Desktop versionMobile version

La caricature au risque des autorités politiques et religieuses

 | 
Dominique Avon

Première partie. Traditions de la caricature politique et religieuse

Des corbeaux au service d’un complot. La caricature de l’éducation jésuite au XIXe siècle (1814-1914)

Philippe Rocher

À la mémoire de Paul Mech, jésuite et bibliothécaire.

Full text

« Après avoir gagné les mères,
ils prétendirent élever les enfants, afin de les jésuitiser. »
Benjamin Gastineau, La guerre des jésuites, 1845.

  • 1 Fouilloux E., « Épilogue. Les jésuites en France du XIXe au XXe siècle », dans Fouilloux E. et Hou (...)
  • 2 Duprat A., Images et Histoire, Outils et méthodes d’analyse des documents iconographiques, Paris, (...)
  • 3 Mainardi P., « La caricature lithographique pendant la Restauration », dans Mollier J.-Y., Reid M. (...)

1Les « images » de la Compagnie de Jésus, durant les quatre siècles de son histoire, ont été contrastées. Les jésuites ont été, ou bien assimilés à l’enseignement, au savoir, à la culture, savante et érudite, jusqu’à atteindre en ce domaine une « légende dorée », ou bien inscrits dans une « légende noire » peuplée de religieux défenseurs de l’obscurantisme, manipulateurs et hypocrites1. Le XIXe siècle participe très largement de la « légende noire ». Les caricatures foisonnent2, parmi lesquelles la caricature de leur « éducation ». Quelques images l’attestent aisément. Les dessins de La Caricature et du Charivari importent beaucoup, en raison de la notoriété de ces titres et de leurs dessinateurs. D’autres caricatures, dessinées au début puis à la fin du siècle, permettent de mieux les situer. La Restauration, selon l’avis de Patricia Mainardi3, est en effet la première période qu’il est nécessaire d’observer pour saisir ce qui se développe sous la monarchie de Juillet. « Fin de siècle », les caricaturistes héritent de l’antijésuitisme passé mais créent aussi les nouveaux traits de la caricature. La lutte n’oppose plus les caricaturistes à l’autorité temporelle, car la République s’est installée, mais au pouvoir spirituel, en premier lieu l’Église catholique. Il ne s’agit plus de s’opposer au « jésuite » pour obtenir la liberté, mais d’obtenir avec la fin de son « éducation » l’affirmation solide de l’éducation républicaine et laïque.

Le legs renouvelé de la caricature jésuite (1814-1828)

  • 4 Première approche générale, Brou A., Les jésuites de la légende, Première partie Des origines jusq (...)
  • 5 Van Damme S., Le temple de la sagesse, Savoirs, écritures et sociabilité urbaine (Lyon, XVIIe-XVII (...)
  • 6 Fumaroli M., « Baroque et classicisme : L’Imago primi saeculi Societatis Jesu (1640) et ses advers (...)
  • 7 « Qu’ils aient la faculté de donner leurs soins à l’éducation de la jeunesse catholique dans les p (...)

2La critique de « l’éducation jésuite » n’est pas nouvelle au XIXe siècle. Depuis ses origines, la Compagnie de Jésus a fait l’objet de vives dénonciations4. Au tournant du XVIIe siècle, les libelles sont si nombreux que l’Ordre fondé par Ignace de Loyola doit mobiliser ses « écrivains5 ». Fière et orgueilleuse la Compagnie de Jésus ? Lorsqu’elle célèbre en 1640 le premier siècle de son existence, les « images du premier siècle », réunies dans le volume Imago primi saeculi, suscitent la critique de ses adversaires6. Blaise Pascal ironise dans la cinquième lettre des Provinciales. Au XVIIIe siècle, des gravures à l’eau-forte dénoncent, sinon moquent, son goût du pouvoir, son influence sur les femmes et les enfants ou le « laxisme » de ses confesseurs en matière de morale. Pour ses adversaires, sa suppression illustre « le vice puni ». Outre qu’elle singularise l’Ordre au sein de l’Église catholique, elle paraît justifier tous les griefs contre les jésuites, enseignants et maîtres dans leurs collèges, mais aussi prédicateurs, confesseurs, et comme tels aussi « éducateurs ». Leur éducation est mise en cause. Ce n’est pas seulement en raison de leur méthode d’enseignement, la Ratio studiorum, qui donne trop de place au littéraire et ne prépare pas aux professions nouvelles. C’est que leur éducation est archaïque, car hostile aux Lumières. Elle sert d’abord à assujettir les enfants aux intérêts du catholicisme. Les jésuites cherchent à influencer les princes, à contrôler les corps intermédiaires par l’entremise de leurs congrégations mariales. Habiles, voire rusés et roués, les directeurs spirituels dominent sans peine les femmes, dans le seul intérêt de l’Ordre ignatien. Au début du XIXe siècle, cette mémoire critique reste vive. En 1814, la bulle « Sollicitudo omnium Ecclesiarum » de Pie VII rétablit universellement la Compagnie de Jésus. L’éducation participe de ses missions7.

Fig. 1 – « Vite, soufflons, soufflons, morbleu, Éteignons les lumières, Et rallumons le feu », Lyon ?, auteur anonyme, septembre 1819. Reproduction par la Bibliothèque municipale de Lille. L’image se trouve dans Champfleury, Histoire de la caricature sous la République, l’Empire et la Restauration, Paris, E. Dentu, 1874.

« L’éducation jésuite » comme « éteignoir »

  • 8 Bertier de Sauvigny G. de, La Restauration, Paris, Flammarion, 1974 (1re éd. 1955), p. 160.
  • 9 Ploux F., De bouche à oreille, Naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIXe siècle,(...)
  • 10 Boudon J.-O., « Générations libérales », dans Poutrin I. (dir.), Le XIXe siècle, Science, politiqu (...)
  • 11 En 1814 paraît Le Nain jaune, l’année suivante sont publiés les Annales du ridicule et Le Nain cou (...)

3La liberté de la presse instaurée en 1818 ne dure pas8. Le délit de droit commun est constitué lorsque la presse incite au crime, offense la personne du roi, outrage la morale publique et les bonnes mœurs, diffame ou injurie. Le 31 mars 1819, les journaux politiques sont soumis à l’autorisation préalable et à la censure. Dans la France qui connaît une succession de crises politiques, économiques et sociales, la stabilité de la nouvelle monarchie est encore mal assurée. Quand le prix du blé augmente, l’opinion s’alarme et la France bruisse des rumeurs d’un retour de Napoléon pour faire baisser les cours, d’un complot sinon des intrigues de Louis XVIII et des aristocrates pour renchérir froment et farine, voire d’un retour à l’Ancien Régime, avec ses privilèges9. Opposés aux « ultras », les libéraux forment plusieurs groupes. Ils n’entendent pas accepter un retour à l’alliance du « trône et de l’autel », comme sous l’Ancien Régime, avec la renonciation aux « biens nationaux » et la fin des libertés concédées par la Charte. Certains, partisans d’une lecture libérale de la Charte, regardent la Révolution française comme un mal nécessaire, mais craignent la souveraineté populaire10. Seuls les plus fervents défendent une démocratie républicaine et ferraillent contre les ennemis des « Lumières ». La presse fait écho aux rumeurs et débats. Dans la presse satirique, peu développée11, l’éteignoir sert à désigner et discréditer les « ultras ». La caricature de « l’éducation jésuite » lui est associée.

  • 12 Champfleury, Histoire de la caricature…, p. 332.
  • 13 Après Champfleury, Michel Leroy présente cette gravure dans Le mythe jésuite, De Béranger à Michel (...)

4Au premier plan, à droite, un groupe de quatre personnages en soutane, avec chapeau ou calotte, manient des éteignoirs. Un seul possède à la fois un long nez et un menton fuyant. Un seul, parmi les trois autres, a le menton proéminent. Les visages sont ordinaires mais les pieds de ces hommes habillés de noir sont palmés et griffus. Tous sont occupés à éteindre la flamme qui brille sur la tête des statues en buste placées sur un monument orné de faisceaux de licteurs et de couronnes de lauriers qui porte, au-dessous de l’inscription « dix-huitième siècle », les noms, entre autres, de Fénelon, Buffon, d’Alembert, Monge, Condillac, Voltaire, Rousseau, Montesquieu et Montaigne. Au premier plan encore, mais à gauche, deux ecclésiastiques attisent un brasier dans lequel ils jettent des livres. L’un actionne un soufflet, l’autre souffle lui-même. Dans le ciel où monte la fumée du brasier, un personnage ailé tient une torche dans une main et des serpents dans l’autre alors que se détache en arrière-plan un évêque qui manie un sabre sur lequel est écrit « dragonnades », et tient de l’autre main une page qui donne à lire une page sur laquelle sont mentionnés « bulles, croisades, vêpres siciliennes, Saint-Barthélémy12 ». En arrière-plan, depuis le balcon, un homme s’adresse à une foule d’hommes et de femmes accourus. C’est un jésuite. Une femme apporte un éteignoir. Un calvaire est installé sur la colline derrière le bâtiment et quelques personnages figurent une procession avec des éteignoirs jusqu’au pied des trois croix13.

