Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemin faisant

 | 
Lydie Bodiou
, 
Véronique Mehl
, 
Jacques Oulhen
, 
et al.

Quatrième partie. Itinéraires corporels

Le costume de l’épouse dans l’art funéraire attique de l’époque classique

Hélène Bectarte

Texte intégral

  • 1 Losfeld G., Essai sur le costume grec, Paris, De Boccard, 1991, p. 198.
  • 2 Ibid., p. 234.
  • 3 Jeammet V., « Le costume grec à travers les figurines en terre cuite. Reflet d’une société démocra (...)

1Certains spécialistes du costume grec ancien défendent la neutralité de celui-ci. G. Losfeld écrit par exemple : « le costume grec est un élément neutre quand il s’agit de distinguer entre eux des individus d’origines sociales disparates1 » et « les observations établies […] à propos de la notion égalitaire du vêtement […] sont aussi valables pour les femmes que pour les hommes2 ». De même, V. Jeammet pense que « le costume des époques archaïque et classique semble garder une certaine neutralité et […] les plus beaux atours sont réservés aux divinités3 ». Parmi les humains ainsi, tout un chacun s’habillerait de manière uniforme, une position que nous infirmerons ici au sujet de l’épouse montrée sur les monuments funéraires dans l’Athènes classique. En effet, l’étude de ces scènes révèlera que le costume de cette dernière prend diverses significations, participant de deux grandes catégories : d’une part, son habillement renseigne sur son identité ; d’autre part, il exprime le paradoxe que constitue sa représentation sur les mémoriaux.

  • 4 Ces critères font l’objet d’une présentation plus détaillée dans notre thèse en préparation.
  • 5 « Portrait de groupe avec dame. Etude sociologique des monuments », Classical Attic Tombstones (ab (...)

2Avant de traiter du costume de l’épouse, il convient de présenter rapidement les principaux critères nous permettant de la reconnaître sur les reliefs et les peintures4. Ils sont au nombre de deux : la position assise sur un siège et la combinaison « costume avec chiton et himation, coiffure en chignon, rouleaux, ruban ou himation ». Ainsi, comme G. Hoffmann5, nous tenons toute femme assise sur un siège pour une épouse. En effet, la littérature grecque de l’époque classique associe très souvent la position assise sur un siège à des personnes de pouvoir et notamment à l’épouse qui détient du pouvoir qu’elle exerce dans la sphère domestique, à titre de maîtresse de maison. Nous considérons que ce qui vaut dans la littérature doit aussi se vérifier dans l’art funéraire. De cette manière, nous identifions sur les mémoriaux attiques classiques environ 950 épouses. Ces épouses en outre revêtent le plus souvent un chiton, un himation et ont les cheveux coiffés en chignon, enroulés autour de la tête, attachés avec un ruban ou recouverts de l’himation, un aspect que nous tenons pour identificatoire de l’épouse. Et sur le seul critère de cette association, nous reconnaissons environ 450 épouses. Notre corpus réunit au total 1414 épouses, soit un ensemble abondant autorisant une approche statistique seule susceptible de permettre une approche globale et de fournir des résultats significatifs.

  • 6 Clairmont C. W., op. cit., p. 24, 30-37, 137-159 ; Hoffmann G., « Ordre et variété dans la gestuel (...)
  • 7 Iriarte A., « Le genre des habits et le tissage de la nudité en Grèce ancienne », Sebillotte Cuche (...)
  • 8 Ibid. Voir aussi Bonfante L., « Nudity as a costume in classical art », AJA, 93, 1989, p. 543-570, (...)
  • 9 Brulé P., Les Grecs et leur monde, Paris, Gallimard, 1998, p. 22-36 et Les femmes grecques à l’épo (...)
  • 10 Losfled G., L’art grec et le vêtement, Paris, De Boccard, 1994, p. 375. Voir aussi ibid, p. 371-37 (...)
  • 11 Ibid., p. 377-399.

