Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemin faisant

 | 
Lydie Bodiou
, 
Véronique Mehl
, 
Jacques Oulhen
, 
et al.

Première partie. Mise en route

Une association de sculpteurs à Rhodes au IIe siècle av. J.-C. : un cercle d’intégration à la société rhodienne

Stéphanie Maillot

Texte intégral

  • 1 Pline, NH 34, 18 : « Sunt alii centum numero in eadem urbe (Rhodo) colossi, minores hoc (Solis colo (...)

1Le nombre de sculpteurs actifs dans l’île de Rhodes à l’époque hellénistique et l’importance de leurs créations sont attestés par des sources variées d’une abondance remarquable : textes littéraires et historiques, inscriptions révélant le statut des dédicants, la personnalité des dédicataires humains ou divins et le nom des artistes, découvertes archéologiques récentes de fonderies pour de très grandes œuvres en bronze. Parmi les nombreux exemples de sources, il faut bien sûr citer le témoignage de Pline, qui ne s’émerveille pas seulement de la taille du très célèbre Colosse, mais précise également qu’au moins cent autres colosses ornent la cité de Rhodes, dont cinq sont des créations du maître Bryaxis1. En regard de cet exemple littéraire classique, il est important de souligner que les découvertes épigraphiques rhodiennes ont révélé depuis un peu plus d’un siècle quelque deux cent quarante signatures de sculpteurs.

  • 2 Isager J., « The lack of evidence for a Rhodian school », MDAI (R), 102, 1995, p. 115-131.
  • 3 Pollitt J. J., « The Phantom of a Rhodian School of Sculpture », From Pergamon to Sperlonga, de Gru (...)

2Ce grand centre artistique reste néanmoins l’objet d’une controverse déjà ancienne chez les historiens modernes : peut-on parler d’une école de sculpture rhodienne ? La tendance historique actuelle apporte une réponse négative à cette question. Notre propos n’est pas d’apporter une contradiction définitive au « manque de “preuves de l’existence” d’une école rhodienne2 » ou de réveiller les « fantômes3 » de cette école, mais de poser la question en des termes différents ou du moins dans une perspective qui nous semble avoir été peu exploitée. En effet, les débats ont utilisé prioritairement des arguments d’ordre stylistique pour tenter de caractériser la production rhodienne.

  • 4 L’intérêt des sources épigraphiques était déjà souligné par Marcadé J., Au Musée de Délos, Étude su (...)

3À travers l’exemple privilégié d’une inscription révélant l’existence d’une association de sculpteurs dans l’île, nous souhaitons mettre l’accent sur l’importance culturelle et sociale, épigraphiquement attestée, du milieu artistique rhodien, sur ses composantes variées, rhodiennes et étrangères, et sur les opportunités de travail, d’installation et d’intégration que la société rhodienne a offertes aux artistes4. Ce fait nous semble être la condition nécessaire à l’existence éventuelle d’une école, quels que soient les jugements esthétiques que l’on puisse porter sur les fragments parvenus jusqu’à nous de cette production artistique.

Texte

4Bloc de marbre découvert à Rhodos, en 1885, dans une église en ruine, encastré dans une maçonnerie servant d’autel (localisation actuelle inconnue). Il conservait encore des traces de mortier dans certaines lettres lors de son premier estampage par E. Biliotti. La pierre a été revue par Fr. Hiller von Gaertringen en 1895, dans les faubourgs d’Ἁγιοι Ἀνάργυροι. Inscription sur la face principale (A), en deux colonnes, et sur le côté droit de la pierre (B).

5Éd. : P. Foucart, « Inscriptions de Rhodes », BCH, 10, 1886 p. 199-210, d’après un estampage de E. Biliotti ; Fr. hiller von gaertringen, IG XII 1, 127, d’après une lecture de St. Saridakis et un estampage de W.R. Paton (SGDI 4108 ; relecture de la face B : AM, 21, 1896, p. 60-61 ; J. Nollé, Fr. Schindler, Inschriften von Selge, 1991, IK 37, T. 54).

6Cf. : P. Foucart, ibid. ; J. Marcade, Au Musée de Délos, Étude sur la sculpture hellénistique en ronde bosse découverte dans l’île, BEFAR, 215, Paris, 1969, p. 482 ; E.E. Rice, « Prosopographica Rhodiaka », ABSA, 91, 1986, p. 233-250 ; V.C. Goodlett, « Rhodian Sculpture Workshops », AJA, 95, 1991, p. 669-681 ; V. Gabrielsen, « The Status of Rhodioi in Hellenistic Rhodes », C&M, 43, 1992, p. 43-69 ; V. Gabrielsen, The Naval Aristocracy of Hellenistic Rhodes, Aarhus, 1997, p. 128-129 ; V. Chankowski, N. Massar, D. Viviers, « Renommée de l’artisan, prestige de la cité, Réflexions sur le rôle des artisans dans les échanges entre communautés civiques », Topoi, 8/2, 1998, p. 551.

Face A – Col. I

π γωνοθέ[τα]
Σατύρου Ἐϕεσίου
ι πιδαμία δέδοται,
νίκει

5

ϕυλ Νικασιωνηΐς,
ϕύλαρχος
Ζηνóδοτος Σατύρου
Ἐϕέσιος,
<γ>υμνασίαρχος

10

Δαμάτριος Δαματρίου
Ῥóδιος.
Επ γωνοθέτα
Μητροδρου Τηνίου,
νίκει

15

ϕυλ Νικασιωνηΐς,
ϕύλαρχος
Δωρίων ντιοχεὺς,
γυμνασίαρχος
Ποσειδνιος Ποσε<ι>δωνίου

20

Ῥóδιος.
π γωνοθέτα
πολλωνίδα Λυσιμαχέως,
νίκει
ϕυλ Νικασιωνηΐς,

25

ϕύλαρχος
Δίων Φρξ,
γυμνασίαρχος
[….…]ρος ν[τι]οχεύς.
[π ]γωνοθέτ[α - -]

Face A – Col. II

30

π γωνοθέτα
γαθάνορος Φασηλίτ[α],
νίκει ϕυλ
Νικασιωνηΐς,

35

ϕύλαρχος
πολλνιος Σελγε[ς],
γυμνασίαρχος
πολλνιος μϕιπολί[τας]
π γωνοθέτα
Φίλωνος λεξανδρέως,

40

νίκει ϕυλ Βασιληΐς,,
ϕύλαρχος
Σωτριχος ντιοχεὺς,
γυμνασίαρχος
Κεραίας Σολεύς.

45

π γωνοθέτα
Δρóμωνος ντιοχέως,
νίκει ϕυλ λυμπηΐς,
ϕύλαρχος
Γóργων Κνίδιος,

50

γυμνασίαρχος
πολλωνίδας ντιοχεύς.
π γωνοθέτα
ρμωνος ντιοχέως
νίκει ϕυλ Βασιληΐς,

55

ϕύλαρχος
[Φίλων( ?)] Image 100000000000004C000000187153AB4B20E5DABD.jpg
[γυμνασίαρχος]
[- - - - - -].

Face B

ερ]γέται Image 100000000000002600000018A432AE93CFF49692.jpg
εργ]έτιδες το [κοινο]∙
[Νι]κασίων Κυζικηνòς Image 100000000000001B0000001C8568DDBAB9530FFB.jpg[]
[πιδαμία] δέδοται, κτίστας το κοιν[ο],

5

Image 10000000000000770000001C7F86BF718D2CDECD.jpgΣολίς,
[Δ]ίων Νικασίων[ος]
Ῥóδιος,
Βασιλς Δημητρίου,
Δημτριος Νικασίωνος Ῥóδιο[ς],

10

Δημτριος β Ῥóδιος,
ρμοκρέων Θαλιάρχου Ῥóδιο[ς],
Θέων ντιοχεύς
ι πιδαμία δέδοται,
Ερνα Σολίς,

15

Εκλειτος Δαμαινέτου Ῥóδιος,
ριστοκράτης pιστoϕάνευ[ς]
Ῥóδιος,
Σάτυρος Ἐϕέσιος ι
πιδαμία δέδοται,

20

Ζηνóδοτος Σατύρου Ἐϕέσιο[ς],
Νέστωρ ρμιονεύ[ς],
ρμίας Συμβριεύς
ρχίας Χος,
λυμπιὰς Νικασίων[ος],

25

Νικασίων ρχίας κα[]
Καλλίστρατος ρχ[ία] κα[]
Διογένης ρχία,
Δαμάτρίος [β Ῥóδιος],
γαθοκλς Σολεύς,

30

Βάθιππος λέξ[ανδ]ρεύ[ς],
Μένανδρος Κρ[ατ]ίνου
Ῥóδιος,
Ἰϕιάδας Μικίωνος
Ῥóδιος,
[……]ος ντιοχεύ[ς].

7N.C. : A L. 9 εὐμνασίαρχος Foucart. L. 56 Hiller IG XII 1, 127. B L. 1 Hiller AM 21 ; ligne manquante dans Foucart, restituée dans Hiller IG XII 1, 127. L. 2 ι]κασίων Κυζικην[òς ὧι ] Foucart ; ι]κασίων Κυζικην[òς] ὧι Hiller IG XII 1, 127. L. 4 κ[οινο] Foucart et Hiller IG XII 1, 127. L. 5 [λυμ]πιὰς ibid. L. 6 La restitution [Δ]ίων est due à Gabrielsen, 1992, p. 54, qui juge la proposition de Foucart ικασ]ίων Νικασίων[ος] trop longue pour l’espace disponible. L. 9 Δημτριος Νικασίωνος Ῥóδ[ιος] ibid. L. 11 ρμοκρέων Θαλιάρχου Ῥóδ[ιος] ibid. L. 13 δέδοταί ibid. L. 14 Eρν[] ibid. L. 15 Eκλε[ιτ]ος ibid. L. 16 ριστοϕάνε[ος] Foucart. L. 22 Συμβρευ Foucart et Hiller IG XII 1, 127. L.26-27 Καλλίστρατος ρχ[ία], Διογένης ρχία ibid. L. 30 λεξ[ανδ]ρε[ς] ibid. L. 31 Μένανδρος Κρ . . . νο[ς Foucart ; Μένανδρος [Θέω ?]νο[ς] Hiller ibid.

