Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures du marginal dans la littérature française et francophone

 | 
Arlette Bouloumié

Monstruosité et marginalité chez Gilles de Rais

Jacques Boislève

Texte intégral

  • 1 Eugène Bossard, Gilles de Rais, Maréchal de France, dit Barbe-Bleue, Champion, Paris, 1885. Georges (...)

1Cet ogre devenu légendaire sous le nom de Barbe-Bleue a réellement existé. Ce n’était pas le tueur de femmes qu’en fit Perrault, mais un assassin d’enfants et d’adolescents, qu’il faisait enlever, violait, sacrifiait le plus souvent pour son propre plaisir ou dans le vain espoir de voir les démons rétablir sa fortune, qui était très grande mais qu’il a entièrement dilapidée. Il s’appelait Gilles de Rais. C’était un grand seigneur, un compagnon de Jeanne d’Arc. Son existence est parfaitement située : 1404, date de sa naissance dans le château angevin de Champtocé, 1440, date de sa condamnation et de son exécution à Nantes, en Bretagne. On doit aux minutes très circonstanciées de son double procès - religieux et civil - de connaître presque tout de sa vie et de ses horribles crimes1.

  • 2 Michel Tournier, Gilles et Jeanne, Gallimard, Paris, 1983, pp. 53-55. Lire aussi L’itinéraire de Gi (...)

2Ce que nous savons de lui tient, en effet, pour l’essentiel dans ses aveux devant les juges, recoupés de façon concordante par ses complices, confortés aussi, plus douloureusement, par le témoignage des proches des petits disparus, ses probables victimes, dont le nombre pourrait se chiffrer par centaines. On dit probables victimes, parce que des intérêts politiques – ceux du duc de Bretagne et de l’évêque de Nantes – donnent toutes les raisons de penser que ce procès ne fut pas impartial. Un doute donc subsiste sur le degré de culpabilité de Gilles. Probables encore parce que la vie des enfants pauvres comptait peu alors : la misère, la maladie, les loups pouvaient aussi bien les décimer. Ou l’ogre bien sûr. L’histoire du Petit Poucet est là pour nous le rappeler. Dans son « Gilles et Jeanne »2, Michel Tournier, prenant appui sur cet autre conte de Perrault, fait précisément de Tiffauges, où Gilles a procédé à une partie de ses sanglants dépeçages, la demeure de l’ogre.

3Historiens, essayistes, auteurs de romans, de pièces de théâtre ou d’opéras, se sont, en grand nombre, penchés sur le cas de ce grand psychopathe qui reste une irritante énigme par sa monstruosité et sa marginalité.

4De ce criminel sexuel, chevalier dévoyé qui s’est lui-même, à son procès, proclamé insurpassable dans la monstruosité et qui a pris, de ce fait, une extraordinaire dimension mythique, que nous dit la littérature ?

  • 3 Michel Hérubel, Gilles de Rais ou la fin d’un monde, Jean Picollec, Paris, 1993, p. 270.

5La littérature nous dit d’abord que Gilles serait « né sous une telle constellation que, selon lui, personne ne pouvait savoir ou comprendre les anomalies, ni les actes illicites, dont il se rendait coupable ». (Déposition d’Henri Griart, au procès de Nantes, citée par Michel Hérubel)3.

6Gilles passe son enfance à Machecoul, aux confins de la Bretagne. Orphelin à 11 ans, il perd la même année son père, éventré à la chasse par un sanglier, puis, semble-t-il, sa mère. Il se retrouve alors sous la coupe de Jean de Craon, son âpre et très féodal grand-père. D’où son retour à Champtocé où l’adolescent vit entièrement livré à lui-même. À l’exception notable de Tournier qui ne retient pas « l’enfance vicieuse », tous les auteurs mettent l’accent sur cette jeunesse sans bornage. Ils s’appuient sur les propres déclarations de Rais qui voyait là l’origine de ses crimes, au point, à l’issue de son procès, d’exhorter les parents de ses victimes à ne pas manquer à leur devoir d'éducation. « Ne dit-on pas qu’ensuite tous les enfants furent fouettés pour qu’ils n'oublient jamais ce jour mémorable où l’on fit cuire l’ogre », résume plaisamment Michel Ragon, dans « La Louve de Mervent », en faisant référence à une tradition nantaise avérée.

