Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957)

 | 
Pascale Barthélémy

Troisième partie. « Toubabesses » ou « sœurs de race » : des agents doubles au féminin

Chapitre XIV. Les affectations : « tu pars là où on te lance1 »

Texte intégral

  • 1 Daffa S. (SF 1930-1933), Bamako, 26 mai 2000.
  • 2 Keita A., op. cit., p. 33.
  • 3 Émilie d’E. (IV 1930-1932), Dakar, 26 août 1999.

1À l’âge de 21 ans en moyenne, les jeunes sages-femmes et institutrices sont affectées dans toute la fédération. Dans la plupart des postes à l’exception des capitales, elles exercent dans des installations rudimentaires et sont soumises à de fréquentes mutations qui désorganisent leur vie quotidienne, les empêchent d’instaurer durablement des relations de confiance avec les populations mais contribuent aussi à leur faire découvrir des régions nouvelles. Leur circulation à travers l’AOF est l’une des nouveautés induites par leur professionnalisation et participe à la construction d’une identité collective à l’échelle fédérale. Dans leurs postes respectifs, leur expérience est différente de celle de leurs homologues masculins car elles éprouvent au quotidien de nouvelles hiérarchies fondées sur la conjugaison de leur sexe, de leur capital scolaire et économique et de leurs compétences professionnelles. À plusieurs reprises au cours de sa carrière, Aoua Keita est qualifiée de « toubab », c’est-à-dire de « blanche », par ceux qui stigmatisent son instruction et son mode de vie2 ; une infirmière-visiteuse sénégalaise parle en revanche des parturientes comme de ses « sœurs de race » ; d’autres témoignages montrent que les diplômées considèrent volontiers les autres femmes comme des « indigènes3 ». Entre altérité et identité, étrangeté et intimité, les premières diplômées occupent une place tout à fait singulière dans leurs sociétés respectives. Figures de l’entre-deux, elles le sont plus encore que les hommes lettrés de leur temps.

La valse des sages-femmes

  • 4 Arrêté du gouverneur général organisant un cadre de médecins, pharmaciens et sages-femmes auxiliai (...)
  • 5 Louise (SF 1929-1932) in Deniel R., Femmes des villes africaines, Abidjan, Inades, 1985, 209 p., p (...)
  • 6 JO AOF, 1930, p. 208 et gouverneur général Carde, « Instructions relatives à l’orientation et au d (...)
  • 7 Circulaire du gouverneur général au sujet des demandes de personnel, JO AOF, 1923, p. 699-701.

2Au fil des années, les décisions de l’administration creusent un fossé en termes d’infrastructures et de quantité de personnel entre les lieux centraux de la fédération et les marges. Dès 1921, le gouverneur général affecte les premières sages-femmes en fonction des demandes des responsables des colonies4. Les intéressées émettent des souhaits, dont le respect dépend cependant de leur classement : « Chaque élève demandait le lieu de son affectation, mais seul le choix de la major était pris en considération5. » L’obligation d’envoyer les jeunes femmes dans leur territoire d’origine n’est spécifiée que pour les infirmières-visiteuses, mais les consignes officielles insistent sur la nécessité d’affecter les sages-femmes auprès de populations dont elles maîtrisent la langue et connaissent « les habitudes, les traditions et les préjugés ». Les autorités coloniales sont conscientes que l’efficacité de l’action dépend de la proximité culturelle entre les agents de santé et les populations, et le gouverneur général affirme en 1926 : « Une sage-femme qui a besoin d’interprète perd les trois-quarts de ses moyens6. » Mais, douze ans plus tard, D. Savineau préconise la distribution d’une brochure de renseignements sur les coutumes de la région où les sages-femmes sont amenées à exercer. Ces recommandations confirment que les praticiennes travaillent loin de chez elles et ce, malgré les déclarations de principe et le fait que cette situation grève le budget général qui verse des « indemnités de dépaysement » aux « expatriées7 ».

3Du fait des déséquilibres géographiques lors du recrutement, qui se répercutent à la sortie de l’école, l’administration procède à une politique de redistribution des fonctionnaires à l’échelle de l’AOF, sans logique particulière sinon celle de jongler avec des effectifs infiniment faibles et conjoncturellement irréguliers.

  • 8 Liste nominative des sages-femmes sorties de l’École de médecine de 1921 à 1941, établie par la di (...)

4Des années vingt aux années cinquante, 45 % des auxiliaires de santé regagnent leur territoire lors de leur première affectation mais la proportion des « expatriées » augmente avec les années : 60 % des sages-femmes sont revenues dans leur pays dans l’entre-deux-guerres, elles ne sont plus que 31 % dans les années quarante. Hors des jeunes filles, très peu nombreuses, en provenance de l’AEF et du Cameroun, seules les Sénégalaises et les Soudanaises regagnent, pour plus de la moitié d’entre elles, leur territoire. En revanche, les Dahoméennes sont de moins en moins nombreuses à rejoindre leur colonie (47 % dans l’entre-deux-guerres, 11 % par la suite). Une véritable diaspora de sages-femmes dahoméennes se répand dans les fédérations. En 1941, aucune Dahoméenne ne revient au Dahomey. Cette année-là, une Soudanaise est affectée à N’Guimi, poste du Niger situé sur le lac Tchad à près de 1 200 kilomètres de Niamey, autant dire au bout du monde8… Une métisse, née à Grand-Bassam, connaît des heures de découragement à la mesure du décalage entre l’univers qui lui est familier et celui auquel elle se trouve confrontée dans un petit village à la frontière du Soudan et de la Mauritanie :

  • 9 Juliette A, (SF 1946-1949), Abidjan, 16 février 1999.

« À Yélimané, je pleurais toutes les nuits, on était jeune, sans expérience, à Dakar on ne nous avait pas prévenues, c’était vraiment difficile. Il ne passait tellement personne que quand il y avait un camion, le gardien m’appelait et je sortais dans la rue pour regarder passer le camion et je le suivais des yeux le plus loin possible9. »

  • 10 « Marie du Sahel », inM’Baye d’Erneville A., op. cit., p. 203.
  • 11 Le service de santé reposait essentiellement sur des infirmiers africains, formés par un stage de (...)

5L’envoi au Niger ou en AEF est le plus souvent vécu comme une catastrophe. Marie Touré N’Gom, diplômée en 1952, se fait l’écho des craintes de ses camarades qui ont « une peur bleue de l’AEF10 ». Or, ces affectations lointaines se multiplient après la Seconde Guerre mondiale lorsque le ministère de la France d’Outre-mer entreprend d’améliorer les services d’assistance médicale dans cette région où aucune formation professionnelle équivalente à celle de Dakar n’existe pour les filles11. Après 1945, les territoires d’AEF, qui ne représentent que 1 % des diplômées, reçoivent 12 % des sages-femmes de Dakar. Non seulement l’administration envoie de nouvelles diplômées en AEF, mais elle tente d’organiser la mutation de médecins et de sages-femmes mariés en exercice. Les réticences à s’expatrier sont alors si fortes qu’il faut recourir aux nominations d’office.

  • 12 Télégramme de la Direction générale de la Santé publique à tous les gouverneurs des colonies, Daka (...)
  • 13 Lettre du ministre de la France d’outre-mer au gouverneur général de l’AOF, Paris, 22 janvier 1948 (...)

