Version classiqueVersion mobile

La caricature au risque des autorités politiques et religieuses

 | 
Dominique Avon

Seconde partie. L'« affaire des caricatures de Mahomet » sous différents climats

Loin des caricatures. Les échos de l’« Affaire » en Algérie

Augustin Jomier

Texte intégral

1À gauche, une foule d’hommes en colère manifeste. Hurlant, les poings levés, ils viennent d’incendier une ambassade dont la fumée forme l’arrière-plan de la scène. À droite, un dessinateur du Jyllands-Posten, le torse barré d’une croix, est assis devant une feuille blanche. Pointant du doigt l’autre tableau, il s’écrit dans une grimace : « La voilà ma treizième caricature ! » Paru dans le quotidien El Watan le 9 février 2006, ce diptyque satirique de Maz illustrait l’article « Le tour du monde en… caricatures ». S’il semble à première vue condamner la réaction violente de la « rue arabe » face aux caricatures du prophète de l’islam, Maz renvoie en réalité dos-à-dos cette révolte des populations musulmanes et l’attitude provocatrice des médias européens, deux positions aussi extrémistes à ses yeux et qui s’entretiennent l’une l’autre. La réaction des pays « arabo-musulmans » est ici présentée comme violente, mais par son geste de caricaturiste, Maz esquisse une autre posture possible face aux caricatures : un double regard critique sur cette affaire.

2Fondée sur la parution le 30 septembre 2005 de douze caricatures autour du thème de Mohammad dans un article du quotidien Jyllands-Posten, une crise internationale éclate fin janvier 2006, qui atteint son paroxysme au mois de février et est très vite nommée l’« Affaire des caricatures ». Circonscrite, en Algérie comme ailleurs, pour l’essentiel à ce mois de février, cette crise se manifeste par une prise de position et un engagement d’hommes politiques et d’intellectuels de tous pays et de tous bords, un traitement médiatique massif et, enfin, par une irruption de violence, verbale et physique. Œuvre d’un Algérien, ce dessin introduit aux débats contemporains en Algérie de l’affaire des caricatures, débats aussi bien nourris par cette crise internationale que par des enjeux de politique intérieure. Aussi ce chapitre a-t-il pour objet, en recueillant et en étudiant les échos en Algérie, de s’éloigner des stéréotypes et des visions caricaturales d’une affaire très rapidement classée dans les relations internationales et d’en envisager les ressorts locaux.

  • 1 Sur ce point, se rapporter aux essais de Brahimi Br., Le pouvoir, la presse et les droits de l’hom (...)
  • 2 Cf. Kadi A., « La caricature respecte certains tabous dans les pays arabes. En Algérie une certain (...)

3Étudier l’affaire des caricatures en s’en tenant à un seul pays donne l’occasion d’isoler les spécificités qui lui sont propres, de sonder les débats et les enjeux internes afin de comprendre comment il s’est situé par rapport à cette affaire et à ses acteurs. Parmi les pays arabes et parmi ses voisins du Maghreb, l’Algérie présente en effet un certain nombre de particularités. Elle a connu dès avril 1990 le pluralisme médiatique, avec une presse indépendante et une relative liberté d’expression, même si le pouvoir conserve un certain nombre de moyens de pressions1. En ce qui concerne les caricatures, les dessinateurs de presse y ont une assez grande latitude pour traiter de sujets religieux, sans toucher à la personne du prophète de l’islam. C’est la condamnation par l’humour de la guérilla islamiste dans les années 1990, dérision encouragée par le pouvoir, qui a permis à cette liberté de ton de s’affirmer, plus que nulle part ailleurs dans le monde arabo-musulman2. Vis-à-vis du champ religieux comme du politique, l’Algérie connaît donc une presse relativement libre.

  • 3 « Condamnation de la FIJ », El Watan, 12 février 2006, article non signé.

4La crise de février 2006 est aussi intervenue dans un contexte immédiat bien spécifique. Au plan intérieur, le gouvernement tente alors de sortir des violences de la décennie 1990 en légiférant et négociant une amnistie avec les rebelles. Après l’organisation, le 25 septembre 2005, d’un référendum sur la Charte pour la Paix et la Réconciliation nationale, son ordonnance d’application est promulguée le 28 février 2006 et plus de 2 000 prisonniers « islamistes » libérés à la fin mars. L’affaire des caricatures éclate entre ces deux dates, période de négociation entre les insurgés et les différents clans du pouvoir. L’affaire se déroule enfin sur un fond de crise des relations entre la presse et les pouvoirs publics. Certains journalistes dénoncent alors un rétrécissement de la liberté d’expression : en février 2006, deux journalistes algériens sont en prison. Bachir Larabi, correspondant d’El Khabar et Mohamed Benchicou, directeur du journal Le Matin, respectivement depuis le 21 janvier 2006 et le 14 juin 20043. L’affaire des caricatures a donc éclaté dans un moment clé de la vie politique algérienne, ce qui renforce la pertinence d’une analyse locale.

  • 4 Je remercie ici chaleureusement Mohamed Nassim pour son aide dans les traductions.

5Cette étude est fondée pour l’essentiel sur des sources journalistiques, seul matériel aisément accessible. La relative liberté de la presse en Algérie fait d’elle un bon lieu pour recueillir l’écho des événements, mais aussi un espace de débats et de commentaire de l’actualité, particulièrement mis à profit par les intellectuels à l’occasion de cette affaire. À travers cette source, trois niveaux d’une « réaction algérienne » sont appréhendables. Les réactions officielles y sont annoncées. Par ailleurs, l’opinion des journalistes transparaît, ce qui permet de discerner l’opinion des grands quotidiens. Enfin, il est aussi possible d’accéder aux réactions dites populaires, celles de la majorité anonyme des Algériens, pour autant que la presse les rapporte. L’Algérie, notamment ses élites, est très marquée par les transferts culturels effectués durant et après la période coloniale ; la presse et les débats politiques sont bilingues. Les éditions du premier trimestre 2006 de trois journaux ont été dépouillées de façon systématique : d’une part, les principaux quotidiens francophones, El Watan et Liberté ; d’autre part, le grand quotidien arabophone El Khabar4. D’autres journaux sont aussi convoqués de façon ponctuelle, comme El Moudjahid, journal public, ancien « organe du Front de libération nationale », voie privilégiée de diffusion des points de vue officiels.

6À la lecture de la presse, la condamnation de la publication de caricatures du prophète de l’islam paraît faire l’unanimité en Algérie. Cette crise internationale est vécue par les Algériens comme un moment, valorisé par certains, de cohésion et de solidarité avec l’ensemble des musulmans. La faiblesse apparente de la réaction populaire et la vigueur des débats initiés dans la presse sur la suite à donner à l’affaire, notamment autour du boycott des produits danois, donnent une image contrastée des libertés publiques en Algérie.

Une condamnation unanime

7En Algérie, les caricatures du Jyllands-Posten deviennent une « affaire » le 30 janvier 2006, lorsque les médias annoncent que l’organisation de la Conférence islamique et la Ligue des États arabes envisagent de porter devant l’ONU un projet de résolution interdisant les atteintes aux religions. L’affaire des caricatures prend, dès lors, l’envergure d’un événement majeur de la politique internationale d’abord avec leur condamnation par le ministère des Affaires étrangères, puis de la politique intérieure avec la multiplication de déclarations destinées aux Algériens. Durant un mois, la question occupe une place centrale dans l’actualité et force est de constater l’unanimité des condamnations dont elle fait l’objet.

Un événement majeur traité comme une affaire diplomatique

8Si les médias reflètent probablement une forte émotion populaire, la réaction algérienne à l’Affaire est d’abord celle de l’État. Comme un grand nombre d’États, l’Algérie s’est en effet prononcé dans cette crise, la considérant d’abord comme une question de relations internationales. La première réponse officielle est donc passée par la voie diplomatique – le ministère des Affaires étrangères. Le 31 janvier 2006, cette instance rend public une déclaration sur la question. Son texte intégral est diffusé par El Moudjahid. La réponse du ministère joue simultanément sur deux tonalités, l’une diplomatique et l’autre religieuse. D’une part, dans un langage diplomatique classique, le ministère rappelle les « réactions fermes de l’Algérie à l’adresse des autorités gouvernementales concernées par les canaux bilatéraux depuis le mois d’octobre dernier ». Il invoque notamment le devoir de « préservation de la conscience collective » et appelle le Danemark et la Norvège, qui « se réclament des standards dont la communauté internationale s’est dotée pour l’élimination de toutes les formes et manifestations de racisme, ainsi que pour la promotion de la tolérance et du respect entre les peuples [à ne pas] se dérober [à leurs] responsabilités [et] à prendre toutes les mesures appropriées pour mettre un terme aux pratiques répréhensibles ». Ce ton est bien celui des relations internationales, à la fois dans son style réservé et dans les procédures classiques qui y sont rappelées.

9Cependant la politique du ministère des Affaires étrangères est aussi guidée par des considérations religieuses et il ne distingue pas ces deux champs. Les gouvernements ont, aux yeux du ministre, une « obligation de protection du caractère saint et inviolable des symboles des religions monothéistes révélées ». Mêlée au langage très standard de la diplomatie, cette dernière expression, qui procède incontestablement d’un discours confessant, d’une pensée religieuse, signifie que la politique étrangère peut, et en l’occurrence doit, être faite au nom de principes religieux. L’affaire des caricatures est donc l’occasion, pour le chef de la diplomatie algérienne, d’accorder une place spécifique aux convictions religieuses dans la politique internationale.

À l’adresse des Algériens, la réaction des dignitaires religieux

  • 5 Selon la Constitution du 26 novembre 1996 et les Constitutions antérieures.
  • 6 Abdelkamel K., « Le prêche du vendredi en Algérie consacré au sujet des caricatures », Liberté, 4 (...)

