Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemin faisant

 | 
Lydie Bodiou
, 
Véronique Mehl
, 
Jacques Oulhen
, 
et al.

Deuxième partie. Chemins de femmes

Les filles d’Athènes à Delphes : femmes, religion et société à travers l’exemple des canéphores de la Pythaïde

Karine Karila-Cohen

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple, Dillon M., Girls and Women in Classical Greek Religion, Londres-New York, 2002.
  • 2 Soulignons simplement la fréquence des thématiques religieuses dans le tome 1 de l’Histoire des fe (...)
  • 3 De Polignac F., La naissance de la cité grecque, Paris, 1984, p. 79.

1Le couple femme et religion est familier tant aux historiens de la religion grecque1 qu’aux spécialistes de l’histoire des femmes et du genre2. Le développement, depuis le dernier tiers du XXe siècle, de l’histoire des femmes explique la croissance de la bibliographie. Mais pour reconstruire aussi bien le vécu des femmes grecques, que les rapports entre le masculin et le féminin, les historien(nes) ont dû partir des sources disponibles. Pour décrire en peu de mots ces sources on rappellera les lacunes de la documentation, la nature quasi exclusivement masculine du discours mais aussi l’importance des données ayant trait à l’activité religieuse des femmes. Cela dénote d’emblée le rôle que les hommes ont laissé aux femmes dans la société grecque : exclues de la sphère politique, les femmes n’en ont pas moins, par leur implication dans la vie religieuse de la cité, gagné une « citoyenneté cultuelle » pour reprendre les mots de François de Polignac3. On voit bien que le sujet s’inscrit naturellement dans une histoire de la société.

  • 4 Brulé P., La fille d’Athènes. La religion des filles à Athènes à l’époque classique. Mythes, culte (...)

2C’est l’un des horizons de l’étude de Pierre Brulé dans la Fille d’Athènes, revendiqué dès le sous-titre « La religion des filles à Athènes à l’époque classique. Mythes, cultes et société ». En forme d’hommage, je souhaiterais aborder ici l’étude de l’une des figures féminines, la canéphore, à partir d’un dossier de sources caractéristiques de l’Athènes hellénistique. En reprenant une méthode exploitée en particulier par Pierre Brulé pour les ergastines4, je voudrais étudier le dossier épigraphique relatif aux Pythaïdes athéniennes de la basse époque hellénistique.

  • 5 La synthèse de Daux G., Delphes au IIe et Ier siècle, depuis l’abaissement de l’Étolie jusqu’à la (...)
  • 6 Cf. la présentation des textes en annexe.
  • 7 Pour une présentation chiffrée des groupes par année, voir Tracy S.V., « Notes on the Pythaïs Insc (...)

3La Pythaïde est une fête particulière dans le calendrier cultuel athénien : il s’agit d’une théorie que les Athéniens envoyaient à intervalles irréguliers honorer Apollon Pythien à Delphes5. La Pythaïde n’a laissé que de rares traces dans la littérature et l’iconographie, si bien qu’elle a été longtemps confondue avec les Pythia. Sans la mise au jour des textes inscrits sur le Trésor des Athéniens à Delphes lors des campagnes de fouilles de l’École Française à la charnière du XIXe et du XXe siècle, on ne connaîtrait pas l’une des manifestations les plus grandioses de l’Athènes hellénistique6. Bien qu’elle soit sans doute plus ancienne, la Pythaïde n’apparaît pas de façon assurée dans les sources avant le IVe siècle où l’on connaît au moins trois théories. Le contexte politique explique ensuite les éclipses de la fête. Interrompue à la période difficile du IIIe siècle av. J.-C., la Pythaïde reprend au IIe siècle qui correspond à un renouveau d’Athènes dans le contexte de l’alliance romaine. La crise mithridatique et ses suites, au Ier siècle av. J.-C., interrompent à nouveau l’envoi des théories qui reprendront sous une forme amoindrie et un autre nom (la Dodécaïde) à l’époque d’Auguste. Ce sont donc les Pythaïdes hellénistiques qui ont laissé le plus de traces, mais d’un genre spécifique. Comme pour le reste de l’histoire de l’Athènes hellénistique, on peut dire que les sources épigraphiques forment alors le gros d’une documentation particulièrement riche. Les textes du Trésor des Athéniens cataloguent en effet plus d’un millier de noms de participants aux quatre Pythaïdes envoyées de 138/137 à 98/97 av. J.-C. : les listes sont organisées par année et par groupe de participants à la fête7. On retrouve le groupe des canéphores dans chaque Pythaïde.

4C’est par le catalogue prosopographique que nous aborderons l’étude des canéphores. La prosopographie permet avant tout une histoire sociale, mais elle apporte aussi un éclairage sur la pratique. Elle permet donc de nous interroger sur la place des femmes dans l’une des fêtes les plus grandioses du renouveau athénien et d’en tirer des conclusions sur le rôle des filles dans les familles de notables de la période. Qui sont les canéphores ? Quelle est leur fonction dans la fête ?

