Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758)

 | 
Stéphane Perréon
, 
Yann Lagadec
, 
David Hopkin

Première partie. « Si les ennemis forment une nouvelle tentative sur Saint-Malo… »

Chapitre II. La Bretagne, cible privilégiée ?

Texte intégral

Le bruit est presque général ici, et on le répand avec une espèce de certitude, qu’il y a actuellement en Angleterre un armement prodigieux destiné à venir vers la fin de cette campagne faire quelque entreprise sur la côte de Bretagne.
Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 1082,
Lettre à l’intendant Pontcarré de Viarmes, 21 septembre 1745.

  • 1 Sur ces opérations, se reporter à l’ouvrage de synthèse de Rodger N.A.M., The Command of the Ocean (...)

1Réplique de l’attaque de juin 1758, le débarquement des troupes britanniques sur la plage de Saint-Lunaire le 4 septembre ne fait pas pour autant de la Bretagne – et encore moins de Saint-Malo – la cible unique des « bombarderies » et autres « descentes ». D’autres villes, d’autres provinces en ont été les victimes, depuis les années 1690 pour l’essentiel1. Rochefort et Cherbourg ont été visées dans les semaines et les mois précédents. D’autres ports, notamment ceux situés au nord de l’estuaire de la Seine, ont eux aussi subi de multiples raids.

2Au premier rang des cibles récurrentes figure sans doute, en raison de sa situation, le port de Dunkerque, acquis par la France en 1662 seulement. Mais ceux de Dieppe et du Havre, ou encore de Granville sont aussi régulièrement visés. Plus lointain, le littoral atlantique n’offre guère d’objectifs comparables à ceux des côtes de la Manche : Bordeaux et Nantes, bien à l’abri dans leurs estuaires, ne sont jamais directement visés. La Rochelle, plus accessible, bénéficie cependant de solides défenses. Aussi, hors de l’attaque avortée de 1757 contre la ville-arsenal de Rochefort, les descentes sontelles limitées à de bien modestes raids contre des objectifs très secondaires (carte 5). Quant aux rivages méditerranéens, ils n’attirent finalement que très ponctuellement les flottes anglaises ou britanniques : hormis Toulon, exceptionnellement bombardé, rares sont les ports qui, tels Sète, sont soumis à des attaques directes de l’ennemi à compter du dernier tiers du XVIIe siècle.

Carte 5-1. – Les descentes sur les côtes de France pendant la « seconde guerre de Cent Ans ». Guerre de la Ligue d’Augsbourg et guerre de Succession d’Espagne.

Carte 5-2. – Les descentes sur les côtes de France pendant la « seconde guerre de Cent Ans ». Guerre de Succession d’Autriche et guerre de Sept Ans.

3Pourtant, si la Bretagne n’est pas la seule province concernée, les descentes y furent à la fois plus nombreuses, menées sur une plus grande échelle, plus diverses aussi sans doute dans leurs formes. La chose s’explique avant tout par le caractère éminemment stratégique de la province, un caractère dont les origines sont à la fois multiples et évolutives.

Une situation remarquable dans la « seconde guerre de Cent Ans »

  • 2 Nières, Claude, « La Bretagne, province frontière : quelques remarques », Mémoires de la Société d (...)
  • 3 Sur ces opérations, voir La Borderie, Arthur de et Poquet, Barthélemy, Histoire de Bretagne, Renne (...)
  • 4 Croix, Alain, L’âge d’or de la Bretagne (1532-1675), Rennes, Ouest-France, 1993, p. 51. Nous n’évo (...)

4Une province frontière : telle est, ainsi que le rappelle C. Nières, la situation de la Bretagne à compter du dernier tiers du XVIIe siècle2. À vrai dire, la chose n’est pas entièrement nouvelle et a valu au littoral breton toute une série de descentes au cours des XVIe et XVIIe siècles : des Espagnols à Sein, en 1636 ; des Anglais à Morlaix en 1522, à Blavet – bientôt Port-Louis – en 1533, Belle-Île, Houat, Hoëdic, Locmariaquer ou surtout Le Conquet, ruiné, en 1558, Belle-Île à nouveau en 15753. Ces incidents, ces « coups d’épingles » ainsi que le note A. Croix, finalement moins perturbants que la course barbaresque dont les navires croisent, en plein cœur du Grand Siècle, jusqu’au large d’Ouessant voire même de Saint-Malo, restent en effet peu nombreux à l’échelle du siècle et demi considéré, géographiquement trop localisés surtout pour avoir de profondes répercussions4.

  • 5 Sur cette période, on se reportera à l’ouvrage de Le Page, Dominique et Nassiet, Michel, L’union d (...)
  • 6 Sur les dessous de cette alliance, notamment du point de vue anglais, Davies, C.S.L., « Richard II (...)

5La position de la Bretagne, au carrefour des grandes voies maritimes de l’Europe atlantique qui, depuis les XIVe et XVe siècles au moins, a hissé les marins du duché au rang de « rouliers des mers », en a cependant aussi fait un objectif stratégique à part entière, plus encore lorsque royaumes de France, d’Espagne et d’Angleterre en viennent à s’affronter. La province n’est plus alors qu’un pion – mais d’importance – entre les mains de ses puissants voisins et/ou souverains. C’est le cas dès les années 1480-1490, alors que l’entourage du duc François II est confronté à deux problèmes majeurs : d’une part, à moyen terme, celui de sa succession et donc du mariage de la jeune héritière Anne ; d’autre part, à plus court terme, celui du maintien de l’indépendance du duché, une indépendance menacée par les ambitions de Louis XI puis de Charles VIII5. La solution vient de la recherche d’alliances diplomatiques tissant un complexe réseau de relations avec les ennemis du roi de France : la Bretagne de François II, l’héritage bourguignon tenu par Maximilien de Habsbourg, dont la partie flamande est elle aussi menacée, l’Angleterre de Richard III puis d’Henry VII en viennent ainsi à constituer une triple alliance au devenir cependant incertain6.

  • 7 Currin, John M., « “The King’s Army into the Partes of Bretaigne” : Henry VII and the Breton Wars, (...)
  • 8 Sur la politique des rois catholiques, voir Calmette, Joseph, « La politique espagnole dans la cri (...)

6Lors de la première phase du conflit, en 1487-1488, soucieux de ne point trop s’engager en Bretagne contre Charles VIII qui l’avait aidé à monter sur le trône, Henry VII n’autorise l’envoi que de 6 à 700 volontaires anglais qui débarquent à Saint-Malo. Dans le même temps, Maximilien réunit quelque 1500 lansquenets allemands, bientôt rejoints par 1 000 Castillans – et 2 000 Gascons – assemblés à Bilbao par Alain d’Albret avant de débarquer dans l’embouchure de l’Odet au printemps 1488. Ces maigres forces ne peuvent bien évidemment venir à bout des troupes françaises, victorieuses à Saint-Aubin-du-Cormier en août 1488. Signé quelques semaines plus tard, le traité du Verger, particulièrement favorable à la France, puis la mort du duc François II poussent cependant Henry VII à poursuivre son action en vue d’isoler un royaume dont la prééminence se fait de plus en plus menaçante. Les traités de Dordrecht avec Maximilien de Habsbourg, le roi des Romains, de Medina del Campo avec les rois catholiques mais aussi et surtout de Redon le 10 février 1489 avec la Bretagne, marquent indéniablement un tournant dans la politique anglaise, le roi s’impliquant très personnellement dans la planification des futures opérations dans le duché7. Début avril 1489, 2 000 soldats anglais débarquent ainsi à Morlaix, Ferdinand d’Aragon envoyant autant de Castillans placés sous les ordres de Diego Perez Sarmiento, comte de Salinas, autant de troupes qui contribuent largement à la reconquête de la Basse-Bretagne sur les Français, le port de Brest mis à part8. Lors de l’année de paix relative qu’est 1490, Henry VII met sur pied un nouveau corps expéditionnaire, fort cette fois de 1 800 hommes qui font leur entrée à Nantes en septembre, tandis qu’une flotte de 2 000 à 2 900 marins armant 21 vaisseaux stationne à Morlaix. En quelques semaines cependant, début 1491, l’hostilité croissante des citadins et des ruraux à l’encontre de troupes anglaises au comportement violent, le retrait espagnol – à l’exception d’une petite garnison à Redon –, enfin la « trahison » d’Alain d’Albret qui remet Nantes aux Français permettent aux troupes du roi de France de s’assurer définitivement le contrôle du duché, un contrôle que conclut le mariage de la duchesse Anne et du roi Charles VIII : n’ayant pu répondre aux demandes d’Anne qui espérait en juin le renfort de quelque 6 000 hommes, Henry VII doit alors se contenter d’opérations navales de diversion sur les côtes normandes avant, en septembre, de replier vers l’Angleterre les quelques troupes encore présentes à Morlaix.

  • 9 Sur ces questions, nous renvoyons aux travaux de Glete, Jan, Warfare at Sea, 1500-1650. Maritime C (...)
  • 10 La chose est bien mise en évidence par Croix, Alain, L’âge d’or de la Bretagne…, op. cit., p. 59-6 (...)
  • 11 Parker, Geoffrey, The Army of Flanders and the Spanish Road (1567-1659). The Logistics of Spanish (...)
  • 12 Sur cette communauté espagnole, voir la récente étude proposée par Croix, Alain (coord.), Nantais (...)

7Un siècle plus tard, les guerres de la Ligue redonnent toute son importance stratégique à la Bretagne et à ses havres. Ces guerres s’ouvrent cependant dans un tout autre contexte, alors que les tensions entre l’Espagne de Philippe II et l’Angleterre d’Elisabeth sont à leur apogée, quelques mois à peine après l’échec de l’Invincible Armada à l’été 1588, et alors que la contre-Armada mise sur pied par Drake en 1589 ne parvient pas à atteindre les objectifs qui lui ont été assignés9. Là se trouve l’une des clés de la compréhension du soutien accordé à Mercœur et aux ligueurs bretons par le roi très catholique, un soutien qui prend en effet place dans une stratégie – une « grande stratégie » pour reprendre les termes de G. Parker – qui dépasse bien largement la Bretagne pour englober l’ensemble de l’Europe atlantique10. Soutenir Mercœur, cela revient en effet à affaiblir un roi de France, Henri IV, champion du camp protestant, bénéficiant lui-même du soutien de l’Angleterre, une Angleterre qui appuie par ailleurs, chaque fois que possible, les prétentions des Hollandais révoltés contre le roi d’Espagne. Soutenir Mercœur, cela revient aussi, par là-même, à œuvrer en faveur d’une hypothétique déshérence du trône de France pour y placer l’infante Isabelle, l’aînée des filles de Philippe II – qui, notons-le, convoite aussi pour elle la couronne d’Angleterre. Soutenir Mercœur, de manière dans l’immédiat plus concrète, c’est encore s’offrir la possibilité de s’implanter durablement en Bretagne, d’en faire l’une des étapes d’un camino español maritime restauré, venant doubler celui mis en place entre Gênes et les Flandres après la révolte des Pays-Bas espagnols en 156611. Soutenir Mercœur, c’est enfin, de manière peut-être plus anecdotique à l’échelle stratégique qui est ici la nôtre, un moyen de soutenir la communauté espagnole nantaise, à l’origine des puissants liens commerciaux unissant la Bretagne et les ports du nord de la péninsule ibérique12.

  • 13 Binet, Henri, « Une question des crédits interalliés au XVIe siècle : l’intervention anglaise en B (...)
  • 14 Croix, Alain, Moi, Jean Martin, recteur de Plouvellec, Rennes, Apogée, 1993, p. 43, 47 et 55.
  • 15 Ibid., p. 47.

8Ainsi, fin 1590, 2 700 puis 7 000 hommes des armées du roi catholique débarquent à Saint-Nazaire sous le commandement de Juan del Aguila, reprennent Hennebont, s’installent à Blavet surtout d’où ils rayonnent dans toute la province, au-delà parfois13. Si, en octobre 1590, les registres paroissiaux de Saint-Patern de Vannes semblent se féliciter du fait qu’en « ce mois les Espaignolz vindrent en Bretaigne […] pour le secours de Monsieur de Mercure contre les royaux huguenotz », très vite, ces soldats prennent place aux côtés des autres soudards dans la litanie du récit des exactions des uns et des autres : à Perros-Guirrec, quelques lignes rédigées entre les actes de baptêmes rappellent en septembre 1592 « la descente des Espagnols […] qui pillèrent et ravagèrent tout ès paroesses en environ » ; en 1598, Alain Lucas, curé de Lanvellec, note qu’en mai 1596, « les Espagnols retournant de Lanmeur et château de Primel sis en Plougaznou étant venu de Blavés pour lever le siège dud. Primel (assiégé par les royaux) courèrent les paroisses circonvoisines […] et mêmes ravagèrent les noblesses desd[ites] paroisses et prenaient tous les bestiaux tant cavalines que bêtes à corne qu’ils pouvaient trouver14 ». À Melrand, un autre prêtre se plaint dès 1592 du fait que « Hyspanorum spoliabat universam Britaniam », que les Espagnols – tout aussi catholiques que lui – volaient partout en Bretagne15. La présence des troupes de Philippe II en Bretagne ne peut cependant se résumer à ces exactions dont elles n’ont pas, loin s’en faut, le monopole. Leur aide plus strictement militaire n’est pas sans importance dans la capacité du duc de Mercœur – et des ligueurs de l’Ouest – à remporter des succès tactiques d’importance face aux troupes royalistes, notamment à Craon en mai 1592, mais aussi dans la possibilité offerte au gouverneur de Bretagne de résister à l’avancée des forces d’Henri IV jusqu’en 1598 (carte 6).

  • 16 Nous reprenons ici les conclusions de la stimulante étude de Tenace, Edward, « A Strategy of React (...)
  • 17 Notons que les troupes espagnoles stationnées en Bretagne n’étaient pas des plus fiables : en juin (...)

