Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemin faisant

 | 
Lydie Bodiou
, 
Véronique Mehl
, 
Jacques Oulhen
, 
et al.

Deuxième partie. Chemins de femmes

Pendant qu’à Olympie les hommes… ou séparés pour être plus efficaces

Anne Jacquemin

Texte intégral

  • 2 Voir entre autres Pausanias, V, 6, 7. L’emploi du terme γυναῖκες laisse entendre que ce n’était pa (...)
  • 3 Pausanias, VI, 20, 8-9. La déesse avait son sanctuaire à l’extrémité de la colline qui servait de (...)
  • 4 Voir Mallwitz A., Olympia und seine Bauten, Munich, 1972, p. 182, fig. 144.
  • 5 Ce fut le cas entre autres de Kyniska, la sœur d’Agésilas (Pausanias, V, 12, 5 et VI, 1, 6). Les h (...)
  • 6 Le programme d’études consacré à partir de 1985 par l’Institut archéologique allemand à Olympie da (...)
  • 7 Cf. Dillon M., Girls and Women in Classical Greek Religion, Londres-New York, 2002, p. 106.
  • 8 Hérodote, VI, 126.

1L’interdit qui, à Olympie, frappait les femmes mariées (γυναῖκες) est bien connu2 : pendant la période du concours, elles devaient se tenir en dehors du téménos dont les limites s’étendaient au-delà du seul Altis. Seule la prêtresse de Déméter Chamynè3 échappait à cette règle : elle avait même son siège fixe au stade, privilège qu’elle partageait avec les hellanodices qui prenaient place dans la tribune en face d’elle4. Cependant, les femmes propriétaires de chevaux de course pouvaient vaincre, alors qu’elles n’avaient pas le droit d’être présentes à l’hippodrome5. Il serait pourtant absurde de faire d’Olympie une sorte de mont Athos du paganisme. L’interdit ne visait pas, nous l’avons vu, tous les êtres de sexe féminin et n’était en vigueur que quelques jours tous les quatre ans. Certes, peu de femmes résidaient à Olympie qui n’est devenue un bourg habité de façon permanente par une population d’agriculteurs et d’artisans qu’à la fin de l’Antiquité, quand le culte de Zeus n’était plus célébré6. On peut donc difficilement dire que les femmes devaient quitter Olympie au moment des Olympia7, il serait plus juste de dire que les femmes mariées n’avaient pas le droit de se rendre à Olympie. On peut d’ailleurs se demander s’il y avait beaucoup de jeunes filles qui accompagnaient leurs pères ou leurs frères en cette occasion. Le tyran Kleisthénès de Sicyone utilisa l’occasion des Olympia pour faire la sélection de jeunes aristocrates parmi lesquels il choisirait le mari de sa fille Agaristè, mais rien ne permet de dire que cette dernière l’ait accompagné en Élide8.

  • 9 IvO 58-141 : y figurent les trois théoècoloi, les deux devins, les quatre spondophores, l’oinochoo (...)
  • 10 L’exemple le plus illustre est celui de Regilla, la femme d’Hérode Atticus, dont le nom et le titr (...)
  • 11 Sur ces prêtresses, voir Sinn U., « Olympias Spätgeschichte im Spiegel des Demeterkults », Kyriele (...)
  • 12 Pausanias, V, 16, 2-4. Hippodamie est la fondatrice mythique du concours, comme Pélops l’est des O (...)
  • 13 Cependant, une note marginale dans l’un des manuscrits de Pausanias (Parisinus gr. 1410 [P]) donne (...)
  • 14 Pausanias, V, 16, 6 et VI, 24, 10. Sur l’aspect politique de ce tissage dont le produit symbolisai (...)
  • 15 Sur les Seize, l’étude de Weniger L., Das Kollegium der Sechszehn Frauen und der Dionysosdienst, B (...)
  • 16 Pausanias, VI, 20, 2-6. Voir Kastenholz R., Boreas, 59, 1990, p. 147-153 et Kearns E., « Saving th (...)
  • 17 Sur le rôle des femmes dans l’expression religieuse de l’État éléen, voir Jacquemin A., « Pausania (...)
  • 18 Pausanias, VI, 23, 1.

