Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’enseignement français en Méditerranée

 | 
Jérôme Bocquet

Première partie. L’Alliance israélite, un projet universel

La perception de l’enseignement juif par les religieux français installés en Palestine

Dominique Trimbur

Texte intégral

  • 1 L’établissement des frères à Jérusalem est officiellement ouvert en 1878. Buffon G., « “Tagliare v (...)
  • 2 Nos articles : « Des catholiques français et les débuts du sionisme », Boustani S., Saquer-Sabin F (...)
  • 3 Pour les statistiques de 1913 : Pernot M., Rapport sur un voyage d’étude à Constantinople, en Égyp (...)

1Au moment de leur arrivée en Terre Sainte, à partir de 1876, les frères des écoles chrétiennes, congrégation récente, d’esprit français et à vocation éminemment scolaire, qui depuis quelque temps cherchait à s’implanter là, ont suscité l’inquiétude des franciscains établis là de très longue date. Ces derniers perçoivent dans les nouveaux venus une concurrence déloyale dans le domaine scolaire dont ils avaient jusque-là le monopole quasi exclusif pour la facette catholique1. Ces récriminations très vives au sein des milieux catholiques de Palestine dans la deuxième moitié du XIXe siècle peuvent laisser envisager une perception encore plus sensible de l’arrivée d’une concurrence juive sur le terrain de l’enseignement. Les pages qui suivent, relatives à la perception par quelques-unes des communautés catholiques françaises établies en Terre Sainte de l’enseignement juif implanté là, doivent permettre de qualifier l’accueil qui lui est réservé. Ce tableau, nécessairement schématique et sommaire, se fondant sur des contributions privées ou publiées, s’inscrit en parallèle à des études antérieures, qui analysaient la perception des assomptionnistes de Palestine à l’égard des juifs et du sionisme, ou plus généralement concernant l’attitude de catholiques français envers le sionisme des débuts2. Afin de décrire ce que les catholiques français de Palestine ont pu concevoir à propos de l’enseignement juif dans ce territoire dans la deuxième moitié du XIXe siècle et dans les premières décennies du XXe siècle, nous nous proposons de porter notre regard sur l’enseignement juif francophone d’abord, et de considérer ensuite le ou les enseignements juifs d’autre nature. Il s’agit de la mise en rapport de deux ensembles certes par essence divergents, mais qui se trouvent agir sur un même territoire et dans un même contexte, avec pour partie un public commun. On verra que les dissemblances et les rivalités que l’on peut naturellement concevoir a priori ne sont pas les seules composantes d’une perception en définitive plus complexe. Cette mise en relation concerne deux ensembles aux dimensions diverses, mais convergentes. Si l’on en croit certaines statistiques disponibles, qui seraient certainement à affiner, les effectifs d’élèves de part et d’autre sont les suivants : en 1913, l’Alliance israélite universelle (AIU) en Palestine représente environ 1 500 élèves, les écoles catholiques comptant pour leur part environ 3 300 élèves ; en 1940, l’AIU représenterait environ 4 200 élèves, et les écoles catholiques environ 4 700 élèves, l’écart se resserrant donc dans un contexte profondément modifié, entre l’Empire ottoman d’une part, et la Palestine mandataire britannique d’autre part3. Enfin, afin d’appuyer notre propos, il nous sera permis d’étendre nos sources à d’autres considérations que celles des seuls religieux catholiques installés en Palestine, en ayant recours à des prises de position de personnalités catholiques de France, de publicistes proches des traditions françaises – catholiques – au Moyen-Orient, ou de diplomates français.

Les catholiques français et l’Alliance israélite universelle

2Quelle est l’attitude des catholiques français, religieux à vocation scolaire ou non, face à l’action de l’AIU en Palestine, enseignement certes juif, mais francophone et véritablement francophile ? Dans l’ensemble, on peut s’imaginer qu’une certaine réticence doit prédominer. Il n’est pas nécessaire en effet de rappeler ici que les catholiques du XIXe siècle sont encore et toujours fortement marqués par un antijudaïsme très fort. Toute illustration d’une renaissance juive est donc pour le moins mal perçue par eux, en France ou ailleurs, et a fortiori dans une Terre Sainte qu’ils souhaiteraient voir revenir sous une domination chrétienne.

  • 4 C’est notamment le cas de l’école professionnelle de Jérusalem ouverte en 1883.
  • 5 Jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale, le prosélytisme catholique en direction des j (...)
  • 6 Le ministère des Affaires étrangères atténue ses aides au profit de Notre-Dame de Sion au cours de (...)

3En l’état des archives à notre disposition, nous n’avons pas de trace de l’appréciation exprimée par les religieux au moment de l’arrivée en Palestine de l’arrivée de l’AIU en 1870, avec la création du premier établissement, l’école agricole de Mikveh Israël. Il est toutefois imaginable que pour les religieux français de Palestine déjà installés là, cela a dû constituer une nouveauté, sinon un objet de préoccupation. Car l’AIU se trouve en effet rapidement en situation de concurrence envers les établissements de congrégations aux publics très proches : l’on doit ici principalement penser à la congrégation de Notre-Dame de Sion, créée par les frères Ratisbonne et installée en Palestine à partir de 1874, dont les enfants juifs sont la clientèle en principe attitrée, à des fins de formation professionnelle4 mais aussi de conversion5. De fait, intrinsèquement, l’enseignement juif en Palestine, en particulier celui de l’AIU qui doit s’adresser à une population plus ouverte à la modernité que la population juive traditionnelle, religieuse, peut priver l’enseignement congréganiste d’ouailles et donc susciter son mécontentement. Cela vaut surtout pour l’avant-Première Guerre mondiale, puisqu’en lien avec son évolution globale, on enregistre après le conflit le recul de cette préoccupation et de l’œuvre de Notre-Dame de Sion6.

  • 7 Pernot, op. cit., p. 98-99, 130 et 286.
  • 8 On dispose désormais d’une étude scientifique très élaborée de cette institution, Kaspi A. (dir.),(...)
  • 9 Voir notre article « Le contexte politico-religieux de la création de l’œuvre des Écoles d’Orient  (...)
  • 10 Antébi E., Les Missionnaires juifs de la France, 1860-1939, Paris, Callmann-Lévy, 1999. C’est ce fa (...)
  • 11 Lagrange M.-J., « Le nationalisme juif et la Palestine – Autrefois et aujourd’hui », Le Corresponda (...)

