Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En France rurale

 | 
Jean-François Simon
, 
Bernard Paillard
, 
Laurent Le Gall

Prolongements

« Plozévet » : le politique comme « évidence » ?

Laurent Le Gall

Texte intégral

  • 1 Les guillemets seront utilisés pour signaler que nous parlons sous une forme générique – « Plozéve (...)
  • 2 Burguière A., « Une enquête collective des années soixante. L’enquête pluridisciplinaire de Plozév (...)

1Le politique comme « évidence ». Le titre de cette contribution – dans sa version affirmative – ne convaincra vraisemblablement pas celles et ceux qui, après la lecture des « Plozévet1 » d’Edgar Morin et d’André Burguière ou, eu égard aux souvenirs que leur auraient laissés les deux ouvrages, estimeront qu’il s’agit là d’une entreprise de labellisation historiographique peu capable de rendre compte de la richesse de certaines analyses au cœur de l’expérience bigoudène des années 60 : les transformations d’un monde rural dans une France gaullo-pompidolienne éprise de modernité, entre autres éléments. Il pourra paraître pour le moins paradoxal aux yeux de celles et de ceux qui, munis de leurs feuilles de route scientifiques, abordèrent le microcosme bas-breton sans que la dimension du politique ne fasse partie des domaines qu’ils allaient devoir impérativement explorer. Sollicités tardivement par le CADES (le Comité d’analyse démographique, économique et sociale né en 1959), les historiens arpenteront à leur tour un terrain dont l’auteur des Bretons de Plozévet, tout à son évocation rétrospective de la genèse des « enquêtes de Pont-Croix », a su souligner, en quelques lignes suggestives, combien il avait pu désarçonner : « Le rôle de la parenté fait partie des thèmes qui se prêtaient d’emblée à une réflexion interdisciplinaire et qui auraient dû figurer a priori au cahier des charges de l’enquête. Le partage entre rouges et blancs a été, au contraire, l’invité que l’on n’attendait pas2. »

  • 3 Parution en 1967 chez Fayard. Les références ultérieures seront extraites de l’édition de poche, C (...)
  • 4 Morin E., The Red and the White : Report from a French Village, New York, Random House, 1970 ; le (...)
  • 5 Christian W., The American Journal of Sociology, volume 77, no 1, juillet 1971, p. 167-169, p. 168 (...)

2L’« inévidence » programmatique du politique aurait donc été, d’une certaine manière, la condition de son évidence ultérieure, comme si cette omission – pour ne pas dire cette évacuation – avait mécaniquement entraîné un retour de balancier dans le sens qui avait été occulté. Traduit aux États-Unis trois ans après sa sortie hexagonale, le Commune en France. La métamorphose de Plodémet3 du défenseur de la sociologie du présent prenait pour titre : The Red and the White : Report from a French Village4. Un titre que d’aucuns accusèrent d’ailleurs d’être trompeur après qu’ils eurent refermé l’ouvrage. Dans son compte rendu pour The American Journal of Sociology, William Christian fit remarquer: « The English title, which refers to two political traditions in the commune, is misleading. The main thrust of the book deals with modernization, a process that is rendering the red and the white parties increasingly irrelevant5. » Les rouges et les blancs n’étaient donc pas la clé requise pour pénétrer cette « Little Community » à la française. À chaque lecture son lecteur et ses attentes en fonction de ses propres orientations…

  • 6 Nous reviendrons ultérieurement sur le rôle et l’utilisation de ces catégories.
  • 7 Dans leur présentation de la collection d’articles sur Minot, les auteurs soulignèrent que parmi « (...)
  • 8 Dans le sillage des réflexions d’un André Siegfried qui, dans sa préface (1944) à la monographie d (...)

3En dépit de ces observations contradictoires, nous nous proposerons d’examiner un paradoxe que l’on pourrait libeller de la façon suivante : tout autant qu’une version géographiquement circonscrite de la grande transformation de la société rurale française sur fond de questionnement autour de « la fin des paysans », « Plozévet » déboucha, suite à la rencontre entre des chercheurs et un objet qui n’avait pas été, au prime abord, identifié, sur une modélisation de l’affrontement idéologique des deux France – laïque/catholique, républicaine/antirépublicaine de gauche/de droite6 – alors même que l’histoire du politique était tenue dans certaines sphères académiques pour ringarde, anecdotique et surtout foncièrement périphérique7. Si le politique surgit aussi évidemment de Plozévet, c’est parce qu’il eut ce parfum de la découverte pour des hommes et des femmes qui avaient omis – pour des raisons qui ressortissaient aux présupposés initiaux de l’enquête, à leur domaine de compétences ou à leur parcours universitaire – sa dimension constitutive dans la production de ces identités communautaires que d’autres chercheurs, dans les mêmes années, allaient tâcher de scruter en utilisant les armes de la toute jeune sociologie rurale. En réifiant un clivage intracommunal entre deux « partis » au risque d’en exagérer les enjeux et la portée, un sociologue puis un historien allaient participer tout autant à la revalorisation d’un genre – la monographie – qu’à l’élaboration d’une analyse localisée du politique. Aussi, la relecture de leurs travaux incite-t-elle à les aborder prioritairement sous les angles de l’archéologie puis de la postérité d’un savoir dans un champ des sciences sociales dominé par la concurrence entre disciplines. Car, si les deux « Plozévet » eurent leur heure de gloire à leur sortie en librairie, il s’en faut de beaucoup pour qu’ils apparaissent, plus de trois décennies après leur parution, comme des références dans le domaine qui nous occupe. Trop classiques ? Trop inclassables ? Trop peu modélisables ? Rien n’est moins sûr, si l’on veut bien supposer qu’ils pâtissent peut-être plus sûrement de nos jours de la double disqualification d’un projet scientifique qui, en pariant sur le local, n’aurait pas pu monter en généralité et qui, en visant à faire de la commune un reflet de la nation8, serait passé à côté de son objet.

Genèse

  • 9 Bois P., Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis (...)
  • 10 Vigier P., La Seconde République dans la région alpine. Étude politique et sociale, tome 1 : Les n (...)
  • 11 Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République,(...)

4Il n’est vraisemblablement pas anodin que le cinquantième anniversaire de la création des Annales donna matière, sous la plume d’un de ses trois secrétaires du comité de rédaction, André Burguière, à un tournant critique que l’on voudra bien indexer à la fois sur la multiplication des ouvrages qui, depuis les années 1960, remettaient le politique à l’ordre du jour – on mentionnera, par exemple, les travaux de Paul Bois9, Philippe Vigier10 et Maurice Agulhon11 – et sur la propre expérience de l’auteur. Il écrivit en 1979 sous l’angle du bilan :

  • 12 Burguière A., « Les Annales, 1929-1979 », Annales ESC, volume 34, no 6, novembre-décembre 1979, p. (...)

« Il est d’autres domaines qui ont toujours été absents des préoccupations de la revue : ainsi le politique, longtemps identifié à l’événementiel, à l’écume insignifiante d’une histoire profonde. Ici encore, pourtant, des questions inédites, des formulations neuves sont apparues. Elles viennent de l’anthropologie, encore une fois, de la réflexion sur les formes sociales du politique. Elles viennent parfois de l’histoire elle-même […]. Il y a là un terrain à réinvestir. Mettons le politique à l’ordre du jour12. »

  • 13 Bertrand Müller rappelle : « Il ne suffit pas de faire bon marché de l’évacuation de l’État, et pl (...)
  • 14 Agulhon M., « Compte rendu », Annales ESC, volume 32, no 2, mars-avril 1977, p. 308-310.
  • 15 Ozouf M., « Une commune de France : Plodémet », Annales ESC, volume 24, no 3, mai-juin 1969, p. 77 (...)

5L’injonction finale avait de quoi surprendre pour qui voyait en Burguière un des continuateurs d’une discipline historique abonnée depuis la révolution copernicienne des Annales de Febvre et Bloch, au nom des inventeurs de la revue puis de leurs successeurs – Fernand Braudel en particulier –, au nom surtout de l’héritage qu’on voulait bien leur attribuer13, à la dévaluation d’une histoire politique jugée par trop historisante et que l’on incarnait volontiers dans la figure-repoussoir de Charles Seignobos. Gageons alors que ce retour de flamme ne fut pas complètement étranger aux interrogations qui avaient nourri le rapport de synthèse publié tardivement, en 1975, et à la réception qui l’accompagna. Élogieuse et conforme à ses propres préoccupations scientifiques, la recension des Bretons de Plozévet que Maurice Agulhon donna aux Annales tirait l’ouvrage vers une approche du politique délaissant, ce faisant, les chapitres décrivant les mutations sociales qui avaient accompagné les révolutions économiques dans cet ouest breton14. Quelques années auparavant, Mona Ozouf commentant le livre de Morin pour la même revue avait, elle aussi, attiré l’attention de ses lecteurs sur l’originalité de la partition idéologique et symbolique de la collectivité étudiée : « Plodémet, il est vrai, a de quoi séduire et retenir. Rien d’un village sans qualités. Il en fourmille au contraire, il décourage l’épithète. […] Et puis, c’est une commune rouge en pays blanc, où depuis la fin de l’Ordre moral, la mairie incarne la suprématie du parti du mouvement, mais où l’Église continue de rassembler la communauté dans les grands rites de la vie et de la mort. Commune d’âpres divisions politiques, mais où ne vacille jamais le profond sentiment d’identité15. »

  • 16 Hélias P.-J., Le Cheval d’Orgueil. Mémoires d’un Breton du pays bigouden, Paris, Plon, coll. Terre (...)
  • 17 Hélias P.-J., Le Quêteur de mémoire. Quarante ans de recherche sur les mythes et la civilisation b (...)
  • 18 Pinol J.-L., « L’héritage d’une tradition politique », dans Lequin Y. (dir.), Histoire des Françai (...)

6La cause serait entendue : tel un point de mire, le partage entre deux camps et deux couleurs aurait été la grande découverte des « Plozévet ». Divulguée à un large public en 1967, de nouveau abondamment décrite et expliquée en 1975, elle se vit auréolée d’une exactitude encore plus grande après qu’elle bénéficia de la caution d’un témoin de l’intérieur. Publié la même année que la somme de Burguière, Le Cheval d’Orgueil avait enfoncé le clou. Au fil de ses mémoires qui égrenaient des souvenirs entre Plozévet et la commune contiguë de Pouldreuzic, Pierre-Jakez Hélias avait dressé les contours d’un espace politique local qui se superposaient exactement aux limites que lui avaient données les enquêteurs. La sanction d’un point de vue indigène vint renforcer un peu plus encore l’évidence scientifique d’un clivage et prescrit, et vécu : « À la Chambre, il y a les Blancs et les Rouges qui luttent les uns contre les autres à longueur de temps, les Blancs étant pour l’Église, les Rouges pour la République. Monsieur Le Bail est rouge. Donc nous sommes rouges puisque la famille de mon père relève du clan Le Bail depuis deux générations déjà16. » Résultat d’une conjonction de facteurs qui relevaient à la fois de l’expertise des chercheurs et d’un regard endogène, d’une conjoncture éditoriale et de la réception académique des ouvrages, ou encore d’un renouvellement des paradigmes en sciences sociales, la naturalisation de la bipolarisation politique en tant que schème de perception prépondérant de la vie de certaines communautés villageoises semblait définitivement acquise à la fin des années 1970. Narrateur – et donc producteur – du clivage qui avait attiré bien des attentions, Hélias pouvait louer dans sa suite au Cheval d’Orgueil. Le Quêteur de mémoire, le « fort bon ouvrage sur les Blancs et les Rouges17 » qu’avait commis Burguière de cette phrase lapidaire qui résumait à elle seule le va-et-vient entre intériorisation d’une logique classificatoire à l’œuvre au cours de son existence et participation extérieure à sa valorisation. Différemment, mais usant de la même terminologie dans sa contribution au troisième tome de l’Histoire des Français, XIXe-XXe siècles, Jean-Luc Pinol s’appuya sur l’exemple de Plozévet pour illustrer une partie précisément consacrée aux « Bleus, blancs, rouges, noirs… » ; il reproduisit, ainsi, une antienne d’une histoire sociale du politique et ne cessa, en la répliquant, de la valider : « Le combat laïc et l’attachement religieux sont en effet les grands thèmes des luttes villageoises à la veille de la première guerre mondiale. Contrairement à la ville où une certaine opacité protège les rapports sociaux, la transparence villageoise implique une identification permanente avec ses choix : selon que l’on est rouge ou blanc, les commerçants, les lieux de sociabilité, voire même les itinéraires quotidiens changent18. » Encore plus rouges et encore plus blancs après avoir été passés au tamis des enquêteurs puis après digestion de leurs travaux par certains de leurs lecteurs, les rouges et les blancs du pays bigouden, dont l’existence n’avait pas été soulevée au moment même où débuta la très vaste Recherche coopérative sur programme, devinrent ainsi des catégories aisément utilisables. Ignorés en 1960, clairement identifiés en 1967… Le paradoxe naît déjà de cette réalité-là.

  • 19 Mendras H., Éléments de sociologie. Une initiation à l’analyse sociologique, Paris, Armand Colin, (...)
  • 20 Maho J., Rapport d’enquête sur la diffusion de l’information à Plozévet (Finistère), 1962-1963 pou (...)
  • 21 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, rapport scientifique annuel du CADES pour l’a (...)
  • 22 Petit S., Étude pilote sur Plozévet après trois mois de terrain, 1961, p. 13-14 ; Monographie de P (...)

7Chargé de travailler sur la diffusion de l’information à Plozévet et sur la question des leaders d’opinion – un objet à la mode à l’époque19 –, Jacques Maho commença son rapport de 1962-1963 par une introduction générale d’où le politique n’était pas exclu. Décrit en des termes qui reprenaient le lexique habituel de la compétition partisane, l’espace électoral délimitait une arène où s’affrontaient une gauche majoritaire adossée au baillisme, « la doctrine officielle de la commune », et une droite aisément identifiée à « la minorité du “parti prêtre”20 ». Pas une allusion à une classification alternative soucieuse d’épouser les polarisations telles qu’elles étaient vécues, pensées et mobilisées par les habitants de la société villageoise. Dépêchée sur les lieux avec mission d’effectuer une « étude psycho-ethnologique » dont « une première élaboration a[vait] permis de réunir une série d’indications sur un certain nombre de problèmes intéressant toutes les enquêtes : Différences entre pêcheurs et cultivateurs, antagonisme laïque et religieux, tendances à l’émigration, attitudes diverses21 », Solange Petit n’avait pas, elle non plus, adopté les catégories plozévétiennes pour aborder le champ politique local. Datées toutes les deux de 1961, son Étude pilote sur Plozévet après trois mois de terrain et sa monographie du hameau littoral de Pors Poulhan n’avaient certes pas évacué une analyse succincte des rapports de force idéologiques (et de leur substrat religieux en particulier), sauf qu’elles l’avaient conduite à penser uniquement l’affrontement électoral comme un moyen pour les deux – seuls… – groupes sociaux (paysans et marins) de se démarquer l’un de l’autre. Pourvoyeuse d’une part de leur identité, l’opposition politique (pêcheurs communistes versus cultivateurs calotins) n’avait été perçue qu’à travers une lecture éminemment classiste qui s’avérait incapable de rendre compte de la fonction d’un clivage dont la bichromie – jamais mentionnée ici – masquait la complexité des enjeux qu’elle induisait22.

  • 23 Maho J., « L’enquête multidisciplinaire entreprise dans le Finistère », Revue française de sociolo (...)
  • 24 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001, p. 85.
  • 25 Burguière A., « Une enquête collective des années soixante. L’enquête pluridisciplinaire de Plozéve (...)
  • 26 Izard M., Parenté et mariage à Plozevet (Finistère), septembre 1963, p. 56.
  • 27 Ibid., p. 58.
  • 28 Le Lannou M., Un Bleu de Bretagne. Souvenirs d’un fils d’instituteur de la IIIe République, Paris, (...)
  • 29 Rochefort R., « Géographie sociale d’une commune bretonne d’après les délibérations de son conseil (...)
  • 30 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441. Elle poursuivait : « Si une histoire des élec (...)