8Dat. : 1re moitié du IIe siècle av. J.-C.

Commentaire

Identification du koinon des Asklapiastai Olympiastai Nikasioneioi

  • 5 Jones N. F., « The Order of the Dorian Phylai », CP, 75, 1980, p. 205-207 et du même auteur Public (...)

9Les deux colonnes gravées sur la face A du bloc contiennent une liste de tribus qui ont remporté la victoire à des concours dont le nom n’est pas indiqué. Chaque colonne comporte la mention d’au moins quatre victoires. La rédaction est toujours la même : en tête, l’agonothète qui a présidé aux concours ; puis la tribu qui a remporté la victoire, le nom de son phylarchos et celui de son gymnasiarque. Trois tribus sont nommées : Νικασιωνηΐς (A I l. 5 ; 15 ; 24), λυμπηΐς (A II l. 42) et Βασιληΐς (A II l. 40 ; 54). Ce ne sont pas les tribus de Rhodes, qui portent les noms des trois anciennes cités, Lindia, Ialysia et Kameiris5. De plus, les sept agonothètes et les sept phylarques sont des étrangers. Il s’ensuit donc que ces concours n’étaient pas célébrés par la cité, mais par l’association, ou koinon, dont il est question dans l’inscription de la face B, aux lignes 2 et 4 : le fait que les deux inscriptions sont contemporaines et émanent d’un même koinon est rendu certain par la répétition de certains noms de la face A sur la face B (Σάτυρος Ἐϕέσιος ι πιδαμία δέδοται, A l. 2-3, B l. 18-19 ; Ζηνόδοτος Σατύρου Ἐϕέσιος A l. 6-7, B l. 20 ; Δαμάτριος Δαματρίου Ῥóδιος A l. 10-11, Δαμάτριος B l. 28).

  • 6 Hypothèse de Pugliese-Carratelli G., « Per la storia delle Associazioni in Rodi antica », ASAA n. s (...)
  • 7 Voir le stemma présenté plus bas.

La face B renferme une liste de noms sous le titre général « bienfaiteurs et bienfaitrices du koinon ». Le premier de ces évergètes est le fondateur du groupement lui-même, [Νι]κασίων Κυζικηνòς Image 100000000000001B0000001C8568DDBAB9530FFB.jpg[] [πιδαμια] δέδοται (l. 3-4). Son nom est suivi, peu après, de ceux de ses fils Δίων Νικασίων[ος] Ῥóδιος et Δημτριος Νικασίωνος Ῥóδιο[ς] (l. 9). Un peu plus loin, ligne 24, apparaît sa fille λυμπις Νικασίων[ος] qui porte le nom d’[λυ]μπις Σολίς (l. 5), sa mère selon toute vraisemblance. On reconnaît dès lors l’origine du nom des tribus qui s’affrontent lors de concours internes au koinon : la tribu Νικασιωνηΐς tient son nom du fondateur Nikasion ; la tribu Ὀλυμπης porte le nom de la femme ou de la fille de Nikasion. Quant à la tribu Βασιλης, elle rappelle la Βασιλς Δημητρίου (l. 8) dont il faut faire soit la petite-fille de Nikasion, fille de Δημτριος Νικασίωνος Ῥóδιο[ς]6, soit sa belle-fille, épouse de [Δ]ίων Νικασίων[ος] Ῥóδιος ou de Δημτριος Νικασίωνος Ῥóδιο[ς] et sœur de Δημτριος β’ Ῥóδιος7. Les deux hypothèses peuvent d’ailleurs être conciliées si l’on envisage que Basilis est la fille de Δημτριος Νικασίωνος et qu’elle a épousé son oncle [Δ]ίων Νικασίων[ος]. Il semble en tout cas très probable, par la place de son nom juste après celui de Diôn, qu’elle soit l’épouse de ce dernier, si elle n’est pas aussi sa nièce.

  • 8 AM, 25, 1900, p. 109-110, no 108.
  • 9 Ces questions de nomenclature des koina sont reprises dans ma thèse de doctorat intitulée « Les ass (...)
  • 10 Pugliese-Carratelli G., op. cit., p. 188, n. 8.

10Le nom du koinon n’est pas signalé dans l’inscription. Il peut cependant être déduit d’un rapprochement avec une autre inscription rhodienne, découverte par St. Saridakis dans le cimetière juif de Rhodos. Le bénéficiaire de cette inscription honorifique est une femme – dont le nom est perdu –, membre du koinon des σκλαπιαστν Νικασιωνείων λυμπιαστν (l. 4). L’identification de ce koinon avec celui qui fut fondé par Nikasion a été proposée par F. Hiller von Gaertringen8. Elle repose sur les indices onomastiques que fournit la titulature de l’association : celle-ci porte selon toute probabilité le nom de son fondateur et celui de son épouse (ou de sa fille) Olympias. Le nom de Nikasion est dérivé en –ειοι, comme c’est toujours le cas à Rhodes lorsque une association est nommée d’après une personne : ce dérivé est adjoint au dérivé en -ασταί désignant les éranistes par la divinité qu’ils honorent, ici Asklapios9. C’est ce suffixe en -ασταί qui est également mis en œuvre dans le terme λυμπιαστν. Cette différence de formation des deux termes a incité G. Pugliese Carratelli à proposer une autre interprétation : le mot λυμπιαστν serait formé non pas à partir de l’anthroponyme Olympias, mais sur le nom de concours τα λυμπία, auxquels ferait implicitement référence la liste de vainqueurs et d’agonothètes ici présentée10. Le mode d’appellation des tribus de l’association fait cependant préférer sans hésitation la première solution.

La composition et les facteurs de regroupement de l’association de Nikasion

11La composante majeure de ce koinon est familiale, puisque c’est elle qui est mise en avant dans sa dénomination et dans la répartition du groupement en tribus. À la cellule familiale de Nikasion, il faut en ajouter probablement trois autres : celle de Σατύρος Ἐϕέσιος et de son fils Ζηνóδοτος Σατύρου Ἐϕέσιος (A I l. 2 et 7) ; celle (hypothétique) de Δημτριος Δημητρίου Ῥóδιος, fils de Δημτριος ντιοχεύς et de sa sœur Βασιλίς Δημητρίου (A II l. 8 et 10) ; celle d’ρχίας Χος nommé sur la face B avec ses trois fils Νικασίων ρχία, Καλλίστρατος ρχία et Διογένης ρχία (l. 23 ; 25-27).

12Cette dernière famille possède sans doute un lien matrimonial avec la famille de Nikasion. Archias a épousé la fille de Nikasion, Olympias : c’est ce qu’indiquent la position du nom d’λυμπιὰς Νικασίων[ος] entre ceux d’Archias et de son fils Nikasion, et le nom même de Nikasion donné par Archias à son fils. On peut donc reconstituer le stemma suivant :

Image 10000000000002A900000129A9E5F2A71A12D0F0.jpg

  • 11 Sur le rapprochement prosopographique de Δημτριος β’ Ῥóδιος et Δημτριος ντιοχεύς voir plus loin.

Note 1111

  • 12 Ces concours constituent en tout cas des festivités importantes pour le groupe qui s’est donné les (...)

13Au-delà de liens familiaux bien visibles, le facteur de regroupement de l’association est religieux. Cependant le témoignage conservé ne nous livre aucun indice sur la nature du sentiment religieux de ces éranistes ni sur les formes particulières qu’a pu prendre le culte d’Asklèpios dans cette association. Tout au plus pouvons-nous constater qu’un culte guérisseur peut rassembler des personnes d’horizons variés et que le groupement rend un culte à ce dieu sous la forme linguistique qui est celle de sa patrie d’adoption, le dorien. Les concours internes donnés par le koinon, de nature gymnique comme le prouve la mention de gymnasiarque sur la face A, sont vraisemblablement en son honneur et peuvent porter le nom d’Asklapieia12.

  • 13 Sur les associations ethniques à Délos, voir Baslez M.-F., Recherches sur les conditions de pénétra (...)

14D’autres liens particuliers sont-ils décernables entre les membres de l’association ? Le développement de groupements de nature « ethnique » pour reprendre le vocabulaire en usage, fondés par des ressortissants de même origine géographique, constitue un phénomène caractéristique de l’époque hellénistique : Délos fournit les exemples bien connus des Poseidoniastes de Berytos ou des Herakleistes de Tyr13.

  • 14 C’est-à-dire Alexandrie de Troade après la disparition de Lysimaque : le maintien postérieur de ce (...)

15Le groupement des Asklapiastai Nikasioneioi Olympiastai ne relève manifestement pas de ce type d’association : l’étude des ethniques des évergètes et des membres du koinon montre que ces gens sont d’origines géographiques très variées. Parmi les quarante-trois noms gravés, vingt-huit comportent un ethnique étranger et dix l’ethnique Rhodios. Les étrangers viennent de cités d’Asie Mineure (Cyzique, Ilion, Lysimacheia14), Chios, Cnide, et plus particulièrement de la côte Sud (Symbra, Phasélis, Selgè, Soli), de Grèce continentale ou des îles (Amphipolis, Hermionè, Ténos), d’Alexandrie. Trois provenances sont néanmoins plus fréquentes : Alexandrie (deux personnes), Soli (quatre personnes) et Antioche (sept personnes). L’ethnique Σολεύς (Σολίς) doit être rapporté soit à la cité de Pisidie, soit à son homonyme de Chypre. Quoi qu’il en soit, il est notable que cette cité d’origine, bien représentée au sein du koinon, soit la patrie d’Olympias, l’épouse du fondateur de l’association. Ces Σολεῖς avaient peut-être des liens familiaux avec Olympias, qui ne sont pas discernables dans l’inscription.

  • 15 Voir par exemple IG XII 1, 381 : ντιοχίδος ντιοχίδος πò Δάϕνας κα το νδρòς ατς Eκλείδα Σολ (...)