4Tout bien considéré, la gêne envers l’AIU passe, et une certaine bienveillance s’impose. Aux yeux des éléments français catholiques ou d’obédience catholique, l’AIU est un élément qui compte. Elle devient en effet une composante à part entière et importante du réseau des établissements qui dispensent un enseignement en français et qui diffusent l’attachement à la France parmi les populations locales, juives ou non. Comme le note Maurice Pernot, dans son rapport souvent repris, qui fixe l’état des lieux de la présence française au Moyen-Orient à la veille de la Première Guerre mondiale, et qui est devenu une source essentielle pour notre connaissance de ces réseaux, l’AIU n’a certes pas de dimension d’enseignement supérieur, mais il n’y a pas non plus d’enseignement supérieur catholique en Palestine à cette époque, et entretient seulement des écoles primaires et primaires supérieures depuis le début des années 18807. Ses écoles professionnelles, à Jérusalem et ailleurs, comparables à l’établissement des pères de Notre-Dame de Sion, avec leurs cours d’apprentissage, doivent être favorisées, selon notre auteur : car c’est cela qui doit toucher les populations locales, dont les juifs. De la part des catholiques, on ne relève pas vraiment de prises de position sur le contenu, mais sur les formes. D’après les archives consultées, il semble en effet que l’on ne regarde pas trop ce qui est enseigné dans les établissements de l’AIU : on ne note pas en effet, ou seulement peu d’appréciations d’ordre pédagogique. On s’intéresse surtout à la bonne diffusion de l’esprit français. Le principal semble ainsi de s’assurer que le réseau des établissements israélites fasse corps dans l’action commune française en vue de la régénération des populations de l’Empire ottoman. Cette ambition, qui ne cache guère une certaine condescendance occidentale, est alors au cœur de l’activité de l’AIU depuis 18608, comme elle est au centre de l’activité éducative des missions catholiques. Elle est également inhérente aux statuts de l’œuvre des écoles d’Orient, fondée en 18569. Pour remplir cette vocation, quelque peu en raccourci, on peut dire que l’AIU et les établissements religieux fonctionnent sur la même base : c’est l’envoi de « missionnaires » et une action sur fond de religion, manière d’agir qui peut être saisie, comprise par l’Orient10. De ce fait, en ce qui concerne l’action de l’AIU, on rencontre généralement sous la plume des catholiques français de ce temps une forte appréciation. C’est par exemple le cas de dominicains, comme le P. Lagrange, fondateur et longtemps directeur de l’École biblique de Jérusalem, qui écrit au cours de la Première Guerre mondiale en pensant à elle : « Une élite française ne serait pas de trop pour aider les juifs de la cité sainte à sortir de l’état où ils croupissent11… » C’est aussi le cas, et de façon plus étonnante, des assomptionnistes, farouches antijuifs, puis antisémites pourtant. Ceux-ci reprennent, en les faisant leurs, certaines déclarations très favorables à l’égard de l’Alliance de la plume d’auteurs externes à la congrégation, à l’instar du catholique libéral et directeur de l’École libre des Sciences politiques, Anatole Leroy-Beaulieu :

  • 12 La Croix, 6 mars 1907, « L’œuvre des missions », p. 4 : préface d’Anatole Leroy-Beaulieu à Gaston (...)

« Quant aux juifs, ils peuvent se faire gloire des cent et quelques écoles de l’Alliance israélite répandues sur tout le pourtour de la Méditerranée […] ces florissantes écoles que dirigent des instituteurs et des institutrices formés à Paris et qui toutes enseignent le français, si bien qu’en Angleterre, en Allemagne, en Amérique, l’Alliance israélite universelle est souvent accusée de s’être faite l’instrument de l’expansion de la France12. »

  • 13 Échos de Notre-Dame de France, 121, octobre 1903, p. 163.
  • 14 Ibid., p. 165.
  • 15 Jérusalem, 58, 24 avril 1909, p. 376.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid., 90, 24 décembre 1911, p. 589, « Quelques notes sur le sionisme », extrait de La Croix, 18 j (...)
  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid., no 119, 24 mai 1914, « Le protectorat français en Orient », p. 143 sq., reprise d’un articl (...)

5Les fils d’Emmanuel d’Alzon ont néanmoins également des mots à eux qui vont dans le même sens. Cette tonalité se retrouve dans une publication de cette congrégation, les Échos de Notre-Dame de France, qui émane de leur établissement homonyme de Jérusalem. On y insiste par exemple en 1903 sur le fait que l’œuvre de l’AIU s’occupe très peu de religion, et que le durable directeur, Albert Antébi, réussit toutefois à se faire accepter et « arbitre dans une foule de cas13 ». De même, au sein de l’Alliance, il y a une répartition des populations avec une forte présence des sépharades dans les affaires de l’AIU « au grand scandale des aschkénazim14 ». Où les sépharades passeraient presque pour des latins au service de la cause française. Cela se retrouve également dans leur revue interne Jérusalem, qui succède, en 1904, aux Échos précédemment invoqués. En 1909, on y souligne ainsi que parmi les écoles juives de Palestine, vingt environ sont considérées comme ottomanes. Parmi les autres, « les écoles de l’Alliance israélite répandent l’influence française15 ». C’est le cas de l’école technique de Jérusalem dont « l’enseignement se fait en français ; la langue parlée est notre dialecte national, les machines sont françaises et toutes les matières premières sont importées de notre pays dans la mesure du possible16 ». Dans l’ensemble, les écoles françaises font bonne figure, se consacrent surtout aux filles, alors que les garçons de la ville, surtout des juifs, vont dans des écoles ottomanes, et elles sont de plus en plus prospères. Aux yeux des assomptionnistes, comme des autres catholiques – et des représentants de la France –, l’AIU prend avec le temps plus d’importance. Dès 1911, on s’inquiète ainsi de la pénétration sioniste et du fait que les sionistes s’attaquent à l’Alliance, élément d’influence française. De ce point de vue, des premiers résultats ont été obtenus par les sionistes en Bulgarie « au détriment de notre culture17 » ; et de fait, « par une évolution naturelle, le sionisme, aujourd’hui, représente une force d’expansion germanique en opposition avec les tendances francophiles de l’Alliance israélite18 ». La concurrence s’avère de plus en plus vive à l’encontre de l’AIU et de l’enseignement francophone en général. Comme on le constate en 1914, « dans cette statistique [des établissements français en Orient], figurent avec les écoles françaises laïques ou congréganistes – celles-ci plus anciennes et plus nombreuses, celles-là plus récentes –, les écoles de l’Alliance israélite universelle, où l’enseignement – malgré le caractère universel de l’institution – se donne en français et, j’ai pu le constater, dans un excellent esprit19 ». Où le bastion français semble bel et bien assiégé :

  • 20 Ibid., no 150, 24 juillet-août 1929, « L’influence française en Palestine », Revel J., p. 503 sq.

« Notre langue est cependant encore parlée d’une élite. Mais, sauf dans les écoles de communautés religieuses françaises et de l’Alliance israélite, elle tend à être éclipsée par l’anglais, le nouvel idiome hébraïque et – il faut ajouter – l’italien. La faveur dont jouissent encore les écoles de nos frères ne doit pas faire illusion sur le danger que présente le développement des enseignements rivaux20. »

6Sur le terrain, des résultats pratiques sont enregistrés, comme l’illustrent les éphémérides de nos religieux au moment d’un passage à Hébron en 1899 :

  • 21 Éphémérides de Notre-Dame de France, Jérusalem (déposés à Saint-Pierre en Gallicante, Jérusalem), (...)

« Les juifs sont les plus curieux. L’un deux se hasarde à nous adresser la parole en français. Il a appris à écorcher quelques mots de notre langue à l’alliance israélite de Jérusalem21. »

  • 22 Ibid., 12 : éphémérides 1901-1905, entrée du mercredi 11 mai 1904.

7Et on enregistre même qu’une collaboration pratique existe, révélée par le diaire des assomptionnistes au cours de l’année 1904 : « Pendant qu’un groupe d’élèves mécaniciens de l’Alliance israélite universelle sous la direction de leur professeur prend des leçons pratiques à la machine22… »

  • 23 Archives du ministère des Affaires étrangères, Paris (par la suite, MAE, Paris), nouvelles séries (...)
  • 24 MAE, NS Turquie Palestine, lettre du consulat général de France à Jérusalem (42) au ministère des (...)
  • 25 MAE, Nantes, lettre du consulat de France Jaffa (35) au consulat général de France à Jérusalem, 1e (...)
  • 26 MAE, Paris, NS Turquie Palestine, lettre du consulat général de France à Jérusalem (40) au ministè (...)