6En janvier 1947, tous les gouverneurs sont invités à désigner des médecins et des sages-femmes pour servir en AEF. À la suite de réponses unanimement négatives12, le directeur de la santé publique interpelle le ministre de la France d’outre-mer qui insiste sur la nécessité de poursuivre cette politique en offrant aux couples de fonctionnaires intéressés des garanties matérielles13. Quelques mois plus tard, en l’absence de volontaires, trois couples sont désignés. Une politique identique est menée vis-à-vis de la Mauritanie et du Niger. Alors que la première et unique élève de Mauritanie rejoint l’École de médecine en 1939, cette colonie emploie déjà dix-sept sages-femmes dans les années trente, principalement du Dahomey et du Sénégal. Le Niger, qui n’a encore envoyé aucune élève à Dakar en 1934, utilise onze sages-femmes venues du Soudan, du Dahomey, du Sénégal et de Côte d’Ivoire. Et pourtant, la répartition très inégale des auxiliaires à l’échelle de la fédération reste constante.

  • 14 Soit 11 873 sages-femmes pour une population de 42 millions d’habitants. Présidence du Conseil, Di (...)

7En 1934, 159 sages-femmes africaines travaillent dans toute l’AOF, soit 86 % des diplômées depuis l’ouverture de la section. Le taux d’encadrement, de une sage-femme pour 95 000 habitants – 27 fois plus faible qu’en métropole où une sage-femme pour 3 500 habitants est recensée en 1937 –, confère un caractère dérisoire aux déclarations des autorités en matière de médicalisation de la maternité14. La situation varie de surcroît d’un territoire à l’autre. Il y a quatre fois plus de sages-femmes pour 100 000 habitants au Dahomey qu’au Sénégal, en Guinée ou en Côte d’Ivoire et sept fois plus qu’au Soudan ou au Niger.

8Près de dix ans plus tard, en 1942, le rééquilibrage est très limité. Malgré la dispersion des Dahoméennes, ce territoire reste le mieux doté avec la Côte d’Ivoire. Le Sénégal, la Guinée et le Togo abritent une sage-femme pour 100 000 habitants. Enfin, les colonies du Sahel (Soudan, Haute-Volta et Niger), ont un nombre d’auxiliaires tellement réduit au regard de leur population, comme d’ailleurs de leur superficie, qu’il est impossible de parler d’un service de prise en charge des femmes et des enfants. Et les plaintes des responsables locaux n’y changent pas grand chose. En 1948, le directeur de la Santé publique en Haute-Volta recense vingt sages-femmes et en réclame deux supplémentaires. Il n’en obtient qu’une seule. Et, non seulement certaines colonies manquent plus que d’autres de professionnelles, mais la répartition du personnel à l’intérieur de chaque territoire est très déséquilibrée.

9En 1942, 60 % des 202 sages-femmes recensées sont en service dans les zones de fortes densités qui correspondent aux littoraux (40 % des effectifs), à la vallée des fleuves Sénégal et Niger (10 % des effectifs), aux lignes de chemin de fer qui traversent les territoires et, secondairement, aux régions fertiles comme le Fouta Djalon en Guinée (10 %). Les capitales des colonies accueillent 23 % des sages-femmes, dont les plus nombreuses exercent à Abidjan et Porto-Novo.

10La partie sud du Dahomey concentre plus des trois quarts des diplômées (37 sur 47). Aucune sage-femme n’est en service dans la région du Zou. Au nord, les trois principaux postes du Borgou (Parakou, Kandi et Natitingou) ont quatre sages-femmes secondées par celles qui exercent à Bassila, à la frontière togolaise, à Djougou, Tanguiéta et Kouandé, et enfin à Nikki, à la frontière du Nigeria : 20 % des sages-femmes dispersées dans les régions intérieures s’occupent en théorie de près de la moitié de la population.

11En Côte d’Ivoire, la répartition est plus équilibrée mais, au total, 87 % des effectifs sont en service dans une large partie sud du territoire dont 44 % dans les villes littorales (Grand-Bassam, Abidjan, Bingerville, Dabou, Grand-Lahou, Sassandra et Tabou) et un pourcentage équivalent au centre-sud du pays. Seules cinq sages-femmes (13 % des effectifs) travaillent au nord à Korhogo, Dabakala, Boundiali, Bouna et Ferkéssédougou.

  • 15 En 1961, 133 sages-femmes sont en service au Sénégal, dont plus de la moitié (74) résident à Dakar (...)

12Au Sénégal, 57 % des sages-femmes (15 sur 26) exercent dans des villes situées sur la voie ferrée reliant Dakar à Saint-Louis. Les autres se répartissent le long de la ligne de chemin de fer Dakar-Bamako (15 % des effectifs) ou dans les postes proches des rives du fleuve Sénégal à la frontière mauritanienne (Dagana, Matam, Bakel). Le reste du personnel est dispersé en Casamance (Bignona, Sedhiou et Ziguinchor) et dans le poste de Linguere sur la vallée du Ferlo15.

13En Guinée, dès l’entre-deux-guerres, la logique de quadrillage du territoire suit dans ses grandes lignes celle des conquêtes de la fin du XIXe siècle, du littoral à l’intérieur. Les premières diplômées sont envoyées au cœur des zones les plus densément peuplées mais aussi dans des postes stratégiques plus isolés. Conakry et Kindia accueillent des auxiliaires dès 1921. Les promotions suivantes poursuivent la pénétration. Les postes de Kankan (1923), puis de Kissidougou (1925), Beyla (1927) et Macenta (1929) sont pourvus tandis que le dispositif est renforcé à proximité de Conakry (Boké, Forécariah, Faranah, Boffa, Dubréka) ainsi que dans le Fouta Djalon (Mamou, Ditinn, Labé, Dalaba). En 1938, seuls deux chefs-lieux de cercle n’ont pas de sages-femmes : Guéckédou, à la frontière du Libéria et Koumbia au nord-ouest. Les derniers services de maternité ouverts avant 1939, à N’Zérékoré et Mali, sont respectivement éloignés de 950 et 400 kilomètres de la capitale. En 1942, 59 % des sages-femmes travaillent dans la région côtière ; un cinquième dans les chefs-lieux de cercle du Fouta Djalon ; les autres en Haute-Guinée (Dabola, Kouroussa, Kankan), en Guinée forestière (Kissidougou, Macenta) et jusqu’à la frontière sénégalaise où une sage-femme exerce à Youkounkoun.

  • 16 Zinder fut la capitale du Niger jusqu’en 1926.

14Dans les territoires sahéliens, la vallée du fleuve Niger et le chemin de fer organisent la répartition des auxiliaires : 60 % des effectifs sont en poste sur ces grands axes. Au Niger, un tiers des auxiliaires travaillent à Niamey, Gaya et Tillabéri, tandis que les autres se répartissent le long de la frontière du Nigeria dans la partie sud du territoire. L’absence d’auxiliaires à Zinder et Agadès traduit l’affaiblissement des grandes cités commerçantes au profit de nouvelles capitales16.

  • 17 ANF, 200 Mi. 2421. Rapports no 3 et 4.

15Au Soudan, Bamako, Ségou et Kayes accueillent une sage-femme dès 1921. La même année, une auxiliaire rejoint Tombouctou. Puis, la plupart des chefs-lieux de cercle du sud-ouest sont dotés d’auxiliaires entre 1922 et 1925. Des postes plus éloignés sur le Niger sont ensuite créés : Niafunké, Bandiagara, Goundam et enfin Gao, où Aoua Keita est la première sagefemme en 1931. Simultanément, le dispositif est renforcé dans le sud-ouest à Bougouni, Bafoulabé, Koulikoro et Kolokani, non loin de la capitale. En 1937, une sage-femme est en poste à Ouahigouya, chef-lieu de cercle de Haute-Volta rattaché au Soudan en 1933. Dans le reste du territoire, le service de santé est rudimentaire. Djenné ne bénéficie que des services d’un infirmier et le poste de sage-femme ouvert en 1929 à Goundam n’existe plus en 193717.