8De couleur, il en fut pourtant question à la même époque. Si le rapport des époux Kourganoffdemeure pour le moment introuvable, plusieurs indices attestent que le couple, diligenté dès 1961 par l’INED pour fournir une « étude psychosociologique très générale » – elle déboucha, après un an de résidence, sur une relation « [d]es représentations et [d]es idéologies, au sens large du terme, qui guid[ai]ent ces villageois dans leurs rapports avec le monde23 » –, se rendit compte de l’importance de la bipartition entre les rouges et les blancs pour quiconque souhaitait appréhender la microsociété dans sa globalité. La première rencontre de Morin avec les Kourganoffen juin 1965 lui fit écrire dans son journal de bord : « Lui s’est passionné pour l’histoire politique mais, dit-il, ce domaine lui a été “interdit”. […] Nous tombons d’accord pour penser que la clé essentielle se trouve dans le caractère original de l’histoire plozévétienne et l’explication du cacicat Le Bail24. » Plus explicite, André Burguière a souligné rétrospectivement la part originelle de la découverte qui leur revint dans l’exhaussement du clivage – « L’opposition entre rouges et blancs fut l’un des premiers traits qu’ils identifièrent dans le discours local et qui les conduisit à esquisser, avec les moyens du bord, un rapide historique de la commune depuis la Révolution. » –, allant jusqu’à ajouter : « Désormais objectivé, le partage idéologique fut pris en compte de la même manière par toutes les recherches sociométriques qui se succédèrent dans la commune25. » Était-ce si sûr ? Ainsi que nous l’avons noté plus haut, l’absence d’une telle référence dans les rapports de Solange Petit et de Jacques Maho prouve le contraire. Devrions-nous toutefois imputer aux réflexions de Michel Izard puis de Renée Rochefort une circulation de l’information qui aurait été suffisante pour leur permettre d’échafauder des hypothèses sachant prendre en compte, dans leurs domaines respectifs, ce que la réification d’un tel couple idéologique pouvait laisser entrevoir (en matière d’organisation sociale ou d’affiliation à des héritages, par exemple) ? Le premier avait été appelé à rédiger pour le Laboratoire d’anthropologie sociale et sous la direction de Claude Lévi-Strauss un mémoire consacré au mariage et à la parenté. Le matériau recueilli entre septembre et novembre 1961, puis au cours de brefs séjours en 1962 et 1963, l’incita à ne pas négliger la dimension politique dans un chapitre de présentation de la commune bigoudène : « L’esquisse d’une sociologie de Plozévet peut, nous semble-t-il s’esquisser autour de certains thèmes majeurs, que la thématique même des relations de nos informateurs sur la situation actuelle de la commune nous suggère. Il y a d’abord l’antagonisme entre “blancs” et “rouges”, antagonisme lié à l’importante figure de Georges Le Bail et particulièrement à sa position vis-à-vis de l’école libre26. » Suivait, après cette première occurrence, un essai de caractérisation de la greffe radicale, puis de son étiolement et/ou de sa reconversion dans les surgeons du socialisme et du communisme, qui empruntait à une équation que d’autres enquêteurs allaient creuser davantage après lui : « d’un côté, les baillistes, les rouges, les anticléricaux, les tenants de l’école publique ; de l’autre, les antibaillistes, les blancs, les cléricaux, les tenants de l’école libre27 ». Les observations de Michel Izard rejoignaient celles de Renée Rochefort. Membre de l’équipe de Maurice Le Lannou qui avait projeté de réaliser une géographie sociale du microcosme bas-breton, l’assistante du futur Bleu de Bretagne28 avait entrepris d’apporter sa pierre à l’édifice interdisciplinaire en dépouillant systématiquement les registres des délibérations du conseil municipal. Paru en 1967 dans Géocarrefour sous la forme d’une chronique exhaustive des décisions édilitaires révélatrices, en creux, des enjeux qui avaient animé la collectivité depuis le XIXe siècle, son long article mettait lui aussi en évidence la fonction de médiateur entre le local et le national que s’était octroyée la dynastie des notables radicaux en sachant jouer sur les « vieilles querelles religieuses et politiques héritées du passé29 ». La lettre qu’elle avait adressée à Robert Mandrou le 1er février 1964 était allée dans le même sens. Sollicitée vraisemblablement par l’ancien secrétaire de rédaction des Annales qui entendait bénéficier des conseils de ses devanciers sur le terrain plozévétien afin de cibler au mieux ses questionnements, la jeune géographe lyonnaise avait attiré l’attention sur un aspect qu’il lui semblait nécessaire de scruter de près : « je me permets de vous signaler qu’encore que je sois d’ordinaire assez méfiante à l’égard de l’histoire politique, je considérerais volontiers l’histoire de la vie politique à Plozevet comme une clef indispensable pour comprendre quelque chose à cette commune30 ».

  • 31 L’occultation de la dimension essentielle de ce clivage politique à l’intérieur des sociétés rural (...)
  • 32 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, rapport de présentation pour la convention no(...)
  • 33 Lui-même membre du CADES.
  • 34 Rappelons que la phase terminale – et historienne – de l’enquête de Plozévet coïncida avec le coll (...)
  • 35 Voir, à ce propos, la contribution de Philippe Joutard, « L’Introduction à la France moderne et l’ (...)
  • 36 Labrousse E., La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révol (...)

9Résumons-nous. Lorsque les historiens se mirent à partir de 1964, sous l’égide de l’Association Marc Bloch présidée par Fernand Braudel, à compulser les archives qui concernaient la circonscription de la baie d’Audierne, des pistes avaient été explorées qui concernaient un prisme politique susceptible d’apporter des dividendes à une meilleure compréhension des divisions intracommunales. Mais rien qui n’avait été clairement systématisé. La description l’avait généralement emporté sur l’analyse. Si la force du baillisme et sa fonction matricielle dans l’élaboration d’une identité locale avaient nourri quelques pages dans différents rapports d’enquête, la bipolarisation entre les rouges et les blancs n’avait pas encore trouvé les plumes qui sauraient en montrer la genèse et s’attacher à modéliser les logiques sociales afférentes31. Invités tardivement à participer à l’opération d’auscultation de Plozévet dont les résultats devaient « permettre la mise au point de méthodes d’investigation qui pourr[aie]nt servir de base à toute étude à venir sur le monde agricole et rural à l’échelle nationale32 », les historiens furent appelés, suite à l’avis favorable attribué par le CADES, le 11 octobre 1963, au projet présenté par Ernest Labrousse33, à inscrire leur action dans une démarche totalisante en donnant à l’enquête la profondeur temporelle qui lui manquait. L’inflexion n’était pas des moindres. La modernisation – cette monade qui avait fait l’objet des interrogations de la plupart des enquêteurs émargeant aux sciences sociales – n’était plus ce fait acquis qu’une cohorte de chercheurs était allée observer mais un processus aux racines complexes dont la dimension politique se devait d’être (ré) évaluée. Cette dimension ne fut pas pour autant prioritairement mise en avant. Et pour cause ! À un moment où les théories labroussiennes imprégnaient le champ historiographique34 et où l’histoire des mentalités commençait à faire des émules35, la lice bigoudène pouvait se muer en un excellent laboratoire où valider des hypothèses et des questionnements élaborés par certaines grandes figures de la discipline. On ne s’étonnera donc pas que les rapports socio-économiques furent privilégiés – n’oublions pas que le laboratoire de rattachement était le Centre d’études économiques de la VIe section de l’École pratique des hautes études et que le projet était chapeauté par l’auteur du fameux ouvrage, La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution36 –, même si la lettre de cadrage n’oublia pas de mentionner des axes complémentaires :

  • 37 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, plan de la recherche historique sur la commun (...)

« L’enquête historique se propose de reconstituer, dans les meilleurs délais (soit deux à trois ans) l’histoire globale de cette commune bretonne : c’est-à-dire aussi bien l’histoire de ses transformations, économiques, sociales depuis un siècle et demi, que l’évolution des mentalités, de l’opinion publique, de la vie politique dans la commune même et dans ses relations avec le milieu environnant – région et département. En raison même de la longue durée du mandat législatif du dernier Maire de la famille Le Bail, une monographie politique familiale sera peut-être à envisager37. »

  • 38 André Burguière donna quitus à cet emboîtement des objets dans son pré-rapport de novembre 1965 en (...)
  • 39 Concernant les linéaments de l’enquête des historiens, nous renvoyons à la contribution d’André Bu (...)
  • 40 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, groupe d’enquête historique sur la commune de (...)
  • 41 Selon les termes utilisés dans le projet précité.
  • 42 Mathieu N., L’évolution socio-économique de Plozévet pendant les 150 dernières années, 1820-1960, (...)
  • 43 Gasnault-Beis M.-C., Foi et laïcisme : la paroisse de Plozévet à l’époque contemporaine, 1820-1920 (...)
  • 44 Tyl Y., L’instruction à Plozévet de la Révolution à nos jours, op. cit.
  • 45 Capitan C., La vie politique de la Révolution aux lendemains de la Libération, op. cit.

10Conformément aux « idoles » auxquelles se vouaient les historiens les plus engagés dans le renouvellement de la discipline, le politique retarda donc, matériellement, à Plozévet, sur l’économique et le social38. Six rapports naquirent ainsi d’une enquête menée en deux temps39. En 1964, trois collaboratrices aidèrent Nicole Mathieu, patronnée par Labrousse, à dépouiller les fonds qui allaient lui servir à brosser le panorama de la transformation des infrastructures de la microsociété rurale et littorale depuis le début du XIXe siècle. L’année suivante, cinq enquêteurs se partagèrent, sous la direction effective de Robert Mandrou, un second volet consacré « à l’évolution socioculturelle et politique de Plozevet pendant la même période40 ». Des axes avaient été dégagés : étude de la pratique religieuse et du rôle de l’école, « opinions politiques et sociologie électorale41 », inventaire des activités culturelles, analyse de la délinquance et de la criminalité. En plus des présupposés initiaux qui guidèrent les différentes approches, la répartition des objets induisit des mises en perspective ou des omissions (par incapacité de penser de possibles articulations entre les connaissances engrangées) ; elle cantonna chaque acteur dans un périmètre défini par avance. Deux des 451 pages du très gros rapport de Nicole Mathieu concernèrent, par exemple, la personnalité emblématique d’un Georges Le Bail perçu sous le seul angle du modernisateur42 de l’économie communale. Les documents de travail – ils étaient conçus comme tels et avaient pour but de servir à la synthèse finale – de Marie-Claire Gasnault-Beis43, Yves Tyl44 et Colette Capitan45 contribuèrent, en revanche, à l’examen d’une singularité plozévétienne reliée à sa (presque) seule composante politique. Si la première s’attacha à décrire les rapports ambigus entre laïcisation et anticléricalisme depuis la Révolution en ne s’intéressant guère aux usages à des fins mobilisatrices qu’allaient développer les maires radicaux, le deuxième s’empara de la question scolaire pour en faire le substrat de leur conquête du pouvoir, tandis que la dernière s’employa à analyser leur instrumentalisation d’un héritage socioculturel (absence de seigneurie sous l’Ancien Régime, acceptation d’un prêtre jureur dès 1791, etc.) et leur utilisation d’un clivage social pour asseoir leur domination électorale.

11Apparu comme par effraction au tout début de la Recherche coopérative sur programme, le politique était devenu, en cinq ans, ce marqueur indélébile de la situation plozévétienne. Son exposition dans plusieurs travaux des historiens conjuguée aux observations recueillies par l’équipe Morin arrivée sur le terrain au cours de l’année 1965 aboutit à une mise en forme plurielle de la bipartition partisane et des identifications qu’elle générait. L’étude de la vie municipale sur la longue durée offrit, par exemple, à Colette Capitan d’essentialiser le baillisme sous la forme d’une acculturation républicaine propre à engendrer une mise sous tutelle de la communauté par ceux qui l’avaient imposée :

  • 46 Ibid., p. 63.

« L’histoire de la vie politique de Plozévet, c’est donc l’histoire d’une rencontre – et d’un divorce. Rencontre d’une population et d’une famille politique à qui la commune trouve, à la fin de l’Empire, son orientation politique durable et adhère enfin sans réserve – pour la première fois dans son histoire – à un idéal politique, celui de la République et de la liberté. Mais divorce à partir du moment où cet idéal transformé en idéologie dans les mains de Georges Le Bail force les habitudes et les traditions de Plozévet et violente sa destinée46. »

  • 47 Martineau J.-Y., Stourm J.-C., Essai de monographie d’un village breton (Leszavrec) en Plozévet, 1 (...)
  • 48 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, op. cit., p. 310. Les notes méthodologiques atteste (...)
  • 49 Edgar Morin les mentionne fréquemment dans son Journal de même qu’il rappelle qu’il eut accès à un (...)
  • 50 Daté du 19 décembre 1965, le plan provisoire consacrait deux des onze chapitres prévus aux rapport (...)
  • 51 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, enquête historique sur Plozévet (rapport du 1 (...)

12Appliquée à l’étude monographique du hameau de Leszavrec, la méthode in vivo promue par Morin au rang des nouvelles procédures d’enquête engagea Jean-Yves Martineau et Jean-Claude Stourm à se détourner de la seule question du moderne – ce pour quoi on leur avait passé commande – pour s’intéresser, en dernier lieu, à ce qui constituait « l’héritage politique47 » du village. Enfin, il n’est qu’à parcourir le carnet de bord que tint l’auteur des Stars puis de L’esprit du temps pour s’apercevoir de la multiplicité des occurrences à propos des racines, de la nature et de la pérennité du clivage entre les rouges et les blancs. Du club des jeunes à l’intérêt pour le buste de Marianne qui trônait à la mairie en passant par l’assignation idéologique à l’un ou l’autre des deux « partis » à laquelle se livrèrent volontiers certains de ses interlocuteurs, combien de notes et de fragments qui attestent que le politique – tout autant que les innombrables facettes du présent – fut au cœur de ses hypothèses et de ses réflexions. On en livrera ici un seul extrait qui concerne un entretien avec un vieux meunier. Éclairant : « Rouge-Blanc : l’antagonisme reste très fort chez les plus de cinquante ans. Il s’en est allé chez les jeunes. En ce qui concerne les rapports d’affaires, le seul boulanger blanc n’est pas son meilleur client et il livre aux autres boulangers qui sont rouges. Mais, aussitôt après une campagne électorale, un de ses clients a cessé ses commandes : “Ta farine est trop blanche.” Il rit du mot, sa femme aussi, nous aussi48. » On supposera, enfin, que les échanges entre les chercheurs49 et les transferts de connaissances acquises sur le terrain firent gagner à la coupure idéologique une autre épaisseur scientifique et amplifièrent le rôle central dévolu au politique dans l’interprétation générale dont André Burguière allait être chargé. Même si les quelque mille pages des historiens n’étaient pas toutes écrites et même si le futur ouvrage de Morin en était encore à l’état d’ébauche50, le rapport d’étape du 15 décembre 1965 laissait apparaître, au titre du bilan provisoire, le résultat suivant : « L’enquête sur la vie politique s’efforce de rendre compte à la fois de l’opposition entre rouges et blancs, qui a tellement intrigué les sociologues, en raison de sa vigueur et du rôle joué par la famille Le Bail dans la constitution de ce clivage politique tellement vivant : c’est la construction du mythe Le Bail depuis 1850 jusqu’à la fin de la IIIe République qui se trouvera ainsi élucidé51. » Plus qu’une évidence, le politique, pourtant longtemps demeuré en lisière et diffracté en fonction de la parcellisation des études menées in situ, était en passe de devenir un modus operandi.

Formalisation

  • 52 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plozévet, op. cit., p. 7.

13« La personnalité plodémétienne s’est constituée au cours d’une mutation, liée aux batailles politiques de la haute époque de la Troisième République (1880-1910)52. » : la première page de l’avant-propos du livre de Morin publié deux ans après sa découverte de la commune bigoudène sanctionne, à nos yeux, le retournement heuristique que nous avons cru déceler. Différemment, sur le mode de la hiérarchisation des objets telle qu’elle avait été imaginée dès les débuts par Labrousse et consorts, le bilan scientifique inclus dans le rapport final d’activité du groupe de recherche historique (15 décembre 1966) en fit état, lui aussi :

  • 53 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, rapport final d’activité du groupe de recherc (...)

« Sur le plan socioculturel, par contre, Plozévet paraît une avant-garde dans le Finistère Sud : forte scolarisation, développement exceptionnel des œuvres scolaires, positions politiques avancées… Cette avance idéologique cependant n’est pas l’œuvre de Le Bail, comme le croient volontiers les Plozévétiens : dès la Révolution, cette commune qui accepte la Constitution civile du clergé et son prêtre assermenté est en avance ; et le reste pendant tout le XIXe siècle. La famille Le Bail s’est servie de cette originalité de la commune, et a contribué à fixer le visage rouge, ou rose, de Plozévet, cette opposition farouche entre rouges et blancs, qui dissimule une indifférence placide à la revendication sociale et aux problèmes sociaux du XXe siècle53. »

14La naturalisation de cette ligne de démarcation au fur et à mesure que les chercheurs s’en emparèrent pour la constituer en un objet d’étude stabilisé mérite que l’on s’attarde sur ce qui en fit – ou pas – son originalité.

