Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957)

 | 
Pascale Barthélémy

Troisième partie. « Toubabesses » ou « sœurs de race » : des agents doubles au féminin

Chapitre XIX. Reproduction et transmission

Texte intégral

  • 1 Les données en matière de fécondité sont encore plus délicates à utiliser que celles qui concernen (...)

1Dans des sociétés où la fécondité conditionne particulièrement le statut social des femmes et leur permet d’acquérir prestige et considération, s’interroger sur les comportements démographiques des premières diplômées permet de poser autrement la question des transformations liées à l’instruction et à l’exercice d’une profession1. L’étude des modes de vie des couples lettrés et de quelques parcours de leur descendance invite aussi à revenir sur le degré d’acculturation de ces élites et sur la transmission générationnelle. La logique de « l’échappée » semble rejouer d’une génération à la suivante, en dépit des transformations liées à la fin de la domination coloniale. Le capital scolaire, économique et symbolique accumulé est ainsi réinvesti après les indépendances. La prolongation de la scolarité et l’exercice d’une profession contribuent aussi à rendre plus fréquents des comportements féminins jusque-là inédits ou marginaux.

Des mères de famille nombreuse

  • 2 Locoh T., Labourie-Racapé A., Tichit C., op. cit., p. 12.

2Si les enquêtes démographiques ont « maintes fois prouvé que les femmes très instruites étaient celles qui, les premières, dans les pays en développement, accédaient à la maîtrise de la fécondité », elles soulignent également « qu’à un niveau d’instruction égal on peut observer des niveaux de fécondité très différents selon les sociétés, les groupes sociaux ». Ces différences s’expliquent par l’intervention d’autres variables, telles que « la négociation entre partenaires, la valeur attachée aux enfants, la disponibilité d’informations et de services de planification familiale ainsi que la capacité des femmes à y accéder2 ».

  • 3 Ces taux, qui varient peu, représentent la descendance finale d’une génération fictive de femmes q (...)

3Les comportements démographiques des premières sages-femmes et institutrices africaines montrent de timides évolutions. Les sources ont permis de connaître le nombre d’enfants nés vivants de 72 femmes nées entre 1918 et 1939 (7 % des diplômées) à la fin de leur vie féconde. Près de la moitié d’entre elles ont plus de cinq enfants, chiffre proche de celui des femmes d’Afrique australe – dont les taux de fécondité varient de 5,6 à 5,2 enfants entre 1950-1955 et 1980-1985 –, et inférieur à celui des femmes d’Afrique de l’Ouest qui s’échelonnent de 6,62 à 6,86 enfants sur la même période3. On observe aussi que le nombre moyen d’enfants tend à diminuer d’une génération à la suivante. Les témoignages montrent que les femmes instruites désirent dans leur majorité des familles nombreuses et que leurs velléités de contrôle de la fécondité restent délicates à concrétiser.

  • 4 Amélie A. (EN 1945-1949), Cotonou, 30 janvier 2001.
  • 5 Kadidiatou B. (SF 1944-1947), Conakry, 23 janvier 2002.
  • 6 Antoinette O. (EN 1946-1950), Conakry, 22 janvier 2002.
  • 7 Seriane B. (SF 1946-1949), Conakry, 19 janvier 2002.