Portraits de filles

  • 8 Cf. Annexe.
  • 9 Voir Dow S., « Catalogi generis incerti IG II² 2364-2489. A Check-List », Ancient World, 8, 1983, (...)
  • 10 C-1, C-3, C-4, C-5, C-6, C-8, C-9, C-11, C-14, C-15, C-22, C-23, C-24, C-25, C-27, C-28, C-29.
  • 11 C-14, C-15, C-23, C-25, C-28 ; voir aussi les bases de statues « anonymes ».
  • 12 À la manière de ce qui est fait dans Loraux N. (dir.), La Grèce au féminin, Paris, 2003.

5Les listes de chaque Pythaïde nous font connaître plus d’une vingtaine de noms de filles ayant assuré les fonctions de canéphores dans la procession pour Apollon Pythien8. Sur les quatre listes qui ont dû être gravées, seules trois sont connues. Elles donnent des résultats prosopographiques variables en fonction de la qualité des restitutions possibles. La liste de 106/105 n’est pas facilement exploitable dans la mesure où il n’est possible de restituer avec quelque certitude que cinq des onze noms gravés, certains sans le patronyme, ce qui diminue d’autant la valeur des rapprochements prosopographiques. Il en va autrement des listes de 138/137 et de 98/97 sur lesquelles se lisent aisément tous les anthroponymes et patronymes des canéphores. Dans ces conditions, on remarque que les rapprochements prosopographiques ont été très nombreux, ce qui renseigne immédiatement sur le milieu des canéphores : elles appartiennent à des familles suffisamment visibles dans la vie de la cité pour avoir laissé des traces. Ce sont surtout leurs parents masculins que l’on retrouve dans les sources, tenant des charges diverses, auteurs de générosités variées, ou intégrés à ces listes qui prolifèrent dans l’Athènes hellénistique, celles des cavaliers, des éphèbes, mais aussi ces listes sans intitulé qui semblent regrouper toutes les notabilités de l’époque et que l’on appelle pour cette raison « catalogue d’hommes illustres9 ». Sur les dix-sept noms qui permettent des développements prosopographiques10, nous ne connaissons cependant l’activité des filles en dehors de la Pythaïde que pour un tiers d’entre-elles : elles ont accompli ou accompliront d’autres fonctions religieuses11. On ne peut donc envisager que des portraits-types et continuer à regretter de ne pouvoir pas davantage construire de biographies au féminin12.

  • 13 Sur cette question de la composition sociale des Pythaïdes, cf. Karila-Cohen K., « La Pythaïde et (...)
  • 14 Pour la définition des familles dirigeantes, voir Habicht C., Studien zur Geschichte Athens in hel (...)
  • 15 Habicht C., Athènes hellénistique, Paris, 2000, p. 271-290. Les familles connues à Délos sont cell (...)
  • 16 Scholie à Aristophane, Acharniens, v. 5, 242a.
  • 17 Hésychios, s.v. kanephoroi. Harpokration, citant Philochore (Jacoby F., FGrH, 328 F8) utilise la m (...)
  • 18 Les familles peuvent être connues sur plusieurs siècles : C-22 et C-29 (du IVe au Ier siècle av. J (...)
  • 19 C-1 (Philleides ?, en tout cas un genos éleusinien), C-5 (Kéryces), C-15 (Kéryces, Amynandrides), (...)

6Commençons par le domaine le plus riche, celui du milieu social. La prosopographie des filles ressemble à celle du reste des participants à la théorie. Ce sont les familles de notables qui forment le cortège13. Sans revenir aux problèmes de définition des catégories sociales utilisées, j’appelle ici notables ceux qui cumulent richesse, position sociale et activité publique. On peut même souligner que les familles des canéphores appartiennent en particulier au groupe des grands notables qui forment les classes dirigeantes de la cité14. À cette époque, richesse et carrière politique sont liées à l’activité des familles à Délos, un des grands ports du commerce méditerranéen15. Les canéphores identifiées font donc partie des premières familles de la cité. Est-ce ce que les sources appellent des eugeneis parthenoi (bien nées)16, ou encore en axiômati (tenues en haute estime)17 ? L’appartenance de certaines de ces familles à des lignées anciennes18, ou même des genê sacerdotaux19 devait participer à la reconnaissance de la bonne naissance qui donne la considération sociale.

