Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En France rurale

 | 
Jean-François Simon
, 
Bernard Paillard
, 
Laurent Le Gall

Prolongements

Plozévet comme monographie communale

François Ploux

Texte intégral

  • 1 Gessain R., « Introduction au cahier no 5 », Cahiers du Centre de recherches anthropologiques, no (...)

1Ainsi que l’indique le titre de la plupart des mémoires dactylographiés, articles de revues et travaux de synthèse rédigés ou publiés dans le cadre de l’enquête sur Plozévet, mais aussi et d’abord l’intitulé même de cette enquête, Plozévet fut une étude de commune. Une commune de 3 500 habitants arpentée, cinq années durant, par des dizaines de chercheurs représentant un éventail exceptionnellement large de disciplines : l’ethnologie, la sociologie, la géographie, l’histoire, la psychologie, la géologie, la biologie furent mises à contribution. Et même, à l’occasion, la statistique ou les mathématiques1.

  • 2 Général Villabet, « Un plan d’études », Bulletin mensuel des sociétés des lettres, sciences et art (...)

2À vrai dire, l’idée d’étudier une localité rurale dans toutes ses dimensions n’était pas totalement neuve en ce début des années 1960. Pour les érudits qui, dans le courant du XIXe siècle, inventèrent en France le concept de « monographie communale », une bonne, une vraie monographie devait tout embrasser. Certains plans d’étude élaborés à leur intention témoignent de cette ambition démesurée. Pour ne citer qu’un seul exemple, un membre éminent de la Société des lettres de Bar-le-Duc proposait en 1913 aux amateurs de monographies de village d’aborder les thèmes suivants, « Géologie. – Paléontologie. – Minéralogie. – Préhistoire. – Histoire. – Archéologie. – Flore. – Coutumes. – Légendes. – Traditions. – Folklore. – Industries anciennes et modernes. – Agriculture (méthodes anciennes et actuelles) » ; il terminait cette énumération par un énigmatique et cætera2. Et la table des matières de maintes monographies révèle la prégnance de cet idéal encyclopédique.

3En revanche, la dimension collective de l’enquête sur Plozévet constitue l’une des grandes originalités du projet. Jusqu’alors, la monographie de commune, du fait de la taille extrêmement réduite de l’objet étudié, était plutôt perçue comme le type même de recherche à la mesure d’un chercheur travaillant seul. Toutefois, ce n’est pas tellement sur cet aspect de la question que nous nous attarderons. Après une série d’hypothèses susceptibles d’éclairer le choix qui fut fait d’une enquête confinée dans les limites d’une commune, nous voudrions évoquer, sur la base de cet exemple, quelques-uns des problèmes que ne manque pas de soulever une telle option méthodologique. Ce qui suppose de situer Plozévet dans l’histoire française de la monographie de commune.

L’évidence d’un choix

  • 3 Chiva I., « À propos des communautés rurales. L’ethnologie et les autres sciences de la société », (...)
  • 4 Avec beaucoup de justesse par Patrick Champagne, « La restructuration de l’espace villageois », Ac (...)
  • 5 Bernot L., Blancart R., Nouville : un village français, Paris, Éditions des archives contemporaine (...)

4Isac Chiva observait naguère que la monographie de village avait acquis dans le domaine de l’ethnologie et de la sociologie rurales le statut d’exercice obligé se passant pratiquement de justification théorique3. Dans les années 1960-1970, réaliser une monographie communale allait de soi. Sans doute, la pertinence de la formule n’a-t-elle cessé d’être discutée4. Mais il est très révélateur que certains auteurs de monographies publiées après la Seconde Guerre mondiale consacraient davantage de temps à justifier le choix de la localité finalement sélectionnée parmi les quelque trente-six mille possibilités offertes au chercheur travaillant sur l’espace français qu’à démontrer le bien-fondé de cette méthode d’investigation (la préface de Claude Lévi-Strauss à la réédition de la monographie de Nouville ou celle de Laurence Wylie à son travail sur Roussillon sont à cet égard très éclairantes5).

  • 6 Gessain R., « Préface » à Burguière A., Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1977 (...)
  • 7 Ibid. Voir aussi Gessain R., « Introduction au cahier no 5 », op. cit.
  • 8 « Les frontières administratives de la commune servirent de cadre à toutes nos études et non pas, (...)

5Cependant, l’objectif initial des promoteurs de la grande enquête sur Plozévet était d’étudier un « isolat français6 » plutôt qu’une commune ou qu’une paroisse, une « petite population endogame7 » plutôt qu’une communauté inscrite dans les limites d’une circonscription administrative. Suggérons quelques hypothèses pour tenter d’expliquer comment a pu s’opérer ce glissement qui, semble-t-il, n’a suscité de regrets qu’a posteriori8.

De l’isolat à la commune

  • 9 Sutter J., Tabah L., « Les notions d’isolat et de population minimum », Population, 6e année, no 3 (...)
  • 10 Gessain R., « Préface » à Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 6.
  • 11 Sutter J., Tabah L., « Les notions d’isolat et de population minimum », op. cit., p. 485. Une rema (...)

6Il me semble que cette inflexion qu’a subie l’enquête aux premiers stades de son développement était en germe dans les travaux de démographie dont Plozévet fut, au point de départ, une excroissance. Reportons-nous aux différents articles que Jean Sutter a publiés dans la revue Population entre 1951 et 19689 (on sait que si le choix de Robert Gessain, d’abord tenté par un terrain montagnard, s’est finalement porté sur une localité du pays bigouden, c’est parce que Jean Sutter achevait alors la mesure des taux de consanguinité dans les communes du Finistère10). L’idée d’une coïncidence entre la commune et l’isolat est déjà bien présente dans ces travaux. Elle est d’abord l’expression d’un présupposé : les villages de l’Europe préindustrielle auraient constitué des totalités hermétiques, repliées sur elles-mêmes, coupées du monde environnant. Dans l’introduction de son article de 1951 consacré à « la notion d’isolat et de population minimum », Sutter, s’efforçant d’illustrer par un exemple concret en quoi pourrait consister un isolat démographique, évoque les villages de la « vieille Europe » : « La notion d’isolat s’illustre facilement, si l’on se représente l’existence des habitants des villages de la vieille Europe, avant l’ère industrielle. La difficulté des communications favorisait peu les échanges. De village à village les populations étaient souvent hostiles. Les perspectives de mariage étaient limitées, […] cette situation imposait, semble-t-il, à ces populations une endogamie étroite11. »

7D’autre part, la méthode adoptée pour observer la transformation des isolats au cours du temps (leur dilatation puis leur éclatement) a sans doute contribué à cette assimilation a priori de la commune à une unité endogame. Jean Sutter utilise en effet comme unité de mesure le taux d’endogamie communale. Il distingue trois catégories de mariages : à l’intérieur de la commune ; entre conjoints domiciliés dans deux communes d’un même département ; entre conjoints domiciliés dans deux départements différents. Les taux obtenus ne constituent sans doute que des indices. Mais il est clair, et nous reviendrons par la suite sur ce point, que cette approche des phénomènes démographiques par le biais du calcul des taux d’endogamie communale a eu pour conséquence évidente d’exagérer l’importance des appartenances communautaires en matière de stratégies matrimoniales. L’utilisation assez systématique, par la démographie historique, de cet indicateur, a accrédité l’idée selon laquelle l’espace des échanges matrimoniaux coïncidait jadis, dans les campagnes, avec le territoire de la commune.

  • 12 Rosental P.-A., « La nouveauté d’un genre ancien : Louis Henry et la fondation de la démographie h (...)
  • 13 Gautier É., Henry L., La population de Crulai, paroisse normande. Étude historique, Paris, INED-PU (...)

8Notons qu’à peu près au même moment, Louis Henry posait les bases méthodologiques de la démographie historique12. Et cette fois encore, pour des raisons techniques évidentes (l’exploitation des registres paroissiaux), les émules d’Henry travaillèrent à l’échelle de la paroisse. Il en est résulté une série de monographies communales, la première du genre sur Crulai (Orne) publiée en 1956 par Étienne Gautier et Louis Henry13.