4Amélie A, qui mit huit enfants au monde, témoigne d’une négociation impossible, avec un époux pourtant médecin : « Mon mari voulait trois, on s’est entendu pour avoir trois, mais moi j’étais prolifique. » Ses protestations – « “Toi tu veux me tuer ! Tu es médecin et puis moi chaque fois il faut que j’attrape une grossesse, tu ne peux pas me donner de pilule comme tout le monde ?” » – se heurtent à un refus catégorique : « Ma fille [sic] si tu pouvais savoir la composition des pilules tu ne demanderais pas, moi en tout cas je te donnerai jamais de pilule ! Les enfants c’est un don de Dieu4. » Kadidiatou B., mère de neuf enfants, pense aussi que « c’est Dieu qui l’a voulu5 » ; quant à Antoinette O., elle déclare qu’elle ne voulait pas avoir beaucoup d’enfants mais que « ça venait comme ça les enfants6 ». En l’absence d’accès aux moyens de contraception, le niveau d’instruction a peu d’impact. Quant à celles qui se marient tardivement ou ont des difficultés à procréer, elles expriment des regrets. Seriane B., mariée à 31 ans, n’attend son premier enfant que six ans plus tard et revient à plusieurs reprises sur cette grossesse tardive qui ne lui a permis de mettre au monde que trois enfants, alors qu’elle « aurait fait au moins quatre7 ». Les diplômées ne cherchent donc pas à échapper à leur rôle reproducteur et, lorsqu’elles souhaitent limiter le nombre de leurs grossesses, elles sont soumises à une pression qui n’est pas seulement conjugale, mais sociale et familiale. Kadidiatou Diallo, mère de trois enfants et qui n’en désire pas davantage, est confrontée au risque de voir son mari accepter une autre épouse afin d’augmenter sa descendance :

  • 8 Kadidiatou Diallo (EN 1944-1948), Conakry, 21 janvier 2002. Le couple a longtemps vécu aux États-U (...)

« Oui, j’ai voulu m’arrêter [d’avoir des enfants], quand on est arrivés ici, ma belle-famille a commencé à dire à mon mari “oui, trois enfants c’est pas beaucoup, et puis ces enfants-là c’est des Américains, vraiment il faut prendre une deuxième femme et il faut faire des enfants en Guinée, ceux-là c’est des enfants des Blancs”8. »

  • 9 Marie S. (EN 1952-1956), Dakar, 20 mai 1999.
  • 10 Néné D. (SF 1952-1955), Conakry, 17 janvier 2002.

5L’époux ignore la proposition parentale, mais ce récit montre la permanence des exigences familiales tout au long de la vie du couple. La venue des enfants conditionne également la prolongation des études et, par voie de fait, la carrière professionnelle des femmes. Marie S. laisse « en stand by [sic] » ses études parce qu’elle se retrouve enceinte9. Néné D., qui obtient son diplôme d’État de sage-femme en France en 1957, interrompt également sa formation. Elle envisageait de faire un doctorat et estime qu’elle « avait les capacités », mais elle explique que les « obligations familiales » – le mariage et un premier enfant – l’ont « rattrapée10 ». La procréation, pensée comme une donnée naturelle, devient ainsi une contrainte lorsque d’autres projets sont formulés. L’ambivalence du discours, notamment chez les dernières diplômées, permet de parler de génération de transition en matière de comportement démographique. Les sages-femmes et les institutrices apparaissent en revanche en harmonie avec leurs conjoints lorsqu’il est question des modes de vie et des principes éducatifs.

Styles de vie et principes éducatifs

  • 11 Ozouf J. et M., op. cit., p. 419.

6L’entente et le partage d’un certain nombre de valeurs et de comportements quotidiens à la fois hérités de l’univers familial et inculqués lors des années d’école s’expriment dans l’agencement de l’habitat, les pratiques vestimentaires et alimentaires, mais aussi dans les loisirs, les habitudes linguistiques et les ambitions parentales. Comme les ménages d’instituteurs sous la IIIe République en France, les couples de fonctionnaires africains semblent « inventer le couple où l’homme et la femme vivent de la même vie morale11 ». Les témoignages féminins sont concordants sur l’adoption d’un style de vie d’inspiration bourgeoise française. Cependant, le tableau du « ménage d’évolués » vivant totalement à « l’européenne » simplifie des situations très variables.

  • 12 Jézéquel J.-H., op. cit., p. 323-324.
  • 13 Keita A., op. cit., p. 33.

