Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En France rurale

 | 
Jean-François Simon
, 
Bernard Paillard
, 
Laurent Le Gall

Troisième partie. Autres enquêtes de l'Aubrac à la Margeride

Les enquêtes collectives en Corse

De Pieve e Paesi à l’Atlas ethnohistorique de la Corse

Georges Ravis-Giordani

Texte intégral

1« La plus proche des îles lointaines » a longtemps été ignorée des ethnologues. On peut faire l’hypothèse que les mutations que la société française a connues après 1945 (désertification du monde rural, perte de l’empire colonial, instauration de la Ve République, révolte culturelle de 1968) ont ébranlé si profondément la Corse qu’elles ont provoqué la prise de conscience de la spécificité et de la valeur d’une culture et d’une langue qui étaient menacées de disparaître. Cela suffit-il pour expliquer qu’à partir des années 1970 la recherche collective en sciences humaines (et tout particulièrement en ethnologie) s’y soit développée ?

Spécificités d’une RCP

2Par rapport aux grandes enquêtes collectives qui se sont déroulées sur le continent, et qui sont, par leur problématique, leur étendue (d’une commune à une région), leur complexité, très variables, les tentatives de recherche collective en Corse présentent un certain nombre de traits spécifiques.

  • 1 De 1973 à 1983, la RCP 351, devenue RCP 691 en 1980 ; de 1983 à 1986, à Corte, une « Jeune Équipe  (...)

3Un premier trait tient au fait que l’initiative de la recherche n’est pas venue d’une institution nationale mais d’une équipe qui, au départ, disposait d’une existence institutionnelle modeste. Le projet d’une recherche systématique et collective est né des discussions internes au Centre d’études corses, un laboratoire de l’Université de Provence. Ce centre dépose en 1973 auprès du CNRS le projet d’une Recherche coopérative sur programme qui porterait sur la Corse. Cette équipe est créée en janvier 1974 sous le nom de « Différenciations microrégionales et structures des communautés rurales corses ». De 1974 à 1986, le CNRS soutiendra trois équipes1. En même temps est fondée, en Corse, une Association des chercheurs en sciences humaines-Domaine corse qui publie, à partir de 1973, une revue, Études Corses (69 numéros parus à ce jour). En 1983 est créée, autour du Centre d’études corses d’Aix-en-Provence, une association loi 1901, l’Association pour le développement des études corses et méditerranéennes (ADECEM) ; elle vit d’abord des cotisations de ses membres mais obtient assez vite quelques subventions de la région Corse et des deux départements.

  • 2 C’est-à-dire trois enseignants-chercheurs de l’Université de Provence, deux géographes appartenant (...)
  • 3 Jusqu’en 1975, la Corse étant un seul département, toutes les archives sont à Ajaccio.

4Un deuxième trait tient à la faiblesse des infrastructures de recherche locales. Les autres enquêtes collectives s’appuient sur des institutions fortes et expérimentées : DGRST et Musée de l’homme pour Plozévet, Musée des Atp pour l’Aubrac, Laboratoire d’anthropologie sociale et EHESS pour le Châtillonnais et les Baronnies ; des équipes du CNRS sont affectées à ces projets. La première recherche sur la Corse repose, on l’a vu, sur un simple laboratoire de l’Université de Provence2. Dans les années 1970, l’île ne dispose pas de l’implantation d’un enseignement supérieur à rayonnement régional comparable aux institutions universitaires sur lesquelles certaines enquêtes ont pu s’appuyer : Clermont-Ferrand pour l’Aubrac, Dijon pour le Châtillonnais, Toulouse pour les Pyrénées. On ne peut donc pas espérer trouver sur place les collaborations locales que constituent les enseignants et leurs élèves de l’université de la région. Ajoutons à cela la dispersion des étudiants corses dans différentes institutions continentales, principalement Aix, Nice et Paris. Au surplus, les enseignants-chercheurs membres de la RCP 351 sont eux aussi dispersés dans différentes universités continentales : Aix, Paris, Rouen, Besançon. En 1975, aucun n’est de rang magistral. Sur ces 8 chercheurs « sur poste », un seul est ethnologue, les autres sont géographes, historiens, linguistes. Les autres membres de l’équipe sont des professeurs du secondaire ou des étudiants avancés, en cours de thèse de 3e cycle, ou déjà docteurs. Les réunions de l’équipe ont lieu, en Corse, pendant les vacances d’été, qui sont le seul moment de l’année où ces universitaires sont libérés de leurs tâches d’enseignement. L’absence d’une institution d’enseignement supérieur signifie aussi qu’il n’y a pas eu sur la Corse de travaux universitaires abondants et continus. En 1970, la seule grande thèse sur laquelle on pouvait s’appuyer était celle du géographe Antoine Albitreccia, La Corse, son évolution au XIXe siècle et au début du XXe siècle, mais elle datait de 1942. À part le fond des Archives départementales d’Ajaccio3, géré par un conservateur expérimenté et actif, Pierre Lamotte, et les deux bibliothèques municipales d’Ajaccio et de Bastia, il n’y avait pas, si j’ose dire, cette « accumulation primitive » de connaissances, d’initiatives locales, d’enquêtes ou de mémoires d’érudits qui, dans d’autres régions, a fourni à la recherche scientifique un premier apport.