3Le costume signale, en premier lieu, l’identité sexuelle. Ainsi, les mémoriaux montrent toujours les épouses vêtues, à l’instar des autres figures féminines et à l’inverse des figures masculines6. En effet, les hommes, jeunes en général, sont parfois représentés nus, surtout en contexte sportif ou militaire. L’art funéraire attique classique se trouve alors en parfaite adéquation avec l’art grec ancien dans son ensemble, qui associe le « célèbre nu masculin sculpté par les Grecs à partir du VIIe siècle av. J.-C.7 » à son « correspondant féminin extrêmement habillé8 ». Le corps masculin, manifestant selon les Anciens les vertus de dynamisme, fermeté ou chaleur, fait l’objet d’une glorification, contrairement au corps féminin, lent, mou ou froid9. Assez fréquemment cependant, les mémoriaux montrent l’épouse enveloppée d’étoffes qui épousent intimement les formes de son corps et laissent transparaître ici un sein, là une cuisse. Certains parlent alors de translucidité du costume, quand il s’agit plutôt d’une adhérence du costume au corps « à tel point qu’il semble être absent pour laisser place à la nudité10 ». La sculpture ne saurait produire un véritable effet de transparence, à l’inverse de la peinture sur vase, où celui-ci, du reste, est très répandu11 : l’artiste n’a qu’un trait à tracer sous le costume pour suggérer une forme corporelle censée transparaître.

  • 12 C. W. Clairmont, op. cit., p. 30-37.
  • 13 CAT 1176, 1188, 1190, etc.
  • 14 CAT 1248, 1283, 1290, etc.
  • 15 CAT 1315, 1334, 1345, etc.
  • 16 Op. cit., p. 31.

4Un autre critère vestimentaire distingue les épouses des hommes dans les scènes : la complexité du costume ; quand les hommes portent le plus souvent un unique himation, parfois assorti de sandales12, les épouses combinent deux vêtements13 dans la plupart des cas et régulièrement trois14 ou quatre15 (tableau 1), la moyenne du nombre de vêtements par épouse s’élevant à 2, 4. En effet, selon C. W. Clairmont: « The dress of female figures has its intricacies and is somewhat more complex as compared to that of male figures because females have more to hide16. » Cette remarque rejoint celles énoncées précédemment : le corps féminin, dévalorisé contrairement au corps masculin, est non seulement toujours dissimulé, mais encore de façon complexe. Il convient d’ajouter que le costume de l’épouse est plus complexe également que celui des femmes montrées sur les vases en céramique, une question que nous détaillerons plus tard.

  • 17 À l’instar de Dallas C., The significance of costume on classical Attic grave stelai. A statistica (...)

5L’épouse porte divers vêtements : un péplos, un chiton court sans manches, un chiton long sans manches, un chiton long à manches courtes, un chiton long à manches longues, un chiton indéterminé, un himation, des lanières, une ceinture, des chaussons ou des sandales17. Il arrive également que le costume ne puisse être identifié.

  • 18 Barker A.-W., « Domestic costume of the Athenian woman in the fifth and fourth centuries B.C. », A (...)
  • 19 Plutarque, Comparaison de Lycurgue et de Numa, 3, 76f.
  • 20 Barker A.-W., op. cit. ; Heuzey L., op. cit., p. 197-225 ; Losfeld G., op. cit., 1991, p. 228-273  (...)
  • 21 Heuzey L., op. cit., p. 85-113 ; Repond J., Les secrets de la draperie antique. De l’himation grec (...)
  • 22 Heuzey L., op. cit., p. 175-180, 184-190; Losfeld G., op. cit., 1991, p. 222-226, 239-240; Llewell (...)
  • 23 Dallas C., op. cit., p. 179-182; Clairmont C. W., op. cit., p. 30-37.
  • 24 Ibid.

