Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En France rurale

 | 
Jean-François Simon
, 
Bernard Paillard
, 
Laurent Le Gall

Matériaux témoignages de quelques enquêteurs

Plodémet, des germes pour La Méthode

Edgar Morin

Texte intégral

  • 1 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, 1967.

Bernard Paillard : Dans votre livre, Commune en France, La métamorphose de Plodémet1, la localité retrouvant son nom, Plozévet, dans l’édition suivante, vous rendez compte de votre enquête effectuée en 1965 dans cette commune de Bretagne. Vous y abordez la question de la modernité tant technique que sociale ou psychologique. Pourtant, Plozévet n’était pas au cœur de la modernité. Pourquoi avoir choisi d’étudier la modernité ?

Edgar Morin : Lorsque l’on m’a demandé d’intervenir dans l’enquête multidisciplinaire, commencée déjà depuis plusieurs années, un de ses aspects concernait les processus de modernisation des campagnes. Ce que je jugeais important d’étudier. Mais j’avais à faire, là, à un concept absolument flou. Car cette modernisation avait des aspects économiques, sociaux, politiques, psychologiques, etc. Elle touchait toutes les classes sociales comme les différents groupes sociaux d’âge (jeunes, adultes, vieux) ou de genre (hommes, femmes). Il était donc très intéressant de voir comment ce processus, très important dans les grandes villes, affectait aussi, de façon plus retardée, les campagnes. La chance de l’enquête fut d’observer ces processus modernisateurs qui se produisaient à Plozévet au moment même de l’enquête. Et cela, d’une façon assez fascinante dans cette commune. Pourquoi ? Parce que celle-ci, qui avait une très forte identité acquise au cours de son histoire, avec une très forte tradition, notamment politique, était entrée dans ce processus d’une façon multidimensionnelle. Ce qui était frappant, ce n’était pas seulement la disparition de toutes les petites exploitations agricoles et celle des petits commerces locaux. Ce n’était pas seulement la modernisation de l’équipement électroménager, l’accession au confort domestique, comme de mettre les w.-c. dans la maison ou le chauffage central. C’était aussi le fait que des catégories, comme les jeunes agriculteurs, s’efforçaient de répondre aux défis de la modernisation en créant des associations coopératives. Et que les rapports entre les générations changeaient. En plus, il y avait une poussée émancipatrice chez les adolescents et chez les femmes. Elles poussaient à l’acquisition du confort ménager. Répugnant à faire des travaux agricoles le dimanche, elles voulaient avoir des loisirs, aller en vacances. Et, comble pour une commune largement agricole, elles refusaient de se marier avec des paysans. En voulant étudier et comprendre toute cette série de phénomènes, j’ai compris qu’on ne pouvait pas isoler un processus technique, un processus social, un processus psychologique, un processus moral, etc. Il fallait saisir cela de façon liée. Ce fut le défide mon enquête.

Bernard Paillard : Plozévet subissait donc un processus plus général, tout en le vivant de façon très singulière. Comment avez-vous pu distinguer ce qui relevait de l’originalité de Plozévet de ce qui procédait de processus plus globaux ?

Edgar Morin : Cette question m’est apparue dès le début. Il fallait sans doute intégrer Plozévet dans un processus plus global qui concernait la France et plus largement l’Europe occidentale. Mais il ne convenait pas de noyer Plozévet et son identité singulière. D’où la formulation d’un principe de méthode : il fallait aller du particulier au général et réciproquement de façon à comprendre comment une commune, tout en se transformant, conservait son identité. Et comment, elle pouvait, elle-même, entrer dans ce mouvement historique. C’est cela que j’ai voulu dire dans le titre même du livre. Il s’appelait « Commune en France », ce qui voulait dire que c’était un cas commun en France, tout en étant une commune dans le sens administratif du terme. Mais en parlant de métamorphose, j’entendais signifier que malgré les profonds bouleversements qui affectaient la localité, celle-ci gardait sa propre identité. C’est cela la métamorphose : quand une chenille devient papillon, elle garde cependant quelque chose de son identité ancienne de chenille.

Bernard Paillard : Cette attention aux processus de transformation n’était guère partagée par les sociologues français en vogue à l’époque. D’ailleurs, on commençait à peine à parler de sociologie du « changement » ? Cet intérêt avait-il été nourri par certains de vos travaux antérieurs ?

  • 2 Morin E., L’Homme et la Mort, Paris, Buchet-Chastel, 1951.
  • 3 Morin E., Les Stars, Paris, Le Seuil, 1957.
  • 4 Morin E., Le Cinéma ou l’Homme imaginaire, Paris, Minuit, 1956.

Edgar Morin : En fait, j’ai toujours voulu étudier dans une perspective historique, avec à la fois un intérêt pour les changements et pour ce qui maintient l’identité. Ainsi, dès mon premier travail important sur la mort2, j’ai montré que, sans doute, les attitudes fondamentales des humains envers la mort traversaient les cultures et le temps. Mais, elles se transformaient également, des civilisations archaïques aux civilisations historiques. Elles étaient différentes selon les univers religieux bouddhistes ou hindouistes. Dans le monde occidental, elles s’étaient transformées avec l’apparition des religions du salut. Elles s’étaient transformées, à nouveau, avec le scepticisme et l’incroyance. Bref, bien que la mort soit toujours la même du point de vue biologico-physique, elle était quelque chose qui n’avait cessé de se modifier d’un point de vue historico-social et qui continuait de changer à notre époque. De même, lorsque j’ai étudié les stars3, je les ai situées dans l’histoire du cinéma, notamment en montrant qu’il y avait au moins deux ou trois générations différentes de stars. De la même façon, dans mon livre sur le cinéma4, j’ai insisté sur l’histoire de la métamorphose qu’induisait le passage du « cinématographe », simple instrument permettant de capter le mouvement, au « cinéma », donnant aux rêves, aux mythes, aux éléments romanesques la faculté de parasiter et même d’accaparer cette technique. Cet intérêt pour les processus, pour les transformations, m’est sans doute apparu très tôt. Car, si, lorsque j’étais étudiant, je me suis intéressé à plusieurs disciplines, si, déjà, j’avais un esprit polydisciplinaire, mes études principales émargeaient à l’histoire. En fait, très tôt, j’ai pris conscience que la dimension historique était capitale. C’est donc tout naturellement que j’ai eu cette perspective historique pour Plozévet. Avec toujours cette interrogation qui n’a cessé de me quitter : comment se fait-il que les choses restent elles-mêmes tout en se transformant ? Sous sa forme simple, c’est une question vraiment complexe.

