fort de l’île d’Aix et la capture de sa modeste garnison22. Mais le reste de la semaine passée face à Châtelaillon et Fouras, dans la Rade des Basques, fut marqué par une succession de conseils de guerre aux conclusions parfois contradictoires, d’hésitations, de tergiversations que vint ponctuer la décision annoncée par Mordaunt à Hawke le 29 : les officiers de l’Army se prononçaient pour « un retour en Angleterre23 ». Le 6 octobre, l’avant-garde de l’escadre atteignait Saint-Helens, bientôt suivie par le reste de la flotte.

  • 24 Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 41.
  • 25 Lettre du 30 septembre 1757 citée par Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit (...)

13Le raid contre Rochefort était un échec d’autant plus retentissant que l’opération constituait, quelques semaines après la signature de la désastreuse Convention de Klosterseven et après l’annulation d’une attaque de vaste envergure contre Louisbourg et Cap-Breton en Nouvelle-France, le dernier espoir, pour les Britanniques, d’emporter quelque succès face aux Français en 1757. Certes, la victoire de Clive à Plassey en Inde, celles – retentissantes – de Frédéric II à Rossbach et Leuthen face aux Français puis aux Autrichiens avaient redonné quelque espoir à la coalition prussobritannique. Mitchell, l’ambassadeur à Berlin, résumait cependant bien la situation en écrivant que « jusqu’alors, les Anglais étaient enviés et détestés en Europe. Maintenant, on les méprise », leur comportement les faisant passer pour « des plaisantins incapables d’agir pour eux-mêmes non plus que pour aider leurs alliés24 ». James Wolfe, le futur vainqueur de Montcalm à Québec en 1759, présent face à Rochefort en ce mois de septembre 1757, regrettait quant à lui, dans une lettre à son père, que les Britanniques aient alors « manqué un beau coup » qu’ils ne seraient pas près de retrouver : « nous allons rentrer […] pleins de reproches et de déshonneur » concluait-il25.

L’émergence du « système Pitt » : Saint-Malo mais aussi l’Allemagne

  • 26 The Proceedings of a General Court-Martial held in the Council Chamber at Whitehall on Wednesday t (...)

14Un échec tel que celui de Rochefort ne pouvait rester sans conséquences. La première tint au déchaînement de l’opinion contre le cabinet et, plus encore, contre Pitt perçu, à tort ou à raison, comme le principal promoteur de cette « stratégie » alternative. Le ministre sombra d’ailleurs dans une réelle dépression dans les semaines qui suivirent. La seconde des conséquences fut la mise sur pied d’une commission d’enquête formée de trois officiers généraux de renom : le duc de Marlborough, à qui sera confié le commandement de la descente contre Cancale six mois plus tard, Lord Sackville, qui y commandera l’une des brigades britanniques, enfin John Waldegrave. Après quelques jours de travaux, les trois officiers concluaient au non-respect par Mordaunt des ordres qui lui avaient été donnés et à la nécessité, de ce fait, de le traduire en cour martiale. Le procès qui suivit, à compter du 14 décembre 1757, est doublement intéressant : d’une part, parce qu’une large part des débats et des pièces justificatives fut publiée, offrant aux historiens une vue particulièrement précise sur les opérations menées26 ; d’autre part, parce que ces débats furent, pour les Britanniques, l’occasion d’identifier les problèmes rencontrés lors de l’opération avortée contre Rochefort et d’en tirer nombre d’enseignements pour leurs futures descentes sur les côtes de France.

  • 27 Sur ce « système », voir Dziembowski, Edmond, Les Pitt…, op. cit., p. 118-122.
  • 28 Ibid., p. 105.
  • 29 Traité du 8 avril 1758, cité par Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 63.

15Pour Pitt, il n’était en effet nullement question de rompre avec la stratégie définie au cours de l’été 1757. Pourtant, début 1758, les deux « clans » en présence au sein du cabinet campaient toujours sur leurs positions : loin d’atténuer les débats, l’échec du raid charentais les avaient stimulés ; on peut d’ailleurs y voir l’une des raisons de l’émergence progressive du « système Pitt » à compter de cette date, un système tout de pragmatisme alliant engagement sur le Continent et dans les colonies27. La priorité allait à l’Amérique du Nord, qui restait le principal théâtre d’opérations, avec la mise sur pied d’un vaste plan offensif confié à de jeunes généraux, tels Amherst, Howe ou Wolfe, et à de nouvelles troupes. Pitt souhaitait d’ailleurs étendre la lutte sur le terrain colonial et commercial : en mars, une escadre d’une dizaine de navires prenait la direction des comptoirs français du Sénégal, essentiels au très lucratif commerce triangulaire vers les îles à sucre. Saint-Louis était capturé fin avril, une semaine après l’arrivée de la petite flotte britannique au large de l’embouchure du fleuve Sénégal, offrant à une Grande-Bretagne encore meurtrie – et plus encore aux « patriotes », partisans de la blue water policy – un facile succès bien plus commercial et politique que militaire. En Allemagne, où le commandement de l’Armée d’observation au Hanovre avait été confié à Ferdinand de Brunswick, celui-ci prenait l’offensive après avoir dénoncé la Convention de Klosterseven. Dans le même temps, Pitt qui, en décembre 1757, avait affirmé devant les Communes que jamais « il ne ferait verser une seule goutte de sang [britannique] sur les bords de l’Elbe », consentait tout d’abord à l’engagement d’un simple bataillon pour tenir Emden, port des bouches de l’Ems pris aux Français, puis, au tout début de l’été suivant, à l’envoi de quelques milliers d’hommes en terre d’Empire28. Surtout, début février 1758, Andrew Mitchell avait transmis les dernières requêtes de Frédéric II à son allié britannique, évoquant la possibilité de descentes contre Boulogne, Calais ou Lorient. Pitt saisit l’occasion, engageant des discussions plus précises avec l’ambassadeur à Berlin courant mars, convoquant une réunion du cabinet le 28 du même mois. Celle-ci aboutit à l’approbation d’un nouveau projet de descentes, concrétisé par une annexe au second traité de Westminster signé le 8 avril 1758 avec la Prusse : outre l’allocation à cette dernière de subsides de 670 000 livres annuelles, il y était stipulé que George II emploierait « une part considérable de ses forces terrestres et de sa flotte de la Manche de manière à agacer le plus possible l’ennemi et à provoquer une utile diversion29 ».

  • 30 Sur ce point, les analyses de James Wolfe sont particulièrement intéressantes : il saura d’ailleur (...)
  • 31 Boscawen, Hugh, « The Origins of the Flat-Bottomed Landing Craft, 1757-58 », Army Museum, 1984, p. (...)
  • 32 Sur les caractéristiques de ces barges, voir Boscawen, Hugh, « The Origins of the Flat-Bottomed La (...)
  • 33 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 41. Il note par ailleurs que chaque transport en (...)

16Pour ce faire, il était précisé qu’un camp serait installé « sur l’île de Wight où un nombre suffisant de vaisseaux de transport seront rassemblés pour convoyer ces troupes partout où il sera pensé nécessaire de le faire ». En effet, tirant les leçons de ce qui s’était passé à Rochefort et des conclusions de la cour martiale de la fin de l’année 1757, notamment en ce qui concerne la concentration des troupes et de leurs transports, l’on avait décidé de prendre les devants : les ordres furent envoyés à une quinzaine de régiments dès le 15 avril, leur prescrivant de rejoindre les environs de Cowes pour la mi-mai. Les préparatifs ne se limitaient pas à cela d’ailleurs. Conscients des problèmes propres à la mise à terre et à l’appui des troupes chargées de mener les opérations de débarquement proprement dites, comme sur la nécessité d’agir aussi rapidement que possible en ce domaine, afin de bénéficier au maximum de l’effet de surprise qui avait largement manqué en septembre 175730, les marins britanniques avaient commencé à réfléchir à la mise au point d’embarcations spécifiques. Dès le 7 avril 1758, l’Amirauté britannique validait les plans d’une chaloupe – le terme de launch est alors utilisé – spécialement conçue à cet usage et ordonnait la construction de deux d’entre elles. Les deux prototypes étaient approuvés le 26 avril par le Board of Admiralty, qui, dès le lendemain, demandait au Navy Board de lancer « avec la plus grande rapidité » la construction « d’autant de chaloupes de la même nature […] pouvant être prêtes à Portsmouth le 17 du mois prochain31 ». En fait, deux types de ces flat-bottomed boats – littéralement bateaux à fond plat – semblent avoir été mis au point : l’un de 36 pieds – 12 m. environ – et 20 rames, l’autre de 30 pieds et 16 rames, devant l’un ou l’autre porter de l’ordre d’une cinquantaine de soldats, en plus de l’équipage composé d’un officier, d’un tireur et de 16 ou 20 marins32. S’y ajoute ce que le caporal Todd nomme des horse boats, sans doute des flat-bottomed boats équipés « d’une plate-forme qui portera 8 chevaux à la fois », indispensables à la délicate opération qui consiste à la mise à terre de ces animaux33.

  • 34 Sans doute n’est-ce pas un hasard si le général Jeffrey Amhrest, commandant de l’opération contre (...)
  • 35 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 225.
  • 36 Sur la précision et la diversité des procédures mises en place à cette occasion, nous renvoyons au (...)
  • 37 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 14.

17D’autres aspects sont améliorés par le commandement britannique, notamment en ce qui concerne la coordination de l’Army et de la Navy qui s’est révélée être l’un des points les plus faibles à Rochefort34. Cela passe par l’établissement d’instructions claires et précises, notamment en ce qui concerne la « transmission » des ordres : celle-ci est en effet compliquée ici par l’existence d’une double chaîne de commandement, navale et terrestre. Et si les marins sont habitués à communiquer par tout un système de signaux et de pavillons, ces pratiques ne sont pas celles des officiers de l’armée de terre. Il faut donc tenir compte de cette forte présence de « terriens » sur les navires et compléter, parfois au dernier moment, les instructions en ce domaine : le 31 mai, un ordre complémentaire prévoit par exemple des signaux particuliers pour les commandants de l’artillerie, de la cavalerie, des différentes brigades35, etc. L’on en profite aussi pour mettre au point des procédures portant parfois sur des détails, mais des détails importants36. Ainsi du stockage de la poudre par exemple : un ordre du 24 mai exige qu’« aussitôt que les hommes sont à bord, toute la poudre à canon et les autres munitions, qu’elles soient en barils, cartouches ou de toute autre manière doivent être entreposées là où aucun feu et aucune chandelle ne seront apportés37 ». Et si les officiers doivent veiller à ce que « les armes [soient] rangées », celles-ci doivent cependant « être prêtes au premier appel ».

  • 38 Sur ce point, voir supra, chapitre i.

