Version classiqueVersion mobile

La Ligue en Bretagne

 | 
Hervé Le Goff

Chapitre V. Stupeur et tremblements ou le champ du désastre

Texte intégral

À travers enquêtes et livres de raison

1À défaut d’études spécifiques et quantitatives, pour l’ensemble de l’espace breton, sur les conséquences de ce conflit de neuf ans, il faut se contenter de faire apparaître ici les traits dominants tels qu’ils émergent des témoignages contemporains ou de sondages partiels et localisés, dans le vaste domaine des mentalités, des institutions, de l’économie, des rapports sociaux ou de la démographie.

2Pour estimer et quasi visualiser les désordres engendrés par cette guerre, plaçonsnous du point de vue de trois gentilshommes ruraux qui ont traversé cette guerre et, comme beaucoup d’autres, en ont douloureusement ressenti les effets.

  • 1 BnF, ms. fr. 22311, f° 237-239.

3Le premier s’appelle René de Malestroit, baron de Kaer, vicomte de Kerambourg. En janvier 1598, une enquête est diligentée à sa demande au sujet des « ravages et voleries » dont il a été victime1. L’énoncé des faits est éloquent : le lundi 28 août 1589, le marquis d’Asserac entre à Auray. Ses troupes investissent le château du Plessis-Kaer situé à moins d’une demi-lieue de la ville : tous les biens, meubles de valeur, lettres et titres de son propriétaire sont « emportés, volés et ravagés ». Les pillards en sont chassés par MM. de Saint-Laurent et d’Aradon. Leurs compagnies arrivent à Auray le 1er septembre 1589, et se répandent aux environs. Au Plessis-Kaer, tout est à nouveau ravagé, « tant meubles, linges vaisselles d’or et d’argent ». René de Malestroit et la plupart des habitants de la région, pour se protéger de la soldatesque, se réfugient aux îles de Rhuys et d’Arz. Le 3 avril 1590, c’est au tour du prince de Dombes de se présenter à Auray. Ses troupes ne manquent pas de piller au Plessis-Kaer, tout ce qui pouvait encore y rester. En fin mai 1590, Mercœur lui succède avec toute son armée. À cette occasion de « grandes troupes » séjournent au Plessis-Kaer « plus de cinq semaines », et l’on imagine les dégâts qui en résultèrent. Au mois d’août 1592, les huit cents soldats du régiment du sieur de Camors entrent au château de Kerambourg, à deux lieues d’Auray, « y demeurent plus d’un mois et tous biens meubles, titres, furent ravagé, emportés et perdus ». Les mêmes quittant ce lieu se rendent au Plessis-Kaer pour y stationner plus de trois semaines. Au commencement d’octobre 1592, le duc de Mercœur vient à nouveau loger à Kerambourg et aux environs pendant plus de huit jours, avant, lui aussi, de se déplacer au Plessis-Kaer où il campe une quinzaine. Le lendemain de son départ vient se loger au château

  • 2 On peut rappeler, par exemple, les dégâts causés par les Espagnols à Caudan, le 15 avril 1593, qui (...)

« une grande compagnie d’Italiens qui y logèrent avec leurs chevaux par tous endroits, même firent monter leurs chevaux en chambres, galeries, greniers et celliers faisant tous bons offices de brûler, mettre en framboy (détritus, fumier), et tout perdre ce qu’ils emportaient, et y ont été de même par diverses fois pendant que l’armée espagnole conduite par Don Juan était au pays2 ».

  • 3 Louis (de) Constantin, écuyer, sieur de Rostaing.

4Au mois d’août 1594, le capitaine Rostin3 et son régiment de sept à huit cents hommes de pied et de cheval campent au Plessis-Kaer plus de trois semaines et y « font aussi le ménage ». Et l’on peut parier qu’ils ne furent pas les derniers.

  • 4 AD 29, 1 E 103/2.
  • 5 Gabriel du Cloux, sieur du dit lieu et de la Forest. Ce gentilhomme poitevin était capitaine dans (...)
  • 6 Je n’ai pu identifier avec certitude ce du Matz (ou Dumas ?). Mais il ne peut s’agir ici ni de Jea (...)
  • 7 Roche-Giffart (La), sieur de La Mouche, capitaine de 100 chevaux légers. Il était cadet de la mais (...)

5Du côté de la Cornouaille intérieure cette fois, le seigneur de Kerauffret, en Maël-Pestivien, n’a pas eu trop d’un registre4 pour consigner les vols et vandalismes dont il a également été victime. La série commence le 28 novembre 1589. Environ trois heures avant le jour, les ligueurs de Guingamp, menés par le sieur du Lojou et son fils, entrent en armes dans la maison après avoir mis le feu aux portes et repartent avec six cavales et deux poulains. Le 25 mai 1592, sur la vêprée, le capitaine du Clou5 et ses soudards s’installent au manoir pour la nuit. Ils y séjournent à nouveau les 28 et 29 mai suivants. En remerciement pour l’hospitalité, ils mettent le feu à une partie du logis et à une écurie, et emportent pour deux mille écus de biens. Quelques mois plus tard, le 17 septembre, aux environs de minuit, c’est au tour des ligueurs de M. du Matz6, en garnison à Callac, commandés par Alain du Combot, sieur de Bodeilou : ils rompent les portes et saisissent pour cinq cents écus de meubles. Mais ce n’était là qu’aimables préludes. Après deux années de répit, les pillages reprennent pour atteindre, pendant les trois années terribles 1595 à 1597, une fréquence à peine imaginable. Au début de 1595, le siège de Corlay draine vers Kerauffret des hordes de soldats. Le vendredi 6 janvier, les hommes de « Messieurs de Coetnisan et autres », allant de Callac à Carhaix s’arrêtent au manoir et emportent des chevaux. Les 17 et 18 janvier, les mêmes y retournent derechef. Le 29 janvier, c’est le tour des Anglais. Du 8 au 21 février, le maréchal d’Aumont et son armée occupent le bourg de Bourbriac et les paroisses environnantes : la maison de Kerauffret est, à cette occasion, de nouveau ravagée par le capitaine La Croix. Le 6 octobre, les sieurs du Lojou et de Resperes s’en prennent aux demoiselles de la maison et aux serviteurs qui voulaient s’interposer, emmènent avec eux force meubles jusqu’à la valeur de quatre cents écus, ainsi que plusieurs vaches. Sur leur chemin de retour, ils mettent le feu à une maison de Maël et « en un mulon de foin et de paille au village de Kerangofflà où il y avait une cache ». Le mercredi des Ténèbres 10 avril 1596, en dépit de la trêve, les soudards de la ville de Lantreguer menés par Pierre de Coatalan, sieur de Précorbin, entrent en armes à Kerauffret. Après avoir « offensé au corps le seigneur de la maison qui voulait défendre son bien », ils fouillent la demeure et emmènent avec eux jusqu’à Corlay « de vieux meubles jusques à la valeur de trois cents écus, et vingt huit bêtes à cornes ». Le 3 mai, le capitaine La Mouche7 et la garnison de Corlay y trouveront encore pour trois cents écus de meuble, trente-huit bêtes à cornes et un cheval. Les mêmes reviennent le 6 août suivant. Entre-temps, les troupes de Saint-Luc passant pour prendre garnison provisoire à Huelgoat, Plourac’h et autres paroisses voisines, font le ravaigement d’usage le jeudi 13 juin. La relève est assurée par les hommes de La Magnane, et notamment ceux du capitaine de La Vaurille en garnison à Rostrenen qui se trouvent à Kerauffret les 26-27 juillet, 20 août, 23 octobre et 11 novembre 1596. Une « grande troupe tant de cheval que à pied » y séjourne du 21 août au 4 septembre, « usant de toutes voies d’hostilités ». Le 13 octobre, un détachement espagnol y loge pour la nuit « brûlant et fouillant comme d’avant ». L’armée de Saint-Luc, augmentée de « la commune du Léon », venue dans la région pour en déloger les ligueurs, ravage à nouveau Kerauffret, le 3 avril 1597. Il faudrait encore parler, pour l’année 1597, des 20 janvier, 16 février, 15 août, 20 et 30 novembre où se relayèrent les soudards des capitaines de Lestang, La Croix, Guermorvan, Coetnisan. La dernière intrusion notée par le malheureux sieur de Kerauffret est celle du capitaine La Rivière et de ses hommes en garnison à Callac. C’était le 28 décembre 1597, jour des Saints-Innocents. Le registre ne précise pas s’ils trouvèrent encore quelque chose à emporter.

  • 8 G. Satin, « Livre de Raison… ».

6Les demeures de haute-Bretagne n’étaient pas moins exposées. En témoigne le livre de raison de Gilles Satin, seigneur de la Teillaye (paroisse de la Bouëxière)8. Son manoir de la Teillaye est pillé par les soudards de la garnison ligueuse de Fougères, le 16 mai 1591. Il y perd plus de 1 000 écus. Le 12 septembre suivant, les soldats de Lavardin investissent les lieux et dérobent ce qui pouvait encore s’y trouver. En avril 1592, la garnison de Vitré vient se ravitailler et emporte deux génisses. Le 20 août 1593, « vindrent nombre d’Angloys et autres pour forcer la maison et la piller ». Le 12 de l’année suivante, le maître des lieux est pris comme otage par les ligueurs de Fougères, et n’obtient sa délivrance que contre une rançon de 95 écus. Les officiers de cette juridiction de Fougères se saisissent, vers le même temps, de sa terre de la Teillaye et en adjugent la ferme à Me Jacques Rousseau. Pour la dégager, il doit payer 100 livres à l’adjudicataire et 200 livres au procureur de Fougères « pour son pot-de-vin et autres frais ». En marge du compte relatif à cette affaire, notre chroniqueur a écrit « volerie ». On ne pouvait mieux dire. À cela s’ajoutaient les frais engendrés par l’insécurité, et la nécessité de s’en protéger. En juillet 1591 et mars 1596, le sieur de la Teillaye doit rembourser à des messagers le prix de diverses épiceries (sucre, raisins, vin des Canaries) qu’ils lui apportaient de Saint-Malo et que des soldats maraudeurs leur avaient dérobées en route. Le 4 décembre 1595, l’armée de M. de Saint-Luc se trouvant à Saint-Aubin-du-Cormier, il lui faut payer quatre écus à des soldats venus le protéger en sa demeure. Comme les soirées étaient fort longues en cette saison, il joua en leur compagnie pour passer le temps et perdit quarante sous. Le 22 mai suivant, Saint-Luc étant de retour à Saint-Aubin, Gilles Satin doit payer à nouveau quatre écus à un capitaine venu faire la garde à la Teillaye, etc.

7De ces trois gentilshommes, seul le dernier s’était ouvertement et activement engagé, en l’occurrence dans le camp des royaux. Mais la neutralité n’était pas une garantie contre la soldatesque. Encore ne s’agit-il, dans les trois exemples donnés, et pour l’essentiel, que d’atteintes aux biens.

« Madame la picorée » (La Noue)

  • 9 Publiée par A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles…, t. II, annexe no 5, p. 1263-1264.

8Examiné du point de vue d’une communauté rurale, le bilan est tout aussi chargé. En témoignent, dans le Trégor, la paroisse de Lanvellec et ses environs dont l’abbé Alain Lucas a tenu la chronique9. Ses malheurs commencèrent les 3 et 7 juillet 1590, lorsqu’est « brûlée et ravagée la paroisse de Plestin par ceux du parti du roi. Et au réciproque le 21 dudit même mois fut pareillement brûlée et ravagée la paroisse de Plouaret, Ploebezre, et la ville de Lannion par ceux qui tenaient le parti du duc de Mercure et de la sainte union ». Passant sur plusieurs épisodes connus par ailleurs qui attirèrent dans ce quartier, durant le siège de Morlaix en 1594, l’armée de d’Aumont et les Anglais, l’abbé Lucas évoque le 24 avril 1596. Sur la vesprée de ce jour l’armée royale de Saint-Luc, quatre à cinq mille hommes, en marche vers le Léon, se loge au Vieux-Marché, Plouaret, Lanvellec et Ploefur (Plufur). Ils ruinent ces paroisses « combien qu’ils n’y demeurèrent qu’une nuit ». À leur retour, le 7 mai suivant, les compagnies se logent quatre jours au Pontou, Plouigneau et Plouégat-Moysan, « faisant très grands dommages, cruautés et tyrannies tant aux hommes que aux femmes ».

  • 10 Durant la trêve, le rançonnement comme action militaire était en principe banni. Les prisonniers f (...)

9La longue trêve de 1596 ne met donc pas un terme à la misère des paroissiens de Lanvellec : « Le plat pays et pauvre commun, ajoute l’abbé Lucas, étoit si affligé comme auparavant, fors seulement que pour le regard de rançon de la guerre chacun estoit exempt durant la trève10. » Cela ne calmait pas pour autant la voracité des soldats pillards. Le jeudi 16 mai 1596 arrivent en la ville de Lannion, où se tenait la grande foire de Mai,

« 70 chevaux armés de la garnison du sieur de Fontenelle tenant pour lors son fort à Douar an enes, qui firent grand dommage et ruine tant en la ville que par tout où ils passoient, combien que la trêve générale était en toute la France durant ce temps-là ».

10Une semaine après, jour de l’Ascension,

« les Espagnols retournant de Lanmeur et château de Primel sis en Plougasnou, étant venu de Blavet pour lever le siège [de] Primel courèrent les paroisses circonvoisines savoir Lanvelec, Ploefur, Plouaret, Ploesellembre, Tréduder, Ploenevez, Loguivi, Ploecroix et autres, et même ravagèrent les noblesses desdites paroisses, et prenoient tous les bétails tant cavalines que bêtes à corne qu’ils pouvaient trouver ».

11L’exaspération des paysans était à son comble. Le jeudi 11 juillet 1596,

« ceux de la garnison de Tonquédec vinrent courir les paroissiens de Plufur faute de leur fournir une taillée qu’ils leur avoient demandé, et à leur retour à Saint Orien s’estoit amassé grand nombre de paysans (qui estoient pour lors sous les armes de peur de l’Espagnol qui était à Primel) tellement que lesdits soldats de Tonquédec furent dévalisés et deux d’iceux tués. Aussi furent incontinent et sur le lieu tués trois hommes de Tréduder près Poul an Saoson en Goerdenoux, en cette paroisse de Lanvellec ».

12Et l’abbé Lucas de faire les comptes :

« Nota que durant les neuf ans que la guerre civile et troubles derniers ont duré en France et en Bretagne, on a payé en cette paroisse de Lanvellec en tailles, fouages et subsides la somme de vingt et neuf mille livres monnaie, randus entre les mains des procureurs syndics de ladite paroisse pour les randre et payer ès villes, châteaux et places où se logeoient les gens de guerre […] sans en comprendre les rançons particulières, perte de biens, ravages ordinaires de bétail, brûlement de maison, fournissement de foin, paille, blé et autres biens infinis, tellement que suivant ce compte on levoit à Lanvellec par chacun mois durant les dits neuf ans près de cent écus (chacun écu à 60 sous tournois comme il a cours à présent), l’un portant l’autre. »

13Rien d’étonnant que durant ce même temps la Cornouaille paye aux belligérants environ 660 000 écus de taxes, plus extraordinaires qu’ordinaires.

  • 11 Une troupe combattante échappe cependant à cette condamnation : les Suisses ou lansquenets. Leur r (...)

14Après les faits, l’émotion. Notre prêtre chroniqueur a aussi exprimé avec pathétique, en distiques latins, les souffrances endurées par la population du fait des soudards de tout poil11 :

Epigramma ab Alano Lucas presbytero in Landa Moloci
torvos milites editum hoc anno 1594
Épigramme faite par Alain Lucas, prêtre de Lanvellec
contre les féroces soldats, écrit en la présente année 1594.

En ces années, tout devient la proie d’une soldatesque impitoyable,
Elle se saisit de tout, pille tout, sauf ce qu’elle ne peut trouver.

Le loup n’est pas plus cruel que le soldat d’aujourd’hui,
Ni le loup, ni le lion, ni le sanglier téméraire.

Il met en pièce les corps d’une foule de chrétiens
Après les avoir dépouillés de toutes leurs richesses.

Par la prison, les flammes, les tortures, le deshonneur,
L’homme de guerre tourmente les Bretons.

Le Tout-Puissant éloignerait de nous tous ces maux
Si chacun voulait considérer ces crimes notoires.

Aux horreurs d’une guerre désastreuse
On verrait alors succéder les douceurs d’une profonde paix.

Prie Dieu pour Lucas, cher lecteur,
Et qu’un De Profondis sorte de ta bouche.

  • 12 La première mention date du 21 mai 1597. La dernière du 5 mars 1598.

15Les populations urbaines n’échappaient pas aux souffrances de tous ordres qui allaient se renforçant au fur et à mesure que la guerre s’éternisait. Dom Guillaume Lhostelier, un des recteurs de la collégiale N.-D. de Lamballe, en arriva même à débuter ses actes de baptême par la formule « Lan des calamitez mil cinq cent quatre vingtz dix sept [ou] dix ouict12 ».

Le désastre humain : « Il les faut manier comme Indiens13 »

  • 13 Conseil de M. de Lansac au roi d’Espagne sur la façon de venir à bout des Bretons. Mémoire du 7 ma (...)
  • 14 Les registres BMS manquent totalement pour cette période à Fougères, Lannion, etc. Mais ces pertes (...)
  • 15 Voir à ce sujet le commentaire figurant au registre de sépultures de Saint-Méloir-des-Ondes, noté (...)

16Les registres BMS sont malheureusement très lacunaires pour cette période de la Ligue, notamment ceux des paroisses rurales, en raison de leur destruction, du sousenregistrement, de l’absence des pasteurs ou de la migration en masse des populations. À Fégréac (év. Nantes) en 1588 et 1589 « ne furent faites nulles noces à raison des guerres ». À Plourivo (év. Saint-Brieuc), d’avril à juillet 1591 il n’y eut aucun baptême « pour ce que les femmes grosses s’étaient retirées de l’autre côté de l’eau, en Tréguer, de peur des soldats de l’armée du prince de Dombes ». Les Anglais et lansquenets de cette même armée, passant à Mauron (év. Saint-Malo), le dimanche 8 septembre 1592, « pillèrent et vollèrent tout ce que trouvèrent de biens en lad. église, et emportèrent le précédent livre baptistère ». À Plougrescant (év. Tréguier), les registres ne sont plus tenus, ou très incomplètement, de 1593 à 1595 ; à Tonquédec, de 1590 à 1593. À Saint-Léry (év. Vannes), le recteur a mentionné sur son registre des sépultures qu’il n’y a eu aucun décès inscrit « du temps de la grande contagion qui eut cours aulx années 1587 et 1588, ny mesme des dix années de la guerre », etc. Les archives paroissiales de certaines villes ont de même gravement souffert14. Les registres de Guingamp (paroisse Notre-Dame) portent les marques des événements qui ont frappé la ville. Enregistrés régulièrement jusqu’en juin 1589, les baptêmes n’y sont notés qu’incomplètement en 1590. En 1591, aucun baptême n’est mentionné ; il n’y en a que 2 en 1594, 5 en 1595 comme en 1596, aucun l’année suivante. L’enregistrement normal ne reprend qu’en 1598. Sont alors enregistrés 45 baptêmes. Des pages ont été laissés blanches, sans oblitération, contre tous les usages administratifs, dans l’attente sans doute d’une régularisation jamais effectuée ; il en va de même pour l’enregistrement des sépultures15.

  • 16 « Nota que en cette année 1597 a esté unne grand chierté et famine, car il est mort plusieurs homm (...)
  • 17 Moreau, édition Le Bastard de Mesmeur, p. 292.

17Établir avec précision les conséquences démographiques de cette guerre est donc une gageure. D’autant qu’aux pertes directes des combats ou de leurs « dégâts collatéraux » s’ajoutaient, aussi nombreuses sans doute, celles dues à la famine et aux épidémies, en particulier en 1591 à cause d’une très mauvaise récolte, et en 159716 et surtout 1598 qui furent, en Bretagne, les deux années terribles de ce siècle. Il y eut 1 700 décès à Quimper d’octobre à décembre 1594, la plupart du fait de l’épidémie qui sévissait alors : « Tous les chefs de famille, hommes et femmes, moururent lors17. »

  • 18 À Châteaugiron, en septembre 1591, « il mourut beaucoup d’habitants à raison de l’infection que la (...)
  • 19 Voir sur ce point A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles…, t. I, p. 271-283.

18Néanmoins certaines épidémies attestées durant cette période peuvent être consécutives au déplacement des troupes18 ; les rapines diverses et les rétentions spéculatives des grains ont également renforcé l’effet mortifère de crises frumentaires consécutives à de mauvaises récoltes, comme celle de 159119. À défaut de sources administratives suffisamment nombreuses et fiables pour tenter de quantifier le nombre des victimes de cette guerre, nous restons tributaires des chroniques, mémoires ou enquêtes, témoignages d’observateurs plus ou moins directs des affrontements, mais nécessairement subjectifs et portés à surévaluer le nombre des victimes, surtout quand il dépasse quelques dizaines.

  • 20 Les soldats anglais – dont je n’ai trouvé aucune sépulture attestée – ou Espagnols, par exemple, e (...)
  • 21 Je n’ai relevé que quelques exemples de sépultures collectives : à Vitré : « […] le massacre fut f (...)

19Les rares registres obituaires conservés soulèvent également plusieurs questions. Ceux des paroisses où sont attestés certains massacres ou combats sont loin d’enregistrer à ces occasions une mortalité ponctuelle exceptionnelle. Les raisons peuvent en être multiples : anonymat des défunts ou leur caractère allochtones, refus d’enregistrement de certaines catégories de victimes20, existence de sépultures collectives non enregistrées21.

20L’examen des registres conservés permet cependant de proposer un ordre d’idée nécessairement variable selon les endroits. Ceux du Cellier (év. Nantes), par exemple, nous apprennent que si à Pâques de l’an 1572 « furent à la sainte communion 529 personnes », aux célébrations pascales de 1592, il ne s’est trouvé à la communion que « 460 personnes, non compris les malades ». L’année suivante le chiffre baisse encore : « Le 18 avril 1593, se désole le recteur, a été célébrée la fête de Pâques et s’est trouvé à la communion 400 personnes où j’en ai vu autrefois 550, à l’occasion de ce que le monde est mort, ou s’est retiré à Nantes à l’occasion des troubles. » Dans la plupart des paroisses bretonnes, on observe un net fléchissement des baptêmes entre 1594 et 1598. C’est le cas à Roscoffet Plouvorn (év. Léon) et plus nettement encore à Plouyé (év. Quimper) où la moyenne annuelle des baptêmes enregistrés avant le conflit qui se situait entre 56 et 62 tombe à 16 en 1597. À Lanvellec (év. Tréguier) malgré tout, les écarts sont moindres et seulement sensibles pour les années 1591 et 1597.

21Les disparités entre régions rendent difficiles les explications. La natalité de la ville de Saint-Brieuc qui était de 135 en 1594, et de 137 en 1596, tombe en 1597 à 76, et en 1598 à 47 seulement. Cette évolution suggère localement une forte migration de la population vers des lieux plus protégés.

  • 22 A. Croix, Moi, Jean Martin…, curés « journalistes » de la Renaissance à la fin du 17e siècle, ouvr (...)
  • 23 Ibid., p. 37 à 60. Parfois une liste nominative des victimes est donnée comme à Plestin ou Saint-M (...)
  • 24 Les registres de Vitré, catholiques et protestants, ceux de Malestroit, et à un degré moindre ceux (...)
  • 25 Cependant, même l’examen des seuls registres paroissiaux existants ne permet pas de conclure, comm (...)

22Localement, les chiffres des victimes de la guerre, notés parfois aux registres par tel ou tel curé « journaliste » comme les appelle Alain Croix22, peuvent être dignes de foi : 8 tués aux faubourgs de Vitré, le 15 avril 1589 ; 5 à Malestroit, le 11 mai ; 10 près de Saint-Méloir le 18 octobre ; 110 tués et 71 pendus ou brûlés à Etrelles en novembre de cette même année ; 19 tués sur la grève de Saint-Michel près de Plestin, le 12 mai 1590 ; 20 hommes de Mont-Dol le 13 juin 1591 ; 5 à Lanvellec le 11 juillet 1596 et « 12 ou 13 » autres le 28 octobre 1597, etc.23. Plus souvent encore est signalée la mort, par fait de guerre, d’un habitant de la paroisse ou d’une paroisse proche : Jan Garault, de la Chapelle d’Erbrée, « tué au tranchés en beschant » (Vitré-Saint-Martin, 25 avril 1589), Pierre Martin « occit » par « un capitainne appelé Brengarin » (Guégon, 3 mai 1589), Nicolas Mauger, « coutelassé » par les ligués (Malestroit, le 27 avril 1590), Pierre Le Voyer, « occis par les ennemis » (Vitré, registres protestants, 30 octobre 1590), Messire Julien Berthelot « tué d’un coup d’arquebuze » (Bonnemain, 10 janvier 1592), etc. Fréquemment aussi se retrouvent sous la plume des rédacteurs des formules plus imprécises : « quelques soldats [sont morts] qui s’entre massacroins, des quels je ne sçavions les noms » (Malestroit, janvier 1590) ; « tué avec plusieurs autres » (Vitré Notre-Dame, 21 février 1590) ; « […] à la prinse [de Malestroit] en fut tué quelque uns tant des royaulx que de la Ligue » (Malestroit, 1592), etc.24. Il serait vain cependant de tenter par ce moyen une approche quantitative globale, en raison surtout de sources trop lacunaires25.

  • 26 PRO, Calendar of State Papers, Domestic Series, Elizabeth, 1595-1597, vol. CCLIII, f° 79.
  • 27 A. de Barthélemy, Documents inédits…, p. 235.
  • 28 Présentée par un ensemble de paroisses cornouaillaises, elle avait pour objet d’obtenir des déduct (...)
  • 29 A. de Barthélemy, ouvr. cité, p. 242.

23Nous en sommes donc réduits à écouter les chroniqueurs et mémorialistes du temps. Mais ils avancent pour certains combats des chiffres de pertes humaines si considérables qu’on peut légitimement douter de leur comptabilité macabre. Selon Moreau, par exemple, La Fontenelle aurait fait « un carnage de sept à huit cents (paysans) et davantage » en un seul engagement en 1595. Son estimation semble cependant confirmée par l’interrogatoire de prisonniers anglais délivrés par les Espagnols à Mounts Bay en juillet 159526. Toujours selon le chanoine, La Fontenelle en aurait tué plus de 1 500 autres à Saint-Germain-Plougastel. Cette fois, son estimation est moindre que celle fournie par l’enquête réalisée sur ces cruautés qui parle de 2 000 à 3 000 victimes27. Cette même enquête, que l’on peut suspecter de forcer le trait28, affirme aussi que les sieurs de Bastenay, Liscoët et La Tremblaye « tuèrent et massacrèrent », à Carhaix et aux environs, « plus de quattre à cincq mille paysans » au commencement de 1592, et que le sieur de La Magnane « fit mourir plus de trois mil hommes » dans la région du Faou29. Sourdéac de son côté fait mourir en Trégor, dans ses Mémoires, « trois à quatre mille paysans » en 1589 sous les attaques du sieur de Kergomar, et parle à propos de l’attaque de La Fontenelle contre Penmarc’h, en 1596, de 5 000 paysans tués. Tous ces chiffres, parfois douteux, sont difficiles à vérifier.

24Le chanoine Moreau qui estime à un million de morts le coût des guerres civiles en France de 1585 à 1597 (ainsi le faisait le rédacteur de l’Avertissement à la noblesse de Bretagne, vers 1596, dont le chanoine s’inspire sans doute), comptabilise 30 000 victimes sur la seule côte sud de Cornouaille. Rien d’étonnant à l’en croire qu’en telle paroisse de Cornouaille où il y avait avant la guerre plus de douze cents communiants à Pâques, il ne s’en trouvait pas douze en 1597. Il faut rappeler que ces massacres s’opéraient sur une population bretonne, inégalement répartie et en phase d’expansion forte, qui atteignait et probablement dépassait avant ce conflit, le chiffre de 1 600 000 habitants.

  • 30 Nantes et le pays nantais au XVIe siècle : Étude démographique, Paris, SEVPEN, 1974.
  • 31 A. Croix, L’Âge d’or…, p. 69.
  • 32 C. Berger et Fr. Racine, Du côté de Perros. Perros-Guirec, des origines à 1945, La Tilv éditeur, P (...)

25Pour effarants que soient ces chiffres, la plupart des historiens les acceptent, du moins dans leurs effets démographiques. L’étude menée par A. Croix sur le diocèse de Nantes30, fait apparaître entre 1581 et 1600, les signes d’une véritable crise dans les paroisses rurales. Entre les années 1556-1575 et 1581-1600, elles perdent de 10 à 20 % de leur population. La guerre n’est sans doute pas la seule responsable de ce déclin, mais elle en a singulièrement accéléré le processus. Globalement, la Haute-Bretagne aurait perdu de 4 à 8 % de sa population au sortir du conflit31. Elle semble cependant bien moins touchée que la Basse-Bretagne dont la population, selon de Carné aurait diminué des deux tiers. Mais si localement cela se vérifie parfois en certains cantons de la Cornouaille intérieure, cette estimation reste excessive. Fréquents y sont malgré tout les pourcentages à deux chiffres : Plouescat, par exemple perdit de 25 à 30 % de sa population. À Perros-Guirec, la population paroissiale tombe de 1 000 habitants au début du XVIe siècle à « un peu plus de 600 » à la fin de celui-ci32.

