Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Africaines et diplômées à l’époque coloniale (1918-1957)

 | 
Pascale Barthélémy

Première partie. De « grandes écoles » de filles en Afrique occidentale française

Chapitre V. « C’était à la mode d’être sage-femme1 »

Texte intégral

  • 1 Mariama S. (EN 1938-1943), Conakry, 14 janvier 2002.
  • 2 MlleCondo, « Les jeunes filles noires de l’École de médecine », Rapport de la directrice d’interna (...)

« Au fond il n’y a point encore de vocation chez ces jeunes filles ; elles sont là comme elles pourraient être ailleurs, elles n’ont pas eu à choisir2. »

1À partir de 1938, l’École de médecine et l’École normale de jeunes filles fonctionnent en parallèle. Or, entre 1925 et 1947, les effectifs de l’enseignement primaire féminin quadruplent et l’écart entre les sexes se réduit de moitié. Alors qu’une fille pour près de dix garçons allait à l’école publique en 1938, le rapport est de une pour cinq en 1947. L’École normale devait permettre d’absorber ces flux et offrir aux élèves titulaires du CEP avant l’âge de 18 ans la possibilité de prolonger leur scolarité avant de s’orienter, soit vers la carrière d’institutrice, soit vers celle de sage-femme. Mais, prévues pour être complémentaires, les deux filières deviennent concurrentes. La formation de sage-femme se révèle alors plus attractive : 155 jeunes filles se présentent au concours en 1947 alors qu’elles étaient une cinquantaine dix ans plus tôt. Et, si les effectifs diminuent après l’adaptation du système d’enseignement colonial à celui de la métropole, ils n’en sont pas moins toujours supérieurs à ceux des candidates à l’École normale. Entre 1938 et 1948, cette institution recrute davantage d’élèves que l’École de médecine mais, dans un nombre fréquent de cas, cette affluence est le résultat d’une contrainte. Malgré l’engouement des premières années, les efforts de l’administration et la réputation d’excellence de l’établissement, la formation d’institutrice peine à séduire sur le long terme les jeunes filles et leurs familles.

Institutrice : un choix par défaut ?

  • 3 Circulaire du 20 janvier 1938, AS, O16 (31).
  • 4 Le Cours supérieur de Lomé, fermé en 1934, ouvre à nouveau ses portes en 1938. Certaines jeunes fi (...)
  • 5 Procès-verbal du concours d’entrée à l’École normale de Rufisque, 1939, AS, O119 (31).

2Au cours de l’année scolaire 1937-1938, les élèves qui pensaient devenir sages-femmes apprennent l’ouverture prochaine de l’École normale. Le nombre de candidates au concours de Rufisque est alors deux fois supérieur aux estimations fournies par les lieutenants-gouverneurs quelques mois auparavant3. Les administrateurs de Guinée avaient mentionné quatre élèves potentielles, ceux du Dahomey neuf dont cinq Togolaises4, la Mauritanie envisageait de présenter la fille d’un instituteur, le Cours supérieur de Lomé pensait envoyer deux élèves, le Sénégal seize jeunes filles. Trente-deux candidates étaient prévues, soixante se présentent finalement et 80 % d’entre elles sont admises. Cette première année est exceptionnelle et l’admission de la quasi-totalité des élèves contribue à faire du concours une réussite. La session de 1939 suscite tout autant l’enthousiasme : 99 candidates se présentent, 52 sont admissibles et 35 définitivement admises. La directrice juge « le choix des candidates aisé en raison de leur grand nombre5 ». L’attractivité du concours est telle en 1940 – 111 jeunes filles se présentent –, que le niveau est rehaussé. L’effet est immédiat. Le nombre de candidates diminue brusquement et ne remonte que légèrement dans les années suivantes. À y regarder de plus près, l’abondance de candidatures les premiers temps résulte moins du souhait des jeunes filles que d’une politique volontariste des autorités scolaires.

  • 6 Jeanne T. (EN 1938-1941), Dakar, 22 août 1999.
  • 7 Kadé S. (EN 1938-1942), Bamako, 29 mai 2002.
  • 8 Mariama S. (EN 1938-1943), Conakry, 14 janvier 2002.