Une tradition séculaire

  • 14 Rosental P.-A., « La nouveauté d’un genre ancien », op. cit., p. 120.
  • 15 Sur cette question : Ploux F., Une mémoire de papier. La monographie de commune, expression et vec (...)

9Il est à noter que ce travail sur Crulai est le fruit de la rencontre d’un chercheur de l’INED et d’un amateur passionné : Étienne Gautier, fonctionnaire au ministère du Commerce, qui consacrait ses loisirs à reconstituer les familles de son village natal14. De fait, la monographie communale n’a été inventée ni par la démographie historique ni par la sociologie rurale. Et il n’est pas inutile de reconstituer rapidement la généalogie du genre afin de situer Plozévet dans cette histoire15.

10En France, c’est sous le règne de Louis-Philippe que des érudits impliqués dans une sociabilité savante alors en plein renouveau et soucieuse d’explorer le territoire français dans ses moindres recoins commencèrent à publier des monographies de commune ou de paroisse rurales, d’abord sous la forme de courtes notices en général extraites de statistiques monumentales portant sur un arrondissement ou un département. La formule connut rapidement un vif succès. Son âge d’or se situe dans les années 1880-1900. Retenons, pour aller vite, trois dimensions essentielles de cette érudition micro-locale des villages telle qu’elle fut pratiquée jusqu’aux années 1950.

11En premier lieu, la monographie de commune fut d’emblée définie, de manière souvent implicite, comme une étude exhaustive (quand bien même la dimension historique y était prépondérante) et aussi détaillée que possible, non pas d’une communauté locale mais d’une portion, d’une parcelle du territoire national. Il s’agissait de mettre en valeur sous ses multiples facettes l’identité d’une fraction minuscule de la nation plutôt que de travailler sur un groupe ou sur un échantillon, notion totalement étrangère à la pensée des érudits. L’accumulation de monographies assimilées aux différentes pièces d’un immense puzzle était censée permettre la confection d’un tableau complet des départements, des provinces, et au total de la France entière. Plusieurs projets d’étude monographique des 40 000 communes françaises furent ainsi échafaudés.

  • 16 Bloch M., « Sur quelques histoires de villages », Annales d’histoire économique et sociale, tome 5 (...)

12Deuxième point : jusqu’à la réinvention tardive de la formule par les sciences sociales au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’exercice se situe très bas dans l’échelle du prestige intellectuel. Aux yeux des érudits locaux comme des historiens de métier qui s’intéressent à leurs travaux, l’importance d’une monographie est très exactement proportionnée à l’étendue du territoire étudié. « Quelque respect que m’inspire un goût légitime pour l’abondante précision du détail, écrit par exemple Marc Bloch dans le compte rendu d’une monographie communale, on ne me persuadera jamais que 801 pages in-octavo étaient nécessaires pour retracer les destinées d’un petit village breton16. » Du monographe, on attend qu’il fournisse des détails bruts, des informations factuelles qu’exploiteront, dans des travaux plus ambitieux, les chercheurs aguerris. La monographie de commune fut tout à la fois pensée comme un instrument d’exploration de la France locale, étudiée jusque dans le détail de ses particularismes villageois, comme une première étape dans la réalisation d’un tableau complet du pays par des érudits œuvrant de concert, mais chacun à leur place. Et cette division du labeur recoupait un partage social du travail intellectuel. L’invention de la monographie de commune coïncide en effet avec l’entrée dans le champ de l’érudition locale de petits notables de village (le curé, l’instituteur) condamnés au rôle ingrat de collecteurs d’un matériau brut auquel on aimerait qu’ils se bornent en raison de leur inaptitude supposée à la généralisation ou à la synthèse.

13Il faut enfin souligner la dimension idéologique assumée de l’écriture monographique. Il s’agissait de mettre en valeur une France locale, rurale, agricole, enracinée. Et dans la mesure où ces ouvrages étaient en grande partie destinés à un lectorat populaire, de diffuser, dans une population tentée par les « fausses séductions » de la ville, l’ensemble des valeurs fondatrices de l’agrarisme triomphant : fidélité aux ancêtres et à la petite patrie, amour de la terre et du métier d’agriculteur, respect des autorités naturelles, etc. À une époque où les solidarités coutumières achevaient de se dissoudre, on voulut recréer des liens communautaires en posant les bases d’une nouvelle conscience territoriale fondée sur une connaissance intime du terroir, du patrimoine local, de l’histoire du village.

Érudits et savants

  • 17 Cheysson É., « La monographie de commune », Institut international de Statistique. Session de Bern (...)
  • 18 Le rapport annuel du concours est publié dans les Comptes rendus des travaux de la Société des Agr (...)
  • 19 Dans l’un de ses comptes rendus, Marc Bloch est le seul à avoir souligné que l’intérêt d’une monog (...)

14À compter des années 1870, historiens, sociologues et géographes contribuèrent à la réflexion, timidement engagée par les érudits des sociétés savantes, sur la portée heuristique de la monographie communale. En 1895, l’ingénieur Émile Cheysson, disciple de Le Play, élabore un plan-type17. Pour observer des phénomènes généraux tels que les mouvements migratoires, les structures foncières et « les fondements de la vie publique », il faut, affirme Cheysson, travailler à l’échelle de la commune. Mais si l’on veut pouvoir s’élever à des conclusions générales, il est nécessaire que les différents auteurs adoptent un cadre uniforme, ce qui limiterait les fantaisies individuelles et rendrait possibles des rapprochements, des comparaisons. Le plan imaginé par Cheysson est proposé en modèle aux candidats du concours annuel de monographies organisé à partir de 1897 par le Société des Agriculteurs de France18. Les périodiques édités par les universités de province créées sous la République (Annales de Bretagne, Annales de l’Est, etc.) publient régulièrement des comptes rendus de monographies, véritables instruments d’imposition d’une norme professionnelle en matière notamment de « mise en œuvre des documents » ou de construction du plan. Aux yeux de l’historien ou du géographe de métier, la monographie reste un genre mineur. Un exercice d’amateur, mais qui peut être utile à l’universitaire en raison des informations qu’il y puise. À l’historien du dimanche, il est par conséquent recommandé de ne pas s’aventurer sur le terrain des « généralités ». Cependant, faute d’avoir pris la peine de définir les contours de l’objet et d’avoir tracé la ligne de démarcation entre le fait local et le fait général, les chercheurs ne cessent de reprocher aux érudits l’abus du détail et les empiétements parasites dans le domaine de l’histoire provinciale ou nationale19.

  • 20 Aulard justifie par un argument politique le choix du cadre communal. Cette entité, « issue (ou re (...)
  • 21 1947, no 14, p. 58-64.
  • 22 Becker G., « Un siècle dans un village. L’évolution économique et humaine de Lougres (Doubs) de 18 (...)
  • 23 Garavel J., Les paysans de Morette. Un siècle de vie rurale dans une commune du Dauphiné, préface (...)
  • 24 Guiot P., Thurins : démogéographie d’une commune rurale de l’Ouest lyonnais, préface d’André Alix, (...)

15À compter du début du XXe siècle, un rapprochement s’opère progressivement entre la recherche universitaire et certains secteurs de l’érudition villageoise. Les instituteurs notamment, très sollicités pour toutes sortes d’enquêtes nationales, s’intéressent de plus en plus, dans leurs monographies, aux problèmes économiques et sociaux qu’ignoraient bien souvent les antiquaires des générations antérieures. L’histoire de la Révolution française fut en partie le lieu de cette rencontre, comme en témoigne la lecture des volumes de La Révolution française où abondent comptes rendus de monographies d’amateurs et articles consacrés à l’histoire révolutionnaire des communes rurales. Alphonse Aulard, en juin 1900, préconisait la réalisation, par les érudits locaux placés sous le contrôle de l’Université, de monographies de communes20. Aboutissement du mouvement qui a vu progressivement le monde académique s’approprier une formule de dilettantes, en 1947, Albert Soboul, auteur lui-même de plusieurs études consacrées à des communautés rurales, publie dans La Pensée l’« Esquisse d’un plan de recherches pour une monographie de communauté rurale » (et non de commune : la rupture est consommée avec la tradition érudite21). Au sortir de la guerre, les revues universitaires, à l’image des Annales, ne se contentent plus de mentionner la parution de monographies d’amateurs. Elles publient elles-mêmes des articles consacrés à l’histoire de communes rurales22. Les grandes collections scientifiques se mettent à éditer des monographies de communes, œuvres d’amateurs éclairés23 mais parfois aussi de professionnels24.