  • 20 Brulé P., La fille d’Athènes, op. cit., p. 305-308 en particulier.
  • 21 Cf. annexe.
  • 22 Vers 641-646.
  • 23 C-23, C-25, C-27 et C-28 (ergastines en 103/2 et pour C-28 une autre fois ca. 100).
  • 24 C-14 (ergastine en 103/2).
  • 25 Pour une présentation des textes, voir Tracy S.V., Attic Letter-Cutters of 229 to 86 B.C., Berkele (...)
  • 26 Cf. annexe. Sur les enfants « initiés au foyer », Clinton K., The Sacred Officials of the Eleusini (...)
  • 27 Bruneau Ph., Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, (...)

7Si la prosopographie des familles est riche, celle des filles elles-mêmes ne permet pas de dire grand-chose. On peut remarquer que contrairement aux garçons et aux hommes adultes, aucune ne se trouve dans plusieurs Pythaïdes. Cela tient au critère d’âge des canéphores. Pierre Brulé a bien montré que l’âge de la canéphorie est celui de la beauté sociale des filles à marier20. Cet âge, qui précède juste le mariage, est donc par nature temporaire et ne peut couvrir l’intervalle entre deux Pythaïdes, dont le plus court est de 8 ans. Un autre indice vient corroborer le statut des canéphores encore dépendantes de leur père. Il s’agit des statues qui sont dédiées par les familles : ce sont les parents qui sont dédicataires, et non le mari21. Ces bases de statues et les listes d’ergastines connues pour les années 100 av. J.-C. permettent de souligner que les filles de bonne famille cumulaient les charges religieuses, à la manière de la « carrière » que rappellent les vers bien connus du chœur de la pièce d’Aristophane, Lysistrata22. Les exemples dépendant du hasard des sources disponibles, on ne peut tirer aucune règle commune. Plusieurs des canéphores de la Pythaïde ont aussi été ergastines, avant23 ou après24 leur voyage à Delphes, et on peut ajouter que parmi les ergastines connues par les listes de la fin du IIe av. J.-C., cinq d’entre elles appartiennent à des familles de pythaïstes25. Les charges endossées dépendaient sans doute des possibilités offertes par le calendrier et le panthéon local. À Athènes, une statue est dédiée par le Conseil et le Peuple à une fille qui a été initiée aph’hestias (au foyer), canéphore dans la Pythaïde et aux Panathénées26, tandis qu’à Délos, on trouve la charge de sous-prêtresse d’Artémis27.

  • 28 Cf. Tracy S.V., ALC, p. 219.
  • 29 Le nombre de dédicaces connues pour les canéphores de la Pythaïde (cf. annexe) est relativement él (...)

8La prosopographie souligne donc que le choix des filles impliquées dans les cultes se faisait dans un cercle restreint de familles qui pouvaient éventuellement assumer la charge financière de plusieurs fonctions. Le groupe était néanmoins suffisamment large pour que chacune des douze tribus puissent avoir une dizaine d’ergastines28. Pour les canéphores de la Pythaïde, en nombre beaucoup plus restreint, la compétition devait être plus importante : que l’on retrouve des parentes des hommes les plus en vue du moment, comme Sarapiôn de Melitê notamment, plaide dans ce sens. On peut souligner pour finir la fierté des familles à afficher par des dédicaces de statues cette participation à la Pythaïde. Envoyer une fille à Delphes permettait de se classer parmi les familles les plus distinguées du moment29.

9Si le catalogue prosopographique à lui seul ne peut permettre de préciser la fonction des canéphores à Delphes, une étude comparée des différents groupes peut apporter quelques éclaircissements.

Fonction des canéphores

  • 30 Pour les sources littéraires, cf. Karila-Cohen K., « Apollon, Athènes et la Pythaïde : mise en scè (...)
  • 31 39 pythaïstai paides, 57 éphèbes, 11 canéphores, soit 107 enfants ou adolescents sur 124 participa (...)
  • 32 Bélis A., Les hymnes à Apollon, (CID, III), Paris, 1992, en particulier p. 139-142.
  • 33 Pélékidis C., Histoire de l’éphébie attique des origines à 31 av. J.-C., Paris, 1962, p. 211-256.
  • 34 On consultera les tableaux de S. V. Tracy, BCH, 99, 1975, p. 215-218.
  • 35 Sur la fonction politique de la fête, voir K. Karila-Cohen, art. cit., Kernos, 18, 2005, p. 229-23 (...)
  • 36 Sur les conditions de voyage dans le monde grec, la précarité des routes et la faible utilisation (...)