9L’on sait moins en revanche qu’en 1596/1597, la Bretagne tient une place centrale dans la réflexion stratégique du roi d’Espagne, alors que sa politique d’intervention militaire en France, en Picardie notamment, est tenue en échec, alors que cette même intervention a laissé les mains relativement libres aux Hollandais et conduit ses troupes à abandonner les positions durement reconquises dans les années 1580 dans les provinces du nord des Pays-Bas, tandis que les menaces d’attaque de la flotte anglaise sur les ports espagnols ou les colonies du Nouveau Monde se précisent. Cette nouvelle « grande stratégie », pour la première fois depuis plusieurs années coordonnée à grande échelle – celle de l’Europe atlantique – révèle tout à la fois les hésitations d’un monarque vieillissant et malade et l’attention particulière portée à la Bretagne et à ses ports : aux multiples options de descentes sur les côtes des Îles britanniques dans le but de marcher sur Londres depuis l’Irlande, l’Écosse, le Pays de Galles ou le littoral du Kent, s’ajoute celle visant à se saisir dans un premier temps de Brest dont le havre permettrait de limiter les effets – trop connus – des dangers d’une campagne navale en Manche et de bénéficier d’une base idéale en vue d’une opération outre-Manche, tout en forçant Henri IV à signer la paix16. Don Juan del Aguila soutient d’ailleurs ce plan qui, après de multiples reports en raison du manque d’argent mais aussi de l’attaque de Drake contre Cadix, trouve un début d’exécution à l’automne 1596 lorsqu’une tempête, le 29 octobre, cause la perte de 25 navires et provoque son annulation pour cette annéelà. De nouveaux plans sont cependant échafaudés par Philippe II pour 1597, aussi nébuleux que ceux conçus précédemment. Après de multiples revirements, ses ordres du 29 août, confirmés le 21 septembre, modifiés le 19 octobre, assignent pour objectif à l’Armada de se saisir de Brest afin de faire diversion et d’éviter que Calais soit assiégée par les Anglo-Hollandais. Quelques jours à peine après son départ, des vents contraires et un courant défavorable empêchent cependant la flotte de 136 navires, transportant 8 600 soldats et 300 chevaux, de gagner la Manche, amenant son commandant à faire demi-tour et à regagner La Corogne le 30 octobre avec la quarantaine d’embarcations qu’il a réussi, non sans difficultés, à rallier. L’échec de cette nouvelle Armada marque la fin des tentatives d’invasion de l’Angleterre, mais aussi l’abandon de toute ambition en Bretagne17. Simple stratégie de réaction, notamment aux actions de ses ennemis, les options de Philippe II avaient montré leurs limites.

  • 18 Si les travaux de Wernham, Richard Bruce, After the Armada : Elizabethan England and the Struggle (...)
  • 19 Sans doute le choix de ce lieu de débarquement, confié à la responsabilité des Anglais, expliquet- (...)
  • 20 Rappelons que cette pointe sur laquelle se dressait le Castil Leon s’appelle depuis Pointe des Esp (...)

10Si, en 1596-1597, l’initiative était clairement du côté des ennemis de l’Espagne, la chose n’avait pas été aussi évidente dans les premières années des guerres de la Ligue, au moins en Bretagne. Privilégiant une stratégie navale qui lui avait réussi dans les années 1580, Elisabeth avait basé son action contre les royaumes ibériques sur la très lucrative interception des convois revenant d’Amérique et sur l’attaque de leurs ports d’attache, notamment Cadix. Fidèle à cette primauté navale, elle avait envoyé, à la demande d’Henri IV, une escadre s’opposer à la mise à terre des troupes espagnoles à Blavet début octobre 1590, poussant d’ailleurs la modeste Armada à se disperser puis à regagner les ports de Biscaye avant de revenir deux semaines plus tard. Mais la remise en cause de l’équilibre des forces dans la péninsule avait finalement conduit la reine d’Angleterre, à la demande du Navarrais, à opter pour une intervention terrestre aux côtés des royalistes français18. Après plusieurs semaines de négociations visant à partager les frais de l’opération, 2 500 soldats anglais débarquaient à Paimpol en mai 159119. Une fois la ville de Guingamp prise et leur jonction faite avec celles du prince de Dombes, les troupes du général Norris se répandaient dans la province où, pendant plusieurs années, elles contribuèrent aux quelques succès tactiques des troupes fidèles à Henri IV, en partageant aussi les échecs – notamment en mai 1592 à Craon, la seule bataille de quelque importance –, non sans se livrer à des exactions en tous points comparables à celles des Espagnols, jusqu’à leur repli en 1595, dans les semaines qui suivirent la prise, en novembre 1594, du Castil Leon établi par les Espagnols à Roscanvel, près de Crozon, au sud du goulet permettant d’entrer dans la rade de Brest20.

Carte 6. – Troupes espagnoles et anglaises pendant la Ligue (1590-1598).

11Les uns et les autres laissaient derrière eux, en 1598, une province meurtrie par neuf années d’une guerre dévastatrice, signe de l’âpreté des combats, signe de l’intérêt porté par les ligueurs et les royalistes certes, mais aussi par l’Angleterre et par l’Espagne à un espace pour eux stratégique, qu’aucun des belligérants ne pouvait souffrir voir tomber dans le camp de l’ennemi au risque de permettre le basculement d’un rapport de force longtemps équilibré. Le caractère stratégique de la province pour les principales puissances de la façade atlantique n’a donc rien de nouveau lorsqu’il prend une nouvelle dimension dans les années 1660-1680. L’on assiste en effet à compter de ce moment à un changement et de degré, et de nature de cette situation stratégique. La Bretagne quitte la situation de « front » secondaire – parce que maritime – qu’elle occupe sur l’échiquier géopolitique du royaume depuis le début du XVIe siècle pour celle de front majeur – quoique maritime. Ce basculement stratégique est double en fait. Sa première dimension est liée à l’émergence de nouveaux ennemis pour la France et, de manière plus secondaire, à l’effacement au moins relatif des ennemis passés. En effet, alors que depuis 1519, les Habsbourg avaient cristallisé l’essentiel des opérations militaires françaises, les traités de Westphalie en 1648, celui des Pyrénées en 1659 avaient rétabli une paix certes fragile – la guerre de Dévolution, dès 1667-1668, le traité de Nimègue faisant suite à la guerre de Hollande l’illustrent à l’envi – mais néanmoins marquée par la victoire d’une France dont ni l’Espagne, ni l’Empereur, n’avait plus les moyens de contester la prépondérance en Europe. À ces ennemis « traditionnels », que l’on avait combattus 150 années durant, en Flandres, au-delà du Rhin, en Italie du Nord, en-deçà ou au-delà des Pyrénées, s’en substituaient d’autres, aux caractéristiques nouvelles : aux tercios espagnols, à la redoutable infanterie d’Espagne, succédaient donc les escadres anglaises et, dans une moindre mesure, hollandaises. Car tels étaient les nouveaux ennemis, ceux que l’on affronterait de manière presque systématique à chaque nouveau conflit, de la guerre de Hollande (1672-1678) et plus encore de celle de la Ligue d’Augsbourg (1689-1697) aux guerres de la Révolution et de l’Empire.

12Les nouvelles formes de l’affrontement qui se dessinait alors – une confrontation essentiellement maritime face à des puissances dont les forces terrestres resteront longtemps secondaires – s’expliquent pour une large part par la seconde dimension du basculement stratégique des années 1660-1680 : désormais en effet, dans le cadre de ce que certains ont pris coutume de qualifier de « seconde guerre de Cent Ans », bien plus que religieux, politiques ou territoriaux, les objectifs sont pour une large part de nature mercantiliste, et en cela commerciaux et coloniaux. Dans un mémoire fameux du 3 août 1664 adressé à Louis XIV, Colbert pose les jalons de cette politique tout à la fois économique dans ses intentions, militaire et maritime dans ses implications : « il n’y a que l’abondance d’argent dans un État qui fasse la différence de sa grandeur et de sa puissance » proclame-t-il pour commencer. Il poursuit :

« Sur ce principe, il est certain qu’il sort tous les ans hors du royaume, en denrées de son cru nécessaires pour la consommation des pays étrangers, pour 12 à 18 millions de livres. Ce sont là les mines de notre royaume, à la conservation desquelles il faut soigneusement travailler.
Les Hollandais et autres étrangers font une guerre perpétuelle à ces mines, et ont si bien fait jusqu’à présent qu’au lieu que cette somme devait entrer dans le royaume en argent comptant et y produire par conséquent une prodigieuse abondance, ils nous en apportent en diverses marchandises, ou de leurs manufactures ou qu’ils tirent des pays étrangers, pour les deux tiers de cette somme, en sorte qu’il n’entre tous les ans dans le royaume, en comptant, que 4,5 à 6 millions de livres […].
Leur industrie et notre peu d’intelligence a passé si avant que, par le moyen des facteurs et des commissionnaires de leur nation qu’ils ont eu pouvoir d’établir dans tous les ports du royaume, s’étant rendus maîtres de tout le commerce par la navigation, ils ont mis le prix à toutes les marchandises qu’ils achètent et à celles qu’ils vendent.
Sur cette supposition, il est facile de conclure qu’autant que nous pourrons retrancher les gains que les Hollandais font sur les sujets du roi et la consommation des marchandises qu’ils nous apportent, autant augmenterons-nous l’argent comptant qui doit entrer dans le royaume par le moyen de nos denrées nécessaires, et autant augmenterons-nous la puissance, la grandeur et l’abondance de l’État. »

13Et de proposer des solutions concrètes :

  • 21 Cité par Vergé-Franceschi, Michel, Colbert. La politique du bon sens, Paris, Payot, 2005, p. 223-2 (...)

« Nous pouvons tirer la même conséquence à l’égard des marchandises d’entrepôt, c’est-à-dire, celles que nous pourrions aller prendre dans les Indes orientales et occidentales pour porter dans le Nord, d’où nous rapporterions par nous-mêmes les marchandises nécessaires au bâtiment des vaisseaux, en quoi consiste l’autre partie de la grandeur et de la puissance de l’État.
Outre les avantages que produira l’entrée d’une plus grande quantité d’argent comptant dans le royaume, il est certain que par les manufactures, un million de peuples qui languissent dans la fainéantise gagneront leur vie.
Qu’un nombre aussi considérable gagnera sa vie dans la navigation et sur les ports de mer.
Que la multiplication presque à l’infini des vaisseaux multipliera de même la grandeur et la puissance de l’État21. »

  • 22 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle. Tome 3 : Le (...)
  • 23 Se reporter aux stimulantes analyses de Minard, Philippe, « Réputation, normes et qualité dans l’i (...)
  • 24 Sur ce point, nous renvoyons à nouveau aux études de Tanguy, Jean, Quand la toile va. L’industrie (...)
  • 25 Sur l’implantation de ce nouveau port, Le Bouëdec, Gérard, Le port et l’arsenal de Lorient de la c (...)
  • 26 Cloître, Marie-Thérèse (dir.), Histoire de Brest, Brest, CRBC, 2000, p. 75-90 ou, pour les premièr (...)

14La Bretagne, qui dépend du « département » de Colbert englobant contrôle général des Finances et Marine, ne peut que se ressentir de ces visions mercantilistes et des conceptions quasi-agonistiques des échanges qu’elles sous-tendent : au sortir de la Manche, sur l’Atlantique, face à l’Angleterre mais aussi sur les grandes routes maritimes conduisant au cœur – changeant – de l’économie-monde européenne, Amsterdam au XVIIe siècle, Londres au siècle suivant22, la province connaît donc un tournant majeur de son histoire dans les années 1660. Le bilan de l’action en faveur des manufactures est ici mitigé : alors que l’augmentation des tarifs douaniers sur les marchandises d’outre-Manche provoque la fermeture du débouché anglais pour les crées qui ont fait la richesse du Léon, l’adoption de règlements rigoureux permet aussi la promotion de produits de grande qualité, les bretagnes notamment, condition sine qua non à la conquête de marchés à l’exportation23. Ces choix, mal vécus parfois localement, assurent pourtant la prospérité, au moins relative, de la zone toilière située entre Quintin et Loudéac mais aussi celle des ports exportateurs – au premier rang desquels figure Saint-Malo –, permettant que chacun, selon le souhait de Colbert, gagne « sa vie dans la navigation et sur les ports de mer24 ». Afin d’« aller prendre dans les Indes orientales et occidentales » ces « marchandises d’entrepôts » gages d’un rapide enrichissement, c’est en Bretagne que s’installe en 1666 le port de la Compagnie des Indes : le modeste établissement des landes du Faouëdic donne naissance, en quelques années, à la ville de L’Orient25. Sans être une création colbertienne, Brest profite elle aussi amplement des décisions du ministre, désireux de pouvoir bénéficier dans le Ponant, face aux menaces extérieures, d’un port de guerre comparable à celui de Toulon pour le Levant tout en disposant d’une place susceptible de faciliter le contrôle d’une province où ses adversaires comptent de nombreux alliés : alors qu’en 1667, le chevalier de Clerville, fidèle de Colbert, constate qu’il n’y a ici ni véritable ville ni arsenal, en 1715 la population a décuplé pour atteindre 20 000 habitants tandis que l’effort d’équipement a doté le port des quais, bassins, magasins, formes de radoub, hôpitaux et fortifications dignes de son rang26.

15C’est désormais moins par sa situation particulière sur la façade atlantique du royaume qu’en raison du développement des activités des grands ports que sont Saint-Malo, Brest, Lorient, mais aussi Nantes que la Bretagne tire son statut particulier dans la « seconde guerre de Cent Ans ».

Une cible de choix pour les Britanniques : la Bretagne des grands ports

  • 27 Sur cette question, et plus particulièrement pour ce qu’il appelle le « premier round » de la Seco (...)

16Dans la lutte pour l’hégémonie entre États mercantilistes de l’Europe atlantique, les guerres prennent une nouvelle dimension dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Certes, les enjeux politiques – territoriaux ou dynastiques – perdurent tout au long de la période, aux côtés, dans un premier temps, de ceux, idéologiques, de nature religieuse. Mais la guerre devient indéniablement économique – et plus encore commerciale –, dans ses buts comme dans ses moyens. Ainsi, alors que les convois de l’ennemi revenant des Antilles, d’Amérique ou de l’Océan Indien constituent des cibles de choix pour les marines de guerre européennes, alors que la course prend une ampleur sans précédent à compter de la dernière décennie du Grand Siècle, il n’est que de rappeler, pour s’en persuader, la guerre douanière opposant France et Angleterre à compter de 1687, l’affaire de l’Oreille de Jenkins à la veille de la guerre de Succession d’Autriche ou la « rafle » de Boscawen en 1755, avant même le déclenchement des hostilités de la guerre de Sept Ans, une « rafle » dont les armateurs malouins souffrent tout particulièrement27. Dans le cadre de ces guerres d’un nouveau type, la Bretagne ne manque pas d’objectifs potentiels, au premier rang desquels figurent ses principaux ports. Quatre d’entre eux, aux spécialités bien distinctes, se détachent plus nettement.

  • 28 Cf. supra, chapitre i.
  • 29 Sur Nantes et son commerce maritime, se reporter aux études de Petre-Grenouilleau, Olivier, Nantes (...)
  • 30 Lemaître, Alain-J., La misère dans l’abondance en Bretagne au XVIIIe siècle. Le mémoire de l’inten (...)

