Version classiqueVersion mobile

En France rurale

 | 
Jean-François Simon
, 
Bernard Paillard
, 
Laurent Le Gall

Troisième partie. Autres enquêtes de l'Aubrac à la Margeride

La RCP du Châtillonnais (1966-1968) ou le rendez-vous interdisciplinaire manqué

La dimension historique d’une revisite

Serge Wolikow

Texte intégral

1Revenir sur la Recherche coopérative sur programme du Châtillonnais qui s’est déroulée dans les dernières années de la décennie 1960, c’est forcément être confronté à l’histoire des savoirs et des pratiques scientifiques dans le champ des sciences de l’homme alors qu’elles n’avaient pas la consistance terminologique qu’ultérieurement l’acronyme SHS leur a permis d’affirmer. Pour autant, les institutions scientifiques, les savoirs disciplinaires, les paradigmes sur lesquels les activités scientifiques s’appuient alors sont tout sauf stabilisés et homogènes. Il est frappant de voir la place éminente du Musée des Atp, les reclassements dans le cadre de l’hexagone des chercheurs dont les compétences et la notoriété s’étaient formées sur des terrains exotiques. Mais on ne peut ignorer comment des disciplines anciennes et académiquement structurées s’organisent autour de paradigmes qui aujourd’hui peuvent logiquement paraître particulièrement datés. Chaque RCP a sa physionomie liée à son inscription territoriale, au poids respectif des différentes disciplines et aux acteurs scientifiques engagés. De ce point de vue, la RCP du Châtillonnais occupe une position en sorte qu’elle prolonge des savoirs et manières de travailler rodées dans les autres expériences de ce genre mais, en même temps, son déroulement, comme son ambition et ses résultats dénotent des transformations qui renvoient sans doute à la postérité scientifique incertaine de cette entreprise, ce qui est encore aujourd’hui un problème à étudier. La dispersion de la bibliographie issue de la RCP rend a priori plus difficile d’envisager une telle étude. En revanche, de ce point de vue, l’existence des archives est décisive car, dans ce domaine, après quatre décennies, la contribution des acteurs ne peut suffire même si elle est précieuse.

  • 1 Programme ANR Jeunes chercheurs coordonné par Gilles Laferté : « Encadrement et sociabilité des mo (...)

2L’étude présente s’appuie sur une démarche scientifique qui associe à la fois la sauvegarde et l’étude des archives de la recherche et d’autre part une approche historienne qui s’inscrit dans une pratique interdisciplinaire actuelle au cœur d’un projet de recherche ANR impliquant une revisite des pratiques scientifiques anciennes, le retour sur le terrain dans la perspective de nouvelles investigations contemporaines, aussi bien dans le champ de la sociologie que de l’ethnologie. Le regard historique s’inscrit dans une démarche réflexive dont il constitue une dimension1.

3L’ancrage institutionnel de l’auteur de ces lignes est à l’Université de Bourgogne, à Dijon. Son rôle de responsable de la Maison des sciences de l’homme (MSH) de Dijon et de président du réseau national des Maisons des sciences de l’homme éclaire sans doute l’intérêt porté à ce qui a pu se jouer il y a plusieurs décennies et qui, aujourd’hui encore, continue de se débattre autour de l’interdisciplinarité. Ce qui peut donc apparaître comme un fil conducteur qui relie ces différents moments peut s’enchevêtrer avec une autre donnée que le lecteur ne peut ignorer avant de prendre connaissance de l’étude en tant que telle ! L’auteur de la présente contribution a, en effet, figuré dans l’équipe du Centre de recherches historiques (CRH) de l’École pratique des hautes études (EPHE) dirigé par Fernand Braudel dont la participation à la RCP a d’ailleurs été une donnée originale notable par rapport à d’autres RCP. Sous la direction scientifique de François Furet avec lequel il avait été mis en relation grâce à André Burguière, impliqué par ailleurs dans la RCP de Plozévet, il a, dans le cadre de son diplôme d’études supérieures, apporté une modeste contribution à la partie historique de la RCP du Châtillonnais. Dès lors, comment éviter le registre commémoratif sinon nostalgique ? Comme le pire n’est jamais certain, on peut rassurer le lecteur en indiquant que sa situation était celle d’un étudiant, donc largement en dehors des principaux enjeux de la recherche et surtout de son organisation. Il n’y a dès lors dans l’étude dont on présentera ici quelques résultats d’une recherche plus ample menée dans le cadre du programme évoqué plus haut, seulement le souci de comprendre et de mesurer comment s’est développée cette entreprise de recherche dont le propos sinon les résultats suscitent aujourd’hui une nouvelle recherche collective pilotée par de jeunes chercheurs pour lesquels la RCP du Châtillonnais est proprement historique. La formule de rendez-vous manqué que nous avons choisie pour titrer cette étude évoque ces rencontres qui, ayant eu lieu, apparaissent décevantes, non que chacun n’ait pas respecté ses engagements mais parce que les promesses et les espoirs placés dans la mise en commun n’ont pas porté les fruits attendus. Ce que les uns et les autres ont produit à cette occasion doit être apprécié à sa juste valeur notamment parce que l’absence des résultats d’ensemble annoncés a pu conduire à les sous-évaluer. Il reste que l’ambition de l’entreprise, la qualité des chercheurs et des disciplines impliqués nous incitent à revenir sur l’ensemble du processus pour essayer de comprendre ce qui s’est joué autour de l’interdisciplinarité à cette occasion. Après quarante années, l’interdisciplinarité n’a pas disparu de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) ; elle a même connu des formes d’institutionnalisation et des évolutions qui nourrissent les réflexions les plus contemporaines sur la stratégie de la recherche en SHS. La constitution, en 2009, d’un institut SHS du CNRS, l’existence d’un réseau de MSH depuis 2001 sont là pour en témoigner. Si tous se réclament peu ou prou de l’interdisciplinarité, celle-ci reste largement à construire. À cet égard, l’expérience de la RCP du Châtillonnais ne peut qu’inciter à aller voir d’aussi près que possible ce qui dans l’interdisciplinarité a eu du mal à fonctionner.

De l’Aubrac au Châtillonnais. Georges Henri Rivière et l’ethnologie de la France

  • 2 Arch. RCP 58, dossier 4, note du 27 février 1965 : le conservateur en chef du Musée national des a (...)
  • 3 Voir Christophe J., « Georges Henri Rivière aux commandes du département des Arts et Traditions po (...)

4La préparation de la RCP sur le Châtillonnais débute avec l’année 1965 et s’inscrit clairement dans le prolongement de la RCP Aubrac. Georges Henri Rivière élabore un document qu’il présente au directeur général du CNRS2. Intitulé « Avant projet d’une Rcp France-Est », ce texte de sept pages présente un argumentaire très développé des raisons qui militent pour que le CNRS soutienne un nouveau projet de RCP alors que la recherche conduite sur l’Aubrac est en cours. En préambule, Georges Henri Rivière trace un bilan extrêmement positif de l’avancement de la RCP Aubrac dont il indique qu’elle « est entrée dans sa phase d’élaboration ». Il signale que les grandes enquêtes de terrain seront terminées en 1965, que des journées de synthèse sont prévues pour la fin de l’année. L’année suivante devant être, selon lui, celle de la publication d’un rapport général dont « le texte devrait être soumis à la session de printemps du CNRS, avec l’espoir que la publication paraisse la même année ». La présentation d’un nouveau projet, alors même que le précédent restait en cours, pouvait logiquement paraître précipitée. Il avance, en premier lieu, une considération générale qui sous-tend son argumentation : « L’heure est venue où l’on peut déjà se permettre, rétrospectivement et prospectivement, de commencer à marquer les points, d’esquisser une autocritique, d’escompter la récolte. » Il inscrit toute sa réflexion dans le contexte des deux types de RCP, celle de Plozévet portée par la DGRST et celle de l’Aubrac par le CNRS. Si elles ont en commun d’affirmer « la valeur d’une recherche coopérative multidisciplinaire appliquée à la France contemporaine », il insiste sur la promotion des équipes d’ethnologie. Il précise sa pensée en estimant que « l’ethnologie a développé son rôle de carrefour, où se rencontrent pour coopérer, dans le respect de leurs personnalités propres, des disciplines telles que l’histoire, l’anthropologie sociale, la sociologie économique, la linguistique, l’agronomie… ». Plaçant clairement son propos dans le cadre d’un programme renouvelé d’une ethnologie de la France, il se fait, en quelque sorte, le porte-parole des différentes équipes de chercheurs constituées à l’occasion de la recherche sur l’Aubrac et qui auraient la volonté de poursuivre l’aventure. Outre qu’il s’agit de « ne rien faire qui puisse entraver le “sprint” de la Rcp Aubrac, ni compromettre l’accomplissement de ses objectifs », il convient en effet de « tenir en haleine et élargir les équipes existantes, en parfaire les méthodes autour d’une nouvelle expérience, en évitant que s’établisse entre elle et la précédente une fâcheuse solution de continuité ». Au-delà de cette argumentation institutionnelle, c’est l’urgence induite par la modernisation qui est le thème essentiel avancé par Georges Henri Rivière qui, pour l’occasion, retrouve les accents fondateurs du programme de l’ethnologie de la France en appelant à « tenir compte de ce facteur d’urgence, la vitesse sans cesse accélérée à laquelle évolue, économiquement, socialement, culturellement, la France de la révolution industrielle : moment précieux et fugitif, où l’empreinte du passé reste encore assez forte pour éclairer au mieux une prospective de l’homme3 ».