10On peut essayer de comparer la place respective des filles et des garçons (enfants et éphèbes) dans la Pythaïde. Nous n’avons malheureusement aucune source littéraire qui nous décrive la cérémonie et très peu de sources iconographiques30. Il faut se contenter de ce que nous savons de la composition de la théorie, qui a évolué au fil des recompositions d’une tradition abandonnée au IIIe siècle avant d’être reprise en 138/7. Cette année-là, le cortège est essentiellement composé d’enfants et d’adolescents31 alors que la part des adultes va croître considérablement dans les cérémonies ultérieures. Les pythaïstes enfants sont accompagnés de deux instructeurs du chœur, ce qui souligne leur place centrale dans la procession qui montait jusqu’à l’autel32. La présence des éphèbes correspond à ce que l’on sait par ailleurs de leur participation aux cultes de la cité33. On remarque tout de suite le poids numérique inférieur des filles dans la cérémonie, ce déséquilibre étant même accentué les années suivantes puisque les groupes des enfants et des éphèbes croissent tandis que celui des canéphores est remarquablement stable34. On peut comprendre ce déséquilibre en fonction de l’inégalité des rôles des hommes et des femmes dans la vie publique : une fête très politique comme la Pythaïde convient aux citoyens et futurs citoyens35. Les dangers du voyage jusqu’à Delphes ne devaient pas favoriser non plus la présence féminine36. On peut alors justement souligner que, malgré tout, il y eut toujours une dizaine de canéphores présentes à Delphes, ce qui laisse penser que leur présence était indispensable. On peut l’expliquer par le rôle qu’elles tiennent dans la cérémonie. On a très peu d’éléments en dehors même du nom qui les désigne sur les listes pour détailler leur fonction. On peut néanmoins exploiter quelques éléments supplémentaires.

  • 37 Pour la logique du regroupement des textes, tantôt chronologique (concentration des textes d’une m (...)
  • 38 Cratère attique trouvé à Ferrare (ARV² 1143/1, 1684, attribué à Cléophon, daté de la deuxième moit (...)
  • 39 Sur l’iconographie des canéphores, voir Roccos L. J., « The Kanephoros and her festival Mantle in (...)
  • 40 Pour une présentation synthétique, cf. Dillon M., op. cit., p. 37-42.
  • 41 Kernos, 18, 2005, p. 231-235.

11La disposition des listes laisse penser que le groupe des canéphores est associé à celui des pythaïstai paides, puisque pour une même année de Pythaïde, les noms des garçons et des filles sont toujours rapprochés sur la pierre37. En 138/7, quand le graveur avait une large place disponible sur la face sud du Trésor, il a nettement distingué trois groupes : celui des pythaïstai paides et des canéphores ne forment qu’un ensemble, séparé de celui des théores et de celui des éphèbes. La logique du regroupement peut correspondre à l’âge mais je pense que la fonction dans la fête est aussi déterminante : le chœur formé par les garçons comme les graines et le couteau contenus dans les corbeilles portées par les filles sont indispensables au rituel. Il est possible que l’on ait une représentation de cette procession athénienne honorant le dieu de Delphes : certains ont interprété comme une Pythaïde la scène du cratère de Ferrare qui présente une procession en l’honneur d’Apollon dans son sanctuaire de Delphes38. La procession est conduite par une canéphore très richement vêtue39, portant une corbeille sur la tête, suivie des victimes conduites par des garçons. La procession hellénistique, telle qu’on peut l’imaginer à partir des textes du Trésor, correspond en tout cas à ce schéma processionnel et semble respecter la place habituelle des canéphores40. Leur qualité de parthenoi a pu même être particulièrement recherchée dans le contexte religieux de la Pythaïde. J’ai souligné ailleurs que la fête touchait à la dimension purificatrice du dieu, notamment parce qu’il semble qu’une des fonctions de la théorie était de ramener à Athènes juste avant les Thargélies le feu sacré de Delphes41.

  • 42 On trouve une pyrphoros (FD III 2 no 13, 32 et 33) et la prêtresse d’Athéna (en 106/5, connue uniq (...)

12On voit donc qu’à côté des garçons les filles ont leur rôle à jouer aussi bien sur le plan social que religieux. Sur le plan social, une parthenos, fille en âge d’être mariée, joue un rôle indéniable dans la reproduction de l’élite. Ce que la prosopographie des canéphores de la Pythaïde montre, c’est que cela passe par un affichage public qui ne peut se faire que dans le cadre religieux. Une fois mariées, les femmes disparaissent de la théorie42, alors que les rôles masculins se diversifient. L’exemple de la Pythaïde permet donc de souligner la focalisation sur un âge féminin particulier, pendant lequel, bien que les codes du genre soient respectés, les filles, comme les garçons, sont mises en valeur dans la sphère publique.

Annexes

Annexe. Prosopographie des canéphores

Les listes des participants à la Pythaïde ont été gravées à l’initiative d’Athènes sur le mur sud du Trésor de la cité dans le sanctuaire de Delphes. Elles sont organisées chronologiquement et thématiquement. Il est ainsi possible de connaître toutes les catégories présentes les différentes années de Pythaïde, d’évaluer aussi les lacunes et de préciser l’effectif présent. Les textes ont été édités plusieurs fois par Gaston Colin et repris systématiquement par Stephen V. Tracy43.

