Version classiqueVersion mobile

En France rurale

 | 
Jean-François Simon
, 
Bernard Paillard
, 
Laurent Le Gall

Matériaux témoignages de quelques enquêteurs

Retour sur l’enquête historique

La commune, incontournable témoin du changement et de la complexité

Nicole Mathieu

Texte intégral

1Moi, Nicole Mathieu, née le 12 juin 1936, agrégée d’histoire en 1960, aujourd’hui directeur de recherche émérite au CNRS, j’ai bien été, entre 1963 et 1967, témoin – actif – de la première Recherche coopérative sur programme, la RCP de Plozévet, la plus ambitieuse non seulement par le nombre de chercheurs mobilisés mais aussi par le dessein de faire travailler ensemble les sciences anthropobiologiques et les sciences sociales. Et je dois d’emblée reconnaître que cette expérience a imprimé une marque indélébile sur toute ma carrière de chercheur, modelant mes affinités et mon style de travail, lui donnant son sens même.

  • 1 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001.
  • 2 Ce que je savais y trouver (à verser aux archives) et qui corrobore mes souvenirs mais aussi ce qu (...)

2Plus de quarante années se sont écoulées ! Comment passer, comme je l’ai accepté et promis à Bernard Paillard, Jean-François Simon et Laurent Le Gall, de l’identité de témoin à l’écriture d’un témoignage ? Chargée à l’époque de l’enquête historique, je n’entrevoyais pas d’autre terrain que les archives ! Comme l’a fait le sociologue Edgar Morin1 et comme le fait la géographe que je suis devenue, je ne peux me reporter aux notes d’un journal que je n’ai pas tenu. Comment faire un récit ayant valeur de témoignage – la vérité des faits – alors que ne me restent que ma mémoire et les trois cartons d’archives qui ont moisi dans la cave de la SEGESA (Société d’études géographiques économiques et sociologiques appliquées) jusqu’à ce que je les redécouvre récemment2 ?

  • 3 Mathieu N., « D’un tremblement de frontières à l’autre, quelle valeur heuristique de l’interdiscip (...)

3La mémoire est sélective et j’ai construit une histoire subjective de mon rapport à Plozévet – la jeunesse de mon métier – sur la base de moments forts en émotions, de fragments d’évidence qui sont restés enfouis ou plutôt qui ont été mobilisés pour justifier les directions que je prenais, pour consolider en quelque sorte mon code de recherche. En ce sens, il m’a été plus facile d’écrire le texte « d’un tremblement de frontières à l’autre3 » qui reconstituait, de façon objective, la portée scientifique de cette « grande enquête » pluridisciplinaire, l’influence qu’elle a eue « sur mon devenir intellectuel et humain » et la valeur heuristique de l’interdisciplinarité, que celui-ci qui frise l’autobiographie intellectuelle.

  • 4 Courriel de Laurent Le Gall à Nicole Mathieu daté du 5 septembre 2009.

4Car les trois paquets de questions4 qui forment la trame de l’interrogatoire du témoin que je suis censée être m’obligent à aller au-delà de cette reconstitution subjective et interprétative qui donne peu de place aux faits dans leur exactitude comme le ferait un retour réflexif et systématique sur cette expérience. Énonçons ces questions. Sur le déroulement des faits d’abord : dans quel contexte scientifique suis-je arrivée à Plozévet ? Par qui et pour quelle mission ai-je été recrutée ? Avec quelles bases scientifiques et quelle connaissance sur ladite enquête suis-je entrée dans cette « carrière » ? Quelles ont été mes relations avec les habitants de Plozévet, les « autorités » et les autres chercheurs ? Ensuite, celles qui portent sur les résultats en particulier de la méthode : comment ai-je construit l’enquête historique ? Quelles théories ai-je mobilisées ? Quels éléments m’ont étonnée dans le travail archivistique (découverte, serendipité) ? Quelles difficultés ai-je rencontrées ? Quel apport du travail collectif et du dialogue interdisciplinaire ? Enfin, la question conclusive : que reste-t-il de Plozévet tant sur le plan personnel que pour l’éthique scientifique elle-même ?

5Il est vrai que, surtout pour le premier paquet de questions, l’interview par un tiers m’aurait facilité la tâche ! Le témoin répond oralement et les conclusions sont rédigées par un autre. En 2002, lors des premières Rencontres régionales CNRS « Sciences et Citoyens » qui signèrent mon retour à Plozévet, je fus interrogée par Emmanuel Laurentin pour France Culture. L’entretien de plus d’une heure qu’il réalisa m’aurait sans doute aidée. Mais, puisque je n’ai pas réussi à l’obtenir, il me faudra trouver par moi-même cette distance qui seule permet de mêler avec justesse l’exactitude et l’émotion, les pièces à conviction et les souvenirs, la rigueur scientifique et la fabulation.

Plozévet : nous entrerons dans la carrière…

  • 5 Mathieu N., Les structures économiques de la France au début du XIXe siècle (Ernest Labrousse, dir (...)
  • 6 Devenue Bourquelot par mariage en 1965.

6Quand commence le récit ? À quel moment précis le nom de Plozévet entre dans ma vie ? Il me faudrait rouvrir mes agendas de l’époque pour le savoir. L’été 1962 est à retenir car il éclaire les raisons de ce destin. Après deux années d’enseignement d’histoire et de géographie en lycée, je décide de me mettre en congé pour convenance personnelle – ce que mes deux enfants rendent possible. Je prends rendez-vous avec Pierre Coutin, directeur du Centre d’études économiques (CEE), qui m’avait conseillée lors de mon diplôme d’études supérieures d’histoire5. Je veux explorer dans son centre, sis au dernier étage de la rue Saint-Guillaume, ce que recherche scientifique et pluridisciplinaire veut dire. Je suis embauchée au 1er octobre 1962 parce que je suis sévrienne et que je m’engage à mettre mon « savoir-écrire » au service de ceux qui, comme Françoise Langlois6 ou Lucette Vélard, ont une formation par la base et une pratique sociale qui leur donnent une supériorité d’entendement des problèmes et une capacité de diriger les « études » jusqu’à trouver les solutions à ces problèmes.

  • 7 Mathieu N., « Démarches interdisciplinaires et perspectives d’avenir : bilan de 25 ans de pratique (...)
  • 8 En particulier l’usage des crédits du Plan Marshall par l’agriculture pour sa modernisation et sur (...)

7Pierre Coutin, dont j’ai à plusieurs reprises évoqué la personnalité7, est alors l’intellectuel le plus connu sur les questions agricoles et rurales tant dans le milieu académique « innovant » de l’École pratique des hautes études – il doit son poste de directeur d’études en économie rurale au fait que ses travaux sur la Limagne furent remarqués par Marc Bloch – que dans celui, politique, du Commissariat général du Plan, le cœur de la reconstruction et de la modernisation de la France – il a été le conseiller de Jean Monnet pour tout ce qui concerne la politique agricole des premiers plans8 –, ou, enfin, dans le milieu du syndicalisme agricole et rural – il est écouté à la JAC et, lors de la création du CNJA il intervient à l’IFOCAP (Institut de formation pour les cadres paysans) et dans les semaines sociales qui mettent en relation intellectuels et militants sociaux.