  • 4 Robiquet F., Recherches historiques et statistiques sur la Corse, Paris-Rennes, Chez le frère de l (...)
  • 5 Fée A. L. A., Voceri, chants populaires de la Corse, précédés d’une excursion dans cette île en 18 (...)
  • 6 Maximilien Bigot, qui fut juge de paix en Corse, a produit, sur le modèle établi par Le Play, une (...)
  • 7 Gregorovius F., Corsica, récit d’un voyage fait en 1852, publié en allemand en 1869 (traduction fr (...)
  • 8 Ce travail scientifique considérable, étalé sur une dizaine d’années, et incluant les îles de l’ar (...)
  • 9 Paul Arrighi crée, en 1957, le Centre d’études corses.

5On touche là à une autre spécificité qui n’est pas institutionnelle, cette fois : la polarisation de la recherche érudite locale sur l’histoire. Lorsque l’on examine la production ethnographique du siècle dernier sur la Corse et qu’on la compare avec celle qui concerne d’autres régions de France, force est de constater que l’île ne semble pas avoir attiré la curiosité des ethnographes ni celle des folkloristes. Une rapide incursion dans la « Bibliographie méthodique » du Manuel de folklore français contemporain d’Arnold Van Gennep le montre aisément : de toutes les régions retenues dans cet échantillon, la Corse est celle qui a fait l’objet du plus petit nombre de publications. L’île ne semble pas avoir non plus connu de société savante qui se donnât pour tâche l’étude des mœurs, des coutumes, des croyances, du folklore juridique et social. À la fin du XIXe siècle, quelques érudits, Jean-Baptiste Frédéric Ortoli, Julie Filippi publient quelques notes qui dépassent rarement une demi-page. Mais, le plus souvent, l’ethnographie de la Corse est faite par des étrangers, des continentaux ou des Corses du continent : au XIXe siècle, François Robiquet4, Antoine Laurent Apollinaire Fée5, Maximilien Bigot, un disciple de Frédéric Le Play6, Ferdinand Gregorovius7. Pendant l’entre-deux-guerres, le principal gisement de notations ethnographiques demeure le monumental Atlante linguisticico e etnografico dell’isola di Corsica réalisé par un linguiste italien et son équipe, Gino Bottiglioni8. Au cours de la même période, une érudite d’origine anglaise, mariée à un peintre italien, Édith Southwell-Colucci, collecte et publie plusieurs dizaines de voceri inédits. De son côté, l’archiviste de l’île, Paul Aimès publie dans l’Archivio storico di Corsica (autre publication irrédentiste) un Essai d’ethnographie historique de la Corse qui télescope de façon débridée des événements tirés de l’histoire et surtout de la légende de la Corse médiévale et quelques informations ethnographiques recueillies sur le terrain. Porté par une approche hyper-symboliste, l’ensemble donne une image totalement a-historique et passablement imaginaire de la Corse. On notera, en contrepoint, que les années 1930 virent naître dans l’almanach annuel de la revue A Muvra, d’inspiration autonomiste, ou dans la revue L’Annu corsu, que dirigeait, depuis Marseille, Paul Arrighi, professeur de langue et civilisation italienne à la faculté d’Aix-en-Provence9, quelques articles à caractère ethnographique ; il en alla de même avec la revue U Muntese qui parut dans les années 1950 et jusque vers 1972.

6En 1948, Marcel Maget, Jean Leblanc, Raymond Borrely, Félix Quilici, Paul Arrighi enquêtent en Corse dans le cadre de la préparation de l’« Atlas folklorique de la France ». Isac Chiva et Claude Faucheux font également, avec l’appui du conservateur du Musée ethnographique de Bastia, Daniel Ojalvo, une série d’enquêtes au milieu des années cinquante. En matière de connaissance de l’île, le fonds d’archives du Musée des Atp est plus riche que ce qu’on peut trouver en Corse même. Si les recherches ethnographiques sont le plus souvent le fait de chercheurs non-corses, l’île a vu fleurir, en revanche, sous la plume de lettrés insulaires, un nombre considérable d’ouvrages d’histoire. Dès 1882, naît, à Bastia, la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, toujours en activité ; son Bulletin a constitué pendant un siècle, et tout particulièrement dans les cinquante premières années de sa parution, le support d’une activité historiographique soutenue. Encore faut-il faire remarquer qu’il ne s’agit pas, le plus souvent, d’une véritable recherche historique au sens plein du terme, mais plutôt d’une recherche d’érudits locaux exhumant et commentant des archives.

  • 10 « La Toscane, c’est l’histoire que nous n’avons pas eue. Les Corses ont-ils mérité cette absence d (...)