Les listes ne précisent en général que l’anthroponyme et le patronyme, mais pour certains groupes il existe des doubles à Athènes qui permettent de connaître le démotique ou le phylétique (alors noté entre crochets droits). Ce sont les rapprochements prosopographiques qui permettent dans les autres cas de développer le nom (noté entre parenthèses). Je précise les références du personnage dans le Lexicon of Greek Personal Names44. Plusieurs signes sont portés avant le nom : ils résument les apports principaux du catalogue prosopographique45.

Pythaïde de 138/7 : 11 canéphores connues46

VII*f

C-1

Gorgô Philanthou (Phylasiou) (LGPN 5/7)

C-2

Eudama Kallikleous (LGPN 1/11)

XII*f

C-3

Aristonikê Lycophronos (Sounieôs) (LGPN 5/5)

IV*f

C-4

[S] ôstratê Sôtiônos (Phrearriou ? Leontidos) (LGPN 11/2 = 1 ?)

VII*f

C-5

Philanthô Aristaichmou (Phylasiou) (LGPN 1/14)

XII*f

C-6

Nikaretê Hêrakleitou (Ikarieôs) (LGPN 5/35 = 33 = 7)

C-7

Eurydikê Diodôrou (LGPN 1/24)

III*f

C-8

Kallistomachê Echedêmou (Kydathênaieôs) (LGPN 4/1 = 6 ?)

VIII*f

C-9

Artemisia Attalou (Sypalêttiou ?) (LGPN 2/6 = 7 ?)

C-10

Aristion Kratippou (LGPN 4/1)

XII*f

C-11

Mammia Apellou (Sounieôs ?) (LGPN 2/5 = 6 = 37 ?)

Pythaïde de 128/7 : liste perdue47 ?

Pythaïde de 106/5 : 11 canéphores connues48

C-12

[---ca. 6--] Apol[lôniou]

C-13

Pa[---ca. 9---]

C-14

Dame[ion ?] (LGPN 1)

VIII•*f

C-15

Mêni[as] (Zênônos Meliteôs) (LGPN 2 = 4/84 = 8)

C-16

Athên[------ ?------]ou

C-17

Apo[----- ?-----]ônos

C-18

La [---- ?----] ou

C-19

Hêra[-----]

C-20

Mnasis A[ri]s[--] (LGPN 1)

C-21

Kallinikê Aischinou (LGPN 1/22)

II*f

C-22

Archippê Dromokleous (Erchieôs) (LGPN 11/1)

Une dédicace délienne rappelant la participation à la Pythaïde de Mênias49.

Pythaïde de 98/7 : 8 canéphores connues50

VIII•*f

C-23

[Ap]ollodôra Sarap[i]ônos (Meliteôs) (LGPN 4/24)

VIII*f

C-24

[The]odôra Sarapiônos (Meliteôs) (LGPN 9/24)

X•*f

C-25

[Dê]mô Miltiadou (Marathôniou) (LGPN 13/36)

C-26

[Ari]stippê Theoph[i]l[o]u (LGPN 2/32) une ligne vacante

X•*f

C-27

M[e]gistê Zê[n]ônos (Marathôniou) (LGPN 3/66)

VII•*

C-28

Parion Achaiou (Acharneôs) (LGPN 1/4)
une ligne vacante
traces de lettres

IX*f

C-29

M[n]asis Ạropou. (Peiraieôs) (LGPN 2/2 = 10)

C-30

M[a]mmaṛ[o]n Aristônos (LGPN 1/33)

Attribution incertaine

Statue élevée pour une canéphore à Athènes51

On ne lit plus le nom de cette jeune fille honorée par le Conseil et le peuple ; la base de sa statue rappelle qu’elle a été initiée aph’hestias, canéphore d’Apollon dans la Pythaïde, canéphore aux Panathénées. La dédicace est datée de la prêtrise d’Habryllis fille de Mikion de Kêphisia. Cette prêtresse d’Athéna Polias appartient à la grande famille d’Eurykleidês et Mikion de Kêphisia. La prosopographie et l’écriture tendent à dater la prêtrise de ca. 135-123/2 : il peut s’agir de l’une des deux premières Pythaïdes.

Statue élevée pour une canéphore à Athènes52

Le texte de cette base de statue, élevée par la famille, est très mutilé. Il semble s’agir d’un fils de Theophilos du dème d’Halai commémorant l’initiation aph’hestias de sa fille et sa participation comme canéphore à une Pythaïde. L’identification est incertaine mais deux canéphores, parmi les noms qui ont été conservés, pourraient convenir :

C-7

Eurydikê Diodôrou, canéphore en 138/7

C-26

[Ari]stippê Theoph[i]l[o]u, canéphore en 98/7

Statue élevée à Délos pour une canéphore ou un pythaïste53

Dédicace fragmentaire à la triade apollinienne d’une statue d’Eutychidês dont il ne reste que la mention de Delphes, ce qui pourrait faire référence à une Pythaïde. Eutychidês est aussi l’auteur de deux statues élevées par une famille de Melitê bien connue54 pour deux enfants pythaïste et canéphore en 106/5 (Mênias nommée ci-dessus et son frère Zênôn) : s’agirait-il de la même famille ?