2Nous savons qu’un certain nombre de rituels étaient accomplis à Olympie par des femmes. Si la liste du personnel officiel des Olympia nous est connue par des textes gravés9 sur des tuiles du temple qui avaient été remplacées, elle ne mentionne pas la prêtresse de Déméter Chamynè, non plus qu’aucune autre femme. On pourrait se demander si l’importance de cette prêtrise, clairement attestée par la présence parmi ses titulaires d’épouses de personnages importants10, n’était pas plus symbolique que réelle. Il semble d’ailleurs que, si les prêtresses de Déméter Chamynè étaient nommées pour la durée d’une olympiade, elles n’aient guère eu d’activité rituelle hors des cinq jours des Olympia11. Pausanias nous informe sur les Héraia, cette fête qui était comme un écho féminin en mineur des Olympia12 : la course avait lieu sur la même piste que l’épreuve qui fournissait l’éponyme de l’olympiade, mais elle ne se déroulait que sur les cinq sixièmes du parcours. Si le stade des Olympia était ouvert à des coureurs venus de tout le monde grec, les courses des Héraia ne semblent avoir accueilli que les jeunes Éléennes13. Les Seize, ces nobles Éléennes qui organisaient les Héraia, étaient également responsables du tissage du péplos offert à Héra14 et elles intervenaient également dans des rituels dionysiaques15. Si l’on ajoute les rituels en l’honneur d’Eileithyie et de Sôsipolis16, la présence féminine à Olympie est bien réelle17. Dans ce contexte, le rituel de déploration en l’honneur d’Achille18 qui avait lieu à Élis le soir qui précédait le premier jour des Olympia mérite une attention particulière.

Un jeu d’oppositions

3Le rituel en l’honneur d’Achille s’oppose sur quatre points à la célébration des Olympia, créant ainsi un système de tensions qui contribue à une mise en valeur réciproque des deux actions sacrées, même si l’une était et demeure beaucoup plus connue que l’autre.

  • 19 Voir Polybe, IV 73. Le développement de la ville date véritablement de l’époque impériale : voir Y (...)
  • 20 Baitinger H., Eder B., Herrmann K., JDAI, 116, 2001, p. 163-257.

4C’est d’abord une opposition de lieux qui met en scène les deux composantes de l’État éléen : l’Élide creuse et la Pisatide. La vallée du Pénée possédait le site majeur, le seul lieu politique depuis le synœcisme de 471, même si la ville d’Élis n’a jamais eu l’attrait d’une Athènes et si une grande partie de la population civique a continué d’habiter la campagne19. En revanche, la basse vallée de l’Alphée abritait le sanctuaire d’Olympie qui a progressivement joué un rôle dans l’expression politique éléenne, comme le montrent la construction d’édifices politiques, comme le bouleutérion ou le prytanéion, et la découverte de jetons de vote semblables à ceux qui ont été trouvés à Élis20. Le double rituel met ainsi en jeu les deux pôles de l’État éléen. Dans ce domaine spatial, il faut noter aussi l’opposition entre un autel et un tombeau, plus précisément un cénotaphe, deux lieux destinés à des célébrations différentes qui s’adressent à deux catégories précises de destinataires, comme nous le verrons ci-dessous.

  • 21 Pausanias, VI, 23, 3: « περὶ ἀποκλίνοντα ἐς δυσμὰς τοῦ ἡλίου τòν δρόμον ». C’est l’heure à laquell (...)
  • 22 Pausanias, V, 14, 1 : Héraclès inventeur du culte de Zeus Apomyos (« Écarte-mouches ») ; Élien, Hi (...)

5C’est aussi une opposition des temps entre un rituel accompli le soir, « vers le moment où la course du soleil incline vers le couchant21 » et un autre qui dure cinq jours et ne comprend aucune activité nocturne, sinon les banquets de victoire, puisque les épreuves, aussi bien que la procession et le grand sacrifice, se déroulent en plein jour, ce qui justifie les remarques sur les mouches et la chaleur que l’on trouve dans les textes littéraires22. On notera également un décalage temporel, puisque le jour majeur des Olympia est le troisième avec le sacrifice à Zeus sur son autel de cendres. Nous verrons plus loin une explication possible du fait que le rituel en l’honneur d’Achille précède d’une certaine façon le rituel en l’honneur de Zeus et n’est pas lié à l’acte essentiel de la fête, le sacrifice.

