Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemin faisant

 | 
Lydie Bodiou
, 
Véronique Mehl
, 
Jacques Oulhen
, 
et al.

Quatrième partie. Itinéraires corporels

Le myrte et Aphrodite, quelque part entre le désir et le dégoût

Rachel Touzé

Texte intégral

  • 1 Histoire Naturelle (= HN), XII, 3 ; XV, 119-125.
  • 2 Plutarque, Vie de Marcellus, XXII, 6.
  • 3 Artémidore, Clé des songes, I, 77.
  • 4 Pirenne-Delforge V., L’Aphrodite grecque, Contribution à l’étude de ses cultes et de sa personnali (...)
  • 5 Plutarque, op. cit.
  • 6 Pline, HN, XV, 122, citant Caton évoque un myrtus coniugalis, « peut-être ainsi nommé à cause des (...)
  • 7 Artémidore, op. cit.

1Pline1, Plutarque2, Artémidore3 et bien d’autres encore s’accordent : le myrte est la plante consacrée à Aphrodite. Ce n’est naturellement pas le seul végétal apparaissant dans l’entourage de la déesse, puisque l’on trouve à ses côtés le lychnis ou la rose ainsi que des fruits, notamment τò μῆλον qui désigne un « fruit rond », la pomme, mais également le coing, le citron ou la pêche4. Les raisons invoquées à cette prédilection de la déesse pour le myrte sont constantes, mais les arguments tournent court : Aphrodite/Vénus est la « déesse de l’amour », celle qui « hait le plus la violence et la guerre5 » et la plante acquiert ces valeurs d’amour et de concorde à l’origine de la présence des couronnes de myrte lors de l’ovation de Marcellus. Pour les mêmes raisons, le myrte est associé au mariage6. Tout comme celles d’olivier ou de palmier, les couronnes de myrte qui apparaissent dans les rêves « procurent des mariages avec des femmes libres à cause de l’entrelacement, et elles prédisent des enfants de longue vie parce que ces arbres sont toujours verts7 ». Le syllogisme tourne en boucle à l’infini : Aphrodite est la déesse de l’amour, le myrte est la plante d’Aphrodite, donc le myrte est la plante de l’amour.

  • 8 Dans des circonstances très particulières il est vrai, nous y reviendrons.

2Pourtant, à regarder d’un peu plus près, les occurrences mythiques ou cultuelles du myrte ne sont pas si exclusives que cela : il apparaît tour à tour dans des contextes érotiques bien sûr, mais également mystiques, agonistiques, politiques ou funéraires et dans l’entourage d’Aphrodite, mais aussi de façon plus ponctuelle de Dionysos, Déméter, Perséphone, Hermès, Apollon ou Artémis8. Cette polyvalence du myrte n’est sans doute pas étonnante si l’on considère combien ce végétal était répandu et utilisé dans le monde grec antique.

  • 9 Leduc Cl., « Rêveries sur la vierge à l’olivier », Mélanges Pierre Lévêque, 1990, p. 259-275. Ces (...)

3Sur quoi repose cette association entre le myrte et la déesse mise en avant et répétée comme un lieu commun par les auteurs tardifs ? Je tenterai dans ces quelques pages de comprendre comment les chemins du myrte et de la déesse se sont croisés, comment le myrte en vient à représenter quelque chose de la déesse au point de faire du myrte, « la » plante d’Aphrodite et comment la déesse a quelque chose du myrte ? Pour parvenir à la croisée des chemins, je suivrai le myrte au plus près : j’ai choisi pour guide les auteurs anciens de traités médicaux et botaniques, parce que je crois, à l’instar de Claudine Leduc que les observations les plus concrètes sont « opératrices d’images9 ».

Un peu de botanique

  • 10 Polunin O., Huxley A., Flowers of the mediterranean, Londres, 1965, p. 133-134. Description du myr (...)
  • 11 HN, XV, 122.
  • 12 Steier, RE, s. v. myrtos. Voir à ce sujet également le commentaire de S. Amigues à son édition des(...)
  • 13 Aristote, Problèmes, 927a ; Histoire des animaux, 550a.
  • 14 Théophraste, Causis Plantarum (= CP), VI, 18, 5.
  • 15 Dioscoride, Matière médicale, I, 112.
  • 16 Pline, HN, XXIII, 159. Les traités hippocratiques ne précisent pas le plus souvent s’il s’agit de (...)
  • 17 Nicandre, Thériaques, 892. S. Amigues écrit que les fruits rouge foncé évoqués par Nicandre semble (...)
  • 18 HP, V, 8, 3 et commentaire p. 105. La scholie au vers 1154 de la Paix d’Aristophane repose peut-êt (...)
  • 19 HP, VI, 8, 5 ; CP, II, 13, 4 ; VI, 18, 4-9. Pline, HN, XV, 122. Voir Steier, RE, s. v. myrtos.

4Le myrte, myrtus communis L., de la famille des myrtacées, est un buisson à feuilles persistantes qui peut atteindre 3 m de hauteur. Il pousse dans les maquis et garrigues de l’aire méditerranéenne. Ses fleurs sont blanches et odorantes, ses baies le plus souvent d’un noir bleuté, ses feuilles sont étroites, pointues et opposées deux à deux10. Chargées de capsules contenant l’huile essentielle, les feuilles du myrte sont particulièrement odorantes. Pline11 indique de nombreuses espèces qui sont, en fait, des variétés ou des formes plus ou moins fixées apparues spontanément ou en culture12. Ces variétés se différencient par les dimensions et la disposition des feuilles, parfois par la couleur du fruit : Aristote13, Théophraste14 et Dioscoride15 évoquent un myrte noir (recommandé par Dioscoride pour un usage médical16) et un myrte blanc ; Nicandre, quant à lui, mentionne les « baies flamboyantes du myrte17 ». Théophraste cite également le myrte « dont on fait les couronnes », sans indiquer de caractéristiques précises en dehors de sa taille puisqu’il l’oppose aux « myrtes de haute taille18 ». Il s’agit sans doute d’une variété cultivée destinée à fournir les rameaux nécessaires à la confection de couronnes utilisées aussi bien dans le culte que lors de banquet, de concours ou dans le cadre de la vie civique. Théophraste accorde une place toute particulière au myrte égyptien dont les feuilles sont plus étroites et les fruits petits et foncés mais qui se caractérise surtout par sa bonne odeur19.