17Inutile ici de revenir sur le cas de Saint-Malo, dont nous avons déjà dit le déclin au moins relatif28. Ce déclin vaut à Nantes de devenir le premier pôle portuaire breton, sans que l’on puisse d’ailleurs parler d’une concurrence entre les deux villes. En effet, à la pêche morutière, aux échanges avec l’Espagne et à la course privilégiée en temps de guerre par les Malouins, la cité ligérienne préfère un commerce antillais bien plus porteur en ce milieu du XVIIIe siècle29. Le tournant a été pris en fait dès les années 1670-1680 lorsque le port, déjà lieu privilégié du transport des engagés vers les îles, obtient de Colbert le monopole des retours des Indes occidentales pour la Bretagne : le ministre souhaite notamment y voir se développer l’industrie du raffinage du sucre. En effet, plus que la traite négrière, certes emblématique de la nouvelle prospérité nantaise, sans doute est-ce le sucre qui permet de faire de Nantes « une des villes du royaume où le commerce maritime est le plus florissant » ainsi que le note l’intendant des Gallois de la Tour vers 173030. En quelques années, le port trop passif du premier XVIIe siècle, subissant un commerce dominé par les négociants étrangers, menacé par des difficultés sur les marchés hollandais et espagnols, s’ouvre à de nouveaux horizons. Ainsi, à la fin du premier tiers du XVIIIe siècle, c’est avec « toutes les nations de l’Europe » que commercent les négociants de la ville. Mais

  • 31 Ibid., p. 265-266.

« ils semblent donner leur principale attention à celui des colonies françaises de l’Amérique soit en envoyant leurs navires en droiture y porter des vivres et des marchandises de France et rapporter les denrées du pays ; soit en faisant toucher des vaisseaux aux côtes de Guinée pour y charger des nègres nécessaires à la culture des terres, et au service des habitants31 ».

  • 32 Ibid., p. 268.
  • 33 Pétré-Grenouilleau, Olivier, Nantes au temps de la traite…, op. cit., p. 50.

18Bœuf salé de France ou d’Irlande, farine, vins et eaux-de-vie, toiles et étoffes diverses, mais aussi armes, poudre, vaisselle ou mercerie sont ainsi échangés en droiture contre sucre, cacao, coton, gingembre mais aussi café, en un commerce qui mobilise chaque année plus de 80 navires nantais vers 1730 alors que seuls une douzaine sont armés pour les côtes de Guinée dans le cadre du commerce triangulaire. Ces derniers n’en débarquent pas moins à Saint-Domingue, bon an mal an, « environ 4 000 nègres pris sur la côte de Guinée » selon des Gallois de la Tour, presque autant en Martinique et en Guadeloupe32. Dix ans plus tard, ces navires sont deux fois plus nombreux en moyenne chaque année, près de 28 même à la veille de la guerre de Sept Ans. La ville se hisse ainsi au rang de premier port négrier français, une position que la guerre de Succession d’Autriche ne parvient pas à entamer : entre 1735 et 1744, Nantes assure près de 50 % des armements de ce type à l’échelle du royaume, 53 % entre 1748 et 175533.

  • 34 Sur l’urbanisme nantais des années précédant la guerre de Sept Ans, Lelièvre, Pierre, Nantes au XV (...)

19Les grandes familles de l’armement sont bien évidemment les principales bénéficiaires de cette croissance : ainsi, l’on évalue à une trentaine de millions de livres les avoirs des quelque 225 négociants nantais en 1756-1757 – près de 150 000 livres chacun en moyenne –, contre moins de vingt millions vers 1730. Ce sont eux qui, pour une part, commencent à modeler la ville à leur goût, notamment à partir de 1723 sur l’île Feydeau, où les armateurs prennent à leur charge quais et ponts à la place d’administrations provinciale et municipale moins directement concernées34. Le développement de ce quartier largement négociant est d’ailleurs pour une large part postérieur à 1750 : c’est là, par exemple, que Guillaume Grou fait établir entre 1747 et 1752 l’hôtel qui porte son nom, symbole de cette prospérité négrière dont toute la ville profite, négociants de différents niveaux certes, capitaines de navires, mais aussi commerçants et artisans. Nantes y gagne une solide prospérité qui lui assure un doublement de sa population entre le début du siècle et les années 1780, passant de 40 000 à 80 000 habitants tandis que, dans le même temps, celle de Saint-Malo/Saint-Servan stagne – voire régresse – autour de 20 000 habitants.

  • 35 Cloître, Marie-Thérèse (dir.), Histoire de Brest…, op. cit., p. 75-90 et, pour les difficultés de (...)

20Troisième des grands ports bretons, Brest offre un modèle de développement largement différent. Il doit en effet sa croissance moins à un dynamisme local qu’aux choix politiques initiaux d’un Richelieu puis d’un Colbert de faire de la ville le principal arsenal du Ponant : l’ensablement progressif de Brouage, la trop grande exposition de Dunkerque aux attaques hollandaises, espagnoles ou anglaises, les difficultés de Rochefort souffrant très rapidement de sa situation trop en amont sur la Charente alors que Le Havre peine à s’imposer, permettent ainsi au port breton de s’affirmer comme la seule solution viable pour la monarchie35. Ce choix – pour une part contraint par des éléments extérieurs à Brest – s’explique cependant aussi par certaines des caractéristiques du port. La première tient à sa situation géostratégiquement idéale, face à l’Atlantique, au sortir de la Manche, sur l’une des routes maritimes parmi les plus fréquentées. À cette localisation éminemment stratégique, Brest ajoute un site remarquable : la rivière de Penfeld est, avec le Blavet, l’une des rares du littoral atlantique offrant un havre en eau profonde, apte à accueillir les plus gros des vaisseaux ; elle se jette en une rade suffisamment vaste pour abriter des escadres de première importance, une rade qui bénéficie elle-même de la protection offerte par un goulet particulièrement étroit, moins de 2 km séparant la pointe de Portzic au nord et celle des Espagnols au sud, la pointe du Minou de celle des Capucins, bancs et hauts fonds compliquant encore l’accès au port pour les non-initiés.

21Le développement de la ville est des plus rapides à compter de 1667-1669. Bien plus que la très symbolique maison de l’intendance, destinée à loger, à compter de 1669, le premier intendant de marine brestois, c’est l’agrandissement du port et la mise en place d’un arsenal sur les deux rives de la Penfeld – côté Recouvrance et côté Brest – qui matérialisent cette expansion. Pôle de construction, centre d’armement mais aussi de maintenance des vaisseaux du roi, l’arsenal se mue en un ensemble logistique complexe abritant de multiples installations spécialisées. Ce sont bien évidemment les quais et les bassins destinés à recevoir les navires, la dizaine de formes de radoub, dont celle de Troulan, édifiée entre 1683 et 1687, sans oublier la machine à mâter installée dès 1681. Ce sont aussi les divers ateliers : les corderies, les ateliers de calfatage, de sculpture et de peinture édifiés en 1692, celui des cabestans un peu plus tard, le bâtiment de la menuiserie en 1743, la voilerie en 1744, etc. Ce sont enfin une multitude de magasins et entrepôts, le magasin aux vivres bâti dès 1670, le magasin général, détruit par un incendie en 1744, année de l’édification du magasin aux cordages, les entrepôts pour les soufres, chanvres et goudrons (1749), le Parc-aux-Vivres enfin avec ses boulangeries et sa boucherie.

  • 36 Dans une littérature abondante, nous renvoyons à Lécuillier, Guillaume, « Quand l’ennemi venait de (...)
  • 37 Le Prestre de Vauban, Sébastien, Les Oisivetés de Monsieur de Vauban, Seyssel, Champ Vallon, 2007, (...)

22Bien évidemment, il convient de protéger ces installations. Vauban, qui séjourne à plusieurs reprises ici, engage une première série de travaux dès 168336. Après avoir « durci » les défenses du Château, il fait reprendre le tracé des remparts enserrant la ville, dus à Massiac de Sainte-Colombe, afin notamment de mieux assurer la sécurité de Recouvrance. Cette enceinte urbaine – la seule créée en Bretagne au cours de cette période – est complétée par toute une série d’ouvrages extérieurs, de plus en plus éloignés du cœur de la cité, batteries et tours de défense côtière. L’ampleur des travaux pensés par le commissaire général des fortifications de Louis XIV fait que l’on ne procède plus, jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, qu’à des aménagements de détail, en vue notamment de défendre les plages des grèves des Blancs-Sablons et de Cornouaille, propices à des descentes ennemies : comme l’avait déjà suggéré Vauban dans son Mémoire qui prouve la nécessité de mieux fortifier les côtés du goulet de Brest en 169537, deux camps, l’un à proximité du Conquet, l’autre à Quélern, sont provisoirement installés en 1744, 1746 et 1747 à l’initiative du baron de Coëtmen, commandant de Brest et de la Basse-Bretagne et, à ce titre, l’un des adjoints du commandant en chef.

  • 38 Sur ce point, nous renvoyons notamment à Jarnoux, Philippe, « Le poids des armes et le bruit du ve (...)
  • 39 Rappelons, à titre d’exemple, que l’escadre de Tourville qui, le 22 juin 1690, remporte la bataill (...)
  • 40 Sur les évolutions des choix stratégiques britanniques, voir Ryan, A.N., « The Royal Navy and the (...)

23Dans ces conditions, on l’imagine, le port et, par voie de conséquence, la ville vivent très largement au rythme des conflits, au rythme aussi des choix stratégiques de l’État, de ses politiques navales plus particulière38. En temps de guerre, des dizaines de milliers de marins et de soldats se concentrent parfois ici39, pour le meilleur – l’activité économique qu’ils génèrent – comme pour le pire : ainsi, fin 1757, l’escadre de Du Bois de la Motte, de retour du Canada, répand-elle à Brest et dans les environs les germes du typhus qui, en quelques semaines, tuent de l’ordre de 10 000 personnes. Ville dans la ville, l’arsenal emploie quant à lui plusieurs milliers de personnes – 3 000 en 1692 par exemple –, des ouvriers dont le nombre fluctue cependant au gré des commandes étatiques. Après la période faste des années 1660-1697, la moindre place accordée à la guerre d’escadre puis la longue phase de paix qui suit le traité d’Utrecht se font durement ressentir : alors que 100 navires avaient été construits entre 1660 et 1680, au temps de Colbert, et 50 autres de 1680 à 1700, seuls 51 sortent des chantiers de la Penfeld au cours des 40 années suivantes. Pas plus que les activités d’entretien de la flotte – et notamment de radoub – ou les modestes activités commerciales ne dépendant pas de la marine, les 1 500 à 2 000 bagnards qu’on y installe, comme à Toulon, à compter de 1749 ne parviennent à compenser vraiment le désintérêt relatif de l’État pour le port. Il faut attendre la timide reprise due à Maurepas, notamment au moment de la guerre de Succession d’Autriche, pour que les choses évoluent partiellement. D’autres problèmes surgissent alors cependant, notamment le choix fait par l’Amirauté britannique d’une stratégie de blocus en mer d’Iroise, face à Brest, privant ainsi l’arsenal de ses indispensables fournitures en bois et en fer40.

  • 41 Bérenger, Jean et Meyer, Jean, La Bretagne à la fin du XVIIe siècle d’après le mémoire de Béchamei (...)

24Le dernier des grands ports bretons, Lorient, profite alors des faiblesses brestoises pour s’affirmer : la Royale investit en effet régulièrement les installations de la Compagnie des Indes que les opérations militaires ne coupent jamais totalement du vaste hinterland auquel le port est relié par l’intense cabotage en provenance de Nantes. Dès les premières années de la guerre de Hollande, puis lors de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, ainsi que le note l’intendant Béchameil de Nointel, Louis XIV « y a fait bâtir et armer des vaisseaux de premier rang41 ». C’est à nouveau le cas dans la première décennie du XVIIIe siècle alors qu’un nouveau conflit vient fragiliser un peu plus encore les activités déjà limitées de la Compagnie : 12 navires seulement avaient été armés entre 1685 et 1689, deux par an en moyenne. Durant toutes ces années, et jusqu’à la relance d’une nouvelle Compagnie des Indes en 1719, c’est finalement la Royale qui assure le développement tout d’abord, puis la simple survie d’un site pourtant exceptionnel, à l’embouchure d’une rivière suffisamment profonde pour accueillir les plus gros des vaisseaux, dessinant une rade protégée par la citadelle de Port-Louis, tandis que la vaste baie formée par Groix offre de multiples possibilités de mouillage.

25Si l’expulsion – momentanée – de la marine royale en 1719 marque une première évolution, le véritable tournant date du début des années 1730. En l’espace de 15 ans, sous l’impulsion d’un nouveau directeur, Duval d’Esprémesnil, la Compagnie des Indes investit 3 millions de livres afin de faire de Lorient à la fois un chantier naval de premier plan, un port d’armement et de désarmement des navires, enfin le centre de vente des précieuses cargaisons ramenées des Indes Orientales. En quelques années, les constructions se multiplient : à l’emblématique hôtel des ventes, dû à l’architecte Jean V Gabriel, il convient d’ajouter trois cales autour desquelles s’organise l’ensemble des installations de l’arsenal, magasins et ateliers notamment. Café de Moka ou de l’île Bourbon, thé – pour 1 million de livres-poids vers 1750 –, épices diverses, porcelaine – 200 000 pièces à la même date –, cotonnades enfin et surtout, les fameuses indiennes notamment, rapportent à compter de 1734 des millions de livres lors de chaque vente annuelle, en octobre.

  • 42 Nières, Claude (dir.), Histoire de Lorient…, op. cit., p. 7.
  • 43 Quéniart, Jean, La Bretagne au XVIIIe siècle…, op. cit., p. 397.
  • 44 Bourde de La Rogerie, Henri, « Le voyage de Mignot de Montigny en Bretagne en 1752 », Mémoires de (...)