18Au total, on a l’impression de vivre alors non pas une « révolution », mais une évolution militaire importante, un véritable tournant tactique et technique en matière d’opérations conjointes, celles associant Navy et Army. Aux procédures plus ou moins formalisées mises en place depuis la guerre de la Ligue d’Augsbourg, s’ajoutent désormais de nouveaux éléments qui vont rapidement se révéler décisifs lors des opérations de l’été 1758 : chaque étape de l’opération amphibie est alors pensée, avec une précision qui n’est pas sans rappeler ce qui se passera en mai-juin 1944. Ce sont ces procédures qui sont appliquées début juin 1758 lors de la descente contre Cancale et Saint-Malo38. Ce sont ces mêmes procédures que les Britanniques escomptaient mettre en œuvre à Granville mi-juin puis, à la recherche d’un nouvel objectif, sur les côtes normandes à la fin du mois, face au Havre, face à Caen, enfin face à Cherbourg, avant qu’une détérioration des conditions météorologiques ne les contraigne à regagner les côtes sud de l’Angleterre dans les premiers jours de juillet. Ce n’était cependant que partie remise.

  • 39 Le Journal of the Campaign…, op. cit., p. 72, rédigé par un officier resté anonyme, qualifie de «  (...)
  • 40 La carrière de cet officier reste mal connue, au-delà des déboires de l’été 1758. Né en janvier 16 (...)
  • 41 Sur les hésitations du cabinet courant juillet 1758, nous renvoyons à Hackmann, William K., Britis (...)

19La relâche de la flotte dans les ports de l’île de Wight, nécessaire à la réparation de certains transports et de quelques flat-bottomed boats, endommagés lors des opérations cancalaises, fut aussi mise à profit par le duc de Marlborough et son adjoint Sackville pour obtenir un commandement en Allemagne là où, selon les critères du temps, pouvaient se construire les gloires militaires : il est vrai que l’on venait d’appendre la nouvelle de la victoire remportée sur les Français par Ferdinand de Brunswick à Krefeld le 23 juin et l’envoi au Hanovre par la Grande-Bretagne de quelques milliers de soldats, des cavaliers pour une large part39. Il fallait donc trouver un nouveau chef au corps expéditionnaire en charge des descentes. La promotion à ce poste du général Dury, commandant l’une des brigades à Cancale, fut écartée en raison de son caractère, jugé peu conforme pour exercer de telles fonctions. Ce fut le lieutenant-général Thomas Bligh, militaire de 73 ans, pressenti pour commander les troupes en partance pour l’Allemagne, que l’on choisit finalement : un ordre signé par George II en date du 13 juillet lui faisait part de cette nomination, alors que le cabinet, d’accord depuis le 5 pour que les forces cantonnées sur l’île de Wight mènent de nouveaux raids, hésitait encore quant aux cibles de ces raids40. Le roi et Newcastle penchaient pour une action sur les côtes des Pays-Bas autrichiens, en mesure de soutenir directement les opérations en Allemagne. Un plan fut dressé pour attaquer Brest. Finalement, le 17 juillet, l’on se mit d’accord sur l’idée d’une descente contre Cherbourg, en raison des activités commerciales du port normand semble-t-il41.

  • 42 Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 119.

20Les « instructions secrètes » données à Bligh le 17 juillet étaient en tous points conformes à celles pour Marlborough deux mois plus tôt. Au-delà des habituelles considérations générales sur la nécessité d’agir pour empêcher l’ennemi « d’envahir et opprimer les libertés de l’Empire et de subvertir l’indépendance de l’Europe », il s’agissait de mener une « expédition devant faire diversion42 ». Quelques jours furent encore nécessaires pour permettre à l’escadre de l’amiral Anson, chargée de couvrir cette nouvelle descente, de se ravitailler mais à compter du 23, l’embarquement des troupes put commencer et le 30 juillet, les 23 navires d’escorte commandés par Howe et les 63 transports quittaient Spithead en direction du sud. En raison de vents contraires, la traversée fut plus longue que prévue : en vue des côtes normandes dès le 3 août, la flotte ne put s’approcher de son objectif que le 6 afin d’évaluer l’évolution des défenses françaises depuis la fin du mois de juin, des défenses d’ailleurs sérieusement renforcées par des retranchements creusés en toute hâte en l’espace de quelques semaines. Le 7 au matin pourtant, après avoir envoyé un ketch à bombes faire diversion à Cherbourg, Howe lançait l’opération de débarquement une dizaine de kilomètres à l’ouest de la ville, près d’Urville.

  • 43 Les références concernant l’opération contre Cherbourg semblent plus nombreuses que celles sur Roc (...)
  • 44 L’ensemble de l’historiographie, française notamment, insiste sur le caractère inapproprié de la r (...)
  • 45 Instructions du 17 juillet 1758, publiées dans A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh, [L (...)
  • 46 Ainsi, le lieutenant-colonel Clerk, chef d’état-major de Bligh, lui reproche-t-il de ne pas suffis (...)

21Nous n’étudierons pas ici, par le menu, le déroulement de cette descente43. Retenons-en les grandes phases. Appuyée par le feu de l’artillerie navale, la première vague put prendre pied sur le rivage sans trop de difficultés, d’autant que les hésitations du comte de Redmont, en charge de la défense du secteur de Cherbourg, retardaient la contre-attaque qui aurait pu la rejeter à la mer44. Abandonnant le terrain non sans quelques pertes, les troupes françaises gagnèrent alors Cherbourg. Dès le 8 cependant, sur ordre de Redmont, elles se repliaient plus au sud après avoir fait enclouer les canons des différents forts qui auraient dû défendre la ville : en choisissant une option tactique assez largement différente de celle mise en œuvre par La Châtre à Saint-Malo en juin, le général français offrait aux Britanniques la possibilité d’entrer dans Cherbourg l’après-midi même, au lendemain de leur débarquement. Là, venus pour « détruire le port, le bassin, en même temps que les navires, les provisions navales, ouvrages, batteries, fortifications, arsenaux et magasins » selon les termes mêmes des ordres donnés à Bligh45, c’est ce à quoi ils s’employèrent dans les jours qui suivirent : en une semaine, une douzaine de forts et de positions d’artillerie furent arasés par les sapeurs ou les artilleurs britanniques, des dizaines de canons capturés ou détruits, 33 navires marchands coulés, tous les bois de construction, le chanvre brûlés, les installations portuaires sérieusement endommagées. Le renforcement régulier des troupes françaises massées autour de Valognes, une vingtaine de kilomètres au sud de la ville, confirmé par quelques – molles – reconnaissances menées par les dragons britanniques, conduisit cependant Howe et Bligh à décider de procéder sans tarder au rembarquement du corps expéditionnaire. Dûment préparée, l’opération put avoir lieu les 15 et 16 août, sans la moindre opposition, mettant ainsi un point final à la première descente commandée par Bligh. La réussite était indéniable, malgré les critiques formulées d’ores et déjà par certains à l’égard du commandant en chef46 : la ville de Cherbourg avait été prise, tenue le temps d’y effectuer les destructions que l’on était venu y faire, évacuée enfin en bon ordre avant que les troupes françaises, de plus en plus nombreuses, puissent contre-attaquer et menacer le bon déroulement de ce raid de « diversion ».

  • 47 Instructions du 17 juillet 1758, in A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, op. cit., p. (...)
  • 48 A soldier’s Journal…, op. cit., p. 37.

22Les ordres donnés à Bligh prévoyaient qu’en quittant le littoral normand, l’escadre de Howe cherche « à alarmer les côtes de France » et y mène une « descente en quelque endroit » en attaquant « tout endroit depuis le point le plus oriental de la Normandie jusqu’à Morlaix inclusivement »47. Le mauvais temps ne le permit guère en cette seconde moitié du mois d’août 1758. À l’ancre au large de Portland dès le 19, la flotte doit gagner un mouillage plus sûr au large de Torbay le 22, passant ensuite près d’une semaine en baie de Weymouth, des navires manquant à plusieurs reprises de se drosser en raison de forts vents (carte 18)48. Le 1er septembre enfin, dans un contexte militaire particulièrement favorable à la Grande-Bretagne et à son allié – on avait appris, le 21 août, la chute de Louisbourg, véritable porte d’entrée en Nouvelle-France tandis que Frédéric II remportait une victoire importante sur les Russes à Zorndorf le 25 –, l’escadre appareillait pour une nouvelle descente. Le 2, les navires dépassaient par l’ouest Guernesey et Jersey, apparaissant au large du cap Fréhel le 3 septembre.

Carte 18. – La traversée de la Manche en septembre 1758.

Saint-Malo, objectif d’un second débarquement

  • 49 Les opérations « conjointes » de la Navy ont fait l’objet d’une importante production historique c (...)

23Débarquer sur les rivages du territoire de l’ennemi est sans doute, au XVIIIe siècle, l’une des opérations les plus complexes qu’un militaire puisse avoir à planifier et, plus encore, à réaliser. Des renseignements souvent parcellaires, les difficultés inhérentes à la marine à voile, les manœuvres des défenseurs : tout semble jouer, a priori, contre l’attaquant49.

  • 50 Recueil de 1858, p. 108.
  • 51 Ibid., p. 145-146.
  • 52 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais à Saint-Briac et leur défaite à Saint-Cast l’an 1758, S (...)

24La concision des récits des témoins français sur la journée du 4 septembre 1758 ne permet guère d’en rendre pleinement compte. Tous signalent que, tôt le matin, la flotte, quittant son mouillage des parages de Cézembre, fit voile en direction de Saint-Briac, trois ou cinq frégates venant s’embosser face à l’anse de la Fosse, entre la pointe du Décollé et la Garde-Guérin. Après avoir mis à l’eau « un grand nombre de chaloupes qu’ils chargèrent de troupes » ainsi que l’indique Rioust50, ces embarcations, décrites comme des « bateaux plats » par un frère capucin alors présent à Saint-Malo, se seraient avancées « par ordre51 » : « rien de plus beau à voir ! » poursuit d’ailleurs le religieux, tout en s’excusant de son enthousiasme car « c’étoit l’ennemi, et il n’en falloit pas davantage pour dégoûter ». Alors que les chaloupes approchaient de la plage, « les frégates embossées » auraient, selon dom Nicolas Jamin, tiré « chacune leur bordée à terre pour couvrir leur débarquement52 ».

  • 53 À titre d’exemple, alors qu’ils consacrent respectivement trois et deux pages à la description des (...)
  • 54 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 87. Notons, qu’en 1694 déjà, des renseignements (...)
  • 55 Buchet, Christian, Marine, économie et société. Un exemple d’interaction : l’avitaillement de la R (...)
  • 56 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 87. « Pays » du steward de son navire de transpo (...)
  • 57 C’est ce qu’avance notamment Rioust des Villes-Audrains dans son « Journal des descentes des Angla (...)
  • 58 . A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, op. cit., p. 7.