7Cette situation appelle réflexion. On invoque, en général, l’attirance des Corses pour leur histoire marquée par les luttes incessantes de factions, les interventions des grandes puissances étrangères, les hauts faits d’armes et les exemples de bravoure et d’héroïsme. Mais il y a aussi des raisons sociologiques. À la différence d’autres provinces, il n’y a pas eu, ici, entre les classes dirigeantes et éclairées de la société et le peuple cette distance sociale et culturelle sans laquelle le projet d’une curiosité anthropologique a du mal à émerger. Un des observateurs les plus perspicaces de la Corse de la fin du XVIIIe siècle, l’anonyme Officier du Régiment de Picardie, arrivé dans l’île en 1774, note : « Avant notre arrivée, les plus riches parmi eux ne dépensaient, ne consommaient pas plus que les pauvres, ne vivaient pas mieux, et n’étaient pas mieux vêtus. » Quant à ceux qui auraient pu avoir assez de loisir et d’aisance intellectuelle pour s’adonner à l’observation de la culture du peuple, ils étaient plutôt attirés par la proche et brillante Italie, la Toscane en premier lieu10. Enfin, il faut ajouter à tout cela que, par son annexion à la France, la Corse a été arrachée politiquement à l’univers italique dans lequel elle baignait naturellement, historiquement et culturellement ; ceci étant, elle a échappé au destin social et politique de ce qui allait devenir le Mezzogiorno. Mais ni par son poids démographique, ni par son dynamisme économique et culturel propre, elle ne pouvait susciter la réflexion anthropologique que le sud de la péninsule a générée, depuis un siècle, dans l’histoire de la conscience nationale italienne. Que l’ethnologie de l’île soit, dans ces conditions, restée embryonnaire, c’est une constatation qui ne peut s’interpréter que par référence à cette présence-absence, je dirais presque cette forclusion, de l’Italie dans le triangle Corse-France-Italie où s’est déployée la conscience de soi de la Corse.

  • 11 En histoire aussi, et jusqu’à une période récente, les chaires étaient centrées sur l’Antiquité, l (...)
  • 12 Le Niolu, région pastorale pauvre, archaïque, structurée autour d’une forme de communauté égalitai (...)
  • 13 L’un des enseignants en ethnologie de l’Université de Corte, Philippe Pesteil, déplore, dans un de (...)
  • 14 Éditions Dumane, Bastia, 2004, 7 volumes.

8La création de l’Université de Corse, en 1982, a-t-elle modifié cette situation ? Tel n’a pas été pas le cas. Outre les difficultés inhérentes à la situation d’insularité, cette institution n’a pas su, ou pu, développer en ethnologie une recherche convaincante11. Un quart de siècle après son ouverture, le bilan des productions scientifiques qu’on peut dresser, tout au moins dans la discipline qui nous occupe, est pour le moins insatisfaisant : la revue universitaire de sciences humaines publiée par l’Université, Publications universitaires de linguistique et anthropologie (PULA) compte à ce jour une demi-douzaine de numéros parus entre 1989 et 1997. Le parti pris idéologique d’illustrer, d’exalter plus que d’analyser la culture corse, réduite schématiquement à quelques traits (l’oralité, le modèle de la communauté de village prétendument égalitaire et démocratique12, un rapport symbolique au surnaturel à travers l’étude des croyances magiques recueillies sans égard aux contextes sociaux dans lesquels elles apparaissent et évoluent) n’a pas permis de développer une approche respectueuse des formes qu’a prises la société corse contemporaine13. Peu de thèses ont été soutenues et moins encore ont été publiées en ethnologie. En revanche, un certain nombre d’enseignants-chercheurs et d’étudiants de l’Université de Corse ont participé à la rédaction des deux volumes de l’Encyclopaedia Corsicae consacrés à l’ethnologie14. À côté d’observations justes et fines, certains d’entre eux déploient, dans l’interprétation, une anthropologie du symbolique rarement maîtrisée qui nous renseigne parfois davantage sur l’idéologie et la psychologie des auteurs que sur la société et la culture insulaires.

  • 15 Le livre Pieve e paesi, rapidement épuisé, fait l’objet d’une réédition, elle aussi épuisée en moi (...)

9Un troisième trait tient à l’étendue de l’aire géographique sur laquelle se sont déroulées ces recherches et à leur durée. Alors que les différentes recherches collectives se sont étendues sur quelques années et se sont concentrées sur des zones restreintes (un village ou une microrégion), la recherche sur la Corse s’est déployée, avec des périodes plus ou moins actives, sur une trentaine d’années et sur l’ensemble de l’île. De 1974 à 1986, les deux RCP et la « Jeune Équipe » ont poursuivi le programme d’analyse des structures de la société corse. Étant donné le peu de travaux antérieurs, ce fut, pour cette équipe de jeunes chercheurs, une période d’intense activité de défrichement. Tout ou presque était à faire et chaque colloque, chaque publication avait un retentissement, parfois critique, dans une société avide de se connaître15. À partir des années 1990, c’est l’ADECEM qui, grâce aux subventions des assemblées régionale et départementales, a pris le relais du support logistique que le CNRS n’assurait plus. Elle a soutenu, de 1990 à 1994, une équipe informelle restreinte (5 chercheurs, ethnologues et historiens) qui travaillait sur la famille et la parenté. Les résultats de cette recherche furent publiés en 1996 sous la forme d’un numéro double de la revue Études Corses intitulé L’Île-Familles. De 1994 à 2004, elle a assuré la logistique d’une équipe d’une trentaine de chercheurs qui s’est attelée à la production d’un Atlas ethnohistorique de la Corse, ouvrage publié en 2004 aux éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS).

