Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En France rurale

 | 
Jean-François Simon
, 
Bernard Paillard
, 
Laurent Le Gall

Troisième partie. Autres enquêtes de l'Aubrac à la Margeride

Propos liminaire

Laurent Le Gall

Texte intégral

1Quoi de commun entre la Corse et la Margeride, Minot et les Baronnies, l’Aubrac et le Châtillonnais ? Rien, à vrai dire, sauf à vouloir relier ces noms propres qui devinrent des lieux connus pour quelques femmes et quelques hommes, et des lieux courants pour des milliers de lecteurs, dans le but de dessiner la carte d’une recherche scientifique qui prit des portions du territoire national pour de plus ou moins longues observations. Rien ? Le terme est vraisemblablement mal choisi. Rangées sous le sigle des RCP – institutionnelles ou « sauvages » –, ces enquêtes qui nourrirent une petite partie des sciences sociales des années 1960 aux années 1980 proposèrent, il est vrai, un modèle intégrationniste de ces sciences en concurrence. Un modèle promu au nom d’une interdisciplinarité dont ses partisans espéraient qu’elle saurait fédérer des rameaux (ethnologie, histoire, sociologie, etc.) et, partant, générer une meilleure compréhension de ces sociétés rurales perçues, imaginées et envisagées avant tout à travers des changements (sociaux et économiques en particulier) qui les métamorphosaient. Rien ? D’aucuns trouveront le mot pour le moins inadéquat après avoir lu les contributions de Martine Segalen, Serge Wolikow, Françoise Zonabend, Rolande Bonnain-Dulon, Georges Ravis-Giordani et celle du trio Philippe Bonnin, Martyne Perrot, Martin de la Soudière, qui, juxtaposées les unes aux autres, dessinent le projet à facettes d’un collectif scientifique susceptible de produire une intelligibilité du réel là où un seul individu, confronté à la masse des informations à engranger puis à leur traitement, n’aurait pu qu’échouer. L’on pourra rétorquer en effet – et à juste titre – que, par-delà les spécificités inhérentes à telle ou telle entreprise, il y eut des points communs : mobilisation économique et sociale des institutions de la recherche et, donc, d’un État soucieux de « provisionner » l’auscultation de micro-sociétés dans le but d’obtenir des dividendes (en termes de prévisions sur les évolutions à venir et les transformations à soutenir ou à générer) ; affinage de certaines logiques scientifiques en fonction des résultats acquis au cours des enquêtes précédentes (ce qui supposait une évaluation des échecs eu égard aux projets qui avaient été initiés) ; mise en œuvre d’un schéma unificateur des sciences de l’homme dans une période où leur éclatement ne cessait de prospérer.

  • 1 Un contrechamp stimulant : De La Soudière M., « Les hauts lieux… Mais les autres ? », dans Micoud (...)

2Justifiable, a posteriori, parce que ces moments de la recherche appartiennent aujourd’hui au passé – à l’exception de la Margeride et, d’une certaine manière, de la Corse –, la quête des ressemblances rend pourtant modérément compte de ce que furent aussi ces projets. La lecture des contributions, qui ne prétendent en aucun cas faire un point définitif sur les différentes entreprises, l’atteste : apprentissages pluriels du terrain, relations aux enquêtés faites de complicités et d’équivoques, porosités disciplinaires ou, à l’inverse, conflits de préséance au nom de la défense d’un pré carré scientifique viennent atténuer les risques d’une histoire simplifiée parce que gagée sur des modi operandi semblables en apparence. Minot ne fut pas le Châtillonnais et l’Aubrac ne fut pas la Corse ou les Baronnies parce que les cadres institutionnels à l’intérieur desquels évoluèrent les acteurs furent suffisamment lâches pour que lesdits acteurs puissent ne pas s’y laisser enfermer. On pourra arguer que cette impression générale relève du statut des textes donnés ici : écrits par des femmes et des hommes qui furent partie prenante dans ces recherches plus ou moins coopératives – ainsi qu’on le constatera –, ils pâtiraient de la nature même des propos avancés entre approches réflexives et témoignages dotés forcément d’une part de subjectivité. On se rendra compte que cette part assumée du sujet (même si le « je » se fait rare dans les narrations) ne disqualifie en rien la pierre que chacun(e) apporte à l’élaboration d’une épistémologie des sciences sociales en s’autorisant à réfléchir, à partir d’une connaissance endogène des terrains observés, sur les interactions entre démarches intellectuelles individuelles et chantiers collectifs auxquels elles et ils ont participé. Ces retours ont ainsi la saveur d’une histoire en train de se faire. Ils intéresseront tout autant pour la genèse, les attendus et les résultats des enquêtes qu’ils relatent que pour la manière dont des intellectuel(le)s, en produisant des connaissances dans un temps et à un moment donnés, se positionnèrent et dans l’espace social qu’ils avaient été chargés d’étudier, et dans un champ académique auquel leurs travaux allaient pour certain(e)s leur donner accès. Ils engageront peut-être à faire de ces lieux de savoir sur lesquels des regards se posèrent les lieux d’un savoir à venir1. Sait-on jamais.

Notes

1 Un contrechamp stimulant : De La Soudière M., « Les hauts lieux… Mais les autres ? », dans Micoud A. (dir.), Des Hauts-Lieux. La construction sociale de l’exemplarité, Paris, Éditions du CNRS, 1991, p. 17-31.

Auteur

Historien, maître de conférences en histoire contemporaine, Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO), UMR CNRS 6258, Université de Bretagne-Sud, Lorient ; chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), EA 4451, Université de Bretagne Occidentale, Brest.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540