  • 4 Les mauvais livres, autre thème récurrent chez les biographes de Gilles de Rais. Voir aussi l’anecd (...)
  • 5 Georges Bordonove, Requiem pour Gilles, Julliard, Paris, 1961.

7Le grand-père, dont la rapacité n’a d’égale que la folle prodigalité de son petit-fils, semble avoir trouvé intérêt à la jachère de celui-ci, préférant lui inculquer la violence des armes plutôt que les disciplines de l’esprit pour lesquelles on a pourtant prêté à Gilles des aptitudes. Plusieurs auteurs vont jusqu’à avancer sa secrète préférence, à la lecture de « La vie des douze Césars » de Suétone, pour les plus décadents : Néron, esthète et pervers, et Caligula, l’empereur fou4. Sans doute romancent-ils sur ce point mais, plus fondamentalement, de son enfance, tous notent surtout la cruauté précoce et la découverte de son homosexualité. On s’en tiendra ici aux premières manifestations de sa cruauté. Gille de Rais en fait lui-même le récit sous la plume de Georges Bordonove5 :

Un flatteur me fit don de molosses. Ils étaient dix, si féroces de nature qu’ils mordaient les valets de chenil et s’entre-déchiraient quand on leur jetait des quartiers de viande (…) La fantaisie me prit de les affamer pendant un couple de jours, puis de les sortir, mais botté et vêtu de cuir solide. Je les emmenai, aboyant de fureur par nos campagnes de Champtocé. Des moutons se nourrissaient paisiblement sous l’ombrage. Leur berger jouait du pipeau. Je lâchai mes démons…

  • 6 Alain Decaux, Gilles de Rais, de Jeanne d’Arc à Satan, Historia, novembre 1981.
  • 7 Tournier, op. cit., p. 50.

8Et Gilles de confesser au souvenir de ce premier carnage : « … Je tremblais de joie malsaine en regardant les crocs s’enfoncer hideusement… » Préfiguration sanglante, ce sacrifice des moutons également raconté par Alain Decaux6, de bien d’autres traques, avec des proies humaines cette fois, que Tournier évoque à propos des enfants de chœur de Machecoul7 :

Tout avait commencé avec ces petits chanteurs qu’il fallait recruter et examiner (…) Peu à peu Gilles avait pris tant de goût à cette sorte de prospection qu’il la poursuivait au-delà des besoins de la collégiale, au-delà de toute mesure, allant jusqu’à renoncer aux plaisirs de la chasse – qui tenaient jadis tant de place dans sa vie – pour ne plus courir que ce gibier-là, si particulier et si délicieux. Et comme il était puissant (…) il eut vite autour de lui une poignée de rabatteurs et d’hommes de main qui sillonnaient les bois et les campagnes…

9Au nombre de ces voleurs d’enfants aux ordres du grand veneur, une femme qui les apprivoise et les empoche : la « Meffraye » que Michelet hausse au rang des pauvres sorcières persécutées du quinzième siècle, qui trouvent un ultime refuge dans les châteaux. Elles n’en sortent qu’à la nuit en se faisant louves. Michelet explique :

  • 8 Michelet, La sorcière, Calmann Lévy, Paris, 1884, p. 181.

N’ayant que le château qui la garde du prêtre, la défende un peu du bûcher, que refusera-t-elle à ses terribles protecteurs ? Si le baron, revenu des croisades, (…) imitateur de la vie turque, la fait venir, la charge de voler pour lui des enfants (…) Le fameux Gilles de Retz, le seul dont on fit le procès, fut puni d’avoir enlevé non ses petits serfs (chose peu rare), mais de les avoir immolés à Satan…8

10Les notations sur le comportement sanguinaire de Gilles sont multiples. Les unes tout simplement émouvantes, comme ce profond baiser sur la cuisse blessée de Jeanne, imaginé par Tournier, mais, déjà dans cet élan innocent pour téter le sang virginal, le vampire se trahit.

Mais je t’aime surtout pour cette pureté qui est en toi et que rien ne peut ternir.

Baissant la tête, il aperçoit la blessure.

Accepteras-tu le seul baiser que je te demande ?

  • 9 Tournier, op. cit., p. 28. Lors d’un déjeuner à St Florent le Vieil avec Julien Gracq au printemps (...)