  • 23 Pausanias, V, 13, 1 : « ἡρώων δὲ τῶν ἐν Ὀλυμπίᾳ τοσοῦτον προτετιμημένος ἐστὶν ὁ Πέλοψ ὑπò Ἠλείων ὅ (...)
  • 24 Kyrieleis H., Olympische Forschungen 31, 2006, p. 47-61 : à partir de la fin du XIe siècle et pend (...)

6C’est également une opposition de destinataires : un héros d’un côté honoré à son cénotaphe, un dieu de l’autre célébré sur son autel. Il existe déjà dans l’Altis une opposition de cette nature entre l’héroïque et le divin qui organise l’espace et l’histoire d’Olympie, celle de Pélops et de Zeus. Les sources insistent sur le caractère premier du Tantalide dans l’Altis et sa place comparable dans le monde des héros à celle de Zeus dans celui des dieux23 et l’étude publiée récemment par H. Kyrieleis a montré le lien qui existait entre le déplacement de l’autel de la divinité principale du sanctuaire et la détermination du lieu de culte du héros24. À la différence du Tantalide, le Péléide n’est pas attaché à un lieu précis à Olympie, mais à un monument du gymnase d’Élis.

  • 25 Rien n’empêchait un métèque de participer aux Olympia ; il est vraisemblable d’ailleurs que, sauf (...)
  • 26 Voir Weniger L., Das Kollegium der Sechszehn Frauen, op. cit., (cf. n. 14), p. 18.

7C’est enfin une opposition d’acteurs cultuels : les Olympia sont ouvertes aux hommes (ἄνδρες) venus de tout le monde grec, alors que le rituel achilléen est célébré par les femmes de la cité d’Élis. Si le statut de liberté est indispensable dans l’un et l’autre cas, la citoyenneté est essentielle dans le second cas25. Pausanias se borne à parler de « femmes », mais, dans son étude sur ce groupe cultuel, L. Weniger a conclu que ce terme désignait vraisemblablement les Seize femmes connues pour leur rôle aussi bien dans le culte d’Héra, celui de Dionysos et celui des héroïnes Hippodamie et Physkoa26.

Achille : le modèle des hellanodices ?

  • 27 C’est également le cas de l’Apollonie d’Illyrie où des indices du culte d’Achille et de Thétis ont (...)
  • 28 Voir Mavrojannis T., « L’Achilleion nel santuario di Poseidon e Anfitrite a Tenos. Un capitolo di (...)
  • 29 Il ne semble pas que le Pénée ait été navigable jusqu’à Élis. Le port d’Élis, que ce soit pour la (...)

8Si les rituels de déploration d’Achille sont connus dans le monde grec, de Crotone à la mer Noire en passant par la Cyclade Tènos, la plupart des sites en question sont en bord de mer27 et la figure d’Achille a été associée au milieu naturel de la plage, cette zone de contact entre la terre et la mer28. Rien de tel à Élis, située à une certaine distance de la mer29. Le lien entre Achille et la Néréide Thétis semble donc ici moins net que dans les autres sanctuaires, quoique le thème de la déploration renvoie bien entendu à la mère du héros et aux sœurs de cette dernière qui formaient comme une sorte de chœur dont elle était coryphée.