8La bienveillance des religieux français installés en Terre Sainte à l’égard de l’Alliance est partagée par les très catholiques représentants français en Palestine. En l’occurrence, le soutien est logique dans la mesure où l’AIU fait partie du réseau français et contribue à la diffusion du français, d’une francophonie avant l’heure, au nom d’une diplomatie culturelle que l’on n’appelle pas encore ainsi. Les consuls dans les différentes villes de Palestine et consuls généraux de France à Jérusalem ne tarissent pas d’éloges à l’égard de l’organisme. Ainsi, l’AIU « est devenue une société réellement française par la propagation qu’elle fait de notre langue et par la diffusion constante de notre esprit, de nos idées et de nos méthodes23 ». De ce fait, il faut s’inquiéter selon eux lorsque l’AIU songe à supprimer ou à transformer son école professionnelle à Jérusalem24 ; et la sensibilité des représentants français est mise à rude épreuve lorsque les acteurs locaux de l’AIU donnent des signaux qui ne vont pas dans le sens d’un attachement indéfectible à la France. C’est par exemple ce que l’on lit sous la plume du représentant français à Jaffa qui dénonce l’attitude de Joseph Niégo, directeur de Mikveh Israël, lors du passage de Guillaume II à Jaffa en octobre 1898, lui qui avait mis en place un pavoisement aux couleurs de l’Allemagne impériale, avec arc de triomphe et haie d’honneur ; un incident qui « a provoqué une profonde émotion chez les Français et une grande surprise chez les indigènes qui ont conservé des sympathies pour la France25 ». Cette amertume existe également lorsque les responsables de l’AIU ne sont pas à l’unisson de la France au moment des festivités du 14 juillet26.

  • 27 Échos de Notre-Dame de France, 121, octobre 1903, p. 163.
  • 28 La mission Charlot est mise en place par le ministère des Affaires étrangères afin d’évaluer l’ens (...)
  • 29 Éphémérides de NDF, 13 : éphémérides 1905-1908, entrée du lundi 18 juin 1906.
  • 30 « Nos écoles d’Orient », 27 octobre 1906 ; « Les écoles d’Orient au Sénat », 18 janvier 1907 ; « L (...)
  • 31 En ce qui concerne ces amalgames, on consultera avec intérêt le récent recueil établi par Kreis E. (...)
  • 32 Convention douanière et avenant à celle-ci obtenue de la Turquie par la force, permettant à la Fra (...)
  • 33 Un seul établissement juif y figure, protégé depuis 1913 : le « gymnase ibrith », établissement pr (...)
  • 34 MAE, Paris, NS sionisme, lettre du consulat général de France à Jérusalem (123) au ministère des A (...)

9Au-delà de toute cette bienveillance de la part des religieux et des représentants de la France, la perception peut aussi être plus nuancée, voire critique. D’une part, l’AIU demeure un organisme juif, ce qui n’est pas sans poser problème à des catholiques dont l’antijudaïsme est alors généralement consubstantiel. Cette bienveillance ne peut toutefois pas dissimuler la persistance d’un certain ressentiment, sinon de préjugés. On note ainsi que les frais de fonctionnement de l’école de l’Alliance de Jérusalem, constamment en déficit, sont pris en charge par le siège de Paris, car « … la caisse parisienne est riche autant que généreuse27 ». Par ailleurs, la vocation universelle intrinsèque à l’AIU n’est pour le moins pas du goût des catholiques français : outre une interprétation devant conforter l’idée d’une conjuration universelle, ce qu’elle sous-tend est étroitement associé par eux à l’anticléricalisme militant de cette période. C’est ce qui se retrouve à travers la méfiance que suscite parmi nos religieux le passage de la mission dirigée par l’inspecteur Maurice Charlot en 1906, et surtout au moment de la publication du rapport de la dite mission28. Comme le traduisent les éphémérides des assomptionnistes29, la revue Jérusalem, et le journal La Croix30, on supporte assez mal que l’AIU paraisse à ce moment privilégiée par rapport aux écoles congréganistes, à l’instar de la nouvelle Mission Laïque Française. Et même, il semble alors que les anticléricaux veuillent avoir recours à ces deux ensembles pour les substituer aux établissements religieux31. La méfiance se traduit par une réalité : l’Alliance ne fait pas partie des institutions françaises établies dans l’Empire ottoman qui sont juridiquement protégées par la France : les établissements de l’AIU ne sont ainsi pas inscrits dans les listes de Mytilène, aux termes de l’accord de 1901, non plus que dans celles de Constantinople, aux termes de l’avenant établi en 191332. Certes cette non-protection est une évidence, dans la mesure où l’Alliance peut difficilement être intégrée dans un protectorat éminemment catholique33. La distinction avec les établissements catholiques va néanmoins assez loin pour qu’avant la Première Guerre mondiale, l’Alliance ne perçoive pas d’allocations de la part du ministère des Affaires étrangères. De ce point de vue, le positionnement du Quai d’Orsay ne change pas en dépit de l’appel du consul général Boppe, sollicité par Albert Antébi dans ce sens, en date de 1903 : un long courrier qui insiste sur le fait qu’une telle prise en charge irait dans la logique de la reconnaissance d’utilité publique de l’École Normale Israélite orientale « que l’Alliance a [justement] fondée pour la formation des professeurs de ses établissements à l’étranger34. »

  • 35 Pernot, op. cit.
  • 36 Les grandes plumes qui écrivent sur le sujet avant et après 1914 mettent en effet principalement, (...)
  • 37 Nous nous permettons de reporter le lecteur à nos contributions suivantes : « Les Croisades dans l (...)

10Les catholiques français poussent-ils à ne pas faire acter une telle protection ? En l’absence de preuves explicites, cette hypothèse demeure posée comme telle, mais est très vraisemblable. Dans tous les cas, les établissements de l’AIU, en Palestine comme ailleurs, se sentent délaissés par la France35, qui a lourdement tendance à insister seulement sur les établissements catholiques36. Or plus les années passent, plus le facteur juif doit devenir important au grand dam certainement des tenants d’une Terre Sainte chrétienne, voire catholique, que sont nos religieux et la plupart des représentants français en Palestine37. C’est ce que semble ne pas voir la France, et ce que voient ses rivaux, puissances tout autant intéressées qu’elle par l’évolution de la région. Comme l’écrit le consul Boppe :

  • 38 MAE, Paris, NS sionisme, lettre du consulat général de France à Jérusalem (123) au ministère des A (...)

« Chacun de ces pays cherche donc à faire tourner au profit de son influence nationale le mouvement juif auquel nous assistons. […] Notre pays est demeuré jusqu’ici spectateur. Il semble cependant qu’il y ait une place pour une action de sa part. Des œuvres israélites existent auxquelles ne manque que la consécration de son appui officiel pour devenir entièrement françaises : ce sont celles de l’Alliance israélite38. »

  • 39 Marvaud A., Le Sionisme, préface d’Anatole Leroy-Beaulieu, Paris, Librairie Bloud et Cie, 1911. En (...)

