Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement français en Méditerranée

 | 
Jérôme Bocquet

Deuxième partie. Les missionnaires de la langue française

Moïse Nahon, Yomtob Semach, Samuel D. Levy et les autres. Des notables juifs en situation coloniale ? Les directeurs des écoles de l’Alliance israélite universelle au Maroc (fin XIXe-mi XXe siècles)

Colette Zytnicki

Texte intégral

  • 1 Weil G., Émancipation et progrès. L’Alliance israélite universelle et les droits de l’homme, Paris, (...)
  • 2 Antébi E., Les Missionnaires juifs de la France (1860-1939), Paris, Calmann-Lévy, 1999.

1On connaît l’influence culturelle de l’Alliance israélite universelle répandant parmi les judaïcités méditerranéennes la langue et les valeurs françaises1. On connaît également quelques-uns de ses maîtres, agents dévoués de l’institution et de leur patrie d’adoption2. Mais, semble-t-il, on s’est moins interrogé sur les conséquences sociales de la création d’un réseau d’écoles forgé dans le moule d’un franco-judaïsme. Il serait ainsi intéressant de suivre le destin des anciens élèves de l’institution afin de comprendre si l’AIU a pu, comme elle en rêvait, contribuer à la transformation sociologique des communautés juives, faisant émerger une classe moyenne éduquée, bien représentée dans les activités modernes de sociétés méditerranéennes alors en plein bouleversement.

2Dans le cadre limité de cet article, on portera l’analyse sur un groupe singulier, celui des directeurs des écoles de l’Alliance en se demandant si, durant la période qui va de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, l’institution a donné naissance à un type inédit de notables dans les sociétés juives du Maroc. En plaçant la focale à ce niveau, on se propose d’interroger non seulement le fonctionnement social des communautés juives mais également leur mode d’insertion politique – au sens large du terme – dans un royaume ébranlé par l’ingérence croissante des puissances occidentales à la fin du XIXe siècle et par la colonisation ensuite.

3Dans le monde juif traditionnel marocain, caractérisé par un statut d’autonomie sous contrôle, les notables ne représentaient pas seulement l’élite dominante et dirigeante, ils remplissaient également le rôle d’interface avec les pouvoirs centraux et locaux. Dans ce contexte, l’AIU ouvrit sa première école à Tétouan en 1862 et déploya par la suite un réseau assez dense d’établissements éducatifs. Elle y dépêcha ses directeurs d’école, une catégorie sociale exogène dans ses valeurs mais aussi dans son fonctionnement. Nommés par une institution étrangère au monde marocain, dépendants de celle-ci, leur champ d’action et leurs liens avec les pouvoirs locaux n’avaient rien de comparable avec ceux des élites traditionnelles. C’est à l’émergence de ces nouveaux cadres de la vie collective que nous nous intéresserons ici, au travers, notamment, de la biographie de certains d’entre eux.

  • 3 Colonna F., Instituteurs algériens : 1883-1939, Paris, Presses de la Fondation nationale des scienc (...)

4L’on sait par ailleurs que, de façon générale, la domination coloniale induit une recomposition dans le mode de désignation des élites du cru. Elles peuvent être décimées, privées de leurs pouvoirs ou bien intégrées, de gré ou de force, dans le système politique du vainqueur. Certains notables peuvent être amenés à composer pour maintenir leurs assises en tirant plus ou moins profit de la situation coloniale. Les colonisateurs contribuent, de leur côté, à dégager de nouvelles formes de notabilités, formées dans leurs écoles ou dans leur armée, comme les instituteurs « indigènes » issus de l’école normale qui leur était réservée à la Bouzareah en Algérie3. L’insertion des directeurs de l’Alliance dans la société coloniale du Maroc de l’entre-deux-guerres est aussi complexe. Si leur notabilité est avérée, il faut reconnaître qu’elle est récente, remontant seulement à la fin du XIXe siècle. Et par ailleurs, ils ne peuvent évoluer que dans le cadre politique fixé par les autorités françaises, celui d’une minorité religieuse placée sous surveillance.

Les notables dans la société juive traditionnelle marocaine

5Tentons, au préalable, de tracer, à grands traits, le tableau des notables dans la société juive marocaine traditionnelle.

6Ceux que l’on peut regrouper sous le terme de sages forment la première catégorie : les juges, les abatteurs rituels, les rédacteurs d’actes religieux et les chefs spirituels. Ces derniers se recrutaient habituellement, selon un principe héréditaire, parmi un nombre restreint de familles. Selon Shlomo Deshen, les Berdugo-Toledano ont ainsi dominé le rabbinat à Meknès pendant plusieurs siècles. À Fez, les Danan et Sarfati ont exercé les fonctions rabbiniques entre le XIVe et le XXe siècle.

  • 4 Deshen S., Les gens du Mellah. La vie juive au Maroc à l’époque pré-coloniale, Paris, Albin Michel, (...)

« Le pouvoir des rabbins marocains repose sur leur maîtrise des organisations et des groupes sociaux, des synagogues privées qui ne représentent en fait qu’une partie de la société du mellah. Parfois, il repose aussi sur l’exercice de fonctions précises, comme celles de juges, qu’ils doivent à des droits héréditaires4… »

  • 5 Zafrani H., Juifs d’Andalousie et du Maghreb, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 261.

7En effet, plus que de leurs fonctions proprement dites, les rabbins tiraient leur pouvoir de leur ascendance prestigieuse. Le sage est à coup sûr le produit d’une filiation émérite, sans cesse rappelée : « Quiconque a mérité d’être nommé à une charge (serarah), en conserve le bénéfice pour lui-même, sa vie durant et pour sa descendance jusqu’à la fin des générations » dit une consultation juridique de 1728, rédigée par l’un des membres de ces illustres familles de Fez, J. Abensur5.