  • 4 Soulier P., « André Leroi-Gourhan (25 août 1911-19 février 1986) », La revue pour l’histoire du CN (...)

5Logiquement mais prudemment, il propose alors l’avant-projet d’une nouvelle RCP à l’attention de la direction du CNRS mais aussi de la section 33 qui rassemble les chercheurs les plus concernés. Pour anticiper sur les critiques et les remarques possibles, il cite tous ceux qui, au-delà même d’André Leroi-Gourhan, président de la commission permanente de la RCP Aubrac, apportent leur soutien à cette proposition4 :

« Ce n’est pas qu’en notre nom à tous deux que je parle, mais en celui, à leur expresse demande, des chefs d’équipe et de chercheurs de la Rcp Aubrac. Membres de laboratoires variés tels que le Centre de recherche ethnologique de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Paris, le Centre de sociologie européenne (CSE) de l’École pratique des hautes études, l’Institut national de la recherche agronomique, de mon propre établissement [MNATP] etc., ils ont été liés par un travail en commun, ils veulent se rencontrer autour d’une nouvelle tâche. »

6Il évoque également l’intérêt de chercheurs du Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS) et du Centre de recherches historiques qui, à leur tour, souhaitent participer au nouveau projet : « Je parle enfin au nom de chercheurs du laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France et de l’École pratique des hautes études, ayant suivi dès le début la marche de la RCP Aubrac. Eux aussi proposent de coopérer. »

Ethnologie du peuple français : traditions et modernité

  • 5 Masson P., « Le financement de la sociologie française : les conventions de recherche de la DGRST (...)

7En évoquant les « buts » de cette nouvelle recherche, il reprend le programme de l’ethnologie du peuple français qui accepte de relever le défi de la modernisation et, de fait, incite le CNRS à ne pas laisser le terrain à la DGRST5. Cette ambition nouvelle n’est pas sans effet sur la mobilisation des disciplines concernées et sur le terrain choisi pour mener l’investigation. Ainsi, le raisonnement se développe-t-il en trois temps : l’extension du champ de l’ethnologie du peuple français, l’élargissement des disciplines impliquées et la définition d’un territoire d’assez grande dimension. Évoquant les « deux tâches » de l’ethnologie du peuple français, il revient sur l’urgence, déjà mentionnée, de recueillir et conserver des documents et faits sociaux « avant qu’ils ne disparaissent définitivement ». Il insiste surtout sur les incertitudes qui entourent la manière dont le nouveau système va ou non intégrer les formes sociales anciennes, toujours identifiées aux traditions : « Des formes nouvelles d’organisation apparaissent, des types de groupement, des processus d’action, des systèmes de valeurs se préparent dont on ne sait comment ils intégreront les traits caractéristiques de la société traditionnelle. » Le cahier des charges de l’ethnologie qu’il défend, celle du peuple français, est modifié : elle n’a plus seulement à « dresser le tableau de la civilisation traditionnelle », mais à « montrer comment les principaux éléments de cette civilisation sont repris, transformés, réanimés par le mouvement qui emporte notre société vers des fins nouvelles ». C’est au nom de cette ambition nouvelle qu’il s’agit d’appeler des disciplines connexes à collaborer autour d’un programme, défini par l’ethnologie, qui « ne peut se passer d’un appel à l’histoire, à la linguistique, à l’anthropologie sociale et à la sociologie, d’un appel aussi à l’agronomie conçue comme étude du rapport entre l’homme et le milieu naturel sur lequel celui-ci opère ».

Les raisons du lieu

8Si le terrain doit être nécessairement limité malgré l’ambition globale de la recherche, celle-ci induit le choix d’un territoire à bien des égards différent de celui de l’Aubrac « composé d’une zone montagneuse avec communautés à habitat rural dispersé, sans centre administratif important. Il est donc proposé d’étudier une région ayant une unité culturelle affirmée, possédant des archives permettant “une investigation historique portant sur une longue période”. Il convient également que cette “région forme un système social […] organisé autour d’un centre administratif, commercial et culturel” et où l’industrie d’origine ancienne [es]t en cours de modernisation ». De même, les activités agricoles doivent être en cours de transformation à condition que « les traces de l’ancien équilibre agro-sylvo-pastoral soient aisément repérables ». Sans préciser davantage, il est indiqué qu’« une telle région semble devoir être trouvée dans l’est de la France, comme permettent de le supposer divers sondages déjà opérés : la pré-enquête aura pour objet de fixer le choix ».

9« Les grandes lignes de la recherche à entreprendre » sont déclinées en cinq points définis de manière succincte et par domaines assez grossièrement définis – la parenté, la techno-économie, le système social régional, la linguistique, la vie socioculturelle. Enfin, une part importante est consacrée à l’organisation de la RCP et à son fonctionnement. Dès ce moment, Georges Henri Rivière annonce qu’il sera entouré d’un bureau où siègeront les chercheurs venant des différents laboratoires associés. Un calendrier esquissé identifie les différentes étapes de la RCP étalées sur trois ans.

10L’année 1965, ouverte par ce document fondateur, est celle où le projet se précise avec des protagonistes qui s’affirment tandis que d’autres s’effacent. Validée, la RCP 58 va donc se déployer jusqu’en 1968 en prenant un chemin assez différent de ce que Rivière avait initialement envisagé tout en restant marquée par la conception initiale qui a présidé à sa formulation. Le déroulement de l’enquête est en tant que tel intéressant parce que révélateur de la diversité des approches à l’œuvre et des paradigmes qui constituent les références des uns et des autres, de l’ethnologie à l’histoire en passant par la sociologie et l’économie. Pour autant, les difficultés et les problèmes de mise en œuvre sont certainement des symptômes de différences plus essentielles touchant à l’objet lui-même de la recherche, ce que nous aborderons à la fin de cette étude qui n’est encore, rappelons-le, qu’un moment d’une réflexion en cours.

Pourquoi le Châtillonnais ?

11La délimitation du territoire restée encore très vague dans l’avant-projet doit être envisagée de plusieurs points de vue, mais il est à noter que le projet de la RCP a été validé avant même que la consistance du territoire ait été véritablement définie. C’est, en effet, fin juin 1965, que le directoire du CNRS a retenu le projet de la RCP désignée par l’intitulé « France Est » enregistrée sous le numéro 58. Les sections Anthropologie, Sociologie et Démographie ayant émis des avis favorables, la commission permanente, forte de six membres, est chargée d’assurer le pilotage de la RCP pendant trois ans à partir du 1er juillet. Elle est placée sous la responsabilité de Georges Henri Rivière, entouré de deux membres dont il a proposé la nomination, Aron et Leroi-Gourhan, et de trois autres proposés par les sections : Braudel, Février, Lévi-Strauss.

  • 6 Arch. RCP 58, dossier 10, compte rendu de la mission préparatoire à la RCP 58, 9 novembre 1965.
  • 7 Ils sont identifiés de la manière suivante : Georges Henri Rivière, conservateur en chef du Musée (...)
  • 8 Arch. RCP 58, série 9 2/11, compte rendu de l’entretien du 31 octobre 1965 à Lignerolles.