8Je comprends a posteriori que cette première bifurcation dans ma carrière professionnelle s’explique par ma volonté de participer au nouveau style de travail scientifique ambitieux qui caractérise les débuts de ce qu’on appellera plus tard les trente glorieuses : construction collective des priorités de recherche, interdisciplinarité, coopération entre scientifiques et acteurs politiques… On dirait aujourd’hui « recherche action », « transdisciplinarité » ou « science de mode 2 ». Au CEE, je suis immédiatement embarquée dans plusieurs travaux collectifs : enquêtes dans des exploitations agricoles en Auvergne, participation à la Commission rurale du Plan, étude de l’armature urbaine en liaison avec un diagnostic sur les équipements et services en milieu rural, atlas statistique de l’agriculture française, atlas des populations rurales… Et, dans ce tourbillon de travail, je ne sais plus si c’est dès octobre 1963 – après un an de mise à l’épreuve – ou seulement au début de 1964 que Pierre Coutin me confie la responsabilité du chantier Plozévet.

  • 9 L’adresse est le 62 rue Claude-Bernard, l’appartement d’Ernest Labrousse où je fus reçue dès mon D (...)

9Pour sortir de cette mémoire floue, il me faut revenir à la méthode historique et plonger dans mes archives. Dans un carton, au-dessus de boîtes oblongues où sont classées des milliers de fiches établies à partir des cadastres de 1828, 1911 et 1954, des listes nominatives, des registres d’enregistrement (inventaires après décès, frais d’enregistrement…), des recensements agricoles, des registres de l’inscription maritime… plusieurs chemises d’un rose passé, portant toutes dans le coin du haut le signe « Ploz » écrit de ma main, manifestent un souci de classement par thèmes. Parmi elles, j’exhume celle intitulée « Objet de Plozevet. Lettres et documents officiels ». Sur les huit documents qui s’y trouvent, quatre sont datés : une lettre tapée à la machine venant de l’Université de Paris datée du 25 avril 1964 qu’envoie « Monsieur E. Labrousse Professeur à la Sorbonne9 » au directeur de l’Enregistrement du Finistère à Quimper. On y apprend que Labrousse « dirige la partie historique » de la « recherche interdisciplinaire » engagée par la DGRST, « service dépendant de M. le Premier Ministre », et qu’il souhaite voir accueillir « favorablement » « Mme Mathieu, agrégée de l’Université et ses collaborateurs […] [qui] avec la collaboration de M. Coutin et du Centre d’Études Économiques de l’École des Hautes Études, dirige la mission envoyée à Plozevet ». Suivent deux lettres du 14 mai 1964 signées de moi, la première sans doute au directeur de l’Enregistrement où je précise que, « Chargée de Recherches au Centre d’Études Économiques », j’ai la responsabilité de « l’étude des structures sociales et économiques au XIXe siècle de la commune de Plozevet » et que « notre équipe de chercheurs sera à Quimper dès le mardi 19 mai » ; la deuxième à « Monsieur le Maire » reprenant les mêmes informations et demandant pour « mes collaborateurs et moi-même […] l’autorisation de consulter les archives communales ». Le dernier document daté n’est pas de la même facture, lettre sur papier ou copie ; il est ronéoté. Marqué en haut à gauche « DGRST Plozevet Contrat 63 FR 237 Histoire : M. Labrousse », il est intitulé « Rapport sur l’enquête historique effectuée au cours de l’année civile 1964 : état des travaux au 1/XII/1964 ». Je reconnais sa mise en page et la frappe de la machine. Retrouverai-je le manuscrit et le nom de la (des) secrétaire(s) qui a (ont) tapé ce rapport sur « la première partie de l’enquête historique sur Plozevet » ? Elle a été « menée à bien » sous ma responsabilité alors qu’entre-temps mon dernier fils est né en août et que, comme ces sept pages me le rappellent, le CEE a déménagé de la rue Saint-Guillaume pour la rue des Feuillantines.

  • 10 Le premier de ma main consiste en des notes prises (sans doute) au séminaire de Robert Mandrou un (...)

10Des quatre documents qui restent, dont trois sont manuscrits10, le plus important, celui qui définit l’« Objet de Plozevet » (titre de la chemise), s’intitule « Recherche historique sur la commune de Plozevet (Finistère) ». C’est un double ronéoté du contrat engageant l’« Organisme administratif : Association Marc Bloch CIC, Succ. D, 42.31 » et le « Laboratoire : Centre d’Études Économiques » à réaliser :

« l’objectif de M. Labrousse […] : l’enquête multidisciplinaire qui a été menée pendant les années qui viennent de s’écouler par des anthropologues, des médecins, des démographes, des sociologues, des économistes, a porté essentiellement sur l’état présent de la commune ; ce faisant les premiers résultats obtenus par les uns et par les autres ont révélé des lacunes d’information qui tiennent à ce que l’évolution de cette commune n’est pas connue alors même que pour bien des aspects de la situation actuelle, une étude historique est à même de fournir des éléments d’explication. L’enquête historique a donc pour objet de “rejoindre” en quelque sorte les enquêtes des autres spécialistes qui ont jusqu’ici étudié Plozevet sans le secours de la perspective historique ».

11Là est donc ma (notre) mission : « reconstituer dans les meilleurs délais (soit deux à trois ans) l’histoire globale de cette commune bretonne : c’est-à-dire aussi bien l’histoire de ses transformations, économiques, sociales depuis un siècle et demi, que l’évolution des mentalités, de l’opinion publique, de la vie politique dans la commune même et dans ses relations avec le milieu environnant ». Plus loin, après avoir détaillé les étapes du programme et, en particulier, celui marqué d’un large trait en marge et qui me revenait – « un chercheur qui consacrerait tout son temps pendant un an à l’exploitation des archives départementales (cadastre, état civil, enregistrement, etc.) qui concernent la commune pour la période 1820-1960 » –, le contrat conclut que le but final de la recherche est de « participer sur le plan historique à cette enquête convergente multidisciplinaire, et [d’]apporter les éléments d’histoire à la compréhension totale, “intégrée” d’un milieu rural français, choisi comme référence – compréhension qui devrait permettre à long terme la solution de problèmes appliqués, tels que les conditions du développement économique, la diffusion des connaissances civiques en milieu rural, etc. ».

  • 11 Le directeur du Centre, 3 chefs de travaux à l’EPHE, 1 collaborateur technique du CNRS.
  • 12 Mon salaire est de 10 800 francs pour 12 mois mais, pour minimiser le coût total, ma qualification (...)
  • 13 « 24 vacataires, dont 3 agrégées, histoire-géographie [Nicole Mathieu, Anne Zink, Christiane Zuber (...)

12La chemise rose fermée, les souvenirs reprécisés laissent la place à un regard étonné sur ce qu’était la recherche à l’époque. Ce langage direct et simple recèle l’ambition de l’après-guerre, la force du projet, une confiance dans la valeur sociale de la connaissance et de la jeunesse, une invention dans l’organisation du travail. Parmi les effectifs du personnel qui justifient, dans le contrat, la compétence du laboratoire, seules cinq personnes sont titulaires11 et les 24 vacataires dont je fais partie12 ont des statuts et des disciplines très divers13. La recherche est ce qu’elle doit être, une aventure intellectuelle.