  • 20 HP, II, 1, 3.
  • 21 HP, I, 3, 3 ; II, 7, 2 : l’émondage permet de retirer « le bois sec qui gêne [la] croissance et [l (...)
  • 22 HP, IV, 5, 3.
  • 23 HP, II, 7, 3; CP, III, 17, 5.
  • 24 CP, I, 3, 3; II, 7, 3.
  • 25 CP, II, 7, 3 ; 8, 1 ; III, 7, 1-2 ; VI, 18, 6. En revanche, Plutarque explique la persistance des (...)
  • 26 HP, IV, 5, 3 ; CP, V, 13, 4. Mais le froid n’est pas la seule raison expliquant l’absence du myrte (...)
  • 27 CP, III, 17, 5.
  • 28 HP, I, 12, 1 : Théophraste classe les sucs des baies et des fruits en trois catégories : les sucs (...)
  • 29 CP, III, 17, 7.
  • 30 CP, III, 10, 4-5.

5On sait donc que le myrte tend à dégénérer rapidement et à produire de multiples variétés, qu’il prend vie de différentes façons et arrive sur ce chapitre juste après l’olivier20, que, faute d’être émondé, il devient buissonnant21, qu’il est odorant, résiste mal au froid22 et demande les engrais les plus forts23. Selon Théophraste, sa texture est dense24, sèche25, qualités qui expliqueraient la production d’une bonne odeur, et plutôt froide (expliquant ainsi que l’arbre soit sensible au gel)26. Ses racines sont peu étendues, sèches et denses, raison pour laquelle Théophraste recommande de lui apporter les fumiers les plus forts ainsi que de l’urine, afin d’« ouvrir les pores » (ἀναστομώσεως) et de lui assurer une meilleure nutrition, soulignant que de telles pratiques ne sont pas nécessaires aux végétaux dont les racines sont suffisamment humides et charnues27. Le suc de ses baies rappelle le vin28 et l’on s’est appliqué à produire des variétés sans pépin par l’intermédiaire des engrais ou en utilisant, disait-on, les rejets d’un myrte qui avait perdu ses pépins à proximité d’une source d’eau chaude, et qui serait à l’origine de la variété du myrte d’Athènes29. D’après Androtion, cité par Théophraste, le myrte pousse volontiers à proximité des oliviers ; leurs racines s’entremêlant, l’olivier protègerait le myrte du soleil et du vent30.

Du côté des usages

  • 31 Platon, République, 372b-c. Aristote, Problèmes, 931a. Aristophane, Paix, 575. Athénée, II, 43c ; (...)
  • 32 Dioscoride, Matière médicale, I, 112, 2 ; V, 28-29 ; cf. également Pline, HN, XIV, 104 qui ne donn (...)
  • 33 Scholie à Nicandre, Alexipharmaques, 87a ; 88b ; 354a.
  • 34 Scholie à Aristophane, Cavaliers, 59.
  • 35 Hésychios, s. v. μύρτος ; Photios, Lexicon, s. v. Μύρρινος ; Souda, s. v. Ψωλός ; Scholie à Aristo (...)
  • 36 Pindare, Isthmiques, VIII, 67 ; scholie, Pindare, Isthmiques, IV, 117.
  • 37 Athénée, XV, 675e. Par ailleurs, avant de prendre la parole ou de chanter, les banqueteurs saisiss (...)
  • 38 Euripide, Electre, 323 ; 512. Un peu plus avant dans la tragédie (v. 778), Egisthe se couronne de (...)
  • 39 Stésichore, frgt 10, Diehl, ap. Athénée, III, 81d : on jette des feuilles de myrte, des couronnes (...)
  • 40 Aristophane, Thesmophories, 448. Le marché aux myrtes était également appelé marché aux fleurs ou (...)
  • 41 Aristote, Problèmes, XX, 31, 926a. On peut supposer qu’il ne s’agit pas d’une simple expérience ab (...)

6Ils sont quotidiens et variés : on grignote les baies de myrte, telles quelles ou grillées, avant le repas ou comme friandise31. On utilise le myrte pour confectionner un vin que l’on peut fabriquer de différentes façons : avec les baies, noires de préférence, utilisées seules ou accompagnées des branches et des feuilles32. On prépare aussi une huile avec les feuilles ou les baies : on obtient ainsi le « parfum de myrte » évoqué par Théophraste ou l’huile de myrte des médecins33. Les stratèges34, les archontes35, les vainqueurs de certains jeux se couronnent de myrte36. De même pour les banqueteurs, puisque l’on pensait que l’astringence du myrte aidait à dissiper les vapeurs du vin37. Les rameaux de myrte trouvent leur place dans les rituels funéraires38. On dit aussi que le myrte est fort prisé lors des mariages, même si sa présence n’est pas aussi évidente dans les sources grecques que dans les sources romaines39. Le myrte était familier aux anciens au point de donner son nom à un marché d’Athènes40 et de souhaiter en conserver des rameaux dans le sel41.

  • 42 CP, IV, 5, 3.
  • 43 Plutarque, Vie de Numa, 19, 2 qui, par ce raisonnement en boucle déjà évoqué, rappelle que « le de (...)
  • 44 Aristophane, Grenouilles, 330. Murr J., Die Pflanzenwelt in der griechischen Mythologie, Innsbrück (...)
  • 45 Sources citées par Blech M., Studien zum Kranz bei den Griechen, Berlin-New-York, De Gruyter, 1982 (...)
  • 46 Les sandales d’Hermès, Hymne homérique à Hermès, 81 sont faites de « rameaux du tamaris et d’une s (...)
  • 47 Apollon Agyeus : Photios, Bibliothèque, 279, 535b.
  • 48 Cf. également Sokolowski F., LSCG, no 68, relatif à Despoina, à Lykosoura (au IIIe siècle av. J.-C (...)

7Les usages cultuels sont également nombreux puisque le myrte apparaît dans l’entourage de plusieurs divinités et que l’absence de l’arbuste n’est pas de bon ton. Dans le Pont, dans la région de Panticapée, le laurier et le myrte ne poussent pas « quoiqu’on s’applique et s’ingénie par tous les moyens à satisfaire les exigences du rituel42 ». Les couronnes ou rameaux de myrte apparaissent en effet dans l’entourage d’Aphrodite bien sûr43, mais également de Dionysos44, de Déméter et Koré à Eleusis notamment où le personnel affecté au culte, les mystes et les éphèbes qui participaient à la procession des grands mystères étaient couronnés de myrte45, d’Hermès46 ou d’Apollon47. Certains textes suggèrent également le recours fréquent aux rameaux de myrte à titre d’offrande48.