3Trois diplômées des premières promotions parlent de l’obligation qui leur fut faite de présenter le concours de l’École normale alors qu’elles souhaitaient être sages-femmes. Jeanne T. est catégorique : « Je voulais même pas être institutrice, j’avais des sœurs sages-femmes, je voulais être sagefemme6 » ; Kadé S. explique que son père la destinait à la profession de sagefemme mais l’inspecteur de l’enseignement de Conakry l’inscrivit d’office au concours de Rufisque7 ; Mariama S. affirme : « Moi je voulais aller à l’École de médecine parce que c’était à la mode d’être sage-femme, mais la directrice a trouvé que j’irai mieux faire [sic] l’éducation que la santé. » Cette attirance est en partie liée au modèle qu’incarnent les premières sages-femmes : « On était en admiration devant elles […] Alors j’ai voulu être comme elles. C’était des grandes dames alors8. » Seule une métisse dahoméenne, reçue en 1938, semble s’être enthousiasmée à l’idée de continuer ses études au sein de l’École normale :

  • 9 Florentine B. (EN 1938-1941), Cotonou, 22 janvier 2001.

« En ce moment-là, pendant que j’étais à l’école, il n’y avait qu’une seule issue, vous sortez ou sage-femme ou infirmière. […] Voilà tout ce qu’il y avait pour les filles. […] Y’avait que cela. […] Moi j’avais envie de continuer, je me disais que je voulais continuer autant que je pouvais. […] Mais il se fait qu’il y a eu ce concours d’institutrices, pour entrer à l’École normale, j’ai dit [elle claque dans ses mains] “ah bravo ! Voilà ce que je voulais”. […] Tout de suite j’ai postulé dès la première année. Parce que les hommes se prévalaient d’être plus instruits, de pouvoir gagner beaucoup plus que les filles, alors moi j’avais cette ambition-là de continuer mes études si je pouvais9. »

  • 10 Delphine K. (EN 1946-1950), Abidjan, 4 février 1999.
  • 11 Antoinette O. (EN 1946-1950), Conakry, 22 janvier 2002.
  • 12 Jeannette A. (EN 1939-1943), Bamako, 24 mai 2000.
  • 13 Nima B. (EN 1942-1946), Conakry, 14 janvier 2002.
  • 14 Reine A. (EN 1943-1947), Cotonou, 26 janvier 2001.

4Ce genre de témoignage est cependant bien moins fréquent que ceux qui révèlent l’obligation de passer le concours soit pour des questions d’âge, soit sous l’influence des directrices d’école et du fait de bons résultats scolaires, soit par dégoût du milieu médical : « Moi j’ai dit “ça ne me plaît pas d’être sage-femme parce que je ne supporte pas le sang”10 » ; « je n’ai jamais aimé la médecine. Parce que quand on a été à l’École normale on nous a amenées une fois à l’hôpital où y’avait des macchabées, ça m’a jamais intéressée11 ». Quarante-cinq normaliennes signalent la prévalence du critère de l’âge, invoqué surtout dans les premières années de fonctionnement de l’institution. La contrainte s’exerce non seulement au moment du concours, mais encore au sein de l’École normale, alors qu’en théorie le passage vers l’École de médecine est autorisé. Les formules sont identiques et récurrentes : « J’avais comme vocation d’être sage-femme, et c’est la directrice qui a trouvé que j’étais jeune12 » ; « je n’avais pas le choix ! J’étais jeune13 » ; « j’avais plutôt envie d’être sage-femme mais je n’avais pas 18 ans14 ! » Certaines tentent même d’échouer au concours :

  • 15 Amélie A. (EN 1945-1949), Cotonou, 30 janvier 2001.

« Moi j’étais très jeune et je ne voulais pas être institutrice, j’ai dit que je veux être sage-femme et la Sœur dit “non, tu vas perdre encore une année, tu travailles bien, il vaut mieux que tu ailles tenter le concours des instituteurs [sic]” et c’est ainsi que, bon, j’ai accepté malgré moi d’aller à ce concours-là. J’y suis allée, je voulais échouer mais j’ai réussi15 ! »

  • 16 Entretien accordé à Alioune Touré Dia, « Succès littéraire de Mariama Bâ pour Une si longue lettre(...)