16Il est d’autre part difficile de déterminer l’origine exacte des sept Antiochéens mentionnés dans l’inscription. En l’absence de précision du type ντιοχεὺς πò Δάϕνας15 ou πò Μαιάνδρου, qui sont très rares, deux possibilités semblent les plus probables : Antioche sur le Méandre, pour laquelle ferait pencher un critère de proximité, et surtout Antioche sur l’Oronte, en faveur de laquelle parlent l’importance de cette cité à l’époque hellénistique et le nombre de Syriens – ressortissants de telle ou telle cité ou groupements portant le nom de Σύριοι – qui s’installèrent alors dans la région de Rhodes.

  • 16 Blinkenberg C., Lindos. Fouilles de l’Acropole, 1902-1914, II : Inscriptions, 1941, 205 (170-160 av (...)
  • 17 Ce rapprochement vient contredire la datation de l’inscription adoptée par Pugliese-Carratelli G., (...)
  • 18 Cf. Lindos II 42 ; Clara Rhodos, 6-7, 1932-1933, p. 418 no 41 ; LGPN 326. Dans LGPN 326, Δημτριος (...)
  • 19 Voir plus loin l’évocation de la question des Rhodioi.
  • 20 Sur Théon d’Antioche, voir Stambolidis N., « Der “Numphenalter” in Knidos und der Bildhauer Theon a (...)

17Le koinon des Asklapiastai Olympiastai Nikasioneioi est donc remarquable, comme la plupart des associations regroupant des étrangers à Rhodes, par sa mixité ethnique. Mais derrière cette hétérogénéité géographique se cache un réseau, qui n’est pas directement lisible dans cette inscription et qui n’est pas non plus dit dans le nom de l’association : un réseau professionnel. La prosopographie permet en effet d’affirmer qu’au moins cinq membres de l’association étaient sculpteurs. Deux des évergètes du koinon, Θέων ντιοχεὺς ι πιδαμία δέδοται et Δημτριος β’ Ῥóδιος sont par ailleurs attestés comme sculpteurs et ont co-signé deux œuvres à Lindos et à Alexandrie16. La signature de Lindos est datée des environs de 170-160 av. J.-C. et permet donc de dater l’inscription présente de la première moitié du IIe siècle av. J-C.17. D’autre part, Δημτριος β’ Ῥóδιος est reconnu comme le fils du sculpteur Δημτριος ντιοχεύς18, actif aux environs de 204 av. J.-C. La collaboration de Théon et Démétrios s’appuie donc sur une communauté d’origine. Démétrios est dit Rhodios, il est donc citoyen rhodien19. Théon a, quant à lui, reçu le droit de séjour particulier et sans doute privilégié à Rhodes qui porte le nom d’épidamia20.

  • 21 Kontorini V., Anekdotes epigraphes Rhodou, Rhodiaka II, 1989, p. 144 et n. 417. L’ethnique de Δημτ (...)
  • 22 AD, 18, 1963 A, p. 12, no 17.15. Cf. Gabrielsen V., loc. cit., p. 58 et 65.
  • 23 Lindos II, 48. Cf. Gabrielsen V., loc. cit., p. 54.

18Trois autres évergètes du koinon de Nikasion étaient probablement sculpteurs. Le fils de Nikasion lui-même, Δημτριος Νικασίωνος Ῥóδιο[ς] (l. 9), a laissé une signature ; cette inscription, non publiée, est mentionnée par V. Kontorini21. D’autre part, ριστοκράτης ριστοϕάνευ[ς] Ῥóδιος (l. 16-17) doit être mis en relation avec la signature d’ d’ριστοκράτης Ῥóδιος22. Enfin, γαθοκλς Σολεύς (l. 29) est de façon certaine attesté comme sculpteur par une inscription de Lindos23.

  • 24 « The Status of Rhodioi in Hellenistic Rhodes », C&M, 43, 1994, p. 43-69.

19Les sculpteurs, évergètes de ce koinon, sont donc au nombre de cinq : Démétrios fils de Démétrios Rhodios, Théon d’Antioche, Démétrios fils de Nikasion Rhodios, Aristokratès fils d’Aristophanès Rhodios et Agathoklès de Soli. Ils sont peut-être plus nombreux et atteindraient le chiffre de neuf, si l’on en croit l’interprétation récente de l’ethnique Rhodios employé à l’intérieur du territoire rhodien, à la place du démotique normalement attendu. Cette interprétation fort convaincante est proposée par V. Gabrielsen dans un article de synthèse : l’ethnique Rhodios est utilisé par un groupe particulier de citoyens, comme substitut à leur démotique24. Il ne traduit pas l’origine étrangère des personnes qui le portent ou un degré inférieur de leur citoyenneté : il est un signe volontaire d’appartenance à un groupe social et professionnel, celui des sculpteurs rhodiens. Nous ne reprendrons pas les étapes de sa démonstration, mais en soulignerons quelques points.

  • 25 Rostovtseff M., The Social and Economic History of the Hellenistic World, Oxford, édition française (...)
  • 26 Fraser P. M., The Rhodian Funerary Monuments, Oxford, 1977, p. 47-48.
  • 27 Pugliese-Carratelli G., « Sullo stato di cittadinanza in Rodi », Studi in onore di Vincenzo Arangio (...)

20Il faut en effet sans doute écarter des hypothèses plus anciennes qui faisaient des Rhodioi des citoyens « naturalisés » possédant des droits civiques restreints25 ou des citoyens « naturalisés » qui auraient émigré (eux ou leurs ancêtres) vers la cité de Rhodos : possédant des droits civiques complets dans cette cité, ils ne seraient pas intégrés au système démotique des autres anciennes cités – la capitale étant dans cette hypothèse en dehors de ce système26. D’autre part, l’emploi de l’ethnique Ῥóδιος a également été interprété comme n’ayant pas de valeur statutaire précise, mais se justifierait par le contexte dans lequel il est utilisé : ce sont des citoyens de plein droit, qui soulignent ainsi leur nationalité rhodienne lorsque leur nom apparaît dans des listes comprenant les noms de nombreux étrangers (en particulier dans les documents émanant de koina)27.

  • 28 Loc. cit., Inventaire I, p. 56-64.
  • 29 Parmi ces trois inscriptions figure la présente liste d’évergètes et de vainqueurs à des concours i (...)
  • 30 Gabrielsen V., ibid., Inventaire III, p. 68-69.
  • 31 Liste des Rhodioi sculpteurs d’origine étrangère :
  • 32 Sculpteurs Rhodioi d’origine étrangère probable :
  • 33 Il s’agit πίχαρμος πίχάρμου Ῥóδιος (voir la note contenant la liste ci-dessus des sculpteurs d’or (...)
  • 34 Cf. Gabrielsen V., Inventaire II : Δημτριος Δημητρίου Ῥóδιος (no 7) ; Δημτριος Νικασίωνος Ῥóδιος (...)
  • 35 Δημτριος et Δίων sont les fils de Νικασίων Κυζικηνòς πιδαμία δέδοται, fondateur du koinon des(...)

21V. Gabrielsen souligne à juste titre que la très grande majorité des attestations de Rhodioi apparaissent dans des signatures de sculpteurs. L’auteur a réuni dans un inventaire trente-neuf attestations28. Il faut leur ajouter dix-neuf exemples de cet ethnique dans trois inscriptions émanant de koina29 et trois exemples contenus dans des inscriptions funéraires30. On constate d’autre part que la majorité des Rhodioi sont d’ascendance rhodienne et non étrangère. Sur trente neuf sculpteurs Rhodioi, six seulement sont par ailleurs attestés avec un ethnique étranger ou d’ascendance étrangère avérée31, auxquels on peut ajouter deux cas probables32, soit un maximum de huit. Au sein de ce groupe, seuls deux artistes sont descendants d’un épidamiaste33. D’autre part, sur dix-neuf Rhodioi mentionnés dans les inscriptions de koina, trois seulement sont des descendants d’étrangers34 ; parmi eux, deux sont les fils d’un épidamiaste, Dion et Démétrios, les fils de Nikasion de Cyzique35. Le total est donc de quatorze Rhodioi d’ascendance étrangère sur cinquante-huit.

  • 36 Contra Goodlett V. C., « Rhodian Sculpture Workshops », AJA, 95, 1991 p. 681, « there is not a sing (...)

22L’ensemble des arguments avancés par V. Gabrielsen lui permet de conclure que les Rhodioi sont des citoyens à part entière et appartiennent probablement tous à un même groupe36. Cette thèse est renforcée par des liens familiaux, associatifs et professionnels que les Rhodioi entretiennent entre eux et l’analyse de l’interaction, ou de l’entrelacement, de ces cercles sociaux.

  • 37 Voir Gabrielsen V., ibid., Inv. I, no 9, 10, 11, 20, 21, 22, 23, 31, 32, 33, 34.
  • 38 νδραγóρας (I) ριστείδα (I) Ῥóδιος, νδραγóρας (II) ριστομένευς Ῥóδιος, νδραγóρας (III) νδραγóρ(...)
  • 39 Gabrielsen V., ibid., Inv. I :
  • 40 Cf. Gabrielsen V., ibid, Inv. II :

23Sur trente-neuf sculpteurs, vingt-trois appartiennent à six familles. La famille la plus large est représentée par onze personnes ; il s’agit de la famille camiréenne d’ριστωνίδας Μνασιτίμου Ῥóδιος, père de Μνασίτιμος ριστωνίδα Ῥóδιος et de Τιμαγóράς ριστωνίδα Ῥóδιος37. Une deuxième famille comprend quatre sculpteurs38 ; les familles restantes sont composées de deux membres, pères et fils ou frères39. Sur dix-neuf attestations de Rhodioi dans des inscriptions d’associations, on repère deux familles de deux membres40. Si l’on réunit ces groupes, on constate que vingt-sept Rhodioi sur soixante et un – soit près de la moitié – sont à répartir entre huit familles. Il est donc visible que le réseau professionnel des artistes et le milieu associatif recoupent, en proportion non négligeable, un réseau familial. Ces trois réseaux sont précisément interactifs dans la liste d’évergètes et d’agonothètes de concours internes au koinon des Asklapiastai Olympiastai Nikasioneioi présentée ci-dessus.

  • 41 Cf. Gabrielsen V., loc. cit., p. 56. Si l’emploi d’un ethnique dans les signatures de sculpteurs a (...)

