Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemin faisant

 | 
Lydie Bodiou
, 
Véronique Mehl
, 
Jacques Oulhen
, 
et al.

Troisième partie. Vers le polythéisme

À propos des généalogies de Pan

Madeleine Jost

Texte intégral

  • 1 Roscher W. H., « Die Sagen von der Geburt des Pan », Philologus, 53, 1894, p. 362-377. J’ai discut (...)
  • 2 Borgeaud Ph., Recherches sur le dieu Pan, Genève, 1979, p. 84.
  • 3 Voir les testimonia rassemblés par Pease A.S., M. Tulli Ciceronis, De Natura Deorum, Cambridge Mas (...)

1Les Anciens s’accordaient pour faire de Pan un dieu arcadien de très lointaine origine, caractérisé par son apparence hybride, en partie bouc, en partie homme. Pour sa généalogie en revanche, il n’y a pas moins de quatorze variantes, dont un article de Roscher, toujours utile, a fait l’inventaire1. Mais lorsque Pan fut introduit à Athènes au lendemain des Guerres Médiques, puis diffusé dans toute la Grèce, on ressentit le besoin « d’universaliser » le dieu2. La version retenue à Athènes et qui fut ensuite la plus répandue à l’époque hellénistico-romaine fit de Pan le fils de Pénélope et d’Hermès3. On étudiera ici les rapports entre cette versio communis et les traditions proprement arcadiennes.

  • 4 Hérodote, VI, 105. Voir une analyse de cette adoption de Pan dans Parker R., Athenian Religion : A (...)
  • 5 Hérodote, II, 145.
  • 6 Lucien, Dialogue des dieux, 22.
  • 7 Plutarque, Sur la disparition des oracles, 17 (419d).
  • 8 Hérodote ou Plutarque ne précisent pas l’identité de Pénélope, tant elle devait être claire pour c (...)

2Hérodote rapporte les circonstances de l’introduction de Pan à Athènes. Philippidès, un coureur de longues distances, avait été envoyé par les Athéniens à Sparte en qualité de héraut, pour demander l’aide des Lacédémoniens à la veille de la bataille de Marathon. Quand il traversait l’Arcadie, Pan lui apparut et proposa ses services aux Athéniens : la victoire ayant été acquise, ceux-ci érigèrent au dieu un sanctuaire au pied de l’Acropole4. Hérodote écrit peu de décennies après l’introduction de Pan à Athènes. À l’en croire, Pan, né quelque huit siècles auparavant, était « le fils de Pénélope, car c’est d’elle qu’il naquit, à ce que disent les Grecs, et d’Hermès5 » ; à l’époque romaine encore, Lucien dans son Dialogue des dieux6, comme Plutarque avant lui7, retient la même filiation. La désignation d’Hermès comme père de Pan n’est pas étonnante : les deux divinités ont des affinités ; l’un et l’autre ont dans leurs fonctions d’être un dieu pastoral. Plus inattendue est Pénélope donnée pour sa mère, alors que la littérature en fait essentiellement l’épouse fidèle d’Ulysse8. Pour expliquer cette attribution, il faut revenir en Arcadie, la patrie du dieu.

  • 9 Ps.-Apollodore, Épitomé, VII, 38.
  • 10 Douris, cité par une scholie à Lycophron, Alexandra, 772 (FGrH 76 F 21). Cf. Mactoux M.-M., op. ci (...)

3Selon un passage de l’Épitomé du Pseudo-Apollodore, « certains disent que Pénélope s’était laissée séduire par Antinoos ; Ulysse la renvoya chez son père Ikarios, puis elle alla à Mantinée, où, enceinte des œuvres d’Hermès, elle mit au monde Pan9 ». Le thème de l’infidélité de Pénélope appartient à un courant littéraire développé au moins à partir de la fin du IVe siècle av. J.-C. ; une tradition conservée par Douris au IIIe siècle av. J.-C., voudrait même qu’elle ait engendré le dieu Pan (Πάν) de tous (πάντες) les prétendants10 !

  • 11 Pausanias, VIII, 36, 8.
  • 12 Pausanias, VIII, 12, 5.