Le temps à Plozévet

  • 14 Que l’on pourrait trouver – si elle a été archivée – dans la comptabilité de l’Association Marc Bl (...)

13Combien de fois me suis-je rendue dans la commune ? Avec qui et pour quelle durée ? D’après les documents évoqués précédemment, l’enquête proprement dite débute en mai 1964 par notre rendez-vous à l’Enregistrement et la conservation des hypothèques à Quimper. De cette date jusqu’à la remise du rapport fin 1965 – 451 pages sans compter les annexes non paginées –, combien l’équipe que j’étais censée diriger, alors que je n’avais pas encore 28 ans, a-t-elle fait de séjours ? Combien étions-nous à chaque mission ? Combien de temps duraient-elles et comment se répartissaient-elles entre le chef-lieu du département et la mairie de Plozévet ? Il me faudrait la patience de l’historien pour appuyer ce pan de mon témoignage sur l’exactitude des preuves14. N’est-il pas plus juste que je me fie à ma mémoire pour retrouver l’épaisseur du temps passé en ce lieu ?

14Je me force à revivre ce temps de jeunesse, haché par des trous noirs, vibrant de moments aujourd’hui encore aigus où vie affective et travail sont inséparables. Je m’aide de quelques phrases échangées avec ceux qui ont vécu cette époque : Matieu, mon époux, qui bifurquait vers la peinture après la guerre d’Algérie ; mon fils aîné qui se souvient de l’école de Plozévet, du chemin traversant le cimetière que nous prenions pour aller à la mer et de ce que lui disait son père pour justifier mes absences : « Plozévet, c’est très important pour ta mère. » Au terme de cet effort, trois temps distincts surgissent qui ne se succèdent pas forcément.

  • 15 Puisque je suis « assistée de trois chargés de recherche » ; voir la page de couverture : Mathieu (...)
  • 16 Arch. privées Nicole Mathieu, rapport sur l’enquête historique effectuée au cours de l’année civil (...)
  • 17 Ibid.

15Le premier est un temps collectif. Il débute avec le départ pour l’enquête de notre équipe en commando. Nous sommes quatre jeunes femmes15 : deux universitaires, « Mlle Zink16 » et moi-même, toutes deux sévriennes et agrégées d’histoire et géographie avec une promotion d’écart ; deux ruralistes, « Mmes Chevalier et Le Cellier17 ». Dans l’espace de ce Plozévet passé, je me souviens surtout de la première, Marie-Thérèse Gontard épouse Chevalier. Nous n’avons pas perdu le contact mais ce n’est pas ce qui explique la fraîcheur et la précision du souvenir de son passage dans cette histoire. Fille d’agriculteurs de la Drôme, militante à la JAC et dans le milieu de la coopération agricole, le mélange du savoir rural et d’un appétit de comprendre lui donne, comme l’a pronostiqué Pierre Coutin en l’embauchant, une intelligence précise et profonde. Alors qu’elle n’a reçu aucune formation spécifique, à peine guidée par Anne Zink et moi-même, elle entre intuitivement dans les archives – le cadastre en particulier –, les démêle, sait les évaluer, en fait une collecte raisonnée digne d’une historienne qualifiée.

  • 18 Ibid.
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

16Durant ce « premier séjour de trois semaines à Plozevet à la fin du printemps18 », notre troupe de recherche s’empare donc avec une efficacité indescriptible « des données fournies par les archives départementales et communales : cadastre, état civil, enregistrement, minutes notariales, recensements agricoles, recensements de chevaux, inventaires réalisés pendant les périodes de guerre19 ». Le rythme de travail est intense : quatre ouvrières infatigables qui vont d’un lieu à l’autre pour recueillir le butin de fiches qui, une fois de retour au Centre, permettront une « exploitation quantitative, statistique – soit exhaustive, soit par sondage20 » visant à « reconstruire les structures économiques et sociales au niveau de cette commune et à en suivre la lente évolution21 ». Se donner les moyens de remplir la mission, avoir une productivité optimale du travail en s’appuyant sur la méticulosité de chacune et sur l’interaction des compétences complémentaires des unes et des autres, sans hiérarchie des tâches mais avec le sens du commun, tel était le style de recherche du Centre d’études économiques. J’étais officiellement à la tête d’une équipe qui mettait en œuvre ce que « Recherche collective sur programme » devait signifier.

  • 22 Ibid.
  • 23 Entretien du 28 septembre 2009.
  • 24 Mémoire de l’EPHE sous la direction de Pierre Coutin qui sera publié en 1969 : Zink A., Azereix. L (...)

17Au retour de ce premier séjour, le même rythme continue « pendant l’été [où] elles ont entrepris le dépouillement de la documentation brute ramenée en juin22 ». Combien de fois ce temps collectif à Plozévet s’est-il répété ? Ma mémoire se brouille. Je ne sais plus à partir de quand le sentiment que je suis seule devant la tâche à accomplir m’envahit. Au temps collectif se substitue un deuxième, le temps individuel, la solitude. Je me reporte au rapport de fin décembre 1964. Il y est écrit que, « en novembre un second séjour a permis aux trois premières nommées d’achever le travail concernant le cadastre et le notaire », et « qu’un dernier séjour en janvier sera consacré à des vérifications sur des points de détail, que la mise en œuvre rendra nécessaires ». Pour chasser cette sensation d’être – à partir d’une période indécise – seule sur un terrain ressemblant aux écuries d’Augias, j’appelle Marie-Thérèse Chevalier dans la Drôme23. Ses souvenirs sont précis : je suis allée avec toi au moins trois fois à Plozévet – « Au deuxième séjour nous n’étions plus que trois et je ne suis pas sûre qu’Anne Zink était avec nous pour le troisième. » Volubile et joyeuse, elle évoque ce « temps d’espoir » où – dit-elle – ce « travail de fourmi que j’avais fait déjà en assistant Anne pour son mémoire sur Azereix24 » prenait un sens « parce qu’il y avait une demande, il fallait donner des réponses à Gessain, au Musée de l’homme, il fallait qu’on explique, il fallait donner… ». Si bien que, ajoute-t-elle, « jamais je ne me suis sentie aussi bien intégrée dans une recherche, dans l’espoir de trouver ».

  • 25 Au retour de la première mission, je me vois interdire tout déplacement et travaille au lit jusqu’ (...)
  • 26 Par beau temps, nous allons déjeuner au bord de mer tous les quatre. Assis sur une plage étroite e (...)