  • 33 Mais où donc étaient-elles inhumées, et dans quelles conditions ?
  • 34 C’est aussi le pourcentage établi par J. R. Hale, War and Society…, p. 119, mais il le fonde sur 2 (...)

26À ce décompte macabre, il faut naturellement ajouter, les pertes militaires touchant les personnes extérieures à la province, en particulier celles des troupes foraines ou de nations étrangères33. Entre 1589 et 1595, l’Angleterre avait employé en Bretagne et Maine entre dix et onze mille hommes. La moitié au moins y mourut lors des combats ou de maladie34.

Conséquences religieuses et morales

27Ce conflit entraînera aussi une profonde perturbation des rythmes et des usages sociaux, et la désorganisation des structures paroissiales pendant plusieurs années, non sans conséquence sur la vie religieuse, l’enseignement et les mœurs des fidèles.

  • 35 Déposition de François Bigot, drapier, devant le sénéchal de Rennes, le 23 juin 1589, (BSA 35, t.  (...)
  • 36 Les comptes de la fabrique mentionnent pour l’année 1596 que « pour dépens et salaire d’avoir esté (...)
  • 37 Registre de Lamballe, 16 juillet 1591 : « Et le dit jour le Prince de Dombes et son armée prend la (...)
  • 38 B. Restif, La révolution des paroisses…, p. 116.
  • 39 Cité par J.-B. Delaporte, Recherches sur la Bretagne, Rennes, 1823, t. II, p. 324

28Dans beaucoup de paroisses, le culte avait été perturbé, voire interrompu en raison de la fuite des prêtres, du vol des linges et objets sacrés, de la pollution ou de la destruction des églises. Les troupes de Mercœur qui séjournèrent à Janzé et aux alentours, en mai 1589, après la prise du comte de Soissons « avoient leurs chevaulx ès églises jusques auprès du précieulx corps de Nostre Seigneur et mangeoient les chevaulx l’avoyne sur les autels. Briefs ils feisrent telle ruyne que ladite ville de Janzé et les environs sont aujourd’huy ruynées35 ». L’église de Roz-sur-Couesnon (év. Dol) avait été polluée à la suite d’une incursion de Montgommery gouverneur de Pontorson. Beaucoup d’églises avaient été transformées en corps de garde (Saint-Paterne à Vannes, Plougasnou36, etc.), en ultime forteresse susceptible de soutenir un siège (cathédrale de Saint-Brieuc, Paramé), ou en refuge pour les populations (Etrelles, Lamballe37, etc.). Les Normands du baron de Molac avaient déplancheyé l’église Saint-Magloire à Châtelaudren, volé les livres et les ornements. Tout avait disparu de celle de Mauron, après le passage des Anglais et lansquenets en 1592, comme à Hénansal. Le mobilier de l’église de Plouigneau (év. Tréguier) fut brûlé par quelques soldats d’on ne sait quel parti. L’église de Montauban (év. Saint-Malo) a été consciencieusement forcée et visitée chaque année entre 1590 et 1597 par la soldatesque38. En bien des endroits, les cloches mêmes avaient été enlevées. Les Anglais encore eux, étaient accusés de les voler pour les envoyer en leur pays. Ils étaient souvent associés dans le saccage des lieux saints, et on leur prête volontiers des intentions iconoclastes et anti-catholiques. Selon la chronique tenue par les chanoines de Lamballe, les Anglais et lansquenets, lors du siège de 1591, auraient pillé et ravagé sans quartier les églises de la ville, et enlevé « les vaisseaux sacrés, foulant aux pieds la sainte Hostie, répandant les saintes huiles, et ruinant le pays39 ». Cela pourrait bien n’être autre chose que pillage et violence ordinaires à la soldatesque. Le général anglais pour sa défense et celle de ses troupes donne pour seul argument spécieux, qu’

« il est habituel que tous les gens de guerre qui sont en campagne d’utiliser les églises comme leurs principales places de défense, et de ce fait la population ne doit rien y déposer de valeur, de telle sorte qu’il ne peut y avoir de pillage en ces lieux, excepté des choses saintes ».

  • 40 PRO, SP 78/35, f° 107, doc. 125 des Preuves en annexe. Norreys prétendait le 26 octobre 1593 avoir (...)

29Il affirme néanmoins avoir pris le plus grand soin de ces édifices40.

  • 41 L. de Villers, BSA 35, 1897, p. 198-199. La date cependant est douteuse. On lit dans Piré que le c (...)
  • 42 En 1600, les États accorderont 50 écus pour aider à sa réédification. Il se trouvait hors-les-murs (...)

30Pourtant l’inventaire, même très partiel, des lieux cultuels brûlés ou démolis est éloquent. À Guingamp, les églises et couvents des jacobins et des capucins, situés hors les murs, avaient été rasés, en 1591, et l’église de La Trinité fort endommagée. A Hennebont, au mois d’août 1590, « l’église parrochialle [dût être] transférée à Notre-Dame-de-Paradis pour le démolissement advenu de l’église de Saint-Gilles, église parrochialle, laquelle estoict près la contrescarpe de la ville, près de la porte de Broaerec ». Pour les mêmes raisons, l’église et les bâtiments de l’abbaye augustinienne Saint-Pierre de Rillé, aux portes de Fougères, sont brûlés, ses archives emportées, sa bibliothèque riche de plus de trois mille volumes consumée par les flammes. De même à Ploërmel, en 1593, « le couvent [des Carmes] fut ruisné par les gens de guerre sous prétexte de conserver la ville, au grand regret des habitans41 ». Lors de la reprise de Malestroit par les royaux, le 10 septembre 1592, l’église Saint-Gilles « fut presque toute brûlée », etc. Si l’on comptabilise les dégâts causés par les différentes attaques dont furent victimes les faubourgs de Vitré, il ne devait plus en rester grand-chose. Le couvent des Augustins, en particulier, avait été « ruiné et démoli42 ».

  • 43 AD 29, 1 E 431.

31Les églises rurales n’avaient pas été davantage épargnées. À Trémel, l’église est incendiée par les soudards en juillet 1590, comme à Planguenoual en décembre 1597. Celle de Betton est détruite à la suite des trois sacs que supporta la paroisse en 1591, 1592 et 1597. Pendant trois siècles, la chapelle du prieuré tiendra lieu d’église paroissiale. Alors qu’elle n’était pas encore tout à fait achevée, l’église de Ploumilliau est effondrée, en 1590, seuls subsistèrent le clocher-mur et les trois premières travées de la nef. Celle d’Etrelles avait subi la terrible vengeance des Vitréens, etc. Dans une lettre à son secrétaire, d’Aumont attribue aux seuls Anglais la ruine de deux cents églises43.

32Les ecclésiastiques eux-mêmes n’étaient pas protégés par leur statut. On sait, proclamait Le Bossu du haut de la chaire, que

  • 44 Sans doute François Tournemire, baron de Camsillon.
  • 45 Sermon pour la mémoire du père Bourgoing, Nantes, 1590.

« [les ennemis de l’Union] ont porté des escharpes faictes d’oreilles et d’autres parties de prestres : ils ont escorché les uns, et harquebuzé les autres par plaisir, comme tirant à la butte […]. N’a-t-on pas pendu à Rennes un cordelier, sans pouvoir rien dire contre lui, que n’avoir eu son habit […]. Et à la prise d’Auray, tuèrent-ils pas le prédicateur cordelier, qui preschoit le caresme en bas-breton, par onze coups mortels qu’ils luy donnèrent, et cherchèrent le jacobin qui l’avoit presché en langue françoise, pour le massacrer pareillement ? Et qui ne sçait que le sieur de Cansillon44 fendit aussy la teste à un vénérable et docte homme d’église et prestre, aux portes de Guerrande, pensant tuer le prédicateur du mesme lieu45 ? »

  • 46 Le cordelier pendu à Rennes, appelé Jean Perche, de la paroisse de Cesson, avait été pris le 12 av (...)
  • 47 Qui pourtant mourut de peur (au sens propre de mourut).

33Maniant pathos et prétérition, mêlant faits avérés et délires fantasmatiques, le prédicateur nantais évoque ici la chasse aux moines ligueurs, cordeliers ou jacobins, jugés es qualités de propagandistes affichés ou d’agents de transmission, et de ce fait pour des motifs politiques autant que religieux46. Ils payèrent en effet leur tribut à cette guerre, mais tout autant que leurs confrères séculiers. Le curé de Saint-Martin de Vitré est battu à mort par les soudards de la garnison qui pillent son église aussitôt le siège levé, et font prisonniers les autres prêtres de la paroisse. Ils saccagent l’église d’Etrelles après en avoir occis le curé. Messire Robert Joubault, curé de La Chapelle-Chaussée, est tué dans son presbytère en septembre 1589. À Bonnemain, le prêtre Julien Berthelot est abattu d’un coup d’arquebuse, comme à Broons dom Laurent Henry. Dom Yves Lesné, curé de Saint-Alban est de même tué « par des soldats » le 7 juin 1595, etc. Sans oublier Dom Chaignart qui tamen obiit metu47 lors du troisième siège de Malestroit le 3 juillet 1592.

34Les Anglais étaient également accusés de maltraiter les ecclésiastiques. Lors de la séance du 23 juillet 1592 au Parlement de Rennes,

  • 48 AD 35, 1 Bb 78. Les registres de Broons portent que dom Lorent Henry, « fut tué des Angloys d’ung (...)

« les gens du Roy entrez en la Court ont dict avoir esté advertiz par gens d’honneur que les compaignies d’anglois estans sur les champs ne se contentans de voller, piller et ravaiger le pauvre peuple du reste de leurs moiens se seroient depuis quelques jours attacqués aux prebstres et gens d’église en aiant oultrageusement battu et excédé quelques ungs aux parroisses circonvoisines de Chateaugiron où ils sont en garnison tellement que lesdicts prebstres sont en danger de mort, et ce qui est encore pire et plus déplaisant adveu, auroient ledsicts anglois entré aux églises desdictes parroisses y prins et emporté les ornemens d’icelles, la saincte et sacrée hostie et icelle baillée à leurs servitteurs mesme aux bestes tachans par ce moien à exterminer nostre Saincte Religion Catholicque Apostolicque et Romaine48 ».

35Dans son Journal, Louvet porte les mêmes accusations : les Anglais, durant le siège de Craon,

« ont fait grand dommaige au pais d’Anjou pour avoir tué beaucoup de prestres, tout rompu et brisé en l’abbaye des Anges et aultres églises où ils ont passé ».

36S’ils n’étaient pas morts, les desservants des paroisses exposées avaient souvent trouvé refuge dans les villes ou les châteaux. De telle sorte que dans beaucoup de paroisses rurales, et durant plusieurs années, la pratique des oraisons, la célébration des offices et l’administration des sacrements avaient été interrompues, ou du moins très perturbées, « dont il y a grande clameur » d’un peuple fortement attaché aux rites et à la pratique, presque magique, de la religion. Beaucoup de bénéfices et chapelainies vacants par la mort ou la destitution de leur titulaire étaient restés impourvus ou avaient suscité des appétits. Les livres de comptes fabriciens quand ils étaient encore tenus ne pouvaient qu’enregistrer les impayés et constater les usurpations.

  • 49 Voir l’étude menée par Alain Croix sur huit paroisses rurales proches de Nantes (Nantes et le Pays (...)
  • 50 Ce prêtre ligueur était d’une famille noble originaire de Pleyben. Le chanoine Moreau prétend qu’i (...)
  • 51 Dans un passage omis par les mauristes mais rétabli dans l’édition du Journal par Amélie Rolland. (...)

37L’absence ou l’éloignement des évêques et des autorités-relais épiscopales, leurs antagonismes parfois violents, comme en Trégor, et leur participation active à la défense d’une cause ou d’une autre avaient perturbé, voire contribué à affaiblir, les référents moraux des clercs et des fidèles. La quasi-disparition des visites épiscopales dans les paroisses rurales49 et la dislocation des liens hiérarchiques avaient encouragé chez les clercs les excès et laisser-aller de tous ordres. Le comportement d’un bon nombre d’entre eux s’éloignait des exigences évangéliques : prêtres dépravés, à l’image de Jean de La Noé, curé de Tréméloir, voleur et suborneur, âme damnée de La Fontenelle, ou de ceux compromis dans les plus sordides crimes comme messire Charles Offret qui participe à l’assassinat de Kerandraon, à Sibiril. Le jour du pardon de saint Tugdual, à Tréguier, en 1593, Jean Danyou, chanoine et trésorier de la cathédrale étant ivre, traita de larron et de voleur le vicaire général Nicolas de Trogoff. Il alla même jusqu’à lever le poing sur lui, et ne fut retenu que par Guillaume Le Joliff, un autre chanoine, qui dans l’échauffourée se blessa avec la hache d’arme que son irascible confrère portait à la ceinture. De l’aveu même du chanoine Moreau, « l’ambition, l’avarice, le luxe » régnaient à tel point dans l’état ecclésiastique que « la piété requise était grandement refroidie ». Sans parler des clercs portant l’épée au combat ou ajustaient l’arquebuse, à l’image du dominicain Delaunay qui participe activement au siège de Kerouzéré, ou du curé Linlouët qui, à la tête de sa paroisse, s’élance contre Carhaix pour en chasser une troupe de royaux et qui à cette occasion aurait tranché d’un coup d’épée la main de M. du Liscoët50. Selon le Journal de Pichart51, le 18 septembre 1596 on pendit à Rennes un prêtre qui « avoit esté participant a la volerie et meurtre de feu Monsieur Morin, gardien des cordeliers de cette ville ».

38Plus d’un catholique de Bretagne pouvait à l’exemple de ceux de Paris, s’exclamer :

  • 52 Palmat-Cayet, Chronologie novenaire…, t. XL, p. 85.

« En quels troubles sommes nous d’avoir veu les ecclésiastiques s’habiller de diverses couleurs, avec des chapeaux panachez de couleur, portant harquebuzes, corselets et autres sortes d’armes, faisant la garde aux tranchées, de voir à présent les capucins et feuillants porter la cuirasse à nud sur leur habit, avec des armes offensives en la main ? Quiconque jugera les choses sans passion, cognoistra que c’est desbauche générale qui est parmy eux, et non pas une dévotion52. »

  • 53 AD 22, G. 443.

39En août 1594 déjà, les chanoines de Tréguier se plaignent que dans leur diocèse, livré à lui-même, en raison de l’exil de leur évêque, l’absence de visites épiscopales, la contagion de la fureur des armes et du dérèglement moral des gens de guerre, ont occasionné une « corruption de l’état ecclésiastique, au grand scandale du peuple et diminution de la charité et de la dévotion ». Le chapitre doit supplier le duc de Mercœur d’accorder les sauvegardes nécessaires à l’évêque et lui permettre de résider en toute sûreté dans sa cité épiscopale, afin de rétablir les services de Dieu, corriger les ecclésiastiques déréglés, réconcilier et réparer les églises53.

  • 54 B. Restif, La révolution des paroisses…, p. 112.
  • 55 Qui n’a jamais compté au plus que 500 à 600 religionnaires avant la Ligue, soit environ 10 % de sa (...)

40Du côté protestant la situation était cependant encore moins favorable. Le déclin de cette église en Bretagne, entamé avant la guerre et, postérieurement, le plein effet de la réforme catholique, va se trouver aggravé, en dépit de (ou peut-être même à cause de) l’édit de tolérance et de l’énergique action des religionnaires dans la lutte contre les ligueurs54. Le bastion protestant de Vitré lui-même55, n’ayant pas été retenu comme place de sûreté, va progressivement perdre sa fonction d’abri pour les huguenots, et si le culte y demeure autorisé, il reste attaché à ses seigneurs propriétaires et à l’évolution de leur concience religieuse. Les lieux de culte autorisés, poussés hors des villes, à Cleunay, Châtillon, Plouër-sur-Rance ou Ercé, présenteront pour les fidèles moins de garanties et de solidité, et les effets des solidarités communautaires s’y feront moins sentir.

Perturbations économiques et sociales

  • 56 On peut, par exemple, soutenir que la Cornouaille et le Léon ont vécu cette guerre selon un rythme (...)

41Il est difficile, à défaut d’études systématiques et d’ensemble déjà menées, d’embrasser tout l’espace breton pour analyser, voire quantifier la nature et l’importance des perturbations économiques et sociales entraînées par cette guerre. Je me limiterai ici à un examen de quelques situations. Il sera nécessairement partiel, mais susceptible aussi de poser les jalons d’une étude à venir. On peut seulement postuler, sous bénéfice d’un examen plus approfondi, qu’il convient de distinguer la situation des villes de celle du plat pays, d’une part, la situation de la Haute et de la Basse-Bretagne, de l’autre ; sans parler des situations régionales particulières56.

  • 57 Parmi les registres BMS qui rendent compte de ces perturbations morales, économiques et sociales, (...)

42À la désorganisation du culte s’ajoutait celle de l’administration paroissiale essentielle à la socialité des ruraux. La destruction des édifices ou leur interdiction, et de ce fait la suppression ou le déplacement des réunions fabriciennes, dans une région de bocage et d’habitat dispersé, perturbaient la circulation des informations et les conditions mêmes de l’exercice des pouvoirs locaux, facilitant la propagation des rumeurs et les usurpations de toutes sortes. Les biens des fabriques ont été souvent pillés, leurs revenus saisis. René Fleuriot confessera avoir reçu soixante écus de prix de la ferme de la paroisse de Cavan dont il avait fait prisonnier le recteur et l’avait soumis à rançon avant qu’il s’échappe sans l’avoir versée. Le scholastique de Tréguier était chargé par Mercœur de « faire les saisies, fruits et levées des bénéfices et autres biens appartenant aux recteurs, curés, vicaires et autres prêtres et gens d’Église, en l’évêché de Tréguier tenant et adhérant ou, en quelque façon que ce soit, favorisant le parti des hérétiques ». À ce titre, il accorde en décembre 1590, les fruits et jouissances de la paroisse de Ploefur saisis sur son recteur Me Jean Briant à un vicaire de l’église Notre-Dame du Mur, « pendant l’absence d’un évêque catholique en l’évêché de Tréguier, et attendant plus amples expéditions et lettres de sa Sainteté ». Cette pratique avait eu cours dans toute la Basse-Bretagne. Il manque une étude de détail pour savoir comment s’est opérée, à partir de 1598, la normalisation dans les paroisses ainsi désorganisées57.

  • 58 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique…, I, p. 139.
  • 59 Près de 50 ans dans quelques cas extrêmes, comme à Séglier (A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e s (...)

43La terreur avait été si grande dans les campagnes que l’économie rurale fut gravement perturbée. Foires et marchés étaient régulièrement troublés par les soldats pillards, beaucoup d’entre-eux d’ailleurs furent supprimés du calendrier. En Trégor, les quatre foires de Lanmeur disparaissent dès 1590 (elles ne seront restaurées qu’en 1609), et celles du Méné-Bré et de Runan périclitent58. Les terres, en bien des endroits, demeurèrent abandonnées pendant plusieurs années59. Un comptable de la seigneurie du Rusquet, en Cornouaille, demande, au commencement du XVIIe siècle, à être excusé de faire charge de tous les revenus car

« les metayiers, colons et serviteurs desdites terres avaient pour la plupart quitté et abandonné lesdites terres et convenants, s’étant retirés du pays la plus grande partie, autres morts de famine, pestilence, férocité des loups, autres devenant insolvables et réduits en telle extrémité et pauvreté, qu’ils n’avaient le pouvoir de payer aucune chose, le tout par les malheurs des guerres civiles et maladies contagieuses qui ont eu cours au temps de la dite charge, et précédant, non seulement en ces quartiers mais aussi par toute la province, tellement que les terres et convenants dudit Evêché avaient été pour la plus grande partie entièrement délaissés en friche et sans aucune culture, voire même plus de quatre ans après le finissement de ladite charge, chose si notoire que nul n’en peut ignorer ».

  • 60 En 1619 encore, Pontivy précise à l’administration, à propos des dettes toujours impayées consécut (...)
  • 61 A. Croix, Nantes et le Pays nantais…, p. 221, et p. 164-167.
  • 62 Les sondages réalisés par A. Croix, ouvr. cité, p. 167, montrent que « si la paroisse urbaine de S (...)

44La guerre avait bouleversé la géographie humaine et provoqué dans certaines villes60, mais surtout dans les campagnes, des déplacements de populations qu’il faudrait aussi examiner en détail. Le cas de Nantes analysé par A. Croix montre clairement que si la ville poursuit sa progression, les paroisses rurales de sa périphérie voient leur population « stagner sinon diminuer61 ». Rennes et ses environs semblent connaître une évolution similaire62. Les cas de Brest, Vannes et Quimper mériteraient aussi d’être mieux connus. Ce phénomène migratoire peut expliquer en partie certaines évolutions démographiques localement aberrantes même dans certaines paroisses rurales. Tonquédec (év. Tréguier), par exemple, passe d’une moyenne annuelle de baptêmes de 13,8 entre 1582 et 1589 à 37,4 de 1594 (lorsque l’enregistrement est à nouveau complet) à 1603, malgré les crises de la fin du siècle. On peut se demander si la présence du château n’a pas eu dans ce cas un effet agglomérant pour les paroisses environnantes.

  • 63 AD 22, C 123.
  • 64 Leur requête n’aboutit qu’en 1605.

45Ces mouvements de populations ne furent pas sans effets sur l’économie agricole. Les paysans les plus exposés aux rapines des garnisons avaient quitté leurs terres, les abandonnant à la friche. « La guerre a tellement ruiné la plus grande partie des paroisses de l’évêché de Cornouaille et plusieurs autres en divers évêchés, disent les États de 1599, que le peuple d’icelle y est mort, le reste a abandonné maisons et terres, lesquelles sont demeurées du tout désertes […] et n’y a aucune espérance de voir lesdites paroisses habitées, ains demeureront désertes et incultes63. » La région entre Pontivy et Rostrenen fut particulièrement touchée. Dans la région de Silfiac, en 1604, beaucoup de villages étaient encore déserts du fait des morts, des exils consécutifs à la guerre et à la peste de 1597. Presque toutes les terres étaient en friche. Les recteurs de Lescoët, Mellionnec, Plélauff, Saint-Caradec-Trégomel et Silfiac avaient déserté leurs bénéfices dont ils ne pouvaient plus vivre. Les terres ne produisant plus, leurs dîmes ne suffisaient pas pour payer les décimes dus au roi. Aussi ces bénéfices furent-ils saisis. En 1601, ces mêmes recteurs adressèrent au roi une requête pour solliciter une décharge des impôts dont ils étaient redevables. L’enquête officielle confirma leurs allégations64.

  • 65 AD 22, 2 E 389.
  • 66 L. Le Guennec, Les Barbier de Lescoët, Quimper, 1991, p. 261.
  • 67 AD 22, B 903.
  • 68 Arch. munic. Guingamp, BB 11, 41, et AD 22, E 911.
  • 69 AD 22, B 903 ; AD 22, 2 E 462.

46En Trégor, vers 1601, « chacun était tellement troublé et empêché par le malheur de la guerre en la jouissance de ses biens, qu’à peine on pouvait retirer le quart de ce qu’on eût pu librement recueillir au temps de la paix65 ». Le fermier de la terre du Buortz, près de Primel, « remontre que la guerre de la Ligue a ruiné la plupart du plat pays en l’évêché de Tréguer dès l’an 1590 », et depuis « le peuple a été fugitif et les dites terres du Buortz et autres sont en friche comme la meilleure partie du bien des seigneurs et gentilshommes à même terroir66 ». Des terres dépendantes de la seigneurie de Coetnevenoy, situées en Pordic (év. Saint-Brieuc) « ont été en friche durant les derniers troubles et d’empuis la fin d’iceux » jusqu’en 1620 au moins67. En 1595, les moulins de la seigneurie de Guingamp étaient tous détruits ou hors d’usage après la fuite des fermiers du domaine. Pour subvenir aux réparations de leurs propres moulins seigneuriaux, les bourgeois de la ville durent hypothéquer des biens et s’endetter. Mais cela n’avait pas suffi ; dix ans après la fin des combats ils n’avaient pas tous encore été réparés68. Plusieurs convenants relevant de la seigneurie du Poirier (év. Tréguier) étaient, en 1610, « demeurés déserts et abandonnés par les anciens colons depuis les guerres civiles », et « journellement on déguerpit » encore, en particulier des paroisses de Squiffiec, Trégonneau et Kermoroc’h, « à cause de l’excessif arrentement des convenants69 ».

  • 70 H. Bourde de la Rogerie, « Les abbayes cisterciennes en Bretagne, en 1600 », BAB, 1936.

47Cette crise se répercuta sur toutes les seigneuries foncières, laïques mais aussi religieuses, comme les abbayes cisterciennes dont la décadence en fut accélérée. En 1594, le fermier de l’abbaye de Bégard se désespérait déjà. Après que ses revenus eurent été saisis par les ligueurs, ils furent placés entre la main du roi, mais avec même effet. Beaucoup de ses tenanciers étaient insolvables. Les effets seront durables. L’abbaye qui affermait sa terre de Penlan 5 028 livres en 1578, ne pouvait plus en tirer que 3 700 livres en 1623. Lorsque dom Denis Largentier, abbé de Clairvaux, visite de mai à juillet 1600 les quinze abbayes bretonnes de son ordre, tant au temporel qu’au spirituel, il trouve partout (à l’exception de Villeneuve) une situation médiocre ou mauvaise, et même déplorable au Relecq, à Boquen et à Saint-Aubin-des-Bois. Saint-Morice de Langonnet, vidé un temps de ses religieux, « faute d’avoir été entretenue de bien longtemps, [était] presque entièrement ruinée, et principalement l’église et les cloîtres ». Ses revenus étaient quasi nuls « pour n’y avoir fermiers aux fermes, ny gens qui les veulent affermer, tant il y a peu d’hommes en ce quartier70 ».

  • 71 J. Garnier, Le château de la Hunaudaye et l’abbaye de Saint-Aubin, Saint-Servan, 1936.

48Ces maisons au revenu parfois considérable avaient excité les appétits. Les moines de Saint-Aubin étaient placés sous l’autorité virtuelle de leur abbé commendataire, Jan Helvis, chanoine de N.D. de Paris, mais celui-ci se souciait peu de quitter sa résidence parisienne pour venir contrôler en Basse-Bretagne les mœurs de ses moines. Il se contentait de percevoir à distance, et dans la mesure du possible, ses bénéfices. Le frère François Richart, alors au collège de Cîteaux à Paris « où estudyent ordinairement les Religieux de Saint-Aubin », était chargé de gérer en son nom et de négocier les affaires, d’entretenir les bâtiments et les religieux « à la manière accoustumée ». Ce dernier arrive à l’abbaye nanti de sa procuration en juin 1589. Durant le chapitre, « la procure fust leue et donnée à entendre à tous les religieux, lesquelz l’eurent tous agréable ». Du moins en apparence. Les moines penchaient pour la Ligue, à l’exception de l’un d’entre eux, Jacques Delaunay, « homme débordé et ivrogne », si l’on en croit ses ennemis. Poussé par ses convictions politiques ou par des intérêts plus bassement personnels, avec l’aide de la garnison de la Hunaudaie, Delaunay fait enlever François Richart, par une troupe de soldat, le 15 août, à la fin de la messe qu’il célébrait, et le fait enfermer dans un cachot de la forteresse. À partir de cette date, il prend le titre d’abbé de Saint-Aubin, mais pour plus de sécurité, il s’établit à la Hunaudaye où il menait, dit-on joyeuse vie. Il n’en sortait guère que pour visiter, en sa maison abbatiale, son neveu, frère Marc Delaunay, qu’il y avait installé pour veiller à ses intérêts, et y percevoir les rentes et revenus de sa charge usurpée. Quant aux moines, relégués dans leurs cellules, ils avaient juste de quoi vivre. De leur propre aveu, ils étaient réduits à aller quémander leur nourriture à La Hunaudaye ou à La Latte, autre place forte tenue par les royaux. Le désordre s’installait, les bâtiments croulaient faute de réparations. Pendant ce temps, Delaunay, contraint de quitter la Hunaudaye, se transporta au fort de la Latte où il continua son étrange vie monastique. Les choses en étaient là lorsque, en fin d’année 1592, François Richart demande justice au duc de Mercœur. La cour royale de Dinan saisie de la plainte, ordonne une enquête en novembre 159271.

  • 72 F. Le Bour’his-Kerbiziet, N.-D. de Bon Repos, Quimper, 1948, p. 12. Le marquis de La Roche n’avait (...)

