Version classiqueVersion mobile

La caricature au risque des autorités politiques et religieuses

 | 
Dominique Avon

Seconde partie. L'« affaire des caricatures de Mahomet » sous différents climats

Caricatures danoises et débats américains sur la liberté d’expression

Pierre Guerlain

Texte intégral

  • 1 On peut consulter ces caricatures à l’adresse suivante : http://www.humanevents.com/article.php?id (...)

1Le 30 septembre 2005 un journal danois, le Jyllands-Posten, publiait une série de douze caricatures ou dessins humoristiques se gaussant du prophète de l’islam. La série s’intitulait « Mahammeds ansigt » – le visage de Mohammad – et incluait un dessin où l’on voyait une représentation du prophète des musulmans, portant un turban contenant une mèche allumée reliée à une bombe1. Divers caricaturistes danois avaient proposé leur représentation. Flemming Rose, le responsable des pages culturelles de ce journal, joignait un texte expliquant que la publication visait à aller à l’encontre d’un climat d’autocensure dans une société laïque qui se laissait trop intimider. Cette publication a donné lieu à des protestations et manifestations dans le monde entier qui ont, pour la plupart, débuté quatre mois plus tard. Les dessins en question ont été présentés dans le monde arabo-musulman ainsi que d’autres qui ne faisaient pas partie de la série originelle ; ces derniers incluaient notamment l’image d’un musulman violé par un chien ainsi qu’une image d’un porc, photo prise en France et non publiée dans la presse danoise, ce qui déclencha la fureur de nombreuses personnes et organisations. Le décalage dans le temps entre la publication et les manifestations peut s’expliquer par le fait que des imams danois ont fait le tour du monde arabo-musulman en montrant tant la série de douze caricatures que les images offensantes qui n’avaient rien à voir avec ces dernières.

  • 2 « La police danoise déjoue un attentat visant un caricaturiste de Mahomet », Le Monde, 14 février (...)

2Le caricaturiste danois qui a présenté le prophète de l’islam avec un turban et une mèche allumée, Kurt Westergaard, vit depuis sous protection policière et aurait échappé à un attentat le 12 février 2008. Il se définit plutôt comme libertaire ; il avait déjà publié une caricature semblable en 1994 et des caricatures anti-israéliennes avec des étoiles de David sur des bombes. Il est de toute évidence un provocateur dans la lignée de Charlie Hebdo, le journal français qui a publié les mêmes caricatures2. Il est clair que plusieurs lectures d’un tel dessin peuvent être faites : l’une, généralisatrice, qui s’appliquerait à tous les musulmans, l’autre qui ne viserait que les terroristes se réclamant de l’islam. Ces lectures ne s’excluent pas mutuellement et créent de l’ambiguïté.

3Il y a plusieurs entrées pour comprendre les controverses faisant suite à la publication de ces caricatures, un phénomène complexe, mais nous n’aborderons ici que la singularité et la complexité des réactions américaines. Certains éléments importants de cette controverse seront donc soulignés mais ce qui n’a aucun rapport avec les États-Unis, et notamment les divers échanges entre responsables politiques ou médiatiques danois et des responsables musulmans, religieux ou politiques sera, en grande partie, laissé de côté.

4Aux États-Unis, comme partout dans le monde occidental mais aussi, dans une certaine mesure, dans le monde arabo-musulman, la publication des caricatures a créé deux camps ou deux types d’appréhension : d’un côté les défenseurs de la liberté d’expression dont les motivations variaient en fonction de préférences idéologiques, et de l’autre, les partisans d’un multiculturalisme du respect condamnant l’offense faite aux croyants musulmans ainsi que la généralisation de stéréotypes négatifs dans un contexte américain d’après 11 septembre 2001, particulièrement difficile pour les musulmans et les Arabes.

  • 3 « Even bigots and Holocaust deniers must have their say », The Guardian, Tuesday February 14, 2006

5Certains auteurs ont, apparemment, échappé à cette partition en deux camps tranchés. Ainsi Ronald Dworkin, grand spécialiste du droit américain qui vivait en Grande-Bretagne à ce moment-là, écrivit que les journaux britanniques avaient eu raison de ne pas publier les caricatures danoises car cela avait évité des morts inutiles et, il ajouta, d’autre part, que « les convictions religieuses de quiconque ne sauraient avoir plus d’importance que la liberté qui rend la démocratie possible ». Le titre de cet article est très clair : « Même les racistes et les négationnistes doivent pouvoir s’exprimer3. » Dworkin, représente ainsi le consensus liberal (libéral ou « de gauche » mais ici le sens américain du terme passe bien en français). Dans le corps de l’article, Dworkin affirmait que ne pas publier les caricatures ne signifiait pas approuver l’idée selon laquelle la liberté d’expression doit avoir des limites. Il récusait une position qui se dirait multiculturaliste et prônerait le respect contre la liberté d’expression, car, disait-il « dans une démocratie personne ne peut avoir le droit de ne pas être insulté ou offensé ». En somme, il était partisan de ne pas mettre de l’huile sur le feu, mais ne se départait pas de son approche de défense de la liberté d’expression typique de l’ACLU (American Civil Liberties Union), pour qui la seule façon de contrer des paroles offensantes consiste à avoir recours à d’autres paroles (more speech).

