Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemin faisant

 | 
Lydie Bodiou
, 
Véronique Mehl
, 
Jacques Oulhen
, 
et al.

Première partie. Mise en route

Le thème de la « décadence perse » dans l’historiographie européenne du XVIIIe siècle : remarques préliminaires sur la genèse d’un mythe1

Pierre Briant

Texte intégral

  • 1 Texte mis à jour d’une communication « Ancient Persia as viewed through the modern historiography (...)

1Je me souviens que c’est à l’invitation de Pierre Brulé que j’ai eu l’occasion de présenter mes premières réflexions sur un champ de recherches où j’avais très récemment commencé de m’aventurer – à savoir l’Alexandre de Montesquieu et l’héritage de l’historiographie des Lumières chez Droysen. C’était à Rennes, dans le cadre de la Celtic Conference in Classics, dans les tout premiers jours du mois de septembre 2004. L’étude que je lui offre ici représente donc une forme de « retour à Rennes », et une nouvelle étape sur un déjà long itinéraire qui fut à la fois commun et solitaire, et qui, pour paraphraser Hérodote, fut et reste bordé « de relais royaux et de belles hôtelleries ».

  • 2 Voir maintenant sous une forme plus détaillée et plus élaborée mes études « Alexander the Great », (...)

2Dans un livre publié en 2003, Darius dans l’ombre d’Alexandre, j’ai tenté de montrer comment et d’expliquer pourquoi l’insistance unilatérale accordée à la personnalité et à la politique d’Alexandre dans l’historiographie européenne (depuis l’Antiquité et sur ses traces) avait dénaturé les perspectives sur l’empire achéménide, plus particulièrement dans la dernière phase de son histoire2. L’histoire de l’empire perse et l’histoire d’Alexandre se sont développées à la fois ensemble et l’une contre l’autre : dans une certaine mesure, la vision européenne de la Perse de Darius III n’est rien d’autre qu’un faire-valoir de la glorieuse entreprise du jeune roi macédonien. L’on peut élargir l’observation à l’ensemble de l’histoire perse à partir du moment où les conquêtes de Cyrus mettent Grecs et Perses en contact immédiat. C’est sur ce point que j’aimerais revenir ici, sous forme de contribution à l’historiographie de la Perse antique – question qui, à mon avis, est décisive, non seulement pour évaluer les étapes passées de la recherche, mais aussi pour envisager plus sereinement ses orientations futures souhaitables.

  • 3 Darius dans l’ombre d’Alexandre, Paris, Fayard, 2003; également Id., « History and Ideology : the (...)
  • 4 Pour la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, voir mon étude « Milestones in the (...)
  • 5 Outre mes études citées ci-dessus note 2, on verra l’analyse historiographique du dossier des kata (...)

3Je choisis d’aborder la question via un thème particulier, celui de la « décadence perse ». Élaboré à partir de textes classiques bien connus3, ce thème historiographique a surtout été étudié, jusqu’à maintenant, à partir de la littérature des XIXe et XXe siècles4. Dans la continuité de mes recherches actuelles sur l’historiographie d’Alexandre au siècle des Lumières, je voudrais proposer ici une réflexion sur la genèse moderne de cette image, à travers les œuvres des érudits, philosophes et historiens du XVIIIe siècle. Cette voie d’approche est d’autant plus prometteuse que, dès cette époque, la « décadence perse » est souvent mise en évidence par opposition à la « rénovation » apportée par Alexandre5.

Observations préliminaires sur les sources de la connaissance sur la Perse antique

  • 6 Ideen über die Politik, den Verkehr, und den Handel der vornehmsten Völker der alten Welt, dont la (...)
  • 7 Tout le premier volume de Politique et commerce (I, 1830) est consacré à l’empire perse. Après des (...)
  • 8 Voir déjà Bossuet, Discours sur l’histoire universelle (1681 ; éd. 1691), p. 545-549 ; Rollin, Liv (...)
  • 9 Ibid., p. 321, en expliquant pourquoi il a pu consacrer de longs développements aux mœurs et insti (...)
  • 10 Voir Lewis D., « Brissonius : De regio persarum principatu libri tres (1590) », AchHist, V, 1990, (...)
  • 11 Elles figurent dans un manuscrit du château de la Brède, en voie de publication par C. Vopilhac-Au (...)
  • 12 La formule est du type : « On trouve les passages rassemblés dans Brisson, De Regno Persarum [page (...)

4De manière générale, avant la parution de l’ouvrage d’Arnold Heeren (au tournant du XVIIIe et du XIXe siècles)6, qui met l’histoire de l’empire perse au centre de sa réflexion7, on peut considérer que l’histoire intérieure de la Perse et les institutions impériales ne sont jamais traitées en elles-mêmes – mis à part tel ou tel développement qui résulte de la paraphrase de la Cyropédie de Xénophon (sur l’apogée puis la chute de la Perse) et des Lois de Platon (sur sa profonde décadence dès le règne de Cambyse)8. Pour les érudits, historiens et philosophes du XVIIIe siècle, la seule référence moderne, en ce domaine, est celle qui est présentée comme une autorité par Rollin9, à savoir le livre de Brisson, qui remonte à 1590, et dont on sait la fortune exceptionnelle qu’il eut jusqu’en plein vingtième siècle10. L’on sait d’ailleurs que, sans jamais le citer, Montesquieu avait lu le livre de Brisson et qu’il avait pris des notes abondantes11. Infiniment mieux informé que tous ses prédécesseurs sur la géographie, l’histoire, et même l’archéologie et l’épigraphie de la Perse antique, c’est aussi Brisson que Heeren cite très souvent12, pour éviter de donner des listes d’exempla qu’il a pu lui-même consulter dans ce qu’il qualifie ailleurs de « très laborieuse compilation » (Manuel, éd. 1836, p. 98).

  • 13 Mis à part évidemment les auteurs anciens (tel Polyen) qui étaient inaccessibles à Brisson à la da (...)
  • 14 Voir là-dessus mon étude détaillée « Montesquieu et ses sources : Alexandre, l’empire perse, les G (...)

5Il est extrêmement rare que, concernant la Perse, un auteur cite et commente un texte antique qui n’ait pas déjà été présenté et intégré par Brisson13, et plus encore qu’il en donne une interprétation historique originale. Le plus bel exemple est un passage de l’Esprit des Lois (XVIII.7), où Montesquieu cite Polybe X. 28, et propose à ses lecteurs une réflexion politique et sociologique sur l’établissement des canaux souterrains « lorsque les Perses étaient les maîtres de l’Asie ». Il en tire des inférences politiques importantes sur les investissements qui ont permis de développer la richesse agricole de l’empire perse. Cela le conduit à ranger la Perse antique dans la catégorie des « nations industrieuses qui font des biens qui ne finissent pas même avec elles14 ».

  • 15 Voir en particulier le jugement très offensif de G. de Sainte-Croix, Examen critique des anciens h (...)
  • 16 Pour la France, voir Chaybany J., Les voyages en Perse et la pensée française au XVIIIe siècle, 19 (...)
  • 17 Voir Dodds M., Les récits de voyages sources de l’Esprit des Lois de Montesquieu (1929), Genève, S (...)
  • 18 Voir par exemple mes remarques dans « Retour sur Alexandre et les katarraktes du Tigre », I, 2006,(...)

6Face à la tradition classique, les livres de la littérature arabe et arabopersane, dont plusieurs sont déjà bien connus en Europe, pèsent de peu de poids, en-dehors de ce qu’ils ont apporté dans le domaine de la religion perse15. En revanche, il est une autre source d’information essentielle, souvent mise en rapport avec les sources classiques, ce sont les récits des voyageurs européens en Orient et plus précisément en Perse16. On sait à quel point, par exemple, Montesquieu y recourut17, et combien nombre de ses points de vue sur la Perse (y compris sur la Perse ancienne) sont tirés de la lecture qu’il fit des Voyages de Chardin et du livre de Hyde sur la religion des anciens Perses18. Lorsque, en 1760, Bury présente un développement déjà canonique sur les mœurs des Perses, il se fonde non seulement sur la lecture de Xénophon et sur l’autorité de Bossuet, mais aussi sur le recours aux voyageurs modernes, en particulier Tavernier (p. 227).

  • 19 Voir par exemple Chardin, Voyages, II, 1730, p. 247-251.
  • 20 Voir « Retour sur Alexandre… », I, 2006, p. 35-41 : Témoignages textuels, récits de voyages et exp (...)

7Ce dialogue entre le passé et le présent est aussi le fait des voyageurs, qui assurent leur autorité auprès de leurs lecteurs en citant les auteurs grecs et latins19, et en les interprétant à l’aide de leurs propres observations20, en fonction d’une approche ainsi explicitée par Chardin :

« Il n’y a rien qu’il nous soit plus facile de connaître dans les descriptions d’Arrian, de Quinte-Curce et de Diodore de Sicile, que la situation de Persépolis ; et c’est un fort grand plaisir que de parcourir ce pays, les auteurs anciens à la main » (Voyages, III, 1711, p. 99).

  • 21 Les récits des voyageurs ont lancé les grands débats sur Persépolis : cf. en France les polémiques (...)
  • 22 L’exemple des canaux souterrains (qānat) est tout à fait intéressant. Décrit avec précision dans l (...)
  • 23 En étudiant les institutions de l’empire perse, Heeren, à de nombreuses reprises, souligne leur pa (...)

8Il ne fait pas de doute, en effet, que la reconnaissance des sites21 et l’observation de techniques spécifiques22 ont permis aux voyageurs modernes et aux historiens de l’Antiquité de donner sens à des passages d’auteurs anciens parlant de l’empire achéménide. Il s’agit parfois d’une méthode systématique, où la comparaison, voire l’assimilation, entre le passé et le présent semble donner la clef d’institutions sociales et politiques de la Perse antique23.

  • 24 Voir par exemple les réflexions de Maillet, Description de l’Égypte, 1735, Lettre XI (p. 105-106)  (...)