11À la veille de la Première Guerre mondiale, l’affaire devient d’autant plus importante que non seulement d’autres puissances semblent s’emparer du facteur juif, mais que le judaïsme lui-même paraît de plus en plus se former comme élément avec lequel il va désormais falloir compter. Dans l’analyse du sionisme qu’il réalise en 1911, le juriste et économiste Angel Marvaud revient sur notre constellation39. On trouve dans ce texte, qui est une rare et première analyse du mouvement de Herzl, d’une part un éloge et d’autre part une affirmation de l’AIU comme alliée. Cette adhésion est d’autant plus remarquable qu’elle émane d’un ouvrage publié par un éditeur très catholique, Bloud, et qu’elle est accompagnée d’une préface d’Anatole Leroy-Beaulieu, catholique libéral, qui précise la bonne entente entre établissements congréganistes et établissements de l’AIU. La bonne entente avec l’Alliance est alors d’autre part d’autant plus importante que celle-ci apparaît résolument comme une alliée contre une autre variante de l’enseignement juif, qui va peu à peu s’imposer : le sionisme et sa facette éducative. C’est ce que Leroy-Beaulieu résume en ces termes :

  • 40 Ibid., p. 7-8.

« La raison en est simple : les sionistes restent des nationalistes, qui rêvent de reconstituer un État juif, qui prétendent au moins rendre aux débris dispersés d’Israël une conscience nationale commune, de façon à les maintenir au milieu des nations où ils vivent, à l’état de peuple distinct et de nationalité particulière. Tout autre, pour ne pas dire tout opposé est l’esprit de l’Alliance israélite […]. À l’Alliance israélite et à ses écoles, les Sionistes reprochent d’être trop françaises et trop imprégnées de l’esprit français. […] Les sionistes l’accusent volontiers d’être, en dépit de son nom, moins israélite et moins universelle que française40. »

Les catholiques français et les enseignements juifs autres que celui de l’AIU

12Sous la plume de nos catholiques, l’on peut également trouver des considérations relatives aux autres formes d’enseignement juif qui existent ou prennent alors place en Palestine.

  • 41 Cf. notre contribution « Les Assomptionnistes de Jérusalem, les Juifs et le sionisme », op. cit. ; (...)
  • 42 Échos de Notre-Dame de France, no 121, octobre 1903 : à propos de la relative indifférence religie (...)

13Pour ce qui concerne l’enseignement religieux, les traces d’une appréciation quelconque sont rares. Dans la logique des prises de position à l’emporte pièce, majoritairement dénigrantes, relevées à propos du judaïsme en général41, on ne peut en effet y voir guère autre chose que l’expression pour le moins d’une méconnaissance certaine ; ou, pire, la transmission de clichés. C’est par exemple le cas lorsque les religieux reprennent les attaques des orthodoxes à l’encontre de l’enseignement de l’AIU qui s’offusquent de son a-religiosité, et donc de la rupture que l’Alliance représente à l’égard des traditions scolaires juives, éminemment centrées sur la transmission de la religion et de la religiosité42.

  • 43 Sadmon Z.W., Die Gründung des Technions in Haifa im Lichte deutscher Politik 1907-1920, Einzelveröf (...)
  • 44 MAE, Paris, NS Turquie Palestine, Turquie politique intérieure, 135 Palestine 1913-1914, lettre du (...)
  • 45 Jérusalem, 46, 24 avril 1908, « Un projet d’Université juive », p. 102 sq.
  • 46 Montagnes B., Marie-Joseph Lagrange – Une biographie critique, Paris, Éd. du Cerf, 2004, p. 364, no (...)
  • 47 Cela concerne notamment le domaine de l’archéologie dans lequel les deux institutions vont rapidem (...)
  • 48 « Souhaitons du moins que, dans leur solitude dorée du Scopus, les maîtres qu’on espère recruter d (...)

14En ce qui concerne l’enseignement sioniste, primaire, secondaire et supérieur, celui-ci est considéré à un moment comme un allié potentiel, notamment contre le rival allemand, qui l’est en Europe comme au Levant. Les sionistes parviennent ainsi à imposer leur volonté contre les juifs allemands, alors que ceux-ci auraient voulu qu’un établissement d’enseignement supérieur, le Technion de Haïfa, financé par leurs soins, ait l’allemand comme langue d’enseignement. Ce refus se traduit par la consécration de l’hébreu comme langue d’enseignement du Yichouv, la communauté juive de Palestine43. Ce faisant, les sionistes s’attirent les suffrages du représentant français en Palestine, Georges Gueyraud44. De la même manière, l’Université hébraïque, d’abord à l’état de projet à partir de 1902, qui tranche avec l’enseignement juif traditionnel en n’étant justement pas une institution religieuse, suscite l’intérêt précoce de nos religieux : la revue assomptionniste Jérusalem comme les éphémérides de Notre-Dame de France en fournissent l’illustration45. Et cet intérêt est perpétué, avec de nouvelles étapes au moment de la pose de sa première pierre en 1918 et de son inauguration en 1925. En parallèle, on note la fréquentation possible par les religieux catholiques de certaines personnalités scientifiques juives proches du mouvement sioniste : Eliezer Ben Yehouda est un utilisateur régulier de la bibliothèque de l’École biblique des dominicains46. Ces congréganistes savants vont très tôt entamer une coopération pratique, et durable, avec des professeurs et chercheurs de ce qui demeure longtemps le seul établissement palestinien d’enseignement supérieur47. L’intérêt des catholiques français établis en Terre Sainte n’est d’ailleurs pas que gratuit. De fait, l’Université hébraïque apparaît aux yeux de certains d’entre eux comme un foyer potentiel de conversion : ne pourrait-on pas y faire voir la « vraie lumière » aux juifs, c’est-à-dire celle du Christ, en rétablissant une haute culture juive48 ?

  • 49 Accueillis traditionnellement et relativement massivement dans les établissements catholiques : c’ (...)
  • 50 Sadmon, op. cit. On regrettera l’absence à ce jour d’une véritable monographie sur cet organisme. V (...)
  • 51 Jérusalem, 58, 24 avril 1909, p. 376.
  • 52 Notre article : « Les racines allemandes de l’Université hébraïque », Bourel D., Motzkin G. (dir.) (...)
  • 53 On compte à ce moment quatre universités au Moyen-Orient : Beyrouth (Université Saint-Joseph et Un (...)

15Pour aller plus loin dans l’appréciation du système sioniste d’enseignement, on doit également procéder par une évaluation en creux. La sollicitude à l’égard de l’AIU, qui paraît accrue au moment du mandat britannique, traduit la forte défiance à l’égard des efforts sionistes de standardisation de l’enseignement destiné à la population juive. Car la bienveillance dont il vient d’être question, pour intéressante et surprenante qu’elle soit de la part de catholiques de ce temps, doit toutefois être ramenée à sa juste mesure, très modeste. Dans les faits, et à terme, l’enseignement sioniste tel qu’il se développe en Palestine est pour eux intrinsèquement un ennemi potentiel. Il en va d’une concurrence sur le terrain scolaire. On note en effet très tôt le souci sioniste de s’emparer de l’éducation des enfants juifs en exclusivité, au détriment des établissements catholiques49, mais aussi et surtout des établissements de l’AIU, et donc au total de l’enseignement et de l’esprit français. Par ailleurs, et en contradiction avec ce qui a été indiqué plus tôt, les catholiques français, et les Français en général, veulent très tôt relever que le sionisme est très fortement imprégné de l’esprit allemand. Le mouvement politique et sa facette enseignante ont de profondes racines allemandes. Cette imprégnation allemande se retrouve en premier lieu sous la férule du Hilfsverein der deutschen Juden, émanation directe de l’AIU et à ce titre traître à la cause française, qui est à la pointe dans le combat pour l’imposition de l’allemand comme langue d’enseignement au Technikum50. Elle est diffuse dans les établissements scolaires habituels, « ayant leur centre en Allemagne, [et] sont [à ce titre] des centres de propagation de la langue et des idées allemandes51 ». Elle est ensuite patente dans le cadre de l’Université hébraïque52 : or, comme établissement d’enseignement supérieur établi parmi les rares institutions de ce type à ce moment au Levant, l’université du mont Scopus doit forcément, à un moment ou à un autre, faire de l’ombre à l’université Saint-Joseph des jésuites à Beyrouth53.