6Contrairement à ce qui s’est passé en France, la presse britannique n’a pas repris les caricatures car elles étaient déjà disponibles ailleurs, notamment sur le Net ; la défense de la liberté d’expression n’est pas passée par un acte de solidarité éditoriale. Aux États-Unis, par contre, les caricatures ont parfois été utilisées dans un sens carrément islamophobe, c’est-à-dire que les stéréotypes négatifs visant tout l’islam ont fleuri dans certaines publications. Dans le débat sur la liberté d’expression il ne faut pas confondre liberté de trouver un espace médiatique pour publier ses opinions et obligation de tout publier dans un organe de presse spécifique. Si les grands journaux britanniques ou américains n’ont pas publié les caricatures, disponibles par ailleurs, cela n’implique pas qu’ils les aient censurées. En ce sens, il y a analogie avec la publication de la pornographie.

  • 4 « We reject violence as a way to express discontent with what may be printed in a free press », « (...)
  • 5 « I first want to make it very clear to people around the world that ours is a nation that believe (...)

7Le président Bush est intervenu dans cette controverse à la suite des manifestations violentes qui ont eu lieu plusieurs mois après la publication initiale dans un contexte où il était mis en cause par le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui défendait la foi des musulmans. Il a affirmé à la fois son opposition à la violence et sa défense de la liberté de la presse, tout en affirmant que celle-ci devait être « responsable et attentionnée aux autres4 ». Puis, alors que le roi de Jordanie était à ses côtés, il a vanté la diversité religieuse et la liberté de religion aux États-Unis5. Réagissant en dirigeant politique alors que la violence, qu’il disait attisée par la Syrie et l’Iran, faisait rage le Président américain s’est positionné surtout en défenseur de la liberté religieuse et a mis l’accent sur la responsabilité de la presse plus que sur la liberté de celle-ci.

  • 6 Deux chercheurs américains, Charles Lewis and Mark Reading-Smith, ont recensé les 935 mensonges de (...)
  • 7 Voir son discours au Congrès américain, 20 septembre, 2001. Cf. également Guerlain P., « A Tale of (...)
  • 8 Voir le rapport d’Amnesty International publié en 2005 : http://www.amnesty.org/en/library/info/AM (...)

8On a donc ici un phénomène de fronts renversés : le Président apparaît comme un multiculturaliste soucieux du respect des cultures et des religions tandis que les gens de gauche insistent sur la liberté d’expression qui doit primer sur toutes autres considérations. Situation étonnante lorsque l’on sait que le Président n’a cessé de recourir à des contrevérités dans la conduite de sa politique étrangère, qu’il n’a cessé de marginaliser la presse de son pays ou de lui mentir et qu’il ne manifeste pas souvent un grand intérêt pour la culture de l’Autre6. Il a semblé chercher les explications du 11 septembre dans une haine essentialiste que les terroristes auraient eu envers l’Amérique et sa démocratie, sans jamais analyser les facteurs politiques qui peuvent, en partie, expliquer l’indéniable crime contre l’humanité que représente le 11 septembre7. On sait par ailleurs que le Coran a été piétiné, sali dans les prisons américaines de Guantánamo et d’Abou Ghraib, que les soldats américains, peut-être couverts ou même incités par leurs supérieurs, ont humilié et torturé des prisonniers irakiens et que le président Bush n’a condamné que quelques individus considérés comme des « pommes pourries dans la brouette » (brebis égarées). Le président des États-Unis n’est pas connu pour ses positions de respect des droits humains, systématiquement violés à Guantánamo, enclave hors du droit américain et du droit international8. Sa position qui privilégie le respect des religions et de la liberté religieuse dans l’affaire des caricatures danoises doit donc être quelque peu mise en perspective.

  • 9 Odile Jacob, 1997 pour la traduction française. Le terme « islamofasciste » est également utilisé (...)
  • 10 Edgar Morin écrit ainsi : « Quant à l’internationale djihadiste d’Al-Quaïda, il s’agit d’une dévia (...)