18Ma description du temps en équipe est confirmée par cet autre témoin. Le travail collectif se déroule sur deux scènes : en pays bigouden et à Paris. Dans les faits, le temps de solitude à Plozévet vient après. Même si, dans ma mémoire intime, je le fais débuter à l’été 196425, sans doute parce que resurgit la difficulté que j’avais alors à concilier – à maîtriser – et ma vie personnelle surchargée, et une masse de données allant de 1820 jusqu’à 1960 qu’il me faudrait bien ordonner, découper, confronter pour leur donner sens, ce n’est qu’au printemps 1965, alors que la première partie de l’enquête historique doit s’achever, que je suis seule, sans mon équipe, comme Hercule, pour le dernier effort. Une période d’un mois m’est nécessaire et la seule solution trouvée est d’emmener ma mère et mes deux aînés à Plozévet. Nous logerons comme en équipe dans la maison qui se trouve sur la gauche dans la rue qui mène au centre du bourg quand on vient de Quimper. La logeuse – dont j’ai oublié le nom – a à cœur d’être le plénipotentiaire de l’hospitalité des Plozévétiens. Les enfants vont à l’école et ma mère dans ses temps sans garde m’aide dans les derniers relevés qui semblent indispensables pour vérifier mes hypothèses, la cohérence de mon découpage en périodes, et donc pour entrer dans le vif de mes résultats. Car le Plozévet que j’habite est – du moins dans mon souvenir – peu étendu et je n’y côtoie que peu de gens. Il se limite au dernier étage de la mairie – face à l’église –, aux va-et-vient, par les deux rues en croix qui forment le bourg, entre la maison où nous demeurons, le café-épicerie, la crêperie avec sa salle arrière pour les fêtes et, comme une échappée, en traversant le cimetière, le chemin le plus court parfois à travers champs de murettes jusqu’à la mer, voire jusqu’à Pors Poulhan26.

  • 27 Rencontrée lors de la manifestation de 2008, elle me dit se souvenir de mes enfants.

19Le témoin s’égare ! Qu’il quitte ce temps vécu et revienne à celui, objectif, des échanges avec les habitants, des relations avec la société locale ! « Quels étaient vos rapports avec les Plozévétiens et avec les chercheurs quand ils étaient présents dans la commune ? » C’est que, ne faisant d’enquête ni ethnographique, ni sociologique, je n’ai eu que de maigres rapports avec les gens de Plozévet surtout quand, agriculteurs, ils vivaient à Kermenguy, Kergolier et, a fortiori, Lesneut et Keringard, ces villages si loin du bourg ! Je n’ai parlé qu’à l’institutrice27, la logeuse, aux commerçants du bourg. Je revois aussi le visage des gens croisés dans la rue que je salue sans leur donner un nom. Ils me rendent mon salut avec sympathie. Effacée et régulière dans ma présence, je leur suis sans doute familière. Ni mon équipe, ni ma famille ne semblent faire partie des « enquêteurs ».

  • 28 Arch. privées Nicole Mathieu, notes de la main d’Anne Zink (non datées), chemise « Lettres et docu (...)
  • 29 Mathieu N., L’évolution socio-économique de Plozévet pendant les 150 dernières années, 1820-1960, (...)
  • 30 Arch. privées Nicole Mathieu, lettre du 25 avril 1964 déjà citée.

20Le seul que je vois chaque jour est Monsieur Le Neer, le secrétaire de mairie qui nous a ouvert les archives de la commune. Son abord est très froid par tempérament sans doute. Comme le note Anne Zink lors du premier séjour28, il « sait beaucoup de choses mais [est] saturé par l’enquête ». Toujours disponible pour nous aider à résoudre les difficultés qui ne manquent pas, il devient de plus en plus aimable. Au fur et à mesure que le dépouillement prend forme, il manifeste ouvertement son intérêt pour notre « enquête historique ». Certes, rares sont les Plozévétiens vivants que je suis en mesure d’identifier mais, comme le constate Monsieur Le Neer, je vis en familiarité avec les morts. À force de lire, de relever, de confronter, dans la longue durée, les listes nominatives – où chaque personne vivant sous le même toit est identifiée par son nom, son prénom, le lien de parenté (aucun pour les domestiques), son métier et parfois son âge –, les parcelles cadastrales – qui permettent de suivre qui étaient leurs propriétaires (ou leur domaniers) et à qui elles ont été vendues ou transmises –, les inventaires après décès – où, pour les plus pauvres, sont comptabilisées deux cuillères en bois –, les registres des délibérations municipales – que terminent de belles signatures ou de simples croix sous le nom écrit par le secrétaire –, tous les Plozévétiens, leurs ascendants et leurs descendants, l’ascension ou la stagnation de leur « maison » entrent dans mon intimité quotidienne. Alors que le seul terrain que je parcours est au figuré sur les cartes dessinées à Paris29, je connais chaque lieu-dit – moulin, manoir ou penty –, la forme sociale de chaque village avec ou sans des communs, le devenir de chaque communal – quand il est partagé et à qui il revient –, l’apparition de toute nouvelle maison au bourg, l’ouverture de chaque chemin qui relie lieux-dits et villages… Je suis devenue une habitante de Plozévet et, selon leur usage, je ne mémorise et ne reconnais quiconque que si je sais quand il est né, dans quel village et de quels parents. Je comprends que dans l’identité – bigoudène – de chacun, le lieu de vie et le lien de naissance sont indissociables. Bien sûr, comme le promettait Ernest Labrousse au directeur de l’Enregistrement, « Mme Mathieu s’engagera à respecter rigoureusement le secret des patronymes30 ». Plus de quarante ans ont passé et quand j’ouvre mon « exemplaire personnel » du rapport comme de la thèse, je ne sais plus mettre un visage sous les initiales du nom et du prénom autrefois connus. Mis à part le nom des Le Bail dont la rouge notoriété a franchi les limites de la commune, la déontologie scientifique m’a éloignée de la connaissance des temps longs et quotidiens de Plozévet.

  • 31 Qui réussit à y organiser pour le compte de la délégation régionale CNRS Bretagne — Pays de Loire (...)
  • 32 Arch. privées Nicole Mathieu, lettre d’Hélène Le Guellec du 24 septembre 2009.
  • 33 Arch. privées Nicole Mathieu, Hélène Le Guellec, Méthodes de recherche. Travaux dirigés. Étude sur (...)
  • 34 Arch. privées Nicole Mathieu, lettre du 30 mars 2009 postée de Nantes.

21Pourtant, dans les strates de ma mémoire, ce temps peut être retrouvé. En 2002, lors de mon « retour à Plozévet » que je dois à Bernard Paillard31, une jeune femme qui m’a écoutée dans une table ronde m’aborde. Elle veut en savoir plus sur l’enquête historique dont elle n’a pas entendu parler alors que – me dit-elle –, étant étudiante à Nantes en 1980 et engagée par son professeur de psychologie sociale à s’intéresser « aux méthodes d’enquête d’Edgar Morin et de son équipe notamment à travers ses livres La rumeur d’Orléans et La métamorphose de Plodémet32 », elle a recueilli « quelques réactions des habitants de Plozévet » qu’elle a mises en annexe de son dossier33. Elle se présente : Hélène le Guellec. En bouffée, le souvenir resurgit : « N’êtes-vous pas de la famille Le Guellec de Kerveillant ? » ; « Oui, me dit-elle, mais je n’ai jamais habité Plozévet. » Une autre bouffée et je lance : « J’ai bien connu Charles Le Guellec au début du XIXe siècle qui fut maire de la commune. Peu fortuné au début de sa vie, il se hissa parmi les plus aisés car son plus grand souci était de procurer une exploitation à chacun de ses enfants leur permettant de vivre et de travailler au pays. » J’ai reçu récemment d’Hélène Le Guellec-Normand34 un mot s’inquiétant du fait que je ne semblais pas avoir reçu le dossier de 1980 envoyé dès 2002 « sur ma demande ». Elle ajoute : « Un autre point : un de mes oncles descendant de Charles Le Guellec (1735-1822) de Kerveillant m’a montré un texte retraçant la vie de notre ancêtre. Je me suis souvenue que vous m’aviez dit avoir étudié la vie d’un Le Guellec… » Le texte se termine par : « J’ai effectué des emprunts à un texte dactylographié, peut-être trouvé en mairie de Plozévet, ne comportant aucune main d’auteur. Que cet anonyme soit ici remercié… Cette main anonyme digne d’être remerciée serait-elle de vous ? »

En compagnie des autres chercheurs

  • 35 Plus tard, les concepts de « mode d’habiter » et de « culture de la nature » permettront de précis (...)