25La facilité avec laquelle semblent s’enchaîner les différentes phases de l’opération, à en croire nos témoins, dissimule en fait de minutieuses procédures, désormais largement éprouvées après avoir été validées avec succès à Cancale en juin puis à Cherbourg en août. Aussi ne méritent-elles souvent que d’assez laconiques commentaires de la part des Britanniques ayant participé à ces opérations – désormais presque banales – qu’ils répètent pour la troisième fois en quelques semaines53. Dès le 3 septembre dans la journée, alors que la flotte arrivait en vue du cap Fréhel, le signal avait été donné de se tenir prêt pour un débarquement. À bord de leurs transports, les troupes avaient alors dû procéder aux ultimes préparatifs : « toutes nos munitions ont été vérifiées de la manière la plus stricte par un officier d’une compagnie » précise notamment le caporal Todd, chaque homme percevant « 36 cartouches de poudre et des balles avec deux bonnes pierres à fusil », de quoi faire face à la première phase de l’opération, en attendant des compléments ultérieurs54. Il en va de même pour les vivres : chaque homme reçoit « 3 livres de biscuit et 1 livre ½ de fromage », sans doute de ce fromage du Suffolk qu’en cet été 1758 le Victualling Board abandonne cependant largement au profit de ceux du Gloucestershire, du Warwickshire ou du Cheshire, supposés mieux se conserver55 ; au total, l’équivalent de trois jours de ration, ni plus ni moins que ce qui avait été distribué début juin avant le débarquement à Cancale56. Dans le même temps sans doute, les flat-bottomed boats avaient été hissés hors des transports, prêts à recevoir la demi-compagnie que chacun d’entre eux devrait conduire à terre, accréditant, auprès de certains témoins, français ou britanniques, la thèse d’un débarquement à proximité directe de Saint-Cast voire de Fort la Latte57. Un conseil de guerre réuni par le commodore Howe à bord de l’Essex, sans doute dans l’après-midi, remit cependant l’opération. Témoignant de l’importance de ces briefings d’état-major, réunissant officiers de la Navy et de l’Army aux rapports bien moins tendus qu’un an auparavant à Rochefort, cette réunion décida probablement pour une part du premier objectif de cette descente : les 300 caboteurs qu’aurait abrité, suivant des renseignements « auxquels le commodore Howe accordait la plus grande confiance » selon le général Bligh lui-même, le petit port de Saint-Briac58. Ainsi peut-on comprendre les mouvements vers l’est de la flotte britannique le 3 dans l’après-midi, et le report au lendemain matin du débarquement proprement dit.

  • 59 Sur l’attente de ces troupes de la seconde vague sur le pont des navires, voir A soldier’s Journal (...)
  • 60 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 8 et 48.
  • 61 A soldier’s Journal…, op. cit., p. 13-14.
  • 62 Ibid., p. 37.
  • 63 A soldier’s Journal…, op. cit., p. 13-14 et Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 43. (...)

26« Nous nous sommes tous couchés avec nos vêtements afin d’être prêts quand nous serions appelés » écrit le caporal Todd au sujet de cette dernière nuit à bord des navires. Dès 7 h en effet, plus tôt peut-être, les soldats prenaient place dans les flat-bottomed boats où ils attendirent des heures durant, ballottés par les flots, à la merci des embruns, malades sans doute pour certains d’entre eux : encore ne souffraient-ils pas des brûlures du soleil, à l’instar des fantassins de la seconde vague qui, au matin du 6 juin 1758, avaient dû prendre leur mal en patience le temps que l’ensemble des unités les précédant ait mis pied à terre59. En ce matin du 4 septembre 1758, la perspective du débarquement fut d’ailleurs sans doute vécue comme une sorte de « libération » par des soldats qui venaient de passer près de trois semaines sur les transports. La vie sur ces navires est perçue comme particulièrement pénible par plusieurs des témoins, y compris en juin alors que leur séjour à bord ne dure que quelques jours. C’est le cas notamment d’un officier volontaire, issu des couches les plus aisées de la société britannique, peu habitué sans doute à de telles conditions : décrivant l’« affreuse situation » de navires de transports « horriblement bondés », il va jusqu’à estimer non sans quelque exagération que « la pire des prisons d’Angleterre est un palais en comparaison de cela60 ». Mais de simples soldats, plus habitués à cette vie des plus « spartiates », livrent des descriptions très semblables. Sur le Constant Jean, l’un des transports du 68th Regiment of Foot, sont entassés « quatre cents soldats, sans compter les officiers, sergents, tambours et femmes ; avec les marins appartenant à l’équipage, il y avait cinq cents âmes à bord, de ce fait entassés » précise une recrue anonyme du régiment. Aussi, « afin d’y remédier autant que possible, une moitié reçut l’ordre de rester sur le pont pendant un temps, et l’autre moitié à un autre moment, c’est pourquoi nous changions alternativement61 ». Le bruit continuel, la promiscuité des berths, ces couchettes que se partagent les soldats, la difficulté à trouver sa place sur un navire où l’on gêne rapidement les marins à la manœuvre sont les principaux éléments ressortant des témoignages des soldats. « Il n’y avait aucune occasion de paix et de repos, à moins d’aller en tête de mat » note par exemple le soldat anonyme du 68th Regiment of Foot. Et le rythme soutenu auquel se succèdent les opérations au cours de l’été 1758 n’a rien arrangé à l’affaire : l’habituel cortège de maladies chroniques frappant les armées en campagne – et plus encore les équipages des navires après plusieurs semaines en mer – commence à se développer au sein des différentes unités, tant en raison des variations de températures que des fatigues endurées lors des différentes phases d’action, notamment lors des travaux de destruction à Cherbourg62. « Nous étions recouverts de vermine, sans aucun remède » indique notre recrue du 68th Foot. Lorsque le mauvais temps s’en mêle, la situation devient vite intenable : avant même que le vent fraîchisse vraiment, « la plupart d’entre nous étaient malades » écrit le même témoin. Aussi, lorsque la tempête se lève – comme courant août, puis début septembre, empêchant les soldats de sortir sur le pont –, « les courtines [deviennent] presque irrespirables63 ».

  • 64 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 41 et Molyneux, Thomas More,(...)
  • 65 Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions…, op. cit., p. 233 est le seul à rapporter ce fait. Il (...)
  • 66 Barrow, John, sir, Life of Earl Howe, Admiral of the Fleet and General of Marines, Londres, John M (...)

27La météo se montrait en effet bien peu clémente en ce 4 septembre 1758. « Le vent soufflant frais », accompagné de pluie même selon le capitaine Thomas More Molyneux64, le débarquement avait à nouveau été retardé, à moins que la raison véritable de ce report ait été la nécessité de reconnaître la plage choisie pour l’opération. Ces reconnaissances, même sommaires, sont en effet particulièrement importantes alors que manquent souvent cruellement des renseignements fiables et récents sur la configuration précise du terrain – les plages n’intéressent guère les marins en temps normal –, sur le dispositif de l’ennemi, l’importance des forces qu’il a pu concentrer à proximité directe du point choisi pour débarquer. Comme il l’avait fait à Cancale en juin, Howe quitta l’Essex pour le bord d’une simple frégate qui lui permit de se rapprocher bien plus près de la côte65. Le commodore semble en effet avoir éprouvé un réel intérêt pour ces opérations d’un type particulier que sont les débarquements, au point de s’y impliquer très directement66. La répartition très stricte des rôles entre l’Army et de la Navy au cours de ces opérations conjointes, revue après les errements de Rochefort, l’explique pour une part. L’existence de deux chaînes de commandement compliquant singulièrement la coordination des deux armées, il avait été décidé que le choix du lieu de débarquement se ferait désormais en concertation entre officiers de la Marine et de l’Armée et que le commandement reviendrait de plein droit à la Navy, jusqu’à ce que les troupes aient débarqué : c’est lorsque les soldats quittaient les navires et mettaient pied à terre que le commandement revenait à l’Army. Les éventuels problèmes ne se limitaient pas à cela d’ailleurs : au sein même de la Navy, la question du commandement de l’opération de débarquement proprement dite se pose elle aussi. Ainsi, à Rochefort, un officier avait été délégué par l’amiral Hawke pour remplir ces fonctions ; en l’occurrence, il s’agissait de Howe en personne, qui fit alors preuve d’une grande initiative : sans doute n’est-ce pas un hasard si on lui a confié, en mai 1758, le commandement de toute l’escadre devant effectuer de nouvelles descentes sur les côtes de France. Malgré ces nouvelles responsabilités, il n’en délaisse pas pour autant le commandement de la phase de mise à terre des troupes : c’est lui qui conduit en personne ces opérations à Saint-Lunaire, comme il l’avait fait en juin à Cancale ou en août à Cherbourg.

  • 67 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 227-229.
  • 68 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 9. Notons qu’à Cancale, les grenadiers du régiment (...)
  • 69 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 10.
  • 70 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 41. L’opuscule d’un volontai (...)

28Ce débarquement n’a lieu que vers 14 h. Malgré l’état de la mer, il semble respecter l’ordre bien précis défini par le commodore en juin dans des Instructions respecting the Disposition of the Flat-boats on the Disembarkation of the Troops67. Gagnant les parages de l’Essex, les flat-bottomed boats adoptent un dispositif en ligne, avant de prendre, lorsque le signal leur en est donné, la direction de la côte pour y débarquer les hommes. Cette mise à terre respecte quelques règles d’un apparent bon sens, notamment l’organisation des troupes en différents échelons, faute de pouvoir les faire toutes débarquer en même temps. Ce sont logiquement, les unités les plus aguerries, les plus sûres aussi, qui ont été désignées pour conduire l’assaut, une demi-compagnie par chaloupe. Ainsi, guards et grenadiers constituent la première vague à Saint-Lunaire, comme c’était déjà le cas à Cancale en juin ou Cherbourg en août. La chose nécessite éventuellement de constituer des unités de circonstances, comme le précise l’auteur de A Genuine and Particular Account décrivant le dispositif adopté en juin 1758. Les différents régiments de guards ne posent guère de problèmes particuliers : unités organiques, ils le restent ; les grenadiers de ces régiments restent eux aussi en leur sein ; en revanche, les compagnies de grenadiers des autres régiments – des troupes d’élites – sont réunies pour l’occasion au sein de deux bataillons commandés chacun par un lieutenant-colonel68. Sont adjoints à cette première vague quelques pièces d’artillerie, deux canons légers de 6 livres semble-t-il, bien moins qu’en juin en tout cas puisque 10 pièces de même calibre avaient été débarquées sur la plage de Cancale « avec autant de munitions qu’il est possible de transporter avec chaque69 » ; encore les témoignages se contredisent-ils sur ce point, certains affirmant que ces deux canons n’auraient été débarqués que le 5 septembre, en raison de l’état de la mer70.

  • 71 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 42 et An Impartial Narrative (...)

29Une fois ces premières troupes déployées à terre, l’opération est renouvelée tant que les conditions météorologiques ou de luminosité le permettent : les flat-bottomed boats regagnent alors le large et les transports où les attend la seconde vague. Celle-ci, constituée par les autres unités d’infanterie, les simples regiments of Foot, qui viennent faire masse en quelque sorte, ne débarque pour l’essentiel que le lendemain 5 septembre, renforcée de quelques éléments de cavalerie légère, en nombre restreint d’ailleurs : « 36 light-horse » – des dragons –, cinquante disent d’autres sources, bien moins qu’en juin quoi qu’il en soit71.