7En fonction des circonstances – activités professionnelles ou réunions familiales – mais aussi au fur et à mesure de l’existence, les comportements évoluent. L’âge de la retraite marque ainsi une résurgence des pratiques africaines – repas dans le plat commun et surtout vêtements africains, jugés aussi plus confortables – mais, au moment de l’entrée dans la vie active et conjugale, les pratiques occidentales dominent dans la vie quotidienne et paraissent « plus le fait des institutrices que de leurs maris12 ». Les femmes diplômées semblent adopter des comportements plus homogènes que les hommes qui, selon qu’ils sont ou non mariés à une fonctionnaire, modifient leurs pratiques. Que le ménage soit lettré ou non, les femmes jouent un rôle prioritaire dans l’agencement domestique et les normaliennes comme les sages-femmes mettent un point d’honneur à aménager leur intérieur en s’inspirant du modèle européen. En témoignent les mémoires d’Aoua Keita sur son univers domestique dans les années trente : le mobilier (tables et chaises), les repas pris dans de la vaisselle occidentale, le linge brodé signent la différence13. Cependant, le jeu des générations est, là encore, déterminant. Chez les couples formés par les parents des femmes étudiées, ce sont les hommes lettrés qui ont imposé certaines habitudes inédites – notamment le repas pris à table – à leurs épouses analphabètes. L’instruction des femmes a donc sans doute contribué à renforcer certaines pratiques, mais dans un rapport conjugal où l’époux reste dominant.

  • 14 Rapport d’ensemble, ANF, 200 Mi. 2422. Voir également K. Mann, op. cit, pour une analyse du style (...)
  • 15 Nom donné au Sénégal à la fête (aïd-el-Adha) commémorant le sacrifice d’Abraham, un des moments le (...)
  • 16 Dore-Audibert A., op. cit., p. 255.

8En 1937, D. Savineau remarque chez les couples de fonctionnaires des intérieurs « ordonnés » et l’adoption du costume européen pour aller travailler14. La fille d’une sage-femme et d’un fonctionnaire des finances, élevée au Sénégal dans les années quarante, raconte qu’elle portait le casque colonial et des robes européennes, mais revêtait avec ses sœurs des vêtements africains pour la Tabaski15 et les fêtes familiales, à l’image de ses parents. Des activités spécifiques comme le piano, la guitare ou le tennis caractérisent aussi les « évolués » dès l’entre-deux-guerres et ces loisirs participent d’une individualisation sociale volontiers critiquée par les autres membres de la société. Enfin, l’adoption du français comme langue familiale distingue les couples de fonctionnaires du reste de la population. Une assistante sociale française, en séjour au Soudan dans les années cinquante, fréquente Aoua Thiero Keita et Léo Keita, qui enseignent à Bandiagara. Elle est impressionnée par leur fils « qui parlait un excellent français » et « récitait des poèmes que lui apprenaient ses parents16 ».

  • 17 Mariama S. (SF 1945-1948), Abidjan, 15 février 1999.
  • 18 Esther K. (SF 1952-1955), Conakry, 23 janvier 2002.

9Mais, là encore, l’utilisation de la langue française ne signifie pas l’abandon des langues africaines, sauf dans des cas exceptionnels – par exemple, après une longue période passée en France. Si Mariama S., qui a élevé ses enfants à Bordeaux, déplore le fait qu’ils ne parlent pas le dioula17, Esther K., fille d’un instituteur et d’une sage-femme, elle-même diplômée de l’École de médecine en 1955, explique que la famille parle « la langue du pays » (le malinké) mais aussi le français18. Les couples de fonctionnaires restent aussi très liés à leur parentèle. Leur maison est le lieu de résidence de multiples parents, un phénomène que Fatou S. présente comme révélateur d’intégration sociale :

  • 19 Fatou S., fille de Aïssatou D. (SF 1933-1936), Paris, 27 janvier 2004.