22Les rencontres sur le terrain étaient aléatoires et dépendaient des calendriers de chaque équipe. Au début de notre enquête, l’hôtel Poupon à Pont-Croix tenait lieu de point de rencontre pour les nombreux chercheurs de toutes les disciplines mobilisées par le docteur Gessain. Mais il ne nous convenait pas car le style de mon équipe était « rural » et nous avions pour règle de conduite de nous fondre dans la société locale. Dans mon souvenir, les réunions rassemblant un nombre conséquent d’équipes et de chercheurs à Plozévet ont été rares. Seule me revient avec force la réunion de synthèse à Paris autour d’une longue table rectangulaire présidée par le docteur Gessain où chaque équipe devait présenter ses résultats innovants et du point de vue de sa discipline, et de celui de l’interdisciplinarité. André Burguière devait être présent. Quant à moi, terrorisée par l’idée d’avoir à énoncer ce que nous avions trouvé – l’existence d’invariants sur le temps long qui n’entraient pas en contradiction avec l’advenue de discontinuités et d’événements, ce qui définissait le changement social comme un processus d’adaptation des stratégies collectives avec les stratégies individuelles et familiales entre « permanence » et « tournants » dans un contexte local35 –, je ne pouvais « entendre » les autres. Comme l’écrit Burguière, la recherche s’était achevée trop tôt pour que les relations conceptuelles et théoriques soient claires entre les équipes de recherche. Une discussion avant 1968 chez Jean-Pierre Boons dans l’appartement de sa femme me l’a d’ailleurs confirmé.

23Le groupe des historiens durant la deuxième vague de l’enquête historique, dirigée plus explicitement par Robert Mandrou, fonctionnait sur la base de réunions régulières à Paris comme à Plozévet de façon à avancer à l’amble en échangeant les informations et les hypothèses d’interprétation, en s’efforçant de soutenir collectivement ceux d’entre nous qui se heurtaient à des difficultés. Le groupe des « historiennes » domine physiquement mon souvenir, celui des hommes – Caillé et Tyl – s’est effacé et se confond avec la lecture de leurs publications dactylographiées. C’est que nous, les femmes, avions un goût insatiable de la discussion, de la controverse voire de la « dispute ». Pourquoi les rouges et les blancs ? Comment interpréter la trajectoire des Le Bail et mesurer le poids du politique dans le changement économique et social ? Y avait-il une identité de Plozévet – au-delà de l’hétérogénéité sociale et des appartenances aux villages ? Si oui, comment s’était-elle construite ? Les voix de Colette Capitan et de moi-même retentissaient dans ces débats passionnés.

24C’est à ce point du récit qu’entrent au premier plan de la scène les deux personnages antithétiques, déjà remarquables à l’époque : Edgar Morin et Donatien Laurent. Par des chemins distincts voire inverses, ils atteindront une large notoriété dont Plozévet est le tremplin. La tension était forte entre les historiennes et le premier. Démêler les raisons subjectives et objectives de cette hostilité – réciproque à l’époque – me demande un nouvel effort entre mémoire et autoanalyse. D’autant qu’il faut aussi comprendre pourquoi, depuis la fin des années 1980, ce mélange de fascination et d’agressivité s’est transformé – du moins pour moi – en un désir de mettre au jour les points d’origine d’une pensée dont j’admirais la force puis, après nos retrouvailles à Plozévet en 2002, en une complicité affectueuse, imperceptible, consciente des sources de notre affinité, tolérante à l’égard de nos différences. À première vue, c’est par sa manière d’être sur le terrain qu’Edgar Morin provoquait en nous un quasi-sentiment d’antipathie. Matieu peut en témoigner. L’image que je lui ai rapportée alors est toujours aussi précise : Morin, à belle allure, descendant la rue principale du bourg en son centre, avec des lunettes noires, un appareil photo sur le ventre et deux jeunes femmes de teint opposé à ses côtés, faisait l’effet d’un chasseur en Afrique. Dis plutôt qu’il était un « urbain » alors que tu te faisais « rurale » ! Nous avions pourtant la même ambition : entrer au plus profond du social pour en penser le devenir.

  • 36 Information qu’il tenait d’une des jeunes femmes enquêtrices.
  • 37 Ce qui n’était qu’une intuition rejoint les réactions des Plozévétiens recueillies par Hélène Le G (...)
  • 38 Burguière A., Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, 1975, p. 371.

25Sa présence excitait notre intelligence et notre goût pour la polémique. Le groupe des historiennes aimait l’inviter à prendre un verre ou à dîner avec toujours le but de confronter points de vue et savoirs. Très vite, avec Colette et moi à sa tête, la réunion tournait au combat intellectuel. Un soir, alors qu’il s’interrogeait sur la possible sexualité des marins de Plozévet qui ne connaissaient pas la brosse à dents36, je lui répliquai sans vergogne que rien n’était plus érotique pour un Asiatique que les dents noires de bétel d’une Tonkinoise. Autrement dit, son rapport au terrain, les questions qu’ils posaient, sa méthode de travail me semblaient – à l’époque – entachés d’a priori, d’une vision externe à la société locale proprement dite37. Allons au-delà des apparences dans l’analyse de ce dissensus implicite. Car, rétrospectivement, on ne peut que reconnaître la pertinence du regard d’Edgar Morin sur les jeunes de Plozévet et l’inventivité potentielle de sa pensée d’alors sur la « méthode ». Poussons l’introspection jusqu’à trouver le point précis qui faisait alors contradiction. André Burguière, dans l’inventaire des « principales composantes de l’enquête », désigne au sein des « Recherches sociologiques et psychologiques » celles de Morin et de son équipe par ces termes : « Sociologie du présent et de la modernité38 ». Je tiens une clé. Cette souterraine opposition ne provient pas du premier terme. Pour l’historienne que je suis, une sociologie du temps présent ne peut que faire progresser la conceptualisation du changement social dans la longue et courte durée. Une phrase de Sartre, que je me suis appropriée, me revient en tête : « L’histoire n’est pas un rapport au passé mais un rapport au futur. » Il ne s’agit pas d’un affrontement entre l’histoire et la sociologie. Le vrai coupable est le terme de « modernité » qui va d’ailleurs avec celui de « métamorphose ». Dès cette époque – ce temps de ma jeunesse –, je le récuse. Il n’est pas un concept pertinent pour identifier et qualifier l’évolution humaine et ses temps. Aujourd’hui encore, je m’étonne que l’intellectuel qui deviendra celui de la « pensée complexe » et de la « dialogie » m’ait semblé – à « Plodémet » – si peu différent d’un Mendras qui, parce que son maître-concept était la « modernisation », définissait le temps présent par La Fin des paysans.