10Le quatrième trait ressortit au contexte idéologique et politique régional dans lequel s’est amorcée, au milieu des années 1970, la recherche collective dont je rends compte ici. Ces années ont été, pour la Corse, des années d’intense bouillonnement idéologique, politique, culturel. Nous sommes dans la décennie qui suit le mouvement de mai 1968. La crise économique qui affecte la France et l’Europe restreint pour les jeunes Corses les perspectives de promotion sociale qui traditionnellement étaient liées au départ vers le continent ou vers les colonies. Les années 1970 sont aussi marquées par la défense des valeurs d’autochtonie ; ce sont les années Larzac sous le mot d’ordre « Volem vivre al pais ». Pour un certain nombre de jeunes gens qui ont fait leurs études sur le continent, ce mouvement se traduit par un retour dans l’île sous le signe de ce que l’on va appeler « u riacquistu », la réappropriation de l’identité collective corse. Dans certains domaines, comme la musique et le chant, ce mouvement portera ses fruits de manière exemplaire : on redécouvre et on exalte les formes anciennes du chant religieux et profane ; on exhume fiévreusement des greniers, et parfois même des souvenirs des anciens, les restes de vieux instruments dont on avait oublié l’existence ; on redécouvre, en s’aidant de comparaisons avec d’autres régions méditerranéennes, les partitions qui permettaient d’en jouer et on se met à fabriquer ces instruments et à en jouer. Autour d’un artiste plasticien, Toni Casalonga, qui s’installe dans le village de Pigna, en Balagne, s’agrègent des artisans et des artistes de tous les corps de métier : peintres, potiers, tisserands, luthiers. Un peu partout renaissent les confréries de villages et se créent des groupes qui redonnent vie au chant polyphonique et plus largement au chant collectif, aux joutes chantées (chjam’e rispondi) qui s’inscrivent dans la tradition des chants alternés.

11Ce riacquistu culturel ne va pas toutefois sans quelques déformations et simplifications de l’histoire et de la sociologie insulaires. Il s’accommode aisément d’une exaltation de l’identité culturelle qui gomme la complexité de la société corse. Ces travers apparaissent très vite pendant les Journées culturelles, intitulées « Université d’été », qui se tiennent à Corte, pendant la première semaine d’août, à partir de 1972. De 1972 à 1975, le Centre d’études corses de l’Université de Provence est considéré comme le responsable, et la caution universitaire de ces « Journées », Fernand Ettori, directeur dudit centre, est le premier président de cette Université d’été. De nombreux Corses, en grande partie venus du continent, y assistent. À côté de cours de caractère universitaire sur l’histoire, la langue, l’ethnologie, et de forums consacrés aux problèmes économiques de l’île, les organisateurs locaux, qui se situent dans la mouvance autonomiste, organisent de grands débats à caractère politique sur le projet d’autonomie de la région, sur l’exigence de « réouverture », à Corte, de l’Université de Corse fondée par Pascal Paoli et fermée depuis 1769. Débats houleux au cours desquels s’affrontent essentiellement militants autonomistes et militants communistes devant un public attentif et passionné. Ce mouvement débouche en août 1975 sur les événements d’Aleria et sur la radicalisation progressive du mouvement autonomiste.

12Le climat dans lequel se développe la recherche sur la Corse n’est donc pas, dès le départ, celui d’une interrogation scientifique classique. Elle se développe parallèlement à ce mouvement politique et s’efforce de le prendre en compte à un niveau et sous un angle compatibles avec les exigences d’une recherche aussi objective que possible. C’est dans cet esprit que le Centre d’études corses et la RCP 351 organisent en 1974 et 1976 deux colloques méditerranéistes pluridisciplinaires, le premier, à Bastia, sur le thème « Femmes corses, femmes méditerranéennes », le second, à Bonifacio, sur le thème « La mort en Corse et dans les sociétés méditerranéennes ». À ces colloques participent des chercheurs qui travaillent sur le sud de la France (Jean-Claude Bouvier, Claudine et Daniel Fabre, Monique de Fontanès, Michel Vovelle) ou sur les deux rives de la Méditerranée (Janine Fribourg, Camille Lacoste, Luigi-Mario Lombardi-Satriani, André Nouschi, Benito et Jeanne Pelegrin, Noureddine Sraieb, Nello Zagnoli) et même sur des aires culturelles plus lointaines, l’Iran, l’Afrique noire (Christian Bromberger, Louis-Vincent Thomas). Les colloques et les travaux de la RCP nourrissent également la revue Études Corses créée en 1973 avec le souci d’en faire une revue universitaire. À la fois par positionnement idéologique et par une démarche de réflexion scientifique, la plupart des membres de cette équipe sont désireux de procéder à un aggiornamento de la recherche sur la Corse : en histoire, dans la perspective de l’École des Annales ; en ethnologie, dans la perspective ouverte à la fois par l’ethnologie méditerranéiste, telle qu’elle commence à émerger des grands colloques organisés par Julian Pitt-Rivers et John Peristiany, et par l’ethnologie de la France.

  • 16 Antoine Casanova voit dans l’image de Napoléon, telle qu’elle s’est construite en Corse, « un opér (...)