  • 14 De bouche à oreille…, p. 173.
  • 15 Avon D. et Rocher Ph., Les jésuites et la société française XIXe-XXe siècle, Des humanités à un no (...)

5Cette caricature illustre pour partie un texte de Béranger, polémiste qui s’oppose dans ses chansons à la politique des « ultras » de la Restauration. Au début de l’année, les « ultras » ont proposé de modifier la loi électorale qui profite aux libéraux, chaque fois plus nombreux à la Chambre à l’occasion de ses renouvellements annuels. L’aristocratie terrienne retrouverait le poids électoral perdu depuis la loi électorale votée en 1817. Les libéraux pétitionnent et la rumeur d’un retour à l’Ancien Régime hante l’opinion14. Depuis leur rétablissement, les jésuites enseignent dans des petits séminaires. Ils assurent aussi un ministère de prédication, particulièrement lors de missions populaires. Le discours est clair : la France a été déchristianisée par la Révolution française, fille des Lumières, et il faut revenir à l’ordre ancien qui prévalait avant cette catastrophe. Si les missionnaires jésuites ont obtenu des succès dans l’Ouest, à Bourges, en 1817, c’est l’échec. L’appel à l’autodafé des auteurs du XVIIIe siècle, les sermons légitimistes et les cérémonies expiatoires pour les victimes de la Révolution suscitent, en effet, de vives protestations. Le préfet leur reproche l’emploi d’images sombres qui suscitent la terreur. La presse dénonce les trafics sacrilèges liés aux plantations de croix15. Pour leurs adversaires, les jésuites sont assimilables à des « éteignoirs » en ce qu’ils cherchent à « éteindre » les Lumières et les idéaux de la Révolution française. En défendant le retour à l’Ancien Régime, « l’éducation jésuite », thème appelé à devenir récurrent, participe ainsi des menées de la « confrérie de l’éteignoir ». En décembre 1819, les vers du chansonnier Béranger condensent les arguments de l’antijésuitisme : le « secret » qui préside aux « Constitutions » des jésuites, leur apostolat d’éducation, le pouvoir qu’ils exercent sur les papes et le clergé, le service que la Charte et le Roi leur rendent en France…

« Hommes noirs d’où sortez-vous ?
Nous sortons de dessous terre,
Moitié renards, moitié loups.
Notre règle est un mystère,
Nous sommes les fils de Loyola.
Vous savez pourquoi on nous exila,
Nous rentrons, songez à vous taire !
Et que vos enfants suivent nos leçons.
[…]
La Charte de paille est ce qu’il nous faut.
C’est litière pour la prêtraille ;
Elle aura la dîme, et nous les moissons.

  • 16 Rémond R., L’anticléricalisme en France…, p. 86-87.

Du fond d’un certain palais
Nous dirigeons nos attaques.
Les moines sont nos valets :
On a refait leurs casaques.
Les missionnaires sont tous,
Commis-voyageurs trafiquants pour nous16. »

  • 17 Sauvigny, op. cit., p. 383.
  • 18 Fureix E., La France des larmes, Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel (01), 2 (...)
  • 19 Sauvigny, op. cit., p. 383.
  • 20 Ibid., p. 385.

6L’assassinat du duc de Berry, le 13 février 1820, nourrit les critiques contre la politique libérale de Decazes. Le régime aborde un virage de plus en plus conservateur. Par contrecoup, la critique des jésuites gagne en violence. Les mesures qui concernent la retraite des officiers et les biens nationaux sont mal reçues. Il en est de même avec les deux lois sur le sacrilège et le régime légal des congrégations religieuses. Caricatures, chansons, poèmes satiriques et pamphlets fleurissent. Le théâtre et les journaux s’en font l’écho. De fausses pièces de monnaie sont mises en circulation sur lesquelles Charles x est affublé en jésuite et Louis XVIII en chanoine17. Des étudiants organisent des chahuts dans les églises où prêchent les missionnaires. Ils usent de pétards et de boules puantes, remplissent d’encre les bénitiers. De véritables émeutes éclatent à Lyon, Rouen et Brest et il faut l’intervention de la troupe pour les contenir. Les représentations théâtrales de Tartuffe sont autant de provocations. Il en est de même lors des cortèges formés pour les enterrements civils, « deuils protestataires » avec discours de personnalités libérales18. Le Constitutionnel tient une rubrique spéciale dans laquelle sont publiés des récits, vrais ou faux, sur le thème de l’intolérance du clergé, avec mention de l’Inquisition, Galilée, la Saint-Barthélemy, les dragonnades. Il est question d’enfants protestants enlevés à leurs parents pour être mis dans des établissements catholiques, de jeunes filles enfermées dans un couvent contre leur gré et celui de leur père mais pour obéir au confesseur, de sacrements refusés, de protestants et jansénistes persécutés, d’instituteurs révoqués à la demande de curés, de billets de confession exigés des pauvres et des ouvriers, de livres brûlés comme impies, d’élèves expulsés de collèges pour n’avoir pas eu assez de dévotion, de faux miracles préconisés ou de pratiques religieuses ridicules19. Le « mythe de la Congrégation » ou du « parti-prêtre » gagne en force. La Compagnie de Jésus est vue comme une société secrète qui vise à abolir la charte et à établir une théocratie. Elle domine la Cour et la Chambre. En février 1826 paraît un pamphlet qui résume le complot : le comte de Montlosier, gentilhomme auvergnat, signe le Mémoire à consulter sur un système religieux et politique visant à renverser la religion, la société et le trône. Ce « système » a quatre piliers : la Congrégation, les jésuites, l’ultramontanisme, l’esprit d’envahissement chez les prêtres. Les libéraux applaudissent à cette dénonciation. La polémique vise l’éducation livrée aux jésuites, les missions, congrégations, confréries et sociétés de propagation de la foi, l’ultramontanisme et les dévotions sentimentales. Sont désignés coupables les laïcs dévoués à l’Église, des « jésuites de robe courte », et les femmes dévotes et religieuses, véritables « jésuitesses ». La rumeur se répand qu’à Montrouge, au noviciat des jésuites, de jeunes jésuites sont entraînés à poignarder les ennemis de leur société, qu’on y accumule des armes pour une nouvelle Saint-Barthélémy des patriotes, et qu’on s’y exerce au tir au canon dans les souterrains. Le Journal des Débats est catégorique : « Le ministère n’a qu’un objet en vue, le rétablissement d’un ordre dont l’orageuse carrière renfermée entre la pyramide Jean Chatel et l’échafaud de Damiens, un ordre dont les clameurs ont retenti parmi les clameurs factieuses des Seize, les gémissements des dragonnades et les orgies de Mme du Barry20. »

  • 21 Ibid., p. 387.

7La réforme du régime des successions suscite aussi la controverse. L’avantage donné à l’aîné, sauf s’il existe des dispositions pour un partage égal entre les enfants, fait dire au Constitutionnel que la loi a été inspirée par les jésuites qui veulent repeupler les couvents en contraignant les cadets de famille et les filles à s’y réfugier faute de pouvoir subsister autrement. Pour les libéraux, « ce qui se prépare ici, c’est une révolution sociale et politique, une révolution contre la Révolution qui s’est faite en France il y a quarante ans21 ». Le projet de loi est rejeté.

L’héritage renouvelé de « l’éducation jésuite »

8La caricature antijésuite n’innove pas.

9Au premier plan, des jésuites sont occupés à ramasser divers objets de valeur, des ciboires et de la monnaie, ainsi que des poignards. Dans le second registre, soit le ciel empli de nuages de fumée, un dragon crache des jésuites et laisse tomber de ses serres des armes, glaives et flèches. Le texte précise la nature « cupide » et « perfide » des jésuites. Les jésuites sont « régicides ». C’est depuis longtemps l’un des aspects de l’enseignement qu’ils donnent à leurs élèves. Jean Châtel n’a-t-il pas été l’un des plus obéissants d’entre eux ? Depuis 1814, les jésuites arrivent en une « nouvelle fournée ». Rétablie, la Compagnie de Jésus connaît une rapide croissance d’effectifs, d’abord à partir de groupements religieux constitués après la Révolution française et dont la spiritualité revendiquée est celle d’Ignace de Loyola. Des novices s’ajoutent au petit nombre des premiers religieux de l’Ordre restauré, et les petits séminaires apportent aussi leur contingent de nouvelles recrues. L’importance de cette croissance, largement fantasmée, inquiète leurs opposants. Le dessin de cette lithographie est un remploi d’une gravure à l’eau-forte du XVIIIe siècle.

10La scène est la même, située sur une sorte de quai où les colis rappellent les trafics à la suite desquels la Compagnie de Jésus a été supprimée en France dès 1762. Un jésuite invoque toujours le monstre ailé. Ceux du premier plan sont toujours à leur négoce. Au centre, un religieux remet toujours à son confrère le serpent qui entoure son bras, mais les serpents qui grouillent sur la tête du jésuite agenouillé à sa droite sont plus visibles. Le dessin lithographié comporte toutefois quelques modifications du dessin original. Le dessinateur a ajouté une fenêtre avec barreaux. Il a surtout ajouté une tête de mort et multiplié les poignards, instruments du régicide. La lithographie est aussi rehaussée par une dorure, ce qui ajoute à l’éclat de l’or convoité par les jésuites.

