Version classiqueVersion mobile

La caricature au risque des autorités politiques et religieuses

 | 
Dominique Avon

Seconde partie. L'« affaire des caricatures de Mahomet » sous différents climats

Ijtihâd dans la presse de qualité britannique. Le débat sur « l’affaire des caricatures de Mahomet »

Richard Tholoniat

Texte intégral

  • 1 Pour une chronologie commentée des faits, on se reportera à Favret-Saada J., Comment produire une (...)
  • 2 Pour certaines positions de ces derniers, cf. Kunelius R. et al., Reading the Mohammed Cartoons Co (...)
  • 3 La diversité reste cependant encadrée par la couleur politique du journal, cf. Kunelius R. et al.  (...)

1Que les médias britanniques se soient abstenus de publier les dessins de Jyllands-Posten lors de « l’affaire des caricatures de Mahomet1 » ne signifie pas que le Royaume-Uni se soit tenu à l’écart des controverses qui agitèrent la planète dans les deux premiers mois de l’année 2006. Outre-Manche, les médias traditionnels, tout comme la blogosphère, consacrèrent des centaines de pages à cette question. Le choix des quatre quotidiens de la presse britannique dite « de qualité » (deux de centre droit : The Times et The Daily Telegraph, l’un de centre gauche : The Guardian ; The Independent se veut fidèle à son titre), peut se discuter : ces journaux ne représentent que quinze pour cent du lectorat, peu en comparaison des réactions trouvées dans les tabloïdes2, et, bien sûr, les sites web. Leurs éditoriaux sont plus prudents que les discussions banales ou les articles parfois ouvertement xénophobes des tabloïdes. Cependant leurs commentaires indiquent les limites de ce qui est socialement acceptable dans la présentation des arguments des uns et des autres, ce qui permet à terme d’identifier un espace possible de négociation et de dialogue. De plus, l’effort d’interprétation des événements, l’intervention d’intellectuels (écrivains, hommes politiques, personnalités religieuses), la pluralité des opinions exprimées dans le même quotidien3 pour expliquer les événements et réfléchir aux rapports entre communautés a touché des aspects fondamentaux de la société britannique.

  • 4 Identifiés et lus grâce à la base de presse française et étrangère Factiva. Je remercie Madame Tra (...)

2Trois grands types de questions s’entrelacent dans les éditoriaux, courriers des lecteurs, pages nationales et internationales4 : la définition et l’usage de la liberté d’expression, la présentation problématique d’un ordre du monde, enfin l’examen des relations multiethniques au Royaume-Uni.

  • 5 Un sondage d’opinion du 07/02/2006 établit que 67 % des personnes interrogés approuvent la non pub (...)
  • 6 Vite censuré. Apparues brièvement sur le site du Spectator Magazine, les caricatures restent plus (...)
  • 7 Wieviorka M., Une société fragmentée ? Le multiculturalisme en débat, Paris, La Découverte & Syros (...)

3Dès le début de l’affaire, le consensus sur la non-publication de la part des responsables religieux, particulièrement le grand rabbin Sachs et l’archevêque d’Oxford, du gouvernement, des partis politiques, et même des tabloïdes (peu connus pour leur islamophilie), est présenté de manière positive, et, en tout cas, en phase avec l’opinion publique5. Si les apparitions des caricatures sont condamnées dans le cas de Gair Rhydd, journal étudiant6, les rapides images de la BBC et d’ITV montrant les caricatures sont approuvées, même par les religieux musulmans, comme présentées en contexte et dans un but non provocateur. À la liberté négative, qui promeut la liberté de parole comme un absolu non négociable7, on oppose une presse responsable. Même si on se plaît à citer l’accord de penseurs des trois monothéismes (dont Averroès et Milton) sur la nécessité de la libre parole, ainsi que Voltaire, dont on ne manque pas de rappeler le « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dîtes mais je suis prêt à me faire tuer pour que vous puissiez le dire », on préfère les positions présentées comme plus nuancées de Milton, Hume ou John Stuart Mill. Pour eux, les conditions d’exercice et les conséquences de cette liberté doivent toujours être examinées en fonction du contexte. Dans le cas présent, publier les caricatures ferait le jeu des extrémistes des deux bords : celui des imams islamistes danois qui ont sollicité, de manière malhonnête (ils auraient ajouté aux douze caricatures incriminées trois dessins extrêmement provocateurs) la solidarité des États musulmans trois mois après la publication initiale des caricatures controversées. Ils ont jeté de l’huile sur le feu que l’Iran et la Syrie, peu soucieux d’apaisement avec l’Occident, se sont empressés d’attiser. On refuse donc cette instrumentalisation du sentiment religieux au service d’une volonté de puissance d’Etats dénoncés comme terroristes.

