Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Une vie à soi

 | 
Erika Flahaut

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Au terme de ce voyage dans les vies de femmes seules, que peut-on retenir des conditions favorables ou au contraire des freins à un « bien vivre » de la solitude résidentielle ?

UN OBSTACLE : LA VIE CONJUGALE COMME ACTE D’INSTITUTION

2Tout d’abord, le principal obstacle qui se dresse sur le chemin des femmes seules est la puissance de la norme sociale qui reste aujourd’hui celle de la vie en couple. La difficulté que les individus éprouvent à s’extraire des modèles traditionnels de la vie conjugale s’éclaire lorsqu’on considère celle-ci, à l’instar du mariage, comme un acte d’institution et non seulement comme un passage aisément réversible.

  • 1 Pierre Bourdieu, « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences social (...)

3Le rite d’institution défini par Pierre Bourdieu1 remplit des fonctions essentielles à la reproduction de la société. Il « consacre la différence ». Mais « instituer, donner une définition sociale, une identité, c’est aussi imposer des limites ». Aussi, le mariage a-t-il la charge « d’empêcher ceux qui sont à l’intérieur, du bon côté de la ligne, d’en sortir, de déroger, de se déclasser ». Les rites d’institution participent activement à la définition identitaire des individus et à leur sentiment de légitimité. Ils « parviennent à faire croire aux individus consacrés qu’ils sont justifiés d’exister ». Ainsi, par opposition, ceux qui n’ont pas franchi la frontière symbolique se trouvent confrontés à une existence privée de sens.

4Les choses se passent sur le même schéma que pour la maternité. L’accès des femmes à la maîtrise de leur fécondité, la légalisation des méthodes contraceptives et de l’avortement ne provoquent que rarement une réflexion sur la non maternité. Les femmes et les couples utilisent les moyens mis à leur disposition pour choisir le nombre d’enfants qu’ils souhaitent et le moment de leur venue au monde. Mais une infime minorité d’individus prend la décision de dépasser une programmation biologique dont ils ont aujourd’hui les moyens matériels de s’affranchir. De la même façon, les modèles intériorisés et les pressions de tous ordres, les lacunes de leur socialisation et les injonctions sociales implicites et explicites s’opposent à la remise en cause de l’inéluctabilité du conjugal. L’entrée en couple apporte un gain statutaire qu’il est dangereux de dédaigner – en termes de valorisation sociale – et sur lequel il est difficile de revenir.

5Mais au-delà de cet obstacle majeur, d’autres éléments peuvent favoriser une expérience sereine de la solitude résidentielle, qu’elle soit passagère, durable ou définitive.

TROIS ÉlÉments FACILITATEURS : LE CONTEXTE D’ENFANCE…

6En premier lieu, le degré de liberté et la place réservée aux activités informelles au cours des années d’enfance et d’adolescence s’avèrent essentiels à l’apprentissage de la maîtrise du temps et de l’espace ; de même que le nombre de frères et sœurs et l’écart qui les séparent de la locutrice. En effet, plus le temps de l’enfance se trouve fermement et longuement encadré, plus celui de l’âge adulte requiert une forme prescrite et préétablie. D’autre part il semble que la présence au foyer de frères et/ou sœurs proches de la femme par leur âge, leur sexe et/ou leur caractère, constitue une autre forme d’encadrement. Elle produit une accoutumance à la présence constante de pairs qui limite la familiarisation avec la solitude et l’autonomie. En revanche, l’absence de frères et sœurs (Lucienne, Janine, Colette, Évelyne) ou un écart important avec des frères et/ou sœurs plus âgés ou plus jeunes, impliquant une éducation familiale différente, recrée un isolement souvent propice à cette familiarisation (Ruth, Slava, Gisèle, Béatrice, Johanna, Marie-Odile). Les dispositions, voire le goût, pour la solitude s’esquissent généralement dès les premières années de socialisation, mais peuvent être longtemps contrariés par l’adhésion aux rôles féminins traditionnels qui tendent à s’opposer aux aspirations personnelles des femmes.