Il s’incline et appuie longuement ses lèvres sur la plaie de Jeanne…9

11D’autres plus troublantes. Ainsi, dans le récit fait par Lanza del Vasto du premier amour de Gilles, le chevalier-adolescent débride de la pointe de son couteau la cheville d’une jeune bergère que vient de mordre un serpent pour extraire avec sa bouche « le sang et le venin ». Qui a frappé en réalité la petite morte : la vipère ou le démon qui prend possession de Gilles à l’instant même du drame ? Au geste secourable de Gilles se substitue vite, dans l’ambiguïté voulue de la scène, le soupçon du viol et du meurtre :

  • 10 Lanza del Vasto, Gilles, de Rais , Eolienne, Paris 2001. Roman inachevé écrit en 1936. p. 76 et 82.

La petite bergère apparaissait en sa robe de laine, l’étroit corsage où luisait un menu crucifix, le regard clair levé sous les ailes de la coiffe de lin. Alors, deux cuisses s’écartaient montrant un ventre taché du bas10.

12C’est bien le même qui, plus tard, signera de son sang un pacte avec les démons. Et pire encore quand avec sa dague, surnommée à dessein « Braquemart », il entaille tant de fois la peau des adolescents, leur découpe la gorge, leur ouvre le ventre, eux pleurant et lui riant. Jusqu’à ce don du sang au diable dans une parodie de Saint Sacrifice, racontée par Bordonove.

  • 11 Bordonove, op. cit., p. 189.

Je l’ai fait. J’ai tué un enfant. Je l’ai consacré au diable (…) J’ai souillé et profané ce corps innocent ! Je l’ai dagué et démembré aux aisselles. J’ai recueilli le sang dans un flacon de verre, extirpé les yeux et le cœur (…) J’ai offert au démon ces restes sanglants, le suppliant de les agréer11.

13La scène (la Cène) se passe à Tiffauges. L’arrivée impromptue du Dauphin contraint Gilles à faire disparaître précipitamment toute la batterie de cette atroce cuisine du diable : cornues, athanor et tous leurs sulfureux ingrédients. De même, à Champtocé, son secret sur le point d’être percé et la rumeur enflant qui précipite l’enquête de l’évêque de Nantes, il faut d’urgence, pour tenter d’effacer toute trace, déménager jusqu’à Machecoul tous ces ossements d’enfants qui accusent, comme le sang sur la clef de Barbe Bleue.

14Surtout ce vampire est un sadique. Là encore, tous les auteurs qui tiennent pour acquis les crimes de Gilles sont unanimes : l’abus sexuel ne semble pas avoir été pour lui l’essentiel. Il recherchait une autre jouissance, plus criminelle encore, ainsi décrite par Bressler :

  • 12 Jacques Bressler, Gilles de Rais, Payot, Paris, 1981, p. 117.

la volupté du bourreau se concentrait dans la contemplation des mourants et de leurs cadavres. Ce contact intime avec la mort, éprouvé à travers le regard, semblait suffire à lui procurer une jouissance ineffable, supérieure à toutes les autres…12

15Michelet y ajoute le rire du Diable :

  • 13 Jules Michelet, Histoire de France, Paris, 1841, tome V, livre XI, chap. 1.

Cette religion du Diable avait cela de terrible que peu à peu l’homme étant parvenu à détruire pour son maître, d’abord sans doute avec répugnance, il tuait pour lui-même avec volupté. Il jouissait de la mort, encore plus de la douleur : d’une chose si cruellement sérieuse, il avait fini par se faire un passe-temps, une farce ; les cris déchirants, le râle flattaient son oreille, les grimaces de l’agonisant le faisaient pâmer de rire…13

16Gilles de Rais est un grand pervers. De cette perversité, l’épisode de la fondation qu’il crée à Machecoul, en la dédiant aux Saints Innocents, offre l’illustration la plus stupéfiante. Michel Tournier relève :

  • 14 Tournier, op. cit., p. 31.

l’aveu que fait Gilles à son confesseur Eustache Blanchet du trouble qu’il éprouve, au-delà de sa compassion, à voir souffrir les Saints-Innocents, superposés dans la fresque de la chapelle de Machecoul aux tendres enfants de chœur de sa chorale…14

  • 15 Gilbert Prouteau, Gilles de Rais ou la gueule du loup, Editions du Rocher, Paris 1992.