  • 72 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 88. Racontant le débarquement de Cancale, le ca (...)
  • 73 SHD/DAT, 1 M 1088, no 63, « Mémoire et description de la coste du nord de la Bretagne depuis Ponto (...)
  • 74 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 2.
  • 75 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 41. Le 5 juin à Cancale, nou (...)

30Le débarquement se fit sur une « grande plage recouverte de sable fin », prend soin de noter le caporal Todd, sensible à ces détails pittoresques72. Une plage difficile à identifier avec certitude d’ailleurs : si les auteurs s’accordent en général pour la situer entre la Garde Guérin et la Pointe du Décollé, en Saint-Lunaire donc, l’ingénieur Mazin, dans un mémoire de 1762, la dit plus à l’est encore, aux confins de cette paroisse et de celle de Saint-Énogat, au niveau de la Fosse aux Veaux73. Qu’importe à vrai dire : l’essentiel est que ce débarquement se fit surtout « without the least opposition », sans la moindre opposition confirment la plupart des sources74. Tout juste certains témoins britanniques concèdent-ils une maigre résistance, totalement inefficace : ainsi, si « l’ennemi tira trois boulets et quelques coups de mitraille depuis une batterie de 4 canons », ce fut cependant sans atteindre les troupes de Bligh qui parvinrent à prendre pied sur la plage sans difficulté et à détruire la position française quelques instants plus tard75. Il est vrai que les guards et grenadiers bénéficient de l’appui de l’artillerie navale.

  • 76 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 93.
  • 77 Sur ce point, Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 225-227. À Ro (...)

31Le rôle des vaisseaux de la Navy dans la protection des barges alors qu’elles gagnent la côte tout d’abord, aux troupes lorsqu’elles prennent pied ensuite est en effet tout à fait essentiel. Il revient aux « sloops et aux ketches [d’approcher] du rivage pour appuyer le débarquement » se rappelle un témoin76. Plusieurs de ces navires viennent s’embosser à proximité de la côte afin d’appuyer de leurs feux les opérations de débarquement, malgré une opposition encore plus limitée qu’à Cancale en juin. Là en effet, Howe, pris sous le feu d’une batterie garde-côte lors de sa reconnaissance de la plage de débarquement en fin de matinée du 5 juin, était revenu quelques heures plus tard pour la faire bombarder par plusieurs frégates dont le Success à bord duquel il était monté77. De semblables précautions sont donc prises à Saint-Lunaire le 4 septembre, se révélant très vite assez largement inutiles au regard de la faiblesse des réactions françaises. Nous l’avons dit : les batteries garde-côtes disposées le long de la côte sont peu nombreuses, pas toujours bien servies, n’alignent surtout que quelques pièces sans rapports avec celles des frégates et des vaisseaux, cibles mobiles, qui viennent les bombarder. Seules trois pièces sont à proximité directe de la plage choisie pour le débarquement à Saint-Lunaire, tandis que l’on n’en compte que 12 sur la vingtaine de kilomètres séparant la Pointe du Décollé de celle de Saint-Cast (carte 19), parmi lesquelles quatre uniquement d’un calibre égal ou supérieur à 12 livres. Les quatre sloops qui approchent de la côte sous les ordres de Howe pour les réduire au silence en alignent 70, permettant de tirer 35 boulets par bordée, sans compter l’appui potentiel que pourraient leur apporter les bomb-ketches ou les frégates et vaisseaux en cas de besoin. De ce point de vue, le témoignage du recteur de Saint-Denoual est des plus saisissants :

  • 78 Recueil de 1858, p. 172.

« Avant la venue des Anglois, nous nous imaginions que le canon des forts étoit capable d’arrêter une flotte pendant quelque temps ; mais nous fûmes désabusés quand nous vîmes, à Cancale et à St-Briac, et ailleurs, deux seules frégates culbuter les forts et les réduire en poudre presque dans un instant78. »

  • 79 Voir infra, chapitre viii.
  • 80 Dans le cas présent, la flotte de Brest ne bouge ni en juin, ni en août, ni en septembre 1758, san (...)

32Au-delà, l’ecclésiastique traduit bien la grande difficulté qu’il y a, pour les défenseurs, à faire face à des opérations de ce type : rares sont les débarquements qui échouent au cours de ce vaste XVIIIe siècle. C’est le cas à Camaret en 1694 en raison de la concentration fortuite de troupes au bon moment, au bon endroit, ou à Rochefort en 1757, en raison de l’indécision britannique cette fois ; ce sera le cas à Belle-Île le 8 avril 176179. La trop grande dispersion des troupes à terre, la faible efficience des miliciens pour mener une contre-attaque digne de ce nom dans les premiers instants, les limites intrinsèques d’une artillerie côtière par définition statique, les difficultés à organiser une défense en mer en raison des faiblesses de la marine française80, le fait enfin que l’initiative revienne ici à l’attaquant plus qu’au défenseur l’expliquent largement, justifiant la tactique française mise en œuvre par le duc d’Aiguillon consistant à contenir mollement les troupes britanniques en attendant la concentration de forces suffisantes – car supérieures en nombre – pour repousser l’ennemi.

Carte 19. – Les batterires des gardes-côtes à proximité de Saint-Lunaire/Saint-Cast.

  • 81 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 2.
  • 82 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 41. Les log books britanniqu (...)
  • 83 L’événement est décrit par Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 4 (...)
  • 84 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 43.
  • 85 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 14.
  • 86 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 16 et A soldier’s Journal…, op. cit., p. 22.
  • 87 Encore certains témoignages minorent-ils ces pertes. Ainsi, Thomas, Walter, A Journal containing e (...)

33Au final donc, un débarquement « without the least opposition, but not without some loss » écrit un témoin britannique81. Car, paradoxalement, le principal ennemi des Britanniques fut sans doute la météo. Le vent et « une mer agitée » face à « une côte rocheuse » avaient, nous l’avons vu, retardé l’opération jusqu’à l’après-midi du 4 septembre82. Et ce sont ces conditions météorologiques défavorables qui causent les seules pertes du débarquement proprement dit : huit hommes du régiment de Bentick – le 5th Regiment of Foot –, jetés à la mer lors de la collision d’une frégate, sans doute le Brilliant, avec leur barge, les armes de toute une compagnie ayant par ailleurs été perdues au cours de cet accident83. Ces « fortunes de mer » font cependant intrinsèquement partie de ces opérations. Ainsi deux jours plus tard, le 6 septembre, « un transport appartenant au 1er Régiment [des Guards], et un autre navire reçurent quelques dommages en heurtant les rochers » selon Walter Thomas84. Et encore les dégâts restèrent-ils finalement limités au regard de ceux enregistrés en juin. Un coup de vent pendant la nuit du 2 au 3 juin avait tout d’abord causé le démâtage partiel d’un des transports. En temps normal, le navire aurait dû gagner le port anglais le plus proche ; l’importance de sa cargaison pour l’expédition avait cependant conduit Howe à prendre la décision de le faire remorquer par une frégate jusqu’en baie de Cancale85. Quelques heures plus tard, approchant trop près des côtes de l’île de Sercq, un autre transport était quant à lui venu s’échouer sur des récifs : si le navire, considéré comme perdu, avait été abandonné, l’ensemble des troupes qu’il transportait avait été transféré sur d’autres bâtiments, permettant la poursuite de l’opération86. Des navires drossés à la côte, des barges renversées par un sloop, mais guère de résistance française : ceci explique largement qu’au soir du 4 septembre, les forces de Bligh, solidement implantées entre Saint-Lunaire et Saint-Briac, au sud de la Garde-Guérin notamment, ne comptent que des pertes très limitées pour une opération de cette ampleur : moins d’une dizaine d’hommes sans doute, à peine plus qu’en juin à Cancale, où semble-t-il trois marins seulement avaient trouvé la mort87.

  • 88 Instructions du 17 juillet 1758, in A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, op. cit., p. (...)
  • 89 Selon Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 132, le cabinet britanniqu (...)
  • 90 A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, op. cit., p. 6.

34Reste une dernière question pourtant : pourquoi Saint-Malo ? Pourquoi à nouveau Saint-Malo surtout ? Nous l’avons dit, les instructions secrètes signées du roi George II données à Bligh le 17 juillet 1758 stipulaient qu’après Cherbourg, l’escadre devait lancer de nouveaux raids de diversion, laissant cependant l’initiative du choix de la cible à Howe et Bligh : l’attaque devait cependant être menée contre « tout endroit depuis le point le plus oriental de la Normandie jusqu’à Morlaix inclusivement88 ». Lors de leur séjour forcé sur les côtes du sud de l’Angleterre dans la seconde quinzaine d’août, les deux chefs militaires n’avaient guère reçu d’ordres plus précis, l’attention de l’administration se focalisant sur les questions de ravitaillement alors que Pitt n’avait à l’esprit que la planification de nouvelles opérations aux Antilles d’une part, en Afrique d’autre part, contre Gorée notamment89. Le choix revint donc en dernière instance au général et au commodore. Une nouvelle attaque en Normandie ne se justifiait sans doute pas : la rapide croisière effectuée courant juin, après Cancale, avait montré le faible intérêt d’une opération contre Caen ; surtout, l’armée tardivement réunie mi-août autour de Valognes par les Français pour reprendre Cherbourg pouvait gagner la capitale provinciale en quelques jours de marche à peine et rejoindre Granville plus rapidement encore. Ici enfin, les maigres renseignements glanés laissaient entendre que les autorités locales avaient fait considérablement renforcer la défense du port, en coulant des navires en son entrée, établissant de nouvelles redoutes aussi. Un raid contre Morlaix fut sans doute envisagé : comme l’indique cependant un opuscule visant à défendre Bligh après coup, il aurait été prévenu de la présence « d’une force considérable stationnée à Brest », exposant toute descente entre Léon et Trégor à être « submergée par le nombre90 ». Ceci réduisait d’autant le nombre des cibles potentielles. Saint-Brieuc et les ports des environs ne présentaient qu’un faible intérêt militaire ou commercial, au contraire du pays malouin.

  • 91 Dans les faits, la chose est bien différente, comme le laisse entendre la rédaction d’un « Mémoire (...)
  • 92 Il semble que ces renseignements soient dus à un certain Thierry, huguenot réfugié outre-Manche, e (...)
  • 93 Le sous-titre de Henry, René, Saint-Malo et l’Angleterre. Un pays contre une ville, Saint-Malo, Cr (...)
  • 94 Villiers, Patrick, Marine royale, corsaires et trafic dans l’Atlantique de Louis XIV à Louis XVI, (...)