Notes

1 Voir par exemple, Dillon M., Girls and Women in Classical Greek Religion, Londres-New York, 2002.

2 Soulignons simplement la fréquence des thématiques religieuses dans le tome 1 de l’Histoire des femmes en Occident. L’Antiquité, Schmitt-Pantel P. (dir.), 1991, rééd. Paris, 2002. Pour la notion de genre appliqué au domaine de la religion, on consultera Bruit-Zaidman L., Schmitt-Pantel P., « L’historiographie du genre : état des lieux », Sébillotte-Cuchet V., Ernoult N. (dir.), Problèmes du genre en Grèce ancienne, Paris, 2008, p. 32-38.

3 De Polignac F., La naissance de la cité grecque, Paris, 1984, p. 79.

4 Brulé P., La fille d’Athènes. La religion des filles à Athènes à l’époque classique. Mythes, cultes et société, Les Belles Lettres, 1987, p. 100-105.

5 La synthèse de Daux G., Delphes au IIe et Ier siècle, depuis l’abaissement de l’Étolie jusqu’à la paix romaine, 191-31 av. J.-C., Paris, 1936, p. 521-583 et 708-728 (abrégé Delphes), est la lecture la plus commode pour une présentation générale. Voir aussi Colin G., Le culte d’Apollon pythien à Athènes, Paris, 1905 (abrégé Culte) ; BCH, 30, 1906, p. 161-329 et Fouilles de Delphes, III, 2, Paris, 1909-1913, no 2-67 (abrégé FD) et Boëthius A., Die Pythaïs. Studien zur Geschichte der Verbindungen zwischen Athen und Delphi, Uppsala, 1918 (abrégé Pythaïs). L’étude de la Pythaïde à travers le catalogue prosopographique est l’objet de ma thèse, soutenue le 2 décembre 2003 à l’université de Paris IV-Sorbonne, sous le titre « Les pythaïstes athéniens et leurs familles ».

6 Cf. la présentation des textes en annexe.

7 Pour une présentation chiffrée des groupes par année, voir Tracy S.V., « Notes on the Pythaïs Inscriptions », BCH, 99, 1975, p. 215-218.

8 Cf. Annexe.

9 Voir Dow S., « Catalogi generis incerti IG II² 2364-2489. A Check-List », Ancient World, 8, 1983, p. 95-106.

10 C-1, C-3, C-4, C-5, C-6, C-8, C-9, C-11, C-14, C-15, C-22, C-23, C-24, C-25, C-27, C-28, C-29.

11 C-14, C-15, C-23, C-25, C-28 ; voir aussi les bases de statues « anonymes ».

12 À la manière de ce qui est fait dans Loraux N. (dir.), La Grèce au féminin, Paris, 2003.

13 Sur cette question de la composition sociale des Pythaïdes, cf. Karila-Cohen K., « La Pythaïde et la socialisation des élites athéniennes au IIe siècle avant notre ère », Couvenhes J.-C., Milanezi S. (dir.), Individus, groupes et politique à Athènes : recherches et perspectives, Actes du colloque de Tours (7-8 mars 2005), Tours, PUFR, 2007, p. 365-383, en particulier p. 368-369.

14 Pour la définition des familles dirigeantes, voir Habicht C., Studien zur Geschichte Athens in hellenistischer Zeit, Göttingen, 1982, p. 178-179. Appartiennent aux cercles dirigeants les familles de : C-1 (durant tout le IIe siècle), C-3 (2de moitié du IIe siècle), C-5 (IIIe -moitié IIe siècle), C-6 (2de moitié du IIe siècle), C-8 (surtout début IIe siècle), C-9 (2de moitié du IIe siècle), C-15 (à Délos au IIe siècle, puis surtout à la période romaine : il s’agit de la famille de ClaudII de Melitê), C-22 (IIIe s.), C-23 et C-24 (famille de Sarapiôn de Melitê, l’un des hommes politiques les plus importants au tournant du IIe s., continuité au Ier siècle, plusieurs alliances matrimoniales importantes), C-27 (famille de Pammenês de Marathon, IIe siècle, surtout à partir du Ier siècle), C-29 (Famille de Mêdeios du Pirée, descendant par les femmes de Lycurgue de Boutades, « collègue » de Sarapiôn de Melitê, famille encore très active au Ier s.).