24Aussi V. Gabrielsen peut-il affirmer que la représentation des Rhodioi dans les associations et la part active qu’ont prise les sculpteurs au phénomène associatif à Rhodes – qu’ils portent l’ethnique Rhodios ou un ethnique étranger – a deux significations. Premièrement, il n’est pas légitime de faire une distinction entre les Rhodioi sculpteurs et les Rhodioi présents dans les koina (où l’emploi de cet ethnique avait pu être expliqué par la volonté de se distinguer des étrangers majoritaires dans le groupement). Ainsi s’est généralisé à Rhodes, à l’époque hellénistique, l’usage fait par les artistes citoyens rhodiens de leur ethnique, comme élément permanent de leur état-civil et comme marque de leur profession. Tous, même ceux d’entre eux qui étaient d’origine étrangère, possèdent un démotique, puisqu’il est établi que l’obtention de la citoyenneté passe par l’inscription dans un dème. Dans la mesure où, pour des raisons artistiques et sans considération de statut, l’ethnique s’est substitué au démotique, on peut supposer que cet ethnique est devenu héréditaire, comme l’était de facto la profession de sculpteur41.

25Par conséquent, on peut envisager que dans l’inscription des Aklapiastai Olympiastai Nikasioneioi, Δαμάτριος Δαματρίου Ῥóδιος (A col. I l. 10), Ποσειδνιος Ποσε<ι>δωνίου Ῥóδιος (A col. I 10), Ἐὒκλειτος Δαμαινέτου Ῥóδιος (Β l. 15), Μένανδρος Κρ[ατ]ίνου Ῥóδιος (B l. 31) et Ἰϕιάδας Μικίωνος Ῥóδιος (B l. 33) sont susceptibles d’être des sculpteurs dont nous ne connaissons pas, pour l’instant, de signature.

26Quoi qu’il en soit, le nombre cinq sculpteurs attestés dans le koinon suffit à considérer que le milieu artistique a constitué un terrain privilégié de recrutement, comme l’a été la propre famille du fondateur. Les deux réseaux sont entremêlés : le fils de Nikasion, Démétrios, appartient à ces deux mondes ; on remarquera également que le sculpteur Agathoklès de Soli partage sa patrie d’origine avec la femme de Nikasion, Olympias. Si l’on étudie la nationalité des sculpteurs portant un ethnique étranger à Rhodes, on constate que la cité de Soli arrive en troisième position après Athènes et Antioche. Il y a là encore entrelacement et interaction de réseaux multiples.

27Aucune exclusive ne préside donc à la formation de ce koinon : il est à la fois familial et professionnel, et attire sans doute aussi par ces deux aspects des personnes venues d’horizon divers. Ce groupement répond à la définition même d’un cercle de sociabilité où tous ces facteurs entrent en jeu.

Le dynamisme social du koinon

  • 42 Op. cit., p. 207.

L’enjeu de la gravure de ce texte est aussi de donner publicité au statut auquel ont pu accéder certains éranistes dans la société rhodienne. En effet, P. Foucart42 a noté que plusieurs lignes de la face B avaient été effacées et gravées de nouveau. Il s’agit des lignes 4, 7, 9, 11 et 15, aux endroits précis où sont mentionnés les ethniques de plusieurs évergètes. Ainsi, on a rajouté après le nom de Nikasion la mention Image 100000000000001B0000001C8568DDBAB9530FFB.jpg[πιδαμία] δέδοται, κτίστας το κοιν[ο], et l’ethnique Ῥóδιος après les noms de Δίων Νικασίων[ος], Δημτριος Νικασίων[ος], ρμοκρέων Θαλιάρχου et Eκλειτος Δαμαινέτου. Le privilège de l’epidamia de Nikasion, « l’état » de Rhodioi de ses fils et de deux autres évergètes seraient alors postérieurs à la formation du koinon. Quel rôle a pu jouer le fait d’être fondateur ou membre du koinon dans l’obtention d’un droit de résidence privilégié, ou dans le droit de se dire « Rhodien » ? Il nous semble possible de proposer deux interprétations qui ne sont pas concurrentes, mais complémentaires :

  • ce n’est pas le fait d’être fondateur ou membre de l’association qui a favorisé l’accès à ces privilèges pour certains membres du groupe, mais bien plutôt le fait qu’ils aient exercé une profession artistique de première importance à Rhodes. La possibilité de fonder un koinon est déjà le signe d’une certaine intégration ;

    • 43 On note tout au plus que cinq d’entre eux proviennent d’Antioche ; c’est le « critère géographique  (...)

    par ailleurs, le groupement a pu avoir un effet d’émulation et contribuer à la visibilité de ses membres : la fréquentation de personnes ayant déjà reçu la faveur de l’epidamia (comme par exemple le sculpteur Théon d’Antioche), a pu inciter Nikasion de Cyzique à prétendre lui aussi au statut d’epidamiaste. Son fils sculpteur, Dèmètrios, a acquis la citoyenneté rhodienne et a adopté l’usage en vigueur chez les sculpteurs rhodiens de porter l’ethnique Rhodios. D’autre part, le rôle d’« intégration » du koinon et l’intérêt de rejoindre l’association a sans doute été plus important encore pour les éranistes qui ne font pas partie de la famille de Nikasiôn et qui ne sont pas attestés comme sculpteurs. Si l’on dresse un tableau faisant apparaître des critères que l’on suppose a priori pertinents (appartenance à la cellule familiale du fondateur, activité de sculpteur, origine géographique, statut juridique au sein de la cité de Rhodes), on constate que les personnes citées sur la face A, comme phylarques, gymnasiarques ou agonothètes, s’inscrivent rarement dans l’un de ces réseaux43. En revanche, les éranistes figurant comme évergètes du koinon sur la face B cumulent des appartenances à plusieurs réseaux : onze sont membres de la famille de Nikasiôn ; cinq sont sculpteurs ; douze sont Rhodioi ou épidamiastes. Ils constituent donc le noyau social de l’association, « une zone de densité » et par là un cercle d’accueil pour des personnes allogènes.

28Le koinon est donc à la fois un signe et un facteur d’intégration au sein de la société rhodienne. Et il en est également une mise en scène. Tel semble bien être le sens que revêt le soin apporté dans cette inscription à faire figurer le dernier statut que leur cité d’adoption a octroyé à ces étrangers. De même, l’organisation du koinon en trois tribus, comme dans toute cité dorienne, l’organisation de concours et l’instauration d’un évergétisme privé n’expriment pas le désir de rester « entre-soi », de former « une cité dans la cité », mais d’adopter les codes en vigueur dans le milieu rhodien.

Les sculpteurs étrangers à Rhodes et « l’école rhodienne de sculpture »

  • 44 « The Phantom of a Rhodian School of Sculpture », op. cit., p. 104.

29Le koinon des Aklapiastai Olympiastai Nikasioneioi est, dans l’état de nos connaissances, le seul à regrouper plusieurs sculpteurs étrangers résidents à Rhodes ; il fournit cependant un écho remarquable au nombre de signatures d’artistes d’origine étrangère découvertes dans l’île. Ce fait a été souvent négligé dans les débats portant sur l’existence d’une école rhodienne de sculpture ou utilisé comme argument a contrario par J. J. Pollitt44.

  • 45 The Hellenistic Sculpture of Rhodes, Studies in Mediterranean Archaeology, 40, Göteborg, 1973.

30Rappelons très brièvement la façon dont les débats ont été essentiellement posés. Ont été utilisés prioritairement des arguments d’ordre stylistique pour tenter de caractériser la production rhodienne, de décerner ses origines et ses influences et en particulier ses liens avec « l’école pergaménienne ». La démarche démonstrative s’appuie la plupart du temps sur la confrontation des témoignages littéraires et des vestiges découverts soit à Rhodes, soit en d’autres lieux du monde gréco-romain. Dans les deux cas, l’issue est décevante. Comme l’a souligné G. Merker45, les découvertes locales n’ont pas la grandeur et le style que vantent les auteurs anciens. Quant aux œuvres découvertes à l’extérieur de Rhodes, elles donnent lieu à des questions de datation et d’attribution auxquelles sont apportées des réponses fort différentes.

  • 46 Pour le détail des discussions sur les exemples cités, voir Pollitt J. J., op. cit.
  • 47 Pline en fait l’œuvre d’Apollonios et de Tauriskos de Tralles, artistes adoptés par le sculpteur rh (...)
  • 48 Le groupe découvert à Rome en 1506 ne serait pas l’original que Pline attribue à Hagésandros, Polyd (...)
  • 49 Cet artiste a signé le bas-relief de poupe de vaisseau, le long de l’escalier qui menait à l’antiqu (...)

31Il est ici impossible d’entrer dans le détail des controverses ; disons seulement qu’elles touchent les œuvres les plus renommées qui sont parvenues jusqu’à nous et que l’on attribue, à partir du témoignage de Pline dans le livre XXXVI de son Histoire naturelle, à des sculpteurs rhodiens46 : il s’agit en particulier du Taureau Farnèse47 et du Laocoon48. Mais l’attribution de la Victoire de Samothrace au sculpteur rhodien Pythokritos fils de Timocharis d’Eleuthernes est également l’objet de débat49.

  • 50 Cf. Rolley Cl., La sculpture grecque, 2, La période classique, 1999, p. 406-410, qui constate le sc (...)

32Les discussions touchant à l’attribution de ces grandes œuvres à des artistes rhodiens et à leur création à Rhodes même sont incontestablement légitimes. Elles soulèvent cependant des questions qui ne sont pas propres à la sculpture rhodienne hellénistique, mais sont inhérentes à toute tentative de connaissance de la sculpture antique : elles touchent en effet en partie à la vaste discipline de la critique des copies50. Il nous semble en tout cas qu’elles n’épuisent pas la question de l’existence d’une « école rhodienne » et laissent de côté l’étude du milieu artistique rhodien.

  • 51 « The Phantom of a Rhodian School of Sculpture », ibid.

33L’approche proposée par J. J. Pollitt51 est plus générale et s’inscrit dans un cadre économique et social. Rhodes ne répondrait pas à la définition d’une école, qui exige, selon l’auteur, les conditions suivantes : l’existence d’un groupe partageant les mêmes principes et la même méthode, un contexte économique et politique favorable, c’est-à-dire un « leader » (Phidias à Athènes), une commande de l’État (les travaux du Parthénon « par exemple ») et enfin des artistes locaux.