35Le premier argument en faveur d’une nouvelle descente ici tenait à la faible probabilité, aux yeux de Bligh et de Howe, que les Français s’attendent à cette seconde attaque quelques semaines seulement après celle de juin91. Cela impliquait cependant de délaisser l’idée d’une approche par l’est, depuis Cancale, pour tenter cette fois de s’emparer de Saint-Malo en venant de l’ouest : la facilité avec laquelle les troupes britanniques débarquèrent semble, après coup, donner au moins partiellement raison aux deux officiers. Le second avantage d’un tel plan tenait à la présence, en temps de paix, nous l’avons dit, de quelque 300 caboteurs – ou bateaux de pêche, selon les sources – dans le port de Saint-Briac et l’embouchure du Frémur92 : dans le cadre d’un conflit marqué par des rivalités de nature mercantiliste, la destruction potentielle de ces navires avait de quoi faciliter la prise de décision, plus encore si on les comparait aux 120 bâtiments brûlés en juin à Saint-Malo et à la trentaine coulée ou saisie en août à Cherbourg. Faut-il y voir pour autant une animosité particulière, une haine à l’égard de la cité malouine et de son activité corsaire comme l’on a tenté de le laisser accroire depuis 250 ans93 ? Rien n’est moins sûr, contrairement à l’image « romantique » que certains voudraient encore accréditer, d’autant que, on le voit, c’est initialement moins Saint-Malo que Saint-Briac qui fut visé ; quant aux corsaires, mentionnés explicitement dans les instructions du 17 juillet 1758, rappelons qu’ils n’étaient dans ces ordres que cherbourgeois et non malouins et que, par ailleurs, pendant la guerre de Sept Ans, Saint-Malo ne tint que la troisième place parmi les ports français par le nombre de ses armements en course (69), loin derrière Bayonne (128) et Dunkerque (110), talonné par Bordeaux (54), des ports qui ne furent jamais attaqués au cours de ce conflit94.

  • 95 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 5. Loin des 150 à 300 caboteurs escomptés, les soldats brita (...)
  • 96 De ce point de vue, la difficulté des Britanniques à trouver la route de Lorient en 1746 est des p (...)
  • 97 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 92-93 et A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, (...)
  • 98 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 4-5.

36Une fois débarqués, il convenait cependant aux hommes de Bligh de trouver le moyen de prendre Saint-Malo et de ne pas se contenter de ravager le port de Saint-Briac, affaire rondement menée dès l’après-midi du 4 septembre par l’envoi d’un détachement de 300 grenadiers sous les ordres de Sir William Boothby, baronet95. Notons tout d’abord qu’entre Saint-Lunaire et la Rance, aucune défense ne peut entraver la marche des Britanniques : il leur suffit donc de parcourir une demi-douzaine de kilomètres pour se trouver en vue de Saint-Malo. Le lieu de débarquement s’avère ainsi judicieux, alliant sûreté et proximité avec l’objectif : n’en était-il pas allé ainsi lorsque Howe avait, un mois plus tôt, choisi Urville, une plage située à une dizaine de kilomètres de Cherbourg ? Restait cependant, ici, à franchir la Rance. L’on a souvent glosé, parfois dès 1758, sur la naïveté et l’incompétence – réelle ou supposée – de Bligh, qui n’aurait pas tenu compte de la présence du fleuve. Si le général ne fut sans doute pas un grand stratège, le fait qu’il ait fallu traverser l’embouchure de la Rance pour atteindre Saint-Malo ne lui avait bien évidemment pas échappé, même si son état-major ne disposait, comme dans la plupart des opérations de ce genre, que d’informations incomplètes96. Il semble probable, à la vue de différents documents, que Bligh espérait procéder à ce franchissement au niveau de Dinard grâce à la protection de la flotte, les soldats utilisant les flat-bottomed boats ayant déjà servi à leur débarquement. Ils devaient s’établir alors à Saint-Servan, d’où ils auraient pu bombarder Saint-Malo mais aussi, selon une source au moins, couper le ravitaillement en eau de la ville, hâtant ainsi sa potentielle reddition97. Ensuite, il s’agissait de réussir là où Marlborough avait échoué, par une attaque et une escalade nocturnes des remparts. En fin de compte, l’entreprise n’apparaît guère plus sensée – et réalisable – que celle du mois de juin. Aussi, à la suite de l’échec de l’opération, les critiques ne manquent-elles pas, jugeant le lieu de la descente mal choisi et l’entreprise vouée à une inéluctable faillite98.

  • 99 Lettre du général Bligh à William Pitt du 11 septembre 1758, après la bataille de Saint-Cast, cité (...)
  • 100 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 92-93.
  • 101 Ibid., p. 93. Selon Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 75, la participation d (...)
  • 102 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 4-5.

37Bligh espère-t-il vraiment s’emparer de Saint-Malo ? Après les événements, lorsqu’il devra se justifier, il répondra clairement par l’affirmative99. D’ailleurs, dès le 5 septembre, au lendemain des premiers débarquements, une première patrouille conduite par « un capitaine, trois subalternes et 100 hommes » de la 3e brigade est envoyée en direction « de Saint-Dinare100 ». Le jour même, ou le 6 peut-être, le prince Edward, frère du futur George III, déjà présent lors du raid contre Cherbourg, participe en personne à une autre de ces reconnaissances avec Howe, « si proche de la ville [de Saint-Malo] qu’il exposa sa personne à un tir en venant », « un balle égratignant en ricochant […] un sergent placé devant lui101 ». Seulement, la traversée de la Rance sur des bateaux à fond plat nécessite l’appui de la flotte, qui doit contrer sinon annihiler le feu français, des forts extérieurs comme de la ville. Une seule reconnaissance suffit à Howe pour se convaincre de l’utopie du projet : sans même parler des conditions météo qui ne permettent guère de faire entrer en Rance les flat-bottomed boats, « le commodore, après avoir examiné les forts de plus près, trouva l’entreprise trop hasardeuse pour sa flotte, et par conséquent refusa avec sagesse d’attaquer ; à partir de ce moment, on abandonna tout dessein contre Saint-Malo102 ». Le volontaire Walter Thomas est impressionné par les défenses de la ville :

  • 103 Thomas, Walter, A Journal containing every transaction…, op. cit., p. 42.

« Cela nous affligea beaucoup de ne pouvoir nous emparer de la citadelle : elle est d’une force parfaite, environnée par la mer, ceinte de hauts remparts, avec des batteries de chaque côté, au nombre de 200 pièces de canons ; [elle est] également gardée par la nature, à une certaine distance, quelques îlots rocheux qui font saillie dans la mer et sur lesquels sont érigés plusieurs batteries et fortins, de construction uniforme et à l’épreuve des bombes : l’un d’entre eux est entièrement taillé sur un solide rocher103. »

38Tous les officiers se convainquent d’ailleurs du caractère inexpugnable de la place. L’un d’entre eux résume l’importance des obstacles en un long, mais significatif paragraphe :

  • 104 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 93-94.

« Toute personne sensée, au fait de la situation et de l’état de Saint-Malo, pensait qu’elle était à l’abri de toute insulte, que ce soit de notre force terrestre ou de notre flotte. L’embouchure de la rivière qui forme le bassin de Saint-Malo à Saint-Servan s’étend sur plus de deux miles de largeur, dans sa partie la plus étroite, de telle sorte qu’il est hors de portée de notre artillerie, et les forts qui en défendent l’entrée étaient trop puissants et nombreux pour que nos navires les attaquent, compte tenu de la navigation difficile dans la passe, à travers laquelle aucun de nos pilotes n’aurait voulu entreprendre de nous conduire. Le passage est défendu par plusieurs batteries, se montant à environ 50 pièces de gros canon ; et 40 pièces, la plupart de 48 livres, sont situées du côté ouest de la ville. Il y avait, mouillés dans le bassin, sept frégates ou vaisseaux armés, dont ils auraient pu faire tonner les canons contre toute batterie que nous aurions pu établir sur le rivage, à l’ouest vers Dinard, ou vers tout navire qui serait entré par le passage habituel104. »

  • 105 Ibid., p. 94.
  • 106 Sur ce point, voir par exemple A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, op. cit, p. 10-11 (...)

39Non seulement les forts avancés sont imprenables et l’artillerie française particulièrement puissante mais, en outre, la frégate La Renoncule et six autres vaisseaux patrouillent à l’embouchure de la Rance. Aussi le conseil de guerre qui suit entérine-t-il l’abandon de l’audacieux projet105. Quelques officiers, toutefois, proposent une autre solution : franchir la Rance à Dinan puis se porter sur Saint-Malo106. Cela impliquerait plusieurs jours de marche – trois au moins, peut-être quatre – en pays inconnu ; cela supposerait aussi de transporter l’artillerie indispensable au futur siège sur une cinquantaine de kilomètres, par des chemins dont l’expérience du mois de juin a montré la mauvaise qualité globale. Surtout, une armée britannique serait, à Dinan, très – trop – éloignée de sa flotte, à près de 30 kilomètres de la mer, et en cela particulièrement exposée. Or, le principe même des opérations combinées exige que le lien soit maintenu, pour des raisons de ravitaillement mais aussi et surtout afin de garantir un prompt rembarquement en cas de menace trop pressante de l’ennemi : l’une des hantises de ces corps expéditionnaires britanniques est de se trouver coupés de leur flotte, ce qui justifie d’ailleurs parfois des replis précipités, comme à Lorient en 1746, alors même que la ville s’apprête à se rendre. Le général Bligh se résout donc, le 7 septembre, à oublier Saint-Malo et à envisager ce rembarquement.

40Une opération de débarquement réussie, avec la mise à terre de 7 000 à 8 000 hommes sans doute, des pertes limitées, mais seuls quelques petits navires brûlés : le bilan de cette troisième descente au soir de son troisième jour est, pour le moins, en demi-teinte du point de vue des Britanniques. D’autant que l’objectif essentiel, la prise de Saint-Malo, a dû être abandonné, inextinguible en raison de conditions météorologiques incompatibles avec la mise en œuvre des opérations envisagées, inextinguible surtout sans doute en raison de l’importance des défenses de la cité. Reste donc désormais au corps expéditionnaire du général Bligh à regagner ses navires de transport en tentant d’éviter, comme à Cancale en juin et à Cherbourg en août, toute confrontation majeure avec un ennemi que l’on sait œuvrer à la concentration de ses troupes.

Notes

1 Le maintien à bord des équipages et des troupes entre deux opérations s’explique pour une part par la volonté des autorités britanniques de limiter les risques de désertion. Celle-ci s’avère parfois massive, de l’ordre de 40 000 hommes pour la seule Navy au cours de la guerre de Sept Ans. Sur ces questions, Gradish, Stephen F., The Manning of the British Navy During the Seven Years’ War, London, Royal Historical Society, 1980, p. 111-120.

2 Journal of the Campaign on the Coast of France, 1758, Londres, J. Townsend, 1758, p. 92.

3 Todd, Corporal William, The Journal of Corporal Todd, 1745-1762, Stroud, Sutton, 2001, p. 38-42.

4 A Soldier’s Journal containing a particular Description of the several Descents on the Coast of France last War…, Londres, Dilly, 1770, p. 2-3.