  • 5 Morin E., L’Esprit du temps, Paris, Grasset, 1962.

Bernard Paillard : À côté de cet intérêt pour l’histoire et pour l’étude des transformations, votre recherche sur Plozévet fait-elle suite à certains de vos travaux antérieurs ? L’ouvrage qui la précède est L’Esprit du temps5. Y a-t-il une continuité dans les interrogations ?

Edgar Morin : Vous avez raison. Mon intérêt pour la modernisation était déjà très présent dans L’Esprit du temps. Selon moi, ce qu’on appelait la mass culture, la culture de masse, était quelque chose qui n’était pas seulement un divertissement, pas seulement un élément de luxe qui alimentait les rêves. C’était comme un élément fondamental de la culture vécue notamment chez les Occidentaux, mais pas seulement chez eux. Cela correspondait à certains de leurs mythes fondamentaux. Dans L’Esprit du temps, j’avais montré qu’il y avait deux époques de modernisation. Une première étape triomphante liée à la conquête du bien-être, de tous les bien-être possibles, les loisirs, les voyages, les consommations de toutes sortes (voiture, réfrigérateur, etc.). Selon la culture de masse, cette conquête devait permettre d’accéder au bonheur. Mais, dans un second temps, on s’apercevait que celle-ci ne suffisait pas. Mieux, elle produisait de l’insatisfaction morale. C’était très net au cinéma, à travers sa mythologie du bonheur. Celle-ci, jusqu’au milieu des années cinquante au moins, consacrait toujours une fin heureuse. Les héros réussissaient tout, leur vie, leurs amours, leur carrière. Mais, à partir du début des années soixante, à cette fin heureuse s’est substituée une fin incertaine, une fin aléatoire, avec la découverte que le bonheur était bien autre chose. Aussi, à Plozévet, je me suis questionné : où en étaient les Plozévétiens ? Et, j’ai pu détecter qu’à Plozévet même, dans ce que j’ai appelé l’avant-garde modernisatrice (chez le dentiste, chez le docteur, par exemple), derrière une apparente satisfaction se cachait une mélancolie profonde. Ceux qui jouissaient de tous les bénéfices techniques et matériels de la modernisation vivaient une crise existentielle. J’ai mis ainsi l’accent sur la crise de la modernité. Une crise qui, à peu près à l’époque de mon enquête, commençait à se manifester plus massivement dans la jeunesse californienne. Et qui devait éclater dans cette même jeunesse pour s’élargir à toute la planète dans une sorte de crise de la civilisation du bien-être matériel et dans une crise du bonheur. Tout cela était déjà en germe à Plozévet.

Bernard Paillard : Dans L’Esprit du temps, vous vous intéressiez aussi à la culture des jeunes, comme à l’image de la femme qui était en pleine évolution. Est-ce pour cette raison que vous vous êtes plus particulièrement penché sur ces deux catégories sociales dans votre enquête plozévétienne ?

  • 6 Morin E., « 1963, Salut des copains », dans Sociologie, Paris, Fayard, 1984.
  • 7 Film (États-Unis, 1955) de Nicholas Ray.
  • 8 The Wild On de Lászlo Benedek (États-Unis, 1953).
  • 9 Cette enseigne au titre magnifique célébrait un épisode qui avait eu lieu à Plozévet pendant la Ré (...)
  • 10 Georges Lapassade est le cofondateur, avec René Lourau, de la « socioanalyse institutionnelle », m (...)