  • 49 Il ne s’agit pas des racines du myrtus communis L. mais d’un « myrte sauvage », assimilé par J. An (...)
  • 50 Maladies des femmes, 121 ; 192-194 ; 196.
  • 51 Maladies des femmes, 123 ; 126 ; 143 ; 145 ; 166-167 ; 202-204 ; 241 ; 247 ; Nature de la femme, 4 (...)
  • 52 Maladies des femmes, 34 ; 210.
  • 53 Nature de la femme, 66 ; 83.
  • 54 Maladies des femmes, 78.
  • 55 Maladies des femmes, 80 ; 178 ; 206.
  • 56 Maladies des femmes, 20 ; 75 ; 223 ; Nature de la femme, 67.
  • 57 Soranos, Maladies des femmes, I, 50, 1-2.
  • 58 Dioscoride, Matière médicale, I, 112, 2 ; V, 29.
  • 59 Le myrte favoriserait la conception : Hippocrate, Maladies des femmes, 75 ; Nature de la femme, 83
  • 60 Soranos, Maladies des femmes, I, 62, 2.
  • 61 Soranos, Maladies des femmes, I, 63, 1.
  • 62 Soranos, Maladies des femmes, I, 64 ; I, 65, 5.
  • 63 Soranos, Maladies des femmes, II, 52-53. Dioscoride, Matière médicale, I, 112, 1 ; 5, 29 ; Nicandr (...)
  • 64 Soranos, Maladies des femmes, II, 12, 1.
  • 65 Cf. Calame Cl., « D’Hippocrate à Galien : trois recettes médicales sur papyrus (P. Aberd. 10) », R (...)

8Les occurrences du myrte dans la pharmacopée antique sont très nombreuses. On utilise les baies et/ou les feuilles, plus rarement les racines49 par différents moyens (application en cataplasme, fomentation, onction, injection, fumigation, ingestion) et sous des formes diverses (infusion, décoction, eau de myrte, parfum ou huile de myrte, vin de myrte, baies cuites). Il soigne tout particulièrement les affections féminines. Dans le corpus hippocratique, le myrte intervient dans le traitement de pathologies aussi variées que les écoulements50, les anomalies de la matrice (déplacements, chute, saillie, béance, vents)51, les aphtes gynécologiques52 et ulcérations de l’utérus ou des parties génitales53, il emmène les lochies, aide à évacuer le chorion54, il a un effet purgatif55 et favorise la conception (lorsqu’une membrane l’empêche ou tout simplement dans un pessaire destiné à la favoriser)56. Soranos indique des pathologies similaires à quelques détails près : le myrte fait partie des remèdes employés en cas de prolapsus utérin, d’hémorragies utérines, de pertes séminales, en application sous la forme d’un cérat, il tonifie la peau du ventre de la femme enceinte et évite les vergetures. En décoction ou en application, il soigne également les éruptions et démangeaisons du nouveau-né. Soranos indique par ailleurs deux types d’occurrences ignorées des traités du corpus hippocratique. La première concerne le traitement des troubles digestifs liés à la grossesse qu’il regroupe sous le terme de kissa. Les hauts-le-cœur, nausées, vomissements en raisons d’humeurs stomacales surabondantes se traitent en usant « d’embrocations constrictives sur l’estomac et le ventre avec de l’huile fraîche d’olives non mûres ; on les fera suivre d’un enveloppement dans un bandage de laine. Les onguents de rose, de coing, de myrte, de mastic et de nard remettent en état l’estomac paresseux ; on pourra aussi faire des onctions avec un emplâtre de cérat à l’un de ces produits57 ». Les vertus digestives du myrte sont également soulignées par Dioscoride : le vin de myrte était efficace pour soigner les maux de ventre et donner de l’appétit et, consommé de façon préventive, il protégeait de l’ivresse58. La seconde est plus étonnante si l’on se souvient des pathologies traitées à l’aide du myrte dans le corpus hippocratique59 puisque Soranos recommande le recours au myrte comme contraceptif en application avant les rapports sexuels60 ou à boire dans du vin61, voire comme abortif sous la forme d’un ovule62. Ce qui rend le myrte appréciable aux yeux des médecins, c’est avant tout son « astringence ». Hippocrate, Nicandre, Soranos et Dioscoride sont d’accord sur ce chapitre, le myrte est astringent, στυπτικός63, et c’est à ce titre qu’il est recherché, évité, voire proscrit64. Il peut également entrer dans la composition d’emplâtres pour soigner certaines plaies dans les ouvrages de Dioscoride et Galien65.

À la croisée des chemins

  • 66 Steier, op. cit., col. 1180.

9Comment les chemins du myrte et de la déesse en viennent-ils à se croiser ? Comment se fait-il qu’à l’issue de cette rencontre la plante et la déesse s’associent au point de faire de la première la métaphore de la seconde ? On peut penser à sa bonne odeur ou à ses multiples apparitions aux alentours des maladies féminines66. Peut-être… Mais regardons tout d’abord de plus près la façon dont cette connivence a pu être lue.

  • 67 Artémis Soteira, à Boiai en Laconie (Pausanias III, 22, 12) : la ville est fondée par les habitant (...)
  • 68 I. Chirassi, Elementi di culture precereali nei miti et rite greci, Rome, Edizione dell’Ateneo, 19 (...)
  • 69 Pausanias, I, 27, 1; A. B. Cook, Zeus, a study in ancient religion, Cambridge, The university pres (...)
  • 70 Steier, op. cit., col. 1180
  • 71 Pseudo-Lucien, Amores, 12 (Loeb).
  • 72 Théophraste, HP, IV, 5, 3 ; CP, II, 8, 1 ; V, 13, 4. S. Amigues note dans son commentaire du passa (...)
  • 73 À noter tout de même le rôle des fleurs du myrte dans la confection du miel ou de la cire par les (...)

10Plante du « féminin », de la « fécondité », plante qui appartient au « domaine de l’éros », le myrte est présenté comme la plante des déesses féminines, grecques et autres : Aphrodite et Vénus bien sûr, mais également, Artémis67, l’Etrusque Turan, ou Ishtar68. A. B. Cook comprend la présence de myrte sur l’Hermès de l’Erechteion décrit par Pausanias comme symbole de fertilité : il serait en effet, associé à un Hermès ithyphallique, le garant de la fertilité69. Le myrte, végétal « luxuriant » et pourvu de nombreuses fleurs, serait « par nature » lié à une Aphrodite entendue comme déesse de la fécondité et de la fertilité70. Certes, c’est l’image que Lucien donne des myrtes du sanctuaire de l’Aphrodite de Cnide : « Mais plus que tous les autres arbres, le myrte chargé de baies verdoyait (ἡ |πυκνόκαρπος ἐτεθήλει μυρρίνη) aux côtés de sa maîtresse71. » Pourtant, on peut légitimement douter de la luxuriance du myrte ou de sa nature intrinsèquement « féconde » ou « fertile » puisque c’est avant tout un arbuste de la makkhia. Il buissonne quand il n’est pas entretenu, certes, mais cette profusion de rameaux est plutôt le signe d’une régression ambivalente de la plante : on veut l’éviter, mais on apprécie les baies sans pépin ou bien les myrtes d’Égypte tellement odorants. On peut aussi se souvenir des multiples façons par lesquelles il se multiplie, mais le myrte partage cette qualité avec l’olivier ; en outre la multiplication par les pépins aboutit également à une variété de moins bonne qualité. Souvenons nous également des deux caractéristiques attribuées au myrte par Théophraste : il est « sec » et « peu chaud », raison pour laquelle il ne pousserait pas dans les régions froides72. Théophraste ne l’écrit naturellement pas puisque tel n’est pas son propos, mais je crois que l’image d’un végétal de nature plutôt froide et sèche, végétal sujet par ailleurs à régresser rapidement est assez peu compatible avec les notions de luxuriance ou de fertilité qui lui sont parfois attribuées. Voyons à présent les « nombreuses fleurs » : elles sont peut être nombreuses ou jolies, mais les sources antiques, plus prolixes pour ce qui concerne les feuilles ou les baies, sont de façon assez unanime, discrètes à leur sujet. On sait qu’elles sont, comme le végétal tout entier, parfumées. On peut imaginer que les rameaux de myrte tressés en autant de couronnes portaient des fleurs lorsque la saison s’y prêtait, mais on peut aussi penser que la fleur n’était pas indispensable : les feuilles étaient suffisamment odorantes pour être appréciées notamment lors des banquets. Les fleurs du myrte ne sont pas aussi polyvalentes que ses feuilles ou ses baies : c’est sans doute d’ailleurs ce qui explique ce silence relatif des sources73.