  • 30 Iliade, XIII, 257-897 ; pour le présent à Nestor, voir les vers 615-652.
  • 31 Lucien, Histoire véritable, II, 119.
  • 32 Robert L., À travers l’Asie mineure, Paris, 1980, p. 427. L. Robert consacre au concours des Thana (...)
  • 33 Dans un concours sacré, les prix qui sont des couronnes du feuillage d’un arbre sacré ne coûtent g (...)
  • 34 Selon certaines traditions, Héraklès de l’Ida, qu’il faut distinguer de l’Héraklès thébain plus co (...)
  • 35 On notera qu’Héraklès participa aux épreuves de lutte et de pancrace et les remporta (Pausanias, V (...)
  • 36 Pausanias, V, 9, 4-6. On notera que Pausanias emploie indifféremment les termes d’agonothètes, d’a (...)
  • 37 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, III, 30.
  • 38 Hérodote, II, 160.
  • 39 Pausanias, VI, 3, 7 – à propos de la statue d’Eupolémos. N.B. Crowther a consacré un article à cet (...)
  • 40 Voir à propos des Zanes, ces statues de Zeus élevées sur les amendes infligées aux condamnés pour (...)
  • 41 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, IV, 29.

9C’est donc un aspect de la figure d’Achille différent de celui de héros mort jeune pleuré par les femmes de sa parentèle qui semble ici en jeu. C’est l’Achille organisateur de concours (agonothètès), arbitre des épreuves (kritès) et distributeur des prix (athlothètès). Dans le chant XXIII de l’Iliade, le héros joue ces trois rôles dans le concours qu’il célèbre à l’occasion des funérailles de Patrocle. Il convient de noter la générosité particulière du Péléide qui a prévu des prix pour tous les participants et qui a même songé à un présent pour Nestor qui est trop vieux pour concourir30. Dans l’Histoire véritable de Lucien31, Achille préside les concours des Thanatousia dans l’île des Bienheureux avec Thésée, quoique la charge d’agonothète n’ait point été partagée à l’époque impériale et qu’elle n’ait point été attestée, sous ce nom, avant l’époque hellénistique, puisqu’elle fut créée par Démétrios de Phalère32. Il exerçait d’ailleurs cette fonction pour la cinquième fois et Thésée le faisait pour la septième fois, comme cela se produisait souvent dans les concours réels, quand les frais de l’agonothésie limitaient le nombre de ceux qui pouvaient ou voulaient l’exercer. Lucien ne donne qu’un bref aperçu des concours et ne fait point intervenir Achille pour attribuer la couronne ou apaiser des contestations, comme le faisait Homère. Si l’agonothésie ne demandait que de la munificence, ce que bien des notables étaient tout disposés à faire pour leur plus grande gloire33, la fonction de juge de concours présentait tous les risques inhérents aux charges liées à l’examen qui conduisent à prendre parti. Pausanias évoque l’histoire de l’institution des juges olympiques depuis les héros qui, comme Achille, cumulaient les fonctions d’organisateur, d’arbitre et de donneur de prix34. Pour les temps héroïques, Pausanias mentionne à côté d’agonothètes uniques comme Clyménos, Pélops, Amythaon ou Oxylos, des couples de héros comme Pélias et Néleus ou Augias et Héraklès35. À l’époque historique, le nombre des organisateurs du concours évolua36 : ce fut d’abord, à la suite d’Iphitos, une seule personne appartenant à la famille des Oxylides, puis, à partir de la cinquantième olympiade en 580 av. J.-C., deux citoyens d’Élis tirés au sort. En 400 av. J.-C., le nombre passa à neuf pour assurer une meilleure évaluation des épreuves, puisque trois juges s’occupaient des épreuves hippiques, trois du pentathle et trois du reste des épreuves gymniques. Il y a eu ensuite un souci de mise en harmonie du collège des hellanodices avec les structures politiques éléennes, ce qui entraîna tout d’abord la création d’un dixième juge, puis de deux autres, quand le nombre de tribus fut de douze, puis la réduction à huit, quand les pertes territoriales face aux Arcadiens ne laissèrent plus que huit tribus, avant que le nombre ne se fixât définitivement à dix en 348 av. J.-C. Si le tirage au sort comme mode de désignation fut critiqué par le sage indien Iarchas37, les Égyptiens, selon Hérodote, reprochaient aux Éléens de prendre les juges uniquement en leur sein38. Un épisode comme celui de la défaite du coureur Léôn d’Ambracie face à l’Éléen Eupolémos peut faire réfléchir : des trois juges, deux déclarèrent vainqueur leur compatriote et un troisième se prononça pour l’Ambraciote qui porta plainte pour corruption devant le conseil olympique, lui aussi composé d’Éléens et perdit son procès39. Cependant les affaires de corruption semblent plus nombreuses chez les concurrents40 et Apollonios de Tyane loua le sérieux et la rigueur dont faisaient preuve les hellanodices41. La tâche était difficile, la responsabilité lourde, les tentations nombreuses : les juges éléens avaient besoin de la protection d’un héros irréprochable. Achille fournissait un modèle insurpassable. Achille apparaît comme un proto-hellanodice, en ce sens qu’il organisa un concours ouvert à tous les Grecs, même si le terme d’Hellènes est inconnu d’Homère, qu’il y fut juge des épreuves et qu’il distribua les prix. Nous voyons ainsi pourquoi il était le seul héros capable de jouer ce rôle : Pélops restait trop lié à une région, à son « île » et le mythe en faisait plus un concurrent, et un concurrent prêt à tout pour l’emporter, qu’un agonothète, même si une tradition en fait un des fondateurs des Olympia. Même Héraklès, pourtant si attaché au monde du gymnase, ne pouvait servir de modèle : lui aussi apparaissait plus comme un athlète à la poursuite de la couronne. Le deuil d’Achille qui l’excluait des activités mondaines lui permettait de tenir cette place particulière, à la fois marginale et supérieure. C’est peut-être à cause de ce thème du deuil qui associe de façon inséparable Achille pleurant Patrocle et Thétis pleurant Achille que ce sont les femmes qui sont seules capables d’intervenir pour obtenir la bienveillance du héros afin qu’il veille sur les hellanodices, qu’il garde les gardiens du concours olympique.

