Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En France rurale

 | 
Jean-François Simon
, 
Bernard Paillard
, 
Laurent Le Gall

Matériaux témoignages de quelques enquêteurs

Le hasard et la nécessité

Françoise Laurent et Donatien Laurent

Texte intégral

Jean-François Simon : Comment Plozévet a surgi dans votre vie ? Comment, toi, Françoise, as-tu « débarqué » à Plozévet ?

Françoise Laurent : Pour pouvoir répondre à cette question, j’ai repris mes minuscules agendas de l’époque, car, hélas, je ne tenais pas de journal ! Je vois qu’en février 1965, alors que j’étais inscrite en troisième cycle à Sciences Po, j’ai rencontré Jean Lecuir, probablement au restaurant universitaire. C’était un de mes très bons copains, un historien avec qui j’avais milité à l’UNEF depuis notre année de propédeutique, en 1957. Je cherchais un travail pour l’été, et il m’a dit : « Tiens, tu es bien un peu bretonne, non ? Ça pourrait peut-être marcher… Mandrou cherche quelqu’un pour compléter son équipe pour l’enquête Plozévet. » Je vois que mon premier coup de fil à Mandrou, je l’ai noté, date du 29 mars 1965. Dès le 1er avril, je suis allée à son séminaire où il préparait la deuxième vague des enquêtes sur Plozévet. Malheureusement, je ne peux pas dire ce qui s’est passé. Je n’ai pas retrouvé mes notes mais je pense que dès le mois d’avril 1965, il a essayé d’orienter les débats pour que la seconde équipe d’historiens arrive bien préparée sur le terrain, et dans un climat favorable. Dans ce séminaire, il y avait à coup sûr Nicole Mathieu qui avait travaillé l’année précédente sur les aspects économiques de la vie de la commune. Il restait donc à traiter les aspects culturels.

Jean-François Simon : Tu signales que Jean Lecuir avait mentionné que tu étais « un peu bretonne ». C’était important aux yeux de ceux qui furent chargés de te recruter ?

Françoise Laurent : « Ceux qui… » Le pluriel est de trop. À ce stade, je n’ai jamais rencontré que Mandrou. Jean m’avait tout de suite demandé si je parlais breton. Ce n’était pas le cas. Quand Mandrou, à son tour, m’a posé la question, j’ai dit : « Non, je connais quelques mots mais je ne parle pas vraiment breton », et il m’a répondu : « Tout de même, on ne vous vendrait pas en breton ? » Voilà, ça a suffi. J’en ai toujours gardé un petit remords. J’étais contente d’avoir obtenu ce boulot qui promettait d’être passionnant et c’est pourquoi je n’ai pas insisté sur mes limites linguistiques.

Jean-François Simon : La démarche était d’abord alimentaire…

Françoise Laurent : Absolument ! L’été précédent, j’avais travaillé aux Archives nationales. C’était un travail horriblement ennuyeux. On m’avait demandé de vérifier qu’un certain fichier était bien dans l’ordre alphabétique. Il y avait peut-être vingt-cinq énormes tiroirs et je n’avais pas trouvé une seule fiche déplacée pendant tout ce mois d’août passé dans le Marais.

Jean-François Simon : Quel était ton statut à l’époque ?

Françoise Laurent : À la Sorbonne, j’avais fait beaucoup de tourisme universitaire, en lettres, en psychologie et en sociologie, et j’avais soutenu un mémoire de maîtrise (on disait alors diplôme « d’études supérieures ») sur Jaurès, critique littéraire à La Dépêche de Toulouse. En 1964-1965, j’étais en première année de troisième cycle à Sciences Po où je préparais une thèse sur Jaurès, sous la direction de René Rémond.

Jean-François Simon : Mandrou n’était donc pas intéressé par des gens qui étaient façonnés par sa discipline ? Ce qui comptait davantage était que tu sois du cru ?

Françoise Laurent : Peut-être… D’ailleurs, quand je suis arrivée à Plozévet, je suis allée voir le secrétaire de mairie, Le Neer, qui m’a demandé si je savais parler breton. J’ai dit non. Il m’a répondu : « Bon, vous vous appelez Prigent, c’est déjà quelque chose. » Il était content aussi que j’aie de la famille à Loctudy. Je ne sais toujours pas pourquoi Mandrou n’a pas puisé dans son vivier d’étudiants. Sans doute faisait-il toute confiance à Jean Lecuir ?