7Les expériences contrastées de Jacqueline et de Ruth illustrent l’importance de ces années d’apprentissage sur la nature des rapports à l’espace et au temps, à la solitude résidentielle et à l’autonomie. La première, fille d’un attaché commercial et d’une mère au foyer, évoque une enfance très surveillée, encadrée entre une sœur cadette et des parents qui ne sortaient pas sans leurs filles mais ne les laissaient pas non plus sortir seules ; des parents qui tenaient à ce que leurs filles restent à la maison, sous la coupe maternelle, au sein d’une cellule familiale le plus souvent possible au complet ; un temps construit sur la succession des tâches domestiques, des horaires scolaires puis des cours d’anglais et de secrétariat, des sorties et distractions familiales, des devoirs religieux et familiaux. Jacqueline est aujourd’hui une « femme en manque », célibataire et retraitée, qui éprouve le besoin de se fixer des échéances et des contraintes spatio-temporelles (un mois pour trouver une maison de campagne, dans un périmètre bien défini ; une heure de broderie par jour) et ne peut sortir de chez elle sans but précis. Elle a si bien planifié l’organisation de ses journées qu’elle ne trouve plus le temps de voyager ou de concrétiser les projets de visites culturelles ébauchés avant sa retraite ; si bien agencé son espace de vie qu’il semble inhabité, semblable en tout point aux impeccables photographies des magazines de décoration. La seconde, Ruth, était une enfant tardive et non désirée, rapidement livrée aux soins des employées de la maison et à elle-même. Très proche de sa sœur aînée, substitut maternel morte à l’âge de douze ans, et de son père, mort lorsqu’elle-même avait onze ans, elle observait au contraire une certaine distance vis-à-vis de ses frères appelés à reprendre le magasin maternel qui l’ennuyait. Ses terrains et camarades de jeu étaient plus masculins que féminins et allaient bien au-delà des bornes de son milieu social. Elle a bénéficié, dans son village natal, d’une liberté assez exceptionnelle pour une fillette de cette génération ; liberté attestée par son départ précoce pour la capitale française et la vie de bohème qu’elle y a menée au sein de la communauté artistique de Montparnasse.

… LE MODÈLE MATERNEL…

  • 2 Les cas de Janine et Renée sont particuliers dans la mesure où elles se retrouvent seules, dans un (...)

8Ensuite, la nature et la diversité des rôles proposés en modèle à la constitution de l’identité féminine s’avèrent également déterminantes. La femme réagit différemment devant la libération de son espace et de son temps selon qu’elle a grandi dans un milieu familial marqué par une stricte division sexuelle des rôles ou au contraire une diversification des rôles féminins. Et l’influence des modèles maternels et parentaux se fait d’autant plus sentir que l’époque était avare en grands modèles émancipateurs. On observe ainsi que toutes les femmes qui se trouvent seules à la suite d’un divorce – qu’elles l’aient ou non provoqué – réorganisent leur vie en fonction des rôles éprouvés par leur mère. Celles dont la mère travaillait investissent ou réinvestissent alors la sphère professionnelle. Qu’elles pénètrent pour la première fois le monde du travail (Lucienne), qu’elles changent d’activité pour obtenir une meilleure rémunération (Lise) ou une meilleure réponse à leurs aspirations (Béatrice), qu’elles diversifient ou intensifient leur activité (Denise, Johanna), toutes reconnaissent à cette sphère le pouvoir de leur offrir un statut social valorisant2. Celles dont la mère était inactive semblent douter de ce pouvoir et même esquiver les possibilités d’emploi qui s’offrent à elles (Marie-France, Christiane).

  • 3 Le repli sur la sphère privée au moment de la retraite est souvent le fait de l’homme, usé par la (...)