17Sulfureux, ce mélange de l’émotion esthétique – la voix angélique du tendre Rossignol – et du désir charnel. Sous les airs patelins du grand seigneur si attentionné aux chers angelots de sa chapelle, perce toute la concupiscence du grand loup pédophile15. Bordonove fait parler le peintre qui a réalisé, sur ce pieux motif des Saints-Innocents, le grand tableau destiné à cette chapelle :

  • 16 Bordonove, op. cit., pp. 125-126.

Il représentait – par coïncidence pure ! – la place du village de Machecoul encombrée d’hommes d’armes à cheval (…) fracturant les portes, arrachant aux pauvres villageois, leurs enfantelets et les trucidant (…). Lorsque Gilles vit ce tableau, il eut ce retroussement de babines que l’on voit aux chats et aux renards. Ses yeux noircirent de colère, en le scrutant avec une attention forcenée. (…) Dans un angle du tableau (…) une chemisette déchirée et tachée de sang s’accrochait aux ronces. Enlevez cela, dit-il. De grâce ! Ce détail n’ajoute rien. Il est par trop horrible !…16

18Le même Bordonove donne l’exacte mesure de ces sacrifices d’adolescents quand il qualifie Gilles de Rais de « Minotaure féodal ».

19Pour agir de la sorte, Gilles était-il totalement privé de sa raison ? Il ne semble pas. Le seul à le traiter « d’insensé » est son frère qui, dans le « Mémoire des héritiers », dénonce comme signe le plus évident de cette démence la dilapidation de son immense fortune. C’était une « folie », en effet, que la ruineuse reconstitution de la prise d’Orléans. Et « folie » aussi cette fondation de Machecoul :

  • 17 Cité par G. Bataille, op. cit., pp. 136-137.

Gilles tenait une chapelle de chantres en sa maison, quelque part qu’il allât, en laquelle il avait vingt-cinq à trente personnes, enfants, chapelains, jeunes clercs : il les menait avec lui dans ses voyages de telle sorte qu’il tenait dans sa suite, à cause de ladite chapelle, y compris leurs serviteurs, plus de cinquante personnes à ses dépens et autant de chevaux. De même, il avait en cette chapelle quantité d’ornements de draps d’or et de soie, des chandeliers, des encensoirs, des croix, des plats (…) de grande somptuosité, qui coûtaient trois fois plus qu’ils ne valaient…17

  • 18 Huysmans, op. cit., p. 110.

20La prodigalité n’est pas le seul excès de Gilles. Au nombre des autres traits pathologiques clairement repérés figure aussi son appétit gargantuesque. Huysmans montre combien tout est fait dans ces festins nocturnes de Tiffauges pour qu’ils virent à l’orgie : Gilles « avouait avec larmes avoir attisé par la braise des mets la furie de ses sens ». S’y ajoutaient « des boissons affolantes qui fouettaient la luxure des propos et faisaient piaffer les convives en fin de repas, dans ce donjon sans châtelaines, en de monstrueux rêves ! »18

21Flaubert confirme :

  • 19 Gustave Flaubert, Par les champs et par les grèves, Encres, Paris, 1984, p. 74.

Les murs déserts s’illuminaient la nuit à l’éclat des torches qui brûlaient au milieu des hanaps pleins de vin des îles, et parmi les jongleurs bohêmes ; ils rougissaient sous le vent des soufflets magiques. On invoquait l’enfer, on se régalait avec la mort, on égorgeait des enfants, on avait d’épouvantables joies et d’atroces plaisirs : le sang coulait, les instruments jouaient, tout retentissait de voluptés, d’horreurs et de délires…19

22Gilbert Prouteau, qui tient Gilles de Rais pour injustement condamné, ne récuse pas sa maladive « dypsomanie ». Il l’accentue au contraire pour en tirer argument au profit de sa thèse, nous décrivant, dans sa prison de Nantes un prisonnier que son état de manque aurait contraint aux aveux :

  • 20 Prouteau, op. cit., p. 151.

Vous n’imaginez pas ce que la suppression du vin et de l’hypocras ont pu provoquer en moi de troubles physiques et de nerveux (…) ravages. Depuis si longtemps que l’alcool est pour mon corps et pour mon esprit une irrigation vivifiante…20

23Les commensaux de ces saturnales ont noté que Gilles, ivre de vin et de sang, s’écroulait alors « comme une masse ». Ce sommeil cataleptique est mentionné dès la tendre enfance par Bordenove. Il fait témoigner Guillemette, la nourrice :

  • 21 Bordonove, op. cit., p. 20.