15 Habicht C., Athènes hellénistique, Paris, 2000, p. 271-290. Les familles connues à Délos sont celles de C-1, C-3, C-6, C-8, C-9, C-15, C-23 et C-24, C-25, C-27, C-29.

16 Scholie à Aristophane, Acharniens, v. 5, 242a.

17 Hésychios, s.v. kanephoroi. Harpokration, citant Philochore (Jacoby F., FGrH, 328 F8) utilise la même expression. Hésychios rappelle aussi « (qu’) il n’était pas permis à toutes de porter la corbeille ».

18 Les familles peuvent être connues sur plusieurs siècles : C-22 et C-29 (du IVe au Ier siècle av. J.-C.), C-1, C-5 et C-8 (du IIIe au Ier siècle av. J.-C.) ; la famille des Claudii de Melitê (C-15) prétend descendre de Périclès, Conon et Alexandre et cumule l’appartenance à plusieurs genê (Kéryces, Amynandrides).

19 C-1 (Philleides ?, en tout cas un genos éleusinien), C-5 (Kéryces), C-15 (Kéryces, Amynandrides), C-23 et C-24 (Kéryces), C-27 (Erysichthonides, Géphyréens, Eumolpides), C-29 (Etéoboutades, Eumolpides).

20 Brulé P., La fille d’Athènes, op. cit., p. 305-308 en particulier.

21 Cf. annexe.

22 Vers 641-646.

23 C-23, C-25, C-27 et C-28 (ergastines en 103/2 et pour C-28 une autre fois ca. 100).

24 C-14 (ergastine en 103/2).

25 Pour une présentation des textes, voir Tracy S.V., Attic Letter-Cutters of 229 to 86 B.C., Berkeley, 1990, p. 217-219 (abrégé ALC). Ergastines en 108/7 (IG II² 1036) : Xenostratê Agiou Euônumeôs (LGPN 2), fille d’Agias Boulônos Euônumeus (LGPN 7/3 ; Pythaïde de 128) ; Isias Kalliou Batêthen (LGPN 5/109), parente d’Euktêmôn Kalliou Batêthen (LGPN 21/105 ; Pythaïdes de 128 et 106) ; Anthê Purrou Lamptreôs (LGPN 1), parente de Purros Purrou Lamptreus (LGPN 32/31 ; Pythaïdes de 128 et 98). Ergastines en 103/2 (IG II² 1034 + 1943) : Mikkion Miltiadou Lakiadou (LGPN), fille de Miltiadês Ophelou Lakiadês (LGPN 18 = ? 20/6 ; Pythaïdes de 138 et 128), qui sera ergastine ca. 100 (IG II² 1942) ; Démostratê Pamphilou Kephalêthen (LGPN 20/56), parente de Pamphilos Nikokleous Kephalêthen (LGPN 55/27 ; Pythaïde de 128).

26 Cf. annexe. Sur les enfants « initiés au foyer », Clinton K., The Sacred Officials of the Eleusinian Mysteries (Transactions of the American Philosophical Society, 63.4), Philadelphie, 1974, p. 98-114.

27 Bruneau Ph., Recherches sur les cultes de Délos à l’époque hellénistique et à l’époque impériale, Paris, 1970, p. 195-196.

28 Cf. Tracy S.V., ALC, p. 219.

29 Le nombre de dédicaces connues pour les canéphores de la Pythaïde (cf. annexe) est relativement élevé pour une théorie qui n’a été envoyée qu’à quatre reprises. Sur la tendance des familles de notables à mettre en valeur l’activité de leurs enfants, sur la fonction sociale d’un tel comportement, voir Geagan D.J., « Children in Athenian Dedicatory Monuments », Boeotia Antiqua, 4, Proceedings of the 7th International Congress on Boiotian (and other) Epigraphy, Fossey J.M. (dir.), Amsterdam, 1994, p. 163-173.

30 Pour les sources littéraires, cf. Karila-Cohen K., « Apollon, Athènes et la Pythaïde : mise en scène “mythique” de la cité au IIe siècle av. J.-C. », Kernos, 18, 2005, p. 219-239 ; pour les sources iconographiques, une bonne synthèse est faite par Voutiras E., « A Dedication of the Hebdomaistai to the Pythian Apollo », AJA, 86, 1982, p. 229-233.

31 39 pythaïstai paides, 57 éphèbes, 11 canéphores, soit 107 enfants ou adolescents sur 124 participants.

32 Bélis A., Les hymnes à Apollon, (CID, III), Paris, 1992, en particulier p. 139-142.

33 Pélékidis C., Histoire de l’éphébie attique des origines à 31 av. J.-C., Paris, 1962, p. 211-256.

34 On consultera les tableaux de S. V. Tracy, BCH, 99, 1975, p. 215-218.

35 Sur la fonction politique de la fête, voir K. Karila-Cohen, art. cit., Kernos, 18, 2005, p. 229-231.

36 Sur les conditions de voyage dans le monde grec, la précarité des routes et la faible utilisation des voitures, voir André J.-M., Baslez M.-F., Voyager dans l’Antiquité, Paris, 1993, p. 373-381 et 405-406.