  • 54 L’ordonnance est en définitive rejetée en l’état.
  • 55 Lagrange M.-J., « Les Français et les Allemands en Palestine », Revue pratique d’apologétique, XXIV (...)
  • 56 Lagrange, « Le nationalisme juif et la Palestine », op. cit.
  • 57 Chambre de commerce de Marseille, Congrès français de la Syrie (3,4 et 5 janvier 1919) – Séances e (...)

16Avec la Première Guerre mondiale et la victoire britannique en Palestine, qui doit permettre la concrétisation des perspectives dessinées aux termes de la déclaration Balfour, les catholiques français, et à nouveau les Français en général, effectuent un glissement dans leur perception du sionisme. Celui-ci, et le judaïsme en général, n’est plus tant un élément d’imprégnation germanique qu’un allié de la cause britannique au Moyen-Orient, à l’encontre des intérêts français dans cette région. Dans le domaine qui nous occupe, cette collusion est ressentie comme une coalition anglo-sioniste contre l’enseignement catholique de Palestine. L’ordonnance britannique sur l’enseignement de 1926, destinée à standardiser l’instruction dispensée dans le mandat, est perçue comme une attaque frontale contre les établissements scolaires catholiques en particulier, mais aussi contre les institutions d’obédiences autres que britannique et sioniste ; et son corollaire, le renforcement de l’enseignement sioniste, semble illustrer une dépossession définitive et la perte de contrôle de l’évolution de la Palestine54. Dans ces conditions, on assiste au passage à la défense et à l’illustration de l’AIU par les catholiques, religieux ou personnalités catholiques comme le sont certains diplomates et responsables français en poste à Jérusalem ou en Orient. Cette marque d’intérêt est déjà valable au moment de la Première Guerre mondiale, lorsque le sionisme est encore considéré comme un instrument de l’Allemagne. Comme l’affirme alors le P. Lagrange, « donner Jérusalem aux juifs, serait le donner à l’influence allemande », alors que de son côté, l’AIU « est vraiment un point d’appui pour notre influence55 ». Cette crainte se maintient dans les lendemains immédiats du conflit, même si la défaite germano-turque peut laisser augurer un autre destin pour la Palestine que nos religieux espèrent français. Comme l’écrit encore Lagrange, au moment des hostilités, l’allemand est « la langue la plus répandue à Jérusalem », et l’AIU aurait « été submergée si le Sionisme avait réalisé son programme56 ». La nécessité de faire front contre le sionisme et ses prétentions exclusivistes, monopolistes, se renforce avec le temps. C’est ce qui est affirmé avec fermeté au moment du Congrès français de la Syrie en janvier 1919. Au cours de cette réunion de toutes les parties françaises intéressées par le destin du Moyen-Orient, véritable mobilisation générale destinée à contrer les prétentions britanniques, on entend un exposé particulier sur l’AIU, qui consacre sa pleine intégration dans ce qui est au total un ensemble très « catholique et français ». Comme le déclare alors le principal héraut de la cause française en Orient, l’universitaire lyonnais Paul Huvelin : « Nous ne donnerons jamais à l’ennemi le spectacle de divisions intérieures. Nous serons tous des Français de bonne volonté57. »

  • 58 Grente G., Une mission dans le Levant, Paris, Beauchesne, 1922 (citations p. 276, 298 et 300).

17C’est même encore ce qui apparaît au moment de la très française et très catholique mission du cardinal Dubois en Orient au tournant 1919-1920, lorsque le prélat, expressément envoyé par la République pour battre le rappel des partisans d’une option française pour le Moyen-Orient, réunit et publie leurs suffrages. Comme le souligne l’un des membres de cette mission, le cardinal Grente, relatant son passage à Constantinople, c’est l’occasion d’une rencontre avec le grand-rabbin et le représentant de l’AIU « qui demandèrent que la Mission visitât toutes les écoles », ce qui a effectivement lieu, parce qu’ainsi, « nous demeurions fidèles à notre programme d’encourager et de féliciter, au nom de la France, tous ceux qui contribuent à son prestige, en popularisant sa langue et sa culture. » Avec pour conclusion : « Nous eûmes, ici encore, l’impression d’un milieu très favorable à la culture française58. »

  • 59 La question sioniste, Paris, s.n., 1919. À propos de Samné, voir Cloarec V., La France et la quest (...)
  • 60 MAE, Nantes, SOFE, série D, 172 Palestine 1924/1929, document du P. Dhorme, 18 mai 1922, « La lang (...)
  • 61 Jérusalem, 141, 24 janvier-février 1928, « Notes complémentaires sur le sionisme », p. 218 sq.
  • 62 Jérusalem, 150, 24 juillet-août 1929, « L’influence française en Palestine », Revel J., p. 503 sq.

18L’éloge d’un judaïsme francisant, incarné par l’Alliance, en opposition au sionisme se poursuit dans différents articles des Nouvelles religieuses, organe de l’association très catholique des « Publicistes chrétiens ». En soi, cette intégration constitue une reconnaissance supplémentaire de la valeur de l’institution dans la défense des intérêts français au Levant, puisque c’est là l’un des organes les plus porteurs du message syrianiste, catholique et français au moment du règlement de l’après Première Guerre mondiale. Cette appréciation très favorable est même le fait de chrétiens orientaux placés sous la houlette, pour ne pas dire plus, du Quai d’Orsay, comme le Dr Georges Samné typique des Arabes francophiles promouvant une solution française pour l’intégralité de la région59. Tous ces éléments montrent que l’AIU est constitutive de ce qui ne s’appelle pas encore la francophonie et qui est répertorié en tant que tel par le P. Dhorme, dominicain de l’École biblique. Inventoriant les piliers de la diffusion du français en Palestine dans le cadre du congrès de la langue française dans les pays de la Méditerranée, organisé par l’Alliance française en juillet 1922, il y affirme le souci d’assurer la continuité de son œuvre en dépit des entraves du moment60. Dans les faits, l’AIU, élément de résistance face à l’hégémonie sioniste, doit pourtant s’adapter : l’hébreu y devient de facto une langue d’enseignement61. Comme l’écrivent les assomptionnistes de la Ville sainte, « notre langue est cependant encore parlée d’une élite [palestinienne]. Mais, sauf dans les écoles de communautés religieuses françaises et de l’Alliance israélite, elle tend à être éclipsée par l’anglais, le nouvel idiome hébraïque62… »

  • 63 Jérusalem, 189, 24 janvier-février 1936, p. 223.
  • 64 Comme cela figure dans les archives du SOFE, ses directeurs reçoivent régulièrement diverses décor (...)
  • 65 La France initie au même moment une action culturelle spécifiquement ciblée sur la population sion (...)