8Le second type de notable découle du statut d’autonomie des communautés juives en terre d’Islam. L’existence de ces dernières est tolérée, moyennant la reconnaissance, symbolique et financière, de la puissance des maîtres de l’heure. Chacune d’entre elles doit donc s’acquitter de l’impôt spécifique aux juifs, la jizya et s’administrer de manière autonome. Leurs instances dirigeantes assurent le culte, l’enseignement et la bienfaisance, de même que l’ordre public au sein du groupe. Les communautés sont dirigées par un naguid. Celui-ci assume également le rôle de représentant auprès des autorités musulmanes. C’est le plus souvent par son intermédiaire que les mellah devaient acquitter les charges fiscales qui pesaient sur eux. Seuls, donc, les plus riches étaient en mesure de remplir cette fonction. Enfin, leur nomination dépendait d’un subtil arrangement entre le consentement des notables religieux et laïcs et l’accord des autorités marocaines. Le statut de naguid était plus précaire que celui des sages car il dépendait de la nature des liens noués à un moment donné entre musulmans et juifs, mais aussi des luttes d’influence au sein de la communauté. Si certains ont pu ainsi accroître leur fortune ou leur prestige, d’autres ont subi les contre coups des relations parfois tendues entre les différents segments de la société marocaine au XIXe siècle. Même si l’on doit prendre son témoignage avec recul, le rapport établi par Joseph Halevy sur son voyage au Maroc en 1876 est assez éclairant :

  • 6 Guebirim : les notables.
  • 7 Bulletin de l’Alliance israélite universelle, 1er janvier 1877, rapport adressé au comité central (...)

« Placés entre la haine des Arabes et la crainte peu déguisée de leurs coreligionnaires, les guebirim6 du Mellah me paraissent plus à plaindre qu’à envier. Leur vie est partagée entre le besoin de conservation et les remords, à tel point qu’il ne leur reste peu de moments pour jouir de leurs richesses. J’en ai une preuve palpable : M. Meir Corcos, le chef reconnu de cette oligarchie si enviée, à l’occasion d’un entretien que j’eus avec lui le samedi 17 août, se trouva si mal qu’il dût interrompre aussitôt la conversation, et dès lors, ne prit aucune part à la formation du Comité de l’Alliance. La plupart des guebirim imitèrent la conduite de leur chef et se tirent à l’écart7. »

  • 8 Abitbol M., Commerçants du Roi : Tujjar al-Sultan, Paris, Maisonneuve et Larose, 1999.

9Certains neguidim pouvaient se recruter parmi ces Tujjar al-Sultan, étudiés par Michel Abitbol8, une aristocratie fortement liée au pouvoir marocain et impliquée dans le mouvement des affaires qui se déploie au XIXe siècle. Ces grands marchands avaient noué des relations étroites, commerciales et amicales avec la bourgeoisie musulmane dont ils partageaient le mode de vie et les valeurs. Mais leur réseau familial et commercial dépassait les limites du monde maghrébin. Quelques-uns avaient établi des liens solides dans les grandes villes occidentales :

  • 9 Schroeter D.J., Chetrit J., « The transformation of the Jewish Community of Essaouira (Mogador in t (...)

«For centuries, elite Moroccan Jewish merchants and their families had been part of an international network of Sephardi Jews which transcended their idenfication with the countries where they lived. Moroccan Jews who arrived in Europe, often influential members of the elite, had been equal status with Sephardi European Jewish counterpart9

  • 10 Schroeter D.J., The Sultan’s Jew. Marocco et Sephardi World, Stanford University Press, Stanford, C (...)

10Telles se présentaient la dynastie des Corcos, originaires de Marrakech et appelés à Mogador par le sultan au milieu du XIXe siècle, mais aussi celles des Afriat et des Coriat. On peut également évoquer la carrière de Meir Macnin, analysée par David Schroeter, puissant marchand qui fut nommé ambassadeur du sultan auprès des nations chrétiennes au début du XIXe siècle10. Isaac Benchimol fut légat à Tetouan dans les années 1840. Les rapports tissés avec le pouvoir en place pouvaient être mobilisés au profit de leur communauté d’origine. Aussi le rabbin Haïm Pinto demanda-t-il à Macnin d’utiliser ses réseaux avec le Makhzen pour venir au secours d’un coreligionnaire emprisonné.

  • 11 Abitbol M., « Un aspect des relations judéo-musulmanes au Maghreb à la fin du XIXe siècle : les nég (...)

11Mais étaient-ils réellement des représentants de leur groupe ? Ils semblaient, de manière générale, peu préoccupés par le sort des plus pauvres de leurs coreligionnaires. Pour Michel Abitbol, ces Tujjar al-Sultan formaient, au même titre que leurs homologues musulmans, une bourgeoisie qui ne constituait nullement une « élite dominante, en ce sens qu’elle n’avait ni les moyens ni la volonté de rendre perméables au reste de la société, les valeurs, les aspirations et les normes qu’elle véhiculait, et parmi celles-ci, les normes relatives aux relations judéo-musulmanes11 ».

  • 12 Kenbib M., « Protections, protectorat et nationalisme, 1904-1938 », Hespéris Tamuda, XVIII. 1978/79 (...)

12Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, certains de ces marchands tirèrent aussi leur prestige de la nouvelle configuration politico-économique du Maroc en devenant les protégés d’une puissance occidentale qu’elle soit austro-hongroise, italienne, anglaise ou française12.