« Mon père [fonctionnaire] était l’aîné de sa famille donc il a continué à avoir ses frères à la maison […]. Et ma mère était également l’aînée de ses sœurs […] donc ma mère recevait ses sœurs à la maison, les a mises à l’école, les a aidées à trouver un emploi […] tu vois les gens appelaient ça des “évolués” mais… c’est vrai que par rapport au Sénégalais moyen on avait un mode de vie peut-être un peu différent mais on était quand même très intégrés dans la société sénégalaise19. »

  • 20 Kadidiatou Diallo (EN 1944-1948), Conakry, 21 janvier 2002.
  • 21 ANF, 200 Mi. 2422. Rapport d’ensemble, p. 205.
  • 22 Ibid., p. 4.
  • 23 Les informations sur ce couple ont été confirmées par leur fille Clarisse T. (EN 1947-1951), Coton (...)

10Cette co-résidence permet que la transmission ne s’opère pas seulement des parents vers les enfants mais « remonte » également vers la génération précédente. Ainsi, Kadidiatou Diallo apprit à sa mère non seulement à lire et à écrire, mais aussi à manger à table20. Et ces relations peuvent avoir des effets pervers quand les fonctionnaires se trouvent obligés de verser la totalité de leur solde à leur père ou de subvenir aux besoins du groupe. D. Savineau souligne déjà en 1938 la situation financière délicate de nombre d’anciens élèves des écoles supérieures, incapables d’assumer les obligations familiales et sociales correspondant à leur nouveau statut21. À Porto-Novo, un commis du trésor et une sage-femme, parents de quatre enfants, qui hébergent trois oncles, trois tantes et quatre sœurs, vivent dans une maison « qui n’a pu être achevée faute d’argent22 ». Ce ménage a toutefois adopté un mode de vie occidental comme en témoignent des ouvrages au crochet, des fleurs artificielles dans un cornet de cristal et un phonographe23. À Kankan, un postier et une sage-femme métisse vivent dans deux logements dont l’un sert de salle à manger, l’autre de chambre pour toute la maisonnée qui compte outre les parents et les enfants, des sœurs et « les vieilles mamans ». Le père de famille croule sous les dépenses, notamment vestimentaires, et se plaint du prix d’un casque [colonial] pour bébé, accessoire qui, selon lui, « signe le degré d’évolution d’un individu ». Les obligations familiales comme les habitudes vestimentaires en pleine évolution pèsent ainsi sur les budgets des ménages.

11Les couples de métis sont particulièrement emblématiques du décalage entre aspirations et contraintes. À Bamako, une dizaine de fonctionnaires et d’employés de commerce regroupés dans « une mutualité des métis du Soudan » sont mariés à des sages-femmes ou à des monitrices d’enseignement et expliquent que leur vie est précaire car ils s’efforcent de vivre à l’européenne et perçoivent une solde d’auxiliaire africain. Le système colonial maintient les hiérarchies raciales et sociales qui fondent son existence et ne concède que des formes limitées de promotion à une petite minorité. Cependant, le modèle de la famille nucléaire fondée sur une cellule restreinte se diffuse et fait de l’avenir des enfants un investissement prioritaire du couple parental.

Une descendance diplômée

  • 24 Les enfants concernés ont commencé leurs études supérieures au plus tôt dans les années cinquante (...)

12Les cursus de 315 enfants de 66 femmes (près de 7 % de la population totale) montrent leur accès majoritaire aux études supérieures, dans un nombre non négligeable de cas à l’étranger, principalement en Europe et en Amérique du nord24. Cette réalité s’explique par les carrières parentales et les capacités financières familiales mais aussi, dans certains cas, par des circonstances politiques particulières.

  • 25 Les familles des femmes diplômées sont particulièrement touchées par la répression. Elles-mêmes on (...)

