Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Chemin faisant

 | 
Lydie Bodiou
, 
Véronique Mehl
, 
Jacques Oulhen
, 
et al.

Introduction

Lydie Bodiou, Véronique Mehl, Jacques Oulhen, Francis Prost et Jérôme Wilgaux

Texte intégral

1Il n’est pas si commode de rendre compte du parcours de Pierre Brulé. Lui-même n’écrivait-il pas, dans l’introduction au recueil de ses articles récemment réunis, que pour échapper à l’illusion rétrospective qui offre a posteriori à tout événement d’une carrière scientifique une cohérence anticipée, il avait, un temps, hésité à intituler ce recueil Zig-Zag et écarté dès l’abord Parcours trop mensongèrement cohérent. Le volume que nous publions aujourd’hui pour rendre hommage au chercheur, au collègue, au professeur, et à l’ami – le tout dit d’un seul trait et dans tous les désordres possibles – pourrait reprendre à son compte de tels propos. Mimétisme peut-être. C’est donc à dessein que, dans cette introduction, nous marions – sans musique hélas – présentation des textes offerts et rappels des thèmes principaux d’un parcours original de recherche.

  • 1 Bodiou L., Mehl V. (dir.), La religion des femmes en Grèce ancienne. Mythes, cultes et société, Re (...)

2Car parcours il y eut bien. Assurément Pierre Brulé est d’abord pour « les professionnels de la profession » un historien de la religion des filles. Le colloque de Cork de juillet 2008 « La religion des femmes en Grèce ancienne. Mythes, cultes et société », dont les actes sont publiés1 comme le pendant de ce volume, manifeste cela à l’envi. Mais ce thème devenu, au fil du temps, pour ses lecteurs, plus que pour lui-même sans doute, le centre de gravité de ce qu’il faut bien appeler – pardon, Pierre – une œuvre, a sans doute occupé cette place centrale en raison d’un cheminement paradoxal. Pierre Brulé a raconté comment les pirates crétois de ses débuts l’avaient conduit aux listes de politographie milésiennes, dont les anomalies démographiques l’avaient elles-mêmes amené aux rôles féminins dans la cité. Nulle feuille de route dans tout cela que le pas à pas qui avance, traverse, trébuche, revient sur ses pas et constitue peu à peu le chemin. Aussi ce domaine de recherche, la religion des filles, n’est-il jamais devenu pour le paysan contrarié qu’est Pierre Brulé le champ solitaire exclusivement et jalousement labouré, mais est volontairement demeuré une simple parcelle, privilégiée sans doute, s’intégrant dans un territoire global, fait d’autres champs plus ou moins proches, de talus, de bois et de collines, chôra dans laquelle se présentaient des sentiers, des routes, des impasses aussi, qui méritaient tous d’être parcourus afin d’y trouver leur place, chemin faisant.

3Avant de se mettre en route, une rencontre, celle de Pierre Briant, qui détermine le choix de l’Antiquité comme territoire historique, un goût persistant pour Xénophon, Alexandre, la Perse, ainsi que le refus des oppositions convenues. Au thème de la « décadence perse », dont il nous est ici proposée une étude pour le XVIIIe siècle, répond bien sûr celui du « miracle grec », que Pierre Brulé n’a cessé de déconstruire en écrivant l’histoire de ses structures, de ses marges et de ses ombres. Dès lors, c’est moins l’Anabase ou la transition vers l’Asie hellénistique qui guident la recherche, mais plutôt l’Economique, les soucis du paysan et surtout la place de la reine des abeilles. C’est aussi la guerre, les morts à la guerre et les mécanismes économiques et sociaux qui génèrent des affrontements de groupes ou de classes. Car au départ de ce chemin, dans le contexte d’une historiographie « marxiste » (au sens le plus vague du terme) qui privilégie les questions sociales et une documentation aussi positive que possible, Pierre Brulé a d’abord porté son regard d’historien sur les textes épigraphiques, les pirates, et la mer et les îles. La Crète, mais aussi Rhodes, sur laquelle Stéphanie Maillot revient ici en examinant, non pas un groupe marginal, mais une association dont la prosopographie permet de montrer la cohérence et la capacité à intégrer le cadre de la cité. Cette histoire sociale c’est, à l’époque, autour de l’équipe de Pierre Lévêque principalement qu’elle se bâtit. Des amitiés se nouent. L’esclavage y est l’objet historiographique central, avec une attention de plus en plus marquée aux pratiques symboliques qui l’accompagnent. Marie-Madeleine Mactoux est de ce groupe, et son analyse de l’usage du fouet montre comment les représentations serviles en acte traversent l’ensemble de la société politique. Car au delà des groupes, et des genres, c’est bien le cadre a priori de la cité qui fait progressivement son retour dans cette historiographie. Une cité moins institutionnelle sûrement, traversée de lignes, de fractures et de tensions. C’est l’objet du texte d’Anton Powell qui, à partir de l’exemple spartiate, parvient à montrer comment le discours officiel que la cité tient sur elle-même est révélateur surtout de ses faiblesses.

