Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En France rurale

 | 
Jean-François Simon
, 
Bernard Paillard
, 
Laurent Le Gall

Troisième partie. Autres enquêtes de l'Aubrac à la Margeride

L’enquête de la RCP Aubrac (1963-1966)

Une stratégie intellectuelle, un enjeu institutionnel

Martine Segalen

Texte intégral

1Conforter le projet scientifique du Musée national des arts et traditions populaires, se placer dans le cadre des nouvelles structures de recherche élaborées par le jeune et dynamique CNRS, fonder une ethnologie scientifique de la France qui débarrasserait la discipline de son fumet vieillot, organiser une opération de recherche « modèle » : tels sont quelques-uns des motifs qui poussèrent Georges Henri Rivière à se lancer dans « l’aventure Aubrac ». Il en est resté une enquête d’une ampleur jamais reproduite, au destin scientifique complexe, qui aura été loin d’avoir tenu toutes ses promesses. Contrairement à Plozévet qui est plus ancienne, sa postérité n’occupe pas une place aussi importante dans l’histoire de la discipline. Contrairement à l’entreprise bretonne également, la question de la restitution et du retour au terrain ne créa pas de conflits, bien au contraire, et une réelle « coopération » fut mise en œuvre entre certains chercheurs et les éleveurs aubraciens. À propos de l’enquête Aubrac, c’est à une querelle interdisciplinaire, en revanche, que l’on assista, qui avait pour enjeu la direction du Musée national des arts et traditions populaires que Georges Henri Rivière se voyait contraint d’abandonner, l’âge venant.

Pourquoi l’Aubrac ?1

  • 1 Je remercie Corneille Jest de ses précieuses informations sur l’origine de l’enquête.

2Plozévet était une action concertée du IVe plan de la DGRST, organisée et dirigée par le docteur Gessain, directeur du Musée de l’homme, et centrée sur l’anthropologie physique. Lorsque le CNRS crée les Recherches coopératives sur programme (RCP) en 1962, Corneille Jest, responsable du Centre de formation à la recherche ethnologique (CFRE) dirigé par André Leroi-Gourhan, intéresse ce dernier à cette formule. Elle se devait d’associer les sciences humaines aux sciences de la vie, à l’économie, à l’agronomie, et générer des activités liées au développement. Renonçant dans un premier temps à l’Asie, son terrain d’élection, Corneille Jest se met en quête d’une région agricole française présentant des spécificités. En raison d’attaches familiales, il traversait souvent l’Aubrac, région du Massif central, alors en perte de vitesse. André Leroi-Gourhan suggère alors de confier la responsabilité administrative de l’enquête à Georges Henri Rivière qui y vit tout de suite la possibilité d’en faire une vitrine scientifique pour son musée encore en phase de construction. Jest accomplit une mission exploratoire en 1963. Puis l’affaire fut lancée.

Les enjeux institutionnels de l’enquête

Faire de la science

3Pour confirmer la nature scientifique de son musée encore en cours de gestation, la grande enquête Aubrac constitua un pion fondamental dans la stratégie de Georges Henri Rivière. Le projet du « nouveau siège » au bois de Boulogne avait été lancé en 1954, mais c’est seulement le 21 février 1963 que l’on fêta la pose de la charpente, de son ossature et de sa couverture. Le chantier traîna encore longtemps, en partie en raison des dépassements de coûts, en partie en raison des modifications incessantes que Georges Henri Rivière souhaitait imposer aux plans tant pour les galeries que les aménagements intérieurs. Il s’agissait, après tout, du premier musée français neuf construit après la guerre et, chose rare, d’un bâtiment créé spécialement pour abriter un projet scientifique et muséographique alors, qu’en général, on installait tant bien que mal une collection d’objets dans un palais désaffecté.

  • 2 Arch. Atp, communication devant la section de muséologie du VIIe congrès international des science (...)

4L’Aubrac fut en partie le garant scientifique de l’engagement financier de l’État. D’après les souvenirs d’un auditeur à la Cour des comptes qui examinait ceux du Musée des Atp, toujours en dépassement, on disait dans les couloirs de l’administration : « Oui ! mais il y a l’Aubrac ! » L’ambition et l’originalité de l’enquête l’entouraient d’une aura scientifique dont Rivière martelait sans cesse les exigences. Ce fut un moteur formidable pour le développement des recherches au sein de la jeune équipe qui s’étoffa dans les années 1955. En même temps qu’elle participait à l’élaboration du projet de musée, sous la houlette du chef, l’équipe fut solidement soudée par l’enquête Aubrac qui lui conféra une identité spéciale. Dans le musée en gestation, l’ambitieux projet scientifique s’inscrivait dans cette entreprise de grande envergure, tranchant avec les enquêtes des années 1955-1960 menées encore sous les auspices de la démarche muséographique de collecte et d’exposition. C’est l’Aubrac qui incarne le mieux le projet de musée-laboratoire dans lequel la recherche prend le pas sur toutes les autres considérations comme le proclama Rivière lors d’un congrès international : « La recherche est l’infrastructure de toute notre institution. Elle constitue notre contribution à l’avancement de l’ethnologie, elle conditionne le rassemblement des objets et des documents, elle inspire l’action éducative et culturelle. Nous sommes en définitive un musée-laboratoire et cela explique que le Centre national de la recherche scientifique nous donne son appui2. » L’équipe parlait de l’Aubrac comme d’une « grande aventure » animée par un « esprit pionnier ».

L’Aubrac, en appui de la fondation du laboratoire CNRS du MNATP

5Dans les années 1960, le CNRS était alors en plein développement et relativement généreux. Rivière se tournait vers lui pour essayer de résoudre ses besoins criants en personnel. Le CNRS fonctionnait avec des commissions disciplinaires décidant des recrutements et carrières des personnels ainsi que de l’allocation des moyens. Rivière, toujours fin stratège, se fit élire à la commission compétente, alors section 20 (anthropologie, préhistoire, ethnologie), en 1957 puis en 1963 afin d’être au cœur du dispositif.