9Beaucoup d’organes de presse classés à droite, qui habituellement sont proches de l’administration Bush, profitent de la controverse pour généraliser les stéréotypes négatifs envers l’islam et les musulmans. Aux États-Unis, un certain nombre de commentateurs, dont certains se disent liberal, c’està-dire de gauche, dénoncent ce qu’ils appellent l’islamofascisme et semblent suivre les théories de Samuel Huntington publiées dans un livre intitulé Le Choc des civilisations qui font de la lutte entre l’Islam et l’Occident la matrice des conflits à venir9. Le conflit autour de ces caricatures est donc une aubaine pour un certain nombre de xénophobes que le Président n’a pas soutenu dans ses prises de position officielles. Juste après le 11 septembre, le président américain s’était rendu dans une mosquée, accompagné d’un dignitaire religieux, et avait marqué la différence entre « extrémistes » et « modérés ». Dans l’affaire des caricatures, il se distingue de Huntington et d’un grand nombre de commentateurs conservateurs ou de droite10. En tant que Président, il doit tenir compte des réactions de ses alliés dans le monde musulman. Il ne met d’ailleurs en accusation que les ennemis des États-Unis, l’Iran et la Syrie, alors que les manifestations ont aussi touché les pays alliés des États-Unis comme le Pakistan, l’Arabie Saoudite ou l’Égypte. Sa réaction est donc emprunte de considérations géopolitiques. Cependant, sur la scène intérieure, tandis que les pays arabes organisent des boycotts des produits danois, des organisations conservatrices américaines lancent des campagnes d’achats de produits des firmes Bang & Olufsen et Lego, campagnes qui s’avèrent efficaces, car ces sociétés ont accru leurs ventes de façon significative aux États-Unis.

  • 11 Voir son site : http://www.irshadmanji.com/.
  • 12 Dans son livre The Power of Israel in the United States, Atlanta, Clarity Press, 2006 il inclut un (...)

10À gauche, chez les multiculturalistes, les réactions sont également variées, car le clivage entre partisans du respect des cultures et les défenseurs de la liberté d’expression avant tout, est fort et traverse parfois les individus eux-mêmes. Les choses sont encore plus complexes si l’on tient compte des musulmans d’expression anglaise qui prennent parti dans le débat en faveur des caricaturistes danois et affirment que ceux-ci n’ont fait que rendre compte d’une réalité du monde islamique. Irshad Manji, qui vit au Canada et s’affirme musulmane et défenseuse de la liberté est un cas de ce genre11. Elle a reçu le soutien de Salman Rushdie, l’écrivain mondialement connu et anciennement visé par une fatwa iranienne, d’origine indienne, de nationalité britannique et qui vit à New York. À l’extrême gauche, si ce terme a un sens tant les divergences sont grandes parmi les diverses mouvances, James Petras, insiste sur la construction de la controverse qu’il voit comme un montage du Mossad israélien12.

11Si la droite est clivée entre considérations géopolitiques et xénophobie interne, la gauche est prise en tenaille entre deux principes forts, celui de la liberté de la presse et celui de l’ouverture culturelle et de la diversité. Les campagnes xénophobes et notamment celles visant, soit les Arabes, soit les musulmans, qui sont effectivement relancées par la controverse, suscitent la méfiance des multiculturalistes. Les prises de positions multiculturalistes du président américain ou du ministre des Affaires étrangères britannique de l’époque, Jack Straw, étaient suspectes aux yeux de la gauche qui savait que les gouvernements américain et britannique avaient menti pour partir en guerre en Irak. Les fronts croisés qui voient une partie de la droite devenir multiculturaliste par respect pour la diversité religieuse et une partie de la gauche soutenir une certaine forme de censure ou d’autocensure peuvent s’expliquer, en partie, par un retour au contexte. En effet, il convient de pratiquer ici une analyse classique de document historique. Le document lui-même ne livre pas toute sa signification en dehors de tout contexte.

12Tout d’abord, la controverse mondiale n’éclate que plusieurs mois après la publication initiale, soit en février 2006. Ce décalage est dû, pour partie, au fait que ce n’est pas la seule publication dans un journal danois, donc peu diffusé au plan mondial, qui met le feu aux poudres, mais la campagne orchestrée par certains imams qui ajoutèrent des images encore plus offensantes dans leur tournée du Moyen-Orient. Il y a clairement chez certains fondamentalistes musulmans un désir d’envenimer les choses. Cependant, la motivation première du journal et de son responsable des pages culturelles n’était pas claire non plus. Si le Jyllands-Posten avait simplement voulu secouer une forme de political correctness ambiante, il n’aurait pas adopté un deux poids, deux mesures dans ses caricatures. Le journal avait, en effet, refusé des caricatures antichrétiennes quelques mois auparavant. Son positionnement idéologique à droite peut laisser penser que certains de ses lecteurs allaient nécessairement appréhender la publication des caricatures de façon xénophobe. La xénophobie a en effet grimpé dans un pays autrefois fort libéral et libertaire, mais où l’extrême droite a fait une montée spectaculaire. Enfin, publier une caricature seule n’a pas le même effet qu’une série de douze qui favorise une interprétation globalisante.