37 Pour la logique du regroupement des textes, tantôt chronologique (concentration des textes d’une même Pythaïde), tantôt thématique (le graveur de 128 a eu tendance à rapprocher les listes de 128 de celles de 138 selon la nature des groupes), voir Daux G., Delphes, p. 524. Pour la disposition des inscriptions sur le Trésor, voir Colin G., FD, III, 2, pl. XVI, corrigé par Daux G., Delphes, fig. 3-6.

38 Cratère attique trouvé à Ferrare (ARV² 1143/1, 1684, attribué à Cléophon, daté de la deuxième moitié du Ve siècle av. J.-C. ; LIMC II, « Apollon », no 303), cf. Voutiras E., AJA, 86, 1982, p. 229-233 (en particulier n. 36 p. 232), qui permet de replacer le vase dans l’ensemble des représentations iconographiques liées à la Pythaïde (reliefs du Pythion d’Ikarion en Attique).

39 Sur l’iconographie des canéphores, voir Roccos L. J., « The Kanephoros and her festival Mantle in Greek Art », AJA, 99, 1995, p. 641-666.

40 Pour une présentation synthétique, cf. Dillon M., op. cit., p. 37-42.

41 Kernos, 18, 2005, p. 231-235.

42 On trouve une pyrphoros (FD III 2 no 13, 32 et 33) et la prêtresse d’Athéna (en 106/5, connue uniquement par la copie athénienne du décret delphien, IG II² 1136).

43 Colin G., Culte, Paris, 1905 ; BCH, 30, 1906, p. 161-329 et FD III 2, Paris, 1909-1913, no 2-67. Corrections apportées par Tracy S.V., « Notes on the Pythaïs Inscriptions of 98/7 », BCH, 93, 1969, p. 371-395; « The Lettering of an Athenian Mason », Hesperia, Suppl. 15, 1975; « The Puzzle of FD, III, 2, 49 », AJA, 79, 1975, p. 85; « Notes on the Pythaïs Inscriptions », BCH, 99, 1975, p. 185-218.

44 Vol. II, Fraser P.M., Matthews E., Osborne M.J., Byrne S.G. (éd.), Oxford-New York-Toronto, 1994 (abrégé LGPN; références s. v. anthroponyme/références s. v. patronyme). La prosopographie des Pythaïstes n’avait jamais été entreprise systématiquement. Pour les stemmata des familles de C-29 (Mêdeios du Pirée), C-23 et C-24 (Sarapiôn de Melitê), C-27 (Pammenês de Marathon), voir Karila-Cohen K., art. cit., Couvenhes J.-C., Milanezi S. (dir.), op. cit., p. 376-381.

45 I = numéro de la tribu.
• = personnage connu en dehors de la Pythaïde, soit personnellement •, soit par un parent (•).
* = famille de notables (voir les critères définis dans l’article).
+ = participation à plusieurs Pythaïdes.
f = plusieurs membres de la famille sont pythaïstes.

46 FD III 2, no 29. La liste se place au dessous de la liste des pythaïstes-enfants dont elle partage l’intitulé. La date et la fonction des participants sont donc connues.

47 Voir les remarques de G. Daux, Delphes, p. 545.

48 FD III 2, no 30; Tracy S.V., art. cit., BCH, 99, 1975, p. 200-201. Liste gravée à la suite des listes des magistrats, des groupes particuliers (genê, Tétrapole…). La date est connue par l’intitulé.

49 ID 1871.

50 FD III 2, no 31 et add; Tracy S.V., art. cit., Hesperia, Suppl. 15, 1975, p. 54, no 7c. Le texte partage l’intitulé de la liste des pythaïstes. La date de la Pythaïde et la fonction des participants sont connues.

51 IG II² 3477 ; S.V. Tracy, ALC, p. 179-180.

52 Geagan D.J., art. cit., Hesperia, 52, 1983, p. 156, no 2.

53 ID 2336.

54 Pour l’étude de la famille, voir Kapetanopoulos E., art. cit., BCH, 92, 1968, p. 493-518 ; Clinton K., The Sacred Officials of the Eleusinian Mysteries, Philadelphie, 1974, p. 57 ; Follet S., Athènes au IIe et au IIIe siècle, Paris, 1976, p. 274-281 ; Settipani C., Continuité gentilice et continuité familiale dans les familles sénatoriales romaines à l’époque impériale. Mythe et réalité, Prosopographia § genealogica, 2, Oxford, 2000, p. 377-378.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540