  • 8 Fondé en 1997, il se veut fédérateur de nombreuses associations musulmanes ; de fait, il est consi (...)
  • 9 « Mister Bean », mais aussi imitateur de pasteurs ridicules.

4Plus directement, militants extrémistes musulmans et partis xénophobes britanniques montent en épingle les dissensions, alors que, par une malheureuse coïncidence, sont jugés, pour leur « intention d’inciter à la haine raciale », un prêcheur islamiste de la mosquée de Finsbury à Londres, Abu Hamza, et le dirigeant du British National Party (d’extrême droite), Nick Griffin. L’acquittement du second ne peut qu’encourager le sentiment d’une justice à deux vitesses chez les musulmans britanniques alors qu’est vidé de sa substance un projet de loi soutenu par le Muslim Council of Britain8 et Tony Blair : le Racial and Religious Hatred Bill fait l’unanimité contre lui. À droite, on dénonce une nouvelle tentative d’introduire Big Brother, une « police des pensées », après la tentative d’imposition de la carte d’identité, ou encore une manière pour le ministre des Affaires étrangères, Jack Straw, de se concilier les bonnes grâces (et les votes) des nombreux électeurs musulmans de sa circonscription de Blackburn. À gauche, on ironise sur le fait que les déclarations de Blair sur « sa » guerre en Irak pourraient le faire tomber sous le coup de la nouvelle loi. La crainte de l’autocensure devant un texte vague et opportuniste fait se dresser écrivains et comédiens (au premier rang desquels Rowan Atkinson9). Tous affirment que la législation existante est suffisante et que le débat est préférable au procès (d’intention). À la mi-janvier 2006, Tony Blair subit sa deuxième défaite parlementaire depuis son arrivée au pouvoir en 1997. Au même moment, l’historien négationniste David Irving est condamné à de la prison ferme en Autriche.

  • 10 Kunelius R. et. al., op. cit., p. 65.
  • 11 Argument déjà utilisé en 1989 envers Les Versets sataniques de Salman Rushdie.
  • 12 Il est fait très souvent allusion aux dessins antisémites de Der Stürmer, revue nazie (1923-1945).

5Déjà défavorisés par l’existence de lois contre le blasphème, qui ne s’appliquent qu’au bénéfice de la religion anglicane10, et de textes punissant le déni de l’Holocauste, protégeant les juifs, les musulmans britanniques voient rejetée une loi supposée les protéger. Si l’on ajoute la mainmise de la BBC et de CNN sur le traitement et la diffusion de l’information, on comprend que les musulmans aient le sentiment que les puissances occidentales les cantonnent dans leur infériorité. La Grande-Bretagne voulant gagner les cœurs de sa minorité musulmane, les journaux avancent qu’elle ferait mieux de ne pas l’humilier en reprenant des caricatures de mauvais goût11, surtout de peu d’humour, avec un décalage de trois mois qui transformerait l’information, devenue mondiale, donc d’autant plus potentiellement dangereuse, en provocation. Surtout, on précise que la satire doit tenir en respect les puissants, non pas blesser les dominés. On salue les déclarations d’hommes politiques préconisant la modération (en particulier Jacques Chirac). La reproduction des caricatures danoises dans de nombreux organes de presse continentaux est condamnée comme « machisme » journalistique déplacé. Plus acérées sont les pointes décochées à certains États, tels que la France, l’Allemagne12, l’Espagne et l’Italie : leurs presses retomberaient dans les dérives fascistes d’un passé point trop éloigné en s’en prenant à une minorité opprimée, ou du moins, mal « gérée » par des sociétés peu accueillantes (on ne se prive pas de rappeler les émeutes des banlieues françaises de novembre 2005), où l’extrême droite obtient des scores électoraux inquiétants, au rebours de la société britannique, certes imparfaite mais plus responsable que ses voisines continentales.