  • 18 Suzanne D. (SF 1935-1938), Bamako, 25 mai 2000.

16Les premières sages-femmes participent donc d’une politique sanitaire élaborée au coup par coup en fonction de logiques économiques. L’engagement décennal signé par les auxiliaires les contraint à accepter les mutations : « Ou tu pars ou on te révoque, c’est tout18 ! » La reconstitution des premières années de carrière de quelques-unes des auxiliaires au Soudan dans l’entre-deux-guerres montre des mutations fréquentes et parfois sur de très longues distances. Pendant leurs dix premières années d’exercice, les quinze premières sages-femmes du Soudan changent en moyenne de poste tous les deux ans. Ce chiffre masque cependant de fortes irrégularités. La permanence est d’abord relativement importante – de cinq à huit ans – lorsque la sage-femme inaugure le service de maternité, puis la carrière devient plus chaotique. Ainsi, Jeanne Baptiste passe cinq ans à Nioro où elle est la première sage-femme, puis quatre années à Bamako. Elle change ensuite de poste tous les ans voire plusieurs fois par an. De même, Emma Munier fait ses débuts pendant sept ans à Sikasso, puis change cinq fois de poste en quatre ans. Célibataire, au moins jusqu’en 1935, elle est utilisée comme remplaçante dès qu’un poste est vacant. Ces déménagements représentent une contrainte d’autant plus importante que les localités sont éloignées les unes des autres. Emma Munier fait la « navette » entre Bamako et Nioro en 1933 pour un remplacement, puis passe une année à Tombouctou à 650 kilomètres à l’est de la capitale avant d’être affectée l’année suivante à Kayes, à plus de 1 000 kilomètres vers l’ouest. En comparaison, la situation des institutrices apparaît plus confortable, en partie parce qu’elle obéit à d’autres logiques politiques.

Le sort plus enviable des institutrices

  • 19 Arrêté du gouverneur général du 1er avril 1941, JO AOF, 1941, p. 463-465, p. 464.
  • 20 Il s’agit de Anna Sagna, née à Kédougou, à la frontière entre le Sénégal et la Guinée et qui a don (...)

17Dix institutrices africaines, pour la moitié originaires du Togo, quittent l’École normale en 1941. Les 47 élèves recrutées en 1938 avaient en effet été réparties en deux classes, les meilleurs éléments étant inscrits directement en deuxième année. À la sortie de cette première – et toute petite – promotion, huit des dix jeunes filles regagnent leur pays19. Toutes les Togolaises rejoignent le Togo ; une Sénégalaise est affectée en Guinée20 ; une Dahoméenne recrutée comme surveillante à l’École normale. Dans les années suivantes, le retour au pays concerne en moyenne 72 % des enseignantes dont on connaît l’affectation (70 % des diplômées) : de 64 % des Soudanaises à près de 90 % des Nigériennes. Non seulement les institutrices reviennent dans leur majorité dans leur territoire, mais près de 40 % d’entre elles débutent leur carrière dans leur ville natale ou non loin de celle-ci.

  • 21 Nima B. (EN 1942-1946), Conakry, 14 janvier 2002.
  • 22 Antoinette O. (EN 1946-1950), Conakry, 22 janvier 2002.

18Au Dahomey, Honorine Quenum et Clarisse Toupé, nées à Porto-Novo, sont affectées à Cotonou et Sakété, respectivement à cinquante et vingt kilomètres de la capitale ; en Côte d’Ivoire, Jeanne N’Dri-Schiffer qui vient de Grand-Bassam occupe un premier poste à Bingerville, à une vingtaine de kilomètres ; au Sénégal, Coumba Diakhité, née à Rufisque, est affectée à Dakar. D’autres jeunes filles, dont le premier poste est plus éloigné, exercent malgré tout auprès d’une connaissance familiale. Nima Bâ devient institutrice à Faranah, où son père est instituteur21 ; Antoinette Oularé à Kankan où se trouve l’un de ses oncles22. Seules 38 % des enseignantes rejoignent un poste situé à plus de 100 kilomètres de leur lieu de naissance. Et, dans cette catégorie, les affectations se font parfois à la demande des intéressées.

19Mais l’envoi dans un milieu familier n’empêche pas le choc de l’entrée dans la vie active. Au regard de la richesse affective des années d’internat, les premiers postes paraissent bien solitaires. Les lettres des jeunes filles à leur directrice traduisent leur désarroi :

  • 23 Lettre de Frida Lawson à G. Le Goff, Lomé, 26 août 1941, AS, O119 (31).

« Je regrette beaucoup le Sénégal. J’aimerais tant rester plusieurs années encore en votre compagnie, ma chère directrice, ma si bonne mère, notre “nana” à toutes ; j’aimerais tant revoir Mme Morge, Mlle Auffret avec ses cheveux denses, noirs et rebelles qui encadrent son riant visage à la manière d’auréole, j’aimerais l’entendre plaisanter encore, elle qui sait à merveille instruire et intéresser à la fois. Je voudrais revoir M. et Mme Coulom, et Mlle Coulom aux “yeux bleus saphir”, […] je voudrais redevenir normalienne […] je voudrais revoir M. Le Goff, je voudrais entendre encore ses conseils de bon papa, je voudrais… […] à présent que je me réjouis parmi les miens, je me sens malheureuse parce que vous me manquez23. »

  • 24 Jeanne T. (EN 1938-1941), Dakar, 22 août 1999.

20Par la suite, les institutrices ont une durée moyenne de présence dans un même poste plus importante que les sages-femmes. La carrière de trente-deux diplômées entre 1941 et 1955 montre qu’elles passent en moyenne trois ans et demi au même endroit. La logique des trajectoires professionnelles est cependant contraire à celle observée pour les sages-femmes : aux déplacements fréquents des débuts succède la stabilité en fin de carrière. Florentine Brym change cinq fois de poste en six années mais passe vingt et un ans à Abomey avant d’achever sa carrière à Cotonou. Jeannette Haïdara, trois fois déplacée entre 1943 et 1946, reste ensuite treize ans à Ségou. Mais les exceptions existent : certaines occupent jusqu’à dix ans leur premier poste comme Aminata Travélé à Sikasso ou Antoinette Oularé à Kankan. Les mutations des enseignantes répondent à la volonté politique d’amorcer le fonctionnement de classes ou d’écoles de filles. Jeanne Turpin qui enseigne successivement à Saint-Louis, Podor, Kaolack et Tambacouda trouve normal de parcourir le Sénégal : « Étant une des premières il fallait que j’aille un peu partout24. » D’autres deviennent directrices d’école dès l’obtention de leur diplôme. C’est le cas d’Aoua Travélé, qui dirige l’école de filles de Djenné dès sa sortie en 1944. En l’absence d’enseignantes françaises, elles obtiennent rapidement des responsabilités et leur situation professionnelle s’améliore encore, comme celle des sages-femmes, après leur mariage.

De l’intérêt du mariage et des inconvénients du célibat

21Affectée à sa sortie de l’École de médecine à Danané, à l’ouest de la Côte d’Ivoire, Henriette A. y travaille pendant deux ans avant d’être envoyée pour un remplacement à Daloa puis mutée à Tabou, poste côtier à la frontière du Libéria. La ville, mal desservie, est à 300 kilomètres d’Abidjan :

  • 25 Henriette A. (SF 1950-1953), Abidjan, 8 février 1999.