49Les biens et revenus de Bon-Repos et de Landévennec profitèrent au marquis de la Roche. Il en avait chassé les moines, pillé les vases sacrés, brûlé les archives, et « fait rentrer, lance au poing, les dîmes hésitantes72 ». Les revenus de Bégard avaient été saisis pendant trois ans par le capitaine Bois de la garnison de Tonquédec. Les religieux durent même quitter leur maison et l’abandonner aux pillards. La paix revenue, il fallut abattre quantité de bois pour en réparer les ruines. À l’abbaye de Lantenac, placée depuis de longues années déjà sous la coupe du sieur de la Magnane, il ne restait plus aucun moine en 1598. Comment d’ailleurs auraient-ils pu y vivre : les ouvertures en avaient été murées par les soldats qui s’y étaient retranchés, une partie des bâtiments s’était écroulée, les moulins à farine avaient été détruits. De la belle forêt qui entourait l’abbaye, il ne restait plus que « trente sept souches d’arbres ». Au Relec, alternativement occupée par les troupes ligueuses et royales, les quelques moines qui l’occupaient encore avaient été « réduits à si grande pauvreté » qu’ils devaient vivre d’aumônes. Quantité de biens fonciers avaient été spoliés, les fermiers chargés de l’administration des biens s’étaient souvent attribué des quévaises tombées en commise ou en déshérence, ou les avaient cédés, de bon gré ou de force, à des nobles et des bourgeois : cela préparait d’innombrables contestations ultérieures. La Fontenelle avait chassé les moines de Langonnet pour y installer ses quartiers : il ravagea le monastère, brûla ses archives, transforma en écurie l’église qui ne tarda pas à être démolie lors des combats.

  • 73 H. Bourde de la Rogerie, art. cité, p. 41 sq.

50Ainsi vidées de leur population monastique, les abbayes ne retrouveront jamais plus leurs effectifs antérieurs. Si l’on comptait encore, en 1600, dix religieux à Buzay et Bégard, il n’y en avait plus que six à Langonnet, cinq à Bon-Repos, deux à Saint-Maurice outre quatre aspirants novices, et trois à Boquen73.

  • 74 J. B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, p. 154. Cet historien a mis en évidence un effet in (...)

51La Bretagne, dans son ensemble, sortait lourdement endettée du conflit, malgré les apurements de toutes sortes. Les effets de cet endettement, celui du gouvernement provincial, des municipalités et des particuliers, se feront ressentir jusque dans les années 1620, malgré un effort général, la paix venue, pour réduire les garnisons en la province. Selon James Collins74, la dette publique pour l’ensemble de la Bretagne, en 1598, atteignait probablement le million de livres (voir tableau page suivante).

  • 75 A. du Cleuziou, Documents inédits…, p. 80.

52Quimper, à l’exemple d’autres villes, doit en 1603 augmenter les octrois, et « prélever pendant neuf ans entiers un sol pour pot-de-vin et trois deniers pour celuy de bière et cildre qui sera vendu et débité en détail tant en la ville que faubourgs, à la charge, suivant leur offre, que des premiers deniers provenans dudit octroi, ils paieront au maistre de la Chambre aux deniers, la somme de quinze cens livres pour le don gratuit, à quoy ils ont esté taxés, ainsy que plusieurs autres villes de ce royaume, et ce pour supporter la despense que sa Majesté a esté contrainte faire en Savoye tant pour la guerre que pour son mariage ». À ce régime, qui étranglait encore un peu plus la collectivité urbaine, rien d’étonnant qu’elle n’ait pu, au bout de ces neuf années, ne rembourser que 45 % de sa dette, et que le Conseil d’État tenu à Paris, le 7 juillet 1612, ait autorisé les habitants, à leur demande, à prolonger cette imposition pendant neuf années supplémentaires75.

Endettement des villes bretonnes après la Ligue
D’après James B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, ouvr. cité, p. 154-155, tableau 11. Source : Arch. 44, B. 65-79, chambre des Comptes.

  • 76 Elles se montaient à plus de 60 000 livres vers 1600, AD 22, 99 J 33.

Ville

Année

Montant de la dette (en livres)

Motif de cet endettement

Nantes

1613

59 561

Demeurant des dettes consécutives à l’effort de guerre durant la Ligue (En dépit d’une taxe spéciale levée localement, en 1599, pour assurer les remboursements des emprunts).

Quimper

1603

166 230

Guerre de la Ligue

Dinan

1604

60 000

Guerre de la Ligue, outre 120 000 pour réparations

Quintin

1614

16 877

Ce qui ajouté aux frais de réparation des édifices publics (église, mairie, hôpital) se monte à 122045.

Fougères

1620

16 854

Auquel il faut ajouter 36 000 pour la réparation des murailles.

Concarneau

1612

64 081

Guerre de la Ligue

Vitré

1599

40 000

Guerre de la Ligue

1609

80 000

Réfection des murailles

Saint-Brieuc

1613

49 000

Demeurant des dettes consécutives à la guerre de la Ligue76

Morlaix

1603

54 000

Guerre de la Ligue, outre 60 000 de réparations

Malestroit

1614

36 000

Guerre de la Ligue, dettes et réparations

Saint-Malo

1617

150 000

Guerre de la Ligue

  • 77 D’autant que les effets-retard financiers des contentieux résultant de ce conflit se feront encore (...)
  • 78 Annuaire des Côtes-du-Nord, t. XXVIII, année 1878.
  • 79 AD 22, 2 G 70.
  • 80 B. Restif, La révolution des paroisses…, p. 116-118.
  • 81 Ibid., p. 118.

53Il reste à connaître l’état des finances des paroisses rurales, comme celles des particuliers au sortir du cataclysme. Par manque de documents, cela s’avère difficile77. L’étude à peine entamée par Gaultier du Mottay sur les comptes de la paroisse de Plérin78, fait cependant apparaître les mécanismes de l’endettement collectif, et le rôle joué après le conflit par l’intransigeance des receveurs des fouages qui multiplient, en 1602, sans discernement, les incarcérations-rançonnement afin de convaincre les mauvais contribuables. Pendant ce temps, la communauté emprunte toujours pour apurer ses dettes et payer les fouages. Cette situation se prolongera plusieurs années encore, tandis que beaucoup de paroissiens étaient « réduits à grande pauvreté et ruine ». Les paroissiens d’Erquy qui durent emprunter, en 1593, 250 écus au sieur des Longueraies pour leur permettre de payer « une contribution de guerre » ne purent rembourser le fils du prêteur que 26 ans plus tard. Leur dette calculée au denier 16 (6,25 %) s’élevait alors à 2 598 livres79, somme considérable pour une modeste collectivité. L’analyse réalisée par Bruno Restif sur les paroisses rurales des évêchés de Rennes, et Saint-Malo, confirme le lourd impact de ces pillages et destructions, sur des communautés rurales pourtant relativement épargnées et plus précocement pacifiées, mais qui n’échappent ni à la diminution sensible des offrandes, ni à la difficile récupération des rentes non versées en raison de la perte fréquente des rôles et des titres80. Et en 1610 encore, la paroisse de Louvigné-du-Désert (év. Rennes) doit demander au Parlement l’autorisation de lever plus de 3 500 livres pour rembourser les emprunts contractés à cause des « fatigues de la guerre », des taxes diverses, exactions et ravages81.

  • 82 Quelques grands féodaux auront profité de cette guerre pour arrondir leurs domaines. La famille de (...)
  • 83 AD 29, 1 E 431.
  • 84 Sourdéac de son côté prétendra avoir « avancé » plus de 300 000 livres, entre 1591 et 1597 pour en (...)
  • 85 Abbé Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bretagne (...)

54La guerre, ses aléas et les frais nécessaires à l’équipement militaire avaient eu aussi pour effet l’endettement de beaucoup de nobles82. La famille de Kerousy, si influente en Trégor avant les troubles, en sortit laminée. François de Kerousy, ligueur de la première heure à Guingamp, « mourut débiteur et redevable de plus de 3 000 écus, et il ne se trouvera point que depuis le décès de son fils il ait fait augmentation en son bien de cinq sous vaillants ni acquis la valeur d’un seul sillon de terre83 », et son fils Pierre mourut nécessiteux en 1598. L’héritière d’Olivier Pavic, sieur de Kerallec, doit s’adresser aux États de Bretagne pour réclamer la somme de 5 179 écus (et les intérêts de cette somme) que devait à son aïeul le Trésor des guerres. Ce crédit forcé représentait « la meilleure partie de la succession obérée et presque ruinée par les grands frais et coustages qu’il eut à conserver les île et château de Bréhat » et l’entretien de sa garnison pour le service du roi. M. de Boiséon dut se résoudre, pour se renflouer, à vendre sa belle seigneurie de Trogoff. Le baron de Rosmadec-Molac, pris et rançonné pour 90 000 livres, hypothéquera lourdement sa descendance jusqu’au milieu du XVIIe siècle84. Jean Pelletier, sa commanderie de Carentoir ruinée par Mercœur, mourut en 1598 « presque dans la misère85 », etc.

  • 86 M. Nassiet, Noblesse et Pauvreté…, p. 376-380.
  • 87 AD 29, 1 E 434/4.
  • 88 H. Heller, Iron and Blood. Civil Wars in Sixteenth-Century France, 1991, Queen’s University Press, (...)
  • 89 Les évêchés qui ont le plus souffert du conflit semblent bien aussi posséder le taux d’urbanisatio (...)

55Si la guerre avait permis à quelques membres de la nombreuse plèbe nobiliaire bretonne – qui en était jusqu’alors largement exclue – d’obtenir par la carrière des armes, une promotion économique et une reconnaissance sociale, elle avait aussi contribué à en appauvrir d’autres davantage encore et à précipiter certains lignages pauvres dans la roture dès la fin du siècle. Les désordres de la ligue avaient sur ce point singulièrement accéléré un processus déjà entamé86. D’autant que le contrat social qui unissait encore la petite et moyenne aristocratie militaire au peuple des campagnes avait été brisé. Les paroissiens de Pédernec attribueront un satisfecit à leur seigneur, Guillaume de Rosmar, sieur de Runangoff, « ayant reçu de lui seul tout support et aide en cette misérable saison, et surtout pendant le siège de Guingamp », et pour l’en remercier lui offriront cent vingt livres de rente87. Mais si le geste semble ici sincère et spontané, il est rare aussi. La noblesse de proximité avait au contraire, dans son ensemble, hypothéqué durant cette guerre son crédit moral, économique et social. La conscience de classe n’était sans doute pas très développée avant le conflit dans la paysannerie bretonne, mais ces années de guerre ont nourri chez les paysans, à des degrés divers, le sentiment d’avoir été victimes du comportement des nobles, et « le sentiment d’une même misère partagée, d’une commune foi et d’une commune culture, a favorisé chez eux le partage d’un même ressentiment à l’encontre de la noblesse. Il en résulta un fort sentiment de classe88 ». Le ressentiment des ruraux s’était aussi affirmé à l’égard des villes qui souffrirent proportionnellement moins que le plat pays et sauront profiter mieux que lui du redémarrage économique89. Ces deux fractures sociales seront désormais ouvertes et opérantes jusqu’à la Révolution et même au-delà.

Les quatre fléaux de Dieu et la tentation de l’irrationnel

  • 90 Mesure de Redon, 3 dal 634 ml.
  • 91 N. Le Coq, Baptesmes, mortuages…, p. 59. À Redon, comme en beaucoup de villes, il faut faire garde (...)
  • 92 Sur la cherté de 1596-1597 et sur ses effets, voir A. Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles (...)

56La destruction des récoltes, la désorganisation des réseaux économiques, jointes à une météorologie parfois inclémente, avaient entraîné une très forte augmentation des prix partout attestée, surtout en 1597 et 1598, avec ses conséquences humaines désastreuses. Le livre de raison de François Lorier, bourgeois et notable de Redon, témoigne de la grande cherté des grains en 1597 : cette année-là, le froment et le seigle valurent en la ville et ses campagnes jusqu’à 9 livres le denié90 : « Et y eut sy grande disette que les plus riches païsantz mouroient de faim. L’on faict estat q [u’il] mourut en Bretaigne de besoign plus de douze milles personnes91. » Le recteur de Plouyé (près de Carhaix) note dans son registre que « durant cette année 1596 depuis Noël jusques à l’août fut une grande cherté », la somme de seigle se vendit huit écus, celle de froment douze écus, celle d’avoine quatre écus et demi. Les grandes villes, même portuaires, ne sont pas épargnées. À Nantes, en avril 1597, le prix des grains est quinze fois plus élevé que dans les bonnes années. À Quimper, cette même année, la pipe de froment valait quarante-deux écus, la pipe de seigle trente écus92.

57Cette cherté des grains eut des effets épouvantables :

  • 93 Moreau, éd. Le Bastard de Mesmeur, p. 377-387. Un prêtre de Savenay (probablement Julien Michel), (...)

« […] et fut la misère si grande ès quatre années quinze, seize, dix-sept, dix-huit, par les quatre fléaux de Dieu, par lesquels il châtie son peuple contre lequel il est irrité, guerre, peste, famine et bêtes farouches […]. La guerre apporta la famine, puis la peste à ce qui échappait à la cruauté des soldats, ou plutôt des brigands, devant lesquels quelques-uns pouvaient échapper et se cacher en quelques haies ou garennes, mais contre la faim il n’y avait pas de fuite car personne n’avait la liberté d’aller à la maison, où il n’eût trouvé que les murailles, le tout étant emporté par les gens de guerre, si bien que les pauvres gens n’avaient pour retraite que les buissons où ils languissaient pour quelques jours, mangeant de la vinette (oseille sauvage) et autres herbages aigrets, et même n’avaient moyen de faire aucun feu crainte d’être découverts par l’indice de la fumée, et ainsi mouraient dedans les parcs et fossés, où les loups les trouvant morts s’accoutumèrent si bien à la chair humaine que, dans la suite, pendant l’espace de sept à huit ans, ils attaquèrent les hommes étant même armés, et personne n’osait aller seul […]. Pendant cette cruelle famine, en quelques endroits aux champs, les uns faisaient bouillir avec de la vinette des orties et allongeaient leur chétive vie quelques jours, les autres mangeaient lesdites herbes toutes crues, et d’autres mangeaient de la graine de lin qui leur donnait une puanteur d’haleine qu’on sentait de huit à dix pas, après quoi ils venaient à enfler par tout le corps, et de cette enflure peu échappaient qui ne mourussent. On ne trouvait autre chose dans les fossés et par les chemins que morts de faim, partie ayant encore la vinette ou graine de lin dans la bouche, partie déjà mangés des loups […]. D’autant qu’il n’y avait aucun bétail, soit de labour ou autre, et pour dire, en un mot, bêtes ni oiseaux domestiques […]. Le peu de grain qui restait était semé dans des conditions difficiles, deux ou trois s’attachaient à la charrue, d’autres brûlaient des landes et quelques nuits après semaient leurs semences sur cette terre sans aucun labourage […]. Cette grande pauvreté aux champs était cause de celle des villes qui fourmillaient de pauvres qui s’y jetaient de toutes parts, en si grand nombre qu’il était impossible d’y subvenir à tous, de manière qu’il était nécessaire tôt ou tard qu’ils mourussent pauvrement, et principalement en hiver, étant mal nourris, presque tout nus, fors quelques drapeaux pour couvrir leur honte ; sans logement ni couvertures que les étaux, et où ils trouvaient des fumiers ils s’enterraient dedans comme pourceaux93. »

  • 94 BMS Morlaix, Saint-Melaine.
  • 95 A. Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles…, t. I, p. 282, tableau 43.

58La malnutrition, l’exode des populations, les mouvements de troupes avaient facilité le développement de graves épidémies. La peste, ou la maladie épidémique que recouvrait ce terme générique, fut presque universelle par la Bretagne. Quatre ans après le mal qui avait causé 1 700 morts en la seule ville de Quimper, la Cornouaille en est à nouveau gravement touchée. Commencée en mars 1598, la « peste » y sévit jusqu’à la Toussaint. Durant les mois de juillet, août et septembre de cette année terrible, il mourut à Pontivy « environ trois cents personnes ». En juin, l’épidémie avait atteint le pays de Morlaix « tellement que y eut pitié voir les pauvres gens mourir si prompt comme en douze heures, et plusieurs si tôt pris de la maladie si tôt morts, dont il mourut trois fabriques en la paroisse de Saint-Melaine94 ». Le Trégor également fut éprouvé. Le recteur de Lanvellec note sur son registre, le 26 novembre 1598, qu’il dut célébrer un baptême à Plouzélambre à cause de la peste qui régnait alors en sa paroisse. À Plouescat, en Léon, l’épidémie connaît une résurgence en 1599 qui fait mourir 510 personnes, soit le quart de la population95. À Meslin, elle sévit encore en 1600, et à Lannion d’octobre 1601 à août 1602.

  • 96 Et un autre en février 1599. On parle toujours de « bestes sauvages » sans autres précisions.
  • 97 « Sur 36 victimes dénombrées [en Bretagne], j’en compte 23 pour la seule année 1598, et 11 des 13 (...)

59La désorganisation sociale avait entraîné une invasion générale des loups. Leur chasse, assurée par la noblesse selon la coutume, avait été pendant plusieurs années abandonnée au profit de celle plus lucrative des hommes. En raison de quoi, dit le chanoine Moreau, « les loups comme instrument de la divine justice, ont autant dépeuplé le pays de tout sexe et âge à peu près que pas un des autres fléaux ». Les archives attestent de cette plaie dont le point culminant se situe en 1598. Cette année-là, les loups tuent deux enfants de douze ans à Maumusson (év. Nantes), « la fille de l’Arzur » âgée de trois ans à Lanvellec (év. Tréguier). À Piré-sur-Seiche (év. Rennes), au mois d’août, on enterre un jeune homme de quatorze ans « mangé et étranglé par une bête sauvage », deux autres enfants de cette paroisse connaissent le même sort en novembre96. En septembre meurt à Le Cellier (év. Nantes) « René Rigault, mordu d’ung loup et presque tout escorché dudit loup, et survesqut apprès ledit excès bien demi an, ouquel temps courroinct manières de loups qui mangeaient les chrestiens. » Le recteur de Saint-Mars-du-Désert (év. Nantes) enregistre en son sabir le décès d’une jeune fille de onze ans, tuée « par unne beste ferose resenblent à en forme de ung lou (sic), dont en la présante année y en a eu plusieurs ès paroissez circonvoysines dévoré plusiours personnes » (octobre 1598). L’horreur fut encore plus grande à Meslin (év. Saint-Brieuc) dont le recteur mentionne quatorze noms d’enfants « dévorés par les loups et beste savage en l’an 1598 » en divers lieux de la paroisse, auxquels il faudrait rajouter deux autres victimes de ces prédateurs en janvier de l’année suivante97.

  • 98 J. Moreau, Mémoires…, édition Le Bastard de Mesmeur, p. 381.
  • 99 J. Louvet, « Journal ou récit véritable… », p. 314.
  • 100 Sur le problème général du loup, consulter J.-M. Moriceau, Histoire du méchant loup. 3 000 attaque (...)
  • 101 AD 44, E 827.

60Le peuple, frappé par l’audace de ces bêtes qui attaquent en meute, se persuada bientôt que « ce n’étaient pas loups naturels, mais que c’étaient des soldats déjà morts qui étaient ressuscités en forme de loups », les tud-bleis, les loups-garous98. En août 1598 est arrêté un homme des environs de Candé accusé d’avoir été transformé en loup, et d’avoir mangé et dévoré plusieurs personnes. Il est jugé et pendu à Angers aux environs de laquelle les loups ont aussi « mangé grand nombre de personnes99 ». Le phénomène était assez général en France. Pierre de l’Estoile note dans son journal, en 1598, que « la guerre étant finie entre les hommes commença celle des loups contre eux100 ». En Bretagne, il faut attendre les années 1604-1605 pour que la population de ces prédateurs revienne à l’équilibre d’avant la guerre. Ce fut au pris d’une action volontariste. À travers la province se multiplient les demandes de dérogations à la législation concernant la chasse aux nuisibles. En octobre 1600, le sieur de Coetnisan (év. Tréguier) doit demander au roi l’autorisation de faire assembler ses gens et de « huer sur les loups aux environs de ses terres et de faire porter arquebuses à ses tenanciers le jours des assemblées ». Le mois suivant, les habitants de Léon, Cornouaille et Trégor, se plaignent au Parlement qui doit enjoindre les hauts justiciers et seigneurs de fiefs résidant en ces évêchés de faire la chasse aux loups. Henri IV accorde à M. du Chaffault et à ses frères le droit de faire chasser l’un de leurs serviteurs avec une arquebuse, et d’armer leurs vassaux pour la chasse au loup101.

61La Bretagne venait de vivre les neuf années de guerre les plus tragiques sans doute de son histoire, dont les atrocités marqueront pour longtemps son inconscient collectif. Les échos des combats,

Le grand cri des soldats, le hannir des chevaux,
Le cliquetis des armes,
Les grands coups de mousquets qui servent de flambeaux
Aux cruels ennemis,

62résonnent encore dans les Élégies Infernales de François Auffray, né à la fin du XVIe siècle à Pluduno. « Tout ce mortel brouilli, tout cet embrasement » ne sera pour lui « qu’une ombre sans corps de l’infernal tourment » :

  • 102 Olivier de Gourcuff, Gens de Bretagne, Paris, E. Le Chevalier, 1900, p. 168 et 173.

Mais voyez aux Enfers quelle est la boucherie,
Quel carnage sanglant des esprits infernaux,
Quel grand fleuve de sang ondoye en ces canaux,
Quels cris, quelles clameurs, quel sac, quelle tûrie102.

63Il se fait l’écho du curé de Lanvellec qui mentionnait « tous ces tourbillons et innumérables cruautés et tyrannies espouvantables de Mars » subis par la Basse-Bretagne « si cruellement affligée par les satellites et fourriers de Sathan ».

  • 103 A. Croix et F. Roudaut, Les Bretons, la mort et Dieu, Messidor/Temps actuels, 1984, p. 90-91.
  • 104 La Sorcière au village, Paris, Gallimard-Julliard, 1991.
  • 105 La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe). Une cité assiégée, Paris, Fayard, 1978.

64Ce paroxysme baroque est révélateur d’un sentiment largement intériorisé. Après dix années d’horreurs quotidiennes, on ne peut s’étonner qu’au siècle suivant le discours sur la mort se renforce en Bretagne et que l’évocation métaphorique de l’Enfer y soit « de plus en plus proche du quotidien103 ». La flambée de l’irrationnel, signalée en France par Robert Muchembled104 et Jean Delumeau105, indice de déséquilibres sociaux, et de ruptures dans les repères et les systèmes explicatifs du monde, se retrouve aussi en Bretagne où se multiplient les mentions de prodiges. Lors de l’attaque de Malestroit, en février 1591, le curé note sur ses registres que lors du second assaut « il s’aparu ung prodige sur le canon des ennemis, qui estoict une nuée fort rouge et espouventable, et fut veuz de plus de mile persone ». À Bonnemain (év. Rennes), le 10 janvier 1592, lors de l’enterrement de dom Julien Berthelot tué d’un coup d’arquebuse cinq semaines auparavant,

« s’apparut du sang frais et nouveau sur le linge auquel était enseveli, et fut visité et cherché pour trouver la plaie dont eut issu ledit sang et n’en fut trouvé aucune par laquelle il eut issu, qui donna grande admiration au peuple qui y était en grand nombre ».

65À Vitré, en juin 1598,

  • 106 BMS, Vitré, par. Notre Dame.

« il fit une grande tempête et tonnerre dont il vint une grande martelée (grêle) […] qui ruina les blés et autres biens de la terre, et étaient d’une grosseur inaudite (inouïe), brisaient maisons, tuaient oiseaux et menu bétail et même lièvres, et entraient tels entre demi pied, et fut dit qu’il y en avait tel qui pesait six livres106 ».

  • 107 AD 44, E 3613 (Bourgneuf) : « Le jour de Saint-Sylvestre, dernier jour de décembre 1598, une grand (...)

66Le dernier jour de décembre 1598, un raz de marée submerge Bourgneuf-en-Retz, détruisant les marais salants, balayant les réserves de sel, emportant le bétail, inondant la ville, effondrant le clocher des Cordeliers107. Des loups-garous et autres monstruosités sont signalés en plusieurs endroits. Lors de la chasse royale d’Henri IV à la Prévalaye (près de Rennes) fut pris « un lièvre monstre ayant deux corps, huit jambes une teste et trois oreilles, ainsi que plusieurs ont rapporté qui étaient à la dite prise ». Journaux et autres écrits manient volontiers un langage eschatologique, et le manichéisme n’est jamais très loin : « L’esglise parrochiale de Plouaret et la maison de Lesmays, note le recteur de Plestin sur son registre obituaire le 14 janvier 1599, furent brisées et rompues par les tonnerres et maligns esprits. Dieu par sa divine bonté et par sa grande puissance veuille nous garder et préserver. » On pensa la fin du monde proche. Le chanoine Moreau nous rapporte qu’en 1599 « il courut un grand bruit qui, en peu de temps, s’épandit d’une merveilleuse vitesse par toute l’Europe, que l’antéchrist était né en Babylone ». Rien d’étonnant que François Lorier, de Redon, note dans son journal que

« le 9 mai 1602, jour et feste de saint Nicollas, environ les 7 heures et demie du matin, il a esté veu dans le ciel trois soulails (soleils) qui tous trois portoint clarté, et puis se rejoignirent tous avec le soulail ordinaire. Une infinité de personnes ont veu le miracle ».

  • 108 Montmartin achève également ses Mémoires sur une notation de nature apocalyptique, en rapportant l (...)

67Métaphore exemplaire de l’histoire des quinze années précédentes108.

Des paysages modifiés

68Cette guerre fut aussi la première dans l’histoire de la Bretagne, et à vrai dire la seule avant le second conflit mondial, à avoir de façon significative, et pas seulement du fait des destructions occasionnées, modifié les paysages. En particulier à l’entour des villes fortes. La guerre de siège, que l’on aurait cru obsolète en raison du développement et du perfectionnement de l’artillerie, avait été généralisée. Elle concerna toutes les places fortes, de la ville close, au manoir rural en passant par le fort rapidement aménagé sur un site défensif naturel, version modernisée de l’éperon rocheux néolithique, comme à Primel ou à Crozon. Les performances du canon, relatives mais militairement suffisantes, et l’usage des mines imposaient aux défenseurs d’une place de garder les assaillants à distance respectable. Il fallait pour ce faire supprimer, au-delà des murailles et sur une distance conséquente, toute espèce d’abri permettant à l’ennemi d’approcher à couvert son artillerie et ses pionniers.

69Lors d’un siège de ville forte, les faubourgs étaient, pour cette raison, partiellement ou totalement démolis par les assiégés eux-mêmes. Ainsi procède à La FertéBernard, en avril 1590, le sieur de Comnene, pour se défendre du siège que voulait y poser le prince de Conty :

  • 109 Palma Cayet, Chronologie novenaire…, XII, 1re partie, p. 229.

« Comnene voyant qu’il ne pouvoit plus garder le faux-bourg de Sainct-Julien, et que les royaux se préparoient de passer la rivière d’entre-eux et ledit fauxbourg, il y fit mettre le feu par tout, et n’y eut rien de sauvé qu’une chapelle, de laquelle les royaux se saisirent incontinent, et par les ruines des maisons s’approchèrent assez près du ravelin. L’on a remarqué que tous ceux du party de l’union ont fort usé de cette voye d’embrasements pour se fortifier […]. Plust à Dieu qu’ils eussent eu engravé dans l’âme ceste belle parole dont usa, durant ces troubles, la dame d’Alègre, sœur de M. le mareschal d’Aumont, estant assiégée dans son chasteau par M. de Nemours. “Vous me conseillez, disoit-elle à un capitaine, de faire brusler des maisons pour fortifier mon chasteau ; cela seroit bon à dire si nous avions à faire à des estrangers. Apprenez qu’aux guerres civiles aujourd’huy l’on se bat et demain l’on s’appointe, et que chacun trouvant son logis entier, la haine en est moindre et de moins de durée”109. »

  • 110 AD 44, B 601, registre, f° LV v°.
  • 111 Rosnyvinen de Piré, Histoire de la Ligue…, t. I, p. 295.

70Les chefs de guerre avaient habituellement moins de scrupules. De l’ordre de la duchesse de Mercœur toutes les « maisons et eddifices bâtiz près et le long des murailles » de Nantes sont démolis en décembre 1589110. En juin 1592, Monsieur de Bois-Dauphin et le sieur de Champagné, pour mettre en défense Château-Gontier, font raser les faubourgs de Tréhu et d’Olivet, l’église, le monastère et l’hôpital des Cordelières de Saint-Julien, l’église du Martray, la maladrerie des Trois-Maries, le couvent des Franciscaines, et couper une arche du pont sur la Mayenne. De même les Guingampais démoliront leur couvent des Cordeliers, celui-là même où était enterré Charles de Blois, et quantité de maisons au faubourg de La Trinité, trop proches des murs. Le couvent des Carmes, hors de la ville de Ploërmel, et plusieurs maisons furent détruites par le prince de Dombes, aussitôt qu’il eut repris la ville, « de crainte que l’ennemi ne s’y loge en cas de siège111 » (Piré).

  • 112 J. Pichart, Journal…, col. 1703.
  • 113 BSA 29, 1885, p. 273.