Jean-François Simon : Quel est ton rapport avec les historiens de l’époque ? As-tu entendu parler de Labrousse, Mandrou, Braudel ?

Françoise Laurent : Évidemment, je connais Labrousse en raison de mon travail sur Jaurès. Et lui-même me connaissait au moins de nom puisqu’il présidait la Société d’études jaurésiennes. J’avais publié un ou deux articles dans le bulletin. Après tout, c’est peut-être lui qui a donné le feu vert à Mandrou ? Je connaissais Labrousse par ce biais, et non parce qu’il était impliqué dans l’entreprise de Plozévet.

Jean-François Simon : Avant ta venue à Plozévet, avais-tu un intérêt particulier pour la Bretagne ?

Françoise Laurent : Un goût très vif plutôt qu’un intérêt. J’avais passé toutes mes vacances en Bretagne depuis mon plus jeune âge sans jamais envisager d’apprendre le breton que parlaient pourtant tous mes oncles et tantes restés au pays. Mon grand-père, né à Ploujean en 1851, était instituteur public à Rosporden et malgré le règlement, il n’hésitait pas à expliquer en breton, à ses élèves, ce qu’ils ne comprenaient pas en français, mais lui-même avait élevé ses enfants en français. Mon père parlait breton avec ses copains, mais ce n’était pas sa langue maternelle. C’est donc avec Donatien que j’ai découvert la langue et la culture bretonnes, et la vitalité de la tradition orale. Quand j’ai commencé à explorer mon terrain d’enquête, j’ai eu un vrai moment de panique, car Mandrou, en toute bonne foi, m’avait demandé de traiter « la culture commercialisée à Plozévet entre 1850 et 1950 ». Je me souviens très bien que lorsque j’en ai parlé à mon père, il a beaucoup ri et il m’a souhaité bien du plaisir… De fait, j’ai vraiment « ramé », comme on dit, car, de culture commercialisée il n’y en aurait guère !

Jean-François Simon : Comment as-tu procédé ?

Françoise Laurent : J’ai commencé par écumer les Archives départementales de Quimper, série T, où j’ai lu des quantités de vieux journaux, épluché les listes – courtes – de leurs abonnés plozévétiens. J’ai traqué les colporteurs, les vendeurs d’almanachs. J’ai appris à tirer toute l’information possible d’un mandement épiscopal… Bref, j’ai passé au presse-citron tout ce que je pouvais trouver. J’ai interrogé beaucoup de gens. J’ai vu d’abord les instituteurs retraités, les gens qui avaient des livres anciens et, pour la période la plus récente, l’après-guerre de 1914, les porteurs à domicile et les commerçants qui avaient tenu la boutique où l’on vendait la presse. « Cornaquée » par Donatien, je suis allée voir les vieux de la commune pour leur demander s’ils se souvenaient avoir vu dans leur enfance des colporteurs, si leurs parents achetaient l’almanach… Il y avait eu, par exemple, quelques séances de cinéma, dans les années trente, peut-être ? Mais pour la première période, j’étais réduite à faire des développements sur des éléments qui étaient infimes.

Jean-François Simon : Comment se passaient les relations avec Mandrou ?

Françoise Laurent : Je n’ai pas le souvenir d’avoir beaucoup entretenu Mandrou de mes difficultés. Un beau jour de juillet, il est venu à Quimper et nous a donné rendez-vous dans un restaurant, au pied du Frugi. J’en ai profité pour lui dire que la culture commercialisée était vraiment une denrée rare, mais plutôt sur le mode léger… Dès que j’ai eu rédigé un premier brouillon, je le lui ai envoyé. Il a reconnu qu’il ne s’attendait pas à ce que les sources soient si peu profuses. Il appréciait de nous voir dans l’équipe, travailler ensemble. Nous nous entraidions beaucoup en échangeant informations et informateurs potentiels. Quand j’y repense, tout cela était très artisanal, sans feuille de route, mais ça ne fonctionnait pas si mal.

Jean-François Simon : Que savais-tu du déroulement de l’enquête ?