6Le Musée disposait certes d’un laboratoire, dit « d’ethnographie française », que dirigeait Marcel Maget, mais c’était une structure purement interne. Après son départ, en 1962, la recherche ne trouvait son compte ni dans les services, ni dans les départements. En janvier 1965, un rapport détaillé des liens entre le Musée et la recherche autour de trois axes – le terrain, le laboratoire, les publications – confirme la rupture avec le passéisme du folklore et l’avènement d’une science du contemporain : « L’ethnologie de la France, désormais, s’axe sur le passage de la société traditionnelle à la société industrielle, constitue sur la première de vastes archives écrites audiovisuelles et coopère avec d’autres disciplines – notamment l’histoire et la sociologie, l’anthropologie sociale et l’agronomie – en vue d’une connaissance rétrospective et prospective de notre pays. » On reconnaît dans ces lignes le programme exactement mis en œuvre en Aubrac, garant de la vocation scientifique de l’établissement qui conduisit le Musée à s’allier étroitement au CNRS avec lequel une convention d’association fut approuvée en décembre 1965. Les Atp participèrent ainsi de la première vague de création de ces nouvelles structures de recherche qu’étaient les « laboratoires ».

  • 3 Mendras H., Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud, 1995, p.  (...)
  • 4 C’est par le Laboratoire d’anthropologie sociale alors dirigé par Claude Lévi-Strauss et administr (...)

7La composition de l’équipe de recherche fut également finement pensée afin d’associer le jeune Centre d’ethnologie française à des institutions de recherche qui avaient alors pignon sur rue : d’une part, le Centre européen de sociologie créé par Raymond Aron et Éric de Dampierre3 avec Jean Cuisenier et son équipe de sociologues4 ; d’autre part, l’Institut national de la recherche agronomique, créé en 1946, et qui, vers la fin des années 1960, se vouait au service de la modernisation de l’agriculture.

Préparer une opération de recherche modèle

8L’enquête procéda d’une véritable stratégie intellectuelle. Plusieurs objectifs devaient être atteints pour la RCP Aubrac qui en ferait une enquête modèle : d’abord, être réellement « coopérative » ; ensuite, traiter d’un ensemble spatio-culturel cohérent défini soigneusement ; enfin, contribuer à apporter une réponse aux populations qui connaissaient de grands bouleversements socio-économiques.

9Coopérative, l’enquête devait l’être à plusieurs niveaux : entre un spectre assez vaste de sciences de l’homme – histoire, linguistique, sociologie, ethnologie déclinée dans ses diverses facettes : culture, techniques, savoirs et représentations – et de sciences agronomiques. Elle devait être coopérative sur le plan pratique de l’organisation. Les enquêteurs de l’Aubrac avaient entendu parler des phénomènes de « sur-enquête » à Plozévet et un dispositif rigoureux fut installé afin que les visites des chercheurs soient coordonnées. L’entreprise bretonne servit aussi de contre-exemple lorsqu’il fallut choisir un terrain : une commune étant pensée comme un espace trop étroit, il fut décidé de s’intéresser à une vaste région organisée autour d’une activité centrale qui assurait la cohérence de l’entreprise touchant un grand nombre de circonscriptions et de kilomètres carrés. Tout en permettant de conduire une ethnologie d’urgence pour étudier une activité agropastorale en voie de disparition, l’Aubrac était aussi l’occasion de sortir du pittoresque et d’étudier la façon dont les populations réagissaient face aux mutations de la société.

  • 5 Leroi-Gourhan A., « Préface », dans L’AUBRAC, tome I : Géographie-Agronomie. Sociologie économique (...)

10André Leroi-Gourhan s’associa donc à Georges Henri Rivière pour lancer cette enquête dont Corneille Jest inspira le choix. Ensemble, ils constituèrent une équipe dont la composition devait répondre « aux besoins de la mise en évidence des lignes de construction de la société considérée5 ». Il s’agissait de donner « un tableau ethnologique complet d’une collectivité rurale », « une image multiple et néanmoins cohérente d’une collectivité vivante ». Aux préoccupations d’ordre génétique, qui inspirèrent en partie l’enquête Plozévet, s’étaient substitués des questionnements d’ordre socio-économique : comment cette communauté humaine pouvait-elle passer d’une économie fondée sur la production artisanale du fromage à une économie fondée sur la production et la commercialisation de la viande dans une Europe alors en pleine constitution ? Sous les yeux des chercheurs, et plus encore après la fin de l’enquête, s’accomplissait cette transition entre un système caractérisé par une transhumance bovine et un système d’élevage en batterie de bovins pour la viande de boucherie. En définitive, ce fut l’interdisciplinarité qui fut convoquée comme nec plus ultra du credo scientifique des années 1960. La complexité des faits humains exigeait de réunir diverses disciplines qui, dans un regard croisé, pourraient en rendre compte. Le coup de génie, peut-être, fut l’association avec des chercheurs de l’INRA, zootechniciens et agronomes, dont certains, enfants du pays, s’impliquèrent durablement dans le travail de terrain.

Comment étudier « L’Aubrac, un établissement humain » ?

11L’Aubrac est une région située à cheval sur trois départements, l’Aveyron, le Cantal et la Lozère, qui comportait 20 communes et comptait au total 10 000 habitants. D’origine volcanique, elle déroule en altitude, entre 1 000 et 1 400 mètres de hauts plateaux désignés localement sous le nom de « montagnes ». Ces étendues d’herbe enneigées l’hiver sont pâturées en été par les troupeaux de bovins. Autrefois vastes forêts, elles ont accueilli, dans la seconde moitié du XIXe siècle, une économie fromagère mise en œuvre dans le cadre du système des « burons » (terme local pour désigner les fromageries d’altitude). Par ailleurs, le maintien des communautés villageoises s’est appuyé longtemps sur une migration importante, notamment vers Paris. En 1963, deux pôles aubraciens se dessinaient : ceux des Hauts Plateaux de la Truyère et des bas pays du Lot auxquels s’ajoutait celui de Paris.

Organiser le travail

  • 6 Arch. Atp, rapport à Jean-Paul Lebeuf, 25 janvier 1965, cité dans Segalen M., Vie d’un musée, 1937 (...)

12Avec le préhistorien-ethnologue André Leroi-Gourhan, Georges Henri Rivière soumit le projet devant la commission du CNRS qui l’accepta en juillet 1963. L’enquête se déroula sur deux années (1964-1966) et la publication démarra en 1970 pour s’achever en… 1986. L’objectif était de décrire une totalité sociale : sans que ceux-ci fussent encore questionnés, on s’intéressait aux concepts de « collectivité », « groupe », « établissement » dont on souhaitait donner un « tableau complet » à l’aide d’une ethnologie neuve tournant définitivement le dos à un folklore qui ne s’intéressait qu’aux formes traditionnelles du passé ou aux coutumes pittoresques. Les chercheurs devaient prendre en compte les changements socio-économiques importants qui touchaient la région alors que s’ébauchait une Europe agricole du premier Marché commun. Dans un rapport destiné à un membre de la commission, Rivière soulignait combien « cette entreprise marque une étape très importante du développement de notre discipline. Elle souligne dans notre domaine, comme le font parallèlement d’autres branches de l’ethnologie, que notre science n’a pas pour seule mission de sauver des patrimoines en voie de disparition, mais que, engagée dans les problèmes du présent, elle contribue à une prospective de l’homme6 ».