26La ville « par surprise » que constitue – selon la belle expression de C. Nières – à l’origine Lorient, en 1666, profite bien évidemment de cette croissance sans précédent42. Pourtant, si, au milieu du XVIIIe siècle, l’arsenal emploie de 3 000 à 4 000 personnes, l’on ne compte en 1757 sur les bords du Blavet que 15 maisons de négoce : création exogène, due à l’action conjuguée « de la finance parisienne et de l’État » bien plus que d’initiatives locales ainsi que le note J. Quéniart, le port peine à générer sa propre dynamique43. En 1752, alors qu’il visite l’arsenal en période de paix, Mignot de Montigny note par exemple que « cette ville naissante […] fort jolie, bien placée, bien peuplée et proprement bâtie […] semble destinée à devenir très considérable », ce qu’elle n’est pas encore donc44. Car chaque nouveau conflit est source de nouveaux soubresauts que les difficultés brestoises ne viennent que partiellement compenser : si l’arsenal est réinvesti partiellement par la Royale pendant la guerre de Succession d’Autriche, si les cales sont réquisitionnées à nouveau à compter de 1756 pour armer des vaisseaux du roi, c’est pourtant par centaines que les ouvriers sont renvoyés en raison de la baisse d’activité.

  • 45 Le Corre, Jérôme, « Lorient : la défense d’un port arsenal aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Europ (...)

27Les modestes travaux visant à protéger cette ville close, mais non fortifiée, des attaques des ennemis de la France sont cependant bien tardifs, alors même que les richesses de Lorient constituent très tôt une cible de première importance. Si Vauban avait, après 1683, fait entreprendre le renforcement de la citadelle de Port-Louis, il faut en effet attendre les lendemains de la guerre de Succession d’Autriche pour que soient édifiés les ouvrages de Kernevel, Kéragan – aujourd’hui Fort-Bloqué, où une batterie, construite en 1749, est agrandie en 1755 –, mais aussi du Loc’h, où, en 1756, l’on bâtit une redoute pentagonale à cavalier d’artillerie reliée aux batteries et retranchements de plage par deux poternes. Au-delà, les approches de Lorient par voie de terre sont dotées de protections dignes de ce nom, avec les lunettes de Kerlin et du Faouëdic, construites respectivement en 1755 et 1758. Ces défenses « du local », pour reprendre l’expression du duc d’Aiguillon, se doublent d’un renforcement de la « contre-escarpe insulaire » associant Groix mais aussi, plus loin, Belle-Île, Houat, Hoëdic ou l’archipel de Glénan45 : là, les travaux du fort de Cigogne débutent dès 1755 sur des plans de l’ingénieur La Sauvagère, tandis qu’à compter de 1757, des ouvrages sont reconstruits sur Houat et Hoëdic en lieu et place de ceux détruits en 1746.

  • 46 Nous reprenons ici les suggestives analyses de Le Bouëdec, Gérard, « Le réseau portuaire du Grand (...)
  • 47 Sur ces questions, Lespagnol, André, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Lou (...)

28Le premier port morutier français, armant en course et conservant d’importantes relations commerciales avec l’Espagne ; le premier port militaire du Ponant ; le port de la Compagnie française des Indes orientales par où transitent toutes les richesses en provenance de l’Océan Indien ; enfin le premier port négrier du pays, dominant aussi, parallèlement, le commerce en droiture avec les Antilles : la province concentre ainsi les quatre grands « systèmes maritimes » qui accompagnent la planétarisation des échanges au cours de l’époque moderne, ces systèmes maritimes que sont le système morutier terre-neuvier, les échanges avec l’Espagne et ses colonies, ceux avec les marchés asiatiques, le système antillais enfin. De facto, la Bretagne se trouve à la convergence des flux reliant Europe/Méditerranée/Amériques/Indes orientales ou Chine46. Les toiles – notamment de Bretagne centrale – exportées par Saint-Malo permettent de se procurer à Cadix, point de connexion avec le trafic colonial espagnol, les métaux précieux sud-américains qui sont « recyclés » sous formes de piastres en Asie par la Compagnie des Indes qui y acquiert thé, café, poivre, soie ou coton. Ces cargaisons asiatiques qui transitent par Lorient et, dans de larges proportions, par Nantes, sont directement connectées au commerce antillais à la fois en raison de la réexportation de certaines cotonnades, mais aussi et surtout parce que la forte croissance de la consommation de thé et de café s’accompagne de celle de sucre, dont la production suppose en retour le développement de la traite qui, elle-même, assure la prospérité de Nantes. Si l’on y ajoute le débarquement d’une large part du produit de la pêche morutière malouine dans les ports de la Méditerranée occidentale dont on ramène des cargaisons en provenance du Levant et l’indispensable protection d’une flotte de guerre apte à assurer la position stratégique de la France depuis Brest, on saisit toute l’importance des flux maritimes aboutissant en Bretagne47.

Carte 7. – Le système portuaire breton au XVIIIe siècle, d’après Le Bouëdec, Gérard, « Le réseau portuaire du Grand Ouest », art. cit.

  • 48 Le Bouëdec, Gérard, « Le réseau portuaire du Grand Ouest… », art. cit.
  • 49 Lespagnol, André, Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 258-259.
  • 50 Sur ce point, voir l’étude sur la côte sud de la Bretagne de Cérino, Christophe, « Enjeux stratégi (...)

29Aussi les cibles ne manquent-elles pas pour les Britanniques à l’échelle de la province. Certes, d’un strict point de vue tactique, Nantes tient en ce domaine une place un peu à part, en raison de sa situation en fond d’estuaire compliquant largement toute tentative d’attaque. Mais, ici comme ailleurs, au-delà des villes portuaires proprement dites, ce sont en fait des « systèmes portuaires » qu’il convient de prendre en compte (carte 7)48. Chaque port engendre en effet une masse d’activités dépassant le simple cadre de son emprise territoriale stricte, associant un centre principal à des ports de moindre envergure auxquels le lient des relations privilégiées, suscitant de ce fait une intense activité de cabotage. Le « port » de Nantes s’étend ainsi, de facto, des quais de la Fosse au Croisic ou à Paimbœuf, d’où partent d’ailleurs la plupart des navires négriers « nantais », tandis que l’activité strictement maritime de ce véritable « boulevard portuaire » que constitue la trentaine de havres de la Basse-Loire stimule en retour de nombreux autres secteurs : construction navale bien évidemment, mais aussi avitaillement des navires et transformation des cargaisons dessinent de vastes hinterlands terrestres ou maritimes à géométrie variable, des bords de l’Erdre aux montagnes d’Auvergne, de Bordeaux à Riga. Et ce qui vaut pour Nantes vaut aussi pour Lorient, Brest ou Saint-Malo. Ici, par exemple, le bassin de recrutement des équipages terre-neuviers s’étend de Paimpol à Granville et même au-delà, le long des littoraux de quatre voire cinq diocèses bretons et normands, dessinant ainsi les limites d’une vaste aire maritime portuaire49. S’y imbriquent des flux à différentes échelles, transocéaniques certes pour certaines, mais aussi de simple cabotage, de plus ou moins grande portée, donnant toute leur importance à certains des havres secondaires parfois « spécialisés » dans telle ou telle activité, permettant de comprendre les efforts consentis par les ennemis de la France pour les perturber50.

30En effet, à compter de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, l’on assiste à une multiplication des attaques sur les côtes de Bretagne, à une amplification aussi de ces opérations.

La multiplication de descentes au bilan mitigé

  • 51 Voir supra, chapitre i.

31Quels sont les objectifs de ce que les auteurs du temps nomment les « opérations conjointes » anglo-britanniques de la « seconde guerre de Cent Ans » ? Comment surtout atteindre de tels objectifs ? Ce sont-là les deux questions auxquelles il convient désormais de répondre tant il apparaît que les descentes sur les côtes de France en général, et de Bretagne en particulier, n’ont aucun caractère systématique, comme l’a illustré le cas malouin51.

  • 52 Cette opération reste mal connue : elle n’est qu’à peine évoquée par l’incontournable synthèse de (...)
  • 53 Voir supra, chapitre i.

32Passons sur l’attaque menée sur les côtes bretonnes, en l’occurrence à Belle-Île, par les Hollandais en juin 1674 : si l’amiral de Ruyter parvient à y débarquer pendant quelques jours de l’ordre de 5 000 hommes soutenus par une flotte de 70 bâtiments, l’opération reste sans lendemain et, au final, bien moins marquante que celles dues aux Anglais à compter des années 169052. C’est en effet à partir de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, et plus particulièrement à partir de 1692, que ces opérations se multiplient. Jusqu’à cette date, la forte présence de la Royale en Manche d’une part, le fait que l’initiative sur mer revienne très largement aux Français d’autre part – que l’on pense à l’affaire de Bantry en 1689, à Béveziers en 1690 – avaient sans doute limité les capacités d’action anglaises. Le tournant intervient en fait en mai-juin 1692, avec la neutralisation, pourtant momentanée, de la flotte française lors des batailles de Barfleur et de La Hougue. Saint-Malo semble alors la première visée, nous l’avons vu : en juillet 1692 tout d’abord, puis en novembre 1693, lors de l’attaque de la fameuse « machine infernale53 ». Les opérations s’enchaînent ensuite, tout au long du littoral du Ponant.

  • 54 Sur ce point, les meilleures synthèses sont celles proposées par Childs, John, The British Army of (...)
  • 55 Il semble notamment que le duc de Marlborough lui-même ait fourni des informations à la France ; L (...)

33La principale est sans doute celle qui prend pour cible le port de Brest en juin 1694. Elle met en œuvre une flotte de plusieurs centaines de voiles, parmi lesquelles 36 vaisseaux et une douzaine de bomb-vessels qu’accompagnent des dizaines de transports convoyant de l’ordre de 6000 hommes, dix bataillons d’infanterie renforcés de quelques escadrons de dragons. L’attaque du grand port du Ponant s’inscrit en fait dans une opération plus globale, visant à soutenir les forces espagnoles combattant contre les armées de Louis XIV en Catalogne en empêchant d’une part l’escadre de Brest de rejoindre celle de Toulon pour y opérer de concert en soutien des troupes du marquis de Noailles, en envoyant d’autre part un squadron de la Navy croiser en Méditerranée occidentale54. Les Anglais accumulent cependant les retards pendant la phase de préparation au printemps 1694, des retards qui hypothèquent rapidement les chances de remporter en Bretagne un succès majeur, d’autant que Louis XIV bénéficie très tôt de renseignements particulièrement précis sur les intentions du roi Guillaume III. Ces informations proviennent tout à la fois d’agents jacobites et, semble-t-il, de hauts responsables anglais55. Dès le 1er mai, elles lui permettent d’écrire à Vauban qu’il a

  • 56 Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne au XVIIIe siècle. Études et documents », Revue de (...)

« eu des avis de plusieurs endroits différents et qui se rapportent tous, qui m’assurent que le dessein du prince d’Orange est d’essayer avec les flottes d’Angleterre et Hollande jointes, de brûler les vaisseaux qui resteront à Brest, et de tenter, avec un corps de 6 à 7 000 hommes, de se rendre maître de ladite place56 ».

  • 57 Ibid., p. 230.
  • 58 Sur ce point, Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne… », art. cit., nov. 1910, p. 230-24 (...)
  • 59 Childs, John, The British Army…, op. cit., p. 228-230.

34Il convient d’agir. Le roi ordonne donc à Vauban d’aller « audit Brest » sans tarder, afin, lui écrit-il, que « vous ayez le temps de bien examiner la place et les lieux où les ennemis pourraient mettre pied à terre et d’où ils pourraient la bombarder, afin que vous preniez les précautions nécessaires pour les empêcher de réussir dans leurs desseins57 ». Sans tarder, le commissaire général des fortifications fait renforcer les défenses et aménager de nouvelles positions d’artillerie, concentre troupes régulières et miliciens de part et d’autre du goulet, ce dont il rend compte régulièrement à Louis XIV58. Ces préparatifs ne sont d’ailleurs pas ignorés outre-Manche : le 14 juin, la London Gazette les décrit en détail par exemple59. L’on sait aussi, depuisLa plusieursdescente semainescontre, queCamaret l’escadre duen Ponantjuin a 1694quitté Brest le 17 mai pour les rivages de la Catalogne, limitant d’emblée les objectifs assignés à l’opération. Pourtant, celle-ci est maintenue.

Carte 8. – La descente contre Camaret en juin 1694.

35Ce n’est que le 10 juin que l’escadre commandée par Berkeley peut enfin prendre la mer, avec presque un mois de retard par rapport à ce que Lord Talmash, le responsable des opérations à terre, aurait souhaité : pendant des semaines, il a en effet fallu attendre à Torbay l’arrivée des navires en charge du transport des vivres ; il a aussi fallu attendre l’arrivée des bomb-vessels, à qui doit revenir la tâche de bombarder et d’incendier Brest et son port. La traversée de la Manche n’est pas simple elle non plus, la flotte devant faire face à des vents contraires. Ce n’est donc que le 16 que l’escadre double Ouessant, le 17 qu’elle se présente à l’entrée du Goulet, face, à Camaret. Sans tarder, en début d’après-midi, des navires sont envoyés face au petit port, conduisant ainsi les batteries françaises à se dévoiler, révélant par là-même l’ampleur des défenses aménagées sur les ordres de Vauban un mois durant : l’opération contre Brest doit pourtant immanquablement débuter par la prise des batteries situées du côté sud du Goulet, condition sine qua non à une entrée dans la rade et au bombardement du port du Ponant. Aussi, malgré la reconnaissance de la plage prévue pour le débarquement qu’il mène en personne avec le marquis de Carmarthen le 17 en fin d’après-midi à bord d’une galère, Talmash informe-t-il un conseil de guerre réuni le 18 à 4 h du matin qu’il n’y a rien pour s’opposer à ce que l’opération ait lieu, la tour de Camaret mise à part, une tour que la flotte devra donc réduire au silence alors que les troupes débarqueront quelques centaines de mètres plus à l’est. Trois heures plus tard d’ailleurs, les 600 grenadiers provenant des 10 bataillons et constituant la première vague embarquent dans les chaloupes, précédés par un capitaine et une cinquantaine d’entre eux qui doivent former une sorte d’avant-garde chargée de s’assurer au préalable que le débarquement peut avoir lieu. Suivent deux bataillons d’infanterie, formant respectivement la seconde vague et les troupes d’appui devant permettre d’exploiter les succès initiaux escomptés.

  • 60 Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne… », art. cit., mars-avril 1911, p. 124.
  • 61 Selon une relation du capitaine Jamain, publiée par Mellinet, général Emmanuel, « Descente des Ang (...)