  • 13 Lawson D., « Hysteria, hypocrisy and half truths », The Independent, 7 février 2006 ; Fletscher K. (...)
  • 14 70 % des 1,6 millions de musulmans britanniques ont pour origine ces deux nationalités.
  • 15 Le Sun avait mis plus de six mois à retrouver le niveau de ses ventes à Liverpool après avoir inju (...)

6De rares articles rompent avec cette autosatisfaction : certains osent avancer que peur et intérêt sont sans doute les raisons non dites de la retenue13. Un journal est après tout une entreprise commerciale qui a intérêt à ne pas s’aliéner distributeurs et lecteurs : la majorité des kiosquiers sont musulmans ; la bourgeoisie indienne et pakistanaise14 lit le Daily Telegraph, apôtre du libéralisme économique, ou approuve l’opposition à la présence militaire britannique en Irak prônée par The Independent ; les moins fortunés votent pour le Parti travailliste et lisent le Guardian15. Enfin, le souvenir bien vivace de la protection policière accordée à Salman Rushdie, depuis 1989, ou aux journalistes danois récemment, ainsi que le saccage des bureaux de correspondants occidentaux dans certains pays arabes, inciteraient les directeurs de publication à se soucier de la sécurité de leurs biens et de leurs collaborateurs. Une autre crainte s’exprime ouvertement : au désir de ne pas voir verser le sang sur le territoire national s’ajoute la volonté de ne pas exposer à l’ire des fondamentalistes musulmans les compatriotes expatriés dans les États musulmans ou les soldats britanniques engagés en Irak et en Afghanistan.

  • 16 Ils reproduisent les caricatures forgées par les imams danois, ils appellent au boycott des produi (...)
  • 17 Voir sur ce sujet Boespflug Fr., op. cit., p. 61-62.

7Le « choc des civilisations », proposé comme explication de géopolitique mondiale par Samuel Huntington, selon qui, après l’effondrement du bloc communiste, la confrontation des cultures de l’Occident et de l’Islam explique la course du monde, est en effet le deuxième thème qui anime le débat journalistique. Les articles se font amplement l’écho de cet affrontement. Du monde islamique on fustige d’abord la rage des foules en ce début de 2006 : des effigies et des drapeaux sont brûlés, des ambassades et consulats attaqués, des magasins danois pillés, des Occidentaux menacés, des religieux tués. On réprouve la démagogie des médias de nombreux États musulmans. Ils se montrent hostiles au premier chef envers le Danemark16 mais aussi envers le monde occidental : un journal iranien Hamshahri propose un concours de caricatures se moquant de l’Holocauste, une télévision iranienne présente des rabbins cannibales, les caricatures, plus souvent antisémites (parfois anti-chrétiennes) de la presse moyen-orientale seraient dignes de celles de la presse nazie17. Enfin, on dénonce les tentatives de manipulation de la part de gouvernements, qualifiés de rétrogrades, qui exigent des excuses du premier ministre danois pour complaire à leur opposition islamiste, mais surtout qui excitent les minorités musulmanes à semer le trouble dans les pays européens d’accueil. La manifestation du 1er février 2006 à Londres, où les participants affichent des slogans appelant à tuer ceux qui insultent le prophète de l’islam et menacent la Grande-Bretagne de renouveler les attentats qui l’avaient frappée quelque six mois auparavant, est unanimement condamnée par la presse.

  • 18 Buchan J, « Freedoms in the balance », The Guardian, 6 février 2006.

8L’indignation éclate dans les journaux conservateurs : après Abu Hamza (dont n’ont pas été inquiétés les appels au meurtre des infidèles depuis sa mosquée londonienne, au cœur d’un pays qui le protège d’une expulsion vers une mort certaine au Yémen), des musulmans britanniques crient leur haine de la nation qui les abrite… grâce à la liberté d’expression qui règne là. On revient sur les bienfaits de la liberté de parole pour opposer l’obscurantisme de l’islam (qui en serait resté à la situation de l’Écosse puritaine d’avant les Lumières18) à la modernité occidentale. Cette liberté de penser a permis le développement de l’esprit scientifique et la prolifération des inventions. Cependant le retard de la pensée scientifique – est donné en exemple le refus des théories de Darwin – et du développement économique des pays musulmans est moins souvent évoqué que leur arriération sur le plan de la liberté de l’individu (droits des femmes, des homosexuels ou des non musulmans limités ou déniés), et surtout que l’absence de gouvernance démocratique. On glose sur les régimes autoritaires et/ou corrompus du Moyen-Orient, à la botte de religieux réactionnaires, opposés à l’islam plus libéral qui se développerait dans les pays occidentaux. En particulier est fait allusion à la préférence de ces régimes pour l’intimidation ou la violence sur la négociation et le compromis, aux médias muselés (Google et la presse) ainsi qu’à l’ignorance du principe de la séparation des pouvoirs, « invention » anglaise, à propos de l’insistance de certains gouvernements de pays musulmans d’exiger des excuses de leur homologue danois pour la publication des caricatures.