9D’autre part, on observe, chez des femmes célibataires ayant atteint l’âge de la retraite (Jacqueline, Zélie), ou bénéficiant d’un système de préretraite (Véronique), un mode singulier de reproduction de la distinction sexuée des rôles. Ces femmes, marquées par la division traditionnelle des rôles au sein du couple mais privées du destin féminin commun par un célibat circonstanciel, se trouvent dans l’obligation d’intégrer un rôle masculin au moins, celui du travailleur. Dans ce cas, elles tendent à remplir les rôles féminins avec les caractéristiques féminines et les rôles masculins avec les caractéristiques masculines ; il n’y a pas de remodelage et d’appropriation – de « féminisation » – de ces derniers. Ainsi, on ne rencontre pas, chez elles, la propension féminine à importer les préoccupations privées dans la sphère professionnelle ; à l’instar des hommes, elles tendent, au contraire, à prolonger le temps professionnel, jusqu’à en faire le centre de leurs conversations privées. De même, leur approche de la situation de retraite correspond davantage à celle des hommes : elles ne sortent pas de chez elles à ce moment de leur vie, comme le font beaucoup de femmes, mais tendent à se recentrer sur leur foyer et à y concentrer le maximum de leurs activités3 – activités par ailleurs typiquement féminines (ménage, broderie, couture, tricot). Enfin, la solitude résidentielle ne leur donne pas l’occasion d’une réorganisation de leur espace-temps dans la mesure où, en l’absence de points d’ancrage conjugaux/familiaux, elles étendent toujours plus la zone d’influence de la sphère professionnelle ; le moment de cette restructuration est donc reporté à l’époque de la retraite. Ainsi, ces femmes tendent à reproduire une stricte division sexuelle des rôles au sein de leur existence même, et non plus au sein d’un couple.

10Enfin, la limitation des rôles paradigmatiques entraîne une limitation des savoir-faire et leur cantonnement dans une sphère spécifiquement féminine. Or, les savoir-faire typiquement féminins se caractérisent par un souci d’utilité et de satisfaction des besoins d’autrui qui les apparente souvent à des tâches domestiques. À l’inverse des savoir-faire masculins, plus axés sur le plaisir de faire et la création, les savoir-faire féminins constituent rarement une fin en soi ; ils représentent un instrument, créent un lien social indispensable à certaines femmes.

… LA NATURE DE L’ÉvÉnement QUI CONDUIT À VIVRE SEULE

  • 4 C’est aussi parce qu’elles n’ont pas toujours les moyens de cette préparation (indépendance économ (...)

11Le type de rupture qui a amené la femme à vivre seule représente le troisième élément déterminant de la capacité de se réapproprier le temps et l’espace. Selon que la femme a provoqué ou subi la séparation, elle se révèle plus armée ou au contraire plus démunie devant la perspective d’une redéfinition de son espace-temps. Lorsque la solitude résidentielle a été précédée d’une période de vie conjugale ou familiale, les points d’ancrage spatio-temporels étaient presque toujours construits sur ces rôles exclusifs ou au moins prioritaires. La séparation provoque donc la perte des principaux repères spatio-temporels féminins, particulièrement lorsqu’elle est subie4.

  • 5 Rainer Zoll, « Destruction ou réappropriation du temps. Variations sur une pensée de Blaise Pascal (...)
  • 6 Michel Verret, op. cit., p. 78. La citation de Berthold Brecht est tirée du Journal de travail. 19 (...)