12C’est seulement au cours des mois suivants que la définition plus précise du périmètre géographique est engagée. Une mission spéciale préparatoire est mise sur pied dans le but de « choisir définitivement le terrain d’enquête et de ménager tous les concours administratifs nécessaires à la bonne exécution du plan d’investigation6 ». Accompagnaient Rivière, Isac Chiva, Robert Cresswell, Jean Cuisenier, Henri Raulin7. Ils vont donc aller sur place, « dans la région de Dijon » durant une semaine. Après avoir rencontré des universitaires locaux et les autorités administratives (préfet, directeurs des services départementaux, etc.), ils se rendent sur le terrain pour vérifier la possibilité d’y lancer une investigation d’ampleur et envisager le Châtillonnais comme « lieu et objet possible de l’enquête ». Parmi ses nombreux entretiens, la délégation en a un le 31 octobre avec Lévi-Strauss en sa propriété de Lignerolles. Le compte rendu très succinct de la discussion mentionne quelques suggestions du propriétaire des lieux concernant les localités voisines intéressantes soit pour leurs vestiges industriels, soit pour leur capacité d’accueil pour les chercheurs8. De retour à Paris, Rivière et Cuisenier précisent ce que peuvent être le terrain, la collecte des données et la méthodologie de l’enquête sans revenir sur le fond de la problématique initialement présentée. À propos du terrain, la définition du Châtillonnais est entendue comme un territoire de six cantons, 115 communes et 30 000 habitants. Cette définition dite « opérationnelle » est jugée répondre « aux principales conditions assignées pour le choix du terrain : effectif de population, répartition des activités, niveau de développement économique, consistance historique, groupement autour d’un centre urbain, éloignement relatif de la capitale et des métropoles régionales ». Outre certains aspects simplificateurs, ces différents indicateurs avaient en commun de laisser de côté le bien-fondé d’une thématique centrée sur la persistance de traditions fortes et de leurs mises à l’épreuve par la modernisation. En deuxième lieu, la mission insiste, pour s’en féliciter, sur les grandes possibilités ouvertes à « la collecte des informations par voie administrative ». Une liste très complète des sources statistiques et des données produites par les différents services est dressée avec la perspective de pouvoir faire rapidement ainsi un tableau de la société régionale : « Le rassemblement et la normalisation des informations en provenance de ces différentes sources vont être entrepris, avec le concours des autorités administratives compétentes, dès le début de janvier 1966. » Un dernier argument ne manque pas de surprendre par sa dimension péremptoire car il s’agit d’affirmer que les données quantitatives ainsi collectées et rassemblées permettront de constituer des échantillons pertinents pour l’investigation sur les terrains tant des sociologues que des ethnologues. Cet enthousiasme tient lieu de cohérence théorique mais fait évidemment l’impasse sur la diversité des approches disciplinaires et celles propres à chacun des chercheurs responsables impliqués : « L’énumération des séries d’informations collectées par voie administrative montre assez l’intérêt exceptionnel que présente un traitement, aux fins propres du sociologue et de l’ethnologue, des cartothèques constituées par l’INSEE. Celles-ci présentent en effet tous les avantages de l’exhaustivité. […] Les cartothèques fournissent de plus une excellente base de sondage pour la formation des divers échantillons… » Est ainsi esquissé un programme de travail fondé sur une collaboration harmonieuse entre chercheurs guidés cependant par l’enquête quantitative. La présentation optimiste évoque la coopération souhaitable avec l’INRA en imaginant que, dans ce cas, « la problématique propre à ses investigations serait articulée à celles que développent ethnologues et sociologues dans les mêmes conditions que ceux-ci harmonisent leurs recherches respectives ». Ce document, destiné à emporter la conviction de la direction du CNRS pour qu’elle valide définitivement le projet de RCP, conclut en soulignant la nécessité d’une concertation entre les directeurs de laboratoire pour coordonner les différentes approches sur le terrain et donne l’impression que l’organisation du travail scientifique dans cette direction est imminente : « Pour l’ensemble des travaux, les instruments de recherche, les plans d’échantillonnage et les plans d’exploitation des données recueillies seront élaborés en commun par les responsables des laboratoires de sociologie et d’ethnologie, qui harmoniseront ainsi leurs travaux dès avant le début de leur exécution. »

13Georges Henri Rivière organise à son domicile une réunion de la commission permanente à laquelle il invite, outre Leroi-Gourhan, Lévi-Strauss, Aron, Sutter, plusieurs chercheurs destinés à piloter effectivement la RCP, notamment Chiva, Cuisenier, Raulin. Un échange de vues a lieu après un bref exposé de Cuisenier qui plaide pour le Châtillonnais en expliquant l’intérêt « d’avoir une unité géographique assez grande » possédant « une ville industrielle et culturelle », une industrie ancienne, « une agriculture diversifiée et un élevage important », des activités commerciales. Il souligne également les phénomènes d’abandon et de déclin, notamment des villages : « Les villages séculaires qui diminuent perdent leur caractère social. » Pour autant, son diagnostic lapidaire apparaît bien paradoxal : « Mutation fondamentale : de la société paysanne vers la société industrielle. » Au cours de la discussion, des remarques incidentes de Sutter ou de Lévi-Strauss insistent sur les généralisations et les explications unilatérales à partir des données statistiques dans le domaine démographique, notamment à propos des corrélations entre mariage et niveau d’instruction. Aron « propose de préciser la notion de changement » tandis que Chiva et Lévi-Strauss insistent sur la chute de l’industrie et le maintien de la céréaliculture. Pour autant, la réflexion historique est absente en dépit de la présence discrète de Furet. Rivière et Leroi-Gouhran insistent chacun sur l’intérêt de la démarche ethnologique et de son lien nécessaire avec le travail des sociologues. Au bout du compte, ces remarques ne s’inscrivent pas dans la problématique présentée par Cuisenier mais débouchent sur une approbation unanime ainsi que l’indiquent les notes manuscrites qui précisent que « le projet de cette RCP a été accepté à l’unanimité de tous les participants à la réunion ».

Interdisciplinarité : ethnologie et histoire, une coopération a minima

  • 9 « La pré-enquête du mois de Novembre dernier nous a permis d’arrêter définitivement le choix du Ch (...)
  • 10 Lettre datée du 17 octobre 1966 : « Nous avons pu François Furet ou moi joindre la plupart des mem (...)

14Au début de l’année 1966, la dénomination de la RCP est enfin fixée après un courrier de Rivière à la direction du CNRS qui apporte son accord9. Parallèlement, Georges Henri Rivière s’efforce d’obtenir la participation de nouveaux laboratoires et de nouvelles disciplines, notamment l’histoire et l’économie rurale – jusqu’alors, des chercheurs avaient été impliqués sans qu’il y ait eu d’accords formalisés avec leurs laboratoires. Avec les historiens, il s’agissait de traiter la longue durée qui, dans le domaine de la démographie et des activités rurales, était notamment assimilée par Rivière à la persistance de la tradition. La coopération avec le Centre de recherches historiques, annoncée de longue date, se met en place lentement en dépit des contacts précoces avec François Furet. Les changements en cours au sein de l’EPHE expliquent sans doute ce retard mais aident aussi à comprendre l’intérêt que Fernand Braudel trouve à une coopération qui peut l’appuyer dans la reconnaissance qu’il recherche, du côté du CNRS, pour son laboratoire. Durant l’hiver 1965-1966, Rivière a noué des contacts au terme desquels c’est Le Roy Ladurie qui prend en charge, avec Furet, la responsabilité de la partie historique de la RCP dont le programme est discuté au cours de l’année 1966 et finalisé à l’automne après diverses hésitations (elles ont tourné autour des approches possibles de l’histoire démographique et des possibles rencontres avec les ethnologues autour, notamment, de l’histoire culturelle). Finalement, aboutiront les propositions et les contacts pris pour initier une recherche d’histoire démographique et une approche en termes d’histoire des catégories socioprofessionnelles sous la forme d’une sorte d’enquête rétrospective… Ce sera en fin de compte, a minima, la manière d’articuler la recherche historique avec l’enquête ethnologique. Sur ce point, les contacts pris avec Alphonse Dupront semblent avoir fait long feu alors qu’il avait donné son accord pour une collaboration autour de la statuaire religieuse. Toujours est-il que Georges Henri Rivière défend devant la section 27 le dossier des historiens impliqués dans la RCP : il sollicite et obtient pour l’occasion le soutien actif de Labrousse qui est le rapporteur du dossier10. L’argumentation de Rivière pour emporter la conviction du CNRS porte non seulement sur le programme de la RCP mais également sur l’activité pluridisciplinaire du CRH – c’est ce qu’il fait valoir au sein de sa propre commission (no 28), celle des anthropologues et des ethnologues devant lesquels il est le rapporteur sur demande du CRH pour être laboratoire associé. Le CRH :

  • 11 Ibid.