  • 7 Segalen M., « Mariel Jean Brunhes Delamarre, une œuvre entre ethnologie et géographie », Ethnologi (...)

13Mariel Jean Brunhes Delamarre, une des premières collaboratrices de Georges Henri Rivière7 qui enquêta sur le terrain et édita avec l’auteur de ces lignes les volumes de la publication Aubrac, rappelle, à partir de son carnet de notes, le souci de Rivière d’organiser la programmation de l’ensemble, depuis la préparation des travaux de terrain jusqu’à l’élaboration des publications qui furent incluses dans le projet dès son début. Ici aussi, on peut voir un contre-effet de Plozévet qui n’avait pas prévu un programme de publications lors du lancement de l’enquête. J’extrais ici de l’introduction à la conclusion générale ces quelques passages qui reflètent bien à la fois l’ambiance de travail, que Georges Henri Rivière tenait d’une main de fer, et les tensions propres à une équipe nombreuse et pas toujours… obéissante :

  • 8 Brunhes Delamarre M. J., « Conclusion générale de la RCP Aubrac et en hommage à Georges Henri Rivi (...)

« Quant aux enquêtes sur le terrain elles sont aussi prévues comme comportant une préparation sérieuse avant le départ (contacts, lecture : une bibliographie a été préparée à cet effet ; informations…) et le délai ainsi demandé avant le départ n’est pas “une brimade bureaucratique” ; il permet au contraire d’assurer une meilleure coordination entre les projets des travaux de recherche qui vont être “lancés” sur le terrain, ainsi qu’avec les travaux déjà en cours sur ce terrain8. »

Mettre en œuvre l’interdisciplinarité

14« L’enquête sur le terrain est le fait d’une communauté » : la recommandation est plusieurs fois répétée dans divers documents, ce qui prouve aussi que son application fut difficile, même avec la meilleure des bonnes volontés. En effet, elle présente des difficultés inhérentes à l’interdisciplinarité. Des enquêteurs différents peuvent avoir, par exemple, à s’informer auprès d’un même informateur. Or, le respect que l’on doit porter à celui-ci empêche qu’il soit « tiraillé et questionné par plusieurs dans les sens ». Aussi, lorsque « l’enquêteur détecteur s’apercevra que l’informateur est plus précieux pour tel ou tel camarade chargé de mission spécialisée, il se contentera de préparer l’informateur à la visite dudit enquêteur ». Autrement dit, quand un chercheur rencontrait sur son chemin une conteuse, il devait signaler son nom à Marie-Louise Tenèze ; si un autre observait une bourrée typique, il avait à prévenir Jean-Michel Guilcher.

15Bien davantage qu’avec ces bonnes paroles, exprimées dans une phraséologie qui nous paraît aujourd’hui bien datée, c’est dans le local mis à disposition par le curé de Laguiole que la coopération entre les chercheurs et les disciplines put s’organiser. La RCP y installa son « QG » – vocabulaire militaire qui transforme l’enquête en bataille – où se déroulèrent des discussions « associant responsables des équipes, mais aussi, éleveurs, personnalités locales, tels préfets, députés, maires, conseillers généraux, représentants des diverses organisations agricoles ». Les séjours des chercheurs eux-mêmes sur le terrain furent toutefois relativement courts, comme il était encore d’usage dans ces années-là, et la pluridisciplinarité resta relativement lettre morte, chaque chercheur étant tenu de rendre un rapport dans les années 1967 et 1968. Il n’y eut guère de lectures permettant de croiser les regards. Ainsi, à relire les ouvrages, l’interdisciplinarité se réduit à quelques références croisées et non à un dialogue entre les disciplines. Quand on se reporte aujourd’hui aux sept volumes publiés, il est en effet évident que les disciplines se sont plus côtoyées que mêlées, à l’exception des agronomes et zootechniciens qui collaborèrent avec les chercheurs bien implantés dans le milieu des éleveurs. Inspirée dans un premier temps par l’écologie, leur recherche s’intéressa aux problèmes sociaux qui étaient liés au passage d’une économie d’élevage à finalité fromagère à un élevage destiné à la viande. Au surplus, ils participèrent à une seconde enquête Aubrac, excroissance quasi illégitime de la première au sein de laquelle ils jouèrent un rôle important.

16La plupart des fondateurs de l’ethnologie moderne française participèrent à la « grande aventure Aubrac ». Certains continuèrent de travailler sur les terrains français. D’autres, plus jeunes, y firent leurs premières armes d’ethnologue pour aller ensuite travailler sur des terrains lointains – Philippe Sagant au Népal, Corneille Jest en Himalaya ou Jean-Luc Chodkiewicz au Mexique. Certains y nourrirent leurs thèmes de recherche avérés tandis que d’autres ouvrirent des pistes neuves dans des domaines qui les concernaient.

Les champs thématiques

17L’objectif était ambitieux : couvrir tous les champs de la vie sociale.

Les structures sociales

18Alors qu’à Plozévet, les travaux de Michel Izard avaient ouvert la recherche française aux thématiques anthropologiques de la parenté, du mariage, de la reproduction des unités sociales, l’enquête Aubrac s’intéressa peu à ces questions, restant à la surface des faits sociaux, en s’intéressant à la « morphologie sociale » des villages à l’aide de statistiques sociodémographiques ou de données relevant de la structure des exploitations. Visiblement, les ethnologues étaient, là, mal à l’aise. Il avait été décidé d’abandonner la monographie villageoise considérée comme dépassée et ces éléments relativement bruts permirent tout au plus de mettre en évidence une opposition entre les communautés les plus dynamiques, celles de la Haute-Viadène, alors que celles du versant lozérien dépérissaient. Il s’agissait plutôt de données de cadrage, dirait-on aujourd’hui, et non d’enquêtes.