10L’« affaire » prenant de l’ampleur et son écho à l’intérieur du pays allant croissant, le pouvoir algérien adresse dès le 3 février une réponse ad intra, par la voix des institutions religieuses. L’islam est la religion de l’État5 et les imams sont des fonctionnaires rétribués par le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, leurs prêches peuvent légitimement être considérés comme une réponse publique. Parmi ces prêches du vendredi 3 février, le plus contrôlé est celui que diffuse l’ENTV, Entreprise Nationale de Télévision Algérienne, chaîne unique. Liberté présente ce prêche en deux grandes lignes6 : ces caricatures sont condamnées sans appel comme « provocatrices, insultantes et inacceptables » ; l’ignorance de l’islam et des qualités de son prophète expliquent ces dessins et leur publication. Le journaliste de conclure : « Après la ferme condamnation de ces caricatures par le ministère des Affaires étrangères jeudi dernier, l’Algérie s’est prononcée une deuxième fois sur la question à travers les prêches du vendredi. » Le caricaturiste Dilem, très célèbre en Algérie, publie, le 4 février dans Liberté, un dessin intitulé « Les dessinateurs danois ont compris la leçon ». Il y met en scène un caricaturiste danois apeuré et qui parle au nom de tous ses confrères danois : « À l’avenir on ne fera que des caricatures HALAL [sic]. » L’expression d’effroi condamne implicitement la violence des réactions suscitées par l’affaire. L’improbabilité de la scène et le caractère saugrenu de l’emploi du terme « halal » – qui définit ce qui est licite dans l’islam – pour une caricature soulignent le problème herméneutique de déclarations religieuses qui fondent leurs protestations sur des articles de foi et sont, par là même, difficilement recevables pour des non musulmans.

Fig. 1 – Caricature d’Ali Dilem, parue dans Liberté le 4 février 2006.

  • 7 Institution consultative dont les quinze membres sont nommés par le président de la République. Cf (...)
  • 8 Amir N., « Cheikh Bouamrane : “une agression injustifiée” », El Watan, 7 février 2006.

11Un deuxième discours officiel de dignitaire religieux est prononcé le 7 février, développant un autre type d’apologétique. Par la voix de son président, le cheikh Bouamrane, le Haut Conseil islamique7, condamne ce qu’il considère comme une assimilation de l’islam au terrorisme et déclare comprendre « la réaction des peuples qui ont manifesté leur colère ». Dans son argumentaire, il cherche à démontrer que le caractère universel de l’islam lui confère le droit à un respect qui serait garanti par les institutions internationales. M. Bouamrane fonde cet universalisme sur trois faits : l’importance démographique et la dispersion géographique de l’islam ; son « respect total envers les autres religions » ; enfin, sur la personne de son prophète, « qui a consolidé les valeurs de la fraternité humaine et mis en avant les libertés et la dignité de l’être humain8 ». Cet effort pour démontrer le caractère universel des valeurs de l’islam est mis en valeur dans d’autres réactions à cette affaire. Un article de Ghania Khelifi, paru le 4 février dans Liberté, évoque ainsi une « identité » musulmane qui dicterait « de ne jamais porter atteinte aux principes des grandes religions monothéistes et de respecter tous les prophètes envoyés par Dieu ». Il est intéressant de noter que ces deux réactions ne dénoncent pas tant un blasphème qu’une attaque envers une religion qui, par ses qualités et son importance démographique, mérite à leurs yeux de figurer parmi les « universels » intouchables que défend l’Europe.

  • 9 Mourad A., « Rassemblement de personnalités culturelles et religieuses à Alger », El Moudjahid, 15 (...)
  • 10 Senoussi A. et Riad S., « Un vendredi de colère et de manifestations », El Khabar, samedi 4 févrie (...)
  • 11 Hammadi S., « Ghlamallah et Mustapha Chérif recommandent des réactions réfléchies », Liberté, 15 f (...)

12Cet effort d’apologétique n’est cependant pas repris par tous les dignitaires religieux. Une troisième intervention importante d’un responsable religieux est celle du ministre des Affaires religieuses, Bouabdellah Ghlamallah, le 14 février au Centre culturel islamique d’Alger. Il y condamne avec beaucoup de virulence une « atteinte aux convictions et aux symboles religieux des peuples et des nations du monde9 ». Son discours ressemble en beaucoup de points aux prêches tenus le 3 février dans les mosquées, tels qu’un article d’El Khabar les rapporte. Là aussi, deux idées centrales sont développées : face à ce qu’ils interprètent comme « une vague de haine envers les saints des musulmans10 », les gouvernements et les « croyants » sont appelés à « défendre, par une stricte pratique, les valeurs et principes de la dernière religion révélée11 ». Les caricatures suscitent donc des réflexions très différentes entre le ministre et le président du HCI. À l’évidence, leurs perspectives ne sont pas les mêmes. Sans doute, le raisonnement du cheikh Bouamrane s’adresse-t-il plus à la scène internationale et celui du ministre directement aux Algériens.

13L’État a choisi manifestement de laisser les responsables religieux adresser au peuple algérien sa réponse à l’affaire des caricatures. Celle-ci a été l’occasion de développer un enseignement, une véritable apologétique, très différente selon qu’elle était adressée aux « croyants » algériens ou aux médias et interlocuteurs européens. En témoigne aussi la prise de positions d’imams et de chefs de zaouïas, annoncée par El Khabar le 5 février. Ces enseignements et ces déclarations de religieux semblent avoir atteint leur objectif : aucune voix, en Algérie, n’a contredit la condamnation des caricatures.

Une condamnation entérinée par la presse

14La chronique « Monsieur, dessine-moi un prophète » qui paraît le 30 janvier dans El Watan n’est que la première d’une longue série d’articles : sur l’ensemble du mois de février, le journal a consacré soixante articles à la question. L’autre grand quotidien francophone, Liberté, dont les livraisons sont plus minces, couvre l’événement par une quarantaine d’articles et El Khabar, quotidien arabophone, soixante-dix. Le pic est atteint la semaine du 4 au 10 février, durant laquelle les caricatures constituent l’essentiel de l’actualité : vingt articles dans Liberté, trente-cinq dans El Watan. Pour El Khabar, le seul numéro du 4 février y consacre seize articles. Il est fait écho à l’événement dans des rubriques variées, aussi bien les éditoriaux et chroniques que dans les pages internationales ou nationales. Le traitement de la question est donc multiple et la surface occupée par cet événement dans la presse est capitale durant tout le mois de février, période relativement longue, avant que l’affaire ne disparaisse brutalement en mars.

  • 12 Hammouche M., « Qui défend quoi ? », Liberté, 6 février 2006.
  • 13 Belhouchet O., « Fracture ? », El Watan, 4 février 2006.
  • 14 Abdelkamel K., « Caricatures du prophète (QSSSL), la colère des musulmans », Liberté, 31 janvier 2 (...)
  • 15 Yacine R., « La treizième caricature », El Watan, 9 février 2006.

15Si les articles consacrés à la question sont très nombreux et si les éditoriaux et les chroniques discutent les modalités de la contestation, aucun ne remet en cause le bien fondé de la condamnation des caricatures. Mustapha Hammouche et Omar Belhouchet, deux chroniqueurs pourtant particulièrement critiques envers la violence des réactions dans le monde arabe concèdent ainsi que « l’ire des musulmans est justifiée. […] Qui oserait protester contre des actes de vindicte à l’encontre de l’auteur d’une injure faite à la religion12 ? » En effet, à leurs yeux, « comparer l’islam au terrorisme est choquant, y compris pour les musulmans les plus tolérants13 ». Quant aux articles d’information, c’est-à-dire la grande majorité des papiers, les journalistes ne se contentent pas d’y rapporter la condamnation : ils l’entérinent dans leurs discours, celle-ci devenant un postulat. Parfois même, ils émettent à leur tour une condamnation, par l’emploi du discours direct. Dès le premier grand article consacré à l’affaire, le journaliste de Liberté emploie de la sorte des expressions telles que « dessins blasphématoires », « caricatures blasphématoires », « atteinte aux symboles de la religion musulmane14 ». Ces qualificatifs sont repris ensuite et deviennent une évidence, une façon reçue de traiter du sujet. Et Rémi Yacine, journaliste d’El Watan, d’écrire « que les caricatures montrant le Prophète avec une bombe en guise de turban ou avec un poignard soient offensantes, blessantes, humiliantes et volontairement provocatrices, on ne peut qu’en convenir15 ». À aucun moment le caractère blasphématoire et condamnable des dessins danois n’est discuté. Qu’il s’agisse d’un quotidien francophone ou d’El Khabar, le même procédé est à l’œuvre : la condamnation se trouve au fondement même des articles d’information.

16La vigueur, le nombre de déclarations officielles et la place très grande accordée par la presse au traitement de la question montrent bien que l’affaire des caricatures a non seulement été une affaire internationale, mais aussi une affaire algérienne. L’impact de ces nombreuses informations a été certainement massif et il constitue aussi l’indice très probable d’une forte demande d’information des lecteurs et de leur assentiment à leur contenu.

« Une occasion pour unir les rangs des musulmans16 » et des Algériens ?

  • 16 Déclaration d’Abdallah Djaballah, citée dans l’article « M. Djaballah préside un meeting à Annaba  (...)
  • 17 Amari Ch., « Monsieur, dessine-moi un prophète », El Watan, 31 janvier 2006.
  • 18 Khelifi Gh., « Vulgarité », Liberté, 4 février 2006.

17Si la condamnation des caricatures danoises est massive et unanime, un autre élément frappe dans les protestations algériennes : l’affaire des caricatures est l’occasion d’exprimer la solidarité de l’Algérie avec l’ensemble des pays musulmans. Tout un ensemble de représentations est mobilisé qui conduit à une vision du monde dans laquelle s’opposeraient, d’une part la communauté des « croyants » musulmans, l’Oumma, d’autre part un ensemble occidental. Parmi ces représentations, la théorie du « choc des civilisations » tient une place particulièrement importante. Elle constitue un véritable poncif, une source commune à partir de laquelle des représentations diverses et des opinions divergentes sont élaborées. Hommes politiques, journalistes, imams, tous s’accordent pour dire que « le choc des civilisations est une collision majeure, violent affrontement qui s’organise autour d’une indicible ligne de partage [et qu’il peut] prendre la forme d’un dessin comme au Danemark17 ». Pour la plupart, « ce scandale des caricatures confirme malheureusement que l’on est encore loin du dialogue serein des civilisations et de la cohabitation, dans le respect mutuel de l’Orient et de l’Occident18 ».