  • 54 Yves Déloye rappelle que la revue consacra, entre 1929 et 1976, moins de 5 % de ses articles à l’h (...)
  • 55 Burguière A., L’École des Annales. Une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 299. (...)
  • 56 Jollivet M., « Comment se fait la sociologie : à propos d’une controverse en sociologie rurale », (...)

15Il y aurait en effet quelque inexactitude à vouloir constater à tout prix l’éclipse du politique dans les travaux effectués sous les auspices des sciences sociales dans les années cinquante et soixante, à moins de vouloir perpétuer le discours volontairement dépréciatif en vogue au cours de ces deux décennies-là dans le milieu des historiens proches des Annales54. Politique et paysannerie firent ainsi bien meilleur ménage que ne le laisserait supposer l’hypothèse selon laquelle se serait dessiné un « retour au politique55 » à compter de la seule fin des années 1970. Il suffit pour cela de regarder du côté du sillon que commençait à tracer pas à pas Henri Mendras dont sa sociologie des ruraux inclinait foncièrement, si l’on en croit son collègue Marcel Jollivet, par-delà son décryptage des liens entre transformation modernisatrice de la France de l’après-guerre et changements des systèmes de valeurs, vers le politique56. La polarisation binaire des villageois qui s’exprimait tantôt dans le combat des « petits » contre les « gros », tantôt dans la lutte des cléricaux et des anticléricaux, tantôt dans l’opposition entre les progressistes et les réactionnaires – pour reprendre les catégories utilisées par l’auteur –, figura dans le Que sais-je ? que Mendras publia en 1959, parmi les chantiers à ouvrir :

  • 57 Mendras H., Sociologie de la campagne française, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Qu (...)

« Dans la plupart des villages, l’un de ces groupes est dominant et l’autre tire sa cohésion de son opposition au premier. Dans les régions “conservatrices” le groupe dominant est pratiquant, vote à droite et respecte l’autorité, et l’anti-groupe est rouge, anticlérical et soi-disant révolutionnaire ; dans les régions de “gauche” les positions sont inversées mais le principe du jeu social reste le même. Il faudrait étudier, dans un certain nombre de villages, ce jeu et les causes de l’appartenance de chacun au groupe ou à l’anti-groupe57. »

  • 58 Jollivet M., « Un temps fort de la sociologie rurale française », Études rurales, no 183, janvier- (...)
  • 59 Henri Mendras souligna : « C’est sans doute le système politique qui donnera sa dimension au sur-s (...)
  • 60 Kourganoff M., « Instruments d’enquête utilisés pour les études sur le terrain », ibid., p. 136-14 (...)
  • 61 Eizner N., Cristin M., « Premières hypothèses comparatives sur trois monographies », ibid., p. 55- (...)
  • 62 Mendras H., La Fin des paysans, Arles, Actes Sud, coll. Babel, 1992 [1967], p. 363.
  • 63 On se référera aux mémoires de Mendras H., Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandar (...)
  • 64 Mendras H., La Fin des paysans, op. cit., p. 34.
  • 65 Mendras écrivit dans son chapitre introductif (p. 23-35) intitulé « diversité des sociétés rurales (...)
  • 66 Voir l’article de Pierre Cornu, « Lucien Gachon : un itinéraire entre géographie rurale et littéra (...)
  • 67 « Nos villages, nous l’avons dit, se divisent presque toujours en deux clans : les rouges et les b (...)
  • 68 Gachon L., « L’arrondissement d’Ambert », dans Fauvet J., Mendras H., Les paysans et la politique (...)

16En 1965 – hasard de la chronologie ou nécessité de se positionner dans le champ universitaire ? –, paraissait un numéro spécial de la Revue française de sociologie consacré aux mutations des sociétés rurales françaises. Premier inventaire d’une grande enquête en cours menée par le Groupe de sociologie rurale du CNRS concomitamment à celle de Plozévet, ses dix articles qui s’adossaient pour la plupart à des analyses monographiques58 combinaient aspects méthodologiques et résultats partiels. Conformément aux intentions programmatiques de Mendras59, certains touchaient de près ou de loin aux formes plus ou moins institutionnalisées d’un ordre démocratique vu des campagnes dont il s’agissait d’examiner, à travers la fonction du leader60 – une alternative au notable – ou l’actualisation des clivages internes aux collectivités étudiées61, son efficience et sa solidité. Assurée d’assister à la sonnerie du « glas des derniers vestiges de paysannerie62 », aussi alarmiste que prédictive, une sociologie rurale « à la française » en voie d’épanouissement63 n’avait pas ignoré, dès le départ, la question du pouvoir à l’intérieur des sociétés observées « dans l’espoir de comprendre le phénomène [social] dans sa totalité64 ». En codirigeant l’ouvrage issu d’une table ronde qui s’était tenue en 1956, Les paysans et la politique dans la France contemporaine (1958), Henri Mendras avait en effet fixé dans son introduction générale65 une feuille de route que les quatre monographies placées à la fin du livre essayèrent tant bien que mal d’illustrer. L’analyse électorale y avait été certes privilégiée et les résultats des scrutins les plus contemporains (1951 et 1956) avaient été passés à la loupe en fonction d’un questionnement presque exclusivement attentif aux permanences idéologiques. L’exercice canonique n’empêcha toutefois pas des auteurs de rompre avec la traque des éléments prouvant l’existence d’une tradition de droite ou de gauche pour s’intéresser davantage aux soubassements sociaux et culturels qui impliquaient tel comportement et tel type de mobilisation. À preuve, la contribution de Lucien Gachon sur l’arrondissement d’Ambert dont la dernière partie, dévolue à la formation du « comportement politique », s’ouvrait sur un long paragraphe qui abordait les fractures entre les rouges et les blancs en mêlant souvenirs personnels et chronique des consultations depuis la naissance de la Troisième République66. Pour la première fois, à notre connaissance, la réification scientifique du clivage sous cet aspect bicolore, dont on voudra bien supposer qu’elle alimenta ultérieurement certaines lignes du Que sais-je ? de Mendras67, se fit en des termes que les auteurs des « Plozévet » ne démentirent pas quelques années après : « Les deux courants : rouge et blanc, brassent la société. C’est de 1885 à 1914 qu’on peut dire le pays véritablement partagé, les deux familles électorales véritablement définies. La politique a ses deux pôles comme a les siens le globe terrestre en rotation. Bipolaire, la politique est à la fois passion et jeu. Passionnelle, elle a ses fanatiques qui, littéralement, voient tout blanc ou voient tout rouge68. »

  • 69 Mendras H., Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, op. cit., p. 236.
  • 70 Mendras H., Études de sociologie rurale, Novis et Virgin, Paris, Armand Colin, 1953.
  • 71 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, rapport scientifique annuel du CADES pour l’a (...)
  • 72 Mendras H., Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, op. cit., p. 235-236.

17L’invocation du politique dans les travaux de cette sociologie rurale balbutiante n’eut donc pas de répercussions dans l’élaboration des premiers questionnements qui entourèrent la RCP programmée dans la commune du sud du Finistère. La chose peut paraître surprenante si l’on en juge par un détail. Contacté par Jean Stoetzel, professeur de sociologie à la Sorbonne depuis 1955, directeur du Centre d’études sociologiques à partir 1956 et directeur du CADES jusqu’en 1964, Henri Mendras avait décliné l’offre qui lui avait été faite de se joindre au projet69. Pour autant, son nom fut mentionné dans le long rapport d’activité du Comité d’analyse démographique, économique et sociale pour l’année 1961 – il concernait quasi exclusivement le projet plozévétien – par des membres qui souhaitaient que les résultats engrangés dans la circonscription cornouaillaise puissent servir de base de comparaison avec les conclusions que le spécialiste de Novis et Virgin70 était censé tirer à l’issue de son entreprise de « carte sociologique de la France rurale71 ». L’utopie interdisciplinaire allait pourtant faire, dans ce tout petit cas, long feu. Pas une fois Edgar Morin ne cita dans son Journal les travaux de Mendras, lequel, par ailleurs, fera l’éloge de son « Plodémet72 ». Pas un des mémoires qui servirent à échafauder une théorie du baillisme, après que les historiens eurent effectué leurs collectes, n’y fit référence non plus. Le Commune en France tout comme les Bretons de Plozévet restèrent quant à eux muets sur la bibliographie que leurs auteurs utilisèrent en complément de la seule littérature grise dont ils s’abreuvèrent pour alimenter leurs réflexions. Formulons alors une hypothèse : la découverte – pour ne pas dire l’irruption – du politique au fil de l’enquête n’aurait peut-être pas eu lieu si une autre circulation des savoirs avait pris le pas sur un retranchement disciplinaire plus ou moins involontaire. Voire… Car cette vision partielle ne rend qu’imparfaitement compte du puzzle que nous essayons de reconstituer.

  • 73 Voir, par exemple, l’article de Masson P., « Le financement de la sociologie française : les conve (...)
  • 74 Blondiaux L., La fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Le Seuil, 1998, (...)
  • 75 L’introduction du premier tome que François Goguel consacra à La politique des partis sous la IIIe(...)

18Il ne fait pas de doute que l’éclatement des sciences sociales, le renforcement des barrières entre les disciplines, la répartition des objets, la spécialisation de la connaissance – toutes choses dont nous savons, par ailleurs, qu’elles procèdent de la structuration d’un champ intellectuel soumis à des logiques variées (institutionnelles, économiques73, épistémologiques) –, auront contribué à des occultations et à des aveuglements. L’impensé originel du politique dans le cadre de la RCP chapeautée par Robert Gessain, avant sa promotion finale, peut être alors considéré, à l’aune du naufrage des intentions pluridisciplinaires qui avaient présidé à l’expérimentation en Basse-Bretagne, comme un miroir grossissant des oublis – volontaires ou non –, des ignorances et des manques. On peut s’étonner, par exemple, que Stoetzel, « reconnu aujourd’hui comme le père fondateur de l’industrie du sondage en France74 », n’ait pas ambitionné d’infléchir le projet plozévétien dans un sens plus favorable au politique, sauf à supposer que sa carrière à l’Institut français d’opinion publique (IFOP) et sa spécialisation dans la psychologie sociale le condamnaient à n’y voir qu’une aubaine pour opérer une photographie du seul très contemporain. On estimera, en revanche, que la sociologie électorale d’un François Goguel se raccrochait par trop aux vieilles lunes d’une histoire politique75 d’autant plus disqualifiée qu’elle prenait sa source à l’Institut d’études politiques de Paris pour que nombre d’historiens s’en emparent, sauf à imaginer qu’ils ne l’avaient peut-être pas lu. On postulera, surtout, que le rapport à l’idée de produire une monographie conditionna plus vraisemblablement la prévalence de certaines références et, ce faisant, des hypothèses et des manières de penser puis de construire un objet. S’il reste éminemment difficile de dégager les héritages et les allégeances intellectuels des différents chercheurs ou de discerner ce que telle de leurs observations ou de leurs analyses dut à telle lecture, force est de constater que certaines sources furent abondamment mises à contribution.

  • 76 Mendras H., Éléments de sociologie. Une initiation à l’analyse sociologique, op. cit., p. 34.
  • 77 Les trois références figurent dans la bibliographie de La Fin des paysans, op. cit., p. 413-424.
  • 78 Tyl Y., L’instruction à Plozévet de la Révolution à nos jours, op. cit., p. 106.
  • 79 L’ouvrage de Thabault est cité aussi bien dans le mémoire de Nicole Mathieu que dans celui de Cole (...)
  • 80 Hoffmann S., « Note bibliographique », Revue française de science politique, volume 7, no 4, 1957, (...)
  • 81 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, op. cit., p. 233.
  • 82 Burguière A., Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1977 [1975], p. 333-334. Il re (...)
  • 83 Thabault R., Mon village. Ses hommes, ses routes, son école. 1848-1914. L’ascension d’un peuple, o (...)
  • 84 Bernot L., Blancard R., Nouville : un village français, Paris, Institut d’ethnologie, 1953, p. 240 (...)
  • 85 Wylie L., Un village du Vaucluse, op. cit., p. 252.
  • 86 Voir, par exemple, l’analyse de l’élection législative de juin 1951, ibid., p. 263-275.
  • 87 Pour reprendre le titre d’un chapitre de la contribution de Stanley Hoffmann intitulée « Paradoxes (...)

19C’est ici que, d’une certaine manière, Mendras et Plozévet se rejoignent. Publié pour la première fois en 1967, son manuel de sociologie s’ouvrait sur quelques considérations méthodologiques : « L’autre possibilité c’est d’étudier non pas les individus, mais un petit échantillon de cette civilisation, par exemple un village. L’Unesco a lancé un grand plan d’études comparatives de villages à travers le monde : pour la France, Bernot et Blancard ont étudié Nouville : un village français. Plus récemment, un Américain, L. Wylie, a fait la même chose76. » Nouville, Peyrane, sans oublier Mazières-en-Gâtine (et en attendant Chanzeaux77)… Convoquée pour l’exemplarité de chacun de ses opus, la « sainte Trinité » de la monographie villageoise aura finalement pesé sur des démarches scientifiques différentes sous couvert d’un intérêt commun pour ce qui faisait une communauté. Du côté des enquêteurs dépêchés à Plozévet, il n’était donc peut-être pas besoin de lire les premiers travaux de Mendras pour se rendre compte de l’utilité qu’il y avait à puiser dans l’un ou l’autre des trois ouvrages afin de saisir certaines situations auxquelles certains d’entre eux allaient être confrontés. Abondamment citée tel un point de mire par Yves Tyl, la monographie consacrée à la localité des Deux-Sèvres incita ce dernier à écrire en guise de comparaison : « R. Thabault a également relevé, en Vendée, la coexistence de la tradition, incarnée dans la famille, exprimée dans la religion, et les indices de changement qu’on aperçoit, parfois dans la brume : multiplication des auberges, accroissement du bourg, légère diminution de la natalité, intérêt pour la politique78. » Pour les historiens, Mazières fut incontestablement l’exemple à suivre79 rejetant Nouville dans un trou noir bibliographique qui ne nous permet pas de savoir si « Plozévet » fut quelquefois pensé dans le sillage de cette enquête ethnographique menée dans une des communes de la vallée de la Bresle et qui parut en 1953. Reste Peyrane. Ici aussi, le travail de Laurence Wylie fut passé sous silence dans les rapports que nous avons consultés. Publié en 1957 en anglais, traduit en 1968 en français, considéré dès sa sortie comme un « chef-d’œuvre » par le très francophile Stanley Hoffmann qui en fit une recension fort élogieuse dans la Revue française de science politique80, fut-il la victime désignée de ces barrières linguistiques qui étaient tout aussi solides que les frontières disciplinaires ? Rien n’est moins sûr, même si la manducation de l’ouvrage put prendre du temps, ainsi que l’attestent quelques notations extraites du carnet d’enquête de Morin : « Me voici réorienté sur Plo avec l’intervention de Wylie, l’auteur de cette étude sur un village du Vaucluse, maintenant conseiller culturel à Paris, et dont j’ai, de plus en plus, envie de lire le livre81. » Qu’elle ait été utilisée peu ou prou par les chercheurs qui vinrent à Plozévet, qu’elle ait fait plus ou moins partie du bagage intellectuel grâce auquel certains regardèrent la commune finistérienne, la trilogie monographique, dont André Burguière fit référence dans son « Bilan de l’enquête82 » en tissant davantage encore les liens entre les trois démarches et les fruits de leurs résultats, imposa un répertoire d’approches de la vie sociale et de l’histoire d’une collectivité. Prégnante dans chacun des ouvrages mais abordée différemment selon chaque auteur, la dimension politique pouvait s’avérer d’un secours non négligeable pour qui souhaitait en importer les analyses dans le but de comprendre mécanismes d’appropriation du pouvoir local ou processus d’idéologisation d’une population. Politisation des ruraux de Mazières à l’ombre de la « fin des notables » et dans le cadre d’une Troisième République qui avait misé sur l’instituteur pour inculquer amour de la patrie et défense de la démocratie républicaine83, dépolitisation apparente d’un conseil municipal nouvillois tenu par des « Messieurs » dans une commune où la division entre gens de droite et gens de gauche n’était le fait que de quelques familles explicitement engagées dans une opposition frontale84, affiliations partisanes suffisamment puissantes dans le village du Vaucluse pour irriguer les différents pans de la réalité sociale à tel point qu’« à voir les passions que soulev[ait] la politique à Peyrane, on pou[v]ait croire que les partis politiques y [étaie]nt actifs et bien organisés » tandis qu’« il n’en [étai]t rien85 » : plus fragmentaires (Nouville) ou plus élaborées (Peyrane86), les analyses qui valorisèrent toutes la fonction de la « synthèse républicaine87 » dans la production d’un espace démocratique suffisamment consensuel à l’intérieur duquel chaque individu était susceptible de se positionner furent incontestablement un réservoir d’idées quand bien même elles ne débouchèrent pas sur la modélisation d’une configuration politique.

