Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758)

 | 
Stéphane Perréon
, 
Yann Lagadec
, 
David Hopkin

Remerciements

Texte intégral

1L’écriture de cet ouvrage n’aurait pu être menée à bien sans de multiples concours, intellectuels ou matériels, constants ou occasionnels, tous particulièrement précieux.

2Jean-Yves Besselièvre, Olivier Charles, Anne de Mathan, Renan Donnerh, Jérôme Le Corre, Hervé Le Goff, Maurice Legault et Patrice Pipaud (Pornic-Histoire), Sylviane Llinares, Olivier Lion, Christophe Maneuvrier, Cécile Robert, Michel Souplet ont bien voulu nous faciliter l’accès à certaines informations ou compenser notre ignorance sur des aspects souvent très techniques. En nous invitant à présenter nos recherches devant les chercheurs et étudiants fréquentant leurs séminaires, Vincent Milliot à Caen, Laurent Henninger au Centre d’études et d’histoire de la Défense, Olivier Chaline à Paris IV-Sorbonne, Philippe Hamon à Rennes 2 nous ont permis de bénéficier des critiques constructives d’auditeurs avertis. Les conférences faites à l’invitation de Simone Baillauquès et d’ECLD à Saint-Cast, de Pierre Hennequin et de l’Association France/Grande-Bretagne à Saint-Malo, de Monique Chauvin, présidente de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine à Rennes, de Geoffroy de Longuemar, président de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor à Saint-Brieuc, de Jean-François Caraës, président de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique à Nantes ont pour nous été l’occasion de nous confronter à un plus vaste public, en des rencontres souvent très enrichissantes. À des niveaux différents, les échanges d’idées avec les auteurs des deux dossiers thématiques que nous avons coordonnés pour les Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest (livraison 2007, no 4) et les Mémoires de la Société d’émulation des Côtes d’Armor en 2009 nous ont permis d’éclairer certains points, de nuancer aussi certaines de nos visions : l’apport de Christophe Cérino, Edmond Dziembowski, Éva Guillorel, Guillaume Lécuillier, Pierrick Pourchasse d’une part, Cédric Boissière, Joseph Chenu, Jacques Gury, Jean-Claude Ménès, Philippe Rivet d’autre part est en cela considérable. Que tous en soient remerciés.

3Ces remerciements vont aussi à Étienne Mathieu et aux autres enseignants d’histoire-géographie du collège Paul-Sébillot de Matignon qui ont bien voulu prendre un peu de leur précieux temps d’enseignement pour nous permettre de réaliser une enquête sur la mémoire de la bataille de Saint-Cast au sein des plus jeunes générations. Sont bien évidemment associés à ces remerciements les élèves qui fréquentaient les classes de 6e, 5e et 4e de cet établissement au cours de l’année scolaire 2007-2008.

4Il convient de dire aussi les dettes contractées auprès de nombreux collègues qui, trois années durant, par les informations qu’ils nous transmirent, par les débats que nous eûmes, contribuèrent à nourrir notre réflexion : ainsi, parmi de nombreux autres, d’Alain Croix, Didier Guyvarc’h, William K. Hackmann, Richard Harding, Ollivier Hubert, Philippe Jarnoux, Vincent Joly, Jean Le Bihan, Youenn Le Prat, Georges Provost, Florent Quellier et Jean-Pierre Bois. Gauthier Aubert a bien voulu rajouter à ces conseils la relecture particulièrement utile de certains des chapitres de cet ouvrage, une relecture à laquelle s’est aussi astreint Noël Lagadec à chacune des étapes de la rédaction. Puissent les pages qui suivent se montrer à la hauteur de leur confiance et de leur soutien.

5Ce livre ne serait pas sans l’aide de Pierre Corbel, directeur des Presses universitaires de Rennes, et de Bruno Isbled, président de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, nos deux éditeurs. En son dernier stade, le manuscrit a bénéficié par ailleurs d’une relecture critique de Jean-Clément Martin, professeur à Paris I, de Pierrick Pourchasse, maître de conférences à l’Université de Bretagne occidentale à Brest, et d’Olivier Chaline, professeur à Paris IV, qui a par ailleurs accepté de préfacer notre ouvrage : qu’ils trouvent ici le témoignage de notre plus profonde reconnaissance.

6Enfin, last but not least, notre ami David Hopkin a accompagné souvent, guidé parfois, pendant presque trois années, ce travail de longue haleine entamé de concert. Nos rencontres rennaises, malouines ou castines, nos longs échanges, nos articles communs nous ont permis de développer une recherche bien plus cohérente, plus large aussi, englobant de multiples dimensions auxquelles nous n’avions guère prêté attention initialement. Sans sa collaboration, ce livre ne serait pas ce qu’il est. Qu’il n’ait pu le porter sur les fonts baptismaux ne diminue en rien notre dette à son égard.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540