« Vous savez à l’époque les gens n’aimaient pas aller à Tabou, parce qu’il n’y avait pas de bus, de route… c’était très éloigné. La seule sage-femme qui était là-bas alors elle s’est mariée, donc elle a rejoint son mari, et le poste était vacant. Puisque à l’époque j’étais très jeune et puis je n’avais pas de contrainte, on m’a envoyée25. »

  • 26 Aminata F. (SF 1944-1947), Abidjan, 19 février 1999.

22Henriette A. épouse à Tabou un commis administratif muté à Abidjan et le rejoint au bout de deux années. Aminata F., affectée à sa sortie en 1947 à Mankono, dans le nord de la Côte d’Ivoire puis, elle aussi, à Tabou, rejoint également Abidjan pour se marier26. Le poste de Tabou devient ainsi, peut-être fortuitement, une sorte d’antichambre du mariage. Les fonctionnaires africains tentent aussi d’utiliser la règle du rapprochement des conjoints, qui sans être officielle en AOF, contraint cependant l’administration à des aménagements.

  • 27 Originaire de Bobo-Dioulasso, instituteur puis directeur des études à William Ponty, il fut le pre (...)
  • 28 Lettre de Ouezzin Coulibaly, député de Côte d’Ivoire au haut-commissaire, gouverneur général de l’ (...)
  • 29 Marianne B. (SF 1953-1956), Conakry, 25 janvier 2002.

23En avril 1947, le député ivoirien Ouezzin Coulibaly27 sollicite du gouverneur général l’affectation en Côte d’Ivoire – en remplacement de Dahoméennes – de quatre sages-femmes ivoiriennes de la promotion sortante désignées pour servir au Soudan, au Niger et en Mauritanie. Il argue du fait que ces jeunes femmes sont fiancées à des agents de commerce et à un fonctionnaire ivoiriens. L’administration, réaffirmant la nécessité de répondre prioritairement aux besoins des colonies et d’affecter les auxiliaires en fonction de leur rang de sortie, n’envisage cette mutation que si le gouverneur de Côte d’Ivoire désigne quatre auxiliaires pour les remplacer28. L’affaire n’a apparemment pas de suite mais le mariage est souvent une solution efficace, par exemple pour éviter l’affectation en AEF. Marianne Baldé, qui doit rejoindre Brazzaville en 1956, explique : « Je suis venue rapidement me marier pour obtenir une révision de mon affectation29. »

  • 30 Voir le chapitre xvii.
  • 31 Note du gouverneur général à la Direction générale de l’enseignement, Dakar, 25 avril 1946, AS, O1 (...)
  • 32 Rapport de présentation de la Direction générale de l’enseignement, Dakar, 26 avril 1950, AS, O477 (...)
  • 33 Turrittin J., « Aoua Keita and The Nascent Women’s Movement in the French Soudan », African Studie (...)

24La carrière des institutrices est aussi étroitement liée à celle de leurs époux, dans la majorité des cas également fonctionnaires30. Delphine K., qui a obtenu de regagner sa ville de naissance en Côte d’Ivoire, est déplacée au bout d’une année pour suivre son mari à Gagnoa ; Henriette Darboux, du Dahomey, est affectée en 1946 à Rufisque, où elle doit se marier avec un commis expéditionnaire31. Quelques années plus tard, la Direction générale de l’enseignement admet que des dérogations sont possibles si une institutrice épouse un fonctionnaire originaire d’une autre colonie : « Ainsi, Mlle Sangaré Fanta, du Soudan, qui épousa un commis greffier de Dakar, M. Ouane Mamadou […] fut affectée à la Délégation, malgré l’opposition du Soudan32. » Certains itinéraires permettent cependant d’identifier d’autres facteurs de mutation : sanctions disciplinaires ou pressions sexuelles ou sentimentales que subissent les jeunes institutrices célibataires. Aoua Keita est ainsi mutée du Soudan en Casamance en raison de son engagement politique33. Quant à Amélie A., confrontée aux avances du directeur africain de la première école où elle enseigne, elle est également déplacée, cette fois à sa demande.

25La répartition du personnel féminin obéit donc à des logiques différenciées. Si les institutrices regagnent dans leur majorité non seulement leur territoire mais leur région ou leur ville de naissance, les sages-femmes subissent les conséquences d’une politique qui vise à développer l’action sanitaire dans certaines colonies. L’AEF, le Niger, la Mauritanie, la Haute-Volta, la Guinée ou même la Côte d’Ivoire reçoivent davantage d’auxiliaires de santé qu’ils n’en ont diplômées. Les affectations donnent lieu dans tous les cas à des relations constantes – voire à des tensions – entre les autorités fédérales, les responsables des territoires, les demandes des jeunes filles et de leurs parents et les interventions de certains représentants politiques africains à partir des années cinquante. Les marges de manœuvre des colonisés sont étroites mais réelles et, à plusieurs reprises, les élites africaines obtiennent satisfaction.

Jeux d’influences

26Affectée à Gao en 1931, Aoua Keita évoque une possible intervention paternelle :

  • 34 Keita A., op. cit., p. 27.

« On conseilla à mon père d’user de ses pouvoirs et relations pour faire revenir le médecin-chef du Soudan français sur sa décision. Cela n’aurait pas été difficile car mon père jouissait d’un grand crédit dans tous les milieux. Il avait notamment l’estime et la considération du médecin-chef du service d’hygiène34. »

  • 35 Michelle J. (SF 1936-1939), Conakry, 15 janvier 2002.

27La marge de manœuvre de cet auxiliaire de santé était-elle réelle ? La jeune femme renonce en tous les cas à solliciter une faveur, mais certaines de ses camarades ont pu faire un autre choix. Plusieurs sources montrent en effet que, dans certains cas, l’administration admet de réviser les décisions prises. Envoyée en 1939 à Gouré, à plus de 800 kilomètres de Niamey, une Guinéenne parvient à se faire affecter à Zinder puis à Maradi grâce à un commandant de cercle qui connaît ses parents et a eu « pitié » d’elle. Elle rejoint ensuite Fada N’Gourma en Haute-Volta, puis la Guinée un an plus tard35. Après la Seconde Guerre mondiale, des correspondances entre les autorités des différentes colonies, les élites africaines et le gouvernement fédéral traduisent la difficulté des arbitrages qui décident de l’affectation des sages-femmes dahoméennes, trop nombreuses pour être systématiquement renvoyées au Dahomey.

  • 36 Lettre de l’élève-médecin Clovis Akindès au directeur de l’École de médecine, Dakar, 19 octobre 19 (...)

28Au mois d’octobre 1945, un élève-médecin dahoméen écrit au directeur de l’École de médecine afin d’intercéder en faveur de ses compatriotes féminines. Il rappelle que depuis cinq ans – et le fait est exact – les Dahoméennes sont « brutalement transplantées dans un pays aux mœurs et aux coutumes différents des leurs » et « confrontées aux problèmes perplexes [sic] de la vie sans aucun guide36 ». L’intervention est de peu d’effet – cette année-là, comme en 1946, aucune des sages-femmes dahoméennes n’est renvoyée au Dahomey – mais, en 1947, c’est la présidente de l’association Les Femmes de l’Union française qui écrit au directeur du service de santé de l’AOF afin de soutenir les demandes des élèves du Dahomey :

  • 37 Lettre envoyée de Porto-Novo, le 27 mai 1947, AS, O17 (31).