L’émergence d’un nouveau type de notable : les directeurs des écoles de l’AIU

13La première école de l’Alliance fut ouverte en 1862 à Tétouan. Les débuts du réseau ne furent pas des plus simples. L’institution eut bien des difficultés à s’imposer, en particulier à Mogador où elle rencontra l’opposition de la bourgeoisie locale. Une première école fut ouverte en 1866 dans la ville, un projet largement soutenu par le légat de la France, Alfred Beaumier. Mais elle dut fermer quelques années plus tard devant l’opposition farouche des notables locaux :

  • 13 Rapporté dans Paix et Droit, « L’œuvre scolaire de l’Alliance israélite », 1er janvier 1932.

« Je renonce quant à moi à lutter davantage, écrit, dépité, Alfred Beaumier en 1868, les israélites de Mogador ne veulent plus d’école, ne veulent plus d’hôpital et se croyant désormais suffisamment émancipés pour n’avoir plus à ménager personne, même leurs protecteurs, ils se sont ouvertement prononcés contre les idées nouvelles13. »

  • 14 Bulletin de l’Alliance israélite universelle, « Rapport sur les écoles et les communautés du Maroc (...)

14Il fallut attendre quelques années pour renouveler l’expérience et bien de la patience pour convaincre les notables locaux de l’utilité d’une école de l’Alliance. En 1873, le directeur de l’école de Tanger en mission au Maroc pour le compte de l’AIU, Hirsch, notait que celle-ci ne pouvait guère compter sur l’appui des riches commerçants de la ville14. Un autre missionnaire, Joseph Halevy, chargé de convaincre les notables de soutenir l’école de l’Alliance, eut toutes les peines du monde à mettre sur pied un comité local de l’AIU où siégeaient des représentants des élites – au nombre desquelles des membres de la famille Corcos –, de manière assez épisodique et sans enthousiasme, il faut le dire.

  • 15 Lettre de la légation de la République française au Maroc, 19 juin 1903, Archives du ministère des (...)

15Néanmoins, au fur et à mesure que se multiplièrent les établissements, la notabilité du directeur d’école s’imposa. Son prestige trouvait son origine dans une fonction ancienne, celle de l’éducation, qui se trouvait toutefois renforcée par le rôle que jouait la France dans la région, rôle dans lequel l’AIU tenait sa partition. Le comité central de l’Alliance avait noué des relations assez étroites avec le ministère des Affaires étrangères qui, de son côté, voyait d’un très bon œil la consolidation d’une institution véhiculant les valeurs françaises. Sur place, les représentants de la France encourageaient les efforts de l’Alliance, comme le fit Alfred Beaumier et certains de ses successeurs. Aussi les directeurs des écoles via l’AIU étaient-ils considérés comme les agents de l’influence culturelle de la France. Dans une lettre envoyée par la Légation au Maroc au Quai d’Orsay, on lit que les professeurs de l’Alliance sont « d’excellents propagateurs de la langue et des idées françaises15 ».

16Leur rôle peut même être plus large lorsque, vers la fin du XIXe siècle, les rapports entre juifs et musulmans se tendent dans le royaume chérifien. Dans les périodes de crise, c’est presque tout naturellement vers les directeurs des écoles de l’AIU que se tournent les responsables des communautés juives pour dénoncer les exactions dont ils s’estiment victimes. Ils espèrent qu’ils sauront transmettre leurs doléances auprès du comité central de l’Alliance, voire au-delà. Si les représentants de l’AIU savent faire jouer leurs relations avec les puissances occidentales, ils s’appuient également sur les élites juives locales pour faire pression sur les autorités marocaines avec lesquelles elles ont conservé de bons rapports. Tel fut le cas à Marrakech au début du XXe siècle où, selon le directeur de l’école de l’AIU, le gouverneur avait remis en vigueur les règles de vie traditionnelles, alors tombées en désuétude dans les grandes villes de la côte. Les juifs ne pouvaient sortir chaussés dans la Médina, sauf à recevoir la bastonnade. Le directeur d’école, qui avait rencontré le président de la communauté, Yoshua Corcos, sollicita le comité central de l’AIU en lui demandant de faire pression sur le Glaoui de Marrakech. Il suggéra même à ses supérieurs la teneur de la lettre à transmettre :

  • 16 Archives de l’AIU, Maroc IV C, lettre du directeur de l’école de Safi, Falcon au comité central de (...)

« Les mesures vexatoires prises à leur égard en ces temps troublés (aller à la Médina déchaussés, défense de monter à cheval sur des mules) n’ont plus lieu d’être et vous comptez sur lui pour les faire abolir16. »

17Yoshua Corcos fit parvenir la lettre au Glaoui dont il était le « banquier et l’ami intime ». La requête des juifs de Marrakech fut entendue du prince du lieu qui répondit de la manière suivante :

  • 17 Lettre du Glaoui à Narcisse Leven (président de l’AIU), 26 octobre 1908, Archives de l’AIU, Maroc (...)

« Ils [les juifs] sont actuellement tranquilles et très respectés [dans la Médina] et sont permis en outre de monter même sur des bêtes hors du mellah, c’est-à-dire dans la médina. Enfin, tout ce qui leur a été interdit, ils peuvent le faire aujourd’hui avec une plus grande liberté17. »

18En ce cas précis, tous les réseaux sociaux ont été mobilisés par les notables, anciens ou nouveaux, pour mettre fin à une situation jugée dégradante pour les juifs.

19Parlant un excellent français, vêtu et vivant à l’européenne, le directeur d’école représentait enfin une forme de modernité à laquelle certaines élites pouvaient être sensibles à la fin du siècle. Leur influence s’affirmait au fur et à mesure que progressait l’occidentalisation dans mœurs dans les grandes villes. Ainsi le dépeint-on quelques dizaines d’années plus tard :

  • 18 « L’École normale israélite orientale, 1867-1932 », Paix et droit, juin 1932.