4La localisation de la naissance de Pan en Mantinique renvoie en tout cas à des données religieuses de cette région. Le dieu était tout particulièrement honoré dans le haut massif tourmenté du Ménale, qui borde la plaine de Mantinée. Le mont Ménale passait pour lui être consacré (ἱερός), « au point – précise Pausanias – que les habitants alentour prétendent même entendre le dieu qui joue de la syrinx11 ». À cette présence fortement attestée de Pan s’ajoute dans la Périégèse, sur la route qui conduit de Mantinée à Orchomène, la mention d’un tertre élevé, dans lequel les gens du cru voyaient le tombeau de Pénélope12.

  • 13 Pausanias, VIII, 12, 6.
  • 14 Borgeaud Ph., op. cit., p. 85 n. 65.
  • 15 Cf. aussi Pindare (fr. 100 Snell, d’après Servius, Comm. à Virgile, Géorgiques, I, 16) pour Pénélo (...)
  • 16 Mactoux M.-M., op. cit., p. 209-213.

5La raison de cette présence de Pénélope en Mantinique est loin d’être évidente, mais selon Pausanias, « la légende des Mantinéens concernant Pénélope veut qu’Ulysse l’ait convaincue d’avoir introduit des amoureux dans sa maison et que, répudiée, elle s’en soit allée sur-le-champ à Lacédémone, et plus tard qu’elle soit allée s’installer de Sparte à Mantinée où elle aurait fini ses jours13 ». Certes les sources invoquées ici – le Ps.-Apollodore et Pausanias – sont récentes, et a priori, comme le note Philippe Borgeaud, il n’est pas exclu qu’il s’agisse « d’élaborations tardives tendant à rattacher l’Arcadie et ses dieux à la vieille poésie homérique14 ». Pourtant l’adoption de Pénélope comme mère de Pan à Athènes dès le Ve siècle av. J.-C.15 peut faire pencher pour une autre proposition de Philippe Borgeaud en imaginant les « énigmatiques vestiges d’une très ancienne mythologie ». De cette Pénélope des origines, on ne sait rien : serait-elle une ancienne divinité de la végétation déchue, comme le pensait M.-M. Mactoux16 ? Cela reste bien hypothétique. Elle fut en tout cas assimilée à la Pénélope fille d’Ikarios homérique, à une époque qui nous échappe malheureusement.

  • 17 Lucien, Dialogue des dieux, 22, 2. Cf. aussi scholie à Théocrite, VII, 109-110a et c ; Servius, Co (...)

6Quoi qu’il en soit, la versio communis sur la généalogie de Pan pourrait avoir son origine dans la tradition mantinéenne. Quant à l’apparence semi-thériomorphique du dieu, les sources n’éprouvent généralement pas le besoin de la justifier ; il faut attendre le rationalisme d’un Lucien pour faire dire par Pénélope à Pan : « Sache que comme père tu as un dieu, Hermès, fils de Maïa et de Zeus. Si tu as des cornes et si tes jambes sont celles d’un bouc, ne t’en afflige pas. Quand ton père m’a approchée, il s’était rendu semblable à un bouc pour ne pas être reconnu, et voilà d’où t’est venue ta ressemblance avec un bouc17. »

7Reste à expliquer pourquoi la version de Mantinée avait été préférée à deux autres versions arcadiennes, celle du mont Lycée et celle de Tégée.

  • 18 Cf. Jost M., op. cit., p. 460-461.
  • 19 Epiménide, fr. 16 Diels-Kranz (scholie au Rhésos d’Euripide, 36 ; scholie à Théocrite, I, 3 a ; cf (...)
  • 20 Le sort réservé à ceux qui enfreignent le tabou varie selon les sources (cf. Jost M., op. cit., p. (...)
  • 21 Hésiode, fr. 163 Merk-West, dans Ps.-Ératosthène, Catastérismes, 1.
  • 22 Pausanias, VIII, 38, 5.
  • 23 Scholie à Théocrite, I, 123c.
  • 24 La remarque est de Borgeaud Ph., op. cit., p. 68. On ne suivra pas nécessairement cet auteur lorsq (...)