19En revanche, les monographies approfondies concernant le travail dans le buron, l’étude de la vie du groupe d’hommes, l’étude technologique de la fabrication du fromage, la « fourme » de Laguiole, constituent des textes d’anthologie répondant au vœu des promoteurs de l’enquête : restituer la totalité sociale de cette petite collectivité masculine, du cantalès (nom du chef du buron, signe de l’influence du Cantal voisin) jusqu’à l’apprenti, le roul. En même temps, en offrant un support documentaire excellent pour la présentation muséographique, l’enquête ethnologique se voulut exemplaire de la démarche de Georges Henri Rivière qui associait recherche, intégration des sujets à la recherche et, en même temps, collecte muséale.

20Un des faits sociaux marquants de l’Aubrac concerna la tradition migratoire. À l’image de l’économie des pays pauvres contemporains qui exportent un membre de la famille vers les villes pour abonder les ressources de ceux qui restent au pays, la tradition migratoire de l’Aubrac est ancienne. Longtemps, les Aubraciens allèrent se faire embaucher en Espagne comme scieurs de long. À la fin du XIXe siècle, ils « montèrent » à la capitale. Une enquête ethnologique novatrice se déroula sur le thème de l’« Aubrac à Paris » qui suivait le migrant au long du cycle de sa vie. L’homme du buron était aussi celui du café-tabac-charbon qui livrait le charbon en hiver et les pains de glace pendant l’été. L’ethnologue chargé de ce sujet n’avait, dans les années 1960 qui ignoraient l’ethnologie urbaine, d’autres références qu’anglo-saxonnes (Robert Redfield et sa « Little Community » ; les travaux de Michael Young et Peter Willmott sur la parenté dans un faubourg populaire de Londres). Son travail de terrain le conduisit du buron aux bougnats parisiens, figures folkloriques déjà en voie de disparition dans la capitale, et aux banquets d’Amicales d’originaires. Le jeune migrant passait du buron au café – parfois avec un grand succès (c’est le cas de la brasserie Lip) –, trouvait parmi ses compatriotes des sources de financement pour s’installer et, s’il réussissait, finissait par construire une maison imposante dans son village natal en vue de sa retraite. Avec l’enquête, il fut démontré que l’économie en Aubrac était en partie soutenue par les apports des migrants à Paris. Voilà qui eut de quoi effacer, comme le travail historique le montra, l’image d’une société fermée et immobile.

Techniques et savoir-faire

21Si, pour l’enquête historique ou d’ethnologie urbaine, il fallut faire appel à des concours extérieurs, toute l’équipe qui travaillait aux côtés de Georges Henri Rivière à la programmation des galeries des Atp participa, chacun dans son domaine de spécialité, au travail de terrain. Aussi retrouve-t-on des analyses de technologie domestique, d’élevage, d’agriculture au fil des volumes. Toutes ces enquêtes, comme celle qui étudia le buron, ont fourni la documentation pour les collectes concernant les objets de la vie domestique, mobilier, ustensiles de cuisson et d’éclairage, etc. Les outils du buron, les outils de l’agriculteur à main ou tractés furent décrits, classés, et leur analyse fut soutenue dans la publication par un appareillage iconographique généreux.

La vie culturelle

22Selon les classifications thématiques alors en vigueur au Musée des Atp, trois secteurs de la vie culturelle furent étudiés : la danse, la musique et la littérature orale. Jean-Michel Guilcher dénonça d’emblée l’illusion d’une culture « traditionnelle » ou « populaire », ouvrant ainsi un débat qui anima séminaires et publications pendant quinze années. En Aubrac, impossible de caractériser une culture aubracienne ancienne. Les populations étaient très pauvres, mobiles, et avaient emprunté à diverses cultures – on suppose que la bourrée à trois temps aurait une origine espagnole. Le rôle du milieu parisien dans la prise de conscience d’une culture originale a été déterminant. En quelque sorte, la culture traditionnelle, telle qu’on l’observa en Aubrac, fut démystifiée, puisque c’est dans la capitale qu’elle se forma, c’est dans la capitale que les Aubraciens prirent conscience de leur identité et inventèrent des stéréotypes régionaux à travers des costumes portés dans les banquets d’Amicales où s’inventaient la musique et la danse « traditionnelle ». Les émigrés prolongeaient une culture qui s’éteignait au point d’origine et la refaçonnaient. Le traitement des contes était également novateur : autant qu’à leur contenu et leur classification, l’auteur s’intéressa au contexte de leur énonciation, au rapport entre le récitant et son public. Quant aux travaux de linguistique, ils firent aussi voler en éclats le concept de région, le morcellement dialectal semblant le trait le plus caractéristique de l’Aubrac dans l’ensemble linguistique occitan.

L’herbe des vaches Aubrac

  • 9 Leroi-Gourhan A., « Préface », dans L’AUBRAC, tome 1 : Géographie-Agronomie. Sociologie économique (...)

23Parmi les thèmes les plus novateurs et qui eurent la plus grande portée scientifique et sociale, la socioagronomie vient en tête. L’importance et l’actualité de la contribution des agronomes et zootechniciens lui ont valu d’être publiée dans le tome premier de la grande publication. Si les chercheurs de l’INRA se sont d’abord intéressés aux plantes broutées par les vaches d’Aubrac – ce qu’on appelait alors « l’écologie » –, ils se sont rapprochés très vite des ethnologues qui leur ouvraient les portes des éleveurs pour agir sur le milieu. Ils s’intéressèrent aux problèmes humains et sociaux posés par l’adaptation des races animales et des systèmes d’élevage aux contraintes du milieu, par-delà les modèles expérimentaux développés en laboratoire. Dans sa préface au tome premier, André Leroi-Gourhan souligna qu’il « ne saurait être meilleure démonstration de l’enrichissement mutuel qui s’offre par la liaison de la recherche appliquée avec la recherche fondamentale que celle que les études des agronomes ont apportée sur le plan botanique et zoologique aux ethnologues. Mais en retour, la perception des arrière-plans humains a pu donner une dimension complémentaire aux problèmes des bovins et de leurs herbages9 ». Sur ces terres balayées par les vents et les pluies, les éleveurs ont réussi au fil des siècles à fabriquer une race de vaches « rustique » particulièrement résistante aux carences alimentaires et aux intempéries. Lorsque l’enquête démarra, c’étaient aussi les débuts du Marché commun et les chercheurs de l’INRA travaillèrent pour conduire les éleveurs à abandonner la traite traditionnelle et la production fromagère artisanale afin de produire une vache à viande. Pour cela, il fallait moderniser les exploitations, développer des croisements des vaches Aubrac avec les Charolais. Dans ce contexte économique, de nouvelles perspectives s’ouvraient aux éleveurs.