6Nous décrirons brièvement ces différents habits. Le péplos18 (fig. 1) est nommé aussi « chiton dorien ». Il consiste en une longue tunique en laine, sans manches, fermée aux épaules par deux grosses fibules, boutons ou points de couture de part et d’autre du cou. La tunique est parfois ouverte sur une longueur, laissant le corps dénudé dans les mouvements. Le péplos ouvert est surtout porté par les Lacédémoniennes, surnommées « phainomèrides » pour cette raison, « celles qui montrent leurs cuisses », d’après Ibycos de Rhégion19. Le péplos ouvert ne figure sur aucun monument funéraire attique classique. Le chiton20 (fig. 2, 3, 4), dit « ionien », est fabriqué souvent avec du lin, parfois avec de la laine ou de la soie. Il descend jusqu’aux genoux ou aux pieds et ne comporte aucune ouverture autour du corps. Il peut être sans manches, à manches courtes ou à manches longues, attaché aux épaules et aux bras par des points de couture continus ou bien par de petites fibules ou des boutons placés à intervalles réguliers et formant des crevés dans les manches. Il s’avère difficile de distinguer un chiton long sans manches d’un péplos dans les scènes, le seul critère différenciant les deux tuniques étant leur densité présumée : un chiton en lin généralement doit sembler plus léger qu’un péplos en laine. L’himation21 (fig. 2, 3, 4) consiste en un grand manteau en laine, de forme rectangulaire, drapé autour du corps, et destiné surtout à être porté à l’extérieur. De temps en temps, les tuniques sont serrées par des lanières (fig. 2), de matières diverses, entourant les épaules ou se croisant sur la poitrine. Il arrive alors que les lanières soient liées entre elles par un disque placé à leur jonction. Les tuniques peuvent être serrées aussi par une ceinture22 (fig. 1, 2), de matières diverses, entourant la poitrine ou la taille. La ceinture retient parfois l’étoffe du vêtement remontée de bas en haut afin de former un pli et serrée contre le corps sous la bandelette ou bien tombant en dessus. Quant aux chaussons23 (fig. 3), ils dissimulent l’intégralité des orteils, à l’inverse des sandales24 (fig. 4), qui apparaissent surtout comme des semelles d’épaisseur variable, le reste des chaussures devant être peint à l’origine et maintenant effacé.

  • 25 Losfeld G., op. cit., 1991, p. 206-280.
  • 26 Ibid., 1994, p. 327.
  • 27 CAT 1152, 1176, 1181, etc.
  • 28 CAT 1203, 1210, 1220, etc.
  • 29 CAT 1301, 1309, 1316, etc.
  • 30 CAT 2121, 2150, 2151, etc.
  • 31 CAT 1376, 2383b, 4271.
  • 32 CAT 840, 1575, 1971, 2383b, 2408, 3467.

7Ces vêtements forment une garde-robe très variée : ils correspondent, peu ou prou, à tout ce que peut porter une femme grecque à l’époque classique25. Mais nous allons voir que c’est de la fréquence de ses différents éléments que le costume de l’épouse tire sa spécificité26 (tableau 2). Dans ce costume, en effet, deux vêtements sont particulièrement récurrents : le chiton long à manches courtes27 et l’himation28. Les deux tiers des épouses environ portent un chiton long à manches courtes et la quasi-totalité, un himation. Compte tenu de la fréquence du chiton long à manches courtes, il est fort probable qu’il faille également reconnaître, dans le chiton indéterminé, un chiton long à manches courtes. Un autre vêtement apparaît de façon régulière : le chiton long sans manches29, dans environ 20 % des cas. Autour de 13 % seulement des épouses portent des chaussures30 : ceci peut s’expliquer par l’imprécision des compositions ou le fait que les chaussures, peintes au départ, sont désormais effacées. Comme nous examinerons plus tard les questions du chiton long à manches longues31 et des lanières32, soulignons que ces vêtements interviennent de façon exceptionnelle.

  • 33 CAT 1220, 1254, 1264, etc.
  • 34 CAT 1203, 1210, 1233, etc.
  • 35 Les résultats valent à condition de considérer le chiton indéterminé comme un chiton long à manche (...)
  • 36 CAT 3849, 3860, 3871, etc.
  • 37 CAT 3905, 3911, 3932, etc.
  • 38 CAT 1327, 1356, 1381, etc.
  • 39 CAT 1714, 1743, 1763, etc.
  • 40 CAT 1301, 1309, 1316, etc.
  • 41 CAT 1610, 1660, 1661, etc.
  • 42 CAT 1291, 1334, 1772, etc.

8La plupart des épouses combinent plusieurs vêtements et ces combinaisons sont, elles aussi, de fréquence variable (tableau 3). Seules les plus récurrentes nous intéresserons ici, faisant l’objet d’une étude approfondie ultérieurement. Très souvent, le chiton long à manches courtes ou le chiton indéterminé, probablement équivalents, se conjuguent avec l’himation : le chiton long à manches courtes et l’himation33 dans environ 65 % des cas ; le chiton indéterminé et l’himation34 dans environ 35 % des cas35. En admettant que le chiton indéterminé corresponde à un chiton long à manches courtes, nous observons au total 1345 épouses combinant ce vêtement avec un himation, soit 98, 4 % des épouses au costume complexe. Avec le chiton long à manches courtes et l’himation, nous trouvons régulièrement le chiton long sans manches36 et les sandales37 : le chiton long sans manches dans environ 20 % des cas ; les sandales dans environ 11 % des cas. Les combinaisons les plus fréquentes sont les suivantes : « chiton long à manches courtes + himation38 » et « chiton indéterminé + himation39 », les deux se valant probablement et caractérisant au total environ 67 % des épouses au costume complexe ; dans une moindre mesure, « chiton long sans manches + chiton long à manches courtes + himation40 », « chiton long à manches courtes + himation + sandales41 » et « chiton long sans manches + chiton long à manches courtes + himation + sandales42 ».