« Nous serions heureuses qu’un effort soit fait à Dakar pour que la répartition de ces jeunes filles dahoméennes provoque le moins possible de “heurts matériels” et moraux, et que ces sages-femmes, si elles ne peuvent être affectées au Dahomey, le soient dans une colonie où elles ont de la famille, ou tout au moins, pour leurs débuts, dans des postes importants où elles puissent, dans les meilleures conditions possibles, effectuer le dangereux apprentissage de leur jeune liberté37. »

  • 38 Lettre du directeur général de la Santé publique de l’AOF au directeur général du personnel et au (...)
  • 39 Lettre du gouverneur général de l’AOF au gouverneur du Dahomey, Dakar, 24 octobre 1947, AS, O17 (3 (...)
  • 40 Lettre du gouverneur du Dahomey au gouverneur général, 30 novembre 1947, AS, O18 (31).

29La missive suggère que les situations d’isolement peuvent avoir de fâcheuses conséquences. La question rebondit au mois d’octobre de la même année et l’administration est alors contrainte de prendre en compte le fait que la plupart des Dahoméennes, parce qu’elles sont catholiques, ont des difficultés à fonder une famille dans les régions musulmanes38. Le gouverneur général lui-même rappelle que « par l’intermédiaire de leurs parlementaires, les familles se plaignent de voir leurs jeunes filles envoyées dans des territoires étrangers à leurs coutumes et à leur religion, où elles se trouvent dépaysées, et où elles ne peuvent songer à constituer un foyer39 ». Le responsable de la fédération propose la mutation de couples de fonctionnaires médicaux en service au Dahomey depuis plusieurs années, afin de faciliter l’affectation des nouvelles sortantes dans leur territoire d’origine. Il souligne qu’il est « plus conforme à l’intérêt du service et des familles d’envoyer de préférence dans les postes isolés et incertains des ménages de fonctionnaires plutôt que des jeunes gens sans expérience ». Le gouverneur du Dahomey fournit, au mois de novembre 1947, une liste de sages-femmes dahoméennes en service dans leur pays depuis plus de dix-sept ans et mariées à des fonctionnaires tout en précisant qu’« elles font toutes valoir qu’elles ont des charges de famille ou que des intérêts familiaux ne leur permettent pas de s’expatrier ». Il ajoute : « Il est à prévoir que toute affectation d’office entraînerait une opposition systématique et des interventions multiples qui aboutiraient à faire rapporter toute décision prise dans ce sens40. » Il demande à l’inverse l’envoi de sages-femmes célibataires au Dahomey, considérant qu’elles peuvent « être affectées dans des postes isolés de l’intérieur qu’il est pratiquement impossible de confier aux femmes chargées de famille ». Il conclut que seules « des désignations d’office, fermement maintenues, permettront de donner satisfaction aux jeunes sages-femmes sortantes ». Sur huit diplômées dahoméennes en 1947, trois seulement reviennent dans leur territoire.

30Ces échanges attestent des enjeux liés à l’affectation des fonctionnaires auxiliaires et des négociations possibles – même si les effets sont limités – entre les familles et l’administration. Le nombre restreint de postes au Dahomey instaure, de fait, une concurrence accrue et, dans ce contexte, les enseignantes semblent bénéficier de capacités d’intervention plus importantes que les sages-femmes.

  • 41 Lettre de Frida Lawson à G. Le Goff, Lomé, 26 août 1941, AS, O119 (31). La suite de la lettre lais (...)
  • 42 Reine A. (EN 1943-1947), Cotonou, 26 janvier 2001.
  • 43 Monsieur et Madame Boye Papa Diagne à Monsieur l’inspecteur de l’enseignement primaire, Dakar, 17 (...)
  • 44 Fatou S. (EN 1945-1950), Bamako, 29 mai 2000.
  • 45 Honorine Q. (EN 1941-1945), Cotonou, 24 janvier 2001.

31Une lettre de Frida Lawson à G. Le Goff en 1941 donne un aperçu des relations qui peuvent exister entre les élites scolaires et l’administration. Arrivée au Togo, la jeune fille est reçue par l’inspecteur de l’enseignement : « Il s’informe brièvement de notre travail, de nos rangs. Déjà il a en vue les postes où il nous affectera. Nous lui faisons part de nos propositions. Il s’oppose catégoriquement à notre avis “Non ! C’est le Togo qui vous a payé vos frais d’études. Il a besoin d’institutrices. Vous ne bougerez pas. Il vous prend toutes”. » Au nom de ses camarades, Frida se résigne : « Madame, il est préférable que nous restions au Togo. Nous connaissons mieux ces milieux que tout autres. Nous pouvons guérir le pays des maux qui l’accablent41. » Dans ce cas, la conviction de faire œuvre utile est aussi une façon de répondre aux exigences des autorités mais, la plupart du temps, les institutrices n’hésitent pas à faire intervenir leurs parents pour revenir exercer dans leur pays : « À la sortie on nous envoyait n’importe où hein ! Alors nos parents écrivent pour qu’on nous laisse. Mon père a écrit, ma mère ne voulait pas que je sois éloignée de Ouidah. Et après quatre ans [d’École normale] maintenant on m’a affectée à Ouidah42. » En 1944, les parents de Bathilde Loambe – son père est employé des postes – sollicitent l’envoi de leur fille dans la Circonscription de Dakar et obtiennent satisfaction43. Bathilde commence à enseigner à Ouakam, tout près de Dakar. Le père de Fatou S. est, pour sa part, sans travail, mais obtient l’envoi de sa fille à Kita, un poste proche de Toukoto où elle est née. La mère de la jeune fille vient de mourir et son père ne travaille plus, Fatou a donc la charge de ses frères et sœurs : « J’ai été affectée à Gao mais par suite d’interventions puisque j’étais presque l’aînée d’une famille, soutien de famille… on m’a affectée à Kita44. » Et les demandes familiales ne se limitent pas au premier poste. D’abord en service à Cotonou, Honorine Q. est envoyée dans le nord du Dahomey, à Séméré, non loin de Djougou. Elle n’y reste qu’une année : « Je ne suis pas restée longtemps parce que mes parents ne voulaient pas que je reste dans le Borgou. Comme j’étais encore jeune fille (petit rire). Mes parents n’ont pas voulu que je reste là-bas. Je suis restée un peu, je suis revenue45. » La jeunesse des institutrices, la volonté parentale de les surveiller, leur contribution à la survie économique dans la famille représentent donc pour l’administration des motifs suffisants de révision des décisions initiales.

32Ces changements sont cependant accordés parce qu’ils s’inscrivent dans une politique plus large de développement de l’enseignement féminin qui exige la bonne intégration des institutrices. En 1950, dans un échange de correspondances à propos d’une Togolaise entrée à l’École normale en provenance du Soudan – où son père était alors affecté –, le gouverneur général néglige les réclamations des autorités locales, au profit d’une affectation de la jeune fille auprès de sa mère :

  • 46 Il s’agit de Greta Lawson, promotion 1945-1949. Lettre du gouverneur général au gouverneur du Soud (...)

« À la suite du décès de son père, sa mère est retournée dans son pays d’origine. Une affectation au Soudan placerait donc Mlle Lawson, qui est une débutante, dans un milieu complètement étranger. […] Vous n’ignorez pas, en effet, que les débuts des jeunes normaliennes sont souvent difficiles. L’importance qui s’attache au développement de l’enseignement des filles et le petit nombre d’institutrices dont nous disposons, nous font un devoir de veiller particulièrement à l’installation des jeunes stagiaires46. »

  • 47 Salamata T. (EN 1948-1952), Bamako, 31 mai 2000.