10À Olympie, si les femmes mariées ne pouvaient pas assister aux épreuves, leur action à la veille du concours permettait le bon déroulement de la fête. En donnant à Achille sa part d’honneur sous forme de déploration, elles le rendaient favorable aux Grecs qui s’affrontaient dans l’Altis et à ceux qui déterminaient les vainqueurs. Si les rituels funéraires en l’honneur d’Achille qui font intervenir des femmes qui jouent le rôle de Thétis et des Néréides, ses sœurs, sont connus en divers points du monde grec, le rituel éléen, le seul qui se déroule hors de la zone de contact entre la terre et la mer, ce milieu particulièrement achilléen, est aussi le seul, semble-t-il, à avoir une fonction précise en dehors du culte héroïque. Il témoigne aussi de la place des femmes dans le monde de la cité, de leur indispensable présence, même lorsqu’elle semble une absence. Sans les femmes d’Élis, les Olympia ne pourraient avoir heureusement lieu.

Notes

2 Voir entre autres Pausanias, V, 6, 7. L’emploi du terme γυναῖκες laisse entendre que ce n’était pas le cas des παρθένοι, ce que confirme Pausanias, VI, 20, 9. La loi prévoyait pour les contrevenantes la mort par précipitation du haut du Typaion. D’après la tradition, une seule femme aurait osé enfreindre l’interdit, la Rhodienne Kallipateira, dite aussi Phéréniké, de la famille des Diagorides, qui, enveloppée dans le manteau d’entraîneur, aurait assisté à la victoire de son fils, le jeune boxeur Peisirodos ; parce qu’elle était fille, sœur et mère d’olympioniques, elle échappa à la loi. Pausanias évoque deux fois l’épisode (V, 6, 7-8 et VI, 7, 2) qui figure aussi dans les recueils d’Élien (Histoire Variée, X, 1), de Valère-Maxime (VIII, 15, 12, ext. 4), chez Pline l’Ancien (Histoire Naturelle, VII, 133) et Philostrate (Gymnastikos, 17). L’anecdote sert d’aition au fait qu’à Olympie les entraîneurs ne portaient pas de manteau.

3 Pausanias, VI, 20, 8-9. La déesse avait son sanctuaire à l’extrémité de la colline qui servait de talus à l’hippodrome (Pausanias, VI, 21, 1).