13L’exemple de la Guinée est révélateur de ressources suffisantes pour investir dans les études des enfants, dans un contexte politique particulièrement difficile. L’accès à l’indépendance de la République de Guinée en 1958 se fait en rupture avec la métropole et entraîne le brusque retrait des fonctionnaires et agents techniques français. Dès le début des années soixante, le durcissement du régime de Sékou Touré se traduit par une vague d’arrestations à la suite de l’un des premiers complots, dit « des enseignants », qui aurait mit en danger le régime en 1961. La circulation des ressortissants guinéens est entravée et certains intellectuels sont particulièrement visés par la répression. Les enfants de fonctionnaires connaissent alors deux types de sort : soit ils bénéficient de bourses d’études leur permettant de poursuivre leur formation hors de Guinée, soit ils sortent clandestinement du pays dans le même but25. Les enfants de quinze Guinéennes sont nombreux à avoir fait leurs études en Amérique du nord ou dans un pays socialiste étranger et plus du tiers s’est rendu en France.

  • 26 Cette question nécessiterait une étude plus approfondie pour conclure à une réelle promotion, scol (...)

14Grâce à des « bourses de solidarité », Yari T. pratique en quelque sorte un « non alignement éducatif » en décidant d’envoyer deux de ses enfants en RDA, deux autres en URSS, et le dernier aux États-Unis. Le premier devient fonctionnaire international, la deuxième chirurgien dentiste, le troisième médecin, le quatrième informaticien, le dernier se spécialise en management. Adèle H., qui craint les arrestations, organise la sortie du territoire de ses deux fils aînés qui poursuivent leurs études au Sénégal puis, pour l’un d’entre eux, en France, tandis que sa fille part étudier la médecine à Cuba, et que son dernier fils rejoint ses frères à Dakar. La diversification, tant des destinations que des domaines d’activité, ne concerne pas seulement les Guinéennes. Au Mali, Sira S. envoie l’un de ses fils faire des études de médecine militaire en Roumanie, tandis que l’une de ses filles poursuit un cursus universitaire aux États-Unis et une autre un MBA au Canada. Les réponses de 71 femmes permettent d’identifier les principaux domaines d’activité professionnelle des enfants26.

  • 27 Ozouf J. et M., op. cit., p. 420.
  • 28 Anne R. (EN 1944-1948), Abidjan, 12 février 1999.

15Plus de 40 % d’entre eux travaillent dans ce que l’on peut identifier comme un secteur « privé », soit en exerçant une profession libérale, soit dans des entreprises ou organismes économiques et financiers. L’université et l’administration représentent le second domaine d’activité, mais davantage pour les filles que pour les garçons. Les organisations internationales sont investies à l’identique par les deux sexes, tandis que la profession d’ingénieur reste majoritairement et classiquement masculine et celle de secrétaire, féminine. Par ailleurs, l’interruption des études au niveau secondaire concerne à plus de 80 % les filles. Ces dernières sont également deux fois plus nombreuses dans les professions artistiques, la couture, ou encore au chômage. La répartition des enfants par secteur d’activité est donc conforme aux schémas habituels en matière de professions féminines et masculines. Il est remarquable qu’aucune des filles concernées n’ait opté, après les indépendances, pour une carrière de sage-femme, d’infirmière ou d’institutrice, malgré les souhaits maternels. Les filles des femmes diplômées connaissent soit une promotion en accédant aux carrières universitaires et libérales, soit s’orientent vers des professions tertiaires de niveau subalterne. Elles ont, dans tous les cas, intégré le concept d’activité professionnelle féminine valorisé par leurs mères. J. et M. Ozouf font une observation identique au sujet des enfants des premiers instituteurs et institutrices républicains : « Il y a seulement 7 % des filles sans autre profession que celle du foyer : on sent à quel point la règle du travail féminin a été intériorisée27. » Une formule citée à plusieurs reprises : « Le diplôme qui pour moi est mon premier mari28 », montre l’importance accordée à la vie professionnelle. Le travail fait partie des valeurs transmises par les femmes instruites, qui tiennent cependant sur ce sujet deux types de discours. Le premier renvoie à des principes moraux et repose sur l’instauration d’une éducation stricte qui reproduit presque à l’identique celle de l’internat :

  • 29 Delphine K. (EN 1946-1950), Abidjan, 4 février 1999.