  • 88 Burguière A., « Une enquête collective des années soixante. L’enquête pluridisciplinaire de Plozév (...)
  • 89 Bois P., Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis (...)
  • 90 Dans sa bibliographie, Yves Tyl nota : « Paul Bois. La politique et l’enseignement primaire dans l (...)

20C’est ici qu’il faut faire appel à d’autres sources d’inspiration pour essayer de comprendre comment les auteurs de « Plozévet » passèrent de la description d’un clivage routinisé à leur arrivée à son intelligibilité sous la forme d’une explication beaucoup plus systémique. André Burguière a souligné rétrospectivement que deux livres avaient compté dans son interprétation88 du dualisme qui ordonnait, toujours au milieu des années 1960, batailles électorales et pôles de sociabilité : Les paysans de l’Ouest de Paul Bois et La Vendée de Charles Tilly89. Lui-même connaissait-il l’existence du premier – et fameux – ouvrage avant d’avoir eu accès aux études de Colette Capitan et Yves Tyl qui, eux seuls, l’avaient mentionné dans leur bibliographie90 ? Rien n’est moins sûr à bien lire le chapitre du pré-rapport de synthèse (novembre 1965) qu’il consacra à l’enquête des historiens et dont il rappela qu’il ne pouvait dessiner que quelques pistes – grâce aux échanges qu’il avait eus avec eux – en l’absence des mémoires qui étaient en cours de rédaction. Addition de réflexions et d’interrogations, la partie qui concernait la vie politique esquissait toutefois une direction que la mise à disposition de la littérature grise et le mimétisme de la thèse défendue par Paul Bois d’un événement révolutionnaire matriciel et de sa survivance idéologique n’allaient cesser de conforter :

  • 91 Burguière A., Enquête pluridisciplinaire dite de Pont-Croix : pré-rapport de synthèse, p. 78-79 (A (...)

« On en revient donc à ce partage politique si contraignant, souligné par les enquêtes sociologiques et encore inexpliqué. Mademoiselle Capitant, qui est chargée de cette recherche, a tenté de rassembler tous les documents qui peuvent le circonscrire. […] Problème délicat, car les documents ont tous tendance à transcrire ces oppositions dans un langage national qui les réduisent à des phénomènes superficiels. L’Explication se situe peut-être au-delà du domaine strictement politique. La vie religieuse : C’est ce qui fait tout l’intérêt d’une étude particulière de l’histoire religieuse de la commune. Madame Gano concentre ses recherches sur les deux points essentiels : – L’histoire du comportement religieux en lui-même, depuis le début du XIXe siècle […]. – La place des problèmes religieux dans la vie politique de la commune ; le fait que la laïcité soit encore aujourd’hui le thème principal des luttes électorales et des clivages politiques montre que les rapports de l’Église et de l’État conservent à Plozevet un tour passionnel. Jusqu’où faut-il remonter pour voir naître cet anticléricalisme ? Le “Baillisme” l’a érigé en doctrine : il en a fait une machine électorale de premier ordre. Il ne l’a pas créé ; il n’a fait que le stimuler et pour ainsi dire l’institutionnaliser91. »

  • 92 Goguel F., « Note bibliographique », Revue française de science politique, volume 11, no 4, 1961, (...)
  • 93 Colette Capitan et Yves Tyl le citèrent dans leur bibliographie. André Burguière y fait aussi réfé (...)
  • 94 Il serait faux de penser que les frontières disciplinaires – que l’on a l’habitude de réifier a po (...)
  • 95 Favre P., Naissances de la science politique en France (1870-1914), Paris, Fayard, 1989, p. 344-34 (...)
  • 96 Ce que souligna Emmanuel Le Roy Ladurie dans la longue lecture des Paysans de l’Ouest qu’il fit, e (...)
  • 97 André Siegfried mit en garde : « Les termes d’Extrême-Droite, de Droite, Centre, Gauche, Extrême-G (...)

21Publiée en 1960, la très imposante thèse de doctorat de Paul Bois, dont François Goguel avait immédiatement souligné que son « grand intérêt » était « de montrer de façon très convaincante, que la détermination des opinions politiques dans un milieu rural p [ouvai] t, dans certains cas, résulter de facteurs très anciens, et que l’analyse de la structure économique et sociale présente ne suffi[sai]t pas toujours à l’expliquer92 », allait servir de percolateur à une enquête d’initiative labroussienne. L’on ne s’étonnera pas alors de la minoration – pour ne pas dire l’absence – du Tableau de la France de l’Ouest dans l’interprétation finale93 pour un certain nombre de raisons (qui sont aussi des hypothèses) : un ouvrage dont la postérité différée qui, parce qu’elle intervint dans les années 1945-1950, au moment même où la sociologie électorale sous la gouverne d’un François Goguel94 prenait son essor comme discipline et devenait de plus en plus électoraliste et de moins en moins sociologique95, fut rejeté, aux yeux des contempteurs du politique, pour sa vision prétendument académique et démodée de la matière ; son aspect monographique qui couvrait de trop larges horizons et permettait insuffisamment de penser une situation à une échelle proprement locale96 ; la propension qu’avait eue son auteur à analyser les oppositions à travers un diptyque gauche/droite (ou républicain/conservateur) qui ne rendait qu’imparfaitement compte des enjeux sociaux et symboliques liés à la distinction endogène entre rouges et blancs97 ; l’ombre portée des Paysans de l’Ouest qui en était à la fois et une émanation informée, et une critique érudite.

  • 98 Paul Bois souligna : « Le mot de chouan entre dans l’usage [après la Révolution] pour plus d’un si (...)
  • 99 Le Roy Ladurie E., « Événement et longue durée dans l’histoire sociale : l’exemple chouan », op. c (...)

22En un sens, les républicains et les chouans98 de la Sarthe trouvèrent leurs réfractions les plus immédiates dans les rouges et les blancs de Plozévet après que la découverte progressive de ces derniers et leur mise sous tutelle historienne aboutirent à la valorisation de l’épisode révolutionnaire et, en fin de compte, à la résurgence de l’« événement » comme facteur – non exclusif – d’explication99. Décrivant le schisme intracatholique né de la Constitution civile du clergé, Marie-Claire Gasnault-Beis avait noté :

  • 100 Gasnault-Beis M.-C., Foi et laïcisme : la paroisse de Plozévet à l’époque contemporaine, 1820-1920 (...)

« Il semble bien qu’en supprimant des charges pénibles comme la dîme, et en nationalisant les biens du clergé, la Révolution ait durablement séduit la population de Plozévet, alors que la réaction contre les privilèges ne pouvait guère se faire dans ce pays que contre le clergé, puisqu’aucun seigneur n’y dominait et que le privilégié le plus apparent était ce chanoine de Quimper, qui touchait deux tiers des dîmes sans rien faire pour la paroisse. Il est possible d’admettre que l’esprit républicain à Plozévet s’est, pour beaucoup, révélé et exprimé dès 1791 dans cette indocilité à l’égard des ordres de l’Église et dans une méfiance constante à l’égard du clergé et de ses exigences matérielles100. »

  • 101 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plozévet, op. cit., p. 52.

23Un an après, Edgar Morin allait souligner à son tour, dans un de ses premiers chapitres consacré à la « personnalité plodémétienne », les raisons de son exception : « C’est une des rares paroisses qui, sous la Révolution, accepte et conserve un prêtre constitutionnel jusqu’au Concordat (1801). Méprisé par les évêques, surveillé par les préfets sous la Restauration, Plodémet attire en 1830 le notaire républicain Rolland Le Bail et plébiscitera son fils Lucien à l’aube de la Troisième République. Il y a donc un fond rouge paysan à Plodémet, issu de la Révolution, mais il faut plonger en deçà de 1789 pour en comprendre l’origine indigène101. » Il revenait à André Burguière d’enfoncer le clou dans sa synthèse finale et de couronner une interprétation qui s’était peu à peu imposée au cours de la résolution de l’énigme :

  • 102 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 209.

« L’histoire de ce conflit politico-religieux est bien plus qu’une variante locale de l’opposition droite/gauche. C’est l’histoire même de Plozévet, celle où se sont inscrits ses choix fondamentaux, fruits du temps et du hasard et dont elle s’est fait un ensemble de réflexes et d’habitudes. Le conflit semble s’être noué sous la Révolution française, lorsque Plozévet à l’inverse de toutes les communes voisines accepte un prêtre jureur : choix anodin sur le moment dépourvu de toute arrière-pensée politique, mais qui engageait profondément l’avenir102. »

  • 103 André Siegfried avait déjà attiré l’attention sur les fonctions mémorielles dans la vitalité des c (...)

24Découvert par des non-historiens, naturalisé suite aux investigations menées par les collaborateurs de l’équipe Labrousse/Mandrou, le politique fut, en fin de compte, saisi sous la forme d’une rupture initiatique lestant l’avenir de la commune d’une injonction faite à ses habitants de se positionner en fonction d’un clivage prescrit ; un clivage dont la vitalité était indexée sur la recomposition du champ politique et sur des déférences individuelles et/ou collectives à l’égard des héritages idéologiques103. Par-delà les rouges et les blancs, il y avait surtout une tentative d’explication générale des ressorts internes d’une microsociété dont la qualité intellectuelle pouvait laisser augurer une postérité scientifique et faire du « modèle » plozévétien une référence pour qui s’attacherait à discerner les principaux traits de la politique au village.

Postérité

  • 104 Higonnet P. L., The Journal of Modern History, volume 44, no 2, juin 1972, p. 273-275, p. 274 et 2 (...)
  • 105 Voir l’article documenté de Briquet J.-L, Sawicki F., « L’analyse localisée du politique. Lieux de (...)
  • 106 Hervieu B., Vial A., « L’Église catholique et les paysans », dans Tavernier Y., Gervais M., Servol (...)
  • 107 Le Roy Ladurie E., « Préface », dans Berger S., Les paysans contre la politique. L’organisation ru (...)
  • 108 Berger S., Les paysans contre la politique. L’organisation rurale en Bretagne, 1911-1974, op. cit. (...)
  • 109 Grémion P., Le pouvoir périphérique. Bureaucrates et notables dans le système politique français, (...)
  • 110 Weber E., La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1870-1914), Paris, Fayard, 19 (...)
  • 111 Agulhon M., « Attitudes politiques », dans Duby G., Wallon A., Histoire de la France rurale, tome (...)

25La critique sans ménagement de la traduction de La métamorphose de Plodémet fit écrire à Patrice L. Higonnet en 1972: « Very brilliant, however, are the chapters on politics, and it is this theme of the “red and the white” which provides the title of the English version of Commune en France », avant qu’il ne conclue, une fois l’explication de la bipartition évoquée: « Although it does not have much to say about this particular village in Brittany, it is as intelligent an essay as can be found not only on the continuity of nineteenth-and twentieth-century political life in France, but also on the problem of French politics today104. » Exemplaire pour ce qu’un cas d’étude pouvait donner à lire bien plus qu’une simple analyse localisée du social ou du politique105, la monographie plozévétienne signée de Morin ou de Burguière devint, dans les années 1970, une source d’informations couramment citée. Le modèle était, à vrai dire, parfait, puisqu’il combinait une rupture révolutionnaire fondatrice, la capitalisation des dividendes d’un clivage idéologique par une lignée de notables, des inscriptions partisanes bien présentes quand bien même elles changeaient d’étiquettes et se métamorphosaient… Toutes choses qu’il était possible de percevoir, de discuter ou de critiquer en fonction d’un terrain de comparaison auquel on pouvait être amené à se référer. Prenons quelques exemples. Plus de vingt ans après la publication de l’ouvrage collectif Les paysans et la politique dans la France contemporaine sortait, sous les auspices de l’Association française de science politique et de la Fondation nationale des sciences politiques, un nouvel opus dont le but était d’ausculter l’univers idéologique des ruraux. La seule mention de l’étude plozévétienne le fut dans la contribution de Bertrand Hervieu et André Vial qui, en s’intéressant aux relations entre l’Église catholique et les paysans, l’avaient trouvée sur leur chemin pour étayer leur propos au sujet des initiatives modernisatrices des blancs dans l’agriculture106. Préfacé par Emmanuel Le Roy Ladurie qui invoqua d’emblée « les entreprises qu’[avaie]nt réussies Edgar Morin et Lawrence Wylie107 », l’ouvrage de Suzanne Berger, paru initialement sous le titre Peasants against Politics, avait repris les explications du sociologue pour alimenter sa réflexion sur le projet et la stratégie de la droite corporatiste dans la Finistère du XXe siècle et sur les réactions qu’ils secrétèrent108. Dans les « Repères bibliographiques » du Pouvoir périphérique de Pierre Grémion figura la mention du Commune en France109. Autant Eugen Weber utilisa les deux « Plozévet » pour illustrer tel ou tel chapitre de son Peasants into Frenchmen en omettant – étonnamment – tout ce qui relevait du politique110, autant Maurice Agulhon, sans en faire référence explicitement, insista, dans le chapitre sur les comportements idéologiques entre 1880 et 1914 qu’il donna pour le troisième tome de l’Histoire de la France rurale, sur l’importance de la bipolarisation entre pays rouges et pays blancs, alors que « les campagnes françaises atteign[ai]ent sans doute à cette époque un degré inégalé de “politisation”111 ».

  • 112 Rémond R. (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 1996 [1988]
  • 113 Moulin A., Les paysans dans la société française de la Révolution à nos jours, Paris, Le Seuil, co (...)
  • 114 Burguière A., Revel J., Histoire de la France, volume 3 : Les Conflits (Julliard J., dir.), Paris, (...)
  • 115 Vovelle M., La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, La Déco (...)
  • 116 Pécout G., « La politisation des paysans au XIXe siècle. Réflexions sur l’histoire politique des c (...)
  • 117 Berstein S., Contamine P., Winock M. (dir.), Histoire de la France politique, tome 3 : L’Invention (...)
  • 118 Lejeune D., La peur du « rouge » en France. Des partageux aux gauchistes, Paris, Belin, 2003.
  • 119 La très abondante bibliographie qui faisait suite au point de vue de Gilles Pécout sur « Les Campa (...)
  • 120 Et l’on trouverait alors des références à l’un ou l’autre des deux ouvrages, ce qui atténuerait le (...)

26Le référencement des « Plozévet » dans des ouvrages à dominante politique aurait pu contribuer à faire de certaines de leurs analyses des modèles d’interprétation suffisamment classiques pour qu’ils ne subissent pas, au fil des ans, une érosion de l’intérêt que d’aucuns leur avaient porté initialement. Or, cette trajectoire « vertueuse » n’a pas vraiment été la leur à compter des années 1980. Salués, commentés, « digérés » dès leur sortie, ils seraient presque oubliés aujourd’hui. Le balayage rapide d’un certain nombre d’écrits vient conforter le constat. Pensé comme un manifeste, le Pour une histoire politique, publié en 1988 sous la direction de René Rémond, n’y fait jamais allusion112. Mis à la disposition des lecteurs la même année, l’ouvrage de synthèse de la ruraliste Annie Moulin – qui comportait plusieurs chapitres sur les paysans et le pouvoir – utilisa uniquement le « Plodémet » de Morin pour rappeler que le coût d’un téléviseur était tel dans les années 1960 que certains habitants de la commune bigoudène « dissimul[ai]ent l’antenne dans le grenier113 ». Qu’il s’agisse de l’Histoire de la France (sous la direction d’André Burguière et de Jacques Revel) vue à travers les conflits114, de la « géopolitique de la Révolution française » sous la plume de Michel Vovelle115, du volumineux et très suggestif article que Gilles Pécout consacra à la politisation des paysans au XIXe siècle116, qu’il s’agisse encore de L’invention de la démocratie, 1789-1914117, troisième tome de l’Histoire de la France politique (sous la direction de Serge Berstein, Philippe Contamine et Michel Winock), ou de La peur du « rouge » en France analysée par Dominique Lejeune118, pas une occurrence qui ne concerne les productions nées de la RCP des années soixante119. On pourrait multiplier les exemples à l’envi120 au risque de lasser ou de passer pour un adepte de la déploration. Tous concourent à observer l’éclipse des deux ouvrages pour ce qui touche au politique. Pour quelles raisons ?