19Tout cela ne doit toutefois pas empêcher l’Alliance de demeurer une possibilité de diffuser une autre idée dans les esprits juifs. Dans ces conditions très défavorables, l’AIU maintient le cap : les catholiques français prennent bonne note de la pose de la première pierre d’un grand collège financé par l’AIU63. À ce titre, et à la différence de ce que nous avions noté pour l’avant-Première Guerre mondiale, l’institution intègre désormais pleinement le réseau des établissements français appuyés par le ministère des Affaires étrangères au titre d’une politique culturelle proprement dite. L’AIU bénéficie du versement d’allocations de la part du Quai d’Orsay, à partir de la création du service des œuvres françaises à l’Étranger en 1920, au même titre que les établissements catholiques avant la guerre en recevaient dans le cadre de ce qui s’appelait le « Secours religieux ». Par là, la France signifie que les établissements de l’AIU font pleinement partie des piliers de la politique culturelle française en Palestine dans l’entre-deux-guerres, accompagnant son renouveau64. De manière très symbolique, l’établissement de Jérusalem des Pères de Notre-Dame de Sion (Ratisbonne), école professionnelle comme l’établissement de l’AIU dans la ville, créée pour œuvrer à la conversion des juifs, reçoit à partir des années 1920 moins de subventions officielles ; décision qui reflète l’affaiblissement d’une vocation et d’une mission jamais vraiment réalisée d’ailleurs. Cela illustre une capacité à accepter la réalité d’une Palestine dont la composante juive est en pleine croissance et qu’il s’agit donc de ne pas brusquer outre mesure65.

  • 66 « L’ambition culturelle de la France en Palestine dans l’entre-deux-guerres », Trimbur D., e.a., E (...)

20L’appui de la France à l’AIU et son intégration dans le réseau français vaut également, et de manière a priori surprenante, pendant la Seconde Guerre mondiale, au moment où la France est occupée et soumise au très réactionnaire régime de Vichy. De fait, au moment où les jésuites sont rétablis dans leur droit à pratiquer l’enseignement, après des décennies d’interdiction due à l’anticléricalisme de la Troisième République, le bien modeste SOFE du reliquat de ministère des Affaires étrangères a à cœur de venir en appui aux établissements de l’AIU. Pour les représentants français en Palestine, ceux de l’État français jusqu’à l’été 1941 et l’affaire de Syrie, il importe en effet que l’Alliance continue d’être appuyée au nom de l’intérêt supérieur qu’est le maintien d’une présence française dans un environnement éminemment hostile ; et cela à l’encontre de l’avis des ultras de la Collaboration qui veulent niveler l’AIU en l’intégrant à l’Union Générale des Israélites de France créée par l’État français. Soutenir alors l’AIU, c’est contrer toute appropriation et contrôle par les Britanniques et in fine les sionistes66. Après la guerre, le très catholique René Neuville ne voit que des avantages à la relance des établissements de l’AIU en Palestine avec l’idée d’un lycée « franco-palestinien » qui ne verra le jour que plusieurs années plus tard sous l’appellation d’abord de lycée Adolphe Crémieux en 1951, qui devient en 1971 le lycée René Cassin.

Conclusion

21Cette brève étude de l’analyse de la perception catholique française de l’enseignement juif francophone en Palestine d’une part, et d’autre part de l’enseignement juif relevant d’autres catégories, religieux ou sioniste, permet de dégager quelques conclusions. On a relevé ici, tout au long de la période considérée, une forte appréciation de l’AIU, à la fois par les religieux français établis en Palestine ou préoccupés par cette région et par les diplomates français, souvent catholiques : l’Alliance semble travailler, et travaille effectivement dans la même logique que les établissements catholiques, pour le bien du nom français, avec un enseignement en français permettant la diffusion de l’attachement pour la France auprès des populations locales, en particulier juives. Dans le même temps, on note une forte disposition des religieux à se méfier de ce qui semble attester certaines défaillances. Cette méfiance se développe avec l’évolution politique de la région et l’avancée du projet sioniste sous le mandat britannique. Aux yeux de nos religieux en effet, l’enseignement juif qui ne relève pas de l’Alliance est toujours perçu majoritairement comme un ennemi, comme l’incarnation d’une évolution qui n’entre pas en accord avec leur perception catholique et française. Fondamentalement, cette répulsion s’applique également à l’AIU dont une appréciation quelque peu simpliste doit clore notre propos. Ainsi, les assomptionnistes, dont il a beaucoup été question dans les précédentes pages, doivent considérer que l’évolution défavorable – de leur point de vue – que prend la Palestine, est en un certain sens partagée par l’AIU, avec résignation de sa part ; si elle n’est pas elle-même complice de l’évolution de la Palestine, qui in fine semble devoir les exclure d’une Terre Sainte qu’ils ont choisie comme terre d’adoption :

  • 67 Jérusalem, 150, 24 juillet-août 1929, « L’influence française en Palestine », Revel J., p. 503 sq.

« Certes, le fait que l’Alliance israélite enseigne notre langue dans ses écoles – ce dont il faut savoir gré au judaïsme français – peut donner l’illusion que le sionisme ne compromet pas, seconde, au contraire, notre influence. Mais l’Alliance israélite est un élément de ce vaste organisme qu’est le sionisme international dont le but est de recouvrer, en Palestine, une hégémonie nationale, ethnique et religieuse à la fois67. »

Notes

1 L’établissement des frères à Jérusalem est officiellement ouvert en 1878. Buffon G., « “Tagliare via tutto ciò che sa di politica mondana” – Die Franziskanerkustodie im späten 19. Jahrhundert im Spannungsfeld von Ordenshierarchie und Nationaldiskurs », Haider-Wilson B., Trimbur D. (dir.), Europa und Palästina 1799-1948 : Religion – Politik – Gesellschaft/Europe and Palestine 1799-1948 : Religion – Politics – Society, Vienne, Académie autrichienne des sciences, 2010, p. 259-283 ; et Sanchez K., Politiques, Éducation et Identités linguistiques – Le collège des Frères des écoles chrétiennes de Jérusalem (1922-1939), LOT, Utrecht, 2009, en particulier p. 81.

2 Nos articles : « Des catholiques français et les débuts du sionisme », Boustani S., Saquer-Sabin F. (dir.), Nationalisme juif et environnement arabe, Université de Lille 3 (Collection UL3 : travaux et recherches), 2005, p. 109-133 ; « Entre rejet et respect – Les communautés catholiques françaises de Palestine, les juifs et le sionisme, 1880-1939 », Zinguer I. Y., Bloom S.W. (dir.), L’antisémitisme éclairé – Inclusion et exclusion depuis l’Époque des Lumières jusqu’à l’affaire Dreyfus/Inclusion and Exclusion : Perspectives of Jews from the Enlightenment to the Dreyfus Affair, Leiden, Brill (Brill’s Series in Jewish Studies, 34), 2003, p. 369-396 ; « Les Assomptionnistes de Jérusalem, les Juifs et le sionisme », Tsafon-Revue d’études juives du Nord, 38, hiver 1999-printemps 2000, p. 71-111.

3 Pour les statistiques de 1913 : Pernot M., Rapport sur un voyage d’étude à Constantinople, en Égypte et en Turquie d’Asie (janvier-août 1912), Comité de défense des intérêts français en Orient, Paris, Firmin-Didot, 1913 ; pour celles de 1940 : Archives nationales (par la suite : AN), papiers du Secrétariat général du gouvernement, État français, 1941-1944 (F60), dossier F60 1441, lettre du ministère des Affaires étrangères-Service des œuvres françaises à l’Étranger (SOFE) (28) au vice-président du Conseil, 21 janvier 1942 ; et archives du ministère des Affaires étrangères, Nantes (par la suite : MAE, Nantes), papiers du SOFE.