71Après le long blocus de Vitré, ses faubourgs furent en partie brûlés par le sieur du Bordage, un peu par précaution mais surtout en représaille, et l’auraient été en totalité si Montmartin ne s’était pas interposé « disant qu’il n’estoit de besoin de brûler les maisons qui ne portoient aulcune nuisance à la ville112 ». Le Goust, pour se prévenir d’un nouveau siège de Blain, désola les environs, démolit vingt belles maisons qui formaient la rue du Pavé, ruina le moulin et sa chaussée, rasa la grande galerie de deux cents pieds de long, et les deux jeux de courte paume qui se trouvaient à chacune de ses extrémités ; détruisit les boutiques des artisans en appentis, etc. En 1594, les Quimpérois craignant l’arrivée du maréchal d’Aumont brûlent le Lazaron, abattent l’auditoire, les prisons, la cohue du Roi, au-delà du Steïr113. C’est sans doute aussi pour prévenir un siège que La Fontenelle, construisant en 1595 sa forteresse de l’île Tristan, fit démolir une grande partie des maisons de Douarnenez, et la plupart des manoirs situés à proximité de la ville. Et nous avons parlé du sort réservé aux églises et monastères hors les murs.

72Les zones boisées aux abords des villes étaient souvent rasées pour gèner la progression ennemie, ou renforcer les défenses. Une bonne partie des arbres sont coupés autour de Vitré, et le long des chemins menant à Nantes. À Morlaix, le Conseil, craignant l’approche du prince de Dombes, en juin 1590, « ordonne aux parouessiens de Ploueigneau de faire barricades et abattre des arbres par tout où ils voyront estre nécessaire pour barricader les chemins ». La « muraille du jardin du Bruil devers la ville » et « la muraille du jardin près de la barrière de Nostre-Dame de la Fontaine » sont « abastue à raz de terre ». Le 10 juillet, les bourgeois décident même que « les bois de Penaven, du Val Kerret, du Mur, de Kernechronvel », seront coupés ou du moins très éclaircis :

« Tous arbres tant fruitiers que aultres qui préjudicient à la défense de la ville pour empescher la vue ou aultrement seront coupés à la discrétion des corporaulx, chacun en son canton. »

  • 114 A. de Barthélemy, « Cahier pour les affaires de la ville… », documents, p. 19.
  • 115 G. de Carné, Correspondance du duc de Mercœur…, I, doc. 140.
  • 116 Le magister Duval, de Châteaugiron, note dans son Journal (A. de Barthélemy, Choix de documents in (...)

73Ces destructions ne vont pas sans susciter des réactions : à Morlaix, elles sont vite réprimées par le Conseil : « Aucun ne sera receu à faire plaincte pour la nécessité présente des démolitions qui seront jugées nécessaires par MM. les chefs de guerre qui commandent en ceste ville estre nécessaires, sauf à faire la récompense par cy après. » Le conseil admet que les damoiselles Marie et Françoise Quintin « seront récompensées de ce que sera desmoly de leur maison et jardin ». Mais la demoiselle de Kerlan est tenue de démolir les murailles de sa cour de Kerleau et son colombier pour en utiliser les matériaux pour réparer les murailles114. Les arbres eux-mêmes étaient livrés à la rapacité des soudards. En mars 1592, les États ligueurs se plaignent à Philippe II que les « arbres fruitiers, boys de marques et décoration […] grands boys » sont « couppés, ruinés, abattus » par ses soldats, et lui demandent d’y mettre bon ordre115. La grande forêt de Langonnet sera de même rasée par les séides de La Fontenelle et consorts116.

  • 117 M. Duval, « La démilitarisation des forteresses après la Ligue », MSHAB, t. LXIX, 1992, p. 283-305

74Les vieilles murailles tombaient alors que s’achevait la dernière guerre de type médiéval. À cette occasion, d’anciennes places fortes avaient repris du service après des décennies d’abandon. Beaucoup d’entre-elles avaient été restaurées à grands frais. Mais leur silhouette n’allait pas tarder à disparaître définitivement du paysage. Beaucoup de fortifications urbaines que les combats avaient préservées, n’échapperont pas à la campagne d’arasement décidée par le roi ou les États (Guérande, Morlaix, etc.). Plusieurs autres, condamnées dans le principe, seront malgré tout conservées quelques années encore ou partiellement démilitarisées seulement en raison de l’impécuniosité des États incapables de subvenir au coût des démolitions et d’en dédommager les propriétaires, ou de la bénévolence royale : Dinan et Guingamp sauveront leur château et leurs remparts grâce à Mme de Martigues qui implora la clémence de Henri IV, mais au prix d’une charge ruineuse pour la collectivité. Louis de Rohan-Guéméné obtint du roi la préservation de son château de Corlay117. Mais du château de Lamballe, il ne restera plus rien en 1626.

75Intra-muros, les dégâts pouvaient aussi avoir été très conséquents. À vrai dire, seuls Rennes, Nantes et Saint-Malo sortirent quasiment indemnes sur ce point. Mais à Quimper l’hôtel épiscopal est ravagé, l’hôpital Sainte-Catherine, l’auditoire, la cohue démolis ; comme à Guingamp l’auditoire, les halles, la tour de l’horloge ; à Quintin, l’église, la mairie, l’hôpital, etc. ; à Morlaix, la flèche et les clochetons de N.-D. du Mur, et pour toutes, nombre d’hôtels et maisons particulières brûlées ou effondrées (comme les logis de Rosmadec et de Rohan à Quimper), sans parler des murailles et autres éléments de défense effondrés lors des sièges, etc. Lorsque les remparts de Morlaix furent démantelés, et abattues les clôtures et les portes de Dol, ces villes prirent une autre apparence, et leur urbanisme s’en trouva profondément modifié

76Dans les villes ouvertes ou semi-ouvertes et dans les bourgs les dégâts étaient plus importants encore. À Tréguier, le raid espagnol d’août 1592 avait détruit par le feu cent quarante maisons soit les deux tiers de son habitat. Six mois plus tard, la ville présentait aux enquêteurs un état de désolation :

« Avons trouvé trente maisons brûlées de fond en comble et réduites en cendres qui étaient les plus belles maisons de la ville, de façon qu’il n’en est resté que une seule maison à l’entour du Martray de la dite ville qui rend la place maintenant difforme […] En la rue Guillaume, avons trouvé six maisons toutes brûlées, en la rue du Corhuef, quatre maisons, en la rue de Saint-André, quatre maisons, etc. […] Tellement que la ville demeure toute déserte et inhabitée de bons bourgeois et habitants. »

  • 118 Enquête du 9 janvier 1593, AD 22, G. 429.

77Plouguiel et Plougrescant, paroisses voisines, avaient aussi perdu « presque le tiers » de leurs demeures118. À Lannion, ce même raid avait consumé par le feu « jusques au nombre de deux cents maisons qui faisoit plus du tiers de la ditcte ville ». Efflam Pichic, desservant de Plestin, détaillé dans son registre les 60 maisons brûlées à Plestin et Trémel « par ceux du party du roy » entre le 3 et le 7 juillet 1590, parmi lesquelles, le prespitoire de Trémel, et plusieurs manoirs (Kervizio, Porspoden, Kerscau, Kerallic, Kermabuzon, etc.). Pour des raisons similaires, Corlay restera longtemps quasi inhabité.

  • 119 BMS Marcillé-Robert.
  • 120 AD 35, 13 J 1.

78L’inventaire des places-fortes rurales détruites ou défigurées lors des combats, ou démolies sur ordre, reste à faire. Sa litanie serait lassante. Le château de Marcillé, son donjon et ses six tours, furent rayés du paysage en mars et avril 1595 par commandement du maréchal d’Aumont, « à la requeste de madame de Laval119 ». Le château de La Roche-Montbourcher, en Cuguen, inscrit dans la ligne de défense des marches orientales de Bretagne entre Dol et Saint-Aubin-du-Cormier, après avoir été assiégé, pris et pillé par les troupes royales en 1590, est démantelé par une ordonnance la même année. La tour de Cesson est ouverte par l’effondrement d’un de ses flancs, en 1598. Au même moment, le château de Hédé est éventré et ses murs d’enceinte découronnés. De ce dernier, en 1601, on ne voyait plus que des ruines gagnées par la végétation. Il fut totalement rasé quelques années plus tard. Parmi les forteresses rasées ou démantelées, non sans délais et oppositions, figurent aussi celles de Comper, Broons (mais tardivement en 1614), Guérande, Chasteauneuf, Le Grand-Fougeray, Touffou, Jugon, Québriac, Ancenis, Rieux, Rostrenen, etc. Le château de Callac, déjà en piteux état avant la Ligue, est définitivement abandonné : en 1600, la nature y avait retrouvé ses droits. Les châteaux de Rustéfan, en Nizon, ou celui de Coatfrec (en Ploubezre) connurent le même abandon. Celui de La Roche-Trébry, « feut assiégé et pris et ruisné et assolé en telle sorte qu’il n’y paroist à présent [en octobre 1590] que les ruines et demollitions120 ». Le château de Beaumanoir-Eder, au Leslay, fut amputé de ses éléments défensifs et ses logis éventrés. Aux confins de l’Anjou, l’orgueilleuse forteresse de Rochefort avait de même été rasée, au grand soulagement des populations environnantes.

79À travers la province, beaucoup de manoirs et châteaux de séjour, fortifiés souvent par nécessité, et parfois de façon rudimentaire, connurent le même sort. À Collorec, le manoir du Granec après avoir été incendié est démoli. C’est également le sort de Roscanou en Gouézec et de Trésiguidy en Pleyben (év. Quimper). À Plouigneau (év. Tréguier), tous les éléments de fortification du manoir de Bourouguel sont démembrés par les Morlaisiens dès 1589. Dans cette même paroisse, le manoir de Kervenniou est rasé ; à Saint-Helen (év. Dol), le château de Coëtquen est partiellement détruit ; à Carentoir-Le Temple (év. Vannes), la maison des Commandeurs, très endommagée par les ligueurs, ne sera pas restaurée ; à Landeleau (év. Quimper), le manoir fortifié de Castel-Grannec est détruit en 1594 ; mais aussi à Ploërdut (év. Vannes), le manoir de Kerservant (1595) ; à Pleudaniel (év. Tréguier), le château-manoir de Botloy (en 1592) ; à Iffendic (év. Saint-Malo), le manoir de la Châsse ; à Nort-sur-Erdre (év. Nantes), les manoirs de Quiheix et de Vieil-Hôtel.

  • 121 Ce diocèse semble aussi avoir été le plus durablement touché par ce conflit comme en témoigne son (...)

80Tous les évêchés furent touchés plus ou moins, mais celui de Saint-Brieuc semble avoir été particulièrement exposé121 : le Guémadeuc, en Pléneuf, est éventré en 1590 par les canons ligueurs ; le château de Beaumanoir, à Evran, est détruit, comme celui du Cambout. Au tout début du XVIIe siècle, en Noyal, les châteaux de La Motte, Château-Noë, et des Salles ne présentaient plus que leurs ruines. Au contraire, les demeures seigneuriales du Léon paraissent avoir échappé à ces destructions : conséquence probable de l’accord de non-belligérance signé, en août 1592, entre Sourdéac et les gentilshommes de ce diocèse. De telle sorte qu’une cartographie complète de ces destructions donnerait une photographie assez précise de l’intensité des tensions réellement vécues par les différentes régions de Bretagne.

  • 122 J. Gallet, Seigneurs et paysans bretons du Moyen Âge à la Révolution, Rennes, éd. Ouest-France Uni (...)

81Ces ruines coûteuses à entretenir furent parfois louées à des paysans ou domaniers, converties en maisons de ferme ou bâtiments d’exploitation122. Partiellement détruites ou démantelées, ces vieilles forteresses, transformées en châteaux de plaisance, seront parfois l’occasion de reconstructions qui changeront la physionomie du site comme à Combourg, Josselin, Quintin, La Moussaye, Le Châtelier, Trécesson, Erbrée (reconstruit dès 1598), etc.

82Il est plus difficile encore d’effectuer l’inventaire des moulins, maisons de fermiers et de convenanciers brûlés à travers le pays dans les cantons les plus reculés, celui des villages rasés, des terres retournées à la friche. Il serait sans doute à l’échelle des 2 000 maisons que La Fontenelle aurait, pour son compte, brûlées en la seule Cornouaille. Certaines campagnes avaient été pour cette raison quasi abandonnées. Les paysans et les meuniers les plus exposés avaient abandonné moulins et terres pendant plusieurs années. « La guerre a tellement ruiné la plus grande partie des paroisses de l’évêché de Cornouaille, disent les États de 1599, que le peuple d’icelle a abandonné maisons et terres, lesquelles sont demeurées du tout désertes […] et n’y a aucune espérance de voir lesdites paroisses habitées, ains demeureront désertes et incultes. »

  • 123 Supprimées à cause de la désertification de la ville, la juridiction royale s’établit à Lannion en (...)

83En raison des atteintes à l’habitat, aux bâtiments publics et aux appareils de production, certaines zones urbaines vont se trouver stoppées dans leur évolution. C’est le cas par exemple de Corlay, de Lamballe ou de Penmarc’h qui ne se relèvera pas du sac de 1595. C’est aussi celui de Tréguier : cette ville épiscopale, non seulement voit s’envoler en fumée une partie de son parc immobilier, de ses installations portuaires, et fuir pour plusieurs années une part importante de sa population, mais perd aussi définitivement sa juridiction royale, celle des Traites et de l’Amirauté123. La vieille cité épiscopale plongera dès lors dans une torpeur dont elle sort à peine aujourd’hui.

Usurpations et procédures

  • 124 13 novembre 1590. « Pour vériffier les lettres du Roy touchant la translation de l’Université de N (...)
  • 125 Arch. munic. Rennes, BB 485, CC 944.

84La tentation était forte, pour les collectivités comme pour les particuliers, de tirer de cette guerre tous les profits possibles. Les vainqueurs voulaient monnayer leur fidélité précoce ou tardive à la cause royale. Rennes par exemple s’efforça de s’adjuger définitiment la suprématie provinciale aux dépends de Nantes, et de façon quasi hégémonique. La communauté de ville réclame du roi, avant même la fin des hostilités, d’obtenir définitivement et sans recours rien moins que le Parlement, avec « deffence aulx Nantais de prétendre à jamais sur peine de vie », l’université124, la chambre des comptes et la recette générale. Elle s’opposera de même à l’édit obtenu par les Dinannais maintenant le siège de la monnaie en leur ville, même concuramment avec celui de Rennes. Les notables rennais avaient aussi, dès octobre 1597, voté une adresse au maréchal de Brissac, lui demandant que les États se tiennent désormais à Rennes « et non ailleurs attendu mesme que c’est la ville capitale ». Pris de court par la décision du roi signée le 28 septembre, assignant ces États à Morlaix, ils renouvellent auprès du maréchal leur supplique. Elle leur valut de sa part une fin de non recevoir assez agacée : « c’était la volonté du Roi », qui les contraignit à mettre pour quelque temps une sourdine à leurs exigeances. En 1599 encore, ils députent auprès du roi et de son conseil « pour empescher la prétention des habitans de Dinan » qui voulaient ériger un siège présidial en leur ville « au grand préjudice des habitans de Rennes125 ».

  • 126 BSA 29, t. XIX, 1892, p. 162.
  • 127 Arch. munic. Rennes, BB 478.
  • 128 Frotet, Mémoires…, p. 204.

85Les intérêts individuels et personnels étaient plus complexes encore. L’arrivée du roi en Bretagne avait un instant exacerbé les vendettas. Au mois de mars 1598, à Rennes, les exécutions de représailles ou judiciaires (car il est bien difficile alors de les distinguer) s’étaient multipliées. Le chanoine Marsac écrit, de cette ville, le 12 mars, qu’« un nommé Rapinière, de Vitré, sera décollé ce jour. Trois ou quatre voleurs de la garnison de Hédé ont esté pris ce jour. Ce sera pour lundi ou mardi ; le chanvre à faire cordes enchérit de jour à autres126 ». Cette fureur pour l’exemple retomba. Mais de nombreux procès en recouvrement de dettes devait encombrer les tribunaux pendant des années, compliqués par les apurement prononcés par les différents pouvoirs. Le roi avait par exemple autorisé les Rennais, par lettres du 6 mai 1593, « à ne pas payer ce qu’ils devaient aux ligueurs », quelle que soit la nature de ces dettes127. Cela valait au réciproque. À Saint-Malo, on s’empressait de faire déclaration de toutes les sommes dues aux personnes suspectes de soutenir les hérétiques afin de s’entendre prononcer l’interdiction de les rembourser. Il est « bien aisé à colliger que ceux qui devoient estoient bien aise de faire ces déclarations afin de ne paier leurs dettes ny courir en intérests128 ».

  • 129 AD 22, 72 J 8 ; 117 J 1 ; 2 E 297.

86La saisie des biens des ligueurs par les royaux, et vice-versa, avait entraîné à travers tout le pays, une situation pareillement embrouillée. Un exemple l’illustrera. Le 31 octobre 1589, Mercœur avait accordé aux sieurs de Kerousy et de Loquevel, pour les récompenser des pertes qu’ils ont subis « en leurs biens, maisons et lors à présent détenues et occupées par aucuns de la nouvelle opinion et leurs adhérents » les fruits et revenus des terres de Vincent du Perrier « tenant le parti des hérétiques […] pour en jouir par moitié par leurs mains ou celles des fermiers ainsi que bon leur semblera ». La jouissance de ces biens fut pour l’année suivante attribuée au sieur du Guélambert, non sans dépiter les premiers bénéficiaires. En contre-partie de ses pertes, Dombes accorde à Vincent du Perrier le bail du bien d’Henri Corquoy, « du parti contraire à sa Majesté ». Mais René de Tavignon s’étant mis au château du Poirier, en juillet 1589, de l’ordre, disait-il, du propriétaire et du lieutenant du roi, en détourna les revenus au préjudice des uns et des autres et en fut poursuivi. Le 4 juillet 1594, l’alloué ligueur de Saint-Brieuc vendit une partie des biens toujours séquestrés de Vincent du Perrier qui ne rentrera en possession de son patrimoine, non sans pertes, qu’en 1596, et après des procédures en cascades129.

  • 130 AD 22, E 1550.
  • 131 AD 44, 2 E 557, procès-verbal du 13 mars 1597. Ainsi furent perdues une bonne partie des archives (...)

87La justice eut aussi à connaître de nombreuses plaintes en usurpation ou détournement de fonds. Leur règlement était d’autant plus problématique et leur jugement retardé que beaucoup d’archives seigneuriales avaient été perdues. Longue serait la liste des chartriers publics et privés disparus ou détruits à l’occasion de ces guerres : Jean d’Acigné perdit tous ses titres130 ; le sieur de Kermarquer et les autres gentilshommes réfugiés à Tréguier, en 1589, avec les « lectres, tiltres et enseignemens de leurs maisons », les virent s’envoler en fumée ; les seigneurs de Boiséon, de Kergomar, de la Goublaye, etc., tout comme René de Malestroit connurent pareille mésaventure. Le manoir de Lezireur, en Henvic, fut brûlé avec les titres de ses propriétaires. Les seigneurs voisins du manoir de la Provostière, près de Redon, se fiant à la neutralité obtenue des deux partis par son propriétaire, y avaient resserré leurs biens les plus précieux, leurs lettres et leurs titres. Vaine précaution. Tout fut brûlé, pillé et saccagé131.

  • 132 AD 22, 2 E 574, déposition du 22 janvier 1598.
  • 133 Histoire de Saint-Brieuc et du pays Briochin, sous la direction de Cl. Nières, Privat, 1991, p. 63
  • 134 B. Restif, La révolution des paroisses…, p. 118.

88Les officiers ministériels eux-mêmes n’étaient pas épargnés. Me Jean Le Meur déposera qu’à l’occasion du « premier ravaige de Lannyon », il vit brûler « les papiers et registres » de Jacques Le Goallés, greffier d’office de la cour royale de Tréguier132. Les archives de l’évêché de Saint-Brieuc disparurent dans la tourmente : « L’évêque en emporta une partie, qui ne reviendra jamais, à Dinan ; le reste est saccagé par pur vandalisme en août 1592 par la soldatesque du chef ligueur Saint-Laurent133. » Les trésoriers en charge de la fabrique de Saint-Sulpice à Fougères de 1596 à 1599, ne pourront se charger d’une grande partie « des rentes deues […] attendu qu’ilz n’ont aulchun rolle, memoirres ny enseignementz134 ». Aussitôt l’édit de pacification publié, intendants, huissiers, sergents, receveurs et collecteurs d’impôts de toute nature, ceux des seigneurs comme ceux du roi, accourent pour réclamer les rentes ordinaires, voire extraordinaires, impayées depuis dix ans parfois, ou versées de bonne foi à qui ne pouvait en droit les percevoir.

  • 135 J. Gallet, La seigneurie bretonne…, p. 453.
  • 136 Commandant Faty, « Les hôpitaux de Quimper avant la révolution de 1789 », BSA 29, t. X, 1883, p. 3 (...)
  • 137 AD 22, 2 E 398.

89Fermiers et intendants peinèrent à rétablir les droits. Beaucoup de petits seigneurs, à la fin du XVIe siècle et au début du suivant, ne recevaient plus leurs rentes foncières malgré les procès intentés, comme dans le Vannetais le seigneur de Marzan, et celui plus notable encore de Largouët135. Les titres de l’hôpital Sainte-Catherine de Quimper, ayant été perdus, les gouverneurs furent dans l’impossibilité de poursuivre le recouvrement des rentes arriérées, et cette maison vit disparaître les trois quarts de ses redevances foncières136. Sans compter les effets des pillages sur la solvabilité des tenanciers et des receveurs eux-mêmes. En 1594, le fermier de l’abbaye de Bégard se plaint que « les levées étaient demeurées entre les mains des hommes (des vassaux) lesquels ont été tellement pillés et ravaigés par les incursions des gens de guerre qu’ils sont pour la plupart insolvables137 ».

  • 138 J. Gallet, La seigneurie bretonne…, p. 289.
  • 139 AD 22, E 2891.
  • 140 BnF, ms. fr. 8292. Cité par J. Gallet, La seigneurie bretonne…, p. 291.
  • 141 J. B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, p. 172.

90De telle sorte qu’« un seigneur qui retrouvait sa seigneurie en 1599, la voyait bien affaiblie : la maison était démolie, les vassaux ne payaient plus de rentes […], les droits de four et le droit de mesurage n’étaient plus reconnus ». Si la situation de l’évêché de Vannes analysée en ces termes par Jean Gallet138 en était là, que dire des évêchés de Quimper ou de Tréguier où les combats et les désordres avaient été plus sauvages encore. Certains droits seigneuriaux avaient mal supporté ces neuf années d’interruption. Les droits de saut possédés par l’abbaye de Bégard, ou de quaintaine que l’on doit restaurer à grand-peine à Lannion en janvier 1597139 apparaîtront désormais comme d’inutiles brimades. Beaucoup de droits de four et de mesurage ne furent plus reconnus. Certains seigneurs n’avaient pu exercer leur justice pendant des années. Devant ce vide, les plaideurs prirent l’habitude de se tourner vers les tribunaux royaux. La désorganisation administrative, une politique royale délibérée, et la réservation des procédures concernant les faits de violence ou relatives aux protestants, donnèrent d’ailleurs autant d’occasions aux justices royales de se substituer aux justices seigneuriales. Les juges royaux « faisaient chaque jour de nouvelles entreprises, ils prétendaient régir les assemblées de communauté, et faire la police à la place des seigneurs140 ». À partir de 1600, les recours à la justice royale vont connaître une brusque augmentation141.

91Le conflit avait souvent opposé le voisin à son voisin, le frère à son frère. Dans bien des paroisses, les blessures furent longues à se cicatriser. Tous n’eurent peutêtre pas la sagesse des paroissiens de Kerien (év. Quimper) qui décident d’apurer leurs comptes par un accord général signé le 11 juin 1600 :

« [Afin de] terminer les différents entre-eux à raison des recherches que pouvaient faire les particuliers de ladite trêve les uns contre les autres, et même contre le général, pour être récompensé des pertes, ravages, exactions et hostagements qu’ils auraient souffert durant les dernières guerres civiles […], d’autant qu’il n’y a aucun d’eux qui n’aie lieu de se plaindre, et de demander, et par ce moyen d’exécuter les uns sur les autres, ce que faisant ce serait un procès à l’infini, car celui qui aurait été exécuté, recherchant sa récompense ferait exécuter un tiers, lequel tiers pourrait encore pour sa récompense s’adresser à celui qui premier aurait fait exécuter, et par ce moyen la guerre et division serait plus grande et plus immortelle entre eux, que n’a été celle qu’ils ont souffert par les armes »,

  • 142 AD 22, 2 E 997.

92clergé et tiers état de la trêve choisirent de demeurer, dans le principe, quittes les uns envers les autres, laissant aux juges de Guingamp le soin de préciser les modalités de cette réconciliation collective142.

« Grippeminau, le bon apôtre… »

  • 143 H. Carré, « L’amnistie de 1598… », p. 168.
  • 144 L. Anquez, Histoire des assemblées politiques des réformés de France, 1573-1622, Paris, 1859, p. 1 (...)

93En dépit des Te Deum qui célébraient dans la joie universelle la paix retrouvée, malgré les harangues laudatives d’usage et les livrets imprimés de la propagande, la Bretagne ne s’était pas jetée aussi fougeusement dans les bras d’Henri IV que certains historiens l’ont prétendu. Passé l’enthousiasme des premiers jours, la résistance se manifesta sous diverses formes et toucha toutes les couches de la société, même les légitimistes les plus constants : Sourdéac ne vint à Rennes pour y faire sa cour qu’après d’ultimes mais significatives hésitations qui eurent le don d’indisposer le roi ; la chambre des Comptes puis le Parlement rennais firent preuve d’une obstination peu ordinaire dans leur refus d’approuver ou d’enregistrer l’édit de paix accordé à Mercœur. Le roi doit expédier plusieurs lettres de jussion pour contraindre les parlementaires à accorder à certains rebelles les bénéfices de l’amnistie. Il traite rudement l’assemblée en mai 1598 à propos des sieurs d’Aradon, Montigny et la Haultière, et lui rappelle que le devoir des magistrats n’est pas de « corriger, changer ou altérer » sa royale volonté mais bien de l’exécuter. L’enregistrement de l’édit de pacification religieuse provoque une même résistance : présenté pour vérification le 23 août 1599, il ne fut enregistré qu’un an après, jour pour jour. Dans l’intervalle, les parlementaires s’étaient prononcés contre les clauses relatives à l’exercice du culte, à l’admission des Réformés à toutes les charges, à la constitution d’une chambre d’exception pour le ressort de Rennes, etc. Enfin, après deux jussions du roi, du 30 avril 1600 et du 19 juillet suivant, le Parlement se soumit143. Toutefois, il exigea que son premier président fît, auparavant, de vive voix, la déclaration que l’édit était accepté « sans approbation d’autre religion que de la catholique, apostolique et romaine144 ». Des sept parlements provinciaux, seul celui de Normandie opposa une plus longue résistance à la volonté royale.

  • 145 G. de Carné, Les États de Bretagne…, t. I, p. 232.

94Dans ce cataclysme de fin de siècle, le visage de la Bretagne avait changé, comme avait changé son rapport avec les pouvoirs. Lors de la convocation des États loyalistes ou ligueurs, ni Dombes ni Mercœur n’avaient été très regardants sur le nombre, la nature et la qualité des représentants à ces assemblées, caution essentielle, surtout morale, à leur cause respective. Que les formes légales des convocation n’aient pas été respectées, cela ne se peut contester : leur périodicité était fort irrégulière (après 1594 d’ailleurs, les États ligueurs ne se réunissent plus), et leur représentativité très aléatoire : jusqu’à l’abjuration d’Henri IV, l’ordre du clergé, à vrai dire, n’avait pas siégé aux États de Rennes ; entrait dans celui de la noblesse tout gentilhomme qui voulait. L’important était de faire nombre et d’impressionner. Ces habitudes, spécieusement honorifiques pour les uns, spécieusement démocratiques pour les autres, auront bientôt la force d’un droit acquis. Elles ouvrent la porte à ces assemblées des États pléthoriques, surtout dans l’ordre de la noblesse, qui prendront dès le début du XVIIe siècle, comme le dira le comte de Carné145, l’allure et le génie d’une diète polonaise :

  • 146 Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence, donnée par Me Denisar (...)

« Les chefs des deux partis tinrent des états auxquels ils appellèrent indifféremment tous les gentilshommes qui leur étoient attachés. Lorsque ces troubles se calmèrent, le zèle que les gentilshommes dévoués au parti du roi, avoient témoigné, leur assiduité, leur nombre dans les assemblées les mirent insensiblement au rang des chevaliers et des bannerets, et les confondirent avec eux. Bientôt le seul titre de gentilhomme donna entrée et voix délibérative dans l’ordre de la noblesse, il n’y eut même pas de règlement pour l’âge. La voix d’un jeune homme de dix-sept ans fut comptée comme celle d’un citoyen vieilli dans l’administration146. »

95Passons sur l’assiduité et le nombre tout relatifs des participants aux États réunis durant la guerre ; ils ne seront remarquables que pour les années qui suivront. Passons aussi sur le terme d’abus utilisé à ce propos par les juristes du temps auxquels la notion de démocratie participative n’était pas encore familière. Mais cette large sollicitation de la noblesse bretonne, tolérée jusqu’aux lettres-patentes de Louis XV (26 juin 1736), nourrira l’esprit frondeur de cet ordre.