« Elles sont pareilles toutes. Elles se ressemblent, que ce soit en Guinée, au Mali, les normaliennes sont toutes pareilles. Toutes pareilles. Les enfants on dirait qu’on les a élevés tous dans la même maison. […] Si bien que nous sommes à part. Et les autres nous jalousent […] elles disent que nous nous considérons les super-femmes29. »

  • 30 Jeannette H. (EN 1939-1943), Bamako, 24 mai 2000.
  • 31 Jeanne Martin Cissé (EN 1940-1944) in M’baye d’Erneville A., op. cit., p. 136.

16Plusieurs témoignages font le lien entre les années à Rufisque et le mode de vie ultérieur : « Parce que ça m’a beaucoup aidé à former mes enfants, à les éduquer […] et tous mes enfants sont arrivés à l’école. Ils ont tous fait des études supérieures, parce que j’étais une maman et une maîtresse sévère30 ! » Jeanne Martin Cissé considère qu’elle « doit à Germaine Le Goff » la conduite qu’elle a adoptée à l’égard de ses enfants31. Le courage, l’honnêteté, le respect des aînés et des liens familiaux font partie des valeurs les plus citées en référence. Les leçons de morale écoutées à Rufisque, qui prônaient le sens du devoir envers soi-même, envers les autres et envers l’État – colonial devenu national – s’expriment dans la façon dont les normaliennes disent avoir mené leur vie. Un autre type de récit insiste davantage sur l’épanouissement personnel, sur l’apprentissage par l’imprégnation, sur l’influence de leur propre vie de mère de famille et de femme active dans la formation des caractères :

  • 32 Sira D. (EN 1943-1947), Bamako, 1er juin 2000.

« Je n’ai pas été une femme toujours au foyer, comme déjà des femmes poules, mères poules là, non non, moi je travaille, mes enfants savent que je travaille, ils ont leur travail, ils font leur travail. […] Je crois, ils ont eu l’habitude très tôt de se prendre en charge de façon responsable parce que pendant tout ce temps je n’ai pas arrêté de travailler hein, je travaillais toujours, j’étais femme travailleuse32. »

17Les sages-femmes et les institutrices envisagent ainsi leur existence dans le cadre de la famille et souhaitent une nombreuse progéniture à laquelle elles inculquent des habitudes de vie conformes à celles qu’elles ont apprises à l’école. En ce sens, le projet colonial d’éducation s’est partiellement concrétisé et l’adhésion au message transmis par l’institution s’exprime fortement. En entraînant leurs filles dans leur sillage, les femmes diplômées ont contribué à diffuser l’image d’une forme nouvelle d’épanouissement professionnel et d’engagement.

Notes

1 Les données en matière de fécondité sont encore plus délicates à utiliser que celles qui concernent les comportements matrimoniaux. Les congés de maternité publiés au Journal officiel fournissent des indications précieuses mais limitées car des mises en disponibilité et des congés de convalescence ont pu correspondre aussi à des grossesses. Les entretiens restent, une fois encore, une source privilégiée bien qu’à manier avec prudence.

2 Locoh T., Labourie-Racapé A., Tichit C., op. cit., p. 12.

3 Ces taux, qui varient peu, représentent la descendance finale d’une génération fictive de femmes qui auraient connu tout au long de leur vie féconde les mêmes taux de fécondité par âge. United Nations (1995), World Population Prospects. The 1994 Révision, cité par Locoh T., « L’évolution de la fécondité en Afrique », in Coquery-Vidrovitch C., Goerg O., Tshimanga C. (éd.), Histoire et devenir de l’Afrique noire au XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2001, 266 p., p. 103-107, p. 105.