8La version du mont Lycée, si on la débarrasse de textes dont l’appartenance géographique est douteuse18, se résume à une affirmation du Crétois Épiménide, conservée dans des scholies au Rhésos d’Euripide et à Théocrite : « Épiménide dans ses poèmes dit que Pan et Arkas étaient fils jumeaux de Zeus et de Kallistô19. » L’association des noms de Zeus, d’Arkas et de Kallistô renvoie au mont Lycée : ce lieu, et plus précisément le téménos de Zeus Lykaios où il était interdit de pénétrer20, est le théâtre d’une légende qui rassemble les trois personnages. Selon un récit remontant peut-être à Hésiode, Kallistô entra un jour dans l’abaton, dont elle ignorait la loi ; elle y fut poursuivie par son propre fils Arkas, avant que Zeus ne la place parmi les astres21. Quant à Pan, comme sur le Ménale, il est très présent dans la vie religieuse sur le mont Lycée. Pausanias y signale, en liaison avec le sanctuaire de Zeus, un sanctuaire de Pan entouré d’un bois sacré22 ; celui-ci devait avoir une réelle importance, puisque dans les listes des vainqueurs aux concours des Lykaia, célébrés dans le stade et l’hippodrome voisins, on voit le prêtre de Pan alterner avec celui de Zeus comme éponyme des jeux. Outre ses fonctions de dieu des bergers, Pan était aussi, si l’on en croit une scholie à Théocrite23, un dieu oraculaire sur le mont Lycée. Enfin, la gémellité de Pan et Arkas peut s’expliquer par des similitudes entre les personnages : Pan règne sur les contrées incultes et montagneuses ; Arkas a une enfance sauvage (il est recueilli par des chevriers)24 et, sur le Lycée, il apparaît comme un chasseur à la poursuite de sa mère.

  • 25 Lactance Placide, Comm. à Stace, Thébaïde, II, 206.
  • 26 Cf. Jost M., op. cit., p. 184, n. 7, 466 et pl. 63, fig. 4.

9Connue d’Épiménide, la version du mont Lycée était donc ancienne ; elle survit chez Lactance Placide, selon qui Pan « était né sur le mont Lycée25 ». Cette légende illustrait l’importance de Pan sur cette montagne ; de plus, elle présentait l’intérêt d’associer deux personnages qui étaient l’un et l’autre des symboles de l’Arcadie, Arkas, le héros éponyme, et Pan, qui figure au revers du monnayage de la Confédération arcadienne en pendant de Zeus26. Mais son ancrage local très affirmé dut constituer un obstacle à l’adoption de cette version par les Athéniens. De plus, Zeus, mis à part son rôle fréquent de père, n’était pas aussi spontanément mis en relation avec Pan que le dieu Hermès. Le Pan attique avait hérité du chevrier arcadien une forte coloration agreste que cautionnait bien mieux que Zeus le dieu Hermès, protecteur des bergers et de leurs troupeaux.

  • 27 Aria(i)thos cité dans une scholie au Rhésos d’Euripide, 36 (cf. FGrH 316 F 4).
  • 28 Aristippos, cité dans une scholie à Théocrite, I, 3 a (cf. FGrH 317 F 3).
  • 29 Mythographe du Vatican I, 88.
  • 30 Virgile, Géorgiques, I, 18 et scholie à ce vers (cf. Dain Ph., Mythographe du Vatican I. Traductio (...)
  • 31 Cf. Pausanias, VIII, 54, 6. Le sanctuaire peut avoir existé avant que ne lui soit rattaché l’épiso (...)

10Un troisième groupe de généalogies est lié à la région de Tégée ; il est d’autant plus digne d’intérêt qu’il émane de deux historiens arcadiens auteurs d’Arkadika, Aria(i)thos de Tégée, qui donne pour parents à Pan Aither et la nymphe Oinoé27, et Aristippos, qui cite Zeus et la Nymphe Oinéis28. Le Mythographe du Vatican I contamine la version mantinéenne et la localisation à Tégée de la naissance de Pan : « Après la mort d’Ulysse – écrit-il – Mercure coucha avec sa femme Pénélope qui, près de la citadelle de Tégée, lui donna un fils nommé Pan ; de là vient qu’on le qualifie aussi de Tégéen29. » L’érudit s’inspire en fait d’une scholie aux Géorgiques de Virgile qui explique la qualification de « dieu de Tégée » chez ce poète30. L’existence de versions tégéates est corroborée par le fait que la région possédait dans le mont Parthénion le sanctuaire de Pan où le dieu serait apparu à Philippidès31.