« Dans les premières années, les directeurs que l’Alliance nomme ne sont pas que des maîtres d’école chargés uniquement d’apprendre à lire, à écrire et à chiffrer. Ils représentent le progrès. Leur action est encore plus importante, comme organisateurs des communautés. Ils en sont les arbitres, les pacificateurs. Certains ressembleraient à des personnages consulaires. Leurs interventions auprès des autorités locales, auprès des représentants des gouvernements étrangers, s’exercent sans discontinuer et presque toujours avec efficacité18. »

20Mais tel n’est pas le cas partout. À Fez, les élites locales résistèrent longtemps et furent suivies par le peuple du mellah :

  • 19 Lettre de J. Valadji au comité central de l’AIU, Fez, 1er septembre 1903, Archives de l’AIU, Franc (...)

« Pour ces braves gens, les écoles sont un article de luxe. Seuls les pauvres, et pas tous, et certaines familles qui ont voyagé ou qui ont quelque protection européenne nous envoient leurs enfants. Les autres, qui constituent la très grande majorité des Juifs, s’obstinent à faire apprendre à leurs enfants le Talmud et la Tora dans de petits Talmud-Tora infects… Plusieurs de nos coreligionnaires considèrent encore nos écoles comme des lieux profanes et impies19. »

21On comprend alors que les rapports des directeurs avec les notables traditionnels aient pu être parfois difficiles. L’enseignement délivré dans les écoles, basé sur l’apprentissage en français, laissant peu de place à la transmission religieuse et à l’hébreu, était aux antipodes de celui délivré par les rabbins qui le critiquèrent à plusieurs reprises. Par ailleurs, les directeurs concurrençaient le rôle politique des neguidim dont ils traçaient un portrait peu flatteur :

  • 20 Archives de l’Alliance israélite universelle, Maroc, XXXIV E, 584, Mogador, 11 juillet 1878, cité (...)

« Vous ne devez pas ignorer que de tout temps, ils ont considéré nos coreligionnaires pauvres de cette ville comme appartenant à une classe méprisable et bien distincte de la leur ; ils ne voient en eux que des serviteurs… Il ne leur convient pas que les Juifs de la basse classe les surpassent… en instruction. Ils préfèrent les voir dégradés, vicieux, abattus afin qu’ils soient toujours soumis20… »

  • 21 Zytnicki C., « David Cazès (1850-1913), historien des Juifs de Tunisie : un “métis” culturel ? », O (...)

22Dans les années qui précèdent la colonisation, se noue une sorte de lutte pour le leadership des communautés, lutte qui attend encore des études précises. Mais la stratégie d’affrontement n’a pas toujours prévalu. Les anciens notables et leurs enfants ont pu également s’insérer dans les nouvelles sphères de notabilité. David Cazès (et ses frère et sœur) – qui naquit à Tétouan en 1850 où il fréquenta l’école de l’Alliance – fut ainsi envoyé à l’école de formation des maîtres de l’AIU à Paris, l’École normale israélite orientale (ENIO). Le jeune homme fit partie des quatre premiers élèves à avoir bénéficié du nouveau cursus en 1867. Il est vrai que sa carrière ne se fit pas au Maroc mais en Tunisie puis en Argentine21.

  • 22 Voir Antebi É., « Abraham Ribbi (1861-1928) : l’apôtre du Maroc », p. 39-54, op. cit.

23Abraham Ribbi fait partie de cette génération des premiers notables issus de réseau scolaire de l’AIU22. Né en 1861 à Smyrne, il fut nommé à Tétouan en 1881 où il arriva à se concilier le rabbin local, Samuel Nahon. Il épousa une fille – de quatorze ans ! – issue d’une bonne famille locale, scellant ainsi l’union entre les notabilités. Il réussit à fondre en un même ensemble les Talmud Torah et les écoles de l’AIU, obtint que la taxe perçue sur la viande cachère soit augmentée au profit des œuvres d’éducation. Ses dons de conciliateur lui valurent d’être nommé à Tanger où la rivalité entre l’Alliance et la Junta, la communauté locale, avait conduit à fermer les écoles de la ville qu’il eut pour mission de rouvrir. Il fit de même à Larache et participa à la création de celles de Casablanca, Rabat, Mazagan, Safi. Il fonda également l’association des anciens élèves des écoles de l’AIU dont le modèle se répandit dans tout le Maroc et qui joua, nous le verrons, un rôle non négligeable. Cette carrière est exemplaire à plusieurs titres. Ribbi réussit à se faire reconnaître des élites locales en cherchant des alliés et en épousant une femme issue du milieu des notables du cru.

24La formation d’un réseau scolaire en rupture avec le modèle éducatif mais aussi social traditionnel ne manqua pas ainsi de susciter un nouveau type de notables. Au contraire des anciennes élites, fortement ancrées dans le tissu local, qui pouvaient se prévaloir d’une hérédité prestigieuse et des liens avec les autorités marocaines, le pouvoir des directeurs de l’AIU reposait sur une institution exogène, relayée toutefois dans le pays par les représentants des puissances européennes dont le crédit ne cessait d’augmenter. Entre les deux systèmes de notabilités, les sources de conflits ne manquaient pas, accentuées par les tensions politiques dont le Maroc était le terrain, contrebalancées toutefois par des stratégies d’accommodement et de négociations. C’est dans ce contexte que s’installa le protectorat de la France en 1911-1912.

Les directeurs de l’AIU : des notables coloniaux ?

  • 23 Kenbib M., Juifs et musulmans au Maroc, 1859-1948. Contribution à l’histoire des relations intercom (...)
  • 24 Kenbib M., Juifs et musulmans au Maroc, 1859-1948, op. cit.