36En raison du brouillard, il faut cependant attendre près de quatre heures – pendant lesquelles les fantassins patientent dans les chaloupes – avant que les frégates, sous les ordres de Carmarthen, ne débutent leur bombardement des batteries françaises. Non seulement le savant dispositif échelonné en plusieurs vagues d’assaut mis en place par Talmash se disloque alors peu à peu, mais en plus les artilleurs français bénéficient désormais, avec la disparition de la brume, vers 11 h, d’excellentes vues sur la flotte anglaise. Une frégate hollandaise, la Wesel, est coulée par les tirs des batteries côtières, tandis que les six autres navires du même type engagés perdent leur gréement principal. À midi, en dépit des limites évidentes de l’appui apporté par l’artillerie navale, Lord Talmash tente le tout pour le tout : il ordonne le débarquement, sous le feu des canons postés en arrière immédiat de la plage de Trez-Rouz choisie à cet effet, sous le feu de plusieurs dizaines de mousquets des troupes massées là dans des tranchées, sous le feu de la tour de Camaret que les vaisseaux anglais n’ont pas réussi à faire taire. Alors que ses chaloupes approchent du rivage, le commandant de la première vague, Lord Cutts, hésite d’ailleurs face à l’opposition rencontrée, regagnant même la flotte après quelques instants de réflexion, malgré les injonctions de Talmash. Ce dernier, non sans courage, prend lui-même la direction des opérations et débarque en personne, suivi par une quinzaine d’hommes dans un premier temps seulement, par 200 autres commandés par trois capitaines très rapidement, puis par quelques centaines de plus. Alors qu’il tente d’organiser un assaut des tranchées françaises, la contreattaque menée par « Mr Benoise, capitaine d’une compagnie franche de la marine » qui, selon la relation rédigée par l’intendant Béchameil de Nointel, « voyant l’ennemi dans une grande confusion, a marché à eux l’épée à la main, suivi de 50 soldats de sa compagnie et soutenu par un détachement de pareil nombre60 », contraint le général anglais à se replier. Certains grenadiers sont alors tués, d’autres capturés, quelques-uns parvenant à fuir en direction de la mer61.

  • 62 L’intendant de Nointel évoque le débarquement de 6 à 700 hommes et la capture de « près de 400 pri (...)

37C’est au cours de cette retraite que Lord Talmash lui-même est sévèrement atteint d’une balle de mousquet et évacué non sans difficultés vers la flotte, son aide-de-camp devant offrir la somme importante de 5 £ à des marins anglais pour qu’ils détournent leur chaloupe et le prennent en charge. Le comte de Macclesfield, qui prend alors le commandement des maigres troupes restant à terre, décide de mettre fin à l’assaut et d’ordonner de regagner les vaisseaux de Berkeley. L’opération est un désastre. Outre la mort de Talmash, qui succombe à ses blessures dans la nuit du 22 juin, en arrivant à Plymouth, l’on évalue en général à 700 le nombre des fantassins anglais tués, blessés et faits prisonniers, auxquels il faut sans doute ajouter quelques centaines – 400 ? – de tués ou blessés supplémentaires sur les vaisseaux en raison du feu très précis de l’artillerie française62.

  • 63 Sur cette « bombarderie », voir les études de Guibon, H., « Relation du bombardement de 1694 extra (...)
  • 64 Si les destructions sont limitées, elles n’en inspirent pas moins à Vauban, nous l’avons vu, son P (...)
  • 65 Villiers, Patrick, « Jean Bart face aux tentatives de destruction de Dunkerque en 1694 et 1695. Un (...)

38Pourtant, ce cuisant échec subi sur les côtes bretonnes ne marque pas la fin de la campagne navale. Regagnant la Manche, la flotte de l’amiral Berkeley pilonne en effet Dieppe pendant plusieurs jours mi-juillet, ses bomb-vessels causant la destruction des deux tiers des maisons de la cité, sans pertes ou presque côté anglais, la défense des miliciens présents sur place – bretons pour la plupart – ne se révélant guère efficace en cette occasion63. Puis, faisant voile au sud-ouest, l’escadre de la Navy se retourne contre Le Havre, bombardé à son tour à compter du 25 juillet. Là, en 48 heures, quelque 200 à 300 maisons et plusieurs églises sont endommagées64. En septembre enfin, une autre escadre, celle de l’amiral Shovell, tente une attaque contre Dunkerque, attaque qui se solde cependant par un nouvel échec, les navires explosifs mis au point par le Néerlandais Meesters n’atteignant pas leur objectif65. Et le raid mené dans la foulée contre Calais ne se révèle guère plus probant.

39Les « bombarderies » reprennent néanmoins en 1695. Saint-Malo est visé les 14 et 15 juillet, nous l’avons vu ; Granville l’est le 18, les bombes anglaises endommageant plus ou moins gravement 80 maisons, 27 devant d’ailleurs être entièrement reconstruites. L’escadre de Berkeley vient ensuite mouiller face à Dunkerque à compter du 4 août. Les vents défavorables conduisent cependant au report du début des opérations au 11 du même mois, laissant aux Français le temps d’améliorer les défenses du port corsaire. Gênés par les bancs de sables et le feu des forts en contrôlant l’accès, dans l’impossibilité de s’approcher suffisamment de la côte pour ajuster leurs tirs, les Anglais renoncent finalement le lendemain, non sans avoir tiré quelque 1200 bombes selon certains témoignages.

  • 66 Juge, Colonel, « Les Anglo-Hollandais devant Belle-Île en 1696 », Bulletin de la Société polymathi (...)

40L’échec relatif de cette tactique du bombardement, les moyens engagés se révélant sans rapport avec les résultats obtenus – il est vrai cependant au prix de pertes des plus limitées –, conduit à une évolution partielle des modes d’action au cours de l’année suivante. Si Calais est à nouveau visé en 1696, les escadres anglo-hollandaises, délaissant assez largement la Manche, se tournent vers le littoral atlantique. Certes, celui-ci n’offre a priori guère d’objectifs comparables à ceux des côtes du Nord de la France : Bordeaux et Nantes, bien à l’abri dans leurs estuaires, ne purent ainsi jamais être directement visés ; quant à La Rochelle, plus accessible, elle bénéficie cependant de solides défenses. Aussi sont-ce des objectifs insulaires et/ou de moindre importance qui sont alors pris pour cibles. Le 14 juillet 1696, la flotte de l’amiral Russell vient mouiller pendant quelques jours entre la pointe de Taillefer et celle des Poulains à Belle-Île, sans parvenir à prendre pied sur l’île mais causant une certaine alarme sur le continent66. Au même moment, des raids sont lancés contre Houat (14-19 juillet) et Hoëdic (16-19 juillet) puis contre Groix (16-17 juillet), tandis qu’une partie de l’escadre s’en prend dans le même temps à l’île de Ré (18-23 juillet) et aux Sables-d’Olonne, contribuant ainsi à désorganiser – même pour quelques jours – tout le trafic maritime le long des côtes du sud de la Bretagne.

  • 67 Littleton fait notamment de la Normandie l’une des principales cibles potentielles ; McLay, K.A.J. (...)
  • 68 Selon McLay, K.A.J., « Combined Operations… », art. cit., p. 509, le comte de Danby, dès 1691, sui (...)

41De juillet 1692 à juillet 1696, en quatre années donc – sur les huit que dure le conflit –, ce sont une quinzaine d’attaques d’importances diverses qui se succèdent sur les côtes de France. Elles dessinent une géographie pour une part inattendue, ne coïncidant qu’imparfaitement avec celle suggérée par l’Anglais Edward Littleton dans un pamphlet de 1691 au titre des plus explicites, A project of a Descent Upon France67, une géographie qui n’évoluera que partiellement par la suite : certes, les rivages de la Manche, du Havre à Dunkerque, sont particulièrement visés avec six « bombarderies » ; mais six opérations touchent la seule Bretagne – dont la principale descente – alors qu’une seule, contre Granville, cible les ports situés entre Seine et Couesnon, deux autres s’en prenant à des objectifs au sud de la Loire68. Elles dévoilent aussi une chronologie propre, indiquant qu’elles répondent moins à une logique générale qu’à des conceptions stratégiques particulières, évoluant au gré des rapports de force mais aussi des conceptions des principaux chefs militaires, impliquant en retour des tactiques très variables : des « descentes » proprement dites, telle celle de Camaret, aux simples « bombarderies », largement délaissées après l’automne 1695, en passant par les raids sur des objectifs secondaires sans grande valeur militaire, tels les îles de Houat et Hoëdic.

  • 69 Les opérations contre les côtes bretonnes, qui avaient été précédées par des « alarmes » sur celle (...)
  • 70 L’histoire de cette opération ne semble guère avoir donné lieu à d’importants développements, malg (...)
  • 71 L’une des principales descentes anglaises de ce conflit a d’ailleurs lieu en Catalogne en 1705 ; s (...)

42Et ce qui vaut à l’échelle d’un seul et même conflit est encore amplifié d’un conflit à l’autre. Ainsi, aux multiples attaques de la guerre de la Ligue d’Augsbourg, succède la rareté de celles de la guerre de Succession d’Espagne, que ce soit à l’échelle des côtes françaises dans leur globalité ou à celle des seules côtes bretonnes : ni Saint-Malo, ni Brest, ni Dunkerque, ni Le Havre ne sont par exemple directement visés. Mais ce sont les militairement bien modestes objectifs que constituent Granville, les Glénan, Groix ou Belle-Île en 1703, la baie d’Étaples en 1709 qui subissent ces attaques de faible envergure, les Anglais reprenant finalement la tactique adoptée en 169669. C’est en fait plus au Sud qu’ont lieu les opérations majeures. Ainsi, le port-arsenal de Toulon, simplement soumis à blocus en 1694, est cette fois bombardé et assiégé en 1707 dans le cadre d’une vaste opération menée en coordination avec les forces terrestres d’Eugène de Savoie arrivant d’Italie du Nord, sans grand résultat cependant. Sète surtout, en raison de sa proximité avec les Cévennes, est l’objet d’une véritable descente : en juillet 1710, une escadre prend le contrôle du port afin d’apporter son soutien à une guérilla camisarde qui pourtant s’essouffle70. Au bout de trois jours cependant, les Britanniques doivent abandonner leurs positions et reprendre la mer, laissant quelques dizaines de prisonniers aux mains des troupes françaises ayant conduit la contre-attaque. Ces deux descentes traduisent bien le glissement vers la Méditerranée et ses littoraux français mais aussi espagnols des principales opérations navales lors de ce conflit71 ; elles cachent cependant pour une part la place prise désormais par les « opérations conjointes » aux Antilles et en Amérique du Nord dans la stratégie maritime des principaux belligérants.

  • 72 Le grand spécialiste de ces opérations est Richard Harding; nous renvoyons ici à ses travaux, « Sa (...)
  • 73 La réalité d’une descente à proximité de Cléder, sur la côte nord du Léon, en 1744, ne semble pas (...)
  • 74 Cette descente a donné lieu à de nombreuses publications, des publications de sources notamment. N (...)

43Cette dernière évolution est plus nette encore lors du conflit suivant, celui de la guerre de Succession d’Autriche, entre 1740 et 1748. L’entrée en guerre de l’Espagne aux côtés de la France, la place jouée par les Îles à sucre dans la stratégie des deux principaux belligérants limitent en effet les ambitions britanniques en matière de descentes sur les côtes françaises, d’autant que le Royaume-Uni doit désormais faire avec le Hanovre et une politique pour une part allemande. Aux opérations contre Carthagène, Santiago de Cuba, Porto Bello, contre la petite île de Roatan, au large du Honduras, ou contre Port-Louis à Saint-Domingue – pour ne citer qu’elles –, ne semblent répondre que celles contre les côtes de Bretagne-Sud, d’ailleurs elles-mêmes planifiées à la va-vite afin d’occuper un corps expéditionnaire trop tardivement réuni pour pouvoir gagner l’île de Cap-Breton, au large du Canada, à l’automne 174672. Lorient et son commerce des Indes constituent la principale cible alors73. L’escadre de l’amiral Lestock parvient à mettre à terre les quelque 5 000 hommes que commande le général Sinclair, contraignant la milice garde-côte à se replier sur Lorient en laissant le champ libre aux troupes britanniques74. Le siège de la ville, close mais non réellement fortifiée, nous l’avons vu, débute le 5 octobre (carte 9). Pourtant, inquiets en raison de la dégradation des conditions météorologiques et des risques que cela fait peser sur le futur rembarquement, déçus par l’inefficacité de leur maigre artillerie et l’incompétence des ingénieurs en charge des opérations de siège, Sinclair et Lestock préfèrent ordonner le repli au bout de quelques jours alors que, dans la confusion générale, un conseil de guerre réuni à Lorient le 8 octobre avait opté pour une capitulation. C’est donc à la surprise générale que les députés chargés de remettre les clés de la ville aux Britanniques trouvent leur campement déserté. Deux jours plus tard, sans avoir été inquiétées, les troupes de Sinclair achèvent leur rembarquement. L’amiral Lestock entend bien cependant ne pas en rester là, multipliant les raids contre des objectifs de bien moindre importance dans les jours qui suivent : la presqu’île de Quiberon est pillée entre le 14 et le 20 octobre, Houat et Hoëdic une nouvelle fois attaquées les 20 et 24 octobre, leurs fameuses tours, qui avaient résisté aux opérations de 1696, étant cette foisci méthodiquement détruites. L’escadre britannique vient enfin mouiller quelques jours devant Belle-Île, jusqu’à son départ, le 29 octobre.

  • 75 Rodger N.A.M., The Command of the Ocean…, op. cit., p. 249. Les pertes sont d’ailleurs sans doute (...)
  • 76 Sur les réactions aux descentes de 1746, nous renvoyons à Perréon, Stéphane, L’Armée en Bretagne a (...)
  • 77 Au-delà de ces principes généraux, dans lesquels s’inscrivent les descentes de 1758, nous renvoyon (...)

44Certes, ces descentes de 1746 restent sans grand impact sur l’issue du conflit qui se joue bien plus sur les champs de bataille des Flandres qu’ici. Pourtant, on ne saurait en faire uniquement, à l’instar de N.A.M. Rodger, un « échec complet et presque grotesque75 ». Comme nombre d’opérations de ce type, celles de l’automne 1746 ont non seulement largement contribué à mettre à mal la défense côtière bretonne, provoquant une mobilisation sans précédent des milices urbaines et de l’arrière-ban de la province, mais aussi à désorganiser pendant près d’un mois une partie du trafic – et, au-delà, les activités maritimes – d’une portion essentielle du littoral fran76. En cela, elles illustrent bien ce que sont les objectifs britanniques lors de ces descentes tout au long d’un vaste XVIIIe siècle77.

Carte 9. – Les descentes contre Lorient et Quiberon, octobre 1746.

  • 78 Notons deux exceptions peut-être : à Sète en 1710, lorsque des troupes britanniques prennent pied (...)
  • 79 Villiers, Patrick, « Jean Bart face aux tentatives de destruction de Dunkerque… », art. cit., p. 8 (...)