  • 39 Pour une d’entre les historiennes de la deuxième vague, Françoise Prigent – peut-être parce qu’ell (...)

26Et Donation Laurent ? Pourquoi le voyiez-vous comme une figure « antithétique » ? Avec un visage doux, une allure timide, un sourire éclairant soudain l’œil d’une lumière de passion, Donatien attirait la sympathie, cette envie de relation personnelle qu’on nomme amitié39. Mes compagnes de la première vague, Marie-Thérèse et Anne, se souviennent toutes de Donatien, celui qui parlait breton, dont le travail de fourmi thésaurisant pièce par pièce les éléments d’un puzzle mystérieux, dans une relation fusionnelle avec le terrain, était proche du nôtre. Dans leur souvenir, il n’apparaît jamais sur la scène des réunions collectives, dans les temps de débat. Il est un chercheur de l’intime, de la conversation scientifique privée. Durant les séjours longs que je fis à Plozévet, nous nous voyions fréquemment. Je me souviens d’un déjeuner interrompu brutalement par un rendez-vous qu’il avait réussi à obtenir d’un vieux marin qui lui raconterait – c’était promis – dans quelles circonstances exactes une sirène lui était apparue et avec quelles formes. Toujours anxieux à l’idée de leur mort possible, il allait de vieille en vieux recueillir des récits – une chanson tout particulièrement – qui enrichiraient et renouvelleraient la connaissance des formes techniques et culturelles de la civilisation traditionnelle.

27Et voici, à nouveau – symétrique et antithétique –, le concept de « tradition » qui faisait obstacle – du moins pour moi – à la mise en œuvre d’une pratique interdisciplinaire entre histoire et ethnologie. Je remercie Donatien Laurent de m’avoir fait comprendre à quel point l’immersion dans une société locale ne peut se passer d’en connaître la langue, maternelle et du quotidien, surtout quand on cherche à atteindre les « gens de peu » qui, à Plozévet, parlaient rarement le français et surtout ne l’écrivaient pas. Même si les noms, les prénoms, les actes de ceux que je fréquentais dans les archives m’aidaient à pénétrer quelques strates profondes des rapports sociaux, même s’il me semblait avoir réussi à identifier une part de ce qui faisait leur « bretonnité », même si rien de ce qui se passa par la suite à Plozévet et en Bretagne ne m’a finalement étonnée tant j’avais été loin dans l’identification des relations entre stabilité sociale (ou invariant) et mouvement (rupture, événement, tournant), mon intelligence prospective sur les représentations et pratiques collectives et individuelles, les « cultures de la nature » et les « modes d’habiter » d’une société locale serait toujours limitée si sa langue native m’était étrangère. En définitive, ni « modernité », ni « tradition » n’ont été du point de vue de l’enquête historique des « passeurs de frontières » vers les disciplines des sciences sociales et d’anthropobiologie engagées dans la RCP de Plozévet.

Que reste-t-il de Plozévet ?

28En me posant cette question, vous sortez de l’appel à témoin, de la catégorie stylistique du témoignage. Même si, entre les lignes de ce récit, perce l’analyse voire le début d’un bilan, c’est un retour réflexif sur une expérience de recherche qui m’est maintenant demandé. Le temps me manque pour affronter cet exercice complexe. D’autant que l’effort fait pour marier exactitude et fable ne me laisse que peu de caractères pour satisfaire aux normes classiques d’un article.

  • 40 Et par symbiose et discussion dans le livre d’Edgar Morin, voire de Pierre-Jakez Hélias, où j’ai r (...)

29Je me limiterai à trois remarques. D’abord, à propos des productions matérielles de l’enquête historique. Les publications dactylographiées ont atteint incontestablement les objectifs, ambitieux, qui étaient fixés au départ par Ernest Labrousse et Robert Mandrou ainsi que par Pierre Coutin pour l’analyse de l’évolution socio-économique du début du XIXe jusqu’aux années 1960. Elles révèlent une conception élargie de l’histoire et la volonté de relier non seulement les « écoles » que ces trois « maîtres » impulsaient, mais aussi les « spécialités » – histoires de l’alimentation, des techniques et de l’économie, histoire politique et religieuse, histoire sociale et des mentalités… – dont la mise en relation est nécessaire pour sortir des visions partielles et fragmentaires du changement social. On peut seulement regretter que ces travaux n’aient pas eu la diffusion et la reconnaissance qu’ils méritaient, ne serait-ce que pour mettre à l’épreuve – sur d’autres productions que les films et les résultats sociologiques – le rapport des Plozévétiens à cette expérience de recherche. Ne serait-ce, aussi, que pour tenter d’évaluer la valeur heuristique de l’interdisciplinarité entre anthropobiologie, histoire, ethnologie et sociologie. L’enquête historique a pâti d’une double occultation provenant de l’intégration de ses résultats dans la synthèse remarquable d’André Burguière40 et de la médiatisation récurrente du livre et de la personnalité d’Edgar Morin. L’indifférence du milieu des historiens à l’idée même de l’interdisciplinarité peut aussi avoir joué.

  • 41 Robert Mandrou me poussait à me présenter dans la section Histoire mais Philippe Pinchemel – qui p (...)
  • 42 La dernière partie du rapport que je n’avais pas utilisée pour ma thèse m’avait donné une insatisf (...)
  • 43 Que je dois tout particulièrement à Robert Mandrou et à Pierre Coutin.
  • 44 Labrousse n’y était pas favorable au départ, préférant la monographie départementale ou régionale. (...)
  • 45 Mathieu N., « Qui donc est “étranger” en milieu rural ? Pour qui et combien de temps ? », dans Les (...)