4On a dit plus haut comment Pierre Brulé s’était « féminisé ». Le sujet était dans l’air assurément. Des groupes sociaux plus ou moins marginaux aux femmes, il n’y avait qu’un pas. Marges de l’intérieur en quelque sorte, avec la progressive transformation de l’histoire périphérique des femmes à celle centrale du genre. Laurent Piolot, en s’intéressant de près aux gynéconomes et en mettant en évidence la diversité de leurs fonctions, retrouve Pierre Brulé quand il souligne combien rôles masculins et féminins ne sont pas aussi circonscrits que l’on croit. Louise Bruit également qui, à partir des rôles religieux que Platon octroie aux femmes dans sa cité des Lois, révèle les contradictions de ce discours masculin. Anne Jacquemin, enfin, souligne la place des femmes même là où les hommes semblent les exclure, lors des concours olympiques. Tous souscrivent à une idée que les travaux de Pierre Brulé n’ont eu de cesse d’illustrer : les femmes, apparemment à la marge d’un monde de valeurs et de qualités masculines, révèlent pourtant mieux que quiconque les oppositions fondamentales de la société grecque, la complémentarité des genres dans le fonctionnement communautaire, cet étonnant partage des tâches dans la construction sociale comme dans l’imaginaire religieux.

5Femmes et religions. L’étude de cette relation constitue dans le cheminement de Pierre Brulé, le carrefour où s’opère le croisement entre l’école de Besançon et une autre tradition historiographique française, celle comparatiste assurément de Henri Jeanmaire, mais surtout celle, moins revendiquée, mais nettement plus présente, de Jean-Pierre Vernant, attachée à reconstruire les imaginaires grecs. De là, une histoire des filles d’Athènes, où les aspects sociaux les plus matériels (la démographie) et les plus idéels (discours mythiques) se chevauchent d’une façon originale. Plusieurs contributions reviennent sur ce dossier. Karine Karila-Cohen, à partir de l’histoire delphique, étudie la place que les canéphores occupent dans la cité athénienne à la basse époque hellénistique. Claudine Leduc revient au cœur des rites acropolitains pour proposer une identification de la Kourotrophe athénienne, qui montre l’unité intime d’un territoire et de ses cultes.

6Du fait de cet ancrage social originel, l’attention de Pierre Brulé pour « la religion grecque » ne s’est jamais égarée dans les dérives théologiques que son étude connaît parfois. Des dieux grecs, c’est la partie humaine – en est-il d’autre ? – qui l’a intéressé, et la façon dont les hommes – et les femmes – se pensent en les pensant, les inventent et les réinventent, multiples, à travers leurs pratiques, et leurs discours, du mythe aux épiclèses. Au fond, avec une fidélité sans faille à Jean-Pierre Vernant, c’est la société des dieux que n’a cessé d’interroger Pierre Brulé. Robert Parker, en posant la question si simple, en apparence, de l’identité du sacrifiant, s’inscrit lui aussi dans cette perspective. Madeleine Jost, en revenant sur les généalogies arcadiennes du dieu Pan, rappelle utilement que le(s) mythe(s) participe(nt) de cette invention humaine des dieux, et c’est bien cette même part du mythe, ainsi que le rôle des rites, dans la construction des grandes figures de la religion grecque, que Paolo Scarpi met en évidence en étudiant les diverses étapes de l’initiation héroïque, d’Héraclès notamment. Sylvain Lebreton soulève quant à lui, à partir du cas particulier de Dionysos Ômèstès, la difficile question des épithètes divines et de leur implication cultuelle, et si les travaux de Pierre Brulé ont souligné combien cette attention au nom comme medium est essentielle pour rendre compte du polythéisme grec, Corinne Bonnet montre ici que cette approche est également susceptible d’être appliquée avec profit à d’autres cultures religieuses. Stella Georgoudi enfin reprend les « instruments » de la mantique delphienne, le trépied et le laurier et interroge leur rôle réel ou supposé d’inspirateur d’Apollon et de la Pythie.