  • 25 Siegfried y mentionne l’enquête sur Middletown. Thabault R., Mon village. Ses hommes, ses routes, (...)
  • 26 Mendras H., Études de sociologie rurale : Novis et Virgin, Paris, Armand Colin, coll. Cahiers de l (...)
  • 27 Chiva I., « Avant-propos » à Wylie L., « Roussillon, un village du Vaucluse, 1987 », Terrain, no 11 (...)

16Vers 1950, les études rurales ont définitivement adopté la formule monographique. L’influence de la sociologie anglo-saxonne, déjà palpable dans la préface d’André Siegfried à la monographie de Roger Thabault sur Mazières-en-Gâtine25, y est pour beaucoup. La plupart des monographies de villages français réalisées à l’époque de Plozévet sont directement inspirées des Community studies (travaux d’Henri Mendras26) quand elles ne sont pas le fait de chercheurs nord-américains (Laurence Wylie, Robert Burns, Orvoell Gallagher27).

Plozévet comme échantillon

  • 28 Voir, en particulier, Bromberger C., « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’ (...)
  • 29 « Remarques sur le village comme cadre de recherches anthropologiques », reproduit dans Cahiers d’ (...)
  • 30 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, coll. Le monde sans front (...)
  • 31 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., notes p. 323 et 325.
  • 32 Ibid., p. 325.
  • 33 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plodémet, op. cit., p. 200 et 201.
  • 34 Ibid., p. 27, 43, 58, 62, etc.
  • 35 Par exemple dans Lequin Y., « Les grands traits de l’évolution agricole à Plozévet depuis la fin d (...)

17Beaucoup de choses ont été écrites sur cette appropriation tardive par les sciences sociales d’une formule d’érudits28. On se bornera par conséquent à observer que la rupture qui s’opère avec la tradition des études locales, où s’illustrèrent notamment quantité d’instituteurs publics, réside en ce que la commune rurale cesse d’être uniquement (ou essentiellement) un cadre de saisie des données. Et la monographie une méthode de collecte d’informations vouées à être exploitées dans d’autres sphères. Il s’agit désormais d’étudier une collectivité locale, un groupe primaire, dont l’extension coïncide avec le terrain de l’enquête (essentielle apparaît ici la contribution de Marcel Maget à la définition de ces groupes « d’interconnaissance29 »). Et pour peu qu’on se reporte aux termes utilisés pour désigner Plozévet, par exemple dans les textes d’André Burguière et d’Edgar Morin, il est clair que l’enquête lancée en 1959 s’inscrit au moins en partie dans cette problématique : il y est question de la « commune » de Plozévet, bien sûr, mais aussi d’une « population30 », d’une « micropopulation31 », d’un « groupe », d’un « petit groupe32 », d’une « société locale33 », d’un « microcosme34 ». Beaucoup plus rarement, il faut le souligner, d’une « collectivité villageoise » ou d’une « communauté » (le terme est cependant employé dans d’autres publications consacrées à Plozévet35).

  • 36 Voir Jollivet M., Mendras H. (dir.), Les collectivités rurales françaises. Étude comparative de ch (...)
  • 37 Wylie L., Un village du Vaucluse, op. cit.

18Cependant, telle n’était pas la seule perspective admise alors par la sociologie rurale : la monographie de commune fut aussi pensée, à la manière du leplaysien Cheysson, comme une méthode permettant d’appréhender concrètement des phénomènes généraux tels que le changement social36 ou les processus formateurs de la personnalité37.

  • 38 Gessain R., « Goulien, village témoin. Introduction au cahier no 6 », op. cit. ; les recherches co (...)

19En fait, Plozévet fut abordé dans l’enquête à la fois comme un échantillon à partir duquel on tenta d’observer localement des processus généraux (Robert Gessain voulait par exemple étudier « l’adaptation du monde agricole et rural français aux conditions de la vie moderne38 »), et comme objet (notamment chez Morin, s’interrogeant sur le mystère de la « personnalité plodémétienne »).

Les groupes et l’espace

  • 39 Toutefois, rappelle-t-il, les différentes disciplines impliquées dans l’enquête ne concevaient pas (...)
  • 40 Ibid., p. 325. Qui se devait d’être représentative. C’est pourquoi, dès lors qu’on eut le sentimen (...)
  • 41 Le problème de la délimitation des entités géographiques susceptibles de faire l’objet d’une monog (...)
  • 42 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 11.

20Dans le bilan de l’enquête qu’il dresse dans l’avant-dernier chapitre de Bretons de Plozévet, André Burguière rappelle que le choix d’un terrain aux dimensions réduites fut dicté par la conviction que l’analyse approfondie, minutieuse, totalisante d’un échantillon d’une réalité plus vaste devait permettre de porter au jour des propriétés difficilement repérables à une autre échelle39. Plozévet fut donc scruté, sous toutes ses coutures, en tant que « miniature de la réalité sociale40 ». Mais procéder à la sélection d’un échantillon nécessite d’opérer une découpe dans la réalité sociale. Et d’emblée surgit le spectre de l’artifice41. Ainsi, André Gessain regrettait-il que les frontières administratives de la commune aient servi de cadre à l’enquête. Il y eut, écrit-il, « des découpages arbitraires dans le vif d’une population42 ».

  • 43 À l’image d’Henri Mendras qui, après avoir défini la collectivité comme une totalité fermée sur el (...)
  • 44 Rambaud P., « Sociologie du village », dans Desroche H., Rambaud P. (dir)., Villages en développem (...)

21À l’époque où fut lancée l’enquête, la sociologie des collectivités villageoises était bien consciente des difficultés que ne manque pas de soulever l’ambition totalisante de la formule monographique lorsqu’elle est appliquée à une commune rurale. Comment, en effet, étudier dans le cadre d’une circonscription administrative, qui plus est de taille très réduite, des processus (sociaux, économiques, démographiques…) qui, de toute évidence, s’organisent indépendamment de ce découpage (on observera au passage que les sociologues se sont mis à publier des monographies de commune à une époque où cette circonscription, accusée d’être totalement inadaptée aux conditions de la vie moderne, faisait l’objet de critiques de plus en plus radicales) ? Les spécialistes de la question s’efforcèrent de résoudre la contradiction entre l’hypothèse purement théorique d’une coïncidence entre unité sociale et unité spatiale et la réalité des pratiques, soit en apportant un certain nombre de correctifs nuançant cette vision d’une communauté fermée sur elle-même, mais sans la modifier fondamentalement43, soit en associant ce modèle à une réalité caractéristique du XIXe siècle44. Ce qui est une vue de l’esprit.

  • 45 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 41.
  • 46 Ibid., p. 209.
  • 47 Ibid., p. 40. C’est nous qui soulignons.
  • 48 Ibid., p. 46.
  • 49 Ibid., p. 42. C’est nous qui soulignons.
  • 50 Ibid., p. 46.
  • 51 Dès lors que les régularités observées sont interprétées comme le produit de l’exécution de règles (...)
  • 52 L’idée est reprise partout. Voir, par exemple, Shorter E., Naissance de la famille moderne. XVIIIe(...)
  • 53 Au XIXe siècle, les rivalités intercommunales découlaient peut-être davantage de la fréquence des (...)