  • 19 La première, journaliste bangladaise et la seconde, femme politique somalo-hollandaise, par leurs (...)

9Les réactions musulmanes paraissent disproportionnées, preuve de populations peu sûres d’elles-mêmes ou conséquence navrante d’un état de société où le départ entre religieux et politique ne s’est pas (encore) effectué : fatwas envers Salman Rushdie, Taslima Nasreen ou Ayaan Hirsi Ali19 pour des écrits qui n’ont tué personne, embrasement pour « les caricatures de Mahomet », qui n’a jamais été présenté comme créature divine ou parfaite par l’islam et dont l’interdiction de représentation est incertaine. Mais surtout, on rappelle la piste sanglante d’Al Qaida et du terrorisme islamiste en général : victimes du World Trade Center, meurtre de Theo Van Gogh, attentats au Kenya, à Bali, à la gare de Madrid-Atocha, décapitation d’otages. Et les journalistes de déplorer la pusillanimité des décisions, l’incohérence des politiques, le manque de solidarité des gouvernements occidentaux : le gouvernement britannique condamne la publication des caricatures ou fait matraquer les manifestants pour la chasse au renard mais ne fait pas arrêter les manifestants pousse-au-crime du 1er février ; Peter Mandelson, Commissaire européen, prend ses distances par rapport à ses collègues du Continent.

10Cependant, si le choc des civilisations est évoqué, c’est bien plutôt pour réfuter les théories de Huntington. D’abord en refusant une quelconque supériorité « essentielle » de l’Occident. Les chrétiens ont leurs extrémistes : on cite surtout leurs tentatives d’interdiction de la comédie musicale Jerry Springer : the Opera en 2005 (où était présenté un Christ gay). Sur le Continent, la Hollande et le Danemark, naguère parangons de tolérance et de protection (on rappelle l’asile procuré par la première aux persécutés du XVIIe siècle, la protection efficace de ses juifs par le second durant la Seconde Guerre mondiale), laissent l’extrême droite imposer sa législation en matière d’immigration. En particulier, le journal à l’origine de l’affaire est dénoncé comme raciste, boutefeu prêt à collaborer avec un organe iranien pour publier des caricatures antisémites afin de démontrer son impartialité. En Europe, les lois sur le blasphème, quand elles existent, comme en Grande-Bretagne, sont très rarement appliquées mais il ne faut pas tourner en ridicule l’Holocauste. Les médias en général ne présentent pas une vue positive de l’islam. Début 2006, aussi bien en politique intérieure qu’extérieure, le monde musulman n’est mentionné, quand il n’est pas stigmatisé, qu’à l’occasion d’attentats ou de déploiement de violence. On déplore rarement le passé colonialiste des États occidentaux (ce qui explique la quasi-absence de référence aux travaux d’Edward Saïd, plutôt dénoncé comme ayant présenté une vision trop négative du monde occidental). En revanche, on ironise sur l’hypocrisie des gouvernements européens : la Grande-Bretagne (et les États-Unis) ont applaudi à la non-publication des caricatures par leurs médias mais leurs troupes tuent, torturent et détruisent en Irak et en Afghanistan, leurs diplomaties n’aident guère les Palestiniens et soutiennent les régimes non démocratiques du Moyen-Orient. La France s’oppose à la guerre en Irak mais interdit le voile. On reproche moins aux États musulmans leur absence de cohésion diplomatique ou de structures politiques qu’on n’excuse leur impuissance par l’action néfaste des acteurs économiques ou politiques occidentaux.