45Il ne s’agit tout d’abord en aucun cas d’« invasions » : les troupes anglaises puis britanniques n’ont jamais la volonté ni les moyens de s’implanter durablement sur le sol de France, au contraire de ce qui s’était passé dans les années 1480-1490 ou pendant les guerres de la Ligue ; surtout, ces troupes ne peuvent jamais compter sur des appuis locaux massifs, contrairement à ce que cherchent les projets français de descentes sur les côtes d’Irlande ou d’Écosse, en relation avec les catholiques irlandais ou les jacobites78. Il ne s’agit non plus en aucun cas d’opérations s’inscrivant dans un quelconque « cycle de représailles » évoqué plus ou moins explicitement par certains auteurs, hypothèse peu crédible dès lors que l’on prend un peu de hauteur79. Il ne s’agit guère, enfin, d’une stratégie en soi, mais plutôt d’un élément d’une stratégie plus globale reposant sur des actions à terre, sur mer, reposant enfin sur des considérations politiques intérieures ou internationales.

  • 80 Et encore, comme le suggèrent Mclay, K.A.J., « Combined Operations… », art. cit. et Rodger N.A.M. (...)
  • 81 L’on pourrait d’ailleurs y ajouter les 300 têtes de bétail saisies à Houat en 1696, sans rapport a (...)
  • 82 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 2819. D’autant que les répercussions de ces pertes ne se limitent (...)

46Ainsi, l’objectif le plus ouvertement affiché est de s’en prendre aux intérêts économiques français, notamment commerciaux, dans le cadre de conflits largement mercantilistes, nous l’avons vu. Le choix des différentes cibles semble le confirmer : Saint-Malo, Lorient et, au-delà, les axes commerciaux longeant les côtes de Bretagne-Sud, Dunkerque constituent ainsi des objectifs récurrents, alors que Brest n’est plus directement attaqué après l’échec de 169480. D’un point de vue tactique, ces objectifs de nature mercantiliste justifient d’ailleurs les destructions pratiquées – aussi modestes soient-elles – lors de chacune de ces opérations : tout autant que les fortifications, comme à Houat et Hoëdic en 1696 ou 1746, ce sont les éléments rappelant les activités maritimes, commerciales et/ou industrielles qui sont plus particulièrement visés. Ainsi les dizaines de « barques, chasse-marées et chaloupes », brûlés ou « que l’ennemi a enlevés » au même endroit, pour une valeur de 60 000 L ; ainsi encore les presses à sardine ou les filets de pêche, systématiquement endommagés ; ainsi, enfin, les dizaines de barriques de sardines pressées détruites ou embarquées ici aussi81. Au total, un mémoire de novembre 1746 évalue les pertes maritimes et commerciales pour la seule presqu’île de Quiberon à plus de 270 000 L, un résultat compensant indéniablement, pour une part au moins, du point de vue britannique, l’échec subi devant Lorient82.

  • 83 La chose est particulièrement nette dans les années 1690 (McLay, K.A.J., « Combined Operations… », (...)
  • 84 Rodger N.A.M. The Command of the Ocean…, op. cit., p. 155-156.
  • 85 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 3806, registre de correspondance de la commission intermédiaire de (...)

47Ces destructions, durement ressenties par les victimes, ne semblent pourtant pas l’essentiel. La réalité est en effet plus complexe, dans la mesure où ces objectifs mercantilistes s’inscrivent eux-mêmes parfois dans des stratégies aux multiples dimensions. Passons sur le rôle joué dans la planification de ces opérations par les équilibres politiques internes à l’Angleterre, par les rapports dialectiques entre des whigs aux options plutôt continentales, et des tories porteurs d’une politique plus ouvertement maritime, la blue water policy, entre des monarques pour la plupart d’origine étrangère au XVIIIe siècle – Guillaume III et George II pour la période qui nous intéresse ici – et leurs ministres83. Passons aussi sur les pressions ponctuelles – mais bien réelles – d’une opinion publique anglaise ou britannique, désireuse, en certaines circonstances, de voir agir « sa » Navy : ce serait le cas, selon N.A.M. Rodger, en 1694-1695 et l’une des raisons de la multiplication des « bombarderies », opérations bien moins risquées, bien moins coûteuses aussi que les descentes proprement dites, même si les résultats en sont aussi plus limités84. Plus fondamentale est sans doute ici la volonté, par ces actions sur les côtes de France, de faire diversion, dans le cadre d’une stratégie que l’on pourrait qualifier d’indirecte : les attaques des années 1695-1696 ne se comprennent ainsi qu’en tenant compte de la situation en Méditerranée occidentale, des succès des troupes françaises en Catalogne aussi, et peuvent alors être considérées comme un moyen participant des ambitions de Guillaume III dans cette zone ; quant à l’opération contre Lorient en 1746, elle a pour but explicite d’atténuer la pression des troupes françaises en Flandres tout en offrant aux Britanniques, avant la fin de la campagne de cette année-là au début de l’hiver, une position diplomatiquement plus favorable dans la perspective des négociations qui doivent s’ouvrir à Breda. Non sans une certaine efficacité d’ailleurs puisque Louis XV a rappelé de Flandres et d’Allemagne plusieurs régiments pour protéger les côtes de France contre de nouvelles descentes, fantassins de Berry, La Couronne, Rooth, Wittmer et cavaliers de Chabrillant, de Rumen ou Asfeld dragons pour la seule Bretagne85.

  • 86 Notons d’ailleurs que nombre d’officiers anglais se plaignent justement, en mai-juin 1694, de la t (...)
  • 87 Harding, Richard, « The Expedition to Lorient… », art. cit., p. 42.
  • 88 Mclay, K.A.J., « Combined Operations… », art. cit., p. 507 et Harding, Richard, « The Expedition t (...)

48En cela, la « descente » est en fait, fondamentalement, un raid de plus ou moins grande importance, à la recherche de ce que l’on appellerait aujourd’hui des « objectifs d’opportunité » sur le littoral de l’ennemi, comme l’illustrent les pérégrinations de l’escadre de Howe le long des côtes de Normandie dans la seconde quinzaine de juin 1758, après le rembarquement des troupes de Marlborough à Cancale (carte 10). Ceci s’explique par la grande latitude donnée aux commandants de ces opérations, et leur capacité à tenir compte de la situation tactique du moment : en 1703 par exemple, après avoir suivi les côtes de Haute et Basse-Normandie, et par cela contribué à alerter les troupes françaises dans toute la zone, le commandant d’une escadre anglaise décide de ne pas tenter de débarquement près de La Hougue en raison de la présence de troupes ennemies trop nombreuses et de regagner son port d’attache. Qu’importe : même sans ce débarquement, la diversion peut être considérée comme un semi-succès86. Mais ceci explique aussi, en retour, l’extrême diversité des objectifs visés : quoi de commun en effet entre la baie d’Étaples, Houat ou Saint-Martin-de-Ré et les grands ports que sont Brest, Saint-Malo, Lorient ou Dunkerque ? Ceci explique enfin la multiplicité des cibles potentielles : le comte de Nottingham ne reproche-t-il pas à l’amiral Russell, après sa victoire navale de La Hougue, en juin 1692, de n’en avoir pas profité pour attaquer Saint-Malo… ou alors Brest, ou encore Rochefort ? Quant à l’ordre de Newcastle à Sinclair en date du 22 août 1746 qui conduit à l’opération contre Lorient un mois plus tard, s’il mentionne bien ce port, c’est parmi de nombreux autres, le ministre demandant au général de planifier une attaque contre Bordeaux, La Rochelle, ou Rochefort, ou en tout autre point des côtes de France qu’il jugerait adéquat87. Notons, enfin, dans le même ordre d’idées, que dès 1691, le comte de Danby insistait sur l’importance, en terme de propagande, de ces actions, rejoint en cela par Hardwicke en 1746 : porter la guerre sur le territoire de l’ennemi, même pour quelques heures ou quelques jours, n’est pas anodin en effet, quel que soit l’endroit choisi88.

Carte 10. – La traversée de la Manche en juin 1758.

  • 89 Harding, Richard, Amphibious Warfare…, op. cit., p. 2.

49Globalement, il semble donc qu’à de rares exceptions près, la cible des descentes importe peu. L’idée est bien de faire un maximum de bruit : on vise des villes portuaires, les principales d’entre elles parfois, mais pas seulement ; sans plus. Face à ces opérations qui constituent souvent en Europe, selon R. Harding, « la seule stratégie offensive offerte aux gouvernements britanniques » successifs89, la Bretagne tient une place qui, pour ne pas être totalement nouvelle, n’en est pas moins particulière, nous l’avons vu : la convergence ici de flux maritimes de première importance, alliée à une proximité relative de l’ennemi récurrent que constituent l’Angleterre puis la Grande-Bretagne, en font la province la plus touchée par les descentes au cours de la première moitié de la « seconde guerre de Cent Ans ». Ceci justifie pleinement, en retour, les efforts de défense alors consentis.

Notes

1 Sur ces opérations, se reporter à l’ouvrage de synthèse de Rodger N.A.M., The Command of the Ocean : A Naval History of Britain, 1649-1815, Londres, Allen Lane, 2004, p. 152-180, 241-256, et à celui de Molyneux, Thomas More, Conjunct Expeditions or Expeditions that have been carried on jointly by the Fleet and Army with a Commentary on a Littoral War, Londres, Dodsley, 1759, particulièrement utile pour en établir la chronologie.

2 Nières, Claude, « La Bretagne, province frontière : quelques remarques », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1981, t. 58, p. 183-196.

3 Sur ces opérations, voir La Borderie, Arthur de et Poquet, Barthélemy, Histoire de Bretagne, Rennes, Vatar, 1913, t. V, p. 9 et Morice, dom H., Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne…, Paris, Impr. de C. Osmont, 1742-1746, vol. II, col 1 225-1 227, qui propose une description de la destruction du Conquet en 1558. Signalons par ailleurs, de manière plus anecdotique, ce que laisse apparaître des efforts de mise en défense de la province lors de ces descentes la lettre de rémission accordée à Estienne Bléon, de Ploërmel, suite à la prise de Belle-Île par les Anglais en 1575 (Janton, Laurence, Culture et société en Bretagne d’après les lettres de rémission, 1534-1574, Mémoire de maîtrise, dact., université de Nantes, 1998, t. 2, p. 347-350).

4 Croix, Alain, L’âge d’or de la Bretagne (1532-1675), Rennes, Ouest-France, 1993, p. 51. Nous n’évoquons pas ici les raids des siècles antérieurs, et notamment des XIIIe-XVe siècles, bien étudiés par Russon, Marc, Les côtes guerrières. Mer, guerre et pouvoirs au Moyen-Âge. France, façade océanique, XIIIe-XVe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2003, auquel nous renvoyons.

5 Sur cette période, on se reportera à l’ouvrage de Le Page, Dominique et Nassiet, Michel, L’union de la Bretagne à la France, Morlaix, Skol Vreizh, 2003.

6 Sur les dessous de cette alliance, notamment du point de vue anglais, Davies, C.S.L., « Richard III, Brittany and Henry Tudor (1483-1485) », Nottingham Medieval Studies, 1993, p. 110-126 et, de manière plus ancienne, Pocquet du Haut-Jussé, Barthélemy-A., François II, duc de Bretagne, et l’Angleterre (1458-1488), Paris, De Boccard, 1929.

7 Currin, John M., « “The King’s Army into the Partes of Bretaigne” : Henry VII and the Breton Wars, 1489-1491 », War in History, 2000, no 4, p. 379-412 et Beauchesne, Marquis de, « Expédition d’Édouard de Wydeville en Bretagne (1488) », Revue de Bretagne et de Vendée, 1911, p. 185-214.

8 Sur la politique des rois catholiques, voir Calmette, Joseph, « La politique espagnole dans la crise de l’indépendance bretonne », Revue historique, CXVII, 1914, p. 168-182.

9 Sur ces questions, nous renvoyons aux travaux de Glete, Jan, Warfare at Sea, 1500-1650. Maritime Conflicts and the Transformation of Europe, Londres, Routledge, 2000, p. 157-164 et Goodman, David, Spanish Naval Power (1589-1665). Reconstruction and Defeat, Cambridge, Cambridge University Press, 1997.

10 La chose est bien mise en évidence par Croix, Alain, L’âge d’or de la Bretagne…, op. cit., p. 59-60. Pour une vision plus détaillée, se reporter aux travaux de Parker, Geoffrey, The Grand Strategy of Philipp II, Londres/New Haven, Yale University Press, 1998 et à Tenace, Edward, The Spanish Intervention in Brittany and the failure of Philipp II’s bid for European Hegemony, 1589-1598, PhD, University of Illinois, 1997, p. 63-79.

11 Parker, Geoffrey, The Army of Flanders and the Spanish Road (1567-1659). The Logistics of Spanish Victory and Defeat in Low Countries Wars, Cambridge, Cambridge University Press, 2004 [2de éd.].

12 Sur cette communauté espagnole, voir la récente étude proposée par Croix, Alain (coord.), Nantais venus d’ailleurs. Histoire des étrangers à Nantes des origines à nos jours, Rennes/Nantes, Presses universitaires de Rennes/Nantes-Histoire, 2007, p. 26-37.

13 Binet, Henri, « Une question des crédits interalliés au XVIe siècle : l’intervention anglaise en Bretagne pendant la Ligue (1591-1595) », Bulletin historique et philologique, 1925, p. 92-93. Ces opérations espagnoles en Bretagne ont été étudiées plus récemment par Vazquez de Prada, Valentin, « Un episodio significativo de las relaciones de Felipe II con la Liga : la intervencion en Bretaña (1589-1598) », in Martinez Milan, Juan (dir), Felipe II (1527-1598) Europa y la monarquia católica, Madrid, Porteluz, 1998, p. 923-951.

14 Croix, Alain, Moi, Jean Martin, recteur de Plouvellec, Rennes, Apogée, 1993, p. 43, 47 et 55.

15 Ibid., p. 47.

16 Nous reprenons ici les conclusions de la stimulante étude de Tenace, Edward, « A Strategy of Reaction: The Armadas of 1596 and 1597 and the Spanish Struggle for European Hegemony », English Historical Review, no 478, 2003-4, p. 855-882. Se reporter aussi à Tenace, Edward, The Spanish Intervention in Brittany…, op. cit., p. 395-402 et 420-425.

17 Notons que les troupes espagnoles stationnées en Bretagne n’étaient pas des plus fiables : en juin 1597, non soldée depuis des mois, la garnison de Blavet s’était mutinée et avait emprisonné ses officiers, dont son commandant, don Juan d’Aguila.