25L’Alliance, si patriote et si attachée à la défense de l’influence française, n’était guère opposée à la colonisation en général. Elle avait maintenu son réseau scolaire en Tunisie en nouant des relations assez chaleureuses avec les autorités du protectorat. Dans les premiers mois de la domination française, ses dirigeants avaient pensé que la nouvelle conjoncture politique lui permettrait de déployer son réseau scolaire, servant ainsi la cause française23. Mais il lui fallut rapidement déchanter : le nouveau statut des juifs, fixé dans le dahir de 1918, réduisait de fait l’autonomie des communautés. Et l’absorption d’une partie de ses écoles par le système d’enseignement colonial provoqua également des tensions entre l’Alliance et le protectorat qui s’apaisèrent après la rétrocession des établissements à l’AIU en 1924. On le voit, l’attitude des autorités coloniales n’étaient pas celles des légats de la fin du XIXe siècle. Il n’était plus question de considérer les juifs comme l’un des points d’appui de la politique française, on pensait plutôt les maintenir dans un statut de minorité contrôlée. Telle était la position de Georges Hardy, alors directeur de l’instruction publique au Maroc, qui redoutait l’influence émancipatrice, annonciatrice de revendications égalitaires, d’une instruction délivrée par les institutions françaises24. Il n’empêche qu’à partir de 1924, les rapports entre le protectorat et l’AIU se normalisent, et certains maîtres ont ainsi la possibilité de jouer un rôle non négligeable dans la société coloniale. Lors de la tournée d’inspection qu’il effectue au Maroc cette même année, Jacques Bigart, le secrétaire adjoint de l’Alliance peut déclarer :

  • 25 Bigart J., « Une mission au Maroc », Paix et droit, 1926.

« J’ai eu aujourd’hui une audience du résident général, M. Steeg. Accueil chaleureux et sympathique. M. Steeg connaît notre action au Maroc, l’apprécie hautement et est tout disposé à nous prêter le concours du protectorat pour le développement de nos écoles et pour la création de nombreuses œuvres sociales dont il sait la nécessité25. »

  • 26 Nahon M., Notes d’un colon du Gharb, Société marocaine d’éditions, 1925 ; Propos d’un vieux Marocai (...)

26Quelques itinéraires particuliers permettent de cerner l’attitude de ces notables à l’égard du régime colonial. Le cas de Moïse Nahon, tout en étant assez atypique, mérite qu’on lui accorde de l’importance. Il naquit à Tanger en 1870 où il fréquenta l’école de l’AIU. Admis à l’ENIO en 1885, il découvrit alors la France avec un enthousiasme certain. Il occupa un premier poste à Fez. Sa connaissance de l’arabe lui valut d’être reconnu par sa hiérarchie. On lui confia la mission d’ouvrir une école à Casablanca en 1897 avant d’être envoyé en Algérie pour y diriger l’œuvre post-scolaire. Revenu au Maroc en 1912, il soutint avec enthousiasme la présence française jusqu’à nouer des relations amicales avec Lyautey. Il se retira de l’enseignement, acheta un grand domaine et menant la vie d’un propriétaire, devint un parfait colon. Le premier ouvrage qu’il rédigea, Notes d’un colon du Gharb, est préfacé par Lyautey lui-même et le second, Propos d’un vieux Marocain, est introduit par Georges Hardy26, ce qui indique assez la nature de ses liens avec les autorités du protectorat.

27Le cas de Nahon, bien qu’exceptionnel, est instructif. L’Alliance lui a transmis son goût pour la culture française et son patriotisme sans faille. La colonisation du Maroc lui permit d’aller jusqu’au bout de cette logique en devenant un colon au sens agricole du terme, sans toutefois renier son attachement au judaïsme. On ne décèle chez lui aucun reniement, il publia, par exemple, différents articles dans le journal sioniste L’Avenir Illustré et des études sur les juifs du Maroc, comme celle parue dans la Revue des Études ethnographiques et sociologiques.

  • 27 « Yomtob Semach (1869-1940) : le paladin-voyageur », Antébi E., Les Missionnaires juifs, op. cit.,(...)

28La majorité des directeurs de l’AIU n’alla pas aussi loin dans son soutien au protectorat. Il n’empêche que leur position sociale fut raffermie par la colonisation : ils purent plus facilement vaincre l’opposition des anciens du fait des liens qui les rattachaient aux maîtres de l’heure dont ils partageaient la langue, le style de vie et la plupart des codes de valeurs. Devenus des notables locaux, certains d’entre eux purent même accéder à une reconnaissance nationale. Tel est le cas de Yomtob Semach. Né en 1889 en Bulgarie, il se forma à l’ENIO. Tout comme Moïse Nahon, il garda un souvenir ému de la Ville Lumière. N’y avait-il pas rencontré Francisque Sarcey, critique alors fort connu, à qui il avoua son ambition de répandre le français et le goût de la France « qui est notre patrie d’adoption27 » ? Après avoir servi en différents postes en Turquie, il fut affecté à la direction de l’école professionnelle de Tanger. En 1924, il fut nommé représentant de l’AIU au Maroc, ce qui l’amena à fréquenter régulièrement les hauts fonctionnaires du protectorat.

29Le caractère exogène du pouvoir des directeurs de l’AIU s’effaça peu à peu puisqu’ils devinrent un des rouages du protectorat et que l’AIU choisit de plus en plus de confier ses écoles à des maîtres natifs du Maroc, comme Salomon Benoliel qui fonda celle de Larache puis celle de Fez et bien d’autres encore. Les conflits avec les anciennes élites s’apaisèrent au fur et à mesure que celles-ci, du moins les élites économiques, entrèrent à leur tour dans l’orbite du monde colonial, par le biais des activités et des mœurs. Une nouvelle sociabilité se mit en place qui recouvrit, sans l’effacer, les règles de la vie ancienne. Les notables se retrouvaient lors de cérémonies publiques qui se multiplièrent. Les inaugurations des écoles, des dispensaires, et des hôpitaux, les bals des associations, mais aussi leurs congrès, abondamment relatés dans la presse communautaire, permettaient de s’afficher et de se compter. La participation aux cérémonies officielles est également un signe de notabilité.