  • 19 Bedjaoui A., « Samuel Huntington, théoricien de l’hégémonisme politico-militaire américain », El W (...)

18Ces réflexions opposant deux civilisations hétérogènes sont reprises sur un mode critique, dans un article portant justement sur Samuel Huntington. Le journaliste s’y interroge : « De médiocres et méprisables caricatures publiées, il y a plus de quatre mois dans un obscur journal danois, sont-elles en train de donner corps à la prophétie du choc des civilisations ? » Il essaie de montrer comment cet affrontement a pu devenir réalité. Selon le journaliste, cette « prophétie » se serait installée dans les consciences sous l’effet de la politique de l’administration Bush et finirait par se réaliser à l’occasion de l’affaire des caricatures. Si le journaliste déplore ce fait, il n’en prend pas moins pour postulat cette vision d’un monde composé de civilisations étanches. Sa conclusion en témoigne : « L’ampleur de la réaction et sa démesure ne peuvent que réjouir ceux qui voulaient à tout prix opposer Islam et Occident19. » Fondées sur ce postulat de deux civilisations étrangères l’une à l’autre, ces représentations connaissent toutefois des variantes, notamment en fonction des visions politiques sous-jacentes. La lecture des débats permet de brosser l’image de ce monde composé de deux ensembles qui s’affronteraient.

Des croyants « blessés dans leur foi et agressés dans leur identité de musulmans20 »

  • 20 Khelifi Gh., « Vulgarité », Liberté, art. cit.

19Dans les réactions officielles, le pays est à l’évidence pensé comme une partie d’un ensemble musulman. La déclaration du ministère des Affaires étrangères condamne des « pratiques sectaires à grande échelle contre toute une civilisation », déclarant que « l’Algérie partage pleinement cette indignation avec les pays membres de la Ligue des États arabes et de l’Organisation de la conférence islamique, dont la position exprime les sentiments profonds de toute l’Oumma islamique ». Par-delà l’appartenance institutionnelle et la participation commune à des instances internationales, l’Algérie met, par une telle déclaration, en exergue les notions de « civilisation » et d’« Oumma islamique » et se réfère à l’histoire, à la culture et à la foi communes qui les définiraient.

  • 21 Abdelkamel K., « Le prêche du vendredi en Algérie consacré au sujet des caricatures », Liberté, 4 (...)
  • 22 Prédicateur égyptien de renommée mondiale sur la chaîne qatarie Al Jazeera, président du Conseil e (...)
  • 23 Senoussi A. et Riad S., « Un vendredi de colère et de manifestations », El Khabar, art. cit.
  • 24 Khelifi Gh., « Vulgarité », Liberté, 4 février 2006, art. cit.
  • 25 « M. Djaballah préside un meeting à Annaba », El Moudjahid, 10-11 février 2006, article non signé.

20Les prêches rapportés dans la presse participent de la même rhétorique et l’exacerbent : ils déclarent ces caricatures inacceptables « pour l’ensemble des musulmans21 ». Cette dimension internationale et communautaire de la réponse est valorisée dans El Khabar le 4 février. Le journal présente la mobilisation du vendredi 3 février comme une réponse des Algériens au cheikh Youssef el Qardhawi22 qui a lancé un « appel à tous les musulmans à travers le monde à se mobiliser pour des manifestations dans leurs pays respectifs23 ». Les divers articles brossent alors un véritable tour du « monde musulman », plaçant la réaction algérienne parmi une multitude d’autres. « Blessés dans leur foi et agressés dans leur identité de musulmans24 », les Algériens rejoignent l’ensemble des « croyants », ce qui confère une grande vigueur aux discours communautaires et internationaux de protestation. L’appel et la volonté de cohésion qu’il manifeste trouvent incontestablement un écho dans certains milieux algériens, partisans d’un islam politique, comme en témoigne une déclaration d’Abdallah Djaballah, le président du Mouvement national de la réforme, un des partis de l’Alliance présidentielle. Dans un meeting tenu le 9 février à Annaba, il adresse un appel au-delà des frontières algériennes, aux « présidents arabes et musulmans ». Cette double appartenance religieuse et nationale doit, selon lui, guider la politique étrangère de ces États. Et M. Djaballah de déclarer : « Pourquoi ne pas faire de cette agression une occasion pour unir les rangs des musulmans25 ? » Par son appel au sentiment national arabe, ce discours est, à peu près, unique. L’affaire des caricatures semble avoir été en Algérie un épisode mobilisateur pour les idées panislamiques, bien plus que pour le panarabisme.

  • 26 Le cheikh Abderrahmane Chibane est président de l’Association des Oulémas Musulmans Algériens.
  • 27 El Khabar, 4 février 2006.
  • 28 Moali H., El Watan, 9 février 2006.
  • 29 Meziani A., El Watan, 8 février 2006.

21La vision d’un monde musulman cohérent et solidaire n’est pas le seul fait des politiques. Elle se lit aussi dans la façon dont les journalistes traitent de l’événement. Non seulement les journaux se font l’écho, relativement solidaire, de la colère des autres pays musulmans, mais les journalistes assimilent le supposé blasphème de quelques dessinateurs à une agression menée par une civilisation contre l’ensemble des « croyants » musulmans. Il n’est que de lire les titres d’El Khabar, le 4 février pour s’en convaincre : « Les médias étrangers poussent à bout les musulmans », « La haine des croisés existe toujours chez les occidentaux », « Le cheikh Chibane appelle à une forte riposte face à l’attaque féroce contre l’islam26 », « Hosni Moubarak met en garde face à la vague d’atteinte à l’islam27 ». Des termes comme « haine » ou « attaque féroce » en disent long sur l’impression d’agression que ressent et transmet le grand quotidien arabophone à ses lecteurs. Dans les titres des quotidiens francophones se retrouvent des formulations très proches, mais sur un mode plus interrogatif, telles que « Concours de dessin sur l’holocauste, l’Occident s’en va-t-en-guerre28 », ou encore « Caricatures sur le prophète, l’ingratitude des Vikings29 ». Le tableau brossé des musulmans unis et solidaire dans l’Oumma est donc aussi partagé, aux deux sens du terme, par la presse.

Fig. 2 – Caricature d’Ali Dilem, parue dans Liberté le 2 février 2006.

22Les déclarations publiques et la presse autorisent à penser que les Algériens se mobilisent, à des degrés plus ou moins accentués, en tant que membres d’une civilisation et d’un ensemble religieux cohérents et solidaires. Fondée sur le partage d’une foi et pour certains également d’une langue commune, cette solidarité se traduit politiquement. La caricature publiée par Ali Dilem, le 2 février 2006, présente un rédacteur en chef et le caricaturiste du journal. À ce dernier qui lui déclare « Chef, j’ai fait la caricature d’Ahmadinejad », le « rédac’chef » répond, apeuré, « désolé, on ne prend aucun risque ». Dilem reprend cette vision d’une Oumma solidaire et la mène si loin qu’elle en est rendue dérisoire : aucun symbole religieux n’est ici en jeu, mais, face à la cohésion supposée des musulmans et à la vigueur de leur riposte, la presse n’oserait plus s’en prendre à aucune figure importante d’un pays musulman.

23L’affaire des caricatures est l’occasion de déployer une certaine vision des musulmans et d’affirmer, au moins par des discours, leur unité. Ces représentations semblent avoir un réel impact et ce d’autant plus que dans ces mêmes discours l’« agresseur » est bien identifié.

Portraits de l’« Occident » en agresseur

  • 30 « L’Occident doit étudier l’Islam pour bien le comprendre », El Moudjahid, 17-18 février 2006, art (...)
  • 31 « M. Djaballah préside un meeting à Annaba », El Moudjahid, 10-11 février 2006, article non signé.

24Cette vision unitaire des croyants musulmans est rendue possible par l’existence, dans ces mêmes discours, d’une entité pensée concurrente et aussi cohérente : les « occidentaux ». Le cheikh Bouamrane, président du Haut Conseil islamique, les met ainsi en regard, stigmatisant l’Occident ignorant de l’Islam : « L’Occident doit étudier l’Islam et le Civilisation islamique pour bien comprendre cette religion30. » Tout comme l’Oumma islamique, ceux d’en face sont dépeints comme un bloc, l’Occident, les occidentaux. Parfois même, il est question de « système occidental », comme dans un discours d’Abdallah Djaballah, président du MNR (Mouvement de renouveau national), qui le condamne31. Ce système, cet Occident au singulier, est caractérisé par un ensemble de valeurs et une attitude politique et tient lieu de repoussoir dans la mesure où il est défini de façon négative, avec là aussi une gradation dans la dénonciation.

  • 32 Pluriel de cheikh.
  • 33 Senoussi A., « Des chouyoukh de zaouïas se constituent partie civile pour le jugement du journal d (...)
  • 34 Amari Ch., « Monsieur, dessine-moi un prophète », El Watan, 31 janvier 2006.
  • 35 Chih A., « Meeting du MSP à la salle Harcha : Soltani et Belkhadem dénoncent les caricatures blasp (...)
  • 36 Belhouchet O., « Fracture ? », El Watan, 4 février 2006.
  • 37 Hammouche M., « Affaire de presse ou conflit de civilisations ? », Liberté, 2 février 2006.