  • 32 Cicéron, De la nature des dieux, III, 21, 53-54. Cf. Clément d’Alexandrie, Protr., II, 28, 1 ; Min (...)
  • 33 Cf. ci-dessus n. 19 et Eschyle, fr. 25b Radt. On retrouve Kronos comme père de Pan, associé à Rhéa (...)
  • 34 Borgeaud Ph., op. cit., p. 69.
  • 35 Roscher W. H., loc. cit., p. 372-374.
  • 36 Ibid., p 375. L’interprétation de Roscher provient de ce qu’il corrige en Pan Oinoeis le Pan Sinoe (...)
  • 37 Pausanias, VIII, 47, 3.

11Dans la version d’Ariaithos, Aither ne renvoie à aucune réalité cultuelle, mais si l’on en croit les théologiens cités entre autres par Cicéron32, il s’agit en Arcadie d’un nom donné à Kronos, le père de Zeus. Pan serait donc ici non pas le fils de Zeus mais son demi-frère. Ce texte nous renvoie à un passage de la scholie au Rhésos déjà citée, selon lequel, d’après Eschyle, il y avait deux Pans, « l’un fils de Zeus (celui là même qui était jumeau [d’Arkas]), l’autre, fils de Kronos33 ». De cette dualité, Philippe Borgeaud tente de rendre compte de manière structurelle (par des similitudes entre Zeus, son demi-frère, et Arkas, son jumeau et par le lien établi entre Arkas et le monde de Pan)34. Je retiendrai plutôt que la double généalogie du dieu renvoie à deux traditions locales arcadiennes distinctes, situées l’une sur le mont Lycée, celle de Zeus, l’autre à Tégée. Eschyle peut avoir, comme le pensait déjà Roscher35, supposé l’existence de deux Pans en raison de l’aspect contradictoire des versions locales. La version d’Aristippos quant à elle, qui donne Zeus comme père de Pan, est isolée ; elle rejoint la légende du Lycée, sauf pour l’identité de la mère du dieu, la nymphe Oinéis. La Nymphe Oinéis n’est pas connue autrement ; ce devait être une nymphe locale. En revanche, Oinoé est une Nymphe, non pas cyllénienne ou originaire du mont Lycée, comme le dit Roscher36, mais proprement tégéate. Elle était donnée comme nourrice de Zeus et figurait sur le grand autel de Tégée où elle était représentée à côté de Rhéa, portant le jeune dieu37.

12Donner une Nymphe comme mère à Pan s’accordait bien avec la nature agreste du dieu : les Nymphes sont liées à la nature, en particulier la montagne, ses rivières et ses arbres. Mais le caractère local et le peu de rayonnement des Nymphes tégéates les rendaient difficiles à adopter en Attique ; tout aussi marquée régionalement était la désignation de Kronos comme Aither. De plus la filiation à partir de Aither/Kronos était difficile à comprendre (elle entraîne chez J. Lydos l’attribution de la maternité à Rhéa) et, quelle qu’ait été sa signification en Arcadie, elle n’était guère transposable en Attique.

  • 38 Cf. Parker R., op. cit., p. 163-168.
  • 39 Aristophane, Thesmophories, 977-978.
  • 40 Pausanias, VIII, 38, 11.
  • 41 Cf. borgeaud Ph., op. cit., p. 103-105.
  • 42 borgeaud Ph., ibid.

13On peut admettre que plusieurs des versions de la naissance de Pan en Arcadie parvinrent en Attique dès le début du Ve siècle av. J.-C., lorsque le personnage de Pan commença à y être attesté38 (deux d’entre elles apparaissaient chez Eschyle, on l’a vu). La version mantinéenne l’emporta, car elle convenait mieux au polythéisme attique. Dans les Thesmophories d’Aristophane39, le chœur prie « Hermès, dieu des pasteurs (νόμιος), Pan et les Nymphes chéries » ; c’est le même qualificatif νόμιος qui sert d’épiclèse à Pan en Arcadie, près de Lykosoura : les monts Nomiens « portent un sanctuaire de Pan Nomios et l’on donne à l’endroit le nom de Melpeia. C’est là, dit-on – rapporte Pausanias – que Pan inventa la mélodie de la syrinx. Quant à l’appellation des monts Nomiens, le plus naturel est de le mettre en relation avec les pâturages (νόμαι) de Pan ; mais les Arcadiens eux, y reconnaissent le nom d’une Nymphe40 ». La sphère d’action de Pan comme berger (il est aussi chasseur) est plus limitée que celle de son père : il surveille les chèvres et les moutons ; les chevaux et les bovins n’appartiennent pas à son domaine ; mais comme Hermès il veille sur la fécondité des troupeaux ; plusieurs poèmes de l’Anthologie en témoignent41. Pan « prolonge et précise Hermès », résume Philippe Borgeaud, comme il arrive souvent dans le processus généalogique : « Berger-bouc-divin, Pan assure littéralement à ses troupeaux de chèvres la fécondité et la protection qu’Hermès garantit, de manière symboliquement plus détournée, à tous les troupeaux42. »