18 Si les travaux de Wernham, Richard Bruce, After the Armada : Elizabethan England and the Struggle for Western Europe, 1588-1595, Oxford, Clarendon Press, 1984, MacCaffey, Wallace T., Elizabeth I. War and Politics, 1588-1603, Princeton, Princeton University Press, 1992, p. 152-195 ou Fissel, Mark Charles, English Warfare, 1511-1642, Londres, Routledge, 2001, p. 161-170 permettent de replacer l’intervention anglaise en Bretagne dans le cadre de la politique militaire globale d’Elisabeth à cette époque, cette intervention est surtout connue par des études locales : outre celle de Binet, Henri, « Une question des crédits interalliés… », art. cit., retenons Jones, Michael, « Les Anglais à Crozon à la fin du XVIe siècle : le témoignage des cartes », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1997, p. 11-35 et Trévédy, Julien, « Siège de Crozon (1594). Anglais et Espagnols en Bretagne », Revue de Bretagne et de Vendée, 1891, p. 193-208, 281-293, 351-361 et 448-460. Les travaux en cours d’H. Le Goffdevraient, dans les prochaines années, permettre d’en savoir beaucoup plus.

19 Sans doute le choix de ce lieu de débarquement, confié à la responsabilité des Anglais, expliquet-il le raid mené, en septembre 1591, par quatre galères espagnoles contre Lannion puis, l’année suivante, par deux galères et 16 autres navires contre Tréguier, mise à sac, et Paimpol, bombardée (Tenace, Edward, « A Strategy of Reaction… », art. cit., p. 869). L’on retrouve ces mêmes galères espagnoles commandées par don Diego Brochero en 1594 à l’entrée de la rade de Brest (Binet, Henri, « Une question des crédits interalliés… », art. cit., p 121).

20 Rappelons que cette pointe sur laquelle se dressait le Castil Leon s’appelle depuis Pointe des Espagnols. Sur le point de vue espagnol quant aux opérations autour de Brest, se reporter à Tenace, Edward, The Spanish Intervention in Brittany…, op. cit., p. 318-363.

21 Cité par Vergé-Franceschi, Michel, Colbert. La politique du bon sens, Paris, Payot, 2005, p. 223-224.

22 Braudel, Fernand, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle. Tome 3 : Le temps du monde, Paris, A. Colin, 1979.

23 Se reporter aux stimulantes analyses de Minard, Philippe, « Réputation, normes et qualité dans l’industrie textile française au XVIIIe siècle », in Stanziani, Alessandro (dir.), La qualité des produits en France (XVIIIe-XXe siècles), Paris, Belin, 2003, p. 69-89 et Minard, Philippe, « Normes et certifications des qualités : les règles du jeu manufacturier au XVIIIe siècle », in Bretagnes. Art, négoce et société de l’Antiquité à nos jours. Mélanges offerts au professeur Jean Tanguy, Brest, Association des amis de J. Tanguy, 1996, p. 173-190.

24 Sur ce point, nous renvoyons à nouveau aux études de Tanguy, Jean, Quand la toile va. L’industrie toilière bretonne du XVIe au XVIIIe siècle, Rennes, Apogée, 1994, notamment sur le Léon, à celles, sur les toiles dites bretagnes, de Martin, Jean, Toiles de Bretagne. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac (1670-1830), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, ou encore, pour les toiles de chanvre de Haute-Bretagne, à Lagadec, Yann et Pointeau, Delphine, « La protoindustrie textile dans les campagnes des environs de Vitré (XVIe-XIXe siècles) : un modèle spécifique de production ? », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 2006, p. 181-208.

25 Sur l’implantation de ce nouveau port, Le Bouëdec, Gérard, Le port et l’arsenal de Lorient de la compagnie des Indes à la marine cuirassée (XVIIIe-XIXe siècles) : une reconversion réussie, Paris, Librairie de l’Inde, 1994 et Nières, Claude (dir.), Histoire de Lorient, Toulouse, Privat, 1989, p. 7-21.

26 Cloître, Marie-Thérèse (dir.), Histoire de Brest, Brest, CRBC, 2000, p. 75-90 ou, pour les premières années de l’arsenal, Peter, Jean, Le port et l’arsenal de Brest sous Louis XIV, Paris, ISC-Economica, 1998.

27 Sur cette question, et plus particulièrement pour ce qu’il appelle le « premier round » de la Seconde guerre de Cent Ans, voir Lespagnol, André, « Guerre et commerce maritime durant la phase initiale de la Seconde Guerre de Cent Ans, 1688-1713 », in Bercé, Yves-Marie (dir.), Les Européens et les espaces océaniques au XVIIIe siècle, Paris, AHMUF, 1997, p. 83-98.

28 Cf. supra, chapitre i.

29 Sur Nantes et son commerce maritime, se reporter aux études de Petre-Grenouilleau, Olivier, Nantes au temps de la traite des Noirs, Paris, Hachette, 1998 et Meyer, Jean, L’armement nantais dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1969. Croix, Alain, L’âge d’or de la Bretagne…, p. 189-190, 206-207 et Quéniart, Jean, La Bretagne au XVIIIe siècle (1675-1789), Rennes, Ouest-France, 2004, p. 368-370 et 386-402 offrent des synthèses très éclairantes sur ce port.

30 Lemaître, Alain-J., La misère dans l’abondance en Bretagne au XVIIIe siècle. Le mémoire de l’intendant Jean-Baptiste des Gallois de la Tour (1733), Rennes, Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1999, p. 265.

31 Ibid., p. 265-266.

32 Ibid., p. 268.

33 Pétré-Grenouilleau, Olivier, Nantes au temps de la traite…, op. cit., p. 50.

34 Sur l’urbanisme nantais des années précédant la guerre de Sept Ans, Lelièvre, Pierre, Nantes au XVIIIe siècle. Architecture et urbanisme, Paris, Picard, 1988 [1re éd. 1942].

35 Cloître, Marie-Thérèse (dir.), Histoire de Brest…, op. cit., p. 75-90 et, pour les difficultés de développement des différents ports militaires dans la seconde moitié du XVIIe siècle, Dessert, Daniel, La Royale. Vaisseaux et marins du Roi-Soleil, Paris, Fayard, 1996, p. 103-122.

36 Dans une littérature abondante, nous renvoyons à Lécuillier, Guillaume, « Quand l’ennemi venait de la mer. Fortifications littorales en Bretagne de 1683 à 1783 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 149-165, Plasse, Fernand-Marceau, Vauban et… la Bretagne, Saint-Léger-Vauban, Les Amis de la maison Vauban, 2005, p. 27-38 et 105-140, Besselièvre, Jean-Yves, Les travaux de fortification de Brest à la fin du XVIIIe siècle, 1776-1784, Mémoire de maîtrise, université de Bretagne occidentale (Brest), 1996, p. 28-44 ou encore Peter, Jean, Vauban et Brest, Paris, ISC-Economica, 1998. Voir aussi infra, chapitre iii.

37 Le Prestre de Vauban, Sébastien, Les Oisivetés de Monsieur de Vauban, Seyssel, Champ Vallon, 2007, p. 301-322.

38 Sur ce point, nous renvoyons notamment à Jarnoux, Philippe, « Le poids des armes et le bruit du vent : le poids économique de la Marine dans un port de guerre. Brest dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle », inBragard, Philippe, Chanet, Jean-François et al., L’armée dans la ville dans l’Europe du Nord et du Nord-Ouest du XVe siècle à nos jours, Louvain, Bruylant/UCL, 2006, p. 339-352.

39 Rappelons, à titre d’exemple, que l’escadre de Tourville qui, le 22 juin 1690, remporte la bataille de Béveziers sur les Anglo-Hollandais, a quitté Brest quelques jours plus tôt avec plus de 100 navires – dont 70 vaisseaux de ligne –, représentant quelque 28 000 hommes. Brest constitue, par ailleurs, l’un des points de départ vers les colonies d’Amérique du Nord : outre les soldats chargés de la protection de la ville, y transitent donc régulièrement des milliers d’hommes en partance pour les Antilles ou la Nouvelle-France.

40 Sur les évolutions des choix stratégiques britanniques, voir Ryan, A.N., « The Royal Navy and the Blockade of Brest, 1689-1805. Theory and Practice », inAcerra, Martine, Merino, José et Meyer, Jean (dir.), Les marines de guerre européennes, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 1985, p. 195-209.

41 Bérenger, Jean et Meyer, Jean, La Bretagne à la fin du XVIIe siècle d’après le mémoire de Béchameil de Nointel, Paris, Klincksieck, 1976, p. 134. De manière plus générale, Le Bouëdec, Gérard, Le port et l’arsenal de Lorient…, op. cit., et Nières, Claude (dir.), Histoire de Lorient…, op. cit.

42 Nières, Claude (dir.), Histoire de Lorient…, op. cit., p. 7.

43 Quéniart, Jean, La Bretagne au XVIIIe siècle…, op. cit., p. 397.

44 Bourde de La Rogerie, Henri, « Le voyage de Mignot de Montigny en Bretagne en 1752 », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1925, p. 256.

45 Le Corre, Jérôme, « Lorient : la défense d’un port arsenal aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Europe et défense, no hors série des Bulletin de la Société historique et archéologique de Nantes et de Loire-Atlantique, 2000, p. 84.

46 Nous reprenons ici les suggestives analyses de Le Bouëdec, Gérard, « Le réseau portuaire du Grand Ouest du XVe siècle à la Seconde Guerre mondiale », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2001-1, p. 117-126.

47 Sur ces questions, Lespagnol, André, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 231-710 ; Le Bouëdec, Gérard, « L’État et les ports militaires bretons de Brest et de Lorient de Colbert au XXe siècle », in Nicolas, Gilbert (dir.), La construction de l’identité régionale : les exemples de la Bretagne et de la Saxe, XVIIIe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 43-51 ; Le Bouedec, Gérard, « La Bretagne et la guerre : ruptures et modèles de développement économique maritime (XVe -début XXe siècle) », in Marzagalli, Silvia et Marnot, Bruno (dir.), Guerre et économie dans l’espace atlantique du XVIe au XXe siècle, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2003, p. 211-221 ; Le Bouëdec, Gérard et Llinares, Sylvianne, « Les arsenaux face aux enjeux géostratégiques atlantiques (XVIIe-XIXe siècles) », in Enjeux maritimes des conflits européens (XVIe-XIXe siècles), Enquêtes et documents, no 28, 2002, p. 149-167.

48 Le Bouëdec, Gérard, « Le réseau portuaire du Grand Ouest… », art. cit.

49 Lespagnol, André, Messieurs de Saint-Malo…, op. cit., p. 258-259.

50 Sur ce point, voir l’étude sur la côte sud de la Bretagne de Cérino, Christophe, « Enjeux stratégiques et opérations navales britanniques en Bretagne-Sud au XVIIIe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 133-148 et, sur Saint-Malo, les nombreux mémoires de DES dirigés à l’université de Rennes par Jean Delumeau dans les années 1960, notamment ceux de Levrel, Marguerite, Les activités commerciales et la vie maritime à Saint-Malo (1754-1755), DES d’histoire, Rennes 2, 1967, Le Goff, Jacqueline, Les activités du port de Saint-Malo en 1757, DES d’histoire, Rennes 2, 1968, Le Berre, Michelle, Les activités du port de Saint-Malo en 1758, DES d’histoire, Rennes 2, 1967, Gaussen, G., Saint-Malo et la mer en 1759, DES, Histoire, Rennes 2, 1967, Le Poezat-Guigner, Annie, Les activités du port de Saint-Malo en 1761, DES d’histoire, Rennes 2, 1967, Cherel, Marcel, Les activités du port de Saint-Malo en 1762, DES d’histoire, Rennes 2, 1967 et Cherel, Huguette, Les activités du port de Saint-Malo en 1763, DES d’histoire, Rennes 2, 1967, parmi de nombreux autres.

51 Voir supra, chapitre i.

52 Cette opération reste mal connue : elle n’est qu’à peine évoquée par l’incontournable synthèse de Bruijn, Jaap R., The Dutch Navy of the Seventeenth and Eighteenh Centuries, Columbia, University of South-Carolina Press, 1993, p. 91. Voir les quelques pages que consacre à cet « épisode sans éclat d’une entreprise peu glorieuse » l’historien néerlandais Chotzen, Ch.-M., « Le gouvernement hollandais et la révolte du Papier timbré. L’amiral de Ruyter et la Bretagne en 1675 », Annales de Bretagne, 1942, p. 105-109.

53 Voir supra, chapitre i.

54 Sur ce point, les meilleures synthèses sont celles proposées par Childs, John, The British Army of William III, 1689-1702, Manchester, Manchester University Press, 1987, p. 209-239 et McLay, K.A.J., « Combined Operations and the European Theatre during the Nine Years’War, 1688-1697 », Historical Research, no 202, 2005, p. 506-539. Cette opération a aussi donné lieu à une imposante littérature locale. Retenons, outre les travaux de Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne au XVIIIe siècle. Études et documents », Revue de Bretagne, nov. 1910, p. 225-248 et mars-avril 1911, p. 113-153, ceux de Dizerbo, A.-H., « Une relation de la bataille de Camaret (18 juin 1694) par Peregrine Osborne, marquis de Caermarthen. Traduction et commentaires », Bulletins de la Société archéologique du Finistère, 1983, p. 93-110, de Gustave-Toudouze, Georges, « La victoire de Camaret, le 18 juin 1694, et la poésie populaire bretonne », Bulletins de la Société archéologique du Finistère, 1959, p. 29-66, de Levot, Prosper, « La descente des Anglais à Camaret », Revue maritime et coloniale, 1872, t. XXXIII, p. 27-57. Manque cependant encore une synthèse englobant les points de vue britanniques et français des événements.

55 Il semble notamment que le duc de Marlborough lui-même ait fourni des informations à la France ; Lloyd, E.-M. lieutenant-colonel, « Marlborough and the Brest Expedition, 1694 », English Historical Review, 1894, IX, p. 130-132.

56 Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne au XVIIIe siècle. Études et documents », Revue de Bretagne, nov. 1910, p. 230.

57 Ibid., p. 230.

58 Sur ce point, Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne… », art. cit., nov. 1910, p. 230-248 et Anonyme, « La défense des côtes. Campagne de 1694 », Revue militaire. Archives historiques, 1900, p. 83-103, 133-150, 209-237, 289-306.

59 Childs, John, The British Army…, op. cit., p. 228-230.

60 Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne… », art. cit., mars-avril 1911, p. 124.