25Certains placent la religion au fondement de la représentation de l’Occident, ce qui en fait le double inversé de l’Oumma. Les imams et chouyoukh32 de nombreuses zaouïas, dans un texte particulièrement virulent, se disent déterminés à « faire des religions et des choses sacrées des traits rouges entre les nations et les pays33 ». L’Occident est défini comme « judéo-chrétien34 » par certains, mais, de façon générale, le facteur religieux ne tient pas la même place que dans les représentations de l’Oumma. L’Occident est davantage figuré par des valeurs et une attitude politique qui, aux yeux de certains, font de lui un repoussoir. La valeur fondamentale de cet Occident est la liberté, comme le montrent ces propos d’Abdelaziz Belkhadem invitant, lors d’un rassemblement politique, les « gardiens du temple de la liberté et de la démocratie – comprendre les Occidentaux – à balayer devant leur porte35 ». Omar Belhouchet, journaliste d’El Watan, écrit ailleurs de la liberté d’expression qu’elle est « une liberté essentielle, qui fonde la vie publique en Europe36 ». Aux yeux de Mustapha Hammouche, la « solidarité européenne » est renforcée par « La charge des autorités religieuses et politiques en pays d’islam ». Il expose cette solidarité comme « fondée sur l’engagement partagé pour les libertés ». Selon lui, « elle se manifeste même quand il s’agit de défendre la transgression d’un des leurs. Il y a quelque chose comme un impératif de défense des libertés du “monde libre”37 ».

  • 38 Khelifi Gh., « Vulgarité », Liberté, art. cit.
  • 39 Chih A., « Meeting du MSP à la salle Harcha… », Liberté, art. cit.

26Dans l’ensemble, les intervenants s’accordent pour faire de la liberté et de la démocratie le fondement de l’Occident mais, suivant leurs options politiques, ils les dénigrent et les jugent plus ou moins déviées. Par exemple, une éditorialiste de Liberté proteste, sans remettre en cause la démocratie à l’occidentale, contre ce qu’elle nomme « une conception hiérarchisée des libertés » dans laquelle la liberté d’expression primerait sur la liberté de culte38. Au contraire, durant le meeting dans lequel est intervenu M. Belkhadem, Boudjerra Soltani, président du Mouvement de la Société pour la Paix (MSP) s’en est pris violemment à la liberté des occidentaux, fausse selon lui, et s’est dit partisan « des libertés responsables et non de la démocratie débridée39 ».

  • 40 Hammadi S., « Ghamallah et Mustapha Chérif recommandent des réactions réfléchies », Liberté, 15 fé (...)
  • 41 S. H., « La haine des croisés existe toujours chez les Occidentaux », El Khabar, 4 février 2006.
  • 42 Amir N., « Les caricatures du Prophète continuent de susciter de vives réactions », El Watan, 6 fé (...)
  • 43 « L’Occident doit étudier l’Islam pour bien le comprendre », El Moudjahid, 17-18 février 2006, art (...)
  • 44 Métaoui F., « Ferme condamnation d’Alger », El Watan, 31 janvier 2006.

27Autre caractéristique de l’Occident : une attitude politique hostile envers le monde musulman. Mustapha Chérif déclare ainsi, en présence du ministre des Affaires religieuses, que ces caricatures ont pour but « d’isoler les musulmans et de les divertir des véritables problèmes politiques auxquels est confronté le monde40 ». Cette vision d’une manipulation sous-jacente à l’affaire, ayant pour objectif de détourner l’Oumma de ses fins se retrouve à plusieurs reprises. L’idée d’un complot n’est cependant qu’une des variantes de ces représentations d’un combat ancestral de l’Europe contre les musulmans. Cette hostilité est présentée comme ancienne, l’Europe contemporaine étant, dans cette optique, l’héritière directe de l’Europe médiévale. Un article d’El Khabar est, par exemple, fondé sur l’idée d’une continuité entre les croisés et les occidentaux aujourd’hui41. Une déclaration de députés du MSP reprend cette même idée : « Les députés sont persuadés que cet acte ignoble est un nouveau cycle figurant parmi une série de croisades contre le monde arabo-musulman42. » D’autres, sans parler de croisades, n’en dénoncent pas moins avec vigueur la volonté de domination des occidentaux, tel le cheikh Bouamrane, déplorant « le complexe de supériorité de la société occidentale et ses visées impérialistes à imposer son hégémonie par la force43 ». Dans une perspective moins belliqueuse, un journaliste d’El Watan constate toutefois que l’attitude des dirigeants européens face aux caricatures « donne l’impression qu’une campagne est menée contre les musulmans44 ».

  • 45 Farès N., « L’Envers de la caricature », El Watan, 19 février 2006.
  • 46 Bedjaoui A., « Samuel Huntington, théoricien de l’hégémonisme politico-militaire américain », El W (...)
  • 47 Moali H., « Concours de dessin sur l’holocauste : l’Occident s’en va t’en guerre », El Watan, 9 fé (...)

28Dans les textes moins véhéments, l’attitude de l’Occident envers le monde arabo-musulman est, toutefois, dénoncée comme injuste, notamment sa conception de la liberté. Un article de la rubrique « idées-débats » d’El Watan déclare ainsi : « Dire “nous, les Occidentaux, nous sommes les garants de la liberté et de la démocratie” pourrait bien ressembler à une confiscation de ces biens culturels, universels, défendus par bien d’autres personnes que les “purs et simples Occidentaux”45. » Aux yeux des journalistes et chroniqueurs, cette partialité se manifesterait tout particulièrement par une inégalité de traitement entre les juifs et les musulmans : la liberté de la presse « n’exerce pas la même considération à l’égard de certaines causes. La presse européenne ménage plus facilement les attitudes les plus inhumaines d’Israël et ils ont été peu nombreux à défendre Edgar Morin ou Sami Nair, lorsque ces derniers ont été accusés d’antisémitisme pour avoir osé discuter de la politique coloniale d’Israël46 ». À propos d’un concours de dessins satiriques autour de la Shoah, organisé en Iran, le journaliste pose le même constat d’« une conception à deux vitesses de la liberté d’expression chez les Américains et les Européens, qui plaident à grand renfort médiatique l’imprescriptibilité de cette liberté. Mais dès qu’il s’agit d’un thème qui touche la sensibilité des juifs, la liberté d’expression cède immédiatement la place à la liberté de blâmer47 ».

29L’Occident est donc accusé d’une double injustice. Dune part, il userait de la liberté de la presse avec deux poids, deux mesures, défendant les juifs et non les musulmans. D’autre part, il privilégierait la défense de sa propre liberté au détriment de celle du monde musulman. Qu’il soit conçu comme une entité chrétienne ou défini par son attachement à la liberté, qu’il soit pensé comme un agresseur dans la droite ligne des croisades ou bien comme l’injuste et indigne défenseur de la liberté, l’Occident est figuré uni. L’affrontement se déroule de la sorte entre deux protagonistes bien identifiés. Si cette représentation binaire semble avoir été relativement partagée en Algérie, il est intéressant de noter que tous les courants d’opinion n’ont pas cherché à l’exploiter de la même façon. Là où certains ont multiplié les discours imprécatoires, d’autres ont adopté des postures plus pondérées.

« En attendant une chanson de Mazouni sur les Danois48 »

  • 48 Amari Ch., « La sinuosité de la ligne de front », El Watan, 12 février 2006. Mazouni est un célèbr (...)
  • 49 Chih A., « Meeting du MSP à la salle Harcha… », Liberté, art. cit.

30C’est par ce sarcasme que Chawki Amari, chroniqueur d’El Watan, accueille ce qui lui semble de la surenchère, la condamnation officielle de la publication des caricatures du prophète de l’islam par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, le 11 février. Ce qu’Amari dénonce, c’est la multiplication des prises de position officielles sur la question, contre-productives selon lui. Il préférerait qu’un appel au calme soit lancé en direction des musulmans. En effet, force est de constater qu’outre les déclarations du ministre des Affaires étrangères et des dignitaires religieux, déjà évoquées, celles des membres du gouvernement se sont multipliées durant le mois de février, le plus souvent dans un cadre national, tel que la presse, ou un meeting de parti politique. Parmi ces déclarations, celle d’Abdelaziz Belkhadem, ministre d’État, représentant personnel du président de la République et secrétaire général du FLN, le 6 février, sort du lot par sa virulence. Il est en outre remarquable que ce ministre se soit rendu le même jour au meeting de protestation organisé par le MSP à la salle Harcha, y entendant des déclarations extrêmement belliqueuses, telles que celle de Soltani, président du MSP : « Le peuple algérien qui a perdu 1,5 millions de martyrs pour l’indépendance de son pays peut en donner 20 millions d’autres pour sa religion49. »

31Durant ce mois de février 2006, la vie politique algérienne est aussi en jeu, comme le rappelle Ghania Khelifi lorsqu’elle analyse, dans l’éditorial de Liberté du 11 février, les « activités partisanes » des derniers jours comme une « précampagne électorale ». Les élections législatives de mai 2007 constituent peut-être un des enjeux de l’affaire. Il est clair, en tout cas, qu’avec l’affaire des caricatures se négocient les relations entre le pouvoir et les partis islamistes.

  • 50 Senoussi A., « Des chouyoukh de zaouïas se constituent partie civile… », El Khabar, art. cit.

32La contestation est, en effet, orchestrée principalement par les partis politiques islamistes, le MSP et le MNR, aussi appelé El Islah. À travers la manifestation transformée en meeting et les nombreuses manifestations étudiantes organisées par l’Union générale des étudiants libres (UGEL) qui lui est proche, le MSP, membre de l’Alliance présidentielle, essaie probablement d’affirmer son poids au sein de la majorité. De façon concurrente, le MNR, parti islamiste de l’opposition, tente aussi de manifester sa détermination, invitant dès le 1er février les ministres des Affaires religieuses et du Commerce à renforcer les protestations officielles. Le MNR et le MSP ont sans doute tenté de récupérer la colère populaire à leur profit. La revendication essentielle de ces partis est une prise en main institutionnelle du boycott et la rupture des relations diplomatiques avec le Danemark et la Norvège par le renvoi de leurs ambassadeurs. Relayées par les dirigeants de confréries religieuses, parfois importantes comme la Tidjaniyya50, ces demandes ne sont pas mises à exécution par le gouvernement, provoquant par là une certaine déception, qui constitue pour ces deux partis islamistes un terreau favorable. Il semble, à la lecture de certains articles et dessins, qu’une partie de l’opinion algérienne a été insatisfaite par les réponses officielles.