La fin de l’éducation des « éteignoirs » ?

  • 22 Burnichon, op. cit., p. 400-401.
  • 23 Raffet D.-A.-M., lithographie en couleur, BNF-Richelieu, estampes et photographie. DC-189 (2)-FOL
  • 24 Sauvigny, op. cit., p. 429.

11Devant un jésuite qui surveille la manœuvre en préparant sa prise de tabac, un officier commande un bataillon de collégiens d’un établissement scolaire. Le fanion que porte l’un des jeunes de cette « arrière-garde » ensoutanée ne laisse aucun doute « IHS » désigne bien la Compagnie de Jésus. En arrière-plan, le drapeau blanc qui flotte sur « l’institution de jeunes filles » manifeste aussi l’appartenance au légitimisme de celles qu’influencent également les jésuites. Une époque touche à sa fin. La désignation de « L’arrière-garde » permet de lier à la fois le côté rétrograde et la position militaire de la dernière troupe de Charles X. « L’éducation jésuite » est son dernier soutien. Après la victoire électorale des libéraux et des royalistes d’opposition le ministère de Martignac succède à celui de Villèle. De janvier à juin 1828, des concessions sont faites à la gauche parlementaire, sans que cette dernière soit pleinement convaincue. La campagne autour des huit petits séminaires tenus par les jésuites participe des attaques des libéraux contre l’emprise du clergé sur l’éducation. L’opinion se passionne. Pour éviter la crise, le roi signe le 16 juin deux ordonnances. La première dispose « que parmi les établissements connus sous le nom d’écoles secondaires ecclésiastiques, il en existe huit qui se sont écartées du but de leur institution en recevant des élèves dont le plus grand nombre ne se destine pas à l’état ecclésiastique22 », et « que ces huit établissements sont dirigés par des personnes appartenant à une congrégation non légalement établie en France ». Sept évêques protestent, mais les jésuites se soumettent. Ils se replient dans de petites résidences où ils poursuivent leurs ministères, ou s’exilent afin de poursuivre leur activité d’enseignement. Parmi les caricaturistes qui se plaisent à dessiner cette « Marche forcée », Denis-Auguste-Marie Raffet illustre « La Religion et la Charte expulsant les jésuites23 ». Très vite, les changements ministériels paraissent limités. La presse rapporte les mêmes plaintes quant au règne de la Congrégation au niveau des administrations. Même si Polignac manœuvre pour éviter le retour de Villèle au gouvernement, son ministère demeure « jésuite24 », car le Roi est lui-même le jouet des jésuites.

Fig. 5 – « Éducation jésuitique », La Silhouette, 1er avril 1830, gravure sur bois non signée (Philipon).

  • 25 La Silhouette, sous-titré album lithographique : Beaux-arts, dessins, mœurs, théâtres, caricatures,(...)

12La Silhouette accorde beaucoup d’importance aux lithographies25. Sur le portrait qu’elle publie, Charles x porte le rabat des ecclésiastiques et une croix en pendentif. Les yeux sont globuleux et le menton est saillant. Ce ne sont pourtant pas les traits du visage de Charles x qui suscitent l’intervention de la censure. Les attributs et le sous-titre comme légende, avec deux mots seulement, suffisent à dire tout ce que le dessinateur reproche au roi. Afficher le portrait du monarque avec la mention « éducation jésuitique », c’est faire de Charles x le produit de « l’éducation des jésuites ». C’est considérer que la politique qu’il conduit est le fait d’un homme qui demeure entre les mains des jésuites, défenseurs du « parti clérical ». Dans le contexte de crise économique et sociale, avec une opposition de plus en plus vive des libéraux contre le pouvoir, l’image publiée le 1er avril 1830 est une véritable attaque. La censure ne le considère pas autrement. Le numéro de La Silhouette contenant l’image est saisi. La justice condamne le responsable du journal, Philipon, à six mois de prison et 1 000 francs d’amende pour « délit d’outrage à la personne du roi ». Dans les mois qui suivent, le Ministère perd le soutien à la Chambre. Le vote des lois sur les élections, la presse et celui sur les crédits pour la conquête de l’Algérie est à chaque fois incertain. Un nouveau ministère, toujours dirigé par Polignac, est encore plus impopulaire. Le roi s’engage dans le débat électoral. Face à la victoire des libéraux, il suspend en juillet la liberté de la presse et décide de dissoudre la Chambre pour faire élire en septembre une nouvelle assemblée selon un nouveau système électoral. Les notables libéraux annoncent leur grève de l’impôt et, à l’initiative de Thiers, une protestation est rédigée pour appeler à la désobéissance. Après les barricades dressées les 27, 28 et 29 juillet dans Paris, Charles x doit abdiquer le 2 août. Les « Trois Glorieuses » inaugurent la « Monarchie de Juillet ».

« Le jésuite » et le « jésuitisme » caricaturés sans image (1830-1878)

  • 26 Watelet J., « La presse illustrée », dans Chartier R. et Martin H.-J. (dir.), Histoire de l’éditio (...)
  • 27 Tadié J.-Y. (dir.), La littérature française, Dynamique et histoire II, Paris, Gallimard, 2007, «  (...)

13En regard des attentes de la société française, particulièrement des revendications libérales, le nouveau régime déçoit rapidement. Les caricatures de presse expriment cette déception. Avec la loi du 9 septembre 1835, le monarque, lassé de voir son visage transformé en poire, rétablit une censure pour les seules images, laissant libres les textes imprimés. Procès et amendes accablent Le Charivari de Charles Philipon26. L’antijésuitisme sert toujours à dénoncer le « parti prêtre » des ennemis de la liberté. Le complot jésuite reste à l’œuvre. Des brochures à grand tirage popularisent « le jésuite ». Il hante le roman populaire, à l’heure où le roman se veut réaliste27. Stendhal, Balzac, Eugène Sue ou Alexandre Dumas, parmi leurs plus célèbres auteurs, alimentent le « mythe jésuite ».

« Le jésuite » et son « complot »…

  • 28 Brou A., Les jésuites de la légende, 1907, spéc. chap. vi « Autour de Michelet (1843-1845) », p. 1 (...)
  • 29 Le Monopole universitaire, destructeur de la religion et des lois, Lyon, mars 1843.
  • 30 Michelet J., Des Jésuites, nouvelle édition, Calmann-Lévy, 1879, p. 15-16.
  • 31 Ibid., p. 56.

14En 1840, l’abbé Garot a publié une virulente attaque contre l’Université : Le Monopole universitaire dévoilé à la France libérale et à la France catholique. Deux ans plus tard, Jules Michelet, avec Edgar Quinet, est décidé à faire « la guerre aux jésuites » depuis le Collège de France28. De Lyon, sous le pseudonyme du chanoine Desgarets, un jésuite attise la querelle en publiant Le Monopole universitaire, destructeur de la religion et des lois29. Michelet riposte et attaque « la contre-révolution ». Dans la conquête de la société française par les jésuites, il désigne les « jésuitesses », c’est-à-dire les dames du Sacré-Cœur, comme celles qui « marchant toujours devant les jésuites […] ont adouci la voie… » Impatients, les jésuites ont cependant « quitté ces prudentes allures qui avaient fait leurs succès », en voulant trop vite enseigner. Pour Michelet, « la taupe a quitté son trou, pour marcher en plein soleil ». Les jésuites se sont mis à crier : « Nous avons les filles ; nous voulons les fils ; au nom de la liberté, livrez vos enfants30 … » « Institués pour une action violente de politique et de guerre », les jésuites « ont entrepris de faire entrer l’homme tout entier dans cette action. Ils veulent se l’approprier sans réserve, l’employer et le garder, de la naissance à la mort. Ils le prennent par l’éducation, avant que la raison éveillée puisse se mettre en défense, ils le dominent par la prédication, et le gouvernent dans ses moindres actes par la direction31 ».

Fig. 6 – Les Jésuites, entretiens des vivants et des morts, à la frontière des deux mondes, 1853. Collection Ph. Rocher.

  • 32 Ibid.
  • 33 Séance du 9 mai, cité par Burnichon J., op. cit., p. 593.
  • 34 De l’existence et de l’Institut des jésuites, 1844.
  • 35 Le mythe jésuite, op. cit., p. 292-294.
  • 36 Daumier et l’université, Professeurs et moutards, préface, catalogue et notices de Picard R., éd. V (...)
  • 37 Gastineau B., La guerre des jésuites, Paris, Bordenave, 1845.
  • 38 Collin De Plancy J.-A.-S., Les Jésuites, entretiens des vivants et des morts, à la frontière des d (...)