33Rares sont donc les institutrices contrariées dans leurs choix. Salamata T. en fait pourtant partie, qui est entrée à l’École normale en provenance du Niger et demande à servir en Haute-Volta, son pays d’origine. Elle n’obtient pas satisfaction car les autorités de son pays réclament des institutrices, mais peut-être aussi parce que son père, ouvrier des travaux publics, est moins proche des autorités coloniales47. Le fait, aussi, de n’être pas mariée, a pu jouer en sa défaveur.

34Deux types de politiques sont ainsi menées à l’égard des diplômées des écoles fédérales, qui montrent le pragmatisme des autorités coloniales, leur volonté de ne pas s’opposer trop frontalement aux lettrés africains. Les institutrices bénéficient de mesures visant à faciliter leurs débuts et sont plus souvent affectées auprès de leurs familles. Les sages-femmes subissent en revanche l’intensification de l’effort en direction des régions aux infrastructures sanitaires les moins développées. L’exercice de leur métier se révèle alors d’autant plus difficile qu’elles travaillent dans des conditions matérielles extrêmement précaires.

Une installation matérielle rudimentaire

  • 48 Les taras sont des lits bas en fibres végétales. Médecin général Merle, « Un exemple : le corps de (...)

« Trois grands rectangles, cernés par des murs en terre. Dans l’un se trouve un bâtiment tout en banco, avec des salles multiples, l’une de travail, l’autre d’accouchement, la plus grande meublée de ces taras, lits primitifs, mais s’adaptant bien aux parturientes qui n’en ont jamais vu d’autres… et encore. C’est la maternité48. »

  • 49 Esther K. (SF 1952-1955), Conakry, 23 janvier 2002.

35« Nos mamans ont beaucoup travaillé, beaucoup plus que nous » pense Esther K., dont la mère devint sage-femme en 1928. Après avoir effectué « vingt ans d’accouchements », travaillé « agenouillée à la lumière des torches », cette pionnière a terminé sa vie « physiquement esquintée » déclare sa fille, diplômée près de trente ans plus tard49.

36En effet, hors des capitales, les maternités correspondent bien souvent à des services d’accouchement et de consultation aménagés dans des postes médicaux plus ou moins vastes et confortables. Le chiffre de maternités fourni par l’administration ne rend donc pas compte de bâtiments réellement réservés aux femmes, mais plutôt de la présence d’une sagefemme. Les budgets consacrés au service de l’AMI sont toujours restés limités et les investissements en matière d’infrastructures furent ponctuels et irréguliers. Si les premières « maternités » apparaissent au début des années vingt, l’augmentation du nombre de sages-femmes ne s’accompagne pas de celle des locaux. Au contraire, en 1935, un certain nombre de services qui fonctionnaient l’année précédente sont à l’abandon.

  • 50 Gouverneur général de l’AOF, JO AOF, 1926, p. 193-197.

37Officiellement, la maternité idéale se compose d’une salle d’examen, d’une salle de travail, de deux ou trois chambres de cinq à six lits chacune et d’un local hermétiquement clos pour la désinfection50. Ce bâtiment n’existe que sur le papier ou dans les capitales, et encore… Les budgets imposent des réalisations modestes et des réaménagements plus ou moins réussis. L’organisation des premiers services en Côte d’Ivoire témoigne des tâtonnements d’une administration obsédée par le souci de limiter les coûts.

  • 51 Lettre du gouverneur général Merlin au lieutenant-gouverneur de Côte d’Ivoire à Bingerville, 12 ao (...)
  • 52 Le médecin principal de 1re classe des troupes coloniales Houillon, chef du service de santé de Cô (...)
  • 53 Il s’agit des deux principales villes de Côte d’Ivoire. Abidjan compte 9 126 habitants et Bassam 6 (...)
  • 54 ANCI, 1HH18. Domergue-Cloarec D., op. cit., p. 305.

38En 1921, deux sages-femmes métisses de la première promotion, Suzanne Poiret et Marie Mathieu, sont envoyées en Côte d’Ivoire où le dispositif sanitaire compte un hôpital inauguré en 1919 à Abidjan, huit ambulances (dont six sur le littoral) et une quarantaine de dispensaires51. La première est affectée à Grand-Bassam où une maternité doit être créée dans l’ancienne ambulance dont « le bâtiment principal encore en bon état ne demande que quelques aménagements et adaptations52 » ; Marie Mathieu travaillera, quant à elle, dans un des pavillons indigènes du nouvel hôpital d’Abidjan53. Trois ans plus tard, en 1924, quatre nouvelles maternités sont prévues à Bouaké, Grand-Lahou, Bingerville et Dimbokro, mais leur ouverture reste subordonnée aux disponibilités financières et le chef du service de santé parle de prendre des mesures « transitoires sans dépenses infructueuses pour l’avenir54 ». Les maternités existent effectivement en 1935 mais celle de Grand-Lahou, construite en 1925, détruite l’année suivante par les crues du Bandama, n’a été reconstruite qu’en 1930. Dans les faits, les maternités correspondent le plus souvent à un bâtiment en banco, pourvu exceptionnellement de quelques lits. Lorsqu’un local spécifique est construit en dur, il n’est pas toujours conçu de manière à faciliter le travail de la sage-femme ou encore n’est pas entretenu. Les exemples abondent de locaux délabrés, exigus, où règne la promiscuité. Le bilan en 1937 est peu reluisant :

  • 55 ANF, 200 Mi. 2422. Rapport général, p. 173.

« Quand les locaux du Service de santé sont insuffisants, on attribue aux femmes les plus vieux, les plus sinistres. La table de travail est placée dans un réduit, ou dans la salle des accouchées, voire dans celle des consultations de nourrissons ou même dans celle, commune aux deux sexes, des piqûres. Assez souvent la femme est évacuée aussitôt que délivrée ou bien si elle a besoin de soins spéciaux on la loge dans une salle commune aux deux sexes. Ces promiscuités non seulement déplaisent aux femmes, mais compliquent la besogne de la sage-femme55. »

  • 56 ANF, 200 Mi. 2421. Rapport no 1, Bamako, p. 24.
  • 57 Ibid. Rapport no 6, Le Dahomey, p. 22.
  • 58 Rapport sur l’Inspection médicale du Dahomey par le Médecin général Pezet, inspecteur général des (...)
  • 59 ANF, 200 Mi. 2421. Rapport no 6, Le Dahomey, p. 52 et 59.
  • 60 Ibid. Rapport no 15, Le Fouta Djalon, p. 28.
  • 61 Ibid. Rapport no 12, La Basse-Côte d’Ivoire (ouest), p. 24, 29 et 33.
  • 62 Keita A., op. cit., p. 31 et 45.

39Même à Bamako, la maternité de seize lits s’avère trop petite, à tel point que certaines femmes s’installent sur des nattes dans la cour56. Au Dahomey, de la banlieue de Porto-Novo jusqu’au nord du pays, la situation est identique. La maternité de Pobé ne dispose que de deux places57, celle de Savé est en très mauvais état et abandonnée58, à Kandi, les femmes repartent au plus vite chez elles car les locaux ne leur permettent pas de rester59. En Guinée, la maternité de Labé, très petite, abrite une chambre de travail « sinistre » ; les plafonds du dispensaire sont percés ; les volets ne ferment pas ; dans les pièces sombres, les taras s’accumulent. À Dalaba, D. Savineau réclame de toute urgence la pose d’un plafond et ajoute qu’« il est criminel de loger ainsi les femmes et les bébés60 ». La situation n’est pas meilleure en Côte d’Ivoire : à Bouaflé, des locaux affreux et très sales abritent « quelques taras, de vieilles nattes » ; à Guiglo, les bâtiments sont « sordides », la maternité « obscure et délabrée61 ». Les rénovations et les réalisations nouvelles n’aboutissent souvent qu’après de long mois, voire des années. Au Soudan, Aoua Keita demande dès 1931 la création d’une maternité à Gao mais n’obtient satisfaction qu’après trois années de courriers insistants62.

