Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758)

 | 
Stéphane Perréon
, 
Yann Lagadec
, 
David Hopkin

Préface

Olivier Chaline

Texte intégral

1Si la guerre de Sept Ans (1756-1763) demeure fort mal connue en France, on en sait quand même le fâcheux résultat : le Canada et l’Inde perdus, en plus du caractère humiliant des défaites subies, sur terre (Rossbach face aux Prussiens en 1757) comme sur mer (Lagos puis les Cardinaux en 1759) et, à long terme, la prééminence de la langue anglaise sur la nôtre. Les désastres maritimes et coloniaux à partir de 1758 ont fait oublier que ce conflit mondial né d’obscures escarmouches livrées dans la vallée de l’Ohio n’avait pas si mal commencé pour les sujets de Louis XV. La monarchie française ne l’avait pas recherché, le cabinet de Londres non plus, mais, dès 1754-1755, l’engrenage des rivalités nord-américaines avait conduit à des hostilités d’ampleur croissante, avant même l’échange des déclarations formelles marquant juridiquement le début de l’état de guerre. La Navy britannique avait tenté par une frappe préventive de mettre à genoux sa rivale française en capturant en pleine paix de nombreux équipages de pêche et de commerce. Le coup fut sérieux mais s’il ne manqua son effet, il n’en fut pas moins le début d’une inexorable hémorragie de marins affaiblissant la marine de Louis XV. À court terme, la Grande-Bretagne accumula les échecs. Son évidente supériorité navale semblait sans effet. En 1756, une expédition combinée partie de Toulon permit à l’amiral Barrin de la Galissonnière de surgir devant Minorque, de tenir en échec la flotte de l’amiral Byng et de débarquer le corps du duc de Richelieu qui s’empara de l’île. De retour en Angleterre, Byng fut jugé, condamné à mort et fusillé sur son propre navire amiral. Mais d’autres mécomptes étaient à venir pour Britania : au Canada, les Français et leurs alliés indiens faisaient mieux que résister aux colons britanniques pourtant très supérieurs en nombre. Ils étaient capables de prendre l’initiative et de semer la terreur chez leurs adversaires pour qui l’alliance du « papisme » français et de la sauvagerie indienne était devenue un véritable cauchemar. En Inde, les maigres forces de la Compagnie française appuyée sur des princes alliés faisaient bonne figure face à leurs rivales britanniques.

2Mais le pire souci pour Sa Majesté britannique se trouvait en Europe avec l’Électorat de Hanovre dont elle était maîtresse. Ce territoire allemand, situé au Nord du Saint-Empire romain germanique, possession de la dynastie régnant depuis 1714 à Londres était le talon d’Achille de la monarchie britannique. Comment le protéger des attaques de la puissante armée de terre de Louis XV ? Depuis le renversement des alliances opéré en 1756, la monarchie britannique pouvait compter sur le soutien, non plus de Marie-Thérèse d’Autriche passée du côté français, mais de Frédéric II de Prusse. Seulement, cet unique allié continental risquait d’être insuffisant face à la puissante coalition mise sur pied par la France : Autriche, Russie et Suède. De fait, le Hanovre fut envahi et copieusement pillé et la Prusse ne dut son salut qu’au génie militaire de son roi et à l’absence de coordination de ses adversaires. Pendant les premières années du conflit, les bonnes nouvelles furent rares à Londres. L’engagement continental pour sauver le Hanovre était très critiqué par tous ceux qui tenaient l’expansion navale et coloniale pour seule conforme aux intérêts du royaume. L’allié prussien, qui avait fort à faire sur tous les fronts, réclamait une aide allant au-delà du seul octroi de subsides. Le cabinet de Londres, bientôt conduit par l’énergique William Pitt, devait donner satisfaction à toutes ces attentes, souvent contradictoires. Il avait choisi de faire porter l’essentiel de l’effort sur l’Amérique du Nord dont les Français devaient être chassés une fois pour toutes, mais pour empêcher la France de tourner vers l’Océan et l’outre-mer le gros de ses forces, il était indispensable d’en divertir une partie notable vers l’Allemagne. Le royaume de Louis XV ne pourrait soutenir longtemps cette double lutte, maritime et terrestre. Il risquait quand même de mettre en difficulté la Prusse. Pour calmer l’opinion britannique et donner l’impression à Frédéric II qu’on faisait quelque chose pour lui, le gouvernement de Londres multiplia les descentes sur les côtes françaises, reprenant une tradition désormais bien établie de bombardements et de débarquements. Il ne s’agissait jamais d’envahir, mais de semer la confusion en faisant grand bruit, de s’attaquer à un objectif ponctuel même s’il pouvait avoir un réel intérêt militaire ou économique. En un an, les Britanniques descendirent à quatre reprises mais avec un inégal succès sur les côtes françaises : près de l’arsenal de Rochefort, en septembre 1757, à Cancale en juin 1758, à Cherbourg en août suivant, puis enfin entre Saint-Briac et Saint-Lunaire début septembre.