  • 43 Odyssée, XXIV, 1.
  • 44 Hymne homérique à Hermès (tradition reprise par le Pseudo-Apollodore, III, 10, 2). On trouvera com (...)
  • 45 sophocle, Ajax, 695-697 ; cf. aussi Anthologie Palatine, VI, 96, 3 où Pan est appelé : « dieu camp (...)
  • 46 borgeaud Ph., op. cit., p. 105.

14On ajoutera qu’Hermès était, comme Pan, très fortement lié à l’Arcadie dans la tradition commune. Dans l’Odyssée déjà43 Hermès est qualifié de Kyllénios, et après le récit de la naissance du dieu dans le mont Cyllène, développée avec tant de fraîcheur dans l’Hymne homérique à Hermès, il ne cessa d’être appelé Kyllénios, tant par les poètes que par les scholiastes et les érudits44. Dieu indigène en Arcadie, Hermès était donc particulièrement qualifié pour être le père de Pan, qui fut à son tour rattaché au Cyllène par les poètes comme Sophocle dans l’Ajax : « O Pan !… va, quitte le Cyllène, ses sommets rocheux que battent les neiges45. » À un dieu arcadien convenait un père arcadien. Enfin l’introduction officielle de Pan à Athènes, consécutive à la course du héraut Philippidès auquel le dieu serait apparu, serait, selon Philippe Borgeaud46, à placer sous le signe d’Hermès, en tant que dieu fréquemment associé aux courses de vitesses.

  • 47 Cf. TrGF III, p. 801 et fr. 187 Radt (Eschyle) et TrGF I2, p. 139-142 (Philoclès).
  • 48 Fr. 451A Radt ; cf. Jouanna J., Sophocle, Paris, 2007, p. 650.
  • 49 Aristophane, Thesmophories, 547.
  • 50 Chiusi, Museo Nazionale Etrusco, 1831: cf. Beazley J.D., ARV 1300/2.

15Quant à Pénélope, la femme d’Ulysse dans l’Odyssée, c’était une figure populaire au Ve siècle. Eschyle et son neveu Philoclès l’Ancien avaient écrit l’un et l’autre une pièce intitulée Pénélope47 ; Sophocle faisait certainement intervenir l’héroïne dans sa tragédie intitulée Niptra (le « Bain »), qui était, croit-on, la suite et fin de l’Odyssée48 ; seul des trois grands tragiques, Euripide ne se serait pas intéressé à elle, sans doute, selon une des femmes dans les Thesmophories d’Aristophane, « parce qu’elle passait pour vertueuse49 » ! La céramique du Ve siècle av. J.-C. n’ignorait pas non plus le personnage : un skyphos de Chiusi du Peintre de Pénélope, daté vers 440 av. J.-C.50, représente Pénélope assise devant son métier à tisser, avec Télémaque debout devant elle.

  • 51 Malgré les propositions rassemblées dans Mactoux M.-M., op. cit., p. 49-55.
  • 52 Cf. ci-dessus note 8 ; Hérodote ne précise rien pour cette Pénélope, ce qui renvoie au personnage (...)

16S’il est difficile de juger de ce qu’était le caractère de Pénélope chez les Tragiques51, il semble néanmoins que l’image de la femme fidèle l’ait emporté à l’époque classique. Mais alors comment cette image a-t-elle pu s’accorder avec celle de la mère de Pan, qui concerne pourtant à n’en pas douter le même personnage52 ?