« poursuit actuellement une douzaine d’enquêtes. Certaines d’entre elles ressortissent à l’histoire économique et sociale classique, telle l’enquête sur les loyers et le revenu de l’industrie du bâtiment. D’autres, et cela recoupe les objectifs de notre section, cherchent à faire la jonction avec les sciences humaines dans un esprit interdisciplinaire, notamment avec l’anthropologie et l’ethnologie. Ainsi l’enquête sur les pèlerinages dans l’Europe moderne et l’enquête sur la littérature et la société (cette dernière met l’accent sur la littérature populaire de colportage, dont une des sources majeures a été prospectée aux Atp) intéressent-elles l’ethnologie française et européenne. Ainsi l’enquête sur les villages désertés et l’archéologie de l’habitat intéresse-t-elle, tout à la fois, l’ethnologie et l’anthropologie11 »

15Auprès des membres de la commission 28, Rivière donne en exemple la coopération interdisciplinaire amorcée dans le cadre de la RCP : « Une telle coopération est déjà engagée en matière d’histoire et d’ethnologie, il est bon de le souligner, dans le cadre de la Rcp Châtillonais. Cela entre nos équipes d’ethnologues et divers chercheurs du Centre de recherches historiques. » Dès le printemps, François Furet a régulièrement participé, au titre du groupe de travail des historiens, à la coordination de la RCP, et communiqué les informations concernant leur travail. Pour autant, cela ne signifie pas que la problématique historique ait été vraiment prise en considération ni même raccordée avec celle des ethnologues ou des sociologues. De fait, l’histoire démographique de Châtillon au XVIIIe siècle comme l’étude sur les catégories socioprofessionnelles au XIXe siècle participent de problématiques et s’inscrivent dans des temporalités qui resteront pour l’essentiel ignorées des autres équipes au cours de l’enquête.

Interdisciplinarité : la place de l’économie rurale et de l’INRA

  • 12 Mathal P., Evrard P., L’évolution en longue période de l’agriculture d’une petite région : le Chât (...)
  • 13 « Au milieu du 19e siècle plusieurs fonderies étaient installées dans cette région, mais à l’époqu (...)

16La coopération avec l’INRA semblait a priori plus simple puisqu’elle s’appuyait sur l’expérience de la RCP de l’Aubrac mais devait tenir compte des préoccupations propres d’un établissement impliqué dans la modernisation de l’agriculture dans un territoire, le Châtillonnais, où elle était déjà à l’œuvre. Lors de la visite préliminaire en octobre 1965, les rencontres avec la direction départementale de l’agriculture et les autorités administratives confirment la possibilité d’une coopération des économistes et des agronomes travaillant pour une large partie à l’INRA avec l’objectif d’obtenir leur participation à l’étude de ce qui était désigné comme le système économique et social de l’agriculture et du monde rural. Une équipe, dirigée par Claude Servolin et comprenant Michel Gervais, Pierre Mathal et Philippe Evrard, engage un travail centré sur l’évolution économique contemporaine tout en prenant en compte la longue durée séculaire. Ce travail débouche sur une étude consistante produite en 196712. Par ailleurs, Mademoiselle Darque et Monsieur Grignon participent, au titre de l’INRA, à l’enquête dite de tronc commun. Une note de l’Institut d’économie régionale, transmise en février 1966 en vue de préparer l’enquête de terrain, est, en revanche, particulièrement elliptique sur cette évolution ancienne au nom du développement contemporain13. Le rapport au passé semble de ce point de vue n’avoir aucun intérêt pour penser la situation du moment. Cette démarche se retrouve dans l’enquête qui, au printemps 1966, inaugure réellement l’investigation sur le terrain et la deuxième phase de la RCP.

Interdisciplinarité ou coordination interdisciplinaire ?

17La mise en route de la recherche sur le terrain s’organise, en effet, dès le printemps 1966, sous la direction de Rivière qui reste responsable de la RCP jusqu’au printemps 1968, date à laquelle, du fait de sa mise à la retraite, il passe la main à Jean Cuisenier qui, membre du Centre de sociologie européenne dirigé par Raymond Aron, a pris en charge non seulement l’équipe des sociologues mais a mené sinon coordonné, depuis le mois de mars 1966 jusqu’au début de l’année suivante, le travail consistant à rassembler des « Matériaux et hypothèses pour une recherche ethnologique, sociologique et économique ». Parallèlement, les groupes de travail d’ethnologie, d’histoire et d’économie ont, chacun à leur manière, commencé leurs recherches. Les missions des ethnologues et des historiens réclamant au même titre que les enquêteurs sociologues, des financements, il a fallu mettre en place un budget en faisant appel à différentes contributions fournies sous la forme d’avances par les différents laboratoires ou des associations de recherche. Sur ce point, les archives assez riches mais disparates nécessitent un travail d’analyse qui permet seulement d’avancer ici quelques remarques provisoires. On peut noter, en particulier, que les crédits affectés à l’ethnologie représentent plus de la moitié de l’ensemble des moyens alloués. En termes de personnel scientifique engagé, de laboratoires impliqués et d’équipes sur le terrain, les ethnologues sont les plus nombreux. Pour autant, ce n’est pas nécessairement autour de leur problématique, en dépit de l’avant-projet initialement présenté par Rivière, que le pilotage et même la coordination de la RCP s’opèrent. Si l’on s’appuie sur les comptes rendus des comités de coordination réunis au cours des années 1966 et 1967, on notera qu’ils apparaissent dominés par la mise au point puis la réalisation d’une enquête dite de tronc commun, de son exploitation ensuite puis d’un premier programme de publications envisagées pour coïncider avec la troisième et dernière année de la RCP. Sans doute y a-t-il des informations qui circulent concernant l’activité des différents groupes de travail et des équipes qui les constituent, mais la confrontation tant des hypothèses que des premiers résultats est rare. En définitive, c’est au début de la RCP que l’on rencontre l’ambition d’une démarche commune présentée et portée par Jean Cuisenier. Même si elle ne se présente pas comme l’expression d’une problématique scientifique globale, il reste qu’elle apparaît comme une véritable tentative pour ordonner le travail de recherche selon des directions qui auraient dû structurer la recherche des différents chercheurs. En fait, les recherches des ethnologues, avec leur diversité, celles des économistes agronomes comme celles des historiens se développent en parallèle sans qu’il y ait vraiment croisement des approches. Cela ne suffit pas à discréditer l’effort de coordination car il ne s’agit pas ici d’imputer à tel ou tel l’impossible rencontre, mais plutôt de comprendre ce qui ne l’a pas vraiment rendue utile aux yeux des uns et des autres. Il est certain qu’au-delà, ce constat ne peut être indifférent pour apprécier les résultats scientifiques de la RCP en regard avec le projet initial.

Déroulement des travaux

L’enquête préliminaire dite de « tronc commun »

18Au printemps 1966, la dénomination géographique a donc été acquise tandis que le CNRS annonce l’attribution de moyens substantiels. La mise en route du travail coopératif s’organise autour d’un projet d’enquête précédé d’une phase d’élaboration et de test du questionnaire. Nous verrons successivement l’enquête, sa préparation et son passage avant d’envisager les conséquences qui en furent tirées par le comité de coordination et la manière dont le travail des uns et des autres se développe alors.

  • 14 « Cela tient au rôle de Rollin. Parce que Rollin connaissait les gens du CFRE puisqu’il était moni (...)
  • 15 « Sans être tout à fait entièrement d’accord avec les méthodes à questionnaire de Cuisenier, je su (...)
  • 16 Le bien public du 19 avril 1966 titre une photo présentant les chercheurs : « L’étude approfondie (...)
  • 17 « Présentation de l’enquête », dans Matériaux et hypothèses, p. 142.