Edgar Morin : Tout à fait. Mes interrogations quant à la jeunesse se sont cristallisées au début des années soixante à travers différents événements. Ainsi, en 1963, une manifestation tout à fait inattendue a secoué Paris. À cette époque, une radio, Europe no 1, avait la préférence d’une génération d’adolescents, qu’on a appelée par la suite yé-yé (mot que j’avais inventé). Cette radio avait convié ces adolescents sages à une grande manifestation musicale, Place de la Nation. À la grande stupeur des organisateurs, cette fête s’est transformée en une fête violente avec des grilles des arbres arrachées, des voitures renversées. Suite à l’événement, le rédacteur en chef du quotidien Le Monde, m’avait demandé un article pour analyser le phénomène6. Pourquoi ai-je fait cet article ? Parce que j’avais été déjà frappé par des événements similaires, survenus antérieurement dans d’autres pays, mais qui étaient très peu connus en France. Ainsi, cette « nuit de la Saint Sylvestre » à Stockholm en 1960, je crois (je ne sais plus la date exacte) : à l’occasion de cette fête de la nouvelle année, on avait vu des jeunes transformer cette fête joyeuse en une fête agressive. Ils s’étaient mis à attaquer les vieux, à s’en prendre au mobilier urbain, à renverser les grilles des arbres, etc. J’avais relié ce fait à des films très symptomatiques des années cinquante et qui m’étaient apparus comme annonciateurs d’une nouvelle mentalité juvénile. Par exemple, les films de James Dean, notamment Rebel without a cause7, traduit en France par La fureur de vivre, L’Équipée sauvage, film où Marlo Brando jouait le rôle d’un motard qui, avec son équipe, terrorisait les habitants d’une petite ville8. Ces films semblaient indiquer l’idée qu’il se préparait quelque chose dans la jeunesse, comme une sorte de révolte contre ce qui était accepté comme le mode de vie dominant, valable pour tous et apportant tout ce dont on avait besoin. D’autre part, je savais qu’un mouvement de contre-culture commençait à se développer en Californie, à Berkeley et dans ses environs, que se créaient des collectifs juvéniles qui aspiraient à davantage de liberté et de communauté. Enfin, j’avais vu un film de Martin Ritt qui s’appelait No down payment (Les Sensuels, 1957). Dans ce film, particulièrement intéressant, l’on voyait de jeunes riches américains vivre sur une colline merveilleuse avec vue sur la mer. Ces gens avaient tous les éléments matériels pour être heureux, des maisons neuves bien équipées avec jardinet, des voisins accueillants. Et, pourtant, ils vivaient des drames, des tragédies. L’un était alcoolique, un couple ne se comprenait pas. Bref, le bonheur n’était pas là. Aussi, ai-je mis en relation tous ces événements, tous ces éléments filmiques. Et j’ai pu annoncer qu’une sorte de nouvelle classe d’âge se formait. L’adolescence, qui était prise en sandwich entre le cocon de l’enfance et l’âge adulte, s’autoaffirmait, revendiquait une nouvelle façon de vivre, avec des aspirations à la fois communautaires et libertaires. Cette adolescence pouvait concrétiser ses aspirations dans la réalisation de communautés éphémères, comme en Californie ou ailleurs. Et elle a pu trouver dans le Mai 68 français la croyance, sans doute l’illusion, que son aspiration à la communauté, à la liberté, était exprimée par les partis révolutionnaires (trotskistes, maoïstes et autres) qui se présentaient à eux pour exaucer ses vœux. Mon idée était donc qu’il y avait un ferment dans la jeunesse. À Plozévet, j’ai cherché à déceler ces éléments. Alors que je fréquentais le café des adolescents « Au vaisseau des Droits de l’Homme9 », j’avais organisé une petite réunion à leur intention. Avec l’aide et la stimulation d’un sociologue de passage, Georges Lapassade10, nous les avons interrogés sur leurs aspirations. Ils nous ont dit qu’ils voulaient un comité des jeunes avec un lieu et des activités pour eux seuls. Avec mon aide avunculaire, où je ne jouais pas le rôle paternaliste, mais celui d’un oncle bienveillant, ils ont organisé leur comité. Pour obtenir de l’argent, ils ont prévu un grand bal, ce qui a suscité des réactions négatives chez certains habitants de Plozévet (chez les instituteurs notamment). L’idée d’une culture fondée sur le bal, sur les loisirs, semblait étrange aux yeux des adultes : « S’ils veulent de l’argent, qu’ils travaillent », disait-on.

Bernard Paillard : L’ensemble des adultes s’était-il donc opposé à ce comité et aux jeunes qui l’organisaient ?

Edgar Morin : Non. Mais ce qui semblait symptomatique était le fait que les plus opposés représentaient, en quelque sorte, l’autorité et, singulièrement, ceux qui appartenaient au monde des « rouges ». À cette époque, à Plozévet, il y avait une séparation entre deux univers, celui des « rouges » et celui des « blancs ». Les « rouges » se situaient dans la tradition de la Révolution française et de la République. Ce furent d’abord des radicaux-socialistes, puis des socialistes, enfin des communistes. Donc, radicaux-socialistes, socialistes et communistes formaient le parti rouge. Les « blancs » étaient les héritiers du parti catholique et monarchiste. Sans doute n’étaient-ils plus monarchistes. Mais ils constituaient la droite.

  • 11 Le Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC) est issu de la Jeunesse agricole catholique (J (...)

Cette bipartition n’empêchait pas le processus de modernisation de se faire de chaque côté. Mais de façon différente. Par exemple, c’étaient des jeunes agriculteurs d’origine « blanche », formés par les mouvements de jeunesse catholique – le MRJC11 –, qui se lançaient dans la modernisation associative et technique. Alors que les petits agriculteurs « rouges » abandonnaient, finalement, leurs petites exploitations, et ne trouvaient pas en eux cette ressource. Il faut dire aussi que les paysans pauvres avaient la possibilité d’accéder à des postes de fonctionnaire, dans l’enseignement, dans les postes, dans l’armée, etc. La dynastie des maires « rouges » avait développé une politique d’exode en misant beaucoup sur l’instruction : l’école laïque permettait aux jeunes de sortir du monde paysan. On voyait ainsi à l’œuvre deux processus de modernisation qui suivaient la division politique. Celle-ci résistait toujours à la modernisation, du moins à cette époque. Car, plus tard, nous avons appris qu’il y avait des mariages entre « rouges » et « blancs ». Nous avions d’ailleurs noté en 1965 que cette séparation radicale commençait à s’effriter, notamment chez les jeunes, certains ne voulant plus appartenir ni à l’un ni à l’autre des camps. C’était flagrant dans le cas du comité des jeunes qui entendait s’adresser à tous sans distinction d’appartenance.

Bernard Paillard : Rappeler l’histoire du comité des jeunes ou de L’Équipée sauvage, film que nous avions projeté aux jeunes de Plozévet pour tester certaines de leurs conceptions, c’est parler des méthodes d’enquête. Elles se différenciaient des enquêtes par questionnaire comme de l’observation participante puisqu’il y avait une bonne part d’intervention sociale. Cette façon d’enquêter était-elle prévue au départ ? S’est-elle mise en place au fur et à mesure du développement du travail ?

  • 12 Une propriété rurale très morcelée, la présence de nombreux talus et haies entre les parcelles, l’ (...)