  • 53 Voir toutefois les remarques de P. Carlier sur une image de Pénélope différente de celle de l’Odys (...)
  • 54 Ps.-Apollodore, Épitomé, VII, 38.
  • 55 Cf. schol. Bernensia à Virgile, Georgiques, I, 18 et Mythographe du Vatican, I, 89. Dans la Télégo (...)
  • 56 Cf. Vellay C., Les Légendes du Cycle troyen, Monaco, 1957, t. 1, p. 214 ; mais l’auteur ne précise (...)
  • 57 On en dira autant de la tradition selon laquelle Hermès aurait approché Pénélope sous la forme d’u (...)
  • 58 Cf. mes réflexions sur les traditions religieuses contradictoires dans Jost M., « Identité et dive (...)
  • 59 Signalons une autre relation fantaisiste établie par les commentateurs anciens entre Pénélope et P (...)
  • 60 Mactoux M.-M., op. cit., p. 233. L’étymologie admise par Chantraine P., DELG, s.v. Πηνελόπεια, fai (...)
  • 61 Mactoux M.-M., op. cit., p. 233.

17Imaginer que l’idée d’une Pénélope infidèle existait déjà au Ve siècle av. J.-C. est hasardeux, compte tenu de l’incertitude où l’on est du contenu des drames classiques53. Chercher à disculper Pénélope, en supposant qu’elle se serait unie à Hermès soit après avoir été répudiée par Ulysse54, soit après la mort de celui-ci55, soit même avant son mariage56, relève ici d’un rationalisme excessif57. La nécessité d’un ensemble de traditions cohérent ne s’imposait sans doute pas au Ve siècle av. J.-C., et l’on est plutôt tenté d’admettre la coexistence, après l’adoption de Pan à Athènes, de deux images contradictoires de Pénélope, l’une héritée d’Homère et l’autre venant d’Arcadie et plus précisément de Mantinique, sans que l’on ait eu le souci de rechercher entre elles une compatibilité improbable58. Entre Pénélope et Pan, on a parfois suggéré de voir une relation étymologique (Panelopa/Pan)59 : elle est impossible60 et, tout au plus, peut-on suggérer avec M.-M. Mactoux que « si Pénélope a pu devenir aussi facilement la mère de Pan, c’est peut-être aussi parce que son nom la prédisposait à cette maternité61 ». Au vrai, la nature du lien réel entre Pénélope et Pan nous échappe. Quoi qu’il en soit, il est clair que l’image arcadienne d’une Pénélope mère de Pan était suffisamment banale aux yeux d’un lecteur d’Hérodote pour ne pas appeler de commentaire.

  • 62 Pindare, fr. 95 Snell.
  • 63 Virgile, Buccoliques, X, 26 ; Géorgiques, III, 392.

18L’adoption par les Athéniens d’une légende arcadienne s’accorde bien avec le récit de l’installation à Athènes du dieu arcadien qui était apparu à Philippidès. La version mantinéenne, parce qu’elle retenait Hermès pour père de Pan, plutôt que Zeus ou Aither/Kronos, concordait avec l’image arcadienne pastorale du dieu que retinrent les Athéniens. Quelques ajustements furent apportés à Pan lors de son adoption hors d’Arcadie, mais il resta toujours essentiellement pour les Grecs le dieu pasteur « qui règne sur l’Arcadie » (Pindare)62, puis à Rome le deus Arcadiae (Virgile)63.

Notes

1 Roscher W. H., « Die Sagen von der Geburt des Pan », Philologus, 53, 1894, p. 362-377. J’ai discuté la pertinence des attributions de ces légendes à telle ou telle région dans mes Sanctuaires et cultes d’Arcadie, Paris, 1985, p. 460-463.

2 Borgeaud Ph., Recherches sur le dieu Pan, Genève, 1979, p. 84.

3 Voir les testimonia rassemblés par Pease A.S., M. Tulli Ciceronis, De Natura Deorum, Cambridge Mass., 1955, p. 1110-1111, note à III, 22, 56, et le tableau général des sources de Mactoux M.-M., Pénélope. Légende et mythe, Paris, 1975, p. 222.

4 Hérodote, VI, 105. Voir une analyse de cette adoption de Pan dans Parker R., Athenian Religion : A History, Oxford, 1996, p. 163-168.