Françoise Laurent : J’avais une certaine idée de ce que l’on attendait de nous. Nous avions entendu parler du travail considérable de Laurence Wylie sur un village du Vaucluse. Il s’agissait de faire mieux sur un village plus important. Nous savions que des médecins nous avaient précédés, que des collègues avaient déjà enquêté, comme Jacques Maho ou les Kourganoff… Cependant, nous n’avions pas eu accès aux rapports qui avaient été écrits par nos prédécesseurs. Quant à l’interdisciplinarité, ce ne fut qu’un mot parmi d’autres. Tout relevait du bricolage. Chacun se débrouillait sachant qu’« après » il aurait à mettre en commun ses observations avec celles des autres chercheurs. Le fait que nous ayons bien collaboré à l’intérieur de l’équipe Mandrou n’est qu’un pur produit du hasard – et de la personnalité du « patron ».

Donatien Laurent : Je peux le confirmer. Je suis arrivé à Plozévet bien avant eux, en 1962, avec Robert Gessain. J’ai entendu parler des Kourganofflors de cette première approche du terrain, mais ils étaient déjà partis. Je me rappelle Solange Petit qui était quelque peu fantasque mais qui avait pris son travail très à cœur. Ensuite, j’ai beaucoup fréquenté Christian Pelras qui avait été envoyé à Goulien par notre patron commun, André Leroi-Gourhan. J’ai vraiment eu l’impression que les membres de l’équipe Mandrou savaient échanger entre eux et communiquer avec les habitants de Plozévet, dans la mesure, au moins, où ceux-ci étaient à l’aise en français.

Jean-François Simon : Cet « oubli » du breton n’était-il pas lié au fait que l’étude portait sur la modernité et que la modernité ne pouvait s’exprimer qu’en français ?

Donatien Laurent : Oui, c’est tout à fait juste. Reste que pour mesurer le changement, il fallait bien partir de la situation antérieure, même si l’enquête a fonctionné sur une analyse du « présent » de la commune.

Jean-François Simon : Revenons, Françoise, à ton séjour à Plozévet. Comment s’est-il déroulé ?

Françoise Laurent : Selon mon agenda, je suis arrivée à Plozévet le 2 juillet 1965 dans ma 2 CV personnelle. Quelques jours auparavant, j’avais rencontré André et Évelyne Burguière chez eux et André m’avait fait une première description de la commune, sa crêperie, ses notables, les chercheurs présents – parmi lesquels un certain Donatien qui faisait figure d’original car il s’était bel et bien installé à demeure et ne rentrait pratiquement jamais à Paris. Le 2 juillet, donc, j’ai posé mon sac chez Madame Bourdon, mère du photographe, et le lendemain, je suis allée me présenter au secrétaire de mairie, Monsieur Le Neer. J’ai fait un premier séjour pendant l’été 1965 (du 2 juillet à la fin août avec quelques jours de vacances) et je suis revenue brièvement pendant les congés de la Toussaint, je pense, afin de compléter mes informations. Malgré ce que m’avait dit André Burguière, j’ai été surprise par l’étendue de la commune et la diversité de ses paysages et de ses habitants. Le bourg proprement dit n’était finalement qu’un carrefour – comme dans toutes les communes rurales un peu étendues d’ailleurs !

Jean-François Simon : Quel a été le rôle d’André Burguière ?

Donatien Laurent : Je me rappelle l’avoir vu en 1965, à Quimper ou à Plozévet, je ne sais plus. Sa présence a intrigué. Nous savions qu’il avait été chargé de faire la synthèse des différents travaux. Nous nous demandions qui l’avait diligenté.

Jean-François Simon : Vous avez rencontré Edgar Morin ?

Françoise Laurent : J’ai vu arriver Morin et je l’ai entrevu ensuite une fois à Plozévet, devant le café des Droits de l’homme. Je ne savais pas du tout qu’il avait recruté Peninou. Et à vrai dire, je ne savais à peu près rien de Morin à cette époque.

Jean-François Simon : Lorsque l’on parle de l’enquête de Plozévet, l’impression qui domine, quarante ans après, est que le terrain aurait été saturé. L’avez-vous ressenti au moment où vous y étiez ?

Donatien Laurent : Pour ma part, je n’ai jamais entendu un de mes interlocuteurs me parler des autres enquêteurs et des enquêtes en général, mais il est vrai que nos thèmes de recherche étaient très différents puisque je devais rendre compte de ce qu’avait été la vie traditionnelle. C’est le livre de Morin qui a déclenché l’animosité d’une partie de la population et qui a conduit, dans une certaine mesure, à ce que l’on a appelé l’affaire de Plozévet. À ce propos, je me souviens que lors de notre première rencontre, il m’avait dit qu’il était venu dans la commune avec l’intention de se rapprocher des jeunes et de bousculer le terrain pour observer leurs réactions et celles de leurs aînés. Morin est revenu s’en expliquer avec les Plozévétiens bien des années après et le climat est redevenu serein.