22Mais ce que le volet démographique de la monographie de Plozévet met bien en évidence, ce sont les distorsions que peut induire une approche territorialisée des phénomènes sociaux qui serait axée sur la recherche à tout prix de logiques spatiales. Certes, l’exploitation de l’état civil a clairement établi l’absence de coïncidence entre l’espace des échanges matrimoniaux et le territoire de la commune (avec un taux de mariages endogames de 54,1 % pour les personnes nées après 185045). Mais on peut malgré tout se demander dans quelle mesure l’orientation initiale de l’enquête (« étudier une commune considérée méthodologiquement comme un isolat, dans sa singularité et son unité organique46 »), la volonté de mettre au jour une possible logique territoriale du marché matrimonial, et plus exactement l’obsession du repérage des unités et sous-unités endogames, n’ont pas biaisé l’analyse de l’alliance. On a en effet le sentiment que ce n’est pas tant la variable résidentielle (c’est-à-dire la distance physique entre le domicile des futurs époux), effectivement prépondérante, qui fut prise en compte, mais davantage l’inscription des agents dans des ensembles territoriaux d’appartenance. Ainsi est-il question, à propos des mariages exogamiques, d’échanges matrimoniaux entre la commune et les localités circonvoisines47, ou encore d’échanges interzones à propos, cette fois, des unions entre habitants de Plozévet. « Entre les zones fonctionne un système d’échange assez équilibré48 », écrit André Burguière. L’isolat démographique, lit-on encore, « est un assemblage de micro-isolats qui vivent plus ou moins repliés sur eux-mêmes, contractent un certain nombre de mariages avec d’autres parties de la commune ou même à l’extérieur de la commune49 ». Comme si l’inscription des agents dans ces unités territoriales (dont on ne saurait d’ailleurs affirmer qu’elles étaient toutes d’appartenance), dans le système des subdivisions de la commune, déterminait ou pour le moins orientait le choix du conjoint. À la limite, il est parfois suggéré, comme dans les passages précédemment cités, que ce sont les unités spatiales – ou les groupes correspondant – qui organisent le système des alliances (« Le Divisquin […] conclut plus volontiers ses mariages à l’extérieur de la commune50 »). Dans une société alvéolaire, le principe organisateur du marché matrimonial serait un système d’échanges entre zones contiguës. Ainsi, la décision, en matière de stratégie matrimoniale51 reviendrait en quelque sorte non aux familles, aux ménages ou aux individus, mais aux unités territoriales d’appartenance. Un taux d’endogamie communale ou subcommunale élevé, en réalité simple probabilité statistique traduisant la faible extension dans l’espace du champ des relations matrimoniales, serait l’expression d’une règle contraignante, d’une prescription : le mariage dans l’entre-soi communal ou vicinal produit de la contrainte communautaire52 ou de l’hostilité intergroupale53.

  • 54 Augustins G., « Mobilité résidentielle et alliance matrimoniale dans une commune du Morbihan au XI (...)
  • 55 Segalen M., Quinze générations de Bas-Bretons. Parenté et société dans le pays bigouden, 1720-1980 (...)

23Quantité de travaux consacrés aux stratégies matrimoniales dans les sociétés paysannes ont, à l’époque de Plozévet ou dans les années qui ont suivi, apporté un éclairage tout à fait différent sur la question de l’extension spatiale des échanges matrimoniaux. Et suggèrent une autre interprétation de la fréquence, encore au XIXe siècle, de taux d’endogamie communale élevés. Georges Augustins a par exemple montré que, dans le bocage morbihannais, les stratégies matrimoniales des petits propriétaires fonciers étaient guidées par la nécessité de compenser le morcellement des patrimoines qu’induisait un système de transmission des héritages strictement égalitaire. Le fait, pour les futurs conjoints, d’être domicilié dans une même commune importait moins que la distance physique entre leurs domiciles respectifs. L’essentiel étant que les futurs époux détiennent des droits sur des terres proches les unes des autres, ceci afin que le ménage puisse diriger une exploitation viable. La mobilité résidentielle des domestiques et des fermiers, également très importante, obéissait à une tout autre logique, mais elle aussi indépendante de l’existence de frontières administratives54. Martine Segalen fait le même constat dans son étude sur la parenté à Saint-Jean-Trolimon, commune du pays bigouden caractérisée par une intense mobilité résidentielle55.

  • 56 Il serait très facile d’en faire la démonstration pour les sociétés « à maisons » du sud de la Fra (...)
  • 57 Voir, à ce propos, les réflexions de Champagne P., « La restructuration de l’espace villageois », (...)

24Dans les sociétés paysannes du XIXe siècle, l’appartenance au groupe territorial n’orientait qu’assez faiblement le choix du futur conjoint56. Par conséquent, un taux d’endogamie communale élevé doit être interprété comme l’indice d’une faible extension dans l’espace du champ des relations matrimoniales57, non comme le révélateur de l’existence d’une « règle » contraignante. C’est d’ailleurs pourquoi ces taux sont d’autant plus élevés que la commune considérée était peuplée, tandis que si le mariage dans la commune avait été la « règle », les taux seraient indépendants de la taille de la commune. Et l’on sait en outre que le pourcentage de mariages endogames différait considérablement selon le statut social des époux, et notamment l’importance de la propriété détenue : les domestiques et les journaliers étaient logiquement beaucoup plus endogames que les gros propriétaires fonciers.

  • 58 Rosental P.-A., Les sentiers invisibles. Espace, familles et migrations dans la France du XIXe siè (...)
  • 59 Alain Croix met quant à lui en cause la méthode de reconstitution des familles préconisée par Mich (...)
  • 60 Il faudrait par conséquent distinguer cette notion de celle, plus subjective, de territoire d’appa (...)

25En faisant le choix d’une approche communalisée de l’alliance ou de la mobilité, la science démographique a introduit un certain nombre de biais dans l’étude de ces phénomènes. Ainsi que l’observe Paul-André Rosental, « la caractérisation du mouvement par le type de circonscriptions administratives franchies par les migrants détermine fortement l’analyse de la mobilité58 ». En optant pour une définition purement administrative de l’inscription des individus dans l’espace (la résidence dans une commune à un moment donné du temps), la démographie a occulté certaines formes de mobilité59 et surtout proposé une vision très réductrice de l’ancrage spatial des hommes. La résidence, suggère Rosental, est une catégorie « atomistique » qui assimile l’appartenance géographique d’un individu à un simple point dans l’espace. Si l’on prend en compte l’histoire des individus, leur trajectoire personnelle ou familiale, et si on les situe dans leur univers relationnel, si l’on introduit, donc, une perspective à la fois temporelle et relationnelle qu’ignore la démographie classique, on observe que l’ancrage spatial des individus – c’est-à-dire la constellation des lieux dans lesquels ils développent des liens, échangent, circulent60 – d’une part déborde largement les frontières de leur commune de résidence, et d’autre part se déplace dans le temps.

Réseaux et frontières communales

  • 61 Wylie L., Chanzeaux, village d’Anjou, Paris, Gallimard, coll. Témoins, 1970 [1966]. L’enquête a du (...)
  • 62 Est-ce parce qu’à la différence du village du Vaucluse sur lequel Wylie avait précédemment travail (...)
  • 63 Marc Abélès observera ce décalage entre le discours des habitants, qui, portés à exalter l’unité m (...)
  • 64 Paillard B., « Introduction » à Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, op. cit., p. 12-13. (...)