15Surveillé par la censure, Le Charivari n’illustre pas la polémique. Même en 1844, lorsque le baron Charles Dupin s’oppose à Montalembert à la Chambre. « Auriez-vous oublié déjà l’école tristement fameuse qu’ils fondèrent près d’Amiens… ; cette congrégation de jeunes adeptes audacieux, intrigants, tous ces Jésuites de robe courte qui s’affiliaient à des pratiques si favorables à leur ambition, à leur zèle hypocrite ?… Les Jésuites, voilà le mal intérieur qui vous travaille, le mal qui mène le Gouvernement, qui fatigue le ministère, qui l’attaque sous mille formes diverses32… » Même lorsque Guizot intervient : « Oui, c’est pour défendre la foi contre l’examen, l’autorité contre le contrôle que les Jésuites ont été institués… » Aujourd’hui, ils n’ont pas « renoncé à la pensée première de leur origine, que l’idée de la lutte contre le libre examen et le libre contrôle des pouvoirs publics n’est pas encore sortie de leur esprit33 ». Face à l’ampleur de la polémique, le jésuite François-Xavier de Ravignan, prédicateur renommé, proteste publiquement34. En 1845, Le Charivari exploite seulement l’énorme succès du roman d’Eugène Sue, Le juif errant35. Cham dessine un jésuite au soufflet lorsque le docteur administre un traitement à Rodin. Mais le trait d’Honoré Daumier ne fixe pas « l’image » de « l’éducation jésuite ». En 1845 et 1846, s’il montre des « professeurs et moutards36 », ce ne sont que des caricatures de mœurs. Le contrôle de la presse n’en autorise pas davantage. La polémique s’illustre ailleurs. Quand Benjamin Gastineau, contre la prétention des jésuites à « élever les enfants, afin de les jésuitiser », glorifie Michelet et Quinet37, Jacques-Albin-Simon Collin de Plancy, publie avec Les Jésuites, entretiens des vivants et des morts, à la frontière des deux mondes, une défense de la Compagnie de Jésus dans laquelle il fait figurer les caricatures des « ennemis des jésuites38 ».

16Cet essai de contre-attaque a peu de poids. La caricature de « l’éducation jésuite » reste la plus forte.

17Le livre d’Arnould la montre dans une église. Tout près d’un pilier où il se dissimule, le visage du jésuite drapé dans son manteau affiche un regard inquiétant. Les traits du fidèle, agenouillé sur le prie-dieu, le désignent comme un être simple, aisément manipulable, sûrement docile aux commandements et aux dévotions imposés par le jésuite, son directeur spirituel sinon un religieux qui l’impressionne et le domine.

« L’éducation jésuite » sans image

  • 39 Gribaudi M. et Riot-Sarcey M., 1848 La Révolution oubliée, Paris, La Découverte, 2008.
  • 40 Le Charivari, 4 février 1850.
  • 41 Le Charivari, mercredi 6 février 1850, caricature : « L’intérim d’un instituteur suspendu de ses fo (...)

18Trois ans plus tard, le « moment 1848 » qui suit la Révolution de février39, avec l’unanimité nationale que veut marquer la plantation des arbres de la liberté, ne dure pas. La « République sociale » cède le pas à la « réaction » lorsque s’achève l’année 1848. Le « tournant conservateur » de la Seconde République est flagrant au travers de la discussion et du vote de la loi sur la liberté de l’enseignement. En février 1850, Le Charivari publie une caricature sous-titrée : « Trois saints dans le même bénitier ». Trois personnages, parmi lesquels Adolphe Thiers est reconnaissable, dansent en ronde dans un bénitier avec un éteignoir sur la tête. Le texte explicite : « Actualités. Les instituteurs primaires sont recommandés aux prières des fidèles. De profundis40 ! » Jusqu’en juin, même s’il laisse entendre en mars une possible censure, Le Charivari ne cesse de dénoncer l’action de Thiers pour une loi sur l’enseignement qui est favorable aux congrégations religieuses41. Rien de plus cependant. « L’éducation jésuite » n’est pas stigmatisée.

« L’éducation jésuite » contre la démocratisation de l’éducation

  • 42 Caraguel C., Le Charivari, 2 février 1862.
  • 43 Duruy V., Notes et souvenirs, tome II. 1863-1869, La réforme de l’instruction publique, Clermont-F (...)

19Le pouvoir politique, dès après le coup d’État, contrôle étroitement la presse et plus généralement l’expression publique avec les décrets de février et mars 1852. « L’éducation jésuite » ? Confortée dans ses positions par la loi Falloux, elle ne fait toujours pas l’objet de caricatures dans Le Charivari. En 1858, ce dernier reste pourtant déterminé. Le dimanche 10 janvier sous la signature d’Arnould Frémy, il réagit aux « éreintements de Béranger » : « Quelques gens de bon sens se désespèrent et se disent : est-ce que ce serait par hasard une mode pour l’instant d’éreinter Béranger ? […] Béranger a fustigé les jésuites de main de maître, il a rendu leur résurrection impossible ; l’Univers l’injurie, rien de plus naturel ». En 1862, hommage est rendu à son fondateur, Charles Philipon, l’homme de « la Caricature de procès » aux « cinquante quatre procès seulement en une année42 ». Dans les dernières années du Second Empire, les caricaturistes qui dessinent dans La Lune (1866) ou L’Éclipse (1868), s’ingénient à tourner la censure. Napoléon iii et son entourage en font les frais. Mais Le Charivari moque simplement le refus des conservateurs catholiques d’un enseignement secondaire féminin voulu par Victor Duruy avec des cours d’adultes43.

20Au premier plan, un « jésuite » a battu si fort du tambour que la peau de celui-ci est crevée. Son visage courroucé illustre son dépit alors qu’un groupe de plusieurs femmes se presse pour passer une porte au-dessus de laquelle figure l’inscription « cours » alors qu’un panneau indique, avec une faute d’orthographe grossière, « instrution publique ». Le « jésuite » est seul ; les femmes sont déjà loin, et aucune ne prête attention à ce qu’il fait. Elles n’obéissent pas ou plus au « jésuite », représentant du cléricalisme. Alors qu’un enseignement féminin se met difficilement en place, le dessinateur représente, et assimile, l’opposition conservatrice catholique au « jésuite ». C’est la fin d’une domination des femmes par les jésuites, argument traditionnel des opposants à « l’éducation jésuite ». L’échec consommé de leur volonté de maintenir l’ignorance, c’est la peau d’âne qui est crevée : le symbole de la fin de « l’éducation jésuite ».

Fig. 8 – « Actualités », Le Charivari, samedi 21 mars 1868. Bibliothèque du Patrimoine, Institut catholique de Lille.

  • 44 Préface p. iv-v.
  • 45 Chapitre viii, p. 81-101.

21Même si Le Charivari n’illustre rien de plus, l’époque est pourtant à la reprise des critiques contre « l’éducation jésuite ». En 1869, un texte comme Les jésuites devant la loi française n’apporte pas d’éléments neufs. L’auteur, Castagnary, écrit que les jésuites « forment en quelque sorte le grand état-major de l’armée cléricale, et que, depuis soixante ans, ce sont eux qui mènent le double clergé séculier et régulier à l’assaut de la société moderne44 ». En vérité écrit-il aussi, « la Société de Jésus est un élément de trouble dans l’État, […] une société de combat dirigée contre la Révolution française » ; elle « menace directement les conquêtes de 1789 » ; elle « est le véritable péril social45 ».

« Marianne » victorieuse de « l’éducation jésuite » ? (1879-1914)

  • 46 Le Charivari, 4 avril 1873, « Balançoire ».

22L’avènement de la Troisième République se produit dans une période troublée. La défaite de 1870 met fin au Second Empire, mais la nouvelle République proclamée demeure mal assurée. En 1871, les jours sanglants de la « Commune de Paris » déchirent la France. Surpassant la République conservatrice d’Adolphe Thiers, des libéraux catholiques parviennent au pouvoir avec le prince de Broglie et instituent, à partir de 1873, « l’Ordre moral ». La censure limite plus encore l’expression de la presse. Même si la République a été proclamée, la France hésite sur son régime politique : République ou monarchie ? Le Charivari illustre cette hésitation par le dessin d’une balançoire46. De nouveaux collèges jésuites s’ouvrent alors, et nombre de religieux de la Compagnie de Jésus participent au renouveau d’un catholicisme ultramontain qui encourage la reprise des missions, les processions et prières publiques, les pèlerinages et la dévotion au Sacré-Cœur. La droite, soutenue par le clergé, s’affronte à la gauche des Républicains, dont certains laïques « radicaux ». Les seconds obtiennent la majorité dans les deux assemblées parlementaires au début de l’année 1879. Dans cette « querelle des deux France », la caricature de « l’éducation jésuite » se répand dans les journaux satiriques.

« L’éducation jésuite » dans l’affrontement des « deux France »

  • 47 Le Grelot, 21 avril 1878.
  • 48 Dessin de Martin G. dans Le Don Quichotte, 7 novembre 1879.
  • 49 Doizy G. et Lalaux J.-B., À bas la calotte ! La caricature anticléricale et la séparation des Égli (...)
  • 50 Le Charivari, jeudi 22 mai 1879.
  • 51 Le Charivari, 11 juillet 1879.