30Mais rien ne signe mieux ce statut que les funérailles d’un notable. C’est au nombre de participants et à leur qualité que se manifeste le pouvoir du défunt. L’enterrement de Moïse Nahon, en 1928, relaté dans L’Avenir illustré, attira un grand concours de peuple :

  • 28 L’Avenir illustré, « Les obsèques de Moïse Nahon », 7 septembre 1928.

« De nombreuses notabilités de notre ville [Casablanca] sont venues apporter au disparu leur suprême hommage. M. Urbain Blanc, délégué à la Résidence, a prié M. Le Contrôleur-Chef Charrier de le représenter. Notés au hasard : M. Becmeur, contrôleur civil, chef de la région du Gharb ; MM. Laurent, Barathon, Grand, Reutmann, Tabet, S. D. Levy, S. Ohana, S. Pinto, Monod, Pereire, S. Serfaty, M. Le Glay Wilms, Nataf, Mme et M. Tajouri, L. Hazan, Guillemet, Padovani, G. Louis, Gerbaud, Calamel, Attias, Cohen, Laredo, Bendayan, etc.28. »

31L’énumération – à laquelle il faut rajouter Yomtob Semach qui rendit hommage au disparu – permet de tracer à grands traits le réseau tissé par Nahon : le monde de la haute fonction coloniale (Charrier), celui de l’AIU (Yomtob Semach), les notables traditionnels (Laredo) et le monde intellectuel du protectorat (Louis, directeur du journal La Vigie marocaine).

32Dans un contexte où l’élite juive aspire à trouver une plus large place au sein de la société coloniale, les maîtres des écoles juives représentaient cette ambition, qui n’est pas entièrement et sincèrement partagée par les autorités coloniales :

  • 29 L’Avenir illustré, « Le rôle des Juifs dans le Maroc français », 26 octobre 1928.

« Le Juif peut et doit devenir, nous le répétons, l’intermédiaire naturel et nécessaire entre la politique française et le peuple marocain. Ce précieux instrument, c’est à la France qu’il appartient de le former, en ajoutant à sa souplesse et à son habileté native, les qualités de fermeté, d’énergie, de persévérance dont il a besoin. À la base de cette formation, il y a l’école. Les modestes professeurs qui enseignent dans nos écoles trop étroites sont d’excellents pionniers de l’influence française. On le verra un jour pour les générations qu’ils forment actuellement rempliront le rôle qui leur est tracé par le développement même du Maroc29. »

33Enfin, à côté des maîtres proprement dits, l’Alliance a pu faire naître un autre type de notabilité, comme les dirigeants des associations des anciens élèves de l’AIU dont les membres vont se mêler à la vie communautaire dans les années 1920 et 1930, contestant parfois le mode de désignation des notables placés à la tête des sociétés juives.

La critique du système de notabilité et l’émergence de revendications démocratiques

  • 30 Le journal fut fondé par Jonathan Thursz (1895-1976). Né en Pologne, élevé en Belgique, il s’insta (...)

34Parmi les anciens de l’AIU et même parmi ses maîtres, le sionisme trouve des adhérents. L’Avenir illustré, créé en 1926 par Jonathan Thursz30 bien que très contrôlé par les autorités coloniales, témoigne de cet intérêt pour le nationalisme juif. C’est dans ce milieu que s’expriment une critique du système de représentation des communautés et des revendications démocratiques.

35Samuel D. Levy est certainement le plus connu des membres appartenant à ce courant. Né à Tétouan en 1874, il fit ses classes à l’ENIO en 1889, puis il fut envoyé en Tunisie. Il exerça à Tunis puis à Sousse avant de trouver un poste à Tanger puis à Casablanca. Nommé en Argentine, il remplit les fonctions de directeur et d’inspecteur des écoles de la Jewish Colonization Association. Revenu au Maroc en 1913, il se lança dans une carrière d’infatigable militant de la cause juive. Séduit par le sionisme, il en devint l’un des piliers dans le royaume et fonda d’innombrables institutions caritatives, post-scolaires et sionistes. Il défendit l’enseignement de l’hébreu et fut à l’origine de la création de l’École normale hébraïque qui vit le jour après la Seconde Guerre mondiale. Enfin, il participa à l’assemblée du Congrès mondial qui se tint à Atlantic City en 1944 pour en devenir par la suite vice-président de la commission politique. Son influence fut particulièrement patente dans l’Avenir illustré – il dirigeait l’association des amis du journal – et parmi les associations des anciens élèves de l’Alliance. Il fut l’un des promoteurs de la première du genre, fondée au Maroc en 1900, et l’un des artisans de la Fédération qui se proposait de les grouper.

36La jeunesse juive du Maroc était bien au cœur de ses préoccupations, jeunesse en qui il voyait l’avenir de la judaïcité du pays :

  • 31 L’Avenir illustré, « Les Associations marocaines d’anciens élèves de l’Alliance israélite décident (...)

« Elles [les associations des anciens élèves de l’AIU] prétendent, d’une part, créer des liens de fraternité et d’amitié entre leurs membres, et, d’autre part, développer en eux un esprit de civisme au profit de la collectivité juive tout entière. Il est en effet nécessaire que la jeunesse s’intéresse à tous les problèmes, car c’est par elle que les communautés devront se rénover. Cette jeunesse, je l’ai déjà dit à une autre occasion, est appelée à participer tôt ou tard à la direction de la communauté. Il faut qu’elle soit prête à jouer utilement ce rôle, et pour cela, qu’elle soit pleinement consciente de ses droits et des devoirs31. »

37Les associations ont pu jouer le rôle fixé par S. D. Levy, comme ce fut le cas à Tanger :

  • 32 L’Avenir Illustré, « La leçon de Tanger », 29 avril 1929.