  • 13 http://www.coxandforkum.com/archives/001040.html.

13Les défenseurs des critiques musulmans ont fait remarquer qu’aucun journal européen ou américain n’aurait publié des caricatures antisémites du même genre. En effet, ce genre de caricature à effet généralisateur ne paraît pas dans la presse lorsqu’il s’agit de dessins ou d’écrits ouvertement antisémites. Lorsque des manifestants portent des pancartes assimilant Israël au régime nazi dans le monde occidental, il y a une levée de boucliers. L’intention de jeter la suspicion sur tout un groupe religieux est donc lisible dans la construction du dossier. Ce dossier a été repris aux États-Unis par des sites ouvertement xénophobes qui reprochent aux musulmans de ne pas avoir intégré la valeur de la liberté de la presse et l’interdiction de la censure. De nombreuses blagues anti-arabes ou anti-musulmanes ont circulé à cette époque13.

Fig. 1 – Muhammad face aux journalistes.

14La réaction mondiale d’opposition aux caricatures est elle-même basée sur une généralisation à tous les Danois et à tous les Occidentaux. Deux blocs apparemment soudés se font face, alors même que les fissures et contradictions internes sont fortes. Aux États-Unis, la droite xénophobe met en avant les prises de positions des musulmans critiques qui défendent la liberté d’expression et dont les positions sont plus proches de celles de la gauche de l’ACLU. Une partie de la gauche insiste sur la construction du conflit pour ne pas être perçue comme des absolutistes de la liberté d’expression. La position de Dworkin est typique à cet égard : soutien sans faille à la liberté d’expression ce qui implique un droit à la critique même offensante mais réserves quant à la construction de la controverse, dont on sent bien qu’elle est lancée pour partie avec des arrière-pensées xénophobes.

  • 14 Voir l’article du journal britannique The Guardian, le metteur en scène David Rickman était lui-mê (...)

15Toute une série de fausses équivalences s’est mise en place. Ainsi on souligna le fait que le film de Martin Scorcese, La dernière tentation du Christ a offensé les chrétiens mais n’a pas été interdit. Cela suggère que les Occidentaux, notamment les Américains sont plus ouverts à la critique que les habitants des pays arabes où la censure est partout. La censure politique et culturelle est effectivement très répandue dans les pays arabes, y compris ceux qui sont les alliés les plus proches des États-Unis. Cette indéniable plus grande liberté d’expression aux États-Unis ne doit néanmoins pas faire oublier les effets de censure dus à la concentration économique des médias ou à l’activisme de certains lobbys. Ainsi une pièce de théâtre sur Rachel Corrie, militante pacifiste américaine écrasée par un bulldozer israélien dans la bande de Gaza qui devait être présentée à New York a été retirée de l’affiche alors qu’elle avait été jouée à Londres où elle avait eu le prix de la meilleure nouvelle pièce (My Name is Rachel Corrie14). De nombreux intellectuels se plaignent d’être la cible de tentatives de censure, ainsi, Tony Judt qui n’a pu exprimer ses vues critiques d’Israël dans une conférence qu’il devait faire le 3 octobre 2006 au consulat polonais à New York. De façon plus générale, la presse dominante ne reflète pas un grand spectre d’opinions et les vues marginales sont peu connues du grand public où la gamme des opinions largement diffusées est plus restreinte que dans de nombreux pays européens tels la Grande-Bretagne ou l’Allemagne.

16Un débat s’est donc engagé entre partisans américains des caricatures danoises, tous classés à droite car la gauche ne voulait pas cautionner la construction xénophobe de la controverse, et accusateurs musulmans ce qui a débouché sur un autre type de conflit israélo-arabe. Le soutien dont jouit Israël aux États-Unis est très fort, les partisans d’Israël insistent sur le fait que ce pays est une démocratie qui jouit de la liberté d’expression. Cette liberté d’expression est indéniable et est d’ailleurs plus grande qu’aux États-Unis lorsqu’il s’agit d’Israël lui-même. Il est évidemment impossible de savoir si, comme l’affirme James Petras, le Mossad a eu une quelconque influence dans la fabrication de la controverse mais il est possible de voir les bénéfices tirés par divers groupes américains ou européens sur leur scène intérieure : tous les conflits de politique étrangère pouvaient être interprétés comme des effets de l’arriération des musulmans et ainsi exonérer les États-Unis ou l’Occident de toute responsabilité.