23En 1878, Le Grelot s’engage avec le dessin de « l’éducation congréganiste » par Pépin. « Comment, ça, mon fils ! », s’exclame un bourgeois, coiffé d’un haut-de-forme, vers lequel un jésuite au long nez, en chapeau et soutane, avec le martinet en poche, pousse une oie, signe de bêtise, coiffée d’un chapeau et portant un cartable sous son aile. Une semaine plus tard, toujours en couverture, Pépin montre deux jésuites qui vendent à la criée « les poulets de carême47 ». Leur charrette à bras remplie de poisson atteste leur hypocrisie. Dans les mois qui suivent, la caricature est moins moqueuse. Le 27 janvier 1879, Le Charivari évoque « le grand nettoyage » à faire par la « balayeuse nationale ». L’éducation de la jeunesse est l’un des enjeux de la construction de la nouvelle République. Pour les républicains laïques, il faut enlever les jeunes aux maîtres de l’éducation cléricale. En novembre, Le Don Quichotte publie l’une des images les plus frappantes sous le titre « Échappe-lui, petit48 ! » L’opposition est très forte entre l’école publique, associée au soleil qui éclaire, au progrès, et à l’élan vers l’avenir, et l’école des congrégations catholiques, sombre, enfermée dans l’obscurantisme, attachée à un passé révolu, frein au progrès des idées. « L’éducation jésuite » sert d’archétype : l’éducation à proscrire est « jésuite » ou « jésuitique ». La Lune rousse donne ainsi en exemple les jésuites comme « la partie active et redoutable, la tête du cléricalisme49 ». Ayant rendu hommage à Honoré Daumier, décédé en février, Le Charivari raille en mai Le Constitutionnel qui rappelle l’apoplexie de David au spectacle de Tartuffe. « Pas mal de gens, en effet, ont appris à leurs dépens que la haine des jésuites porte malheur. Henri iv passe pour être du nombre50. » En juillet, sous le titre, « Un feu de paille », Louis Leroy parie que les parents d’élèves se lasseront vite d’envoyer, par « l’express », leurs enfants dans des collèges jésuites en exil après une loi de proscription51 : « Ce beau feu aura duré l’espace d’un trimestre ; et les fils d’Ignace, en voyant s’égrener leur long chapelet d’élèves, murmureront mélancoliquement cet axiome : Qui quitte sa chaire la perd. »

  • 52 24 août 1879.
  • 53 Le Charivari, 16 septembre 1879, « Le rêve de Basile ».

24En août, Le Charivari se réjouit du projet d’empêcher les carrières publiques des élèves scolarisés dans les collèges jésuites. Il s’agira pour une « patte noire » de se « laver dans une université laïque » pour obtenir les emplois qui dépendent du gouvernement, car « il ne faut pas s’y tromper, la camaraderie jésuitique entrait pour beaucoup dans la vogue de leurs établissements scolaires52 ». Le dessin de Daf qui illustre la question de l’enseignement montre pêle-mêle les reproches faits à l’Église et aux catholiques. Il désigne précisément un élève en uniforme avec chapeau qui porte sous son bras un livre sur lequel est inscrit « Loyola ». En septembre, l’image montre un jésuite assis sur le globe terrestre, avec un éteignoir, alors que des corbeaux volent autour de lui53. En 1880, avec les « Ombres chinoises. Le pont cassé », de Draner, des jésuites tombent à l’eau. Sur la gauche figure une porte ouverte avec l’inscription « Conseil supérieur de l’Instruction publique », l’organisme dans lequel les catholiques n’auront plus de représentants. En mars, le dessinateur Darré montre dans Le Grelot comment la loi contre « l’éducation jésuite » constituerait une mesure de propreté.

Fig. 9 – « Mesure de propreté », par Darré. Le Grelot, no 466, 14 mars 1880. BM de Lille.

25« Marianne » pulvérise de l’insecticide (la boîte est sur la table de nuit) avec un soufflet sur des jésuites qui sont partout sur le lit. Quand certains tombent, tous fuient et cherchent à se cacher sous l’oreiller ou sur le rideau du baldaquin. La caricature de Lefman cite l’avertissement de Freycinet à propos de l’article 7. « Si cette loi n’était pas votée, le pouvoir exécutif serait mis en demeure d’appliquer des lois beaucoup plus dures que celle-là. » Le dessin fait référence au discours des républicains les plus radicaux, particulièrement à celui, en août 1879, de fin de banquet de Paul Bert :

  • 54 Bert P., Gazette de France, 25 août 1879, cité par Rémond R., Histoire de l’anticléricalisme en Fr (...)

« Messieurs, je bois à la destruction du phylloxéra. Le département de l’Yonne a eu le bonheur jusqu’ici d’échapper à ces deux fléaux : le phylloxéra qui se cache sous la vigne, et l’autre… le phylloxéra que l’on cache avec des feuilles de vigne. Pour le premier nous avons le sulfure de carbone ; pour le second, l’article 7 de la loi Ferry. Cet article 7, messieurs, quelle que soit la mauvaise volonté de certains personnages, sera voté par le Sénat, il n’y a pas à en douter. Il sera voté par les uns, et par les autres à cause de la crainte que leur refus ne donne naissance à des insecticides beaucoup plus violents. Quand nous aurons l’article 7, nous l’essaierons, et, s’il nous donne les résultats attendus, nous nous en tiendrons là. Mais s’il ne répond pas à notre attente, nous n’hésiterons pas à chercher un autre insecticide plus énergique pour sauver la France54. »

  • 55 No 467, 21 mars 1880

26L’article 7 rejeté par les parlementaires, l’éditorial du Grelot ironise : « Ces Amours de Pères ! » Le dessin de première page montre le « cours du frère Du Toc à ses élèves de philosophie » dans lequel figurent de nombreuses citations d’auteurs jésuites. En pages intérieures, Darré illustre le « Désappointement » des jésuites. Un jeune garçon tient en effet un carton où figure l’inscription : « 1773 suppression des jésuites ». D’un grand coffre déborde une affiche : « 1843 défense des jésuites d’enseigner en France et de vivre en congrégation. » Quatre jésuites aux nez démesurés sont horrifiés et désignent du doigt le document que tient le jeune garçon : « Oui, mais y a encore ça. » Avec « L’homme qui rit », Alfred Le Petit dessine un gros jésuite qui porte une pelle sur son épaule droite et tient sous son bras gauche un cercueil, sur lequel est inscrit « article 7 », alors qu’au loin se lève le soleil de « l’expulsion ». La légende rappelle l’inexorabilité du proverbe : « Rira bien qui rira le dernier55 ».

27Le Charivari réagit aux décrets du 29 mars qui font suite à l’impossibilité du vote de la loi. Le préposé général des jésuites, le père Beckx, est désigné comme le maître d’œuvre de l’opposition des jésuites à la démocratie et à la laïcisation de l’enseignement français. Dans le souvenir de l’Ancien Régime et de la Révolution française, l’histoire est convoquée :

« Ces pauvres jésuites ! Pourquoi tant s’acharner après eux ; sont-ils tant à craindre ? Oui, très à craindre et sous tous les rapports. […] Le P. Beckx sait que son siècle est travaillé par deux idées : l’émancipation politique et l’éducation laïque ; il a nécessairement un double but : celui de tuer ce qu’on appelle l’esprit révolutionnaire en ramenant le despotisme, en coalisant les monarchies européennes contre les tendances républicaines ; et celui de remettre l’éducation, l’instruction de la jeunesse entre les mains des cléricaux. Tel est le secret des efforts de ceux-ci en France, par exemple, pour atteindre à ce double but. Qu’ils y arrivent et l’on verra comment s’y prennent les jésuites pour extirper jusqu’en leurs plus profondes racines les germes de toutes tendances émancipatrices. Le passé peut nous servir d’exemple sous ce rapport : cinq cent mille protestants expulsés de France et d’un coup par un seul édit de Louis-le-Grand, sous l’influence des révérends pères, ne permettent plus le moindre doute. Et ce vieillard de quatre-vingt-cinq ans, à volonté de fer, endurci par des efforts toujours plus impuissants, n’a plus qu’une idée fixe : c’est d’avoir le bonheur de ne pas mourir avant d’avoir étouffé la Révolution. Y réussira-t-il ? Non ; si nous nous rendons bien compte des forces immenses dont il dispose ; car on ne résiste qu’à cette condition. »

  • 56 4 avril 1880.
  • 57 Huart A., Le Charivari, 16 avril 1880.

28L’auteur termine en promettant l’énumération prochaine de « ces forces, que nous appelons l’armée des jésuites56 ». Dix jours plus tard, c’est encore par un texte qu’est décrit « le dernier cours fait en France par les jésuites57 » : « C’est la dernière journée. L’année scolaire va finir. Les jeunes élèves vont prendre leurs congés, et, de par les décrets du 29 mars, ils ne pourront plus retourner chez les jésuites » ; vieux et jeunes professeurs ne s’accordent pas – faut-il dans les cours, « apprendre à haïr gouvernement républicain ? » –, seul le jeune professeur donne son cours en « haine de la République et surtout des républicains » ; il s’agit de conduire une « guerre sourde à la société » et, « pour mieux duper », de prendre « l’air bon ».

  • 58 Le Grelot, no 471, 18 avril 1880.
  • 59 Le Grelot, no 473, 2 mai 1880.
  • 60 Le Grelot, no 474, 9 mai 1880.