34On voit clairement ce que la définition donnée par cet auteur d’une « école » doit à l’Athènes du Ve siècle av. J.-C. Dans ces cadres, Rhodes ne remplirait qu’une seule condition : le Colosse, créé par le sculpteur et architecte Charès de Lindos, peut en effet être mis au compte d’une commande publique ; élevé entre 292 et 280 av. J.-C. ; il est le symbole de la résistance rhodienne au siège de l’île par Démétrios Poliorcète en 305. Cela dit, l’auteur affirme qu’après cette œuvre d’envergure, aucune commande massive n’a pu faire vivre une école à Rhodes. D’autre part, il souligne que la majorité des signatures de sculpteurs peuvent être datées entre 150 et 50 av. J.-C., période de « déclin » du pouvoir politique et économique de Rhodes. Enfin, la majorité des artistes étant des étrangers, ils devaient exécuter leur commission à Rhodes, puis repartaient.

35Nous objecterons à cette analyse les arguments suivants :

    • 52 Rhodes perd à cette date les territoires en Carie et en Lycie que lui avait valu sa participation a (...)
    • 53 Voir le schéma chronologique de la production rhodienne de sculpture établi par Goodlett V. C., op. (...)

    le déclin de Rhodes après 167 av. J.-C., date à laquelle Rhodes se voit puni par le sénat romain de ses tentatives de médiation dans la troisième guerre de Macédoine est aujourd’hui fortement contesté52. Le fait que l’activité des sculpteurs ait été à son comble après cette date53 constitue même une preuve supplémentaire que ce déclin n’a pas eu lieu dans les conditions que l’on a parfois décrites. Il témoigne en tout cas de l’affirmation du rôle culturel de l’île à la « basse époque hellénistique » ;

    • 54 La faveur des bronzes à Rhodes est confirmée par les signatures de bronziers et de sculpteurs qui p (...)
    • 55 Lindos II, no 300.
    • 56 Lindos II, no 391 ; 392 a et b ; 394.
    • 57 Lindos II, no 420.
    • 58 Cf. Lindos II, no 120 ; voir aussi la statue d’Astis de Sidon sculptée par Phylès fils de Polygnoto (...)
    • 59 Voir à titre d’exemple la statue de bronze dont le koinon des Aphrodisiastai Hermogeneioi honore so (...)

    la demande offerte aux sculpteurs, qu’elle ait été « étatique » ou non, était importante. L’existence d’une riche clientèle locale, dans la cité de Rhodos comme dans la ville de Lindos et la renommée d’un sanctuaire comme celui d’Athana Lindia a suffi à fournir du travail à de nombreux artistes, si l’on en juge par le nombre de statues de bronze dédiées à la déesse sur l’acropole de Lindos54. Aristodamos fils d’Onasandros55, Lapheidès fils de Lapheidès, son épouse Nikassa et leur fils Lapheidès56, Kallistratos et son épouse Hieroboula57 et bien d’autre, soit tous les grands prêtres éponymes d’Athana et leur famille, ainsi que les nombreux collèges de magistrats militaires, civils et religieux ont été commanditaires de statues destinées à honorer leur classe. Des familles d’étrangers privilégiés, comme celle du proxène Zènôn d’Arados58, ont également recouru aux services des sculpteurs. Dans la cité de Rhodes, les koina ont fait grand usage des statues de bronze pour honorer leurs évergètes59.

    • 60 Cf. Berges D., Rundaltäre aus Cos und Rhodos, Berlin, 1996. Sur un corpus de cent autels funéraires (...)

    tous les autels funéraires à guirlandes et bucranes, de marbre local provenant de Lartos ou de marbre importé de Paros, dont la faveur a été particulièrement grande au sein de la population étrangère et des koina de Rhodos60, ont très certainement représenté une source d’activité régulière pour tous les artistes qui n’ont pas sculpté la Victoire de Samothrace.

    • 61 Voici le complément à la liste de C. Blinkenberg, que nous avons pu établir (nous ne citons que les (...)
    • 62 Cf. Goodlett V. C., op. cit., (note 36), p. 673.
    • 63 Voir les notes 31 et 32.
    • 64 En plus de Θέων ντιοχεύς πιδαμία δέδοται, évergète du koinon des Asklapiastai Nikasioneioi Ol (...)

    Enfin et surtout, si la présence des artistes étrangers à Rhodes est massive, ceux-ci ne sont généralement pas « de passage ». Chr. Blinkenberg a dressé une liste des sculpteurs, à laquelle il faut ajouter les attestations plus récentes de quatorze artistes61. Sur les cent vingt sculpteurs attestés dans l’île entre 400 av. J.-C. et le début de notre ère, soixante-dix-sept portent un ethnique étranger, treize ne signalent pas d’ethnique ; les trente-neuf restants se disent Rhodioi. Il est manifeste, au regard du faible nombre de dix-sept sculpteurs étrangers dont l’activité est également attestée en dehors de Rhodes62, que la majorité des sculpteurs portant un ethnique étranger n’étaient pas des artistes itinérants. L’étude du statut des sculpteurs du koinon des Asklapiastai Olympiastai Nikasioneioi vient d’autre part démontrer que Rhodes est une terre d’accueil pour les artistes étrangers. Le fait que huit sculpteurs étrangers accèdent au cours de leur carrière au statut de Rhodioi en étant étrangers ou fils d’étrangers vient compléter les conclusions permises par l’étude du cercle artistique fondé par Nikasion de Cyzique ; on ne rapellera que les plus célèbres : Pythokritos fils de Timocharis d’Eleuthernes, Epicharmos fils d’Epicharmos de Soli, Charmolas et son fils Menodotos de Tyr et Ploutarchos fils d’Héliodoros d’Apamée63. À ceux-ci, il faut ajouter le nombre d’artistes ayant reçu le droit de résidence privilégié de l’epidamia64.

  • 65 Sur ce thème, voir Chankowski V., Massar N., Viviers D., « Renommée de l’artisan, prestige de la ci (...)
  • 66 Marcade J., Au Musée de Délos, op. cit., p. 253, n. 2.
  • 67 Constantin VII, De administrando Imperio, 20.
  • 68 Pline, Histoire naturelle, 34, 18.

36Tout porte donc à croire que Rhodes n’est pas une destination comme une autre pour des sculpteurs contraints à voyager pour trouver des commanditaires. Le nombre de familles d’artistes y ayant fait souche prouve que l’île présentait des conditions très favorables à leur installation. Il nous apparaît même que la précision systématique, dans leur signature, du statut social acquis sur place par les sculpteurs, montre à l’envie l’importance qu’ils prêtent à la reconnaissance que leur a accordée la cité65. Cette importance est sans nul doute à la mesure du prestige que revêt l’activité artistique à Rhodes, autrement dit à la valeur que la cité donne à la production de sculptures sur son territoire. Il nous semble légitime de parler d’une politique rhodienne des arts à l’époque hellénistique, du moins d’une nette affirmation par Rhodes du rôle culturel des artistes dans la cité. L’utilisation de l’ethnique Rhodios relève à nos yeux d’une revendication à la fois sociale et culturelle : revendication d’intégration et d’appartenance à un milieu dont la valeur et la qualité ne font de doute pour personne. Il est sans doute prudent d’éviter le terme d’« école », à moins d’affirmer clairement, comme a pu le proposer J. Marcadé, sa dimension politique et culturelle : « Le cadre de la cité demeure une condition nécessaire, sinon […] suffisante, pour l’éclosion d’une “école”66. » On peut néanmoins difficilement nier que la cité de Rhodes à l’époque hellénistique a volontairement favorisé le développement d’un « milieu artistique » par la fusion d’éléments hétérogènes destinée à servir son prestige et sa renommée. La merveille de Rhodes, le colosse d’Hélios renversé par un tremblement de terre en 227 av. J.-C., n’a pas seulement eu une durée de vie d’une soixantaine d’années. Il est resté à terre jusqu’à ce qu’au VIIe siècle de notre ère, un marchand d’Edessa le fasse transporter par pièces à dos de chameaux67. On ne saurait mésestimer la valeur de symbole voire d’exemple que conservait une statue dont « peu d’hommes [pouvaient] embrasser le pouce68 ».

Notes

1 Pline, NH 34, 18 : « Sunt alii centum numero in eadem urbe (Rhodo) colossi, minores hoc (Solis colosso) sed ubicumque singuli fuissent nobilitaturi locum, praeterque hos deorum quinque quos fecit Bryaxis. »

2 Isager J., « The lack of evidence for a Rhodian school », MDAI (R), 102, 1995, p. 115-131.

3 Pollitt J. J., « The Phantom of a Rhodian School of Sculpture », From Pergamon to Sperlonga, de Grummond N. T., Ridgway B. S. (éd.), Berkeley – Los Angeles – Londres, 2000, p. 99.

4 L’intérêt des sources épigraphiques était déjà souligné par Marcadé J., Au Musée de Délos, Étude sur la sculpture hellénistique en ronde bosse découverte dans l’île, BEFAR, 215, Paris, 1969, p. 252, n. 2 : « Le cas de Rhodes est privilégié pour étudier à travers l’épigraphie la constitution de ce qu’il faut bien appeler une “école” de sculpture hellénistique. Pour décevantes que les trouvailles rhodiennes aient paru à certains savants (Lawrence A. W., BSA, 26, 1923/24 et 1924/25, p. 67 sq.), il vaudra la peine, à notre avis, de revenir plus longuement sur ce point. »

5 Jones N. F., « The Order of the Dorian Phylai », CP, 75, 1980, p. 205-207 et du même auteur Public Organization in Ancient Greece : A Documentary Study, Philadelphia, 1987, p. 28-30 et p. 58-60.

6 Hypothèse de Pugliese-Carratelli G., « Per la storia delle Associazioni in Rodi antica », ASAA n. s., p. 193, n. 1 et Gabrielsen V., The Naval Aristocracy of Hellenistic Rhodes, Aarhus, 1997, p. 128, n. 85.