Jean-François Simon : Donatien, pour ta part, quand es-tu arrivé à Plozévet ?

Donatien Laurent : En janvier 1964. J’y suis resté jusqu’à la fin de 1965, ce qui m’a permis de rencontrer Françoise Prigent… Mon professeur, André Leroi-Gourhan, avec qui j’avais déjà beaucoup travaillé en archéologie comme en ethnologie, m’avait proposé de faire une étude de terrain à Plozévet dans le cadre de l’enquête pluridisciplinaire de la DGRST dirigée par le docteur Gessain. J’ai sauté sur l’occasion car je voulais travailler en Bretagne. Il est vrai que le chanoine Falc’hun venait de me demander de venir à Rennes remplacer pour un an Jean Le Dû qui partait au service militaire. J’ai donc dû choisir entre deux propositions qui avaient trait à la Bretagne et j’ai choisi Plozévet car cette option me permettait de faire un véritable travail de terrain au contact d’informateurs âgés dont la langue, souvent unique, d’échanges et de pensée, était le breton.

Jean-François Simon : Comment as-tu procédé ?

Donatien Laurent : Je me suis installé au bourg, dans une chambre meublée. J’ai effectué plusieurs longs séjours dans la commune jusqu’en 1966. J’avais, en arrivant, une certaine connaissance livresque de ce coin de Basse-Cornouaille. J’avais évidemment lu Van Gennep, étudié les gravures d’Olivier Perrin, les commentaires d’Alexandre Bouet. Je connaissais La Bretagne d’hier de Léon Le Berre, les études de Sauvé et de Louis Ogès. Il s’agissait de poursuivre leurs travaux et d’actualiser leurs témoignages. J’étais déjà en étroites relations avec Jean-Michel Guilcher qui m’a aidé à définir l’objet de ma recherche et le moyen de la mener à bien : je devais travailler sur le cycle de la vie individuelle dans la société traditionnelle puisqu’aucun autre ethnologue n’avait arpenté le terrain plozévétien et que ce domaine était en friche dans le cadre de l’enquête pluridisciplinaire. Puisque les études étaient centrées sur le changement, il fallait au moins qu’un ethnologue s’intéresse à ce qui s’était passé avant les années soixante, à l’immense bouleversement qu’était le changement de langue et donc de représentation du monde. J’ai partagé mon temps entre les rencontres avec les vieux informateurs et le collectage des éléments de la tradition orale et de la poésie chantée qui était mon propre domaine de recherche. J’ai beaucoup enquêté sur les jeux traditionnels des enfants et des adultes, sur les croyances, les pratiques liées aux âges de la vie, au mariage et à la mort.

Jean-François Simon : Lors du colloque de mai 2008 à Brest, tu as évoqué à propos de Plozévet « la nécessaire prise en compte d’une spécificité refoulée ». Peux-tu revenir sur ce que tu entends par là ?

Donatien Laurent : J’étais souvent frappé par l’espèce de gêne et de honte qui caractérisait l’attitude de nombreux Plozévétiens vis-à-vis de leur culture passée. Il n’en est plus de même aujourd’hui ! Chez Marcel Détienne, la notion d’autochtonie est marquée très négativement : elle renvoie à des valeurs comme la terre et les morts, le droit du sang contre le droit du sol, le repli identitaire… Il me semble pourtant que l’on peut légitimement plaider pour une exploration de ce qui fait l’originalité de la culture bretonne et qui ne relève pas du refoulé : la coexistence d’un élan vers la modernité et d’un attachement profond, à la fois sensible et mystique, pour l’héritage du passé. « Voir des deux yeux » : un œil pour l’invention, le renouvellement, la création sous toutes ses formes ; un autre pour l’héritage et sa transmission. De cet équilibre du regard dépend notre bonheur en société et je suis convaincu que la langue bretonne, dans toute sa variété et sa souplesse, en a été le meilleur garant.

1Propos recueillis par Jean-François Simon en octobre 2009.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540