19Dès la première réunion du comité de coordination se met en place une organisation destinée à mettre en route la RCP selon un processus que Jean Cuisenier, « chargé de mission », va conduire pendant une année, non seulement comme responsable du groupe des sociologues mais au nom d’une démarche générale dont il se fait le promoteur et l’interprète en s’occupant d’une enquête dite rapidement de « tronc commun ». Le 27 février, le comité de coordination adopte, selon le compte rendu, des « décisions prises d’un commun accord » dont la première est d’organiser une « enquête de sociologie du 1er avril au 31 mai. Sous la responsabilité des sociologues et des ethnologues – dans l’ordre ». Pour recruter des enquêteurs, il est décidé de faire appel aux jeunes ethnologues ayant suivi une formation de terrain dans le cadre du Centre de formation à la recherche ethnologique (CFRE14). Après qu’une lettre signée de Rivière eut été envoyée à tous ses anciens stagiaires, un certain nombre d’entre eux, notamment tous ceux qui n’avaient pas d’emploi stable, vont sauter sur l’occasion même si la plupart sont assez mal disposés à l’égard d’une enquête essentiellement fondée sur le passage d’un questionnaire constitué de questions fermées et principalement centrées sur les pratiques. La sociologue Françoise Loux, chargée de l’encadrement des enquêteurs sur le terrain, se souvient de leurs réticences15. Des consignes très précises ont été transmises aux enquêteurs qui ont en charge de faire remplir les questionnaires. L’échantillon de 1 000 personnes construit en utilisant une méthode de quota afin de tenir compte de la dispersion de la population a été constitué de concert avec l’INSEE tandis que le questionnaire lui-même a été testé dans une localité industrielle, Montbard, proche du Châtillonnais, puis remanié afin d’améliorer la compréhension des questions posées. Celles-ci, au nombre de 186, sont présentées et expliquées aux enquêteurs afin de bien leur donner la signification d’une enquête qui vise à compléter et enrichir les données des recensements et des enquêtes administratives. Il est ainsi expliqué aux enquêteurs que les 70 premières questions portent sur « des données de fait concernant l’état civil, la situation familiale, les professions et résidences successives, le niveau d’instruction… ». Les questions suivantes sont rassemblées en huit ensembles qui portent successivement sur les attitudes à l’égard du mariage, des enfants et de l’école, des relations avec les vacanciers, sur le logement, la situation économique, l’implication dans la politique locale et l’aire géographique des achats, le dernier ensemble de questions portant sur les pratiques culturelles, notamment l’usage de la télévision. La préparation de l’enquête a été accompagnée de démarches précises en direction des autorités administratives et des élus. Une réunion a lieu à Châtillon, début avril 1966, pour présenter la RCP, et en particulier l’enquête, à l’ensemble des élus. Les maires font l’objet d’une attention particulière, ce qui conduit Rivière à leur adresser personnellement une lettre. Chaque personne enquêtée, nominativement repérée après tirage au sort, en fonction des quotas mis au point avec l’INSEE, reçoit également une lettre de présentation de l’initiative afin de la préparer à bien accueillir les enquêteurs. La presse locale donne un écho très favorable à cette entreprise présentée comme devant contribuer au développement du territoire16. Finalement, cette médiatisation et la préparation minutieuse expliquent le bon déroulement de l’enquête, du 15 avril au 30 mai 1966, marquée par un bon accueil de la population. Dans les mois qui suivent, il s’agit d’exploiter les données recueillies en utilisant des moyens informatiques : « La première exploitation mécanographique des résultats a été faite sur ordinateur IBM. » Ce traitement statistique des données met en valeur les « oppositions ville-campagne », des distinctions en fonction des lieux de naissance, des diverses professions, du niveau d’instruction, etc.17. Cette démarche promue par Jean Cuisenier comporte l’objectif de constituer une base de données permettant le développement des enquêtes spécifiques de terrain menées par les différentes disciplines et les groupes. Le calendrier, esquissé et annoncé depuis le début de l’année, est dans ses grandes lignes respecté puisque les différents groupes et les missions de terrain s’organisent au cours du deuxième semestre de 1966 avant de se poursuivre l’année suivante. Y a-t-il pour autant articulation au niveau des problématiques scientifiques et partage des préoccupations manifestées dans le cadre du projet initial ? À lire les comptes rendus des réunions de coordination et les informations transmises au CNRS, notamment pour obtenir la reconduite des moyens financiers, la coopération fonctionne comme prévu. Pourtant, à y regarder de plus près, les projets effectifs des différents groupes de travail se développent sur des registres très différents. Dans les entretiens réalisés quarante ans après avec les acteurs, notamment les chercheurs de terrain, la plupart ne se souviennent, à leur niveau, d’aucun échange scientifique précis mais plutôt de contacts épisodiques entre des équipes qui travaillaient chacune dans leur domaine.

Retours sur les disciplines

  • 18 Arch. RCP 58, dossier 1, compte rendu de la réunion du 20 juin 1966.
  • 19 Sur ce point, un article ultérieur reprend et élargit cette approche centrée sur les méthodes quan (...)
  • 20 Arch. RCP 58, dossier 9, note de Georges Henri Rivière du 30 juin 1966 : « La coopération entre le (...)
  • 21 Arch. RCP 58, dossier 4, Rapport scientifique indiquant les résultats obtenus de janvier 1966 à ju (...)