Une querelle disciplinaire : ethnologues contre sociologues

24Qui s’en tiendrait aux sept volumes de la publication Aubrac ne pourrait savoir que l’entreprise a abrité une guerre sourde dont la trace se trouve dans le premier volume, et qui a connu des prolongements institutionnels. L’enquête fut, un temps, un champ de conflit entre disciplines différentes, incarnées par des équipes différentes, et dont l’enjeu concernait la succession de Georges Henri Rivière à la tête du Musée national des arts et traditions populaires.

  • 10 Cuisenier J., « Sociologie économique », dans L’AUBRAC, tome 1 : Géographie-Agronomie. Sociologie (...)

25Les enquêtes achevées, les rapports rédigés, critiqués et rendus, il fallut mettre au point l’ordre de publication des contributions. Le CNRS s’était engagé à publier l’ensemble, mais en raison de la quantité de rapports, chacun savait que l’entreprise durerait longtemps (peut-être pas aussi longtemps !). Le choix fut fait de publier dans le premier volume les analyses qui paraissaient les plus utiles à la situation sociale du moment qui connaissait, rappelons-le, une mutation socio-économique importante avec l’abandon de la traite pour la production de viande de boucherie. Furent donc mis à la disposition des lecteurs les travaux des agronomes qui contenaient des recommandations précises quant à l’orientation future de la région en matière d’élevage. Leur tonalité dynamique tranchait nettement avec la deuxième partie du même premier volume où les « sociologues », c’est-à-dire l’équipe dirigée par Jean Cuisenier, n’observaient dans la société et l’économie aubraciennes qu’« un dépérissement, régression ou crise », qu’une « rupture des équilibres sociaux traditionnels » – ce sont les titres des chapitres – avec le vieillissement de la population, le départ des femmes, la vétusté des logements, l’exode, etc. Non seulement les conclusions étaient fort pessimistes, mais l’analyse, fondée sur le thème de la rationalité économique, avait un ton et un style qui tranchaient fortement avec le reste des volumes. Les « ethnologues » imputaient aux façons de faire des « sociologues » – visite rapide sur le terrain d’une petite équipe de sept personnes – leurs analyses trop rapides et tranchantes, leur vision très extérieure de la société. Les premiers n’allaient pas en rester là. Bref, là où les ethnologues voyaient un système agropastoral traditionnel en train de muter dans le cadre de la mise en place du Marché commun, les sociologues, eux, voyaient « une société qui se défai[sai]t10 ». Les deux disciplines se tournaient alors le dos, qu’il s’agisse des terrains – sociétés complexes contre sociétés pensées comme simples, sociétés modernes contre sociétés du passé – ou des méthodes : enquêtes quantitatives statistiques pour les premières s’appuyant sur des échantillons représentatifs, enquêtes ethnographiques qualitatives pour les secondes, sur le terrain, aux côtés des populations étudiées.

26Les traces de cette querelle furent durables au sein de l’institution dont Jean Cuisenier reprit la direction en 1968.

Le bilan de l’enquête Aubrac

Une publication d’ampleur inédite…

  • 11 Mendras H., Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, op. cit., p. 234.

27Henri Mendras était un sociologue à la dent souvent dure. Dans ses Souvenirs d’un vieux mandarin, il a caricaturé l’enquête en quelques lignes : « Elle a mobilisé des folkloristes et des linguistes mais aussi des économistes, des sociologues et des agronomes. Des musicologues se sont interrogés sur l’influence des cloches sur la production de lait, les fameuses “sonnailles” des vaches d’Aubrac. » Jugement un peu réducteur, mais il conclut : « La série de livres a été publiée et restera une source ethnographique de première main, capitale pour la suite, puisque l’essentiel de ce qui a été recueilli et décrit a aujourd’hui complètement disparu11. »

28Les éditions du CNRS s’engagèrent, en effet, le 21 mars 1968, à prendre totalement en charge la publication de l’ouvrage collectif. Mariel Jean Brunhes Delamarre en fut chargée par Georges Henri Rivière et me demanda de l’épauler dans cette tâche. J’entrais ainsi dans le monde de la recherche à travers celui de l’édition au moment où la machine à écrire n’avait pas encore été remplacée par les ordinateurs. Le travail d’édition était particulièrement pénible dans ces conditions puisque Georges Henri Rivière, fidèle à ses habitudes tatillonnes, changeait le code des rubriques des notes, obligeant par exemple, à l’aide de petits sparadraps autocollants, à transformer la mention « or » (oral) par celle de « B.M. » (bande magnétique) dans toutes les références qui concernaient les contes. Nous travaillions encore, Mariel et moi, le matin du rendu des volumes, dans le hall du CNRS, alors sis quai Anatole-France.

29Aucune des RCP subséquentes n’a réussi à publier un ensemble aussi considérable de textes, éclairés d’un appareillage iconographique et photographique (noir et blanc pour la plupart) de qualité remarquable. Les magnifiques photos de Jean-Dominique Lajoux offrent une peinture empathique de l’activité humaine – qu’il s’agisse des gestes techniques, à la ferme, dans le buron, ou des activités sociales à Paris ou sur les foires – qui enrichit considérablement chaque contribution. Les sept volumes (dont le détail est donné ici en bibliographie) furent complétés par un travail de cartographie remarquable, la « carte et catalogue des montagnes » (soit 303 « montagnes » délimitées avec leur nom respectif et l’indication de l’emplacement des burons). Au moment de sa parution, plus aucune de ces fromageries d’altitude ne fonctionnait, sinon comme buvette pour les amateurs des sentiers pédestres dits de « grande randonnée ». Le document n’en a que plus de valeur historique.