4 Voir Mallwitz A., Olympia und seine Bauten, Munich, 1972, p. 182, fig. 144.

5 Ce fut le cas entre autres de Kyniska, la sœur d’Agésilas (Pausanias, V, 12, 5 et VI, 1, 6). Les honneurs qui s’attachèrent à sa personne (Pausanias, III, 15, 1) prouvent bien qu’il ne faut pas accorder foi à l’anecdote édifiante rapportée par Xénophon (Agésilas, 9, 6) et reprise par Plutarque (Agésilas, 20, 1 et Apophtegmes des Lacédémoniens, 49). Outre Bélistichè, la maîtresse de Ptolémée II (Pausanias, V, 8, 11), on compte quelques Éléennes, parmi lesquelles une certaine Cassia, victorieuse en 21 (IvO 233).

6 Le programme d’études consacré à partir de 1985 par l’Institut archéologique allemand à Olympie dans l’Antiquité tardive a permis de mieux connaître cette dernière période : voir la contribution de Sinn U., « Olympie, centre d’artisanat chrétien », Pasquier A. (éd.), Olympie. Cycle de huit conférences organisées au Musée du Louvre du 18 janvier au 15 mars 1999, Paris, 2001, p. 215-240. La nouvelle présentation du musée d’Olympie donne aussi toute sa place au village chrétien.

7 Cf. Dillon M., Girls and Women in Classical Greek Religion, Londres-New York, 2002, p. 106.

8 Hérodote, VI, 126.

9 IvO 58-141 : y figurent les trois théoècoloi, les deux devins, les quatre spondophores, l’oinochoos, l’exégète, l’aulète, le bûcheron, chargé de fournir le bois pour le sacrifice – connus également par Pausanias (V, 15, 10) –, l’épimèlète, les trois épispondochrèstai et le kathèmeristhutès, en charge du sacrifice journalier. Le plus ancien témoignage remonte à 36 av. J.-C.

10 L’exemple le plus illustre est celui de Regilla, la femme d’Hérode Atticus, dont le nom et le titre de prêtresse figurent sur le taureau qui ornait le nymphée offert par son époux : voir Bol R., Olympische Forschungen XV, 1984, p. 109-110. Les autres prêtresses qui nous sont connues par les inscriptions gravées sur la base de leurs statues sont Antonia Baebia (IvO 456), fille de M. Antonius Samippos, descendant du roi éléen Oxylos, un des fondateurs des Olympia (Pausanias, V, 8, 5), Claudia Tychè (IvO 476) qui était aussi prêtresse du culte impérial pour la confédération achéenne et la confédération arcadienne, ainsi que l’épouse de T. Flavius Archélaos qui a exercé d’importantes fonctions au milieu du IIIe siècle. L’épigraphie atteste donc cette prêtrise entre le milieu du IIe siècle et le milieu du IIIe siècle.

11 Sur ces prêtresses, voir Sinn U., « Olympias Spätgeschichte im Spiegel des Demeterkults », Kyrieleis H. (éd.), Olympia 1875-2000. 125 Jahre Deutsche Ausgrabungen. Internationales Symposion, Berlin 9.-11. November 2000, Mayence, 2002, p. 371-376.

12 Pausanias, V, 16, 2-4. Hippodamie est la fondatrice mythique du concours, comme Pélops l’est des Olympia, dans certaines versions. On notera que si le concours masculin est ouvert aux paides et aux andres, le concours féminin, réservé aux seules parthénoi, connaît trois catégories de jeunes filles.

13 Cependant, une note marginale dans l’un des manuscrits de Pausanias (Parisinus gr. 1410 [P]) donne le texte de la dédicace de la statue d’une jeune fille qui avait triomphé dans l’une des courses des Héraia. Voir la note de M. Casevitz dans Pausanias, Description de la Grèce, livre V, CUF, 1999, p. 201. Comme l’auteur de la scholie prétend avoir vu dans les ruines de Patras une herme avec l’inscription, les commentateurs ont fait de Nikagora, sœur de Nikophilos, une jeune fille originaire de Patras. Il est vrai qu’à l’époque impériale un certain nombre de notables avaient plusieurs citoyennetés et que cette Patréenne aurait pu aussi être Éléenne.