9Après ce tour d’horizon du costume de l’épouse, il convient d’en isoler les éléments signifiants. Ainsi, nous observons trois catégories de vêtements selon leur fréquence : les quasi-systématiques comme le chiton long à manches courtes et l’himation ; les réguliers comme le chiton long sans manches ; les exceptionnels comme les lanières et le chiton long à manches longues.

  • 43 barker A.-W., op. cit.; himmelmann N., Archäologisches zum Problem der griechischen Sklaverei, Wie (...)
  • 44 Vol. VI. Indexes, p. 152-155.
  • 45 Himmelmann N., op. cit., p. 26 ; Hirsch-Dyczek O., « Les représentations des enfants sur les stèle (...)
  • 46 Brulé P., op. cit., 1998, p. 22-36 ; op. cit., 2001, p. 97-115.

10Trois épouses revêtent un chiton long à manches longues : deux d’entre elles occupent un siège et toutes présentent la combinaison « chiton/himation/ coiffure en chignon, rouleaux, ruban ou himation ». Or, la plupart des historiens43 considère cette tenue comme propre aux servantes : barbare, elle conviendrait particulièrement en effet aux esclaves d’origine, le plus souvent ; elle aurait, de plus, l’avantage de dissimuler les plaies causées par les mauvais traitements que les esclaves ne pouvaient manquer d’endurer. L’alternative suivante s’impose alors : ou les femmes avec un chiton long à manches longues ne correspondent pas toujours à des servantes, mais parfois à des épouses ; ou nos épouses avec un chiton long à manches longues ne correspondent pas véritablement à des épouses, mais à des servantes. Plusieurs arguments nous font pencher pour cette dernière éventualité. Le premier est le caractère exceptionnel de ce vêtement dans notre corpus : quand bien même les trois femmes avec un chiton long à manches longues correspondraient à des épouses, ce vêtement ne formerait pas une « tenue d’épouse ». Dans le CAT44 en outre, nous relevons, en dehors de notre corpus, 272 figures féminines vêtues d’un chiton long à manches longues : la quasi-totalité des personnages ainsi vêtus ne participent pas de notre corpus. Et le chiton long à manches longues de caractériser les célibataires. Ces figures féminines se trouvent presque toujours en condition servile : le plus souvent, elles correspondent à des petites filles, dont la taille, inférieure à la moyenne, peut refléter la bassesse de la position sociale45, et le caractère immature et imparfait, la nature servile46 ; elles accompagnent une personne dont elles assurent le service, lui tendant par exemple une boîte ou un bijou. Elles constituent donc très certainement des servantes. De cette manière, les femmes qui, dans notre corpus, portent un chiton long à manches longues ne représentent pas des épouses mais des servantes. Tirons les conclusions : l’épouse ne revêt pas le chiton long à manches longues, car ce dernier signifie la condition servile, impropre à l’épouse, le costume en général marquant, par l’explicite ou l’implicite, la position sociale. Des non-citoyens adoptent des conventions de représentation propres aux citoyens au point de leur être identifiables, car désireux de se conformer, aux yeux de tous pour l’éternité, au modèle social que ces conventions manifestent ; il n’en reste pas moins que le costume les trahit, celui-ci reflétant fidèlement l’identité de la personne qui le porte.

  • 47 Dallas C., op. cit., p. 157-158 ; Clairmont C. W., op. cit., p. 30-37.
  • 48 Vol. VI. Indexes, p. 91-93, 142-144.
  • 49 Woysch-Meautis D., La représentation des animaux et des êtres fabuleux sur les monuments funéraire (...)
  • 50 Cavalier O., « Une stèle attique classique au Musée Calvet d’Avignon. Recherches sur un motif icon (...)
  • 51 Brulé P., La fille d’Athènes. La religion des filles à Athènes à l’époque classique. Mythes, culte (...)
  • 52 CAT 840, 1575, 3467.
  • 53 Woysch-Meautis D., op. cit., p. 55-60.