« De nouvelles aspirations sont apparues. La jeunesse qui ne se sentait pas assez dirigée, a voulu ajouter aux directeurs de sa conscience et de son activité des personnalités plus averties, plus agissantes. Elle a répudié les anciennes dissensions dont la stérilité paralysait son essor. Elle s’est regroupée. Sous l’énergique impulsion de leurs chefs, l’Association des Anciens élèves de l’Alliance et les autres sociétés de bienfaisance ont formé un faisceau dont l’unité d’action ne s’est pas démentie un instant. Le résultat de cette entente que les développements d’une lutte acharnée n’ont pu entamer, a été le triomphe de la liste des réformistes qui est passée intégralement32. »

  • 33 L’Avenir illustré, « Inquiétudes malsaines », 15 décembre 1936.

38L’Avenir illustré se fait l’écho des revendications portées par la jeunesse issue des écoles de l’AIU. La demande d’une démocratisation accrue de la vie communautaire revient comme un leitmotiv au nom de « l’esprit de liberté », de « l’indépendance du jugement », afin que puisse se mettre en place un « contrôle enfin largement exercé par la population sur l’activité de ses institutions33 ». On y critique le système de nomination des représentants des communautés. Chacune d’entre elles devait en effet rédiger une liste de candidats qui étaient finalement choisis par les autorités. Dans les années 1920 et 1930, l’exigence d’un mode d’élection plus démocratique se fit sentir. La communauté de Casablanca demanda ainsi le droit de constituer un collège assez large en 1935. Le journal dénonce aussi l’apathie des notables et la mise à l’écart des classes modestes. En 1936, il réclame avec vigueur l’application du dahir de 1918 et la mise en place de vraies élections :

  • 34 L’Avenir illustré, « Le statut insaisissable », 31 octobre 1936.

« En résumé, nous demandons que nos Communautés forment un tout harmonieux, nous demandons des élections respectant et exprimant la volonté populaire et des pouvoirs effectifs donnant aux élus une possibilité d’action réelle. Nous ne voulons plus d’une foule amorphe, d’un Comité en l’air, d’œuvres sans base et sans consistance, le tout noyé dans les fumées de l’encens officiel34. »

  • 35 L’Avenir illustré, « Dispersion d’efforts », 31 mai 1936.

39En 1937, au moment du renouvellement des conseils de communauté, le journal en appelle à une réforme du système de nomination des membres des conseils, en plaidant pour des élections démocratiques qui permettraient au peuple de contrôler l’action de ses représentants35.

40Ainsi, voit-on poindre la revendication d’un autre mode de fonctionnement de la société juive, calqué sur le modèle démocratique, dirigé par des réels représentants, élus pour leurs qualités politiques et responsables devant leurs électeurs. Ce serait la naissance d’un autre genre de notable défini par des qualités essentiellement politiques. Mais si les anciens élèves des écoles de l’Alliance n’hésitent pas à critiquer les élites traditionnelles et, à mots plus couverts, les autorités coloniales, ils ne vont pas jusqu’à remettre en cause la domination française. Même si dans le discours suivant, il faut faire la part de la nécessaire révérence rendue à la France lors de toute manifestation publique, on ne peut mettre en doute la sincérité du Tajouri, directeur d’une école, et membre de la Fédération des Associations des amis de l’AIU :

  • 36 Discours de M. Tajouri, L’Avenir illustré, « Les associations marocaines d’Anciens élèves de l’All (...)

« Notre œuvre, qui va en se développant, en élargissant ses buts, apparaît fertile en riches destins. Et cette évolution si bien commencée ne peut que se poursuivre harmonieusement, dans ce pays jadis voué à l’anarchie et où aujourd’hui, le dernier savetier, dans un bled reculé, jouit de plus de sécurité qu’un professeur, un médecin ou un juge dans le pays qui a donné Goethe à l’humanité, et cela grâce aux principes de justice et de tolérance qui nous régissent, principes sacrés immortels, base de toute société, fondement de toute civilisation et dont la France demeure, dans un monde désaxé, le champion résolu, fidèle, infatigable36. »

Conclusion

41En l’espace de quelque cinquante ans, sous l’effet conjugué d’une institution scolaire venue de France et de la colonisation, on vit ainsi émerger au Maroc une pépinière de nouveaux notables, bien décidés à prendre en main les destinées de leur communauté. Notre article n’avait pour ambition que de retracer les grandes lignes de cette évolution et de proposer des hypothèses pour un chantier à venir. Il reste en effet à cerner avec précision les liens entre les anciens notables et les nouveaux, à mettre en évidence des stratégies qui ne peuvent se résumer au binôme, opposition frontale ou collaboration. On a perçu au contraire avec l’exemple d’Abraham Ribbi, des possibilités d’accommodements et de négociations. De même, serait-il souhaitable de creuser les liens entre les élites issues du système de l’AIU et les autorités du protectorat, tout au long de la période. Des études mêlant une approche biographique, appuyée sur les riches archives de l’AIU et sur des sources familiales, par exemple, et un angle prosopographique seraient alors nécessaires.

42Enfin pourrait-on étendre l’analyse jusqu’aux années 1960 et suivantes pour savoir le rôle joué par ces élites dans les divers lieux où les juifs du Maroc se sont établis, France, Israël, Canada, Amérique latine, etc.

Notes

1 Weil G., Émancipation et progrès. L’Alliance israélite universelle et les droits de l’homme, Paris, Éditions du Nadir, 2000 ; Cabanel P. (dir.), Une France en Méditerranée. Écoles, langue et culture françaises, XIXe-XXe siècles, Paris, Creaphis, 2006.