9Dans le même temps, ces rapprochements entre auteurs antiques et voyageurs modernes peuvent être risqués, car ils sont établis sur un postulat largement répandu, à savoir qu’au-delà des conquêtes et des invasions, les caractères fondamentaux des peuples n’ont pas été profondément modifiés. Très en vogue à propos des Égyptiens d’hier et d’aujourd’hui24, la théorie est ainsi exposée par Bury à propos des Perses :

« En comparant ce que les voyageurs des deux derniers siècles nous rapportent des Persans d’aujourd’hui avec que les Anciens ont écrit de leurs Ancêtres, on voit que leur caractère est le même à quelques nuances près qu’il était du temps de Cyrus et d’Alexandre » (1760, p. 226-227).

10Quelques décennies plus tard, lui font écho les pages consacrées à ce sujet par James Mill :

  • 25 « By conversing with the Hindus of the present day, we, in some measure, converse with the Chaldea (...)

« En discutant avec les Indous d’aujourd’hui, dans une certaine mesure l’on parle avec les Chaldéens et les Babyloniens du temps de Cyrus, ou encore avec les Perses et les Égyptiens du temps d’Alexandre25. »

  • 26 Voyages, III (1711), p. 126-132 ; cf. « Montesquieu et ses sources », op. cit., 2007, p. 247-250.
  • 27 A.-D.-L. Heeren a lui-même systématisé cette approche, De la politique et du commerce des peuples (...)
  • 28 Je ne fais qu’évoquer d’un mot un thème de recherches que j’ai introduit dans un séminaire tenu à (...)

11Le postulat tend à écraser les perspectives historiques, si bien que, par exemple, les Perses de l’époque achéménide, chez Montesquieu, sont englobés sous l’appellation de Guèbres – population dont il connaît les coutumes et les croyances surtout à travers les longues pages que Chardin leur a consacrées26. Les comparaisons et assimilations sont également justifiées par le postulat d’une continuité « despotique » entre l’Antiquité et l’époque moderne27. Ces allers et venues entre le passé et le présent entraînent souvent des superpositions forcées entre deux images de « despotisme décadent » : celle de l’empire achéménide, d’une part, et celle de l’empire ottoman, d’autre part – l’une et l’autre résultant d’une vision « orientaliste28 ».

Histoire grecque et histoire perse : apogée et décadence

  • 29 Voir l’Éloge de Rollin par Saint-Albin Merville (1818) dont le texte est repris dans l’édition de (...)

12Qu’il s’agisse d’histoires universelles, d’histoires de l’antiquité, ou de développements spécifiques sur l’histoire d’Alexandre, l’histoire perse est étroitement subordonnée à l’histoire grecque29. Selon la méthode définie par Bossuet, c’est par rapport aux Grecs que l’on doit juger des Perses :

« C’est par là que s’éleva cette Monarchie. Cyrus la rendit si puissante qu’elle ne pouvait guère manquer de s’accroître sous ses successeurs. Mais pour entendre ce qui l’a perdue, il ne faut que comparer les Perses et les successeurs de Cyrus avec les Grecs et leurs généraux, surtout avec Alexandre » (Discours, p. 544).

  • 30 Voir Ampolo C., La formazione della moderna storiografia sugli antichi Greci, Turin, Einaudi, 1997 (...)

13L’inspiration de Bossuet se retrouve dans le fameux manuel de Charles Rollin, Histoire ancienne des Égyptiens, des Carthaginois, des Assyriens, des Babyloniens, des Mèdes et des Perses, des Macédoniens et des Grecs. Publié en français entre 1731 et 1738, il fut traduit dans la plupart des pays européens (traduit en anglais en 1768, l’ouvrage connaît en 1823 sa quinzième édition anglaise)30. À partir du Livre V commence une Histoire des Perses et des Grecs, qui se poursuit aux Livres VI-VII-VIII-IX ; interrompu par des développements sur les mœurs des Grecs (Livre X) et sur la Sicile (Livre XI), l’exposé reprend au Livre XII (Suite de l’histoire des Perses et des Grecs) et XIII, avant de se concentrer sur les règnes de Philippe II (Livre XIV) et d’Alexandre (Livre XV). Les livres et chapitres eux-mêmes sont découpés en fonction des règnes des Grands rois : Darius et Xerxès (Livre VI), Artaxerxès Longuemain (Livre VII), Xerxès II, Sogdien et Darius Nothus (Livre VIII), les quinze premières années du règne d’Artaxerxès Mnémon (Livre IX), puis la suite (Livre XII), enfin Ochus (Livre XIII) ; le roi Darius III et son règne sont évoqués « dans l’ombre d’Alexandre » (Livre XV § 3-11).

14Conçu à l’image des représentations transmises par l’historiographie antique, le modèle va se retrouver dans tous les grands manuels publiés dans le cours du XVIIIe siècle. Il suffit de prendre, à titre d’exemple, l’History of Greece que l’Écossais John Gillies publie en 1787. Lui aussi attribue une importance décisive aux rapports des Grecs avec les Perses :

  • 31 « The Persians enslaved the Greeks of Asia Minor, and, for the first time, threatened Europe with (...)

« Les Perses soumirent les Grecs d’Asie mineure, et, pour la première fois, menacèrent l’Europe des terreurs du despotisme asiatique. Cette révolution mémorable mérite non seulement d’être analysée dans ses suites, mais tracée dès son origine, parce que les guerres que les Grecs eurent à soutenir contre les Perses pendant plus de deux siècles et les négociations qui les suspendirent par intervalles forment une partie importance de cette Histoire » (Histoire, 1787, II, p. 29-30)31.

15Au fond, chacun est convaincu d’une évidence ainsi exprimée par Linguet en 1769 :

  • 32 Sur ce point comme sur tant d’autres, Linguet a beaucoup emprunté à Voltaire : cf. mes études sur (...)

« Dans ces temps reculés, il n’existe pour nous que deux peuples, les Perses et les Grecs : encore est-ce à leurs querelles que nous avons l’obligation de les connaître. L’envie de célébrer les défaites des Perses fit créer l’histoire par un Grec, et le renversement entier de cet empire sous Alexandre acheva d’en rendre toutes les parties accessibles » (Siècle d’Alexandre, p. 14)32.

  • 33 Ibid. p. 186-187 (en évoquant le palais brûlé par Alexandre à Persépolis) : « … Ses débris qui sub (...)

16Chez Linguet comme chez bien d’autres auteurs, l’observation ne vaut pas simplement pour l’histoire politique, elle vaut aussi pour l’histoire de l’art comparée : c’est en fonction de l’art grec classique (que l’on redécouvre alors) que sont émis les jugements sur l’art de Persépolis (qualifié fréquemment de « grossier »)33.

  • 34 Voir Bossuet, Discours, p. 544 (paraphrase de Platon, Lois, III) : « Mais la corruption était déjà (...)
  • 35 Voir Briant P., Darius dans l’ombre d’Alexandre, p. 347-394 ; aux auteurs du XIXe siècle qui sont (...)

17En fonction d’un modèle déjà traditionnel34, construit à partir de préjugés sur les rapports entre Grecs et barbares, et sur une lecture à plat des textes antiques, Rollin va réduire l’histoire perse à l’histoire d’une apogée (le règne de Cyrus) puis à celle d’une longue et irrémédiable décadence. L’auteur revient trois fois sur le sujet : – à la mort de Cyrus (IV. IV. § 5 : « Causes de la décadence de l’empire des Perses et du changement arrivé dans les mœurs ») ; – à la fin du règne d’Artaxerxès II (XII. 1 § 12 : « Causes des soulèvements et des révoltes qui arrivaient si fréquemment dans l’empire des Perses ») ; – enfin, lors de la disparition de Darius III (XV. § 11 : « Vices qui ont causé la décadence et enfin la ruine des Perses »). D’un développement à l’autre, les causalités restent les mêmes, et, au premier rang d’entre elles, « la décadence des mœurs qui entraîne toujours après elle la ruine de l’empire » (IV. IV. § 5), si bien que « la mort de Darius Codoman peut bien être regardée comme l’époque, mais non comme la cause unique de la destruction de la monarchie persane… Il est aisé de reconnaître que cette décadence était préparée de loin, et qu’elle fut conduite à sa fin par des degrés marqués, qui annonçaient une ruine totale » (XV § 11 ; éd. 1821, VI, p. 189-190). En raison d’une corruption des mœurs et des esprits décelables déjà sous Cyrus, « l’on peut dire que l’empire des Perses a été presque dès sa naissance ce que les autres empires ne sont devenus que par la succession des années, et qu’il a commencé par où les autres finissent. Il portait en son sein le principe de sa destruction, et ce vice interne ne fit qu’augmenter de règne en règne » (p. 192). Aux yeux de Rollin, l’un des symptômes les plus évidents est le luxe incroyable du Roi et des nobles partant en campagne militaire : déjà dénoncé sous Cyrus (IV. IV. § 5), la « folie » est alors décrite avec plus de force et de détails lors de l’affrontement avec Alexandre (XV. § 4 et 11), grâce au recours que fait Rollin au fameux passage de Quinte-Curce (Hist. Alex. III. 3.22-25). L’image, on le sait, eut un succès historiographique aussi continu que fallacieux35. C’est alors que naît le mythe du colosse aux pieds d’argile :

« L’éclat éblouissant de la monarchie des Perses cachait une faiblesse réelle ; cette puissance énorme, accompagnée de tant de faste et de hauteur, n’avait aucune ressource dans le cœur des peuples. Au premier coup qu’on porta à ce colosse, il fut renversé » (éd. 1821, VI, p. 195).

  • 36 Discours sur l’histoire universelle (1681 ; éd. 1691), p. 55-71 ; 542-570 (histoire de l’empire de (...)
  • 37 Perrot d’Ablancourt N., Lettres et préfaces critiques, 1972, p. 131, 135.
  • 38 Secousse D., « Dissertation sur l’expédition d’Alexandre contre les Perses » (1729), p. 424 (en se (...)
  • 39 Cf. Volpilhac-Auger C., « Montesquieu et l’impérialisme grec : Alexandre ou l’art de la conquête » (...)