Edgar Morin : Je n’avais jamais fait d’enquête sur le terrain auparavant. Je connaissais quelques travaux de l’École dite de Chicago. Mais ce ne sont pas eux qui m’ont directement fécondé. J’ai plutôt inventé une méthode quand bien même, en inventant cette méthode, j’ai pu retrouver des thèmes développés dans d’autres écoles sociologiques. Par exemple, l’ethnométhodologie, courant sociologique critique américain minoritaire et inconnu en France à l’époque de mon enquête, a développé certains principes proches des miens. Parler comme elle le fait de « sociologie profane » signifie que les gens sur lesquels on enquête possèdent une connaissance de leur propre réalité sociologique. De même, insister sur la « réflexivité », c’est introduire la nécessité, pour le sociologue, de se reconsidérer lui-même, de ne pas se prendre pour un être omniscient hors de tout contexte. J’avais des idées semblables, me fiant à ce que me disaient les gens, à leurs connaissances, à leurs réflexions. Et j’insistais sur le fait que l’enquête devait s’autoétudier pour mieux étudier le terrain. J’ai introduit très vite ces deux principes. Pourquoi ? D’abord, parce que j’ai toujours eu une grande méfiance pour les questionnaires. Ou plutôt, j’avais une très grande connaissance des limites des enquêtes par questionnaire, surtout lorsqu’il s’agissait d’aller un peu au fond des choses. On peut faire une enquête par questionnaire pour savoir quels sont les goûts pour une machine à laver ou pour faire des sondages préélectoraux. Encore qu’il faille tenir compte du fait que les enquêtés disent ce qu’ils veulent ! Je ne pouvais envisager de travailler ainsi. En second lieu, je savais que Plozévet était un terrain très singulier, et pas seulement d’un point de vue global. Car la commune elle-même possédait de nombreuses singularités. Il y avait, par exemple, des villages très particuliers, comme Pors Poulhan, comme Kermenguy à l’intérieur des terres, deux villages qui étaient très peu reliés au chef-lieu de la commune. Chaque village avait ainsi son originalité, son caractère. On ne pouvait donc pas employer une méthode uniforme. Aussi, l’idée m’était-elle venue de développer une stratégie d’enquête. Celle-ci consistait à détecter, dans un premier temps, les problèmes fondamentaux à étudier. Une fois ceux-ci dégagés, il convenait de déterminer les populations à connaître ou à interroger au moyen d’entretiens approfondis. J’ai donc disposé les différents étudiants de mon groupe d’enquête dans différents hameaux de la commune. Par ailleurs, je leur ai demandé de suivre des groupes sociaux particuliers, les jeunes, les femmes, les paysans, etc. Ils avaient pour mission de noter tout ce qui leur semblait important dans un journal d’enquête en principe quotidien. Ils devaient développer deux qualités. Ce que j’avais appelé le « balzacisme sociologique », c’est-à-dire, comme Balzac, recenser les données et les problèmes. Et, ce que j’avais appelé le « stendhalisme sociologique », c’est-à-dire de faire comme Stendhal qui cherchait, lui, le petit détail significatif. L’idée était de confronter nos journaux d’enquête, ce que nous avons fait plus ou moins bien. En nous rencontrant pratiquement tous les jours, lorsque j’étais présent à Plozévet, nous pouvions déterminer les acquis, les manques, les problèmes nouveaux à étudier. Et voir, ce faisant, dans quelle direction aller. Cette méthodologie s’est imposée naturellement, méthodologie contraire aux méthodes en vogue à l’époque qui consistaient, non pas à développer des stratégies, mais plutôt à recourir à des techniques de recueil des données. Car les méthodologies en cours divisaient la recherche en deux temps bien identifiés et séparés. Une première phase, celle dite de la pré-enquête, où l’on commençait à aborder un problème inconnu. Là, il fallait bien être quelque peu stratégique. Puis, une fois qu’on avait une vue un peu globale de ce qui devait être étudié, on déterminait la méthode d’enquête, en général le questionnaire. Celui-ci établi une fois pour toutes, l’enquête devenait un véritable rouleau compresseur. C’était une machine qui ne tenait pas compte de la rétroaction des événements et des informations qui arrivaient. Notre idée était, au contraire, de tenir compte de tout ce qui nous arrivait. Ainsi, après avoir noté qu’il y avait très peu de jeunes agriculteurs qui voulaient rester à la campagne, nous avons centré notre enquête sur ces jeunes-là pour comprendre leurs problèmes. De même, pour les quelques rares couples de jeunes mariés du monde agricole. Bien évidemment, nous nous sommes centrés sur les autres jeunes. Nous nous sommes centrés sur les femmes et, parmi elles, sur celles qui vivaient des problèmes particuliers. Nous n’avons pas cherché à constituer un échantillon statistiquement représentatif de la population. Nous avons déterminé un échantillon, que j’appelle significatif, en sélectionnant des groupes sociaux qui vivaient plus intensément certains problèmes. Nous nous sommes aussi adaptés aux événements qui se passaient sur place. Un exemple : au cours de notre enquête s’est effectué le remembrement rural12. Personne, à Paris, n’avait imaginé que cela pouvait être important. Or, pour nous, ce fut l’occasion d’analyser les problèmes du monde paysan, de voir aussi bien leurs conflits que leurs coopérations, de tester s’il y avait un attachement à la terre des ancêtres ou si celle-ci, sous la pression de la modernisation, n’était devenue qu’un simple outil dégagé de tout élément affectif. Les événements qui surgissaient dans la commune étaient incontestablement une opportunité pour mieux connaître Plozévet. Cette attention à l’événementiel nous permettait d’examiner dans l’hic et nunc les réactions d’une population confrontée à certains problèmes. Autre principe de base : unir deux principes antagoniques, l’objectivité et la subjectivité. Car, s’il faut faire le plein-emploi de l’objectivité, c’est-à-dire étudier les choses telles qu’elles sont sans se laisser influencer par ses sentiments, s’en tenir à une telle attitude ne permet pas de voir les réalités de l’intérieur. Aussi, convient-il de faire, parallèlement, le plein-emploi de la subjectivité, c’est-à-dire avoir un réel intérêt personnel pour le sujet étudié, de l’amitié pour les gens et de la compréhension pour les problèmes qu’ils rencontrent. En bref, pour répondre à votre question, cette méthode s’est progressivement élaborée au cours de l’enquête. En arrivant à Plozévet, j’avais quelques idées phares. Elles se sont développées au contact de la réalité plozévétienne. La méthode a été le fruit de cette confrontation.