  • 147 Ch. Robert, « Les États de Bretagne à Vannes », BAB, 1899, p. 179.
  • 148 G. de Carné, Les États de Bretagne…, t. I, p. 232.

96Pour ceux qui songeaient d’abord aux affaires publiques, tout particulièrement les représentants de la bourgeoisie, l’élargissement soudain des domaines de compétence de cette institution avait ouvert d’autres perspectives. Pendant les troubles, les États de Rennes avaient traité quasi d’égal à égal avec les représentants royaux. Par leurs remontrances, ils avaient pesé sur les affaires du duché. Surtout ils avaient de leur propre initiative adressé des agents à l’étranger (Angleterre ou Pays-Bas) et s’y étaient engagés au propre nom des États ; ils avaient sollicité directement des interventions ou des aides étrangères, ouvert dans l’urgence certaines lignes budgétaires. Les États de 1595 avaient même obtenu la nomination par leurs soins d’un contrôleur des finances, chargé d’assister le gouverneur, après avoir tenté d’usurper à leur profit la prérogative royale dans le domaine financier147. La nature des activités des deux assemblées rivales, et l’urgence des décisions qu’elles avaient eu à prendre, hors de leur compétence habituelle, en matière économique, diplomatique ou militaire, avaient changé leur l’esprit, « agrandi leur horizon148 », et rendu nécessaire, au moins auprès du parlement rennais, l’instauration d’une commission permanente capable d’inscrire son action dans la durée entre les sessions des États.

  • 149 AD 35, Papiers des États de Bretagne, C 2645, années 1597 à 1600.

97Sûrs de leur pouvoir, les États avaient déjà osé, en 1596, subordonner le vote de crédits à la venue du roi en Bretagne, et refuser même au maréchal de Brissac, et par trois fois, de voter les fonds pour l’entretien de l’armée « tant que le roi n’aura pas assisté ses fidèles sujets par le secours si désiré de sa présence ». Cette énergie participative va cependant s’étioler pendant quelques années. L’attitude du roi à l’égard de la province, les infléchissements visibles de sa politique, et l’accumulation de toutes les désillusions expliquent plus que les rigueurs de la saison ou les erreurs de secrétariat, l’absentéisme des dignitaires lors des premiers États réunis après la Ligue, à Vannes, en décembre 1599 : pas un évêque, pas un baron ou banneret149. Ces États de la chaise vide, tenus en présence du comte de Brissac, maréchal de France et lieutenant-général de la province, et des autres commissaires royaux (Sourdéac, Montbarot, Harpin, Fouquet et Maupéou) durent piteusement suggérer au roi de contraindre, à l’avenir, les membres de l’Église et de la Noblesse d’y assister, sous peine de saisie des fruits de leur temporel ou de leurs héritages. Confusément, les États provinciaux avaient compris les évolutions en cours qui assureront en définitive, et sous le masque de la bénévolence, l’emprise du roi sur la Bretagne. Peut-être aussi avaient-ils, plus qu’avant et pour un temps, délégué à la cour du Parlement la protection des droits de la province contre les ingérences inhabituelles du pouvoir royal. Sans négliger la difficulté psychologique et sociale, voire économique, éprouvée par certains membres de la noblesse, petite et seconde, très engagés dans la rebellion ou ceux compromis dans les crimes de tous ordres, à reprendre une place naturelle dans la collectivité. Cette réinsertion des gentilhommes, ligueurs ou non, mériterait d’ailleurs un examen plus attentif.

  • 150 H. de La Villemarqué, Le Barzaz-Breiz, chant XXXIX.

98Certaines formes d’expression populaires ne sont pas moins révélatrices d’une même force de résistance. Dans la distribution du calvaire à personnages de Saint-Thégonnec, élevé vers 1610, l’un des bourreaux du Christ possède l’habit et les traits d’Henri IV. Le peuple non plus n’oubliait rien. Longtemps après il chantera toujours la gwerz Ar Re unaned (Les Ligueurs), « composée en l’année 1592 par un jeune paysan sur un air facile à chanter », rappelant le souvenir glorieux des « soldats de haute Cornouaille » qui s’assemblaient « chacun une arquebuse sur l’épaule, un plumet rouge au chef, une épée au côté, le drapeau de la foi en tête », pour « défendre la vraie foi contre les huguenots, défendre la Basse-Bretagne contre les Anglais et les Français, et tous ceux qui ravageaient [leur] pays150 ».

  • 151 Mémoires du duc de Sully, t. II, Paris, 1827, p. 442.

99Le peu d’intérêt, autre que financier, manifesté par le Béarnais à l’encontre de cette province, sa résignation même à la perdre, l’étonnante mansuétude à l’égard de ses bourreaux et le mépris dont il fit parfois preuve à l’égard de ses plus fidèles appuis, sont loin d’avoir été suffisamment soulignés. « Clément jusqu’à paraître indifférent au bien et au mal », admettait Michelet, Henri IV avait récompensé les chefs ligueurs, aux frais du peuple de France, au-delà de toute raison. Le duc de Lorraine, fils du Balafré, en se soumettant, s’assurait de 3 766 000 livres, sans parler des autres provilèges ; le duc de Mayenne fut gratifié de 3 580 000 livres payables en deux ans, et de 100 000 pour les intérêts, outre l’apuration de ses créances et de ses dettes à l’égard des troupes étrangères qu’il avait employées, Boisdauphin, le bras droit de Mercœur, toucha 670 000 livres pour sa soumission ; Villars-Branca, pour avoir livré Rouen, et autres seigneurs solidairement 3 477 000 livres, outre le pactole versé à Mercœur. Au total, il coûta au roi, pour acheter son royaume, 32 millions de livres. Mais, ajoute Sully, « j’effraierai mes lecteurs si je leur montrais que cette somme ne fait encore qu’une très petite partie de celles qui étaient demandées au trésor royal151 ». Il fallait au total porter cette dette à trois cent trente millions de livres. « Vous êtes une bête » répondit le roi à Sully qui protestait contre ces distributions. Certains prétendirent avec un peu d’amertume, et non sans raison, qu’il avait mieux récompensé les anciens partisans de la Ligue que ceux qui lui avaient été constamment fidèles. Henri de Bourbon-Montpensier, souverain de Dombes, endetté par les guerres, fut contraint, en mars 1595, de démembrer sa châtellenie d’Ambérieux du domaine de Dombes, et de vendre la seigneurie de Monthieux pour 5 000 écus d’or.

100Plus que la poule au pot, le symbole zoologique de ce début de règne devrait être la vache à lait, car cette largesse se faisait sur le dos de populations déjà exangues du fait de la guerre. Au point que ce sont les « croquants » des provinces fidèles au Béarnais (Poitou, Saintonge, Limousin, Périgord), qui se révoltent contre l’impôt du roi. Sa venue en Bretagne ne s’effectua qu’à la condition que cette province prenne en charge les frais de son armée. Henri IV écrit au Connétable, le 10 mars 1598 :

  • 152 Henri IV, Lettres…, édition Berger de Xivrey, IV, 323-324.

« Comme vous savez que nous avions du tout [entièrement] fondé le payement de l’armée que j’ai amenée, sur les offres et promesses que mes sujects de Bretagne et des provinces circonvoisines m’avaient faites de me secourir et assister d’argent, je n’ai pas trouvé un écu prêt pour y satisfaire, ni même le département des dites levées commencé : de sorte que je n’ai aucun moyen de payer mes forces […]. Cela mon cousin, m’a fait prendre parti d’accorder avec le duc de Mercœur peut être plus promptement et à conditions plus avantageuses pour lui que je n’eusse fait, craignant que l’appréhension qu’il a eue de ma venue se changeât en une obstination quand il découvrirait mes incommodités et sauroit mes forces demeurées inutiles et languir par faute d’argent. Or le dit accord est si avancé que j’espère qu’il sera résolu dedans aujourd’hui ou demain152. »

101Il y a autant d’amertume et d’angoisse que de soulagement dans cette note du journal de Gilles Satin où il relate son voyage à Rennes, le 22 décembre 1597, « pour voir combien on [lui] avoit mins en l’emprunt du Roy, qui doibt venir en Bretaigne ». Nombreux étaient, à travers la province, ceux qui à cette même heure s’interrogeaient sur le montant de leur cotisation à cet emprunt de 200 000 écus voté sous la contrainte par les États le 15 décembre précédent. Après avoir subi la guerre, les Bretons devront aussi subir la paix.

  • 153 La Ligue et Henri IV, Paris, 1843, p. 3-5.

102L’évolution du pouvoir royal sera loin de recevoir l’adhésion de la bourgeoisie bretonne, parlementaire ou marchande. Henri IV, comme l’écrivait Capefigue153, « fut la perte et la fin du système municipal, le triomphe de la gentilhommerie sur le gouvernement des villes […]. La restauration qu’il accomplit fut faite contre les immunités populaires au profit des gentilshommes […]. Le veuvage de la liberté municipale commence à partir de l’avénement du Béarnais ». L’analyse des événements a montré par ailleurs que le pouvoir et l’influence des villes en Bretagne, jusqu’alors moindre que dans le reste du royaume, y avait durant le conflit atteint un niveau tout à fait comparable qu’il conservera désormais.

  • 154 AD 22, C 123.

103De sorte qu’en Bretagne aussi, Henri IV avait toutes les raisons de se méfier des pouvoirs municipaux qui avaient bien failli le priver de son trône. La ville et ses bourgeois avaient eu l’occasion d’expérimenter leur autonomie et de tester leur influence. Certaines, comme Saint-Malo, s’étaient même érigées en véritables républiques. Aussitôt la paix revenue, un bras de fer allait opposer les cités marchandes (Nantes, Saint-Malo, Morlaix, Roscoff, etc.) aux États. Ces derniers durent adresser des avertissements renouvelés, en 1599 et les années suivantes, aux communautés urbaines trop portées à prendre des libertés qui les conduisaient par exemple à décider des grands travaux et de leur financement, de promulguer taxes et pancartes nouvelles, sans même en référer au Parlement154.

  • 155 Arch. munic. Nantes, BB 24, lettre du 8 mai 1599.
  • 156 Arch. munic. Nantes, HH 38. Ce Joubert se paraît du titre de « prince des Soz (sots) et premier ch (...)
  • 157 J. B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, p. 97.

104Henri IV ne manqua pas de tempérer ce désir d’émancipation. À Nantes, il réduit le nombre d’échevins et enlève aux Nantais le privilège d’élire leur maire. Charles IX (1573) puis Henri III (1581) avaient par lettres patentes réduit de dix à six le nombre d’échevins nantais. Un mandement de Mercœur (janvier 1594) avait rétabli les dix échevins, avant qu’Henri IV (avril 1598) en ramène le nombre à six, outre qu’il fait procéder, comme pour le maire, à leur élection sur la base de trois candidats par poste nommés par lui, ou plutôt sur la liste des personnalités choisies par lui, comme la suite le montrera. La nomination de Charles Harrouys à la mairie de Nantes était déjà un signe autoritaire fort adressé à la ville ligueuse. Son remplacement, en avril 1599, verra cette fois s’opposer frontalement le roi et les bourgeois. La communauté ayant refusé le candidat fermement proposé par Henri IV, elle fut l’objet de la fureur royale : « Je trouve fort étrange, écrit le roi aux Nantais, de ce que, au préjudice de ce que je vous ai ci-devant écrit pour élire maire de ma ville de Nantes, pour la présente année, le sieur de La Bouchetière, lequel j’ai toujours reconnu pour mon très-fidèle serviteur, il y en ait eu quelques-uns d’entre vous si hardis que de s’y opposer et d’en nommer d’autres ; c’est pourquoi je vous fais ce mot de ma main par lequel vous saurez que ma volonté est que le sieur de La Bouchetière soit élu et nommé, qu’il n’y ait aucune faute, et que je sois obéi en cela ; autrement j’aurai occasion de chercher les moyens de me faire obéir, à quoi je suis résolu, et de vous témoigner l’envie que j’ai de faire pour vous lorsque vous m’en donnerez sujet155. » Nantes ne tarda pas à expérimenter la désinvolture d’Henri IV à son égard, et le peu de cas qu’il faisait de ses droits et des impératifs de son commerce maritime en phase de développement. Après avoir créé en la ville, par lettres patentes d’avril 1598, un office nouveau de « Maistre aulneur et visiteur de toiles », il nomme un de ses valets de chambre, Nicolas Joubert, sieur d’Angoulvent, « pour en jouir comme ceux qui sont pourvus de semblables offices dans les autres villes du royaume ». Les Nantais protestèrent contre l’institution d’un office qui n’avait jamais existé dans leur cité : il était inutile en raison de la probité et confiance réciproque des marchands, contraire à leurs privilèges, et préjudiciable à leurs intérêts en entravant le commerce « en Espagne, aux Indes et ailleurs où ils exercent leur traffic » (23 mai). Le parlement de Bretagne accueille l’opposition. Mais de nouvelles lettres patentes du 11 juin lui enjoignent de procéder sans délai à la réception de Nicolas Joubert. La ville persiste dans sa fronde, soutenue par le parlement. Après bien des procédures, elle obtient gain de cause : l’office est supprimé, mais en compensation, la ville devra verser à Joubert 1 000 écus (mai 1600). Nouveau refus des Nantais, nouvelles sommations. Le conseil d’État, organe de la volonté souveraine, leur enjoint de payer cette somme, sous peine de voir l’office immédiatement rétabli (28 septembre) ; enfin par nouvelles lettres patentes Henri IV menace les Nantais de les contraindre par la force, et somme douze des plus riches marchands de toile de la cité d’avancer les 1 000 écus (5 juin 1601)156. Cet antagonisme aura probablement pour effet l’infléchissement signalé par J. B. Collins dans les offices municipaux de la ville, en particulier celui de maire, attribué traditionnellement à la classe des marchands et des financiers, et désormais réservé aux officiers de justice157.

105Cette intrusion royale dans l’administration des villes bretonnes prélude à la multiplication parfois délirante de tels offices onéreux et la plupart du temps inutiles, dont elles souffriront désormais, et parfois jusqu’à l’étouffement.

  • 158 Arch. munic. de Rennes, EE 137.

106Henri n’était pas plus conciliant avec les villes restées fidèles. Il impose à Rennes le gouverneur pour maire et se réserve la nomination des échevins. Il ne lui épargnera même pas une marque insigne de défiance, que la symbolique du temps reconnaissait pour infâmante, en lui donnant l’ordre d’ouvrir vers l’intérieur ses tours de défense158. Toutes les villes de Bretagne furent désormais placées sous tutelle, leurs finances contrôlées, leurs décisions vérifiées. Le roi confia cette charge à M. de Maupéou par lettres patentes du 20 juillet 1599, défendant même au Parlement de prendre connaissance des jugements, sentences, ordonnances qu’il serait amené à prendre.

  • 159 AD 35, C 2645, f° 585 ; C 2647, f° 362.
  • 160 Ibid., C 2648, f° 43.
  • 161 « By the end of the reign’, the king and his government had established an organized and centraliz (...)
  • 162 Henri IV, Paris, 1990, p. 792-796.
  • 163 Ibid., p. 260-262.

107Ces dix années de désordre avaient introduit dans la vie publique des habitudes difficiles à quitter. Beaucoup de villes et de paroisses s’étaient attribué un certain nombre de droits financiers que le pouvoir royal peinait à leur ôter. En 1600, Morlaix et Roscoff, en 1609, Hennebont, levaient toujours des taxes autorisées ni par le roi ni par les États159. En 1610, les Nantais s’obstinaient toujours à lever un impôt sur les vins que plusieurs arrêts du Conseil avaient déjà condamné160. La main-mise d’Henri IV sur l’administration et l’organisation financière des villes a été mise en évidence par des historiens aussi divers que Robert Trullinger161, Jean-Pierre Babelon162 ou Janine Garrisson163. Et ce n’est pas le moindre des paradoxes, ni le plus lourd d’effets à venir, que la guerre de la Ligue ait dans le même mouvement éveillé en Bretagne des revendications pré-démocratiques, comme à Saint-Malo, et installé à Paris le premier monarque absolu.

  • 164 Le 30 octobre 1596, un arrêt du Conseil d’État assigne au conseiller d’Attichy 10 écus par jour, p (...)
  • 165 Dès le 20 décembre 1596, un arrêt du Conseil d’État assigne devant lui Me Nicolas Fyot, receveur g (...)
  • 166 Je renvoie à N. Valois, Inventaire des arrêts du Conseil d’État (Règne d’Henri IV), Paris, Imprime (...)
  • 167 N. Valois, Inventaire des arrêts…, arrêt no 6090 (10 octobre 1600).

108Le roi avait cependant anticipé ces risques. Avant d’adresser en Bretagne son armée, il y avait envoyé le sieur d’Attichy, conseiller d’État, comme « commissaire député pour le règlement, la direction et le recouvrement des finances de ladite province164 ». Il ne fut pas le bienvenu165. Vont alors se multiplier messages comminatoires à l’encontre du Parlement provincial et de la Chambre des comptes qui voient leur champ de compétence progressivement réduit et plusieurs de leurs décisions annulées166. Les frustrations collectives consécutives à cette mise au pas seront grandes, sans parler de celles qui accompagneront la refonte des différentes taxes perçues sur la province, de leur lieu de perception, de leurs affectations et de leurs bénéficiaires qui susciteront bien des réactions et même des émeutes. Au Croisic, les habitants se portèrent à des actes de violence à l’occasion de la perception du droit d’entrée levé sur le vin dans le diocèse de Nantes, et seront poursuivis devant le Parlement167.

De la résistance au compromis

  • 168 J. B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, p. 162.

109Cette mainmise du pouvoir royal, insidieuse autant que planifiée, n’allait pas sans compromis. Les élites bretonnes qui émergèrent du conflit s’assurèrent bien vite qu’une opposition frontale à l’intrusion royale ne valait ni pour le roi ni pour leurs propres intérêts. L’évolution des États de Bretagne, de leur composition et de leurs compétences étudiées par James Collins, illustre particulièrement bien cette « politique générale de compromis pragmatiques168 ». Ces États, comme nous l’avons vu, avaient ouvert durant le conflit des champs de compétence inhabituels. Ils avaient aussi expérimenté un réel pouvoir d’intervention et une autorité. La session de novembre-décembre 1595 marque une rupture dans le comportement habituel des États. « On y fit de terribles remuements contre la guerre. » Surtout les députés des trois ordres exigèrent, avant de voter les levées de deniers, « que ceux qui ont touché les finances en rendent compte ». Ils requièrent que la cour

  • 169 Journal de Pichart, édition Rolland.

« fasse le proces a tous les financiers sans qu’ils puissent evocquer, suplient de leur accorder et s’etudient lesdits sieurs des États a sçavoir, qu’est devenu tant de deniers qui ont esté levés au passé, comme ils trouvent justiffié qu’il a esté plus de trois ou quatre millions d’or, et n’en trouvent pas deux de decharge. Encore a compter a toute la rigueur, mais c’est une grande entreprise que d’en parler. Car ny monsieur de Saint Luc, ny monsieur de Montbarot, Coasquen, Sourdeac, ny autres ayans commendemens, tachent a ce que l’on concluë a lever deniers, pour l’entretien des gens de guerre. Mais l’on scait assez que pour douze cens qui doivent estre un regiment, il ne s’y en trouve pas deux cens. Neantmoins, il faut trouver de quoy payer les garnisons et autres gens de guerre. Toutefois, messieurs des États tiennent ferme pour quelque temps. Enfin, on accorda encore les six ecus pour pipe, dont la ferme fut baillée a monsieur de Champbots, et autres levées non sy grandes qu’au passé, et comme je croy abatirent les trois escus de rehausse pour feu de fouages, firent un revisement sur les garnisons qu’ils cuiderent abattre et retrancher la moitié des gens de guerre d’icelle et les reduisirent a plus bas nombre. Il se passe encore d’autres bonnes affaires pour le pays. A la requeste desdits États et sur leur plainte, on fit recherche d’une infinité de financiers et receveurs et commissaires et y en eust quelque nombre en peine, comme Castillon et autres, mais ils se sauverent chacun comme il put, fort un appellé Lopin, qui ne sçut oncques si bien donner ordre a son affaire, qu’il ne fut pendu et etranglé a bout de cohuë le lundy dix huitiesme jour de decembre […], cela contenta un peu le peuple voyant que l’on recherchoit ces Messieurs les voleurs de finances169 ».

  • 170 « Les souscripteurs les plus puissants – Brissac, le Parlement, la Chambre des Comptes – sont les (...)
  • 171 J. B. Collins, id., p. 194.

110Ils ne conserveront pas toutes ces prérogatives, en particulier celle de déléguer auprès d’États étrangers de leur propre initiative. Mais l’augmentation considérable du budget dont ils disposent leur attribue désormais un pouvoir et une influence accrue. Appelés à gérer le remboursement des emprunts exigés par le roi : celui de 600 000 livres souscrit par les gentilshommes et les parlementaires, en 1597, pour la venue du roi, et celui de 2,4 millions de livres, en 1598, afin de participer au financement des gratifications accordées par le roi aux derniers seigneurs de la Ligue, ils ne se privèrent pas de moduler leurs priorités, de choisir les souscripteurs prioritaires, et de s’assurer ainsi une clientèle redevable dans leur propre classe170. Leur tentation avait été forte de s’opposer aux volontés royales, en particulier en matière d’imposition fiscale, dans les deux dernières années du conflit et la suivante. Mais « en même temps que les États se découvrent une compétence nouvellement élargie, ils doivent aussi reconnaître que leur efficacité dans les conflits les opposant à la Couronne reste limitée171 ».

  • 172 Ibid., p. 197.

111Ils préférèrent garantir au roi, sans trop de difficultés, des recettes régulières au besoin augmentées, et se réserver le contrôle des formes d’imposition qui leur permettait de mettre en place une véritable politique économique et fiscale. Ainsi s’établit entre l’élite et la Couronne, « une confortable complicité172 ».

  • 173 Ibid., p. 196.
  • 174 Ibid., p. 196.

112Mais cette élite siégeant aux États avait changé, elle aussi. Le nombre des participants aux sessions, passés les premiers moments de mauvaise humeur, s’était considérablement accru, en particulier le nombre de villes y déléguant avait été augmenté. Mais cette représentation nouvelle de l’ordre du Tiers et des communautés urbaines est en trompe l’œil puisque si « après les guerres de la Ligue, le nombre des villes représentées passe brusquement à trente environ […], la fréquentation des nobles augmente beaucoup plus rapidement173 ». En cas de désaccord, les députés des villes seront désormais mis en minorité, en particulier lorsque les débats porteront sur des intérêts corporatifs. Et James Collins a raison d’affirmer que « le vrai perdant de tous ces changements est le Tiers-État174 ».

  • 175 Ibid., p. 195.

113En accordant aux États, à l’instigation de la noblesse, une juridiction sur les octrois des villes et le droit d’en contrôler les dépenses, le roi introduira entre eux et les communautés urbaines une source de désaccords récurrents, au moment où celles-ci, se découvrant plus de besoins, réclament aussi plus de pouvoir. Les défenseurs des privilèges provinciaux sont maintenant devenus les « défenseurs d’intérêts spécifiques à l’intérieur de la province175 ».

  • 176 G. Saupin, Nantes au temps de l’Édit…, p. 48.
  • 177 Ibid., p. 240-244.

114Dans les villes importantes, une même convergence d’intérêts permet au roi d’organiser de façon pérenne le pouvoir municipal. Nantes en particulier avait tout à perdre à cause de son obstination. Mais la limitation imposée de son assemblée à une présélection de trois candidats à chaque poste vacant, « le choix ultime revenant au roi lui-même […] avait permis de transformer cette mesure d’inspiration absolutiste en tutelle respectueuse de l’autorégulation de l’oligarchie nantaise176 ». Cela n’empêchera pas la ville de faire, à ses dépens et durant tout le règne d’Henri IV, « l’apprentissage de la fermeté royale177 ».

115Pour assurer son contrôle sur la province, le roi avait ainsi profité d’une large complicité d’intérêt avec les élites urbaines et parlementaires, ainsi que la grande noblesse bretonne. Mais ce fut au prix de ruptures fortes loin d’être unanimement appréciées, et de frustrations lourdes de tensions à venir.

  • 178 G. Saupin, « Le corps de la ville de Nantes sous Henri IV… », et V. Le Gall, « Le présidial de Nan (...)

116Comme les États, l’administration générale, en particulier judiciaire, avait retrouvé un cadre d’exercice conforme à celui qu’elle connaissait avant la crise, pour ce qui est des grandes institutions tout au moins : Rennes accueille à nouveau le Parlement réunifié, Nantes, la Chambre des comptes réunifiée elle aussi. Dinan qui avait pourtant reçu, lors de sa reddition, l’assurance de conserver le présidial délocalisé par Mercœur, n’obtient pas satisfaction, et ne conserve pas davantage son administration et son atelier monétaires. Mais Tréguier ne récupère pas sa justice royale et un siège d’amirauté perdus pendant la guerre. Parlementaires et magistrats ligueurs sont, dans l’ensemble, réinstallés sans trop de difficultés, moyennant un nouveau serment de fidélité au roi. Au niveau plus local, il n’est pas sûr que la réintégration des magistrats anciennement ligueurs n’ait pas provoqué plus de résistance, mais seul un examen attentif permettrait d’en être sûr. Si la pacification était en œuvre, les vaincus eurent cependant plus de difficulté à s’imposer dans la société régénérée, et à y progresser socialement et économiquement, comme le montre le cas nantais analysé par Guy Saupin pour la municipalité et Vincent Le Gall pour le présidial178.

De l’amnistie au difficile pardon

  • 179 BnF, ms. fr. 22311, f° 266.

117Les anciens partisans du roi, surtout dans les classes les plus populaires, pouvaient espérer que des poursuites seraient menées contre ceux qui, individuellement ou en corps, s’étaient attribué des droits souverains, avaient illégalement levé des impôts, rendu leur justice, commis des crimes de guerre autant que de droit commun. Reprenant possession de la Bretagne, il était sans doute nécessaire que le roi fît rechercher par toutes les voies ceux qui n’avaient pas cessé de la piller pendant toutes ces années. Ce fut d’ailleurs son premier mouvement. Le 30 avril 1598, il adresse dans ce but une commission à la Cour de Rennes. Il y évoque les « ruines et calamités » dont se sont rendus responsables « la plupart de ceux qui ont eu du pouvoir et de l’autorité sur les autres ». Il demande qu’elle soit proclamée aux prônes dans toute l’étendue du ressort de la Cour, enjoint aux juges souverains de surveiller les juges inférieurs qui pourraient être de connivence avec les concussionnaires, et de tenir la main à l’exécution de ses volontés. La Cour se hâta d’enregistrer cette commission royale. Certaines poursuites contre ceux qui avaient porté atteinte aux propriétés des grands seigneurs furent engagées. Le prince de Guéméné obtint, en 1598, que Thomas de Rollon, sieur de La Rivière, Jean Folliart dit La Fortune, Mathurin Boscher, Thomas Perrin, laboureur, et autres complices, « convaincus d’avoir au préjudice de l’autorité du Roi et du repos de la province surpris à port d’armes le château de Corlay », fussent traînés en justice. Rollon fut condamné à avoir la tête tranchée et mise au bout d’une lance sur le lieu le plus éminent de cette place, Folliart condamné à être pendu et son corps exposé aux fourches patibulaires, Perrin et Boscher condamnés à les assister à la potence, à être fouettés et bannis à perpétuité. Quant au prince de Guéméné, il soutint qu’« il n’était point obligé à payer les frais de la procédure, attendu qu’il s’agissait d’une affaire publique et d’une surprise faite par des gentilshommes à un de ses châteaux », et obtint gain de cause179. Malgré les efforts des juges de poursuivre certaines affaires et les enquêtes réalisées a posteriori pour attester des vols, brigandages, pilleries, levées de deniers, viols, meurtres, séquestrations et dont les registres d’audiences sont pleins, rares furent les condamnations prononcées, et à plus forte raison les réparations ou remboursements obtenus, surtout quand les procédures étaient portées par des gens de maigre condition.

118Beaucoup, et pas seulement les victimes, pensaient que des agissements si notoires ne pouvaient rester impunis sans ébranler l’institution judiciaire et porter atteinte à l’honneur du roi dont elle relevait. Malgré tout, revenant sur ses édits vindicatifs de 1590, annulant les arrêts de son Parlement loyaliste de Rennes, Henri IV balaie par son édit de réduction toute idée de sanction contre les principaux fauteurs de troubles, et pour mieux les protéger des poursuites multiplie, en faveur des villes ou des particuliers les plus compromis, « lettres de réduction et d’abolition ». Un simple serment de fidélité suffisait aux plus coupables pour apurer toutes leurs fautes et rentrer en possession de leurs biens, offices, charges, dignités ou privilèges s’ils en avaient été privés par le Parlement, sans même qu’on leur impose de rembourser les « rentes et revenus » dont ils avaient joui indûment. L’édit de réduction était aussi un édit d’amnistie quasi générale que Sully lui-même condamna. Le Parlement de Rennes n’accepta de l’enregistrer qu’à la réserve expresse que tous ceux qui auraient commis des délits et des crimes de droit commun en soient exclus. Les juges renâclaient. Mais le roi imposa dans toute la province « silence perpétuel » à ses procureurs généraux, selon la formule figurant dans ses lettres de réduction accordées à la ville de Fougères.