Je sentais venir les crises, à la fin. La mauvaise force aiguisait son œil (…). Il se jetait sur moi, griffait ou mordait ce qu’il pouvait attraper, et sombrait dans le sommeil. Plusieurs fois, j’ai craint pour sa vie : il avait l’air d’un petit mort…21

  • 22 Prouteau, op. cit., p. 149.
  • 23 Thèse de doctorat en médecine de F.X. Bernelle sur La psychose de Gilles de Rais, Paris 1910.

24Epileptique, Gilles de Rais ? Prouteau22n’en écarte pas l’hypothèse, en prenant appui sur l’avis d'un expert, le docteur Bernelle : « De l’épileptique, Gilles a l’orgueil insensé, l’irascibilité futile et sans motif, la violence aveugle, il en a la tendance à l’exagération religieuse, il en a la précocité sexuelle »23.

25D’autres auteurs ont relevé chez lui le passage brutal de l’extrême frénésie au plus total abattement, de la folie furieuse à la plus surprenante douceur, ou l’inverse quand il feint de consoler ces enfants qu’il s’apprête à poignarder. Gilles impulsif ? Rien alors, ni dans sa nature, ni dans ses principes, ne peut l’empêcher de passer à l’acte.

26Autre trait pathologique : sa propension à fuir face à une réalité devenue soudain insoutenable. Bordonove fait état d’une première fugue de Gilles, qui n’a pas supporté la réprimande de sa nourrice découvrant son homosexualité. Prouteau insiste lui aussi sur ce point :

  • 24 Prouteau, op. cit., pp. 147-148.

Savez-vous que dix fois, vingt fois, cent fois, je suis parti le soir sans raison (…). Ce sont ces évasions nocturnes qui ont tissé autour de moi la légende d’un loup-garou des mauvaises lunes…24

  • 25 G. Bataille, op. cit., p. 15.
  • 26 Tournier, op. cit., p. 40 et 71.

27Ces errances, qui n’ont pas échappé non plus à Bataille25, Michel Tournier en donne une toute autre interprétation. Il y voit la conséquence du traumatisme subi par un Gilles de Rais qu’il imagine à Rouen témoin impuissant du supplice de Jeanne. La transformation de Gilles en « loup-garou » trouverait là sa source26. Cette fuite effarée de Gilles, Huysmans en donne la plus singulière version. Ici, dans la sombre forêt de Tiffauges :

  • 27 Huysmans, op. cit., pp. 156-160.

Ainsi qu’une bête traquée, il fuit dans les bois (…). Il sanglote en marchant, écarte, éperdu, les fantômes qui l’accostent, regarde, et soudain il voit l’obscénité des très vieux arbres. Il semble que la nature se pervertisse devant lui et que ce soit sa présence même qui la déprave (…) Partout des formes obscènes montent de la terre, jaillissent en désordre dans le firmament qui se satanise…27

Archaïque et décadent

28Georges Bataille, dans sa présentation du procès, renouvelle l’approche de la violence chez Gilles, en allant lui rechercher un substrat collectif archaïque qui livre en même temps une clef pour son homosexualité. Se référant aux travaux de Georges Dumezil sur « Les Dieux germains », Bataille écrit :

  • 28 G. Bataille op. cit., p. 45.

Les jeunes guerriers que l’initiation associait au dieu de la souveraineté se distinguaient volontiers par une férocité bestiale : ils ne connaissaient pas de règles, pas de limites. En leur rage extatique, ils se prenaient pour des fauves, pour des ours furieux, pour des loups (…)28

29Je note surtout cette référence : « Ammien Marcellin, parlant des Taifali, s’indigne en décrivant leurs pratiques pédérastiques (…). Ils s’adonnaient (…) à des beuveries qui achevaient de leur retirer tout ce qu’ils avaient encore d’humain ».

30Ces Taifali, barbares venus de Sarmatie à l’autre bout de l’Europe comme supplétifs des légions romaines, comment ne pas relever que ce sont précisément eux qui, en s’y installant durablement, ont donné leur nom au pays de Tiffauges ?