  • 15 Voir la condamnation de Reporters sans frontières : http://www.rsf.org/imprimer.php3?id_article=11 (...)
  • 16 Censure d’une pièce de Chritopher Marlowe écrite en 1580 pour ne pas offenser les musulmans en Ang (...)

17Certains groupes musulmans ne cachent pas leur xénophobie fondée sur des critères religieux ou pseudo-religieux. La lecture des propos de Ben Laden dénonçant les « croisés et les Juifs » ainsi que les « infidèles » ou les musulmans laïcisés, tel, par exemple, Saddam Hussein, ou le meurtre le 2 novembre 2004 de Théo Van Gogh, militant anti-islam par un fondamentaliste musulman aux Pays-Bas15 montrent qu’il existe bien des groupes ou des individus qui correspondent à certaines caricatures, c’est-à-dire violents, meurtriers et qui justifient leurs actes par leur foi. En Grande-Bretagne ou en Allemagne, la mobilisation massive de groupes musulmans a conduit à des annulations de spectacles16. La censure musulmane et la violence de certains musulmans existent et les partisans de la liberté d’expression et de la démocratie ont raison de les dénoncer, aux États-Unis comme ailleurs. Le problème ici étant que les dénonciations globalisantes essentialisent le monde arabo-musulman et le réduisent à la violence terroriste de certains et à l’archaïsme institutionnel qui doit se comprendre historiquement et non selon des catégories essentialistes.

18Du fait que ces groupes violents diabolisent le monde occidental et les États-Unis en particulier de façon symétrique, tous les ingrédients sont réunis pour la constitution d’une controverse manichéenne avec opposition du Bien et du Mal (good vs evil) chère tant aux partisans de M. Bush qu’à ceux de Ben Laden (même si Bush, certainement bien conseillé, adopte, sur cette question une position plus subtile). Toutes les manipulations et captations de discours sont possibles, et les mauvaises fois en miroir permettent la poursuite d’un combat manichéen auquel la gauche américaine a assez bien su échapper par sa double position de défense de la liberté et sa critique de la construction xénophobe de la controverse.

  • 17 http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1223.
  • 18 Notamment Philippe Val en France dans une chronique de France Inter qui montre qu’il n’a jamais lu (...)
  • 19 Voir sa déclaration, par exemple, dans « The New War Against Terror », CounterPunch, 24 octobre 20 (...)
  • 20 Dans son livre intitulé Power and Terror, Post-9/11 Talks and Interviews, New York, Seven Stories (...)

19Un phénomène particulièrement intéressant en matière de liberté d’expression et de manipulation médiatique peut dans ce contexte retenir notre attention. Dans une vidéo rendue publique le 8 septembre 2007, Ben Laden fait l’apologie de Noam Chomsky (mais aussi d’Emmanuel Todd auquel il se réfère sans le nommer) qui aurait « donné des conseils raisonnables avant la guerre17 ». Certains y ont vu la collusion entre deux antiaméricains18. Chomsky, qui est certes très critique à l’égard de la politique étrangère des États-Unis a parlé de « crimes contre l’humanité » pour évoquer le 11 septembre et n’a donc aucune tendresse pour le terroriste Ben Laden19. Celui-ci l’utilise dans son combat singulier contre Bush, selon le principe « les ennemis de mon ennemi sont mes amis ». Pourtant Chomsky est un fervent partisan de la liberté d’expression, ce qui n’est pas le cas du fondamentaliste d’al-Qaïda. La droite américaine se réjouit, car elle croit tenir la preuve d’une collusion entre le libertaire américain et le terroriste. Sa jubilation est totalement dépendante de la manipulation de Ben Laden. La droite choisit de lire la déclaration du terroriste comme une déclaration de vérité et choisit de gommer le contexte de la manipulation rhétorique. Cela devient « puisque Ben Laden le dit, c’est vrai ». Ainsi la droite est, sur le plan rhétorique, totalement alignée sur les thèses de son pire ennemi islamiste alors que Chomsky, le soi-disant ami de Ben Laden, ne cesse de défendre cette liberté d’expression américaine qui fait la fierté des démocrates et de prendre position contre toutes les formes de terrorisme20. Fronts renversés plusieurs fois !