13Il s’est donc agi, pour ces chercheurs, d’une lutte sur deux fronts. En premier lieu, contre la construction idéologique, victimiste et simplificatrice qu’élaborait l’historiographie autonomiste puis nationaliste et qui faisait de la Corse une nation opprimée, colonisée, victime d’un ethnocide et, selon une formule célèbre, « une nation vaincue qui d[evai]t renaître » (sous-entendu : hors du cadre français). Dans cette histoire et cette ethnologie en noir et blanc, il fallait introduire un peu de couleur et donner à chacune la place qui lui revenait : pas seulement le bleu et le rouge mais aussi le vert de l’italianité et, plus largement, les couleurs mêlées de la méditerranéité (l’Espagne, le Maghreb…). C’était le sens que nous donnions à l’invitation de ces collègues non-corsisants dans les colloques que nous avons organisés. Il s’agissait, en second lieu, et concomitamment, de lutter contre l’occultation de l’histoire spécifique de la Corse, avec ses contradictions, son cheminement propre où l’on retrouve des traits profonds de son italianité. On ne pouvait pas faire comme si l’annexion forcée de l’île au royaume de France n’avait pas existé. En même temps, on ne pouvait passer sous silence que les Corses, vaincus et réprimés par le royaume de France, avaient adhéré, dès le début, à la Révolution française et qu’ils avaient périodiquement renouvelé ce pacte d’adhésion à la « grande nation » : guerre de 1914-1918, Résistance, période gaullienne de la Ve République. On ne comprend rien à la Corse si on gomme, dans un sens ou dans l’autre, ces mouvements inverses d’adhésion et de résistance, si on néglige le rôle symbolique qu’a pu jouer dans ces mouvements la figure emblématique de Napoléon16. De tout cela, il faut rendre compte. C’est ici que l’ethnologie, l’histoire et la psychologie se rencontrent et s’affrontent dans un dialogue fécond. De ce point de vue, ce travail déboucha sur une analyse globale des traits constitutifs de l’originalité de la Corse par rapport à d’autres régions méditerranéennes proches – comme le sud de l’Italie ou la Sardaigne.

Des résultats inachevés

14Le projet de la RCP 351, on l’a dit, était double : dégager les différenciations microrégionales et analyser les structures des communautés rurales. Avec le recul de ces trente dernières années, on peut dire qu’elle a réalisé surtout le deuxième objectif. C’était celui qui était le plus rapidement accessible à partir des enquêtes ponctuelles que chacun de nous pouvait faire. Tous les chercheurs étaient, en effet, des enseignants en poste sur le continent et ils n’avaient que les vacances universitaires pour mener leurs recherches. Au cours de ce travail, les matériaux étaient essentiellement les documents d’archives ou les entretiens « significatifs », les observations de terrain, les anecdotes, les dictons, les détails de la vie quotidienne, les récits de vie. La démarche était inductive – donc généralisante – et comparatiste, s’appuyant sur les acquis de l’ethnologie méditerranéiste et sur les travaux des historiens antiquistes (Gernet, Vernant, Veyne, Détienne, et bien d’autres). Le produit final supposait, bien évidemment, de mettre en lumière des structures de la société et de la culture, pan par pan.

  • 17 Créée en 1983, à Aix-en-Provence, autour du Centre d’études corses, cette association s’est instal (...)
  • 18 En 1962, Émile Kolodny, dans son livre sur La géographie urbaine de la Corse (Paris, Société d’édi (...)

15L’aboutissement des quatre premières années de travail de la RCP fut, en 1978, la parution de l’ouvrage collectif Pieve e Paesi, communautés rurales corses. L’ouvrage est constitué de dix textes : cinq à dominante ethnologique, quatre plus historiques et un de linguistique. Ces contributions correspondent aux travaux et aux préoccupations des différents auteurs. Ils couvrent l’axe « structures des communautés rurales ». Ils sont suivis d’une « Contribution à un atlas historique de la Corse (1770-1914) » due à Francis Pomponi qui fournit des données démographiques et économiques couvrant l’ensemble de l’île. C’est, avec la contribution de Mathée Giacomo-Marcellesi, qui s’appuie sur les atlas linguistiques de la Corse, la seule contribution qui réponde pleinement à l’axe « différenciations micro-régionales ». Cette première partie du programme de la RCP a été en revanche réalisée par l’Atlas ethnohistorique de la Corse. Seize ans après la publication de Pieve e paesi, quelques-uns des « anciens » de la RCP 351, auxquels s’associèrent des chercheurs plus jeunes, ont mis sur pied un nouveau projet de travail collectif. Il s’agissait de reprendre, sous une forme cartographique, quelques-uns des thèmes de la Recherche coopérative sur programme. Ce programme n’a pris une forme rigoureuse qu’à partir de 1999 quand l’équipe a bénéficié de l’appui logistique du laboratoire cartographique de l’EHESS et de la collaboration étroite et stimulante de la cartographe Alexandra Laclau. Le volume a paru en 2004. Le financement de cette recherche a été essentiellement assuré par la Collectivité territoriale de Corse et le Conseil général de Haute-Corse. Le maître d’œuvre n’était plus le Centre d’études corses, disparu en 1999, mais une association loi 1901 – l’Association pour le développement des études corses et méditerranéennes17. La problématique de l’Atlas n’était pas tout à fait la même que celle de la RCP de 1974. D’abord, l’état de la recherche en 1994 n’était plus celui des années 1970. De nouveaux thèmes avaient surgi : l’essor, puis le déclin de l’industrialisation de la Corse, le gonflement rapide des villes, qui, aujourd’hui, représentent les deux tiers de la population de l’île18, les migrations, et notamment le tourisme dont le volume a été multiplié par dix en vingt ans. Pesait aussi la contrainte que nous nous étions imposée d’une restitution sous forme cartographique – dans ce type d’entreprise, c’est l’accumulation de données homogènes souvent sous une forme statistique et quantitative qui permet de construire les séries de données à partir desquelles on peut faire les cartes et voir apparaître les différenciations microrégionales. La démarche était donc ici résolument analytique et contrastive, au moins dans un premier temps ; lorsqu’elle était suffisamment poussée et pertinente, elle pouvait déboucher sur des synthèses intéressantes.

  • 19 C’est le cas dans un certain nombre de villages du Sartenais.
  • 20 C’est le cas à Sartène.
  • 21 C’était le cas, autrefois, dans le Cap Corse et même dans la population cap-corsine installée à Ma (...)