11Six épouses présentent des lanières, que certains historiens ont associé à la jeunesse47. Diverses raisons nous poussent à admettre cette position. Dans le CAT48 d’abord, nous relevons, en dehors de notre corpus, 55 figures féminines avec des lanières : la quasi-totalité des personnages de ce type ne participe pas de notre corpus. Les lanières caractérisent donc les célibataires. En outre, ces figures féminines se conjuguent régulièrement avec des symboles de la jeunesse, un oiseau49 par exemple ou une poupée50. Ainsi, ces dernières représentent fort probablement des filles dont l’âge précède le moment du mariage. Bien que marquant la jeunesse, les lanières ne sont pas, selon nous, exclusives des épouses. En effet, la précocité de l’âge au mariage dans l’Athènes classique51 produit le paradoxe, au début de la vie conjugale, de la fille-épouse. De cette manière, les lanières de nos épouses pourraient indiquer leur caractère enfantin et les situer juste après le mariage. Soulignons, d’une part, que le paradoxe que forment ces épouses peut expliquer leur rareté et, d’autre part, que plusieurs d’entre elles52 sont associées à des symboles de la jeunesse, chien53 ou oiseau, confirmant leur caractère enfantin.

12Environ 20 % des épouses portent un chiton long sans manches, combiné presque toujours aux très fréquents chiton long à manches courtes et himation. Le chiton long sans manches, régulièrement représenté, doit comporter une valeur distinctive. Mais de quelle nature est cette distinction ? Nous observons que le chiton long sans manches singularise, pour ainsi dire, des épouses d’un certain type : celles en position assise, pourvues d’un ou plusieurs attributs, objets ou animaux, et accompagnées d’au moins deux personnages. Ces représentations particulières sont au nombre de 315 au total. Or, environ 39 % de ces épouses portent un chiton long sans manches contre environ 20 % de l’ensemble des épouses, soit une surreprésentation de l’ordre de 19 points, les premières revêtant cet habit deux fois plus souvent que les secondes. Ce type de représentation d’épouse est particulièrement sophistiqué : la position assise implique toujours un support, quand l’alternative debout se réduit à elle-même ; les épouses pourvues d’un ou plusieurs attributs correspondent seulement à la moitié de notre corpus ; c’est également le cas de celles accompagnées d’au moins deux personnages. De cette manière, le chiton long sans manches, formant presque toujours un ajout vestimentaire aux très fréquents chiton long à manches courtes et himation, s’inscrit plutôt dans un contexte marqué lui-même du sceau de la sophistication. Cette complexité générale peut signifier l’opulence.

  • 54 Cavalier O., « La stèle des adieux. Jamais plus toujours », Cahiers de Mariemont, 20-21, 1989-1990 (...)
  • 55 Losfeld G., op. cit., 1994, p. 327-332.
  • 56 Llewellyn-Jones L., op. cit., p. 215-258.
  • 57 Ibid., p. 189-214; Cairns D. L., « The meaning of the veil in ancient Greek culture », Women’s dre (...)
  • 58 Cairns D. L., op. cit. ; Llewellyn-Jones L., op. cit.

