Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

En France rurale

 | 
Jean-François Simon
, 
Bernard Paillard
, 
Laurent Le Gall

Introduction. Des grandes enquêtes : construction de savoirs, légitimation de disciplines

Bernard Paillard, Jean-François Simon et Laurent Le Gall

Texte intégral

  • 1 L’intitulé exact du colloque était : « Histoire et actualité de la Recherche coopérative sur progr (...)

1Les 16 et 17 mai 2008 s’est tenu un colloque consacré aux « Grandes enquêtes pluridisciplinaires des années 60-70. Bilans et perspectives1 » et à la RCP de Plozévet en particulier – du nom de l’Action concertée diligentée dans cette commune bigoudène par la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) entre 1961 et 1965. Cette rencontre scientifique a été doublement originale. En premier lieu, il s’est agi de ne pas cantonner les enquêtes de Plozévet dans leur seule histoire mais de les replacer dans une tradition d’auscultation de certaines portions de l’espace français – les études similaires qui se sont développées par la suite (Aubrac, Châtillonnais, Baronnies, Corse), et dont un échantillon fut présenté à cette occasion, en témoignent. En second lieu, ce colloque n’a pas épousé la forme la plus conventionnelle de ce type de manifestation. Ouvert à l’Université de Bretagne Occidentale (UBO), il s’est poursuivi, initiative sans précédent, à Plozévet où les participants se sont rendus pour débattre avec certains des observés d’autrefois. C’était là cependant un retour bien tardif qui ne laisse pas d’interroger : pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps avant de renouer avec une expérience qui avait été conçue pour être le prototype des recherches du futur ?

  • 2 Burguière A., Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, 1975.
  • 3 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, 1967.
  • 4 Au début de 1968, une émission de télévision, Plozévet contre Plodémet, et divers articles dans la (...)

2Plusieurs causes conjoncturelles, dont certaines sont abordées dans ce livre, peuvent éclairer le fait. L’une des plus manifestes tient à la confusion qui semble avoir marqué la fin des travaux : il faut attendre, en effet, 1975 – soit près de quinze années après les débuts des enquêtes – pour qu’André Burguière en publie leur synthèse2 après qu’il y a été fortement contraint par la remise tardive de certains rapports. Entre-temps, les sciences humaines et sociales ont connu de profonds changements. Une nouvelle génération de chercheurs a accédé aux responsabilités et développé de nouveaux thèmes et de nouvelles modalités de recherche. De son côté, l’initiateur principal de l’Action concertée, le docteur Robert Gessain, a retrouvé son terrain de prédilection chez les Inuits d’Ammassalik tandis que les chercheurs de son laboratoire ont mené leurs études chez les Bedik et les Bassari du Sénégal oriental. Par ailleurs, cette désaffection a tenu au fait que les jeunes chercheurs engagés à Plozévet ont trouvé des affectations hors de la Bretagne et, une fois leurs travaux achevés, investi d’autres lieux et d’autres domaines – à l’exception de Donatien Laurent qui, au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) de l’Université de Bretagne Occidentale, va développer ses recherches sur la culture orale bretonne, un thème qui n’avait pas été prévu dans le programme de l’Action concertée. Au surplus, après mai 1968, les questionnements du début des années soixante ont pu paraître désuets tandis que la parution du livre d’Edgar Morin en 1967, Commune en France. La métamorphose de Plodémet3, avait suscité brouilles et réactions pour le moins contrastées et dans le monde universitaire la publication de cet ouvrage contrevenait à une clause d’ajournement à laquelle s’étaient notamment assujettis les historiens –, et chez certains Plozévétiens. L’hostilité d’une partie de la population, majoritairement des enseignants et des élus locaux4, fut telle qu’elle fit abandonner le projet formulé dès 1967 par Edgar Morin (auquel avaient adhéré André Burguière et Bernard Paillard) qui envisageait de suivre, de façon décennale, l’évolution des problèmes détectés quelques années plus tôt. Le climat de l’époque, tant localement que nationalement, ne poussait donc pas à revenir sur les enquêtes menées dans la commune bigoudène.