2 Antébi E., Les Missionnaires juifs de la France (1860-1939), Paris, Calmann-Lévy, 1999.

3 Colonna F., Instituteurs algériens : 1883-1939, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1975.

4 Deshen S., Les gens du Mellah. La vie juive au Maroc à l’époque pré-coloniale, Paris, Albin Michel, 1991, p. 143-144.

5 Zafrani H., Juifs d’Andalousie et du Maghreb, Paris, Maisonneuve et Larose, p. 261.

6 Guebirim : les notables.

7 Bulletin de l’Alliance israélite universelle, 1er janvier 1877, rapport adressé au comité central par M. Joseph Halevy sur l’état des écoles dans les communautés juives du Maroc, p. 48-70.

8 Abitbol M., Commerçants du Roi : Tujjar al-Sultan, Paris, Maisonneuve et Larose, 1999.

9 Schroeter D.J., Chetrit J., « The transformation of the Jewish Community of Essaouira (Mogador in the Nineteenth and Twentienth Centuries) », Sephardi and Middle Eastern Jewries. History and Culture, Harvey E. Goldberg, New York, Jewish Theological Seminary of America, 1991, p. 99-116.

10 Schroeter D.J., The Sultan’s Jew. Marocco et Sephardi World, Stanford University Press, Stanford, California, 2002, p. 109.

11 Abitbol M., « Un aspect des relations judéo-musulmanes au Maghreb à la fin du XIXe siècle : les négociants du Roi et la bourgeoisie marocaine à la veille du Protectorat », Jean-Louis Miège, Les relations entre juifs et musulmans en Afrique du Nord, XIXe-XXe siècles, Paris, Éditions du CNRS, 1980, p. 115.

12 Kenbib M., « Protections, protectorat et nationalisme, 1904-1938 », Hespéris Tamuda, XVIII. 1978/79, p. 173-197.

13 Rapporté dans Paix et Droit, « L’œuvre scolaire de l’Alliance israélite », 1er janvier 1932.

14 Bulletin de l’Alliance israélite universelle, « Rapport sur les écoles et les communautés du Maroc, par M. Hirsch, ancien directeur de l’école de Tanger », janvier 1873.

15 Lettre de la légation de la République française au Maroc, 19 juin 1903, Archives du ministère des Affaires étrangères, correspondance politique et commerciale, 1897-1917, NS 405.

16 Archives de l’AIU, Maroc IV C, lettre du directeur de l’école de Safi, Falcon au comité central de l’AIU, 6 octobre 1908.

17 Lettre du Glaoui à Narcisse Leven (président de l’AIU), 26 octobre 1908, Archives de l’AIU, Maroc IV C.

18 « L’École normale israélite orientale, 1867-1932 », Paix et droit, juin 1932.

19 Lettre de J. Valadji au comité central de l’AIU, Fez, 1er septembre 1903, Archives de l’AIU, France, XIV, F, 25, cité dans Rodrigue A., De l’instruction à l’émancipation. Les enseignants de l’Alliance israélite universelle et les Juifs d’Orient, 1860-1939, Paris, Calmann-Lévy, 1989, p. 105.

20 Archives de l’Alliance israélite universelle, Maroc, XXXIV E, 584, Mogador, 11 juillet 1878, cité dans Abitbol M., Les commerçants du roi, Tujjar al-Sultan. Une élite économique judéo-marocaine au XIXe siècle, Paris, Maisonneuve et Larose, 1998, p. 15.

21 Zytnicki C., « David Cazès (1850-1913), historien des Juifs de Tunisie : un “métis” culturel ? », Outre-Mers. Revue d’histoire, 2d semestre 2006, p. 97-106.

22 Voir Antebi É., « Abraham Ribbi (1861-1928) : l’apôtre du Maroc », p. 39-54, op. cit.

23 Kenbib M., Juifs et musulmans au Maroc, 1859-1948. Contribution à l’histoire des relations intercommunautaires en terre d’Islam, Rabat, Université Mohammed V, Publications de la Faculté des Lettres et des Sciences humaines-Rabat, 1994.

24 Kenbib M., Juifs et musulmans au Maroc, 1859-1948, op. cit.

25 Bigart J., « Une mission au Maroc », Paix et droit, 1926.

26 Nahon M., Notes d’un colon du Gharb, Société marocaine d’éditions, 1925 ; Propos d’un vieux Marocain, Paris, Larose, 1930.

27 « Yomtob Semach (1869-1940) : le paladin-voyageur », Antébi E., Les Missionnaires juifs, op. cit., p. 55-62.

28 L’Avenir illustré, « Les obsèques de Moïse Nahon », 7 septembre 1928.

29 L’Avenir illustré, « Le rôle des Juifs dans le Maroc français », 26 octobre 1928.

30 Le journal fut fondé par Jonathan Thursz (1895-1976). Né en Pologne, élevé en Belgique, il s’installa au Maroc en 1923.

31 L’Avenir illustré, « Les Associations marocaines d’anciens élèves de l’Alliance israélite décident de se constituer en fédération », 15 avril 1933.

32 L’Avenir Illustré, « La leçon de Tanger », 29 avril 1929.

33 L’Avenir illustré, « Inquiétudes malsaines », 15 décembre 1936.

34 L’Avenir illustré, « Le statut insaisissable », 31 octobre 1936.

35 L’Avenir illustré, « Dispersion d’efforts », 31 mai 1936.

36 Discours de M. Tajouri, L’Avenir illustré, « Les associations marocaines d’Anciens élèves de l’Alliance israélite décident de se constituer en Fédération », 15 avril 1933.

Auteur

Maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’Université Toulouse II-Le Mirail, laboratoire FRAMESPA, UMR 5136. Thèmes de recherches : histoire des juifs du Maghreb à l’époque coloniale, approche sociale et culturelle.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540