20Il en va de même dans la controverse des caricatures danoises. Le journal danois vise à discréditer tout un groupe, en insistant sur des faits indéniables, mais présentés de façon tendancieuse et il est suivi sur cette voie par la droite américaine. La gauche se retrouve piégée dans son double désir de défendre la liberté d’expression et d’éviter la diabolisation de tout un groupe. Plus qu’en France ou même en Grande-Bretagne, aux États-Unis la liberté d’expression est une valeur politique centrale. Elle est garantie par le 1er amendement à la Constitution (mais surtout appliquée depuis les années 1920) et fait partie de tous les credo politiques, y compris de ceux qui la violent sans scrupule. C’est le cas de l’administration Bush, qui a fait mettre illégalement des milliers de gens sur écoute et qui ment constamment à la presse et aux représentants du peuple, par exemple en inventant un alibi pour déclencher la guerre en Irak (il n’y avait pas d’armes de destruction massives en 2003 dans ce pays).

  • 21 Voir les analyses de Onfray M., Traité d’athéologie, Paris, Grasset, coll. « Livre de Poche », 200 (...)

21Dans ce combat des valeurs qui s’est déroulé partout dans le monde, les présentations médiatiques ou partisanes ont simplifié un phénomène d’une extrême complexité. Ainsi, la droite américaine a pu diaboliser tout un groupe, en cachant sa généralisation derrière les prises de position souvent courageuses de « dissidents de l’islam », le président Bush a pu recadrer le débat en lui donnant une dimension géopolitique partisane et en jouant sur deux tableaux. Accompagné du roi de Jordanie qui déclare que « l’islam, comme le christianisme et le judaïsme, est une religion de paix, de tolérance et de modération », ce qui est une généralisation hâtive car de multiples formes de l’islam, comme des autres religions monothéistes ne correspondent pas à cette définition21. Le président américain peut jouer les « modérés » contre les « extrémistes » sur le plan international. Les « modérés » comptent dans leurs rangs les wahhabites d’Arabie Saoudite dont la misogynie n’a rien de modéré et les « extrémistes » incluent l’Iran et la Syrie, deux pays fort différents sur le plan religieux puisque le second réprime fortement les Frères musulmans mais n’a pas hésité à instrumentaliser la controverse sur les caricatures. L’élément essentiel étant que l’Iran et la Syrie sont considérés comme des ennemis des États-Unis bien que le premier ait collaboré avec Bush dans la lutte contre les talibans et le second ait été un allié lors de la guerre du Golfe en 1990-1991.

*

22Tous ces éléments nous éloignent d’un débat d’idées ou même d’un combat pour les valeurs. Manipulations et instrumentalisations rencontrent contre-manipulations et contre-instrumentalisations. Parmi la mosaïque des mauvaises fois et des manipulations, la présente étude ne peut que traiter le monde anglo-américain et surtout les États-Unis. Dans la rhétorique officielle de ce pays, des valeurs sont souvent mises en avant pour légitimer certaines interventions politiques. Ainsi le président Bush a mis en avant l’oppression de la femme en Afghanistan pour légitimer l’intervention armée. Cette valeur féministe, qui est bien évidemment tout à fait respectable en elle-même, n’était en fait qu’une forme d’instrumentalisation et ne correspondait en rien à des choix de politique étrangère, car le président américain se tait sur l’exploitation des femmes dans les pays alliés des États-Unis. La droite américaine a utilisé la liberté d’expression de façon semblable pour discréditer tout un monde religio-culturel et le président a instrumentalisé l’autre valeur phare des multiculturalistes : le respect de l’autre, qui n’est pas un principe qui habituellement guide son action.

  • 22 Voir Only Words, Cambridge, Harvard University Press, 1993 et, chez le même éditeur, Toward a Femi (...)
  • 23 New York, Scribner, 1995.

23Dans un pays où il existe un parti nazi et où il n’y a pas d’équivalent de la loi Gayssot, la liberté d’expression est farouchement défendue par une partie de la gauche. Une autre partie, plus multiculturaliste, met en cause ce qu’elle appelle un absolutisme du 1er amendement et insiste sur le fait que certaines paroles sont des actes et doivent donc être censurées. C’est une position défendue notamment par des féministes comme Catherine MacKinnon pour qui la pornographie, qui est une violence faite aux femmes, devrait tomber sous le coup de la loi22. Il y a donc un clivage fort à gauche qui n’a pu qu’être souligné et accentué par la controverse des caricatures. À droite et chez les défenseurs des dirigeants musulmans, les choses étaient plus simples et faciles à instrumentaliser grâce à des présentations manichéennes, à gauche, dans le contexte américain, les simplifications étaient difficiles. Le débat déclenché par les caricatures a ressemblé à celui sur la pornographie qui a eu lieu dans les années 1980 et 1990. Une ancienne présidente de l’ACLU avait écrit un ouvrage intitulé : Defending Pornography : Free Speech, Sex, and the Fight for Women’s Rights23 dans lequel elle défendait la liberté d’expression même dans les cas d’expression allant à l’encontre de son éthique, c’est-à-dire dans une optique totalement différente de celle de MacKinnon. Ce même clivage est réapparu à l’intérieur de la gauche entre ceux et celles qui préféraient la liberté d’expression à celles et ceux qui mettaient l’accent sur le respect de l’autre.