Bernard Paillard : Autre originalité de votre méthode, vous et vos enquêteurs avez vécu sur place, adoptant une position qui, à l’époque, était plus celle des ethnologues que des sociologues. Était-ce prévu dès le départ ?

Edgar Morin : Il y a ici une part de hasard. Les deux hôtels de Plozévet n’étant pas chauffés l’hiver, la majorité des enquêteurs résidait dans une commune voisine, Pont-Croix, mais distante d’une dizaine de kilomètres. Même si cet hôtel était extrêmement confortable, sa situation n’était guère pratique. En conséquence, j’ai très vite cherché à m’installer sur place. J’ai pu louer un penty au bord de la mer avec une très belle vue. Évidemment, pas de confort, pas de chauffage, pas de toilettes dans la maison. Mais, vivant une vie normale de Plozévétien, je pouvais me mêler aux gens, discuter avec eux, avec les voisins. J’allais faire mes courses dans les commerces de la commune, je fréquentais ses cafés. Bien entendu, les gens savaient que nous n’étions pas des Plozévétiens. Mais ils voyaient que nous acceptions de vivre comme eux. Cela nous a permis une sorte d’imbibition, d’imprégnation de la réalité plozévétienne. À cette époque, je vivais avec une femme qui pouvait paraître très exotique pour les Plozévétiens puisqu’elle était noire de peau. Mais elle avait beaucoup de sympathie, beaucoup de chaleur humaine, beaucoup de qualités de communication. Ces deux éléments ont favorisé la connaissance de ce terrain. Ils m’ont permis de me lier avec les gens, d’avoir des relations d’amitié avec certains couples. Les chercheurs de mon équipe, eux-mêmes, ont tissé des rapports avec les personnes chez qui ils habitaient, avec les habitants de leur village. Tout cela nous a permis d’avoir un type de connaissance que je pense supérieur à celui des méthodes ordinaires de la sociologie.

Bernard Paillard : Il y avait donc une sorte d’art de vivre à Plozévet, ce qui permettait d’être bien accepté.

Edgar Morin : Sans doute. Mais, en plus, je dirais que le monde des Bretons a quelque chose de très attachant. Je me suis plu à vivre dans cette civilisation assez ouverte, très communicative, très conviviale, avec ses bistrots, ses buvettes, ses fêtes. Il y avait la mer, une nourriture très bonne faite de poissons, de produits maraîchers de grande qualité. Je me sentais très à mon aise à Plozévet. En plus, il y avait des gens qui forçaient mon estime. On a trouvé des types humains fascinants. J’avais, par exemple, une très grande admiration pour les vieilles femmes de marin, ces femmes qui avaient de très beaux visages en dépit de leurs rides. Car ceux-ci traduisaient une sagesse, un sens de la responsabilité. Surtout quand les maris s’adonnaient trop à l’alcool…

Bernard Paillard : Pourtant, la parution de votre livre a suscité des réactions de rejet.

  • 13 La 2 CV, petite voiture française très populaire créée par la marque Citroën, a été présentée pour (...)
  • 14 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965 (préparé et annoté par Bernard Paillard), La Tour d’ (...)