11La presse s’efforce de présenter aux lecteurs une vue plus positive de l’islam et de son prophète. Caricaturer ce dernier en terroriste serait une représentation erronée : certains articles font un réel effort pédagogique et replacent Mohammad et la rédaction du Coran dans leurs contextes historiques pour souligner le progrès vers la paix et la tolérance qu’offrait leur message. On envie la force structurante de l’islam et la ferveur des croyants dans une Grande-Bretagne en « sortie de religion » : les journaux plus conservateurs déplorent les blasphèmes infantiles envers le christianisme dans les arts et les médias, la pornographie et la dérision omniprésentes, qui empêchent de comprendre les réactions indignées des musulmans aux attaques contre leur foi. D’autres contributions se contentent de souligner que le nombre de manifestants vociférant devant l’ambassade du Danemark a été dépassé par celui de la contre manifestation plus pacifique deux jours plus tard. Une autre preuve que la société islamique n’est pas monolithique et hostile aux valeurs « occidentales » est avancée : pendant les troubles, des organisations en et hors de la Grande-Bretagne (le Hamas, l’Organisation de la conférence islamique), des hommes politiques, des religieux et des individus ont protégé les chrétiens, condamné la violence et exhorté leurs coreligionnaires à la réflexion. On admire tout particulièrement le journaliste jordanien qui publia les lignes où il considérait les kamikazes ou les égorgeurs comme plus néfastes à l’islam que les caricatures danoises. En effet, on rappelle que le prophète de l’islam lui-même appelait à vivre en bonne intelligence avec les autres religions et qu’il préconisait les décisions après consultation, ce qui indique que, pour lui, la démocratie n’aurait pas posé de problème. On aime à répéter le rôle de passeurs de la philosophie grecque joué par Averroès et d’autres.

12Cette volonté de conciliation, commune aux quatre quotidiens, peut s’expliquer par la situation intérieure de la Grande-Bretagne. Certes, les attentats du 7 juillet 2005 à Londres sont frais dans les mémoires, mais la société britannique, depuis le tournant du siècle, vit un changement profond dans le traitement de ses minorités ethniques et l’affaire des caricatures va précipiter une évolution déjà bien entamée, obligeant les journaux à s’opposer davantage que sur la liberté d’expression ou le choc des civilisations.

  • 20 Pour un exposé complet cf. Millat G. (dir.), « Le défi multiculturel en Grande-Bretagne », Revue f (...)
  • 21 1980-1985 et 2001, où, pour la première fois, des jeunes sud-Asiatiques musulmans étaient impliqué (...)
  • 22 Ces attentats dans les transports en commun tuèrent 56 personnes et en blessèrent 100.
  • 23 Établie en 1976, elle sera à l’avant-garde de la lutte contre le racisme et la discrimination jusq (...)

13Depuis la seconde guerre mondiale, l’arrivée des Antillais mais surtout des nombreux Indiens et Pakistanais (puis de Bangladais à partir de 1971) a eu pour conséquence des politiques qui, à partir des années 1960, ont d’abord élaboré un multiculturalisme à la britannique qui s’est poursuivi jusqu’à l’arrivée du New Labour en 1997. Pour l’exposer brièvement, les gouvernements travaillistes comme conservateurs, des années 1960 à 1980, ont associé contrôle sévère de l’immigration, volontarisme dans la lutte contre le racisme et les discriminations, rejet de l’assimilation (à la française), et reconnaissance des spécificités ethniques20. Ces politiques ont présenté des réussites, telles que la sensibilisation des élèves à la diversité culturelle, mais elles ont surtout montré leurs limites : persistance des inégalités entre Blancs et minorités, crispations communautaires, émeutes raciales récurrentes21. L’évocation des victimes des « 9/11 » (New York) et « 7/7 » (Londres)22 contribue à stigmatiser la communauté musulmane que ciblent, de fait, des rapports qui font mouche. Celui de Ted Cantle, The End of Parallel Lives (2004) popularise la notion de « community cohesion » et préconise des cours d’instruction civique (à la française ; mis en place en 2002 dans les lycées), des cérémonies d’accès à la citoyenneté (depuis février 2004, comme aux États-Unis, au Canada et en Australie). De son côté Trevor Phillips, président de la Commission for Racial Equality23 dénonce les dangers du communautarisme dans sa célèbre conférence à Manchester du 22 septembre 2005 intitulée Sleepwalking to segregation dans laquelle il préconisait une société plus homogène. L’affaire des caricatures accentue ce virage intégrationniste et met fin aux politiques différentialistes des dernières décennies du XXe siècle.

  • 24 Et Salman Rushdie qui, à la radio, a déclaré « le voile, c’est nul ! » (« The veil sucks ! »).