30Moment éditorial unique grâce à la générosité du CNRS et grâce à la patience des imprimeurs qui acceptèrent parfois jusqu’à trois épreuves d’un même volume, ce qui explique en partie l’allongement des délais de publication des derniers volumes : alors que les trois premiers tomes parurent au rythme d’un par an, la suite s’échenilla d’un ouvrage à l’autre, de sorte que le premier sortit des presses en 1970 et le dernier en 1986. Ainsi, dans ce moment de l’ethnologie dominé par la technologie, sous l’influence d’André Leroi-Gourhan, les contributions regroupées sous le titre Technique et langage furent scindées en deux tomes : le premier proposa un dictionnaire raisonné des techniques de l’estivage ovin et de la fabrication du fromage sur la montagne ; le second, dont l’auteur principal est Mariel Jean Brunhes Delamarre (sa contribution avait donc attendu près de vingt ans avant d’être publiée !), se présenta sous la forme de grands tableaux synoptiques consacrés chacun à une étape importante des travaux agricoles, de la préparation du sol à la récolte, et d’un dictionnaire thématique de l’outillage agricole enrichi de croquis et de photos. Une conclusion générale et une table des index parachevèrent un ensemble dont le destin fut d’être relativement obscur. Alors que l’enquête avait été lancée dans un climat d’euphorie intellectuelle, les publications n’eurent guère d’écho, les paradigmes de l’ethnologie de la France ayant rapidement changé dans les années 1975.

… avec un volume pirate

31La querelle disciplinaire qui agitait le milieu à propos des conclusions contradictoires relatives à l’Aubrac semblait oubliée. Jean Cuisenier, conservateur en chef du Musée national des arts et traditions populaires et directeur du Centre d’ethnologie française, avait entre-temps consacré son énergie à conduire la RCP suivante, celle du Châtillonnais. Le devenir de l’Aubrac ne le préoccupait plus et d’autres terrains de recherche l’attendaient, lui et son équipe. Corneille Jest fit toutefois publier par les éditions du CNRS un volume pirate, L’Aubrac, 1964-1973. Sous une couverture identique à celle des autres volumes, le texte n’était cependant pas composé par l’imprimerie Louis-Jean à Gap : il s’agissait d’une dactylographie imprimée sur les presses du CNRS. Ni Jean Cuisenier, alors conservateur en chef et directeur du Centre d’ethnologie française, ni Mariel Jean Brunhes Delamarre, ni moi-même, engagées dans le long et laborieux processus de production des ouvrages, ne furent avisés de ce qui se tramait – avec l’accord du CNRS. Parmi les auteurs, on retrouvait deux zootechniciens qui avaient participé à la première enquête et d’autres membres de l’équipe, mais la dominante était nettement socioagronomique. Soit une étude d’ethnologie en action, conduite en coopération avec des « éleveurs chercheurs » réunis au sein de structures qui permettaient la modernisation des structures agricoles (Coopérative d’élevage, Centre de jeunes agriculteurs, Comité de développement agricole du Nord Aveyron).

  • 12 Jest C., « Introduction », dans L’AUBRAC. Dix ans d’évolution, 1964-1973, Paris, Éditions du CNRS, (...)

32Dans l’introduction de ce volume, il est expliqué que la lenteur de la publication ainsi que les conclusions opposées des ethnologues et des agronomes, d’une part, et des sociologues, d’autre part, servent à justifier le fait que cette petite équipe se soit décidée à entreprendre une « courte étude complémentaire pour soumettre à l’épreuve du présent des explications et des diagnostics vieux de huit ans12 ». Les auteurs conclurent qu’ils avaient eu raison de croire au dynamisme de la région. Le Nord Aveyron manifestait particulièrement son essor, un grand nombre d’éleveurs ayant adopté le croisement avec la race Charolais. En même temps que l’ouvrage pirate, un film avait été réalisé par Jean-Dominique Lajoux qui comportait des séquences tournées lors de l’enquête initiale – on y voit notamment Marie Girbal qui conte, avec force gestes, l’histoire du bouc d’Aunac ; on y voit les vaches monter en estive et les hommes dans le buron ; le fonctionnement traditionnel d’une exploitation avec le vieux « croque paille ». D’autres images avaient été tournées lors de la deuxième enquête qui montrait le changement dont la voie avait été indiquée aux éleveurs par les chercheurs. L’un d’entre eux cita la coopérative de production de petits veaux pour l’engraissage qu’il avait créée en 1966 et dont le succès se manifesta par l’accroissement rapide de la production. Le film se terminait sur une séquence de la cuisine du cochon au cours de laquelle un éleveur répondait à l’ethnologue qui lui demandait ce que l’enquête lui avait apporté : « Vous nous avez fait découvrir quelque chose qu’on avait déjà en nous. » Quand l’ethnologue se fait accoucheur d’un nouveau devenir social et économique…

L’ouverture de nouveaux champs scientifiques

33Si, à l’image qu’en donne Henri Mendras, l’Aubrac est resté dans la conscience collective scientifique un travail – au pire de folklore, au mieux d’ethno-technologie –, il fut pourtant un lieu d’expérimentation de nouveaux champs de recherche, notamment pour ce qui touche au thème de l’urbain et pour le recours à la dimension historique. Le chapitre consacré à l’Aubrac à Paris fut une enquête tellement nouvelle que son auteur, dirigé par Roger Bastide, ne put l’adosser à aucune référence bibliographique française – on l’a écrit. Le choix méthodologique qui consistait à partir des nombreuses Amicales d’Aubraciens ouvrit une focale pleine de promesses pour étudier le monde de la ville dont s’inspira Jacques Gutwirth en travaillant sur les associations de Châtillon au cours de la RCP suivante. À travers ces associations d’originaires, l’enquête – nouveauté méthodologique, l’auteur recueillit des histoires de vie de migrants – aborda un sujet plus que jamais d’actualité, celui des migrations, des tensions et des échanges entre lieux de naissance et lieux de travail.

34Tout aussi novateur fut le lien fait avec la recherche historique. Charles Parain, ethnologue des techniques, se consacra à une enquête ethno-historique du système de la production buronnière. Le travail en archives n’était guère prisé à l’époque et Charles Parain, qui œuvrait en dehors des structures universitaires et de l’École des Annales, alors en plein essor, produisit là une œuvre pionnière et particulièrement utile, en montrant que l’ancienneté du système d’exploitation des montagnes tel que le découvrirent les ethnologues des années 1960 n’était pas considérable et que l’économie du buron aubracien, inspirée de celle du Cantal, ne s’était spécialisée qu’après la période 1830-1840. Il malmena ainsi sérieusement l’image d’une société « traditionnelle » pensée comme immuable. De plus, ayant mis en avant le double pôle social de l’Aubrac (les grandes exploitations abbatiales d’un côté, les communautés villageoises de l’autre, vivant en autarcie sur de vastes communaux et fournissant une main-d’œuvre mobile), Charles Parain fit voler en éclats l’unicité supposée de la région – contribution originale qui confortait l’évidence d’un changement qui s’effectuait sous les yeux des chercheurs. Région isolée géographiquement, l’Aubrac n’en avait pas moins subi au cours du temps le contrecoup des évolutions nationales et même européennes. Le temps de l’enquête, le nombre des burons en activité, qui était d’une trentaine en 1964, tomba à zéro à la fin. Par son entremise, histoire et ethnologie dialoguèrent.