20Un moyen de prendre la mesure de ce paradoxe marqué d’un côté par l’existence d’une bonne coordination logistique et d’un autre par l’absence de croisement entre les différentes recherches, c’est de s’intéresser aux différents documents qui présentent les projets scientifiques de chacun à partir du printemps 1966. L’enquête dite de tronc commun devait servir en principe à caler sinon à cadrer les recherches des différents groupes d’ethnologues, d’économistes, d’historiens, de sociologues. Lors d’une réunion tenue juste après la réalisation de l’enquête, Jean Cuisenier présente des propositions scientifiques dont la teneur, les accents et les points mis en avant dessinent un programme difficilement compatible avec la démarche des différentes équipes disciplinaires mais qui, à son sens, caractérisent bien l’orientation de la sociologie qu’il entend mettre en œuvre dans le cadre du CSE dont il est, sous l’autorité de Raymond Aron et parallèlement à Bourdieu, l’un des responsables. Bien que désigné comme chef de mission de la RCP, Jean Cuisenier s’emploie à définir le travail du laboratoire auquel il appartient, le CSE, pour identifier ses « intentions théoriques, leur “réalisation” et la mise au point d’un échéancier associé à une “répartition des tâches et des responsabilités”18 ». Il expose longuement ce que cette recherche sociologique n’est pas, avant d’avancer quelques indications sur ce qu’elle doit être ! Paradoxalement, après avoir participé pendant une année à la définition du terrain de la recherche et collaboré de très près avec les autorités administratives et politiques locales, Jean Cuisenier affirme avec force le souci de la recherche fondamentale : « Pour nous, le critère géographique n’a qu’un caractère provisoire… Nous ne voulons pas nous enfermer dans l’étude sociologique des problèmes économiques… Nous ne voulons pas seulement faire de la recherche appliquée… Les administrations nous engagent à développer des conclusions générales afin d’aboutir à des mesures pratiques, mais nous nous refusons à faire de telles inférences sans disposer de cette théorie générale du système global. » Ces fortes affirmations, que l’on peut rapprocher sinon opposer aux discours tenus en direction des élus locaux lors de la préparation de l’enquête de tronc commun, sont complétées par des propositions positives qui ont pour but de dessiner le projet scientifique des sociologues. La « sociologie de la vérification » dont Cuisenier se réclame se définit encore négativement puisqu’elle n’est ni « une sociologie pour voir », ni une sociographie, ni une philosophie de l’histoire, ni même une sociologie de l’application, mais « une sociologie qui se pose ses problèmes et dont l’intention est de les articuler », qui « fait des hypothèses et cherche à les vérifier ». Convenant du caractère indéterminé de ces hypothèses en début de recherche, il insiste sur la nécessité, pour les confirmer ou les infirmer, d’avoir recours aux données quantitatives : « L’instrumentation statistique est l’instrumentation majeure. Nous nous défions de l’interprétation subjective. » Son propos prend une coloration particulière quand il évoque les risques de généralisation à partir de quelques entretiens : « Si on ne peut rapporter l’échantillon à une population parente ou si le nombre d’entretiens n’est pas assez grand, aucune interprétation véritablement scientifique ne peut être garantie. » La sociologie qu’il souhaite réaliser est celle de la pratique sociale, celle qui « s’efforce de saisir les œuvres des acteurs dans ce qu’elles ont de plus objectif à travers des traces ». Pour « remonter » de l’œuvre à l’acteur puis à ses intentions, les nombreuses médiations nécessaires impliquent que de très nombreuses « méthodes doivent être employées concurremment ». Il n’hésite pas à passer en revue celles qui, de ce point de vue, vont de « l’établissement de modèles comptables de l’activité économique à l’application de questions et à la conduite d’entretiens ethnologiques ». Tout au long de son exposé, il laisse paraître ses préférences pour l’analyse quantitative, notamment quand il aborde l’analyse de contenu en faisant un vibrant éloge de ce qu’il appelle « l’analyse automatique du document » (même s’il reconnaît la difficulté de son utilisation19 !). Au terme de cette réunion d’organisation et de mobilisation des sociologues, une organisation méthodique des activités est mise en place avec une distribution précise des tâches allant de l’organisation de séminaires de formation à la coordination des rapports d’enquête en passant par le suivi de l’enquête sur Châtillon et la commande des « livres de base » avec le reste du matériel nécessaire aux enquêtes ! L’orientation générale du travail sociologique ainsi esquissée vient compléter les thématiques affirmées dans l’enquête de tronc commun. Les interrogations sur la démographie, la ruralité, les cultures urbaines, les mobilités s’intègrent dans une problématique qui repose largement sur les paradigmes de la transformation sociale et de la modernisation. D’autre part, la démarche repose sur l’éloge du travail informatique et l’analyse quantitative des données recueillies par des questionnaires venant s’ajouter aux statistiques des administrations. Investi des tâches de coordination de l’enquête, Jean Cuisenier met à plusieurs reprises l’accent sur l’originalité de cette RCP qui a pu mettre en œuvre une grande enquête et traiter par l’informatique une masse importante de données quantitatives tout en affirmant que les approches qualitatives de terrain et le travail sur les archives et la bibliographie ancienne pourront s’appuyer sur les matériaux produits. Les documents synthétiques, notes et rapports intermédiaires des différents groupes, montrent la différenciation des démarches mises en œuvre par chaque équipe. Les écarts ne sont pas explicites mais ils apparaissent par glissement progressif, notamment dans la manière d’aborder différents thèmes associés à des mots comme démographie, monde rural, modernité, tradition, sans que jamais cela ne débouche sur une véritable formalisation de divergences qui, cependant, expliquent au fond l’impossibilité d’un véritable croisement interdisciplinaire remplacé au mieux par une juxtaposition de notations. Le directeur de la RCP, Georges Henri Rivière, se félicite du travail d’équipe qu’il place dans la continuité de la RCP Aubrac et annonce par avance la qualité des échanges entre les groupes de travail20. Un deuxième rapport de synthèse établi un an plus tard, en juin 1967, s’attache aux « résultats obtenus depuis dix-huit mois21 ». En examinant successivement les programmes et l’activité des différents groupes de travail au cours des années 1966 et 1968 avec les premiers documents qu’ils élaborent, on peut appréhender la diversité des approches et sans doute au-delà, la difficile compatibilité entre les paradigmes auxquels ils se référent plus ou moins explicitement.

Importance différentielle des disciplines

21Le rapprochement entre les deux documents permet de mesurer les aménagements apportés au programme initial mais aussi le maintien de l’orientation d’ensemble de la recherche. Le projet liminaire présenté au CNRS à l’automne 1966 en vue d’obtenir des crédits pour l’année suivante est développé en quatre parties qui correspondent aux groupes de travail respectivement constitués autour de quatre disciplines, histoire, ethnologie, économie et sociologie. Le contraste entre la concision des textes de présentation des groupes d’économie et d’histoire et ceux de sociologie ou d’ethnologie est frappant. Pour les deux premiers, une page suffit à évoquer leur projet, tandis que pour les deux autres, ce sont onze et six pages qui sont nécessaires pour exposer la multiplicité des enquêtes envisagées de manière circonstanciée. Cette disproportion se retrouve au niveau des chercheurs mobilisés puisqu’au printemps 1967, sur plus d’une trentaine, les ethnologues et les sociologues représentent les trois quarts des effectifs. La répartition budgétaire en 1967 et 1968 est ventilée par discipline et type d’activité : si on agrège les données, l’économie étant prise en charge par l’INRA, les crédits accordés par le CNRS sont pour l’ethnologie de 53 500 et 59 000 francs, pour la sociologie de 14 000 (pour les deux années) tandis qu’à l’histoire sont attribués 4 500 et 9 000 francs. En fait, la part des missions, des frais de matériel associés aux enquêtes autant que le nombre des chercheurs et la multiplicité des terrains expliquent ces écarts. Entre les projets annoncés en 1966 et les activités de recherche effectivement engagées, on note quelques différences qui tiennent rarement à des abandons mais plutôt à une réduction des ambitions : l’histoire religieuse ne figure plus dans le programme du groupe tandis qu’en ethnologie, le programme initial consacré aux « ateliers artisanaux archaïques » a disparu et celui sur le « fait chorégraphique » est reporté et centré sur les « bals de Châtillon ».

  • 22 Techno-économie, habitat, tziganes et « voyageurs », la vie domestique traduite par son équipement (...)

22Le programme ethnologique, le plus lourd, est distribué selon trois chapitres, société rurale, société urbaine et thèmes spécifiques au nombre de 1222 ! Les équipes en ethnologie rurale respectivement sous la direction d’Isac Chiva pour le LAS et d’Henri Raulin pour le MNATP se distribuent sur des terrains bien distincts avec des programmes différents. L’équipe de quatre chercheuses du LAS investit le village de Minot, au sud-est, envisagé dans tous ses aspects. L’autre équipe structure son activité plutôt sur les villages situés dans le nord du territoire autour d’interrogations sur la communauté agricole ancienne, le rôle de la forêt, l’appartenance historique et coutumière, le champ géographique matrimonial, pour déboucher sur l’évolution des communautés villageoises. Le projet d’ethnologie urbaine arrive difficilement à se mettre en place : l’hypothèse qui le sous-tend n’est sans doute pas étrangère à la difficulté de lancer des chercheurs pour étudier « le processus d’intégration des ruraux à la vie urbaine à travers les associations formelles et non formalisées ».

23Le programme des sociologues porté par le CSE sous la direction de Jean Cuisenier est réparti entre exploitations statistiques et études spécifiques. Il est fortement orienté sur l’analyse démographique et économique à travers notamment l’étude des pratiques des agriculteurs, comme la transmission du patrimoine dans le monde rural ou la situation des entreprises. Enfin, deux programmes sont consacrés à la population du Châtillonnais : l’un est centré sur le petit centre industriel de Sainte-Colombe tandis qu’un second se propose d’étudier le système d’enseignement. Le dernier groupe de travail, celui des économistes de l’INRA, se donne pour objectif d’étudier l’évolution de l’économie rurale dans la longue durée à partir de la bibliographie et des enquêtes administratives.

*

  • 23 Sur ce point, on peut consulter l’ensemble des clichés pris par les différents enquêteurs sur le s (...)