  • 121 Déloye Y., Voutat B., « Entre histoire et sociologie : l’hybridation de la science politique », op (...)
  • 122 « La personnalité plodémétienne » est le titre du troisième chapitre de l’ouvrage d’Edgar Morin, C (...)
  • 123 Les cinq références aux « Plozévet » (p. 28, 89, 311, 383 et 393) dans l’ouvrage de Patrick Pierre (...)
  • 124 Maurice Agulhon écrivit, par exemple, dans sa contribution intitulée « La mairie. Liberté, Égalité (...)
  • 125 Le mystère reste entier. Les archives Mandrou (Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441 (...)
  • 126 Lacroix B., « Ordre politique et ordre social. Objectivisme, objectivation et analyse politique », (...)
  • 127 Un retournement de tendance si l’on veut bien se rappeler que Maurice Agulhon salua dans son compt (...)
  • 128 Abélès M., « Le rationalisme à l’épreuve de l’analyse », dans Revel J. (dir.), Jeux d’échelles. La (...)
  • 129 Sainclivier J., La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1989.
  • 130 Geslin C., Sainclivier J., La Bretagne dans l’ombre de la IIIe République (1880-1939), Rennes, Oue (...)
  • 131 Cornette J., Histoire de la Bretagne et des Bretons, tome 2 : Des Lumières au XXIe siècle, Paris, (...)
  • 132 Dans un ouvrage récent, Emmanuel Le Roy Ladurie a écrit : « Pour les amateurs de structures sous-j (...)
  • 133 Marache C., « La responsabilisation politique du monde paysan dans les campagnes françaises (1830- (...)
  • 134 Au succès que l’on connaît… Déguignet J.-M., Histoire de ma vie. L’intégrale des Mémoires d’un pay (...)
  • 135 Fabre D., « L’Histoire a changé de lieux », dans Bensa A., Fabre D. (dir.), Une histoire à soi. Fi (...)
  • 136 Même si Thierry Glon rappelle que « La rivalité des Rouges et des Blancs représente bien l’équilib (...)
  • 137 Cette hypothèse nous paraît d’autant plus admissible qu’un livre récent l’accrédite amplement. Uni (...)

27Nous proposerons ici quelques hypothèses. La première porte sur le côté dyadique des « Plozévet ». En se dédoublant plus qu’en se télescopant, les deux ouvrages purent alimenter l’impression de la redondance ou de la confusion au risque de brouiller les pistes et d’empêcher la systématisation d’un cas de figure applicable à d’autres situations. Au surplus, à une époque où l’affirmation progressive d’une sociologie du politique ouvrait sur de nouveaux horizons tout en érigeant de nouvelles frontières disciplinaires121, la difficulté qu’il y avait à classer les deux livres en fonction de leur genèse, de leurs attendus et du positionnement de chacun des auteurs dans le champ des sciences sociales (où les annexions comme les mises à l’écart étaient légion), de même que la formulation « archaïsante » d’un certain nombre d’idées – l’essentialisation d’une « personnalité » locale en tout premier lieu122 – risquaient de les faire passer pour un décalque plus ou moins abouti d’une géographie siegfriedienne critiquée pour sa propension au déterminisme123. Le résumé était tout trouvé : à Plozévet, il y avait donc des rouges et des blancs comme on pouvait en trouver un peu partout en France124 (lecture hâtive, évidemment) ; autant dire, rien de bien nouveau lorsque l’on était justement amateur de nouveautés… Jumeaux par bien des aspects même s’ils étaient différents dans la forme mais aussi sur le fond – l’article critique et « vengeur » qu’aurait dû publier Robert Mandrou dans la Revue Historique en 1971 contre certaines thèses défendues par Morin tournait en grande partie autour de la conception du politique125 – le Commune en France et les Bretons de Plozévet eurent peut-être à pâtir (notre deuxième hypothèse) du fait qu’ils proposaient moins un point de vue original qu’une traduction de certains postulats salués pour leur richesse interprétative. En reconnaissant une dette intellectuelle à l’égard des travaux de Paul Bois et de Charles Tilly, André Burguière a souligné incidemment ce que la bibliographie de la contribution que Bernard Lacroix donna au Traité de science politique, et qui touchait, en particulier, à la question de la politisation, exprimait explicitement : en dépit de la proximité des démarches et des objets, la prime aux découvreurs (Paysans de l’Ouest et La Vendée étaient cités parmi les références essentielles mais les « Plozévet » n’existaient pas126) – qui nimbe souvent a posteriori leurs ouvrages d’une supériorité analytique – est un facteur de dépréciation des travaux de leurs épigones ou de leurs devanciers au fur et à mesure que les années passent. La dernière hypothèse concerne la disqualification progressive de la monographie en regard de la prime accordée concomitamment au témoin127. À la dévalorisation scientifique d’un « paradigme communautaire », pour reprendre l’expression de Marc Abélès, qui avait condamné nombre de chercheurs à penser le village comme un monde clos128, s’ajouta une tendance de plus en plus lourde à convoquer la voix de ceux qui avaient vu et vécu. Le cas de « Plozévet » est, à ce qu’il nous semble, exemplaire. Paru en 1989, l’ouvrage de synthèse La Bretagne de 1939 à nos jours129 faisait l’impasse sur les travaux de Morin et de Burguière. Publié en 2005 dans la même collection, le tome précédent, La Bretagne dans l’ombre de la IIIe République (1880-1939), écrit par Claude Geslin et Jacqueline Sainclivier, ne fit pas non plus référence à l’un ou l’autre des deux livres, tandis qu’il mentionnait l’ouvrage de Pierre-Jakez Hélias130. Symptomatique de ce qui ressemble à une omission – volontaire ou involontaire ? –, la carrière de Georges Le Bail y était évoquée à travers le rôle qu’il avait tenu dans le monde du syndicalisme maritime et les évolutions de son parcours de représentant du parti radical, alors que son inscription dans un clivage rouge/blanc qui était, à bien des égards, la forme labellisée de la bipartition partisane commune à la plupart des individus avant la guerre de 1914, était complètement ignorée. Enfin, si l’Histoire de la Bretagne et des Bretons de Joël Cornette publiée il y a quelques années mentionne bel et bien les deux ouvrages qui nous occupent, l’on notera que les deux occurrences concernant « Plozévet » font appel exclusivement aux pages du Cheval d’Orgueil131. Au terme d’une évolution pluridécennale, le livre de Pierre-Jakez Hélias serait peut-être en passe de rafler la mise même si l’on se méfiera de tout schématisme132. On en voudra pour preuve un article récent de Corinne Marache intitulé « La responsabilisation politique du monde paysan dans les campagnes françaises (1830-1930)133 » : aux côtés des Mémoires d’un paysan bas-breton de Jean-Marie Déguignet134 et du Mazières de Thabault figurent quatre exemples tirés des Mémoires d’un Breton du pays bigouden ; mais des études de Morin et de Burguière, il n’en est nullement question. Les utilisations des « Plozévet » auraient ainsi pour le moins tendance à valider l’hypothèse de Daniel Fabre selon laquelle « L’Histoire a [urait] changé de lieux » au cours des années 1970 – Daniel Fabre souligne, en effet, que le local détenait jusqu’alors une spécificité du moment qu’il localisait la grande patrie, cette grande patrie qui, en échange, lui conférait son existence légitime135. En privilégiant la parole du témoin – une déclinaison de cette « ère du témoin », en quelque sorte136 – à la parole du scientifique, des historiens professionnels iraient, eux aussi, dans le sens de cette « nouvelle » histoire qui use des exempla davantage pour localiser et « imager » que pour expliquer. Beaucoup trop monographiques, trop insuffisamment théoriques ou trop peu dépositaires d’une vision endogène d’une situation que des observateurs extérieurs ne seraient pas – ou n’auraient pas été – à même de « révéler137 », les « Plozévet » ne trouveraient désormais plus leur place dans le champ de la connaissance. Ces hypothèses restent évidemment à vérifier et n’en excluent pas d’autres.

  • 138 Ormières J.-L., « Les rouges et les blancs », dans Les lieux de mémoire (Pierre Nora, dir.), volum (...)
  • 139 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, lettre et note critique du 15 mars 1970.
  • 140 Un exemple de cette essentialisation sous la plume de Burguière décrivant la situation politique d (...)
  • 141 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plozévet, op. cit., p. 30.
  • 142 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 28.
  • 143 Agulhon M., « Les couleurs dans l’histoire récente », dans Histoire vagabonde, tome 3 : La politiq (...)
  • 144 Raymond Huard note : « Entrer dans le monde méditerranéen et rhodanien, c’est pénétrer dans des pa (...)
  • 145 Favre P., Naissances de la science politique en France (1870-1914), op. cit., p. 279-283.
  • 146 Grenadou E., Prévost A., Grenadou paysan français, Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 1978 [1 (...)
  • 147 André Burguière n’omit pas de le souligner dans ses Bretons de Plozévet, op. cit., p. 208.
  • 148 On prendra deux exemples. Edgar Morin, tout d’abord, en ouverture de son chapitre consacré au poli (...)
  • 149 On signalera que Paul Bois utilisa très peu les couleurs pour qualifier les camps ; quand il le fi (...)
  • 150 Morin nota dans son carnet d’enquête : « Faudra-t-il introduire le concept de bleu dans l’enquête (...)
  • 151 Il est intéressant de constater l’abrasion du qualificatif rouge au profit du qualificatif bleu da (...)
  • 152 Lagrée M., Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. 130.
  • 153 Lagrée M., Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au XIXe siècle. Le diocèse de Rennes (...)
  • 154 Dupuy R., « Les Bleus de Bretagne (1789-1801), essai de typologie socio-politique », dans Les Bleu (...)

28Cette raréfaction des références ne saurait pourtant nous satisfaire. Non qu’il s’agisse de réanimer leur flamme au moment où l’élision de leurs traces dans les bibliographies nous paraît de plus en plus manifeste, mais plutôt d’essayer de montrer, au terme de cette contribution, combien leur (re)lecture permet de questionner certains de leurs objets afférents au politique en fonction d’une approche critique qui serait capable de restituer ce qui en fait toujours leur puissance d’évocation. Deux aspects retiendront succinctement notre attention. Le premier porte sur le clivage entre les rouges et les blancs. Cette bipolarisation classique dont Jean-Louis Ormières a montré, dans sa contribution synthétique pour Les lieux de mémoire, que son objectivation devait beaucoup aux « Plozévet138 », mérite, en effet, que nous nous y attardions pour au moins deux raisons. On posera, tout d’abord, la question des fausses évidences de la partition et de son hypertrophie. Dans une note critique à propos du livre de Morin que Colette Capitan adressa à Robert Mandrou sur sa demande, l’enquêtrice de Plozévet fit remarquer : « Le parti pris, on pourrait dire l’idée a priori, de la dichotomie “rouges-blancs” est également une facilité qui scotomise précisément toutes les nuances que l’étude de la vie politique [de] Plozevet appelle. Bien qu’il fasse une allusion au conditionnement ancien, prérévolutionnaire, des comportements politiques de la commune (p. 43-44), il n’y revient pas par la suite, et reporte sur l’épopée “bailliste” la responsabilité de cette bipartition politique139. » Il y a du vrai dans cette affirmation qui atteste, en filigrane, que l’exagération de la bipolarisation combina à la fois une entreprise de récupération d’un registre d’identification indigène sans sa mise à distance préalable par les scientifiques, une homogénéisation des deux camps sous deux seules couleurs et sur une longue durée et leur essentialisation140. Dans le livre de Morin comme dans celui de Burguière, la qualification de l’opposition se fit dès les premières pages sans que la moindre explication ne soit donnée. Brossant un portrait de la commune qu’il avait sillonnée, le premier nota : « Ainsi, une zone de maraîchage, fertile et ensoleillée, peut être dessinée parallèlement à la côte. […] Bravez serait comme la capitale de cette zone, où domine la tradition politique “rouge”. Une zone-foyer de modernisation et de syndicalisme agricole, à l’est de la commune, est centrée sur les hameaux de Kerminou, Penquer, Merros. L’influence “blanche” y domine141. » Esquissant une topographie sociale de la circonscription bigoudène, le second signala sans un quelconque avertissement : « Prenons le cas extrême de Kermenguy, un gros village situé au nord de la commune, sur les terres froides du “Gorré”. Vieux bastion du parti rouge, son particularisme est proverbial142. » L’évidence de l’existence des rouges et des blancs qui, rappelons-le, n’avait pas du tout été évidente au début de l’enquête, se transforma, au final, en ce fil conducteur qui caractérisa pour de bon le microcosme. Il aboutit, ce faisant, à la réification d’un clivage en des termes qui reprenaient une nomenclature vernaculaire au risque de le reproduire un peu plus sous la même forme et de ne point en discerner les failles, les utilisations ou les recompositions143. Rouges comme ceux qui se faisaient passer pour tels dans le Var des années 1840144, comme ceux que la cartographie électorale balbutiante de la fin du XIXe siècle dupliqua en utilisant un dégradé chromatique145, comme ceux qu’un Ephraïm Grenadou évoqua au détour de ses souvenirs146, ces Plozévétiens, toujours majoritaires dans les années 1960, et leurs prédécesseurs s’intégraient dans un long continuum historique qui les rattachait tout autant à un espace national – il y en avait ailleurs147 – qu’à une tradition politique (celle qui reliait, dans une même chaîne, révolutionnaires de 1791, radicaux de la Troisième République et communistes de la Quatrième). Tenue pour acquise, cette répartition des forces à l’intérieur de la commune a pu être critiquée parce qu’elle fixait un clivage quelque peu manichéen sans élaborer un camaïeu idéologique capable de rendre compte des nuances qu’induisaient certaines métamorphoses à l’intérieur de l’espace démocratique. En étiquetant des camps, le risque était grand de momifier la dualité et de créer des archétypes en oubliant que les frontières étaient poreuses et que les équations qui assignaient telle couleur à tels paramètres (sociaux, économiques, culturels) dans une configuration donnée pouvaient se périmer148. Aussi, l’introduction du bleu – lorsqu’elle n’eut pas pour seule fonction de remplacer le rouge afin d’épouser tout autant une catégorie locale149 –, dont Edgar Morin fit un label pour faire évoluer son interprétation du spectre sociopolitique150, offre-t-elle de poser un nouveau regard sur la situation plozévétienne151. Bleu, pour rappeler que « le parti “rouge” n[e] [fu]t pas exempt de contradictions », ainsi que le souligna Michel Lagrée152, et que derrière une dénomination à des fins mobilisatrices se nichaient des attitudes déviantes eu égard à une orthodoxie politique qui tenait lieu de viatique électoral pour les notables radicaux. Bleu encore, pour rendre compte d’une opposition entre les cléricaux et les anticléricaux qui, si elle fut un des ressorts des logiques classificatoires, n’aurait peut-être pas éliminé ce christianisme de la même couleur dont nous savons qu’il conditionna certaines inscriptions partisanes153. Bleu, enfin, pour dépasser une polarisation foncièrement binaire et « faire la part de la continuité d’un sens et de ses variations imposées par des conjonctures successives154 ».

  • 155 Lucas M., « À propos d’un cacique radical et bigouden : Georges Le Bail », dans Études sur la Bret (...)
  • 156 Voir, par exemple, Abélès M., Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département franç (...)
  • 157 Chiva I., « L’ethnologie de la France rurale il y a trente ans », Ethnologie française, no hors-sé (...)
  • 158 Pelras C., Goulien, commune bretonne du Cap Sizun. Entre XIXe siècle et IIIe millénaire, Rennes, P (...)
  • 159 Évoquant, a posteriori, le modèle plozévétien, André Burguière a souligné de nouveau : « Transform (...)

29La seconde raison qui nous invite à nous intéresser au clivage entre les rouges et les blancs, tel qu’il a été analysé dans les deux ouvrages, vise à réévaluer la commune en tant que cadre pertinent pour appréhender certaines dimensions du politique. Appliqués à leurs résultats, l’article rageur de Maurice Lucas contre les interprétations de Burguière, qui rappelait à juste titre que le baillisme ne saurait se comprendre sous le seul angle « d’un chef de clan, appuyé sur son fief communal et la majorité d’obligés qu’il a[vait] su s’y concilier155 », de même que les études qui ont mis en valeur le rôle crucial de l’emboîtement des réseaux extra-villageois156 dans la formation des allégeances à une faction ou les critiques formulées contre les errements d’un genre monographique157 abonné à isoler chaque société et chaque terrain ne manquent pas d’écorner le modèle plozévétien. L’indexation du jeu politique local sur des stratégies presque exclusivement familiales organisées, sous couvert d’un vernis idéologique, en vue de la conquête puis de la distribution du pouvoir, toutes choses que Christian Pelras avait esquissées dans son étude sur Goulien158, aurait pu constituer une autre porte d’entrée permettant d’en affiner les conclusions. Il n’empêche, nous persisterons à penser que la communalisation du politique dans le cas bigouden n’aura pas eu que des effets maléfiques ou déformants. Si l’on veut bien admettre que la commune fut un laboratoire d’une politisation qui infusait dans un cadre localisé parce que ce cadre localisé s’imposait à ses habitants – du fait de la répétition des élections – comme une lice où s’exprimaient les tensions (au substrat social, aux racines mémorielles), l’on ne restera pas forcément insensible à la qualité des thèses défendues dans les deux « Plozévet » à propos du partage fonctionnel et/ou idéologique qui scindait la collectivité159.