18À dire vrai, Rollin n’est pas le premier à postuler et à souligner la décadence continue des Perses. Sur ce point comme sur tant d’autres, il suit de près son maître Bossuet36, dont l’autorité est souvent alléguée au cours des chapitres, et dont les réflexions sur l’histoire grecque et perse sont citées in-extenso par Rollin (VI, p. 372-379). L’image est même bien antérieure à Bossuet : dès 1646, dans une adresse liminaire à sa traduction d’Arrien, destinée à exalter les mérites comparatifs du grand Condé, Nicolas Perrot d’Ablancourt écrivait : « Alexandre a vaincu des peuples efféminés amollis par une longue paix et par les délices de l’Asie. » Le modèle antique avait déjà triomphé, comme l’Europe avait alors vaincu « le Tyran de l’Asie37 ». Le postulat était également bien adapté aux historiens et philosophes qui entendaient démontrer que le plan d’Alexandre ne relevait nullement de la témérité ; bien au contraire, le plan était sage, car « la terreur des Perses n’était qu’un vain appareil… On pourrait comparer l’armée de Darius à un corps gigantesque, mais mal proportionné, qui est sans force, et comme accablé sous le poids de sa masse, qui ne peut se mouvoir, et qui se soutient à peine38 ». Incluse dans un développement par ailleurs très novateur sur Alexandre39, la peinture de l’empire perse faite par Montesquieu n’est pas fondamentalement différente ni particulièrement originale :

« Le projet d’Alexandre ne réussit que parce qu’il était sensé. Les mauvais succès des Perses dans les invasions qu’ils firent de la Grèce, les conquêtes d’Agésilas et la retraite des Dix mille avaient fait connaître au juste la supériorité des Grecs dans leur manière de combattre, et dans le genre de leurs armes ; et l’on savait bien que les Perses étaient trop grands pour se corriger » (Esprit des Lois X. 13).

  • 40 Sur Gillies, voir courtes introductions chez Clarke M.-L., Greek Studies in England (1700-1830), C (...)

19Quelques décennies plus tard, le constat de John Gillies (1787) est fondamentalement identique40. En s’interrogeant sur l’incapacité des Perses à empêcher le débarquement d’Alexandre, l’historien écossais répond de la manière suivante, sans surprise :

  • 41 « In the space of about two hundred and thirty years, the Persians had been continually degenerati (...)

20« Dans l’espace d’environ deux cent trente années, les Perses avaient continuellement dégénéré des vertus qui caractérisent une nation pauvre et guerrière, sans acquérir aucun de ces arts ni aucune de ces connaissances qui suivent ordinairement la paix et l’opulence » (1787, VI, p. 144)41. Gillies exempte Cyrus de toute responsabilité dans une évolution jugée catastrophique :

« Cet affaiblissement interne ne fut point aperçu durant le règne de Cyrus, dont la politique et les talents supérieurs savaient adoucir les rigueurs du despotisme (to soften the rigours of despotism), sans compromettre son autorité » (1787, II, p. 84).

  • 42 Voir aussi Rollin XV. § 11, cité dans Darius dans l’ombre d’Alexandre, op. cit., p. 121-122 et rap (...)
  • 43 Voir références ci-dessus note 8.
  • 44 Gillies ne consacre pas moins deux chapitres à Cyrus le Jeune et au retour des mercenaires grecs ( (...)

21En fonction d’un modèle et d’une image quasi invariables, il juge que le tournant essentiel fut la prise de Babylone, qui répandit la corruption du luxe dans le peuple perse42. Et, reprenant à son compte une symptomatique traditionnelle (le luxe du roi en campagne [p. 99-100]43, l’aventure des Dix-Mille est présentée comme le signe éclatant de la faiblesse perse et le prélude de la défaite à venir devant Alexandre [p. 402]44, etc.), Gillies conclut lui aussi qu’étant ainsi constitué, l’empire perse, en 334, « was ready to crumble into pieces at the touch of an invasion » (p. 402).

22Le constat d’un empire prêt à s’effondrer sur lui-même est partagé par Johann Gottfried Herder. Dans ses Ideen zur Philosophie… (1784-89), le philosophe allemand a lui aussi des pages d’une grande sévérité sur l’empire perse :

« La décadence commença dès l’époque de la mort de Cyrus… L’empire persan eut à peine deux siècles d’existence, et il est étonnant qu’il ait duré si longtemps… Le trône, ébranlé même sous les meilleurs princes allait tomber de lui-même quand Alexandre s’élança en Asie, et mit fin, après quelques batailles, à cet empire vieilli… Sourdement miné dans ses fondements, l’empire des Perses s’écroula devant la fortune d’Alexandre… Leur faiblesse n’était plus un secret, non seulement depuis les anciennes batailles de Marathon et de Platées, mais surtout depuis la retraite de Xénophon et des dix mille… [C’était] une monarchie chancelante qui depuis un siècle ne faisait que dépérir… » (trad. fr. 1827, p. 360-371, 501-502, extraits).

  • 45 Le personnage et les convictions de Linguet ont souvent été étudiés : cf. Grell C., Le Dix-huitièm (...)
  • 46 Voir ci-dessus note 35.

23Face à cette unanimité des constats et des inférences, les voix discordantes sont rares. Tout en adoptant la thèse d’une décadence continue depuis Cyrus (1769 : 96-99), Linguet aimait à s’opposer à ses contemporains (en particulier à Montesquieu) sur l’analyse des gouvernements asiatiques45 : prenant plusieurs de ses exemples chez Hérodote et dans l’empire perse, il déclare que « ces rois que l’on nous peint comme des despotes furieux, comme des ennemis acharnés du genre humain, n’avaient pourtant rien de plus à cœur que le maintien de l’ordre dans leurs vastes empires » (p. 228). C’est peut-être ce qui amène l’auteur à présenter une interprétation originale du luxe du Grand roi en campagne, qui était, au contraire, dénoncé par tous ses contemporains46 : « … usage embarrassant, mais dans lequel la mollesse n’entrait pour rien, puisqu’il fut adopté par les Gaulois et par les Francs, nos ancêtres, dans un temps où ils ne connaissaient assurément ni le luxe ni la mollesse » (p. 158).

24C’est une autre coutume des rois perses (les trois cent soixante concubines royales) que, en 1697, P. Bayle avait soumise à une analyse critique. Discutant de la « continence » et des « excès » d’Alexandre, il estime qu’on ne doit pas en juger par son adoption de la coutume des Grands Rois, qu’il présente à travers le texte de Diodore (XVII. 77.6-7). Bayle explique que, de son point de vue, ce texte ne donne aucune lumière sur la vie sexuelle d’Alexandre, ni donc sur la luxure des Grands rois. Non sans humour, il donne en effet de cette coutume l’interprétation politique que voici :

« Il est certain que les princes de l’Orient, et Salomon tout le premier à leur exemple, qui se piquaient d’avoir tant de femmes, ne couchaient pas avec toutes. Ils en usaient avec elles à peu près comme aujourd’hui les sultans ; ils en assemblaient un grand nombre, afin de faire un meilleur choix de quelques unes : les autres servaient à montrer leur opulence, comme font tant de meubles inutiles des maisons riches, dont on ne se sert jamais, et que même l’on ne connaît pas. Les rois qui se piquent d’avoir les plus belles écuries ne montent qu’un très petit nombre de leurs chevaux ; ils en laissent vivre et mourir la plus grand part sans jamais les essayer. Quelques uns dressent de magnifiques bibliothèques, et ne touchent jamais à aucun livre. Ce serait donc une preuve un peu équivoque de l’impudicité d’Alexandre que d’alléguer le grand nombre de ses concubines… » (Dictionnaire 1697, s.v. Macédoine, Alexandre de-- [1820, X, p. 13]).

  • 47 Voir Linguet lui-même : « Amollis par le luxe, toujours enfermés dans leurs nombreux sérails, ils (...)

25Force est de constater que ce type d’analyse anthropologique avant la lettre n’eut aucun écho. Les assimilations nombreuses faites, tout au long du siècle et ultérieurement, entre les palais perses et les sérails « orientaux » (ottomans), n’avaient au contraire d’autre résultat que d’ancrer encore plus l’idée d’une dépravation totale des Grands rois perdus dans le luxe et la luxure47.

Un empire despotique

  • 48 « Although the extravagance and vices of Susa, Babylon, and other imperial cities, corresponded to (...)

26Tous les auteurs ne se bornent pas à insister unilatéralement sur la désagrégation morale des rois et des nobles perses. Plutôt que d’attribuer la défaite perse devant Alexandre à l’amour du luxe, Gillies juge qu’elle est due à leur ignorance et à leur incapacité dans les domaines conjugués des travaux de la paix et des travaux de la guerre48. Le même Gillies introduit à plusieurs reprises une terminologie, celle de despotisme, qui renvoie à une analyse plus globale :

  • 49 « The hardy and intrepid warriors, who had conquered Asia, were themselves subdued by the vices of (...)

« Ces guerriers intrépides et téméraires, qui avaient conquis l’Asie, furent subjugués eux-mêmes par les vices de cette cité prostituée [Babylone]. Dans l’espace de cinquante-deux ans qui s’écoulèrent entre la prise de Babylone et la célèbre défaite de Marathon, les sentiments ainsi que les manières des Perses subirent un changement total ; et malgré la simplicité vantée de leur culte religieux, nous les trouvons dès lors opprimés par le double joug du despotisme et de la superstition ; dont l’influence combinée éteint tout sentiment généreux et repousse le nobles mouvements de l’âme » (1787, II, p. 85)49.

  • 50 Voir par exemple History of Greece, ed. 1831, p. 435, n. 7, où l’un et l’autre sont considérés com (...)
  • 51 « Cyrus paraît avoir vécu pour l’honneur de la nature humaine, et plus particulièrement pour l’hon (...)
  • 52 « Vraie peinture de mœurs orientales : la bassesse à côté de l’orgueil », p. 184, n. a.
  • 53 « We should form a very erroneous notion of the Macedonian government if we compared it with the d (...)

27C’est bien ici un historien-philosophe du XVIIIe siècle qui parle, lecteur et admirateur de Montesquieu et de Voltaire50, aussi opposé au despotisme qu’à la superstition. Comme chez beaucoup de ses contemporains, son rejet du despotisme va de pair avec un grand mépris pour l’Orient, qui est indirectement mais clairement illustré à travers son portrait positif de Cyrus le Jeune51, ou à travers le portrait détestable du couple royal cilicien, Syennésis et Epyaxa52. C’est aussi ce qui explique son admiration pour la liberté qui caractérisaient les institutions macédoniennes, qu’il définit par opposition au despotisme de l’Orient et à certaines monarchies européennes de son temps53.