26Laurence Wylie et ses collaborateurs, au terme de leur travail sur Chanzeaux, monographie également collective exactement contemporaine de Plozévet61, ont clairement perçu le problème que soulève toute approche globalisante d’une commune rurale dans une société rurale beaucoup plus mobile et bien davantage connectée au monde environnant qu’on l’a longtemps cru62. Wylie observe un décalage entre le Chanzeaux statistique (constitué de l’ensemble des résidants figurant au « fichier de la mairie ») et le Chanzeaux social, sentimental, mythique, qu’il a progressivement découvert en enquêtant sur le terrain. Pour ceux qui se désignent eux-mêmes comme des Chanzéens, « l’unité sociale par excellence », ce n’est pas la commune administrative, mais le « réseau », réseau d’affinité sociale, réseau d’influence, qui étend ses ramifications bien au-delà des frontières administratives de la circonscription. La résidence, en somme, ne définit pas la communauté. En outre, ces réseaux jouent un rôle fondamental dans la diffusion de l’innovation63. Mais comment prendre conscience de l’importance de cette réalité occultée par les habitants dès lors que l’« observation participante » que pratiquait un Edgar Morin s’arrête aux frontières de la commune ? « Du bistrot à la plage, du conseil municipal aux bals, de la fête foraine au cimetière, de l’église aux matchs de foot, des réunions de parents d’élèves à celles du syndicat agricole en passant par celle du comité des jeunes, la commune était devenue un espace où se déployaient autant la vie que l’observation64. »

Plozévet comme micropolis

  • 65 Marrus M. R., « Folklore as an Ethnographic Source : A “Mise au Point” », dans Beauroy J., Bertran (...)
  • 66 Baker A. R. H., Fraternity Among the French Peasantry: Sociability and Voluntary Associations in t (...)

27Cependant, certaines dimensions de la vie sociale peuvent très légitimement être observées dans le cadre d’une monographie de village, puisque précisément elles s’organisent à l’intérieur des limites du territoire de la commune. La sociabilité coutumière, par exemple, était essentiellement villageoise ou infravillageoise. Et comme le note Michael Marrus, la culture paysanne traditionnelle (le « folklore ») était villageoise en son essence65, puisque la collectivité villageoise, dépositaire de la coutume, en garantissait la perpétuation (et, inversement, la vitalité de la coutume conditionnait la vigueur des solidarités locales traditionnelles). Mais la sociabilité formelle de la vie associative qui, dans une certaine mesure, s’est substituée à cette sociabilité coutumière en pleine déliquescence après 1870, était également municipale66.

  • 67 Brelot C.-I., « Châteaux, communautés de village et paysans dans une province française au XIXe si (...)
  • 68 Jessenne J.-P., « Synergie nationale et dynamique communautaire dans l’évolution politique rurale (...)
  • 69 Thibon C., Pays de Sault. Les Pyrénées audoises au XIXe siècle : les villages et l’État, Paris, Éd (...)
  • 70 « Rolland Le Bail, écrit André Burguière, a contribué à fixer cette rivalité [la division en “clan (...)

28En outre, les frontières de la commune délimitaient un espace à l’intérieur duquel s’exerçaient des rapports de domination et s’organisaient des relations de concurrence pour l’accès au pouvoir local. Au lendemain de la Révolution, les élites traditionnelles s’efforcèrent de reconstruire leur autorité ébranlée en s’érigeant en protectrices de la commune (l’évergétisme municipal ou paroissial fut l’instrument de cette stratégie, plus ou moins efficace selon le contexte local67). Tout au long du siècle, la conquête du pouvoir municipal fut l’un des enjeux de la concurrence entre anciennes et nouvelles élites. La création, en vertu de la loi du 14 décembre 1789, d’un réseau de municipalités de commune calqué sur celui des circonscriptions d’Ancien Régime fut une décision d’une extrême importance de par ses implications à long terme dans l’histoire politique et sociale des campagnes françaises. Et ce, pour deux raisons au moins. D’abord, ainsi que le souligne Jean-Pierre Jessenne68, à compter de 1790, les municipalités rurales se sont trouvées investies de la mise en œuvre de pans entiers de la politique nationale, ce qui a contribué à la pérennisation des formes locales d’organisation de la vie collective. La commune rurale n’a cessé de jouer le rôle de relais local des institutions englobantes. Elle fut, pour reprendre l’expression de Christian Thibon69, le point de pénétration de l’État (et la nation) dans les campagnes. Ensuite, la loi de décembre 1789 a établi sur toute l’étendue du territoire national un réseau serré de quelque 40 000 champs politiques locaux. De micropolis communales. Au XIXe siècle, la commune est une arène à l’intérieur de laquelle s’affrontent des ambitions. Des individus, des familles, des dynasties locales s’opposent, mobilisant différentes espèces de capital, différents types de ressources (électorales, patrimoniales…) dans des rivalités dont l’enjeu est le pouvoir dans sa dimension institutionnelle – la mairie – ou symbolique – l’estime publique. Et, dès lors que le jeu est ouvert (ce qui, semble-t-il, était le cas à Plozévet où l’emprise seigneuriale était faible), on assiste à une bipolarisation du champ de force politique local, peut-être pas si fréquente dans l’Ouest armoricain mais assez générale ailleurs. Ces conflits factionnels ne pouvaient qu’entrer en résonance avec l’environnement politique et institutionnel englobant, selon des modalités complexes et très variables, mais que l’on peut caractériser, de manière générale, comme la rationalisation a posteriori, la conversion d’un clivage infrapolitique en affrontement politique. Plozévet, le Plozévet de Rolland Le Bail, offre un exemple particulièrement éclairant de ce type de processus70. Plozévet fut sans doute la première étude – avec celle de Thabault (qui porte sur un clivage plus classique opposant deux dynasties, l’une noble, l’autre bourgeoise) à avoir mis en relief ce que d’autres travaux ont étudié par la suite.

Conscience et identité locales : la commune dans les têtes

29« Qu’est ce que Chanzeaux ? », s’interrogeait Laurence Wylie au point de départ de son enquête sur cette localité des Deux-Sèvres. La question apparaît avec le recul d’autant plus pertinente que le travail de terrain mettait progressivement en évidence le peu de consistance de la commune en tant que système social. Indépendamment même de sa réalité administrative, Chanzeaux existait bien, concluait Wylie, mais dans la tête et le cœur des habitants. Chanzeaux était un idéal, une représentation. Ou plutôt un faisceau de représentations, car on pouvait distinguer autant de Chanzeaux imaginaires qu’il y avait de Chanzéens.

  • 71 À l’inverse, l’anthropologie anglo-saxonne a fait de ce thème l’un de ses axes directeurs. Voir no (...)

30À l’époque où fut lancée l’enquête pluridisciplinaire sur Plozévet, la dimension subjective, idéelle, de la communauté locale n’était guère mise en avant dans les définitions classiques que la sociologie proposait de la collectivité villageoise. Sans doute, l’existence d’un fort sentiment d’appartenance au groupe était-elle perçue comme allant de soi dans un univers social supposé encellulé. Ce postulat, que mettait précisément en question Wylie, d’une adéquation entre structures mentales et structures sociales, explique peut-être le peu d’intérêt des chercheurs pour l’étude de la conscience locale dans la France rurale des trente glorieuses71.

  • 72 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plodémet, op. cit., p. 16.
  • 73 Ibid., p. 32.
  • 74 Ibid., p. 33.
  • 75 Ibid., p. 57.
  • 76 Ibid., p. 62.
  • 77 Ibid., p. 59.