24La position de l’ACLU et de Dworkin a l’avantage de tenter une synthèse des deux impératifs moraux et de ne céder sur aucun. La liberté d’expression ne saurait être limitée, ce qui n’empêche aucunement la critique des conditions de production de la controverse. Dworkin, à l’opposé du président Bush, des militants islamistes fondamentaux mais aussi de MacKinnon, lorsqu’elle fait de la violence des terroristes du 11 septembre une synecdoque de la violence masculine, n’a pas recouru à la généralisation à tout un groupe ni à l’instrumentalisation d’une affaire complexe pour défendre un groupe, une croyance religieuse et dénoncer tous les autres. Ainsi, dans la diversité du débat américain, certains ont su dépasser la pure défense ou la pure dénonciation. La défense de la liberté d’expression, un des piliers des démocraties qui fonctionnent bien, peut et même doit s’accompagner de la dénonciation des attaques visant un groupe spécifique avec l’intention de lui nuire. L’expression reste libre et donc la critique aussi.

Notes

1 On peut consulter ces caricatures à l’adresse suivante : http://www.humanevents.com/article.php?id=12146&offer=&hidebodyad=true (consulté le 5 février 2008). Le 17 février 2008 un journal britannique déclarait qu’en dépit de demandes pressantes Wikipedia avait refusé de retirer ces caricatures. The Observer, « Wikipedia defies 180,000 demands to remove images of the Prophet », http://www.guardian.co.uk/technology/2008/feb/17/wikipedia.isla.

2 « La police danoise déjoue un attentat visant un caricaturiste de Mahomet », Le Monde, 14 février 2008, et l’article de Caroline Fourest écrit pour Charlie Hebdo qui trace le portrait du caricaturiste libertaire : http://www.prochoix.org/cgi/blog/index.php/2006/05/01/978-qui-est-kurt-westergaardle-dessinateur-danois-ayant-represente-mahomet-avec-une-bombe-dans-son-turban. Le journal danois a décidé de republier ces caricatures à la suite de cette tentative d’attentat (13 février 2008).

3 « Even bigots and Holocaust deniers must have their say », The Guardian, Tuesday February 14, 2006.

4 « We reject violence as a way to express discontent with what may be printed in a free press », « the responsibility to be thoughtful about others ». CBS News, http://www.cbsnews.com/stories/2006/02/08/world/main1294287.shtml (consulté le 5 février 2008)

5 « I first want to make it very clear to people around the world that ours is a nation that believes in tolerance and understanding », the president said : « In America we welcome people of all faiths. »

6 Deux chercheurs américains, Charles Lewis and Mark Reading-Smith, ont recensé les 935 mensonges de l’administration Bush en matière de politique étrangère. Voir : « False Pretenses » : http://www.publicintegrity.org/WarCard/ (consulté le 5 février 2008).

7 Voir son discours au Congrès américain, 20 septembre, 2001. Cf. également Guerlain P., « A Tale of Two Anti-Americanisms », European Journal of American Studies, EJAS 2007-2, put online Nov. 13, 2007. URL http://ejas.revues.org/document1523.html.

8 Voir le rapport d’Amnesty International publié en 2005 : http://www.amnesty.org/en/library/info/AMR51/063/2005.

9 Odile Jacob, 1997 pour la traduction française. Le terme « islamofasciste » est également utilisé par des auteurs de centre gauche comme Paul Berman (son Terror and Liberalism, New York ; W.W. Norton & Company, 2003) que leurs détracteurs appellent les liberal hawks (« faucons humanitaires »). Voir l’article de Judt T., « Bush’s Useful Idiots », The London Review of Books, vol. 28, no 18, 21 septembre 2006.