31Bataille commente :

La chevalerie ne fut sans doute, en premier lieu, qu’une suite de la société des jeunes initiés des Germains. L’influence chrétienne dans l’éducation des chevaliers est tardive (…) Une atmosphère de violence et de beuverie, le goût de terrifier durent subsister longtemps.

32C’est cet archaïsme que l’on retrouverait chez Gilles de Rais.

33Avant de resituer Gilles dans son temps, pour souligner que ce primitif qui vient d’être décrit est aussi un décadent, il faut dire préalablement un mot de son espace qui fait de lui, au sens littéral cette fois, un marginal. Son espace, en effet, ce sont les Marches, ces territoires en marge. Le mot, hérité de la langue franque, désigne la zone frontière. Toutes les possessions de Gilles de Rais, du Maine aux rivages de l’Atlantique, se situent sur ces marches, où Champtocé relève de l’Anjou, Tiffauges du Poitou et Machecoul du duché de Bretagne, alors indépendant. Il s’en suit des tensions permanentes et des convoitises : roi de France d’un côté, duc de Bretagne de l’autre. Avec de plus, à l’époque, la surenchère anglaise. Michelet a bien noté tout le parti que pouvait tirer de cette situation particulière Gilles de Rais au temps de sa puissance d’abord, puis pour se mettre à couvert ensuite, à l’époque des transgressions :

  • 29 Michelet, Histoire de France, op. cit., p. 804.

Ces barons des Marches du Maine, de Bretagne et de Poitou toujours nageant entre le roi et le duc, étaient, comme les Marches, entre deux juridictions, entre deux droits, c’est-à-dire hors du droit29.

34Le temps de Gilles, maintenant. C’est celui des « vaincus d’Azincourt, pauvre génération épuisée », dont parle Michelet : s’ajoutant à la famine qui sévit jusqu’à la fin de la Guerre de cent ans (1453) et aux épidémies, ce temps est aussi celui des écorcheurs, soldats devenus soudards. Le dauphin, futur Louis XI, fait ainsi arrêter un capitaine de Gilles de Rais pour sanctionner les exactions auxquelles il se livre. L'ordre royal commence à s’affirmer, sonnant le glas de la féodalité.

35Après Michelet qui en avait fait le refuge des sorcières, Bataille note que les forteresses, naguère protectrices, font peur désormais et alimentent la rumeur. Il indique :

  • 30 G. Bataille, op. cit., p 51.

La tragédie de Gilles de Rais est la tragédie de la féodalité, devenue sans emploi avec la fin des guerres (…) (ses) crimes sont ceux du monde dans lesquels il les commet. Ce sont les mouvements convulsifs de ce monde qu’exposent les gorges tranchées…30

  • 31 Philippe Reliquet, Le Moyen âge : Gilles de Rais, maréchal, monstre et martyr, Belfond, Paris, 1981 (...)

36Ce propos de Bataille, Philippe Reliquet, dans sa belle étude sur Gilles de Rais et son temps31, le confirme pleinement. :

Dans le domaine de l’atroce, de la dérive extrême et folle d’une classe sociale désaxée, déstabilisée, Rais ne présente donc qu’un moment plus effroyable, plus éclatant, mais il est un parmi bien d’autres (…).

37Pour Reliquet :

Gilles n’est pas avant tout un homosexuel pervers, il est davantage un névrosé profond, attiré au cœur de lui-même par le goût d'une violence morbide et la fascination inouïe de l’échec et de sa propre déchéance.

  • 32 G. Bataille, op. cit., p. 16.

38Jusqu’à la tentation du suicide ? Bordonove au moins en émet l’hypothèse. Mais, c’est un des traits constants de son caractère, ce décadent flamboyant ne va en réalité jamais au bout de lui-même. La mort violente, c’est aux autres qu’il l’inflige. Pas à lui. De même, le pèlerinage à Jérusalem pour expier ses très grandes fautes restera pure velléité. Il veut bien commercer avec les démons, jusqu’à leur sacrifier des innocents, mais jamais au prix de son salut. C’est en ce sens que Bataille peut dire : « Sa tragédie est celle du docteur Faust, mais un Faust enfantin. Devant le Diable, le monstre tremblait ! »32.

39Dans la dépression de Gilles, pour combien compte le traumatisme de la mort de Jeanne ? A-t-elle autant compté que le proclame Tournier ?