14 Pausanias, V, 16, 6 et VI, 24, 10. Sur l’aspect politique de ce tissage dont le produit symbolisait l’unité des deux parties de l’Élide, voir Scheid J., Svenbro J., Le métier de Zeus – mythe du tissage et du tissu dans le monde gréco-romain, Paris, 1994, p. 17-43.

15 Sur les Seize, l’étude de Weniger L., Das Kollegium der Sechszehn Frauen und der Dionysosdienst, Beilage zum Jahresberichte des Gymnasiums zu Weimar 1883, Weimar, 1883, demeure fondamentale. Sur les rituels dionysiaques, voir plus précisément Mitsopoulos-Leon V., MDAI(A), 99, 1984, p. 275-290 – qui propose une localisation du rituel d’épiphanie du dieu connu par Plutarque, Questions grecques, 36 et Isis et Osiris, 35, à partir de découvertes archéologiques faites au théâtre ; Calame Cl., « Pausanias le Périégète en ethnographe ou comment décrire un culte grec », Adam J.-M., Borel M.-J., Calame Cl., Kilani M. (éd.), Le discours anthropologique, Paris, 1990, p. 227-250 – à propos de Pausanias, V, 21, 9 ; Scullion S., « Dionysos at Elis », Philologus, 145, 2001, p. 203-218 – qui tente de distinguer les différents rites dionysiaques connus à Élis souvent confondus par ses prédécesseurs.

16 Pausanias, VI, 20, 2-6. Voir Kastenholz R., Boreas, 59, 1990, p. 147-153 et Kearns E., « Saving the City », Murray O., Price S. (éd.), The Greek City, Oxford, 1990, p. 323-344.

17 Sur le rôle des femmes dans l’expression religieuse de l’État éléen, voir Jacquemin A., « Pausanias, témoin de la religion grecque dans le sanctuaire d’Olympie », Pasquier A. (éd), op. cit. (n. 5), p. 181-213.

18 Pausanias, VI, 23, 1.

19 Voir Polybe, IV 73. Le développement de la ville date véritablement de l’époque impériale : voir Yalouris N., ΑΡΧΑΙΑ ΗΛΙΣ. Το λίκνο των ολυμπιακών αγώνων, Athènes, 1996, p. 113-127.

20 Baitinger H., Eder B., Herrmann K., JDAI, 116, 2001, p. 163-257.

21 Pausanias, VI, 23, 3: « περὶ ἀποκλίνοντα ἐς δυσμὰς τοῦ ἡλίου τòν δρόμον ». C’est l’heure à laquelle Achille pleure Patrocle au soir de sa mort (Iliade, XXIII, 59-61), c’est aussi le moment de déploration qui précède l’allumage du bûcher funèbre (Iliade, XXIII, 152-160).

22 Pausanias, V, 14, 1 : Héraclès inventeur du culte de Zeus Apomyos (« Écarte-mouches ») ; Élien, Histoire Variée, XIV, 18 : anecdote de ce maître menaçant son esclave de l’emmener avec lui à Olympie.

23 Pausanias, V, 13, 1 : « ἡρώων δὲ τῶν ἐν Ὀλυμπίᾳ τοσοῦτον προτετιμημένος ἐστὶν ὁ Πέλοψ ὑπò Ἠλείων ὅσον Ζεὺς θεῶν τῶν ἄλλων».

24 Kyrieleis H., Olympische Forschungen 31, 2006, p. 47-61 : à partir de la fin du XIe siècle et pendant quelque cinq cents ans, le culte de Zeus a été célébré sur un autel de cendres bâti sur les restes de murs préhistoriques ; la construction du premier temple monumental vers 600 av. J.-C. a provoqué un déplacement de l’autel et un culte héroïque s’est installé à son ancienne place. L’archéologie a montré qu’à Olympie le héros n’a pas précédé le dieu.

25 Rien n’empêchait un métèque de participer aux Olympia ; il est vraisemblable d’ailleurs que, sauf exceptions, il concourait sous l’ethnique de sa communauté d’origine, fût-elle momentanément privée d’existence.