  • 74 De la même façon, Baumann H., Flora mythologica, griechische pflanzenwelt in der antike, Zürich, A (...)
  • 75 Aristophane, Lysistrata, 1004 ; Scholies à Aristophane, Cavaliers 964a, Paix, 967a, Thesmophories,(...)
  • 76 Motte A., Prairies et jardins de la Grèce antique, de la religion à la philosophie, Académie royal (...)
  • 77 On peut citer, entre autres exemples Lucien, Dialogue des morts, 22 ; Dialogue des courtisanes, 2. (...)
  • 78 Callimaque, Hymne à Artémis, 201 : Diktyna/Britomartis nymphe de Gortyne et protégée d’Artémis éch (...)
  • 79 Les vainqueurs des Héraia d’Argos reçoivent une couronne de myrte, scholie à Pindare, Olympiques, (...)
  • 80 Ovide, Fastes, IV, 143 : « Vous aussi elle vous ordonne de vous baigner sous le myrte vert (viridi (...)
  • 81 Longus, Daphnis et Chloé, II, 4 ; Alciphron, Lettres, IV, 13, Paris, Les Belles Lettres, 1999.

11La lecture posant une équivalence entre la déesse, les notions de fertilité-fécondité et le myrte est en partie l’héritière de témoignages antiques qui tendent à conférer au végétal des qualités, vraies ou supposées, qu’ils attribuent à la déesse74. Tentons malgré tout d’approcher de plus près les valeurs associées au myrte. Le myrte est sans aucun doute associé au féminin à plusieurs égards. Il intervient, nous l’avons vu, dans le traitement des maladies féminines. Dans le langage des comiques du Ve siècle av. J.-C., le « myrte », désigne aussi le clitoris ou le sexe de la femme. Le héraut de Lysistrata en prend les spectateurs à témoin : « Nous souffrons. Nous marchons par la ville comme si nous portions des lanternes, tout courbés. Car les femmes ne veulent même pas qu’on touche à leur “myrte”, que nous n’ayons tous d’un commun accord fait la paix dans l’Hellade75. » Le myrte n’a certes pas l’exclusivité puisque de nombreux végétaux désignent de façon imagée les organes sexuels76. Dans la littérature, le myrte, plus ou moins transformé prête son nom à de nombreuses hétaïres77. Si l’on se place du point de vue de l’imaginaire, le myrte est, de façon générale, plutôt féminin et ses relations avec les déesses vont de la connivence pour Aphrodite, Déméter-Koré ou Artémis de façon plus intermittente, à l’exclusion pour Diktyna78 ou occasionnellement Héra79. Les aventures d’Aphrodite, les mésaventures de Diktyna indiquent à quel point la valeur du myrte est érotique : tour à tour, le buisson de myrte cache la nudité80 (Aphrodite) ou entrave la fuite (Diktyna). Par la suite, la valeur du myrte est devenue telle que ses apparitions avertissent le lecteur de l’ambiance dans laquelle l’histoire à venir se situe81.

  • 82 Steier, RE, s. v. myrtos, col. 1171 ; Carnoy A., Dictionnaire étymologique des noms grecs de plant (...)
  • 83 Servius, à Virg., En., p. 493.

12Aux sources de cette connivence entre la plante et la déesse, la bonne odeur du myrte est volontiers mise en avant. Outre la ressemblance entre les mots82, l’odeur a sans doute en partie favorisé le rapprochement ou la confusion avec la myrrhe : Servius, commentateur de l’Enéide rapporte en effet que c’est en myrte et non en arbre à myrrhe que l’infortunée Myrrha est transformée à la suite de sa relation incestueuse avec son père83. Le témoignage de Pausanias lorsqu’il décrit un groupe sculpté représentant les Charites à Pétra en Élide nous indique peut-être à quel point ces deux végétaux pouvaient se confondre :

  • 84 Pausanias, VI, 24, 6.

« L’une d’elles tient une rose, celle du milieu un osselet et la troisième une petite branche de myrte. On peut supposer que la raison pour laquelle elles ont ces attributs est la suivante. La rose et le myrte sont consacrés à Aphrodite et liés à l’histoire d’Adonis, et les Charites sont les divinités les plus proches d’Aphrodite. Les osselets quant à eux, sont les jouets des enfants et des jeunes filles qui n’ont pas part à la laideur de la vieillesse. À la droite des Charites, il y a un Eros sur le même socle84. »

  • 85 Detienne M., Les jardins d’Adonis. La mythologie des aromates en Grèce ancienne, Paris, Gallimard, (...)
  • 86 Aristote, Problèmes, XX, 24.

13Comme la myrrhe, l’exotisme en moins, le myrte entre dans la composition de nombreux parfums. Les auteurs soulignent la qualité de leur odeur et leur astringence. La confusion ne manque pas d’intérêt si on la situe dans la perspective de la « mythologie des aromates » étudiée par Marcel Detienne85. Je placerai volontiers le myrte à proximité de la myrrhe dans le code végétal mis au jour par l’auteur. La coction du myrte n’est certes pas si achevée que celle de la myrrhe que l’on connaît sous la forme d’une résine. Le myrte est de texture dense et sèche, il buissonne, mais à la différence de la myrrhe, il est de nature froide. Théophraste évoque à plusieurs reprises la qualité du parfum du myrte égyptien, et il attribue cette bonne odeur à une coction plus efficace de cette variété : le myrte y est encore plus sec et buissonnant, son agent de coction encore plus actif permet une maturation optimale. Si l’on ajoute à cela le fait que les baies de myrte n’étaient pas toujours pourvues de pépins et que l’absence de pépin était le signe d’une coction imparfaite86, on comprend que le myrte, lorsqu’il est à son acmé (sans pépin, buissonnant et odorant) ne se situerait pas vraiment du côté de la fertilité, mais plutôt, du côté d’un féminin qui correspond assez exactement à ce que Marcel Detienne regroupe autour des femmes qui célèbrent les Adonies.