16Cette démarche a été particulièrement difficile pour les ethnologues parce que la couverture d’un terrain aussi vaste et complexe nécessitait une équipe bien plus nombreuse et une présence sur le terrain bien plus fréquente que nous ne pouvions l’assurer. Nous avions entrepris, par exemple, des enquêtes sur les coutumes liées à la veillée des morts et aux cortèges d’enterrement. Nous savions que, selon les lieux, on veille, ou on ne veille pas les morts : on suit le corps jusqu’au cimetière ou seulement jusqu’à l’église19 ; parfois, les hommes suivent jusqu’au cimetière et les femmes jusqu’à l’église20 ; parfois, les femmes ne participent pas du tout au cortège21. En fait, l’intrication de ces règles nous est apparue tellement complexe qu’il aurait fallu descendre à l’échelle de la commune et même du hameau pour dresser une carte fiable – et encore aurait-elle été illisible et difficilement interprétable. C’est une des raisons qui explique la forte prééminence de l’histoire dans cet Atlas, plus forte que dans Pieve e Paesi, puisqu’elle investit tous les modules. Chaque sujet a été traité dans son devenir historique, les archives et les documents statistiques offrant la possibilité de constituer des données sérielles qui permettaient de dresser une cartographie exhaustive.

  • 22 Voir dans l’Atlas ethnohistorique de la Corse le module « Ménages et familles ».

17L’ethnologie s’est adaptée du mieux qu’elle l’a pu et parfois avec profit à ce type de travail. Ainsi, l’exploitation des registres de dispenses de consanguinité qu’offraient les archives du diocèse nous a permis d’élaborer, pour le milieu du XIXe siècle, une carte complète, paroisse par paroisse, des mariages dans un degré rapproché et de constater qu’elle coïncidait, à peu de chose près, avec la carte des communes qui disposaient de beaucoup de biens communaux22. J’avais, dans mes recherches sur le Niolu, fait l’hypothèse que ces microsociétés montagnardes disposant de vastes terrains collectifs pratiquaient une politique matrimoniale destinée à réserver aux seuls « autochtones », au sens le plus restreint, la jouissance de ces biens communaux (le dicton niolin « ci vuole nasce per pasce » – il faut y naître pour y paître – le disait clairement). La juxtaposition des deux cartes consolida cette hypothèse.

  • 23 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Élections législatives sous la IIIe République ».
  • 24 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Machines élémentaires, XIXe-XXe siècles ».
  • 25 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « L’espace des morts, XIXe-XXe siècles ».
  • 26 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Techniques culturales : les instruments aratoires, XIX(...)
  • 27 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Violences et résistances au temps des monarchies ».
  • 28 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Les pays de prêtres, 1810-1989 ».
  • 29 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Unités de mesure et outillages de pensée, fin du XVIII(...)

18La principale raison qui peut expliquer l’étroite intrication de l’ethnologie et de l’histoire fut la conviction, partagée par un certain nombre de contributeurs de l’Atlas, que l’on ne peut faire de l’ethnologie sans situer les objets observés, et l’observation elle-même, dans le temps historique ; et, inversement, que l’histoire des techniques, des pratiques sociales, des mentalités ne peut être « totale » qu’en saisissant les faits dans leur dimension anthropologique, c’est-à-dire transhistorique. Les deux points de vue, loin d’être contradictoires, sont tout à fait complémentaires, car le même phénomène social peut inclure des temporalités différentes. Ceci dit, l’interdisciplinarité aurait sans doute été plus marquée si nous avions intégré dans l’équipe des historiens médiévistes, des archéologues et des préhistoriens. L’Atlas a permis, au surplus, de concilier partiellement le souci de dégager des unités spatiales pertinentes sur la base d’une collecte homogène et exhaustive des données telle que peuvent la livrer, à l’échelle des communes ou des cantons, les enquêtes statistiques – qu’il s’agisse, pour le département du Golo (Haute-Corse) de l’enquête préfectorale de l’an X, commandée par le Premier consul, ou, pour la Corse entière, des enquêtes statistiques du XIXe siècle et, aujourd’hui, des données de l’INSEE, des directions départementales de l’agriculture ou d’autres organismes du même genre. Selon les cas et la nature des données, la cartographie a permis de dégager des entités plus vastes que celles, minimales (communes, cantons), sur lesquelles elle avait été établie. On a ainsi vu se dégager des permanences entre des faits qu’on pouvait croire plus aléatoires ou des convergences entre des phénomènes apparemment sans lien direct. Un exemple : dans le domaine des élections, il est courant de dire qu’en Corse, elles ont été longtemps soumises à l’arbitraire des consignes du maire en place. En fait, lorsque l’on superpose les cartes de la quinzaine d’élections législatives qui ont scandé la vie politique de la IIIe République, on s’aperçoit que des régions entières affichent un profil politique relativement homogène dans la stabilité comme dans le basculement des tendances. Bien qu’avec des nuances, les régions d’Ajaccio, de Sartène et de Calvi se situent, par exemple, régulièrement à gauche (républicains opportunistes puis radicaux et, pour le Sartenais, passage à l’idéologie socialiste dès 1930). En revanche, le Cap Corse, le Cortenais, la Castagniccia et la Casinca optent pour la droite avec, pour le premier, un passage tardif du bonapartisme au radicalisme23. Dernier exemple : la comparaison de six cartes extraites de différents modules de l’Atlas fit apparaître la Balagne et, dans une moindre mesure, le Cap Corse comme des régions toujours « en avance » sur les autres microrégions de l’île : adoption, dès le début du XIXe siècle, des pressoirs à huile les plus évolués24 ; adoption rapide et massive du cimetière communal imposé par un décret impérial de 1807 alors que, jusque vers 1860, on trouvait encore dans certains endroits de l’île l’inhumation dans l’arca collective25 ; utilisation du type d’araire le plus puissant permettant des labours profonds et des travaux de défonçage26 ; comportement plus « policé » limitant le recours à la vendetta et au banditisme27 ; vocations sacerdotales nombreuses28 ; adoption précoce (XVIIIe siècle) d’unités arithmétiques, abstraites et stables pour la mesure des surfaces29.