5 Hérodote, II, 145.

6 Lucien, Dialogue des dieux, 22.

7 Plutarque, Sur la disparition des oracles, 17 (419d).

8 Hérodote ou Plutarque ne précisent pas l’identité de Pénélope, tant elle devait être claire pour ces lecteurs d’Homère. Chez Lucien, Pénélope est explicitement donnée comme fille d’Ikarios et chez le Mythographe du Vatican I comme la femme d’Ulysse. À noter toutefois que Nonnos (Dionysiaques, XIV, 92-93) en fait une nymphe et que Tzetzès (Comm. à Lycophron, Alexandra, 772) parle d’une « autre Pénélope » qui aurait, selon Roscher (après d’autres), loc. cit., p. 368-370, été plus tard identifiée avec l’épouse d’Ulysse. Rien n’autorise à partir de cette source tardive à supposer une telle évolution et l’on est tenté de voir plutôt dans la distinction entre Pénélope femme d’Ulysse et la Nymphe Pénélope une invention tardive faite pour disculper Pénélope.

9 Ps.-Apollodore, Épitomé, VII, 38.

10 Douris, cité par une scholie à Lycophron, Alexandra, 772 (FGrH 76 F 21). Cf. Mactoux M.-M., op. cit., p. 97 et 222 (autres attestations de la version donnée par Douris). Le scholiaste des Halieutika d’Oppien, III, 15, qui recueille la même anecdote, qualifie Pénélope de πόρνη.

11 Pausanias, VIII, 36, 8.

12 Pausanias, VIII, 12, 5.

13 Pausanias, VIII, 12, 6.

14 Borgeaud Ph., op. cit., p. 85 n. 65.

15 Cf. aussi Pindare (fr. 100 Snell, d’après Servius, Comm. à Virgile, Géorgiques, I, 16) pour Pénélope associée à Apollon.

16 Mactoux M.-M., op. cit., p. 209-213.

17 Lucien, Dialogue des dieux, 22, 2. Cf. aussi scholie à Théocrite, VII, 109-110a et c ; Servius, Comm. à Virgile, Enéide, II, 44.

18 Cf. Jost M., op. cit., p. 460-461.

19 Epiménide, fr. 16 Diels-Kranz (scholie au Rhésos d’Euripide, 36 ; scholie à Théocrite, I, 3 a ; cf. FGrH 457 F 9).

20 Le sort réservé à ceux qui enfreignent le tabou varie selon les sources (cf. Jost M., op. cit., p. 255-256).

21 Hésiode, fr. 163 Merk-West, dans Ps.-Ératosthène, Catastérismes, 1.

22 Pausanias, VIII, 38, 5.

23 Scholie à Théocrite, I, 123c.

24 La remarque est de Borgeaud Ph., op. cit., p. 68. On ne suivra pas nécessairement cet auteur lorsqu’il suppose que cette gémellité est faite pour « renforcer cette impression de proximité originelle de l’homme à l’animal ».

25 Lactance Placide, Comm. à Stace, Thébaïde, II, 206.

26 Cf. Jost M., op. cit., p. 184, n. 7, 466 et pl. 63, fig. 4.

27 Aria(i)thos cité dans une scholie au Rhésos d’Euripide, 36 (cf. FGrH 316 F 4).

28 Aristippos, cité dans une scholie à Théocrite, I, 3 a (cf. FGrH 317 F 3).

29 Mythographe du Vatican I, 88.

30 Virgile, Géorgiques, I, 18 et scholie à ce vers (cf. Dain Ph., Mythographe du Vatican I. Traduction et commentaire, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 579, Paris, 1995, p. 94).

31 Cf. Pausanias, VIII, 54, 6. Le sanctuaire peut avoir existé avant que ne lui soit rattaché l’épisode de Philippidès.

32 Cicéron, De la nature des dieux, III, 21, 53-54. Cf. Clément d’Alexandrie, Protr., II, 28, 1 ; Min. Fel, 22, 6 ; Lactance, Inst., I, 11, 48 (qui cite Cicéron) ; Arnobe, IV, 14 ; Ampelius 1, 1 (voir Pease A. S., op. cit. p. 1093-1094, note à Joves tres).

33 Cf. ci-dessus n. 19 et Eschyle, fr. 25b Radt. On retrouve Kronos comme père de Pan, associé à Rhéa, chez Lydos, Des mois, IV, 117. À ce second Pan, Épiménide (fr. 24 Diels-Kranz ; cf. FGrH, 457 F 18) donnait pour mère Aix, la Chèvre, une nourrice crétoise de Zeus.