40Reliquet note que l’arrestation et l’exécution de Jeanne (en 1431) « précèdent immédiatement la précipitation (de Gilles de Rais) dans la prodigalité et le crime ».

41L’année suivante, Jean de Craon, son grand-père, meurt, levant le dernier frein. Il y aurait lieu aussi de s’interroger sur l’influence de Prélati, beau ténébreux venu d’Italie qui lui apparaît sous les traits trompeurs de l’ange alchimique. Mais l’arrivée de ce « voyou » (le mot est de Bataille) qui le gruge et le manipule, est tardive (seulement en 1439).

42Gilles, un niais ? Il y a controverse sur ce point. Bataille en tout cas n’en doute pas : « Ce maréchal de France est un niais ! Mais le personnage envoûte… ». Huysmans, au contraire, en fait un lettré. Pour Reliquet, deux âges de la chevalerie se superposent à l’époque de Gilles : l’extrême violence dont parlait Bataille, héritée des temps anciens, et un goût nouveau pour la culture. Gilles, artiste raffiné ? Reliquet demande malgré tout des preuves :

  • 33 Reliquet, op. cit., p. 130.

Je crois que, au contraire, la collection de livres d’art, n’est qu’une enflure, une fantaisie de grand seigneur richissime et débauché qui s’offre le désir de paraître, mais n’en obtient pas de grandes satisfactions. Le déséquilibre de sa classe sociale et son identité profonde le poussent plutôt à rechercher la jouissance dans la violence, le crime, l’horrible…33.

43On le retrouve bien là, ce grand seigneur, dans toute son assez puérile vanité et ses processions narcissiques d’Orléans et plus encore de Nantes où, conformément à ses dernières volontés, la foule lui fait cortège jusqu’au lieu du supplice en priant pour son salut. Sans oublier tout ce que son « exhibitionnisme violent », souligné par Bataille, masque de lourds secrets nocturnes : la face cachée du monstre. Cette vraie nature de Gilles, il faudra le procès pour la révéler. Ayant ainsi atteint un « sommet » dans le crime, il devient le « monstre sacré » que l’Église médiévale va s’empresser de reconnaître en lui pour s’en nourrir. C’est du moins la thèse de Bataille :

  • 34 G. Bataille, op. cit., pp. 16, 17.

Ce désordre (les crimes énormes de Gilles) n’est pas contraire au christianisme le plus vrai (…) Peut-être même, au fond, le christianisme est-il exigence du crime, exigence d’une horreur, en un sens, il en a besoin pour être le pardon…34

44Cette violence du dévoilement, véritable purgation des passions, produit par contrecoup chez Gilles la violence du remords, laquelle engendre aussi la violence de l’émotion populaire et cet extraordinaire retournement de tous en sa faveur.

  • 35 L’exécution de Gilles de Rais a eu lieu à Nantes, le 25 octobre 1440. Un petit oratoire à la Vierge (...)
  • 36 G. Bataille, op. cit., p. 14.

45Ce qui explique toute la suite : la pieuse procession, la ferveur et la compassion au moment du bûcher, puis le culte populaire ultérieur du martyr35. On ne sait pas si Gilles, ainsi délié du poids de ses crimes par leur confession publique et sa contrition, a gagné son ciel, mais en tout cas, il a pleinement réussi sa sortie terrestre, incroyablement théâtralisée. Ce que lui concède pleinement Bataille, en saluant l’artiste : « Gilles de Rais avait la passion du théâtre : il tira de l’aveu de sa turpitude, de ses larmes et de ses remords le moment pathétique de l’exécution »36.

46Alors qu’un monde nouveau émerge, radieux avec Jeanne d’Arc qui incarne l’esprit national, joyeux avec le roi René en qui se préfigure la Renaissance, Gilles de Rais, leur contemporain, fait le choix exactement inverse : celui, après des débuts placés sous le signe de la conquête, d’un voyage à rebours vers la barbarie, par un retrait sur ses terres qu’il vampirise et un repli sur lui-même, où il s’autodétruit. Ce qui singularise et marginalise de plus en plus ce dernier des féodaux lancé à la poursuite de vaines chimères médiévales, c’est précisément cette part d’ombre qui s’accroît et se nourrit de sa ruine et de son déclin.