  • 51 Mustapha B., « Le gouvernement interdit toute manifestation dans la capitale, même pour la défense (...)

33Deux dessins d’Ayoub, le caricaturiste d’El Khabar, sont à cet égard éloquents. Le 1er février, il publie un dessin mettant en scène – à travers l’entretien d’un journaliste et d’un responsable de la collecte de la zakat –, « le silence du ministère de la retenue ». Il dénonce de la sorte l’absence à cette date de réaction du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs. Le 5 février, sous le titre « Le président iranien ordonne d’annuler les contrats commerciaux avec le Danemark », il critique l’absence d’implication du pouvoir algérien dans d’éventuelles représailles commerciales. À un citoyen lui demandant ce qu’ils attendent pour agir, un autre en costume, représentant les dirigeants du pays, répond dans un langage populaire « ce n’est pas la même chose mon ami ! » Si ces dessins semblent appeler à une réponse plus vigoureuse, certains articles adoptent une même ligne, comme cet article d’El Khabar paru le 7 février et qui déplore longuement l’interdiction de manifester opposée aux projets du MSP. Selon le journaliste, cette situation est anormale car, l’islam étant la religion de l’État, ce dernier aurait dû laisser manifester pour la défense de la foi et de Mohammad51. Cette exploitation du mécontentement n’est cependant pas uniquement le fait de la presse arabophone. El Watan a aussi publié l’un ou l’autre article au ton très vindicatif, voire revanchard. Les clivages idéologiques dépassent, en cette affaire, les clivages linguistiques. L’article de Meziani dans la page idées-débats du 8 février, « Caricatures sur le prophète : l’ingratitude des Vikings » illustre bien cet état d’esprit « maximaliste » qui tend à mettre de l’huile sur le feu des caricatures.

34La contestation a donc été menée principalement par les partis islamistes et, hormis l’une ou l’autre manifestation interdite, le gouvernement a laissé ces partis s’emparer de l’affaire. C’est le constat tiré par Ali Dilem dans ses dessins des 7, 12 et 13 février. Le premier s’intitule très clairement : « Les partis islamistes organisent la contestation. » Tous les trois mettent en scène des barbus, représentation très classique de l’islamiste dans les dessins de Dilem, en train de boycotter les produits danois ou même de s’emparer de la flamme olympique pour aller incendier une ambassade du Danemark.

35L’affaire des caricatures a constitué une occasion privilégiée pour mobiliser les Algériens dans un sentiment d’appartenance à la communauté des croyants musulmans. Cette vision unitaire a fonctionné de pair avec la représentation d’un Occident agressif et injuste, représentation toutefois moins arrêtée que celle de l’Oumma. En effet, si l’idée que l’Islam et l’Occident sont deux civilisations distinctes paraît partagée, tous les acteurs ne s’accordent pas, au contraire, sur le combat qu’elles se livreraient toutes deux. Ceci explique qu’à l’unanimité des condamnations des caricatures n’a pas correspondu une unanimité de l’opinion sur l’attitude à adopter et l’engagement d’éventuelles représailles.

Un moment révélateur de l’état des libertés en Algérie ?

36Le très grand nombre d’articles consacrés à l’affaire des caricatures ainsi que la multiplication des déclarations d’officiels, d’hommes politiques et de notables en tout genre laissent penser que l’impact de l’affaire a été immense. Comparé à cela, les manifestations populaires sont rares et peu mobilisatrices. Quant aux appels au boycott, ils semblent ne pas avoir été véritablement suivis et relayés. Les débats autour de l’attitude à adopter face aux caricatures et ce contraste entre l’unanimité des condamnations et l’échec des mouvements de manifestation et de boycott méritent d’être interrogés.

Une réaction populaire faible ?

37Si les événements rapportés par la presse donnent l’impression que les caricatures ont eu un très grand impact et ont fait l’unanimité contre elles, il est difficile, en l’absence de sondages ou de reportages, d’obtenir une image plus affinée que cela des réactions populaires. L’affaire des caricatures a parfois été l’occasion de manifestations importantes dans d’autres pays. En Algérie, ces rassemblements ont été limités. Ceci peut s’expliquer par la législation algérienne qui restreint sévèrement la liberté de manifester depuis juin 2001. La presse se fait toutefois l’écho de tentatives de manifestations, mais aussi de rassemblements qui ont effectivement eu lieu. Ceux qui le souhaitaient ont donc eu le loisir de manifester leur colère, mais ils n’ont pas été nombreux.

  • 52 Beniaiche K, « Plus de dix mille étudiants dans la rue à Sétif », El Watan, 6 février 2006. El Kha (...)

38À Alger, deux manifestations ont été empêchées par les forces de l’ordre, les vendredis 3 et 10 février après la prière, sur la Place du 1er mai, ainsi qu’un rassemblement étudiant le 12 février, autour de la faculté de droit. Deux autres manifestations, organisées l’une par le MSP et l’autre par l’UGEL, ont été interdites et transformées en meetings dans la salle omnisport Hassan Harcha et la salle Ibn Khaldoun. Est-ce à dire que l’État craint spécialement les réactions et les manifestations algéroises ? Les manifestations organisées en province n’ont, au contraire, pas été interdites. À l’Est du pays, des rassemblements ont été organisés par des étudiants et des lycéens, à Sétif et El Eulma, le 6 février et à Skikda le 7. À l’Ouest, ce sont aussi des rassemblements d’étudiants et de lycéens que le pouvoir a laissé faire : à Tiaret le 6 février, à Oran et Saïda les 7 et 8 février. La grande majorité des manifestations étudiantes était organisée à l’initiative de l’UGEL, une association proche du MSP, le parti de la majorité présidentielle le plus sensible aux thèses islamistes. Cette proximité avec le pouvoir permet de comprendre que les forces de l’ordre ne soient pas intervenues pour disperser ces rassemblements. Les manifestants demandent principalement au gouvernement d’expulser l’ambassadeur du Danemark, d’appuyer et de prendre en charge la campagne de boycott des produits danois52.

39Les quelques manifestations qui ont eu lieu laissent donc plus de questions qu’elles n’apportent de réponses : si elles ont pu avoir lieu en dépit de la législation, c’est que le pouvoir les a tolérées. Le gouvernement a visiblement choisi de laisser le mécontentement s’exprimer dans un certain cadre, principalement autour du MSP, tout en ne cédant à aucune des revendications. Le nombre des manifestants n’est pas toujours rapporté par la presse, mais il semble que ces rassemblements n’ont été ni massifs, ni violents. Malgré la liberté qui leur a été, de façon occasionnelle, consentie, les Algériens n’ont donc pas manifesté.

Un boycott qui prête à rire

  • 53 Zerrouk Dj., « Les Français et les Allemands solidaires des Danois », El Watan, 2 février 2006.
  • 54 Chih A., « Boudjerra Soltani à propos de l’Alliance présidentielle : “Chacun est libre de ses posi (...)
  • 55 Senoussi A. et Riad S., « Un vendredi de colère et de manifestations », El Khabar, art. cit.
  • 56 Amir N., « MDS : “le RND et le FLN sont des partis de l’administration” », El Watan, 8 février 200 (...)
  • 57 Kezzar M., « Amara Benyounès à partir de Constantine : “Mezrag est toujours un terroriste” », Libe (...)

40Outre les manifestations, un certain nombre de partis et d’organisations ont prôné le boycott des produits danois et norvégiens comme réponse populaire et comme moyen de pression sur le gouvernement danois. Là encore, il est difficile de mesurer quel a été l’impact de ces incitations, mais il paraît avoir été faible. En effet, elles n’ont été, à aucun moment, relayées par le pouvoir, aucun membre du gouvernement n’ayant appelé au boycott. Par ailleurs la presse ne rapporte aucune conséquence économique de ces appels. Deux partis ont appelé au boycott, d’une part le MNR de Djaballah53, d’autre part le MSP, de la majorité présidentielle, par la voix de son président, Boudjerra Soltani. Ce dernier exemple est éloquent, car le lendemain même de cet appel, le ministre MSP des Travaux publics, Amar Ghloul n’a même pas évoqué cette éventualité54. Son silence paraît équivaloir un démenti. Le seul relais des appels au boycott semble avoir été les prêches de quelques mosquées55. D’autres partis d’opposition prennent, en revanche, position contre le boycott : le MDS, mouvement démocratique et social, le 7 février, et l’UDR, Union pour la démocratie et la république, le 16. Pour le premier, il ne faut pas sanctionner l’ensemble de la société danoise pour ce blasphème. Il dénonce l’instrumentalisation de la religion à laquelle certains partis procèdent à ses yeux dans cette affaire56. Quant au président de l’UDR, il juge ce boycott « caricatural », une action démesurée et irréaliste57.

  • 58 Fakroun L., « Un commerçant à Biskra brûle des marchandises danoises », El Khabar, 1er février 200 (...)

41Le boycott devient, en fin de compte, assez anecdotique dans la presse, comme cet acte isolé, rapporté dans El Khabar, d’un commerçant de Biskra, Hichem Ouaar qui brûle de façon publique ses marchandises danoises et appelle les commerçants à boycotter58. Quant à Liberté et El Watan, ils annoncent bien le 6 février que l’UGCAA, l’Union générale des commerçants et artisans algériens, appelle l’ensemble des commerçants à boycotter les produits danois et norvégiens. Cependant cette annonce provoque la parution, d’une part d’une chronique très ironique de Mustapha Hammouche dans Liberté, et d’autre part, de caricatures très offensives sur le thème du boycott, dans Liberté, thème repris par El Khabar quelques jours après. Ces caricatures dénoncent ces appels au boycott comme absurdes et inefficaces. Dans le dessin du 7 février, Ali Dilem présente la réaction à un appel au boycott des produits danois, norvégiens et français par cette réponse : « Et on mangera quoi après ? » Le terme de l’insuffisance alimentaire et des difficultés d’approvisionnement des Algériens est un ressort comique courant. Il est utilisé ici pour discréditer cet appel. Dans le dessin satirique du 12 février, Dilem tourne en dérision le boycott en détournant le slogan célèbre de la marque de chewing-gum Stimorol « Machez danois ! » en « Crachez danois ! » Un personnage barbu donne l’exemple : il crache son chewing-gum, laissant une femme en burqa manifestement pantoise à l’arrière-plan.