10 Edgar Morin écrit ainsi : « Quant à l’internationale djihadiste d’Al-Quaïda, il s’agit d’une déviance religieuse hallucinée à laquelle on ne saurait réduire l’islam. Mais le mot islamiste, tel qu’il est usuellement employé dans les médias occidentaux, réduit tout islamique à un islamiste et tout islamiste à un terroriste potentiel, ce qui empêche de percevoir le visage complexe de l’islam », Vers l’abîme ?, L’Herne, 2007, p. 112. Dans ce même ouvrage, Morin analyse et dénonce également l’antisémitisme qui agite certains milieux dans les pays arabes.

11 Voir son site : http://www.irshadmanji.com/.

12 Dans son livre The Power of Israel in the United States, Atlanta, Clarity Press, 2006 il inclut un chapitre consacré à la controverse et défend la thèse selon laquelle il s’agit d’un moyen de détourner l’attention des crimes israéliens commis au Moyen-Orient orchestré par Flemming Rose lui-même qui aurait trouvé refuge à Miami au plus fort de l’affaire (p. 136-145). Il consacre un autre chapitre à démolir les thèses de Noam Chomsky, autre auteur classé à l’extrême gauche, sur le lobby pro-israélien.

13 http://www.coxandforkum.com/archives/001040.html.

14 Voir l’article du journal britannique The Guardian, le metteur en scène David Rickman était lui-même britannique : « Rickman slams “censorship” of play about US Gaza activist » http://www.guardian.co.uk/israel/Story/0,,1719691,00.htm.

15 Voir la condamnation de Reporters sans frontières : http://www.rsf.org/imprimer.php3?id_article=11771 Ben Laden a lancé des menaces contre l’Europe après la republication des caricatures en février 2008 et alors qu’un metteur en scène néerlandais, le député d’extrême droite Geert Wilders, a repris la caricature de Westergaard dans un film attaquant le Coran et visant à le rendre illégal. Voir : http://www.laprovence.com/articles/2008/03/27/361835-Monde-Un-depute-neerlandais-met-sur-internet-un-film-amalgamant-terrorisme-et-islam.php et « Pays-Bas, La tentation de l’intolérance », Le Monde, 30-31 mars 2008, p. 12.

16 Censure d’une pièce de Chritopher Marlowe écrite en 1580 pour ne pas offenser les musulmans en Angleterre. Voir « Tamburlaine : was it right to censor the play ? », The Times, 24 novembre 2005. http://www.timesonline.co.uk/article/0,,564-1888684,00.html. Pour l’Allemagne voir : « Un opéra de Mozart censuré à Berlin », La Croix, 27 septembre 2006. http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2282053&rubId=4077.

17 http://contreinfo.info/article.php3?id_article=1223.

18 Notamment Philippe Val en France dans une chronique de France Inter qui montre qu’il n’a jamais lu Chomsky. Voir le décryptage fait par Acrimed : http://www.acrimed.org/article2705.html.

19 Voir sa déclaration, par exemple, dans « The New War Against Terror », CounterPunch, 24 octobre 2001 dans laquelle il parle d’« atrocité horrible ».

20 Dans son livre intitulé Power and Terror, Post-9/11 Talks and Interviews, New York, Seven Stories Press, 2003 : il écrit : « Un des avantages qu’il y a à vivre ici c’est que les États-Unis sont devenus, avec le temps, un pays très libre. Ce n’est pas un cadeau des dieux mais le résultat de nombreuses luttes populaires, ils sont devenus un pays exceptionnellement libre, semblable à aucun autre sur certains plans » (p. 85).

21 Voir les analyses de Onfray M., Traité d’athéologie, Paris, Grasset, coll. « Livre de Poche », 2005.

22 Voir Only Words, Cambridge, Harvard University Press, 1993 et, chez le même éditeur, Toward a Feminist Theory of the State, 1989. Dans un article publié par le Harvard International Law Journal (vol. 47, no 1, hiver 2006) Catherine MacKinnon voit une équivalence entre les attaques du 11 septembre et celles visant les femmes aux États-Unis et regrette que quelque chose soit fait pour lutter contre le terrorisme et rien contre la guerre menée contre les femmes (« The post–September 11th paradigm shift, permitting potent response to massive nonstate violence against civilians in some instances, exemplifies if not a model for emulation, a supple adaptation to a parallel challenge. It shows what they can do when they want to. If, in tension with the existing framework, the one problem can be confronted internationally, why not the other ? », p. 3).

23 New York, Scribner, 1995.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Muhammad face aux journalistes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

Auteur

Professeur à l’université Paris X Nanterre en civilisation américaine. Son domaine général de recherche concerne la politique étrangère américaine, surtout dans ses dimensions rhétoriques. Ses études portent sur l’analyse transculturelle des rapports franco-américains et des débats d’idées aux États-Unis aujourd’hui.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search