  • 160 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plozévet, op. cit., p. 61.
  • 161 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 220.
  • 162 Joana J., « Par-delà les notables. Une socio-histoire des espaces politiques locaux sous la IIIe R (...)
  • 163 Voir l’étude classique de Phélippeau É., L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne (...)

30Il nous reste, enfin, à aborder brièvement – le second objet de notre relecture – le baillisme, moins sous la forme de ce qui en faisait une déclinaison du radicalisme que sous la forme d’une entreprise politique à vocation de reproduction sociale. Qualifiés en fonction des catégories sociologiques qui dominaient l’époque à laquelle ils acquirent une notoriété scientifique, les Le Bail furent ces notables dont l’ascension économique et politique (les deux étaient liées) déboucha sur la constitution d’un fief. Le baillisme serait né de la rencontre entre une dynastie de bourgeois libéraux puis républicains d’extraction juridique et une population majoritairement prête – pour les raisons qui ont été avancées tout au long de cette contribution – à adhérer à leur discours et à leurs programmes. Edgar Morin résuma : « Le baillisme accomplit l’alliance promise entre la Révolution bourgeoise et la plèbe plodémétienne. La dynastie Le Bail, étrangère, bourgeoise, jacobine, incarne la continuité entre première et troisième République160. » André Burguière détailla : « Le baillisme précède les Le Bail. Les tendances politiques qu’ils vont exprimer ont eu le temps de mûrir dans l’itinéraire que suit Plozévet depuis la Révolution ; leur arrivée dans la commune tombe à point nommé, au moment où le conflit rouge-blanc commence à se clarifier et à prendre consistance161. » La configuration était loin d’être inédite. Ce qui le fut davantage releva de la manière dont les deux « biographes » des caciques finistériens surent utiliser les matériaux mis à leur disposition dans les pré-rapports pour livrer, en recourant à une sémantique de la notabilité (médiateur, leader d’opinion) que certains jugent aujourd’hui dépassée162, une généalogie de l’entrepreneur politique. Georges Le Bail ne fut pas Armand de Mackau163, il est vrai. Mais, par bien des aspects, il lui ressembla. Aussi, ne nous paraît-il pas incongru de souligner que la pertinence de la démonstration concernant la réussite des pères du radicalisme plozévétien vaut toujours parce que, même si elle ne fit pas référence – et comment l’aurait-elle pu ? – à des termes aussi couramment utilisés de nos jours que marché électoral, compétences ou ressources mobilisables, elle valide, a posteriori, les études qui se sont intéressées à la figure du professionnel de la politique dans la construction d’un ordre démocratique.

*

  • 164 Ozouf M., « Une commune de France : Plodémet », op. cit., p. 778.
  • 165 Rendant compte de l’ouvrage de Burguière, Marc Nouaille avait déjà souligné : « À la vision optimi (...)
  • 166 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, op. cit., p. 204.

31De leur réduit monographique vers lequel ils ont été progressivement rejetés, les « Plozévet » ont encore des choses à nous apprendre. C’est parce que La métamorphose de Plodémet et les Bretons de Plozévet brassèrent large qu’ils donnent toujours du grain à moudre et qu’ils invitent à confronter nos analyses aux paradigmes que leurs auteurs utilisèrent et aux conclusions dont leurs ouvrages furent les vecteurs. En abordant la piste du politique, nous avons été forcément conduit à en ignorer bien d’autres. Il y aurait pourtant une réflexion à mener sur la manière dont la question de la modernité fut posée et sur les catégories d’entendement qu’elle imposa. Rendant compte du livre d’Edgar Morin, Mona Ozouf écrivit dans les Annales : « Ce qui le passionne, c’est le mécanisme par lequel il arrive à l’archaïsme lui-même d’engendrer la modernité et à la modernité de prolonger l’archaïsme : cette dialectique est le meilleur du livre164. » En hypertrophiant à ce point le moderne, le sociologue comme l’historienne dans la lecture qu’elle en proposa participèrent, ce faisant, à la mystique du progrès au diapason du discours planificateur et rationalisateur des élites administratives de l’époque sur les transformations nécessaires des campagnes ; des élites qui, en déléguant aux sociologues une part du savoir (et de la prospective) à produire sur la modernité, les conviaient à partager ses dividendes au risque d’en accentuer fortement les traits165. Plozévet fut-il victime du moderne ? Oui, dans le sens où hypostasier le moderne revenait à le dénicher partout. Plozévet devint d’autant plus moderne que la modernité dans ses diverses strates (du paléo ou néo si l’on suit la typologie de Morin166) fut on ne peut plus traquée à l’aune de ce que d’aucuns avaient imaginé : un Plozévet exemplaire d’une société rurale d’un bout de Finistère murée dans ses pratiques anciennes. Non, si l’on considère que le prisme archaïsme/modernité impliqua davantage un questionnement sur les modalités de la métamorphose que la réification d’un partage commode entre les deux termes du binôme. Non, enfin, si l’on consent à soutenir que l’auscultation de la modernisation de cette commune déboucha sur une autre interrogation dont nous aurons essayé de montrer qu’elle fut peut-être, en définitive, le meilleur sésame pour comprendre le fonctionnement de la collectivité : le politique, cette évidence en trompe-l’œil.

Notes

1 Les guillemets seront utilisés pour signaler que nous parlons sous une forme générique – « Plozévet » – des ouvrages nés de l’enquête.

2 Burguière A., « Une enquête collective des années soixante. L’enquête pluridisciplinaire de Plozévet », Advanced Social Research (Kwansei Gakuin University 21st Century COE Program), volume 4, 30 septembre 2006, p. 314-355, p. 347.

3 Parution en 1967 chez Fayard. Les références ultérieures seront extraites de l’édition de poche, Commune en France. La métamorphose de Plozévet, Paris, Le Livre de Poche, 1984.

4 Morin E., The Red and the White : Report from a French Village, New York, Random House, 1970 ; le titre anglais reprenait l’intitulé du chapitre 9.

5 Christian W., The American Journal of Sociology, volume 77, no 1, juillet 1971, p. 167-169, p. 168. Lionel S. Lewis partagea ce point de vue dans une recension pour The French Review (volume 44, no 4, mars 1971, p. 775-776) qui évacuait le politique au profit des aspects qui témoignaient de la modernisation de la société plozévétienne.

6 Nous reviendrons ultérieurement sur le rôle et l’utilisation de ces catégories.

7 Dans leur présentation de la collection d’articles sur Minot, les auteurs soulignèrent que parmi « les lacunes de l’ensemble », le politique avait été omis : Jolas T., Pingaud M.-C., Verdier Y., Zonabend F., Une campagne voisine. Minot, un village bourguignon, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990, p. XI.

8 Dans le sillage des réflexions d’un André Siegfried qui, dans sa préface (1944) à la monographie de Roger Thabault, martelait : « La commune reflète la nation : vous apportez donc une précieuse contribution à l’histoire de la IIIe République, car Mazières, de 1870 à 1914, reflète fidèlement le développement du régime. », Mon village. Ses hommes, ses routes, son école, 1848-1914. L’ascension d’un peuple, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1993 [1943], p. 12.

9 Bois P., Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans la Sarthe, Paris – La Haye, Mouton & Co, 1960 ; version allégée dans la collection Champs chez Flammarion en 1971 (c’est à cette version que nous nous référerons).

10 Vigier P., La Seconde République dans la région alpine. Étude politique et sociale, tome 1 : Les notables (vers 1845-fin 1848), tome 2 : Les paysans (1849-1852), Paris, Presses Universitaires de France, 1963.

11 Agulhon M., La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République, Paris, Plon, 1970.

12 Burguière A., « Les Annales, 1929-1979 », Annales ESC, volume 34, no 6, novembre-décembre 1979, p. 1344-1346, p. 1345-1346.

13 Bertrand Müller rappelle : « Il ne suffit pas de faire bon marché de l’évacuation de l’État, et plus généralement de la politique, des préoccupations géographiques de Febvre, car s’il rejette énergiquement tout primat du politique, il n’oblitère pas la question des rapports entre géographie et politique », Lucien Febvre, lecteur et critique, Paris, Albin Michel, 2003, p. 256.

14 Agulhon M., « Compte rendu », Annales ESC, volume 32, no 2, mars-avril 1977, p. 308-310.

15 Ozouf M., « Une commune de France : Plodémet », Annales ESC, volume 24, no 3, mai-juin 1969, p. 777-781.

16 Hélias P.-J., Le Cheval d’Orgueil. Mémoires d’un Breton du pays bigouden, Paris, Plon, coll. Terre Humaine, 1975, p. 191.

17 Hélias P.-J., Le Quêteur de mémoire. Quarante ans de recherche sur les mythes et la civilisation bretonne, Paris, Plon, coll. Terre Humaine, 1990, p. 190.

18 Pinol J.-L., « L’héritage d’une tradition politique », dans Lequin Y. (dir.), Histoire des Français, XIXe-XXe siècles, volume 3 : Les citoyens et la démocratie, Paris, Armand Colin, 1984, p. 9-169, p. 86.

19 Mendras H., Éléments de sociologie. Une initiation à l’analyse sociologique, Paris, Armand Colin, coll. U, 1969 [1967], p. 53-55.

20 Maho J., Rapport d’enquête sur la diffusion de l’information à Plozévet (Finistère), 1962-1963 pour la première partie et 1967 pour la seconde, p. 10.

21 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, rapport scientifique annuel du CADES pour l’année 1961, mars 1962, p. 7.

22 Petit S., Étude pilote sur Plozévet après trois mois de terrain, 1961, p. 13-14 ; Monographie de Pors Poulhan, village de pêcheurs de la Commune de Plozévet, 1961, p. 59-60.

23 Maho J., « L’enquête multidisciplinaire entreprise dans le Finistère », Revue française de sociologie, volume 4, no 3, 1963, p. 321-325, p. 324.

24 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001, p. 85.

25 Burguière A., « Une enquête collective des années soixante. L’enquête pluridisciplinaire de Plozévet », op. cit., p. 347-348. Appelé à travailler sur l’histoire de la scolarisation, Yves Tyl souligna dès l’introduction de son mémoire que le rapport Kourganoff avait soulevé un coin du voile : « C’est donc le problème scolaire, tel qu’il se pose depuis une soixante d’années, qui lui semble important. Pour l’auteur, l’essentiel de la vie politique réside dans l’opposition entre “rouges” et “blancs”, ou plus exactement, entre blancs et laïques et il montre la coïncidence étroite des idées politiques et des idées religieuses », dans L’instruction à Plozévet de la Révolution à nos jours, 1966, p. 7.

26 Izard M., Parenté et mariage à Plozevet (Finistère), septembre 1963, p. 56.

27 Ibid., p. 58.

28 Le Lannou M., Un Bleu de Bretagne. Souvenirs d’un fils d’instituteur de la IIIe République, Paris, Hachette, 1978. Précisons que Maurice Le Lannou ne fit nullement référence à l’enquête de Plozévet dans cet ouvrage.

29 Rochefort R., « Géographie sociale d’une commune bretonne d’après les délibérations de son conseil municipal », Géocarrefour, volume 42, no 3, 1967, p. 261-304, p. 304. Sur les Le Bail, voir, en particulier, les pages 264-266. Son article reprend la troisième partie du Rapport d’enquête sur les conditions géographiques de la commune de Plozévet (Finistère) effectué en 1962-1963 sous la direction de Maurice Le Lannou, p. 155-210.

30 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441. Elle poursuivait : « Si une histoire des élections vous paraît possible et si vous trouvez un amateur, ce serait prodigieusement intéressant car vous apporteriez enfin une documentation précise sur l’histoire des rapports entre cléricaux et anticléricaux, radicaux et communistes ou socialistes, etc. M. Kourganoff avait, je crois, commencé à creuser la question. Moi-même dans mon étude de géographie sociale de la commune ai présenté, de manière empirique, quelques réflexions, mais seul bien entendu un historien patenté, bénéficiant du temps nécessaire, peut faire en ce domaine quelque chose de sérieux et c’est précisément ce travail que j’appelais dans mon propre rapport. »

31 L’occultation de la dimension essentielle de ce clivage politique à l’intérieur des sociétés rurales intrigue d’autant plus que, comme l’a souligné Rose-Marie Lagrave à partir de son étude sur le village romanesque des années 1950-1960, ce dernier était fort bien décrit dans certains ouvrages contemporains de la RCP de Plozévet ; voir Le village romanesque, Le Paradou, Actes Sud, coll. espace-temps, 1980, p. 159-164.

32 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, rapport de présentation pour la convention no 63 FR 237 de la DGRST du 22 octobre 1963, p. 1.

33 Lui-même membre du CADES.

34 Rappelons que la phase terminale – et historienne – de l’enquête de Plozévet coïncida avec le colloque de 1965 qui permit à Labrousse, entre autres, de formaliser sa vision de l’histoire : « La vérité, c’est qu’une nouvelle histoire sociale commence, en liaison, avec une histoire économique rénovée et une sociologie en plein essor. Et que l’objet de cette histoire, au-delà de l’étude des groupes sociaux et de leurs rapports, est l’étude des rapports entre l’économique, le social et le mental. », dans L’histoire sociale. Sources et méthodes. Colloque de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud (15-16 mai 1965), Paris, Presses Universitaires de France, 1967, p. 5.

35 Voir, à ce propos, la contribution de Philippe Joutard, « L’Introduction à la France moderne et l’histoire des mentalités », dans Mandrou R., Introduction à la France moderne, 1500-1640. Essai de psychologie historique, Paris, Albin Michel, 1998 [1961 et 1974], p. 469-505.

36 Labrousse E., La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution, Paris, Presses Universitaires de France, 1944. N’oublions pas toutefois que Labrousse s’était intéressé au politique dans son article « Géographie du socialisme (13 mai 1849-2 juin 1946) », Revue socialiste, no 2, juin 1946, p. 137-148 ; référence citée dans la bibliographie du rapport d’enquête de Capitan C., La vie politique de la Révolution aux lendemains de la Libération, 1966.

37 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, plan de la recherche historique sur la commune de Plozévet (document non daté ; 1963 vraisemblablement), p. 1.

38 André Burguière donna quitus à cet emboîtement des objets dans son pré-rapport de novembre 1965 en soulignant : « le fait d’établir un calendrier de recherches qui donne priorité à l’étude de l’infrastructure, celle-ci donne aux différentes recherches sur les problèmes culturels qui viennent ensuite, une base et une trame d’explications homogènes », Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4443, Enquête pluridisciplinaire dite de Pont-Croix : pré-rapport de synthèse, p. 71.

39 Concernant les linéaments de l’enquête des historiens, nous renvoyons à la contribution d’André Burguière, « Une enquête collective des années soixante. L’enquête pluridisciplinaire de Plozévet », op. cit.

40 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, groupe d’enquête historique sur la commune de Plozévet (projet de budget pour l’année civile 1965), p. 1. On notera que les cinq rapports pilotés par Mandrou portent la seule mention générique « Partie historique : L’évolution socioculturelle » avant leur déclinaison en fonction des objets étudiés. Rappelons aussi que les cinq chercheurs encadrés par Mandrou avaient été recrutés en dehors du Centre d’études économiques.

41 Selon les termes utilisés dans le projet précité.

42 Mathieu N., L’évolution socio-économique de Plozévet pendant les 150 dernières années, 1820-1960, 1966, p. 324-325. L’introduction donnait des gages quant à la filiation intellectuelle qui servit de cadre à son enquête : « Par la méthode suivie, nous tenons à rattacher notre étude aux travaux des historiens économistes qu’ont influencé “les travaux exemplaires d’Ernest Labrousse”. », p. 5.