  • 5 Burguière A., « Plozévet, une mystique de l’interdisciplinarité ? », dans « Pour une histoire de l (...)
  • 6 Drouard A., Une inconnue des sciences sociales, La fondation Alexis Carrel, 1941-1945, Paris, Édit (...)
  • 7 La publication du journal d’enquête d’Edgar Morin mise à part. Voir Morin E., Journal de Plozévet. (...)

3C’est André Burguière qui, le premier, s’est lancé dans la prospection. En novembre 1999, son intervention au colloque du cinquantenaire du Centre d’études historiques (CRH) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) a ouvert de nouvelles perspectives5. En dévoilant, pour la première fois, quelques arcanes des commanditaires et responsables des recherches, il a donné à connaître que certains d’entre eux avaient émargé à une institution mise en place sous le régime de Vichy, la Fondation pour l’étude des problèmes humains d’Alexis Carrel6. Une fois la stupéfaction passée, l’information reçue invita à engager une approche « archéologique » des enquêtes afin de les replacer dans l’histoire des institutions et des politiques de la recherche depuis la Seconde Guerre mondiale – voire avant. Si cette ébullition intellectuelle incita certains à porter leur attention sur l’histoire des disciplines et sur leurs rapports, notamment dans le cadre précis de l’Action concertée de Plozévet, force est de constater qu’un tel programme fut difficile à mettre en œuvre en l’absence d’une documentation satisfaisante : rareté des témoignages des enquêteurs7, carence des archives très dispersées et le plus souvent non déposées, éparpillement des lieux de consultation des différents rapports ne facilitaient guère la tâche.

  • 8 Silberman R., Les sciences sociales et leurs données, rapport à Monsieur le ministre de la Recherc (...)
  • 9 Cribier F. (avec la collaboration d’Élise Feller), Projet de conservation des données qualitatives (...)
  • 10 Sous la responsabilité d’Éric Brian et de Jean Jamin, directeurs d’études, Pap Ndiaye et Morgane L (...)

4Des questionnements avaient pourtant vu le jour. Après l’initiative du CRH, différentes entreprises furent engagées qui visèrent à reconsidérer les grandes enquêtes des années 1960-1970. Au printemps 2002, à l’initiative de Jean-Luc Mayaud, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Lyon 2 et spécialiste de l’histoire rurale, une séance de son séminaire fut consacrée à l’enquête orchestrée en Basse-Bretagne. Quelques mois plus tard, à Plozévet, lors des premières Rencontres régionales CNRS « Sciences et Citoyens », André Burguière et Bernard Paillard revinrent sur le sujet devant un auditoire composé essentiellement des habitants de la commune. L’année suivante, la Maison des sciences de l’homme de Dijon organisa une journée d’études et profita de l’occasion pour recueillir le témoignage de plusieurs acteurs de la Recherche coopérative sur programme du Châtillonnais. Elle réitéra l’expérience deux ans plus tard dans le cadre d’un séminaire. À la fin de l’année 2005, le Groupe audois de recherche et d’animation ethnographique (GARAE) de l’Ethnopôle de Carcassonne provoqua à son tour un colloque qui traita de l’ensemble des grandes enquêtes (de Plozévet à la Corse en passant par l’Aubrac, Minot, les Baronnies et le Pays de Sault). D’une manière plus inattendue, le département de sociologie de la Kwansei Gakuin University de Nishinomiya (Japon) organisa, en septembre 2005, une rencontre scientifique qui, à l’aune de l’entreprise organisée à Plozévet, visait à analyser les enquêtes menées par des Japonais sur des villages et des communautés rurales nationales. En outre, l’intérêt porté aux archives des sciences humaines et sociales (SHS) commença à se développer après que Roxanne Silberman8 puis Françoise Cribier9 publièrent chacune leur rapport. Ainsi, se produisit, dans les SHS, une sensibilisation à ces questions d’ordre épistémologique. Elle fut plus ou moins forte selon des disciplines et toucha d’abord les historiens et les ethnologues : on en voudra pour preuves le séminaire collectif de l’EHESS « Archives et sciences sociales10 », le programme de travail du GARAE « Sources et genèses de l’ethnologie en France », le dépôt et la réalisation, depuis 2003, de plusieurs projets de recherche et de séminaires suite aux appels à proposition du ministère de la Recherche (l’un d’entre eux a d’ailleurs donné lieu à la mise en place d’un programme « Archives des sciences humaines et sociales (ARSHS) » piloté par la Maison des sciences de l’homme de Bourgogne dans le cadre du réseau des Maisons des sciences de l’homme).