29Au contraire du Charivari, Le Grelot multiplie les caricatures antijésuites dans les semaines qui suivent : interdiction d’enseigner, cupidité, mais aussi volonté de se déguiser pour continuer à professer. Parmi les images, l’une montre trois jésuites au premier plan, d’autres à l’arrière, avec cette légende : « Frères, faisons à ce gouvernement qui nous renvoie, à cette République, un tour nouveau, prenons l’habit laïque. Tous chez Godchau, changeons de vêtement. » Une autre insiste : dans une grande salle de magasin « A. Godchau », avec mention de l’adresse, « 9e arrondissement, 12, rue du Faubourg Montmartre », des jésuites sont en train de se vêtir. Le sous-titre : « Conclusion : en trois jours la Maison Ad. Godchau a vendu 10 000 vêtements complets à 22 francs58 ». En mai, Le Grelot est moins léger. « Un rêve », par Moloch, figure en couverture59. Jules Ferry est au lit, conseillé à sa droite et à sa gauche par Henri iii et Henri iv, tous deux transpercés par un poignard : « Mon petit Ferry, nous ne te disons que ça : Méfie-toi ! » Des personnages encagoulés qui entrent par une porte derrière le lit, dans l’ombre, ajoutent au spectre du régicide. Une semaine plus tard, « L’enseignement supérieur clérical », est décrit par Alfred Le Petit au travers d’un jésuite qui enseigne à trois élèves aux oreilles d’âne devant un tableau où figurent ces définitions : « République : Gouvernement des repris de justice ; La Terreur blanche : ainsi nommée parce que tous les assassins rouges passés au bleu y furent blanchis par la foi60. » La caricature antijésuite ne revient dans Le Charivari qu’avec l’intervention des autorités publiques pour notifier l’interdiction d’enseigner faite aux congréganistes. Le 29 juin, elle montre « le jour d’échéance, ou le Quart d’heure de Rabelais » : un huissier présente à un jésuite venu ouvrir sa porte un billet signifiant l’expulsion du collège. Le 11 juillet, la caricature est intitulée « Tiens ils m’attendaient ». Un jésuite avec valise et parapluie voit au loin les poteaux indicateurs de l’Allemagne, de la Belgique, de l’Italie et de l’Espagne, avec des soldats équipés de fusils à baïonnettes. Dès le 19 juillet, la caricature s’amuse à évoquer la réalité de l’effet des décrets : « Il y aurait encore ce moyen de tourner la loi pour les congrégations, et ce serait rafraîchissant pour la saison. » Des congréganistes en scaphandre se trouvent au fond de l’eau. Le 24 juillet, Le Charivari donne « Un conseil aux RP jésuites. Enlevez-vous, pour n’être plus enlevés ». Le dessin montre une « institution des RP jésuites » soulevée en ballon dans les airs.

Fig. 10 – Le Grelot, no 474, 9 mai 1880.

Le « complot » de « l’éducation jésuite » contre la République : malgré tout…

  • 61 Le Grelot, no 482, 4 juillet 1880.
  • 62 Le Grelot, no 493, 19 septembre 1880.
  • 63 Le Charivari, 12 octobre 1880.

30Le thème du faux exil est exploité dès le printemps par les caricaturistes du Grelot. En juillet, il est explicite : « Pardon messieurs, vous n’auriez pas vu des jésuites par ici. Je suis chargé de les expulser, et je n’en vois nulle part », explique la légende : les hommes face au gendarme dissimulent leurs chapeaux de religieux61. Des jésuites dissimulés, c’est leur complot qui continue. Le Charivari constate l’inefficacité des décrets dans une caricature publiée le 6 septembre. Sous le titre « Bonne colle », un homme, avec dans la poche un feuillet indiquant la société civile, colle une affiche sur laquelle on peut lire : « la rentrée des classes aura lieu le 7 octobre comme d’habitude ». Un jésuite sourit dans l’entrebâillement de la porte sur laquelle figure la pancarte école. Le Grelot est moins délicat. Alfred Le Petit illustre l’« utilité des décrets » en dessinant un religieux (jésuite) prêt à utiliser le texte des décrets du 29 mars pour s’essuyer le c… : « Ayez toujours du papier dans vos poches, on ne sait jamais ce qui peut arriver (bis) », appuie la légende62. Plus sérieux, c’est par un texte, titré « Bulletin politique », qu’accompagne une caricature, que Le Charivari analyse la situation. Pierre Véron est le signataire de cet appel au Gouvernement63 :

« Les écoles ci-devant jésuitiques rouvrent leurs portes, avec les mêmes programmes et en général avec les mêmes professeurs. Elles sont devenues, dans l’intervalle des vacances, sociétés civiles et écoles libres. Passez, muscade ! Dans l’amusant roman de Dumas, le moine Gorenflot, précurseur de ces métamorphoses, trouvait un moyen ingénieux de faire maigre tout en mangeant un appétissant dindon. Il baptisait le dindon et, au nom de ce baptême, le déclarait carpe. C’est un procédé analogue qui s’emploie dans la transmutation ingénieuse qui baptise à nouveau les écoles mises en échec. Le gouvernement – que l’on continue à dire embarrassé – assistera-t-il impassible et impuissant à ce pied de nez ? Se laissera-t-il sereinement berner par ce tour de passe-passe ? Ce sera le comble du ridicule. […] Car si les Coucou ! Ah ! Nous voilà ! Des bons pères ont le dernier mot, à eux restera tout l’honneur d’une aventure qui leur aura donné le prestige de la persécution en leur laissant les profits de l’exploitation. »

  • 64 BM Lille. Les Archives du musée national de l’Éducation de l’INRP (Rouen) possèdent un document av (...)
  • 65 Kreis E., Les puissances de l’ombre, Juifs, jésuites, francs-maçons, réactionnaires… la théorie du (...)
  • 66 Idem, p. 147-148.

31Pour illustrer cette capacité des jésuites à contourner la loi, et à enseigner quoi qu’il arrive, Draner imagine ce qu’une invention nouvelle, le téléphone, leur permettrait : « Un moyen d’éviter la loi. Les jésuites faisant la classe par téléphone64. » Dans la salle de classe, des élèves studieux, crayon en main droite, sont reliés par un fil venu de l’extérieur à l’enseignement des jésuites. La loi interdit l’enseignement aux jésuites, mais ils conservent un moyen de le pratiquer… à distance. Passifs et obéissants, les élèves se « moulent » dans un enseignement uniforme, capable d’utiliser les formes les plus avancées de la modernité technique. Le combat contre cette éducation, toujours plus insidieuse, Léo Taxil le décrit avec les mots d’une campagne prophylactique : « Jésuite, vous le savez, est devenu synonyme d’hypocrite fieffé (Rires.)65. Ces êtres-là sont comme les punaises (Rires.) Quand on les chasse et qu’ils ne se sentent pas les plus forts, ils s’aplatissent et se glissent dans les fentes des murs. Ils disparaissent. On croit qu’ils sont partis. C’est une erreur. Ils sont plus que jamais dans la maison ; seulement ils sont blottis au fond des trous, ils sont tapis dans les encoignures où l’on ne peut les atteindre. Ils attendent patiemment dans l’ombre le moment où ils pourront quitter sans danger leurs retraites, se remettre à piquer, à boire le sang de leurs victimes (Applaudissements.)66. »

« Marianne » victorieuse de « la pieuvre de Loyola » ?

  • 67 Dans son roman, L’empreinte, paru en 1896, Édouard Estaunié donne à voir la marque indélébile de l (...)
  • 68 Le père du Lac est le directeur de conscience du général de Boisdeffre.
  • 69 Baubérot J. et Zuber V., Une haine oubliée, L’antiprotestantisme avant le « pacte laïque » (1870-1 (...)
  • 70 Leroy-Beaulieu A., Les doctrines de haine, l’antisémitisme, l’antiprotestantisme, l’anticléricalis (...)

32Si « l’empreinte » de « l’éducation jésuite » demeure forte, particulièrement sur ses élèves67, malgré les décrets de mars 1880, elle doit être puissamment combattue. La caricature s’épanouit avec la loi sur la presse de 1881. Les nouvelles techniques permettent la multiplication de l’image et son impression en couleur. La politique de laïcisation, « l’affaire Dreyfus », avec le rôle prêté aux jésuites68, et les débats sur la Séparation des Églises et de l’État alimentent l’anticléricalisme en image. Une presse satirique, au premier rang de laquelle figurent désormais Le Grelot, Les Corbeaux, La Calotte et L’Assiette au beurre, publie des dessins plus violents. Le catholique libéral Anatole Leroy-Beaulieu fait des trois haines du moment, « antisémite, antiprotestante, anticléricale », qui rivalisent de « fureurs aveugles et de colères ineptes », la matière de conférences à l’École des Sciences sociales69. Leurs partisans « ne se font pas scrupule de se servir d’armes déloyales, citant à l’envi des écrits sans autorité, des textes tronqués, parfois des pamphlets mensongers. L’un incrimine le Talmud ou la Cabale, dont il n’a jamais lu une page ; il ne rougit pas de rééditer, les cérémonies du judaïsme, d’ineptes et perfides légendes, telle que le meurtre ; l’autre, fier d’une érudition d’emprunt, prétend fouiller les casuistes anciens ou modernes, découpe, chez eux, à son choix, des passages scabreux ; ou bien encore il recourt triomphalement, au Monita Secreta des jésuites, un libelle calomnieux, rédigé par les ennemis de la Compagnie de Jésus70 ».