  • 54 Voir aussi l’adresse To the King qui figure en tête du livre : « Sir. The History of Greece expose (...)
  • 55 Le parallèle proprement dit est mené p. 1-55. Voir déjà la longue note sur le sujet introduit par (...)

28Clairement, Gillies exprime ici ses préférences politiques54, qu’il exposa à nouveau longuement et de manière plus explicite encore dans la comparaison qu’il mena en 1789 entre Philippe II de Macédoine et Frédéric de Prusse55. C’est aussi ce qui explique le statut historiographique spécifique réservé à Cyrus l’Ancien qui, de tous les Grands rois, fut le seul à avoir les capacités propres « à adoucir les rigueurs du despotisme, sans mettre son autorité en danger » (1787, II, p. 85-86).

Un empire trop grand et désuni

29Poursuivons l’analyse du constat fait par John Gillies. À ses yeux, les empires orientaux étaient tous frappés du même mal. C’est ce qu’il entend démontrer en prenant l’exemple de l’empire « assyrien » (vu évidemment à travers les lunettes des auteurs classiques) :

  • 56 « This system of government is more favourable to the extension than to the permanence of empire. (...)

« Ce système de gouvernement est plus favorable à l’étendue qu’à la durée d’un empire. Les différents membres de ce vaste corps n’étaient unis entre eux que par des liens si faibles qu’il fallait presque autant de génie pour les retenir respectivement dans la soumission que pour les subjuguer. Quant l’esprit, qui anima ce corps immense, ne subsista plus, les différentes parties se détachèrent de toutes parts, les révolutions ne furent pas moins rapides que fréquentes, et par un de ces événements assez ordinaires dans l’histoire de l’Orient, le sceptre belliqueux de Ninus et de Sémiramis fut arraché des mains efféminées de Sardanapale56. »

  • 57 Voir Briant P., « Montesquieu, Mably et Alexandre le Grand », 2005-2006, en particulier p. 178-182

30Gillies, ici, reprend à son compte une explication qui remonte pour l’essentiel à Montesquieu et à Mably : à savoir que l’immensité d’un empire est aussi la raison essentielle de sa faiblesse, puis de sa chute57. L’un et l’autre auteurs n’ont cessé de prôner l’idéal de « l’état médiocre », face à des empires qui meurent de leur trop grande extension. Mably écrit par exemple :

  • 58 De l’étude de l’histoire 1783 ; éd. 1796, p. 16.
  • 59 Ibid., p. 39.
  • 60 Observations sur les Grecs, 1749, p. 204 (en parlant de l’empire d’Alexandre).

« Les rois de Babylone, d’Assyrie, d’Égypte et de Perse, ces monarques si puissants sembleront vous crier de dessous leurs ruines, que la vaste étendue des provinces, le nombre des esclaves, les richesses, le faste et l’orgueil du pouvoir arbitraire hâtent la décadence des empires58… Plus la domination de Cyrus était étendue, moins la puissance devait être formidable59… Plus souvent encore, la trop vaste étendue d’une monarchie fait sa faiblesse, parce qu’il ne peut régner aucune harmonie entre ses provinces, que rien ne s’y exécute qu’avec une extrême lenteur60… »

31De son côté, dès 1734, Montesquieu avait abordé le problème en évoquant le cas de l’empire perse et du royaume séleucide :

« Si Cyrus n’avait pas conquis le royaume de Lydie, si Séleucus était resté à Babylone et avait laissé les provinces maritimes aux successeurs d’Antigone, l’empire des Perses aurait été invincible pour les Grecs, et celui de Séleucus pour les Romains » (Considérations sur les causes de la grandeur et de la chute des Romains, § V).

32Dans son ouvrage majeur (1748 puis 1757), le philosophe reprenait la discussion et émettait alors cet avis :

« Un État monarchique doit être d’une grandeur médiocre. S’il était petit, il se formerait en république ; s’il était fort étendu, les principaux de l’État, grands par eux-mêmes, n’étant point sous les yeux du prince, ayant leur cour hors de sa cour, assurés d’ailleurs contre les exécutions promptes par les lois et par les mœurs, pourraient cesser d’obéir ; ils ne craindraient pas une punition trop lente et trop éloignée… Les fleuves courent se mêler dans la mer : les monarchies vont se perdre dans le despotisme » (Esprit des Lois, VIII. 17).

  • 61 Voir Briant P., « Alexandre, héros des Lumières », Cahiers Parisiens, 3, 2007, p. 321-345 et tous (...)

33Cette conviction était d’autant plus aisément reçue qu’elle allait de pair avec une autre idée-force du Siècle des Lumières, à savoir la condamnation des conquérants et des conquêtes, qui amènent désolations et massacres61. C’est dans ce contexte qu’en 1731, Montesquieu avait introduit la métaphore de l’arbre, en se référant plus précisément aux désastres causés par les Portugais et les Espagnols dans leurs colonies : « On peut comparer les empires à un arbre dont les branches trop étendues ôtent tout le suc du tronc, et ne servent qu’à faire de l’ombrage » (Lettres Persanes, 121).

  • 62 Herder J.-G., Ideen…, trad. fr. E. Quinet (II, 1827), 363.
  • 63 Trad. fr. p. 364 ; 367-368. J’imagine que c’est à Herder que Hegel (qui a pourtant lu Ker Porter, (...)

34L’image fut reprise ultérieurement par Herder : « L’empire persan eut à peine deux siècles d’existence, et il est étonnant qu’il ait duré si longtemps, car ses racines étaient peu profondes, et ses branches si étendues que chaque jour sa chute devenait inévitable62… » Chez Herder, l’image impliquait aussi que, considérés comme « insensés despotes et ravageurs du monde », les Grands rois n’avaient fait que détruire les civilisations du passé, sans rien construire à la place63.

35Chez Gillies, l’explication ne tient pas seulement dans des considérations presque physiques sur la trop vaste étendue spatiale de l’empire. Elle est articulée avec une réflexion sur une diversité et une hétérogénéité culturelle et politique, qui rendent impossible l’unité des empires orientaux. Il en est ainsi de l’empire perse : « Les liens d’une religion et d’une langue communes, ou le sentiment d’un intérêt public, n’avaient jamais réuni en un seul système politique cette masse de nations diverses qui étaient prêtes à se dissoudre au premier choc » (1787, VI, p. 147). L’idée avait déjà été exprimée par Rollin :

« Cette multitude de provinces assujetties aux Perses ne composait pas un empire uniforme, ni un corps d’état régulier, dont tous les membres fussent unis par des liens communs d’intérêts, de mœurs, de langage et de religion ; – qui fussent animés d’un même esprit de gouvernement, et conduits par des lois semblables : c’était plutôt un assemblage confus, mal assorti, tumultuaire, et même forcé, de différents peuples, autrefois libres et indépendants… Ces différentes nations, qui non seulement vivaient sans avoir de liaison ni de relation entre elles, mais qui conservaient une diversité d’usages et de culte, et souvent même une antipathie de caractères et d’inclinations, ne soupiraient qu’après la liberté et qu’après le rétablissement de leur patrie. Tous ces peuples ne s’intéressaient donc point à la conservation d’un empire qui seul mettait un obstacle à de si vifs et de si justes désirs, et ils ne pouvaient s’affectionner à un gouvernement qui les traitait toujours en étrangers et en vaincus, et qui ne leur donnait jamais part à son autorité et à ses privilèges » (Livre XII. § XII ; éd. 1821, V, p. 319).

  • 64 Cours d’étude (1775), p. 208 (« un empire formé d’un débris de provinces »), 300 (haine des peuple (...)

36On ne doit donc pas s’étonner de la défaite des Perses devant Alexandre, car « leur monarchie n’avaient aucune ressource dans le cœur des peuples » (XV. § XI ; éd. 1821, VI, p. 195). On retrouve cette même analyse chez Condillac64, chez Herder et chez bien d’autres.

37C’est aussi autour de ces questions que le débat fit rage sur l’empire d’Alexandre comparé à celui des Perses. Si, pour Montesquieu (Esprit des Lois X. 13-14 ; XXI. 8), l’on passa de la division à l’unité, pour d’autres, au contraire, Alexandre ne modifia pas le cours normal des empires orientaux. Telle est l’opinion de Mably :

  • 65 Mably, Observations sur les Grecs (1749), p. 203.
  • 66 Mably, Observations sur l’histoire de la Grèce (1766), 225-226 ; sur le débat Montesquieu-Mably vo (...)

« Il semble en effet que les empires aussi considérables que celui d’Alexandre soient destinés à succomber sous leur propre poids65… Les Asiatiques accoutumés à ramper sous le despotisme devaient porter leurs chaînes avec docilité… La révolution qui faisait passer la couronne de Darius sur la tête d’Alexandre n’était point une révolution pour l’État, il restait dans la même situation66. »

38Il en est de même pour Herder. Le philosophe rend « gloire à celui qui de cette foule de nations diverses, voulut former un peuple unique, grec par la langue, les mœurs, les arts, le commerce, et les colonies de Bactres, de Suse, d’Alexandrie, autant d’Athènes nouvelles » (p. 502). Mais c’est pour mieux souligner l’immensité de l’échec :

« Les parties dont se composait l’empire étaient si mal unies entre elles, qu’à peine si elles formaient un tout dans la pensée du conquérant… Ainsi en est-il arrivé de tous les États qui, nés d’une conquête brusque, impétueuse, étendue, ne reposaient que sur le génie du conquérant. La nature individuelle de tant de nations et de contrées diverses, réclame bientôt ses droits : et ce n’est que par la supériorité de la culture grecque sur la barbarie que l’on s’explique comment des peuples unis entre eux par tant de liens ne sont pas retournés plus tôt à leurs constitutions indigènes… Ainsi Alexandre, au milieu de ses victoires, éleva l’édifice de son empire sur un monceau d’argile. Il meurt, l’argile cède et le colosse tombe en poussière » (Idées, p. 505-506 ; 520).

  • 67 Voir Briant P., « Alexander the Great and the Enlightenment… », 2005, op. cit. et « Retour sur Ale (...)