24Au bout du compte, si l’on prend en considération les résultats des différents groupes, on constate qu’il y a un déficit si l’on s’en remet à l’objectif encore annoncé par Rivière au début de l’année 1968 lorsqu’il prévoyait un plan de publications à mettre en route dès la fin de l’année. Même si son départ à la retraite et l’arrivée de Jean Cuisenier à la tête de la RCP en même temps qu’il prend la responsabilité du MNATP n’expliquent pas tout, de même que l’impact des événements de 1968, il est certain que ces éléments conjoncturels expliquent l’absence d’une publication d’ensemble des résultats comme cela avait été envisagé au début de la RCP. Nombre de chercheurs n’ont pu mener à bien leurs travaux : les images, les enregistrements, les objets collectés n’ont pas donné matière à publication dans plusieurs cas23. Pour autant, un nombre significatif de rapports, d’articles et même d’ouvrages ont été élaborés et publiés. Si on les prend en compte dans leur diversité, on constate que les paradigmes auxquels ils se réfèrent et les analyses qu’ils proposent sont assez différents. Il en va ainsi de la démographie : l’analyse menée en histoire sous l’impulsion de Le Roy Ladurie est essentiellement consacrée à l’étude des débuts de la limitation des naissances à Châtillon à la fin du XVIIIe siècle tandis que l’analyse sociologique s’intéresse essentiellement au marché matrimonial et à la mobilité géographique de la population au XXe siècle. L’analyse économique mobilisée par les sociologues, fortement descriptive, repère les signes de modernité des populations rurales tandis que les ethnologues ruraux s’intéressent à la transmission des savoir-faire et des traditions. L’analyse de la structure socioprofessionnelle au XIXe siècle et son basculement dès 1840-1860 font l’objet d’une publication ronéotypée qui n’est pas croisée avec les travaux pourtant convergents présentés par les économistes de l’INRA. Ces derniers avaient mis en lumière l’évolution économique du Châtillonnais en montrant notamment que l’effondrement de l’industrie métallurgique qui organisait toute la vie rurale avait débouché sur un exode démographique profond et un bouleversement des pratiques agricoles de manière très précoce, dès le début du XXe siècle, sans pour autant déboucher sur un nouveau dynamisme économique attractif. Il est certain que ces résultats non croisés avec les autres travaux éclairent d’un jour particulier le projet ethnographique de départ et relativisent la pertinence des approches quantitatives fondées sur la multiplication d’enquêtes par questionnaire tournées vers l’étude des nouvelles pratiques de la population locale. Dans la mesure où la spécificité globale du territoire étudié a finalement échappé au programme de recherche en tant que tel, c’est essentiellement à travers des études spécifiques et disciplinaires que les résultats de la recherche initiée par la RCP vont être diffusés au cours des années 1970 dans plusieurs articles qui vont constituer la partie émergée d’un programme de recherche qui, aujourd’hui, mérite d’être revisité en prenant bien la mesure de son historicité.

Bibliographie

Principales publications classées par ordre chronologique24

1966

Cuisenier J. (dir.), Le Châtillonnais. Matériaux et hypothèses pour une recherche ethnologique, sociologique et économique, Paris, CNRS, 1966, 284 p., ronéotypé.

1967

Berlan-Darqué M., L’orientation scolaire des élèves des écoles primaires de la région de Châtillon-sur-Seine, Paris, INRA, dactylographié.

Mathal P., Evrard P., L’économie rurale du Châtillonnais (historique et état actuel), rapport provisoire, Paris, INRA, mai 1967, 83 p., ronéotypé.

Mathal P., Evrard P., L’évolution en longue période de l’agriculture d’une petite région : le Châtillonnais, Paris, INRA, septembre 1967, 70 p., ronéotypé.

Wolikow S., L’évolution en longue période de l’agriculture d’une petite région : le Châtilllonnais, Paris, CNRS-EPHE, VIe section, 1967, 197 p., ronéotypé.

Wolikow S., Enquête Châtillon : problèmes d’histoire démographique et socio-professionnelle, Paris, CNRS, EPHE, VIe section, 1967, ronéotypé.

1968

Pingaud M.-C., « Paysage, population et histoire foncière dans le Châtillonnais », Études rurales, no 32, 1968, p. 43-71 (avec un avant-propos d’Isac Chiva, p. 43-45).

1969

Loux F., « Comportement économique d’ouvriers en milieu rural », Revue française de sociologie, no 10, 1969, p. 644-663.

Loux F., de Virville M., « Le système social d’une région rurale : le Châtillonnais », Études rurales, no 35, 1969, p. 5-136 ; no 40, 1970, p. 101-122.

Mathal P., « L’évolution en longue période de l’économie agricole d’une région de plateau périphérique du bassin parisien : le Châtillonnais », Paris, INRA, 1969, p. 41-72.

1970

Jolas T., Zonabend F., « Cousinage, voisinage », dans Échanges et communications. Mélanges Lévi-Strauss, tome 1, La Haye-Paris, Mouton, 1970, p. 169-180.

Jolas T., Verdier Y., Zonabend F., « Parler famille », L’Homme, volume 10, no 3, 1970, p. 5-26.

Royer C., « Élevage et céréaliculture en Châtillonnais. L’exemple d’Étormay », Études rurales, no 40, 1970, p. 101-122.

1971

Clavet G., « La vigne et le vigneron de la côte Châtillonnaise », Études rurales, no 41, 1971, p. 57-94.

Pingaud M.-C., « Terres et familles dans un village du Châtillonnais », Études rurales, no 42, 1971, p. 52-104. Statuaire d’art populaire du Châtillonnais, Musée de Dijon, Palais des États de Bourgogne, 1971, Dijon, 72 p.

1972

* Barthélémy D., Boinon J.-P., « Le caractère familial du développement des exploitations agricoles du Châtillonnais », Paris, INRA, 1972, multigraphié.

* Barthélémy D., Boinon J.-P., « Le développement de la propriété paysanne dans le Châtillonnais de 1930 à 1972 », Paris, INRA, 1972, multigraphié.

* Gaignebet C., « Le combat de Carnaval et Carême de P. Bruegel (1559) », Annales ESC, no 2, 1972, p. 313-345.

Gashé J., « Agriculteurs et ouvriers. Études des activités et des contacts sociaux dans une communauté villageoise », Études rurales, no 48, 1972, p. 39-77.

Gutwirth J., « Les associations de loisir d’une petite ville, Châtillon-sur-Seine », Ethnologie française, no 3-4, 1972, p. 141-180.

Lancelot F., Regards sur la danse populaire en Châtillonnais, Paris, Institut d’ethnologie, 1972, document microfiche de la bibliothèque des Atp.

Loux F., Comportement économique d’ouvriers en milieu rural, thèse de doctorat de troisième cycle (Cuisenier J., dir.), Université René-Descartes (Paris), 1972, 307 p., multigraphié.

Petitot-Mauries M., « Forêts communales, droits d’usages et affouages en Châtillonnais », Études rurales, no 48, 1972, p. 79-104.

Pétonnet C., L’intégration des harkis de Vanvey et de Baigneux-les-Juifs (Côte-d’Or) à la société française, Paris, Institut d’ethnologie, 1972, 60 p., microfiche.

Pingaud M.-C., « Relation entre histoire foncière et parcellaire d’exploitation à Minot (Côte-d’Or) », Bulletin de l’Association des Géographes Français, no 397-398, 1972.

Raulin H., « La communauté villageoise en Châtillonnais », Études rurales, no 48, 1972, p. 39-77.

Raulin H., Vignet-Zunz J., Les loisirs des jeunes à Châtillon-sur-Seine.

1973

* Antonetti G., Recherche sur la propriété et l’exploitation des hauts-fourneaux du Châtillonnais, Dijon, Archives départementales de la Côte-d’Or, 1973, 87 p.

Jolas T., Zonabend F., « Gens du finage, Gens du bois », Annales ESC, no 1, 1973, p. 285-305.

Jolas T., Verdier Y., Zonabend F., « Les verts anneaux acides », L’Homme, volume 13, no 3, 1973, p. 176-186.

Pingaud M.-C., « Le langage de l’assolement », L’Homme, volume 13, no 3, 1973, p. 163-175.

Zonabend F., « Les morts et les vivants. Le cimetière de Minot en Châtillonnais », Études rurales, no 52, 1973, p. 7-23.

1974

Loux F., Le passé dans l’avenir. Conduites économiques ouvrières en milieu rural, Paris, G-P Maison-neuve et Larose, 1974, 144 p.

1976

Chiva I., Pingaud M.-C., « Pouvoirs et monde rural », Études rurales, no 63-64, 1976, p. 5-13.

Pingaud M.-C., « Chronologie et formes du pouvoir à Minot (Côte-d’Or) depuis 1789 », Études rurales, no 63-64, 1976, p. 191-203.

Verdier Y., « La femme qui aide la laveuse », L’Homme, volume 16, no 2-3, 1976, p. 103-127.

Verdier Y., « Les femmes et le saloir », Ethnologie française, no 3-4, 1976, p. 349-364.

1977

Jolas T., « Parcours cérémoniels d’un terroir villageois », Ethnologie française, no 1, 1977, p. 7-28.

Verdier Y., « Le langage du cochon », Ethnologie française, no 2, 1977, p. 143-153.

1978

Pingaud M.-C., Paysans en Bourgogne. Les gens de Minot, Paris, Flammarion, 1978, 300 p.