13La quasi-totalité des épouses porte un chiton long à manches courtes et un himation. Soulignons que l’himation fait office de manteau, couvrant une grande partie du corps et notamment la chevelure, assez régulièrement. D’ailleurs, un geste se répand parmi les épouses à partir de la fin du Ve siècle av. J.-C., à savoir celui de ramener d’une main un pan de l’himation sur la chevelure et le profil54. Cet aspect distingue nos épouses des femmes représentées sur les vases en céramique55. En effet, ces dernières peuvent revêtir un simple chiton long, régulièrement dépourvu de manches. Et quand elles portent un himation, elles le font souvent à la manière d’un châle, négligemment jeté sur les jambes ou sur les bras. Ainsi, les épouses des mémoriaux sont davantage couvertes que les femmes des vases en céramique. C’est que, selon nous, celles-ci arborent plutôt une tenue d’intérieur et celles-là, une tenue d’extérieur. En effet, la norme veut, à Athènes à l’époque classique, qu’une épouse, et toute femme réglée56 en général, se voile quand elle quitte la maison57, un acte prenant plusieurs significations : il s’agit de masquer le potentiel sexuel de la femme et de préserver l’intégrité de la sphère masculine qu’est la polis, mais aussi, à l’inverse, de séparer la femme d’une sphère lui étant impropre et de la soustraire notamment aux regards masculins, pour préserver son honneur, aidôs, et celui de son entourage58. La distinction entre les épouses des mémoriaux et les femmes des vases en céramique s’explique certainement par le caractère public ou privé de ces supports : les mémoriaux, en plein air aux yeux de tous, montrent les épouses dans une tenue convenant au contexte d’exposition, tout comme les vases en céramique, voués essentiellement à un usage domestique. Que les épouses portent, sur les mémoriaux, un habillement d’extérieur contredit néanmoins d’autres éléments des scènes dont elles participent, qui la situent à l’intérieur de la maison, comme des outils liés au travail de la laine ou des accessoires de toilette, ces scènes formant ainsi un paradoxe. En effet, la représentation funéraire des épouses ne va pas de soi : de façon contradictoire, elle fait un éloge public d’un individu tourné vers la sphère privée.

14Les mémoriaux montrent l’épouse toujours vêtue, de 2, 4 vêtements en moyenne, qui correspondent le plus souvent à un chiton long sans manches, à un chiton long à manches courtes, à un himation et à des sandales. Les lanières sont rarement portées. Quant au chiton long à manches longues, il n’est pas censé apparaître. Ce costume, vecteur de significations multiples, définit assez globalement l’identité des épouses : le sexe, la position sociale, l’âge, le niveau d’opulence. Mais il traduit aussi le paradoxe que forme la représentation de l’épouse, tournée vers l’intérieur, sur un support public.

Tableau 1. – Population des épouses selon le nombre de vêtements.

a. Cet effectif ne correspond pas à un total : il arrive souvent qu’une même figure porte plusieurs vêtements (Tab. 1).
Tableau 2. – Population des épouses selon le costume.

Tableau 3. – Population des épouses au costume complexe selon la combinaison des vêtements.

Figure 1. CAT 1310 (Attique ; 375-350 av. J.-C.), d’après Bergemannn J., Datenbank der attischen Grabreliefs des späten 5. und des 4. Jhs. v. Chr., Munich, Biering & Brinkmann, 1998.

Figure 2. – CAT 840 (Attique ; 375-350 av. J.-C.). Athènes, Musée du Pirée, 1490, d’après Bergemannn J., op. cit.

Figure 3. – CAT 1870 (Attique ; 375-350 av. J.-C.), d’après Bergemannn J., op. cit.

Figure 4. – CAT 2780a (400-375 av. J.-C. ; New York, collection S. White et L. Levy), d’après Bergemannn J., op. cit.

Notes

1 Losfeld G., Essai sur le costume grec, Paris, De Boccard, 1991, p. 198.

2 Ibid., p. 234.

3 Jeammet V., « Le costume grec à travers les figurines en terre cuite. Reflet d’une société démocratique ? », Chausson F., Inglebert H. (dir.), Costume et société dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Paris, Picard, 2003, p. 35.

4 Ces critères font l’objet d’une présentation plus détaillée dans notre thèse en préparation.

5 « Portrait de groupe avec dame. Etude sociologique des monuments », Classical Attic Tombstones (abrégé désormais CAT), Introductory volume, Clairmont C. W., Kilchberg, Akanthus, 1993, p. 160-179.

6 Clairmont C. W., op. cit., p. 24, 30-37, 137-159 ; Hoffmann G., « Ordre et variété dans la gestuelle des monuments funéraires attiques de l’époque classique », Bodiou L., Frère D., Mehl V. (dir.), L’expression des corps. Gestes, attitudes, regards dans l’iconographie antique, Rennes, PUR, 2006, p. 66.

7 Iriarte A., « Le genre des habits et le tissage de la nudité en Grèce ancienne », Sebillotte Cuchet V., Ernoult N. (dir.), Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris, Publications de la Sorbonne, 2007, p. 289.

8 Ibid. Voir aussi Bonfante L., « Nudity as a costume in classical art », AJA, 93, 1989, p. 543-570, et les études citées p. 543, n. 1 ; Clairmont C. W., op. cit., p. 137-159, et les études citées p. 137, n. 2.