30La deuxième remarque est une réponse personnelle à la question : Plozévet constitue le point d’origine et le socle de mon métier de chercheur. Tout au long de ma carrière, cette expérience à laquelle j’ai eu la chance de participer n’a cessé d’être un objet de réflexion, une matrice ( ?) à laquelle je me suis référée – parfois inconsciemment – avant de m’engager dans une nouvelle recherche et pour en tracer le chemin. Non pas pour la reproduire, mais parce qu’elle m’avait donné des pistes pour formaliser les questions de recherche à résoudre et les objets à étudier, pour construire une autonomie théorique et méthodologique. L’influence épistémologique de Plozévet tient d’abord à la certitude – que cette enquête m’a procurée – de la force de la discipline historique et de ses méthodes pour appréhender les faits sociaux et leur dynamique. Ceci peut paraître paradoxal alors que, la thèse soutenue et la qualité d’historienne reconnue par mes trois « maîtres » auxquels s’était ajouté le géographe Philippe Pinchemel, je décidai une nouvelle bifurcation et choisis d’entrer au CNRS dans la section 35 « Géographie et aménagement41 ». Mais, ce changement de discipline motivé par le besoin d’être dans le présent, dans un rapport à la recherche socialement utile, et donc fondée sur l’hypothèse que la « communauté » des géographes répondrait à mes attentes42, ne m’éloigna jamais de l’histoire. Il serait trop long d’en donner ici toutes les preuves. Je renvoie seulement à mes publications sur le Méjan qui peuvent être prises comme un exemple du besoin de confronter les dires aux textes écrits, de constituer les entretiens en archives et séries, d’aller jusqu’aux strates cachées des « gens de peu43 », de tenter d’introduire le temps long dans la courte durée… Autre marque méthodologique : l’attachement à la commune et – je l’affirme malgré la stigmatisation théorique qu’elle soulève44 – à la monographie communale. Qu’elle s’appelle Plodémet ou Plozévet, toute Commune en France peut être prise comme lieu d’investigation du changement social, du rapport entre changement global et changement local. Plozévet, parce qu’elle contredisait le stéréotype de la « commune immobile », est le point de départ d’une méthode d’observation continue des sociétés locales urbaines ou rurales débouchant sur la construction de concepts – culture de la nature, mode d’habiter – hypothétiquement pertinents pour renouveler l’identification et la qualification des rapports sociétés/natures ou habitants/milieux de vie. Pour les sciences sociales, l’enquête dans une commune donne sens au terme de découverte. Un événement imperceptible dans les statistiques, qui n’a jamais été évoqué dans les tendances de l’évolution socio-économique, peut être « cause » d’un basculement des valeurs et consécutivement de tous les éléments d’un système social. C’est en constituant certains de mes terrains en observatoire continu du changement social que je découvre les dessous invisibles des questions sociales critiques : qui sont ceux qui craignent la faim et ceux qui ont eu faim ? Qu’est-ce qui fait que les gens bougent, partent sans vouloir le retour, partent pour revenir ? « Qui donc est “étranger” en milieu rural, pour qui et pour combien de temps45 ? » Bref, la monographie communale pour aller à la relation ontologique des humains à leurs lieux de vie, et dans tous les temps.

31La quête de la valeur heuristique de l’interdisciplinarité est enfin l’héritage évident de mon passage dans la Recherche coopérative sur programme de Plozévet. Inutile d’insister tant cette évaluation est un leitmotiv de mes publications. La définition que je donnais à l’interdisciplinarité comme un passage de frontières entre les sciences de la vie et les sciences sociales, et ceci bien avant les programmes interdisciplinaires du PIREN, vient de là. La préface de Robert Gessain à Bretons de Plozévet est restée comme un guide, y compris pour éviter les « échecs » de la pratique interdisciplinaire. Il l’a définie ainsi – « Sans modèle antérieur, un chemin traversant les carrefours » – et a posé les termes de l’espoir qu’elle porte : « Une instance agissant par un effort d’intégration des résultats des différentes équipes, par une prise de conscience éveillée à déceler l’originalité, par un souci de pousser “les scalpels” des enquêteurs dans le jointif des catégories disciplinaires… ne pourrait-elle pas découvrir des problèmes neufs ? » Identifier les questions qui appellent au croisement des disciplines, construire une méthodologie adaptée à chaque question posée, insister sur le temps de la confrontation des concepts, évaluer, avec exactitude, et les résultats à mettre au bénéfice de l’interdisciplinarité, et les retombées de cette pratique sur les disciplines elles-mêmes : toutes ces règles sur lesquelles j’ai défini mon style de recherche sont un prolongement sans cesse travaillé de mon rôle dans l’enquête historique de Plozévet.

32La dernière remarque servira de conclusion à ce témoignage sur l’origine d’une passion pour la recherche. L’expérience de la recherche interdisciplinaire à Plozévet, tirée par un imaginaire collectif et la notion d’équipe, menée par des gens jeunes chargés de grandes responsabilités dans la production des connaissances, a eu une part estimable dans la construction de la Recherche nationale scientifique de l’après-guerre. Est-elle encore possible avec la réorganisation de la recherche que le gouvernement actuel nous propose ?

Notes

1 Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001.

2 Ce que je savais y trouver (à verser aux archives) et qui corrobore mes souvenirs mais aussi ce que je ne retrouve plus. Impossible de retrouver la revue, publiée sans doute en 1966, et qui faisait état de la polémique entre les historiennes menées par Robert Mandrou et Edgar Morin. De mémoire, je me souviens de la virulence des attaques d’Edgar Morin à notre égard et de sa remarque à double tranchant à mon propos : après m’avoir lu, il fut étonné de me découvrir une certaine intelligence !

3 Mathieu N., « D’un tremblement de frontières à l’autre, quelle valeur heuristique de l’interdisciplinarité ? », communication au colloque « Histoire et actualité de la Recherche coopérative sur programme de Plozévet. Les grandes enquêtes pluridisciplinaires des années 60-70 : bilans et perspectives », Brest, 16 mai 2008.

4 Courriel de Laurent Le Gall à Nicole Mathieu daté du 5 septembre 2009.

5 Mathieu N., Les structures économiques de la France au début du XIXe siècle (Ernest Labrousse, dir.), soutenu à la Sorbonne le 3 mai 1959 (mention TB) ; ma mission était d’évaluer les conditions et la fiabilité des statistiques agricoles mises en place par Chaptal et Montalivet.

6 Devenue Bourquelot par mariage en 1965.

7 Mathieu N., « Démarches interdisciplinaires et perspectives d’avenir : bilan de 25 ans de pratique », BSLG, fascicule 3-4, 1989, p. 255-270 ; « Pierre Coutin et la formation des élites. Une certaine idée du rôle des sciences sociales », Les Études Sociales, no 134, 2001, p. 23-24.

8 En particulier l’usage des crédits du Plan Marshall par l’agriculture pour sa modernisation et surtout pour atteindre l’autosuffisance alimentaire.

9 L’adresse est le 62 rue Claude-Bernard, l’appartement d’Ernest Labrousse où je fus reçue dès mon DES.

10 Le premier de ma main consiste en des notes prises (sans doute) au séminaire de Robert Mandrou un mardi de 1964. Il se compose de brèves notes sur les « Archives de Prague » suivies de l’organisation du travail à Plozévet. Il date d’avant le mois de mai 1964 puisqu’il y est dit que les crédits ne viendront pas avant mai, que je partirai en juin et, enfin, qu’à partir du 15 novembre, le séminaire portera sur l’enquête historique avec « 1 ou 2 séances par personne » tandis que Mandrou sera du 20 au 25 juillet présent à Plozévet. Apparaissent les autres thèmes qu’il faudra traiter : évolution socioculturelle, pratique religieuse (Gasnault), enseignement et éducation, opinions politiques et sociologie électorale (Capitan), délinquance et criminalité (Caillé), culture commercialisée (Prigent) et pour chacun d’eux un tour des sources à exploiter. Le deuxième, que je pense être de la main de Marie-Thérèse Chevalier, membre du CEE, qui m’assiste, consiste en fiches récapitulant la « Situation de la recherche à Plozevet » et les recherches qui nous ont précédées. Enfin, la troisième, caractéristique de l’écriture d’Anne Zink, fait un rapide inventaire de l’état des archives que notre équipe aura à dépouiller.

