Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les étudiants en France

 | 
Louis Gruel
, 
Olivier Galland
, 
Guillaume Houzel

Seconde partie. La condition étudiante, des années 1990 aux années 2000

Chapitre 5. Des étudiants rarement pauvres, mais une indépendance plus fréquemment associée à des tensions budgétaires

Louis Gruel

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

SPÉCIFICITÉ ET DIVERSITÉ DE L’ÉCONOMIE ÉTUDIANTE

Comme l’OVE l’a régulièrement souligné depuis la publication des premiers enseignements de son enquête Conditions de vie1, le statut économique des étudiants, ou du moins de la plupart d’entre eux, n’est pas assimilable à celui des ménages ordinaires. Cela tient en premier lieu au fait que la principale « consommation » spécifiquement étudiante – les cours, les travaux pratiques et dirigés, l’initiation à la recherche et les services qui leur sont liés – est une consommation presque entièrement gratuite : les salaires des enseignants, techniciens et des autres salariés de l’enseignement supérieur ainsi que la construction et l’entretien des bâtiments et équipements scolaires et universitaires sont, pour l’essentiel, pris en charge par la collectivité (les frais d’inscription proprement dits ne couvrent guère plus de 2 % du coût des études universitaires). Cependant, même si on laisse de côté la question du financement de l’enseignement...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540