9 Brulé P., Les Grecs et leur monde, Paris, Gallimard, 1998, p. 22-36 et Les femmes grecques à l’époque classique, Paris, Hachette, 2001, p. 97-115.

10 Losfled G., L’art grec et le vêtement, Paris, De Boccard, 1994, p. 375. Voir aussi ibid, p. 371-377.

11 Ibid., p. 377-399.

12 C. W. Clairmont, op. cit., p. 30-37.

13 CAT 1176, 1188, 1190, etc.

14 CAT 1248, 1283, 1290, etc.

15 CAT 1315, 1334, 1345, etc.

16 Op. cit., p. 31.

17 À l’instar de Dallas C., The significance of costume on classical Attic grave stelai. A statistical analysis, Merton College (Thèse), 1987 et de Clairmont C. W., op. cit., p. 30-37, nous considérons, d’une manière large, les lanières, la ceinture, les chaussons ou les sandales comme des vêtements.

18 Barker A.-W., « Domestic costume of the Athenian woman in the fifth and fourth centuries B.C. », AJA, 26, 1922, p. 410-425; Heuzey L., Histoire du costume antique, d’après des études sur le modèle vivant, Paris, Champion, 1922, p. 143-196; Losfeld G., op. cit., 1991, p. 210-228; Barber E.W.J., « The peplos of Athena », Neils J. (dir.), Goddess and polis : the Panathenaic Festival in ancient Athens, Princeton, Princeton University Press, 1992, p. 103-117; Schmaltz B., « Peplos und Chiton: frühe griechische Tracht und ihre Darstellungskonventionen », JDAI, 113, 1998, p. 1-30; Lee M. M., The myth of the classical peplos, Bryn Mawr College (Thèse), 1999; Llewellyn-Jones L. (dir.), Women’s dress in the ancient Greek world, Londres, Duckworth, 2002; Jeammet V., op. cit., p. 25-35.

19 Plutarque, Comparaison de Lycurgue et de Numa, 3, 76f.

20 Barker A.-W., op. cit. ; Heuzey L., op. cit., p. 197-225 ; Losfeld G., op. cit., 1991, p. 228-273 ; Schmaltz B., op. cit. ; Llewellyn-Jones L., op. cit. ; Jeammet V., op. cit. ; Morizot Y., « Les Grecs, leurs vêtements, leur image », Chausson F., Inglebert H. (dir.), op. cit., p. 37-48.

21 Heuzey L., op. cit., p. 85-113 ; Repond J., Les secrets de la draperie antique. De l’himation grec au pallium romain, Rome – Paris, Pontificio Istituto di Archeologia Cristiana, Les Belles Lettres, 1931 ; Losfeld G., op. cit., 1991, p. 273-280 ; Llewellyn-Jones L., op. cit. ; Jeammet V., op. cit.

22 Heuzey L., op. cit., p. 175-180, 184-190; Losfeld G., op. cit., 1991, p. 222-226, 239-240; Llewellyn-Jones L., op. cit.; Jeammet V., op. cit.

23 Dallas C., op. cit., p. 179-182; Clairmont C. W., op. cit., p. 30-37.

24 Ibid.

25 Losfeld G., op. cit., 1991, p. 206-280.

26 Ibid., 1994, p. 327.

27 CAT 1152, 1176, 1181, etc.

28 CAT 1203, 1210, 1220, etc.

29 CAT 1301, 1309, 1316, etc.

30 CAT 2121, 2150, 2151, etc.

31 CAT 1376, 2383b, 4271.

32 CAT 840, 1575, 1971, 2383b, 2408, 3467.

33 CAT 1220, 1254, 1264, etc.

34 CAT 1203, 1210, 1233, etc.

35 Les résultats valent à condition de considérer le chiton indéterminé comme un chiton long à manches courtes.

36 CAT 3849, 3860, 3871, etc.

37 CAT 3905, 3911, 3932, etc.

38 CAT 1327, 1356, 1381, etc.

39 CAT 1714, 1743, 1763, etc.

40 CAT 1301, 1309, 1316, etc.

41 CAT 1610, 1660, 1661, etc.

42 CAT 1291, 1334, 1772, etc.

43 barker A.-W., op. cit.; himmelmann N., Archäologisches zum Problem der griechischen Sklaverei, Wiesbaden, F. Steiner, 1971, p. 16; dallas C., op. cit., p. 152; clairmont C. W., op. cit., p. 31, « Long-sleeved chitons are the exclusive garment of servant-maids ».