14Les observations médicales et botaniques des anciens peuvent sans doute éclairer, en partie tout au moins, les raisons de cette connivence entre la plante et la déesse. On peut naturellement objecter que ces textes sont historiquement datés : le recueil hippocratique qui est notre source d’information la plus ancienne n’est pas antérieur au milieu du Ve siècle av. J.-C. et les observations de Théophraste se situent à la fin du IVe-début du IIIe siècle av. J.-C. Deux remarques en guise de réponse : les sciences médicales et botaniques ne sont pas sorties tout armées des fronts d’Hippocrate ou de Théophraste et l’observation du fonctionnement et des qualités des végétaux a existé, de façon plus rudimentaire et moins systématique sans doute, avant d’être formalisée par écrit. Et ce savoir-là n’a pas non plus complètement disparu au moment où des savoirs plus « rationnels » se sont mis en place. Seconde remarque : les constructions de l’imaginaire sont elles-mêmes mouvantes et, dans le cas du polythéisme grec, non dogmatiques. Elles s’élaborent et se nourrissent de la perception du réel.

15L’histoire du myrte du sanctuaire d’Aphrodite Kataskopia à Trézène peut illustrer cette perméabilité du mythe. Au cœur de l’histoire, l’amour insatisfait de Phèdre pour Hippolyte que Pausanias évoque à deux reprises :

  • 87 Pausanias, I, 22, 2

« […] ce fut alors la première fois que Phèdre vit Hippolyte ; elle s’en éprit et conçut le dessein qui causa sa mort. Il y a à Trézène un plan de myrte qui, de toutes parts, a ses feuilles percées. À l’origine la plante n’était pas ainsi, à ce qu’on dit, mais ce fut Phèdre qui l’aurait fait dans sa langueur d’amour (ἔρωτα ἄσης) avec l’épingle qu’elle portait dans les cheveux87 ».

16Le second texte apporte quelques précisions supplémentaires :

  • 88 Pausanias, II, 32, 3.

« Dans l’autre partie du sanctuaire, il y a un terrain de course appelé terrain d’Hippolyte, et au dessus de lui un temple d’Aphrodite Kataskopia. Car c’est d’ici que Phèdre, amoureuse d’Hippolyte, venait le regarder à chaque fois qu’il s’entraînait. C’est là que se trouve encore le myrte, dont les feuilles, comme je l’ai déjà dit, sont percées de trous. Alors que Phèdre était désespérée et ne pouvait trouver aucun soulagement à sa passion (καὶ ἡνικα ἠπορεῖτο ἡ Φαίδρα καὶ ῥᾳστοονην τῷ ἔρωτι οὐδεμίαν εὕρισκεν), elle soulageait sa mélancolie en perçant les feuilles du myrte (ἐς ταύτης τὰ φύλλα ἐσιναμώρει τῆς μυρσίνης)88. »

  • 89 Notons que, si les auteurs grecs précisent bien que les feuilles sont particulièrement odorantes, (...)
  • 90 Pline, HN, XXIII, 159 : les baies « donnent à l’haleine une bonne odeur, même mâchées la veille ; (...)

17Ces deux textes me conduisent à formuler quelques remarques. On voit ici à l’œuvre le témoignage métamorphosé d’une belle observation des feuilles du myrte, et pas uniquement celui de Trézène, dont nous avons vu que les feuilles étaient percées des capsules qui contiennent l’huile essentielle et confèrent au végétal tout son parfum89. Ma seconde remarque concerne les sentiments qui perturbent Phèdre et auxquels elle ne peut trouver de remède qu’en s’acharnant sur les feuilles du myrte qui se trouvait là. Il s’agit d’un mal ou d’une langueur d’amour, d’une nausée (ἄσης). Le symptôme mérite d’être souligné et mis en relation avec la façon dont le myrte intervenait dans la pharmacopée. Le myrte, en effet, parfumait l’haleine des belles Romaines et sans doute également des Grecques90, mais surtout il intervenait, nous l’avons vu, dans la guérison des états nauséeux de la grossesse, il stimulait l’appétit, apaisait les humeurs stomacales en désordre et protégeait de l’ivresse et de ses effets secondaires. Le myrte, Aphrodite et la nausée se trouvent au cœur d’un second récit qu’Athénée emprunte à Polycharme de Naucratis et qui expliquerait la raison pour laquelle la couronne de Naucratis serait une couronne de myrte :

  • 91 Le commentaire de l’édition Loeb précise que cette date, qui correspondrait à 688-685, serait trop (...)
  • 92 Athénée, XV, 675f-676e.

« Durant la 23e Olympiade91, Hérostratos, citoyen de notre ville engagé dans le commerce, voyageait au loin, lorsqu’un jour il se retrouva à Paphos, à Chypre, et acheta une statuette d’Aphrodite haute d’un empan et de fabrication ancienne, au moment du départ, il l’emporta à Naucratis. Comme il approchait de l’Égypte, une tempête éclata brutalement et il était impossible de voir où ils pouvaient bien se trouver ; alors ils se réfugièrent tous auprès de la statue d’Aphrodite, la priant de les sauver. La déesse, étant bienveillante envers les habitants de Naucratis, fit en sorte que tout ce qui l’entourait fût soudainement recouvert de myrte vert frais, emplissant le navire d’une odeur des plus agréables, alors que les hommes étaient à ce moment désespérés sur leur sort, car ils étaient très malades et vomissaient beaucoup (ἡ δ θεòς [προσφιλὴς γὰρ τοῖς Ναυκρατίταις ἦν] αἰφνίδιον ἐποίησε πάντα τὰ παρακείμενα αὐτῇ μυρρίνης χλωρᾶς πλήρη ὀδμῆς τε ἡδίστης ἐπλήρωσεν τὴν ναῦν ἤδη ἀπειρηκόσι τοῖς ἐμπλέουσιν τὴν σωτηρίαν [διὰ τὴν πολλὴν ναυτίαν γενομένου τε ἐμέτου πολλοῦ]). Alors le soleil se mit à briller et ils virent leur point d’arrivée, et parvinrent ainsi à Naucratis92. »

  • 93 Pirenne-Delforge V., op. cit. p. 433 sq.
  • 94 Pausanias, V, 13, 7.