Zonabend F., « La parenté baptismale », Annales ESC, no 3, 1978, p. 656-676.

1979

Verdier F., Façons de dire, façons de faire. La laveuse, la couturière, la cuisinière, Paris, Gallimard, 1979, 347 p.

Zonabend F., « Jeux de noms. Les noms de personne à Minot », Études rurales, no 74, 1979, p. 51-85.

1980

Zonabend F., La Mémoire longue. Temps et histoires au village, Paris, Presses Universitaires de France, 1980, 314 p.

1982

Jolas T., « La part des hommes. Une société de chasse au bois », Études rurales, no 87-88, 1982, p. 345-356.

1990

Jolas T., Pingaud M.-C., Verdier Y., Zonabend F., Une campagne voisine. Minot, un village Bourguignon, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme de Paris, 1990, 514 p.

Notes

1 Programme ANR Jeunes chercheurs coordonné par Gilles Laferté : « Encadrement et sociabilité des mondes ruraux (1960-2006). Revisite et regards contemporains. »

2 Arch. RCP 58, dossier 4, note du 27 février 1965 : le conservateur en chef du Musée national des arts et traditions populaires à Monsieur le directeur du Centre national de la recherche scientifique.

3 Voir Christophe J., « Georges Henri Rivière aux commandes du département des Arts et Traditions populaires », dans Du folklore à l’ethnologie (Christophe J., Boëll D.-M. et Meyran R., dir.), Paris, Éditions de la maison des sciences de l’homme, 2009, p. 217-229.

4 Soulier P., « André Leroi-Gourhan (25 août 1911-19 février 1986) », La revue pour l’histoire du CNRS, no 8, mai 2003, p. 54-68.

5 Masson P., « Le financement de la sociologie française : les conventions de recherche de la DGRST dans les années soixante », Genèses, no 62, mars 2006, p. 100-127.

6 Arch. RCP 58, dossier 10, compte rendu de la mission préparatoire à la RCP 58, 9 novembre 1965.

7 Ils sont identifiés de la manière suivante : Georges Henri Rivière, conservateur en chef du Musée national des arts et traditions populaires, responsable de la RCP ; Isac Chiva, sous-directeur d’études à l’École pratique des hautes études, sous-directeur du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France ; Robert Cresswell, chargé de recherche au CNRS, chargé du département de la maison rurale au Musée national des arts et traditions populaires ; Jean Cuisenier, agrégé de l’Université, chargé de recherche au CNRS, chargé du programme de sociologie économique au Centre de sociologie européenne ; Henri Raulin, chargé de recherche au CNRS, chargé du département des structures socio-économiques au Musée national des arts et traditions populaires.

8 Arch. RCP 58, série 9 2/11, compte rendu de l’entretien du 31 octobre 1965 à Lignerolles.

9 « La pré-enquête du mois de Novembre dernier nous a permis d’arrêter définitivement le choix du Chatillonnais. Il en résulte, si vous voulez bien l’approuver, que le nom de RCP Chatillonnais sera désormais celui de la RCP no 58 », lettre de Rivière du 18 mars 1966. Le 25 mars, la direction du CNRS répond positivement : « J’ai l’honneur de vous faire connaître mon accord sur la nouvelle appellation de votre Recherche Coopérative sur Programme. J’ai pris bonne note que la RCP no 58 s’intitulerait désormais “Chatillonais” » (nous avons conservé l’orthographe).

10 Lettre datée du 17 octobre 1966 : « Nous avons pu François Furet ou moi joindre la plupart des membres de la commission 27 du CNRS (histoire moderne et contemporaine)… J’ai reçu du Pr Labrousse auquel j’ai téléphoné de grands encouragements, il sera notre rapporteur. J’ai par ailleurs reçu le plus bienveillant accueil du Pr Renouvin que je suis allé voir vendredi » (Arch. RCP 58, dossier 3).

11 Ibid.

12 Mathal P., Evrard P., L’évolution en longue période de l’agriculture d’une petite région : le Châtillonnais, septembre 1967. Sur la relation entre économie agricole et désindustrialisation, ils apportent un éclairage essentiel pour penser la transformation de l’agriculture : « La crise de la sidérurgie a transformé une région dans laquelle l’agriculture ne jouait qu’un rôle d’appoint en une région agricole pauvre vouée aux moutons et aux céréales mais pour ces dernières avec des rendements dérisoires… Ce sont les progrès réalisés par ailleurs et par d’autres qui ont enfin, depuis 10 ans, donné un sens nouveau à l’économie rurale du Châtillonnais. »

13 « Au milieu du 19e siècle plusieurs fonderies étaient installées dans cette région, mais à l’époque où le charbon s’est substitué au bois pour la fabrication de la fonte, leur activité a cessé », note de l’Institut d’économie régionale, Bourgogne – Franche Comté (Arch. RCP 58, dossier 9).

14 « Cela tient au rôle de Rollin. Parce que Rollin connaissait les gens du CFRE puisqu’il était moniteur au CFRE comme moi, et c’est comme ça qu’il a demandé à plusieurs personnes », entretien réalisé par Gilles Laferté avec Jacques Gutwirth, septembre 2007.

15 « Sans être tout à fait entièrement d’accord avec les méthodes à questionnaire de Cuisenier, je suivais, je faisais ce qu’on me disait », entretien réalisé par Gilles Laferté en juin 2007.

16 Le bien public du 19 avril 1966 titre une photo présentant les chercheurs : « L’étude approfondie du Châtillonnais, de son histoire, de son économie et de ses chances d’avenir est en cours de réalisation » ; les Dépêches du 24 avril 1966 sont plus affirmatives en présentant l’enquête en cours : « Une vaste enquête économique et sociale portant sur 1 000 familles du Châtillonnais permettra de connaître les aspirations de cette région. »

17 « Présentation de l’enquête », dans Matériaux et hypothèses, p. 142.

18 Arch. RCP 58, dossier 1, compte rendu de la réunion du 20 juin 1966.

19 Sur ce point, un article ultérieur reprend et élargit cette approche centrée sur les méthodes quantitatives dans l’analyse de la parenté : Cuisenier J., Segalen M., De Virville M., « Pour l’étude de la parenté dans les sociétés européennes, le programme d’ordinateur ARCHIV », L’Homme, volume 10, no 3, 1970, p. 27-74.

20 Arch. RCP 58, dossier 9, note de Georges Henri Rivière du 30 juin 1966 : « La coopération entre les équipes est déjà totale et elle se poursuit dans l’amitié. Pénétrés de l’esprit de solidarité, les chefs d’équipe se sont engagés, et ils ont engagé avec eux leurs collaborateurs, à ne mener aucune opération importante, qu’elle n’ait été délibérée entre eux et le responsable, ils se communiqueront en temps utile, pour ajustements éventuels, leurs plans de travail, ils en suivront ensemble la réalisation, ils en échangeront en cours de route les résultats. Ces résultats constitueront un bien commun, dont la diffusion sera concertée en commun… ainsi la RCP Châtillonnais, reprenant sous des formes nouvelles l’expérience de la RCP Aubrac, et sans perdre de vue les difficultés que ne laissera pas d’entraîner une entreprise aussi complexe, s’engage-t-elle sous des auspices favorables. »

21 Arch. RCP 58, dossier 4, Rapport scientifique indiquant les résultats obtenus de janvier 1966 à juin 1967 et le programme de travaux pour l’année 1968, 30 juin 1967, 37 pages.

22 Techno-économie, habitat, tziganes et « voyageurs », la vie domestique traduite par son équipement, alimentation et cuisine, ateliers artisanaux archaïques, thérapeutique, folklore, sources orales et diffusion actuelle du conte traditionnel, rôle technique, social et culturel du fait musical, rôle technique, social et culturel du fait chorégraphique, sculptures et reliefs anciens dans les églises et les chapelles.

23 Sur ce point, on peut consulter l’ensemble des clichés pris par les différents enquêteurs sur le site Phocem du Mucem.

24 Liste mise au point et transmise par Gilles Laferté. Les auteurs mentionnés avec un astérisque ont travaillé sur le Châtillonnais mais ils ne figurent pas dans les archives de la RCP (leurs travaux ne sont pas comptabilisés dans les tableaux récapitulatifs des publications du Châtillonnais).

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search