61 Selon une relation du capitaine Jamain, publiée par Mellinet, général Emmanuel, « Descente des Anglais à Camaret le 18 juin 1694 », Mélanges historiques, littéraires, bibliographiques publiés par la Société des bibliophiles bretons et de l’histoire de Bretagne, 1878, T. I, p. 205-215, alors que de nombreux soldats anglais cherchaient à se rendre, « malheureusement, une troupe de gardes-côtes étant survenue et ayant vu la manœuvre des troupes de la Marine et le succès dont elle avoit été suivie, fondit sur les Anglois et les massacra presque tous. Le nombre des prisonniers fut très modique ». Le rôle des gardes-côtes est notamment mis en avant par les chants se rapportant à ce combat. Sur ce sujet, voir Nedelec, P.-J., « Canoen neué voar sujet ar generosité dimes ar Vrettonet Crozon er combat en Camaret ho deveus combattent courageusament evit ar feis catholiq », Bulletins de la Société archéologique du Finistère, 1959, p. 67-74 ou encore de Nedelec, P.-J., « À propos du poème breton sur la bataille de Camaret », Bulletins de la Société archéologique du Finistère, 1960, p. 3-12.

62 L’intendant de Nointel évoque le débarquement de 6 à 700 hommes et la capture de « près de 400 prisonniers », ce qui correspond aux 300 morts évoqués par Childs, John, The British Army…, op. cit., p. 234. Un état des prisonniers dressé en juin 1694 en mentionne 451, dont 102 blessés (Binet, Henri, « La défense des côtes de Bretagne… », art. cit., mars-avril 1911, p. 124-125).

63 Sur cette « bombarderie », voir les études de Guibon, H., « Relation du bombardement de 1694 extraite du “Journal de bord de Lord Berkley” », Revue des Amis du vieux Dieppe, 1913, p. 84-87 et Héron, A., « Relation du bombardement de Dieppe de Laurent Croisé, procureur du roi à l’amirauté », Mélanges de la Société de l’Histoire de Normandie, 5e série, 1898, p. 95-111.

64 Si les destructions sont limitées, elles n’en inspirent pas moins à Vauban, nous l’avons vu, son Projet d’ordre et des précautions qu’on peut prendre contre les bombes… (Le Prestre de Vauban, Sébastien, Les Oisivetés de Monsieur de Vauban, Seyssel, Champ Vallon, 2007, p. 271-277).

65 Villiers, Patrick, « Jean Bart face aux tentatives de destruction de Dunkerque en 1694 et 1695. Une défense de terrien ou de marin ? », in Coll., Combattre, gouverner, écrire. Études réunies en l’honneur de Jean Chagniot, Paris, Economica, 2003, p. 813-828.

66 Juge, Colonel, « Les Anglo-Hollandais devant Belle-Île en 1696 », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, T. 66, 1927, p. 28-33.

67 Littleton fait notamment de la Normandie l’une des principales cibles potentielles ; McLay, K.A.J., « Combined Operations… », art. cit.. En 1746 encore d’ailleurs, c’est un « Plan pour inquiéter les Français par le débarquement de 8 ou 9 000 hommes en Normandie » et non à proximité de Lorient qui est initialement élaboré pour l’amiral Lestock et le général Sinclair ; sur ce plan, voir Diverres, P., « L’attaque de Lorient par les Anglais (1746) », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1930 p. 308-310.

68 Selon McLay, K.A.J., « Combined Operations… », art. cit., p. 509, le comte de Danby, dès 1691, suivant en cela les suggestions des huguenots français mais aussi du pamphlet d’Edward Littleton (A project of a Descent Upon France, 1691), envisage des descentes d’une part le long des côtes situées entre Charente et Gironde, d’autre part sur le littoral normand. Elles ne se concrétisent finalement ni les unes, ni les autres. Il est probable d’ailleurs que la plus forte présence de troupes royales en Haute-Normandie et Picardie limite les ambitions anglaises sur les littoraux de ces provinces.

69 Les opérations contre les côtes bretonnes, qui avaient été précédées par des « alarmes » sur celles de Normandie, sont sommairement décrites par Glotin, Hyacinthe, « La flotte anglo-hollandaise sur le littoral vannetais en 1703 », Association bretonne, 1899, p. 273-277 et Lamnodez, Emmanuel R.P. de, La flotte hollando-anglaise sur les côtes méridionales de Bretagne au XVIIe et au XVIIIe siècle, Lorient, Imprimerie Chamaillard, 1883.

70 L’histoire de cette opération ne semble guère avoir donné lieu à d’importants développements, malgré l’attention accordée aux camisards. L’on trouvera cependant quelques éléments dans Bonnet, Émile, « Les Anglais en Languedoc, juillet 1710 », Bulletin de la société languedocienne de géographie, Tome 38, 1915, p. 91-122 et, plus récemment, Guérout, Max, « Opérations de l’amiral Norris sur les côtes de France en 1710 », in Guerres et paix, 1660-1815. Journées franco-anglaises d’histoire de la Marine, Vincennes, Service historique de la Marine, 1987, p. 163-170.

71 L’une des principales descentes anglaises de ce conflit a d’ailleurs lieu en Catalogne en 1705 ; sur cette opération, Fitzmaurice Stacke, H. captain, « The Capture of Barcelona, 1705. A Little Known Combined Operation », Journal of the Royal United Service Institution, 1930, 75, p. 337-346.

72 Le grand spécialiste de ces opérations est Richard Harding; nous renvoyons ici à ses travaux, « Sailors and Gentlemen of Parade: Some Professional and Technical Problems Concerning the Conduct of Combined Operations in the Eighteenth Century », Historical Journal, 32, 1989, p. 35-55 et Amphibious Warfare in the Eighteenth Century: The British Expedition to the West Indies, 1740-42, Woodbridge, The Boydell Press for the Royal Historical Society, 1991.

73 La réalité d’une descente à proximité de Cléder, sur la côte nord du Léon, en 1744, ne semble pas attestée. Sur cette possible opération, La Borderie, Arthur de, « Descente des Anglais à Cléder », Revue de Bretagne et de Vendée, déc. 1888, p. 448-453 et les arguments plus critiques de Robiou, F., « Note sur un débarquement des Anglais, près Saint-Pol-de-Léon en 1744 », Association bretonne, 1891, p. 277-279.

74 Cette descente a donné lieu à de nombreuses publications, des publications de sources notamment. Nous ne retiendrons ici que les travaux très complets de Diverres, P., « L’attaque de Lorient… », art. cit., 1930 p. 267-338 et 1931, p. 1-112, ainsi que les mises en perspectives proposées plus récemment par Harding, Richard, « The Expedition to Lorient, 1746 », Age of Sail, no 1, 2002, p. 34-54 et Pourchasse, Pierrick, « La Vierge contre les Anglais : mémoire d’un non-événement (Lorient, 1746) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2007-4, p. 185-194.

75 Rodger N.A.M., The Command of the Ocean…, op. cit., p. 249. Les pertes sont d’ailleurs sans doute inférieures à 100 soldats et marins selon Harding, Richard, « The Expedition to Lorient… », art. cit., p. 50.

76 Sur les réactions aux descentes de 1746, nous renvoyons à Perréon, Stéphane, L’Armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des États, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p. 131-134 et 138-143.

77 Au-delà de ces principes généraux, dans lesquels s’inscrivent les descentes de 1758, nous renvoyons infra, chapitre iv, au sujet des objectifs poursuivis lors de ces dernières.

78 Notons deux exceptions peut-être : à Sète en 1710, lorsque des troupes britanniques prennent pied en Languedoc pour soutenir les Camisards, mais l’opération ne dure que trois jours, nous l’avons vu ; à Rochefort en 1757 ensuite, peut-être. Selon Woodbridge, John D., Revolt in Pre-Revolutionary France. The Prince de Conti’s Conspiracy against Louis XV, 1755-1757, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1995, l’expédition britannique aurait en effet été préparée en étroite concertation avec le prince de Conti qui, brouillé avec Louis XV, soutenait les Parlements dans leur lutte contre le « despotisme ministériel ». L’activité de Conti allait bien au-delà de cet appui donné aux magistrats et le prince aurait préparé une vaste insurrection protestante dans le royaume de France. Le débarquement britannique aurait donc eu pour objectif de soutenir la cause huguenote tout en sapant les bases de la monarchie absolue. Passons cependant : la thèse apparaît fragile en effet. Nous n’en remercions pas moins Edmond Dziembowski d’avoir attiré notre attention sur cet ouvrage.
Il convient d’ailleurs de noter que, sans aller jusqu’à retenir l’idée d’un vaste complot ourdi par Conti, la présence de huguenots en Poitou apparaissait aux Britanniques comme une raison supplémentaire de frapper Rochefort : dans une lettre en date du 5 novembre 1757, James Wolfe signale qu’« il est certain qu’il n’y avait rien dans toute cette contrée pour s’opposer à 9 000 bons fantassins : un million de protestants sur lesquels il est nécessaire de garder un œil, ce qui fait que la garnison ne pouvait pas s’aventurer à s’assembler contre nous, et pas de troupes, exceptée la milice » ; Wright, Robert, The Life of Major-General James Wolfe, Londres, Chapman and Hall, 1864, p. 397.

79 Villiers, Patrick, « Jean Bart face aux tentatives de destruction de Dunkerque… », art. cit., p. 816-817 et Henry, René, Saint-Malo et l’Angleterre. Un pays contre une ville, Saint-Malo, Cristel, 2004. L’argument tient d’autant moins dans le cas de la guerre de la Ligue d’Augsbourg que les projets de descentes sont formulés et, pour certains, préparés dès 1691-1692, avant même qu’il soit nécessaire pour les Anglo-Hollandais de se « venger » de l’action de la course malouine ou dunkerquoise… Sur ce point, voir l’analyse, bien plus convaincante, de McLay, K.A.J., « Combined Operations… », art. cit.

80 Et encore, comme le suggèrent Mclay, K.A.J., « Combined Operations… », art. cit. et Rodger N.A.M. The Command of the Ocean…, op. cit., p. 154-156, la descente de 1694 contre Brest vise à détruire au port une flotte du Ponant qui, largement reconstituée après La Hougue, s’en prend directement ou indirectement aux convois marchands alliés, menaçant notamment les intérêts commerciaux hollandais en croisant en Méditerranée occidentale.

81 L’on pourrait d’ailleurs y ajouter les 300 têtes de bétail saisies à Houat en 1696, sans rapport avec les besoins alimentaires de la flotte anglaise, non plus d’ailleurs que les 1 142 moutons, 48 vaches, 44 génisses, 117 cochons et autres bœufs ou chevaux pris à Quiberon en octobre 1746. Si ces pertes sont minimes pour la France, elles disent bien cependant ce que sont, dans les principes, les objectifs de ses ennemis.

82 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 2819. D’autant que les répercussions de ces pertes ne se limitent pas à la seule année 1746, se prolongeant les années suivantes en raison de la destruction des biens et moyens de production que constituent bateaux, presses, filets ou même bétail. De manière fort logique, ce mémoire en tient compte, incluant une partie sur le « produit du commerce dans la presqu’île de Quiberon et par le moïen duquel on y subsistoit ». Il y est question des « 15 à 1 800 barriques de sardines pressées » produites chaque année, des chasse-marées qui « alloient à La Rochelle, Bordeaux et l’Espagne qui produisoient 35 à 40 000 livres par an », du « commerce des barques » rapportant quelque 20 000 autres livres, enfin du « commerce de la sardine verte ou fraîche, des toiles, fils, chanvres, cuirs, beurre, graisse, suifs, vins et grains » qui procuraient des revenus annuels de l’ordre de 60 000 L au moins. « Mais aujourd’hui, il n’y a plus de navigation » conclut finalement le mémoire. Rappelons cependant que les autorités lorientaises, lors d’une première entrevue avec le général Sinclair, lui auraient proposé une contribution de 2 500 000 L pour épargner la ville ; Diverres, P., « L’attaque de Lorient par les Anglais (1746) », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1931, p. 43.

83 La chose est particulièrement nette dans les années 1690 (McLay, K.A.J., « Combined Operations… », art. cit., p. 509-510) mais aussi en 1746 : selon Harding, Richard, « The Expedition to Lorient… », art. cit., p. 35, l’opération contre le Canada et, par voie de conséquence, celle contre Lorient qui la remplace cette année-là constituent le « ciment d’une coalition récemment négociée [par Newcastle] avec Lord Cobham et les Patriotes ».

84 Rodger N.A.M. The Command of the Ocean…, op. cit., p. 155-156.

85 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 3806, registre de correspondance de la commission intermédiaire des États, 1746, p. 825-833, 857, 859 ; C 3807, id., p. 140.

86 Notons d’ailleurs que nombre d’officiers anglais se plaignent justement, en mai-juin 1694, de la trop faible latitude laissée à Talmash et Russell lors de l’opération contre Brest. La chose expliquerait pour une part l’échec alors subi. Sur ce point, Childs, John, The British Army of William III…, op. cit., p. 230-231.

87 Harding, Richard, « The Expedition to Lorient… », art. cit., p. 42.

88 Mclay, K.A.J., « Combined Operations… », art. cit., p. 507 et Harding, Richard, « The Expedition to Lorient… », art. cit., p. 42. Hardwicke écrit à Newcastle le 24 août 1746 qu’il pense que l’expédition contre les côtes françaises « va être très populaire étant donné ce que la France a dernièrement tenté contre nous », faisant ici référence au soutien accordé par Louis XV aux jacobites, défaits en mars de la même année à Culloden.

89 Harding, Richard, Amphibious Warfare…, op. cit., p. 2.

Table des illustrations

Légende Carte 5-1. – Les descentes sur les côtes de France pendant la « seconde guerre de Cent Ans ». Guerre de la Ligue d’Augsbourg et guerre de Succession d’Espagne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende Carte 5-2. – Les descentes sur les côtes de France pendant la « seconde guerre de Cent Ans ». Guerre de Succession d’Autriche et guerre de Sept Ans.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103230/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Carte 6. – Troupes espagnoles et anglaises pendant la Ligue (1590-1598).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103230/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Carte 7. – Le système portuaire breton au XVIIIe siècle, d’après Le Bouëdec, Gérard, « Le réseau portuaire du Grand Ouest », art. cit.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103230/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende Carte 8. – La descente contre Camaret en juin 1694.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103230/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Carte 9. – Les descentes contre Lorient et Quiberon, octobre 1746.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103230/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Carte 10. – La traversée de la Manche en juin 1758.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103230/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540