Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

1. La trahision des images

Chapitre I. Premières aspérités sensibles

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une bourgade étrange censée être Nagoya, le héros de Gozu (2003) de Takashi Miike, film héritier d’un surréalisme qui trouva un écho durable au Japon dès les années 1920, a perdu la trace de son aniki (littéralement « grand frère », son supérieur direct dans la hiérarchie yakuza). Sa course pour le retrouver le mène à l’échoppe d’un couple nippo-américain dans laquelle, lui a-t-on dit, son aniki serait passé. Et là se produit une rupture fondamentale. À l’occasion d’un changement de plan, le cadrage nous révèle ce que l’attitude et l’orientation saugrenue du regard de l’épicière américaine nous laissaient deviner : elle lit ses lignes de dialogues, écrites en lettres romanes et punaisées en hauteur sur les murs de son magasin.

Gozu a beau être un film surréaliste, la mise à mal par Miike des codes scénaristiques respectait jusque-là l’intégrité de l’univers fictionnel. Invraisemblance n’est pas synonyme d’occurrence de non-fiction dans la fiction. Un film absolument invraisembla...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540