  • 71 Doizy G. et Lalaux J.-B., À bas la calotte !.., op. cit., cité p. 31.

33De 1901 à 1904, la République légifère contre les congrégations religieuses. En 1903, certains voient dans l’affiche du peintre Ogé, « Voilà l’ennemi ! » la figure de l’archevêque de Paris. Le journal explique qu’elle représente « une figure symbolique, moitié homme noir coiffé du chapeau de Basile, moitié chauve-souris étendant ses ailes au-dessus du Sacré-Cœur. […] Son ombre fait pâlir le soleil et sa soutane jette un épais voile de ténèbres sur la ville. Derrière elle s’étend une longue traînée de corbeaux. La figure, effrayante de volonté froide indique de façon saisissante l’esprit de domination du cléricalisme et justifie l’inscription de “voilà l’ennemi” qui figure au-dessous71. » De fait, l’animalisation des clercs s’exprime dans les textes et les images. Dans le poème que Louis Marsolleau intitule « Les cafards », prêtres et religieux sont décrits comme « des cafards noirs, gluants et mous ».

  • 72 Ibid., p. 49.

« Ah ! qu’il est jour qu’on les écrase
Sans quartier, sans trêve et sans phrase,
Les séculiers, les réguliers,
Les chaussés et les sans-souliers,
Les blancs, les bruns, ceux qui confessent
Aussi bien que ceux qui professent !
Moines, curés, cafards impurs,
Voilà trop longtemps que chemine
Leur fourmillement dans nos murs…
Il faut détruire la vermine72 ! »

Fig. 11 – « Hardi Marianne, le monstre ne crèvera qu’en lui tranchant toutes (sic) ses tentacules », La Calotte, 26 novembre 1906.

  • 73 Ibid., p. 70. Le dessin peut être rapproché de certaines caricatures antisémites.

34En 1905, la carte postale qui montre un homme aux doigts griffus enserrant le globe terrestre avec pour titre « Le péril noir » entend illustrer la domination du monde par les jésuites73. Mais l’animalisation paraît mieux donner à voir cette influence dénoncée. La Calotte montre, en 1906, une pieuvre aux multiples tentacules dont « Marianne » doit se défaire à coups de hache.

  • 74 À bas la calotte !, p. 68-69.

35Victorieuse, cette lutte serait l’aboutissement du combat contre un cléricalisme qu’incarne « l’éducation jésuite ». L’importance du combat est à la mesure des secteurs qu’elle influence : cercles d’ouvriers, aumônerie militaire, association de juristes catholiques, missions jésuites, enseignement scolaire. En enserrant l’enfance et, dans toute la société des adultes, les fonctions les plus importantes, dominant aussi le monde ouvrier, en métropole et outre-mer, la pieuvre jésuite représente ce qu’a de plus terrifiant le pouvoir de l’Église catholique. Signé « Ange Gabriel », le dessin s’inspire peut-être de la vogue du roman de Jules Verne74, Vingt mille lieux sous les mers. Sur fond rouge, couleur de sang, « Marianne » manie la hache. Elle vient de libérer un enfant en tranchant l’un des tentacules. L’interdiction des congrégations marque la revanche sur l’échec des décrets de 1880 et conforte la laïcisation de l’école.

*

  • 75 Les « images matrices prennent la place de la réalité présente parce qu’elles exigent l’adéquation (...)
  • 76 Lettre de Paul Dromard, recteur, au préposé général, 1er octobre 1890, ARSI.

36Au XIXe siècle, la caricature de « l’éducation jésuite » participe de l’anti-jésuitisme du temps, elle rejoint l’antijésuitisme élaboré avant la Révolution française et renouvelle les formes de la critique contre le complot auquel travaille la Compagnie de Jésus. Dans La Silhouette puis Le Charivari, les caricatures donnent de « l’éducation jésuite » une image déformée. Charles x en serait le plus pur « produit ». Elle serait l’archétype du cléricalisme le plus conservateur contre lequel la France doit se mobiliser. Le Charivari emprunte à « l’air du temps » et accompagne l’histoire de la Compagnie de Jésus en France. Si les caricatures antijésuites sont peu nombreuses pendant la Seconde République et le Second Empire, c’est que la censure veille et que les « cibles » du combat pour la liberté sont autres. Les dessins qui moquent l’éducation jésuite se multiplient en 1879 et 1880, lorsque la République entend s’installer profondément et durablement. En comparaison de ce qui paraît à l’occasion des décrets Ferry dans Le Grelot, les dessins du Charivari sont moins virulents. Cette « modération » est tout aussi frappante en regard de la caricature d’autres journaux satiriques durant les dernières décennies du siècle. Loin de faiblir, l’idée du « complot » des « corbeaux » jésuites est à son apogée. « L’éducation jésuite » constitue la forme complète du cléricalisme. Le rappel des griefs d’hier s’accompagne de l’appel à des mesures radicales. Des « hommes noirs », moitié « hommes et moitié loups » des années 1810, le passage est accompli jusqu’à la « pieuvre de Loyola » des années 1900. Le bestiaire s’est étoffé, mais l’humour est absent. La caricature du « jésuite imaginaire » est l’une des formes de l’anti-jésuitisme, la matière qui nourrit la violence des « doctrines de haine » du tournant du siècle. Il ne s’agit plus seulement de le moquer, de le chasser ou de l’exiler, mais de le faire disparaître, voire, comme pour les insectes nuisibles, de l’exterminer. Contre cette « image matrice75 », la mise en garde d’Anatole Leroy-Beaulieu demeure isolée, son écho dans l’opinion bien moindre que ne l’a été la protestation du père Xavier de Ravignan en 1844. En 1890, le recteur du collège jésuite de Mongré, à Villefranche-sur-Saône, peut manifester sa préoccupation : « Je reste bien inquiet en nous voyant si peu aimés76. » Le grand exil congréganiste s’ouvre au début du XXe siècle. Temps d’une évolution de certains jésuites vers moins d’intransigeance, moyen d’une nouvelle apologétique, il est aussi l’occasion de creuser davantage le fossé entre les « deux France ».

Notes

1 Fouilloux E., « Épilogue. Les jésuites en France du XIXe au XXe siècle », dans Fouilloux E. et Hours B., Les jésuites à Lyon XVIe-XXe siècle, ENS éditions, 2005, p. 247-264.

2 Duprat A., Images et Histoire, Outils et méthodes d’analyse des documents iconographiques, Paris, Belin, 2007, p. 142-152.

3 Mainardi P., « La caricature lithographique pendant la Restauration », dans Mollier J.-Y., Reid M., Yon J.-C. (dir.), Repenser la Restauration, Nouveau monde éditions, 2005, p. 211-222.

4 Première approche générale, Brou A., Les jésuites de la légende, Première partie Des origines jusqu’à Pascal, Paris, V. Retaux, 1906, chap. v « Les fauteurs de régicide, 1595-1610 », p. 141-165, et chap. ix, « Les Monita secreta, 1614 », p. 275-301 ; Les jésuites de la légende, Seconde partie De Pascal jusqu’à nos jours, Paris, V. Retaux, 1907, chap. v « De Voltaire à Béranger, 1773-1830 », p. 161-195. Pour l’époque contemporaine, Rémond R., L’anticléricalisme en France de 1815 à nos jours, nouvelle édition, revue et augmentée, Paris, Fayard, 1999 (1re éd. 1976), et Leroy M., Le mythe jésuite, De Béranger à Michelet, Paris, PUF, 1992.

5 Van Damme S., Le temple de la sagesse, Savoirs, écritures et sociabilité urbaine (Lyon, XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005.

6 Fumaroli M., « Baroque et classicisme : L’Imago primi saeculi Societatis Jesu (1640) et ses adversaires », dans Questionnement du Baroque, Louvain-la-Neuve, 1986, repris dans L’école du silence, Le sentiment des images au XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1994, p. 343-365.

7 « Qu’ils aient la faculté de donner leurs soins à l’éducation de la jeunesse catholique dans les principes de la religion, et l’attachement aux bonnes mœurs, ainsi que de gouverner des séminaires et des collèges, et avec le consentement et l’approbation des Ordinaires des lieux, dans lesquels ils pourront être demandés, d’entendre les confessions, de prêcher la parole de Dieu, et d’administrer les sacrements librement et licitement » (texte dans Burnichon J., La Compagnie de Jésus en France, Histoire d’un siècle 1814-1914, tome premier 1814-1830, Paris, Beauchesne, 1914, p. 535-537).

8 Bertier de Sauvigny G. de, La Restauration, Paris, Flammarion, 1974 (1re éd. 1955), p. 160.

9 Ploux F., De bouche à oreille, Naissance et propagation des rumeurs dans la France du XIXe siècle, Aubier, 2003.

10 Boudon J.-O., « Générations libérales », dans Poutrin I. (dir.), Le XIXe siècle, Science, politique, tradition, Paris, Berger-Levrault, 1995, p. 313-341.

11 En 1814 paraît Le Nain jaune, l’année suivante sont publiés les Annales du ridicule et Le Nain couleur de rose. La Foudre débute en 1821.