  • 180 Vallidation generalle de tout ce que le sieur de Sourdeac a faict et executte durant ses guerres au (...)
  • 181 Toullault (alias Toullot) (Charles de), écuyer, seigneur de Toullaut et de la Robelinaye. Ce capit (...)
  • 182 Boisvignon est le lieutenant de Toullot. Je n’ai pu identifier avec précision ce personnage qui se (...)
  • 183 Sur cette affaire consulter H. Carré, « L’amnistie de 1598… », p. 166-167.
  • 184 AB, 1886, p. 167-168.

119Henri IV, après avoir tiré de la Bretagne tout ce qu’il pouvait en tirer, sans avoir cherché à mettre un terme rapide à ses maux, multiplie les lettres d’abolition, sans considération des crimes commis, soulevant ainsi l’indignation du Parlement. Sourdéac, malgré ses pillages, ses perceptions illégales de rentes, et surtout ses liaisons dangereuses avec les Espagnols, obtient ses lettres de rémission180, tout comme le comte pillard de La Magnane qui fut de tous les partis. Le Parlement de Rennes est dépossédé de ses droits de poursuite et au besoin corrigé dans ses arrêts. Au grand scandale des magistrats eux-mêmes, la cour d’appel est instrumentalisée par le pouvoir royal. Le 27 octobre 1601 comparaissent devant le Parlement deux gentilshommes, les capitaines Toullaut181 et Boisvignon182. Accusés de crimes, ils appellent d’une prise de corps ordonnée contre eux par le juge criminel de Rennes. À la réquisition de l’avocat général, la Cour décide que leur procès serait réglé devant la cour souveraine183. Le sieur de Boisvignon est accusé notamment d’avoir tué une fille « en lui frappant un coup d’épée au travers du corps parce qu’elle ne voulait pas se livrer à lui, et d’avoir tué aussi le frère quand il se portait à son secours » ; il avait, en outre, « incendié un village en éloignant les habitants à coups d’arquebuse, de peur qu’ils ne viennent éteindre le feu ». De son côté, le capitaine Toullaut est accusé par une femme qui dit avoir été violée de son fait en 1593 ; elle n’a pas osé de longtemps porter plainte. Toullaut et Boisvignon, de concert, cette fois, ont « roué de coups un certain Deschamps et sa femme pour se faire livrer une mineure de quatorze ans dont ces malheureux avaient la garde ». Il devait coûter aux magistrats de déclarer que ces chefs de bande ne seraient pas poursuivis pour ces « assassinats, violements et brûlements » commis avant l’édit de réduction, mais « seulement pour les crimes dont ils se seraient depuis rendus coupables184 ».

120En décidant qu’aucun crime de guerre ne serait poursuivi, y compris ceux qui en portèrent le masque, à l’exception de celui de lèse-majesté, Henri IV avait peutêtre obéi à une louable volonté de réconciliation générale, mais ce fut au détriment de la justice élémentaire, du droit et des prérogatives du Parlement de Bretagne. De nombreuses victimes, longtemps après les faits, étaient encore persécutées par leurs bourreaux, parfois de leur voisinage, soucieux de prévenir ou de renforcer par la terreur leur impunité promise par la clémence royale. Le roi se vengeait ainsi de la province la plus rebelle à son autorité. Pendant les Te Deum qui saluèrent la paix retrouvée, beaucoup sans doute se rappelaient encore les vers clôturant la Satyre Ménippée en guise de conseils au roi « Sur sa trop grande clémence » :

« C’estoit jadis vertu à un Roy magnanime
Faire grâce et pardon aux plus grands ennemis ;
Mais, depuis que Caesar à mort fut ainsy mis,
De vertu que c’estoit, c’est maintenant un crime. »

  • 185 AD 44, B 65, f° 237 v°. La Fontenelle avait, sans doute, par quelque émissaire, adressé sa soumiss (...)
  • 186 J. Lorédan, La Fontenelle…, p. 198-201.

121Même La Fontenelle bénéficia de la mansuétude royale. Henri IV signa ses lettres d’abolition dès le 8 avril 1598, un mois avant la paix de Vervins185. Le Parlement de Bretagne les enregistra mais de fort mauvaise grâce. La chambre des Comptes à son tour ne les entérina que sub conditione. Pour mettre à la raison les magistrats rennais, le roi doit signer de nouvelles lettres de jussion exigeant d’eux l’exécution pure et simple de sa volonté. Les parlementaires refusent à nouveau. Le 21 août, ils reportent leur décision « après que les opposants auront été ouis ». La désobéissance était patente. Plus encore, le 1er avril 1599, le Parlement de Bretagne n’éprouve aucune peine à répondre à une plainte du sieur de Goesbriand et lance, le 1er avril 1599, un décret de prise de corps contre Guy Eder. Toujours maître de l’île Tristan et de sa garnison, il s’y réfugie. Mais à la suite d’on se sait quelle trahison ou de quelle nécessité, il en sort imprudemment et se fait surprendre sur l’île de Bréhat dans les premiers jours de mars 1600. Arrêté, il est conduit aux prisons de Rennes sous bonne escorte, puis – on ne voit pour quelles raisons – à celles de Nantes186.

122Mieux éclairé peut-être par les remontrances du Parlement sur le cas de La Fontenelle, le roi accorde enfin, le 23 mars, la démolition et démantèlement de l’île Tristan et forteresse de Douarnenez. Les procédures suivant dès lors un cours bien chaotique, Guy Eder est ramené à la prison de la Feuillée à Rennes en début juin, après avoir tenté de s’évader en cours de route. Les juges éprouvaient beaucoup de difficulté à entendre les témoins à charge dont la peur était justifiée : beaucoup d’amis et complices du brigand couraient encore la campagne.

123Pendant ce temps, la garnison de l’île Tristan tenait toujours sous le commandement du capitaine La Boule qui multipliait les objections devant les huissiers et prévôts chargés de l’en faire déguerpir.

  • 187 AD 35, C 3232.

124La capitulation du fort fut cependant signée le 10 août 1600. Brissac – sous réserve de l’approbation du roi dont il prenait sans doute secrètement les ordres – avait promis, contre la reddition de la forteresse, rien moins que la liberté pour La Fontenelle, La Boule et ses autres lieutenants, avec « abolition de tout ce qu’ils peuvent ou pourraient être crimés et accusés pour faits de guerre ou autrement pour quelque cause que ce soit187 ». Naïveté ou précipitation excessive, le roi avait signé à Lyon les lettres d’abolition promises à La Boulle quoique ce capitaine n’eût toujours pas quitté l’île conformément aux termes du traité. Il fut contraint de faire conduire Guy Eder à Douarnenez afin d’obtenir de son gouverneur qu’il quitte enfin la place.

125Il faut croire que le souverain tenait à s’attacher le jeune capitaine et sa petite armée. Il dessaisit le parlement de Rennes de l’affaire et donne l’ordre de conduire le prévenu vers sa personne avec les pièces de son procès « pour en être ordonné en son Conseil ». L’affaire La Fontenelle relevait maintenant directement du roi.

  • 188 Sans doute le 1er mai 1601 à Fontainebleau.
  • 189 AnF, V5 1227, p. 344 v°.

126Présenté à Henri IV188, le folastre Guyon en reçoit peu de jours après ses lettres d’abolition. Le pardon était total et irrévocable. Au nom de la réconciliation, le Béarnais venait d’accomplir un nouveau déni de justice au détriment des populations de Bretagne. Ces lettres189 d’une mauvaise foi absolue, servaient aussi la vengeance du roi contre les parlementaires bretons qui, à plusieurs reprises, avaient contrarié ses désirs :

« Nous, nonobstant les restrictions et réservations qu’a fait notre cour de Parlement de Bretagne sur la vérification et entérinement d’icelles (lettres précédentes), avons d’abondant ledit sieur de la Fontenelle et tous ceux qui, pendant ces troubles derniers, et même depuis ledit mois de mars 1598 l’ont suivi et assisté, pleinement et entièrement quittés et déchargés de toutes choses par eux et chacun d’eux ou de leur commandement et consentement faites. »

  • 190 Sur ces différents épisodes, consulter J. Lorédan, La Fontenelle…, p. 218-250.

127Mais la cour de Parlement de Bretagne, faisant fide cet apurement, continuait à recevoir les plaintes et à les instruire, comme celle de Marie du Menez que La Fontenelle avait fait violer par ses soldats « publiquement et en pleine rue, et à la face de son mari ». Aussi est-ce avec une certaine jubilation que les magistrats rennais poursuivirent l’affaire d’un homme arrêté à Saint-Malo en possession de « plusieurs lettres, paquets et chiffres contre le service du roi », en juillet 1602. Il s’agissait d’un ancien ligueur, ami et commissionnaire de La Fontenelle. L’enquête fit apparaître que ce dernier entretenait toujours des rapports avec la cour d’Espagne et, par un véritable réseau d’émissaires, assurait régulièrement Philippe III de ses fidèles services dans une affaire dont nous ne sommes pas plus informés190.

  • 191 La réalité l’était peut-être moins. Un rapport anglais du 30 août 1599 fait état d’informations se (...)
  • 192 Le bruit cependant en courut en Bretagne, comme en témoigne le journal de René Fleuriot (AD 22, 2 (...)

128Elle était cependant d’une telle importance qu’un ordre du roi est donné de saisir La Fontenelle au corps. Le 16 août, le maréchal de Brissac donne commission au sieur de Coëtnisan de l’arrêter et de le « représenter à S.M. pour choses qui importent ». Il est conduit sous bonne escorte au Châtelet. Son procès, instruit par le Grand-Prévôt de la Connétablie de France, Nicolas Rapin, l’un des auteurs de la Satyre Ménippée, est rondement mené : il ne s’agissait plus ici de rire. Même après qu’il eut avoué, sous la question, ses rapports secrets avec l’Espagne, les charges qui le menèrent à la mort étaient sinon légères du moins banales191. Quant à ses liens avec la conspiration de Biron, toujours possibles car La Fontenelle était aussi indubitablement en bons termes avec l’ambassadeur espagnol à Paris, son procès ne les a jamais formellement mis en évidence192. Les juges qui venaient de faire décapiter le maréchal pour un complot d’une autre envergure contre le roi et l’État, voulaient sans doute en prolonger l’exemple.

129L’heure de la vengeance, à défaut de celle de la justice, sonna donc pour le jeune capitaine :

  • 193 P. de L’Estoile, Mémoires…, p. 338.

« Le vendredi 27 [septembre 1602], après avoir été appliqué à la question ordinaire et extraordinaire, La Fontenelle fut par arrêt du grand Conseil rompu vif sur la roue en la place Saint-Jean-en-Grève, où il languit environ six quarts d’heure, pour avoir convenu avec l’Espagnol de lui livrer quelques places en Bretagne et être un de ses pensionnaires. […] C’était un beau gentilhomme breton, vaillant et adroit, cousin-germain du Maréchal Lavardin ; mais vicieux et méchant extrêmement, qui avait commis une infinité de voleries et méchancetés, assassinats et autres actes désespérés193. »

130Il avait été victime des circonstances plus que de ses actes, et de quelques aigreurs tardives du roi difficiles à expliquer, même pour son ministre Sully qui se permet d’écrire :

  • 194 Mémoires de Sully, nouvelle édition, t. III, Paris, 1814, p. 107.

« Le roi, après la mort du maréchal de Biron, prit résolution d’étouffer le reste des intelligences en pardonnant à tous ceux qui pouvaient y avoir participé en quelque sorte que ce fut […], en suite de tels desseins, Fontenelle eut la tête tranchée, et le baron de Lux, encore plus coupable que lui, obtint pardon. […] Henri ne porta pas plus loin les effets de sa justice, et excepté Fontenelle, qu’il crut devoir faire encore servir d’exemple, quoiqu’il ne parût pas à bien des gens être l’un des principaux coupables194. »

  • 195 Cette ostentation judiciaire macabre n’était pas exceptionnelle. Pichart rapporte dans son journal (...)
  • 196 AD 35, B. 184 et 849. Les coupables ne semblent pas avoir été identifiés.

131Assurément, le message s’adressait aussi à toute la Bretagne trop rebelle à sa volonté. Et pour bien le marquer, par décision de justice la tête du folâtre Guyon fut ramenée à Rennes pour y être exposée au sommet de la porte principale195. Mais des inconnus osèrent dérober « de dessus l’une des tours de la porte Toussaint de ceste ville la teste de Guy Eder sieur de la Fontenelle ». Le 8 novembre 1602, la Cour enjoint au sénéchal « de faire prompte et exacte recherche […] et faire dilligemment le procès de ceux qui en sont coupables […]196 ». Coupables de pieux larcin, de vengeance ou de résistance à l’autorité du roi ?

Une activité salvatrice

132Le traumatisme consécutif à la Ligue sera durable en Bretagne. Malgré tout, grâce à son étonnante vitalité cette province surmonta l’épreuve, sur le double plan humain et économique, avec une rapidité telle qu’elle a étonné tous les historiens qui l’ont analysée.

  • 197 A. Croix, L’Âge d’or…, p. 275. « La phase de régression ne remet pas sérieusement en cause le cont (...)

133Démographiquement, si en quelques endroits de lourds déficits perdurent, en particulier dans certains cantons trégorois comme Perros ou Lanvellec, sur l’ensemble de l’espace breton la situation se rétablit très vite : « La plupart des paroisses bretonnes ont retrouvé dès 1610 au plus tard le niveau de l’apogée du 16e siècle, et la croissance est alors à peu près générale : sur plus de trois cents paroisses dont nous connaissons l’évolution, 10 % seulement marquent alors une régression notable197. »

  • 198 La production de canevas de Vitré passe de 1 545 400 aunes en 1588, à une moyenne annuelle de 359 (...)
  • 199 Il faudra cependant observer les effets des impositions mi-subies mi-consenties par cet évêché pen (...)
  • 200 E. Frain, « Les Vitréens et le commerce international… », art. cit., p. 550-553.
  • 201 Ibid., p. 554, n. 1.
  • 202 Ibid., p. 555.

134Une analyse globale de la situation économique bretonne durant le conflit est difficile, car les entraves au commerce ont été très inégalement vécues dans le duché, dans le temps comme dans l’espace. De 1589 à 1591, le Trégor et les environs de Rennes et Vitré ont été lourdements touchés198 ; à partir de 1592 et jusqu’à la fin du conflit ce furent la Cornouaille et une partie du Vannetais. Quant au Léon, il a toujours été largement épargné, semble-t-il dans ses infrastructures et ses échanges199. Durant la guerre, le trafic marchand a cependant été moins perturbé qu’on pourrait le penser. S’il se ressentit de la guerre, son ralentissement ne paraît sensible que pour les échanges intérieurs terrestres, en particulier en raison de l’insécurité régnant lors des foires, et parfois même de leur suppression. Malgré tout, la puissante confrérie marchande de Vitré qui s’entretenait jadis « par deniers levés sur les fardeaux sortant de cette ville pour envoyer ès pays étrangers qui montaient grand nombre d’argent », périclitait « à présent, à cause des guerres et l’injure du temps qui a passé et est encore pour le présent200 ». Il est vrai que beaucoup de confrères avaient dû quitter la ville. Mais même exilés, ils continuent leur négoce. L’un d’eux, Jean Frain, poursuivi comme ligueur, se réfugie en l’île de Ré. Le 12 juillet de cette année, il signe avec Guillaume Alexandre, marchand marinier demeurant en l’île de Jersey un contrat pour que ce dernier conduise de Saint-Martin de Ré à Saint-Malo, sur le navire Le Vollant, dont il est « maistre après Dieu », une cargaison de sel estimée « cent quatre-vingts escus d’or soleil201 ». Claude du Verger et Floridas Le Moyne, autres négociants vitréens, poursuivront leur trafic en participation avec d’autres marchands de Normandie. Un de leurs navires est arraisonné au large des Canaries, par un corsaire de Honfleur, en 1596202.

  • 203 BSA 35, 1863, p. 246-256.
  • 204 L’un des articles du contrat de soumission du marquis de Belle-Isle à Mercœur, en novembre 1591, p (...)

135Ce n’était d’ailleurs pas l’intérêt des belligérants de perturber le commerce, et surtout pas celui des ligueurs qui en tiraient une part essentielle de leur effort de guerre. La pancarte des devoirs publiée, en 1591, par les États de la Ligue assemblés à Nantes, sur les marchandises entrant en Bretagne et en sortant, aux ports et havres de l’Union203, si elle permet de juger de la nature des échanges commerciaux ne permet pas d’estimer leur importance quantitative. Mais les revenus de ce devoir devant être employés « aux affaires et maintient de la religion catholique », elle fait comprendre combien il importait pour Mercœur de sécuriser à son profit le trafic sur la Loire jusque Rochefort, de garder la main mise sur les régions productrices de vins (basse Loire), de sel (Guérande et Rhuys)204, de toiles (Morlaix, le Léon et le Trégor, Fougères, Dinan, Lamballe, Corlay, Pontivy, Quintin, Moncontour), ainsi que les ports de Vannes, Morlaix, Roscoff, Pouldavid-Douarnenez, Audierne, Penmarc’h, à défaut de Saint-Malo, ville indépendante de fait, Brest, Le Conquet, Lannion ou Tréguier vite soumis aux royaux ou trop exposés. Cette seule énumération permet de donner, pour les deux premières années de guerre en particulier, une cohérence à des opérations militaires, confuses en apparence. La guerre des places fortes n’était pas seulement pensée en fonction d’une stratégie militaire, elle était aussi une des formes de la guerre économique qui se jouait alors.

  • 205 G. de Carné, Correspondance du duc de Mercœur…, I, doc. 146, 161.

136L’interdiction de commercer avec les villes et les États ennemis, imposée théoriquement par les deux camps, n’étaient contraignantes que pour le trafic entre villes ennemies, et pour certains individus qui pouvaient être lourdement sanctionnés s’ils enfreignaient cette règle. Dans la réalité, le pragmatisme lié à la conjoncture, aux nécessités de la guerre et aux besoins des populations imposait bien des tolérances. Cette façon de voir fut une occasion de malentendus entre Mercœur et les Espagnols qui ne manquaient pas de « troubler grandement et empêcher le commerce, sans lequel il n’y a aucun moyen de recouvrir deniers pour faire la guerre aux ennemis », n’hésitant pas, quand l’occasion se présentait, à s’emparer de navires bretons sortant ou entrant des ports de l’Union205. Les États ligueurs avaient pourtant clairement estimé que

  • 206 G. de Carné, Correspondance du duc de Mercœur…, I, doc. 140. Mémoires pour les députés des États v (...)

« le trafficq et commerce est nécessaire en ceste province, laquelle, pour estre circuitte de mer et rivières de tous costez, a ses moiens en la seurté et sur accès de ses ports et havres, recouvrant par moien du commerce plusieurs commoditez de ses voisins, ausquels aussy elle en envoie, et pour ceste raison, Messieurs des estats ont accordé le commerce libre avecques les habitans et regnicoles de ce royaulme et tous estrangers trafiquans et fréquentans aulx havres de l’Unyon, ausquels lesdits estrangers pourront entrer et sortir avecques toute seurté206 ».

  • 207 Ibid., doc. 149. Rappelons qu’en cette période dangereuse la plupart des navires marchands étaient (...)

137Ils n’avaient eu aucun scrupule à mettre en avant les impératifs financiers de la guerre contre les hérétiques pour amener Philippe II à laisser les ligueurs bretons commercer avec les héréticques angloys et les Pays-bas rebelles, « forcés par la nécessité et non pour envye qu’ilz ayent d’entrer en quelque terme d’accord de paix ou de tresves avec eulx ». Et pour rendre encore plus convaincant leur raisonnement, ils estimaient bon de préciser qu’ils n’empêchaient pas « les gens de guerre de Sa Majesté establis à la garde de la coste de Bretaigne de courir sus ausd. rebelles et hérétiques, les trouvans en esquipage de guerre et en estat de nuire aux catholiques207 ».

  • 208 Ibid., doc. 35, 36, 85, 161.

138En réalité ce libéralisme économique à la mode mercœurienne ne convenait pas à Philippe II qui préférait la loi du plus fort, non sans indisposer le duc. Celui-ci, en 1591, écrit à sa Majesté catholique pour se plaindre de la saisie du navire d’Adrien Hanric, négociant de Nantes, arraisonné par les Espagnols, à son retour de Mildebourg chargé de marchandises de Flandre, et disposant pourtant d’un « bon passeport » signé de lui. Il protestera de même, le 14 septembre 1592, à propos d’un navire d’Aulonne affrété par Jacques Langloys, marchand de Nantes « catholicque et homme de bien » : il exportait vers Lisbonne cinquante tonneaux de froment et trente tonneaux d’orge quand il fut pris par les Espagnols malgré le passeport accordé par Mercœur à son capitaine, en contravention de « la liberté du commerce avecq ung chacun, sans distinction de party arrestée aux estatz de ce pays, comme chose vrayement nécessaire à la manutention d’iceluy208 ».

139Au titre de ce « libre-échange », les collectivités marchandes sous l’autorité de Mercœur obtenaient volontiers des passe-droits. Dans les premiers temps, le duc feignait de solliciter l’accord de S.M. catholique, sous couvert de récompenses à accorder. Il devait par la suite moins s’embarrasser de ces vaines et parfois serviles sollicitations. Le 20 avril 1591, par exemple, le duc supplie le roi d’Espagne

  • 209 Ibid., doc. 56

« d’accorder au sr. de la Mote, négociant les affaires de la sainte Unyon des catholiques es quartiers de basse Bretagne, gentilhomme digne de gratification pour les bons services qu’il a faictz en cette cause et qu’il peult encores faire en lad. charge, où il est par moy employé, qu’en sa faveur et considération quelques marchans catholiques de la ville de Morlaix puissent enlever de lad. ville ou de celle cy [Nantes] et non d’ailleurs, jusques à la quantité de trois mil paques de carisez fins, deux mil pièces de draps larges fin, deux mil paques de milondres, douze cens paques de redins de toutes sortes, huict cens tonneaux de plomb et estain et six cens douzaines de peaux de veau pour les faire mener et conduire en Espagne et y estre venduz a l’utilité publicque, et bien que ce soyent espèces de marchandises d’Angleterre, si est ce que, sortans desd. Villes et appartenant à marchants catholiques, elles ont de cette heure changé de nature. V.M. par ce moyen obligera led. sr de la Motte et lesd. marchans qui ne peuvent débiter à cause de la guerre telle quantité de marchandises en ce pays209 ».

  • 210 Et en Irlande. Le 10 septembre 1591, le maire de Galway se plaint des restrictions du trafic marit (...)
  • 211 G. de Carné, ouvr. cité, I, p. 14.
  • 212 J. Tanguy, Quand la toile va. Industrie toilière bretonne du 16e au 18e siècle. Rennes, 1994. p. 7 (...)
  • 213 Ibid., p. 13. On les appelait « olonas de pondabi », du nom du petit port de Pouldavid voisin d’où (...)
  • 214 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique…, I, p. 118.

140De leur côté, en août 1590, les négociants de Morlaix « trafiquaient fort en Angleterre »210 et particulier les toiles de tout leur bassin de production211. Le commerce lucratif de la toile se poursuivait, en effet, de sa production à son exportation. Jean Tanguy a montré que pendant toute la période difficile de la Ligue, le marché anglais était resté ouvert, à partir des ports de Roscoff, Brest et Lannion, aux toiles léonardes. Celui vers l’Espagne n’était pas moins actif. Au départ de Nantes, André Ruiz, marchand et espagnol naturalisé, continue à adresser à son frère, riche marchand de Medina del Campo, les crées et autres toiles de Bretagne. En 1597, deux navires de Pempoul (port de Saint-Pol-de-Léon) jaugeant 100 et 120 tonneaux, sont arraisonnés en Andalousie. Ils transportaient des crées et toiles de Bretagne pour une valeur de 600 000 livres212. La raison en était stratégique. Les galions espagnols qui se fabriquent près de San-Sebastian de 1596 à 1599 étaient très majoritairement équipés des toiles de Locronan qui « semblent bien avoir équipé une bonne partie de la marine européenne au 16e siècle, surtout la marine de guerre213 ». Si les routes commerciales traditionnelles restaient fréquentées, d’autres pouvaient même s’ouvrir au plein cœur du conflit, comme celle qui permet, dès 1590, d’importer par le port de Roscoffles graines de linette de Flandres, de meilleurs rendement et qualité que « le petit lin commun » ou « lin breton », et une des sources du renouveau de l’économie toilière à venir en Trégor et Léon214.

  • 215 Journal de Louvet.
  • 216 G. de Carné, Correspondance du duc de Mercœur…, I, p. 41 et doc. 146.
  • 217 AD 35, C 2925.

141Le commerce du vin se poursuivait de même, par la voie maritime du Bordelais ou fluviale de la Loire, au besoin sous protection militaire. Le 31 janvier 1590, arrivent à Rochefort deux pataches de Nantes, armées de deux canons. Venues près de la Basmette pour convoyer un bateau plein de vin, elles donnèrent sujet de faire doubler les gardes à Angers215. M. de Lansac, en mai 1591, estimait « en prenant un escu pour thonneau de vin et aultres denrées qui passent à la discrétion » de la place d’Ancenis pouvoir en deux ans tirer 100 000 livres et de quoi payer en outre une garnison de 300 hommes durant ce temps. Nantes poursuivait son commerce avec les Flandres En mai 1592, un vaisseau chargé de marchandises pour les Flandres est pris en Loire par les Espagnols. Les États en demandent la restitution, au nom de la liberté du commerce qu’ils ont décrétée216. L’exportation du sel guérandais et rethais restait active, en particulier vers les ports normands. Les armateurs malouins ou nantais ne refusaient pas les profits provenant des trafics d’armes et de poudre. À la demande du prince de Dombes, le sieur de Coëtcoursault s’était rendu à La Rochelle, « avec les vaisseaux nécessaires » pour y acheter « sept milliers cent vingt-sept livres de poudre à canon », qu’il avait fait conduire à Blavet et qui furent employés aux siège d’Hennebont et de Moncontour en 1590217.

  • 218 Cela peut-être Paimpol (Pempoul en Breton, évêché de Tréguier), ou Pempoul (évêché de Léon, près d (...)
  • 219 « Otros navios de Vanes y Quimper Corentin y de otras partes que tienen el partido de la Union cat (...)
  • 220 Mercœur s’en plaint à Philippe II, lettre du 25 janvier 1594, G. de Carné, Corresmondance du duc d (...)
  • 221 Les Ligueurs de l’exil…, p. 112.
  • 222 Ibid., p. 113.

142Dans les ports de moyenne importance, le trafic n’était pas moindre. Des navires de Vannes, Quimper, le Conquet, Roscoffet Batz, Pempoul218, Lannion, Bréhat, Binic, etc., sont signalés fréquemment, surtout à l’occasion d’un arraisonnement. En septembre 1592, les sept navires de l’escadre de D. Juan de Escalante s’emparent de navires de Vannes et de Quimper-Corentin, et d’autres lieux tenus par la Sainte-Union catholique219. Les barques de Lannion ou d’Erquy traversaient volontiers la Manche afin de rapporter d’Angleterre ou de Flandre « picques, balles et corselets » pour les royaux. Sans parler des armateurs et commerçants malouins qui ne se sont guère préoccupés du conflit en cours que pour en tirer le plus grand profit. Armes et nécessaires pour la guerre venaient de plus loin encore. Mercœur donna passeport à Georges Boucault, marchand de Cologne en Allemagne, de religion catholique, pour mener en Bretagne armes et chevaux. Ce qu’il fit en plusieurs voyages avant d’être pris en mer par les Espagnols220. « L’opportunisme marchand, écrivent R. Descimon et J.-J. Ruiz Ibañez, avait permis à la république malouine d’entretenir ses relations de commerce avec les hérétiques anglais et hollandais, et de la même façon, Saint-Malo tenta de profiter de son alliance avec Philippe II pour maintenir son très profitable trafic avec l’Espagne et l’Italie221. » Et lorsque le blocus fut prononcé sur leurs navires et marchandises quand la ville se soumit à Henri IV en octobre 1594, certains à l’exemple de Julien Launay Longavan ou Jacques Joycet n’hésitèrent pas à « délocaliser » leurs activités en Espagne pour « continuer [leur] trafic en contournant les saisies », et même à se faire naturaliser espagnols222.

  • 223 A. Plaisse, « Le commerce du port de Brest… », p. 542.