39Même si Gillies, comme bien d’autres (Robertson, Vincent, Heeren, etc.), reconnaît, après et avec Montesquieu, que la conquête macédonienne et les plans d’Alexandre permirent de créer des voies de communications nouvelles entre les différents pays de l’empire, et donc aussi de « cimenter » entre elles des régions jusqu’alors fermées les unes aux autres67, il n’en juge pas moins avec beaucoup de scepticisme les résultats de la colonisation macédonienne :

  • 68 « The feeble mixture of Grecian colonization diffused through the East, was sufficient, indeed, to (...)

« Le faible mélange de colonies grecques répandues dans l’Orient était suffisant, à la vérité, pour donner une nuance de civilisation aux Barbares, mais trop peu considérable pour changer et s’assimiler cette masse de nations diverses et nombreuses. D’un autre côté comme le principe de dégénération est souvent plus fort que celui de perfection, l’indolence et la servilité de l’Asie se glissèrent insensiblement en Grèce » (VI, p. 342-343)68.

40Autrement dit, au-delà de la conquête d’Alexandre, les principes qui régissaient la vie des empires orientaux l’ont emporté, car ses successeurs, le Séleucides et les Lagides, ont adopté les mœurs des rois qu’Alexandre avait chassés du pouvoir :

  • 69 « They sunk into the softness and insignificance of hereditary despots, whose reigns are neither b (...)

« Ils s’abîmèrent dans la mollesse et la nullité de despotes héréditaires ; leurs règnes furent entièrement passifs pour le bonheur de leurs sujets et pour l’instruction du genre humain : des intrigues de femmes et d’Eunuques, ou de ministres aussi efféminés qu’eux, ne forment pas un sujet assez intéressant pour succéder aux faits mémorables qu’on trouve dans l’histoire des républiques grecques » (VI, p. 341)69.

  • 70 Cf. mon étude « Alexandre et l’hellénisation de l’Asie : l’histoire au passé et au présent », Stud (...)

41Sur les traces de Montesquieu et de Mably, Gillies ouvrait ainsi une discussion qui n’était pas près de s’éteindre sur ce que l’on allait appeler « hellénisation de l’Orient » versus l’« asiatisation de l’Europe70 ». Son analyse, en quelque sorte, validait une forme de survie de l’empire achéménide, à travers sa caractéristique structurelle de « despotisme oriental ».

Bibliographie

Bibliographie

Allen L., « Chilminar olim Persepolis. European reception of a Persian ruin », Persian responses. Political and cultural interaction with(in) the Achaemenid Empire, Tuplin Ch. (éd.), Swansea, The Classical Press of Wales, 2007, p. 313-342.

Ampolo C., La formazione della moderna storiografia sugli antichi Greci, Turin, Einaudi, 1997.

Bayle P., « Macédoine (Alexandre le Grand roi de--) », Dictionnaire historique et critique, Amsterdam, 1697 ; réimp. Paris, 1820, t. X, p. 5-19.

Bonnot de Mably G., Observations sur les Grecs, Genève, Compagnie des Libraires, 1749.

Bonnot de Mably G., Observations sur l’histoire de la Grèce ou des causes de la prospérité et des malheurs de la Grèce, 2e éd., Genève, Compagnie des Libraires, 1766.

Bonnot de Mably G., De l’étude de l’histoire, à Monseigneur le duc de Parme, nouvelle édition revue et corrigée, Maastreicht (Cavalier Libraire) et Paris (Barpois l’aîné), 1778 = Œuvres complètes de l’abbé Mably, XII, Chez Veuve de J.-B. Delamollière et Falque, Lyon, 1796, p. 1-318.

Bonnot de Mably G., De la manière d’écrire l’histoire, Paris, 1783 = Œuvres complètes de l’abbé de Mably, XII, Chez Veuve de J.-B. Delamollière et Falque, Lyon, 1796, p. 321-500.

Bossuet, Discours sur l’histoire universelle, 1681, nouvelle édition, chez Mabre-Cramoisy, Paris, 1691.

Briant P., Histoire de l’empire perse, Paris, Fayard, 1996.

Briant P., From Cyrus to Alexander. A History of the Persian empire, Eisenbrauns, Winona Lake, 2002.

Briant P., « History and Ideology: the Greeks and Persian decadence » [1987], Greeks and Barbarians (Edinburgh Readings of the Ancient World), Harrison Th. (éd.), Edinburgh University Press, 2002, p. 193-210. [= « Les Grecs et la décadence perse », Mélanges Pierre Lévêque, II, 1989, p. 33-47].

Briant P., Darius dans l’ombre d’Alexandre, Paris, Fayard, 2003.

Briant P., « La tradition gréco-romaine sur Alexandre le Grand dans l’Europe moderne et contemporaine : quelques réflexions sur la permanence et l’adaptabilité des modèles interprétatifs », The Impact of Classical Greece on European and National identities, Haagsma M. et al. (éd.), Amsterdam, Gieben, 2003, p. 161-180.

Briant P., « Alexandre et l’hellénisation de l’Asie : l’histoire au passé et au présent », Studi Ellenistici, XVI, 2005, p. 9-69.

Briant P., « Milestones in the development of Achaemenid Historiography in the time of Ernst Herzfeld (1879-1948) », Ersnt Herzfeld and the development of Near Eastern Studies 1900-1950, Gunter A., Hauser S. (éd.), Leiden-Boston, Brill, 2005, p. 263-280.

Briant P., « Alexander the Great and the Enlightenment: William Robertson (1721-1793), the Empire and the road to India », Cromohs, 10, 2005. (http://www.cromohs.unifi.it/10_2005/briant_robertson.html).

Briant P., « Alexandre le Grand aujourd’hui : Alexandre le Grand “grand économiste” », Annuaire du Collège de France, 105, 2005, p. 585-599.

Briant P., « Montesquieu, Mably et Alexandre le Grand : aux sources de l’histoire hellénistique », Revue Montesquieu, 8, 2005-2006, p. 151-185.

Briant P., « Retour sur Alexandre et les katarraktes du Tigre : l’histoire d’un dossier. (Première partie) », Studi Ellenistici, XVII, 2006, p. 9-67.

Briant P., « Histoire du Siècle d’Alexandre de Linguet », Annuaire du Collège de France, 197, 2006-2007, p. 613-634.

Briant P., « Montesquieu et ses sources : Alexandre, l’empire perse, les Guèbres et l’irrigation », Studies on Voltaire, Oxford, 2006/2007, p. 243-262.

Briant P., « Alexandre “héros des Lumières” », Cahiers parisiens, 3, 2007, p. 321-345.

Briant P., « De Thémistocle à Lamartine. Remarques sur les concessions de terres et de villages en Asie mineure occidentale, de l’époque achéménide à l’époque ottomane », Scripta Anatolica. Hommages à Pierre Debord, Brun P. (éd.), Bordeaux-Paris, Ausonius, Études 18, 2007, p. 165-191.

Briant P., « Alexandre chez Voltaire », Annuaire du Collège de France, 108, 2007-2008, p. 581-589.

Briant P., « Retour sur Alexandre et les katarraktes du Tigre : l’histoire d’un dossier. II (Suite et fin) », Studi Ellenistici, XX, 2008, p. 155-218.

Briant P., Lettre ouverte à Alexandre le Grand, Arles-Paris, Actes Sud, 2008.

Briant P., « The Empire of Darius III in perspective », Alexander the Great. A new History, Heckel W., Trittle L. (éd.), Oxford, Blackwell, 2009, p. 141-170.

Briant P., « Alexander and the Persian empire, between “decadence” and “renewal”: history and historiography », Alexander the Great. A new History, Heckel W. Trittle L. (éd.), Oxford, Blackwell, 2009, p. 171-188.

Briant P., « Alexander the Great », The Oxford Handbook of Hellenic Studies,Boy-Stones G., Graziosi B., Vasunia Ph. (éd.), Oxford, Oxford University Press, 2009, p. 77-85.

Brisson B., De Regio persarum principatu libri tres, Paris, 1590.

Brosius M., « Two views on Persian History in Eighteenth Century England », AchHist, V, 1990, p. 79-89.

Bury, Histoire de Philippe et d’Alexandre le Grand, rois de Macédoine, chez d’Houry et Debure l’aîné, Paris, 1760.

Chardin J., Voyages en Perse et autres lieux de l’Orient, I-II-III, chez Jean Louis de Lorme, Amsterdam, in-4°, 1711.

Chaybany J., Les voyages en Perse et la pensée française au XVIIIe siècle, 1971.

Clarke M.-L., Greek Studies in England (1700-1830), Cambridge University Press, 1945.

Condillac, Cours d’étude pour l’instruction du Prince de Parme, t. V, Parme, Imprimerie royale, 1775.

Dodds M., Les récits de voyages sources de l’Esprit des Lois de Montesquieu, 1929, Genève, Slatkin reprints, 1980.

Gast J., The History of Greece from the accession of Alexander of Macedon till its final subjection to the Roman Power, I-II, Londres, Basil, 1787.

Gillies J., The History of Greece, its colonies and conquests from the earliest accounts till the division of the Macedonian empire in the East, including the history of Literature, Philosophy, and the Fine Arts, Londres, A. Strahan, 2 vol. in-4°, 1786; repr. 1 vol., Londres, Jones and C°, 1831.

Gillies J., Histoire de l’ancienne Grèce, de ses colonies et de ses conquêtes, depuis les premiers tenmps, jûsqu’à la division de l’Empire macédonien, dans l’Orient. On y a joint l’Histoire de la Littérature, de la Philosophie et des Beaux-Arts, I-VI, traduite de l’Anglois par M. Carra, de la Bibliothèque du roi, à Paris, chez Buisson Libraire, 1787-1788.

Gillies J., A view of the reign of Frederick II of Prussia with a parallel between that Prince and Philipp II of Macedon, Londres, Strahan-Cadell, 1789.

Gillies J., The history of the world, from the reign of Alexander to that of Augustus, comprehending the latter ages of European Greece, and the history of the Greek kingdoms in Asia and Africa, from their foundation to their destruction, with a preliminary survey of Alexander’s conquests, and an estimate of his plans for their consolidation and improvement, Londres, Strahan, 1807.