12À cet égard, nous pouvons comparer les différentes modalités de la sortie de couple avec celles du travail. On observe en effet une profonde analogie dans les réactions individuelles aux situations d’exclusion (rupture subie ou chômage) ou de mise à l’écart prévue ou volontaire (rupture choisie ou retraite). Dans le premier cas, l’absence de préparation matérielle et psychologique s’ajoute à un sentiment de dévalorisation et de non légitimité pour désorienter et accabler le sujet. La femme quittée se trouve dans une situation semblable à celle du chômeur brutalement privé de la structure temporelle la plus chargée de sens, le temps de travail. L’espace-temps de ces exclus involontaires de la norme, déstructuré, vidé de son sens et de son utilité sociale, est livré sans transition à l’inexpérience des individus. « Qui, pendant longtemps, n’avait pas le temps est heurté par le trop de temps comme par un coup du destin5. » En revanche, les femmes qui ont décidé de la rupture, à l’image des retraités, ont eu le temps de prendre des dispositions pour éviter cette brutale déstructuration. Pensons à la progressive élaboration d’une organisation parallèle chez une femme comme Lise. Mais si toutes les femmes, et tous les retraités, n’ont pas poussé à ce point la préparation de leur nouvelle existence, celle-ci reste abordée avec une certaine sérénité, voire un certain plaisir, du fait même qu’elle leur apparaît légitime. Le rapport au temps et à l’espace s’apparente alors davantage à ce qu’en dit Michel Verret à propos des ouvriers, même si toutes et tous ne sont pas aptes à une réelle réappropriation ; « “Quel travail, demandait Bertold Brecht, fera jamais oublier le charme de l’existence nue ?” Charme du temps qui passe, et de voir passer qui y passe, et s’y passer ce qui s’y passe. Plaisir de “l’avoir” et de le “prendre” enfin, ce temps qui, de si longtemps ailleurs vous pressait, vous traquait et vous criait toujours que c’était l’heure6. »

13Pour les célibataires, la rupture est d’une autre nature, plus douce et « naturelle » à la fois, mais aussi marquée par une forme d’illégitimité singulière. En effet, le destin « normal » de la femme étant de quitter sa famille d’origine pour en fonder une à elle, la célibataire se trouve dans une situation anormale qui doit être vécue, au moins dans un premier temps, comme transitoire pour être acceptée sans souffrance ; et cela est d’autant plus vrai que la femme appartient à une génération ancienne. Le cas du veuvage présente encore d’autres spécificités. Ici, la séparation ne relève de la volonté de personne et la veuve bénéficie d’un statut privilégié dans la mesure où elle a rempli sans faillir la fonction sociale qui lui était assignée. Mais, si elle ne partage pas le sentiment d’illégitimité et d’inutilité sociale de la femme quittée, elle se trouve souvent face à la même absence de préparation psychologique. Que la mort de son conjoint survienne brutalement ou qu’elle succède à une longue maladie, la capacité d’appropriation du temps et de l’espace de la veuve est la même que celle de l’épouse qu’elle fut. Si la totalité de son existence était organisée autour du couple et/ou de la famille, le vide sera d’autant plus grand et difficile à combler ; si son existence se partageait déjà entre plusieurs centres d’intérêt, ceux-ci rempliront peu à peu les espaces-temps vacants, et cela avec d’autant plus de plaisir qu’il y avait eu frustration. La capacité de se réapproprier le temps et l’espace repose alors sur la diversité des rôles qu’elle a remplis jusqu’à présent et son aptitude à en investir de nouveaux. Notons toutefois que l’âge auquel intervient la séparation – conjugué à la génération – exerce également une influence sur la réappropriation. Plus la femme est âgée, plus elle aura de difficultés à investir de nouveaux rôles si elle n’y a pas été initiée.

UN MODE DE VIE À PART ENTIÈRE POUR LES FEMMES « RÉALISÉES DANS DES ŒUVRES OU DES ACTES »

14La solitude résidentielle apparaît comme un mode de vie à part entière. Elle offre aux femmes une chance de s’affranchir des conditionnements et des servitudes liés à leur sexe ; d’influer sur le cours de leur existence et de s’engager dans un processus actif de construction identitaire. Mais cette distanciation raisonnée aux rôles féminins traditionnels demeure, aujourd’hui encore, inaccessible à la majorité des femmes car elle nécessite un ensemble de qualités sociales et de dispositions qui ne sont pas à la portée de toutes. D’un point de vue matériel, elle requiert une autonomie financière et une bonne santé. Par ailleurs, elle concerne des femmes impliquées dans la vie par l’action ou la création, par l’engagement social ou politique ; des femmes conscientes d’elles-mêmes, de leur valeur propre et de leur position sociale.