5 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction of Consequence of the Guards as well as of the Rest of His Majesty’s Troops in the Late Expeditions on the Coast of France…, [Londres], George Downing, 1758, p. 1-2.

6 A soldier’s Journal…, op. cit., p. 3-13.

7 Ibid., p. 13.

8 Il s’agit ici de navires de commerce d’une taille respectable, la plupart de ces navires jaugeant moins de 200 tonneaux. Chacun des régiments, comptant 575 à 800 hommes, s’embarque alors sur deux ou trois transports, la plupart de 200 à 400 tonneaux (Journal of the Campaign…, op. cit., p. 9-11). Cette question du transport est essentielle, ainsi que l’illustrent les discussions au sein du commandement britannique dans l’océan Indien au moment de l’opération contre Manille en 1762. Le Vice-admiral Cornish, commandant le East-Indies Squadron, insiste notamment sur les inconvénients résultant du transport des soldats sur des vaisseaux de guerre ne pouvant emporter suffisamment de provisions en vivres et en eau. Sur ce point, Tracy, Nicholas, Manila Ransomed. The British Assault on Manila in the Seven Years’War. Exeter Maritime Studies, no 10, Exeter, University of Exeter Press, 1995, p. 21-22.

9 A soldier’s Journal…, op. cit., p. 18. Sur les problèmes posés par la navigation en escadre ou en convoi au XVIIIe siècle, voir Willis, Sam, « Fleet Performance and Capability in the Eighteenth-Century Royal Navy », War in History, 2004-4, 11, p. 373-392.

10 A Genuine and Particular Account of the Late Enterprise on the Coast of France, 1758, by an Officer in a Letter to a Friend, Londres, R. Griffiths, 1758, p. 7 et Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 6-7.

11 Porter, John (Sergeant), « An Account by an Eyewitness of the Expedition against St.-Malo in May and June 1758 », Royal United Service Institution Journal, 1914, 58, janvier/juin, p. 756. Sur l’importance et les difficultés des communications en mer, voir les réflexions plus générales de Willis, Sam, Fighting at Sea in the Eighteenth Century. The Art of Sailing Warfare, Woodbridge, The Boydell Press, 2008, p. 68-82.

12 Les lignes qui suivent doivent beaucoup aux publications de Middleton, Richard, The Bells of Victory. The Pitt-Newcastle Ministry and the Conduct of the Seven Years’War 1757-1762, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, de Sherrard, Owen Aubrey, Lord Chatham: Pitt and the Seven Years’War, Londres, Bodely Head, 1955, de Dziembowski, Edmond, Les Pitt. L’Angleterre face à la France 1708-1806, Paris, Perrin, 2006 et Dziembowski, Edmond, « La place des descentes sur les côtes françaises dans la politique de William Pitt l’Ancien (1757-1758) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 119-131.

13 Discours du 13 novembre 1755, cité par Walpole, Horace, Memoirs of the Reign of King George the Second, New Haven & Londres, Yale University Press, 1985, vol. II, p. 71.

14 Le 26 juin 1757, trois jours avant que la nouvelle de la défaite de Kolin arrive à Londres, le duc de Newcastle écrivait à Hardwicke que « Mr. Pitt doit sérieusement penser aux affaires extérieures d’une manière différente de celle dont il l’a fait jusqu’ici, ou alors le roi de Prusse fera une paix séparée ; et nous perdrons l’électorat cette année, et Dieu sait quoi ensuite » ; cité par Sherrard, Owen Aubrey, Lord Chatham…, op. cit., p. 216.

15 Rappelons qu’à l’été 1757, les forces terrestres britanniques comptent théoriquement 76 000 hommes, mais que la réalité est sans doute plus proche de 70 000 de l’aveu même des chefs militaires, dont la moitié combat déjà outre-mer, notamment en Amérique du Nord. Au même moment, les troupes françaises sont évaluées à plus de 200 000 hommes.

16 Lettre à Holderness en date du 2 juillet 1757, citée par Sherrard, Owen Aubrey, Lord Chatham…, op. cit., p. 216. En fait, cette option semble avoir déjà été avancée par le roi de Prusse un an plus tôt, dans un mémoire de juillet 1756 (Hackmann, William K., British Military Expeditions to the Coast of France, 1757-1761, PhD thesis, University of Michigan, 1969, p. 19) et réitérée à la fin de la même année à en croire une lettre de Mitchell au Secrétaire d’État aux affaires du Nord en date du 9 décembre 1756 (Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 26). Sur les rapports entre la Prusse et la Grande-Bretagne au début de la guerre de Sept Ans, voir Schweizer, Karl W., England, Prussia, and the Seven Years War. Studies in Alliance Policies and Diplomacy, Lewiston, E. Mellen Press, 1989, p. 35-96 et les articles désormais anciens de Holland Rose, J., « Frederick the Great and England, 1756-1763 », English Historical Review,xxix, 1914, p. 79-93 et 257-275.

17 Sur ce raid de la fin de l’été 1757, nous renvoyons au travail de Hackmann, William K., « The British Raid on Rochefort (1757) », Mariner’s Mirror, no 64, 1978, p. 263-275, aux pages concernant son déroulement dans Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 18-74 ainsi qu’aux chapitres qu’y consacre Mackay, Ruddock F., Admiral Hawke, Oxford, Clarendon Press, 1965, p. 155-199. Notons que cette opération ne semble guère avoir suscité l’intérêt des historiens et érudits français. Si l’on y fait régulièrement allusion dans nombre de travaux, Waddington, Richard, La guerre de Sept Ans. Histoire diplomatique et militaire, Paris, Firmin Didot, 1899, tome I, p. 478-479 et 516 ne lui consacre que quelques pages à peine ; il n’y a surtout point ici d’équivalent à la masse des publications portant en Bretagne sur les descentes de juin et septembre 1758. On lira avec profit cependant l’ouvrage déjà ancien de Viaud, Jean-Théodore et Fleury, Élie-Jérôme, Histoire de la ville et du port de Rochefort, Rochefort, H. Fleury, 1845, vol. I, p. 6-14 et l’article de Delavaud, L. et La Morinerie, « Les Anglais à l’île d’Aix en 1757 », Revue de Saintonge et d’Aunis, 1889, p. 115-130.

18 Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 22. Nous ne rentrerons pas ici dans les détails des débats historiographiques concernant la politique étrangère de William Pitt. Deux camps s’opposent pour faire simple : l’historiographie « whig », héritée du XIXe siècle et des travaux de Corbett, Julian Stafford Sir, England in the Seven Years War. A Study in Combined Strategy, Londres, Longmans, 1907 ou de Williams, Basil, The Life of William Pitt, Earl of Chatham, Londres, Longmans, 1913, a eu tendance à faire de Lord Chatham l’unique artisan de la victoire britannique scellée par le traité de Paris en 1763 ; plus récemment, un certain nombre d’historiens – et notamment R. Middleton – sont venus nuancer cette approche, en montrant notamment la construction progressive, au fil des mois et des années, de ce qui deviendra le « système Pitt », l’année 1758 étant d’ailleurs, sans doute, une année de rupture en ce domaine.

19 Sur ce point, nous renvoyons aux analyses de Conway, Stephen, War, State and Society in Mid-Eighteenth-Century Britain and Ireland, Oxford, Oxford University Press, 2006.

20 En ce domaine, on lira avec profit les travaux de Willis, Sam, Fighting at Sea in the Eighteenth Century…, op. cit.

21 Ordres à Mordaunt et à Hawke signés par George II, 5 août 1757, cités par Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 30 et Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 27-28.

22 Cette action marque profondément les esprits. Voir, par exemple, ce qu’en dit le capitaine de dragons Richard Davenport, embarqué à bord du Ramillies ; To Mr. Davenport. Letters of Major Richard Davenport (1719-1760) to his Brother during Service in the 4th Troop of Horse Guards and 10th Dragoons, 1742-1760, Londres, Society for Army Historical Research, 1968, p. 64.

23 Lettre du 29 septembre 1757, citée par Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 57. Selon Clerk, qui retourna à Rochefort au milieu des années 1760 pour y rencontrer des responsables français, une fois la paix revenue, l’opération avait encore toutes les chances de réussir en ce 29 septembre 1757, malgré la semaine passée au large des côtes ; Mackay, Ruddock F., Admiral Hawke…, op. cit., p. 177.

24 Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 41.

25 Lettre du 30 septembre 1757 citée par Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 58.

26 The Proceedings of a General Court-Martial held in the Council Chamber at Whitehall on Wednesday the 14th, and continued by several Adjournments to Tuesday the 20th of December 1757, upon the Trial of Lieutenant-General Sir John Mordaunt, Londres, R. Baldwin, 1758 et The Report of the General Officers Appointed by His Majesty’s Warrant of the First of November, 1757, to Inquire into the Causes of the Failure of the Late Expedition to the Coast of France, Londres, Williamson, 1758. Mordaunt fut finalement acquitté, mais le discrédit fut tel qu’il n’exerça plus aucun commandement opérationnel jusqu’à sa mort en 1780.

27 Sur ce « système », voir Dziembowski, Edmond, Les Pitt…, op. cit., p. 118-122.

28 Ibid., p. 105.

29 Traité du 8 avril 1758, cité par Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 63.

30 Sur ce point, les analyses de James Wolfe sont particulièrement intéressantes : il saura d’ailleurs en tirer profit en concevant l’audacieux plan de débarquement qui allait conduire à la chute de Québec en septembre 1759 ; voir Willson, Beckles, The Life and Letters of James Wolfe, Londres, Heinemann, 1909, p. 339-340 et Wright, Robert, The Life of Major-General James Wolfe, Londres, Chapman and Hall, 1864, p. 396-398.

31 Boscawen, Hugh, « The Origins of the Flat-Bottomed Landing Craft, 1757-58 », Army Museum, 1984, p. 25. Voir aussi les messages retranscrits par Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings on the French Coast, 1758 », in Rodger, N.A.M., The Naval Miscellany, Londres, Publications of the Navy Records Society, 1984, p. 213-216.

32 Sur les caractéristiques de ces barges, voir Boscawen, Hugh, « The Origins of the Flat-Bottomed Landing Craft… », op. cit., et Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions or Expeditions that have been carried on jointly by the Fleet and Army with a Commentary on a Littoral War, Londres, Dodsley, 1759, p. 211. En 1757 déjà, les forces envoyées pour attaquer Louisbourg avaient envisagé d’utiliser deux chaloupes baleinières ; l’année suivante, 50 autres appartenant à la Greenland Fishery seront utilisées au cours des opérations du début de l’été contre cette ville de Nouvelle-France.

33 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 41. Il note par ailleurs que chaque transport en emporte un, chaque vaisseau deux ou trois. L’on imagine la difficulté qu’il y a à faire descendre huit chevaux sur ces chaloupes par temps agité, au large des côtes françaises.