18On sait qu’Aphrodite est Euploia, Pontia, Pontia kai Limenia ici ou là, qu’elle veille sur les marins, les ports et la navigation, et c’est à ce titre qu’elle intervient dans un contexte marin93. On comprend moins l’apparition du myrte dans ce contexte non érotique si l’on ne tient pas compte des qualités qui lui étaient associées : une odeur non seulement agréable, mais thérapeutique, non seulement érotique donc, mais efficace. Que le mal relève de la psychè ou du soma, c’est bien en ce lieu que la plante et la déesse se rencontrent dans ces récits. Plus efficace, la déesse l’est sans doute lorsque ses effigies sont faites de myrte : c’est le cas de la statue d’Hérostratos, c’est aussi le cas de la statue consacrée par Pélops dans le sanctuaire d’Aphrodite à Temnos au moment où Pélops cherchait à se rendre la déesse propice avant son mariage avec Hippodamie. Pausanias dit de cette statue qu’elle est « réalisée dans un myrte couvert de feuilles (πεποιημένον ἐκ μυρσίνης τεθηλυίας)94 ».

  • 95 Expression que j’emprunte à Pierre Brulé.

19Sans doute le myrte peut-il apparaître ailleurs, avec d’autres valeurs. Sans doute, les valeurs associées à la déesse contaminent-elles le végétal, devenu sa propre métaphore, au point de brouiller les pistes. Il manifeste quelque chose du féminin ou de l’érotique, les Anciens ne cessent de le dire sur tous les tons. Les raisons de cette connivence entre la plante et la déesse sont moins claires, même si l’on peut établir des équivalences d’un ordre que je qualifierai de « physiologique » : la physis de la plante montre quelque chose de l’idée que l’on se fait de la déesse. Les passerelles qui permettent la rencontre entre nature et sur-nature95 restent visibles ici ou là, témoins d’un paysage de l’imaginaire disparu. Les quelques exemples qui ont jalonné notre chemin ne suffisent certes pas à épuiser les sens que la déesse ou la plante peuvent incarner, mais ils peuvent montrer comment le dialogue du sensible et de l’imaginaire élaborent une figure symbolique.

Notes

1 Histoire Naturelle (= HN), XII, 3 ; XV, 119-125.

2 Plutarque, Vie de Marcellus, XXII, 6.

3 Artémidore, Clé des songes, I, 77.

4 Pirenne-Delforge V., L’Aphrodite grecque, Contribution à l’étude de ses cultes et de sa personnalité dans le panthéon archaïque et classique, Kernos, suppl. 4, Athènes-Liège, 1994, p. 410 sq.

5 Plutarque, op. cit.

6 Pline, HN, XV, 122, citant Caton évoque un myrtus coniugalis, « peut-être ainsi nommé à cause des mariages et du myrte de Vénus Cloacine ».

7 Artémidore, op. cit.

8 Dans des circonstances très particulières il est vrai, nous y reviendrons.

9 Leduc Cl., « Rêveries sur la vierge à l’olivier », Mélanges Pierre Lévêque, 1990, p. 259-275. Ces lectures sont naturellement tributaires des concepts et des réflexions qui jalonnent l’œuvre de Bachelard G., Psychanalyse du feu, Paris, Gallimard, 1949 ; L’eau et les rêves, Paris, José Corti, 1942 ; L’air et les songes, Paris, José Corti, 1943 ; La terre et les rêveries du repos, Paris, José Corti, 1946 ; La terre et les rêveries de la volonté, Paris, José Corti, 1948 et de Durand G., Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 1992 (12e édition).

10 Polunin O., Huxley A., Flowers of the mediterranean, Londres, 1965, p. 133-134. Description du myrte par Théophraste : Recherches sur les plantes (= HP), I, 9, 3 ; 10, 2 ; 10, 4 ; 10, 8.

11 HN, XV, 122.

12 Steier, RE, s. v. myrtos. Voir à ce sujet également le commentaire de S. Amigues à son édition des Recherches sur les plantes de Théophraste dans la CUF, t. I, livre 2, 1988, p. 122.

13 Aristote, Problèmes, 927a ; Histoire des animaux, 550a.

14 Théophraste, Causis Plantarum (= CP), VI, 18, 5.

15 Dioscoride, Matière médicale, I, 112.

16 Pline, HN, XXIII, 159. Les traités hippocratiques ne précisent pas le plus souvent s’il s’agit de myrte noir ou blanc, sauf Maladies des femmes, 192 ; 196 (myrte noir).

17 Nicandre, Thériaques, 892. S. Amigues écrit que les fruits rouge foncé évoqués par Nicandre semblent appartenir à un hybride des variétés précédentes qui tend à revenir au type.

18 HP, V, 8, 3 et commentaire p. 105. La scholie au vers 1154 de la Paix d’Aristophane repose peut-être sur une mauvaise lecture de ce passage : le scholiaste s’appuie sur Théophraste pour opposer les myrtes dont on fait des couronnes à ceux qui donnent des fruits : « τῆς μυρρίνης ἡ μὲν στεφανωτίς, ἡ δέ κάρπιμος, ὥς φησι Θεόφραστος » et non à ceux qui sont plus grands μεγάλον.

19 HP, VI, 8, 5 ; CP, II, 13, 4 ; VI, 18, 4-9. Pline, HN, XV, 122. Voir Steier, RE, s. v. myrtos.

20 HP, II, 1, 3.

21 HP, I, 3, 3 ; II, 7, 2 : l’émondage permet de retirer « le bois sec qui gêne [la] croissance et [la] nutrition [des arbres] ». Citant Androtion, Théophraste précise que l’émondage du myrte et de l’olivier doit être particulièrement sévère.

22 HP, IV, 5, 3.

23 HP, II, 7, 3; CP, III, 17, 5.

24 CP, I, 3, 3; II, 7, 3.

25 CP, II, 7, 3 ; 8, 1 ; III, 7, 1-2 ; VI, 18, 6. En revanche, Plutarque explique la persistance des feuilles du myrte par son principe de nature « humide », Propos de table, 735e.

26 HP, IV, 5, 3 ; CP, V, 13, 4. Mais le froid n’est pas la seule raison expliquant l’absence du myrte en certains endroits. D’après Théophraste, le myrte est absent de l’Olympe où le laurier pousse parce qu’il est plus sensible au froid que ce dernier.

27 CP, III, 17, 5.

28 HP, I, 12, 1 : Théophraste classe les sucs des baies et des fruits en trois catégories : les sucs qui rappellent le vin, ceux qui rappellent l’huile et ceux qui rappellent le miel.