  • 63 ANF, 200 Mi. 2421. Rapport no 5, Le Niger occidental, p. 27.
  • 64 Keita A., op. cit., p. 30-31.

40Le délabrement n’épargne pas le logement de la sage-femme, souvent attenant à la maternité. Si la gratuité est un privilège des fonctionnaires, l’état des locaux laisse parfois à désirer : un lit n’est pas toujours prévu ou les toitures ne sont pas étanches comme à Dori au Niger, où l’eau coule dans le logement pendant l’hivernage63. Aoua Keita est, à l’inverse, bien installée à Gao : elle occupe une maison composée de deux bâtiments en banco organisés autour d’une grande cour. Elle aménage le premier en chambre à coucher, l’autre en salle de séjour et meuble le tout grâce à un mobilier métallique pliant offert par son père. Elle ajoute à cet intérieur de la vaisselle de porcelaine que ce dernier a rachetée à un Français ainsi que deux casseroles et un poêle64. Ce confort est cependant le fait d’un héritage familial et non de la situation réservée aux fonctionnaires par l’administration.

  • 65 Daffa S. (SF 1930-1933), Bamako, 26 mai 2000.
  • 66 Keita A., op. cit., p. 32.
  • 67 ANF, 200 Mi. 2421. Rapport no 4, Goundam, Tombouctou, Gao, p. 20.

41D’une façon générale, les sages-femmes déplorent l’absence d’eau, leurs difficultés à obtenir un réchaud, de la lumière ou encore suffisamment de linge, ainsi que le matériel et les ustensiles nécessaires à l’exercice de leur métier. Elles ne sont guère mieux outillées que les matrones. Daffa S. énumère le matériel à sa disposition : « Oh là là ! Y’a pas de matériel tellement riche hein ! […] Un bassin, un broc laveur, quelques pinces pour les accouchements, une table à accoucher, le minimum quoi, en bois65. » Seuls les ciseaux, utilisés pour sectionner le cordon ombilical, constituent une nouveauté notable. Aoua Keita paraît privilégiée avec deux pinces, une paire de ciseaux, un flacon de teinture d’iode, un peu d’alcool à brûler, du coton, des compresses et des bandes66, mais la sage-femme qui lui succède en 1937 se plaint de ne pas avoir de grande bouilloire ni de fourneau67. Seules celles qui travaillent dans les capitales ou les grandes villes bénéficient de conditions plus confortables.

  • 68 Ibid., Rapport no 6, Le Dahomey, p. 38. Cette description est confirmée par le rapport d’inspectio (...)
  • 69 Keita A., op. cit., p. 50 et, pour les citations suivantes, p. 64-65, 68, 72.
  • 70 L’Office du Niger, créé en 1932, avait pour mission d’étudier et de mettre en œuvre le développeme (...)

42Les maternités urbaines du sud du Dahomey sont un modèle du genre. Celle d’Allada abrite une salle des accouchées de onze lits surmontés d’une étagère et accompagnés de berceaux de bois, une salle de travail indépendante, une salle d’accouchement, une autre d’isolement, une pièce pour les bébés malades et une pour l’hospitalisation des femmes qui viennent parfois un mois avant leur accouchement68. À Niono, au Soudan, où Aoua Keita exerce entre 1946 et 1949, le dispensaire et la maternité – un vaste bâtiment en dur d’environ 300 m2 – sont équipés de matériel moderne et régulièrement approvisionnés en médicaments69. Une grande salle de douze lits abrite des berceaux, deux chambres d’isolement sont réservées aux accouchées et aux enfants malades, une salle est affectée aux consultations, une autre aux accouchements, et un bureau pour le personnel est utilisé pour donner des soins. La sage-femme possède le luxe d’une bicyclette Peugeot grand modèle. Mais cette situation est celle d’un des postes de l’Office du Niger qui bénéficie des installations sanitaires les plus modernes du Soudan70.

  • 71 Keita A., op. cit., p. 258.

43Car à Nara, dans les années cinquante, à 300 kilomètres au nord de Bamako, la maternité est « un petit réduit » qui ne répond « nullement à cette appellation71 ». Une seule pièce étroite sert à faire les accouchements comme les consultations et, en l’absence de salle d’attente, lorsque des femmes en travail se présentent, les consultantes attendent dans la cour. La sage-femme se désespère : « C’est pénible à dire et cela peut paraître incroyable pour la génération actuelle. Cependant c’est ainsi que cela se passait. Je n’ai aucun intérêt à aggraver les choses. » Les années d’après-guerre ne s’accompagnent donc pas d’une révolution. Les faibles effectifs en activité comme la discontinuité de l’action constituent des obstacles majeurs en matière de médicalisation.

Notes

1 Daffa S. (SF 1930-1933), Bamako, 26 mai 2000.

2 Keita A., op. cit., p. 33.

3 Émilie d’E. (IV 1930-1932), Dakar, 26 août 1999.

4 Arrêté du gouverneur général organisant un cadre de médecins, pharmaciens et sages-femmes auxiliaires commun à toutes les colonies du groupe de l’AOF, JO AOF, 1921, p. 345-347.

5 Louise (SF 1929-1932) in Deniel R., Femmes des villes africaines, Abidjan, Inades, 1985, 209 p., p. 24. L’interdiction d’accès aux dossiers professionnels des femmes concernées a contraint à reconstituer leurs carrières à partir des journaux officiels, du Répertoire des anciennes élèves de Rufisque et des sources imprimées.

6 JO AOF, 1930, p. 208 et gouverneur général Carde, « Instructions relatives à l’orientation et au développement des services d’Assistance médicale indigène », Dakar, 15 février 1926, JO AOF, p. 193-197.

7 Circulaire du gouverneur général au sujet des demandes de personnel, JO AOF, 1923, p. 699-701.

8 Liste nominative des sages-femmes sorties de l’École de médecine de 1921 à 1941, établie par la directrice de l’internat, et qui précise les postes où elles sont en exercice en 1942. AS, O15 (31).

9 Juliette A, (SF 1946-1949), Abidjan, 16 février 1999.

10 « Marie du Sahel », inM’Baye d’Erneville A., op. cit., p. 203.

11 Le service de santé reposait essentiellement sur des infirmiers africains, formés par un stage de quelques semaines à l’hôpital central de Brazzaville jusqu’à l’ouverture d’écoles d’aides de santé, en 1932 à Ayos au Cameroun et en 1938 à Brazzaville. Debusmann R., « Les infirmiers indigènes de l’Afrique équatoriale française (1919-1939) », ind’Almeida-topor H., Lakroum M. et Splittler G. (dir.), Le Travail en Afrique noire. Représentations et pratiques à l’époque contemporaine, Paris, Karthala, 2003, 355 p., p. 282-300.

12 Télégramme de la Direction générale de la Santé publique à tous les gouverneurs des colonies, Dakar, 30 janvier 1947, AS, O17 (31).

13 Lettre du ministre de la France d’outre-mer au gouverneur général de l’AOF, Paris, 22 janvier 1948, AS, O17 (31).

14 Soit 11 873 sages-femmes pour une population de 42 millions d’habitants. Présidence du Conseil, Direction de la statistique générale et de la documentation, Annuaire statistique 1939, Paris, Imprimerie nationale, 498 p., p. 13 et 35.