Edgar Morin : À mon avis, ces remous tiennent à plusieurs choses. Premièrement, la commune était contrôlée par les « rouges ». Et, dans mon livre, j’ai montré que ce parti rouge était très sclérosé, très rigidifié. C’était chez les « blancs » que se manifestaient des processus de réponse aux défis de la modernité, comme la coopération agricole. Paradoxalement, la coopération, phénomène de gauche, se faisait surtout à droite, dans le monde issu du catholicisme. D’autre part, le maire qui était un ancien enseignant, et les enseignants eux-mêmes furent très vexés de voir que mon livre ne s’ouvrait pas par une sorte d’éloge de leur action. Ils ont eu l’impression d’avoir été ignorés. Tout ceci a suscité, chez eux, une réaction de rejet. D’autre part, quand le livre est sorti, certaines anecdotes ont été très mal comprises. J’avais appris, par exemple, que dans le temps, lorsqu’un adolescent ratait son bac, on le punissait tandis que, désormais, dans un ou deux cas, on le consolait en lui offrant une voiture, une 2 CV13. Cette petite anecdote, que j’avais signalée de façon anonyme, a surpris bien des habitants : « Mais, comment sait-il tout cela ? » On a eu l’impression que je fouinais, que je fouillais, que j’étais un « fouille-merde ». Et, beaucoup de choses significatives, que j’ai tirées de quelques cas, ont été considérées sous l’angle de quelqu’un qui cherchait à percer des secrets. Il y a eu aussi la question des jeunes et de mes rapports avec eux. J’avais cité dans mon livre les propos d’un homme très honorable (même si j’avais donné des pseudonymes, il s’était reconnu) ; quand les jeunes préparaient leur bal, il m’avait dit : « Ils feraient mieux de travailler, de ramasser du goémon ; mais voilà, aujourd’hui, les jeunes, ils ont un poil dans la main. » Quand il a retrouvé ses propos dans le livre, il m’a écrit une lettre furieuse. Il m’y disait que, contrairement à ce que je laissais entendre, il respectait la jeunesse de Plozévet : « Ce n’est pas comme ces jeunes de Paris qui sont tous drogués ! », ajoutait-il. Sans le savoir, j’avais cassé une image positive de Plozévet qu’il voulait donner. Car, on ne dénigre pas quelque chose de Plozévet à quelqu’un qui n’est pas Plozévétien. Ainsi, jamais un « rouge » ne dénoncera à un étranger un « blanc » en tant que « blanc », et vice-versa. Si je n’ai pas fait d’indiscrétion, certains Plozévétiens ont pensé que j’avais trahi leur confiance. J’avais fait allusion à un phénomène que l’on cachait bien qu’il était très visible, les ravages de l’alcoolisme. Ceci a déplu aussi. C’était un peu comme la réaction des enseignants et des officiels : l’étude devait être laudative. Ce ne pouvait pas être une étude « objective » qui montrait les ombres et les lumières. Malgré le fait qu’on voyait mon amitié pour Plozévet, pour cette petite civilisation populaire, on n’a pas accepté que j’en dévoile les côtés problématiques. Cela m’a valu un petit « procès de Moscou ». Il s’est trouvé que Pierre-Jakez Hélias était d’autant plus connu et estimé à Plozévet que son père en était originaire. Son émission radiophonique hebdomadaire en breton lui assurait sa notoriété dans la Bretagne bretonnante. Or, cet homme avait été totalement ignoré par les responsables parisiens de l’enquête. Je ne l’ai pas connu au cours de mon séjour et je n’ai pas cherché à le connaître. Je n’ai donc pas parlé de lui. Cette ignorance lui a déplu, je le comprends. L’organisation d’une émission de télévision sur mon livre à Rennes se mua en un véritable petit procès, rétrospectivement ridicule, où Pierre-Jakez Hélias avait demandé à des gens de dire que je m’étais trompé (je connaissais mal certains détails, par exemple, le prix du quintal de blé ; on me reprocha de donner trop d’importance à des anecdotes jugées peu flatteuses). Il y a sans doute eu un manque d’explication de ma part. Mais, à mon sens, il y a surtout le fait que, pour moi, ce qui était discret et indiscret ne correspondait pas à ce qui, pour eux, était discret et indiscret. Il y avait un décalage. En outre, je n’ai pas donné de Plozévet l’image flatteuse qu’ils en avaient. Sa réputation était d’être la commune la plus scolarisée de France : Plozévet avait donné des professeurs d’université, des professeurs agrégés, des enseignants de toutes sortes. Il y avait une image magnifique de Plozévet que je n’ai pas démentie. Mais je n’ai pas parlé que de cela. J’ai parlé de la crise, de la tragédie de la modernisation, etc. Nombreuses ont été les raisons qui ont créé un malentendu et déclenché une sorte de cabale. Je dirais même que la publication de mon journal d’enquête14, qui a été très tardive, a provoqué un certain nombre de remous parce que telles ou telles phrases avaient été très mal jugées par des personnes que j’avais citées. Il y eut bien sûr pas mal de personnes avec lesquelles j’avais maintenu des rapports d’amitié et de sympathie. Mais le climat général s’étant obscurci, pendant des années je n’ai pas eu envie de revenir à Plozévet. Une fois, j’ai passé quelques jours de vacances mais dans la localité d’à-côté. Ce n’est qu’avec le temps que ce malentendu s’est en grande partie résorbé. En 2002, à l’occasion des premières Rencontres régionales CNRS « Sciences et Citoyens » de Plozévet que vous avez organisées avec la délégation régionale du CNRS, j’ai été fait citoyen d’honneur de la commune.

Bernard Paillard : Il est certain que les enquêtes standards, anonymes, ne risquent pas ce genre de reproche. Il en va de même pour les articles publiés dans des revues très spécialisées avec lectorat restreint. Votre ouvrage était public ; tous les Plozévétiens pouvaient le lire et certains pouvaient ne pas en être satisfaits. Pourrait-on imaginer que des enquêtes puissent permettre aux enquêtés de réfléchir sur eux-mêmes ?

Edgar Morin : Peut-être. On pourrait maintenant faire autrement, surtout en incorporant plus de Plozévétiens dans l’équipe de recherche, ce que j’avais imaginé en 1965, mais qui ne s’est pas traduit entièrement selon mes souhaits. Vous avez quelque chose en projet, je crois, mais sous une autre forme. Peut-être faudrait-il déjà commencer par discuter de ce qui a été fait dans les années soixante. Je crois que c’est possible maintenant. Alors que c’était très difficilement concevable à l’époque.

  • 15 Morin E., Paillard B., Burguière É., De Lusignan S., Vérone J., La Rumeur d’Orléans, Paris, Le Seu (...)
  • 16 Voir Morin E. Sociologie, op. cit.
  • 17 Morin E., La Méthode, Paris, Le Seuil 1977-2004, six volumes.

Bernard Paillard : Peu après Plozévet, peu après La Rumeur d’Orléans15, vous changez complètement d’itinéraire. Vous quittez les enquêtes dites de « sociologie du présent16 » pour vous engager dans une réflexion épistémologique, une nouvelle aventure de plus de trente ans qui a donné lieu à la publication de plusieurs ouvrages sur La Méthode17. Si vous aviez à refaire une enquête à Plozévet, ce travail vous permettrait-il d’adopter une autre méthodologie de terrain et de réfléchir différemment ?

  • 18 Paillard B. (avec la collaboration de Claude Fischler), La damnation de Fos, Paris, Le Seuil, 1981
  • 19 Le projet de création d’une ville internationale dédiée à la réalisation de l’Unité humaine a comm (...)
  • 20 La revue Arguments, fondée par Edgar Morin en 1956, entendait revisiter le marxisme et les idées f (...)
  • 21 Chamak B., Le Groupe des Dix, ou les avatars des rapports entre science et politique, Paris, Éditi (...)
  • 22 L’un des fondateurs de l’informatique.
  • 23 Théoricien de la cybernétique de second ordre, il est notamment connu pour sa conception d’order f (...)
  • 24 L’un des représentants de l’école de recherche dite de Palo Alto.
  • 25 Morin E., Piatelli-palmarini M., L’Unité de l’Homme, Paris, Le Seuil, 1974.
  • 26 Morin E., Le Paradigme perdu. La Nature humaine, Paris, Le Seuil, 1973.
  • 27 Morin E., Pour sortir du XXe siècle, Paris, Nathan, 1981.
  • 28 Morin E., Kern A.-B., Terre-Patrie, Paris, Le Seuil, 1993.