11 Le directeur du Centre, 3 chefs de travaux à l’EPHE, 1 collaborateur technique du CNRS.

12 Mon salaire est de 10 800 francs pour 12 mois mais, pour minimiser le coût total, ma qualification est réduite à la licence.

13 « 24 vacataires, dont 3 agrégées, histoire-géographie [Nicole Mathieu, Anne Zink, Christiane Zuber], 5 ingénieurs agricoles (Grignon), 1 ingénieur (Génie rural), 5 licenciés, sciences économiques, 3 licenciés, histoire-géographie, 2 licenciés, philosophie, 1 licencié, ès-lettres ». S’y ajoutera en 1964, 1 licencié en mathématiques.

14 Que l’on pourrait trouver – si elle a été archivée – dans la comptabilité de l’Association Marc Bloch et du CEE où sont enregistrés les dates et les lieux du séjour pour chaque membre de l’équipe.

15 Puisque je suis « assistée de trois chargés de recherche » ; voir la page de couverture : Mathieu N., Enquête historique. Première partie : L’évolution socio-économique de Plozévet pendant les 150 dernières années, 1820-1960.

16 Arch. privées Nicole Mathieu, rapport sur l’enquête historique effectuée au cours de l’année civile 1964 : état des travaux au 1er décembre 1964.

17 Ibid.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Entretien du 28 septembre 2009.

24 Mémoire de l’EPHE sous la direction de Pierre Coutin qui sera publié en 1969 : Zink A., Azereix. La vie d’une communauté rurale à la fin du XVIIIe siècle, Paris, SEVPEN, 1969.

25 Au retour de la première mission, je me vois interdire tout déplacement et travaille au lit jusqu’à la naissance de mon fils Alain le 17 août. À partir de cet événement, une impression de lutte accompagne tous mes passages à Plozévet au point d’effacer le souvenir de mes compagnes de travail dès novembre 1964. Et pourtant, la conversation téléphonique avec Marie-Thérèse me l’apprend : elle se souvient dans le détail de cette anecdote que je croyais avoir vécue seule. Dans le grenier de la mairie où s’effectuait le dépouillement d’une des séries des archives communales, les montées de lait – j’avais sevré Alain après trois mois d’allaitement complet pour pouvoir aller à Plozévet – me devenant insupportables, je prends le tire-lait et, avec régularité, jette le lait par la fenêtre côté mer.

26 Par beau temps, nous allons déjeuner au bord de mer tous les quatre. Assis sur une plage étroite encadrée de rochers parsemés de berniques, nous lavons des carottes dans la mer que nous croquons avant de retourner au travail.

27 Rencontrée lors de la manifestation de 2008, elle me dit se souvenir de mes enfants.

28 Arch. privées Nicole Mathieu, notes de la main d’Anne Zink (non datées), chemise « Lettres et documents officiels ».

29 Mathieu N., L’évolution socio-économique de Plozévet pendant les 150 dernières années, 1820-1960, op. cit., p. 77.

30 Arch. privées Nicole Mathieu, lettre du 25 avril 1964 déjà citée.

31 Qui réussit à y organiser pour le compte de la délégation régionale CNRS Bretagne — Pays de Loire les premières Rencontres régionales CNRS « Sciences et Citoyens » avec le soutien efficace du Plozévétien Jean-Claude Stourm.

32 Arch. privées Nicole Mathieu, lettre d’Hélène Le Guellec du 24 septembre 2009.

33 Arch. privées Nicole Mathieu, Hélène Le Guellec, Méthodes de recherche. Travaux dirigés. Étude sur les travaux d’Edgar Morin. Sociologie du présent : La rumeur d’Orléans et La métamorphose de Plodémet, 1980, copie de manuscrit sur papier d’écolier à ligne.

34 Arch. privées Nicole Mathieu, lettre du 30 mars 2009 postée de Nantes.

35 Plus tard, les concepts de « mode d’habiter » et de « culture de la nature » permettront de préciser ce « local » comme articulation des lieux et milieux de vie et des représentations et pratiques habitantes.

36 Information qu’il tenait d’une des jeunes femmes enquêtrices.

37 Ce qui n’était qu’une intuition rejoint les réactions des Plozévétiens recueillies par Hélène Le Guellec en 1980 : « Je crois que Morin n’a pas toujours su saisir la personnalité bigoudenne, qui dit souvent le contraire de ce qu’elle pense… Il prenait pour vérité ce que les gens lui disaient parfois à la légère, ou pour cacher leurs vraies pensées. Par exemple : “Il n’y a qu’en Français qu’on se comprend, disaient deux agriculteurs.” C’est tout à fait faux. Ils l’ont dit peut-être pour ne pas paraître ignorants devant l’enquêteur parisien (c’était un honneur de parler français autrefois). (A., agriculteur, 47 ans). » Hélène Le Guellec conclut : « Morin, en tant que Parisien n’avait pas toujours conscience de la résonance de ses questions sur ses interlocuteurs (cf. entretien de Mme D. à qui il demandait “ce que je faisais à manger. Je lui ai répondu : ici on fait des frites tous les jours”). Mais Morin est tout à fait lucide, car dans son livre, il souligne que les gens ont appris à leurrer les enquêteurs. »

38 Burguière A., Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, 1975, p. 371.

39 Pour une d’entre les historiennes de la deuxième vague, Françoise Prigent – peut-être parce qu’elle-même timide ou qui sait d’origine bretonne –, cette amitié tourna au mariage.

40 Et par symbiose et discussion dans le livre d’Edgar Morin, voire de Pierre-Jakez Hélias, où j’ai retrouvé un passage qui, mot pour mot, reprend des chiffres obtenus par notre enquête.

41 Robert Mandrou me poussait à me présenter dans la section Histoire mais Philippe Pinchemel – qui participait aux recherches du Centre d’études économiques sur Le fait urbain – me proposa de devenir géographe. Au vu de ma thèse, il pensait que j’en avais l’étoffe pour l’effort de mise en relation de la société plozévétienne avec son milieu physique, l’importance donnée au foncier, aux changements dans la mise en valeur des ressources locales.

42 La dernière partie du rapport que je n’avais pas utilisée pour ma thèse m’avait donné une insatisfaction car je n’avais pas réussi à combiner ce que je pensais être des « outils » historiques (les cartes d’alimentation par exemple) et ceux qui n’en avaient plus la force (les recensements agricoles, voire les listes nominatives).

43 Que je dois tout particulièrement à Robert Mandrou et à Pierre Coutin.

44 Labrousse n’y était pas favorable au départ, préférant la monographie départementale ou régionale. En revanche, c’était l’outil privilégie de Pierre Coutin. Voir Mathieu N., « Pierre Coutin et la formation des élites. Une certaine idée du rôle des sciences sociales », op. cit.

45 Mathieu N., « Qui donc est “étranger” en milieu rural ? Pour qui et combien de temps ? », dans Les étrangers dans les campagnes. Actes du colloque franco-britannique de géographie rurale, Vichy, 18-19 mai 2006, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise-Pascal, 2008, p. 17-36.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search