7Les routes qui conduisent à la compréhension du polythéisme grec renvoient en définitive aux configurations des sociétés humaines, à leurs enjeux primordiaux. Et si les dieux ont été une manière pour les Grecs de s’inventer un imaginaire social, Pierre Brulé a poursuivi cette étude des représentations et du symbolique en s’intéressant tout particulièrement aux savoirs et aux identités, et notamment à la manière dont les corps, les apparences, permettent de poser des différences. Dans le bâton du citoyen ou dans la nudité sportive, dans une barbe soignée ou dans une coiffure sophistiquée, bref dans tout affichage corporel ou toute attitude, se jouent une configuration statutaire, une définition de genre, ou une détermination d’âge. S’il convient de bien mesurer la part symbolique dans ces jeux du corps – et Hélène Bectarte, à propos des vêtements des épouses athéniennes, témoigne de la difficulté à restituer les codes sociaux en vigueur –, c’est bien pourtant un système dichotomique identitaire qui se structure dans les images des vases, les textes de la médecine ou dans la poésie. Rachel Touzé explore l’imaginaire du myrte dont les valeurs, associant la bonne odeur et la nausée à la fois, ne pouvaient que rencontrer celles de la déesse Aphrodite : les ramifications corporelles expliquent les rapprochements mythiques et les vertus divines. Gaucelm Boismenu détaille les métamorphoses d’Athéna, personnalité si particulière de vierge sans mère. Véronique Dasen, quant à elle, revient sur les quelques témoignages d’amulettes portées par les femmes grecques – objets protecteurs de leur corps et de leur santé qui offrent, par leur iconographie comme par leurs usages, un condensé des peurs féminines et portent le regard de l’historien sur une certaine intimité. Gwénaelle Le Person, pour sa part, montre, à travers l’exemple de l’épilepsie, que les deux types de médecine telles qu’elles sont exposées dans le corpus hippocratique, l’une populaire, l’autre savante, ne sont guère différentes en fait dans les principes de guérison ou les présupposés scientifiques, mais renvoient à des pratiques concurrentes. Terrain d’affrontement de groupes sociaux aux intérêts divergents, le corps est bien tout autant un enjeu de savoir que de pouvoir. De même, dans le monde christianisé de l’Antiquité tardive et des écrits d’Eusèbe de Césarée, étudiés par Chiara Cremonesi, la « relation thérapeutique » qui unit le médecin à son malade révèle les rapports étroits entre connaissance, pistis et autorité, et devient ainsi un modèle de « discours de vérité », apte à susciter l’adhésion du plus grand nombre.

8Les pirates, les filles, les dieux, les corps : en énumérant rapidement les terrains privilégiés sur lesquels Pierre Brulé a cheminé, on ne peut que réduire la richesse du parcours effectué. Il faudrait ajouter la guerre, la famille, les enfants, et encore bien d’autres thèmes, et encore bien d’autres sources exploitées. Et finalement, à courir par les sentiers plus ou moins battus, à s’égarer sur des routes plus ou moins fréquentées, à perdre de vue les grands axes pour couper à travers champs ou pour emprunter mille et un détours, Pierre Brulé a dessiné une carte, celle d’une Grèce buissonnière où – c’est bien connu – on apprend l’essentiel : une Grèce qui, loin des institutions, des académies et des grandes batailles, dévoile tout simplement sa part d’humanité.

Notes

1 Bodiou L., Mehl V. (dir.), La religion des femmes en Grèce ancienne. Mythes, cultes et société, Rennes, PUR, 2009.

Auteurs

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540