7 Voir le stemma présenté plus bas.

8 AM, 25, 1900, p. 109-110, no 108.

9 Ces questions de nomenclature des koina sont reprises dans ma thèse de doctorat intitulée « Les associations cultuelles d’étrangers dans la région de Rhodes à l’époque hellénistique », soutenue en décembre 2005 à l’université de Clermont-Ferrand.

10 Pugliese-Carratelli G., op. cit., p. 188, n. 8.

11 Sur le rapprochement prosopographique de Δημτριος β’ Ῥóδιος et Δημτριος ντιοχεύς voir plus loin.

12 Ces concours constituent en tout cas des festivités importantes pour le groupe qui s’est donné les moyens de pourvoir à l’approvisionnement nécessaire : en effet, une autre inscription mentionnant [Νικασίω]ν Kυζικηνòς πι|[δαμί]α δέδοται κτίστας κα[] |ερ]γέτας τ[ο κο]ιν[ο] – la formulation laisse peu de doute sur l’identification de ce personnage avec le Nikasion de l’inscription présente –, évoque l’entretien de plants de vigne, cf. Pugliese-Carratelli G., op. cit., no 5. Cette production doit être destinée aux fêtes et aux rites célébrés par le koinon : il ne nous semble pas d’aller plus loin en suivant l’hypothèse de Gabrielsen V., op. cit., p. 129 : « Since the wine was one of the main Rhodian exports, it is at least a plausible conjecture that any surplus from the association’s produce was brought to the market. »

13 Sur les associations ethniques à Délos, voir Baslez M.-F., Recherches sur les conditions de pénétration et de diffusion des religions orientales à Délos, Paris, 1977.

14 C’est-à-dire Alexandrie de Troade après la disparition de Lysimaque : le maintien postérieur de ce nom témoigne d’une mode archaïsante.

15 Voir par exemple IG XII 1, 381 : ντιοχίδος ντιοχίδος πò Δάϕνας κα το νδρòς ατς Eκλείδα Σολέως μετοίκου.

16 Blinkenberg C., Lindos. Fouilles de l’Acropole, 1902-1914, II : Inscriptions, 1941, 205 (170-160 av. J.-C.) ; base découverte à Alexandrie : Loewy E., Inschriften Griechiescher Bildhauer, 1885, no 187 (Preisigke F., Bilabel F. et alii, Sammelbuch griechischer Urkunden aus Aëgypten, I, 1915, no 8549). Ce rapprochement a été proposé par Hiller F., IG XII 1, 127, repris par Blinkenberg C., Lindos II, 205, col. 478 et Van Gelder H., Geschichte der alten Rhodier, 1900, p. 365, puis Gabrielsen V., « The Status of Rhodioi in Hellenistic Rhodes », C&M, 43, 1992, inv. I no 13 p. 59 ; inv. II no 7, p. 66.

17 Ce rapprochement vient contredire la datation de l’inscription adoptée par Pugliese-Carratelli G., op. cit., p. 150 et Fraser-Matthews, LGPN, 331, qui placent ce texte au Ier siècle av. J.-C.

18 Cf. Lindos II 42 ; Clara Rhodos, 6-7, 1932-1933, p. 418 no 41 ; LGPN 326. Dans LGPN 326, Δημτριος Δημτριος Ῥóδιος est reconnu comme le fils de Δημτριος ντιοχεύς mais il est distingué du Δημτριος Δημτριος Ῥóδιος d’IG XII 1, 127 (= LGPN 331). Cependant la présence de Θέων ντιοχεὺς ι πιδαμία δέδοται dans IG XII 1, 127 paraît une raison suffisante pour identifier définitivement le Δημτριος Δημτριος Ῥóδιος de cette inscription avec le sculpteur et assigner ce texte au début du IIe siècle. Cf. Gabrielsen V., ibid. p. 66.

19 Voir plus loin l’évocation de la question des Rhodioi.

20 Sur Théon d’Antioche, voir Stambolidis N., « Der “Numphenalter” in Knidos und der Bildhauer Theon aus Antiocheia », AA, 5, 1984, p. 125-127 : trois signatures de ce sculpteur sont connues à Cnide et rapportées à l’« autel des nymphes » ; une autre de ses signatures a été découverte à Caunos.

21 Kontorini V., Anekdotes epigraphes Rhodou, Rhodiaka II, 1989, p. 144 et n. 417. L’ethnique de Δημτριος Νικασίωνος n’y est pas préservé, mais on peut cependant identifier avec une grande probabilité ce sculpteur avec notre notre Δημτριος Νικασίωνος Ῥóδιο[ς]. Cf. Gabrielsen V., op. cit., p. 66-67, no 8. Le deuxième fils de Nikasion, Δίων Νικασίων[ος], n’est pas attesté comme sculpteur comme pourrait le laissait entendre la rédaction de Gabrielsen V., The Naval Aristocracy, p. 128 : « Thus in Nikasion’s association, the circle of members […] included several sculptors : besides the Nikasion’s two sons, Demetrios and Dion (both naturalized Rhodian), we encounter […]. »

22 AD, 18, 1963 A, p. 12, no 17.15. Cf. Gabrielsen V., loc. cit., p. 58 et 65.

23 Lindos II, 48. Cf. Gabrielsen V., loc. cit., p. 54.

24 « The Status of Rhodioi in Hellenistic Rhodes », C&M, 43, 1994, p. 43-69.

25 Rostovtseff M., The Social and Economic History of the Hellenistic World, Oxford, édition française, 1989, p. 486; Hiller Von Gaertringen F., RE, suppl. V, 1941, Rhodos, col. 731-840; Meyer E., RE, XIX 1, 1937, Peraia 2, col. 560-582.

26 Fraser P. M., The Rhodian Funerary Monuments, Oxford, 1977, p. 47-48.

27 Pugliese-Carratelli G., « Sullo stato di cittadinanza in Rodi », Studi in onore di Vincenzo Arangio-Ruiz, vol. IV, 1953, p. 485-491; Kontorini V., Rhodiaka II, 1989, no 10.

28 Loc. cit., Inventaire I, p. 56-64.

29 Parmi ces trois inscriptions figure la présente liste d’évergètes et de vainqueurs à des concours internes au koinon des Asklapiastai Olympiastai Nikasioneioi. Cf. Gabrielsen V., loc. cit., Inventaire II, p. 65-68.

30 Gabrielsen V., ibid., Inventaire III, p. 68-69.

31 Liste des Rhodioi sculpteurs d’origine étrangère :

  1. Δημτριος Δημητρίου Ῥóδιος : Lindos II 63 (170-160 av. J.-C.), fils de Δημτριος ντιοχεύς (Lindos II no 42), co-signant avec Θέων ντιοχεύς πιδαμία δέδοται (Loewy E., no 187) ; cf. Gabrielsen V., Inv. I no 13

  2. Δημτριος λιοδρου Ῥóδιος : Lindos II no 87 (début du Ier siècle av. J.-C.) ; IG XII 1, 769 ; frère de Πλούταρχος λιοδρου Ῥóδιος originaire d’Apamée ; cf. Gabrielsen V., Inv. I no 5.

  3. Πλούταρχος λιοδρου Ῥóδιος : LindosII no 85 ; 86 (IIe-Ier siècle av. J.-C.) ; 131b (82 av. J.-C.) ; 308b ; Kontorini V., Rhodiaka II no 2, l. 27 (1re moitié du Ier siècle av. J.-C.) et no 74, l. 13. Avant 91 av. J.-C., il signe avec son ethnique παμεὺς : Lindos II no 131d ; cf. Gabrielsen V., Inv. I no 24. Il signe aussi parfois simplement Πλούταρχος λιοδρου : AD 18, 1963, A, no 12 et c’est sous cette dénomination qu’il apparaît comme le bénéficiaire d’une dédicace du koinon des Aphrodisiastai Sôteriastai dans Pugliese-Carratelli G., op. cit., no 7.

  4. πίχαρμος πίχάρμου Ῥóδιος : Lindos II no 83 (120-100 av. J-C.) ; no 246 (123 av. J.-C.) ; no 197g (118 ? av. J.-C.) ; Pugliese-Carratelli G., « Supplemento Epigrafico Rodio », ASAA, 30-32 n.s. 14-16, 1952-54, no 56. Co-signant avec son père πίχαρμος Σολεύς πιδαμία δέδοται : Lindos II no 281a (100 av. J.-C. environ) ; IG XII 1, 43, 47, 66, 846 ; co-signant avec Χαρνος Λαοδικεὺς : Clara Rhodos 2, 1932, p. 206, no 40 (100-70 av. J.-C. environ), lui-même plus tard attesté comme Χαρνος Λαοδικεὺς πιδαμία δέδοται ; cf. Gabrielsen V., Inv. I no 17.

  5. Μηνóδοτος (III) Χαρμóλα Ῥóδιος : Lindos II no 82 et 84 (88-85 av. J.-C.) ; Lindos II no 293c (86 av. J.-C.) ; Pugliese-Carratelli G., « Nuovo Supplemento Epigrafico Rodio », ASAA, 33-34 n.s. 17-18, 1955-1956, no 4, l. 34-35. Sans patronyme : LindosII no 302 (100-70 av. J-C.) ; nom restauré dans Lindos II no 305 (70 av. J.-C. environ). Co-signant avec son père Χαρμóλα ρτεμιδρου Ῥóδιος dans Lindos II no 702 (88-85 av. J.-C. environ) ; cf. Gabrielsen V., Inv. I no 19. Le père et le fils appartiennent à une famille de sculpteurs originaire de Tyr (cf. Dow S., « A Family of Sculptors from Tyr », Hesperia, 10, 1941, p. 351-360). ρτεμίδωρος Μηνοδóτου Τύριος, père de Χαρμóλας, est attesté par cinq signatures : Lindos II 69 ; 216 ; 245 (avec son second fils Μηνóδοτος (II) et l’ethnique Τύριοι — cette dernière signature n’est pas signalée dans l’inventaire de Gabrielsen V., I no 19) ; Loewy E., no 309 ; IG XII 1, 109.