34 Sans doute n’est-ce pas un hasard si le général Jeffrey Amhrest, commandant de l’opération contre Louisbourg en mai-juin 1758, prend soin d’insister dans son Order before Landing at Louisbourg sur la nécessaire « union et bonne inclination mutuelle » de l’Army et de la Navy, condition sine qua non du succès ; Hitsman, J. Mackay, « Order before landing at Louisbourg, 1758 », Military Affairs, 22, 1958, p. 146.

35 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 225.

36 Sur la précision et la diversité des procédures mises en place à cette occasion, nous renvoyons aux ordres et instructions publiées par Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit. et par le Journal of the Campaign…, op. cit., p. 3-18.

37 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 14.

38 Sur ce point, voir supra, chapitre i.

39 Le Journal of the Campaign…, op. cit., p. 72, rédigé par un officier resté anonyme, qualifie de « non extrêmement honorable » ces opérations contre les côtes de France, Sackville parlant quant à lui de « boucanerie ». Les perspectives d’actions en Allemagne n’en sont que plus tentantes pour ces militaires.

40 La carrière de cet officier reste mal connue, au-delà des déboires de l’été 1758. Né en janvier 1685, membre du Parlement pour Athboy, dans le comté de Meath, en Irlande, en 1715, il mène parallèlement une carrière militaire somme toute assez banale pour un officier de son rang. Capitaine en décembre 1717 puis lieutenant-colonel dans un régiment de cavalerie que commande son oncle, il prend en décembre 1740 le commandement du 20th Regiment of Foot comme colonel. Promu brigadier-general en 1745, il commande le 12th Regiment of Dragoons en 1746 puis le 2nd Regiment of Horse en 1747, l’année de sa promotion au rang de major-general. Sur ce personnage, voir Brydges, Egerton Sir, Collin’s Peerage of England. Genealogical, Biographical and Historical, Londres, Rivington, 1812, vol. VII, p. 60-61.

41 Sur les hésitations du cabinet courant juillet 1758, nous renvoyons à Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 118-119. Cherbourg, dont les travaux d’aménagement avaient été lancés par Vauban dans les années 1680 en vue d’en faire un port militaire de premier plan en Manche, n’était pas encore parvenu à s’imposer comme tel, à un moment, il est vrai, où la marine française n’était plus que l’ombre d’elle-même. Il faudra attendra la fin du XVIIIe siècle – et plus encore le XIXe – pour que ce havre prenne toute sa dimension militaire.

42 Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 119.

43 Les références concernant l’opération contre Cherbourg semblent plus nombreuses que celles sur Rochefort côté français. Outre la récente étude de Rihouey, Jean-Pierre, 1758. La dernière occupation de Cherbourg par les Anglais, Tourlaville, Impr. Lecaux, 1994, retenons les travaux plus anciens de Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie au XVIIe et au XVIIIe siècle, Caen, Impr. Goussiaume de Laporte, 1863, vol. I., p. 171-296, de Houivet, Édouard, « L’occupation de Cherbourg par les Anglais en 1758 », Mémoires de la Société nationale Académique de Cherbourg, 1904-1905, p. 105-138, de Quenault, Léopold, Documents inédits sur la prise de Cherbourg par les Anglais et leurs débarquements sur les côtes de Bretagne et de Normandie en 1758, Coutances, impr. de Daireaux, sd, de Quenault, Léopold, Prise de Cherbourg par les Anglais, notes et observations, slnd, enfin de Vanel, Gabriel, « Étude sur la prise de Cherbourg en 1758 », Mémoires de l’Académie nationale des sciences, arts et belles-lettres de Caen, 1906, p. 3-47. La plupart des témoins britanniques ayant participé aux descentes de juin et de septembre contre Saint-Malo étaient aussi présents à Cherbourg : le caporal Todd, la jeune recrue du 68th Regiment of Foot, les différents officiers qui publièrent des opuscules à l’automne 1758 offrent donc d’importantes précisions sur les opérations normandes du mois d’août.

44 L’ensemble de l’historiographie, française notamment, insiste sur le caractère inapproprié de la réaction du comte de Redmont en ce 7 août 1758. Il est vrai qu’en 1694, la vigoureuse contre-attaque des troupes françaises concentrées autour de Camaret avait permis de rejeter à la mer la première vague britannique (cf. supra, chapitre ii). Une fois celle-ci installée sur le rivage, apte à recevoir des renforts, les chances de réussite d’une contre-attaque se trouvaient de fait grandement amoindries. Ces principes inspirèrent d’ailleurs, en 1943-1944, certains des généraux allemands chargés de s’opposer à un débarquement allié sur le littoral français, en Normandie notamment…

45 Instructions du 17 juillet 1758, publiées dans A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh, [Lieutenant General Thomas Bligh] to the Rt. Hon. W – M P – T [William Pitt], Esq ; Se – Y of S – Te. Together with His M – Y’s Instructions for the Late Expeditions on the Coast of France, Londres, T. Payne, 1758, p. iv.

46 Ainsi, le lieutenant-colonel Clerk, chef d’état-major de Bligh, lui reproche-t-il de ne pas suffisamment consulter et informer ses généraux au sujet des opérations à mener (lettre à Lord Bute, 17 août 1758) ; un autre officier lui reproche son manque d’initiative, ses erreurs tactiques répétées quant à l’utilisation des dragons en reconnaissance, etc. ; sur ces critiques, voir Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 127.

47 Instructions du 17 juillet 1758, in A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, op. cit., p. v.

48 A soldier’s Journal…, op. cit., p. 37.

49 Les opérations « conjointes » de la Navy ont fait l’objet d’une importante production historique ces 30 dernières années notamment. Parmi les publications les plus importantes, outre les travaux de W. Hackmann et A. Pearsall déjà mentionnés, retenons les études générales de Harding, Richard, « Sailors and Gentlemen of Parade: Some Professional and Technical Problems Concerning the Conduct of Combined Operations in the Eighteenth Century », Historical Journal, 32, 1989, p. 35-55 et Syrett, David, « The Methodology of British Amphibious Operations during the Seven Years’and American Wars », Mariner’s Mirror, 58, 1972, p. 269-280. L’on trouvera aussi d’utiles mises en perspectives dans quelques ouvrages portant sur certaines des opérations les plus importantes, notamment contre les Antilles (Duffy, Michael, Soldiers, Sugar and Seapower : The British Expeditions to the West Indies and the War against Revolutionary France. Oxford, Oxford University Press, 1987 et Harding, Richard. Amphibious Warfare in the Eighteenth Century: The British Expedition to the West Indies, 1740-42, Woodbridge, The Boydell Press for the Royal Historical Society, 1991) ou les Philippines (Tracy, Nicholas, Manila Ransomed: The British Assault on Manila in the Seven Years War, Exeter Maritime Studies, no 10, Exeter, University of Exeter Press, 1995).

50 Recueil de 1858, p. 108.

51 Ibid., p. 145-146.

52 Lemasson, Auguste, La descente des Anglais à Saint-Briac et leur défaite à Saint-Cast l’an 1758, Saint-Brieuc, Guyon, 1923, p. 17.

53 À titre d’exemple, alors qu’ils consacrent respectivement trois et deux pages à la description des opérations de débarquement du 5 juin 1758, A soldier’s Journal…, op. cit. et Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit. n’accordent que quelques lignes à celles du 4 septembre. Seul Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 86-88 s’attache à décrire avec quelque précision le débarquement en un témoignage cependant difficile à utiliser en raison de ses erreurs chronologiques.

54 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 87. Notons, qu’en 1694 déjà, des renseignements glanés par les Français en Angleterre avant l’expédition contre Camaret mentionnaient que « toute l’infanterie » embarquée par Russel a « laissé ses piques à terre et n’est armée que d’épées, mousquets, fusils et pistolets, et l’on doit distribuer à chaque soldat, avant son débarquement, des vivres pour trois jours, une guinée et de quoi tirer vingt coups » (Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne au XVIIIe siècle. Études et documents », Revue de Bretagne, mars-avril 1911, p. 114).

55 Buchet, Christian, Marine, économie et société. Un exemple d’interaction : l’avitaillement de la Royal Navy durant la guerre de Sept Ans, Paris, H. Champion, 1999, p. 307-310.

56 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 87. « Pays » du steward de son navire de transport, le caporal joue de ses relations pour obtenir en plus « un morceau de bœuf avec du biscuit ». L’on peut noter cependant que les tentes emportées en juin furent laissées à bord en septembre, ne devant être distribuées aux troupes que dans les jours suivants. Sur les rations dans la Navy pendant la guerre de Sept Ans, nous renvoyons aux analyses de Buchet, Christian, Marine, économie et société…, op. cit., p. 63-71.

57 C’est ce qu’avance notamment Rioust des Villes-Audrains dans son « Journal des descentes des Anglais… » (Recueil de 1858, p. 108). Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions…, op. cit., p. 233 évoque lui la possibilité qu’un premier débarquement ait été envisagé à proximité de Fort la Latte afin de saisir cette position constituant une menace potentielle pour la flotte de Howe.

58 . A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, op. cit., p. 7.

59 Sur l’attente de ces troupes de la seconde vague sur le pont des navires, voir A soldier’s Journal…, op. cit., p. 26.

60 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 8 et 48.

61 A soldier’s Journal…, op. cit., p. 13-14.

62 Ibid., p. 37.

63 A soldier’s Journal…, op. cit., p. 13-14 et Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 43. Sur les mesures d’hygiène – sommaires – prises à bord des navires, nous renvoyons à Gradish, Stephen F., The Manning of the British Navy…, op. cit., p. 172-178.

64 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 41 et Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions…, op. cit., p. 233.

65 Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions…, op. cit., p. 233 est le seul à rapporter ce fait. Il semble cependant très probable au vu des pratiques passées du commodore. En juin 1758, selon le témoignage – entre autres – d’un soldat du 68th Regiment of Foot, « le duc de Marlborough, le commodore Howe, le colonel Watson, chef d’état-major, et Thierry le pilote allèrent à bord du cutter armé la Grâce reconnaître le lieu de débarquement dans la baie » de Cancale, provoquant l’ouverture du feu par une batterie garde-côtes ; A soldier’s Journal…, op. cit., p. 22.

66 Barrow, John, sir, Life of Earl Howe, Admiral of the Fleet and General of Marines, Londres, John Murray, 1838, p. 28-54.

67 Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 227-229.

68 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 9. Notons qu’à Cancale, les grenadiers du régiment du duc de Richmond – le 72nd Foot –, « parce que les plus jeunes », avaient été exclus de cette première vague.

69 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 10.

70 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 41. L’opuscule d’un volontaire titré An Impartial Narrative of the Last Expedition to the Coast of France, Londres, J. Wilkie, 1758, p. 2, mentionne le débarquement de ces deux pièces d’artillerie dès le 4 septembre.

71 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 42 et An Impartial Narrative…, op. cit., p. 2. Ce dernier situe d’ailleurs le débarquement de la modeste cavalerie de Bligh dès le 4 septembre.