14Les journaux conservateurs vont approuver les initiatives ou les positions du New Labour : classes où l’instruction civique est renforcée, lancement le 28 août 2006 de la Commission for Integration and Cohesion par Ruth Kelly, Communities Minister. Seul le Guardian s’oppose à ce qu’il considère comme une mise en cause systématique de la communauté musulmane : en janvier 2006 il publie une carte de l’immigration en Grande-Bretagne qui indique la raréfaction des incidents racistes et des émeutes ainsi qu’une révolution silencieuse qui a conduit à une cohabitation sereine des différentes communautés, constatation que corrobore un sondage qu’il commande à ICM en octobre à la suite de l’« affaire du foulard » britannique, lorsque le ministre Jack Straw déclare, début octobre 2006, que le niqab constitue « une déclaration visible de séparation et de différence ». Aussitôt la presse se divise : le Guardian accuse le ministre24 d’insensibilité en cette période de ramadan, sa remarque ostracisant et irritant une fois de plus les musulmans à propos d’une pratique minoritaire, réveillant la hargne des extrémistes du British National Party et des jihadistes, exposant les femmes voilées à la violence d’intolérants. On soupçonne le ministre de vouloir introduire une législation à la française, interdisant les signes religieux ostentatoires dans la sphère publique, législation qui aurait prouvé son inefficacité à promouvoir l’intégration des musulmans. De leur côté, le Daily Telegraph et le Times félicitent Jack Straw pour sa franchise, rabrouent l’Islamic Rights Commission et le Muslim Council of Britain pour avoir pris à partie le ministre au lieu de se prononcer clairement sur des problèmes autrement plus importants comme les mariages arrangés et publient les lettres de musulmanes approbatrices.

  • 25 Et au-delà bien sûr. Signalons les contributions, toujours dans le Guardian, de Ramadan T., le 4 j (...)

15La controverse rebondit quelques jours plus tard quand une municipalité renvoie une auxiliaire d’éducation portant le voile devant les élèves. Le Guardian, lui, appuie ceux qui avancent que la majorité des musulmans britanniques sont des modérés qui souffrent, d’une part de l’amalgame médiatique avec les extrémistes et, d’autre part, de pauvreté, de marginalisation dans les quartiers déshérités des inner cities. En particulier, si les journaux conservateurs reprennent volontiers les craintes des responsables religieux musulmans envers la radicalisation de leurs jeunes, qui obtiennent par ailleurs des résultats décevants à l’école et qui l’abandonnent plus rapidement, une des causes de leur surreprésentation dans les statistiques du chômage, le Guardian cite une étude officielle qui révèle que le racisme est bien plus répandu chez les jeunes blancs et n’hésite pas à pointer la guerre en Irak et la condition faite aux Palestiniens comme facteur autrement important de la radicalisation des jeunes générations. Bref, le débat sur l’intégration des individus ou communautés à la société et sur l’intégration de la société dans son ensemble se poursuit sur toute l’année25. Le 8 décembre 2006, Tony Blair annonce son plan en six points sur la « cohésion sociale », qui met officiellement fin à la politique de ses prédécesseurs.

  • 26 Cependant certains journaux donnaient les adresses des sites web où elles étaient visibles.

16Les caricatures de Mohammad, même si elles n’ont pas été présentées aux lecteurs26, ont été l’occasion d’une profonde remise en cause de la société britannique. Certes, affleure toujours un certain sens de supériorité envers les Continentaux concernant l’exercice de la liberté et la tolérance et un tropisme anglo-saxon pour les expériences multiculturelles australiennes, canadiennes ou américaines. On peut aussi percevoir une crainte envers la désagrégation du Royaume-Uni dont l’identité serait menacée de l’extérieur par son alliance américaine, l’appartenance toujours problématique à l’Europe, et, à l’intérieur, par la quasi-indépendance octroyée depuis dix ans à l’Écosse et au pays de Galles ainsi, bien sûr, qu’aux revendications des minorités ethniques, au premier rang desquelles, les musulmans. Dans le but de promouvoir l’unité nationale, Gordon Brown, Premier ministre, avait accepté la proposition de l’ancien ministre de l’éducation conservateur, Lord Baker, de construire un musée promouvant la Britishness et l’histoire britannique. David Cameron et Nick Clegg avait également exprimé leur soutien au projet. Il sera intéressant de voir comment y seront reconnus les musulmans et cet épisode particulier de l’histoire contemporaine de son pays.