Grell C., Le Dix-huitième siècle et l’antiquité en France (1680-1789), I-II, Oxford, Voltaire Foundation, 1995.

Grosrichard A., Structure du sérail. La fiction du despotisme asiatique dans l’Occident classique, Paris, 1979.

Guerci L., « Linguet storico della Grecia e di Roma », Rivista Storica italiana, 93/1, 1981, p. 615-679.

Heeren A.H.L., Ideen über die Politik, den Verkehr und den Handel der vornehmsten Völker der alten Welt, 4. Aufl., Göttingen, Vandenhoek und Ruprecht, 1824.

Heeren A.-H.-L., De la politique et du commerce des peuples de l’Antiquité, traduit de l’allemand sur la quatrième et dernière édition par W. Suckau, I, Paris, Firmin Didot Frères, 1830.

Heeren A.-H.-L., Manuel de l’histoire ancienne considérée sous le rapport des institutions, du commerce et des colonies des divers états de l’Antiquité, traduit de l’allemand par Al. Thurot, 3e édition revue, corrigée et augmentée, Paris, Firmin Didot Frères, 1836.

Herder J.-G., Ideen zur Philosophie des Geschichte des Menschheit, I-IV, Riga und Leipzig, J. F. Hartnoch, 1784-1791.

Herder J.-G., Persepolis, eine Muthmassung, Gotha, C.-W. Ettinger, 1787.

Herder J.-G., Idées sur la philosophie de l’histoire de l’humanité, trad. française Edgar Quinet, Paris, F. G. Levrault, tome II, 1827.

Histoire universelle depuis les commencements du monde jusqu’à présent, traduite de l’anglois d’une société de gens de lettres, Nouvelle édition revue et corrigée considérablement, à Amsterdam et à Leipzig, chez Arkstée et Merkus, 1770.

Lenfant D., « La “décadence” du Grand roi et les ambitions de Cyrus le Jeune : aux sources perses d’un mythe occidental ? », REG, 114/2, 2001, p. 407-448.

Lewis D., « Brissonius : De regio persarum principatu libri tres (1590) », AchHist, V, 1990, p. 67-78.

Linguet S.-N.-L., Histoire du siècle d’Alexandre, 2è éd., Paris, chez Cellot, 1769.

Maillet, Description de l’Égypte contenant plusieurs remarques curieuses sur la géographie ancienne et moderne de ce païs, sur les monuments anciens, sur les mœurs, les coutumes, et la religion des habitants, sur le gouvernement et le commerce, sur les animaux, les arbres, les plantes etc., composée sur les mémoires de M. de Maillet, ancien consul de France au Caire, par M. L’Abbé Le Mascrier, enrichi de cartes et de figures, à Paris, chez Louis Genneau et Jacques Rollin, 1735.

Mill J., A History of British India [1817], Abridged and with an Introduction by W. Thomas (Classics of British Historical Literature), Chicago-Londres, The University of Chicago Press, 1975.

Momigliano A., George Grote and the study of Greek History. (An inaugural lecture delivered at University College London), Londres, Lewis, 1952.

Morier J., A Journey through Persia, Armenia and Asia Minor, to Constantinople in the years 1808 and 1809, Londres, 1812.

Pauw C. de, Recherches philosophiques sur les Américains ou mémoires intéressants pour servir à l’histoire de l’espèce humaine, I, Berlin, G.-J. Decker, 1768.

Perrot d’Ablancourt N., Les Guerres d’Alexandre par Arrian, Paris, chez Billaine, 1646.

Perrot d’Ablancourt N., Lettres et préfaces critiques, Paris, éd. R. Zuber, Didier, 1972.

Sainte-Croix G. de, « Observations sur les ruines de Persépolis », 1773, manuscrit (BnF) édité et commenté par S. Montecalvo, Quaderni di Storia, 59, 2004, p. 5-57.

Sainte-Croix G. de, Examen critique des anciens historiens d’Alexandre, Paris, Dessain, 1775.

Sainte-Croix G. de, Examen critique des anciens historiens d’Alexandre-le-Grand, seconde édition considérablement augmentée, Paris, chez Delance et Lesueur, An XIII-1804.

Sancisi-Weerdenburg H., «Decadence in the Empire or decadence in the sources? From Source to synthesis: Ctesias», AchHist, I, 1987, p. 33-45.

Secousse D., « Dissertation sur l’expédition d’Alexandre contre les Perses » (mémoire présenté le 6 avril 1723), Mémoires de littérature de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, V, 1729, p. 415-430.

Volpilhac-Auger C., « Montesquieu et l’impérialisme grec : Alexandre ou l’art de la conquête », Montesquieu and the spirit of Modernity, Oxford, Voltaire Foundation, 2002, p. 49-60.

Winckelmann J.-J., Histoire de l’art chez les Anciens, traduit de l’allemand, Paris, 1766.

Notes

1 Texte mis à jour d’une communication « Ancient Persia as viewed through the modern historiography of Alexander the Great » présentée lors du Colloque The World of Achaemenid Persia tenu au British Museum, en date du 30 septembre 2005. Depuis lors, j’ai poursuivi activement mes recherches sur l’historiographie de la Perse et d’Alexandre dans la littérature du XVIIIe siècle en Europe (voir la bibliographie en fin d’article). Je prépare actuellement un livre de synthèse sur la question (Alexandre des Lumières, à paraître chez Fayard) – d’où le qualificatif « préliminaires » introduit dans le titre.

2 Voir maintenant sous une forme plus détaillée et plus élaborée mes études « Alexander the Great », 2009, « The Empire of Darius III in perspective », 2009, et « Alexander and the Persian Empire », 2009.

3 Darius dans l’ombre d’Alexandre, Paris, Fayard, 2003; également Id., « History and Ideology : the Greeks and Persian decadence », 1987, Greeks and Barbarians (Edinburgh Readings of the Ancient World), Harrison Th. (éd.), Edinburgh University Press, 2002, p. 193-210. [= « Les Grecs et la décadence perse », Mélanges Pierre Lévêque, II, 1989, p. 33-47] et Sancisi-Weerdenburg H., « Decadence in the Empire or decadence in the sources ? From Source to synthesis : Ctesias », AchHist I, 1987, p. 33-45. Je ne suis pas pleinement convaincu par les remarques critiques de D. Lenfant, « La “décadence” du Grand roi et les ambitions de Cyrus le Jeune : aux sources perses d’un mythe occidental ? », REG, 114/2, 2001, p. 407-448.

4 Pour la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe siècle, voir mon étude « Milestones in the development of of Achaemenid Historiography in the time of Ernst Herzfeld (1879-1948) », Ersnt Herzfeld and the development of Near Eastern Studies 1900-1950, Gunter A., Hauser S. (éd.), Leiden-Boston, Brill, 2005, p. 263-280 ; voir aussi Darius dans l’ombre d’Alexandre, op. cit., p. 85-130.

5 Outre mes études citées ci-dessus note 2, on verra l’analyse historiographique du dossier des katarraktes : « Retour sur Alexandre et les katarraktes du Tigre I-II », Studi Ellenistici, XVII, 2006, p. 9-67 et XX, 2008, p. 155-218 dont on trouvera une présentation à la fois synthétique et contextuelle dans ma Lettre ouverte à Alexandre le Grand, Actes Sud, Arles, 2008, p. 116-121.

6 Ideen über die Politik, den Verkehr, und den Handel der vornehmsten Völker der alten Welt, dont la première édition paraît en 1793-1796 ; la traduction française ici utilisée (Politique et commerce) a été faite par W. Suckau sur la quatrième édition allemande (Göttingen, 1824-1826). Sur l’auteur et le contexte historiographique de ses recherches, voir la bibliographie citée dans « Retour sur Alexandre… (I) », op. cit., 2006, note 67.

7 Tout le premier volume de Politique et commerce (I, 1830) est consacré à l’empire perse. Après des « Observations préliminaires » (p. 1-48), et une introduction méthodologique (« Aperçu général sur l’Asie », p. 49-137), le livre est divisé en deux parties : 1. « Aperçu géographique et statistique de la Perse par satrapies » (p. 148-416) ; 2. « Constitution politique de la monarchie perse » (p. 417-555). Aux yeux de Heeren, l’empire perse achéménide est le paradigme « asiatique » par excellence : « Le chapitre de l’ancienne Perse, de cet empire despotique, comme l’Asie en a eu de tout temps, pourra servir d’introduction à la plus grande partie de l’histoire de ce continent » (p. xxix). D’une certaine manière, sa Politique et commerce constitue ce que l’on pourrait désigner comme étant la première histoire de l’empire achéménide, étant bien entendu que l’auteur s’intéresse plus aux institutions et au commerce qu’à l’histoire politique et militaire. Les points de vue de Heeren sur la Perse antique mériteraient une étude spécialisée. J’y reviendrai dans mon livre en préparation.

8 Voir déjà Bossuet, Discours sur l’histoire universelle (1681 ; éd. 1691), p. 545-549 ; Rollin, Livre IV, chapitre iv : Mœurs et coutumes des Assyriens, des Babyloniens, des Lydiens et des Perses (en réalité le développement concerne presque exclusivement la Perse antique), particulièrement p. 321-336 (éd. 1821, II) : Cause de la décadence de l’empire des Perses, et du changement arrivé dans les moeurs ; voir aussi Bury, Histoire de Philippe et d’Alexandre (1760), p. 223-228 (en citant Bossuet) ; les auteurs particulièrement hostiles aux Perses nient la crédibilité de la Cyropédie (Condillac, Cours d’étude, 1775, p. 154-157) ; Linguet, Siècle d’Alexandre, 1769, p. 88-89, qualifie la Cyropédie d’« ouvrage chimérique », et il la compare, non sans lucidité, au Télémaque de Fénelon. Sur Linguet et les Perses, voir Briant P., « Histoire du Siècle d’Alexandre de Linguet », Annuaire du Collège de France, 197, 2006-2007, p. 613-634.