  • 11 Il semble que rien ne fut tenté par les responsables de l’enquête de Plozévet pour y faire partici (...)
  • 12 La ville de Rennes fut choisie, dès 1965, comme l’une des premières métropoles à investir en ce se (...)
  • 13 Le phénomène semble si partagé que les jeunes chercheurs, recrutés plus tard par le laboratoire d’ (...)
  • 14 Ce dont témoignent ses récentes publications issues de colloques : Émile Souvestre (1806-1854). Éc (...)

5Du côté de la Bretagne, il semble que l’idée de renouer avec l’expérience de Plozévet n’ait jamais suscité beaucoup d’enthousiasme. Sans doute faut-il voir dans cette inappétence le regrettable souvenir d’une recherche jugée, à juste titre, très parisienne, même si la RCP sur l’Aubrac et celle sur le Châtillonnais l’étaient tout autant11. La structuration de la recherche en SHS en France empêchait, en effet, à l’époque, que de telles initiatives puissent être pilotées par des individus installés dans les régions quand bien même certains exemples attestent le contraire (afin de développer des recherches urbaines, la politique du ministère de l’Équipement s’appuya sur de jeunes équipes constituées localement12). Dans de telles conditions, le peu d’intérêt manifesté par les universitaires régionaux ne peut guère surprendre13. En 2008, le contexte était tout autre. Les enquêtes de Plozévet (et de Goulien) ayant acquis une densité historique, cette aventure intellectuelle apparaissait désormais comme un jalon dans l’histoire des SHS en Bretagne. La proposition de Bernard Paillard d’organiser à ce sujet un colloque fut donc accueillie avec enthousiasme à l’Université de Bretagne Occidentale chez ses collègues sociologues, ethnologues et historiens, et notamment au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC) qui était lui-même engagé dans une réflexion sur des personnalités bretonnes ayant joué un rôle de premier plan dans ce domaine14. Le CRBC accepta, par conséquent, d’en assurer aussi la logistique, en association avec la commune de Plozévet.

  • 15 Deux projets, dirigés par Bernard Paillard (CERHIO), se développent depuis 2009. Plozcorpus, soute (...)
  • 16 « Quelle place pour la Bretagne dans l’élaboration d’une ethnologie du proche ? », séminaire organ (...)

6Ce livre ne constitue pas les actes du colloque qui s’est tenu en mai 2008. Il donne toutefois la parole à nombre de celles et ceux qui y prirent part. Plutôt que de reprendre les communications telles qu’elles furent prononcées au cours des deux journées, nous avons opté pour la publication d’un ouvrage collectif dont l’ambition première est de faire le point sur un certain nombre de questions, quitte à esquisser quelques nouvelles pistes de réflexion susceptibles d’appeler des développements à venir. Certains prolongements ont d’ailleurs commencé à voir le jour avec le soutien de la Maison des sciences de l’homme en Bretagne, déjà partenaire du colloque : deux nouveaux ateliers ont, en effet, pris corps, l’un portant sur les archives des enquêtes de Plozévet15, l’autre interrogeant la place de la Bretagne dans l’élaboration d’une ethnologie du proche en France16.

7Si l’ouvrage est centré sur l’expérience menée à Plozévet, il situe cette Action concertée dans le contexte plus général des recherches collectives qui, selon André Burguière, constitue une tradition bien française consubstantiellement liée aux différentes politiques de la recherche en SHS. Car il y eut, ainsi que le rappelle Alain Chatriot, les AC (Actions concertées) de la DGRST, les RCP (Recherches coopératives sur programme) du CNRS ou encore les ATP (Actions thématiques programmées) impulsées par différents ministères, tant il est vrai que l’histoire des SHS, de ses thèmes, de ses structures, de ses chercheurs, est intimement redevable des politiques incitatives de l’État. En tout état de cause, ce furent là des expériences qui ont largement marqué une génération – celle du baby-boom – et dont la gouvernance semble s’achever avec son départ à la retraite.