143En dépit des corsaires anglais, flamands, espagnols, malouins ou normands, déjà fort actifs avant 1589, le commerce maritime se poursuivait au contraire à un rythme soutenu. Brest n’a pas cessé, de 1591 à 1594, d’accueillir des navires marchands de toutes tailles : ils apportaient le vin, sel et autres denrées, et repartaient chargés de beurre, de céréales, de toiles diverses et de draps. Et pour des volumes d’échanges conséquents. André Plaisse en a chiffré approximativement la valeur pour les deux années 1593 et 1594, et pour les seules marchandises soumises aux devoirs, à « 17 000 livres de sel, plus de 206 000 livres de vin ajoutées à 150 000 livres de toiles et à 27 000 livres de draperies » soit au total 400 000 livres223. Cela signifie aussi que l’arrière-pays de Brest, et particulièrement le Léon, n’avait pas été économiquement dévasté. Et on peut même s’étonner de tels volumes d’échanges à une époque où Brest, qui sortait à peine d’un long blocus terrestre, voyait se bâtir le fort espagnol de Crozon sur la rive opposée de son estuaire et que régulièrement les galères ennemies croisaient dans les parages.

  • 224 Le 7 juillet 1590, le Saint-Pierre rentre à Saint-Malo, venant de Civita Vechia, à l’entrée du Tib (...)
  • 225 Lorsqu’il fut pris par la tempête, le 12 décembre 1595 et drossé à la côte, le capitaine Bastian d (...)
  • 226 Le Grand Charles de Saint-Malo revenait de Tripoli, en Syrie, lorsqu’il fut arraisonné, en 1594, p (...)
  • 227 G. de Carné, La Correspondance du duc de Mercœur…, I, doc. 97.

144Saint-Malo, Nantes, Morlaix, Roscoff, Le Conquet, Bourgneuf, Paimpol, comme en témoignent notamment les sources anglaises, commercent aussi très régulièrement et même intensément, malgré les aléas de la guerre, avec l’Angleterre, l’Irlande, l’Italie224, l’Espagne ou le Portugal225, et même la Syrie226. Un correspondant anonyme s’adressant à Philippe II, en juillet 1591, estimait à 500 000 livres les droits perçus à Nantes annuellement sur les marchandises, à 150 000 livres ceux acquittés à Redon, par où passaient les bateaux « montant et descendant » la rivière de Rennes à Nantes. Il ajoute que « la plus grande quantité de bledz et toilles qui sort de la coste de Bretaigne sortent par la dite rivière et aussi le plus grand nombre de vin monte du long d’icelle et aultres sortes de marchandises et denrées. Ladite dasse (droit sur les marchandises) ne se lève pas à présent pour ce que l’on ne voulloit rien laisser aller aux ennemis qui sont sur cestedite rivière et qui sont les villes de Rennes, Ploermer (Ploërmel) et Malestroit, ennemyes de S.M. ». Les chiffres avancés par cet analyste doivent être vérifiés, mais son propos possède au moins le mérite de résumer en quelques lignes tous les enjeux stratégiques locaux de cette guerre227.

  • 228 A. Plaisse, « Le commerce du port de Brest… », p. 544.

145L’impression d’ensemble qui se dégage de ce survol, aussi paradoxale qu’elle puisse paraître, c’est que la guerre et l’insécurité chronique, si elles ont incontestablement freiné les échanges et redistribué certaines cartes, sont loin d’avoir totalement paralysé l’économie bretonne, encore moins son dynamisme marchand et ses capacités de production. Pour en comprendre les raisons, on aimerait être mieux renseigné par exemple sur Joseph des Anges et Yves Lizac, négociants de Brest, Jehan Legac, Malouin trafiquant à Recouvrance, et Jehan le Bescond, marchand roscovite, inconnus par ailleurs, mais capables financièrement, en 1597, de prêter 19 000 livres à Sourdéac pour armer des navires de guerre228.

  • 229 Le peintre Pierre Bourriquen, dit le Vieux, travaillait en l’église de Sibiril (év. Leon), en 1590 (...)
  • 230 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne. Un millénaire, éd. Ouest-France, Rennes, 1995, p. 146. On (...)
  • 231 B. Restif, La Révolution des paroisses…, p. 62 et 64.
  • 232 Ce dernier vitrail en la nouvelle chapelle seigneuriale d’Espinay, il est vrai. B. Restif, La Révo (...)
  • 233 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne…, p. 175-176. Cette sablière daterait de 1608. Voir S. DUH (...)

146On manque d’une information générale sur les constructions réalisées en Bretagne durant la guerre, mais il est certain que l’activité du bâtiment religieux paroissial rural au moins ne fut pas totalement paralysée : les paroisses léonardes de Landivisiau et Commana entament la construction de leur clocher, respectivement en 1590229 et 1592, celle de Saint-Thégonnec (év. Léon) commence en cette même année 1592 l’érection de son grand porche monumental230. À Gévézé (év. Rennes), de 1594 à 1595, un enclos ceinturant l’église et le cimetière est bâti, et l’ossuaire refait pour 200 livres231. Plus significatif encore, en 1594, à une époque où les églises n’étaient pas protégées des vandales, des vitraux à sujets religieux sont installés à Duault (év. Quimper), et à Champeaux (év. Rennes)232. Et l’on peut ajouter la belle chapelle Saint-Sébastien construite au Faouët (év. Quimper) à partir de 1598, et ses sablières sculptées qui présentent « une sarabande diabolique en costume de cour des années 1590-1600, menée par un démon et rythmée par un biniou233 », où il est difficile de ne pas voir un jugement rétrospectif sur la guerre qui vient de s’achever.

  • 234 G. Minois, La Bretagne des prêtres…, p. 74-75.
  • 235 Tableau des recettes de la fabrique de Saint-Jean-du-Doigt, d’après le document publié dans BSA 29 (...)
  • 236 . G. Minois, Un échec de la réforme catholique…, I, p. 138. Même si les recettes relatives au culte (...)
  • 237 . Ibid., I, p. 260.

147Quand il y eut tassement, la reprise ne se fit pas attendre. Aussitôt la paix signée, les offrandes dans les lieux de pèlerinage reprennent rapidement leur niveau d’avant 1589. À Tréguier, la moyenne annuelle des recettes et offrandes lors des pardons et pèlerinages atteint même au début du XVIIe siècle un niveau jamais égalé234. À Saint-Jean-du-Doigt, les recettes de la fabrique provenant du revenu des terres et des offrandes commencent, dès l’exercice 1599-1600, une nette reprise et retrouvera bien vite leur niveau d’avant la guerre235. De même, à Tréguier, le montant des offrandes lors de la Saint-Tugdual (en début juin) qui s’élevait à 151 livres en 1581 et 176 l’année suivante, tombe à une dizaine de livres entre 1590 et 1594. « Mais la croissance reprend ensuite de plus belle, portant la courbe à des maximums absolus entre 1600 et 1630 : 202 livres en 1602, 207 livres en 1604, 214 livres en 1613236. » Le montant des offrandes lors de la Saint-Yves (le 19 mai) suit une courbe de variation similaire, confirmant ce mouvement d’ensemble. La moyenne annuelle des revenus de la fabrique de la cathédrale qui était de 1 390 livres de 1561 à 1570, baisse à 900 livres entre 1581 et 1590, chute à 743 livres dans la décennie suivante, avant de remonter à 1 618 livres entre 1611 et 1620, puis à 1 745 livres entre 1621 et 1630237. À Morlaix-Saint-Melaine, la progression est également significative. Si les amplitudes sont moindres, elles montrent seulement que le conflit avait été aussi moins durement ressenti à Morlaix qu’à Tréguier. Il est vrai que les revenus de ces fabriques reposaient essentiellement sur le foncier bâti, la location d’espaces marchands, les offrandes et le casuel, et qu’ils échappaient plus que d’autres à la crise des terres agricoles, fermes et convenants, plus nettement marquée et plus durable.

148Au tournant du siècle, le commerce des toiles de lin repart de plus belle. À Morlaix, de 20 000 pièces de cent aunes en 1560, et après être tombé à 15 000 en 1600, le trafic des crées était remonté à 22 000 pièces en 1605 avant de culminer à 30 000 en 1640. L’analyse des manifestations artistiques et architecturales confirme le retour de la prospérité : « Un peuple vraiment abattu à tous égards, disait justement Henri Waquet, n’élève pas un calvaire comme celui de Plougastel-Daoulas qui est de 1602, il n’orne pas ses églises de gracieux bénitiers à colonnes et dômes comme celui de La Martyre qui est de 1601. » On ne construit pas non plus, comme à Plestin au tournant du siècle, trois chapelles en quinze ans, ni un nouveau palais épiscopal à Tréguier (1605) ; et pas davantage le calvaire à personnages (1610) et le grand clocher (1599) de Saint-Thégonnec (paroisse dont les recettes paroissiales progresseront régulièrement de 726 livres cette année-là à 2 912 livres en 1696), le porche de Guimillau (1606), ces deux dernières étant situées, il est vrai, dans la région toilière du Léon plus que d’autres épargnée par la guerre.

  • 238 J. B. Collins, La Bretagne dans l’État féodal…, p. 152, 153 et 173.

149Passé le temps des surimpositions de temps de guerre, particulièrement lourdes dans l’ouest de la Bretagne, la charge des impôts directs va brutalement diminuer du fait de l’abandon de certaines levées, et de la réduction des effectifs de l’armée royale dans la province. Les États de 1598 suppriment la surtaxe sur les fouages. L’impôt prélevé pour les garnisons passe de 165 000 livres par mois, en 1597, à 65 000 livres dès l’année suivante, et les taxes indirectes sur la vente du vin, retenues par les États pour financer l’onéreux voyage d’Henri IV en Bretagne et les ralliements des derniers ligueurs, vont baisser dès 1598 de plus de 16 % pour le vin étranger et plus de 53 % l’année suivante pour le vin breton238.

  • 239 J. Cornette, Histoire de la Bretagne…, t. I, p. 520.

150Le traumatisme provoqué par un conflit relativement bref (si on songe que certaines provinces l’ont subi pendant trente-cinq ans) mais particulièrement violent et aux effets politiques et sociaux pérennes, avait sans le briser ralenti seulement, et pour un temps, le développement de la Bretagne. Le « petit Pérou » possédait d’étonnantes ressources. Elles lui permettront de reprendre rapidement un nouvel essor. Pendant quelques décennies encore, en dépit de certaines conjonctures malheureuses, « un âge d’or breton allait contraster avec le sombre et triste XVIIe siècle qui marque alors une majorité des provinces du royaume239 », avant que le marasme à son tour n’englue la Bretagne, et que la chape de plomb d’un pouvoir de plus en plus omniprésent et pourtant de plus en plus lointain ne parvienne à étouffer ses potentialités.

Notes

1 BnF, ms. fr. 22311, f° 237-239.

2 On peut rappeler, par exemple, les dégâts causés par les Espagnols à Caudan, le 15 avril 1593, qui brûlèrent selon l’estimation de Jérôme d’Aradon « des maisons et des bleds pour trente mille escus », J. d’Aradon, Journal de Messire Jérôme d’Aradon…, p. cclxxv.

3 Louis (de) Constantin, écuyer, sieur de Rostaing.

4 AD 29, 1 E 103/2.

5 Gabriel du Cloux, sieur du dit lieu et de la Forest. Ce gentilhomme poitevin était capitaine dans l’armée de Montpensier. Il fut un des prédateurs de ce temps, à l’exemple de La Fontenelle dont il contribue pourtant à la capture.

6 Je n’ai pu identifier avec certitude ce du Matz (ou Dumas ?). Mais il ne peut s’agir ici ni de Jean du Matz, sieur de Montmartin, ni de son fils, le sieur de Terchant, ni de leur parent Jean du Matz, sieur de Broussais-Saint-Gravé, tous royalistes.

7 Roche-Giffart (La), sieur de La Mouche, capitaine de 100 chevaux légers. Il était cadet de la maison de La Roche-Giffart [AD 22, 2E 394].

8 G. Satin, « Livre de Raison… ».

9 Publiée par A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles…, t. II, annexe no 5, p. 1263-1264.

10 Durant la trêve, le rançonnement comme action militaire était en principe banni. Les prisonniers faits durant ce temps ne pouvaient être déclarés « de bonne prise ». Cela n’empêchait pas les séquestrations et rançonnements « à titre privé ».

11 Une troupe combattante échappe cependant à cette condamnation : les Suisses ou lansquenets. Leur régiment, qui ne dépassa jamais les 1 200 hommes (AD 35, C 2644, États de décembre 1594-janv. 1595, entretien d’un régiment suisse de 1 200 h, à quatre compagnies), est présent en Bretagne tout au long du conflit dans les rangs de l’armée royale. Exemplaires par leur esprit de corps, leur stabilité opérationnelle, souvent décisifs dans les combats (ceux de Cesson ou Kimerc’h par exemple), ses soldats sont aussi d’une totale discrétion. Aucun d’entre-eux, à ma connaissance, n’apparaît dans une affaire de vol, sac, pillage ou meurtre. Aucune exaction, hors des assauts de place, ne leur est attribuée (exception faite, peut-être, conjointement aux Anglais, à Mauron (év. Saint-Malo), en septembre 1592, si l’on en croit du moins une note dans le registre baptistaire de cette paroisse). Même placés en garnison dans les villes, ils sont appréciés de la population : « Quand aux Souisses qui estoient a Saint Hellier [Rennes], ils estoient bonnes gens qui ne prennoient rien sans payer, comme ils etoient audit Saint Hellier et avoient leurs hostes, grande peur qui leur vint, vingt ou trente francois au lieu de deux cens souisses qu’ils etoient » (Journal de Pichart, édition A. Rolland). Après la litanie de cruautés, vols, dégâts commis à Châteaugiron lors des nombreux passages des troupes et qu’il vient d’évoquer, Duval tient à préciser dans son Journal : « J’avois oublié une compagnie de Souisses qui passa par cette ville un peu après Pâques l’an 1593, qui ne nous firent pas beaucoup d’ennui » (A. de Barthélemy, Choix de documents inédits…, deuxième partie, p. 119).

12 La première mention date du 21 mai 1597. La dernière du 5 mars 1598.

13 Conseil de M. de Lansac au roi d’Espagne sur la façon de venir à bout des Bretons. Mémoire du 7 mai 1591, G. de Carné, Correspondance du duc de Mercœur…, I, doc. 62, p. 41.

14 Les registres BMS manquent totalement pour cette période à Fougères, Lannion, etc. Mais ces pertes peuvent parfois être consécutives à des aléas postérieurs à la Ligue. Sur le nombre et la nature des registres paroissiaux du XVIe siècle en Bretagne, sur leur conservation et la qualité de leur enregistrement, voir A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles…, t. I, p. 74-115.

15 Voir à ce sujet le commentaire figurant au registre de sépultures de Saint-Méloir-des-Ondes, noté après un acte du 16 février 1598.

16 « Nota que en cette année 1597 a esté unne grand chierté et famine, car il est mort plusieurs hommes de faim. Le bouesseau de blé mesure de St Men valloinct quatre escuz quelque samedy » [jour de marché] (BMS Loscouët-sur-Meu).

17 Moreau, édition Le Bastard de Mesmeur, p. 292.

18 À Châteaugiron, en septembre 1591, « il mourut beaucoup d’habitants à raison de l’infection que laissèrent lesdits Anglois » (Duval, Journal…, p. 113). L’armée anglaise était en effet, de l’aveu même de son général, en proie à une épidémie chronique attestée dès le 20 août 1591 (PRO, SP 78/25, f° 185). Après le siège manqué de Lamballe, « plusieurs maladies avoient saisi les Anglois… » dit Montmartin (« Mémoires de Jean du Mas… », p. ccxcl). À Quimper, en 1594, un pic de mortalité suit l’arrivée des troupes de d’Aumont : « Depuis le 11 d’octobre que le maréchal entra en cette ville, jusques au mois suivant, on enterra dans la ville et fauxbourgs dix-sept cents, tous de cette maladie. » (BMS Quimper.)

19 Voir sur ce point A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles…, t. I, p. 271-283.

20 Les soldats anglais – dont je n’ai trouvé aucune sépulture attestée – ou Espagnols, par exemple, et les soldats des compagnies huguenotes (hors registres protestants).

21 Je n’ai relevé que quelques exemples de sépultures collectives : à Vitré : « […] le massacre fut faict au chastiau de Vitre de ceulx qui volloinct prendre ledit chastel, et en fut tue 26 et 3 qui furent pandus […], et ont esteenteres au semetiere de sainct Martin, et en a este mins 18 en unne fousse » (Saint-Martin, 17 avril 1590. Les registres de Notre-Dame, en cette même ville, parlent à cette occasion de 27 « corps ») ; Malestroit (« Plusieurs corps de nos ennemis après le siège levé furent en deux fosses ensépulturé au simetiere sainct Michel, lesquels furent trouves en la dove [douve] et aultres lieux, desquels je ne saies le nom » (10 ou 11 février 1591) ; et peut-être à Saint-Thual en mai 1595 pour dix hommes (voir A. Croix, Moi, Jean Martin…, p. 52).

22 A. Croix, Moi, Jean Martin…, curés « journalistes » de la Renaissance à la fin du 17e siècle, ouvr. cité.

23 Ibid., p. 37 à 60. Parfois une liste nominative des victimes est donnée comme à Plestin ou Saint-Méloir.

24 Les registres de Vitré, catholiques et protestants, ceux de Malestroit, et à un degré moindre ceux de Broons sont plus particulièrement riches de notations relatives aux victimes de la guerre.

25 Cependant, même l’examen des seuls registres paroissiaux existants ne permet pas de conclure, comme le faisait A. Croix, que « la guerre en elle-même, prise isolément tue directement fort peu » (La Bretagne aux 16e et 17e siècles…, t. I, p. 356). En admettant les motivations crapuleuses de beaucoup d’homicides, et sans parler des batailles réglées mettant aux prises des troupes souvent foraines, on ne peut oublier que cette période fut aussi, à bien des égards, une guerre de partisans. L’effet de ces pertes sur la démographie bretonne ne peut, de ce fait, être tenu pour négligeable.

26 PRO, Calendar of State Papers, Domestic Series, Elizabeth, 1595-1597, vol. CCLIII, f° 79.

27 A. de Barthélemy, Documents inédits…, p. 235.

28 Présentée par un ensemble de paroisses cornouaillaises, elle avait pour objet d’obtenir des déductions fiscales.

29 A. de Barthélemy, ouvr. cité, p. 242.

30 Nantes et le pays nantais au XVIe siècle : Étude démographique, Paris, SEVPEN, 1974.

31 A. Croix, L’Âge d’or…, p. 69.

32 C. Berger et Fr. Racine, Du côté de Perros. Perros-Guirec, des origines à 1945, La Tilv éditeur, Perros, 1994, p. 201.

33 Mais où donc étaient-elles inhumées, et dans quelles conditions ?

34 C’est aussi le pourcentage établi par J. R. Hale, War and Society…, p. 119, mais il le fonde sur 20 000 soldats anglais engagés en Bretagne [id., p. 63] ce qui est excessif. Le chiffre que j’ai retenu est celui que l’on peut déduire de la correspondance du général Norreys.

35 Déposition de François Bigot, drapier, devant le sénéchal de Rennes, le 23 juin 1589, (BSA 35, t. XLI, 1911, p. 170-171).

36 Les comptes de la fabrique mentionnent pour l’année 1596 que « pour dépens et salaire d’avoir esté curer nétoier ladite église, à cause des motes et atraicts qui y avoient esté portés pour faire forts et terrasses pour la garder des gens de guerre qui y faisaient la garde contre les Espagnols de Primel, et aussy netoier les mazières [murs] de ladite église à cause de la fumée » la fabrique dut débourser « seize réalles soit 60 sous, 6 deniers ». BSA 29, t. XL, 1913, p. 22.

37 Registre de Lamballe, 16 juillet 1591 : « Et le dit jour le Prince de Dombes et son armée prend lad. ville de Lamballe et le clergé et habitans et gens de guerre sestoient retirez et refugiez au chasteau et en lad. eglise. »

38 B. Restif, La révolution des paroisses…, p. 116.

39 Cité par J.-B. Delaporte, Recherches sur la Bretagne, Rennes, 1823, t. II, p. 324

40 PRO, SP 78/35, f° 107, doc. 125 des Preuves en annexe. Norreys prétendait le 26 octobre 1593 avoir « charge expresse de Sa Majesté (la Reine) de ne rien souffrir qui puisse offenser les consciences des papistes qui suivent le roi », PRO, SP 78/32, f° 237. Cette fureur supposée anti-papiste des troupes anglaises avait aussi été dénoncée par les États de Rennes. Le 4 janvier 1593, ils adressent au roi une remontrance pour se plaindre des crimes et exactions diverses commises par les Anglais, de façon apparemment ciblée et fanatiques contre les catholiques et leurs symboles : « Les gens de guerre étrangers et autres lesquels ont entré audit pays sous votre autorité ont profané, bruslé, pillé et volé les églises, rançonné et massacré les prestres, répandu le sang jusque sur l’autel, foullé les Saints Sacremens aux pieds et commis toutes autres espèces d’indignités que pourroient inventer et faire les plus conjurés ennemis de l’église apostolique et romaine. » Dans l’abondante correspondance échangée par sir John avec sa hiérarchie et ses officiers, rien ne permet de penser que de tels comportements relevaient d’une intention délibérée, encouragée par le commandement anglais. Celui-ci, au contraire, multiplie les mises en garde pour éviter ce genre de situation : il craignait d’attirer sur son contingent l’animosité d’une population déjà plus que suspicieuse à son égard et dont sa sauvegarde dépendait largement. On peut donc se demander si une partie de ces accusations ne relèvent pas d’un fantasme xénophobe et anti-réformé, et si elles n’attribuent pas, de ce fait, exclusivement aux troupes anglaises des comportements universellement répandus dans les armées du temps. Les trésoriers de Bazouges-La Pérouse les accusent d’avoir brisé les portes de l’église et d’y avoir volé deux calices, le 13 mai 1590, alors que les Anglais de Normandie étaient à ce moment positionnés à Dieppe, et qu’ils ne débarqueront en Bretagne que l’année suivante. Beaucoup d’accusations de cette nature se porteront aussi sur les troupes venues de Normandie et pour une bonne part formées de huguenots. Quant à l’assassinat de prêtres et au sac d’églises, même les ligueurs et les catholiques Espagnols auraient à en répondre.

41 L. de Villers, BSA 35, 1897, p. 198-199. La date cependant est douteuse. On lit dans Piré que le couvent des Carmes, hors de la ville de Ploërmel, avait « été détruit par le prince de Dombes, après qu’il eut repris la ville » (en mars-avril 1591) « de crainte que l’ennemi ne s’y loge en cas de siège ».

42 En 1600, les États accorderont 50 écus pour aider à sa réédification. Il se trouvait hors-les-murs, au Bourgaux-Moines. AD 35, C 2886.

43 AD 29, 1 E 431.

44 Sans doute François Tournemire, baron de Camsillon.

45 Sermon pour la mémoire du père Bourgoing, Nantes, 1590.

46 Le cordelier pendu à Rennes, appelé Jean Perche, de la paroisse de Cesson, avait été pris le 12 avril 1590 porteur de lettres qu’il adressait « à ceulx de la Ligue à Chasteaubriand » (Journal de Pichart). Celui d’Auray semble bien être le moine arrêté porteur de dépêches qu’il adressait au sieur de Rascol révélant un complot contre le prince de Dombes. Il fut pendu lui aussi.

47 Qui pourtant mourut de peur (au sens propre de mourut).

48 AD 35, 1 Bb 78. Les registres de Broons portent que dom Lorent Henry, « fut tué des Angloys d’ung coup d’arquebuze » (5 septembre 1593).

49 Voir l’étude menée par Alain Croix sur huit paroisses rurales proches de Nantes (Nantes et le Pays Nantais…, p. 21-22, graphique no 2). Il apparaît que la rupture dans la régularité des visites épiscopales est effective ici dès 1585, probablement aussi en raison d’une insécurité plus marquée dans cette région dès cette époque.

50 Ce prêtre ligueur était d’une famille noble originaire de Pleyben. Le chanoine Moreau prétend qu’il y perdit la vie.

51 Dans un passage omis par les mauristes mais rétabli dans l’édition du Journal par Amélie Rolland. « Il fist amende honorable, et incontinent apres, le boureau luy mit sur la teste un cahuel ( !) avec des grezillons [carillon de clochettes] comme a un fol, qu’il eust toujours sur teste jusques a ce qu’il fut pres de le jetter qu’il le luy osta. Il estoit d’un bougrain vert jaune, ce que personne n’avoit guere veu. »

52 Palmat-Cayet, Chronologie novenaire…, t. XL, p. 85.

53 AD 22, G. 443.

54 B. Restif, La révolution des paroisses…, p. 112.

55 Qui n’a jamais compté au plus que 500 à 600 religionnaires avant la Ligue, soit environ 10 % de sa population, A. Croix, L’Âge d’or…, p. 398.

56 On peut, par exemple, soutenir que la Cornouaille et le Léon ont vécu cette guerre selon un rythme et une intensité bien différents, et de ce fait n’en ont pas subi les mêmes effets.

57 Parmi les registres BMS qui rendent compte de ces perturbations morales, économiques et sociales, et de la terreur engendrées par le conflit sur les populations rurales, je signale également le registre des baptêmes de Melrand tenu par le « sub-curé », rédigé en latin, et parsemé de notations diverses sur les événements locaux, les exactions et impositions des soudards, surtout espagnols, et l’état d’esprit de la population. Pour apprécier le poids économique des pillages et des exigences légales ou arbitraires des garnisons sur une collectivité paroissiale rurale, on pourra aussi consulter les comptes de fabrique de Plérin, analysés et partiellement publiés par G. du Mottay (Annuaire des Côtes-du-Nord, t. XXVIII, année 1878, p. 1-92). En cette dernière paroisse, durant la seule année comptable 1597, sont mentionnés pas moins de 29 courses de soldats et 60 exécutions d’huissiers ; encore ne sont-elles relevées que lorsqu’elles concernent directement les finances collectives. Je renvoie aussi, pour une région limitrophe de Bretagne, à la très intéressante et abondante correspondance de Jacques Thibaudeau, procureur fiscal de la baronnie de Montaigu (Archives départementales de Vendée, 1 J 1883).

58 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique…, I, p. 139.

59 Près de 50 ans dans quelques cas extrêmes, comme à Séglier (A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles…, t. I, p. 359, n. 21).

60 En 1619 encore, Pontivy précise à l’administration, à propos des dettes toujours impayées consécutives à la guerre, que « la pluspart des habitans violentez par diverses exécutions faictes en leurs biens se sont retirez de la ville ». J. B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, p. 155, note du tableau 11.

61 A. Croix, Nantes et le Pays nantais…, p. 221, et p. 164-167.

62 Les sondages réalisés par A. Croix, ouvr. cité, p. 167, montrent que « si la paroisse urbaine de Saint-Vincent connaît une forte augmentation de population dès le dernier tiers du XVIe siècle de plus de 50 % en trente ans, celle de Chantepie, à six kilomètres de la ville, voit sa population décliner de 23 % ». Si la guerre n’a pas été le seul facteur de ce mouvement, elle en a été au moins l’accélérateur.

63 AD 22, C 123.

64 Leur requête n’aboutit qu’en 1605.

65 AD 22, 2 E 389.

66 L. Le Guennec, Les Barbier de Lescoët, Quimper, 1991, p. 261.

67 AD 22, B 903.

68 Arch. munic. Guingamp, BB 11, 41, et AD 22, E 911.

69 AD 22, B 903 ; AD 22, 2 E 462.

70 H. Bourde de la Rogerie, « Les abbayes cisterciennes en Bretagne, en 1600 », BAB, 1936.

71 J. Garnier, Le château de la Hunaudaye et l’abbaye de Saint-Aubin, Saint-Servan, 1936.

72 F. Le Bour’his-Kerbiziet, N.-D. de Bon Repos, Quimper, 1948, p. 12. Le marquis de La Roche n’avait pas attendu la Ligue pour s’approprier Bon-Repos puisqu’il s’y était installé en 1583.

73 H. Bourde de la Rogerie, art. cité, p. 41 sq.

74 J. B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, p. 154. Cet historien a mis en évidence un effet inattendu de cet endettement. Contraintes pour l’apurer d’élargir leurs assiettes d’impositions, les communautés urbaines vont après leur désendettement, disposer d’un budget bien plus important qu’avant le conflit. Cela leur permettra de se lancer localement dans des travaux d’aménagements et d’embellissement, et de développer l’assistance aux indigents et aux malades (op. cit., p. 96).

75 A. du Cleuziou, Documents inédits…, p. 80.

76 Elles se montaient à plus de 60 000 livres vers 1600, AD 22, 99 J 33.

77 D’autant que les effets-retard financiers des contentieux résultant de ce conflit se feront encore sentir durant un bon demi-siècle. En 1623, la chambre des comptes de Bretagne ouvre une information sur le préjudice causé au fermier des deniers communs de la ville de Quimper par les courses des garnisons de Crozon, Concarneau et Douarnenez, de 1595 à 1597 (AD 44, B 625, f° 77). En 1626, N. Desportes est député par le clergé, la noblesse et le tiers état de l’évêché de Léon pour recevoir leur part du remboursement du prêt de 200 000 écus fait en 1598, il procédera sans délais à la répartition des fonds (AD 44, B 627, f° 110). En 1631 seulement est liquidé le compte des deniers levés sur les habitants de Batz et du Croisic, en 1598, pour le paiement des 10 000 écus par eux dus au sieur Grezil de la Tremblaie, et le règlement de l’indemnité payée à divers habitants retenus prisonniers à raison de cette dette (AD 44, B 631, f° 46). En 1637 sont remboursées des dépenses faites par Ch. Gouyon de la Moussaie pour l’entretien de 25 cuirasses et de 47 arquebusiers à cheval dans le château de Tonquédec de mars 1589 à mai 1591 (AD 44, B 635, f° 145). Il faut attendre 1641 pour que soient levées les poursuites intentées aux héritiers de Jean Lamolen, miseur de Quimperlé en 1594, à cause de pièces comptables détruites par les gens de guerre du sieur de la Magnanne et par les Espagnols (AD 44, B 639, f° 30). En 1642, une enquête civile est instruite relativement au pillage de l’abbaye de Lantenac par le sieur de La Magnane, plus de cinquante ans auparavant (AD 22, H 322).