29 CP, III, 17, 7.

30 CP, III, 10, 4-5.

31 Platon, République, 372b-c. Aristote, Problèmes, 931a. Aristophane, Paix, 575. Athénée, II, 43c ; 50e ; 52f ; III, 81d. Les baies de myrte sont souvent présentées comme quelque chose que l’on grignote, elles trouvent place aux moments où l’on exalte les produits simples. Athénée cite le cas de Matris de Thèbes qui se nourrissait de quelques baies de myrte et d’un peu d’eau : Deipnosophistes, II, 44d.

32 Dioscoride, Matière médicale, I, 112, 2 ; V, 28-29 ; cf. également Pline, HN, XIV, 104 qui ne donne pas les mêmes noms à ces vins : « Celle [la recette du myrtitès] des Grecs est différente : les rameaux tendres avec leurs feuilles sont cuits dans du moût salé et pilés ; on en fait bouillir une livre dans trois conges de moût jusqu’à réduction aux deux tiers. Le vin obtenu par le même procédé avec les baies du myrte sauvage s’appelle myrtidanum. » Les définitions attribuées au myrtidanum ont varié, il s’agirait en fait non pas d’une boisson, ni du poivre mais d’une galle qui se développe sur certains myrtes et possède les mêmes vertus astringentes que la plante ; XV, 118. À ne pas confondre avec le vin parfumé, cf. Athénée, I, 32b (voir IV 132d également). Elien, Histoires variées, XII, 31.

33 Scholie à Nicandre, Alexipharmaques, 87a ; 88b ; 354a.

34 Scholie à Aristophane, Cavaliers, 59.

35 Hésychios, s. v. μύρτος ; Photios, Lexicon, s. v. Μύρρινος ; Souda, s. v. Ψωλός ; Scholie à Aristophane, Cavaliers, 964a ; Guêpes, 861.

36 Pindare, Isthmiques, VIII, 67 ; scholie, Pindare, Isthmiques, IV, 117.

37 Athénée, XV, 675e. Par ailleurs, avant de prendre la parole ou de chanter, les banqueteurs saisissaient un rameau de myrte ou de laurier : Plutarque, Propos de table, 615e ; Athénée, XV, 667f ; Scholie à Aristophane, Nuées, 1364a ; Hésychios, s. v. ἄιδειν πρòς μυῤῥίνην ; s. v. τὴν ἐπιδεξιάν.

38 Euripide, Electre, 323 ; 512. Un peu plus avant dans la tragédie (v. 778), Egisthe se couronne de myrte avant de procéder à un sacrifice aux Nymphes, mais cette couronne de myrte est sans doute surtout annonciatrice de sa propre mort.

39 Stésichore, frgt 10, Diehl, ap. Athénée, III, 81d : on jette des feuilles de myrte, des couronnes de roses et de violettes sur le char de Ménélas lors de son mariage avec Hélène. Citation à considérer avec prudence : les feuilles de myrte sont souvent utilisées lors de différentes cérémonies : froissées ou piétinées elles libèrent une odeur agréable. Les deux passages des Oiseaux d’Aristophane (160 et 1100), souvent invoqués à ce sujet, peuvent aussi bien être des allusions grivoises. Cf. infra et Maxwell-Stuart P. G., « Myrtle and the Eleusinian Mysteries », Wiener Studien, Zeitschrift für klassische Philologie und Patristik, 6 (85), 1972, p. 145-161. Deubner L., « Die Bedeutung des Kranzes im Klassischen Altertum », Archiv für Religionswissenschaft, 30, 1933, p. 70-104. Si les témoignages grecs sont rares sur ce sujet, en revanche, l’usage de la couronne de myrte semble être plus évident dans les mariages romains, Pline, HN, XV, 122.

40 Aristophane, Thesmophories, 448. Le marché aux myrtes était également appelé marché aux fleurs ou marché aux couronnes.

41 Aristote, Problèmes, XX, 31, 926a. On peut supposer qu’il ne s’agit pas d’une simple expérience abstraite et que la conservation des rameaux de myrte avec le sel des algues était un phénomène connu. Il s’agissait sans doute de conserver les rameaux avec leurs baies, puisque les feuilles sont persistantes.

42 CP, IV, 5, 3.

43 Plutarque, Vie de Numa, 19, 2 qui, par ce raisonnement en boucle déjà évoqué, rappelle que « le deuxième [mois] fût appelé avril, du nom d’Aphrodite, parce qu’en ce mois on sacrifie à cette déesse et que, le premier jour de ce mois, les femmes se baignent couronnées de myrte ».

44 Aristophane, Grenouilles, 330. Murr J., Die Pflanzenwelt in der griechischen Mythologie, Innsbrück, Wagner, 1890, p. 90 pense que la couronne Ἰάκχα dont on sait seulement qu’elle est odorante pourrait être une couronne de myrte, voir Athénée, XV, 678a ; Élien, Histoire variée, II, 41 suggère la présence de « couronnes de fleurs, de myrte, de lierre et de laurier ».

45 Sources citées par Blech M., Studien zum Kranz bei den Griechen, Berlin-New-York, De Gruyter, 1982, p. 252 sq. Voir également Maxwell-Stuart P. G., op. cit.

46 Les sandales d’Hermès, Hymne homérique à Hermès, 81 sont faites de « rameaux du tamaris et d’une sorte de myrte ». Pausanias, I, 27, 1 ; Philostrate, Vie d’Apollonios, V, 15 ; Théophraste, Caractères, 16, 10 : le 4 et le 7 de chaque mois, le superstitieux se procure des rameaux de myrte et de l’encens : pour Hermès, Apollon ou les Hermaphrodite mentionnés dans la même phrase ?

47 Apollon Agyeus : Photios, Bibliothèque, 279, 535b.

48 Cf. également Sokolowski F., LSCG, no 68, relatif à Despoina, à Lykosoura (au IIIe siècle av. J.-C).

49 Il ne s’agit pas des racines du myrtus communis L. mais d’un « myrte sauvage », assimilé par J. André au fragon ou petit-houx, μυῤῥίνης ἀγρίης, que Littré identifie au ruscus aculeatus L. Hippocrate, Des plaies, 20. André J., Les noms de plantes dans la Rome antique, Paris, Belles Lettres, 1985, s. v. murtus. Cf. également Steier, op. cit., col. 1175.

50 Maladies des femmes, 121 ; 192-194 ; 196.

51 Maladies des femmes, 123 ; 126 ; 143 ; 145 ; 166-167 ; 202-204 ; 241 ; 247 ; Nature de la femme, 4 ; 241.

52 Maladies des femmes, 34 ; 210.

53 Nature de la femme, 66 ; 83.

54 Maladies des femmes, 78.

55 Maladies des femmes, 80 ; 178 ; 206.

56 Maladies des femmes, 20 ; 75 ; 223 ; Nature de la femme, 67.

57 Soranos, Maladies des femmes, I, 50, 1-2.

58 Dioscoride, Matière médicale, I, 112, 2 ; V, 29.

59 Le myrte favoriserait la conception : Hippocrate, Maladies des femmes, 75 ; Nature de la femme, 83.

60 Soranos, Maladies des femmes, I, 62, 2.

61 Soranos, Maladies des femmes, I, 63, 1.

62 Soranos, Maladies des femmes, I, 64 ; I, 65, 5.

63 Soranos, Maladies des femmes, II, 52-53. Dioscoride, Matière médicale, I, 112, 1 ; 5, 29 ; Nicandre, Thériaques, 892 et scholie : « φιμώδεα μύρτα » ; Alexipharmaques, 275 et scholie 249b.