8Cet environnement général, tel qu’il est préalablement présenté, permet à Bernard Paillard de faire le point des connaissances relatives à l’enquête menée à Plozévet. Il s’agit, constate-t-il, d’une histoire qui reste à faire… Pour y contribuer, nous avons demandé à quelques enquêteurs de retracer ce que furent alors leurs travaux. Ces témoignages – trop peu nombreux, bien sûr – permettent d’entrer un peu plus dans l’intimité de ce que certains appellent toujours « L’Enquête ». Ils illustrent le fait que les objets et les façons de faire furent alors incroyablement variés. Solange Skinner-Petit, Donatien et Françoise (née Prigent) Laurent, Alexandre Albenque, Nicole Mathieu, Edgar Morin et Bernard Paillard se sont ainsi volontiers prêtés au jeu de la remémoration. En contrepoint à ces expériences, nous avons sollicité, d’un côté, Christian Pelras, pour qu’il nous explique sa vision du travail qu’il mena à Goulien (une enquête menée en solo en parallèle à celles de Plozévet), et, d’un autre côté, Masahiro Ogino, pour qu’il précise ce que lui, Japonais, retire de cette expérience française. Ces « matériaux », rassemblés pour mieux comprendre l’enquête de l’intérieur, sont évidemment incomplets. Il y a là une part d’aléa qui révèle les limites tant du colloque que de l’ouvrage : l’un et l’autre sont incapables de tout couvrir. Il nous reste donc à formuler le vœu qu’un chercheur s’engage à recueillir la parole de tous ceux qui n’ont pu se manifester…

9Ces travaux et les publications qui en furent données sont ensuite perçus sous différents angles. François Ploux questionne le choix d’une commune en tant que lieu d’investigation et celui de la monographie comme genre, montrant qu’il s’agit là d’une production qui, parce qu’elle appartient à la longue tradition de l’érudition locale, a produit des distorsions en raison d’« une approche territorialisée des phénomènes sociaux ». Jean-François Simon s’intéresse, quant à lui, à la manière dont les enquêtes de Plozévet se sont inscrites dans la volonté de mener une ethnologie bretonne de la Bretagne : il tente de démêler la trame qui, avant et après l’expérience dans la commune bigoudène, a permis d’en constituer la toile. Analysant les modalités de l’enquête qui furent exposées dans les ouvrages d’Edgar Morin et d’André Burguière, Guillaume Sabin s’interroge sur ce qui apparaîtrait aujourd’hui comme des carences méthodologiques – tant il est vrai qu’il fallait, dans les années soixante, pour les uns et pour les autres, innover, alors que depuis la constitution et la production de ce « terrain » cornouaillais, une solide réflexion a été menée en la matière. Laurent Le Gall développe, enfin, une réflexion sur un aspect qui, bien que n’ayant absolument pas été pris en compte au départ, a joué un grand rôle dans la notoriété des travaux menés à Plozévet : l’opposition fameuse existant entre les « rouges » et les « blancs ». L’« inévidence » préalable du politique se mua en une évidence au terme de processus dont la divulgation permet de lire en creux les contradictions afférentes à l’élaboration d’une histoire politique en cours de régénération. Ces questionnements n’engagent évidemment qu’un éventail restreint de points de vue. Nombre de questions restent en suspens. Et l’on pourrait imaginer fort bien des développements ultérieurs : passer au crible de la critique les différentes disciplines convoquées, disséquer chaque enquête, retrouver les questions posées à l’époque, analyser en quoi leurs résultats ont marqué les disciplines en en faisant peut-être trembler les frontières, rouvrir le dossier des études bio-anthropologiques (à l’origine de l’Action concertée de Plozévet, elles en restent les perpétuelles oubliées) permettraient vraisemblablement de pousser la réflexion un peu plus loin.