L’enrichissement exceptionnel du musée

  • 13 Brunhes Delamarre M. J., « Conclusion générale de la RCP Aubrac et en hommage à Georges Henri Rivi (...)
  • 14 Georges Henri Rivière, règlements et directives, 4 mai 1964.

35Une des réussites incontestables de l’enquête fut l’enrichissement des collections. Si la collecte n’était pas la finalité première de l’entreprise, les chercheurs, qui étaient évidemment tous sensibilisés à l’importance des objets, reçurent consigne d’en faire une démarche exemplaire. Désormais, il s’agissait d’aller au-delà de la documentation des objets, mais plutôt de collecter des objets signifiants des institutions sociales étudiées saisis dans leur contexte socioculturel. Georges Henri Rivière avait écrit dès 1964 : « L’ambition du responsable, qui, en l’espèce se double du Conservateur en chef, est que la RCP produise une collecte exemplaire dont l’attrait majeur doit être la reconstruction de l’intérieur du buron dans la galerie du nouveau siège des Atp. Une place lui est réservée d’office13. » Une nouvelle doctrine d’ethnologie muséale s’élaborait : « Tous les objets figurant dans les musées ne peuvent être la gloire de ceux-ci que s’ils sont recueillis dans leur contexte14. » Furent rapportés près de mille objets dont, intégralement collectées, quatre « unités écologiques » dont nous savons qu’elles furent l’une des trouvailles muséographiques de Georges Henri Rivière. Le parcours de la Galerie culturelle fut ponctué de ces ensembles, dont le buron de Chavestras bas présenté dans l’état où il fonctionnait dans les années 1930. Un des secteurs de la Galerie fut tout entier consacré à l’Aubrac et l’on y exposa les outils et les objets du buron analysés dans les tomes III et IV (1 et 2). L’ensemble du mobilier des Fajoux, qui avait été collecté auprès d’un couple de frère et sœur célibataires, Laurent et Joséphine Girbal, fut présenté au public en 1980 lors de l’exposition « Hier pour demain » au Grand Palais. Les vitrines de la Galerie d’étude consacrées à l’agriculture, aux techniques de transformation et à la musique exposèrent aussi nombre d’éléments collectés en Aubrac selon un mode systématique. Au surplus, près de 10 000 photographies, 700 dessins sur calques, près de 4 000 enregistrements sonores (musique, langage, entretiens enregistrés), une douzaine de films constituèrent un ensemble documentaire unique.

Mais aussi un oubli exceptionnel

36D’un point de vue scientifique, l’enquête a-t-elle tenu ses promesses ? Les prémisses scientifiques ne furent validées ni sur le plan de l’espace, ni sur celui de l’interdisciplinarité. Pas plus satisfaisantes que celles choisies pour Plozévet, les limites de l’enquête n’étaient aptes à parler de l’Aubrac dont furent démontrés le morcellement identitaire patent et les contrastes entre versant lozérien et versant aveyronnais. Par ailleurs, l’un des objectifs majeurs du projet, coopération et interdisciplinarité, ne fut pas atteint, chaque texte, à quelques exceptions déjà signalées, se contentant de renvois croisés. De sorte que l’enquête ne put, selon le souhait de ses initiateurs, restituer une « collectivité humaine dans sa totalité ». Seul le système de l’économie fromagère, au cœur du dispositif de la recherche fut rendu dans un tout cohérent, les autres thématiques semblant par trop parcellisées. Il aura manqué à l’Aubrac une synthèse de tous ces travaux. L’inventaire extraordinairement détaillé, la somme la plus complète sur une microrégion française fut victime de sa richesse et la perspective totalisante disparut enfouie sous la quantité de monographies et de chapitres disparates. Ici encore, Plozévet joua à contre-exemple et Georges Henri Rivière indiqua qu’il n’était pas question de publier un volume de synthèse tant que la totalité des contributions ne serait pas sortie des presses du CNRS ; de sorte que chaque chercheur rédigea son rapport et s’en fut travailler sur d’autres sujets.

  • 15 Bromberger C., « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoir (...)

37Ce sont moins les failles scientifiques de l’entreprise que les lenteurs de la publication qui expliquent l’oubli rapide dans lequel elle est tombée. Au moment où les volumes paraissaient, les paradigmes de l’ethnologie du soi se modifiaient. On passait du « plus grand vers le plus petit » ; la focale se concentrait sur un sujet exploré dans la longue durée. Comme l’a fort bien analysé Christian Bromberger, « le rétrécissement du champ de l’observation et de l’analyse ne tient pas seulement à cette révolution dans la pratique de la recherche : il tient aussi à une réévaluation des objets mêmes de la discipline ». Les enquêtes technologiques firent place à des problématiques plus spécifiquement inspirées par les travaux de Claude Lévi-Strauss : la parenté, le symbolique, le champ des représentations. Finis les périmètres sur lesquels travaillait une tribu de scientifiques. À la manière de faire de l’anthropologie anglo-saxonne, chacun et chacune, seul sur « son » terrain, approfondissait une thématique spécifique en se demandant « comment cela fonctionne-t-il ici et maintenant15 ». Concomitamment, une nouvelle génération d’ethnologues renouvelait le traitement de thèmes classiques. En voudra-t-on une preuve que l’on comparera le catalogue de recettes de la thérapeutique populaire publié dans le volume IV à la façon dont Jeanne Favret-Saada s’empara de ces sujets quelques années plus tard.

*

38L’Aubrac restera marqué par la réussite de l’implication des ethnologues et des zootechniciens-agronomes qui ont soutenu le changement. L’enquête eut la chance d’incorporer, dès son début, un jeune ingénieur agronome, enfant du pays, Bertrand Vissac, qui s’intéressa au développement la région et continua de travailler avec les éleveurs bien après la fin de l’enquête, ainsi qu’il l’a rapporté :

  • 16 Vissac B., « Comprendre la complexité des systèmes d’élevage bovin. Les vaches miroir d’une sociét (...)