72 Todd, corporal William, The Journal…, op. cit., p. 88. Racontant le débarquement de Cancale, le caporal du 30th Regiment of Foot s’attardait par exemple, à la date du 6 juin, à décrire une « grande plage de belles huîtres ». Les huîtres de Cancale, dont la réputation est déjà assurée, semblent d’ailleurs au goût des soldats britanniques : « nos officiers pensaient que les hommes pourraient se tuer en mangeant autant d’huîtres » précise Todd dont l’exagération manifeste contribue à rendre plus « pittoresque » un récit par ailleurs avare en descriptions de ce genre (ibid., p. 46). Rappelons que, dans son fameux rapport daté de 1726, l’inspecteur Lemasson du Parc mentionne que les huîtres de Cancale sont commercialisées outre-Manche. Il est donc possible qu’une telle référence ne doive rien au hasard dans les mémoires de Todd. Sur ce point, Hopkin, David, Lagadec, Yann et Perréon, Stéphane, « “A pleasant country” : visions britanniques sur les descentes de 1758, de Cancale à Saint-Cast », Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, 2008, p. 32-70.

73 SHD/DAT, 1 M 1088, no 63, « Mémoire et description de la coste du nord de la Bretagne depuis Pontorson jusqu’à la rivière de Morlaix… », 26 avril 1762, p. 85.

74 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 2.

75 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 41. Le 5 juin à Cancale, nous l’avons dit, l’opposition directe au débarquement est limitée (cf. supra, chapitre i). De manière générale, les Britanniques ne s’attendent guère à une forte opposition de la part des troupes françaises lors de leurs divers débarquements de l’année 1758. À Louisbourg, Amherst écrivait en mai que « les troupes devaient s’attendre à quelques coups de canon, et une faible opposition en débarquant. Mais ces obstacles et les autres, les grenadiers britanniques appuyés par les bataillons en viendront facilement à bout » (Hitsman, J. Mackay, « Order before landing… », art. cit., p. 147).

76 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 93.

77 Sur ce point, Pearsall, Alan W.H., « Naval Aspects of the Landings… », art. cit., p. 225-227. À Rochefort, l’une des raisons avancées pour expliquer l’échec de l’opération lors du procès de décembre 1757 est d’ailleurs l’impossibilité pour l’artillerie navale de museler les défenses côtières, en raison de la trop faible profondeur et de l’incapacité des navires, y compris les plus petits, à s’approcher des côtes (Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 67).

78 Recueil de 1858, p. 172.

79 Voir infra, chapitre viii.

80 Dans le cas présent, la flotte de Brest ne bouge ni en juin, ni en août, ni en septembre 1758, sans que l’on sache si le blocus mis par le Western Squadron d’Anson, d’abord au large de l’île de Batz, puis à Ouessant, en soit la véritable raison (voir Dull, Jonathan R. The French Navy and the Seven Years’War, France Overseas : Studies in Empire and Decolonization. Lincoln, University of Nebraska Press, 2005, p. 105-130 et Ryan, A.N., « The Royal Navy and the Blockade of Brest, 1689-1805. Theory and Practice », inAcerra, Martine, Merino, José et Meyer, Jean (dir.), Les marines de guerre européennes, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 1985, p. 175-194). À Saint-Malo, il faut attendre le 7 septembre – trois jours après les premiers débarquements – pour voir une frégate française prendre position sous les remparts de la ville ; Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 42-43.

81 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 2.

82 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 41. Les log books britanniques confirment ce mauvais temps, ce qui fragilise d’autant le témoignage de Rioust des Villes-Audrains qui, dans son « Journal des descentes des Anglais… », dit avoir vu débarquer un grand nombre de chaloupes, « par le plus beau temps » (Recueil de 1858, p. 108). Les nombreuses erreurs factuelles de ce type fragilisent l’ensemble de ce récit, composé plusieurs années après les faits.

83 L’événement est décrit par Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 41 et par An Impartial Narrative…, op. cit., p. 2 qui signale la perte de deux barges à cette occasion. Dans son récit, dom Jamin avance le chiffre de « soixante-dix hommes noyez », sans rapport avec ce que dit l’ensemble des sources britanniques ; Lemasson, Auguste, La descente des Anglais…, op. cit., p. 17.

84 Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 43.

85 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 14.

86 A Genuine and Particular Account…, op. cit., p. 16 et A soldier’s Journal…, op. cit., p. 22.

87 Encore certains témoignages minorent-ils ces pertes. Ainsi, Thomas, Walter, A Journal containing every Transaction…, op. cit., p. 9 n’évoque que la mort d’un caporal des grenadiers, qui se serait tué lui-même accidentellement à bord d’un flat-bottomed boat en manipulant son arme, seul décès enregistré ce 5 juin 1758. Selon le Journal of the Campaign…, op. cit., p. 49, le débarquement se serait passé « without the loss of one man », sans la perte d’un seul homme. Les trois marins d’une frégate sont en fait victimes du bombardement d’une batterie côtière alors que Howe s’en approche afin de la réduire au silence ; Porter, John (Sergeant), « An Account by an Eyewitness… », art. cit., p. 758.

88 Instructions du 17 juillet 1758, in A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, op. cit., p. v.

89 Selon Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 132, le cabinet britannique n’apprendra d’ailleurs que le 13 septembre la destination de cette ultime descente de l’année 1758, deux jours après le rembarquement.

90 A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, op. cit., p. 6.

91 Dans les faits, la chose est bien différente, comme le laisse entendre la rédaction d’un « Mémoire des dispositions du munitionnaire pour assurer la subsistance des troupes qui doivent se porter des cantonnemens de Brest et de la partie méridionale de la Bretagne sur Saint-Malo, au cas d’une nouvelle descente de la part des Anglois » au cours de l’été 1758 (SHD/DAT, A4 26, no 81). Ainsi, les défenses de Saint-Malo ont été notablement renforcées depuis juin, les autorités françaises n’excluant nullement une nouvelle descente à proximité de la cité corsaire. Reste que, sans exclure cette éventualité, le marquis de La Châtre, en charge de la défense de Saint-Malo, la considère comme peu probable dans une lettre du 19 août 1758 au duc d’Harcourt : « je suis tout prêt à recevoir [les Britanniques], s’ils viennent me chercher de nouveau, mais je ne puis le croire ; ils ne prendront pas la ville, je les crois persuadés qu’ils n’ont plus aucun tort à faire ici à la marine ; ils savent de plus que l’on ne sort pas de la baie de Cancale quand on le veut » (Hippeau, Célestin, Le gouvernement de Normandie…, op. cit., p. 234-235).

92 Il semble que ces renseignements soient dus à un certain Thierry, huguenot réfugié outre-Manche, entré au service de l’Angleterre comme pilote à l’occasion du raid contre Rochefort, bon connaisseur semble-t-il des côtes de France ; sur ce point, Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 132.

93 Le sous-titre de Henry, René, Saint-Malo et l’Angleterre. Un pays contre une ville, Saint-Malo, Cristel, 2004, est de ce point de vue assez révélateur. D’autres thèses ont été avancées par certains historiens britanniques selon lesquelles le choix de Saint-Malo aurait été dû aux pressions exercées sur Bligh par Leicester House – la cour de l’héritier de la couronne britannique, le futur George III, en opposition avec la stratégie menée par le monarque – afin de montrer tout l’intérêt des descentes sur les côtes de France par rapport à la politique hanovrienne alors menée ; Hackmann, William K., British Military Expeditions…, op. cit., p. 130, a montré toutes les limites de telles hypothèses.

94 Villiers, Patrick, Marine royale, corsaires et trafic dans l’Atlantique de Louis XIV à Louis XVI, Dunkerque, Société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, 1991, p. 351-380, qui avance des chiffres légèrement différents de ceux de Martin-Deidier, Annick, La guerre de course à Saint-Malo de 1688 à 1814, Thèse, dact., université de Paris I, 1976, p. 391-403 et 469-472. L’on peut cependant s’étonner de cette référence à la course cherbourgeoise dans les instructions de juillet 1758 à Bligh : cette activité n’est que très secondaire dans le port normand qui se classe par exemple après Dieppe, Le Havre, Morlaix, Granville ou Saint-Jean-de-Luz pour ces armements corsaires – moins de 10… – pendant la guerre de Succession d’Autriche, bien loin derrière les 88 de Saint-Malo, 103 de Bayonne, 130 de Dunkerque au cours du même conflit.

95 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 5. Loin des 150 à 300 caboteurs escomptés, les soldats britanniques n’y trouvent qu’une trentaine d’embarcations tout au plus, moins encore selon certains témoignages britanniques qui, il est vrai, en minimisant le nombre des navires brûlés, accablent un peu plus encore Bligh : « 14 ou 15 petits vaisseaux » d’après le Journal of the Campaign…, op. cit., p. 93, guère plus selon An Impartial Narrative…, op. cit., p. 5, 13 même selon l’ouvrage plus tardif de Beatson, Robert, Naval and Military Memoirs of Great Britain, from 1727 to 1783, vol. II, Londres, J. Strachan, 1790, p. 268.

96 De ce point de vue, la difficulté des Britanniques à trouver la route de Lorient en 1746 est des plus révélatrices. Quant à la descente de 1757, on ne peut qu’être frappé de la mauvaise connaissance des défenses de Rochefort par les Britanniques, au-delà du vague témoignage du capitaine Clerk, passé par là trois ans auparavant.

97 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 92-93 et A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, op. cit., p. 5. Voir supra, chapitre i, le tracé de l’aqueduc reliant Saint-Servan à Saint-Malo (carte 2).

98 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 4-5.

99 Lettre du général Bligh à William Pitt du 11 septembre 1758, après la bataille de Saint-Cast, citée par Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne au XVIIIe siècle. Études et documents », Revue de Bretagne, juillet 1912, p. 11.

100 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 92-93.

101 Ibid., p. 93. Selon Middleton, Richard, The Bells of Victory…, op. cit., p. 75, la participation du prince à ces descentes s’expliquerait pour une part au moins par la volonté de Leicester House – du prince de Galles – de montrer son désaccord avec la politique allemande du roi George II. La chose est possible. Elle contribua aussi assez largement à renforcer le moral des troupes avant l’opération contre Cherbourg mais aussi face à Saint-Malo en septembre 1758, le comportement du prince Edward se révélant exemplaire.

102 An Impartial Narrative…, op. cit., p. 4-5.

103 Thomas, Walter, A Journal containing every transaction…, op. cit., p. 42.

104 Journal of the Campaign…, op. cit., p. 93-94.

105 Ibid., p. 94.

106 Sur ce point, voir par exemple A Letter from the Honourable L – T G – L B – Gh…, op. cit, p. 10-11 et Journal of the Campaign…, op. cit., p. 94.

Table des illustrations

Légende Carte 17. – La concentration des troupes de Marlborough dans le sud de l’Angleterre (mai 1758).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103251/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Carte 18. – La traversée de la Manche en septembre 1758.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103251/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Carte 19. – Les batterires des gardes-côtes à proximité de Saint-Lunaire/Saint-Cast.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103251/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540