64 Soranos, Maladies des femmes, II, 12, 1.

65 Cf. Calame Cl., « D’Hippocrate à Galien : trois recettes médicales sur papyrus (P. Aberd. 10) », REG, 97, 1984, p. 206-213.

66 Steier, op. cit., col. 1180.

67 Artémis Soteira, à Boiai en Laconie (Pausanias III, 22, 12) : la ville est fondée par les habitants de Etis, Aphrodisias et Sidé à l’endroit où un lapin se réfugie dans un myrte. Aphrodite était sans doute bien plus qu’Artémis à l’horizon de ce mythe de fondation de la cité évoqué par Pausanias, voir V. Pirenne-Delforge, L’Aphrodite grecque, op. cit., p. 214-215.

68 I. Chirassi, Elementi di culture precereali nei miti et rite greci, Rome, Edizione dell’Ateneo, 1968, p. 31.

69 Pausanias, I, 27, 1; A. B. Cook, Zeus, a study in ancient religion, Cambridge, The university press, 1940, III, 1, p. 725.

70 Steier, op. cit., col. 1180

71 Pseudo-Lucien, Amores, 12 (Loeb).

72 Théophraste, HP, IV, 5, 3 ; CP, II, 8, 1 ; V, 13, 4. S. Amigues note dans son commentaire du passage cité des Recherches sur les Plantes que si le myrte n’apparaît pas sur l’Olympe, sa faible résistance au froid n’est pas seule en cause. Habituellement calcifuge, il n’y trouverait pas de sol à sa convenance.

73 À noter tout de même le rôle des fleurs du myrte dans la confection du miel ou de la cire par les abeilles. Aristote recommande de planter divers végétaux dont les myrtes à proximité des ruches afin que les abeilles fassent de la cire : Histoire des animaux, IX, 40, 626b. Voir également 627b.

74 De la même façon, Baumann H., Flora mythologica, griechische pflanzenwelt in der antike, Zürich, Akanthus, 2007, p. 39, applique au myrte des qualités attribuées à la déesse et devient signe de « jeunesse » et de « beauté ».

75 Aristophane, Lysistrata, 1004 ; Scholies à Aristophane, Cavaliers 964a, Paix, 967a, Thesmophories, 289 ; Hésychios, s. v. murtos ; Photios, Lexicon, s. v. murton ; Pollux, Onomasticon, 2, 174 ; Souda, s. v. murton. Les vers 1099-1100 des Oiseaux d’Aristophane sont peut-être une allusion du même ordre : « (…) Je passe l’hiver dans les antres creux à folâtrer avec les nymphes des montagnes. Au printemps nous mangeons les baies virginales du myrte blanc (παρθένια / λευκότροφα μύρτα) et les fruits du jardin des Charites. »

76 Motte A., Prairies et jardins de la Grèce antique, de la religion à la philosophie, Académie royale de Belgique, Mémoires de la classe de lettres, Bruxelles, 1973, p. 85-86 recense ces métaphores employées pour désigner le sexe féminin.

77 On peut citer, entre autres exemples Lucien, Dialogue des morts, 22 ; Dialogue des courtisanes, 2. Rêver de myrte indique « des femmes pareilles aux courtisanes et pas trop rangées », Artémidore, Clé des Songes, II, 25.

78 Callimaque, Hymne à Artémis, 201 : Diktyna/Britomartis nymphe de Gortyne et protégée d’Artémis échappe neuf mois durant aux assiduités du roi Minos, jusqu’au jour où son péplos s’accroche à un buisson de myrte alors que Minos est sur le point de l’attraper, elle chute dans la mer et tombe dans les filets de pêcheurs. Lors de la fête en son honneur, « on se couronne de pin ou de lentisque, on ne touche pas au feuillage du myrte ».

79 Les vainqueurs des Héraia d’Argos reçoivent une couronne de myrte, scholie à Pindare, Olympiques, VII, 152. D’après Nicandre, Alexipharmaques, 618 et scholie, Héra de l’Imbrasos refuserait les couronnes de myrte puisqu’Aphrodite en était couronnée lors du jugement de Pâris.

80 Ovide, Fastes, IV, 143 : « Vous aussi elle vous ordonne de vous baigner sous le myrte vert (viridi myrto), et la raison de cet ordre n’est pas douteuse ; apprenez-là. Nue sur le rivage, elle faisait sécher ses cheveux ruisselants ; une troupe lascive de Satyres vit la déesse ; elle s’en aperçut et se couvrit de myrte : ce geste assura sa sauvegarde et elle vous ordonne de le renouveler », trad. Henri Le Bonniec, CUF, 1990, modifiée.

81 Longus, Daphnis et Chloé, II, 4 ; Alciphron, Lettres, IV, 13, Paris, Les Belles Lettres, 1999.

82 Steier, RE, s. v. myrtos, col. 1171 ; Carnoy A., Dictionnaire étymologique des noms grecs de plantes, Louvain, Bibliothèque du muséon, vol. 46, 1959, s. v. myrrha et myrtos.

83 Servius, à Virg., En., p. 493.

84 Pausanias, VI, 24, 6.

85 Detienne M., Les jardins d’Adonis. La mythologie des aromates en Grèce ancienne, Paris, Gallimard, 1972.

86 Aristote, Problèmes, XX, 24.

87 Pausanias, I, 22, 2

88 Pausanias, II, 32, 3.

89 Notons que, si les auteurs grecs précisent bien que les feuilles sont particulièrement odorantes, ils n’attribuent pas spécialement la bonne odeur à la présence de ces minuscules capsules que Théophraste ne mentionne pas.

90 Pline, HN, XXIII, 159 : les baies « donnent à l’haleine une bonne odeur, même mâchées la veille ; c’est ainsi que dans Ménandre, les Synaristosae en mangent ».

91 Le commentaire de l’édition Loeb précise que cette date, qui correspondrait à 688-685, serait trop précoce car la colonisation de Naucratis par Milet qui semble avoir eu lieu entre 570 et 550.

92 Athénée, XV, 675f-676e.

93 Pirenne-Delforge V., op. cit. p. 433 sq.

94 Pausanias, V, 13, 7.

95 Expression que j’emprunte à Pierre Brulé.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540