5La future romancière Mariama Bâ, reçue major en 1943, explique qu’elle fut désignée par la directrice de l’école de filles de Saint-Louis, Mme Maubert : « Tu es intelligente. Tu as des dons. Même si tu ne veux pas y aller, tu vas préparer le concours de l’École normale des jeunes filles de Rufisque pour le renom de l’école16. »

  • 17 Lettre de Élise N’Dengue et Naïmey Eyéwé au haut-commissaire de la République du Cameroun, 29 déce (...)
  • 18 Arrêté du 17 septembre 1940, JO AOF, 1940, p. 916.

6La préférence pour les études de sages-femmes est encore mentionnée en 1946 par deux élèves de l’École supérieure de filles de Douala au Cameroun, bénéficiaires d’une bourse leur permettant de continuer leur scolarité au Sénégal. Après avoir opté pour l’École de médecine, elles s’étonnent d’être placées d’office à l’École normale17. Elles rappellent que les choix des meilleures élèves sont prioritaires et qu’elles figurent en tête de la promotion sortante de leur école d’origine ; qu’elles ne sauraient s’intéresser à une profession qui leur aurait été imposée ; que le service de santé du Cameroun ne compte que deux sages-femmes pour trois millions d’habitants, situation qui justifie amplement leur choix. Elles concluent : « Nous ne voulons pas rester à l’École normale. » Cette démarche confirme à la fois l’attractivité de la carrière de sage-femme et le souhait d’éviter l’École normale. Bien plus, celles qui ont réussi le concours n’abandonnent pas l’idée de changer d’orientation. Le passage d’une école à l’autre s’effectue théoriquement en fonction de l’âge et des résultats obtenus en deuxième année à Rufisque, mais la décision finale revient au gouverneur général et les élèves disposent de marges de manœuvre réduites18.

  • 19 Lettre de Justin Coffi, interprète en chef, à la directrice de l’École normale de filles de Rufisq (...)
  • 20 Lettre de la directrice de l’École normale de jeunes filles au directeur général de l’Instruction (...)

7En mars 1940, le père d’une normalienne, en tant que « vieux fonctionnaire qui a longtemps servi dans le gouvernement et pris sa retraite à Bingerville », « hésite à laisser sa fille continuer l’apprentissage du métier d’institutrice » et désire qu’elle devienne sage-femme. Il invoque plusieurs raisons : « D’abord à cause de mon âge avancé et ensuite la famille étant nombreuse, je désirerais que la première instruite de mes filles, Coffi Justine, soit sage-femme19. » Justine Coffi devient institutrice en 1943. Les ambitions des jeunes filles ou des familles sont de peu de poids face aux attentes d’une administration scolaire qui veut conserver ses élèves les plus brillantes. En 1945, G. Le Goff s’inquiète de voir figurer parmi les huit candidates au transfert presque toutes les meilleures élèves de la promotion et se prononce pour une interdiction générale20. Une ancienne élève se souvient de l’épisode :

  • 21 Reine A. (EN 1943-1947), Cotonou, 26 janvier 2001.

« Personne de ma promotion n’a pu aller à l’École de médecine, parce qu’on était au moins six à vouloir partir. […] on était au moins plus de huit même, à vouloir partir à l’École de médecine, alors la directrice a dit non. […] Les meilleures de la promotion voulaient aller à l’École de médecine […] La directrice n’a pas voulu21. »

  • 22 Lettre du directeur général de l’Instruction publique au gouverneur général, 27 mars 1945, AS, O11 (...)
  • 23 Direction générale de l’Instruction publique, compte-rendu de visite à l’EPS de jeunes filles du S (...)
  • 24 Lettre du directeur général de l’Instruction publique, de l’éducation générale et des sports au di (...)
  • 25 Modification de l’arrêté du 17 septembre 1940 organisant l’École normale de jeunes filles de Rufis (...)
  • 26 Émilie S. (SF 1940-1943), Abidjan, 10 février 1999.