Fig. 3 – Caricature d’Ali Dilem, parue dans Liberté le 12 février 2006.

  • 59 Titre : Les musulmans appellent au boycott des marchandises danoises. Le personnage de droite : «  (...)

42Les caricatures d’Ayoub, parues dans El Khabar, ne sont pas fondées sur les mêmes ressorts comiques. Alors qu’Ali Dilem tourne en dérision les islamistes et fait rire en détournant une publicité diffusée sur les chaînes françaises, les dessins d’Ayoub utilisent des thèmes propres à l’Algérie : l’importateur profiteur le 8 février, la misère du chômeur le 16 février. Dans le dessin du 8 février (fig. 4), un importateur tergiverse à l’annonce de l’appel au boycott des produits danois59. Dans un jeu de mot sur l’ancienne devise allemande, il prétend travailler dans le « MARK » alors que le problème se situerait selon lui dans le « Dan » (sic).

Fig. 4 – Caricature d’Ayoub, parue dans El Khabar le 8 février 2006.

43Le dessin du 16 février (fig. 5) s’apparente à celui de Dilem du 7 février sur l’incapacité alimentaire de l’Algérie. Ici, c’est la misère du peuple qui est le ressort. Un chômeur déclare : « Ce n’est pas le premier boycott qu’on fait, ma famille et moi. Nous, on fait même le boycott des produits locaux. »

  • 60 Titre : Même les Algériens ont une prise de position sévère face aux gens qui ont porté atteinte a (...)

44Si les moyens sont différents, le rire aboutit toutefois au même résultat : il discrédite le boycott. Les caricaturistes ne sont pas les seuls à le remettre en cause. Dans deux chroniques virulentes de Liberté, les 6 et 9 février, Mustapha Hammouche réagit à l’appel de l’Union des commerçants d’Alger. Selon lui, les commerçants n’ont qu’à arrêter eux-mêmes de se fournir en produits danois. Il dénonce par là le caractère formel de leur démarche. Selon lui, ces commerçants ne sont que des agitateurs parmi d’autres et « la prise de position affichée est une fin en soi. Ni sa mise en œuvre ni son effet ne sont visés ». Pour Hammouche, « la responsabilité de la défense du culte » n’est pas assurée par l’État qui laisse ainsi n’importe qui s’en emparer. Il voit donc dans ce geste l’une des multiples manipulations de l’affaire. Si la colère lui semble légitime face aux caricatures du prophète de l’islam, « ni la cible de cette colère ni son mode d’expression ne peuvent être laissés à la gestion d’aventuriers politiques. C’est cette vacance politique et civique qui laisse le champ libre à l’intégrisme », ces appels purement formels au boycott en sont pour lui l’illustration.60

Fig. 5 – Caricature d’Ayoub, parue dans El Khabar le 16 février 2006.

45Le boycott comme réplique aux caricatures n’a donc manifestement pas convaincu en Algérie. Prôné par les partis et les milieux proches des islamistes, il a été dénoncé vigoureusement comme une instrumentalisation du religieux par le politique et la majorité des Algériens semble ne pas l’avoir observé. Les caricatures et d’ironiques éditoriaux l’ont pris pour cible, le rendant dérisoire.

Autour des caricatures, quelle liberté de la presse en Algérie ?

46Les débats et polémiques qui ont entouré la question des caricatures ont été l’occasion pour certains journalistes d’écrire des articles particulièrement libres et frondeurs, à la fois envers le pouvoir et certains partis politiques, mais aussi envers la réaction de la « rue musulmane ». Au même moment, la parution d’autres journaux a été interdite et des directeurs de journaux traduits en justice pour avoir publié certains des dessins de Mohammad. La vision qui se dégage de la liberté de la presse en Algérie est donc très contrastée.

  • 61 Amari Ch., « Monsieur, dessine-moi un prophète », El Watan, 31 janvier 2006.

47El Watan et Liberté publient sur l’affaire des caricatures des articles libres : ils n’hésitent pas à traiter légèrement du blasphème, à lutter contre les idées reçues, ou à attaquer le pouvoir. Dès le 31 janvier paraît, par exemple, dans El Watan une chronique de Chawki Amari. Certes, il y condamne la publication des caricatures, mais son propos est ambivalent et très détaché vis-à-vis du blasphème puisqu’il déclare qu’il « aurait été plus généreux de se placer du côté de la liberté d’imager puisque les Danois sont chez eux au Danemark et que chacun dans le reste du monde peut caricaturer […] Dieu sous la forme d’un barbu parkinsonien dépassé par la Création ». Cette dernière image paraît particulièrement audacieuse, et Amari de continuer à lutter contre la doxa, brossant le portrait « d’une Oumma qui s’offusque d’un dessin tout en s’adaptant le dos courbé à la domination judéo-chrétienne ». Il dénonce avec virulence la réaction aux caricatures, disproportionnée en regard de la passivité des pays de la région sur d’autres sujets : « Le bilan est aussi le même : le monde musulman a tout perdu, ne lui reste qu’à s’accrocher à son prophète mort. Le monde judéo-chrétien a tout gagné, il peut s’amuser à provoquer un milliard d’ulcères à distance avec un dessin. Trop fort61. » Le thème de la supposée décadence des musulmans est courant, mais une diatribe aussi ironique, allant jusqu’à les présenter comme perdant est exceptionnelle.

  • 62 Yacine R., « La treizième caricature », El Watan, 9 février 2006.

48Le 9 février, El Watan publie un autre texte, celui-ci très offensif envers le pouvoir. Il est illustré par la « 13e caricature » évoquée en ouverture. Le journaliste y déclare que la réaction violente de la « rue musulmane » est « la treizième caricature, celle qui fait le plus de mal aux “musulmans” », une « image dégradante d’un monde musulman malade, enfermé, susceptible, immature ». Rémi Yacine développe l’idée que ces dessins seraient tombés dans l’oubli sans une manipulation dont il accuse les « islamistes » et les gouvernements d’être les auteurs : « En choisissant la rue au lieu des tribunaux, islamistes et gouvernements musulmans ont choisi de rentabiliser politiquement l’indignation légitime de ceux qui en ont été affectés62. » L’article ne désigne pas un gouvernement en particulier, mais il est accusateur, ce en quoi il se rapproche des chroniques de Mustapha Hammouche dans Liberté.

  • 63 Hammouche M., « Qui défend quoi ? », Liberté, 6 février 2006.
  • 64 Hammouche M., « Islamisation », Liberté, 8 février 2006.
  • 65 Chih A., « Meeting du MSP à la salle Harcha… », art. cit.
  • 66 Hammouche M., « Islamisation », art. cit.
  • 67 Hammouche M., « Entente mortelle », Liberté, 19 février 2006.

49Du 6 février au 5 mars, Hammouche a, en effet, écrit quelques chroniques dont la virulence laisse penser que les journalistes ont une grande latitude en Algérie pour critiquer l’État. Hammouche part du constat suivant : « L’affaire des caricatures semble avoir créé un excellent à-propos pour diverses entreprises masquées. L’intégrisme y trouve une occasion de se déployer sans avoir à souffrir la contestation de son opportuniste hégémonie. » Il montre comment, dans cette affaire, s’est produit un glissement « de la réaction justifiée à l’encontre de l’auteur personnel de l’offense vers une réaction politique contre un État ou un peuple », passant ainsi « d’une faute humaine établie à une agression communautaire qui n’est que représentée. Le sentiment d’agression extérieure contre l’Islam63 ». Une telle position, consistant à mettre à nu les représentations à l’œuvre dans l’affaire est particulièrement audacieuse, tout comme son analyse politique : « Le système a réussi sa mutation islamiste64. » Il avance comme preuve de cette dérive islamiste du régime le fait que « des représentants de l’État rejoignent à la salle Harcha une foule juvénile de manifestants venus exprimer, dans l’excès, leur colère contre les caricatures outrageantes sur le Prophète ». Il dénonce ici la venue des ministres Belkhadem, Mimoun et Djaâboub65 au meeting du MSP : « Cette confluence entre l’État et la rue est significative d’un régime populiste qui exploite les impulsions populaires, notamment les ardeurs religieuses. […] L’État s’est mis à parler au nom de Dieu66. » Il déclare enfin que l’affaire des caricatures « illustre l’étau dans lequel les masses du monde musulman sont enserrées : un Occident arrogant et fébrile quand il s’agit de ses libertés et de ses sécurités et des régimes locaux oppresseurs qui ne leur ouvrent que la fenêtre de l’islamisme belliqueux67 ». De telles charges contre l’État et le gouvernement algériens pourraient laisser penser que les médias algériens jouissent d’une grande liberté de parole. Pourtant, l’affaire des caricatures est apparue dans un contexte de tension entre le pouvoir et les médias, tension qui s’est accrue durant le mois de février.

  • 68 No 2961 du 16 au 22 février 2006, p. 29-32.

50L’affaire des caricatures et tous les débats qu’elle suscite sur la liberté de la presse interviennent alors que les journalistes dénoncent, après l’emprisonnement d’un correspondant d’El Khabar le 21 janvier, un rétrécissement de leur liberté d’expression. Liberté publie, le 30, un dessin de Dilem intitulé « Harcèlement judiciaire contre la presse », où un policier signale à son supérieur un rassemblement de journalistes, ce à quoi ce dernier répond « dans quelle cellule ? » Dilem met à profit l’affaire des caricatures pour tenter d’attirer l’attention en France sur la situation de la presse en Algérie, intervenant tour à tour dans La Croix, le 2 février 2006, Paris Match mi-février68 et, enfin, dans Le Nouvel Observateur du 23 mars 2006. Dans Paris Match, il explique que depuis l’arrivée d’Abdelaziz Bouteflika à la présidence, la liberté de la presse a été réduite « par diverses méthodes d’intimidation judiciaire et économique ». Il évoque la modification du Code pénal adoptée en 2001, surnommée « amendements Dilem » et qui prévoit « des peines de deux mois à deux ans de prison et une lourde amende pour toute personne qui porte atteinte au président de la République, insulte un juge, un fonctionnaire ou l’un des représentants de l’ordre public par une parole, un geste, une menace, un écrit ou un dessin ». Son expérience est la preuve de ce contrôle croissant : cinq arrestations en 2003-2004, vingt-quatre affaires judiciaires en cours.