9 Ibid., p. 321, en expliquant pourquoi il a pu consacrer de longs développements aux mœurs et institutions des Perses : « Le livre de Barn. Brisson, président du parlement de Paris, sur le gouvernement des Perses, m’a été d’un grand secours. Ces sortes de recueils, quand ils sont faits par une main habile, épargnent beaucoup de peine, et fournissent à un écrivain des traits d’érudition qui lui coûtent peu et qui ne laissent pas souvent de lui faire beaucoup d’honneur. »

10 Voir Lewis D., « Brissonius : De regio persarum principatu libri tres (1590) », AchHist, V, 1990, p. 67-78.

11 Elles figurent dans un manuscrit du château de la Brède, en voie de publication par C. Vopilhac-Auger, à l’amitié de laquelle je dois d’avoir eu accès à sa transcription.

12 La formule est du type : « On trouve les passages rassemblés dans Brisson, De Regno Persarum [page] » ; e.g. Politique et commerce I, p. 210, n. 1 ; 231, n. 1 ; 232, n. 2 ; 233, n. 2 ; 234, n. 2 ; 243, n. 1 ; 245, n. 1 ; 251, n. 1 ; 273, n. 1.

13 Mis à part évidemment les auteurs anciens (tel Polyen) qui étaient inaccessibles à Brisson à la date de la rédaction du livre (Lewis D., op. cit., p. 70).

14 Voir là-dessus mon étude détaillée « Montesquieu et ses sources : Alexandre, l’empire perse, les Guèbres et l’irrigation », Studies on Voltaire, Oxford, 2007 / 2006, p. 243-262 en particulier p. 259-260.

15 Voir en particulier le jugement très offensif de G. de Sainte-Croix, Examen critique des anciens historiens d’Alexandre-le-Grand, seconde édition considérablement augmentée, Paris, chez Delance et Lesueur, An XIII-1804, p. 172-192 : « On [ne] trouve l’histoire véritable [d’Alexandre] que dans le récit des écrivains grecs et latins, qui va être l’objet de mes discussions » (p. 192).

16 Pour la France, voir Chaybany J., Les voyages en Perse et la pensée française au XVIIIe siècle, 1971.

17 Voir Dodds M., Les récits de voyages sources de l’Esprit des Lois de Montesquieu (1929), Genève, Slatkin reprints, 1980, p. 41-57 (« La Turquie et la Perse »).

18 Voir par exemple mes remarques dans « Retour sur Alexandre et les katarraktes du Tigre », I, 2006, op. cit., p. 22-24, et dans « Montesquieu et ses sources », op. cit., 2007.

19 Voir par exemple Chardin, Voyages, II, 1730, p. 247-251.

20 Voir « Retour sur Alexandre… », I, 2006, p. 35-41 : Témoignages textuels, récits de voyages et expertise géographique.

21 Les récits des voyageurs ont lancé les grands débats sur Persépolis : cf. en France les polémiques entre Sainte-Croix et Caylus (cf. Ste-Croix, « Observations sur les ruines de Persépolis », 1773, et Examen1 [1775], p. 286-287), et en Allemagne entre Herder, Persepolis, 1787 et Heeren, e. g. Politique et commerce, I, 1830, p. 208-280.

22 L’exemple des canaux souterrains (qānat) est tout à fait intéressant. Décrit avec précision dans la Perse moderne par Chardin sans référence à Polybe (Voyages, II, 1711, p. 72-73), le système est analysé par Montesquieu (1748) à partir de Polybe mais sans référence à Chardin ou à d’autres voyageurs (Esprit des Lois XVIII. 7) ; il faut attendre Morier pour voir réunies la lecture attentive de Polybe et l’observation minutieuse d’un qānat dans la Perse moderne (Journey, 1812, p. 163) ; l’information coordonnée est pour la première fois utilisée dans la littérature historique dans la quatrième édition de Heeren en 1824 (Politique et commerce I, 1830, p. 138-139) : cf. Briant P., « Montesquieu et ses sources », op. cit., 2007, p. 262.

23 En étudiant les institutions de l’empire perse, Heeren, à de nombreuses reprises, souligne leur parenté avec des observations faites à l’époque moderne ; cf. par exemple Politique et commerce, I, p. 522 note 1, où en traitant des assignations de villages aux hauts officiers, et en citant Chardin, il fait la remarque suivante : « On est étonné de voir jusqu’à quel point les institutions de l’ancienne Perse se retrouvent à la cour des Sophis. Le même usage subsiste encore dans la partie orientale de la Perse. » Sur ce thème, voir également mes remarques dans « De Thémistocle à Lamartine : remarques sur les concessions de terres et de villages en Asie mineure occidentale, de l’époque achéménide à l’époque ottomane », Scripta Anatolica. Hommages à Pierre Debord, Brun P. (éd.), Bordeaux-Paris, Ausonius, Études 18, 2007, p. 165-191 et particulièrement, p. 168-173.

24 Voir par exemple les réflexions de Maillet, Description de l’Égypte, 1735, Lettre XI (p. 105-106) : « Vous ne devez pas être surpris si ce passage fréquent d’une domination à une autre, cette inondation de peuples divers entés successivement les uns sur les autres, tous d’inclinations et de coutumes différentes, n’ont pu abolir celles qui étaient propres aux anciens Égyptiens. La nature et le climat les avaient formées et la nature reprend facilement ses droits. Aussi retrouvons-nous encore dans les Égyptiens d’aujourd’hui à peu près le même génie, presque toutes les mêmes coutumes d’hier. »

25 « By conversing with the Hindus of the present day, we, in some measure, converse with the Chaldeans and Babylonians of the time of Cyrus; with the Persians and Egyptians of the time of Alexander », History of British India, 1817/1975, p. 248-249.

26 Voyages, III (1711), p. 126-132 ; cf. « Montesquieu et ses sources », op. cit., 2007, p. 247-250.

27 A.-D.-L. Heeren a lui-même systématisé cette approche, De la politique et du commerce des peuples de l’Antiquité, traduit de l’allemand sur la quatrième et dernière édition par W. Suckau, I, Paris, Firmin Didot Frères, 1830, p. 68-85.

28 Je ne fais qu’évoquer d’un mot un thème de recherches que j’ai introduit dans un séminaire tenu à l’Institut français d’études anatoliennes à Istanbul le 21 mai 2006 (cf. Briant P., « De Thémistocle à Lamartine », 2008, op. cit., p. 169, n. 17). J’y reviendrai longuement dans mon livre en préparation.

29 Voir l’Éloge de Rollin par Saint-Albin Merville (1818) dont le texte est repris dans l’édition de 1821 de l’Histoire ancienne, à propos de l’empire perse, I, p. xxiii : « Fondé par la discipline et la valeur, bientôt avili par le despotisme, énervé par la mollesse, à peine laisserait-il dans l’histoire un souvenir de son existence, si la Grèce ne l’y traînait à sa suite, comme ces vaincus qui suivaient enchaînés le char des triomphateurs ! »

30 Voir Ampolo C., La formazione della moderna storiografia sugli antichi Greci, Turin, Einaudi, 1997, p. 26-27 ; sur Rollin voir les nombreux développements dans la somme de Grell C., Le Dix-huitième siècle et l’antiquité en France (1680-1789), I-II, Oxford, Voltaire Foundation, 1995, et mon étude « La tradition gréco-romaine sur Alexandre le Grand dans l’Europe moderne et contemporaine : quelques réflexions sur la permanence et l’adaptabilité des modèles interprétatifs », The Impact of Classical Greece on European and National identities, Haagsma M. et al. (éd.), Amsterdam, Gieben, 2003, p. 161-180.

31 « The Persians enslaved the Greeks of Asia Minor, and, for the first time, threatened Europe with the terrors of Asiatic despotism. This memorable revolution deserves not only to be examined in its consequence, but traced to its source, because the Grecian wars and transactions, during the space of two centuries, with the Persian empire, form an important object of attention in the present history » (History of Greece, éd. 1831, p. 74).

32 Sur ce point comme sur tant d’autres, Linguet a beaucoup emprunté à Voltaire : cf. mes études sur Alexandre chez Linguet, 2006-2007 et chez Voltaire, 2007-2008.

33 Ibid. p. 186-187 (en évoquant le palais brûlé par Alexandre à Persépolis) : « … Ses débris qui subsistent encore inspirent peu de regrets… Tous les voyageurs s’accordent à dire que c’était un édifice immense et grossier » (cf. au contraire p. 341 : « Les Grecs ont mérité de devenir nos modèles ») ; cf. aussi de Pauw, en combattant les vues de M. de Caylus (admirateur de l’art perse rapproché de l’architecture des Incas) : « Les dessins et les plans fidèles que nous en a donnés Chardin et de Bruin, prouveront à tout jamais que ce sont des restes d’une construction désordonnée, irrégulière, élevée par la magnificence barbare des despotes asiatiques, en qui la corruption du goût est le premier fruit du pouvoir absolu » (Recherches philosophiques, 1768, p. 325-326) ; sur ce débat voir aussi la prise de position de Sainte-Croix globalement favorable à Caylus contre Winckelmann (1766) : « Observations sur les ruines de Persépolis », 1773 = Montecalvo, 2004, p. 39-40 ; 55. Je reviendrai ailleurs sur ce thème, dont j’ai traité dans une communication (restée inédite) présentée à l’Université de la Rioja en octobre 2007, et sur lequel on lira également avec profit l’étude de Allen L., « Chilminar olim Persepolis. European reception of a Persian ruin », Persian responses. Political and cultural interaction with(in) the Achaemenid Empire, Tuplin Ch. (éd.), Swansea, The Classical Press of Wales, 2007, p. 313-342.

34 Voir Bossuet, Discours, p. 544 (paraphrase de Platon, Lois, III) : « Mais la corruption était déjà trop universelle : l’abondance avait introduit trop de dérèglement dans les mœurs, et Darius [Ier] n’avait pas lui-même conservé assez de force pour être capable de redresser tout à fait les autres. Tout dégénéra sous ses successeurs et le luxe des Perses n’eut plus de mesure. »

35 Voir Briant P., Darius dans l’ombre d’Alexandre, p. 347-394 ; aux auteurs du XIXe siècle qui sont cités là, ajouter les contemporains de Rollin, par exemple Bossuet, Discours, 1681, p. 550-551 ; Histoire Universelle (III, 1770, p. 555) ; Bury, Histoire de Philippe et d’Alexandre, 1760, p. 239 ; Gast, History of Greece, 1787, p. 22 et n. 18 etc. Voir ci-dessous p. 28.

