Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

1. La trahision des images

Chapitre II. Néo-présentationalisme et « contrat d’illusion »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour Ernst Earle1, le théâtre japonais est éminemment « présentationnel ». Il se caractérise par une absence fondamentale de hiérarchisation entre sphères fictionnelle et spectatorielle. Le spectateur rompu aux codes d’un tel théâtre continue, devant une pièce, à identifier la fiction comme telle. C’est-à-dire que l’histoire qu’on lui conte ne prétend pas mettre la réalité entre parenthèses par la force de l’illusion, elle reste un moment de jeu inscrit dans cette réalité. Le spectacle est un élément du monde réel, il est englobé par lui et, de fait, ne peut prétendre le faire oublier. Roland Barthes2 analyse remarquablement ce phénomène dans ses pages sur le bunraku (le théâtre de poupées) : l’histoire ne peut pas ne pas être perçue comme simulacre, mais cela n’empêche aucunement l’impact émotionnel ni l’implication du spectateur (l’auteur souligne le fait que, dans l’auditoire, des gens pleurent au suicide d’une poupée). Earle « oppose » à ce théâtre une forme adoptée par les dive...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540