Edgar Morin : À Plozévet, était implicite ce qui est devenu explicite dans La Méthode. Même si je ne disposais pas des concepts dégagés depuis, ne serait-ce que la notion de complexité, j’avais, en fait, une conception complexe de l’homme et de la société et cela dès L’Homme et la Mort. C’est ce qui a toujours guidé mes travaux. À la suite de Plozévet et de La Rumeur d’Orléans, j’avais un grand projet d’enquête qui portait sur une création par l’État français d’un complexe urbain industriel à Fos-sur-Mer dans le Midi de la France18. Mon idée était de m’y installer avec mon équipe et d’y faire une enquête, un peu comme celle de Plozévet, mais sur une plus grande échelle. Là encore, il s’agissait d’y étudier les transformations, les modifications. D’autant plus que ce projet technocratiquement élaboré n’avait pas tenu compte d’un élément nouveau apparu dans les années soixante-dix, la question écologique liée à la pollution et aux problèmes de l’environnement. Auparavant, avec mes collaborateurs, on avait caressé l’idée d’aller à Auroville en Inde pour voir comment une tentative de création d’une cité communautaire rencontrait différents obstacles et était capable ou non de les surmonter19. N’ayant pas obtenu de l’Unesco les crédits espérés, nous avons abandonné ce projet. Bref, j’avais toujours envie de développer dans un autre cadre l’expérience de Plozévet. Toutefois, durant ces mêmes années, le besoin de réfléchir de façon épistémologique sur les principes de la connaissance ne fit que se renforcer. Cette préoccupation s’était déjà manifestée quand je dirigeais Arguments20. À l’époque de la revue, j’avais déjà l’idée qu’on ne pouvait pas séparer les connaissances des sciences humaines et sociales des connaissances des sciences biologiques puisque nous sommes des êtres sociaux, biologiques et même physiques. J’avais déjà une grande curiosité pour les autres sciences, ce dont témoignent différents numéros d’Arguments. De 1969 à 1976, j’ai appartenu à un groupe polydisciplinaire animé par le docteur Jacques Robin, « Le Groupe des Dix21 ». Là, je me suis initié à de nouvelles disciplines, la cybernétique, la théorie des systèmes. Ce travail m’a passionné. Mais il m’a fallu le coup de pouce d’une invitation en Californie au Salk Institut for biological studies, centre de recherches en biologie fondé en 1963 par Jonas Salk, le découvreur du vaccin de la poliomyélite. C’est là que je me suis initié non seulement à toutes les transformations importantes qui avaient affecté la biologie depuis 1950, c’est-à-dire depuis l’époque où j’avais écrit mon livre sur la mort. Ce fut un bouillon de culture formidable où je pris connaissance de la théorie des systèmes, de la pensée de Von Neumann22, de celle Von Foerster23, de Gregory Bateson24, d’un certain nombre d’autres penseurs peu connus en France. Tout ceci m’a permis de développer, cette fois de façon consciente et réfléchie, les idées que j’avais exposées d’une façon spontanée dans mes travaux antérieurs. Aussi, quand je suis rentré de Californie, il m’est apparu urgent de contribuer à une réforme de la pensée. Après avoir organisé un colloque de caractère vraiment polydisciplinaire sur L’Unité de l’Homme25, je me suis lancé dans une aventure qui s’est avérée plus longue que prévue. J’avais écrit, pour ce colloque, un petit livre, Le Paradigme perdu, la Nature humaine26. Je l’ai considéré comme le premier morceau de La Méthode. En fait, ce que je croyais rédiger en trois ans m’a pris plus de trente ans. Au fur et à mesure que j’ai progressé, j’ai découvert que c’était un travail de grande ampleur et de longue haleine. C’était comme si, au départ, j’avais envisagé de faire un petit tableau de chevalet avant de me rendre compte, par la suite, que j’étais en train de faire le plafond de la Chapelle Sixtine. Ce travail m’a passionné. Il m’a conduit à réfléchir sur les connaissances du monde physique et biologique et, bien entendu, anthropologique. Bref, il est devenu la chose essentielle pour moi. J’ai pourtant souvent eu envie de faire des plongées sur le terrain. Parce que j’ai toujours une part de moi qui s’intéresse au concret, au vécu, à l’événement. Le Mai 68 français fut ainsi, pour moi, un événement que j’ai eu plaisir à interroger. Par la suite, j’ai eu l’occasion de faire des articles pour le quotidien Le Monde, articles sur des thèmes complexes que la presse, à mon avis, simplifiait par trop, comme la guerre en Yougoslavie. Mes interventions historico-sociales se sont donc faites surtout à travers des articles dans la presse et non en recourant à des travaux approfondis. J’ai toujours voulu garder le contact avec le monde tel qu’il se fait mais en essayant toujours de lier les problèmes locaux, particuliers, aux problèmes globaux. C’est dans cette perspective que j’ai écrit un Pour sortir du XXe siècle27, réflexions sur les temps présents, ou encore Terre-Patrie28, réflexions sur les problèmes de la planète. Toutes ces raisons m’ont empêché d’envisager d’autres aventures comme celle de Plozévet.

Bernard Paillard : Si vous aviez à enquêter de nouveau sur Plozévet, quelles questions (vous) poseriez-vous après tout ce parcours ?