12 Champfleury, Histoire de la caricature…, p. 332.

13 Après Champfleury, Michel Leroy présente cette gravure dans Le mythe jésuite, De Béranger à Michelet, Paris, PUF, 1992, planche III, p. 165. Il cite son dépôt le 17 septembre 1819 et sa conservation à la BNF, au Cabinet des estampes. Contrairement à ce qu’indique Champfleury, cette gravure ne figure pas dans l’un des numéros de La Minerve parus en 1819, seule année d’existence du titre.

14 De bouche à oreille…, p. 173.

15 Avon D. et Rocher Ph., Les jésuites et la société française XIXe-XXe siècle, Des humanités à un nouvel humanisme chrétien, Toulouse, Privat, coll. « Hommes et communautés », 2001, p. 30-33.

16 Rémond R., L’anticléricalisme en France…, p. 86-87.

17 Sauvigny, op. cit., p. 383.

18 Fureix E., La France des larmes, Deuils politiques à l’âge romantique (1814-1840), Seyssel (01), 2009, p. 324 et suiv.

19 Sauvigny, op. cit., p. 383.

20 Ibid., p. 385.

21 Ibid., p. 387.

22 Burnichon, op. cit., p. 400-401.

23 Raffet D.-A.-M., lithographie en couleur, BNF-Richelieu, estampes et photographie. DC-189 (2)-FOL

24 Sauvigny, op. cit., p. 429.

25 La Silhouette, sous-titré album lithographique : Beaux-arts, dessins, mœurs, théâtres, caricatures, paraît à Paris du 24 décembre 1829 au 2 janvier 1831. Un volume sous-titré Journal des caricatures est constitué tous les trois mois.

26 Watelet J., « La presse illustrée », dans Chartier R. et Martin H.-J. (dir.), Histoire de l’édition française, 3 Le temps des éditeurs Du romantisme à la Belle Époque, Paris, Fayard-Cercle de la librairie, 1990 (1re éd. 1985), p. 369-373.

27 Tadié J.-Y. (dir.), La littérature française, Dynamique et histoire II, Paris, Gallimard, 2007, « Le roman », p. 438 et suiv.

28 Brou A., Les jésuites de la légende, 1907, spéc. chap. vi « Autour de Michelet (1843-1845) », p. 199-247.

29 Le Monopole universitaire, destructeur de la religion et des lois, Lyon, mars 1843.

30 Michelet J., Des Jésuites, nouvelle édition, Calmann-Lévy, 1879, p. 15-16.

31 Ibid., p. 56.

32 Ibid.

33 Séance du 9 mai, cité par Burnichon J., op. cit., p. 593.

34 De l’existence et de l’Institut des jésuites, 1844.

35 Le mythe jésuite, op. cit., p. 292-294.

36 Daumier et l’université, Professeurs et moutards, préface, catalogue et notices de Picard R., éd. Vilo, 1969. Sueur-Hermel V. (dir.), Daumier. L’écriture du lithographe, Éditions de la BnF, 2008, 192 pages et 220 illustrations.

37 Gastineau B., La guerre des jésuites, Paris, Bordenave, 1845.

38 Collin De Plancy J.-A.-S., Les Jésuites, entretiens des vivants et des morts, à la frontière des deux mondes, 4e éd., Plancy : Société de Saint-Victor, 1853.

39 Gribaudi M. et Riot-Sarcey M., 1848 La Révolution oubliée, Paris, La Découverte, 2008.

40 Le Charivari, 4 février 1850.

41 Le Charivari, mercredi 6 février 1850, caricature : « L’intérim d’un instituteur suspendu de ses fonctions » [Un soldat, tenant une férule dans sa main, derrière un pupitre, avec à ses pieds des

42 Caraguel C., Le Charivari, 2 février 1862.

43 Duruy V., Notes et souvenirs, tome II. 1863-1869, La réforme de l’instruction publique, Clermont-Ferrand, éditions Paléo, 2005. enfants à genou] ; samedi 2 mars 1850, caricature : « Actualités. Quels mauvais points d’appui ! » [Une République (inscrit sur la ceinture) en équilibre sur la pointe de sabres, yeux bandés par un bandeau « réaction », une main sur un gros abbé (soutane courte avec rabat) et un petit Thiers] ; samedi 16 mars 1850, après le vote de la loi Falloux, caricature : « M. Thiers au lutrin de Notre-Dame de Lorette » [Thiers chante, monté sur un petit tabouret, en aube devant une partition posée sur le meuble. Derrière lui deux hommes en surplis chantent aussi].

44 Préface p. iv-v.

45 Chapitre viii, p. 81-101.

46 Le Charivari, 4 avril 1873, « Balançoire ».

47 Le Grelot, 21 avril 1878.

48 Dessin de Martin G. dans Le Don Quichotte, 7 novembre 1879.

49 Doizy G. et Lalaux J.-B., À bas la calotte ! La caricature anticléricale et la séparation des Églises et de l’État, Éditions Alternatives, 2005, p. 70-71.

50 Le Charivari, jeudi 22 mai 1879.

51 Le Charivari, 11 juillet 1879.

52 24 août 1879.

53 Le Charivari, 16 septembre 1879, « Le rêve de Basile ».

54 Bert P., Gazette de France, 25 août 1879, cité par Rémond R., Histoire de l’anticléricalisme en France, de 1815 à nos jours, nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Fayard, 1999, p. 190.

55 No 467, 21 mars 1880

56 4 avril 1880.

57 Huart A., Le Charivari, 16 avril 1880.

58 Le Grelot, no 471, 18 avril 1880.

59 Le Grelot, no 473, 2 mai 1880.

60 Le Grelot, no 474, 9 mai 1880.

61 Le Grelot, no 482, 4 juillet 1880.

62 Le Grelot, no 493, 19 septembre 1880.

63 Le Charivari, 12 octobre 1880.

64 BM Lille. Les Archives du musée national de l’Éducation de l’INRP (Rouen) possèdent un document avec la même image, mais avec un intitulé un peu différent.

65 Kreis E., Les puissances de l’ombre, Juifs, jésuites, francs-maçons, réactionnaires… la théorie du complot dans les textes, Paris, CNRS Éditions, 2009, p. 146-147.

66 Idem, p. 147-148.

67 Dans son roman, L’empreinte, paru en 1896, Édouard Estaunié donne à voir la marque indélébile de l’éducation jésuite, soit la formation d’esprits disciplinés. Rémond R., op. cit., p. 202.

68 Le père du Lac est le directeur de conscience du général de Boisdeffre.

69 Baubérot J. et Zuber V., Une haine oubliée, L’antiprotestantisme avant le « pacte laïque » (1870-1905), Paris, Albin Michel, 2000, p. 226 et suiv.

70 Leroy-Beaulieu A., Les doctrines de haine, l’antisémitisme, l’antiprotestantisme, l’anticléricalisme, Paris, Calmann-Lévy, 1902 (réédition Elibron classics, 2005, p. 66).

71 Doizy G. et Lalaux J.-B., À bas la calotte !.., op. cit., cité p. 31.

72 Ibid., p. 49.

73 Ibid., p. 70. Le dessin peut être rapproché de certaines caricatures antisémites.

74 À bas la calotte !, p. 68-69.

75 Les « images matrices prennent la place de la réalité présente parce qu’elles exigent l’adéquation de la réalité future à l’image présente » (Michaud E., « La construction de l’image comme matrice de l’histoire », Vingtième siècle. Revue d’histoire, no 72, « Image et histoire », octobre-décembre 2001, p. 41-52).

76 Lettre de Paul Dromard, recteur, au préposé général, 1er octobre 1890, ARSI.

List of illustrations

Caption Fig. 1 – « Vite, soufflons, soufflons, morbleu, Éteignons les lumières, Et rallumons le feu », Lyon ?, auteur anonyme, septembre 1819. Reproduction par la Bibliothèque municipale de Lille. L’image se trouve dans Champfleury, Histoire de la caricature sous la République, l’Empire et la Restauration, Paris, E. Dentu, 1874.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102852/img-1.jpg
File image/jpeg, 255k
Caption Fig. 5 – « Éducation jésuitique », La Silhouette, 1er avril 1830, gravure sur bois non signée (Philipon).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102852/img-2.jpg
File image/jpeg, 106k
Caption Fig. 6 – Les Jésuites, entretiens des vivants et des morts, à la frontière des deux mondes, 1853. Collection Ph. Rocher.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102852/img-3.jpg
File image/jpeg, 239k
Caption Fig. 8 – « Actualités », Le Charivari, samedi 21 mars 1868. Bibliothèque du Patrimoine, Institut catholique de Lille.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102852/img-4.jpg
File image/jpeg, 98k
Caption Fig. 9 – « Mesure de propreté », par Darré. Le Grelot, no 466, 14 mars 1880. BM de Lille.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102852/img-5.jpg
File image/jpeg, 101k
Caption Fig. 10 – Le Grelot, no 474, 9 mai 1880.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102852/img-6.jpg
File image/jpeg, 121k
Caption Fig. 11 – « Hardi Marianne, le monstre ne crèvera qu’en lui tranchant toutes (sic) ses tentacules », La Calotte, 26 novembre 1906.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102852/img-7.jpg
File image/jpeg, 85k

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search