31Pourtant, le troisième chapitre de Commune en France, dans lequel Morin se proposait de dégager les « traits fondamentaux de la personnalité plodémétienne », de son identité, abordait plus ou moins frontalement cette question (inscrite d’ailleurs dans la problématique exposée dans l’introduction de l’ouvrage72). La piste était fort neuve. On ne peut toutefois qu’émettre de très sérieuses réserves concernant la manière dont Morin a tenté de l’explorer. Il procède en effet en sélectionnant, parmi les propriétés sociologiques, économiques, psychologiques, du « groupe » résidant à l’intérieur des frontières communales, certaines données (l’archaïsme de l’agriculture, la diversité des activités…) désignées comme autant d’ingrédients d’une personnalité collective, d’une singularité communale. Mais, d’une part, nombre de ces propriétés observées au cours de l’enquête sur le territoire de la commune ne sont pas spécifiques à Plozévet (Morin admet lui-même que l’« affabilité des habitants », qu’il qualifie de « plodémétienne73 » – il est aussi question de la « cordialité naturelle des habitants74 » – est « un trait plus largement bigouden ». Et suggère, recourant à un vieux stéréotype, que ce « tempérament » enjoué prendrait sa source « dans les profondeurs ethno-sociologiques de ces méridionaux des crachins et des vents finistériens75 »). Sans doute, Morin avance-t-il que « les éléments constitutifs de la personnalité plodémétienne » se retrouvent partout ailleurs, mais que « c’est leur combinaison singulière […] qui est originale76 ». Encore faudrait-il s’entendre sur ce que l’on peut entendre par la « personnalité plodémétienne ». Le Plozévet dont Morin établit la carte d’identité est un objet sociologique (ou plus exactement situé à mi-chemin entre l’objet concret et l’objet construit). Est-il bien certain qu’à l’époque de l’enquête les habitants de Plozévet et des localités voisines percevaient l’identité de la commune comme un savant dosage d’archaïsme agraire, d’hétérogénéité socio-économique, de passion idéologique et politique ? Si l’on veut bien admettre que l’identité d’un groupe local n’est pas la simple traduction, dans l’ordre de l’idéel, de la réalité objective, mais d’abord affaire de perception, de représentation, l’un des axes de recherche d’une monographie de village pourrait consister à mettre en évidence non seulement ce que cette identité recouvre, mais encore comment elle est produite. Edgar Morin amorce d’ailleurs une réflexion dans ce sens dans un court paragraphe consacré aux rites collectifs (noces, enterrements…) qui « transforment pour un jour la commune en communauté77 ». Mais il ignore la question des modalités de la fabrication des frontières symboliques qui font éprouver aux habitants de la commune, quand bien même ils sont liés à leurs voisins par toutes sortes d’attaches, le sentiment de leur différence. La place nous manque ici pour développer ce point.

*

  • 78 Farcy J.-C., « Un problème d’histoire administrative : l’échec du regroupement des communes aux XI (...)
  • 79 L’épisode est relaté par Rolland Le Bail dans L’Impartial du Finistère du 27 avril 1848. Eugen Web (...)
  • 80 Sur la construction locale du national (et vice-versa) : Pérès H., « Identité communale, Républiqu (...)

32Contentons-nous de suggérer la possibilité et l’opportunité d’une réflexion sur la permanence de vigoureuses identités communales dont témoignent jusqu’à nos jours les résistances aux regroupements de communes78 dans une France rurale désenclavée. Le sens du groupe, la conscience locale, « l’esprit de clocher » ont survécu à la désintégration de tout le système coutumier qui, jusqu’à la fin du XIXe siècle, en garantissait la perpétuation en incluant les individus dans une communauté de rites. L’identité locale, à Plozévet comme ailleurs, était également une identité repoussoir qu’alimentaient un discours dépréciatif à l’égard des voisins et des affrontements entre groupes de jeunesse les jours de foire, de fête ou de pardon (les premières élections au suffrage universel masculin furent l’occasion pour les citoyens de la commune d’affronter ceux de Plogastel79). Mais l’identité communale a survécu à la disqualification de ces conduites. Bien loin de se dissoudre dans le national, elle s’est adossée à lui80.

  • 81 Sur ce point : Ploux F., Une mémoire de papier. La monographie de commune, expression et vecteur d (...)

33La Troisième République fut une période d’intense célébration des vertus du local et plus particulièrement de la commune désignée comme la petite patrie du paysan. La perpétuation au XXe siècle d’un fort attachement à la commune est à mettre en relation avec cette exaltation tous azimuts des terroirs, et il ne serait pas sans intérêt d’étudier les mécanismes de diffusion de cette idéologie qui bénéficiait de relais locaux dans les communes : l’École, l’Église, les petits notables érudits, ces auteurs de monographies dont l’investissement dans la production du local était tout sauf désintéressé81. Et pour revenir au cas particulier de Plozévet, on pourrait se demander dans quelle mesure l’identité contemporaine de la commune a été façonnée par l’enquête pluridisciplinaire des années 1960. Quelle empreinte cette aventure a-t-elle laissée dans la mémoire collective des habitants ? Jusqu’à quel point a-t-elle façonné l’image du groupe ?

Notes

1 Gessain R., « Introduction au cahier no 5 », Cahiers du Centre de recherches anthropologiques, no 5, dans Bulletin et Mémoire de la Société d’Anthropologie de Paris, tome 10, XIe série, 1966, p. 5-9.

2 Général Villabet, « Un plan d’études », Bulletin mensuel des sociétés des lettres, sciences et arts de Bar-le-Duc et Commercy, 1913, p. 99-100.

3 Chiva I., « À propos des communautés rurales. L’ethnologie et les autres sciences de la société », dans : Althabe G., Fabre D., Lenclud G. (dir.), Vers une ethnologie du présent, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1992, p. 157.

4 Avec beaucoup de justesse par Patrick Champagne, « La restructuration de l’espace villageois », Actes de la recherche en sciences sociales, no 3, mai 1975, p. 43-67, et « Statistiques, monographie et groupes sociaux », dans les Mélanges Grawitz, Paris, Dalloz, 1982, p. 3-16. Articles repris dans L’héritage refusé. La crise de la reproduction sociale de la paysannerie française, 1950-2000, Paris, Le Seuil, coll. Points Essais, 2002. Ou plus récemment par Pierre Bourdieu, Science de la science et réflexivité. Cours du collège de France, 2000-2001, Paris, Raisons d’Agir, 2001, p. 67-68.

5 Bernot L., Blancart R., Nouville : un village français, Paris, Éditions des archives contemporaines, 1995 [1953] ; Wylie L., Un village du Vaucluse, Paris, Gallimard, coll. Témoins, 1968 [1957].

6 Gessain R., « Préface » à Burguière A., Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1977, p. 5. Et, du même auteur, « Goulien, village témoin. Introduction au cahier no 6 », Cahiers du Centre de recherches anthropologiques, volume 10, no 3, 1966, p. 143-146.

7 Ibid. Voir aussi Gessain R., « Introduction au cahier no 5 », op. cit.

8 « Les frontières administratives de la commune servirent de cadre à toutes nos études et non pas, comme souhaité, les limites d’une plus grande réalité humaine : les zones de mariages », souligna Robert Gessain dans sa préface aux Bretons de Plozévet, op. cit., p. 11.

9 Sutter J., Tabah L., « Les notions d’isolat et de population minimum », Population, 6e année, no 3, 1951, p. 481-498 ; Sutter J., Tabah L., « L’évolution des isolats de deux départements français (Loir-et-Cher, Finistère) », Population, 10e année, no 4, 1955, p. 645-674 ; Sutter J., « Évolution de la distance séparant le domicile des futurs époux (Loir-et-Cher 1870-1954, Finistère 1911-1953) », Population, 13e année, no 2, 1958, p. 227-258 ; Sutter J., « Fréquence de l’endogamie et ses facteurs », Population, 23e année, no 2, 1968, p. 303-324.

10 Gessain R., « Préface » à Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 6.

11 Sutter J., Tabah L., « Les notions d’isolat et de population minimum », op. cit., p. 485. Une remarque en passant : de l’enquête sur Plozévet, Henri Mendras a d’abord retenu que « ce village était un véritable isolat démographique : les gens se mariaient exclusivement entre eux depuis des générations », Comment devenir sociologue. Souvenirs d’un vieux mandarin, Arles, Actes Sud, 1995, p. 235. Le mythe a résisté au démenti de l’enquête empirique : seuls 61,5 % des mariages célébrés après 1850 entre personnes nées avant cette date étaient endogames comme le souligna André Burguière, Bretons de Plozévet, op. cit., p. 41.

12 Rosental P.-A., « La nouveauté d’un genre ancien : Louis Henry et la fondation de la démographie historique », Population, volume 58, no 1, 2003, p. 103-136.

13 Gautier É., Henry L., La population de Crulai, paroisse normande. Étude historique, Paris, INED-PUF, cahier 33, coll. Travaux et documents, 1958.

14 Rosental P.-A., « La nouveauté d’un genre ancien », op. cit., p. 120.

15 Sur cette question : Ploux F., Une mémoire de papier. La monographie de commune, expression et vecteur du culte des petites patries villageoises, des années 1840 à l’entre-deux-guerres, mémoire inédit pour l’habilitation à diriger des recherches, Université Paris 1, décembre 2008, 399 p. dactyl. Sur les monographies de curés de campagne : Ploux F., « Les curés historiens de village et les tentatives de restauration de l’autorité cléricale après la Révolution », Le Mouvement social, numéro spécial (Karila-Cohen P., dir.) Faire Autorité, juillet-septembre 2008, p. 21-33.