36 Discours sur l’histoire universelle (1681 ; éd. 1691), p. 55-71 ; 542-570 (histoire de l’empire des Perses et de sa décadence, puis de sa conquête par Alexandre).

37 Perrot d’Ablancourt N., Lettres et préfaces critiques, 1972, p. 131, 135.

38 Secousse D., « Dissertation sur l’expédition d’Alexandre contre les Perses » (1729), p. 424 (en se réclamant lui aussi de l’autorité de Bossuet).

39 Cf. Volpilhac-Auger C., « Montesquieu et l’impérialisme grec : Alexandre ou l’art de la conquête », Montesquieu and the spirit of Modernity, Oxford, Voltaire Foundation, 2002, p. 49-60 et mes études « Montesquieu, Mably et Alexandre », 2006-2007, op. cit., et « Montesquieu et ses sources », 2007, op. cit., avec la bibliographie citée.

40 Sur Gillies, voir courtes introductions chez Clarke M.-L., Greek Studies in England (1700-1830), Cambridge University Press, 1945, p. 106-107, et chez Ampolo C., op. cit., 1997, p. 58-60 ; sur Gillies et l’empire perse, on verra quelques brèves remarques dans Brosius M. « Two views on Persian History in Eighteenth Century England », AchHist, V, 1990, p. 82-83 ; sur Gillies, l’histoire d’Alexandre et le contexte intellectuel et politique de son History, voir des développements dans mes articles « Alexander the Great and the Enlightenment : William Robertson (1721-1793), the Empire and the road to India », Cromohs, 10, 2005 et « Retour sur Alexandre (I) », 2006, op. cit., p. 32-34, 53.

41 « In the space of about two hundred and thirty years, the Persians had been continually degenerating from the virtues which characterize a poor and warlike nation, without acquiring any of those arts and improvements which usually attend peace and opulence » (éd. 1831, p. 424).

42 Voir aussi Rollin XV. § 11, cité dans Darius dans l’ombre d’Alexandre, op. cit., p. 121-122 et rapproché d’auteurs beaucoup plus récents.

43 Voir références ci-dessus note 8.

44 Gillies ne consacre pas moins deux chapitres à Cyrus le Jeune et au retour des mercenaires grecs (chap. xxv-xxvi) ; voir également les longs développements de Rollin (IX. Chapitre ii). L’importance accordée à l’expédition des Dix Mille est fondée sur le recours aux réflexions de Polybe (III. 6-13) sur la causalité des guerres : cf. Bossuet, Discours, p. 563-564.

45 Le personnage et les convictions de Linguet ont souvent été étudiés : cf. Grell C., Le Dix-huitième siècle et l’antiquité en France (1680-1789), I, Oxford, Voltaire Foundation, 1995, p. 526-538 ; la comparaison entre les deux éditions du Siècle d’Alexandre (1762 ; 1769) est menée par Guerci L., « Linguet storico della Grecia e di Roma », Rivista Storica italiana, 93/1, 1981, p. 615-679 ; je l’ai poursuivie et complétée dans mon étude sur l’Alexandre de Linguet, 2006-2007, op. cit.

46 Voir ci-dessus note 35.

47 Voir Linguet lui-même : « Amollis par le luxe, toujours enfermés dans leurs nombreux sérails, ils ne durent leur conservation qu’aux troubles qui désolaient la Grèce » (Siècle d’Alexandre, p. 97) ; sur ce thème, on lira toujours avec profit le livre de Grosrichard A., Structure du sérail. La fiction du despotisme asiatique dans l’Occident classique, Paris, 1979.

48 « Although the extravagance and vices of Susa, Babylon, and other imperial cities, corresponded to the extent and wealth of the monarchy, yet the Persians were prepared for destruction rather by their ignorance of the arts of peace and war, than by their effeminacy and luxury », p. 402.

49 « The hardy and intrepid warriors, who had conquered Asia, were themselves subdued by the vices of that luxurious city. In the space of fifty-two years which intervened between the taking of Babylon, and the disgraceful defeat at Marathon, the sentiments, as well as the manners of the Persians, underwent a total change; and notwithstanding the boasted simplicity of their religious worship, we shall find them thenceforth oppressed by the double yoke of despotism and superstition, whose combined influence extinguished every generous feeling, and checked every manly impulse of the soul », History, éd. 1831, p. 83-84.

50 Voir par exemple History of Greece, ed. 1831, p. 435, n. 7, où l’un et l’autre sont considérés comme « the most distinguished modern apologist[s] of Alexander ».

51 « Cyrus paraît avoir vécu pour l’honneur de la nature humaine, et plus particulièrement pour l’honneur de l’Asie, qui n’a jamais produit, dans aucun siècle, un nombre bien considérable de caractères, quoiqu’elle soit la partie du globe la plus riche et la plus peuplée… » (1787, IV, p. 174) ; voir en parallèle l’avis de Rawlinson (cité dans Darius dans l’ombre d’Alexandre, op. cit., p. 115).

52 « Vraie peinture de mœurs orientales : la bassesse à côté de l’orgueil », p. 184, n. a.

53 « We should form a very erroneous notion of the Macedonian government if we compared it with the despotism of the East, or the absolute power of many Europeans monarchs. The authority of Philipp, even in his hereditary realm, was modelled on that admirable system of power and liberty, which distinguished and ennobled the policies of heroic ages. He administered the religion, decided the differences, and commanded the valour of soldiers and freemen… » (éd. 1831, p. 396).

54 Voir aussi l’adresse To the King qui figure en tête du livre : « Sir. The History of Greece exposes the dangerous turbulence of Democracy, and arraigns the despotism of Tyrants. By describing the incurable evils inherent in every form of Republican policy, it evinces the inestimable benefits, resulting to Liberty itself, from the lawful dominion of hereditary Kings and the steady operation of well-regulated Monarchy. With singular propriety, therefore, the present Work may be respectfully offered to Your Majesty, as Sovereign of the freest nation upon earth… »

55 Le parallèle proprement dit est mené p. 1-55. Voir déjà la longue note sur le sujet introduit par M. Carra dans sa traduction française de l’ouvrage de Gillies (1787, VI, p. 122-124) ; cf. par exemple cette phrase : « L’Allemagne, cette mère patrie des nations les plus robustes et les plus vaillantes du globe, cette pépinière de laboureurs, de soldats et de savants, doit donc représenter un jour, en grand, dans l’Europe entière, le rôle que la Macédoine a joué autrefois dans un coin de ce continent. »

56 « This system of government is more favourable to the extension than to the permanence of empire. The different members of this unwieldy body were so feebly connected with each other, that to secure their common submission required almost as much genius as to achieve their conquest. When the spirit which animated the immense mass was withdrawn, the different parts fell asunder; revolutions were no less rapid than frequent; and, by one of those events familiar to the history of the east, the warlike sceptre of Ninus and Semiramis was wrestled from the effeminate hands of Sardanapalus… », p. 74.

57 Voir Briant P., « Montesquieu, Mably et Alexandre le Grand », 2005-2006, en particulier p. 178-182.

58 De l’étude de l’histoire 1783 ; éd. 1796, p. 16.

59 Ibid., p. 39.

60 Observations sur les Grecs, 1749, p. 204 (en parlant de l’empire d’Alexandre).

61 Voir Briant P., « Alexandre, héros des Lumières », Cahiers Parisiens, 3, 2007, p. 321-345 et tous les textes rassemblés dans ce numéro des Cahiers Parisiens.

62 Herder J.-G., Ideen…, trad. fr. E. Quinet (II, 1827), 363.

63 Trad. fr. p. 364 ; 367-368. J’imagine que c’est à Herder que Hegel (qui a pourtant lu Ker Porter, qu’il cite p. 142) a emprunté son jugement sans nuances sur la disparition de l’empire perse : « L’empire perse appartient au passé, et il ne reste que de tristes vestiges de sa floraison. Les villes les plus belles et les plus opulentes, telles que Babylone, Suse, Persépolis sont complètement en poussière, seules de rares ruines nous en montrent l’ancien emplacement… », Leçons sur la philosophie de l’histoire, traduction française J. Gibelin, Paris, Vrin, 1963, p. 152.

64 Cours d’étude (1775), p. 208 (« un empire formé d’un débris de provinces »), 300 (haine des peuples).

65 Mably, Observations sur les Grecs (1749), p. 203.

66 Mably, Observations sur l’histoire de la Grèce (1766), 225-226 ; sur le débat Montesquieu-Mably voir mon analyse dans « Montesquieu, Mably… », 2005-2006, op. cit., et mes remarques dans « Alexander and the Persian empire », 2009.

67 Voir Briant P., « Alexander the Great and the Enlightenment… », 2005, op. cit. et « Retour sur Alexandre et les katarraktes du Tigre (I) », 2006, op. cit., p. 25-35, 41-43.

68 « The feeble mixture of Grecian colonization diffused through the East, was sufficient, indeed, to tinge, but too inconsiderable to alter and assimilate the vast mass of Barbarians… [Conversely], as the principle of degeneracy is often stronger than that of improvement, the sloth and servility of Asia gradually crept into Greece » (éd. 1831, p. 437).

69 « They sunk into the softness and insignificance of hereditary despots, whose reigns are neither busy nor instructive; not could the intrigues of women and eunuchs, or ministers equally effeminate, form a subject sufficiently interesting to succeed the memorable transactions of the Grecian Republics », p. 347.

70 Cf. mon étude « Alexandre et l’hellénisation de l’Asie : l’histoire au passé et au présent », Studi Ellenistici, XVI, 2005, p. 9-69 ; en renvoyant aussi à un autre livre de Gillies, The history of the world…, 1807, Momigliano A., George Grote and the study of Greek History. (An inaugural lecture delivered at University College London), Lewis, Londres, 1952, p. 5-7 a déjà noté la place particulière de Gillies dans la genèse de l’historiographie hellénistique pré-droysénienne ; cf. mes remarques dans « Retour sur Alexandre… (I) », 2006, op. cit, p. 33, n. 50, et dans « Montesquieu, Mably et Alexandre », 2005-2006, op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540