26 Voir Weniger L., Das Kollegium der Sechszehn Frauen, op. cit., (cf. n. 14), p. 18.

27 C’est également le cas de l’Apollonie d’Illyrie où des indices du culte d’Achille et de Thétis ont été trouvés : voir Cabanes P., REA, 109, 2007, p. 529-540. La seconde partie du rituel accompli par les Thessaliens à Ilion (Philostrate, Héroïque, 53, 8-13) se déroule également sur la plage : voir Ekroth G., The Sacrificial Rituals of Greek Hero-Cults, Kernos, Suppl. 12, Liège, 2002, p. 101-102.

28 Voir Mavrojannis T., « L’Achilleion nel santuario di Poseidon e Anfitrite a Tenos. Un capitolo di storia della gens giulio-claudia in Oriente », Ostraka, 3, 1994, p. 291-347.

29 Il ne semble pas que le Pénée ait été navigable jusqu’à Élis. Le port d’Élis, que ce soit pour la flotte de guerre de la cité, qu’on ne saurait sous-estimer, ou pour les navires de commerce, est demeuré, au long de son histoire, Kyllènè qui servit de base aux Péloponnésiens pendant la guerre d’Archidamos : voir Thucydide qui l’appelle τò Ἠλείων ἐπίνειον (I, 30, 2 et II, 84, 5), ce qui semble une sorte de désignation officielle, que l’on retrouve chez Strabon (VIII, 3, 4 = C 337) et Pausanias (VI, 26, 4) ; c’est une base importante pendant la guerre des alliés au IIIe siècle : voir Polybe IV, 9 et V, 3 Kyllènè est située à environ 22,5 km d’Élis (120 stades).

30 Iliade, XIII, 257-897 ; pour le présent à Nestor, voir les vers 615-652.

31 Lucien, Histoire véritable, II, 119.

32 Robert L., À travers l’Asie mineure, Paris, 1980, p. 427. L. Robert consacre au concours des Thanatousia une partie (p. 427-432) du chapitre XVIII dédié à « Lucien et son temps » et montre comment l’auteur tire des effets comiques de la juxtaposition d’éléments venus du mythe et de données empruntées à la réalité des concours de l’époque hellénistique ou de son temps.

33 Dans un concours sacré, les prix qui sont des couronnes du feuillage d’un arbre sacré ne coûtent guère aux athlothètes, à la différence de ce qui se passe dans les concours chrématites. La magnificence d’Achille n’a point ici à servir de modèle.

34 Selon certaines traditions, Héraklès de l’Ida, qu’il faut distinguer de l’Héraklès thébain plus connu, aurait à la fois inventé le concours et la couronne d’olivier sauvage (Pausanias, V, 7, 6-7). Le concours d’Olympie aurait même eu le pouvoir comme prix, lors de l’affrontement entre Zeus et Kronos (Pausanias, V, 7, 10), du concours organisé par Endymion pour ses fils (Pausanias, V, 8, 2).

35 On notera qu’Héraklès participa aux épreuves de lutte et de pancrace et les remporta (Pausanias, V, 8, 4), ce qui n’était plus possible dans les Olympia historiques, sauf pour les épreuves hippiques, mais, après la double victoire au bige de chevaux et au quadrige de poulains de Trôilos lors de la cent deuxième olympiade en 372 av. J.-C., une loi interdit la participation des hellanodices (Pausanias, VI, 1, 4-5).

36 Pausanias, V, 9, 4-6. On notera que Pausanias emploie indifféremment les termes d’agonothètes, d’athlothètes et d’hellanodices. Il ne semble pas que le terme d’hellanodices ait été employé avant les guerres médiques : cf. Siewert P., Olympia-Bericht X, 1981, p. 228-248. Une loi olympique de la fin du VIe siècle donne aux deux juges le nom d’arbitre (diaitathvr) : cf. Ebert J., Siewert P., Olympia-Bericht XI, 1999, p. 391-412.

37 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, III, 30.

38 Hérodote, II, 160.

39 Pausanias, VI, 3, 7 – à propos de la statue d’Eupolémos. N.B. Crowther a consacré un article à cette affaire, Nikephoros, 10, 1997, p. 149-160.

40 Voir à propos des Zanes, ces statues de Zeus élevées sur les amendes infligées aux condamnés pour corruption, Pausanias, V, 21.

41 Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, IV, 29.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540