  • 69 Tlemçani S., « Deux directeurs de journaux mis sous mandat de dépôt », El Watan, 12 février 2006.
  • 70 Makedhi M., « Les raisons du limogeage des directeurs de Canal Algérie et A3 », El Watan, 9 févrie (...)

51Critiquer le pouvoir est donc plus difficile, mais aussi la religion. Dilem évoque à ce propos le prêche télévisé du vendredi 20 février 2004, au cours duquel « l’imam de service, payé par l’État, a proféré des menaces à l’encontre des journalistes désignés comme “ennemis de l’islam”. Les imams ont demandé que “le mal porté à la religion soit réparé”. Certains ont exigé des excuses, d’autres [sa] tête. Le ministre de l’Intérieur a soutenu celui des Affaires religieuses : [il portait] atteinte “à la Constitution elle-même” ! » Dans ce contexte délicat, la publication de quelques-unes des caricatures de Mohammad par l’hebdomadaire Errissala le 2 février, puis par la revue Iqraa et la présentation, très rapide, de ces mêmes dessins dans les journaux télévisés des deux chaînes satellitaires Canal Algérie et A3 provoquent immédiatement des sanctions administratives et des mesures judiciaires. El Khabar annonce le 9 février qu’un juge d’instruction a décidé d’incarcérer le directeur de la revue Iqraa, puis, le 11, l’arrestation du responsable de la publication d’Errissala. Dans ces deux affaires, c’est le ministère de la Communication qui a porté plainte69. Face à ces mesures judiciaires, Dilem publie le 16 février « La liberté de la presse en Algérie », dessin qui figure un juge écrasant une machine à écrire à coup de maillets. À côté des mesures judiciaires, des mesures administratives sont aussi engagées : la parution de ces deux périodiques est suspendue et, le 7 février, les directeurs des chaînes satellitaires sont remplacés, tout comme les responsables de l’information de l’ENTV70. La sévérité des sanctions a de quoi surprendre si l’on considère que les journaux télévisés ont présenté ces dessins en dix secondes. Quant aux périodiques, les dessins satiriques avaient été choisis pour leur caractère inoffensif. En outre, Errissala publiait ces caricatures pour les dénoncer, puisqu’elles étaient assorties de coupons de protestations proposés par l’Association des Oulémas algériens et destinés à être remplis et envoyés à l’ambassade du Danemark à Alger.

  • 71 « Condamnation de la FIF », El Watan, 12 février 2006, article non signé.
  • 72 « Relation presse-pouvoir, la dérive ! », El Watan, 13 février 2006.

52À partir de la mi-février, ces faits deviennent centraux dans la presse : les trois quotidiens s’insurgent contre cette mesure qu’ils dénoncent comme une grave atteinte à leur liberté et traitent dès lors de la question des caricatures de Mohammad essentiellement par leur biais. Un dessin d’Ayoub dans El Khabar le 15 février pointe ainsi l’inégalité de traitement entre la presse et la télévision. Intitulé « Ils ont fermé quatre journaux et les responsables sont en prison », on y voit « un des partisans du boycott » se taire, mais un homme à gauche, dont il est écrit qu’« il n’a pas la parabole », dire « Ah, bon, alors qu’ils ferment la télé ! » Les réactions contre ces mesures se multiplient dans la presse : d’abord la Fédération Internationale de Journalisme et son bureau d’Alger71. El Watan, publie le 13 février, « la corporation condamne », de Hassan Moali qui interroge les responsables de différents journaux algériens sur ces arrestations. Tous condamnent et rejoignent l’opinion de Zine Cherfaoui pour lequel il s’agit d’une « dérive qui trahit une volonté de mettre au pas la presse et de brider la liberté de parole72 ».

  • 73 M. M., « Je souhaite que la justice soit clémente envers eux », El Watan, 15 février 2006.
  • 74 H. M., « Une fatwa pour la libération des deux journalistes », El Watan, 18 février 2006.

53Il est difficile d’interpréter ce qui peut sembler un dégât collatéral de l’affaire des caricatures, mais qui, mis en perspective avec d’autres affaires de presse est significatif. Il est clair que les poursuites judiciaires ont été entamées à la demande du gouvernement, tout comme les mesures administratives. Ce zèle à sanctionner peut surprendre, alors que le pouvoir laisse paraître des articles si libres et critiques à son encontre. Le gouvernement ne cherchait alors probablement pas à restreindre la liberté de la presse. Peut-être s’agissait-il pour lui d’envoyer des signes de soutien aux milieux islamistes, une sorte de gage alors même qu’il n’appuie pas leurs appels au boycott et limite leurs manifestations. Cette hypothèse semble confirmée par la manière dont les responsables religieux ont agi en cette circonstance, cherchant apparemment à se montrer maîtres de la situation. En effet, le ministre des Affaires religieuses déclare qu’il « souhaite que la justice soit clémente avec les directeurs des deux journaux arrêtés73 » et l’Association des Oulémas Musulmans algériens prononce une fatwa en faveur de la libération des deux journalistes arrêtés74. Les journalistes inquiétés à cette occasion auraient ainsi été victimes d’un véritable tour d’équilibriste du pouvoir algérien visant à ménager les mécontents tout en ne leur laissant pas prendre trop d’importance, dans la rue comme dans le gouvernement.

*

De Copenhague à Ratisbonne : un écho persistant

  • 75 Amari Ch., « La sinuosité de la ligne de front », El Watan, 12 février 2006.

54Afin de dénoncer les « peuples musulmans qui ne décollèrent pas », Amari s’exclame le 12 février : « La Oumma est-elle soudée ? Ce n’est qu’une image, voire une caricature75. » Caricaturales les réactions à cette affaire en Algérie ? L’unanimité – attestée – avec laquelle les caricatures du prophète de l’islam ont été condamnées, la vigueur de quelques attaques portées contre un certain Occident, successeur en droite ligne des croisés, pourraient le laisser penser. Pourtant, au terme de ce parcours à travers les échos de l’affaire, il semble bien que ces réactions et toutes les représentations qu’elles ont suscitées et activées ne peuvent être réduites à une seule signification. Derrière la condamnation unanime, derrière la vision, très partagée, d’un monde fait de civilisations se dissimulent des enjeux et des positions idéologiques variées, dont les ressorts se situent le plus souvent à l’échelle locale, dans des enjeux de politique intérieure. L’affaire des caricatures a été l’occasion pour les principaux partis politiques algériens de se situer les uns les autres par rapport à trois questions capitales : la question des libertés et de la démocratie, les relations avec l’Europe et, surtout, le rapport du politique et du religieux.

  • 76 Abdelaziz Bouteflika ne s’est prononcé sur l’affaire des caricatures que le 28 mars, en ouverture (...)

55L’affaire des caricatures, par le jeu subtil des condamnations officielles et du contrôle des protestations, mais aussi par le silence du Président sur la question76 est un moment révélateur des rapports entre le pouvoir algérien et le phénomène religieux. Face à la très grande émotion suscitée par les caricatures, le gouvernement s’est prononcé au nom de principes religieux. Ce fait, nouveau, a été interprété par certains comme le signe d’une islamisation du pouvoir. Parler d’une inflexion des relations entre l’État et le religieux serait sans doute plus juste, dans la mesure où cette prise de parole au nom de l’islam semble s’intégrer dans une stratégie plus générale de contrôle des mouvements religieux. Considérant la puissance mobilisatrice de certains discours religieux, le pouvoir aurait choisi de se placer sur le même terrain et de renforcer son contrôle sur les phénomènes religieux. Ces discours seraient alors à mettre en perspective avec l’interdiction de certaines manifestations, l’absence de soutien au boycott ou encore la promulgation d’une ordonnance fixant « les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulman » le 28 février 2006.

Fig. 6 – Dessin d’Ali Dilem paru dans Liberté le 27 septembre 2006.

56En Algérie, l’affaire des caricatures s’éteint sans bruit avec le mois de février 2006. Son souvenir demeure pourtant vif, ce qui est visible dans la mesure où elle devient un référent comique entre le caricaturiste Dilem et son public. Il l’utilise successivement pour évoquer les tortures de la prison d’Abou Ghraieb ou les relations entre chiites et sunnites, révélant par là combien ces images restent présentes à l’esprit des lecteurs. Leur écho reste intact longtemps, puisque, plus de six mois après la fin de l’affaire, alors qu’un nouveau scandale mondialisé éclate autour du discours prononcé à Ratisbonne par Benoît XVI, Dilem relie tout de suite ces deux événements dans un ironique clin d’œil. « Le pape s’est exprimé sur l’islam », paru le 27 septembre le présente avec un crayon, déclarant : « Pas la peine de vous faire un dessin ! »

Notes

1 Sur ce point, se rapporter aux essais de Brahimi Br., Le pouvoir, la presse et les droits de l’homme en Algérie, Alger, éditions Marinoor, sans date de publication, et de Rebah M., La presse algérienne, journal d’un défi, Alger, Chihab éditions, 2002. Autre ouvrage intéressant sur la presse algérienne à partir de 1992 : Naïli R. (dir.), Témoignages de journalistes algériens : le 4e pouvoir ?, Alger, éditions Lalla Sakina, 1998.

2 Cf. Kadi A., « La caricature respecte certains tabous dans les pays arabes. En Algérie une certaine liberté de ton vis-à-vis des rites », La Croix, 2 février 2006.