15 En 1961, 133 sages-femmes sont en service au Sénégal, dont plus de la moitié (74) résident à Dakar et une vingtaine dans les autres centres urbains. Sankalé M., Médecins et action sanitaire en Afrique noire, Paris, Présence africaine, 1969, 436 p., p. 111.

16 Zinder fut la capitale du Niger jusqu’en 1926.

17 ANF, 200 Mi. 2421. Rapports no 3 et 4.

18 Suzanne D. (SF 1935-1938), Bamako, 25 mai 2000.

19 Arrêté du gouverneur général du 1er avril 1941, JO AOF, 1941, p. 463-465, p. 464.

20 Il s’agit de Anna Sagna, née à Kédougou, à la frontière entre le Sénégal et la Guinée et qui a donc peut-être des origines guinéennes. Diop S. (coord.), op. cit., p. 211.

21 Nima B. (EN 1942-1946), Conakry, 14 janvier 2002.

22 Antoinette O. (EN 1946-1950), Conakry, 22 janvier 2002.

23 Lettre de Frida Lawson à G. Le Goff, Lomé, 26 août 1941, AS, O119 (31).

24 Jeanne T. (EN 1938-1941), Dakar, 22 août 1999.

25 Henriette A. (SF 1950-1953), Abidjan, 8 février 1999.

26 Aminata F. (SF 1944-1947), Abidjan, 19 février 1999.

27 Originaire de Bobo-Dioulasso, instituteur puis directeur des études à William Ponty, il fut le premier dirigeant du syndicat des instituteurs ouest-africain fondé avec Mamadou Konaté en 1937. Élu de la Côte d’Ivoire à l’Assemblée nationale française en novembre 1946 sur la liste du RDA de Félix Houphouët-Boigny, sa carrière politique le conduit à occuper le poste de Premier ministre de Haute-Volta.

28 Lettre de Ouezzin Coulibaly, député de Côte d’Ivoire au haut-commissaire, gouverneur général de l’AOF, 8 avril 1947. Réponse du gouverneur général, 28 avril 1947, AS, O16 (31).

29 Marianne B. (SF 1953-1956), Conakry, 25 janvier 2002.

30 Voir le chapitre xvii.

31 Note du gouverneur général à la Direction générale de l’enseignement, Dakar, 25 avril 1946, AS, O118 (31).

32 Rapport de présentation de la Direction générale de l’enseignement, Dakar, 26 avril 1950, AS, O477 (31).

33 Turrittin J., « Aoua Keita and The Nascent Women’s Movement in the French Soudan », African Studies Review 36, no 1, 1993, p. 58-89.

34 Keita A., op. cit., p. 27.

35 Michelle J. (SF 1936-1939), Conakry, 15 janvier 2002.

36 Lettre de l’élève-médecin Clovis Akindès au directeur de l’École de médecine, Dakar, 19 octobre 1945, AS, O16 (31).

37 Lettre envoyée de Porto-Novo, le 27 mai 1947, AS, O17 (31).

38 Lettre du directeur général de la Santé publique de l’AOF au directeur général du personnel et au gouverneur général de l’AOF, Dakar, 21 octobre 1947, AS, O17 (31).

39 Lettre du gouverneur général de l’AOF au gouverneur du Dahomey, Dakar, 24 octobre 1947, AS, O17 (31).

40 Lettre du gouverneur du Dahomey au gouverneur général, 30 novembre 1947, AS, O18 (31).

41 Lettre de Frida Lawson à G. Le Goff, Lomé, 26 août 1941, AS, O119 (31). La suite de la lettre laisse penser qu’elles sont plusieurs à souhaiter une affectation au Sénégal.

42 Reine A. (EN 1943-1947), Cotonou, 26 janvier 2001.

43 Monsieur et Madame Boye Papa Diagne à Monsieur l’inspecteur de l’enseignement primaire, Dakar, 17 mars 1944, AS, O119 (31).

44 Fatou S. (EN 1945-1950), Bamako, 29 mai 2000.

45 Honorine Q. (EN 1941-1945), Cotonou, 24 janvier 2001.

46 Il s’agit de Greta Lawson, promotion 1945-1949. Lettre du gouverneur général au gouverneur du Soudan à Koulouba [Bamako], 23 avril 1950, AS, O477 (31).

47 Salamata T. (EN 1948-1952), Bamako, 31 mai 2000.

48 Les taras sont des lits bas en fibres végétales. Médecin général Merle, « Un exemple : le corps de santé colonial », inHéduy P., Histoire de l’Afrique. AOF, AEF, Madagascar, 1364-1960, Paris, Société de production littéraire, 1985, p. 334-339, p. 335.

49 Esther K. (SF 1952-1955), Conakry, 23 janvier 2002.

50 Gouverneur général de l’AOF, JO AOF, 1926, p. 193-197.

51 Lettre du gouverneur général Merlin au lieutenant-gouverneur de Côte d’Ivoire à Bingerville, 12 août 1921, Archives nationales de Côte d’Ivoire (ANCI), 1HH36.

52 Le médecin principal de 1re classe des troupes coloniales Houillon, chef du service de santé de Côte d’Ivoire au gouverneur de la Côte d’Ivoire à Bingerville, 14 mars 1922, ANCI, 1HH36.

53 Il s’agit des deux principales villes de Côte d’Ivoire. Abidjan compte 9 126 habitants et Bassam 6 966 en 1926. Domergue-Cloarec D., op. cit., p. 227.

54 ANCI, 1HH18. Domergue-Cloarec D., op. cit., p. 305.

55 ANF, 200 Mi. 2422. Rapport général, p. 173.

56 ANF, 200 Mi. 2421. Rapport no 1, Bamako, p. 24.

57 Ibid. Rapport no 6, Le Dahomey, p. 22.

58 Rapport sur l’Inspection médicale du Dahomey par le Médecin général Pezet, inspecteur général des services sanitaires et médicaux de l’AOF, janvier-février 1938, AS, 1H37 (13).

59 ANF, 200 Mi. 2421. Rapport no 6, Le Dahomey, p. 52 et 59.

60 Ibid. Rapport no 15, Le Fouta Djalon, p. 28.

61 Ibid. Rapport no 12, La Basse-Côte d’Ivoire (ouest), p. 24, 29 et 33.

62 Keita A., op. cit., p. 31 et 45.

63 ANF, 200 Mi. 2421. Rapport no 5, Le Niger occidental, p. 27.

64 Keita A., op. cit., p. 30-31.

65 Daffa S. (SF 1930-1933), Bamako, 26 mai 2000.

66 Keita A., op. cit., p. 32.

67 ANF, 200 Mi. 2421. Rapport no 4, Goundam, Tombouctou, Gao, p. 20.

68 Ibid., Rapport no 6, Le Dahomey, p. 38. Cette description est confirmée par le rapport d’inspection du Médecin général Pezet, inspecteur général des services sanitaires et médicaux de l’AOF, janvierfévrier 1938, AS, 1H37 (13).

69 Keita A., op. cit., p. 50 et, pour les citations suivantes, p. 64-65, 68, 72.

70 L’Office du Niger, créé en 1932, avait pour mission d’étudier et de mettre en œuvre le développement agricole de la vallée du Niger. Il procéda à des travaux d’irrigation et rendit obligatoire la culture du coton par des villageois rassemblés dans des « villages-centres » créés par l’administration. L’entreprise s’est révélée un gouffre financier et n’a pas permis le développement de la région.

71 Keita A., op. cit., p. 258.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540