16 Bloch M., « Sur quelques histoires de villages », Annales d’histoire économique et sociale, tome 5, no 23, 1933, p. 471-478.

17 Cheysson É., « La monographie de commune », Institut international de Statistique. Session de Berne, août 1895 (communication faite dans la séance du vendredi 30 août), 10 pages.

18 Le rapport annuel du concours est publié dans les Comptes rendus des travaux de la Société des Agriculteurs de France.

19 Dans l’un de ses comptes rendus, Marc Bloch est le seul à avoir souligné que l’intérêt d’une monographie consacrée à un petit groupe est qu’elle permet d’embrasser toutes les dimensions de la réalité. Cette méthode, écrit-il, offre la possibilité d’atteindre, « dès les premiers sondages, la complexe, l’intégrale réalité. », dans « Sur quelques histoires de villages », op. cit.

20 Aulard justifie par un argument politique le choix du cadre communal. Cette entité, « issue (ou ressuscitée) spontanément du sol même de notre nation en juillet et août 1789, élément primitif de la France nouvelle, [est un] foyer de l’esprit démocratique et patriotique » ; la Revue de Synthèse historique donne un compte rendu détaillé de cette intervention dans son numéro de décembre 1900, tome 1, no 3, p. 336-338.

21 1947, no 14, p. 58-64.

22 Becker G., « Un siècle dans un village. L’évolution économique et humaine de Lougres (Doubs) de 1850 à 1950 », Annales ESC, volume 6, no 4, 1951, p. 463-473.

23 Garavel J., Les paysans de Morette. Un siècle de vie rurale dans une commune du Dauphiné, préface de Jean-Marcel Jeanneney, Paris, Armand Colin, coll. Cahiers de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1948. Joseph Garavel, né à Morette en 1892, cultivateur, maire de la commune depuis 1929, était conseiller général et député depuis 1946.

24 Guiot P., Thurins : démogéographie d’une commune rurale de l’Ouest lyonnais, préface d’André Alix, Paris, Armand Colin, coll. Cahiers de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1949.

25 Siegfried y mentionne l’enquête sur Middletown. Thabault R., Mon village. Ses hommes, ses routes, son école. 1848-1914. L’ascension d’un peuple, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1993 [1943]. Pour Siegfried, la commune est le reflet de la nation. La méthode monographique permet de saisir la réalité « en prise directe, dans son infini détail ».

26 Mendras H., Études de sociologie rurale : Novis et Virgin, Paris, Armand Colin, coll. Cahiers de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1953.

27 Chiva I., « Avant-propos » à Wylie L., « Roussillon, un village du Vaucluse, 1987 », Terrain, no 11, 1988, p. 29-31. Sur la popularité du genre dans les années 1950 : Traimond B., « La monographie de village : Berque en Égypte et ailleurs », Revue du Monde musulman et de la Méditerranée, volume 83, no 83-84, 1997, p. 11-23.

28 Voir, en particulier, Bromberger C., « Du grand au petit. Variations des échelles et des objets d’analyse dans l’histoire récente de l’ethnologie de la France », dans Chiva I., Jeggle U. (dir.), Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987, p. 67-94.

29 « Remarques sur le village comme cadre de recherches anthropologiques », reproduit dans Cahiers d’Économie et Sociologie Rurales, no 11, 2e trimestre 1989, p. 77-91, avec une introduction de Florence Weber.

30 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, coll. Le monde sans frontières, 1967, p. 36.

31 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., notes p. 323 et 325.

32 Ibid., p. 325.

33 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plodémet, op. cit., p. 200 et 201.

34 Ibid., p. 27, 43, 58, 62, etc.

35 Par exemple dans Lequin Y., « Les grands traits de l’évolution agricole à Plozévet depuis la fin du XVIIIe siècle », Revue de géographie de Lyon, no 42-2, 1967, p. 165-177. Morin affirme que Plozévet, en raison de son extrême hétérogénéité interne, des conflits qui la travaillent, de l’existence de sentiments d’appartenance infracommunaux, ne constitue pas une communauté « de fait », Commune en France. La métamorphose de Plodémet, op. cit., p. 58.

36 Voir Jollivet M., Mendras H. (dir.), Les collectivités rurales françaises. Étude comparative de changement social, Paris, Armand Colin, 1971.

37 Wylie L., Un village du Vaucluse, op. cit.

38 Gessain R., « Goulien, village témoin. Introduction au cahier no 6 », op. cit. ; les recherches consacrées à l’habitat rural, au vieillissement individuel, à la délinquance, à la culture commercialisée « à Plozévet » sont conformes à cette option.

39 Toutefois, rappelle-t-il, les différentes disciplines impliquées dans l’enquête ne concevaient pas nécessairement l’entreprise de la même manière : pour les uns, la commune n’était rien d’autre qu’un cadre d’observation commode ; d’autres considéraient que certains phénomènes ne pouvaient être saisis qu’à cette échelle. Rappelons que l’hypothèse de départ était l’existence d’une articulation entre les « propriétés anthropo-biologiques » d’une population endogame et son organisation socio-économique. Ce qui impliquait bien évidemment de travailler à l’échelle de l’isolat. Voir Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit.

40 Ibid., p. 325. Qui se devait d’être représentative. C’est pourquoi, dès lors qu’on eut le sentiment d’être en présence d’une commune atypique en raison de son organisation tripartite et de la présence de pêcheurs, la décision d’une enquête parallèle sur Goulien, « plus représentatif d’un village breton » fut prise (Gessain R., « Préface » à Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit. p. 6-7).

41 Le problème de la délimitation des entités géographiques susceptibles de faire l’objet d’une monographie fut débattu par les disciples de Le Play puis ceux de Vidal de la Blache. Voir Müller B., « Écrire l’histoire locale : le genre monographique », Revue d’histoire des sciences humaines, no 9, 2003, p. 37-51 ; Ozouf-Marignier M.-V., « La monographie de “pays” : le conflit entre science leplaysienne et géographie autour d’une monographie (1890-1910) », Revue d’histoire des sciences humaines, no 9, 2003, p. 13-35. On trouve des échos de ces débats dans les numéros de la Revue de Synthèse ; en 1901, Paul Lorquet y proposait de descendre jusqu’au niveau de la commune : « Quels cadres choisir pour l’étude psychologique de la France », Revue de Synthèse, tome 2, volume 4, no 2, 1901, p. 18-33.

42 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 11.

43 À l’image d’Henri Mendras qui, après avoir défini la collectivité comme une totalité fermée sur elle-même, écrit que loin d’être une cellule isolée dans un univers alvéolaire, elle est constamment en interaction avec la société englobante ; c’est le type même de formule qui perpétue l’idée selon laquelle la collectivité villageoise serait une entité autonome ; voir Mendras H., Les sociétés paysannes. Éléments pour une théorie de l’agriculture, Paris, Armand Colin, 1976.

44 Rambaud P., « Sociologie du village », dans Desroche H., Rambaud P. (dir)., Villages en développement. Contribution à une sociologie villageoise, Paris-La Haye, Mouton, 1971, p. 13-33.

45 Burguière A., Bretons de Plozévet, op. cit., p. 41.

46 Ibid., p. 209.

47 Ibid., p. 40. C’est nous qui soulignons.

48 Ibid., p. 46.

49 Ibid., p. 42. C’est nous qui soulignons.

50 Ibid., p. 46.

51 Dès lors que les régularités observées sont interprétées comme le produit de l’exécution de règles, il est difficile de parler de stratégies matrimoniales. « Nos sociétés, écrit André Burguière, ne s’imposent pas explicitement des règles de parenté. », Ibid., p. 50. Mais une multitude d’habitudes sociales limitent la liberté de chacun. À cette vision malgré tout très objectiviste de l’alliance, on opposera celle que propose Pierre Bourdieu dans deux articles fondateurs consacrés au mariage paysan qui, en introduisant la notion de stratégie matrimoniale, rompent délibérément avec le paradigme structuraliste. Publiés en 1962 et 1972, ils sont reproduits dans Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Le Seuil, coll. Points Essais, 2002.