8Pour lutter contre cette « fuite des cerveaux », G. Le Goff sollicite une modification de l’arrêté d’organisation de l’École, soutenue par le directeur de l’Instruction publique qui juge en 1945 qu’il s’agit d’« une menace sérieuse quant au développement de l’enseignement féminin » : « Nous avons toujours eu quelque difficulté à recruter des promotions suffisantes en qualité et en quantité mais nous avions au moins la satisfaction de faire de nos normaliennes des institutrices, à de rares exceptions près. Il nous faut maintenant enregistrer de nombreuses défections. » Le gouverneur général se montre cependant réticent car il considère qu’une spécialisation de l’institution est prématurée et que les besoins en sages-femmes sont importants22. Quelques mois plus tard, l’inspecteur en chef de l’enseignement primaire en visite à l’EPS de jeunes filles de Saint-Louis constate que « l’on a dû faire pression sur les jeunes filles pour les décider à être candidates à l’École normale23 ». Un arrêté de 1945 fixe alors à six le nombre maximal d’élèves susceptibles d’être réorientées à la fin de leur deuxième année d’études24. Il est également précisé que ces élèves devront avoir 18 ans accomplis25. Des témoignages postérieurs montrent que le passage d’une école à l’autre est encore ardemment souhaité. Entrées à l’École normale en 1945, deux élèves demandent à rejoindre la section sages-femmes, l’une en 1947, l’autre en 1948. Toutes deux considèrent que leur transfert a finalement été obtenu grâce à une intervention paternelle. En comparaison, les sages-femmes interrogées sur leurs motivations invoquent beaucoup plus volontiers leur « vocation », parlent de leur amour des bébés, de l’influence des auxiliaires de santé côtoyées dans l’enfance, dans l’entourage familial immédiat ou plus large, du prestige attaché à cette profession. Un cas isolé de vocation enseignante contrariée ne modifie pas le tableau général : « J’aurais voulu être institutrice, mais comme ma mère voulait que je sois sage-femme bon, elle venait de décéder, j’ai dit bon ma foi c’est sa volonté que je suis26. » Plusieurs autres facteurs peuvent cependant expliquer l’intérêt suscité par la formation et la carrière de sage-femme.

La « vocation » de sage-femme

  • 27 L’Éducation africaine, no 108, p. 75-78.

9La plus grande facilité du concours d’entrée à l’École de médecine a pu jouer dans le choix de certaines jeunes filles27. Avéré pour l’ensemble des années, il est visible dans les sujets de 1943 : une dictée de dix lignes est imposée aux candidates à l’École de médecine contre un texte de vingt-trois lignes pour celles qui présentent le concours de l’École normale. Le premier texte, anonyme, s’intitule « Le Chat » et raconte de manière très simple la capture des souris. Celui des futures normaliennes est un extrait de Maria Chapdelaine et comporte des difficultés de grammaire et de vocabulaire. Il en est de même pour le sujet de calcul ou encore de sciences. Pour les candidates sages-femmes, cette dernière épreuve se résume à des questions très simples de puériculture – « il faut stériliser les biberons, il ne faut pas laisser un enfant porter à sa bouche tout ce qu’il ramasse, pourquoi ? » –, alors que celles qui présentent le concours de l’École normale sont soumises la même année à des questions sur la composition de l’air et la respiration.

  • 28 G. Le Goff, citée dans une lettre du directeur général de l’Instruction publique, de l’éducation g (...)
  • 29 Lettre de la directrice de l’École normale de jeunes filles au directeur général de l’Instruction (...)
  • 30 Direction générale de l’Instruction publique, compte-rendu de visite à l’EPS de jeunes filles du S (...)
  • 31 Épreuve de rédaction au concours d’entrée de l’École de médecine en 1951, Centre d’examen de Ouaga (...)

10Mais un certain nombre d’autres arguments entrent en ligne de compte, au premier rang desquels la rémunération plus avantageuse des auxiliaires de santé. G. Le Goff évoque un travail « facile et très bien rémunéré » non seulement par le Gouvernement général mais aussi par les familles des accouchées28. Elle observe que « souvent ce sont les familles de nos élèves qui leur imposent la profession de sage-femme pour des raisons pécuniaires29 ». Cette situation matérielle confortable – qui n’a été mentionnée qu’une seule fois lors des entretiens – est également signalée par le directeur de l’Instruction publique et par l’inspecteur de l’enseignement : « La situation faite aux sages-femmes suscite actuellement beaucoup de candidatures » et les meilleures élèves se détournent de la carrière d’institutrice pour des raisons financières30. » La composition française d’une candidate au concours de l’École de médecine en 1951 est explicite : « Les sages-femmes gagnent beaucoup d’argent et elles vivent bien. Mon père est vieux et il est sur le point de prendre sa retraite, je soutiendrai la famille quand je serai sage-femme, je paierai les études de mes plus jeunes frères et sœurs31. » La comparaison des traitements et du déroulement de carrière des deux catégories de fonctionnaires confirme que cette jeune fille est bien informée.