*

19Résumons-nous et concluons : de Pieve e Paesi à l’Atlas, la continuité s’est traduite par une extension homogène à tout le territoire de la Corse des données recueillies ; la rançon de cette extension étant l’abandon d’un certain nombre de thèmes ethnologiques qui n’auraient pu être traités qu’à l’échelle d’un village ou d’une microrégion. Mais surtout, il me semble que deux traits principaux caractérisent cet ensemble de recherches dont on a vu qu’elles n’ont pas été organisées ni conduites sur le même modèle que les grandes enquêtes collectives de l’Aubrac, de Plozévet, du Châtillonnais ou des Baronnies. Le premier de ces traits concerne l’intrication étroite et constante de l’ethnologie et de l’histoire, à la fois dans la méthode et dans la délimitation de l’objet : dans la méthode, en ce sens que les ethnologues ont travaillé en combinant le terrain (observation participante, entretiens) et le dépouillement des archives tandis que les historiens ont appuyé et prolongé, chaque fois que c’était possible, l’interprétation des documents par l’enquête orale auprès des plus anciens témoins ; dans la détermination de l’objet, parce que l’Atlas ethnohistorique de la Corse couvre systématiquement une période relativement longue (plus de deux siècles) et s’efforce de saisir l’évolution, le mouvement des structures (économiques, sociales, politiques, mentales), les continuités, les permanences, les ruptures, les contradictions à travers lesquelles un peuple se fraie un chemin. Le second trait porte sur la résonance des enjeux politiques et idéologiques contemporains au sein de la recherche. Fut-ce une coïncidence si les années 1970-1975 virent l’essor du mouvement de revendication identitaire de la Corse et le début des recherches collectives que nous avons évoquées ici ? J’ai du mal à l’imaginer. L’équipe qui, de 1974 (création de la première RCP) à 2004 (publication de l’Atlas), a porté ce travail collectif, en agrégeant, au fil des années, de nouveaux chercheurs, a conduit ce programme d’un renouvellement des problématiques sur le fond d’une histoire en accélération et sur la base d’une réflexion sur ce qu’est la société corse, son identité en mouvement. Cette implication, que nous ne pouvions ni ne voulions renier, faisait de chacun de nos écrits un enjeu dans une partie qui n’était pas seulement intellectuelle.

20De cette histoire que nous tentions d’analyser, nous étions partie prenante (et prise !) à la fois comme individus par nos origines, nos histoires familiales, et comme acteurs sociaux, à travers nos engagements politiques, idéologiques, notre formation intellectuelle. Si bien qu’il faut lire, à travers les produits de la recherche (ouvrages, articles, colloques), l’affrontement dialectique, et consciemment assumé, entre le projet d’une recherche scientifique faite « de l’extérieur » et une démarche tout à la fois « citoyenne » et « identitaire ».

Bibliographie

Principales publications collectives, citées dans ce texte, ayant une dimension ethnologique

« Femmes corses, femmes méditerranéennes », actes du colloque organisé par le Centre d’études corses et la RCP 351 à Bastia (mars 1974), Études Corses, no 6-7, 1976.

Pieve e paesi, publication de la RCP 351, Marseille, Éditions du CNRS-Marseille, 1978.

« La mort en Corse et dans les sociétés méditerranéennes », actes du colloque de Bonifacio, organisé par le Centre d’études corses et la RCP 351 (mai 1976), Études Corses, no 12-13, 1979.

L’Île-Miroir, actes du colloque organisé par le Centre d’études corses, Ajaccio, Éditions La Marge, 1987.

« Banditisme et violence sociale en Méditerranée », actes du colloque organisé par le Centre d’études corses et l’Association des chercheurs en sciences humaines-Domaine corse à Bastia (1993), Études Corses, no 40-41, 1993.

« L’Île-Familles, famille et parenté dans la société corse moderne et contemporaine » (recherche menée dans le cadre de l’ADECEM), Études Corses, no 42-43, 1996.

Atlas ethnohistorique de la Corse (recherche menée dans le cadre de l’ADECEM), Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 2004.

Notes

1 De 1973 à 1983, la RCP 351, devenue RCP 691 en 1980 ; de 1983 à 1986, à Corte, une « Jeune Équipe » du CNRS qui ne sera pas renouvelée ni transformée.

2 C’est-à-dire trois enseignants-chercheurs de l’Université de Provence, deux géographes appartenant à un laboratoire de géographie de l’Université Aix-Marseille 2, et une dizaine d’enseignants du supérieur et du secondaire dispersés dans toute la France.

3 Jusqu’en 1975, la Corse étant un seul département, toutes les archives sont à Ajaccio.

4 Robiquet F., Recherches historiques et statistiques sur la Corse, Paris-Rennes, Chez le frère de l’auteur-Duchesne libraire, 1835.