4 Amélie A. (EN 1945-1949), Cotonou, 30 janvier 2001.

5 Kadidiatou B. (SF 1944-1947), Conakry, 23 janvier 2002.

6 Antoinette O. (EN 1946-1950), Conakry, 22 janvier 2002.

7 Seriane B. (SF 1946-1949), Conakry, 19 janvier 2002.

8 Kadidiatou Diallo (EN 1944-1948), Conakry, 21 janvier 2002. Le couple a longtemps vécu aux États-Unis.

9 Marie S. (EN 1952-1956), Dakar, 20 mai 1999.

10 Néné D. (SF 1952-1955), Conakry, 17 janvier 2002.

11 Ozouf J. et M., op. cit., p. 419.

12 Jézéquel J.-H., op. cit., p. 323-324.

13 Keita A., op. cit., p. 33.

14 Rapport d’ensemble, ANF, 200 Mi. 2422. Voir également K. Mann, op. cit, pour une analyse du style de vie des élites lettrées nigérianes, fondé sur la religion chrétienne, l’éducation occidentale et les manières britanniques.

15 Nom donné au Sénégal à la fête (aïd-el-Adha) commémorant le sacrifice d’Abraham, un des moments les plus importants de l’année dans la religion musulmane. Fatou S. fille de Aïssatou D. (SF 1933-1936), Paris, 27 janvier 2004.

16 Dore-Audibert A., op. cit., p. 255.

17 Mariama S. (SF 1945-1948), Abidjan, 15 février 1999.

18 Esther K. (SF 1952-1955), Conakry, 23 janvier 2002.

19 Fatou S., fille de Aïssatou D. (SF 1933-1936), Paris, 27 janvier 2004.

20 Kadidiatou Diallo (EN 1944-1948), Conakry, 21 janvier 2002.

21 ANF, 200 Mi. 2422. Rapport d’ensemble, p. 205.

22 Ibid., p. 4.

23 Les informations sur ce couple ont été confirmées par leur fille Clarisse T. (EN 1947-1951), Cotonou, 2 février 2001.

24 Les enfants concernés ont commencé leurs études supérieures au plus tôt dans les années cinquante et dans leur majorité après les indépendances. Les chiffres donnés doivent être considérés comme des ordres de grandeur.

25 Les familles des femmes diplômées sont particulièrement touchées par la répression. Elles-mêmes ont fait partie des victimes, parfois après avoir activement milité au sein du parti unique, le Parti Démocratique de Guinée.

26 Cette question nécessiterait une étude plus approfondie pour conclure à une réelle promotion, scolaire et sociale. Les réponses n’ont pas toujours été suffisamment précises pour permettre de distinguer les chefs d’entreprise des employés, et cette indifférenciation ne rend évidemment pas compte du statut des individus concernés. Nous avons regroupé les domaines de la gestion, du marketing et de la finance et volontairement classé à part le secrétariat et l’enseignement secondaire, afin de faire apparaître ces professions « féminines » fréquemment mentionnées. La catégorie « université » rassemble des enseignants mais aussi des chercheurs appartenant à des organismes ou laboratoires indépendants. Enfin, les journalistes ont été classés dans les professions libérales avec les médecins, les pharmaciens, les vétérinaires et les dentistes.

27 Ozouf J. et M., op. cit., p. 420.

28 Anne R. (EN 1944-1948), Abidjan, 12 février 1999.

29 Delphine K. (EN 1946-1950), Abidjan, 4 février 1999.

30 Jeannette H. (EN 1939-1943), Bamako, 24 mai 2000.

31 Jeanne Martin Cissé (EN 1940-1944) in M’baye d’Erneville A., op. cit., p. 136.

32 Sira D. (EN 1943-1947), Bamako, 1er juin 2000.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540