  • 32 Arrêté du 1er avril 1941 organisant le cadre secondaire du personnel de l’enseignement féminin com (...)
  • 33 Correspondance de soldes entre les sages-femmes, les institutrices et les instituteurs auxiliaires (...)

11Les soldes des institutrices en début de carrière sont toujours inférieures à celles des sages-femmes et ce, malgré la revalorisation des traitements des enseignantes en 1941 et 194432. Les possibilités d’avancement en grade montrent également la supériorité du statut de sage-femme sur celui d’institutrice et même d’instituteur. Alors qu’il faut au minimum huit ans à une institutrice et sept ans à un instituteur pour parvenir à 10 500 francs de salaire annuel, une sage-femme peut atteindre cette somme en quatre ans. L’accès aux soldes les plus élevées est, ensuite, encore discriminant. Une institutrice ne peut espérer toucher 17 500 francs avant vingt-deux ans d’activité alors qu’une sage-femme peut atteindre ce niveau de rémunération en quinze ans d’exercice33. La situation financière des institutrices est donc moins attractive alors même que les conditions d’exercice du métier d’enseignante sont jugées plus contraignantes.

  • 34 Lettre de la directrice de l’École normale de jeunes filles au directeur général de l’Instruction (...)
  • 35 Direction générale de l’Instruction publique, compte-rendu de visite à l’EPS de jeunes filles du S (...)
  • 36 Anne R. (EN 1944-1948), Abidjan, 12 février 1999.

12G. Le Goff parle d’un sacerdoce : « D’emblée tout leur est demandé : travail, conscience, conduite irréprochable34. » L’inspecteur de l’enseignement ajoute que « l’institutrice est moins libre, plus surveillée dans sa vie privée que la sage-femme35 ». Les anciennes élèves mentionnent surtout les réticences sociales à l’égard d’une profession qui empiète sur des prérogatives masculines : enseigner est « une affaire d’homme » et « sage-femme ça convient parfaitement à la femme36 ». L’ancienneté de l’École de médecine a pu produire une certaine familiarité des familles avec l’institution et faciliter les recrutements ; les sages-femmes bénéficient d’une image très positive liée au fait qu’elles contribuent à la mise au monde des enfants et donc à la perpétuation des générations ; leur métier, « pratique », ne menace pas les hiérarchies sexuées ; elles sont immédiatement utiles contrairement aux enseignantes dont le rôle bénéfique ne se fait sentir qu’à long terme. Pour cet ensemble de raisons, la lutte entre les ambitions de l’administration et celles des familles africaines tourne finalement à l’avantage de ces dernières. Le nombre de sages-femmes diplômées augmente tendanciellement tandis que celui des normaliennes a tendance à baisser du fait des départs, des abandons et des exclusions. L’École normale, alimentée par des jeunes filles souvent orientées en fonction de leur âge et, à quelques exceptions près, par défaut, remplit sa mission d’origine qui était prioritairement de préparer des candidates à l’École de médecine et secondairement de former des enseignantes. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’alignement du système éducatif colonial sur le modèle métropolitain transforme les conditions de recrutement : les promotions maigrissent, les parcours se diversifient et s’éparpillent.

Notes

1 Mariama S. (EN 1938-1943), Conakry, 14 janvier 2002.

2 MlleCondo, « Les jeunes filles noires de l’École de médecine », Rapport de la directrice d’internat des élèves sages-femmes, juillet 1935, AS, O212 (31), p. 8.

3 Circulaire du 20 janvier 1938, AS, O16 (31).

4 Le Cours supérieur de Lomé, fermé en 1934, ouvre à nouveau ses portes en 1938. Certaines jeunes filles ont poursuivi leurs études à l’EPS Victor Ballot de Porto-Novo au Dahomey, qui présente donc des Togolaises au concours de l’École normale en 1938.