10Les enquêtes de Plozévet ne sauraient pourtant être lues et relues à travers leurs seules singularités. C’est, d’une certaine manière, ce que permettent de souligner les contributions de la dernière partie de cet ouvrage. Écrites par des acteurs de ces Recherches coopératives sur programme qui fleurirent au cours des années 1960-1980 sous le patronage du CNRS, elles ressortissent tout autant à une histoire des sciences sociales en cours de fabrication – entre appropriations individuelles et/ou collectives des terrains et intégrations dans des dispositifs institutionnels – qu’à un état des lieux de ce que la pluridisciplinarité (ou interdisciplinarité) et l’idée d’une entreprise scientifique à plusieurs voix voulurent dire à des moments donnés. De l’Aubrac de Martine Segalen à la Corse de Georges Ravis-Giordani en passant par le Châtillonnais de Serge Wolikow – avec le ricochet de Minot (Françoise Zonabend) – et les Baronnies de Rolande Bonnain-Dulon, ce sont bel et bien des expériences, fréquemment « initiatiques » – l’on songe, ici, à la rencontre des trois chercheurs, Martyne Perrot, Martin de la Soudière, Philippe Bonnin, et de leur terrain commun, la Margeride, au cours d’une RCP qu’ils qualifient eux-mêmes de « sauvage » –, l’élaboration d’un savoir sur des sociétés rurales, dont certaines se métamorphosaient rapidement, et la constitution de certains paradigmes – en premier lieu, la modernité – qui nous sont données à lire. L’on comprendra alors combien l’acronyme RCP recouvrit de son sigle unificateur des situations variées (quoi de commun entre le Minot des « dames de Paris » qui purent scruter, sous les auspices du Laboratoire d’anthropologie sociale, une collectivité villageoise dans ses moindres détails, et une Corse où ethnologie et nationalisme ne faisaient pas bon ménage ?) et des résultats pour le moins contrastés (que l’on songe, par exemple, au peu de postérité des ouvrages publiés sur l’Aubrac et, en contrepoint, au rôle qu’eurent les zootechniciens-agronomes de l’enquête dans les mutations économiques du territoire étudié). L’on souscrira peut-être à l’idée selon laquelle il y eut, de Plozévet au Niolu, par-delà les bricolages épistémologiques et organisationnels, une certaine idée/idéologie des relations que devaient apprendre à tisser, puis à entretenir, une société et ses savants.

11Sur une telle base, provisoire, de connaissances, quels premiers enseignements tirer de ces expériences ? Il est sans doute un fait auquel ne s’attendirent pas les enquêteurs, la gestion d’une inévitable restitution de l’étude aux enquêtés et, partant, celle des rapports quelquefois difficiles entre les deux « partis ». La relative nouveauté de cette restitution n’a pas manqué de produire des surprises : les suites de Plozévet comme celles de Minot l’attestent. Certains Plozévétiens, des observés, se sont d’abord indignés. Avec le temps, les griefs se sont plus ou moins estompés et les enquêtes ont pris, en elles-mêmes, une valeur patrimoniale aujourd’hui reconnue et revendiquée par la commune. Pour autant, cette sérénité acquise avec le temps ne pourra jamais effacer la distance qui sépare les deux positions : face à l’enquêté, l’enquêteur restera toujours un étranger. Cette altérité est au cœur de la démarche ethnologique. Elle résonne d’une façon singulière en ethnologie du proche ainsi que nous le rappelle, en conclusion, Françoise Zonabend, à partir de ses propres travaux et des controverses suscitées localement par ses écrits sur Minot puis La Hague. Mais, à dire vrai, est-il possible d’échapper au malentendu ?

Carte : Gilles Couix (UBO)

Notes

1 L’intitulé exact du colloque était : « Histoire et actualité de la Recherche coopérative sur programme de Plozévet. Les grandes enquêtes pluridisciplinaires des années 60-70 : bilans et perspectives ».

2 Burguière A., Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, 1975.

3 Morin E., Commune en France. La métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, 1967.

4 Au début de 1968, une émission de télévision, Plozévet contre Plodémet, et divers articles dans la presse locale, essentiellement dans Le Télégramme de Brest, laissent entendre que les Plozévétiens sont outrés par le livre d’Edgar Morin. Cette interprétation, toujours en cours chez certains, ne résiste pas à l’examen historique, les témoignages étant beaucoup plus partagés.

5 Burguière A., « Plozévet, une mystique de l’interdisciplinarité ? », dans « Pour une histoire de la recherche collective en sciences sociales. Réflexions autour du cinquantenaire du Centre de recherches historiques », Cahiers du Centre de recherches historiques, no 36, octobre 2005, p. 231-263.