  6. Χαρμóλας ρτεμιδρου Ῥóδιος : Lindos II no 82 (100-85 av. J.-C.). Co-signant avec son frère Μηνóδοτος ρτεμιδρου avec l’ethnique Τύριοι : Lindos II no 281b (100 av. J.-C. env.) ; ibid. 293c ; Clara Rhodos, 2, 1932, p. 190, no 19 ; Kontorini V., Rhodiaka II, no 7, l. 22-23. Il porte l’ethnique Ῥóδιος dans Kontorini V., Rhodiaka II, no 63, l. 20 et lorsqu’il co-signe avec son fils Μηνóδοτος dans Lindos II, no 285 (93 av. J.-C.) et 702 (88-85 av. J.-C.). Cf. Marcade J., Recueil des signatures de sculpteurs grecs, I (1953-1955), p. 13-20. Si le sculpteur Χαρμóλας du no 31 de Majuri A., Nuova Silloge di Rodi e Cos, 1925, est à identifier avec Χαρμóλας ρτεμιδρου, cet exemple fournit une nouvelle preuve que la mention de l’ethnique et même du patronyme n’est pas systématique. Voir également les différentes signatures de Φύλης λικαρνασεύς (Lindos II, no 93a ; 97 ; 111 ; 135 ; 136) que l’on trouve aussi sous la forme Φύλης ποίησε (Lindos II, no 105 ; 106 ; 108) ou Φύλης Πολυγνώτου λικαρνασσεὺς ποίησε (Lindos II no 129).

32 Sculpteurs Rhodioi d’origine étrangère probable :

  • Λέων Μενίππου Ῥóδιος : Lindos II no 59 ; no 151 (197 av. J.-C. environ) ; no 157 (194 av. J.-C. environ) ; 164 (185 av. J.-C. environ) ; Clara Rhodos 2 (1932) p. 215, no 54 (Rhodes) ; Majuri A., Nuova Silloge, no 15 (Rhodes IIe siècle av. J.-C.) = Gabrielsen V., Inv. I no 18. Blinkenberg C., Lindos II, no 119, propose d’en faire le fils de Μένιππος Κώιος (ibid. 34 ; Clara Rhodos, 6-7, p. 403, no 30, l. 34), de même Kontorini V. (Rhodiaka II, p. 137) qui suggère cependant également que Λέων Μενίππου puisse être d’origine carienne.

  • Πυθóκριτος Τιμοχάριτος Ῥóδιος : Lindos II no 56 ; no 147 (200-175 av. J.-C.) ; no 148 (vers 199 av. J.-C.) ; no 150 (vers 197 av. J.-C.) ; no 155 (vers 196) ; no 159 (vers 192-91) ; no 199 (165 av. J.-C.) ; no 203c (161 av. J.-C. environ) ; IG XII 1, 814 (173 av. J.-C.), 815a (171 av. J.-C. environ ; nom restauré), 104 a et b ; 87 ; Clara Rhodos 2, 1932, p. 193, no 21 ; ASAA, 4-5, 1921-22, p. 479, no 33 = Blümel W., Die Inschriften der rhodischen Peraia, 1991, no 553 (Kedreai ; anthroponyme seul sans patronyme ni ethnique) ; Dittenberger W. et Purgold K. (éd.), Die Inschriften von Olympia, Olympia V (1896), no 186 ; Engelman H. et Melkerbach R. (éd.), Die Inschriften von Erythrai und Klazomenai, I-II, 1972-73, no 88 ; Tit Cam no 44, l. 28¨= « Supplemento Epigrafico Rodio », ASAA, 30-32 n. s. 14-16, 1952-1954, no 18 ; Kontorini V., Rhodiaka II, no 59 (Rhodes, 188-186 av. J.-C. environ). Il est probablement le fils Τιμóχαρις λευθερναῖος : Lindos II no 35 ; no 123 ; no 124 ; no 125 ; Loewy E., no 166 ; no 167 (trouvée à Sidon) ; no 168 ; no 169 ; no 170 (IG XII 1, 40), peut-être daté de 219 av. J-C. ; Lindos II no 124, col. 359 ; no 171 ; no 172 (IG XII 1, 812) vers 243 av. J-C. ; no 173 ; Majuri, Nuova Silloge no 19. Le fils de Pythokritos, Σιμίας Πυθóκρίτου Ῥóδιος, a lui aussi exercé la profession de sculpteur : Bresson A., Recueil d’inscription de la Pérée rhodienne, 1991, no 7.

33 Il s’agit πίχαρμος πίχάρμου Ῥóδιος (voir la note contenant la liste ci-dessus des sculpteurs d’origine étrangère, no 4) et de Δημτριος Νικασίωνος Ῥóδιος, voir note suivante.

34 Cf. Gabrielsen V., Inventaire II : Δημτριος Δημητρίου Ῥóδιος (no 7) ; Δημτριος Νικασίωνος Ῥóδιος (no 8) – déjà compté parmi les sculpteurs descendants d’épidamiastes ; Δίων Νικασίωνος Ῥóδιος (no 9).

35 Δημτριος et Δίων sont les fils de Νικασίων Κυζικηνòς πιδαμία δέδοται, fondateur du koinon des Asklapiastai Olympiastai Nikasioneioi auquel nous nous intéressons ici.

36 Contra Goodlett V. C., « Rhodian Sculpture Workshops », AJA, 95, 1991 p. 681, « there is not a single definition of the ethnic Rhodios ». L’auteur soutient que parmi les sculpteurs signant avec cette ethnique, certains sont des citoyens de droits complets, d’autres de droit restreints car ils ont été naturalisés. Mais nous avons déjà vu que la « naturalisation » incluait l’enregistrement dans un dème.

37 Voir Gabrielsen V., ibid., Inv. I, no 9, 10, 11, 20, 21, 22, 23, 31, 32, 33, 34.

38 νδραγóρας (I) ριστείδα (I) Ῥóδιος, νδραγóρας (II) ριστομένευς Ῥóδιος, νδραγóρας (III) νδραγóρα (II) Ῥóδιος, ριστείδας (II) νδραγóρα (II) Ῥóδιος; Gabrielsen V., ibid., Inv. no 4, 5, 7, 3. Segre M. (Clara Rhodos, 8, 1936, p. 239) est le premier à avoir établi un stemma de cette famille. C’est V. Kontorini, Rhodiaka, II, p. 175, qui a proposé de faire d’νδραγóρας (I) ριστειδα (I) Ῥóδιος le plus ancien représentant de ce groupe. Blinkenberg C. (Lindos II, no 333) rejette ces rapprochements sans argumentation.

39 Gabrielsen V., ibid., Inv. I :

  • no 12 et 28 : σκληπóδωρος Ζνωνος Ῥóδιος et Πυθóκριτος Ζνωνος Ῥóδιος (Pugliese-Carratelli G., op. cit. (note 6), no 3, l. 20 = Tit Cam no 84 ; co-signature du IIe siècle av. J.-C.). Goodlett V. C., ibid., p. 676, propose de faire de Ζνων Σολεύς (Clara Rhodos 2 [1932] no 24) le père d’Asklèpiodôros. Mais cette filiation est très incertaine. Elle commet d’autre part une confusion entre Πυθóκριτος Ζνωνος Ῥóδιος et Πυθóκριτος Τιμοχάριτος Ῥóδιος (cf. note 56 no 2), en citant Tit Cam no 84.

  • no 15 et 24 : Δημτριος λιοδώρου Ῥóδιος et Πλούταρχοςαλιοδώρου Ῥóδιος (début du Ier siècle av. J.-C.). Πλούταρχος est fermement attesté comme originaire d’Apamée.

  • no 19 et 37 : Μηνóδοτος (III) Χαρμóλα Ῥóδιος et son père Χαρμóλας ρτεμοδρου Ῥóδιος (100-70 av. J.-C.). Cette famille, comptant plusieurs autres artistes, est d’origine tyrienne. Voir note 37, no 5 et 6.

  • no 27 et 29 : Πυθóκριτος Τιμοχάριτος Ῥóδιος (cf. note no 2), attesté par de nombreuses signatures (1er quart du IIe siècle av. J.-C.) et auteur d’un célèbre bas-relief représentant la poupe d’un navire à Lindos, et son fils Σιμίας Πυθοκρίτου Ῥóδιος (Lindos II no 70, 140 av. J.-C. environ).

40 Cf. Gabrielsen V., ibid, Inv. II :

  • no 2 et 3: γσαρχος [Ῥóδιος] et γσαρχος (II) γησάρχου Ῥóδιος, Kontorini V., Rhodiaka II, no 10, l. 30 et 28-29; 185 av. J.-C. L’ethnique du père est ici entre crochets, car il est inscrit avant l’anthroponyme, après le nom du fils.

  • no 8 et 9 : Δημτριος Νικασίωνος Ῥóδιος et Δίων Νικασίωνος Ῥóδιος, les deux frères de notre inscription.

41 Cf. Gabrielsen V., loc. cit., p. 56. Si l’emploi d’un ethnique dans les signatures de sculpteurs a pris une ampleur particulière à Rhodes, il faut souligner qu’elle est également attestée à l’intérieur du territoire athénien, où six sculpteurs de citoyenneté athénienne sont dits θηναοί. Cf. Loewy E., Inschriften griechischer Bildhauer, 1881, no 53 (Ve siècle av. J.-C.) ; no 104 (IVe -IIIe siècles av. J.-C.) ; no 227 (IIe-Ier siècles av. J.-C.) [signature commune d’un père et de son fils, qui signent par ailleurs avec un démotique aux numéros 223-225, 228-229] ; no 327 et 329 (période impériale).

42 Op. cit., p. 207.

43 On note tout au plus que cinq d’entre eux proviennent d’Antioche ; c’est le « critère géographique » qui semble chez eux le plus pertinent.

44 « The Phantom of a Rhodian School of Sculpture », op. cit., p. 104.

45 The Hellenistic Sculpture of Rhodes, Studies in Mediterranean Archaeology, 40, Göteborg, 1973.

46 Pour le détail des discussions sur les exemples cités, voir Pollitt J. J., op. cit.

47 Pline en fait l’œuvre d’Apollonios et de Tauriskos de Tralles, artistes adoptés par le sculpteur rhodien Menèkratès, au début du IIe siècle av. J.-C. On considère actuellement que le groupe est une copie du Ier siècle de notre ère et les liens d’Apollonios et Tauriskos avec un sculpteur rhodien sont remis en question.