5 Procès-verbal du concours d’entrée à l’École normale de Rufisque, 1939, AS, O119 (31).

6 Jeanne T. (EN 1938-1941), Dakar, 22 août 1999.

7 Kadé S. (EN 1938-1942), Bamako, 29 mai 2002.

8 Mariama S. (EN 1938-1943), Conakry, 14 janvier 2002.

9 Florentine B. (EN 1938-1941), Cotonou, 22 janvier 2001.

10 Delphine K. (EN 1946-1950), Abidjan, 4 février 1999.

11 Antoinette O. (EN 1946-1950), Conakry, 22 janvier 2002.

12 Jeannette A. (EN 1939-1943), Bamako, 24 mai 2000.

13 Nima B. (EN 1942-1946), Conakry, 14 janvier 2002.

14 Reine A. (EN 1943-1947), Cotonou, 26 janvier 2001.

15 Amélie A. (EN 1945-1949), Cotonou, 30 janvier 2001.

16 Entretien accordé à Alioune Touré Dia, « Succès littéraire de Mariama Bâ pour Une si longue lettre », Amina, no 84, novembre 1979, p. 12-14.

17 Lettre de Élise N’Dengue et Naïmey Eyéwé au haut-commissaire de la République du Cameroun, 29 décembre 1946, AS, O119 (31).

18 Arrêté du 17 septembre 1940, JO AOF, 1940, p. 916.

19 Lettre de Justin Coffi, interprète en chef, à la directrice de l’École normale de filles de Rufisque, Bingerville, 15 mars 1940, AS, O118 (31).

20 Lettre de la directrice de l’École normale de jeunes filles au directeur général de l’Instruction publique, 23 mars 1945, AS, O118 (31).

21 Reine A. (EN 1943-1947), Cotonou, 26 janvier 2001.

22 Lettre du directeur général de l’Instruction publique au gouverneur général, 27 mars 1945, AS, O118 (31).

23 Direction générale de l’Instruction publique, compte-rendu de visite à l’EPS de jeunes filles du Sénégal à Saint-Louis, Dakar, 24 juin 1945, AS, O485 (31).

24 Lettre du directeur général de l’Instruction publique, de l’éducation générale et des sports au directeur général de la Santé publique en AOF, Dakar, 5 septembre 1945 et, en réponse, note du directeur général de la Santé publique, 10 septembre 1945. AS, O16 (31).

25 Modification de l’arrêté du 17 septembre 1940 organisant l’École normale de jeunes filles de Rufisque. AS, O116 (31).

26 Émilie S. (SF 1940-1943), Abidjan, 10 février 1999.

27 L’Éducation africaine, no 108, p. 75-78.

28 G. Le Goff, citée dans une lettre du directeur général de l’Instruction publique, de l’éducation générale et des sports au directeur général de la Santé publique en AOF, Dakar, 5 septembre 1945 et, en réponse, note du directeur général de la Santé publique, 10 septembre 1945. AS, O16 (31).

29 Lettre de la directrice de l’École normale de jeunes filles au directeur général de l’Instruction publique, 23 mars 1945, AS, O118 (31).

30 Direction générale de l’Instruction publique, compte-rendu de visite à l’EPS de jeunes filles du Sénégal à Saint-Louis, Dakar, 24 juin 1945, AS, O485 (31).

31 Épreuve de rédaction au concours d’entrée de l’École de médecine en 1951, Centre d’examen de Ouagadougou, AS, O408 (31).

32 Arrêté du 1er avril 1941 organisant le cadre secondaire du personnel de l’enseignement féminin commun aux colonies du groupe de l’AOF ; arrêté du 7 octobre 1943 fixant la solde annuelle des fonctionnaires des cadres communs secondaires en AOF ; décret du 11 août 1944 créant un cadre des médecins, pharmaciens et sages-femmes africains pour les colonies du groupe de l’AOF.

33 Correspondance de soldes entre les sages-femmes, les institutrices et les instituteurs auxiliaires en 1941, AS, O118 (31).

34 Lettre de la directrice de l’École normale de jeunes filles au directeur général de l’Instruction publique, 23 mars 1945, AS, O118 (31).

35 Direction générale de l’Instruction publique, compte-rendu de visite à l’EPS de jeunes filles du Sénégal à Saint-Louis, Dakar, 24 juin 1945, AS, O485 (31).

36 Anne R. (EN 1944-1948), Abidjan, 12 février 1999.

© Presses universitaires de Rennes, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540