47Ses transgressions (orgies, folles dépenses, meurtres d’enfants, magie noire…), dans leur terrible combinaison, donnent la mesure de sa régression et de sa déréliction. En témoignant de son inguérissable blessure psychique et narcissique, elles disent aussi toute la souffrance du monstre.

Notes

1 Eugène Bossard, Gilles de Rais, Maréchal de France, dit Barbe-Bleue, Champion, Paris, 1885. Georges Bataille. Le Procès de Gilles de Rais, J.J. Pauvert, Paris 1965. Le mémoire rédigé par les héritiers de l’accusé complète les pièces du procès. Dom Hyacinthe Morice en donne la copie dans ses Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclésiastique et civile de la Bretagne, Paris, 1744.

2 Michel Tournier, Gilles et Jeanne, Gallimard, Paris, 1983, pp. 53-55. Lire aussi L’itinéraire de Gilles de Rais de Champtocé à Orléans et Nantes, retracé par Arlette Bouloumié en prenant appui sur ce livre de Tournier, ainsi que sur la lecture de Huysmans, Vincent Huidobro et Georges Bataille, Actes du colloque Loire-Littérature, pp. 129-145. Presses de l’Université d’Angers, 1989.

3 Michel Hérubel, Gilles de Rais ou la fin d’un monde, Jean Picollec, Paris, 1993, p. 270.

4 Les mauvais livres, autre thème récurrent chez les biographes de Gilles de Rais. Voir aussi l’anecdote du chevalier prisonnier auquel Gilles de Rais, à Angers, emprunte dès 1429 un livre de magie.

5 Georges Bordonove, Requiem pour Gilles, Julliard, Paris, 1961.

6 Alain Decaux, Gilles de Rais, de Jeanne d’Arc à Satan, Historia, novembre 1981.

7 Tournier, op. cit., p. 50.

8 Michelet, La sorcière, Calmann Lévy, Paris, 1884, p. 181.

9 Tournier, op. cit., p. 28. Lors d’un déjeuner à St Florent le Vieil avec Julien Gracq au printemps 2000, Michel Tournier confia qu’il préparait un livre sur les vampires.

10 Lanza del Vasto, Gilles, de Rais , Eolienne, Paris 2001. Roman inachevé écrit en 1936. p. 76 et 82.

11 Bordonove, op. cit., p. 189.

12 Jacques Bressler, Gilles de Rais, Payot, Paris, 1981, p. 117.

13 Jules Michelet, Histoire de France, Paris, 1841, tome V, livre XI, chap. 1.

14 Tournier, op. cit., p. 31.

15 Gilbert Prouteau, Gilles de Rais ou la gueule du loup, Editions du Rocher, Paris 1992.

16 Bordonove, op. cit., pp. 125-126.

17 Cité par G. Bataille, op. cit., pp. 136-137.

18 Huysmans, op. cit., p. 110.

19 Gustave Flaubert, Par les champs et par les grèves, Encres, Paris, 1984, p. 74.

20 Prouteau, op. cit., p. 151.

21 Bordonove, op. cit., p. 20.

22 Prouteau, op. cit., p. 149.

23 Thèse de doctorat en médecine de F.X. Bernelle sur La psychose de Gilles de Rais, Paris 1910.

24 Prouteau, op. cit., pp. 147-148.

25 G. Bataille, op. cit., p. 15.

26 Tournier, op. cit., p. 40 et 71.

27 Huysmans, op. cit., pp. 156-160.

28 G. Bataille op. cit., p. 45.

29 Michelet, Histoire de France, op. cit., p. 804.

30 G. Bataille, op. cit., p 51.

31 Philippe Reliquet, Le Moyen âge : Gilles de Rais, maréchal, monstre et martyr, Belfond, Paris, 1981, pp. 12, 129, 262.

32 G. Bataille, op. cit., p. 16.

33 Reliquet, op. cit., p. 130.

34 G. Bataille, op. cit., pp. 16, 17.

35 L’exécution de Gilles de Rais a eu lieu à Nantes, le 25 octobre 1440. Un petit oratoire à la Vierge sera édifié sur place, à l’origine d’un pèlerinage populaire où les femmes enceintes et les jeunes mères viendront invoquer Notre-Dame de crée-lait. Une statue de Saint Gilles figurait sur le monument.

36 G. Bataille, op. cit., p. 14.

Auteur

Jacques Boislève

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540