6 Drouard A., Une inconnue des sciences sociales, La fondation Alexis Carrel, 1941-1945, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme de Paris, 1992.

7 La publication du journal d’enquête d’Edgar Morin mise à part. Voir Morin E., Journal de Plozévet. Bretagne, 1965 (préparé et annoté par Bernard Paillard), La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2001.

8 Silberman R., Les sciences sociales et leurs données, rapport à Monsieur le ministre de la Recherche, juin 1999.

9 Cribier F. (avec la collaboration d’Élise Feller), Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales recueillies en France auprès de la « société civile », rapport présenté au ministre délégué à la Recherche et aux nouvelles technologies, avril 2003.

10 Sous la responsabilité d’Éric Brian et de Jean Jamin, directeurs d’études, Pap Ndiaye et Morgane Labbé, maîtres de conférences, Vincent Duclert, PRAG. La séance du 15 janvier 2003 traita des grandes enquêtes avec, notamment, les interventions d’André Burguière (Plozévet), Joseph Goy (les Baronnies), Françoise Zonabend (Minot).

11 Il semble que rien ne fut tenté par les responsables de l’enquête de Plozévet pour y faire participer les universitaires bretons. S’il y eut quelques tentatives dans ce sens, ce fut à l’initiative personnelle de contractants, tels Robert Mandrou désireux de trouver de jeunes chercheurs bretons, Edgar Morin qui recruta des étudiants rennais ou André Leroi-Gourhan qui invita Donatien Laurent à travailler sur la commune bigoudène.

12 La ville de Rennes fut choisie, dès 1965, comme l’une des premières métropoles à investir en ce sens. Cette politique fut poursuivie en 1967 et contribua au développement de la recherche sociologique dans la capitale bretonne.

13 Le phénomène semble si partagé que les jeunes chercheurs, recrutés plus tard par le laboratoire d’Edgar Morin (où André Burguière est chercheur associé), ne se sont jamais situés dans la démarche plozévétienne. Les deux ouvrages sur Plozévet n’ont guère fait référence. Publications inclassables, touchant à plusieurs domaines, elles apparaissent assez anachroniques dans un paysage qui n’a vu que s’accentuer la spécialisation disciplinaire.

14 Ce dont témoignent ses récentes publications issues de colloques : Émile Souvestre (1806-1854). Écrivain breton porté par l’utopie sociale, Brest, CRBC, 2007 ; Jean-Marie de Penguern (1807-1856). Collecteur et collectionneur breton, Brest, CRBC, 2008 ; Jacques Cambry (1749-1807). Un Breton des Lumières au service de la construction nationale, Brest, CRBC, 2008 ; Paul Sébillot (1843-1918). De la Bretagne à Paris, un républicain promoteur des traditions populaires (à paraître).

15 Deux projets, dirigés par Bernard Paillard (CERHIO), se développent depuis 2009. Plozcorpus, soutenu par la MSHB et le TGE Adonis du CNRS, vise à mettre en place, en collaboration avec le CN2SV (équipe adossée au Centre A. Koyré/CRHST – UMR CNRS 8560) un portail OAI-PMH des données et archives des enquêtes. Plozarch, soutenu par la Région Bretagne et la Commune de Plozévet, entend valoriser localement le travail archivistique.

16 « Quelle place pour la Bretagne dans l’élaboration d’une ethnologie du proche ? », séminaire organisé par le CRBC (Jean-François Simon) et le CERHIO (Laurent Le Gall) aux Universités de Bretagne Occidentale et de Bretagne-Sud au cours des années 2009-2011 avec le concours de la Maison des sciences de l’homme en Bretagne (MSHB).

Table des illustrations

Légende Carte : Gilles Couix (UBO)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/102674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Auteurs

Sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS, Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO), UMR CNRS 6258, Université Rennes 2, Rennes ; chercheur associé au IIAC-Centre Edgar Morin, Paris.
Ethnologue, professeur d’ethnologie, directeur du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), EA 4451, Université de Bretagne Occidentale, Brest.
Historien, maître de conférences en histoire contemporaine, Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO), UMR CNRS 6258, Université de Bretagne-Sud, Lorient ; chercheur associé au Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC), EA 4451, Université de Bretagne Occidentale, Brest.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540