4 C’est notamment le cas de l’école professionnelle de Jérusalem ouverte en 1883.

5 Jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale, le prosélytisme catholique en direction des juifs constitue la vocation essentielle de cette congrégation, avant une réorientation puis un revirement complet au cours de la Seconde Guerre mondiale (voir Delpech F., « Notre-Dame de Sion et les Juifs, Réflexions sur le Père Théodore de Ratisbonne et sur l’évolution de la congrégation de Notre-Dame de Sion depuis les origines », Sur les Juifs. Études d’histoire contemporaine, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1983, p. 321-371).

6 Le ministère des Affaires étrangères atténue ses aides au profit de Notre-Dame de Sion au cours des années 1920, ne la considérant plus alors comme une œuvre à soutenir de manière prioritaire.

7 Pernot, op. cit., p. 98-99, 130 et 286.

8 On dispose désormais d’une étude scientifique très élaborée de cette institution, Kaspi A. (dir.), Une nouvelle histoire de l’Alliance israélite universelle, de 1860 à nos jours, Paris, Armand Colin, 2010.

9 Voir notre article « Le contexte politico-religieux de la création de l’œuvre des Écoles d’Orient », Legrand H., Croce G. M. (dir.), L’œuvre d’Orient. Solidarités anciennes et nouveaux défis, Paris, Éd. du Cerf, 2010. Les statuts sont repris dans un prospectus de présentation de l’œuvre des Écoles d’Orient, 25 avril 1856 (un exemplaire dans AN, ministère de l’Intérieur, Cultes, nouveau fonds, F19, 6243* : Affaires religieuses en Turquie et dans le Levant…, œuvre des Écoles d’Orient, an XI-1902).

10 Antébi E., Les Missionnaires juifs de la France, 1860-1939, Paris, Callmann-Lévy, 1999. C’est ce fait même qui est plus tard reproché à la Mission laïque française : certes elle reprend dans son appellation l’idée de la pratique d’une mission, mais la laïcité dont elle se réclame ne veut rien dire en Orient, voire elle est une provocation aux yeux des populations locales qui se définissent avant tout par leur appartenance confessionnelle.

11 Lagrange M.-J., « Le nationalisme juif et la Palestine – Autrefois et aujourd’hui », Le Correspondant CCLXXI (Nouvelle Série CCXXXV), 10 avril 1918, p. 1-30.

12 La Croix, 6 mars 1907, « L’œuvre des missions », p. 4 : préface d’Anatole Leroy-Beaulieu à Gaston Bonet-Maury, France christianisme et civilisation (Paris, Hachette, 1907). Même tonalité dans Leroy-Beaulieu A., « La langue française et les révolutions de l’Orient », Revue des Deux Mondes, 1909/3, 15 avril 1903, p. 832-871, en part. p. 866-868.

13 Échos de Notre-Dame de France, 121, octobre 1903, p. 163.

14 Ibid., p. 165.

15 Jérusalem, 58, 24 avril 1909, p. 376.

16 Ibid.

17 Ibid., 90, 24 décembre 1911, p. 589, « Quelques notes sur le sionisme », extrait de La Croix, 18 juin 1911.

18 Ibid.

19 Ibid., no 119, 24 mai 1914, « Le protectorat français en Orient », p. 143 sq., reprise d’un article de Paul Parsy, Écho de Paris, 29 septembre 1913.

20 Ibid., no 150, 24 juillet-août 1929, « L’influence française en Palestine », Revel J., p. 503 sq.

21 Éphémérides de Notre-Dame de France, Jérusalem (déposés à Saint-Pierre en Gallicante, Jérusalem), 11 : éphémérides 1898-1901, entrée du lundi 10 avril 1899.

22 Ibid., 12 : éphémérides 1901-1905, entrée du mercredi 11 mai 1904.

23 Archives du ministère des Affaires étrangères, Paris (par la suite, MAE, Paris), nouvelles séries sionisme, lettre du consulat général de France à Jérusalem (123) au ministère des Affaires étrangères, 17 novembre 1903, Boppe (apparemment de la plume d’Albert Antébi).

24 MAE, NS Turquie Palestine, lettre du consulat général de France à Jérusalem (42) au ministère des Affaires étrangères, 17 mai 1913, Gueyraud.

25 MAE, Nantes, lettre du consulat de France Jaffa (35) au consulat général de France à Jérusalem, 1er novembre 1898, Guillois.

26 MAE, Paris, NS Turquie Palestine, lettre du consulat général de France à Jérusalem (40) au ministère des Affaires étrangères, 15 juillet 1905, Outrey : à propos de la fête du 14 juillet, faste habituel, une absence à noter, celle « des membres des écoles de l’Alliance israélite ».

27 Échos de Notre-Dame de France, 121, octobre 1903, p. 163.

28 La mission Charlot est mise en place par le ministère des Affaires étrangères afin d’évaluer l’enseignement français en Orient, et notamment d’estimer la possibilité qu’il y aurait à substituer un enseignement laïque aux établissements congréganistes.

29 Éphémérides de NDF, 13 : éphémérides 1905-1908, entrée du lundi 18 juin 1906.

30 « Nos écoles d’Orient », 27 octobre 1906 ; « Les écoles d’Orient au Sénat », 18 janvier 1907 ; « La Mission laïque », 25 octobre 1907.

31 En ce qui concerne ces amalgames, on consultera avec intérêt le récent recueil établi par Kreis E., Les puissances de l’ombre – Juifs, jésuites, francs-maçons, réactionnaires… la théorie du complot dans les textes, Paris, CNRS Éditions, 2009.

32 Convention douanière et avenant à celle-ci obtenue de la Turquie par la force, permettant à la France de faire régulariser un certain nombre d’établissements religieux n’ayant pas eu d’autorisation officielle d’installation et leur accordant une précieuse exemption fiscale.

33 Un seul établissement juif y figure, protégé depuis 1913 : le « gymnase ibrith », établissement privé installé à Jaffa (Collin B., ofm, Le problème juridique des Lieux saints, Paris-Sirey, Le Caire-Centre d’études orientales, 1956, p. 167 du recueil de documents).

34 MAE, Paris, NS sionisme, lettre du consulat général de France à Jérusalem (123) au ministère des Affaires étrangères, 17 novembre 1903, Boppe.

35 Pernot, op. cit.

36 Les grandes plumes qui écrivent sur le sujet avant et après 1914 mettent en effet principalement, voire exclusivement, en avant la facette catholique de l’action française en Orient : Maurice Barrès, Enquête aux pays du Levant, Paris, Plon, 1923 ; Anatole Leroy-Beaulieu, « Les congrégations religieuses, le protectorat religieux et l’influence française au dehors », Revue des Deux Mondes, 1903, p. 70-113 ; Gabriel Charmes, dans Henry Bordeaux, Voyageurs d’Orient, Paris, Plon, 1926, p. 193-210 ; Étienne Lamy, La France du Levant, Paris, Plon, 1900.

37 Nous nous permettons de reporter le lecteur à nos contributions suivantes : « Les Croisades dans la perception catholique française du Levant, 1880-1940 : entre mémoire et actualité », Cristianesimo nella storia (Bologne), 27 (2006), p. 909-934 ; « L’Église catholique et le sionisme au temps de Theodor Herzl, 1897-1904 », Mélanges de Science Religieuse, Université catholique de Lille, tome 61, 4, octobre-décembre 2004, p. 19-34 ; « Une appropriation française du Levant : la mission en Orient du cardinal Dubois, 1919-1920 », Cabanel P. (dir.), Une France en Méditerranée – Écoles, langue et culture française, XIXe-XXe siècles, Paris, Créaphis, 2006, p. 109-128.