3 « Condamnation de la FIJ », El Watan, 12 février 2006, article non signé.

4 Je remercie ici chaleureusement Mohamed Nassim pour son aide dans les traductions.

5 Selon la Constitution du 26 novembre 1996 et les Constitutions antérieures.

6 Abdelkamel K., « Le prêche du vendredi en Algérie consacré au sujet des caricatures », Liberté, 4 février 2006.

7 Institution consultative dont les quinze membres sont nommés par le président de la République. Cf. les articles 171 et 172 de la Constitution de 1996.

8 Amir N., « Cheikh Bouamrane : “une agression injustifiée” », El Watan, 7 février 2006.

9 Mourad A., « Rassemblement de personnalités culturelles et religieuses à Alger », El Moudjahid, 15 février 2006.

10 Senoussi A. et Riad S., « Un vendredi de colère et de manifestations », El Khabar, samedi 4 février.

11 Hammadi S., « Ghlamallah et Mustapha Chérif recommandent des réactions réfléchies », Liberté, 15 février 2006.

12 Hammouche M., « Qui défend quoi ? », Liberté, 6 février 2006.

13 Belhouchet O., « Fracture ? », El Watan, 4 février 2006.

14 Abdelkamel K., « Caricatures du prophète (QSSSL), la colère des musulmans », Liberté, 31 janvier 2006.

15 Yacine R., « La treizième caricature », El Watan, 9 février 2006.

16 Déclaration d’Abdallah Djaballah, citée dans l’article « M. Djaballah préside un meeting à Annaba », El Moudjahid, vendredi 10-samedi 11 février 2006, sans signature.

17 Amari Ch., « Monsieur, dessine-moi un prophète », El Watan, 31 janvier 2006.

18 Khelifi Gh., « Vulgarité », Liberté, 4 février 2006.

19 Bedjaoui A., « Samuel Huntington, théoricien de l’hégémonisme politico-militaire américain », El Watan, 9 février 2006.

20 Khelifi Gh., « Vulgarité », Liberté, art. cit.

21 Abdelkamel K., « Le prêche du vendredi en Algérie consacré au sujet des caricatures », Liberté, 4 février 2006.

22 Prédicateur égyptien de renommée mondiale sur la chaîne qatarie Al Jazeera, président du Conseil européen de la fatwa et de l’Union internationale des oulémas musulmans.

23 Senoussi A. et Riad S., « Un vendredi de colère et de manifestations », El Khabar, art. cit.

24 Khelifi Gh., « Vulgarité », Liberté, 4 février 2006, art. cit.

25 « M. Djaballah préside un meeting à Annaba », El Moudjahid, 10-11 février 2006, article non signé.

26 Le cheikh Abderrahmane Chibane est président de l’Association des Oulémas Musulmans Algériens.

27 El Khabar, 4 février 2006.

28 Moali H., El Watan, 9 février 2006.

29 Meziani A., El Watan, 8 février 2006.

30 « L’Occident doit étudier l’Islam pour bien le comprendre », El Moudjahid, 17-18 février 2006, article non signé.

31 « M. Djaballah préside un meeting à Annaba », El Moudjahid, 10-11 février 2006, article non signé.

32 Pluriel de cheikh.

33 Senoussi A., « Des chouyoukh de zaouïas se constituent partie civile pour le jugement du journal danois », El Khabar, 5 février 2006.

34 Amari Ch., « Monsieur, dessine-moi un prophète », El Watan, 31 janvier 2006.

35 Chih A., « Meeting du MSP à la salle Harcha : Soltani et Belkhadem dénoncent les caricatures blasphématoires », Liberté, 7 février 2006.

36 Belhouchet O., « Fracture ? », El Watan, 4 février 2006.

37 Hammouche M., « Affaire de presse ou conflit de civilisations ? », Liberté, 2 février 2006.

38 Khelifi Gh., « Vulgarité », Liberté, art. cit.

39 Chih A., « Meeting du MSP à la salle Harcha… », Liberté, art. cit.

40 Hammadi S., « Ghamallah et Mustapha Chérif recommandent des réactions réfléchies », Liberté, 15 février 2006.

41 S. H., « La haine des croisés existe toujours chez les Occidentaux », El Khabar, 4 février 2006.

42 Amir N., « Les caricatures du Prophète continuent de susciter de vives réactions », El Watan, 6 février 2006.

43 « L’Occident doit étudier l’Islam pour bien le comprendre », El Moudjahid, 17-18 février 2006, article non signé.

44 Métaoui F., « Ferme condamnation d’Alger », El Watan, 31 janvier 2006.

45 Farès N., « L’Envers de la caricature », El Watan, 19 février 2006.

46 Bedjaoui A., « Samuel Huntington, théoricien de l’hégémonisme politico-militaire américain », El Watan, 9 février 2006.

47 Moali H., « Concours de dessin sur l’holocauste : l’Occident s’en va t’en guerre », El Watan, 9 février 2006.

48 Amari Ch., « La sinuosité de la ligne de front », El Watan, 12 février 2006. Mazouni est un célèbre chanteur algérien, auteur de plusieurs succès populaires, notamment Adieu la France, bonjour l’Algérie.

49 Chih A., « Meeting du MSP à la salle Harcha… », Liberté, art. cit.

50 Senoussi A., « Des chouyoukh de zaouïas se constituent partie civile… », El Khabar, art. cit.

51 Mustapha B., « Le gouvernement interdit toute manifestation dans la capitale, même pour la défense du prophète », El Khabar, 7 février 2006.

52 Beniaiche K, « Plus de dix mille étudiants dans la rue à Sétif », El Watan, 6 février 2006. El Khabar : « Manifestation des lycéens de la ville d’Oran », « Des étudiants font une marche pour condamner les caricatures du prophète », 8 février 2006 ; « Des étudiants de l’Université d’Oran font une marche », 9 février 2006 et « Les services de sécurité empêchent la marche des étudiants pour la condamnation des caricatures », 13 février 2006.

53 Zerrouk Dj., « Les Français et les Allemands solidaires des Danois », El Watan, 2 février 2006.

54 Chih A., « Boudjerra Soltani à propos de l’Alliance présidentielle : “Chacun est libre de ses positions” » Liberté, 5 février 2006. « Processus de Barcelone : Amar Ghoul en faveur du dialogue des cultures », Liberté, 6 février 2006.

55 Senoussi A. et Riad S., « Un vendredi de colère et de manifestations », El Khabar, art. cit.

56 Amir N., « MDS : “le RND et le FLN sont des partis de l’administration” », El Watan, 8 février 2006.

57 Kezzar M., « Amara Benyounès à partir de Constantine : “Mezrag est toujours un terroriste” », Liberté, 18 février 2006.

58 Fakroun L., « Un commerçant à Biskra brûle des marchandises danoises », El Khabar, 1er février 2006.

59 Titre : Les musulmans appellent au boycott des marchandises danoises. Le personnage de droite : « Qu’as-tu dit ? » Ce à quoi le personnage de gauche, présenté comme importateur, répond : « Le problème est dans le Dan et nous travaillons dans le MARK. »

60 Titre : Même les Algériens ont une prise de position sévère face aux gens qui ont porté atteinte au Prophète. Le personnage de gauche est accoudé à une pancarte « non aux marchandises danoises ». Le personnage de droite, présenté comme sans emploi, déclare : « Ce n’est pas le premier boycott qu’on fait, ma famille et moi. Nous, on fait même le boycott des produits locaux. »

61 Amari Ch., « Monsieur, dessine-moi un prophète », El Watan, 31 janvier 2006.

62 Yacine R., « La treizième caricature », El Watan, 9 février 2006.

63 Hammouche M., « Qui défend quoi ? », Liberté, 6 février 2006.

64 Hammouche M., « Islamisation », Liberté, 8 février 2006.

65 Chih A., « Meeting du MSP à la salle Harcha… », art. cit.

66 Hammouche M., « Islamisation », art. cit.

67 Hammouche M., « Entente mortelle », Liberté, 19 février 2006.

68 No 2961 du 16 au 22 février 2006, p. 29-32.

69 Tlemçani S., « Deux directeurs de journaux mis sous mandat de dépôt », El Watan, 12 février 2006.

70 Makedhi M., « Les raisons du limogeage des directeurs de Canal Algérie et A3 », El Watan, 9 février 2006.

71 « Condamnation de la FIF », El Watan, 12 février 2006, article non signé.

72 « Relation presse-pouvoir, la dérive ! », El Watan, 13 février 2006.

73 M. M., « Je souhaite que la justice soit clémente envers eux », El Watan, 15 février 2006.

74 H. M., « Une fatwa pour la libération des deux journalistes », El Watan, 18 février 2006.

75 Amari Ch., « La sinuosité de la ligne de front », El Watan, 12 février 2006.

76 Abdelaziz Bouteflika ne s’est prononcé sur l’affaire des caricatures que le 28 mars, en ouverture du sommet de la LEA à Khartoum, à un moment où elle ne suscitait plus de remous. Bouatta Dj., « 18e sommet de la Ligue arabe : les recommandations de Bouteflika », Liberté, 29 mars 2006.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Caricature d’Ali Dilem, parue dans Liberté le 4 février 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102885/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Fig. 2 – Caricature d’Ali Dilem, parue dans Liberté le 2 février 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102885/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende Fig. 3 – Caricature d’Ali Dilem, parue dans Liberté le 12 février 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102885/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende Fig. 4 – Caricature d’Ayoub, parue dans El Khabar le 8 février 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102885/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Fig. 5 – Caricature d’Ayoub, parue dans El Khabar le 16 février 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102885/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende Fig. 6 – Dessin d’Ali Dilem paru dans Liberté le 27 septembre 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102885/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Auteur

Agrégé d’histoire, ancien élève de l’ENS de Lyon. Membre du CERHIO, il est allocataire-moniteur en Histoire contemporaine à l’université du Maine, où il prépare une thèse de doctorat sur Le mouvement réformiste ibadite en Algérie, des années 1920 aux années 1960 (dir. D. Avon et S. Mervin).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search