Edgar Morin : Il y a quarante ans, je ne posais pas des questions a priori. Certes, j’avais une question générale : quid de la modernisation ? Pour le reste, ce fut le terrain qui multiplia les interrogations. Si j’avais à revenir, il y aurait, bien sûr, une première constatation : cette première modernisation a été suivie par d’innombrables autres transformations. Alors, où en est-on aujourd’hui ? Quels sont les acquis, les avantages, les conquêtes ? Quelles sont les déceptions ? Quelles sont les difficultés ? L’économie a-t-elle tenu ? Où en sont les rapports entre les sexes, les générations ? Mais je serais incapable de formuler des interrogations plus précises avant même d’avoir fait une première plongée.

1Propos recueillis par Bernard Paillard en septembre 2005.

Notes

1 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, 1967.

2 Morin E., L’Homme et la Mort, Paris, Buchet-Chastel, 1951.

3 Morin E., Les Stars, Paris, Le Seuil, 1957.

4 Morin E., Le Cinéma ou l’Homme imaginaire, Paris, Minuit, 1956.

5 Morin E., L’Esprit du temps, Paris, Grasset, 1962.

6 Morin E., « 1963, Salut des copains », dans Sociologie, Paris, Fayard, 1984.

7 Film (États-Unis, 1955) de Nicholas Ray.

8 The Wild On de Lászlo Benedek (États-Unis, 1953).

9 Cette enseigne au titre magnifique célébrait un épisode qui avait eu lieu à Plozévet pendant la Révolution française.

10 Georges Lapassade est le cofondateur, avec René Lourau, de la « socioanalyse institutionnelle », méthode issue du courant pédagogique ayant émergé du mouvement Freinet. Elle se fondait sur l’intervention sociale, celle-ci jouant le rôle de laboratoire en vue de la conceptualisation de l’analyse. Voir Lapassade G., Groupe, organisation, institution, Paris, Gauthiers-Villars, 1966 ; Lourau R., L’analyse institutionnelle, Paris, Minuit, 1970.

11 Le Mouvement rural de la jeunesse chrétienne (MRJC) est issu de la Jeunesse agricole catholique (JAC), mouvement d’action populaire fondé en 1929. Il s’agit d’un mouvement dit « d’action catholique ». Dans le sillage du catholicisme social, il militait pour un monde plus solidaire dans la ligne de la doctrine sociale de l’Église initiée par le pape Léon XIII dans son encyclique Rerum novarum (1891). Le MRJC, animé par des jeunes de 14 à 30 ans, s’attaquait – s’attaque – aux problèmes que rencontrait – rencontre – la jeunesse en milieu rural tant dans le domaine professionnel que social. Aussi, encourageait-il – encourage-t-il – la formation professionnelle, l’acquisition de différents savoirs et l’éducation à la citoyenneté tout en motivant les jeunes à prendre des responsabilités professionnelles et syndicales. La JAC puis le MRJC ont joué un rôle très important dans la formation des leaders paysans des années soixante surtout dans une Bretagne où la paysannerie était encore très importante et l’Église catholique toujours très influente.

12 Une propriété rurale très morcelée, la présence de nombreux talus et haies entre les parcelles, l’importance de très petits chemins peu adaptés aux tracteurs et autres machines agricoles… tous ces éléments compromettaient fortement la modernisation des campagnes. D’où la nécessité d’une refonte de la propriété foncière par regroupement des terres et par l’établissement de nouvelles routes d’exploitation agricole.

13 La 2 CV, petite voiture française très populaire créée par la marque Citroën, a été présentée pour la première fois à Paris au Salon de l’automobile en 1948. Vendue à près de quatre millions d’exemplaires jusqu’à l’arrêt de sa fabrication en 1989, la 2 CV a été le symbole de la démocratisation de l’automobile dans la France d’après-guerre. C’était souvent la première acquisition, surtout pour les jeunes.

14 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965 (préparé et annoté par Bernard Paillard), La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001.

15 Morin E., Paillard B., Burguière É., De Lusignan S., Vérone J., La Rumeur d’Orléans, Paris, Le Seuil, 1969.

16 Voir Morin E. Sociologie, op. cit.

17 Morin E., La Méthode, Paris, Le Seuil 1977-2004, six volumes.

18 Paillard B. (avec la collaboration de Claude Fischler), La damnation de Fos, Paris, Le Seuil, 1981.

19 Le projet de création d’une ville internationale dédiée à la réalisation de l’Unité humaine a commencé en 1964 ; la ville fut inaugurée en 1968. Concrétisation de la pensée de Sri Aurobindo, ce projet d’une cité idéale mettait l’accent, non seulement sur le progrès individuel par l’émergence d’un être nouveau, mais aussi sur un nouveau type de société fondé sur l’harmonie et la fraternité.

20 La revue Arguments, fondée par Edgar Morin en 1956, entendait revisiter le marxisme et les idées fondant la vulgate de l’intelligentsia de gauche. Fac-similés de l’ensemble des numéros de la revue : Arguments, tome 1, no 1 à 17 (1956-1960) ; tome 2, no 18 à 28 (1960-1962) ; édition intégrale publiée avec le concours du ministère de la Culture, Toulouse, Privat, coll. Réflexion faite, 1983.

21 Chamak B., Le Groupe des Dix, ou les avatars des rapports entre science et politique, Paris, Éditions du Rocher, 1997.

22 L’un des fondateurs de l’informatique.

23 Théoricien de la cybernétique de second ordre, il est notamment connu pour sa conception d’order from noise.

24 L’un des représentants de l’école de recherche dite de Palo Alto.

25 Morin E., Piatelli-palmarini M., L’Unité de l’Homme, Paris, Le Seuil, 1974.

26 Morin E., Le Paradigme perdu. La Nature humaine, Paris, Le Seuil, 1973.

27 Morin E., Pour sortir du XXe siècle, Paris, Nathan, 1981.

28 Morin E., Kern A.-B., Terre-Patrie, Paris, Le Seuil, 1993.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540