Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le cinéma japonais d’aujourd'hui

 | 
Benjamin Thomas

Avant-propos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Aussi bien, le problème de l’identité de soi n’a-t-il cessé de travailler la conscience des Japonais depuis leur ouverture à l’Occident. Comment dire, comment vivre le sujet moderne ? La question est restée irrésolue. »

Augustin Berque1

Dans sa préface à un ouvrage de Max Tessier2, Nagisa Ôshima compare les films japonais à des compositions d’ikebana (art de l’arrangement floral). Selon lui, on ne peut apprécier pleinement de tels bouquets dans un intérieur occidental. C’est dans la maison japonaise que les fleurs de l’ikebana prennent tout leur sens car elles sont issues du même « tout naturel » que le bois, le bambou et la terre battue dont est faite cette demeure. La plupart des spectateurs occidentaux, poursuit-il, regardent les films japonais comme ils regarderaient ces fleurs : sans connaître la terre japonaise d’où elles naquirent. On peut, précise Ôshima, multiplier les séjours prolongés au Japon sans pour autant s’ouvrir au contexte qui fera de ces films plus que de belles ...

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540