« L’exemple des montagnes d’Aubrac, de leurs vaches à triple aptitude (lait, viande, travail) et de leurs systèmes obsolètes, a été particulièrement éclairant. Vers 1960, en effet, un commissaire de la Communauté économique européenne trouvant cette situation complètement désuète voulut geler les terres de ces montagnes. Avec quelques collègues agronomes et zootechniciens, j’ai rejoint les premiers chercheurs arrivés sur place, des ethnologues, venus archiver les pratiques de cette “peuplade” dans un musée avant qu’elle ne disparaisse ! Ce projet que certains éleveurs ressentaient ainsi comme une provocation visait, en fait, à rechercher des voies acceptables d’intégration de la tradition avec la modernité : une sorte d’écomusée vivant et vivable. On s’est vite aperçu, en effet, que ces montagnes recelaient de vraies potentialités qui pouvaient s’exprimer grâce à des éleveurs déterminés et soutenus par leur parentèle parisienne de descendants d’anciens bougnats. Progressivement, une connivence critique s’est établie entre éleveurs et chercheurs pour trouver des solutions techniques nouvelles. Cette connivence a largement contribué à sauver l’existence de cet établissement humain et l’a même aidé à devenir, trente ans plus tard, un pôle dynamique et conquérant où se mêlent la race, l’aligot, les herbes du terroir, la grande cuisine et la coutellerie16. »

39À côté de l’élevage, ce sont les pèlerins randonneurs qui, traversant l’Aubrac sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle, contribuent aujourd’hui à son dynamisme. Les « montagnes » sont à l’affiche des sites internet qui invitent aux nouvelles activités sportives pour découvrir ses paysages, soit à « l’ultra trail », « à la fête de la transhumance et de la vache d’Aubrac », ou encore à la « Davalada : grande randonnée avec haltes gustatives de buron en buron. » En contribuant à son dynamisme, l’enquête de l’Aubrac, a marqué, à sa façon, le terrain de son empreinte.

Bibliographie

Travaux sur l’Aubrac

L’AUBRAC, tome 1 : Géographie-Agronomie. Sociologie économique, Paris, Éditions du CNRS, 1970.

L’AUBRAC, tome 2 : Ethnologie historique, Paris, Éditions du CNRS, 1971.

L’AUBRAC, tome 3 : Ethnologie contemporaine I, Communautés villageoises, Vide domestique dans les exploitations, Paris, éditions du CNRS, 1972.

L’AUBRAC, tome 4 : Ethnologie contemporaine II, Montagnes, L’homme des burons, Thérapeutique, L’Aubrac à Paris, Paris, Éditions du CNRS, 1973.

L’AUBRAC. Dix ans d’évolution, 1964-1973, Paris, Éditions du CNRS, 1974 (volume pirate).

L’AUBRAC, tome 5 : Ethnologie contemporaine III, Littérature, musique, danse, Paris, Éditions du CNRS, 1975.

L’AUBRAC, tome 6.1 : Ethnologie contemporaine IV. Technique et langage – 1ère partie, Estivage bovin et fabrication du fromage sur la montagne, Paris, Éditions du CNRS, 1979.

L’AUBRAC, tome 6.2 : Ethnologie contemporaine V. Technique et langage – 2e partie, Technique et outillage agricoles pré-industriels en Aubrac, Abattage et dépeçage du porc, Géographie linguistique de l’Aubrac, Paris, Éditions du CNRS, 1982.

L’AUBRAC, tome 7 : Conclusion générale, Tables, index, Paris, Éditions du CNRS, 1986. « Montagnes » de l’Aubrac. Carte et catalogue, Paris, Éditions du CNRS, 1970.

Notes

1 Je remercie Corneille Jest de ses précieuses informations sur l’origine de l’enquête.

2 Arch. Atp, communication devant la section de muséologie du VIIe congrès international des sciences anthropologiques et ethnologiques tenu à Moscou en août 1964 ; texte cité dans Segalen M., Vie d’un musée, 1937-2005, Paris, Stock, 2005, p. 173-174.

3 Mendras H., Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud, 1995, p. 102.

4 C’est par le Laboratoire d’anthropologie sociale alors dirigé par Claude Lévi-Strauss et administré par Isac Chiva que Jean Cuisenier fut invité à prendre part, « sur le tard », à la RCP Aubrac et qu’il accepta avec l’accord de Raymond Aron (communication personnelle de Jean Cuisenier).

5 Leroi-Gourhan A., « Préface », dans L’AUBRAC, tome I : Géographie-Agronomie. Sociologie économique, Paris, Éditions du CNRS, 1970, p. 9.

6 Arch. Atp, rapport à Jean-Paul Lebeuf, 25 janvier 1965, cité dans Segalen M., Vie d’un musée, 1937-2005, op. cit., p. 179.

7 Segalen M., « Mariel Jean Brunhes Delamarre, une œuvre entre ethnologie et géographie », Ethnologie française, volume 32, no 3, 2002, p. 529-539.

8 Brunhes Delamarre M. J., « Conclusion générale de la RCP Aubrac et en hommage à Georges Henri Rivière », dans L’AUBRAC, tome 7 : Conclusion générale. Tables, index, Paris, Éditions du CNRS, 1986, p. 13.

9 Leroi-Gourhan A., « Préface », dans L’AUBRAC, tome 1 : Géographie-Agronomie. Sociologie économique, op. cit., p. 10.

10 Cuisenier J., « Sociologie économique », dans L’AUBRAC, tome 1 : Géographie-Agronomie. Sociologie économique, op. cit., p. 229-285.

11 Mendras H., Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, op. cit., p. 234.

12 Jest C., « Introduction », dans L’AUBRAC. Dix ans d’évolution, 1964-1973, Paris, Éditions du CNRS, 1974, p. 3.

13 Brunhes Delamarre M. J., « Conclusion générale de la RCP Aubrac et en hommage à Georges Henri Rivière », dans L’AUBRAC, tome 7 : Conclusion générale. Tables, index, op. cit., p. 16.

14 Georges Henri Rivière, règlements et directives, 4 mai 1964.

15 Bromberger C., « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoire récente de l’ethnologie de la France », dans Chiva I., Jeggle U. (dir.), Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987, p. 86.

16 Vissac B., « Comprendre la complexité des systèmes d’élevage bovin. Les vaches miroir d’une société », Fa(s) cades, no 17, janvier-mars 2003, p. 3.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540