43 Gasnault-Beis M.-C., Foi et laïcisme : la paroisse de Plozévet à l’époque contemporaine, 1820-1920, 1966.

44 Tyl Y., L’instruction à Plozévet de la Révolution à nos jours, op. cit.

45 Capitan C., La vie politique de la Révolution aux lendemains de la Libération, op. cit.

46 Ibid., p. 63.

47 Martineau J.-Y., Stourm J.-C., Essai de monographie d’un village breton (Leszavrec) en Plozévet, 1965, p. 97. On lit immédiatement au-dessous du titre du paragraphe : « Pour conclure, nous allons essayer de dégager les traits dominants de la vie politique de Lészavrec. Il semblerait que Lészavrec soit d’une tradition républicaine et bailliste. Plusieurs personnes se posent comme “rouges”. Lészavrec a un représentant au conseil municipal, élu en tant que socialiste (Alain Gueguen). »

48 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, op. cit., p. 310. Les notes méthodologiques attestent que « L’énigme historico-politique » (p. 363) était au cœur des préoccupations du sociologue dès mars 1965.

49 Edgar Morin les mentionne fréquemment dans son Journal de même qu’il rappelle qu’il eut accès à un certain nombre de rapports dont « le prérapport d’ensemble de Burguière », ibid., p. 336.

50 Daté du 19 décembre 1965, le plan provisoire consacrait deux des onze chapitres prévus aux rapports qu’entretenaient les rouges et les blancs avec la modernité.

51 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, enquête historique sur Plozévet (rapport du 15 décembre 1965), p. 5.

52 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plozévet, op. cit., p. 7.

53 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, rapport final d’activité du groupe de recherche historique du 15 décembre 1966, p. 6.

54 Yves Déloye rappelle que la revue consacra, entre 1929 et 1976, moins de 5 % de ses articles à l’histoire politique ; voir Sociologie historique du politique, Paris, La Découverte, 2003 [1997], p. 13.

55 Burguière A., L’École des Annales. Une histoire intellectuelle, Paris, Odile Jacob, 2006, p. 299. Voir, pour une mise en perspective plus large, la contribution d’Yves Déloye et Bernard Voutat, « Entre histoire et sociologie : l’hybridation de la science politique », dans Déloye Y., Voutat B., Faire de la science politique. Pour une analyse socio-historique du politique, Paris, Belin, 2002, p. 7-24.

56 Jollivet M., « Comment se fait la sociologie : à propos d’une controverse en sociologie rurale », Sociétés contemporaines, no 49-50, 2003, p. 43-61, p. 49.

57 Mendras H., Sociologie de la campagne française, Paris, Presses Universitaires de France, coll. Que sais-je ?, 1959, p. 101.

58 Jollivet M., « Un temps fort de la sociologie rurale française », Études rurales, no 183, janvier-juin 2009, p. 67-82.

59 Henri Mendras souligna : « C’est sans doute le système politique qui donnera sa dimension au sur-système global : on peut en effet avancer l’hypothèse qu’un groupe relativement nombreux a une certaine unité s’il se formule des choix collectifs en termes politiques et s’il a une organisation pour en débattre et en décider. », Revue française de sociologie, volume 6, no 1, 1965, p. 16-32, p. 23.

60 Kourganoff M., « Instruments d’enquête utilisés pour les études sur le terrain », ibid., p. 136-147, p. 147 en particulier.

61 Eizner N., Cristin M., « Premières hypothèses comparatives sur trois monographies », ibid., p. 55-73 ; Maho J., Cristin M., « Visions de la société et groupes d’opinions dans un village creusois », ibid., p. 96-104.

62 Mendras H., La Fin des paysans, Arles, Actes Sud, coll. Babel, 1992 [1967], p. 363.

63 On se référera aux mémoires de Mendras H., Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud, 1995, p. 135-152 en particulier. Voir aussi Debroux J., « Une association pour “organiser” les études rurales, l’Association des Ruralistes Français », L’homme et la société, no 154, octobre-décembre 2004, p. 199-219 ; Alphandéry P., Sencébé Y., « L’émergence de la sociologie rurale en France (1945-1967) », Études rurales, no 183, janvier-juin 2009, p. 23-40.

64 Mendras H., La Fin des paysans, op. cit., p. 34.

65 Mendras écrivit dans son chapitre introductif (p. 23-35) intitulé « diversité des sociétés rurales françaises » : « C’est en effet probablement au niveau de la société villageoise que la formation des attitudes politiques s’explique le mieux ; des monographies sur des villages représentatifs de divers types ainsi que sur des régions de contact entre deux types de sociétés permettraient d’analyser les mécanismes de cette formation. », dans Fauvet J., Mendras H., Les paysans et la politique dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, 1958, p. 26.

66 Voir l’article de Pierre Cornu, « Lucien Gachon : un itinéraire entre géographie rurale et littérature agreste », Ruralia, no 12-13, 2003, p. 123-137.

67 « Nos villages, nous l’avons dit, se divisent presque toujours en deux clans : les rouges et les blancs, les républicains et les réactionnaires, les partisans de l’instituteur et ceux du curé », dans Mendras H., Sociologie de la campagne française, op. cit., p. 113.

68 Gachon L., « L’arrondissement d’Ambert », dans Fauvet J., Mendras H., Les paysans et la politique dans la France contemporaine, op. cit., p. 389-429, p. 411. Notons au passage, que l’étude que Lucien Gachon consacra à « Une commune rurale d’Auvergne du XVIIIe au XXe siècle, Brousse-Montboisier » (1939) est mentionnée parmi les cinq monographies qu’utilisa Nicole Mathieu pour son rapport sur L’évolution socio-économique de Plozévet pendant les 150 dernières années, 1820-1960, op. cit., p. 31.

69 Mendras H., Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, op. cit., p. 236.

70 Mendras H., Études de sociologie rurale, Novis et Virgin, Paris, Armand Colin, 1953.

71 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, rapport scientifique annuel du CADES pour l’année 1961, mars 1962, p. 11.

72 Mendras H., Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, op. cit., p. 235-236.

73 Voir, par exemple, l’article de Masson P., « Le financement de la sociologie française : les conventions de recherche de la DGRST dans les années soixante », Genèses, no 62, mars 2006, p. 110-128.

74 Blondiaux L., La fabrique de l’opinion. Une histoire sociale des sondages, Paris, Le Seuil, 1998, p. 307.

75 L’introduction du premier tome que François Goguel consacra à La politique des partis sous la IIIe République, 1871-1932, Paris, Le Seuil, 1946, avait pour titre « Idées et tempéraments politiques » (p. 25). Concernant les critiques apportées dès 1955 par Raymond Aron sur l’orientation de la science politique d’alors dans un sens qui privilégiait la géographie et la psychologie sociale, on se reportera à son article, « Réflexions sur la politique et la science politique française », repris dans Études politiques, Paris, Gallimard, 1972, p. 300-314, p. 308-311 en particulier.

76 Mendras H., Éléments de sociologie. Une initiation à l’analyse sociologique, op. cit., p. 34.

77 Les trois références figurent dans la bibliographie de La Fin des paysans, op. cit., p. 413-424.

78 Tyl Y., L’instruction à Plozévet de la Révolution à nos jours, op. cit., p. 106.

79 L’ouvrage de Thabault est cité aussi bien dans le mémoire de Nicole Mathieu que dans celui de Colette Capitan.

80 Hoffmann S., « Note bibliographique », Revue française de science politique, volume 7, no 4, 1957, p. 951-953.

81 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, op. cit., p. 233.

82 Burguière A., Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1977 [1975], p. 333-334. Il reprenait à son compte la filiation dont Laurence Wylie avait fait part en évoquant le travail de Bernot et Blancard dans la généalogie de sa propre enquête ; voir, sur ce point, Un village du Vaucluse, Paris, Gallimard, 1979 [1968 pour la première traduction française ; 1957 pour la première publication en anglais], p. 9-10.

83 Thabault R., Mon village. Ses hommes, ses routes, son école. 1848-1914. L’ascension d’un peuple, op. cit., p. 188.

84 Bernot L., Blancard R., Nouville : un village français, Paris, Institut d’ethnologie, 1953, p. 240-246, 258-262 et 287. Signalons que, dans leur avant-propos, les auteurs remercièrent Lucien Febvre qui leur avait assigné Nouville pour territoire d’enquête.

85 Wylie L., Un village du Vaucluse, op. cit., p. 252.

86 Voir, par exemple, l’analyse de l’élection législative de juin 1951, ibid., p. 263-275.

87 Pour reprendre le titre d’un chapitre de la contribution de Stanley Hoffmann intitulée « Paradoxes de la communauté politique française » et publiée dans l’ouvrage collectif de Hoffmann S., Kindleberger C. P., Wylie L., Pits J. R., Duroselle J.-B., Goguel F., A la recherche de la France, Paris, Le Seuil, 1963 [1963, aussi, pour la version américaine], p. 13-138, p. 17. On signalera qu’en plus de Peyrane, le lecteur français disposait, au moment où l’enquête de Plozévet battait son plein, d’informations sur le nouveau terrain de Laurence Wylie, Chanzeaux, puisque sa contribution portait sur une comparaison entre les deux villages à travers la question du changement (social et politique) : « Transformation et permanence de la structure sociale française », p. 187-284.

88 Burguière A., « Une enquête collective des années soixante. L’enquête pluridisciplinaire de Plozévet », op. cit., p. 348-350.

89 Bois P., Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans la Sarthe, op. cit. ; Tilly C., La Vendée. Révolution et contre-révolution, Paris, Fayard, 1970 [1964]. Pour une lecture de ces travaux dans un cadre historiographique, voir : Dupuy R., La politique du peuple, XVIIIe-XXe siècle. Racines, permanences et ambiguïtés du populisme, Paris, Albin Michel, 2002, p. 65-68.

90 Dans sa bibliographie, Yves Tyl nota : « Paul Bois. La politique et l’enseignement primaire dans l’Ouest, in Annales (n’a pas été repris dans les “Paysans de l’Ouest”, Très intéressant) (Annales, 1954) », dans L’instruction à Plozévet de la Révolution à nos jours, op. cit., p. 239.

91 Burguière A., Enquête pluridisciplinaire dite de Pont-Croix : pré-rapport de synthèse, p. 78-79 (Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4443).

92 Goguel F., « Note bibliographique », Revue française de science politique, volume 11, no 4, 1961, p. 983-987, p. 986.

93 Colette Capitan et Yves Tyl le citèrent dans leur bibliographie. André Burguière y fait aussi référence dans ses Bretons de Plozévet, op. cit., p. 208-209.

94 Il serait faux de penser que les frontières disciplinaires – que l’on a l’habitude de réifier a posteriori et en fonction de certains témoignages – empêchaient certains transferts, ainsi que l’atteste le compte rendu du livre de Bois par Goguel auquel nous avons fait allusion un peu plus haut.

95 Favre P., Naissances de la science politique en France (1870-1914), Paris, Fayard, 1989, p. 344-345.

96 Ce que souligna Emmanuel Le Roy Ladurie dans la longue lecture des Paysans de l’Ouest qu’il fit, en 1972, pour Communications : « Événement et longue durée dans l’histoire sociale : l’exemple chouan », repris dans Le territoire de l’historien, Paris, Gallimard, coll. Tel, 1977 [1973], p. 169-186, p 174.

97 André Siegfried mit en garde : « Les termes d’Extrême-Droite, de Droite, Centre, Gauche, Extrême-Gauche désignent à peu près constamment les mêmes réalités […]. Aussi me suis-je attaché, au cours de ce livre, à qualifier autant que possible les gens et les partis selon la position occupée par eux dans un amphithéâtre parlementaire idéal. », dans Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, Imprimerie nationale, 1995 [1913], p. 48. Rares sont les occurrences qui firent appel aux couleurs : page 144, à propos de la Vendée des « bleus » et des « blancs » ; page 230, à propos d’une Cornouaille qui « à travers les vicissitudes politiques du XIXe siècle » était restée « bleue ».

98 Paul Bois souligna : « Le mot de chouan entre dans l’usage [après la Révolution] pour plus d’un siècle, coloré d’exécration pour les uns, nimbé d’héroïsme pour les autres. Une idéologie est née. », dans Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans la Sarthe, op. cit., p. 359.

99 Le Roy Ladurie E., « Événement et longue durée dans l’histoire sociale : l’exemple chouan », op. cit., p. 185. Voir, aussi, la lecture que firent Antoine Casanova et François Hincker de l’événement à partir, entre autres références, du livre de Paul Bois, dans leur introduction à Aujourd’hui l’histoire, Paris, Éditions Sociales, 1974, p. 26.

100 Gasnault-Beis M.-C., Foi et laïcisme : la paroisse de Plozévet à l’époque contemporaine, 1820-1920, op. cit., p. 17-18.

101 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plozévet, op. cit., p. 52.

102 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 209.

103 André Siegfried avait déjà attiré l’attention sur les fonctions mémorielles dans la vitalité des clivages intracommunaux ; voir son Tableau politique de la France de l’Ouest, op. cit., p. 598.

104 Higonnet P. L., The Journal of Modern History, volume 44, no 2, juin 1972, p. 273-275, p. 274 et 275.

105 Voir l’article documenté de Briquet J.-L, Sawicki F., « L’analyse localisée du politique. Lieux de recherche ou recherche de lieux ? », Politix, no 7, 1989, p. 6-16. On notera que les deux « Plozévet » ne sont jamais mentionnés.

106 Hervieu B., Vial A., « L’Église catholique et les paysans », dans Tavernier Y., Gervais M., Servolin C. (dir.), L’univers politique des paysans dans la France contemporaine, Paris, Armand Colin, 1972, p. 291-315, p. 296.

107 Le Roy Ladurie E., « Préface », dans Berger S., Les paysans contre la politique. L’organisation rurale en Bretagne, 1911-1974, Paris, Le Seuil, 1975 [1972], p. 7-20, p. 9.

108 Berger S., Les paysans contre la politique. L’organisation rurale en Bretagne, 1911-1974, op. cit., p. 187-189.

109 Grémion P., Le pouvoir périphérique. Bureaucrates et notables dans le système politique français, Paris, Le Seuil, 1976, p. 474.

110 Weber E., La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale (1870-1914), Paris, Fayard, 1983 [1976], p. 94, 425, 457, 476, 656, 675, 679, 735, 738 et 763.

111 Agulhon M., « Attitudes politiques », dans Duby G., Wallon A., Histoire de la France rurale, tome 3 : Apogée et crise de la civilisation paysanne de 1789 à 1914, Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 1992 [1976], p. 469-501, p. 474 pour la citation et p. 474-475 pour l’analyse.

112 Rémond R. (dir.), Pour une histoire politique, Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 1996 [1988].

113 Moulin A., Les paysans dans la société française de la Révolution à nos jours, Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 1992 [1988], p. 214.

114 Burguière A., Revel J., Histoire de la France, volume 3 : Les Conflits (Julliard J., dir.), Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 2000 [1990].

115 Vovelle M., La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, La Découverte, 1992.

116 Pécout G., « La politisation des paysans au XIXe siècle. Réflexions sur l’histoire politique des campagnes françaises », Histoire et Sociétés Rurales, no 2, 2e semestre 1994, p. 91-125.

117 Berstein S., Contamine P., Winock M. (dir.), Histoire de la France politique, tome 3 : L’Invention de la démocratie, 1789-1914 (Serge Berstein et Michel Winock, dir.), Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 2008 [2002].

118 Lejeune D., La peur du « rouge » en France. Des partageux aux gauchistes, Paris, Belin, 2003.

119 La très abondante bibliographie qui faisait suite au point de vue de Gilles Pécout sur « Les Campagnes dans l’évolution socio-politique de l’Europe (1830-fin des années 1920). France, Allemagne, Espagne et Italie » n’inclut ni le Morin ni le Burguière ; voir Histoire et Sociétés Rurales, no 23, 1er semestre 2005, p. 11-64, et no 24, 2e semestre 2005, p. 123-170.

120 Et l’on trouverait alors des références à l’un ou l’autre des deux ouvrages, ce qui atténuerait le constat sans le démentir… Un exemple : dans une note infrapaginale concernant les « dynamiques concrètes de production de réseaux », Daniel Cefaï signale à l’intérieur de sa contribution intitulée « Expérience, culture et politique » : « E. Morin, Commune en France. La métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, 1967, pour un travail précurseur d’anthropologie historique des réseaux sociaux et politiques », dans Cultures politiques (Cefaï D., dir.), Paris, Presses Universitaires de France, 2001, p. 93-116, p. 109.

121 Déloye Y., Voutat B., « Entre histoire et sociologie : l’hybridation de la science politique », op. cit., p. 11-14.

122 « La personnalité plodémétienne » est le titre du troisième chapitre de l’ouvrage d’Edgar Morin, Commune en France. La métamorphose de Plozévet, op. cit., p. 47.