52 L’idée est reprise partout. Voir, par exemple, Shorter E., Naissance de la famille moderne. XVIIIe-XXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. Points Histoire, 1981, p. 187 sqq.

53 Au XIXe siècle, les rivalités intercommunales découlaient peut-être davantage de la fréquence des contacts et des échanges intercommunaux que de leur rareté.

54 Augustins G., « Mobilité résidentielle et alliance matrimoniale dans une commune du Morbihan au XIXe siècle », Ethnologie française, tome 11, no 4, octobre-décembre 1981, p. 319-325.

55 Segalen M., Quinze générations de Bas-Bretons. Parenté et société dans le pays bigouden, 1720-1980, Paris, Presses Universitaires de France, 1985.

56 Il serait très facile d’en faire la démonstration pour les sociétés « à maisons » du sud de la France où le montant de la dot déterminait l’espace des possibles matrimoniaux. Sur ce point, voir l’étude très précise de Crognier E., Bley D., Boetsch G., Mariage en Limousin. Évolution séculaire et identité d’une population rurale, Le canton de Chateauponsac (1870-1979), Paris, Éditions du CNRS, 1984. Les auteurs observent que « le facteur distance revêt une importance déterminante pour la distribution géographique des unions dans le canton de Chateauponsac, celui d’appartenance à une collectivité tel que l’expriment les concepts d’endogamie et d’exogamie (communale ou cantonale), ne jouerait par contre qu’un rôle mineur », p. 30. On lira en particulier les paragraphes consacrés aux mariages contractés par les habitants domiciliés dans les hameaux des périphéries communales. On observe dans certains cas une tendance à l’orientation centripète des mariages. Mais elle n’est pas véritablement significative.

57 Voir, à ce propos, les réflexions de Champagne P., « La restructuration de l’espace villageois », op. cit., notes p. 87-89.

58 Rosental P.-A., Les sentiers invisibles. Espace, familles et migrations dans la France du XIXe siècle, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1999, p. 14.

59 Alain Croix met quant à lui en cause la méthode de reconstitution des familles préconisée par Michel Fleury et Louis Henry : « L’ouverture des villages sur l’extérieur fut un fait éclatant dans l’ancienne France. Position de thèse », Histoire & Sociétés Rurales, no 11, 1er semestre 1999, p. 109-146.

60 Il faudrait par conséquent distinguer cette notion de celle, plus subjective, de territoire d’appartenance.

61 Wylie L., Chanzeaux, village d’Anjou, Paris, Gallimard, coll. Témoins, 1970 [1966]. L’enquête a duré neuf ans, de 1957 à 1965.

62 Est-ce parce qu’à la différence du village du Vaucluse sur lequel Wylie avait précédemment travaillé, Chanzeaux se caractérise par un habitat dispersé, ou bien en raison de la problématique de départ (l’insertion de l’individu dans la communauté locale), que c’est en préparant cette seconde monographie que l’universitaire américain a pris conscience du problème ? En octobre 1965, Morin assistait au colloque de la Société française de sociologie à l’occasion duquel Wylie exposait son idée d’une inadaptation du cadre communal à l’étude d’une société s’organisant en réseaux (Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001, p. 233-234).

63 Marc Abélès observera ce décalage entre le discours des habitants, qui, portés à exalter l’unité municipale, soutiennent que leur horizon s’arrête aux frontières de la commune, et la réalité d’un champ politique local organisé en réseaux aux ramifications étendues ; voir Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Odile Jacob, 1989.

64 Paillard B., « Introduction » à Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, op. cit., p. 12-13. Isac Chiva observe que l’enquête monographique, en concentrant l’attention du chercheur sur les principes d’organisation et d’appartenances sociales basés sur la localité, distrait l’attention d’autres modalités de la vie sociale ; voir « À propos des communautés rurales », op. cit., p. 164-165.

65 Marrus M. R., « Folklore as an Ethnographic Source : A “Mise au Point” », dans Beauroy J., Bertrand M., Gargan E. T. (dir.), The Wolf and the Lamb. Popular Culture in France from the Old Regime to the twentieth Century, Stanford, Anma Libri, coll. Stanford French and Italian Studies, volume 3, 1977, p. 109-125.

66 Baker A. R. H., Fraternity Among the French Peasantry: Sociability and Voluntary Associations in the Loire Valley, 1815-1914, Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

67 Brelot C.-I., « Châteaux, communautés de village et paysans dans une province française au XIXe siècle », dans Faure A., Plessis A., Farcy J.-C. (dir.), La Terre et la Cité. Mélanges offerts à Philippe Vigier, Grâne, Créaphis, 1994, p. 53-65.

68 Jessenne J.-P., « Synergie nationale et dynamique communautaire dans l’évolution politique rurale par-delà la Révolution française (vers 1780-vers 1830) », dans La politisation des campagnes au XIXe siècle, France, Italie, Espagne, Portugal. Actes du Colloque international organisé par l’École française de Rome en collaboration avec l’École normale supérieure (Paris), l’Universitat de Girona et l’Università degli studi della Tuscia-Viterbo, Rome, 20-22 février 1997, Rome, École française de Rome, 2000, p. 57-79.

69 Thibon C., Pays de Sault. Les Pyrénées audoises au XIXe siècle : les villages et l’État, Paris, Éditions du CNRS, 1988.

70 « Rolland Le Bail, écrit André Burguière, a contribué à fixer cette rivalité [la division en “clans”, la structure bipartite] ; il s’est efforcé de lui donner une signification politique », Bretons de Plozévet, op. cit., p. 218.

71 À l’inverse, l’anthropologie anglo-saxonne a fait de ce thème l’un de ses axes directeurs. Voir notamment Strathern M., « The Village as an Idea: Constructs of Village-ness in Eldom, Essex », dans Cohen A. P. (dir.), Belonging. Identity and Social Organisation in British Rural Cultures, Manchester, Manchester University Press, 1982, p. 247-277, et Cohen A. P. et al., Villages anglais, écossais, irlandais : la communauté villageoise dans les îles britanniques (textes choisis, traduits et adaptés par Bernard Kayser et John Moore), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1993.

72 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plodémet, op. cit., p. 16.

73 Ibid., p. 32.

74 Ibid., p. 33.

75 Ibid., p. 57.

76 Ibid., p. 62.

77 Ibid., p. 59.

78 Farcy J.-C., « Un problème d’histoire administrative : l’échec du regroupement des communes aux XIXe et XXe siècles. L’exemple de l’Eure-et-Loir », Bulletin de la Société archéologique d’Eure-et-Loir, no 89, juillet-septembre 2006, p. 1-49.

79 L’épisode est relaté par Rolland Le Bail dans L’Impartial du Finistère du 27 avril 1848. Eugen Weber mentionne une échauffourée entre les deux paroisses en mars 1866 à l’occasion du conseil de révision. Nous n’avons pas retrouvé le dossier aux Archives départementales du Finistère (Weber E., La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale, 1870-1914, Paris, Fayard, 1983, p. 93-94).

80 Sur la construction locale du national (et vice-versa) : Pérès H., « Identité communale, République et communalisation », Revue française de science politique, volume 39, no 5, 1989, p. 671-682, et « Le village dans la nation française sous la IIIe République. Une configuration cumulative de l’identité », dans Martin D.-C. (dir.), Cartes d’identité. Comment dit-on « nous » en politique ?, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1994, p. 209-228.

81 Sur ce point : Ploux F., Une mémoire de papier. La monographie de commune, expression et vecteur du culte des petites patries villageoises, des années 1840 à l’entre-deux-guerres, op. cit.

Auteur

Historien, professeur d’histoire contemporaine, Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO), UMR CNRS 6258, Université de Bretagne-Sud, Lorient.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540