34 Borgeaud Ph., op. cit., p. 69.

35 Roscher W. H., loc. cit., p. 372-374.

36 Ibid., p 375. L’interprétation de Roscher provient de ce qu’il corrige en Pan Oinoeis le Pan Sinoeis des manuscrits de Pausanias VIII, 30, 3 (la nymphe Sinoé avait été la nourrice du dieu) : Pan Sinoeis est attesté dans IG V 2, 429 et n’a pas à être mis en doute.

37 Pausanias, VIII, 47, 3.

38 Cf. Parker R., op. cit., p. 163-168.

39 Aristophane, Thesmophories, 977-978.

40 Pausanias, VIII, 38, 11.

41 Cf. borgeaud Ph., op. cit., p. 103-105.

42 borgeaud Ph., ibid.

43 Odyssée, XXIV, 1.

44 Hymne homérique à Hermès (tradition reprise par le Pseudo-Apollodore, III, 10, 2). On trouvera commodément rassemblés les principales occurrences de l’appellation « Kyllénios » dans le recueil de sources toujours utile de Immerwahr W., Die Kulte und Mythen Arkadiens, Leipzig, 1891, p. 73-78.

45 sophocle, Ajax, 695-697 ; cf. aussi Anthologie Palatine, VI, 96, 3 où Pan est appelé : « dieu campagnard du Cyllène ». Ce rattachement de Pan au mont Cyllène est création poétique plutôt qu’une tradition locale, comme le croyait Roscher, op. cit., p. 367-368 : cf. Jost M., op. cit, p. 361-362.

46 borgeaud Ph., op. cit., p. 105.

47 Cf. TrGF III, p. 801 et fr. 187 Radt (Eschyle) et TrGF I2, p. 139-142 (Philoclès).

48 Fr. 451A Radt ; cf. Jouanna J., Sophocle, Paris, 2007, p. 650.

49 Aristophane, Thesmophories, 547.

50 Chiusi, Museo Nazionale Etrusco, 1831: cf. Beazley J.D., ARV 1300/2.

51 Malgré les propositions rassemblées dans Mactoux M.-M., op. cit., p. 49-55.

52 Cf. ci-dessus note 8 ; Hérodote ne précise rien pour cette Pénélope, ce qui renvoie au personnage bien connu de ses lecteurs.

53 Voir toutefois les remarques de P. Carlier sur une image de Pénélope différente de celle de l’Odyssée dès le VIe siècle, dans la Télégonie composée au VIe siècle par Eugammon de Cyrène comme suite de l’Odyssée (Carlier P., Homère, Paris, 1999, p. 107).

54 Ps.-Apollodore, Épitomé, VII, 38.

55 Cf. schol. Bernensia à Virgile, Georgiques, I, 18 et Mythographe du Vatican, I, 89. Dans la Télégonie, Pénélope épousait Télégonos après la mort d’Ulysse (sources dans le LIMC V s.v. « Penelope », p. 291).

56 Cf. Vellay C., Les Légendes du Cycle troyen, Monaco, 1957, t. 1, p. 214 ; mais l’auteur ne précise pas ses sources.

57 On en dira autant de la tradition selon laquelle Hermès aurait approché Pénélope sous la forme d’un bouc (cf. ci-dessus note 17) ; Eudocie, dans le recueil byzantin intitulé Violarium, 747, ajoute que le dieu l’aurait rendue folle avant de s’unir à elle.

58 Cf. mes réflexions sur les traditions religieuses contradictoires dans Jost M., « Identité et diversité : la Grèce de Pausanias », REG, 119, 2006, p. 568-587.

59 Signalons une autre relation fantaisiste établie par les commentateurs anciens entre Pénélope et Pan : Pénélope serait la « tisseuse » (à partir de πήνη, « trame, tissu ») et Pan aurait inventé le tissage (scholie à Homère, Il. XXIII, 762; Eustathe, Comm. à Hom., Od., II, 84).

60 Mactoux M.-M., op. cit., p. 233. L’étymologie admise par Chantraine P., DELG, s.v. Πηνελόπεια, fait dériver ce nom de celui de la sarcelle (πηνέλoψ) ; voir, sur ce thème, Mactoux M.-M., op. cit., p. 233-239.

61 Mactoux M.-M., op. cit., p. 233.

62 Pindare, fr. 95 Snell.

63 Virgile, Buccoliques, X, 26 ; Géorgiques, III, 392.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540