Notes

1 Pour une chronologie commentée des faits, on se reportera à Favret-Saada J., Comment produire une crise mondiale avec douze petits dessins, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007, 168 p. et Boespflug Fr., Caricaturer Dieu ? Pouvoirs et dangers de l’image, Paris, Bayard 2006, p. 11-18.

2 Pour certaines positions de ces derniers, cf. Kunelius R. et al., Reading the Mohammed Cartoons Controversy : An International Analysis of Press Discourses on Free Speech and Political Spin, Bochum, projektverlag, 2007, p. 70-72. Pour les réactions des journaux s’adressant aux Indo-Pakistanais, voir p. 71-72

3 La diversité reste cependant encadrée par la couleur politique du journal, cf. Kunelius R. et al. ; op. cit., p. 77.

4 Identifiés et lus grâce à la base de presse française et étrangère Factiva. Je remercie Madame Travier, directrice du SCD de l’université du Maine, de m’en avoir facilité l’accès.

5 Un sondage d’opinion du 07/02/2006 établit que 67 % des personnes interrogés approuvent la non publication contre 27 %.

6 Vite censuré. Apparues brièvement sur le site du Spectator Magazine, les caricatures restent plus durablement sur le site du British National Party.

7 Wieviorka M., Une société fragmentée ? Le multiculturalisme en débat, Paris, La Découverte & Syros, 1996, p. 74.

8 Fondé en 1997, il se veut fédérateur de nombreuses associations musulmanes ; de fait, il est considéré comme interlocuteur privilégié par les hommes politiques et les médias.

9 « Mister Bean », mais aussi imitateur de pasteurs ridicules.

10 Kunelius R. et. al., op. cit., p. 65.

11 Argument déjà utilisé en 1989 envers Les Versets sataniques de Salman Rushdie.

12 Il est fait très souvent allusion aux dessins antisémites de Der Stürmer, revue nazie (1923-1945).

13 Lawson D., « Hysteria, hypocrisy and half truths », The Independent, 7 février 2006 ; Fletscher K., « When freedom gives in to fear », The Guardian (media pages), 6 février 2006.

14 70 % des 1,6 millions de musulmans britanniques ont pour origine ces deux nationalités.

15 Le Sun avait mis plus de six mois à retrouver le niveau de ses ventes à Liverpool après avoir injustement accusé ses habitants de hooliganisme lors du drame de Hillsborough.

16 Ils reproduisent les caricatures forgées par les imams danois, ils appellent au boycott des produits scandinaves ; par ailleurs les sites web danois sont attaqués.

17 Voir sur ce sujet Boespflug Fr., op. cit., p. 61-62.

18 Buchan J, « Freedoms in the balance », The Guardian, 6 février 2006.

19 La première, journaliste bangladaise et la seconde, femme politique somalo-hollandaise, par leurs essais et déclarations en faveur des droits de l’homme, et de la femme, particulièrement musulmane, se sont attirées les menaces de mort des fondamentalistes.

20 Pour un exposé complet cf. Millat G. (dir.), « Le défi multiculturel en Grande-Bretagne », Revue française de civilisation britannique, Crecib, vol. XIV, no 3, automne 2007.

21 1980-1985 et 2001, où, pour la première fois, des jeunes sud-Asiatiques musulmans étaient impliqués dans la violence.

22 Ces attentats dans les transports en commun tuèrent 56 personnes et en blessèrent 100.

23 Établie en 1976, elle sera à l’avant-garde de la lutte contre le racisme et la discrimination jusqu’à sa transformation, en octobre 2007, en Commission for Equality and Human Rights, à l’intitulé révélateur de la nouvelle politique intégrationniste.

24 Et Salman Rushdie qui, à la radio, a déclaré « le voile, c’est nul ! » (« The veil sucks ! »).

25 Et au-delà bien sûr. Signalons les contributions, toujours dans le Guardian, de Ramadan T., le 4 juin 2007 et Modood T. le 23 mai 2007. Le premier est à l’époque président du cercle de réflexion European Moslem Network ; le second vient alors de publier Multiculturalism : A Civic Idea.

26 Cependant certains journaux donnaient les adresses des sites web où elles étaient visibles.

Auteur

Professeur émérite de civilisation britannique à l’université du Maine, membre de l’E.A. 3 LAM, Richard Tholoniat a travaillé sur les rapports franco-britanniques.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search