44 Vol. VI. Indexes, p. 152-155.

45 Himmelmann N., op. cit., p. 26 ; Hirsch-Dyczek O., « Les représentations des enfants sur les stèles funéraires attiques », Warszawa-Krakow, 34, 1983, p. 54-55 ; Dallas C., op. cit., p. 119-126.

46 Brulé P., op. cit., 1998, p. 22-36 ; op. cit., 2001, p. 97-115.

47 Dallas C., op. cit., p. 157-158 ; Clairmont C. W., op. cit., p. 30-37.

48 Vol. VI. Indexes, p. 91-93, 142-144.

49 Woysch-Meautis D., La représentation des animaux et des êtres fabuleux sur les monuments funéraires grecs, Lausanne, Bibliothèque Historique Vaudoise, 1982, p. 39-53.

50 Cavalier O., « Une stèle attique classique au Musée Calvet d’Avignon. Recherches sur un motif iconographique », RLouvre, 38, 1988, p. 285-293.

51 Brulé P., La fille d’Athènes. La religion des filles à Athènes à l’époque classique. Mythes, cultes et société, Paris, Les Belles Lettres, 1987, p. 361-367 et La Grèce d’à côté. Réel et imaginaire en miroir en Grèce antique, Rennes, PUR, 2007, p. 73-79 ; Verilhac A.-M., Vial Cl., Le mariage grec. Du VIe siècle av. J.-C. à l’époque d’Auguste, BCH suppl. 32, 1998, p. 214-218.

52 CAT 840, 1575, 3467.

53 Woysch-Meautis D., op. cit., p. 55-60.

54 Cavalier O., « La stèle des adieux. Jamais plus toujours », Cahiers de Mariemont, 20-21, 1989-1990, p. 7-24 et « Le chagrin vaincu. A propos d’une nouvelle stèle cycladique au Musée Calvet », REA, 105, 2003, p. 393-412 ; Llewellyn-Jones L., Aphrodite’s tortoise. The veiled woman of ancient Greece, Swansea, The Classical Press of Wales, 2003, p. 85-120 ; Hoffmann G., op. cit., 2006 et « À propos de la stèle funéraire attique de Mika, fille d’Hippoklès, quelques questions méthodologiques », Pallas, 2008, 75, p. 180. À l’instar de L. Llewellyn-Jones et à l’inverse du plus grand nombre, nous n’appelons pas anakalypsis, c’est-à-dire « dévoilement », ce geste qui, selon nous, consiste au contraire à voiler les cheveux et le visage.

55 Losfeld G., op. cit., 1994, p. 327-332.

56 Llewellyn-Jones L., op. cit., p. 215-258.

57 Ibid., p. 189-214; Cairns D. L., « The meaning of the veil in ancient Greek culture », Women’s dress in the ancient Greek world, Llewellyn-Jones L. (dir.), Londres, Duckworth, 2002, p. 73-93.

58 Cairns D. L., op. cit. ; Llewellyn-Jones L., op. cit.

Table des illustrations

Légende Tableau 1. – Population des épouses selon le nombre de vêtements.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103028/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende a. Cet effectif ne correspond pas à un total : il arrive souvent qu’une même figure porte plusieurs vêtements (Tab. 1).Tableau 2. – Population des épouses selon le costume.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103028/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Tableau 3. – Population des épouses au costume complexe selon la combinaison des vêtements.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103028/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Légende Figure 1. CAT 1310 (Attique ; 375-350 av. J.-C.), d’après Bergemannn J., Datenbank der attischen Grabreliefs des späten 5. und des 4. Jhs. v. Chr., Munich, Biering & Brinkmann, 1998.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103028/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Figure 2. – CAT 840 (Attique ; 375-350 av. J.-C.). Athènes, Musée du Pirée, 1490, d’après Bergemannn J., op. cit.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103028/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Figure 3. – CAT 1870 (Attique ; 375-350 av. J.-C.), d’après Bergemannn J., op. cit.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103028/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende Figure 4. – CAT 2780a (400-375 av. J.-C. ; New York, collection S. White et L. Levy), d’après Bergemannn J., op. cit.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/103028/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 287k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540