15Les femmes les plus aptes à se réapproprier leur existence par la solitude résidentielle sont des femmes qui développent précocement une conscience de l’enfermement de l’individu dans le couple traditionnel et du risque d’assujettissement que représente une maternité incontrôlée ; des femmes conscientes de la nécessité de limiter leur descendance pour réduire leur dépendance ; conscientes de la nécessité de se constituer une valeur sociale directe et de diversifier les centres d’intérêt qui sont autant d’éléments d’identification. Ces femmes se donnent les moyens de ne pas se laisser déposséder de leur existence et de leur sens critique. Elles développent en outre une capacité de résistance face à l’imposition de nouvelles formes d’aliénation. Cette remise en question du conjugal, de la maternité inéluctable et de la division traditionnelle des rôles s’appuie sur un rapport actif à la culture ou à la création, sur un rapport actif à la réflexion et à la méditation qui supposent un accès privilégié au temps mais aussi une socialisation marquée par la diversification des rôles féminins et l’apprentissage de la solitude constructive.

16La capacité d’être seule constitue une force et un retranchement ; dans la solitude choisie, les sujets sont certes moins contrôlables. La solitude des « apostates du conjugal » n’est pas le fruit d’un individualisme forcené qui enferme les individus dans leur tour d’ivoire ; elle est un lien plus qu’un moyen de séparer. Loin d’être un espace aride et stérile, elle s’avère féconde en enseignements et en rencontres. Elle semble bien favoriser l’harmonie des relations amoureuses et de la vie par la qualité du rapport à soi-même qu’elle induit chez les femmes qui parviennent à se dégager des assignations traditionnelles. La solitude choisie des « apostates du conjugal » peut s’interpréter comme un acte politique, conscient ou non, de remise en cause des cadres traditionnels de l’identification féminine.

17Une vie à soi n’est pas nécessairement une vie hors couple, et vivre hors couple n’est pas le gage d’une vie à soi. Mais la capacité à vivre seule, construite dans le cadre d’une étape de vie solitaire, constitue assurément un élément fort de la capacité à vivre une vie à soi, y compris dans le cadre conjugale ou familial.

Notes

1 Pierre Bourdieu, « Les rites comme actes d’institution », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 43, 1982, p. 58-63.

2 Les cas de Janine et Renée sont particuliers dans la mesure où elles se retrouvent seules, dans un premier temps, avec des enfants en bas âge ; le rôle maternel prend alors la première place et la situation professionnelle s’y trouve subordonnée.

3 Le repli sur la sphère privée au moment de la retraite est souvent le fait de l’homme, usé par la vie au travail. La femme, au contraire, tend à s’orienter vers l’extérieur après le départ de ses enfants, particulièrement lorsqu’elle est restée au foyer ou lorsqu’elle a consacré beaucoup de temps au service de sa famille. Sur ce point voir Christian Lalive dÉpinay, op. cit., 1991.

4 C’est aussi parce qu’elles n’ont pas toujours les moyens de cette préparation (indépendance économique, réseau relationnel propre, variété des rôles envisageables) et que leurs repères spatio-temporels sont essentiellement, voire exclusivement, familiaux, qu’elles se voient imposer une séparation qu’elles auraient pu, dans d’autres circonstances, susciter.

5 Rainer Zoll, « Destruction ou réappropriation du temps. Variations sur une pensée de Blaise Pascal », Les temps sociaux, op. cit., 1988, p. 40.

6 Michel Verret, op. cit., p. 78. La citation de Berthold Brecht est tirée du Journal de travail. 1938-1955, Paris, L’Arche, 1973, p. 508.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site