5 Fée A. L. A., Voceri, chants populaires de la Corse, précédés d’une excursion dans cette île en 1845, Paris, Lecou, 1850.

6 Maximilien Bigot, qui fut juge de paix en Corse, a produit, sur le modèle établi par Le Play, une monographie intéressante consacrée à une famille de bergers-porchers, « propriétaires ouvriers vivant dans le système du travail sans engagements », d’un village corse de la région d’Ajaccio, Bastelica. L’ouvrage, publié en 1887 dans la série « Les Ouvriers des deux mondes », a été réédité dans la revue U Muntese, en 1971, et à nouveau dans le Bulletin de l’ADECEM, numéro 7, en 1991.

7 Gregorovius F., Corsica, récit d’un voyage fait en 1852, publié en allemand en 1869 (traduction française de P. Lucciana, Bastia, Imprimerie-Librairie Veuve Eugène Ollagnier, 2 volumes, 1883-1884).

8 Ce travail scientifique considérable, étalé sur une dizaine d’années, et incluant les îles de l’archipel toscan et le nord de la Sardaigne, entre dans le programme politique irrédentiste de l’Italie fasciste qui a comme visée l’annexion de la Corse. Le travail linguistique proprement dit se double d’une recherche ethnographique : dessins, définitions des termes techniques, recueil de croyances.

9 Paul Arrighi crée, en 1957, le Centre d’études corses.

10 « La Toscane, c’est l’histoire que nous n’avons pas eue. Les Corses ont-ils mérité cette absence de civilisation ? Quelque chose n’est pas arrivé auquel nous avions droit et qui s’appelle développement, histoire tout court. », écrit Marie-Françoise Poizat-Costa dans son ouvrage Le problème corse. Essai d’anthropologie philosophique, Paris, L’Harmattan 1987, p. 17.

11 En histoire aussi, et jusqu’à une période récente, les chaires étaient centrées sur l’Antiquité, le Moyen Âge et la période moderne ; la période contemporaine, c’est-à-dire les deux siècles de la Corse française, qui sont aussi l’horizon le plus immédiat des ethnologues, ont été longtemps les parents pauvres de la recherche historique à l’Université de Corse. Les choses commencent à changer depuis quelques années.

12 Le Niolu, région pastorale pauvre, archaïque, structurée autour d’une forme de communauté égalitaire, a été élevé au rang d’archétype de la société corse dans son ensemble. Cette « niolisation » de la Corse est préjudiciable à une étude sérieuse.

13 L’un des enseignants en ethnologie de l’Université de Corte, Philippe Pesteil, déplore, dans un des derniers numéros de PULA, la confusion des disciplines et des approches : « On assiste à la multiplication d’initiatives sous forme de publications, colloques, tables rondes, où chacun, cédant à de louables élans et faisant fi de son domaine disciplinaire (qui devrait correspondre à celui de sa compétence) s’investit dans les débats les plus divers. La corsité autorisant la possibilité de prise de parole, elle garantit également la qualité et le bien-fondé de l’intervention. », dans PULA, no 6, 1997, p. 49-50. Il revient sur ces critiques dans un article publié dans le numéro spécial d’Ethnologie française – volume 38, no 3, 2008, p. 455-464 – consacré à la Corse.

14 Éditions Dumane, Bastia, 2004, 7 volumes.

15 Le livre Pieve e paesi, rapidement épuisé, fait l’objet d’une réédition, elle aussi épuisée en moins d’un an. Il en va de même des colloques publiés par la revue Études Corses.

16 Antoine Casanova voit dans l’image de Napoléon, telle qu’elle s’est construite en Corse, « un opérateur symbolique de longue durée par lequel s’exprime (selon des niveaux d’imaginaire d’une extrême et mouvante multiplicité sociale, individuelle, historique) le mode spécifiquement corse de se vivre comme membre de la communauté nationale française », dans Identité corse, outillages et Révolution française, Éditions du CTHS, 1996, p. 495.

17 Créée en 1983, à Aix-en-Provence, autour du Centre d’études corses, cette association s’est installée en 2003 en Corse. Elle publie une revue annuelle, Strade (18 numéros parus de 1993 à 2010).

18 En 1962, Émile Kolodny, dans son livre sur La géographie urbaine de la Corse (Paris, Société d’édition d’enseignement supérieur), évaluait à 31 % la part de la population urbaine ; elle est aujourd’hui de 65 %.

19 C’est le cas dans un certain nombre de villages du Sartenais.

20 C’est le cas à Sartène.

21 C’était le cas, autrefois, dans le Cap Corse et même dans la population cap-corsine installée à Marseille.

22 Voir dans l’Atlas ethnohistorique de la Corse le module « Ménages et familles ».

23 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Élections législatives sous la IIIe République ».

24 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Machines élémentaires, XIXe-XXe siècles ».

25 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « L’espace des morts, XIXe-XXe siècles ».

26 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Techniques culturales : les instruments aratoires, XIXe-XXe siècles ».

27 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Violences et résistances au temps des monarchies ».

28 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Les pays de prêtres, 1810-1989 ».

29 Atlas ethnohistorique de la Corse, module « Unités de mesure et outillages de pensée, fin du XVIIIe siècle ».

Auteur

Ethnologue, professeur émérite d’ethnologie, Université de Provence, Aix-en-Provence.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540