Version classiqueVersion mobile

Les étudiants en France

 | 
Louis Gruel
, 
Olivier Galland
, 
Guillaume Houzel

Première partie. Les étudiants dans la société française des années 1960 aux années 1990

Étudiants et mouvements étudiants, des années 1960 aux années 1990

Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon et Robi Morder

Entrées d'index

Géographique :

France

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’OVE a demandé à Jean-Philippe Legois, Alain Monchablon et Robi Morder (qui coopèrent depuis longtemps à la structuration d’une mémoire et d’une histoire du mouvement étudiant) de tracer, en se référant aux apports des chapitres précédents mais aussi bien sûr à leur propre problématique, à leurs propres travaux, un aperçu synthétique de l’évolution du monde étudiant, de sa représentation institutionnelle et de ses mobilisations.

Q : Quelles sont, selon vous, les lignes de force des transformations du monde étudiant, des années 1960 aux années 1990 ?

R : Ces transformations constituent sans doute un des plus importants éléments des mutations de la société française. Elles en sont le fruit autant que la composante, et le mouvement étudiant dans son éparpillement est devenu une des composantes du mouvement social en France.

Le premier changement, on l’a vu, est celui du nombre : de 500 000 étudiants en 1967-1968 on est passé à un million en 1979-1980, 1,4 million en 1987, deux millions e...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search