48 Le groupe découvert à Rome en 1506 ne serait pas l’original que Pline attribue à Hagésandros, Polydôros et Athènodôros de Rhodes, mais une copie datée du début du Ier siècle ap. J.-C. Il a d’autre part été rapproché de plusieurs groupes découverts en 1957 dans une grotte de Sperlonga, au sud de Rome : l’aveuglement de Polyphème par Ulysse et ses compagnons, l’attaque de Scylla contre le vaisseau d’Ulysse, le vol du Palladium et une version du groupe dit « Pasquino », représentant Ménélas portant le corps de Patrocle. Ces groupes sont également signés par des artistes portant les noms d’Hagèsandros, Polydôros et Athènodôros : ces artistes qui ont manifestement travaillé sur place sont-ils les auteurs du Laocoon ou des homonymes ?

49 Cet artiste a signé le bas-relief de poupe de vaisseau, le long de l’escalier qui menait à l’antique acropole de Lindos ; cf. Blinkenberg C., Lindos II, col. 53. Sur l’attribution de la Victoire à ce sculpteur, cf. Thiersh H., « Die Nike von Samothrace, ein rhodisches Werk und Anathem », GöttNachr, 1931, p. 337-378 ; pour un exposé des doutes émis depuis Thiersh à propos de cette attribution, voir, entre autres, Isager J., « The lack of evidence for a Rhodian school », MDAI (R), 102, 1995, p. 127-128 ; Pollitt J. J., op. cit., p. 99.

50 Cf. Rolley Cl., La sculpture grecque, 2, La période classique, 1999, p. 406-410, qui constate le scepticisme généralisé ambiant concernant aussi bien l’identification des œuvres que la valeur des textes antiques, « sous le prétexte qu’ils sont presque toujours largement plus récent que les œuvres dont ils parlent » (p. 409). Et l’auteur de rappeler qu’«  à moins de renoncer à écrire une histoire de la sculpture grecque classique, une évidence s’impose : mis à part quelques originaux, nous devons nous appuyer sur des sculptures qui sont à peu près toutes d’époque romaine » (p. 406). Nous prenons la liberté d’étendre cette constatation à une partie de la sculpture rhodienne.

51 « The Phantom of a Rhodian School of Sculpture », ibid.

52 Rhodes perd à cette date les territoires en Carie et en Lycie que lui avait valu sa participation active, comme alliée de Rome, à la guerre contre Antiochos III (192-189) et souffre de la concurrence économique de Délos alors déclaré port-franc. Cependant, Rhodes reste une cité libre et autonome pendant toute la période hellénistique ; elle conserve sa force navale et sa diplomatie. D’autre part, les études récentes sur la circulation des amphores rhodiennes permettent de soutenir que les conséquences économiques des mesures de 167 (dont la principale source est le récit de Polybe, 30, 4-5, des ambassades rhodiennes à Rome) ont été largement surévaluées et en tout cas de courte durée ; voir notamment Rauh N., « Rhodes, Rome and the Eastern Mediterranean Wine Trade », Gabrielsen V., Bilde P., Engberg-Pedersen T., Hannestad L. et Zahle J. (éd.), Hellenistic Rhodes : Politics, Culture and Society, Aarhus, 1999, p. 163-165.

53 Voir le schéma chronologique de la production rhodienne de sculpture établi par Goodlett V. C., op. cit. (note 36), p. 674, fig. 1.

54 La faveur des bronzes à Rhodes est confirmée par les signatures de bronziers et de sculpteurs qui précisent νέκαυσε ou χαλκούργησε. Les signatures de ce genre sont au nombre de huit : voir dans la liste de Ch. Blinkenberg : Euklès de Mylasa, Agathôn d’Éphèse, Ménippos de Cos, Dionysos […], Iatroklès fils de Pasikritos, Botrus de Lucanie et ρίστων, Pugliese-Carratelli G., « Supplemento Epigrafico Rodio », ASAA, 30-32 n. s. 14-16, 1952-1954, no 26. Par ailleurs, plusieurs fonderies ont été découvertes dans la cité de Rhodos. L’installation métallurgique de la rue des Diagorides à Rhodes, fouillée depuis 1974, comprend deux fosses de fonte, datée du IIIe siècle av. J.-C. L’une des fosses est taillée sur une longueur de 11,50 m dans la roche naturelle. Il s’agit du plus grand atelier de fonte jamais fouillé en Grèce ; il dénote la technique de fonte la plus élaborée que l’on connaisse pour l’époque hellénistique, cf. AD, 43 (1988) [1993], Chron, p. 582-587. De façon générale, voir Rimmer G., « Technik und arbeitsweise rhodischer Bronzegiesser », ΡOΔOΣ 2.400 ΧΡONIA, 1999, p. 253-258 ; Nikolaïdou G., « Aνασκάϕή Τζέδάκη στη Ρóδο. να ελληνιστικó εργαστριο χύτευσης χαλκού », ibid., p. 259-262.

55 Lindos II, no 300.

56 Lindos II, no 391 ; 392 a et b ; 394.

57 Lindos II, no 420.

58 Cf. Lindos II, no 120 ; voir aussi la statue d’Astis de Sidon sculptée par Phylès fils de Polygnotos d’Halicarnasse, « évergète », Lindos II, no 132.

59 Voir à titre d’exemple la statue de bronze dont le koinon des Aphrodisiastai Hermogeneioi honore son fondateur, Hermogénès de Phasélis, cf. Jacopi G., Clara Rhodos, 2, 1932, p. 214 no 53.

60 Cf. Berges D., Rundaltäre aus Cos und Rhodos, Berlin, 1996. Sur un corpus de cent autels funéraires inscrits, de provenance rhodienne, quarante-neuf peuvent être attribués à des personnes d’origine étrangère.

61 Voici le complément à la liste de C. Blinkenberg, que nous avons pu établir (nous ne citons que les attestations de nouveaux artistes et non les nouvelles signatures de sculpteurs déjà connus) :

  • σκλαπιάδας Χος πιδαμία δέδοται, Pugliese-Carratelli G., « Epigrafi del tetrapilo di Rodi », ASAA, 1986-1987, no 6 ; antérieur à 160 av. J.-C. ;

  • Μένιππος Χρυσαορεύς, Kontorini V., Anekdotes epigraphes Rhodou, Rhodiaka II, (1989) no 56 ;

  • ριστωνιδας Τιμαγóρα Ῥóδιος, ibid. no 57 ;

  • Θεύδωρος Παριανóς, Konstantinopoulos G., AD, 18, 1963, no 3 ; Ier siècle av. J.-C. ;

  • ριστοκράτης Ῥóδιος, ibid., no 17 ;

  • Πράξων Τιμάνακτος Ῥóδιος, Pugliese-Carratelli G., « Supplemento Epigrafico Rodio », ASAA, 30-32 n.s. 14-16, 1952-1954, no 26 ;

  • Θεóγνωτος, ibid., no 51 a ;

  • ρίστων, ibid., no 51 a (bronzier);

  • Φίλων ρακλεώτας, ibid., no 54;

  • Κοσμοκλς [...]Ῥóδιος, ibid., no 63 ;

  • Τρωΐλος ντιοχεύς, Pugliese-Carratelli G., « Epigrafi rodie inedite », PP, 5, 1950, p. 76-80, no 3 ; vers 74 av. J.-C. ;

  • ριστωνίδας Σελγεύς, Pugliese-Carratelli G., op. cit. (note 6), no 15 ;

  • νθος Κνίδίος μέτοικος, Pugliese-Carratelli G., « Tituli Camirenses. Supplementum », ASAA, 30-32 n. s. 14-16, 1952-1954, no 87 ;

  • Σιμίας Πυθοκρίτου Ῥóδιος, Bresson A., Recueil des inscriptions de la Pérée intégrée, 1991, no 7 ; Simias est le fils de Pythokritos Rhodios, lui-même fils de Timocharis d’Eleuthernes.

62 Cf. Goodlett V. C., op. cit., (note 36), p. 673.

63 Voir les notes 31 et 32.

64 En plus de Θέων ντιοχεύς πιδαμία δέδοται, évergète du koinon des Asklapiastai Nikasioneioi Olympiastai et qui fit signaler ce privilège dans son inscription funéraire : Rhodos, IG XII 1, 381, Θέων ντιοχεὺς πιδαμία δέδοτο, nous connaissons :

πίχαρμος Σολεύς πιδαμία δέδοτάι : attesté à Lindos dans Lindos II, no 234 (après 153 av. J.-C.) ; Lindos II no 235 (140-130 av. J.-C.) ; Lindos II no 236 (140-130 av. J.-C.). Lindos II, no 232 (129 av. J.-C.). Associé à son fils πίχαρμος πίχάρμου Ῥóδιος à Lindos dans Lindos II no 246 (123 av. J.-C.) ; IG XII 1, 846 (avant 118 av. J.-C.) ; IG XII 1, 197 g (118 av. J.-C. ?) ; IG XII 1, 281 a (vers 100 av. J.-C.) ; à Rhodos dans IG XII 1, 43 ; IG XII 1, 47 ; IG XII 1, 66.
σκλάπιάδιας Χος πιδαμία δέδοται attesté à Rhodos dans ASAA, 64-65, 1986-1987, no 6 (vers 160 av. J.-C.) ; Kontorini V., Migeotte L., BCH, 119, 1998, p. 621-628.
Χαρνος Λαοδικεὺς πιδαμία δέδοται attesté à Lindos dans Lindos II, no 327 (70-50 av. J.-C.) ; à Rhodos dans IG XII 1, 72a ; IG XII 1, 107 ; Rhodiaka II, no 5.

65 Sur ce thème, voir Chankowski V., Massar N., Viviers D., « Renommée de l’artisan, prestige de la cité, Réflexions sur le rôle des artisans dans les échanges entre communautés civiques », Topoi, 8/2, 1998, p. 551.

66 Marcade J., Au Musée de Délos, op. cit., p. 253, n. 2.

67 Constantin VII, De administrando Imperio, 20.

68 Pline, Histoire naturelle, 34, 18.

Auteur

Université de Clermont-Ferrand

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540