123 Les cinq références aux « Plozévet » (p. 28, 89, 311, 383 et 393) dans l’ouvrage de Patrick Pierre, Les Bretons et la République. La construction de l’identité bretonne sous la Troisième République, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, accréditent volontiers cette thèse. Inspirées des deux opus issus de la RCP, les pages que consacra Jean-Jacques Monnier à « l’incrustation de la gauche bigoudène », dans le cadre d’un travail de sociologie électorale très classique, vont aussi dans le même sens ; voir Le comportement politique des Bretons (1945-1994), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1994, p. 201-202. En revanche, les « Plozévet » ne firent pas partie des références de Lacoste Y. (dir.), Géopolitiques des régions françaises, tome 2 : La façade occidentale, Paris, Fayard, 1986.

124 Maurice Agulhon écrivit, par exemple, dans sa contribution intitulée « La mairie. Liberté, Égalité, Fraternité » : « Les ethnologues qui ont récemment étudié l’Aubrac nous ont appris qu’en ces confins oubliés de l’Aveyron et de la Lozère il y avait quelques villages où alternaient à la mairie des “rouges” et des “blancs” », dans Les lieux de mémoire (Nora P., dir.), volume 1 : La République, Paris, Gallimard, 1984, p. 167-193, p. 174.

125 Le mystère reste entier. Les archives Mandrou (Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441) contiennent les épreuves d’un article critique à paraître dans la Revue Historique intitulé « À propos d’un microcosme breton en mutation : Problèmes de méthodes pluridisciplinaires » (tampon du 31 décembre 1970). Si l’on se réfère aux numéros de la revue publiés entre 1970 et 1973, force est de constater que cet article ne parut pas – pour des raisons que nous ignorons. Voir aussi, à ce propos, les échanges épistolaires de Robert Mandrou avec l’équipe des historiens auxquels il avait demandé de lister les imperfections et les erreurs contenues dans le livre de Morin afin d’élaborer son article.

126 Lacroix B., « Ordre politique et ordre social. Objectivisme, objectivation et analyse politique », dans Grawitz M., Leca J., Traité de science politique, volume 1 : La science politique science sociale. L’ordre politique, Paris, Presses Universitaires de France, 1985, p. 469-565, p. 565.

127 Un retournement de tendance si l’on veut bien se rappeler que Maurice Agulhon salua dans son compte rendu des Bretons de Plozévet (Annales ESC, 1977) la « revalorisation épistémologique de la bonne vieille monographie », op. cit., p. 308.

128 Abélès M., « Le rationalisme à l’épreuve de l’analyse », dans Revel J. (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard – Le Seuil, 1996, p. 95-111, p. 97-98.

129 Sainclivier J., La Bretagne de 1939 à nos jours, Rennes, Ouest-France, 1989.

130 Geslin C., Sainclivier J., La Bretagne dans l’ombre de la IIIe République (1880-1939), Rennes, Ouest-France, 2005, p. 418.

131 Cornette J., Histoire de la Bretagne et des Bretons, tome 2 : Des Lumières au XXIe siècle, Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 2008 [2005], p. 285 et 429.

132 Dans un ouvrage récent, Emmanuel Le Roy Ladurie a écrit : « Pour les amateurs de structures sous-jacentes, la monographie n’a rien perdu de son charme, ni le village de son éclat. Le Plozevet d’Edgar Morin et d’André Burguière, en baie d’Audierne et pays bigouden, demeure, à ce point de vue, l’escale obligée, à qui souhaite jeter l’ancre dans la Bretagne authentique, tant rurale que postrurale. », dans : Histoire de France des régions. La périphérie française des origines à nos jours, Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 2005 [2001], p. 95. Dans un livre tout aussi récent, Yves Déloye accorde, en revanche, la priorité aux souvenirs de Pierre-Jakez Hélias ; voir Les voix de Dieu. Pour une autre histoire du suffrage électoral : le clergé catholique français et le vote (XIXe-XXe siècle), Paris, Fayard, 2006, note 105, p. 338.

133 Marache C., « La responsabilisation politique du monde paysan dans les campagnes françaises (1830-1930) », Parlement[s], no 5, 2006, p. 73-90.

134 Au succès que l’on connaît… Déguignet J.-M., Histoire de ma vie. L’intégrale des Mémoires d’un paysan bas-breton, Le Relecq-Kerhuon, An Here, 2001.

135 Fabre D., « L’Histoire a changé de lieux », dans Bensa A., Fabre D. (dir.), Une histoire à soi. Figurations du passé et localités, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2001, p. 13-41.

136 Même si Thierry Glon rappelle que « La rivalité des Rouges et des Blancs représente bien l’équilibre difficile qui caractérise ce projet d’ethnologie de l’intérieur où le photographe veut être sur la photographie. », on soulignera que son travail repose exclusivement sur les souvenirs de l’auteur du Cheval d’Orgueil ; voir « Têtes rouges et culs blancs – Les Rouges et les Blancs dans les mémoires de Pierre-Jakez Hélias », dans Balcou J., Provost G., Tranvouez Y. (dir.), Les Bretons et la Séparation, 1795-2005, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006, p. 303-314, p. 313.

137 Cette hypothèse nous paraît d’autant plus admissible qu’un livre récent l’accrédite amplement. Universitaire, « fils de ploucs », ainsi qu’il s’est décrit lui-même, et mémorialiste à succès, Jean Rohou a publié récemment une variante de ce qui pourrait s’apparenter à un ricochet léonard du Cheval d’Orgueil. Soucieux de mettre à distance la société qui le vit naître pour mieux s’y replonger, l’enfant de Plougourvest (nord du Finistère) – dont la quatrième de couverture du second tome stipule : « Fils de petits paysans, Jean Rohou a appris le français à l’école ; il est devenu professeur d’université de première classe, et spécialiste reconnu de Racine et du “Grand Siècle” » – a consacré quelques pages au « Plozévet » de Morin. Le constat est sans appel : « De telles indélicatesses ont dû être fréquentes chez la centaine d’enquêteurs qui s’est abattue sur Plozévet de 1961 à 1967. Ils ont parfois présenté les gens comme des arriérés, parce qu’ils les regardaient d’un point de vue inadéquat : celui de Parisiens. Dans leur très grande majorité, ils ignoraient le breton, langue principale de la partie la plus singulière de la population : cela nuisait gravement à la qualité scientifique d’un travail qu’on a beaucoup trop vanté. Car ils ne pouvaient pénétrer l’esprit de ces personnes sans déperditions et déviations, d’autant plus que les indigènes, pas du tout habitués à de telles rencontres, et se sentant espionnés, étaient souvent réticents. », Fils de ploucs, tome 2 : La langue, l’école, Rennes, Ouest-France, 2007, p. 131. En guise de relecture, la relégation du discours scientifique sur l’autel de la dénonciation d’un impérialisme culturel sonne comme l’aveu on ne peut plus explicite de ce retournement de tendance à l’œuvre que l’on a cru discerner plus haut.

138 Ormières J.-L., « Les rouges et les blancs », dans Les lieux de mémoire (Pierre Nora, dir.), volume 3 : Les France, tome 1 : Conflits et partages, Paris, Gallimard, 1992, p. 231-273. On notera que, dans les références, les livres de Morin et de Burguière épaulent celui de Pierre-Jakez Hélias et vice versa. Même constat pour un autre de ses ouvrages, Politique et religion en France, Bruxelles, Complexe, 2002 (références à la bipartition plozévétienne pages 148, 150 et 200).

139 Arch. nationales, Fonds Robert Mandrou, AB XIX 4441, lettre et note critique du 15 mars 1970.

140 Un exemple de cette essentialisation sous la plume de Burguière décrivant la situation politique de la commune avant l’arrivée des Le Bail : « La personnalité politique de Plozévet qui s’est déjà fortement singularisée ne s’est pas encore “partagée” : le rouge et le blanc y sont encore mêlés », dans Bretons de Plozévet, op. cit., p. 239.

141 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plozévet, op. cit., p. 30.

142 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 28.

143 Agulhon M., « Les couleurs dans l’histoire récente », dans Histoire vagabonde, tome 3 : La politique en France, d’hier à aujourd’hui, Paris, Gallimard, 1996, p. 170-188 ; voir aussi Pigenet M., « Le vocabulaire des couleurs dans l’identité politique et sociale. L’exemple du Cher au XIXe siècle », Ethnologie française, volume 20, no 4, octobre-décembre 1990, p. 399-409.

144 Raymond Huard note : « Entrer dans le monde méditerranéen et rhodanien, c’est pénétrer dans des pays où l’affrontement politique a revêtu des formes passionnées et violentes, où les forces politiques sont bien dessinées : “blancs et rouges” (ces qualificatifs sont présents dans le Var dès 1843) et occasionnellement “bleus”, qualificatif qui désigne aussi bien le juste milieu orléaniste que le bonapartisme. », dans Berstein S., Contamine P., Winock M. (dir.), Histoire de la France politique, tome 3 : L’Invention de la démocratie, 1789-1914, op. cit., p. 278.

145 Favre P., Naissances de la science politique en France (1870-1914), op. cit., p. 279-283.

146 Grenadou E., Prévost A., Grenadou paysan français, Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 1978 [1966], p. 59.

147 André Burguière n’omit pas de le souligner dans ses Bretons de Plozévet, op. cit., p. 208.

148 On prendra deux exemples. Edgar Morin, tout d’abord, en ouverture de son chapitre consacré au politique : « La bipartition blanc-rouge a son origine dans l’antagonisme entre les possédants et la plèbe agricole, les “gros” et les “petits”. Les gros détenaient le pouvoir économique et politique, disposaient du soutien et de la justification de l’Église, formaient une société close. Les petits ont mené contre les gros une lutte de libération économique, d’émancipation politique, de promotion sociale. Cette lutte paysanne s’est trouvée dynamisée, saisie, emportée, métamorphosée dans la guerre civile de cent ans, née de la révolution française, où monarchie et république furent les figures de proue des deux siècles qui se disputèrent le XIXe siècle, des deux mondes qui se disputèrent la France, des deux France qui se disputèrent la petite commune du bout des terres. […] Aujourd’hui encore, le rouge et le blanc témoignent d’une adhésion à deux ethnies politiques. Aujourd’hui encore, la ligne de rupture se situe au divorce de la laïcité – là où le bipartisme est devenu bipartition. Aujourd’hui encore, rouge et blanc ont conservé en halo leur ancien sens totalitaire. », dans Commune en France. La métamorphose de Plozévet, op. cit., p. 253-255 ; André Burguière, ensuite, à propos du « parti blanc » : « Sa naissance tardive le voue à un destin de minoritaire. Ce n’est pas un corps politique rival, autonome, c’est un anticorps sécrété par le milieu plozévétien pour réagir contre le virus rouge et aussi pour le nourrir. Face au baillisme qui revendique pour lui seul l’aventure politique de la commune, ses traditions démocratiques, son adhésion zélée, jugée par d’autres impies, au gouvernement révolutionnaire et à l’Église constitutionnelle, le parti blanc se place d’emblée à contre-courant de la dynamique communale. Il s’exclut du passé de la commune et risque à tout moment de s’exclure du présent. », dans Bretons de Plozévet, op. cit., p. 238.

149 On signalera que Paul Bois utilisa très peu les couleurs pour qualifier les camps ; quand il le fit, c’est le « rouge » qui l’emporta : Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans la Sarthe, op. cit., p. 42. En revanche, la Bretagne révolutionnaire de Roger Dupuy est bleue : De la Révolution à la chouannerie. Paysans en Bretagne, 1788-1794, Paris, Flammarion, 1988. L’ouvrage de synthèse de Michel Denis et Claude Geslin propose, quant à lui, de lire le clivage politique dans la Bretagne des deux premiers tiers du XIXe siècle sous la forme d’un affrontement récurrent entre blancs et bleus : La Bretagne des Blancs et des Bleus (1815-1880), Rennes, Ouest-France, 2003.

150 Morin nota dans son carnet d’enquête : « Faudra-t-il introduire le concept de bleu dans l’enquête pour définir tout ce qui est au-delà du rouge et du blanc, tandis que le concept de rose définirait le blanc et le rouge tassé qui ont déteint l’un sur l’autre, affadis ? », dans Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, op. cit., p. 155. Voir, aussi, son Commune en France. La métamorphose de Plozévet, op. cit., p. 308-311.

151 Il est intéressant de constater l’abrasion du qualificatif rouge au profit du qualificatif bleu dans les pages que consacre David Bensoussan aux significations de ce clivage dans le cadre de la politisation du monde rural au début du XXe siècle ; voir Combats pour une Bretagne catholique et rurale. Les droites bretonnes dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard, 2006, p. 212-215.

152 Lagrée M., Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992, p. 130.

153 Lagrée M., Mentalités, religion et histoire en Haute-Bretagne au XIXe siècle. Le diocèse de Rennes, 1815-1848, Paris, Klincksieck, 1977, p. 79-91.

154 Dupuy R., « Les Bleus de Bretagne (1789-1801), essai de typologie socio-politique », dans Les Bleus de Bretagne de la Révolution à nos jours. Actes du colloque de Saint-Brieuc-Ploufragan, 3-5 octobre 1990, textes recueillis par Alain Droguet, Saint-Brieuc, Fédération « Côte-du-Nord 1989 », 1991, p. 189-195, p. 195.

155 Lucas M., « À propos d’un cacique radical et bigouden : Georges Le Bail », dans Études sur la Bretagne et les pays celtiques. Mélanges offerts à Yves Le Gallo, Brest, Centre de Recherche Bretonne et Celtique, 1987, p. 325-352, p. 339. L’auteur écrivait plus loin : « Pour le reste des affirmations de l’auteur de “Bretons de Plozévet”, tout y est faux de A jusqu’à Z. On s’interroge avec beaucoup d’étonnement sur l’origine d’un tel tissu de contre-vérités. », p. 346.

156 Voir, par exemple, Abélès M., Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Odile Jacob, 1989.

157 Chiva I., « L’ethnologie de la France rurale il y a trente ans », Ethnologie française, no hors-série : Jean Cuisenier : itinéraire d’un chercheur et questions pour l’ethnologie, 2007, p. 103-107.

158 Pelras C., Goulien, commune bretonne du Cap Sizun. Entre XIXe siècle et IIIe millénaire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001 [1966 pour la première partie], p. 280-281 et 288-289.

159 Évoquant, a posteriori, le modèle plozévétien, André Burguière a souligné de nouveau : « Transformant les rivalités présentes en divisions héritées, il [le partage entre rouges et blancs] assure, par la sacralisation des guerres d’hier, la cohésion de la communauté actuelle. », dans « Une enquête collective des années soixante. L’enquête pluridisciplinaire de Plozévet », op. cit., p. 352. On notera, par ailleurs, que la référence aux Bretons de Plozévet dans la conclusion du livre de Patrick Le Guirriec n’est pas fortuite ; voir Le pouvoir en campagne. Formes locales du politique en Bretagne, Rennes, Apogée, 1994, p. 133.

160 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plozévet, op. cit., p. 61.

161 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 220.

162 Joana J., « Par-delà les notables. Une socio-histoire des espaces politiques locaux sous la IIIe République en question », dans Déloye Y., Voutat B., Faire de la science politique. Pour une analyse socio-historique du politique, op. cit., p. 137-154.

163 Voir l’étude classique de Phélippeau É., L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République, Paris, Belin, 2002.

164 Ozouf M., « Une commune de France : Plodémet », op. cit., p. 778.

165 Rendant compte de l’ouvrage de Burguière, Marc Nouaille avait déjà souligné : « À la vision optimiste d’une commune tournée vers le progrès technique et économique et l’embourgeoisement de ses habitants rapportée par le sociologue [Edgar Morin], l’historien oppose une analyse beaucoup plus nuancée, notamment quant au devenir des agriculteurs. Sans doute faut-il y voir un signe de l’évolution du temps et des idées, le premier écrivant dans l’euphorie des espoirs suscités par l’intégration économique, et reprenant à son compte les positions modernistes et technicistes du CNJA, alors que le second fait observer que les effets de la concentration des terres, du remembrement et de la modernisation agricole n’ont profité qu’à quelques-uns des cultivateurs parmi les mieux nantis contribuant à appauvrir les autres. », Revue française de sociologie, volume 18, no 3, juillet-septembre 1977, p. 526-528, p. 527-528.

166 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, op. cit., p. 204.

Auteur

Historien, maître de conférences en histoire contemporaine, Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO), UMR CNRS 6258, Université de Bretagne-Sud, Lorient ; chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), EA 4451, Université de Bretagne Occidentale, Brest.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540