38 MAE, Paris, NS sionisme, lettre du consulat général de France à Jérusalem (123) au ministère des Affaires étrangères, 17 novembre 1903, Boppe.

39 Marvaud A., Le Sionisme, préface d’Anatole Leroy-Beaulieu, Paris, Librairie Bloud et Cie, 1911. En ce qui concerne l’appréciation générale du sionisme par la France à cette époque, le lecteur peut se reporter au désormais classique ouvrage de Catherine Nicault, La France et le sionisme. Une rencontre manquée ?, Paris, Calmann-Lévy, 1992.

40 Ibid., p. 7-8.

41 Cf. notre contribution « Les Assomptionnistes de Jérusalem, les Juifs et le sionisme », op. cit. ; voir également Jucquois G., Sauvage P., L’invention de l’antisémitisme racial (1850-2000), L’implication des catholiques français et belges, Louvain la Neuve, Academia Bruylant, 2001 (dont les conclusions quelque peu radicales nous paraissent excessives).

42 Échos de Notre-Dame de France, no 121, octobre 1903 : à propos de la relative indifférence religieuse de l’AIU : « Cela expliquerait, jusqu’à un certain point, les préjugés et la défiance des juifs indigènes à l’égard de ces Occidentaux qui n’ont plus guère du judaïsme que l’écorce » (163). Voir aussi Jérusalem, 54, 24 décembre 1908, « Choses politiques – III Chez les juifs », p. 282.

43 Sadmon Z.W., Die Gründung des Technions in Haifa im Lichte deutscher Politik 1907-1920, Einzelveröffentlichungen der Historischen Kommission zu Berlin, Bd 78, München-New Providence-London-Paris, KG Saur, 1994.

44 MAE, Paris, NS Turquie Palestine, Turquie politique intérieure, 135 Palestine 1913-1914, lettre du consulat général de France à Jérusalem (16) au ministère des Affaires étrangères, 3 mars 1914, Gueyraud.

45 Jérusalem, 46, 24 avril 1908, « Un projet d’Université juive », p. 102 sq.

46 Montagnes B., Marie-Joseph Lagrange – Une biographie critique, Paris, Éd. du Cerf, 2004, p. 364, note 2.

47 Cela concerne notamment le domaine de l’archéologie dans lequel les deux institutions vont rapidement exceller.

48 « Souhaitons du moins que, dans leur solitude dorée du Scopus, les maîtres qu’on espère recruter dans les Universités d’Europe ou d’Amérique ferment obstinément l’oreille au bruit des querelles qui agitent et continueront d’agiter la cité et le pays ; puissent-ils, poursuivant l’étude des problèmes scientifiques ou philosophiques avec l’impassible sérénité du désert qui les entoure, rencontrer à quelqu’une des issues du savoir Celui qui, ici même, s’est proclamé la Vérité faite homme et la Lumière du monde, et ne pas se dérober à son rayonnement. » (Jérusalem, 126, 24 juillet-août 1925, p. 378.)

49 Accueillis traditionnellement et relativement massivement dans les établissements catholiques : c’est par exemple la très forte habitude de confier les élèves des bonnes familles juives aux religieuses de Notre-Dame de Sion sur tout le pourtour méditerranéen et dans les Balkans, région dans laquelle agissent également les assomptionnistes (Fleury A., Un collège français en Bulgarie : Saint-Augustin, Plovdiv, 1884-1948, Paris, L’Harmattan, 2001) ; de même des lazaristes en Syrie (Bocquet J., Missionnaires français en terre d’Islam – Damas 1860-1914, Paris, Les Indes savantes, 2005).

50 Sadmon, op. cit. On regrettera l’absence à ce jour d’une véritable monographie sur cet organisme. Voir néanmoins Feder E., « Paul Nathan, the Man and his Work », Leo Baeck Institute Year Book, 3, 1958, p. 60-80; Rinott M., « The Zionist Organisation and the Hilfsverein — cooperation and conflict (1901-1914) », Leo Baeck Institute Year Book, 21, 1976, p. 261-278; Friedman I., « The Hilfsverein der deutschen Juden, the German Foreign Ministry and the Controversy with the Zionists, 1901-1918 », Leo Baeck Institute Year Book, 24, 1979, p. 291-320; BarChen E., « Two communities with a sense of mission: the Alliance Israélite Universelle and the Hilfsverein der deutschen Juden », Brenner M., Caron V., Kaufmann U.R. (éd.), Jewish Emancipation Reconsidered; the French and German Models, Tübingen, Mohr Siebeck, 2003, p. 111-121.

51 Jérusalem, 58, 24 avril 1909, p. 376.

52 Notre article : « Les racines allemandes de l’Université hébraïque », Bourel D., Motzkin G. (dir.), Les voyages de l’intelligence – Passages des idées et des hommes – Europe, Palestine, Israël, collection « Mélanges » du CRFJ, vol. 4, Paris, CNRS-Éditions, 2002, p. 247-267.

53 On compte à ce moment quatre universités au Moyen-Orient : Beyrouth (Université Saint-Joseph et Université américaine), Le Caire, Jérusalem.

54 L’ordonnance est en définitive rejetée en l’état.

55 Lagrange M.-J., « Les Français et les Allemands en Palestine », Revue pratique d’apologétique, XXIV, 1917, p. 385-404, citation p. 402.

56 Lagrange, « Le nationalisme juif et la Palestine », op. cit.

57 Chambre de commerce de Marseille, Congrès français de la Syrie (3,4 et 5 janvier 1919) – Séances et travaux, Les travaux et vœux du Congrès français de la Syrie à Marseille (3, 4 et 5 janvier 1919), Marseille, 1919 (citation p. 6).

58 Grente G., Une mission dans le Levant, Paris, Beauchesne, 1922 (citations p. 276, 298 et 300).

59 La question sioniste, Paris, s.n., 1919. À propos de Samné, voir Cloarec V., La France et la question de Syrie, 1914-1918, Paris, CNRS Éditions, 1998, p. 22.

60 MAE, Nantes, SOFE, série D, 172 Palestine 1924/1929, document du P. Dhorme, 18 mai 1922, « La langue française en Palestine ».

61 Jérusalem, 141, 24 janvier-février 1928, « Notes complémentaires sur le sionisme », p. 218 sq.

62 Jérusalem, 150, 24 juillet-août 1929, « L’influence française en Palestine », Revel J., p. 503 sq.

63 Jérusalem, 189, 24 janvier-février 1936, p. 223.

64 Comme cela figure dans les archives du SOFE, ses directeurs reçoivent régulièrement diverses décorations françaises.

65 La France initie au même moment une action culturelle spécifiquement ciblée sur la population sioniste : création d’une chaire de civilisation française à l’Université hébraïque et d’un Centre de culture française établi en ville juive ; une réorientation qui n’est guère appréciée par les religieux français.

66 « L’ambition culturelle de la France en Palestine dans l’entre-deux-guerres », Trimbur D., e.a., Entre rayonnement et réciprocité – Contributions à l’histoire de la diplomatie culturelle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 41-72 ; et dans le même volume l’article de Laurent Grison, « Le Service des œuvres françaises à l’Étranger et les juifs sous Vichy », p. 73-84.

67 Jérusalem, 150, 24 juillet-août 1929, « L’influence française en Palestine », Revel J., p. 503 sq.

Auteur

Chercheur associé, Centre français de Jérusalem, Fondation pour la mémoire de la Shoah. Recherches sur les relations germano-israéliennes (depuis 1945), sur les présences catholiques – française et allemande – en Terre Sainte/Palestine, 1850-1948.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540