78 Annuaire des Côtes-du-Nord, t. XXVIII, année 1878.

79 AD 22, 2 G 70.

80 B. Restif, La révolution des paroisses…, p. 116-118.

81 Ibid., p. 118.

82 Quelques grands féodaux auront profité de cette guerre pour arrondir leurs domaines. La famille de Goulaine, par exemple, doublera ses possessions foncières (S. Peron, La famille catholique des Goulaine et son réseau nobliaire pendant les guerres de Religion [1562-1602], Angers, UCO, 1996, p. 119). Encore faut-il distinguer superficies foncières et revenus. Mais l’étude d’ensemble reste à faire. Il serait fort étonnant qu’elle donne pour la Bretagne les mêmes résultats que ceux trouvés par Jean-Marie Constant dans sa thèse (Nobles et paysans en Beauce aux XVIe et XVIIe siècles) pour la Beauce où 53 % des nobles engagés dans la guerre augmentèrent le nombre de leurs seigneuries, 25 % le maintinrent. Au moins peut-on dire qu’en Bretagne aussi le paysage féodal s’en trouva modifié.

83 AD 29, 1 E 431.

84 Sourdéac de son côté prétendra avoir « avancé » plus de 300 000 livres, entre 1591 et 1597 pour entretenir la garnison de Brest et subvenir aux réparations du château. A. Plaisse, « Le commerce du port de Brest… », p. 538, n. 167.

85 Abbé Guillotin de Corson, Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Bretagne, Nantes, 1902, p. 115.

86 M. Nassiet, Noblesse et Pauvreté…, p. 376-380.

87 AD 29, 1 E 434/4.

88 H. Heller, Iron and Blood. Civil Wars in Sixteenth-Century France, 1991, Queen’s University Press, p. 112.

89 Les évêchés qui ont le plus souffert du conflit semblent bien aussi posséder le taux d’urbanisation le plus faible. En 1584, le pourcentage de la population urbaine calculé par J. B. Collins (La Bretagne dans l’État royal…, ouvr. cité, p. 51, tableau 1) s’établit pour les évêchés de Nantes à 21,7 ; Rennes, 18,6 ; Saint-Malo, 14,4 ; Vannes, 13,7 ; mais Tréguier, 11 ; Cornouaille, 9,4 ; Saint-Brieuc, 6 ; Quant à celui de Léon, probablement le moins marqué par la guerre, il possède le plus faible pourcentage (5), et prouve une nouvelle fois combien son cas est singulier et mérite plus que quelques remarques incidentes.

90 Mesure de Redon, 3 dal 634 ml.

91 N. Le Coq, Baptesmes, mortuages…, p. 59. À Redon, comme en beaucoup de villes, il faut faire garder par des soldats les réserves de grains pour éviter les pillages.

92 Sur la cherté de 1596-1597 et sur ses effets, voir A. Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles…, t. I, p. 279-283.

93 Moreau, éd. Le Bastard de Mesmeur, p. 377-387. Un prêtre de Savenay (probablement Julien Michel), dans le registre de baptêmes (année 1597), a présenté cette misére à sa façon, en vers de mirliton, mais avec autant de pathétique :
« De lan mil cinq centz quatre vingtz dix sept
Aux moys de may juign et juillet
Le septier de seigle valloict commu(ne) ment
La somme et numbre de trante frans
Du fourment aussi pareillement
Le septier valloict trante et deulx frans
Jamays unques homme vivant
Ne lavoict veu valloir autent
La cherté par my le munde estoict si grande
Que jamays homme ne lavoict veu de congnoissance
Les hommes, femmes et jeunes enffens mouroinctz en divers lieux
De faing. Rien ne trouvoinctz pour soustenir leurs pouvres cœurs
Bouvriers agrestes alloinctz chercher par my les champs
Ancorres trouvouictz ilz peult souvent
Gaingnaige menu a grand cherté
Que jamays homme vivant ne lauroict veu si cher
Le bled noir le septier valloict communement
La somme et numbre de vingt et quatre frans
Et aussi faiczoict le mil pareillement
Et aultres gaingnages aux priis de largent
Le munde part les foyres et marchez ne cherchoins que du pain
Car pour lors anduroinctz grand besoign
Les pouvres jusques a vingtz lieulx la ronde
Mouroinct de fain en grand numbre
Encore quon eust princt des vivres en grand numbre
Ne resatiast le pouvre munde
Priend Dieu et la Vierge Marie
Quilz nous puisse ouster ceste famine
Et aussi de touttes guerres, pestillance et despicdemye
Et nous doinctz son paradis la sus
Où est chanté puer nobis natus. Amen Jesus. »

94 BMS Morlaix, Saint-Melaine.

95 A. Croix, La Bretagne aux XVIe et XVIIe siècles…, t. I, p. 282, tableau 43.

96 Et un autre en février 1599. On parle toujours de « bestes sauvages » sans autres précisions.

97 « Sur 36 victimes dénombrées [en Bretagne], j’en compte 23 pour la seule année 1598, et 11 des 13 autres entre 1599 et 1612 : les registres confirment ainsi très largement les affirmations du chanoine Moreau. » (A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles…, t. I, p. 369.) Il s’agit bien entendu des cas mentionnés dans les registres paroissiaux qui ne sont ni complets ni prolixes pour la plupart.

98 J. Moreau, Mémoires…, édition Le Bastard de Mesmeur, p. 381.

99 J. Louvet, « Journal ou récit véritable… », p. 314.

100 Sur le problème général du loup, consulter J.-M. Moriceau, Histoire du méchant loup. 3 000 attaques sur l’homme en France, XVe-XXe, Fayard, 2007, qui interroge, parfois indirectement, sur la crédibilité des sources (essentiellement les registres paroissiaux), et sur l’attribution au seul loup de toutes ces attaques anthropophagiques qui laissent sceptiques beaucoup de naturalistes spécialistes du « canis lupus ».

101 AD 44, E 827.

102 Olivier de Gourcuff, Gens de Bretagne, Paris, E. Le Chevalier, 1900, p. 168 et 173.

103 A. Croix et F. Roudaut, Les Bretons, la mort et Dieu, Messidor/Temps actuels, 1984, p. 90-91.

104 La Sorcière au village, Paris, Gallimard-Julliard, 1991.

105 La Peur en Occident (XIVe-XVIIIe). Une cité assiégée, Paris, Fayard, 1978.

106 BMS, Vitré, par. Notre Dame.

107 AD 44, E 3613 (Bourgneuf) : « Le jour de Saint-Sylvestre, dernier jour de décembre 1598, une grande maré et vimer s’anfla et creu tellement qu’elle crouya thout les terre et blé des métairyes et anmena thout le sel qui estoict atessé le seur les marois et noya plusieurs bestial, come beuffes, vache et brebialle tant à village de Mayes Malchousie et les deux Rivières des Geuirins que celle de Peny May et en fonda thoute la basse reue de cette ville de Bourgneuf et aporta le clocher des Cordelliers de Sainct-Françoys de ce dit lieu. »

108 Montmartin achève également ses Mémoires sur une notation de nature apocalyptique, en rapportant le traité passé entre le roi et Mme de Mercœur : « […] tout fut conclud et arresté ce me semble le cinquiesme de Mars mil cinq cens quatre-vingt-dix-huict, à heure remarquable lors que finissoit la grande Eclipse du Soleil. Par ainsy éclipsa le grand pouvoir & auctorité de Monsieur de Mercœur. » (Montmartin, « Mémoires de Jean du Mats… », p. cccxvj.)

109 Palma Cayet, Chronologie novenaire…, XII, 1re partie, p. 229.

110 AD 44, B 601, registre, f° LV v°.

111 Rosnyvinen de Piré, Histoire de la Ligue…, t. I, p. 295.

112 J. Pichart, Journal…, col. 1703.

113 BSA 29, 1885, p. 273.

114 A. de Barthélemy, « Cahier pour les affaires de la ville… », documents, p. 19.

115 G. de Carné, Correspondance du duc de Mercœur…, I, doc. 140.

116 Le magister Duval, de Châteaugiron, note dans son Journal (A. de Barthélemy, Choix de documents inédits…, deuxième partie, p. 118) : « On a abattu nos maisons, la plus grande part de ce qui restoit sur bout (sic), abattu plus de 3 000 pieds d’arbres, mis les jardins à lande. » En voyant sa cité « déserte et presque totalement ruinée », il ne peut que la comparer à Troie : « Nunc seges ubi Troia fuit. »

117 M. Duval, « La démilitarisation des forteresses après la Ligue », MSHAB, t. LXIX, 1992, p. 283-305.

118 Enquête du 9 janvier 1593, AD 22, G. 429.

119 BMS Marcillé-Robert.

120 AD 35, 13 J 1.

121 Ce diocèse semble aussi avoir été le plus durablement touché par ce conflit comme en témoigne son évolution démographique, économique et fiscale. Voir J. B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, p. 51-52.

122 J. Gallet, Seigneurs et paysans bretons du Moyen Âge à la Révolution, Rennes, éd. Ouest-France Université, 1992, p. 58-59.

123 Supprimées à cause de la désertification de la ville, la juridiction royale s’établit à Lannion en 1592, les Traites et l’Amirauté sont transférées à Morlaix.

124 13 novembre 1590. « Pour vériffier les lettres du Roy touchant la translation de l’Université de Nantes en ceste ville », Registres de délibération du conseil de ville de Rennes, BB 476, f° 89.

125 Arch. munic. Rennes, BB 485, CC 944.

126 BSA 29, t. XIX, 1892, p. 162.

127 Arch. munic. Rennes, BB 478.

128 Frotet, Mémoires…, p. 204.

129 AD 22, 72 J 8 ; 117 J 1 ; 2 E 297.

130 AD 22, E 1550.

131 AD 44, 2 E 557, procès-verbal du 13 mars 1597. Ainsi furent perdues une bonne partie des archives des maisons « de la Provostière, la Rembaudière, la Chastaigneraye, la Riaire et autres terres ».

132 AD 22, 2 E 574, déposition du 22 janvier 1598.

133 Histoire de Saint-Brieuc et du pays Briochin, sous la direction de Cl. Nières, Privat, 1991, p. 63.

134 B. Restif, La révolution des paroisses…, p. 118.

135 J. Gallet, La seigneurie bretonne…, p. 453.

136 Commandant Faty, « Les hôpitaux de Quimper avant la révolution de 1789 », BSA 29, t. X, 1883, p. 352.

137 AD 22, 2 E 398.

138 J. Gallet, La seigneurie bretonne…, p. 289.

139 AD 22, E 2891.

140 BnF, ms. fr. 8292. Cité par J. Gallet, La seigneurie bretonne…, p. 291.

141 J. B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, p. 172.

142 AD 22, 2 E 997.

143 H. Carré, « L’amnistie de 1598… », p. 168.

144 L. Anquez, Histoire des assemblées politiques des réformés de France, 1573-1622, Paris, 1859, p. 179.

145 G. de Carné, Les États de Bretagne…, t. I, p. 232.

146 Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence, donnée par Me Denisart, t. III, Paris, 1774, p. 749.

147 Ch. Robert, « Les États de Bretagne à Vannes », BAB, 1899, p. 179.

148 G. de Carné, Les États de Bretagne…, t. I, p. 232.

149 AD 35, Papiers des États de Bretagne, C 2645, années 1597 à 1600.

150 H. de La Villemarqué, Le Barzaz-Breiz, chant XXXIX.

151 Mémoires du duc de Sully, t. II, Paris, 1827, p. 442.

152 Henri IV, Lettres…, édition Berger de Xivrey, IV, 323-324.

153 La Ligue et Henri IV, Paris, 1843, p. 3-5.

154 AD 22, C 123.

155 Arch. munic. Nantes, BB 24, lettre du 8 mai 1599.

156 Arch. munic. Nantes, HH 38. Ce Joubert se paraît du titre de « prince des Soz (sots) et premier cheffde la Sotize en Isle de France ». La Satire Ménippée lui fait jouer un rôle ridicule à propos de son procès avec les comédiens de l’Hôtel de Bourgogne. Doit-on voir dans sa nomination l’expression d’une joyeuse plaisanterie royale à l’égard de la cité rebelle ?

157 J. B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, p. 97.

158 Arch. munic. de Rennes, EE 137.

159 AD 35, C 2645, f° 585 ; C 2647, f° 362.

160 Ibid., C 2648, f° 43.

161 « By the end of the reign’, the king and his government had established an organized and centralized structure for the control of the financial administration of the towns. » R. Trullinger, The Royal Administration…, p. 317. Ce n’est cependant pas l’opinion de R. Descimon (« L’Échevinage Parisien sous Henri IV, 1594-1609. Autonomie urbaine, conflits politiques et exclusives sociales », La Ville, la bourgeoisie et la Genèse de l’État, Paris, Éditions du CNRS, 1988). Mais son étude qui se fonde essentiellement sur le cas particulier de Paris est loin de caractériser l’attitude du roi à l’égard des villes, petites ou moyennes, de province et particulièrement de Bretagne.

162 Henri IV, Paris, 1990, p. 792-796.

163 Ibid., p. 260-262.

164 Le 30 octobre 1596, un arrêt du Conseil d’État assigne au conseiller d’Attichy 10 écus par jour, pour toute la durée de sa mission en Bretagne, (AN. E 1b, f° 65 v°).

165 Dès le 20 décembre 1596, un arrêt du Conseil d’État assigne devant lui Me Nicolas Fyot, receveur général des finances en Bretagne, et le procureur général en la chambre des comptes, pour qu’ils s’expliquent au sujet de l’arrêt par lequel ladite chambre des comptes de Bretagne a annulé les états dressés par le sieur d’Attichy, commissaire (AN, E 1b, f° 178, v°). Autre arrêt rendu à ce propos, le 18 octobre 1597 (E 1b, f° 232 r° et ms fr. 18 161, f° 44 r°).

166 Je renvoie à N. Valois, Inventaire des arrêts du Conseil d’État (Règne d’Henri IV), Paris, Imprimerie nationale, 1886, 2 tomes, particulièrement aux nos 3602 (cassant plusieurs arrêts de la chambre des comptes de Rennes et lui interdisant toute connaissance du fait de l’Extraordinaire des guerres) ; 4813 (arrêt faisant défense au Parlement de plus ordonner directement ou indirectement des finances de Sa Majesté, 20 août 1598) ; ainsi que les nos 3930, 4870, 4979, 5564, 5779, etc., cassant d’autres arrêts des chambres dites souveraines de Bretagne.

167 N. Valois, Inventaire des arrêts…, arrêt no 6090 (10 octobre 1600).

168 J. B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, p. 162.

169 Journal de Pichart, édition Rolland.

170 « Les souscripteurs les plus puissants – Brissac, le Parlement, la Chambre des Comptes – sont les premiers à recouvrer leur argent », J. B. Collins, La Bretagne dans l’État royal…, p. 194.

171 J. B. Collins, id., p. 194.

172 Ibid., p. 197.

173 Ibid., p. 196.

174 Ibid., p. 196.

175 Ibid., p. 195.

176 G. Saupin, Nantes au temps de l’Édit…, p. 48.

177 Ibid., p. 240-244.

178 G. Saupin, « Le corps de la ville de Nantes sous Henri IV… », et V. Le Gall, « Le présidial de Nantes… ».

179 BnF, ms. fr. 22311, f° 266.

180 Vallidation generalle de tout ce que le sieur de Sourdeac a faict et executte durant ses guerres au moys d’aougst 1598, AD 35, 23 J 56.

181 Toullault (alias Toullot) (Charles de), écuyer, seigneur de Toullaut et de la Robelinaye. Ce capitaine ligueur est au service de Mercœur dès 1589. En 1591 il est même maître d’un régiment de pied français sous son autorité.

182 Boisvignon est le lieutenant de Toullot. Je n’ai pu identifier avec précision ce personnage qui semble avoir frayé avec La Fontenelle. Il pourrait s’agir de Christophe Berget, sieur de Boisvignon, qui est parrain à Nantes en août 1596.

183 Sur cette affaire consulter H. Carré, « L’amnistie de 1598… », p. 166-167.

184 AB, 1886, p. 167-168.

185 AD 44, B 65, f° 237 v°. La Fontenelle avait, sans doute, par quelque émissaire, adressé sa soumission au roi qui se trouvait à Angers.

186 J. Lorédan, La Fontenelle…, p. 198-201.

187 AD 35, C 3232.

188 Sans doute le 1er mai 1601 à Fontainebleau.

189 AnF, V5 1227, p. 344 v°.

190 Sur ces différents épisodes, consulter J. Lorédan, La Fontenelle…, p. 218-250.

191 La réalité l’était peut-être moins. Un rapport anglais du 30 août 1599 fait état d’informations selon lesquelles La Fontenelle qui a reçu des lettres du roi d’Espagne, a promis de lui fournir 6 000 hommes soldés par lui, pour participer au débarquement qui se prépare en Irlande Elles sont corroborées par celui transmis au Conseil, le 2 septembre suivant, par le gouverneur de St Nicholas Island : « Pray remember the report that is given out of Fontenelle’s levying 6 000 French men for the King of Spain, to be employed in this action, and how possible it is these money should be for him, and these galleys to convey him and his men to the army. » (PRO, Calendar of State Papers Domestic, Elizabeth, 1598-1601, vol. 271-272, p. 300 et 305.) Mais la situation dans laquelle se trouvait alors Guy Eder rendait cette promesse difficilement tenable.

192 Le bruit cependant en courut en Bretagne, comme en témoigne le journal de René Fleuriot (AD 22, 2 E 310). Arch. nat. V5, 216.

193 P. de L’Estoile, Mémoires…, p. 338.

194 Mémoires de Sully, nouvelle édition, t. III, Paris, 1814, p. 107.

195 Cette ostentation judiciaire macabre n’était pas exceptionnelle. Pichart rapporte dans son journal que « le mardy unziesme jour dudit mois de septembre [1590], escuyer Robert de la Bourdinaye, sieur dudit lieu fut pris prisonnier, et accusé d’avoir tué le sieur de Coueditz Pibou, et autres crimes par lui commis, et avec lui un nommé Guy Robert, sieur de Saint Gaudren, finalement le sixiesme jour d’octobre 1590, ledit Bourdinaye, par arrest de la cour fut condamné à estre décapité et sa teste mise sur une lance à la porte de Saint-Michel ». Comme on l’a dit, il en sera de même à Corlay pour un dénommé Rollon en 1598. (Dom Morice, Preuves, III, col. 1719.)

196 AD 35, B. 184 et 849. Les coupables ne semblent pas avoir été identifiés.

197 A. Croix, L’Âge d’or…, p. 275. « La phase de régression ne remet pas sérieusement en cause le contexte général de croissance [démographique]. Dès la décennie 1601-1610 en effet, la plupart des paroisses ont retrouvé et souvent nettement dépassé le niveau de 1561-1570 », A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles…, t. I, p. 178-179 et tableau 10.

198 La production de canevas de Vitré passe de 1 545 400 aunes en 1588, à une moyenne annuelle de 359 250, entre 1588-1589, et chute à 11 400 aunes en 1591 (M.-O. Young Labrot, « Les marchands de drap et toiles de Vitré aux 14e et 15e. Genèse d’un commerce international », BAB, t. 117, 2008, p. 81).

199 Il faudra cependant observer les effets des impositions mi-subies mi-consenties par cet évêché pendant plusieurs années, et versées en particulier au sieur de Sourdéac pour acheter la paix.

200 E. Frain, « Les Vitréens et le commerce international… », art. cit., p. 550-553.

201 Ibid., p. 554, n. 1.

202 Ibid., p. 555.

203 BSA 35, 1863, p. 246-256.

204 L’un des articles du contrat de soumission du marquis de Belle-Isle à Mercœur, en novembre 1591, porte qu’« il sera permis aux Anglois, Flamens et aultres d’enlever le sel de la baye de Bourneuf, aux charges et debvoirs portez par la pancarte des Estatz lesquelz marchandz vivront soubz les loix publicques et passeportz accordez pour la liberté du commerce » (BnF, ms. fr., 18 704, doc. 11).

205 G. de Carné, Correspondance du duc de Mercœur…, I, doc. 146, 161.

206 G. de Carné, Correspondance du duc de Mercœur…, I, doc. 140. Mémoires pour les députés des États vers Juan del Aguila et Diego Brochero, 28 mars 1592.

207 Ibid., doc. 149. Rappelons qu’en cette période dangereuse la plupart des navires marchands étaient armés.

208 Ibid., doc. 35, 36, 85, 161.

209 Ibid., doc. 56

210 Et en Irlande. Le 10 septembre 1591, le maire de Galway se plaint des restrictions du trafic maritime consécutives à la guerre. Il précise que « la ville de Galway […] est principalement maintenue par le trafic de Bretagne et principalement de S. Malo ». Elle est en déclin du fait des restrictions qui pèsent sur leur trafic à la suite des ordres récemment donnés par les lords députés et le Conseil prohibant le commerce avec les ligueurs et les rebelles au roi de France. Il plaide pour un retour à ce trafic. Calendar of State Papers, Ireland (1588-1592), Elizabeth I, vol. 160, sept. 1591.

211 G. de Carné, ouvr. cité, I, p. 14.

212 J. Tanguy, Quand la toile va. Industrie toilière bretonne du 16e au 18e siècle. Rennes, 1994. p. 72-74.

213 Ibid., p. 13. On les appelait « olonas de pondabi », du nom du petit port de Pouldavid voisin d’où elles étaient exportées.

214 G. Minois, Un échec de la Réforme catholique…, I, p. 118.

215 Journal de Louvet.

216 G. de Carné, Correspondance du duc de Mercœur…, I, p. 41 et doc. 146.

217 AD 35, C 2925.

218 Cela peut-être Paimpol (Pempoul en Breton, évêché de Tréguier), ou Pempoul (évêché de Léon, près de Roscoff).

219 « Otros navios de Vanes y Quimper Corentin y de otras partes que tienen el partido de la Union catholica », Harold B. Lee Library. Lettres de Philippe II, collection citée.

220 Mercœur s’en plaint à Philippe II, lettre du 25 janvier 1594, G. de Carné, Corresmondance du duc de Mercœur…, II, doc. 192.

221 Les Ligueurs de l’exil…, p. 112.

222 Ibid., p. 113.

223 A. Plaisse, « Le commerce du port de Brest… », p. 542.

224 Le 7 juillet 1590, le Saint-Pierre rentre à Saint-Malo, venant de Civita Vechia, à l’entrée du Tibre. (N. Frotet, Mémoires…, p. 228.)

225 Lorsqu’il fut pris par la tempête, le 12 décembre 1595 et drossé à la côte, le capitaine Bastian de Fontuso, et sa barque le Saint-Crucifix, transportait à Blavet du vin pour y charger du blé et du seigle (PRO, Calendar of State Papers Queen Elizabeth I, Domestic, vol. 255, p. 129). « There are divers merchants at Morlaix that have great adventures in St Lucar », 30 juillet 1596 (id., vol. 259, p. 258). Ils y exportaient surtout des toiles. Le 20 janvier 1597, Lambart, marchand de Londres, est à Saint-Malo. Il se plaint des affaires, mais atteste en même temps des échanges multiples qui malgré tout s’effectuent : « I have arrived at a very bad market ; the goods I brought are not fit for the place ; there is no money, and only wines offred in exchange, which I cannot deal in, they being bad, and Vittory [Vitré] canvas is no commodity for you ; I will stay a little longer to see what can be done, and wait the coming of the ships out of Spain, which are daily expected with good wine, and sent it to Bristol, a better place for them than London. » (id., vol. 312, p. 7.) Le 16 septembre 1597, six navires marchands font route pour Londres, venant de Burneefe (Bourgneuf), en Bretagne (id., vol. 264, p. 109), etc.

226 Le Grand Charles de Saint-Malo revenait de Tripoli, en Syrie, lorsqu’il fut arraisonné, en 1594, par les Anglais, PRO, 78/34, f° 256, doc. 120 des Preuves en annexes.

227 G. de Carné, La Correspondance du duc de Mercœur…, I, doc. 97.

228 A. Plaisse, « Le commerce du port de Brest… », p. 544.

229 Le peintre Pierre Bourriquen, dit le Vieux, travaillait en l’église de Sibiril (év. Leon), en 1590, lorsque le château de Kerouzéré fut assiégé, comme il en témoigne en mars 1618 (AD 35, 23 J 57). Me Pierre Marchant, vitrier et peintre de la ville de Guingamp, répare la maîtresse vitre de la chapelle de Grâces en 1590. Son frère, « sire Guillaume Marchand », lui aussi vitrier, apparaît sur le même compte de cette maison (AD 35, 1 F 627).

230 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne. Un millénaire, éd. Ouest-France, Rennes, 1995, p. 146. On peut ici encore admettre l’hypothèse que cet évêché présente un cas particulier dans l’histoire de la Ligue bretonne. René Couffon et Alfred Le Bars, dans leur Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Quimper et Léon (Saint-Brieuc, 1959), et pour ne retenir que des occurrences précisément datées, signalent des constructions entreprises à Bénodet en 1592 et 1595 (p. 35) ; à Bodilis (porche monumental entre 1585 et 1601) (p. 38) ; à Comana (fondation du clocher, 1592) (p. 85) ; Brélès-Plourin (arc de triomphe en 1599) (p. 46) ; Dirinon (galerie de clocher, 1593) (p. 95) ; Le Faou (fondation d’un porchet, 1593) (p. 110) ; Gouézec (éléments d’un calvaire, 1593 et 1597) (p. 122) ; Goulven (fondations d’un clocher, 1593) (p. 124) ; Kerfeunteun (porte, 1592) (p. 153) ; Landerneau (clocher, 1592, un reliquaire, 1589) (p. 170) ; Lanmeur (pignon de chapelle, 1598) (p. 182) ; Loc-Eguiner-Landivisiau (fondation d’une tour, 1591) (p. 196) ; Locmelar-Quimper (clocher ou élément de clocher, 1589) (p. 199) ; Pencran (ossuaire, 1594) (p. 241) ; Pleyben (partie d’une tour, 1591) (p. 252) ; Plogonnec (chapelle, 1591 et 1594) (p. 267) ; Plomodiern (partie de chapelle, 1597) (p. 273) ; Plougastel-Daoulas (calvaire, 1594) (p. 301) ; Plouider (clocher de chapelle, 159 ?) (p. 316), Plouvorn (groupe statuaire de clocher, 1592) (p. 336) ; Pontcroix (sculpture en haut relief de la Cène, 1595) (p. 348) ; Poullan (nef et portail de l’église, 1591 et 1593) (p. 358) ; La Roche-Maurice-Ploudiry (clocher d’église, 1589) (p. 388) ; Roscoff(chapelle, 1598) (p. 391) ; Treflevenez (porte d’église, 1589) (p. 444) ; Trémaouezan-Ploudaniel (chapelle d’église, 1597) (p. 452).

231 B. Restif, La Révolution des paroisses…, p. 62 et 64.

232 Ce dernier vitrail en la nouvelle chapelle seigneuriale d’Espinay, il est vrai. B. Restif, La Révolution des paroisses…, p. 62.

233 A. Mussat, Arts et cultures de Bretagne…, p. 175-176. Cette sablière daterait de 1608. Voir S. DUHEM, Les sablières sculptées en Bretagne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1997, p. 225 et 357.

234 G. Minois, La Bretagne des prêtres…, p. 74-75.

235 Tableau des recettes de la fabrique de Saint-Jean-du-Doigt, d’après le document publié dans BSA 29, t. XXXVI, 1909, p. 190 :

1584-1585

1016 livres

1591-1592

558

1592-1593

386

1593-1594

250

1594-1595

206

1595-1596

317

1596-1597

205

1597-1598

196

1599-1600

741

1647-1648

2641

236 . G. Minois, Un échec de la réforme catholique…, I, p. 138. Même si les recettes relatives au culte sont des indicateurs difficiles à utiliser pour analyser la richesse d’une société donnée et ses capacités économiques (elles peuvent par exemple traduire aussi une modification sensible dans la pratique religieuse, ou exprimer l’angoisse et la peur collective face à l’avenir), elles sont assurément ici le signe d’une circulation monétaire retrouvée, voire accrue.

237 . Ibid., I, p. 260.

238 J. B. Collins, La Bretagne dans l’État féodal…, p. 152, 153 et 173.

239 J. Cornette, Histoire de la Bretagne…, t. I, p. 520.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search