3C’est cet épisode qui s’acheva par un rembarquement manqué et une victoire française à Saint-Cast, le 11 septembre 1758, que nous présentent Yann Lagadec, Stéphane Perréon et David Hopkin. Leur travail renouvelle notre connaissance de cette ultime entreprise anglaise contre Saint-Malo.

4Pour la première fois, il est possible de croiser véritablement sources françaises et anglaises que notre trio d’auteurs manie avec dextérité. Il aura fallu, 250 ans après l’événement, que des historiens, de part et d’autre de la Manche, unissent leurs efforts pour nous permettre de mieux comprendre comment une descente sur la côte bretonne peut à ce point manquer son objectif et s’achever dans la confusion et la captivité pour une partie des troupes. Aux relations françaises utilisées à maintes reprises depuis le xixe siècle, on peut désormais ajouter de précieux témoignages anglais, tel celui du caporal Todd. L’analyse méthodique des événements s’appuie sur une pleine maîtrise de la bibliographie la plus récente sur la guerre de Sept Ans et des problématiques les plus actuelles en histoire militaire, tant en France qu’à l’étranger.

5Le propos est efficacement mené. Il met d’abord en perspective la descente de septembre 1758 par rapport aux opérations diverses menées par la Navy contre les côtes françaises, et particulièrement Saint-Malo, depuis les années 1690 et montre comment le système de défense français toujours faible et incohérent, présente quand même un système d’alerte plus élaboré et offre de plus grandes possibilités pour déplacer des troupes d’un point à un autre de la Bretagne. L’accent est ensuite mis sur les opérations menées sur la côte nord de la province en septembre 1758, du débarquement à Saint-Lunaire, le 4 septembre, à la bataille livrée sur la grève de Saint-Cast le 11, entre 10 et 14 heures. Enfin, après la minutieuse reconstitution d’une semaine d’opérations parfois hésitantes et de combats sporadiques, nous retrouvons une plus longue durée qui est d’abord celle de la célébration de la victoire du duc d’Aiguillon pour mieux atténuer la perte de Louisbourg au Canada puis celle de la mémoire intermittente de l’événement jusqu’à nos jours.

6Avec une grande clarté, nos trois auteurs dégagent les conséquences de ce 11 septembre à Saint-Cast, une date de fin d’été qui n’avait pas encore pris le tragique relief que nous lui connaissons mais qui avait déjà, au xviiie siècle une tonalité martiale et funèbre : la sanglante bataille de Malplaquet, en 1709, avait été livrée un 11 septembre. Seulement, personne n’avait encore songé à séparer le jour de l’année. La matinée de Saint-Cast fut un épisode secondaire de la gigantesque lutte que se livrèrent Français et Britanniques, mais elle conduisit ceux-ci à renoncer à leurs descentes et mettre en œuvre d’autres moyens pour tenir en échec leurs adversaires. Le blocus naval mené par le Western Squadron interdisant l’entrée et la sortie de Brest en fut le plus efficace. Il en résulta pour les Français la défaite des Cardinaux, lors de la triomphale année 1759 qui vit la chute de Québec.

7Nos trois historiens se sont montrés très attentifs aux données les plus concrètes du déplacement et de la subsistance des troupes dans un espace donné, aux obstacles opposés par la Rance mais aussi l’Arguenon, au choix d’un mouillage pour la flotte sans concertation avec le commandement des troupes à rembarquer, aux conditions de vent, de marée et d’estran, à la discipline et aux règles commandant les tirs, à l’appui de l’artillerie des bâtiments les plus proches de la côte, à la fumée, à la distance entre les combattants. Seule une étude très précise du terrain, croisée avec la chronologie de l’intervention des uns et des autres permet d’expliquer comment des troupes d’élite, qui maîtrisaient fort bien les opérations à effectuer pour leur rembarquement, ont pu soutenir le premier choc puis perdre leur cohérence et être emportées dans un corps à corps tournant à la panique et au carnage. Sans doute, les conclusions de nos auteurs surprendront-elles ceux qui tiennent les volontaires bretons pour les principaux artisans du succès et négligent les troupes professionnelles de l’armée royale. Mais les férus d’histoire militaire et les passionnés de celle de la Bretagne auront beaucoup à trouver dans cet ouvrage qui rappelle opportunément qu’en France on peut aussi étudier les victoires.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540